Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 452 | 453 | (Page 454) | 455 | 456 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: African Development Bank
    Country: Mali

    PROGRAMME SUMMARY

    Programme Overview

    Programme Name: Economic Governance Reform Support Programme, Phase I (PARGE-I)
    General Schedule: 2015 – 2016.
    Financing: UA 15 million Operational Instrument: General Budget Support
    Sector: Economic Governance

    Programme Outcomes

    PARGE-I, the first phase of two programme-based budget support operations aims to consolidate the achievements of previous budget support operations and contribute to sustained economic growth by enhancing the efficiency of public expenditure and promoting private sector development. The first component, which focuses on the efficiency of public expenditure, will, through major structural reforms: (i) improve fiscal decentralization; (ii) enhance public procurement management; and (iii) strengthen the role and efficiency of internal control. The main objective of the second component is to support private sector development through: (i) support for the promotion of investments and development of private enterprises; and (ii) improvement of the business environment. Achievement of these operational objectives will: (i) improve the PEFA PI 23 indicator “Competition, Value for Money, and Controls in Procurement” from a C score in 2010 to B in 2016; (ii) raise the fiscal deconcentration rate in favour of the local authorities (% of expenditure) from 10.3% in 2014 to 14% in 2016, and increase the level of credit to the private sector from 24.4% of GDP in 2014 to 26% and 27% of GDP in 2015 and 2016 respectively.

    Alignment with Bank's Priorities

    PARGE-I is consistent with two (strengthening of governance and private sector development) of the five main operational priorities of the Bank's 2013-2022 Ten-Year Long-Term Strategy (LTS). It is fully aligned on Pillar 1, “Enhancement of Governance for Inclusive Growth” of the 2015-2019 Country Strategy Paper (CSP), as well as the Bank's 2013-2017 Private Sector Development Policy, in particular the first long-term objective relating to the improvement of the investment and business climate. The reforms supported by PARGE-I are in line with Pillars 1 “Public Sector Management and Economic Management” and 3 “Investment and Business Climate” of the 2014-2018 Governance Action Plan (GAP.II). PARGE-I is consistent with the Bank's Strategy for Addressing Fragility and Building Resilience in Africa, particularly with its first area of focus, “Strengthening of State capacity and support for efficient institutions”, aimed at supporting countries in public finance management and private sector development support to facilitate job creation.

    Needs Assessment and Rationale

    In 2014, economic activity was boosted by the return to normal of cereal production and robust manufacturing sector growth. However, the Malian Authorities must address the following three challenges to maintain this momentum: (i) sustainable improvement of the security situation, a key factor for development; (ii) continuing enhancement of good governance in public management by improving public expenditure quality, and (iii) achievement of strong, private sector-driven, economic growth in spite of constraints of the economy's structural fragility, its largely informal nature and low level of public investment. iv

    Harmonization

    The design of PARGE-I drew enormously on close coordination with development partners in Mali to improve the harmonization of their interventions. The PARGE reforms are therefore mainly in synergy with those supported by the respective programmes of the World Bank (WB), and European Union (EU). Furthermore, because of the presence of a Mali Country Office (MLFO), the Bank has an entry point which enables it to considerably strengthen its role in dialogue with the Government and the other TFPs. There are ongoing discussions among the TFPs regarding the preparation of a common matrix of reforms.

    Bank's Added Value

    The Bank's added value lies in its experience in providing budget support to countries in transition, which allows it to promote dialogue on major structural reforms, particularly public finance management and creation of conditions that will foster the emergence of a buoyant private sector that can sustainably support economic growth. The experience is enhanced by that gained from the implementation of institutional support projects that back budget support operations and complement support provided by other TFPs.

    Contribution to Gender Equality and Women's Empowerment

    The strengthening of internal control for greater public expenditure effectiveness and efficiency could help to improve government action in favour of social inclusion and equity. This should primarily benefit women and children who are the vulnerable segments of the population. Private sector development support through investment promotion will facilitate women's access to financing in order to develop activities that will enhance their empowerment and reduce gender inequalities.

    Policy Dialogue and Related Technical Assistance

    During PARGE I and II implementation, dialogue with the Government will focus on the following areas: (i) improvement of fiscal decentralization; (ii) strengthening of public procurement management; and (iii) enhancement of the role and effectiveness of internal control. With regard to the second component, private sector development support will chiefly target: (i) support for investment promotion and development of private enterprises; and (ii) improvement of the business climate. Dialogue will be sustained by analytical work carried out under PAGE, the Bank's ongoing institutional support project.


    0 0

    Source: AlertNet
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria, World

    Source: Thomson Reuters Foundation - Tue, 10 Nov 2015 14:05 GMT
    Author: Kieran Guilbert

    DAKAR, Nov 10 (Thomson Reuters Foundation) - Boko Haram violence in the drought and flood-stricken swamplands of Lake Chad, which has destroyed livelihoods, torn communities apart and forced millions to flee their homes, could worsen Europe's migration crisis, a United Nations official has warned.

    Read the full article


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Guinea, Niger, Nigeria, Sierra Leone

    CAMEROUN
    TROIS MORTS DANS UN ATTENTAT SUICIDE Au moins trois personnes ont été tuées et 19 autres blessées dans un attentatsuicide, le 9 novembre, sur un marché de Fotokol, localité de la région de l'Extrême Nord. Un deuxième agresseur a été tué par les forces de sécurité avant d'exploser son engin explosif. Les militants de Boko Haram sont soupçonnés d'être derrière la série d'attentat-suicides qui secoue la région de l'Extrême-Nord depuis juin.

    RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (RCA)
    LES RÉFUGIÉS PARTICIPERONT AUX ÉLECTIONS
    La République centrafricaine (RCA), le Cameroun et le HCR ont signé le 2 novembre un accord tripartite qui permettra à plus de 109 000 réfugiés centrafricains au Cameroun, admissibles à voter, à prendre part aux élections générales du 27 décembre visant à mettre fin au gouvernement de transition actuel. Le Cameroun accueille environ 250 000 réfugiés centrafricains dans sa région de l'Est, voisine à la RCA.

    TCHAD
    CINQ TUÉS DANS UNE ATTAQUE SUICIDE
    Le 8 novembre, deux kamikazes ont frappé le village de Ngouboua, sur les rives du lac Tchad, tuant cinq personnes. Boko Haram est soupçonné d'être derrière l'attentat perpétré par deux jeunes filles qui ont fait exploser leurs charges dans une zone peuplée. Jusqu'ici, aucun mouvement de population ou besoins humanitaires liés à l'attaque n’ont été rapportés. En février, Ngouboua est devenu le premier village tchadien à être attaqué par des membres présumés de Boko Haram.

    NIGER
    PLUS DE 12 000 ENFANTS NON SCOLARISÉS À DIFFA
    Un total de 151 écoles a été fermé dans la région sud-est de Diffa, au Niger, en raison de l'insécurité et de la violence liées à Boko Haram. De fait, 12 631 enfants se sont retrouvés dans l’incapacité d’aller à l’école lorsque la nouvelle année scolaire a débuté en octobre. Le gouvernement et les organisations humanitaires travaillent sur les moyens d'aider les enfants à retourner à l'école avant la fin novembre.

    NIGERIA
    SEPT TUÉS A TARABA
    Des violences ont éclaté dans la ville de Wukari dans l'État de Taraba, le 8 novembre, après l'annulation de l'élection du gouverneur sortant. L'autorité de l'État pour la gestion des urgences et la Croix-Rouge ont signalé une violence généralisée et une destruction de biens au cours des heurts qui ont coûté la vie à sept personnes et en a blessé 16 autres.

    MALADIE A VIRUS EBOLA/ REGIONAL
    LA SIERRA LEONE DÉCLARÉE EXEMPTE DU VIRUS
    La Sierra Leone a été déclarée exempte du virus Ebola, le 7 novembre, 42 jours après le dernier cas confirmé. Le pays a enregistré son premier cas d'Ebola en mai 2014. Depuis lors, le virus a infecté 8 704 personnes et tué 3 589 autres. Le pays a commencé une «période de surveillance renforcée" de 90 jours pour assurer la détection précoce de nouveaux cas possibles. La Guinée n'a signalé aucun cas dans la semaine se terminant le 8 novembre. Quatre patients Ebola sont actuellement en cours de traitement et 71 contacts sont surveillés.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Guinea, Niger, Nigeria, Sierra Leone

    CAMEROON
    THREE KILLED IN SUICIDE BLAST
    At least three people were killed and 19 others injured in a suicide attack on 9 November at a market in Fotokol locality in the Far North region. A second attacker was killed by security forces before detonating her explosive device. Boko Haram elements are suspected to be behind a series of suicide attacks that have rocked the Far North region since June.

    CENTRAL AFRICAN REPUBLIC (CAR)
    REFUGEES TO VOTE IN GENERAL ELECTIONS
    The Central African Republic (CAR), Cameroon and UNHCR on 2 November signed a tripartite agreement that will allow more than 109,000 eligible CAR refugees in Cameroon to vote in the 27 December general elections aimed at ending the current transition government. Cameroon hosts around 250,000 CAR refugees in its East region neighbouring CAR.

    CHAD
    FIVE KILLED IN SUICIDE BOMBING
    On 8 November, two suicide attackers struck Ngouboua village on the shores of Lake Chad, killing five people. Boko Haram is suspected to be behind the bombing by two young girls who detonated their explosives in a populated area. So far no population movements or humanitarian needs linked to the attack have been reported. In February, Ngouboua became the first Chadian village to be attacked by suspected Boko Haram gunmen.

    NIGER
    OVER 12,000 CHILDREN OUT OF SCHOOL IN DIFFA
    A total of 151 schools have been closed in Niger’s south-eastern Diffa region due to insecurity and violence linked to Boko Haram. As a result, 12,631 children have been left without education as the new school year began in October. The Government and humanitarian organizations are working on ways to help the children return to school before the end of November.

    NIGERIA
    SEVEN KILLED IN TARABA
    Violence erupted in Wukari town in Taraba State on 8 November following the annulment of the election of the incumbent governor. The State Emergency Management Authority and the Red Cross reported widespread violence and destruction of property during the violence that claimed seven lived and injured 16 others.

    EVD REGIONAL
    SIERRA LEONE DECLARED EBOLA-FREE
    Sierra Leone was declared free of Ebola on 7 November, 42 days after the last confirmed case. The country recorded its first Ebola case in May 2014. Since then the virus has infected 8,704 people and killed 3,589. Sierra Leone has now begun a 90-day “enhanced surveillance period” to ensure early detection of any possible new cases. Guinea reported no cases in the week ending 8 November. Four Ebola patients are currently under treatment and 71 contacts are being monitored.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali

    (New York, 10 November 2015): The Head of Operations at the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, John Ging, today applauded the pivotal role played by women in Mali’s recovery from violent conflict. Mr. Ging has just returned from a three-day visit to Mali, where he traveled to Timbuktu and met with the Prime Minister and the Minister for Solidarity, Humanitarian Affairs and Reconstruction of the North. He also visited some small enterprises, a large number of which were created and led by women. “I was struck by the strength and energy of women in Mali,” noted Mr. Ging. “They have a central role to play in the country’s recovery but must be empowered and supported to assume that role.” “Two years ago I saw the key role of women here in holding families and communities together in the midst of war,” continued Mr. Ging. “It is fantastic to see the impressive results being achieved today by women making a key contribution to the economic recovery of communities decimated by conflict.” Mr. Ging also praised recent peace efforts; “I applaud the wisdom of parties to the conflict in reaching a successful peace agreement in June. This presents a real window of opportunity to build lasting peace in the country, but we must support the positive momentum with the necessary financial resources for humanitarian and development activities.” Mali faces a high humanitarian caseload, with some 2.6 million people in Mali in need of assistance. Child malnutrition rates are of particular concern, with some areas reporting over 17 per cent of infants severely malnourished. Despite these immense needs, Mali’s aid appeal is only 33 per cent funded. Mali has had impressive results in getting education services back on track, after destruction, damage, and the flight of teachers and administrators during the conflict shut down over 90 per cent of schools in northern and eastern parts of the country. “It was inspiring to see so many children back at school, being taught by highly competent and dedicated teachers, the majority of whom are women,” said Mr. Ging. With the African Union declaring 2015 the ‘Year of the African Women’, the role played by women in Mali is an important example across the continent. However, women in Mali continue to be subjected to serious violence, including the 89 per cent prevalence of female genital mutilation. “The number of girls being subjected to female genital mutilation in Mali is startling and we bear a collective responsibility to end this unspeakable violence against innocent girls,” said Mr. Ging.

    For further information, please call:
    Michelle Delaney, OCHA New York, delaneym@un.org, Tel + 1 917 367 4568, Cell +1 917226 6308


    0 0

    Source: US Agency for International Development
    Country: Nigeria

    Like most 10-year-old students, Dinah solves her math problems in the old-fashioned way—with her fingers. She counts to six and jots down the number.

    For Dinah’s extended family, they are counting something entirely different—the months since the girl lost her mother during a raid by Boko Haram insurgents on her village in northern Nigeria.

    After the vicious attack, the young girl eventually made it to a center for internally displaced persons. Dinah’s uncle drove from the city of Bauchi to bring her to his home.

    Today, some seven months after the incident, Dinah is adjusting to a new school and a new future.

    An insurgency has wreaked havoc on parts of Nigeria, forcing some 2.2 million people from their homes—one of the largest concentrations of internally displaced persons in Africa. Hundreds of thousands of school-aged children have been set adrift inside the country, ripped from their communities and their schools.

    With the magnitude of the situation, USAID, state officials and NGOs stepped in with the Education Crisis Response program.

    Launched in 2014, the goal of the program is to expand access to quality and protective non-formal education and alternative education opportunities for out-of-school children, ages 6 to 17, in three Nigerian states and reduce the burden on local schools already stretched thin by limited resources. It is implemented by Creative Associates International and the International Rescue Committee, along with local NGOs.

    The project has established 294 non-formal learning centers that provide education, in-class meals and psycho-social services to the displaced children, says Ayo Oladini, director of the Education Crisis Response program.

    Local facilitators identified and trained by the program use a government-approved curriculum to teach basic literacy, numeracy and life skills. The learning centers are housed in existing structures like schools or meeting houses that are made available by the local community.

    The students attend class three days a week for at least two hours each day and are provided basic school materials.

    Paving the way for mainstream education

    State officials evaluating the non-formal learning centers say they are working.

    “The type of education they do receive is a good one,” says Halilu Usman Rishi of Bauchi’s State Education Secretariat. “That is going to [pave the] way for them to mainstream to a formal system of education.”

    The opportunity to return to class is life changing, especially for the many who have been displaced and out of school for years.

    “For the kids who had forgotten most of what they have learned [and are] now coming back to a classroom — to say it is therapeutic is an understatement,” Oladini said. “It’s a thing of joy.”

    Addressing psychosocial needs

    And while education is the foundation of the program, children traumatized by conflict and upheaval can only learn when their fears are also addressed.

    USAID responded to the psychological needs of the displaced children by incorporating a psychosocial approach to teaching. Facilitators are trained to teach in a student-friendly manner by incorporating group exercises and encouraging positive, interactive student-teacher relations. Working through local partner agencies, the program also encourages the local community to spread messages of peace.

    “We make sure that we don’t create any more trauma, either for these children or within the community where they live,” Oladini explained. “We tell them ‘Look, the future is still there for you. You [may] have lost this, you [may] have lost that…but there is still hope for you.’”

    Officials in Bauchi are embracing this strategy to help students deal with what has happened to them and their families.

    “The program is, in fact, doing as much as possible to ensure that the children are associating with their friends in the learning centers,” says Bauchi’s Rishi. “Some of them used to tell us as we go around to discuss with them, that initially, they found it very difficult to associate with the other children. But as they interact so much with their friends in the learning centers, they forget thinking about such ugly happenings.”

    Preparing for sustained success

    Scheduled to phase out in 2017, the Education Crisis Response program is supported by Nigeria’s state and federal governments, which, Oladini said, will help ensure the long-term sustainability of the program.

    From the outset, government education officials have been involved in every detail of program planning and worked with the program to identify communities, develop a teacher training manual and sit in on classes.

    For every learning center, Education Crisis Response has also trained two local government education officials to serve as mentor teachers whose job is to work with the facilitators and provide feedback to teachers.

    “From day one, we made sure [the government understood] that this is your program, it’s not our program,” Oladini said. “So from year one before the end of year two, they’ll be able to plan within their budget to see how they can scale up all these programs.”

    And while government’s support of the Education Crisis Response program is essential, it is one part of an overall effort that also depends largely on the communities themselves.

    “We’re letting them know that with or without parents, there is what we call ‘your own mindset’ – your own ability to move forward and persevere in a state of difficulty,” Oladini said. “This is what we are teaching them.”


    Produced for USAID by Creative Associates International, with reporting by Michael J. Zamba and Ernest Akoma in Nigeria.


    0 0

    Source: International Committee of the Red Cross
    Country: Nigeria

    The conflict in north-eastern Nigeria has left thousands of women widowed. Lacking a formal education, many have been reduced to begging and are unable to feed their children. Working with local widows' associations, the ICRC is providing food for widows and their families, and providing grants that enable them to set up small businesses and become self-sufficient.

    Aisha Ishaku (42) will never forget 4 August 2014. That was the day of the attack on her village of Gwoza in Nigeria's Borno state, which left one of her seven children missing and her husband with a gunshot wound to the leg.

    Aisha and her remaining children put her injured husband in a wheelbarrow and escaped. After a trek of 25 kilometres, they finally reached the hospital in Madagali, Adamawa state.

    Aisha's husband, a 52-year-old teacher, was suffering from diabetes. His condition aggravated the gunshot wound and he died a few months later in Maiduguri State Specialist Hospital.

    Since Aisha became a widow, she has been struggling to pay the rent and the school fees for her six children. Like many other widows in Maiduguri, she roams the streets with her children, selling Kosai - fried bean cakes - for five Naira (CHF 0.02) each. Some of the widows sew hats for 500 Naira each (CHF 2.50).

    In Maiduguri, where Islam is the main religion, men are expected to provide for their wives. Losing a husband could mean having no income.

    "Most of the widows are struggling to provide even one meal a day for their families. And it's difficult for them to find a job, because most have little formal education," says Aishatu Maaji, Secretary of the Muslim Widows Association in Borno state.

    The forgotten victims of the conflict

    The husbands of more than 7,000 women registered with the Christian and Muslim Widows Association died as a result of the conflict between Boko Haram and the Nigerian Army. Two million people have fled to Maiduguri. This is now a regional humanitarian crisis, affecting the neighbouring countries of Cameroon, Chad and Niger, and the number of widows may well increase.

    Many widows are reduced to begging on the streets of Maiduguri.

    Cooperation between the Borno State Widows Association and the ICRC is enabling widows to buy more food, reduce their debts and start small businesses.

    Memuna Ihaka (25) is from Kogi state. Her husband died two years ago while attempting to flee an attack on their town. "My four children and I never even saw his body. I only heard the story from eyewitnesses," Memuna tells us, the sadness still fresh in her voice.

    A few days ago, Aisha and Memuna were among 1,300 widows who went to an ICRC distribution centre to collect food. For six months, they are receiving a monthly issue, of rice, maize, millet, groundnuts, beans, salt, sugar and oil.

    "Our life has improved since I joined the ICRC widows' project. We have more food, and the quality's better. My debts have reduced and I can pay the rent and the school fees for my six children," Aisha tells us with a big smile.

    Widows get back on their feet

    Widows like Aisha can also receive a 40,000 Naira (CHF 200) grant to buy materials with which to set up a business.

    Amina Lawan (41) lost her husband three years ago. "Before the ICRC came and helped my family, we hardly ate twice a day. I didn't have enough money to support my children," she explains, as she sews a traditional Nigerian dress.

    With her ICRC grant, Amina has bought three sewing machines and now has her own tailoring centre. She is currently training two apprentices.

    "My life has completely changed. I can take care of my family and even pay health and school fees," Amina says.

    The ICRC is one of the few organizations supporting widows in Borno state. Since the beginning of the project, more than 2,500 women have benefitted and 500 have started their own businesses.

    "There are no more widows begging on the streets," says Aishatu Maaji.

    "I still miss my husband, but the ICRC's support has helped me cope with his loss and ensure a better future for me and my children," Aisha says.

    The widows of the conflict can now provide food, health care and schooling for their families. In the process, they have regained their dignity and built the confidence they need to stand on their own two feet.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Algeria, Egypt, Eritrea, Libya, Mauritania, Morocco, Saudi Arabia, Somalia, Sudan, World, Yemen

    Strict vigilance required in northwest Africa, the Horn of Africa and Yemen

    11 November 2015, Rome - Unusually heavy and widespread rains that fell recently in northwest Africa, the Horn of Africa and Yemen could favour Desert Locust breeding, FAO warned today, stressing that close monitoring is needed over the next six months to prevent the insects from forming destructive swarms.

    The locust situation in countries normally affected by Desert Locust remained mostly calm in October with only small-scale breeding activity detected, FAO experts said. They noted however, that this could change, in part due to the impact of El Nino in Africa and the tropical cyclones Chapala and Megh in the Arabian Peninsula and the Horn of Africa.

    "Extreme weather events, including torrential downpours, have the potential to trigger a massive surge in locust numbers. Rain provides moist soil for the insects to lay their eggs, which in turn need to absorb water, while rains also allow vegetation to grow which locusts need for food and shelter," said Keith Cressman, FAO Senior Locust Forecasting Officer.

    "The effects of a locust plague can be devastating on crops and pastures and thus threaten food security and rural livelihoods," he added.

    After becoming airborne, swarms of tens of millions of locusts can fly up to 150km a day with the wind. Female locusts can lay 300 eggs within their lifetime while a Desert Locust adult can consume roughly its own weight in fresh food per day -- about two grams every day. A very small swarm eats the same amount of food in one day as about 35,000 people.

    The impact of El Nino and tropical cyclones Chapala and Megh

    FAO has been monitoring the situation in northwest Africa where unusually heavy rains fell in late October over a widespread area of northern Mauritania, the adjacent areas of Western Sahara, southern Morocco and western Algeria and southwest Libya.

    In the Horn of Africa, above-average rains associated with a very strong El Nino are predicted over northern Somalia during this winter and next spring. If so, ecological conditions will become favourable for breeding on the northwest coast and the Somali plateau.

    Heavy rains associated with tropical cyclone Chapala fell in southern coastal and interior areas of Yemen in early November, followed one week later by tropical cyclone Megh that also affected northeastern Somalia. The torrential rains which far exceeded the annual average rainfall for the entire year caused flooding and damage.

    In the winter breeding areas along both sides of the Red Sea, seasonal rains began in early October, which is slightly earlier than normal. If the rains continue, there would be sufficient time for two generations of breeding to occur this year in the coastal areas of Sudan, northern Eritrea, southeast Egypt, Saudi Arabia and Yemen

    Climate change and locust prevention and control

    Prevention, mainly through early warning and early reaction, is the key in reducing the extent to which Desert Locust can affect agricultural areas. After unusually heavy rainfall, it is imperative that countries mount the necessary field surveys and maintain them on a regular basis for routine monitoring of breeding conditions and locust infestations. The finding of significant infestations requires control operations to avoid a further escalation in locust numbers. It is critical that the results of survey and control operations are reported quickly and accurately so that swift decisions can be taken to prevent the spread of locusts to other countries.

    While these measures are believed to have played an important role in the decline in the frequency and duration of plagues since the 1960s, today climate change is leading to more frequent, unpredictable and extreme weather and poses fresh challenges on how to monitor locust activity.

    Whereas locust numbers decrease during droughts, locust outbreaks often follow floods and cyclones. If not controlled, these outbreaks can lead to plagues. Temperature on the other hand governs the speed of locust development and warmer conditions could possibly shorten the incubation and maturation periods and lead to a rise in the number of locust generations in a year.

    FAO's role

    FAO operates a Desert Locust Information Service that receives data from locust-affected countries. This information is regularly analyzed together with weather and habitat data and satellite imagery in order to assess the current locust situation, provide forecasts up to six weeks in advance and if required issue warnings and alerts. FAO also provides training, undertakes field assessment missions and coordinates survey and control operations as well as assistance during locust emergencies.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Algeria, Mali, Mauritania, Morocco, Syrian Arab Republic

    À mesure que les options s’amenuisent, un nombre restreint mais croissant de Syriens tente un nouvel itinéraire tortueux pour atteindre l’Europe : ils prennent un avion pour la Mauritanie, à près de 5 000 kilomètres de la Syrie, en Afrique de l’Ouest, puis voyagent avec des passeurs sur les anciennes routes du sel qui traversent le Sahara depuis le Mali. Un reportage de Katarina Höije, depuis Gao, dans le nord du Mali.

    Des maisons basses en terre commencent à se découper dans le ciel du désert alors que le vieux pickup cabossé pénètre dans la vallée de Tilemsi, près de Gao, à quelque 1 200 kilomètres au nord-est de Bamako, la capitale du Mali. Le véhicule s’arrête et une dizaine d’hommes descendent se dégourdir les jambes. Les femmes et les enfants restent dans la chaleur étouffante du camion.

    Mohamed Abdelaziz* est descendu lui aussi. Il a quitté Homs, sa ville natale de l’ouest de la Syrie, début 2012, lorsque les combats entre les forces du gouvernement et l’Armée syrienne libre se sont intensifiés.

    Après avoir passé quelque temps dans un camp de réfugiés au Liban, il s’est récemment joint à quelques Syriens pour un long voyage, dangereux et inédit : ils se sont d’abord rendus en Mauritanie (Afrique de l’Ouest), puis à Bamako (Mali), plus au sud, avant de se diriger vers Gao pour emprunter l’une des vieilles routes du sel qui traversent le désert du Sahara en direction du nord.

    « Les routes sûres sont rares et celles qui restent sont de plus en plus difficiles à parcourir », a dit M. Abdelaziz à IRIN. « J’ai pensé à traverser la Turquie pour atteindre les îles grecques, mais tous les pays d’Europe de l’Est ferment leurs frontières. »

    Selon lui, il lui était impossible de rester au Liban, car il y était trop difficile de trouver du travail et de régulariser sa situation.

    Hors des sentiers battus

    La Mauritanie est l’un des rares pays arabophones où les Syriens peuvent voyager sans visa et Nouakchott, la capitale, compte une communauté grandissante de plusieurs centaines de Syriens.

    M. Abdelaziz n’a pas voulu dire comment il était arrivé en Mauritanie avant de rejoindre le Mali, mais il est probable qu’il fasse partie du nombre croissant de Syriens qui s’y rendent directement en avion depuis le Liban.

    « Nous avons observé une hausse [du nombre de Syriens en Mauritanie] cette année », a dit à IRIN Sébastien Laroze, représentant du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans ce pays. « Ils prennent un avion à Beyrouth […] et arrivent directement à Nouakchott […] où [ils] voyagent en groupe vers le Mali […] puis continuent ensemble jusqu’en Algérie. »

    Auparavant, les Syriens prenaient directement un avion pour Alger, puis traversaient la frontière marocaine pour rejoindre les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, portes d’entrée très courues vers l’Europe. Mais en mars, l’Algérie a imposé aux Syriens de nouvelles restrictions en matière de visa, forçant de nombreux migrants à opter pour cet itinéraire bien plus long et plus dangereux.

    « Depuis que l’Algérie a appliqué des restrictions de visa aux ressortissants syriens, nous avons vu de plus en plus de réfugiés syriens voyager de la Mauritanie au nord du Mali, puis s’introduire en Algérie avec l’aide de réseaux de passeurs », a dit à IRIN Anthony Berginc, porte-parole du HCR à Rabat.

    « Une fois en Algérie, ils peuvent y rester jusqu’à deux ans avant de poursuivre leur route vers le Maroc avec, pour certains, l’objectif d’atteindre l’Europe. »

    Selon un article récent, entre 700 et 1 500 Syriens attendraient à Nador, ville frontalière du Maroc, la possibilité de se rendre à la douane espagnole de Melilla. Même si nombre d’entre eux sont venus par la route en passant par l’Égypte, la Libye et l’Algérie, il semblerait que l’itinéraire du Sahel depuis la Mauritanie devienne de plus en plus populaire.

    Un paradis pour les passeurs

    Des trafiquants d’être humains au Mali ont dit à IRIN qu’ils transportaient une dizaine de migrants de différentes nationalités tous les deux ou trois jours de Bamako à Gao, puis à In Khalil, un repaire de passeurs proche de la frontière algérienne.

    De là, il faut plusieurs heures en pick-up à travers le désert pour rejoindre Tamanrasset, carrefour des routes du sel empruntées à dos de chameaux par les commerçants pendant des siècles. Une autre route, populaire auprès des migrants d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique subsaharienne, traverse le Sahel vers l’est jusqu’à Agadez (Niger) et rejoint les itinéraires migratoires du centre et de l’est de l’Afrique à destination de la Libye, d’où il est possible de se rendre en Europe par bateau.

    Les routes du Sahel sont connues pour leurs dangers. D’après l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), des dizaines de personnes meurent chaque mois en tentant de traverser le désert, même s’il est impossible d’en déterminer le nombre exact en raison de l’étendue de la région et du caractère inhospitalier du milieu.

    La région de Kidal, zone de non-droit au nord de Gao, est aussi un carrefour et un repaire pour les contrebandiers : du tabac, de la cocaïne et d’autres produits sont régulièrement passés illégalement par In Khalil et par d’autres voies transfrontalières. Les migrants africains ont longtemps traversé cette région pour se rendre en Algérie, mais d’après des passeurs, nombre de personnes récemment transportées clandestinement au-delà de la frontière étaient des Syriens.

    Amadou Maiga*, trafiquant de cigarettes, de pétrole et de nourriture à travers le Sahel, a dit qu’il avait commencé à passer des « marchandises humaines ».

    Il a dit à IRIN que, chaque mois, le nombre de Syriens empruntant cet itinéraire augmentait. Il avait récemment aidé 35 réfugiés syriens à traverser le Mali et quatre autres dormaient par terre dans son atelier.

    « Ils veulent tous atteindre l’Europe à tout prix », a dit M. Maiga.

    L’OIM a récemment porté assistance à 36 Syriens, dont 17 enfants et neuf femmes, en provenance de Mauritanie et qui se dirigeaient vers l’Algérie en passant par Gao. Il est difficile de savoir s’il s’agit du même groupe dont parlait M. Maiga.

    « Il est de plus en plus évident qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé », a dit à IRIN Aminta Dicko, représentante de l’OIM dans le Nord-Mali. « Nous pensons que de plus en plus [de Syriens] empruntent cet itinéraire. »

    Syriens synonymes d’argent

    Le long du parcours, l’argent des migrants change la vie des villes reculées du désert.

    Dans un pays dont la plupart des habitants vivent avec moins de deux dollars par jour, les Syriens, qui ont les moyens de payer des services de meilleure qualité, sont bienvenus.

    En fonction du mode de transport, le prix du voyage coûte au minimum 300 dollars, honoraires de tous les intermédiaires inclus. D’après des chauffeurs et des passeurs de Gao, certains migrants ont cependant payé bien plus cher, selon l’itinéraire et les risques encourus. Avec 15 à 20 personnes par camion, les chauffeurs peuvent gagner jusqu’à 4 000 dollars en un seul voyage.

    « Des gens deviennent millionnaires en quelques années », a dit à IRIN un homme d’affaires de Bamako en lien avec le réseau de passeurs transsaharien.

    Les policiers, les soldats et les autorités locales qui ferment les yeux sur le trafic des migrants gagnent souvent plus en pots-de-vin qu’avec leurs salaires.

    De longs tronçons de la route qui relie Bamako à Gao et à l’Algérie sont contrôlés par des groupes armés tels qu’Ansar Dine et Al Qaida au Maghreb islamique. Des camions et des voitures privées passant par Gao et Kidal sont régulièrement arrêtés et dévalisés ou obligés de payer de lourdes « taxes » imposées par des mouvements rebelles.

    « On peut toujours négocier avec les groupes armés, car la plupart d’entre eux ne sont là que pour l’argent », a dit Oumar Diallo,* ancien guide touristique reconverti en passeur.

    Un retour en arrière impossible ?

    À Gao, où les habitants disent que les Syriens s’attardent souvent pendant des semaines avant d’atteindre ce que l’on considère comme « la porte du Sahel », les affaires ont repris ces derniers mois. Les rues qui bordent le marché principal de cette ville auparavant endormie sont pleines de pickups Toyota. Les nouvelles villas en ciment commencent à être plus nombreuses que les maisons en adobe.

    « C’est comme une ville champignon et de nombreuses personnes en profitent », a dit à IRIN Abdrahamane Togora, qui observe les tendances migratoires pour Bamako.

    M. Togora craint cependant que la demande croissante de passeurs attire des groupes criminels et notamment ceux qui s’adonnent au trafic d’armes et de drogue ou au trafic d’êtres humains.

    « Nous ne pouvons pas empêcher les gens de se déplacer, mais nous suivons de près la situation », a-t-il dit. « Si l’on essayait d’arrêter ce commerce, les trafiquants ne l’accepteraient pas. »

    M. Maiga est du même avis. « L’armée malienne ne peut pas contrôler le territoire et les autorités n’osent pas intervenir. »

    Il a expliqué que même si c’est illégal, lorsque quelqu’un a des papiers « en règle », les autorités ne peuvent pas faire grand-chose pour l’empêcher de monter dans un camion. « Les soldats et les policiers peuvent arrêter les camions, mais tant que les passagers ne disent pas qu’ils ont payé telle ou telle personne pour arriver là, il est très difficile de démasquer les réseaux de trafiquants et de passeurs. »

    M. Maiga a ajouté qu’il n’avait pas l’intention d’arrêter de transporter des Syriens à travers le Sahel. « Je peux aider ces personnes, alors je le fais. »

    Pas de meilleure option

    Aucun chiffre officiel du nombre de migrants empruntant ces anciennes routes commerciales à travers le Sahel n’est disponible. Selon l’OIM, le gouvernement malien a la responsabilité de suivre le parcours des migrants et réfugiés qui arrivent dans le pays. Ce dernier a dit à IRIN qu’il « suivait la situation ».

    Selon l’Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée, entre 5 000 et 20 000 migrants sont passés clandestinement par le Mali en direction de la Libye l’année dernière, notamment avec l’aide de tribus nomades transsahariennes telles que les Touaregs du nord du Mali et du sud de l’Algérie. La grande majorité de ces migrants étaient des migrants originaires d’Afrique centrale et de l’Ouest qui trouvaient qu’il était de plus en plus difficile d’accéder à l’Europe par Ceuta ou Melilla, car ils finissaient souvent par croupir indéfiniment au Maroc dans des conditions déplorables.

    La popularité de l’itinéraire transsaharien pour les réfugiés syriens qui tentent d’atteindre le Maroc semble trouver son origine dans le changement des règles d’attribution des visas pour l’Algérie en mars/avril. Alors que les pays d’Europe continuent d’intensifier les mesures de sécurité aux frontières, surtout le long de la très populaire route de l’ouest des Balkans, de nombreux migrants pourraient bientôt suivre le même chemin que M. Abdelaziz.

    « Ça n’a pas été facile d’arriver ici [au Mali], » a dit ce dernier à IRIN. « Ce n’est pas facile de poursuivre la route jusqu’en Europe. Mais ce n’est pas non plus facile de rester ici. »

    *nom d’emprunt

    Édité par Jennifer Lazuta et Andrew Gully


    0 0

    Source: World Bank
    Country: Mali

    LES POINTS MARQUANTS

    • L’amélioration des infrastructures destinées à transformer localement des produits agricoles tels que les mangues permet d’accroître la productivité.

    • Grâce au soutien apporté par le projet, les agriculteurs et entrepreneurs locaux peuvent offrir des emplois aux jeunes.

    • Pour accroître les chaînes de valeur agricoles du Mali, les efforts entrepris dans le cadre du projet visent à augmenter les investissements, renforcer les capacités et relier les agriculteurs aux marchés régionaux et internationaux.

    BAMAKO, le 11 novembre 2015 – Après avoir roulé pendant 600 kilomètres sous une chaleur accablante, dans une région peu habitée du Mali, nous arrivons finalement dans un quartier résidentiel de Sikasso, une grande ville située au sud de Bamako. Nous voici au siège de l’entreprise Diallo, qui est également la maison à sa directrice, Mme Diallo Hadizatou Maiga. Elle nous accueille avec un grand sourire et nous raconte avec enthousiasme ce qui est devenu sa plus grande fierté….avec ses enfants, bien entendu !

    " Avant, nous produisions 20 kilos de mangues sèches par jour avec les anciennes machines. Aujourd’hui, nous en produisons entre 1,5 et 2 tonnes. Notre capacité de production a plus que triplé ! " Diallo Hadizatou Maiga
    Directrice de l’entreprise Diallo, une usine de transformation de mangues

    L’histoire de Mme Diallo et la Banque mondiale commence en 2008, lorsqu’elle reçoit une subvention de 2,5 millions de francs CFA (dans le cadre d’un projet total de 5 millions de CFA) pour améliorer l’infrastructure de son entreprise de transformation de mangues. Avec le soutien du Projet de compétitivité et de diversification agricole (PCDA) du Mali, financé par la Banque mondiale, elle a acheté deux nouvelles machines à grande capacité de traitement afin d’agrandir son entreprise.

    « Beaucoup de choses ont changé depuis », explique Mme Diallo. « Avant, avec les séchoirs Attesta, nous produisions 20 kilos de mangues séchées par jour. Aujourd’hui, nous en produisons entre 1,5 et 2 tonnes. Notre capacité de production a plus que triplé ! Non seulement nous avons amélioré la qualité du produit final mais, en plus, nous avons réduit les pertes de matières premières ».

    Le PCDA fournit une assistance aux agriculteurs et aux entreprises privées afin qu’ils augmentent et diversifient leurs revenus et leurs perspectives économiques. Il soutient le développement d’une agriculture commerciale diversifiée et dynamique qui permettrait de sortir de l’agriculture de subsistance, souvent synonyme de pauvreté pour une grande partie de la population rurale.

    En facilitant le développement du secteur privé, l’augmentation des investissements et l’accès au financement et à l’infrastructure commerciale, ce projet participe au renforcement des capacités de plusieurs niveaux de la chaîne de valeur de l’agriculture. Il permet également de relier les agriculteurs aux marchés afin qu’ils puissent commercialiser leurs produits, en établissant des partenariats avec des institutions régionales et internationales, un lien indispensable à toute réussite.

    Alors qu’elles étaient auparavant vendues sur les marchés nationaux uniquement, les mangues séchées de l’entreprise Diallo sont désormais disponibles dans les supermarchés européens. « Nos produits sont conformes aux normes internationales et, grâce à la collaboration avec notre partenaire sud-africain, nous avons accès aux marchés internationaux. C’est cela qui a vraiment changé la donne », ajoute Mme Diallo.

    L’entreprise embauche actuellement 25 personnes, dont 20 femmes. Par le biais du projet, Mme Diallo a pu obtenir des financements supplémentaires d’autres donateurs (Union européenne, coopération suisse) et, en collaboration avec l’Assemblée régionale, elle fait actuellement construire à quelques kilomètres de Sikasso une usine plus moderne, plus grande et dotée d’une meilleure infrastructure. « J’en rêvais depuis longtemps » dit‑elle. « Mon rêve s’est finalement réalisé et je suis extrêmement fière du chemin parcouru depuis les débuts modestes de l’entreprise dans l’arrière-cour de ma maison ».

    La nouvelle usine devrait être opérationnelle courant 2016 et permettra à l’entreprise d’embaucher davantage d’employés permanents et saisonniers, en donnant la priorité aux jeunes sans emploi.

    Pour cette entrepreneuse très dynamique, la transformation est indispensable, dans tous les sens du terme. Avec l’aide des donateurs, les gouvernements africains devraient davantage mettre l’accent sur la transformation locale et encourager les agriculteurs en prenant des mesures d’incitation comme le versement de subventions. S’ils augmentent leur capacité, les agriculteurs pourront alors embaucher plus d’employés, ce qui permettra non seulement d’aider des milliers de familles mais également de contribuer à la croissance économique de leurs communautés.

    Des milliers d’agriculteurs bénéficient d’une assistance dans le cadre du PCDA pour la transformation de la mangue et de la noix de coco. Parmi eux, 80 % sont des femmes. Le projet aide également les agriculteurs à accroître leur productivité en améliorant les systèmes d’irrigation, en renforçant les capacités et en fournissant un soutien technique.

    Alassane Koné est producteur de mangue à Sikasso. En 2010, il a reçu 10 millions de francs CFA du projet PCDA, qu’il a utilisé pour mettre en place un système d’irrigation moderne sur sa ferme de cinq hectares.

    « Avant, il me fallait une semaine pour irriguer tous les champs. Je faisais environ deux kilomètres à dos d’âne pour aller chercher de l’eau », explique M. Koné en montrant du doigt son âne, qui attend sous un arbre. « Maintenant, grâce au nouveau système d’irrigation, cela ne prend que quatre heures. Notre productivité a doublé, passant de 100 à 200 plantes par hectare. »

    M. Koné est parvenu à s’affranchir de l’agriculture traditionnelle pour devenir un producteur commercial, avec plus de 1 054 arbres. Grâce à son système d’irrigation, il ne dépend plus de la saison des pluies pour l’irrigation de son verger. « C’est un grand soulagement et l’un des meilleurs investissements que j’aie jamais fait », déclare M. Koné en me montrant fièrement sa nouvelle installation. « J’ai désormais de l’eau pendant toute l’année et mon âne peut enfin se reposer », ajoute‑t‑il en riant.

    Les mangues du verger de M. Koné et de bien d’autres exploitations de la région sont transformées dans la nouvelle usine de traitement de pommes de terre et de mangues de Sikasso. Construite et équipée en 2014 grâce aux fonds du projet, l’usine a une capacité de transformation de 66 tonnes (soit trois containers) de mangues de première catégorie par jour. La production est ensuite exportée dans les pays voisins ainsi qu’en Afrique du Nord et en Europe.

    À la clôture du projet en juin 2015, plus de 16 000 bénéficiaires directs des régions de Mopti, Ségou, Sikasso, Koulikoro et du District de Bamako avaient profité des effets positifs du PCDA.

    Lorsqu’on lui demande ce qui va désormais se passer et s’il existe des risques de perdre les bénéfices du projet, Mamadou Camara, le coordinateur régional du projet, se montre rassurant : « les entités publiques ont été formées pour prendre le relai et superviser les activités du projet. Nous nous sommes également associés avec des agences spécialisées afin de renforcer la capacité des agriculteurs et leur fournir des formations. À ma connaissance, rien n’empêche la poursuite du travail fructueux que nous avons commencé. »


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Algeria, Egypt, Eritrea, Libya, Mauritania, Morocco, Saudi Arabia, Somalia, Sudan, World, Yemen

    Stricte vigilance requise en Afrique du nord-ouest, dans la Corne de l'Afrique et au Yémen

    11 novembre 2015, Rome – Les pluies inhabituellement fortes et généralisées qui sont tombées récemment dans le nord-ouest de l’Afrique, la Corne de l'Afrique et au Yémen pourraient favoriser la reproduction des criquets pèlerins, avertit aujourd'hui la FAO, soulignant qu’une surveillance étroite est nécessaire au cours des six prochains mois pour empêcher les insectes de former des essaims destructeurs.

    La situation acridienne dans les pays habituellement touchés par le criquet pèlerin est généralement restée calme en octobre, avec seulement la détection d’une reproduction à petite échelle, indiquent les experts de la FAO qui notent, toutefois, que cela pourrait changer, en partie en raison de l'impact d'El Nino en Afrique ainsi que des cyclones tropicaux Chapala et Megh dans la péninsule Arabique et la Corne de l’Afrique respectivement.

    «Les événements météorologiques extrêmes, notamment les pluies torrentielles, peuvent déclencher une augmentation massive des populations acridiennes. La pluie offre aux criquets femelles un sol humide pour y pondre leurs œufs qui, à leur tour, ont besoin de cette humidité pour se développer. La pluie favorise aussi la croissance de la végétation qui offre aux criquets nourriture et abri», indique Keith Cressman, Fonctionnaire principal FAO en charge des prévisions acridiennes.

    «Les effets d'une invasion de criquet pèlerin peuvent être dévastateurs pour les cultures et les pâturages et menacer ainsi la sécurité alimentaire et les moyens d’existence en milieu rural», précise M. Cressman.

    Après avoir pris leur envol, les essaims formés de dizaines de millions de criquets peuvent parcourir jusqu'à 150 km par jour. Les criquets femelles pondent 300 œufs durant leur cycle de vie et un criquet pèlerin adulte consomme à peu près son propre poids en végétation fraîche par jour - soit environ deux grammes. Un très petit essaim mange en une seule journée la même quantité de nourriture qu’environ 35 000 personnes.

    L'impact d'El Nino et des cyclones tropicaux Chapala et Megh

    La FAO suit de près la situation dans le nord-ouest de l’Afrique, où des pluies exceptionnellement fortes sont tombées fin octobre sur une vaste zone du nord de la Mauritanie, sur les zones adjacentes du Sahara occidental, au sud du Maroc, à l'ouest de l'Algérie et au sud-ouest de la Libye.

    Dans la Corne de l'Afrique, des pluies supérieures à la moyenne, associées à un très fort El Nino, sont prévues sur le nord de la Somalie cet hiver et le printemps prochain. Si cela devait se confirmer, les conditions écologiques deviendraient favorables à la reproduction du criquet sur la côte nord-ouest et le plateau somalien.

    De fortes pluies, accompagnant le cyclone tropical Chapala, sont tombées début novembre dans les zones côtières et intérieures du sud du Yémen, suivies, une semaine plus tard, par le cyclone tropical Megh qui a également affecté le nord-est de la Somalie. Ces pluies torrentielles, qui ont largement dépassé la moyenne annuelle des précipitations, ont provoqué des inondations et des dégâts matériels.

    Dans les zones de reproduction hivernale le long des deux rives de la mer Rouge, les pluies saisonnières ont commencé début octobre, soit un peu plus tôt que d’habitude. Si les pluies se poursuivent, il y aura suffisamment de temps pour que deux générations de reproduction successives aient lieu cette année dans les zones côtières du Soudan, du nord de l'Érythrée, au sud de l’Egypte, en Arabie saoudite et au Yémen.

    Changement climatique, prévention et lutte antiacridienne

    La prévention, principalement grâce à l'alerte précoce et la réaction rapide, est essentielle pour réduire l’impact du criquet pèlerin sur les zones agricoles. Après des précipitations exceptionnellement fortes, il est impératif que les pays effectuent les nécessaires prospections et les maintiennent sur une base régulière pour le suivi de routine des conditions de reproduction et des infestations acridiennes. L’identification d’infestations importantes requiert des opérations de lutte afin d'empêcher toute augmentation des effectifs acridiens. Il est essentiel que les résultats des opérations de prospection et de lutte soient communiqués avec célérité et précision afin que des décisions rapides puissent être prises pour prévenir la propagation des criquets à d'autres pays.

    Bien que ces mesures aient le mérite de jouer un rôle important dans la diminution de la fréquence et de la durée des invasions acridiennes depuis les années 1960, le changement climatique actuel – le réchauffement mondial – provoque des phénomènes météorologiques imprévisibles et extrêmes plus fréquents posant ainsi de nouveaux défis sur la manière de suivre l’activité acridienne.

    S’il est vrai que les effectifs acridiens diminuent pendant les sécheresses, les résurgences acridiennes font souvent suite à des inondations et les cyclones. Si elles ne sont pas maîtrisées, elles évoluent en invasions. D’autre part, la température externe régit la vitesse de développement du criquet et des conditions plus chaudes pourraient raccourcir les durées d'incubation et de maturation entraînant une augmentation du nombre de générations acridiennes annuelles.

    Le rôle de la FAO

    Le Service d’information sur le criquet pèlerin du Groupe acridiens de la FAO reçoit les données en provenance des pays touchés par les criquets. Cette information est analysée régulièrement avec les données météorologiques et relatives à l'habitat ainsi qu’avec l'imagerie satellitaire afin d'évaluer la situation acridienne, établir des prévisions jusqu'à six semaines et émettre des avertissements et des alertes si nécessaire. La FAO dispense également des formations, réalise des missions d'évaluation sur le terrain et coordonne les opérations de surveillance et de lutte ainsi que l'assistance lors des urgences acridiennes.

    Contact

    Peter Mayer
    Relations presse, FAO (Rome)
    (+39) 06 570 53304
    peter.mayer@fao.org


    0 0

    Source: Oxfam
    Country: Burkina Faso

    Au Burkina Faso, les organisations paysannes mettent en pratique depuis quelques années le warrantage paysan. Les paysans et paysannes stockent une partie de leurs récoltes et les utilisent comme garantie pour accéder aux crédits collectifs octroyés par les institutions de micro-finances. Cette activité permet, d'une part, l'accès au crédit pour la réalisation d'activités génératrices de revenus et, d'autre part, de stocker dans de bonnes conditions les récoltes, contribuant ainsi à une meilleure conservation et à une meilleure gestion des ressources alimentaires et monétaires dans les familles. Le warrantage a une plus grande trajectoire dans les zones du sud et sud-ouest du pays, excédentaires en matière de production céréalière, alors que dans les zones situées plus au nord, qui ont des récoltes plus faibles, les expériences n'en sont encore qu'à leur début. Ce travail décrit le fonctionnement du warrantage paysan et procède à une analyse de viabilité économique de cette activité dans la région Centre Nord du Burkina.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative
    Country: Niger


older | 1 | .... | 452 | 453 | (Page 454) | 455 | 456 | .... | 728 | newer