Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 369 | 370 | (Page 371) | 372 | 373 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo

    HIGHLIGHTS

    • A Pact for Peace, National Reconciliation and Reconstruction was adopted at the end of the Bangui National Forum which was held from 4-11 May. The Forum was attended by political and religious figures, armed groups, civil society members and youth groups. The UN Secretary-General Ban Ki-moon commended the adoption of the Pact as well as an agreement signed by armed groups on the principles for disarmament, demobilization and reintegration (DDR) and called for its “swift implementation”.

    • Notable among concluding events and statements at the Forum was the call for an “exceptional extension” of the mandate of the interim government. A recommendation to delay the country’s upcoming presidential and legislative elections, scheduled for July and August 2015, was called for, but without mentioning an alternative date. However, interim President Catherine Samba-Panza, stated that “elections should be held no later than the end of the year”.

    • On 14 May, more than 350 children were released from armed groups in the Central African Republic (CAR), following an agreement facilitated by the Government of CAR, UNICEF and MINUSCA. UNICEF and partners have reportedly started providing psychosocial and reintegration support as well as family reunification activities.

    KEY FIGURES

    426,238 IDPs including 36,927 in Bangui in 34 sites

    465,168 Central African refugees in Cameroon, Chad, DRC and Congo including 220,424 New arrivals since Dec. 2013

    8,103 Refugees and asylum seekers in the Central African Republic

    FUNDING

    USD 241 million requested for the situation

    PRIORITIES

    • Cameroon: acceleration of assistance to refugees living offsite in villages.

    • Chad: profiling and verification exercise in returnee sites.

    • DRC: relocation of refugees to existing sites. Verification of refugees out of camps.

    • Congo: ensure registration and documentation of all CAR refugees.


    0 0

    Source: Voice of America
    Country: Nigeria

    LAGOS—The governor of Nigeria’s Rivers State is hoping an inquiry into violence that happened around this year’s presidential and governor elections will bring a measure of reconciliation to the oil-producing state. But the inquiry has been hamstrung by allegations of partisan bias.

    Nigeria’s presidential and governor elections held this year were among the most peaceful since the country returned to democracy in 1999. But one of the places where violence did happen was in Rivers State, in the oil-producing Niger Delta region.

    Assassinations and fighting broke out across the state around the time of the presidential and governor votes in March and April. At least six people were killed on the day governorship polls were held.

    The state has set up a commission of inquiry to look into the violence. Godspower Igwe’s story was typical of those who testified to the inquiry commission. He said he and other supporters of one of Nigeria’s two major political parties, the All Progressives Congress, were beaten up on the day of the presidential election. He is hopeful the commission will heal the rifts in the state.

    “It is the majority of Rivers people that want their conscience to be satiated, that wants their pain to be relieved. That pain will only be relieved, their conscience will only be satiated if the panel of inquiry does a thorough job,” he stated.

    But Nigeria’s other major political party, the Peoples Democratic Party (PDP) is not participating. Emmah Okah is a spokesman for the party in Rivers State. He said the PDP does not trust the partiality of the panel, which was set up by outgoing state governor and APC firebrand Rotimi Amaechi. It is chaired by the head of the governing council of Nigeria’s Human Rights Commission, who Okah also accused of bias.

    “It would be improper for a tribunal set up by a party to dispute who has already voiced his opinion, who has already condemned the other party, to now sit, and begin to take evidence,” added Okah.

    Amaechi was the chairman of former military ruler Muhammadu Buhari’s successful campaign to win the March presidential vote. He unseated the PDP’s candidate, President Goodluck Jonathan, who came from Bayelsa, a state neighboring Rivers. Jonathan enjoys strong support in the Niger Delta region, and the PDP’s candidate ended up winning the April governor vote.

    Anyakwee Nsirimovu is the executive director of the Institute of Human Rights and Humanitarian Law in the state capital Port Harcourt. He said this political dynamic combined with the state being a major source of the country’s oil wealth led to the election violence. Despite the controversy, the inquiry is the best way to deal with this legacy, he said.

    “Every election you kill people, and you get into power, and nothing happens. And those who killed, believe that they can do it over and over again, and nothing will happen. For me, there has to be an end to this. And, if this is the beginning of that end, it's a welcome development,” said Nsirimovu.

    But with a PDP governor taking off in next week’s change of power, what the end result of the commission work will be remains uncertain.


    0 0

    Source: Government of Belgium
    Country: Belgium, Burkina Faso, Guinea, World

    Le Conseil des ministres fédéral a avalisé aujourd'hui, sur proposition du vice-Premier et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo, une nouvelle liste de quatorze pays partenaires de la Coopération belge au Développement. La liste actuelle de pays partenaires était restée inchangée depuis 2004. Deux nouveaux partenaires font leur entrée : le Burkina Faso et la Guinée. Outre la nouvelle liste de pays partenaires, le gouvernement a également déterminé les organisations partenaires internationales de la coopération multilatérale.

    La Coopération belge au Développement entend se focaliser, dans les années qui viennent, sur les pays fragiles et les zones post-conflits. Elle opérera dans des régions géographiquement homogènes : l'Afrique du Nord et de l'Ouest et la région des Grands Lacs. Cet accent thématique et géographique permet d'éviter le saupoudrage et d'avoir une approche cohérente des problèmes transfrontaliers, tels que la paix, la sécurité, la stabilité régionale, le climat et l'immigration.

    À contre-courant

    La Belgique choisit aussi de mettre clairement l'accent sur les pays les moins développés (least developed countries). Le dernier rapport (avril 2015) du Comité d'aide au développement de l'OCDE révèle que l'aide publique au développement à destination des pays les moins développés et de l'Afrique sub-saharienne a reculé l'an dernier, respectivement de 16% et de 5%. En adoptant cette nouvelle liste, la Belgique va donc contre cette tendance.

    "C'est précisément dans les pays les moins développés que l'aide publique au développement est la plus nécessaire. Ils ont beaucoup moins accès aux investissements étrangers, au commerce international et au marché des capitaux pour financer leurs besoins de développement. La Belgique voudrait consacrer au moins 50% de son aide publique au développement aux pays les moins développés et invite la communauté internationale à faire de même", a indiqué Alexander De Croo.

    Deux nouveaux pays partenaires

    Deux nouveaux pays font leur entrée comme pays partenaires de la Coopération belge au Développement : le Burkina Faso et la Guinée.

    Le Burkina Faso a été jusqu'en 2003, un pays partenaire de la Coopération belge au Développement. Il vient de connaître des bouleversements politiques. En reprenant le partenariat avec le Burkina Faso, la Belgique entend soutenir de façon structurelle le processus de démocratisation balbutiant.

    La Guinée, l'un des pays les plus fragiles et les plus pauvres d'Afrique de l'Ouest, a été lourdement touchée par l'épidémie d'Ebola. Notre pays s'est engagé via des contributions financières et plusieurs interventions directes. Le laboratoire B-Life y a été actif durant trois mois. Maintenant que le pays et la communauté internationale commencent à maîtriser l'épidémie, la Coopération belge au Développement entend fournir une contribution structurelle à la reconstruction du pays. La Belgique misera notamment sur le renforcement du système de soins de santé.

    Six pays à revenus intermédiaires ne sont plus partenaires de la coopération gouvernementale : le Vietnam, le Pérou, l'Équateur, la Bolivie, l'Algérie et l'Afrique du Sud. Ces pays feront l'objet d'un programme de sortie (désengagement) de maximum quatre ans pendant lesquels les interventions en cours de la coopération gouvernementale seront achevées et d'autres formes de coopération seront élaborées, notamment avec les acteurs de la coopération non gouvernementale, comme les ONG et les universités.

    Lutte contre le saupoudrage

    Outre la nouvelle liste des pays partenaires, les organisations partenaires de la coopération multilatérale ont aussi été sélectionnées. La Coopération belge au développement compte actuellement vingt organisations partenaires multilatérales. Pour lutter contre le « saupoudrage » et mieux harmoniser la coopération multilatérale et la coopération gouvernementale, leur nombre est porté à quinze.

    La nouvelle liste d'organisations partenaires contiendra quatorze organisations qui figurent déjà sur la liste actuelle. Elles y sont maintenues car leurs missions fondamentales sont proches des grandes orientations de la politique belge de développement : agriculture et sécurité alimentaire (FAO, CGIAR), santé (OMS, GFATM, ONUSIDA), droits de l'Homme (OHCHR), genre et droits des femmes (ONU-Femmes), droits de l'enfant (UNICEF), bonne gouvernance et consolidation de capacité (PNUD), démographie et droits sexuels et reproductifs (FNUAP), travail décent (ILO), migration (OIM), environnement (PNUE).

    Une nouvelle organisation est ajoutée : la Tax Policy and Administration Topical Trust Fund (TPA TTF). L'adhésion structurelle à ce programme traduit l'importance d'une perception correcte des impôts pour le développement des pays. La croissance économique inclusive, la lutte contre l'extrême pauvreté et la lutte contre les inégalités ne sont possibles que si une perception correcte des impôts est mise en place.

    Les organisations humanitaires (CICR, UNHCR, OCHA et PAM) sont protégées via l'AR du 19 avril 2014 relatif à l'aide humanitaire en tant qu'organisations humanitaires partenaires et ne doivent plus figurer sur la liste des organisations partenaires de la coopération multilatérale. Pour garantir la place de l'UNRWA comme organisation partenaire de l'aide humanitaire, l'arrêté royal de 2014 relatif à l'aide humanitaire sera légèrement adapté.

    L'UNCDF (UN Capital Development Fund) sort de la liste car il fait partie de l'UNDP, les contributions au Programme des Nations unies pour les volontaires (UNV) seront progressivement supprimées et le Fonds international de développement agricole (FIDA) n'est plus retenu comme organisation partenaire en raison du chevauchement avec deux autres organisations partenaires, dont les missions principales ont trait à l'agriculture et à la sécurité alimentaire.

    Liste des 14 pays partenaires

    Bénin
    Burkina Faso (nouveau)
    Burundi
    Guinée (nouveau)
    Mali
    Maroc
    Mozambique
    Niger
    Ouganda
    Palestine
    République démocratique du Congo
    Rwanda
    Sénégal
    Tanzanie

    Liste des 15 organisations partenaires de la coopération multilatérale

    Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO)
    Organisation internationale du Travail (OIT)
    Organisation mondiale de la Santé (OMS)
    Organisation internationale pour la Migration (OIM)
    Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD)
    Entité des Nations unies pour l'Egalité des Sexes et l'Autonomisation des Femmes (ONU-Femmes)
    Bureau des Nations Unies du Haut Commissaire aux Droits de l'Homme (OHCHR)
    Fonds mondial pour la lutte contre le SIDA, la Tuberculose et la Malaria (GFATM)
    Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA)
    Fonds des Nations unies pour la Population (FNUAP)
    Fonds des Nations unies pour l'Enfance (UNICEF)
    Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE)
    Groupe consultatif de Recherche Agronomique Internationale (CGIAR)
    Groupe de la Banque mondiale (y compris PPTE, FEM, GPE, MDRI, IDA, BIRD, Fonds africain de développement)
    Fonds monétaire international - Fonds fiduciaire spécialisé sur la politique et l'administration fiscales (Tax Policy and Administration Topical Trust Fund - TPA TTF)


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali

    Population displacement in the Timbuktu region

    Following the publication of Flash Update #1 (14 May) attacks by armed individuals continued to be reported in various parts of the Timbuktu region in the north of Mali – including the Cercle (district) of Goundam and the Cercle of Gourma Rharous along the Niger river. The attacks resulted in the wounding of civilians, looting of houses and pillages of shops and livestock. This continued violence has led to further population displacements within the region. According to reports by local authorities and various partners on the ground, a total of 26,983 people have fled their villages over the last two weeks (up from the total of 6,200 people reported in Flash Update #1).

    Displaced persons sought refuge in larger population hubs or on the south bank of the Niger river.
    In particular, in the Cercle of Gourma Rharous, some 15,239 persons have reportedly fled their villages in the communes of Rharous and Serere towards the localities of Rharous, Salakoira and Boranda. In the Cercle of Timbuktu, some 3,690 persons fled from various villages in the commune of Bourem Inaly. In the Cercle of Goundam, 8,054 persons fled from their villages towards the localities of Tonka and Goundam town.

    The displaced people are currently staying in temporary shelters, camping, or with host families and are in urgent need of water, food, non-food items and shelter. Humanitarian actors in the region are positioning relevant stocks to deliver the required assistance. In particular, an evaluation of needs has started in Goundam (WFP/Handicap International/AFRICARE/Solidarités International) and the distribution of food aid has already begun. Humanitarian actors have undertaken first assessments (UNHCR/IEDA Relief) but have not been able to access affected areas in the district (Cercle) of Gourma Rharous due to the prevailing insecurity in that zone. OCHA is coordinating with national and local organizations to facilitate access and the delivery of aid through local actors.

    Measles epidemic in the Kidal region

    In a separate development, 16 cases of measles have been confirmed in the region of Kidal (Tessalit and Kidal health districts) in the northeast of Mali. A temporary WHO mission, who was already on the ground to support the delivery of health services, will organize a vaccination campaign to respond to the epidemic.

    Faced with security and logistics constraints, no health humanitarian organization has a permanent presence in the Kidal region. The Kidal airfield has been closed since January due to security concerns and after it was damaged during a demonstration – seriously limiting the possibility for humanitarian aid to reach the region by air.

    There are currently 4,000 measles vaccine vials available in Kidal, while a total of 20,000 would be necessary to cover the needs. OCHA is liaising with MINUSMA for logistical support to facilitate the transport of additional vials and equipment.

    WHO has the capacity to support the vaccination campaign in the Cercles of Kidal, Aberra and Tessalit, while the support of other humanitarian partners is sought to cover the district of Tinasako (Kidal region) and extend the campaign to the regions of Gao, Timbuktu and Mopti.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali

    Déplacements de population dans la region de Tombouctou

    Après la publication du Flash Update # 1 (14 mai), des attaques par des individus armés ont continué à être signalées dans diverses parties de la région de Tombouctou - y compris le Cercle de Goudam et le Cercle de Gourma Rharous le long du fleuve Niger. Lors de ces attaques, des civils ont été blessés, des maisons et des magasins ont été pillés et du bétail volé. Cette violence a provoqué de nouveaux déplacements de population dans la région. Selon les autorités locales et différents partenaires sur le terrain, un total de 26 983 personnes ont fui leurs villages au cours des deux dernières semaines pour trouver refuge dans les centres urbains et sur la rive sud du fleuve Niger.

    En particulier, dans le Cercle du Gourma Rharous, quelques 15 239 personnes auraient fui leurs villages dans les communes de Rharous et Sérère vers les localités de Rharous, Salakoira et Boranda. Dans le Cercle de Tombouctou, quelques 3690 personnes ont fui de divers villages de la commune de Bourem Inaly. Dans le Cercle de Goundam, 8054 personnes ont fui leurs villages vers les localités de Tonka et la ville de Goundam.

    Les personnes déplacées sont actuellement dans des abris temporaires, dans des campements de fortune ou chez des familles d'accueil. Elles ont urgemment besoin d'eau, de nourriture, d'articles non alimentaires et d’abris. Les acteurs humanitaires dans la région positionnent les stocks nécessaires en vue de fournir l'assistance requise. En particulier, une évaluation des besoins a commencé à Goudam (PAM/ Handicap International/AFRICARE/Solidarités International) et la distribution d'une aide alimentaire a débuté. Dans le Cercle de Gourma Rharous, les acteurs humanitaires (HCR/IEDA Relief) ont effectué des évaluations préliminaires mais ne sont pas en mesure d'accéder aux zones touchées en raison de l'insécurité qui prévaut dans la zone. OCHA continue ses efforts de coordination avec les organisations nationales et locales afin de faciliter l'accès et l'acheminement de l'aide par les acteurs locaux.

    Épidémie de rougeole dans la region de Kidal

    Par ailleurs, 16 cas de rougeole ont été confirmés dans la région de Kidal (districts sanitaire de Tessalit et Kidal) dans le nord-est du Mali. Une mission sanitaire temporaire de l'OMS, qui était déjà sur le terrain pour soutenir la prestation des services de santé, va organiser une campagne de vaccination pour répondre à l'épidémie.

    Face aux contraintes de sécurité et de logistique, aucune organisation humanitaire dans le domaine de la santé n’a une présence permanente dans la région de Kidal. L'aérodrome de Kidal est fermé depuis janvier en raison de l'insécurité et après avoir été endommagé lors d'une manifestation – une situation qui limite sérieusement la possibilité pour l'aide humanitaire d'atteindre la région par avion.

    Il y a actuellement 4 000 doses de vaccin contre la rougeole disponibles à Kidal, tandis qu'un total de 20 000 serait nécessaire pour couvrir les besoins. OCHA est en contact avec la MINUSMA pour un soutien logistique afin de faciliter le transport des flacons et des équipements supplémentaires.

    L'OMS a la capacité de soutenir la campagne de vaccination dans les Cercles de Kidal, Aberra et Tessalit, tandis que le soutien d'autres partenaires humanitaires est requis pour couvrir le Cercle de Tinasako (région de Kidal) et étendre la campagne aux régions de Gao, Tombouctou et Mopti.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali

    (Bamako, 20 May 2015) - The new Humanitarian Coordinator in Mali, Ms. Mbaranga Gasarabwe, has officially taken office. Ms. Gasarabwe was appointed at the helm of Mali’s humanitarian community on 8 May by the United Nations Secretary-General. She succeeds Mr. David Gressly who recently completed his mission in the country.

    As part of her Humanitarian Coordinator function, Ms. Gasarabwe will oversee the delivery of effective and coordinated emergency aid to the most vulnerable people by humanitarian organizations in Mali. In particular, she will chair the Humanitarian Country Team which is comprised of the Heads of the main UN agencies and NGOs that implement humanitarian programs in the country.

    Ms. Gasarabwe will also combine the functions of Deputy Special Representative of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA), United Nations Resident Coordinator and Resident Representative of the United Nations Development Programme (UNDP), to which she was also appointed by the United Nations Secretary-General.

    Ms. Gasarabwe brings more than 20 years of experience with the United Nations in development and humanitarian assistance. From 2001 to 2011, she served as Resident Coordinator and UNDP Resident Representative in Benin, Djibouti, Guinea and Mali. She was appointed Assistant Secretary-General in the Department of Safety and Security at UN headquarters in New York in 2011, a position she held until her current appointment of Deputy Special Representative.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali

    (Bamako, le 20 mai 2015) - La nouvelle Coordonnatrice de l’action humanitaire au Mali, Mme Mbaranga Gasarabwe, a officiellement pris ses fonctions. Mme Gasarabwe a été nommée à la barre de la communauté humanitaire au Mali le 8 mai dernier par le Secrétaire général des Nations Unies. Elle succède ainsi à M. David Gressly qui a récemment complété sa mission au pays.

    En tant que Coordonnatrice de l’action humanitaire, Mme Gasarabwe veillera à la délivrance d’une aide d’urgence aux personnes les plus vulnérables de façon efficace et coordonnée par l’ensemble des organisations humanitaires présentes au Mali. Elle présidera notamment l’Équipe humanitaire pays qui regroupe les Chefs des principales Agences onusiennes et ONG ayant des programmes humanitaires au pays.

    Mme Gasarabwe combinera également les fonctions de Représentante spéciale adjointe pour la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), Coordonnatrice résidente des Nations Unies et Représentante résidente du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), auxquelles elle a aussi été nommée par le Secrétaire général des Nations Unies.

    Mme Gasarabwe est forte d’une vingtaine d’années d’expérience dans les domaines humanitaire et du développement au sein du Système des Nations Unies. De 2001 à 2011, elle a notamment occupé les fonctions de Coordonnatrice résidente et Représentante résidente du PNUD au Bénin, à Djibouti, en Guinée et au Mali. Elle avait été nommée Sous-Secrétaire générale à la sûreté et à la sécurité au siège des Nations Unies à New York en 2011, poste qu’elle a occupé jusqu’à sa nomination actuelle de Représentante spéciale adjointe.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso

    Déstockage atypique d’animaux dans l’extrême nord du pays

    MESSAGES CLÉS

    • La soudure pastorale, particulièrement difficile en ce mois de mai, contraint les éleveurs du Sahel et des localités avoisinantes, à des ventes massives à vil prix d’une partie de leur cheptel afin de se procurer aussi bien des produits alimentaires pour leur propre consommation que de l’aliment bétail pour soutenir le reste du troupeau.

    • Le déstockage atypique d’animaux dans l’extrême nord, en particulier dans les communes de Nassoumbou, Koutougou et Tin-Akoff où la situation alimentaire est en crise (IPC version 2), a érodé sérieusement les avoirs des ménages et amplifier leurs stratégies habituelles d’adaptation notamment les fréquentations des sites d’orpaillage et les exodes vers les centres urbains.

    • Dans le reste du pays, la demande des ménages pauvres est normale sur les marchés et les prix des produits alimentaires de base sont similaires ou en légère baisse par rapport à la moyenne quinquennale. Les activités de contre-saison qui sont en cours d’achèvement sont confrontées à un tarissement précoce des points d’eau. Toutefois, les productions relativement bonnes obtenues procureront des revenus moyens aux ménages, eu égard au niveau actuel des prix de vente des produits maraichers.


    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    HIghlights

    • Return movements, within Nigeria and cross-border, are increasingly reported. IOM Nigeria registered 8,900 returnees from Niger during the reporting period.

    • Results from a joint UNHCR-IOM assessment have been published, indicating there are 81,693 IDPs in Cameroon’s Far North.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    Bamako, Mali | AFP | vendredi 22/05/2015 - 16:14 GMT

    Plusieurs civils ont été tués dans le nord du Mali depuis 48 heures à Tin Hama, dans la région de Gao, pendant une attaque des rebelles mercredi puis à la suite de leur retrait, a-t-on appris vendredi auprès des deux parties.

    La Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a annoncé l'envoi vendredi à Tin Hama d'"une équipe d'enquête sur le terrain pour rapidement établir les faits", après avoir "reçu des rapports inquiétants faisant état de violations graves des droits de l'Homme et du droit international humanitaire, dont l'exécution hier (jeudi) d'un certain nombre de civils".

    Dans un communiqué diffusé dans la nuit de jeudi à vendredi, la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, rébellion à dominante touareg) a accusé l'armée malienne d'avoir procédé jeudi matin à "l'exécution sommaire et publique" de neuf hommes, dont elle donne les noms, parmi lesquels un mineur, "au marché à bétail" de Tin Hama.

    Cette accusation a été rejetée par le gouvernement, qui évoque dans un communiqué des "règlements de comptes sanglants entre des éléments de groupes armés" de Tin Hama jeudi, au lendemain d'une attaque menée par "des éléments de la CMA"

    Les assaillants ont tué trois civils et se sont livrés à des pillages, avant d'être repoussés par l'armée malienne, affirme le gouvernement, qui "s'étonne des allégations d'exactions attribuées aux forces armées".

    Il ne fournit cependant aucune explication sur l'origine des "règlements de comptes sanglants" ni les groupes armés impliqués dans ces violences, après le retrait des rebelles.

    Selon la CMA et un porte-parole du Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia), une formation armée majoritairement touareg pro-Bamako, Algatek Ouwaha, les rebelles ont pris mercredi le contrôle de la localité avant de s'en retirer.

    "La CMA est responsable" des violences à Tin Hama, "une base du Gatia où cohabitaient pacifiquement populations pro-MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad, rébellion touareg, NDLR) et pro-Gatia", a déclaré M. Ouwaha.

    "Ils ont maltraité les gens", tuant un vieil homme et brûlant le corps d'un autre, et "après le départ de la CMA de la ville, il y a eu un règlement de comptes terrible parmi les populations qui se sont accusées d'avoir travaillé avec la CMA", a-t-il ajouté.

    Dans son communiqué la CMA a affirmé que les neuf personnes "exécutées" à Tin Hama, dont un employé d'ONG européenne, "ont d'abord été arrêtées par la milice Gatia, puis remises aux soldats maliens présents qui les ont ensuite exécutées".

    De son côté, Action contre la Faim (ACF)-Espagne a annoncé dans un communiqué la mort de Moussa Ag Mohamedoun - dont le nom figure sur la liste de la CMA - qui travaillait pour l'ONG comme animateur en sécurité alimentaire à Tin Hama "où des combats avaient eu lieu" entre groupes armés.

    Elle "a décidé de suspendre ses activités dans le nord du Mali afin de comprendre les circonstances exactes de cette tragédie".

    Selon un communiqué de la Minusma, "ces exactions feraient suite aux affrontements qui ont opposé le 20 mai des membres de la Plateforme (groupes pro-gouvernement) et de la CMA", et parmi les victimes supposées, "pourrait se trouver un travailleur d'une ONG internationale".

    Le cessez-le-feu dans le nord du Mali est régulièrement bafoué depuis la prise le 27 avril par les groupes pro-gouvernementaux des positions rebelles à Ménaka, près de la frontière nigérienne.

    bur-cs/sst/jpc


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    Bamako, Mali | AFP | Friday 5/22/2015 - 17:25 GMT

    by Serge DANIEL

    Up to nine civilians, including an aid worker for a European charity, were killed after rebels attacked a village in northern Mali, armed loyalist and anti-government groups said on Friday.

    The west African nation's main Tuareg-led rebel alliance, the Coordination of Movements of Azawad (CMA), said in a statement overnight that "the Malian army conducted the summary and public executions of nine people in the town of Tin Hama" on Thursday.

    "The nine people were first arrested by the GATIA militia and then handed over to Malian soldiers who then executed them," the statement said, referring to the pro-government Imghad and Allies Tuareg Self-Defence Group.

    Among the victims named by the CMA were Moussa Ag Mohamedoune, a 35-year-old worker for Action Against Hunger Spain, and a 13-year-old boy.

    The information could not be independently verified, and no one from the Malian army was available for comment.

    But the government rejected the allegations, saying the killings were part of a "bloody settling of scores between armed groups belonging to the locality" in a statement which accused the CMA of killing three civilians.

    The government said CMA rebels attacked Tin Hama on Wednesday and were pushed back by Malian troops who seized "important war materials".

    It said it was "surprised" by allegations of abuses committed by the army, adding that the administration "strongly condemns these unfortunate acts against innocent people".

    • 'Alarming escalation' -

    MINUSMA, the UN's peacekeeping operation in Mali, said in a statement it had deployed investigators to look into "disturbing reports of serious violations of human rights and international humanitarian law".

    It did not confirm the reports but said executions of civilians "would constitute grave crimes for which the perpetrators must be brought to justice".

    Tin Hama is situated near the flashpoint town of Menaka, seized from rebels by pro-government fighters on April 27 in an operation which has sparked numerous violations of a ceasefire agreement in the area.

    The UN peacekeepers expressed "deep concern at the alarming escalation in armed confrontations in several localities of northern Mali and once again condemns the gross and continuing violations of the ceasefire that jeopardise the peace process".

    Pro-government GATIA militia spokesman Algatek Ouwaha blamed the CMA rebel alliance for what happened.

    "They came on Wednesday to take Tin Hama, which is a base of GATIA where (pro-rebel) and pro-GATIA people had been coexisting peacefully," he said.

    Ouwaha did not say how many civilians had been killed but told AFP the rebels had "mistreated people, killed an old man and burned another".

    "After the departure of the CMA from the town, there was a terrible settling of scores against people accused of working with the CMA," he added.

    Action Against Hunger Spain confirmed Ag Mohamedoune's death, describing him as a facilitator in food security.

    The charity said it had decided to suspend its activities in northern Mali "in order to understand the precise circumstances of this tragedy".

    sd/sst/cs/ft/rob

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Burkina Faso, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Senegal

    Bruxelles, 22 mai 2015

    La Commission européenne fournit une aide alimentaire immédiate d'un montant de 34 millions d’euros en faveur des populations les plus vulnérables en Mauritanie, au Sénégal, en Gambie, au Mali, au Niger, au Tchad et au Burkina Faso. Ce financement, qui intervient au début de la période de soudure dans la région du Sahel, contribuera à pallier la pénurie jusqu’à la prochaine récolte.

    «Des millions de personnes au Sahel sont exposées au risque de famine et il est essentiel que nous maintenions notre aide pour répondre à leurs besoins immédiats. La fourniture de cette aide d’urgence se poursuit parallèlement aux efforts déployés par l’Union européenne avec les pays et partenaires du Sahel pour renforcer la résilience des populations les plus vulnérables face aux crises à venir», a déclaré M. Christos Stylianides, commissaire pour l’aide humanitaire et la gestion des crises.

    L’aide sera fournie sous la forme d'espèces, de bons d’achat ou de denrées alimentaires, en fonction de la situation des marchés locaux.

    Ce nouveau financement provient de la réserve du 11e Fonds européen de développement et porte le total de l’aide humanitaire octroyée par la Commission à la région du Sahel à 185 millions d’euros en 2015.

    Neven Mimica, commissaire pour la coopération internationale et le développement, a fait la déclaration suivante: «Le renforcement de la résilience est une priorité essentielle de la coopération au développement de l'UE. Nous sommes aux côtés de nos partenaires du Sahel pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et renforcer la résilience grâce à l'appui que nous offrons dans les secteurs de l’agriculture, de la santé, de l’eau et de l’éducation».

    Contexte

    La crise au Sahel demeure extrêmement complexe. Dans cette région, une personne sur sept (plus de 20 millions au total) ne dispose pas de suffisamment de denrées alimentaires abordables et nutritives pour mener une vie saine. Pas moins de 5,8 millions d’enfants souffrent de malnutrition aiguë et 4,3 millions de personnes ont besoin d’une aide d’urgence.

    Le conflit dans le nord du Nigeria et au Mali aggrave encore la situation, poussant des centaines de milliers de réfugiés à chercher refuge en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso, au Tchad et au Cameroun, où les communautés d’accueil luttent souvent elles-mêmes pour leur propre survie. À cela vient s'ajouter la sécheresse survenue au second semestre 2014, qui a compromis les récoltes et rendu l'achat de nourriture encore plus difficile pour les plus pauvres.

    Les besoins humanitaires grandissants appellent à la fois une aide d'urgence massive et des mesures visant à lutter contre les causes profondes de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition et à renforcer la résilience des plus démunis. La Commission européenne a joué un rôle déterminant dans la création de l'Alliance globale pour l’initiative résilience (AGIR), qui vise à renforcer la résilience en Afrique de l'Ouest et s'est fixé l'objectif «Zéro faim» d'ici à 2032.

    IP/15/5030


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Niger, Nigeria, Sudan

    LES TITRES

    • Le CICR intensifie ses actions dans la région du lac Tchad (L’OBS, 21/05/15)

    • Alarming Rise of Malnutrition and Food Insecurity in Western Chad (UNICEF, 12/05/15)

    • L’OIM aide les migrants tchadiens bloqués au Cameroun à rentrer chez eux (OIM, 05/05/15)

    • Le Tchad vise un taux d’accès à l’eau de 95% pour les 15 prochaines années (Alwihda Info, 21/05/15)

    • In Chad, making quality education a reality for a million children (UNICEF, 18/05/15)

    • Sahel: l'Union Européenne débloque 34 million d’euros d'aide alimentaire immédiate (Sputnik News, 22/05/15)

    • Good morning Chad: Radio breaks down barriers to sexual and reproductive health (UNFPA, 13/05/15)


    0 0

    Source: International Crisis Group
    Country: Mali

    SYNTHÈSE ET RECOMMANDATIONS

    Huit mois après le début des négociations inter-maliennes, un accord a été signé le 15 mai 2015 à Bamako. Pourtant, au Nord et au centre du Mali les affrontements meurtriers se poursuivent. Le 11 mai, des combats entre la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et des soldats maliens ont fait neuf morts et quatorze blessés. La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) n’a toujours pas signé le texte. Elle l’a parafé la veille de la cérémonie mais exige des discussions complémentaires avant d’accepter pleinement un accord. Cela compromet fortement l’application du texte et notamment son volet désarmement. Face à ces risques, la médiation devrait établir un cadre pour que des discussions complémentaires se poursuivent, et les parties maliennes devraient retourner, au plus tôt, à la table des négociations. De son côté, la mission onusienne, la Minusma, aidée par la France toujours militairement présente au Mali, doit adopter une position plus ferme face aux violations du cessez-le-feu.

    L’ensemble des acteurs porte une responsabilité dans la situation actuelle. Une partie des responsables politiques et militaires maliens n’ont pas abandonné l’idée de revanche militaire et cherchent à instrumentaliser en ce sens les groupes politico-militaires de la Plateforme du 14 juin – qui ont repris la ville de Ménaka le 27 avril dernier. De son côté, la CMA campe sur des revendications peu réalistes et ignore la diversité des populations du Nord qui n’adhèrent pas toutes à ses projets. La médiation internationale a, quant à elle, imposé un agenda essentiellement sécuritaire et a fermé trop tôt la porte des négociations. Malgré les nombreuses pressions, elle n’a pu obtenir l’adhésion complète de la CMA à l’accord de paix, mais s’est obstinée à organiser la signature le 15 mai. La cérémonie du 15 mai, théâtre d’une friction entre le président malien et le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix des Nations unies, a révélé les divergences sur la suite à donner à la signature de l’accord.

    Si l’accord de paix parfait n’existe pas, le texte signé souffre de profondes lacunes. Il reproduit pour l’essentiel les recettes du passé, en favorisant par exemple une politique de décentralisation et de clientélisme qui n’a jamais apporté la paix. Il propose de renforcer les institutions d’un système politique malade. Les parties maliennes, réticentes à s’engager dans un dialogue direct, héritent d’un texte largement rédigé par la médiation et qui reflète ses intérêts. Celle-ci privilégie la restauration de l’ordre et de la stabilité dans une situation marquée au contraire par l’aspiration des populations du Nord au changement. L’accord évoque peu les questions d’accès aux services sociaux de base, d’emploi et de justice, pourtant au cœur des préoccupations de la population. La priorité donnée à la sécurité a relégué au second plan le difficile combat pour restaurer l’utilité sociale de l’Etat sur l’ensemble du territoire malien.

    Alors que la signature de l’accord n’a pas permis d’inclure l’ensemble des parties en belligérance, la reprise des combats depuis quelques semaines menace une partie du pays d’embrasement. L’attaque sur la ville de Ménaka s’est produite le 27 avril, au lendemain de la décision par la CMA de parafer l’accord en échange d’une reprise des discussions avant signature. La reprise des affrontements à la suite de cet engagement obtenu à l’arraché signale que des mois de négociations n’ont pas réglé le déficit de confiance entre les parties. Des deux côtés, les ailes dures n’avaient pas intérêt à la signature d’un accord réunissant tous les acteurs et ont profité du blocage des discussions pour relancer les combats. Ni la présence de la Minusma, ni la menace de sanctions n’ont réussi à les convaincre de respecter le cessez-le-feu.

    Les groupes de la Plateforme, qui représentent pourtant des intérêts réels au Nord, sont liés et en partie instrumentalisés par l’aile dure de l’Etat malien. Cette dernière les utilise comme auxiliaires militaires pour éviter de s’engager directement sur le terrain. Les risques d’extension du conflit sont d’autant plus préoccupants que d’autres zones situées au centre du Mali ont connu ces derniers mois une insécurité inédite. Dans le contexte actuel de développement des groupes armés sur des bases communautaires, la résurgence des combats peut engendrer une situation plus fragmentée, impliquant plus de victimes civiles. Pour éviter que le Mali ne sombre dans un nouveau cycle de violence malgré la signature de l’accord de Bamako le 15 mai, la discussion politique doit prévaloir sur l’autoritarisme diplomatique ou le langage des armes.

    RECOMMANDATIONS

    A la Minusma :

    1. Rétablir et, plus encore, faire respecter le cessez-le-feu, en montrant, avec le soutien du Conseil de sécurité des Nations unies, sa détermination à appliquer des sanctions ciblées en cas de violations avérées.

    2. Assurer de façon temporaire la sécurité de la ville de Ménaka après avoir négocié le retrait de la Plateforme et obtenu l’assurance de la CMA qu’elle ne réoccupera pas la ville.

    A la France :

    1. Ajuster les missions de la force française Barkhane afin d’aider la Minusma à assurer le respect du cessez-le-feu et notamment la sécurité de la ville de Ménaka après le retrait négocié de la Plateforme.

    2. Etendre les activités de la force Barkhane pour décourager les principaux trafiquants de stupéfiants de s’engager dans des opérations militaires pour la conquête ou la protection de territoires.

    3. User de son influence, avec les autres partenaires du Mali, pour convaincre le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) d’écarter sans équivoque l’option belliciste et de privilégier le dialogue avec la CMA.

    A l’ensemble des parties maliennes en belligérance :

    1. S’abstenir de violer le cessez-le-feu ou mesurer les conséquences graves auxquelles elles s’exposent. Les parties signataires doivent renoncer à considérer toutes les parties non signataires de l’accord comme des groupes hostiles à la paix tant que ces dernières respectent le cessez-le-feu.

    2. Accepter l’offre de l’équipe de médiation internationale d’engager une ultime phase de discussion pour obtenir le ralliement du plus grand nombre et chercher les moyens d’améliorer l’accord.

    Au gouvernement malien et aux groupes de la Plateforme :

    1. Privilégier le dialogue politique direct après la signature de l’accord et, pour cela, appeler les groupes de la Plateforme à la modération au lieu de les encourager dans leurs opérations militaires.

    A la Coordination des mouvements de l’Azawad :

    1. Accepter clairement le dialogue direct avec le gouvernement comme avec les groupes de la Plateforme.

    2. Abandonner les revendications les moins réalistes à ce stade des négociations et tenir compte dans ses positions de la diversité d’opinion des populations du Nord Mali.

    A l’équipe internationale de médiation :

    1. Relancer une phase de négociations complémentaires destinées à obtenir le ralliement du plus grand nombre d’acteurs.

    2. Améliorer l’accord par des clauses additionnelles et la recherche d’un consensus sur sa mise en œuvre. Ces clauses devront notamment proposer des pistes spécifiques pour que les conflits locaux, part importante de la crise au Nord Mali, puissent se résoudre par la voie du politique plutôt que par celle des armes. Elles devront aussi replacer l’utilité sociale de l’Etat au cœur des préoccupations et souligner la nécessité de garantir une meilleure efficacité des programmes dedéveloppement.

    Dakar/Bruxelles, 22 mai 2015


    0 0

    Source: Government of France
    Country: France, Senegal

    Le ministère des Affaires étrangères et du Développement International et le ministère sénégalais de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire créent un dispositif conjoint de soutien à la coopération décentralisée franco-sénégalaise.

    Ce dispositif de soutien conjoint prend la forme d’un appel à projets qui sera ouvert du 25 mai au 31 Juillet 2015, visant à cofinancer des projets de coopération décentralisée présentés conjointement par les collectivités territoriales sénégalaises et françaises.

    Pour la phase expérimentale du dispositif en 2015-16, la contribution du MAEDI sera de 150.000€, équivalente à celle du ministère sénégalais de la Gouvernance locale.

    Les autorités sénégalaises et françaises ont fait le choix de cibler ce soutien autour de trois thématiques : le développement économique local, l’appui institutionnel et gouvernance locale, le développement durable et lutte contre le dérèglement climatique.

    Une attention particulière sera accordée aux projets se situant dans la continuité d’activités de coopération déjà préexistantes. La jeunesse, notamment la formation professionnelle des jeunes, sera une thématique transversale prioritaire du dispositif.

    La France est pour le Sénégal, le premier pays d’origine des projets de coopération à l’œuvre sur son territoire tandis que le Sénégal est le premier pays de destination de coopération décentralisée portée par les collectivités territoriales françaises. Plus de 110 projets sont aujourd’hui actifs et l’appel à projets conjoints franco-sénégalais est le premier dispositif bilatéral mis en place par la France avec un pays d’Afrique subsaharienne.


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Cameroon

    Situation of refugees & displaced people in Far-North in numbers

    • 106,000 TOTAL NUMBER OF INTERNALLY DISPLACED PEOPLE (IDPS) (OCHA, APRIL 2015)

    • 34,368 TOTAL NUMBER OF REFUGEES IN CAMPS (UNHCR, APRIL 2015)

    • 39,000 TOTAL ESTIMATED SAM CASELOAD IN THE FAR NORTH IN 2015


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Chad, Niger, Nigeria

    Situation of displaced people in Lake region in numbers

    43,000 ESTIMATED NUMBER OF NIGERIAN REFUGEES AND CHADIAN IDPS AND RETURNEES (UNHCR APRIL 2015)   

    6,000 ESTIMATED NEW REFUGEES FROM NIGER AND NIGERIA AND CHADIAN IDPS AND RETURNEES IN DABOUA AND LIWA DISTRICTS (UNICEF RAPID ASSESSMENT PRELIMINARY REPORT, MAY 18 )


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Bamako, 22 May, 2015 – MINUSMA acknowledges reports on the execution of a number of civilians, amongst them an NGO aid worker, in the village of Tin-Hamma, in the region of Gao. These reports indicate serious violations of human rights and International Humanitarian Law.

    These brutalities follow confrontations between members of the Platform and the Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) on the 20th of May.

    According to its mandate MINUSMA already deployed a team to the site to investigate the allegations.

    Awaiting the results of this investigation, MINUSMA stresses that if the reported information proves to be correct, these acts constitutes serious crimes and those responsible need to be brought to justice.

    MINSUMA expresses its deepest concerns on the alarming increase of armed confrontations in several locations in the North of Mali. MINUSMA strongly condemns these heinous acts constituting clear violations of the cease-fire and endangering the peace-process, of which civilians will be the first victims.

    These confrontations cause a significant increase of movements of civilians, worsening the humanitarian situation in Mali.

    MINUSMA deplores the decline, of the already limited, humanitarian space as a result of this violence and the negative effect on access and distribution of humanitarian support for the most vulnerable, especially women and children in need of urgent assistance.

    Pursuant Security Council Resolution 2164, MINUSMA calls upon the parties to uphold to the obligations International Humanitarian Law imposes. To respect and protect staff, material and humanitarian relief, facilitate free passage of humanitarian actors in order to ensure the provision of humanitarian assistance to those in need, all in respect of the United Nations guiding principles concerning humanitarian aid and applying international law.


older | 1 | .... | 369 | 370 | (Page 371) | 372 | 373 | .... | 728 | newer