Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 368 | 369 | (Page 370) | 371 | 372 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Central African Republic, Chad

    I. Introduction

    La région du Mandoul compte trois départements dont le Barh Sara, frontalier avec la RCA dont la vingtaine de village a accueilli en fin 2013, des réfugiés et retournés fuyant les affrontements dans ce pays. Dembo fait partie des 5 sous préfectures du département du Barh Sara, elle totalise une population de 43 556 personnes1 sur les 225 827 que compte le département et la ville de Dembo elle-même en compte 6 486 personnes2. A cette population autochtone s’est ajoutée une population de réfugiés estimée à 5 000 personnes mais le premier enregistrement fait par le HCR en début de l’année 2014 et qui n’était pas terminé à comptabilisé 2 298 personnes3. Un certain nombre de tchadiens ayant fuit la guerre en RCA est également arrivé à Dembo à la même période que les réfugiés mais n’a jamais été enregistré par OIM comme c’est le cas dans les autres régions. L’absence d’enregistrement pose de réels problèmes aux partenaires qui interviennent dans la région car il n’existe pas de chiffres fiables pour la planification de leurs interventions. En effet, le Mandoul a cette particularité que les réfugiés et retournés avaient été tous accueillis dans des familles et non dans des camps ou sites comme c’est le cas ailleurs. La mission d’évaluation inter Agence effectuée en février 2015 dans la région avait souligné cet exemple d’intégration dans cette région qui s’inscrit dans la logique du Plan de Réponse Global (PRG) du gouvernement. Cet exemple d’intégration à stimulé le renforcement des efforts en cours par un certain nombre de projets dans le but d’améliorer la réponse. Depuis février 2015, des malaises et conflits latents ont altéré cet exemple de cohabitation, conduisant les refugiés a se dissocier de leurs hôtes pour constituer un nouveau quartier à l’Est de la ville de Dembo. Un certain nombre de retournés a suivi le mouvement rendant ainsi difficile les interventions des partenaires qui ne disposent plus d’une approche commune. L’évaluation en cours devra permettre de comprendre les motivations profondes de cette dissociation, d’identifier les défis sous jacents à cette nouvelle donne et de proposer la stratégie à adopter pour que la réponse puisse s’effectuer à travers une approche commune et efficiente.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad, Niger, Nigeria


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Jos, Nigeria | AFP | Wednesday 5/20/2015 - 17:12 GMT

    Gunmen killed at least six people in twin attacks in Nigeria's restive central region, the latest bloodshed in a long-running conflict between nomadic herdsmen and farming communities, police said Wednesday.

    Officials blamed the violence on the mainly Muslim Fulani ethnic group and said the death toll from Tuesday's attacks had reached 27 but there was no immediate confirmation of the higher figure.

    Local government chairman Emmanuel Loman in the Barkin Ladi area of Plateau state said the Fulani herdsmen initially shot dead seven people as part of a cattle raid in Ninji Village.

    They later stormed the nearby village of Ropp, killing 20.

    "As I speak to you now, I am at the mass burial of our 27 people massacred by the Fulani and their mercenaries," Loman said.

    Plateau state police spokesman Abuh Emmanuel said "only six people were killed".

    Local government officials in Plateau, who are predominately members of Christian ethnic groups, have in the past sought to blame the Fulani for any bloodshed, amid long-running tensions in the state.

    Plateau falls on the dividing line between Nigeria's mainly Christian south and mostly Muslim north.

    The largely agrarian, Christian communities in the state maintain the Fulani are engaged in a prolonged battle to gobble up land from the areas of so-called indigenous people.

    Fulani leaders counter that their people face discrimination as "foreigners" in Plateau and are deprived of basic rights, including access to land, education and political office, despite having lived in the area for decades.

    Tensions frequently boil over, with more than 10,000 people killed in the state since the turn of the century.

    str-bs/phz/mfp

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Nigeria

    UNICEF response to date

    • A total of 14,549 children have been admitted to the community-based management of acute malnutrition (CMAM) programme, of which 1,437 children were admitted for treatment in IDP camps in Adamawa and Borno states. A Nutrition Specialist is on ground in Yobe to support the implementation of CMAM programmes in IDP camps.

    • The Psychosocial Support Programme is operational in 141 communities and 21 IDP camps in Borno, Yobe and Adamawa through 474 community volunteers, including 50 newly trained community volunteers in Borno. In Adamawa, an assessment of the situation of unaccompanied and separated children (UASC) was carried out. Assessment findings will support the development of a programme for the identification and interim care of UASC. UNICEF and Adamawa State Ministry of Women Affairs have trained 25 State and non-State actors on case management for unaccompanied and separated children.

    • Integrated Primary Health Care (PHC) services were provided to 40,238 IDP men, women and children in Adamawa in 6 camps and 4 out-of-camp settlements, 11,392 IDPs in Yobe in 1 camp and 2 transit camps for returnees from the Republic of Niger and 51,124 IDPs in 14 camps in Borno.

    • Polio immunization reached 2.78 million children under five (Adamawa: 936,834; Borno: 1,002,571; Yobe: 841,923) using Oral Polio Vaccine (OPV) in the April campaign.

    • In Delori camp in Maiduguri, two enumeration exercises were conducted assessing the educational needs of 4,737 children (2,293 boys/2,444 girls). These children will be enrolled into the neighbouring Dalori Estate Primary/Junior Secondary School, which has capacity for double-shift schooling.

    • In Adamawa, UNICEF supported RUWASSA to construct 50 water sources with hand pumps (10 in IDP camps and 40 in host communities) reaching 16,900 people as well as two solar powered boreholes in 2 camps reaching 5,768 people. Two hundred latrines have been constructed in the IDP camps reaching 10,000 people. In Yobe, 12 latrines have been constructed in Pompomari IDP camps benefiting 3,654 people and 22 water sources have been rehabilitated in communities hosting IDPs reaching 3,026 people. In Borno, UNICEF and RUWASA continue to support regular water quality monitoring and daily chlorination of water storage tanks in 7 camps in Borno, reaching 60,801 IPDs to reduce the risk of disease outbreaks and desludging of 50 latrines has been completed in 3 camps benefiting 5,200 persons


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Niger, Nigeria

    UNICEF response

    • UNICEF is supporting the installation of Sayam Forage refugee camp, hosting over 1,200 refugees, by providing squatting plates, water bladders, NFIs and recreational and ECD kits to UNHCR to ensure access to water and sanitation and support safe spaces for children as part of child protection.

    • In May 2015, the government relocated 42,887 people living in Chad Islands. Among them, 15,482 have been transported to the Nigeria border by the government in coordination with the Nigerian authorities, while 27,405 have been relocated in 3 temporary sites where the government and its partners are providing assistance (including NFIs provided by UNICEF). The national refugee commission is planning to register the displaced people hosted in the 3 temporary sites before sensitizing them to move to the refugee and IDPs camps. In parallel, UNICEF continues to support displaced people and host communities outside the camps and temporary sites.

    • With UNICEF, COOPI has installed psychosocial support units in the transit sites Gagamari, Chetimari, Kablewa, and the Sayam Forage refugee camp, and temporary sites Nguigmi and Kimégama. As of 15th of May, COOPI reached 4,860 children among a targeted 9,750 children. UNICEF is also working on the implementation of a Child Protection Monitoring system in Diffa in collaboration with partners.

    • UNICEF organized a measles vaccination campaign which started on April 27 and ran until the May 3 to target 193,000 children 9 months to 14 years old in the two health districts (Maine Soroa and N’Guigmi) not covered by the previous measles vaccination campaign (in December/January 2015). As of early May 2015, 254,664 children have been vaccinated against measles in Diffa region through the 2 campaigns.

    • UNICEF implementing partners in Diffa, IEDA Relief and Save the Children, began their programme of cholera prevention and response in October 2014 (563 cholera cases have been registered in Diffa from October 2014 to February 2015). Since mid-February, thanks to joint efforts, no cholera cases have been registered.

    • To ensure access to quality primary education for displaced communities, UNICEF in collaboration with COOPI identified 10 schools that are integrating displaced children. UNICEF is strengthening their capacities by building 14 additional classrooms, training teachers, and providing additional educational supplies for teachers and children. UNICEF is planning to support an additional school in Sayam Forage where 5 additional classrooms will be built.

    • CERF funding (1,995,000 USD) has been received and planned activities are being implemented. Preliminary results are not yet available.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo, Equatorial Guinea, Gabon, Nigeria, South Sudan, Uganda

    I. Introduction

    1. The present report is submitted pursuant to the request contained in the statement by the President of the Security Council dated 10 December 2014 (S/PRST/2014/25), in which the Council requested me to keep it informed about the situation in Central Africa and the activities of the United Nations Regional Office for Central Africa (UNOCA). It provides an assessment of the major political and security trends in the Central Africa subregion since my last report, dated 13 November 2014 (S/2014/812), offers an update on progress in the implementation of the UNOCA mandate, and reports on efforts to implement the United Nations regional strategy to address the threat and impact of the activities of the Lord’s Resistance Army (LRA) (see S/2012/481).

    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo, Equatorial Guinea, Gabon, Nigeria, South Sudan, Uganda

    I. Introduction

    1. Faisant suite à la demande formulée par le Président du Conseil de sécurité dans sa déclaration du 10 décembre 2014 (S/PRST/2014/25), dans laquelle le Conseil m’a prié de le tenir informé de la situation en Afrique centrale et des activités du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (ci-après « le Bureau régional »), le présent rapport rend compte des principales évolutions intervenues sur les plans politique et de la sécurité dans la sous-région de l’Afrique centrale depuis mon rapport du 13 novembre 2014 (S/2014/812), des progrès accomplis par le Bureau régional dans l’exécution de son mandat et de l’action menée pour appliquer la stratégie régionale des Nations Unies visant à contrer l’Armée de résistance du Seigneur et à remédier aux effets de ses activités (voir S/2012/481).

    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Ce matin, aux environs de 02h30, un homme armé a tenté de mettre le feu à un véhicule de la MINUSMA garé devant la résidence de plusieurs personnels militaires de la Mission dans le quartier du Faso Kanu à Bamako. Avant de prendre la fuite, l’attaquant a tiré sur le gardien qui a été blessé, sur la maison, ainsi que sur les voitures de la MINUSMA garées et toutes clairement identifiées « UN », causant des dommages matériels.

    Alertée, la Police Malienne s’est déployée sur les lieux avec la sécurité de la MINUSMA pour mener les investigations initiales. Une équipe de UNMAS, le service anti-mine de la MINUSMA, a été chargée de neutraliser deux grenades non explosées retrouvées sur place. Le gardien a été transporté à un hôpital pour recevoir les soins nécessaires.

    La MINUSMA condamne dans les termes les plus vigoureux cette attaque contre son personnel et ses biens, qui constitue un crime grave au regard du droit international. Elle appelle les autorités maliennes à tout mettre en œuvre pour identifier le responsable de cet acte et de le traduire en justice. La MINUSMA est disposée à assister les services compétents maliens à cet effet.

    La MINUSMA rappelle que la responsabilité d’assurer la sécurité de son personnel, notamment à Bamako, incombe aux autorités maliennes.


    0 0

    Source: International Committee of the Red Cross
    Country: Nigeria

    Many refugees and internally displaced people say that a lack of food is their main concern. Some families have just a tiny bit of rice every day to survive on. With so many people uprooted and gathering in towns like Yola, or Maiduguri in Borno State, the existing infrastructure is struggling to cope.

    When violence descended on her home village, Happy Yusuf, 39, and her children fled to the mountains. They were safe, but they had no food or clean water.

    "The suffering was too much," she says. "I was exhausted and had to breast feed my little boy."

    After they fled their mountain hideaway, a woman offered Happy and her children a place to stay, food and water. But after they had spent a month in the village of Kerawa, it too was attacked, and Happy fled to Yola. They are eager to return to their village of Michika. But their home no longer exists.

    "My husband went back to Michika one week ago to rebuild our house. It was bombed during the attack," she says.

    Her husband told her that the landscape in Michika was horrifying. "Our houses, the bank, the shops, the schools, our church and the clinic were destroyed. He told me that it looks like a ghost town."

    Happy was at church in Michika last August when she heard gunshots. She knew she and her family had to run away if they were to survive. They hid in the mountains with about a hundred others.

    Today, in Yola, she continues to struggle. The family needs rice, beans, cooking pots and a mattress to sleep on. And she worries her children will catch malaria.

    "The challenge now is that the food they give us is not enough for everyone. There are some people here who have had no food since they came to Yola. We help them by sharing what we have with them," says Abdul Aziz Muhammed.

    "Our needs are many but first of all we need food. Secondly, we need pots with which we can cook our food," says Hafeesu Adamu.

    ICRC interviews, Yola, Nigeria, March 2015


    0 0

    Source: AlertNet
    Country: Nigeria

    By Emma Batha

    CASABLANCA, May 20 (Thomson Reuters Foundation) - The Boko Haram crisis in northern Nigeria could fuel child marriage as parents pull their daughters out of school following mass abductions by the militants, campaigners warned on Wednesday.

    Read the full article on AlertNet


    0 0

    Source: International Committee of the Red Cross
    Country: Nigeria

    For people fleeing the violence, and on the move, there are few opportunities for health care. Pregnant women have been forced to give birth in the most difficult of circumstances, sometimes obliged to abandon their newborn babies in order to save their own lives. Surgeons have had to deal with injuries they are not accustomed to, such as wounds from bomb blasts.

    Most men fled. Still pregnant, Natisa Mohammed, 29, stayed behind with her four children. "I saw a lot of violence," Natisa recalls of the attack last September in her village of Gulak. "I survived because I was pregnant. I'm still afraid when I remember that moment."

    In February, the violence returned, and Natisa and her children were forced to run. As they travelled the countryside, she prematurely gave birth to her fifth child, a baby boy. A passing man assisted with the birth and put the family in a truck travelling to the refugee centre in Yola.

    "There was shooting everywhere in the area and bombs were being dropped the day I gave birth," says Natisa. "I decided then to call my baby Auwel, after the man who saved the life of my baby and myself."

    Today, Natisa says she needs better food for her children and herself. There is no soap to wash the children's clothes and no money for doctor's visits. Despite these problems, Natisa feels safe in the camp. "We're living as brothers and sisters, helping each other, because we're in the same situation," she says.

    Natisa longs for her previous life selling cosmetics and jewellery at home as her children attended school. But her village has been destroyed. "I just want my previous life back," she says.

    "Yes! In the forest!" says Ummu Salma, a resident of Mubi (Nigeria) who has had to flee the violence. "I saw someone give birth, cover the baby with leaves and walk away leaving the baby in the forest, to save her own life."

    "We were in the church when the men came in. They shot indiscriminately and killed some of us," says Hafeesu Adamu, a resident of Minchiga, Nigeria, who was also forced to flee. "Amongst us were women and children who died on the way. Some gave birth on the way."

    ICRC interviews, Yola, Nigeria, March 2015


    0 0

    Source: International Committee of the Red Cross
    Country: Nigeria

    When families flee their homes, they can no longer tend their fields. When agricultural production drops, trade falls off; a sweeping, downward economic spiral. And when families flee their homes, they get split up. Many displaced people are hosted in villages and towns. This puts a burden on those communities as well.

    During the last six months, Samuel Tizira has opened his house in Yola to 50 people, who are living alongside his wife and six children. His house guests fled violence in Michika, Samuel's hometown, which was attacked last September. Samuel lost eight family members there.

    "People in Michika know that I live in Yola and they started to arrive at my place the day after," says Samuel. "They didn't have a place to stay and we're all human beings. We need to help each other in this world."

    Samuel, 53, has been working in Yola for 34 years as a cartographer for the government. Most of the people who have stayed with him walked 60 kilometres over three days with little to eat or drink.

    "I was taught to care for human life, whatever problems people have," says Samuel, who spent his own money to make sure his former neighbours had something to eat three times a day. He also bought soap, extra mattresses, drinking water and mosquito nets.

    For Samuel, the disruption at home is nothing compared to what those fleeing the fighting have gone through. "They had to escape with the clothes on their backs. There was no time to take even a Kobo (a Nigerian coin) or personal documents," he says.

    "We were worried because the other two children weren't with us. We didn't know where they were," says Maria Sanusi, a mother of five separated from two of her children after gunshots rang out in Gulak, Nigeria, last September.

    ICRC interview, Yola, Nigeria, April 2015


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    En réponse à la série d’allégations erronées au sujet de la MINUSMA, la Mission tient à faire la mise au point suivante à l’intention de l’opinion malienne :

    La MINUSMA rejette catégoriquement toute mise en question de son impartialité et de celle de son personnel.

    La MINUSMA depuis son établissement en juillet 2013, qui a été sollicité par les autorités maliennes, agit en totale impartialité pour s’acquitter de son mandat en appui aux efforts du Gouvernement, et de tous les Maliens, visant à stabiliser le pays et à instaurer une paix juste, durable et inclusive. Cet objectif a été consacré librement par les parties maliennes elles-mêmes dans l’Accord Préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013, et a été unanimement appuyé par la Communauté internationale.

    Depuis, la MINUSMA s’investit sans relâche dans la poursuite des priorités suivantes : sécurité, stabilisation et protection des civils ; appui au dialogue politique national et à la réconciliation nationale ; appui au rétablissement de l’autorité de l’État dans tout le pays, à la reconstruction du secteur de la sécurité malien, à la promotion et la protection des droits de l’homme, et à l’aide humanitaire.

    Sur le plan sécuritaire, la MINUSMA tient à souligner que son rôle, notamment au sujet des hostilités récentes, s’inscrit pleinement dans l’esprit et la lettre de l’Accord de Cessez-le-feu du 23 mai 2014 et des arrangements de sa mise en œuvre du 13 juin 2014 ainsi que des déclarations de cessation des hostilités signées à Alger respectivement le 24 juillet 2014 et le 19 février 2015, et qui étaient tous librement consentis par les parties. Il est à rappeler à cet égard que l’Accord du 23 mai 2014 stipule notamment « l’arrêt de toute opération militaire visant l’une ou l’autre partie concernées, les attaques terrestres et aériennes sur les positions, les objectifs ou zones occupées par l’une ou l’autre partie à partir de la date de signature du cessez-le-feu du 23 mai 2014. »

    Les actions de la MINUSMA, diplomatiques et opérationnelles, sont également et surtout menées en application du mandat que lui a confié le Conseil de Sécurité des Nations Unies dans sa Résolution 2164 (2014). Cette Résolution stipule notamment que la MINUSMA a pour mandat « d’assurer, sans préjudice de la responsabilité des autorités maliennes, la protection des civils immédiatement menacés de violences physiques; et d’appuyer l’application du cessez-le-feu et des mesures de confiance sur le terrain, conformément aux dispositions de l’Accord préliminaire de Ouagadougou. » Les initiatives récentes entreprises par la MINUSMA, en pleine concertation avec le Gouvernement malien et la médiation internationale, notamment au sujet de Ménaka, sont pleinement conformes à son mandat. Elle vise au premier chef à assurer la protection de la population civile en évitant des confrontations armées dans cette ville et à appuyer la mise en œuvre du cessez-le-feu.

    Il est important de préciser que la MINUSMA n’a pas pour mandat de s’impliquer dans un conflit actif entre belligérants maliens. Elle n’est pas autorisée à user de la force pour imposer la paix ni à forcer aucune des parties à évacuer des positions. A cet égard, la MINUSMA réitère son déni catégorique d’avoir lancé un ultimatum à la Plateforme de quitter Ménaka. Des discussions à ce sujet son actuellement en cours. Elle appelle les auteurs de ces fausses allégations à faire preuve de responsabilité et de bonne foi à l’égard de l’opinion publique.

    Sur le plan politique, le rôle joué par la MINUSMA est en application de la résolution 2164 qui stipule que « le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali joue un rôle clef dans les pourparlers de paix et le prie de poursuivre ses bons offices et sa participation active, notamment en coordonnant ses efforts avec ceux des autorités maliennes et en appuyant celles-ci, aux fins du lancement d’un processus sans exclusive ouvert à toutes les communautés du nord du Mali. Dans la même résolution, le Conseil de sécurité « demande instamment aux parties à ces négociations inter-maliennes de se concerter avec le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali afin de parvenir à un règlement politique durable de la crise et au rétablissement de la paix et de la stabilité à long terme partout dans le pays, dans le respect de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de l’État malien. »

    C’est dans ce cadre que se situe le rôle joué par la MINUSMA pour faire avancer le processus de paix avant et après la signature de l’Accord de Paix et de Réconciliation Nationale. Il est important de clarifier à cet égard que l’initiative de la Médiation Internationale et de la MINUSMA, en tant que membre de la Médiation, d’organiser une série de consultations à compter du 25 mai 2015 à Alger en vue de mettre en place les conditions du parachèvement du processus de signature de l’Accord par la Coordination des Mouvements de l’Azawad dans les plus brefs délais, ne doit être en aucun cas comprise et présentée au public comme une réouverture des négociations de l’Accord de Paix.

    La MINUSMA souligne qu’il est impératif pour toutes les parties concernées par le processus en cours de veiller à assurer que l’opinion malienne, dont l’appui aux efforts de stabilisation et au processus de paix est primordiale, dispose d’informations fiables et factuelles pendant cette phase délicate mais cruciale que traverse le pays.

    La MINUSMA réaffirme sa volonté inébranlable de persévérer sans relâche, conjointement avec tous les amis du Mali et aux côtés de tous les Maliens, pour s’acquitter de ses responsabilités dans l’appui aux efforts visant à instaurer une stabilité irréversible et une paix juste, inclusive et durable en vue de mettre fin à la crise qui n’a que trop duré et qui a coûté cher au pays et à son peuple.


    0 0

    Source: UN Development Programme
    Country: Central African Republic, Democratic Republic of the Congo, Egypt, El Salvador, Guatemala, Guinea, Guinea-Bissau, Iraq, Jordan, Kyrgyzstan, Lebanon, Liberia, Mali, Nepal, occupied Palestinian territory, Serbia, Sierra Leone, Syrian Arab Republic, Turkey, Ukraine, World

    Rule of Law Global Programme Annual Report 2014

    The rule of law lies at the centre of the relationship between society and the state. Measures to establish or strengthen the rule of law are the basis for creating accountability among people as well as between citizens and their governments. Since 2008, UNDP has been a leader in supporting the rule of law in countries affected by crisis through its Global Programme to Strengthen the Rule of Law in Crisis-Affected and Fragile Situations.

    This report gives a synopsis of the results achieved in 2014 at the country-level through UNDP implemented programmes, including through the Global Focal Point, in assisting 38 crisis-affected countries to deal with the legacy of violence, increase safety and security for all, build confidence through accessible and effective justice and security institutions, and improve the delivery of justice and security for women. Serving the UN System through rule of law, key policy developments and response to crises are also highlighted.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    20 May 2015 – The United Nations mission in Mali strongly condemned today an attack against a residential compound housing its military personnel in the country capital of Bamako, a spokesperson for the Organization confirmed today.

    At a press briefing in New York, UN spokesperson Farhan Haq told reporters that an unidentified armed assailant shot and wounded a local security guard last night during an attempt to set fire to a UN vehicle parked outside the compound. Two grenades were later found on site.

    The UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission, also known by its French acronym, MINUSMA, stressed that attacks against UN staff and premises is a serious crime and reminded Malian authorities that they remain responsible for the security of UN personnel.

    Despite positive developments on the ground, the situation in Mali has remained a challenge. The country’s Government has been seeking to restore stability and rebuild following a series of setbacks since early 2012, including a military coup d'état, renewed fighting between Government forces and Tuareg rebels, and the seizure of its northern territory by radical Islamists.

    Throughout much of this time, Mali’s north has remained restive and, in recent months, the UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission (MINUSMA) and its “blue helmets” have come under repeated violent attack.

    Mr. Haq also noted that MINUSMA remains very concerned by the outbreak of violence across Mali’s north and has intensified its contacts with all parties to restore calm and continue to advance the peace process.


    0 0

    Source: International Organization for Migration, UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Nigeria


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Cameroon, Nigeria

    MAROUA, CAMEROUN, 21 mai 2015 (IRIN) - l devient de plus en plus difficile de trouver de la nourriture dans l’Extrême-Nord camerounais, disent les habitants de la région, non seulement parce que c’est actuellement la période de soudure, mais aussi parce que l’insécurité due à la présence de Boko Haram a gravement perturbé les activités agricoles et le commerce transfrontalier.

    Pas moins de 180 000 habitants de la région pourraient se retrouver en situation de crise alimentaire aigüe cette année, ont averti les organisations humanitaires et les autorités locales. Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), le taux de malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans, qui était déjà supérieur au seuil d’urgence de 15 pour cent établi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis janvier, continue de se détériorer.

    « La plupart d’entre nous sont sans activité et sans travail depuis un moment », a dit Bairu Habiba, 34 ans et mère de quatre enfants obligée de fuir de chez elle en août 2014 lorsque les attentats de Boko Haram se sont intensifiés dans la région. « En plus, plusieurs produits sont devenus rares et chers en raison des difficultés du commerce transfrontalier. »

    La famille de Mme Habiba consommait habituellement trois kilogrammes de riz par jour en moyenne, avec des légumes et de la viande.

    Maintenant, ils doivent se contenter d’un kilogramme par jour. Parfois, lorsqu’ils ont la chance de recevoir du riz distribué par le gouvernement ou tout autre organisme, Mme Habiba en cuisine deux kilos.

    L’agriculture à la peine

    Selon le ministère de l’Agriculture et du Développement rural camerounais (MINADER), plus de 70 pour cent des agriculteurs de l’Extrême-Nord ont déserté leurs champs depuis l’année dernière et bien d’autres encore n’ont pas pu réaliser certaines activités agricoles essentielles, comme faire des semis à temps lors de la dernière saison des semailles. Les départements les plus affectés sont ceux du Mayo-Sava, du Mayo-Tsanaga, et du Logone-et-Chari.

    En plus de cela, des réfugiés nigérians occupent maintenant plus de 200 hectares de terrains auparavant utilisés pour l’agriculture.

    Selon le MINADER, la production de céréales comme le sorgho, le millet, le niébé et le riz a chuté de plus de 50 pour cent l’année dernière. Seulement 132 000 tonnes de céréales ont été produites en 2014, ce qui est bien inférieur aux besoins annuels de la région, estimés à 770 000 tonnes.

    Les étals des marchés sont donc presque vides et de nombreuses familles n’ont pas pu faire assez de réserves avec leurs maigres récoltes.

    « Plus de 70 pour cent des agriculteurs de l’Extrême-Nord ont déserté leurs champs depuis l’année dernière »

    Dans les zones où il est encore possible de se procurer de la nourriture, les prix ont augmenté. De nombreuses personnes, notamment celles qui se sont retrouvées sans emploi, n’ont donc plus les moyens de se nourrir correctement.

    Dans le Mayo-Sava, par exemple, un sac de riz coûte maintenant environ 50 dollars, contre 40 dollars il y a un an. Le prix au kilo du maïs et du millet est passé de 80 centimes de dollar à un dollar.

    Même en temps de paix, le nord du Cameroun est une région en proie aux pénuries d’eau et à un climat rude. Selon les estimations, 25 à 30 pour cent des terres seraient stériles. Les précipitations sont inexistantes pendant au moins neuf mois par an et les températures atteignent souvent les 45 degrés Celsius. Il est donc difficile d’arroser les plantations et cultiver la terre sous un tel soleil de plomb est extrêmement pénible.

    « Le secret de la lutte contre la faim dans le nord du Cameroun est la maîtrise des nappes phréatiques », a dit à IRIN Mustapha Bakari, agriculteur dans l’Extrême-Nord. En mai, la plupart des puits sont déjà à sec, a-t-il expliqué, et il est nécessaire d’improviser des systèmes d’irrigation en faisant des forages.

    Mais le prix d’un forage de 15 mètres de profondeur et de l’installation d’une canalisation et d’une pompe a doublé depuis quelques mois. Selon les habitants, il serait passé de 300 à 600 dollars en raison des difficultés du commerce transfrontalier dues à la présence de Boko Haram.

    Pour tirer le meilleur profit d’une eau rendue rare, M. Bakari doit souvent attendre que le soleil se couche pour irriguer son champ de légumes. Mais c’est une solution risquée, car il est dangereux d’être dehors une fois la nuit tombée.

    Les plus vulnérables

    Selon le PAM, pour les femmes et les enfants, qui représentent 84 pour cent des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDIP) et 75 pour cent des réfugiés dans l’Extrême-Nord, la période de soudure va être particulièrement écrasante cette année. De nombreuses femmes ont perdu leur mari et ont dû le remplacer en temps que chef de famille.

    De nombreuses familles ont dû réduire considérablement leurs apports alimentaires quotidiens Dans ces communautés, la vulnérabilité des femmes est accentuée par les pratiques culturelles et sociales, qui leur imposent d’effectuer plus de travaux physiques que les hommes. Elles doivent parfois marcher pendant des heures simplement pour trouver de l’eau et de la nourriture.

    Le taux de malnutrition chez les PDIP et les communautés d’accueil varie, mais il dépasse souvent les 15 pour cent, notamment le long de la frontière avec le Nigeria.

    Un habitant du village de Gadala, proche du camp de réfugiés de Minawao, a dit à IRIN, sous couvert d’anonymat : « Nous devons tout partager avec les réfugiés, même ce que nous n’avons pas en quantités suffisantes, comme l’eau, les terres agricoles, le bois et la nourriture. »

    Au centre de santé de Gadala, Zra Mokol, responsable médical, a expliqué qu’il recevait chaque semaine au moins dix cas de maladies liées à la malnutrition, majoritairement des femmes et des enfants déplacés.

    « [À] cause de la pénurie alimentaire, de nombreuses femmes se privent de nourriture pour que leurs enfants […] aient assez à manger », a dit M. Mokol à IRIN.

    Pourtant, selon le PAM, même en mangeant les rations de leur mère, au moins 19 pour cent des enfants du camp de réfugiés de Minawao souffrent de malnutrition.

    Cette année, selon les responsables du camp, près de 400 enfants du camp ont été admis à bénéficier de programmes d’alimentation complémentaire. D’après les dernières données disponibles, 104 de ces cas ont été pris en charge par le centre de santé au cours de la dernière semaine d’avril et 43 autres au cours de la première semaine de mai.

    Tentatives d’aide

    Un certain nombre d’organisations locales, internationales et gouvernementales ont tenté d’apporter une aide alimentaire à la région, mais l’insécurité rend l’accès aux plus vulnérables difficile et dangereux.

    En raison des pénuries de financement au PAM, les PDIP et les communautés d’accueil du Cameroun n’ont pas reçu d’aide pendant près de six mois. Les distributions ont repris mi-avril, mais seulement un quart des PDIP ont pu en bénéficier et l’offre a été réduite à des rations pour 15 jours.

    Le PAM estime avoir besoin d’environ 40 millions de dollars pour venir en aide aux quelque 225 000 personnes qui seraient affectées — réfugiés nigérians, PDIP ou membres des communautés d’accueil. Mais son appel n’ayant été financé qu’à hauteur de 20 pour cent, le PAM ne pourra mener ses activités actuelles que jusqu’à la fin du mois de juin.

    « Il est extrêmement important que nous recevions assez de fonds pour continuer nos opérations, car, surtout avec les nouvelles arrivées et le fait qu’il y ait déjà des pénuries alimentaires, les réfugiés dépendent entièrement de l’aide alimentaire, même ceux qui sont ici depuis un moment », a dit à IRIN Sofia Engdahl, porte-parole du PAM au Cameroun. « Ils sont arrivés ici sans argent et n’ont pas de travail, alors ils dépendent tous de l’aide alimentaire pour survivre. »

    Pour aider à nourrir les communautés de l’Extrême-Nord, le gouvernement a demandé aux habitants du reste du pays de donner de la nourriture et de l’argent. Depuis février, plus de 1,3 million de dollars et plusieurs tonnes de riz, de maïs, d’huile végétale et de sardines ont ainsi été reçus.

    Selon le gouvernement, ces denrées ont été distribuées à la fois aux familles touchées par le conflit et à l’armée.

    Mais cela est d’autant moins suffisant que le nombre de Camerounais obligés de fuir de chez eux et le nombre de réfugiés nouvellement arrivés continuent d’augmenter.

    « Nous voulons rentrer chez nous pour vivre normalement et continuer à cultiver [car] ici les conditions de vie sont difficiles et nous ne pouvons pas compléter notre régime alimentaire », a dit à IRIN Mustapha Bairu, ancien vendeur de pièces détachées de moto déplacé par les attaques de Boko Haram. « Nous dépendons actuellement de la nourriture qui nous est distribuée par charité, mais pendant combien de temps pourrons-nous dépendre de ces dons ? »

    mkn/jl/am-ld/amz


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Chad

    Article premier

    1. La présente décision approuve un montant total de 6 500 000 EUR du 11e FED en faveur d'actions d'aide humanitaire visant à contribuer à la lutte contre la mortalité excessive liée à l’insécurité alimentaire au Tchad.

    2. Les actions d'aide humanitaire de cette Décision seront mises en oeuvre afin de couvrir les besoins alimentaires de base des populations les plus pauvres affectées par l’insécurité alimentaire au Tchad, et protéger leur statut nutritionnel ainsi que leurs moyens d’existence, en priorité dans les zones à forte prévalence de malnutrition aigüe.

    Article 2

    1. La période de mise en œuvre des actions financées au titre de la présente décision débute à la date spécifiée dans les conventions correspondantes financées au titre de la présente décision. La durée des actions individuelles d'aide humanitaire financées par cette décision est limitée à 18 mois maximum.

    2. Conformément à l'article 37, du règlement (UE) 2015/323, ensemble avec l'article 130 du règlement (UE, Euratom) n° 966/2012 du Parlement européen et du Conseil relatif aux règles financières applicables au budget général de l’Union, et compte tenu de la nature spécifique de l'aide humanitaire, les dépenses exposées avant la date de dépôt d'une proposition de financement peuvent être admissibles au financement de l'Union.

    3. Conformément aux dispositions contractuelles régissant les conventions financées par cette décision, la Commission peut considérer comme éligibles les coûts nécessaires à la clôture de l'action survenus et encourus après la fin de la période de mise en oeuvre de l'action.


    0 0

    Source: Guardian
    Country: Chad, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, World

    Global weather system that plays havoc with weather across the world could exacerbate region’s dry spell and devastate Sahel as it did in 1972

    A global weather phenomenon could cause a famine in the Sahel this year by combining with already dry conditions to create a “double whammy” for the region, scientists and aid groups have warned.

    Read the full article


older | 1 | .... | 368 | 369 | (Page 370) | 371 | 372 | .... | 728 | newer