Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 312 | 313 | (Page 314) | 315 | 316 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger

    En plus de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition récurrentes au Niger, d’autres défis humanitaires ont marqué l’année 2014 avec notamment : les flux de populations fuyant les violences au nord du Nigéria pour se réfugier dans la région de Diffa, les migrants économiques en transit ou refoulés vers le Niger, les inondations et le choléra.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Lesotho

    09/01/2015

    Recently, farmers in Lesotho have been consistently obtaining low yields from their staple crops. This has affected food production as well as considerably reducing incomes.

    The causes of these low crop yields are diverse and include low soil fertility, soil erosion, drought, erratic rainfall and use of low yielding seeds. Farmers also struggle to find locally improved, well adapted seeds as most available seeds originate from beyond Lesotho’s borders and some may not be adapted to all agro-ecological zones the country. It is therefore critical for Lesotho to address the issue of access to quality seeds by resource-constrained farmers. In the words of Dr. Gaoju Han, FAO Representative in Lesotho, “Seed security is crucial for the growth of the agricultural sector in general and productivity improvement for smallholder crop farmers in particular”. Things have started to change with an emerging group of certified seed producers in Lesotho.

    In 2006, a two-year project jointly implemented by the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) and the Ministry of Agriculture and Food Security (MAFS) supported a group of farmers in improving seed production in Lesotho.

    The project targeted the major staple crops – maize, sorghum and beans. The activities were then taken up and consolidated by a European Union-funded project from 2009 through 2011. Thanks to these projects, 50 active farmers are currently engaged in seed multiplication, producing over 80 tonnes of certified maize seeds and over 30 tonnes of certified bean seeds per year with technical support from MAFS. A seed producers’ association has been formed and has been active since May 2013.

    Since 2012, 18 500 vulnerable farmers in Lesotho have received agricultural inputs through the MAFS/FAO Emergency and Resilience Programme. These inputs included a 5-kg bag of maize seeds and a 5-kg bag of bean seeds. A large quantity of these seeds, worth over LSL 1 million, was purchased locally from the seed producers supported in earlier projects.

    Through this initiative, smallholder farmers who previously struggled to purchase imported and expensive hybrid seeds are now able to buy affordable but high performing open pollinated seed varieties from the local seed producers. The main advantage of these open pollinated varieties is that they can be replanted without losing their production vigour. But this has just been the start.

    More effort is now required to sustain and upscale the gains made through this initiative given that the performance and output of smallholder and resource-constrained farmers is unlikely to improve without access to quality seeds. The initiative needs to be up scaled throughout the four agro-ecological zones in order to realise widespread impact.

    The pioneering seed producers will need technical support and mentoring services from the relevant technical departments of government. They will in particular need to be supported in promoting and marketing their certified seeds. They can also benefit from direct policy interventions including preferential procurement which would ensure that government subsidy programme does not inadvertently leave them out due to their less formal business model.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Niger, Nigeria

    HIGHLIGHTS

    • The Chadian Government presents a long-term plan to integrate people who fled CAR to Chad.

    • Malnutrition rates in Chad's Sahel zone remain above the 15% emergency level in nearly half of all districts.

    • First outbreaks of cholera reported in Chad since 2011. A cholera vaccination campaign, unprecedented in Chad, will be introduced to reinforce ongoing WASH and medical programmes.

    • Nearly 245,000 children treated for malnutrition from January to October 2014.

    • Fuel prices triple in October and November, hampering humanitarian action.

    • UN Day marked by exchange with public across the country.

    • A high-level partnership mission visited Chad to learn firsthand about the humanitarian situation.

    FIGURES

    Population 13.2 m

    Literacy rate 33.6%

    GDP per capita US$1,330

    Life expectancy 49.6 yrs

    Mortality rate under 5 years 209/1,000

    Maternal mortality rate 1,000 /100,000

    Access to potable water 48.2%

    FUNDING

    623 million requested (US$)

    36% funded


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    9 janvier 2015 – Sept Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) ont été blessés lors d'une attaque à l'explosif près de l'aéroport de Kidal, dans le nord du pays.

    L'engin explosif a explosé lors du passage d'un véhicule transportant des troupes du contingent sénégalais de la MINUSMA. Quatre Casques bleus ont des blessures légères et trois souffrent de fractures et ont été transportés à l'hôpital de la MINUSMA à Gao, a précisé la MINUSMA dans un communiqué de presse.

    La zone où l'explosion a eu lieu a été immédiatement sécurisée et une enquête par des experts de la Mission sur la nature de l'explosif utilisé est en cours.

    Ces évènements interviennent quelques jours à peine après que huit Casques bleus de la MINUSMA ont été blessés dans une attaque également menée à l'engin explosif le 5 janvier dernier, dans cette même région de Gao.

    La MINUSMA a condamné avec vigueur « cette ignoble attaque terroriste contre les Casques bleus, qui sont venus au Mali dans le seul but d'apporter assistance aux autorités et au peuple maliens ».

    Elle a réitéré son appel aux acteurs présents sur le terrain impliqués dans le processus de paix en cours de se conformer à l'engagement qu'ils ont pris en septembre 2014 à Alger de prévenir les attaques contre les Casques bleus.

    La Mission a lancé encore une fois un appel pour que les responsables de ces crimes soient identifiés et répondent de leurs actes devant la justice.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    9 January 2015 – The United Nations Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA) has condemned the attack on its peacekeepers near the Kidal airstrip this morning, when one of its vehicles struck an explosive device.

    “Seven Senegalese peacekeepers were wounded and have been evacuated,” UN spokesperson Farhan Haq told the daily press briefing at UN Headquarters in New York this afternoon.

    According to MINUSMA, the area of the explosion has been secured and a team of experts from the Mission has started an investigation.

    The UN is calling on all those involved in the peace process to respect the commitment they made last September in Algiers to prevent attacks against peacekeepers. Those responsible for these acts must be brought to justice, the Mission added.

    This attack is the latest in a recent spate of violence targeting UN peacekeepers. On Sunday, eight “blue helmets” were wounded in the Gao region of north-eastern Mali when their vehicle was struck by an explosive device.

    Briefing the Security Council last week, the Under-Secretary-General for UN Peacekeeping Operations, Hervé Ladsous, appealed to all parties to resolve outstanding issues in the fresh round of talks scheduled for February.

    While talks held so far had resulted in a draft peace agreement that all parties were currently examining, he pointed to an “extremely volatile” security situation in the North of the country, with “serious fighting” taking place in recent days, including an attack on Malian troops in the Ségou region, where 10 were killed, and disturbances in Gao where three were killed.

    “The situation on the ground remains difficult [with] each side trying to escalate,” he said, pointing out that MINUSMA forces had been deployed in response to the violence, facing a situation that was “very dire and costly” for MINUSMA’s troops.

    “No Mission has been as costly in terms of blood,” he said, noting that a total of 33 MINUSMA soldiers had been killed and 109 injured and pointing out that the Mission’s peacekeepers face assaults on a virtually daily basis, in the form of rocket attacks on bases and targeted attacks with improvised explosive devices.

    He called on all parties to respect the ceasefire and to show good faith, both on the ground and at the negotiating table in Algiers. That required some parties to accept the need to move from their opening positions, something not everybody had done.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    Bamako, Mali | AFP | Sunday 1/11/2015 - 17:03 GMT

    Mali's President Ibrahim Boubacar Keita named a new slimmed-down government on Saturday, with cabinet members replaced in key defence and economy posts in the strife-torn west African nation.

    The government of new Prime Minister Modibo Keita was appointed by a presidential decree published overnight Saturday, after his predecessor as premier resigned under pressure on Thursday.

    Tieman Hubert Coulibaly, a former foreign minister, takes over the defence and veterans portfolio in the new government, which has 29 members in addition to the premier, against 31 in the previous administration.

    Banker Mamadou Igor Diarra becomes minister of economy and finance, while the digital economy and communication portfolio went to Choguel Kokala Maiga.

    The new government faces many challenges in the conflict-hit country, which descended into crisis in 2012 after Islamist groups seized control of its vast northern desert for several months, prompting a French-led military intervention.

    "This is a war government, but also a team that should make the return of peace in the north its priority," a close associate of the president told AFP.

    An official close to the new prime minister told AFP that the new cabinet is primarily tasked with taking on the serious economic and financial ills Mali suffers, but also represents "a team that must make the return of peace in the north its priority" within the national reconciliation process.

    But the shake up also comes after the International Monetary Fund (IMF) temporarily blocked development aid following its observations of irregularities in Malian state accounts, including the costly purchase of the presidential jet and several military aircraft without competitive bids.

    The IMF unfroze those funds after Mali revised its procurement rules, made efforts towards creating greater transparency and accountability, and looking hard at the officials and decisions involved in the air craft purchases.

    New Prime Minister Keita, appointed on Thursday, was previously the president's representative in peace talks launched in July between the government and jihadist rebels based in the north.

    His predecessor, Moussa Mara, lasted just eight months as premier.

    A member of the Tuareg minority, Mohamed Ag Erlaf, is the new minister of the environment, sanitation and sustainable development.

    Other departing ministers include those for industry and education.

    Dramane Dembele, an unsuccessful candidate in the 2012 presidential election, becomes minister of urban development and housing.

    sd-sst/mtp/jom/pvh


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    Bamako, Mali | AFP | dimanche 11/01/2015 - 12:26 GMT

    Le gouvernement du Premier ministre malien désigné jeudi, Modibo Keïta, a été formé samedi par décret du président Ibrahim Boubacar Keïta et se caractérise notamment par le départ des ministres de la Défense, de l'Economie et de la Communication.

    Selon le décret publié dans la nuit de samedi à dimanche par la présidence, Tiéman Hubert Coulibaly, précédemment ministre des Domaines de l’Etat, des Affaires foncières et du Patrimoine, hérite de l'important portefeuille de la Défense et des Anciens combattants.

    Un banquier, Mamadou Igor Diarra, devient ministre de l'Economie et des Finances, alors que le portefeuille de l’Economie numérique et de la Communication est confié au chef d'un parti de la majorité présidentielle, Choguel Kokala Maïga.

    Le nouveau gouvernement, qui compte 29 membres, outre le Premier ministre, contre 31 dans le précédent, "a pour principale tâche de relever les défis. C’est un gouvernement de combat, mais aussi une équipe qui doit faire du retour de la paix au Nord sa priorité", a expliqué à l’AFP un proche collaborateur du chef de l’Etat.

    Le nouveau Premier ministre, Modibo Keïta, était jusqu'alors "haut représentant" du président pour les pourparlers de paix lancés en juillet à Alger entre le gouvernement et les groupes armés du nord du pays.

    Un membre de la minorité touarègue, Mohamed Ag Erlaf, est le nouveau ministre de l'Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable.

    Huit (bien: huit) des ministres sortants quittent le gouvernement: ceux de la Défense, de l'Economie, de la Communication, de l'Industrie, de l'Education nationale, du Travail, de la Décentralisation, et de l'Artisanat et du Tourisme.

    La même source, interrogée par l’AFP, a démenti tout lien entre le départ des titulaires de l'Economie, de l’Industrie et de la Communication et l’affaire de l’achat sans appel d'offres de l'avion présidentiel et d'équipements militaires qui avait amené à un gel de six mois des décaissements du Fonds monétaire international (FMI).

    "Le FMI n’a jamais demandé le départ d’un ministre du gouvernement. Il y a des rapports d’enquête devant la justice. Que la justice fasse son travail", a répondu cette source.

    Le FMI a débloqué son aide le 1er décembre après une modification par les autorités maliennes du code des marchés publics et la publication de deux audits indépendants ayant révélé des manquements aux règlements, dont la justice a été saisie.

    Le ministre de la Sécurité, le général Sada Samaké, conserve son poste, mais qui est désormais amputé de l’Administration territoriale.

    Par ailleurs, Dramane Dembélé, candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2012, devient ministre de l'Urbanisme et de l'Habitat.

    sd-sst/plh/mba

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Benin, Burkina Faso, Cameroon, Chad, Côte d'Ivoire, Gambia, Guinea, Mali, Niger, Nigeria, Togo

    7357e séance – après-midi

    Conseil de sécurité
    Couverture des réunions

    C’est une situation politique et sécuritaire fragile qu’a décrite, cet après-midi, le Représentant spécial et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA), M. Mohammed Ibn Chambas, dans l’exposé qu’il a fait aux membres du Conseil de sécurité concernant la situation qui prévaut dans les pays de cette région. Il a aussi exprimé un certain nombre d’inquiétudes face aux conséquences que pourraient avoir les tensions et l’insécurité liées notamment à la menace terroriste, à l’épidémie d’Ebola, à la situation économique difficile que traversent ces pays.

    Alors que des élections présidentielles et législatives sont prévues dans plusieurs États ouest-africains en 2015 et 2016, M. Chambas a remarqué que, dans certains, les tensions politiques sont liées à l’attitude de dirigeants qui font face à une certaine résistance dans leurs tentatives de rester au pouvoir en se livrant à des révisions constitutionnelles.

    Abordant le cas de la Gambie, M. Chambas a rappelé que des combats avaient eu lieu le 30 décembre dans la capitale, Banjul, au cours d’une tentative de renversement du Président Yahya Jammeh, qui y est au pouvoir depuis 20 ans. Cette attaque, qui est la troisième tentative de coup d’État menée en Gambie en 8 ans, a été repoussée par les forces loyales au Président, a précisé M. Chambas. Le Chef du Bureau de l’UNOWA a indiqué au Conseil que lorsqu’il se rendra à Banjul les 14 et 15 janvier prochain, il réitèrera sa condamnation ferme de toute tentative de prise de pouvoir par des moyens anticonstitutionnels et invitera les autorités gambiennes à travailler avec les partenaires internationaux pour garantir la crédibilité des procédures judiciaires et le respect des droits de l’homme dans le pays.

    Parlant ensuite du Burkina Faso, M. Chambas est revenu sur le soulèvement populaire qui, au mois d’octobre 2014, a forcé le Président Blaise Compaoré à démissionner après 27 années passées au pouvoir. La Mission de l’ONU, l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont aidé la recherche d’un accord qui a finalement vu le jour avec la participation de toutes les parties qui sont parvenues à s’entendre sur la mise en place du cadre d’une transition menée par les civils. S’en est suivie la création d’un « groupe international de suivi et de soutien pour la transition au Burkina Faso » qui se réunira pour la première fois le 13 janvier à Ouagadougou, a indiqué M. Chambas.

    En 2015, a poursuivi le Représentant spécial, en dehors du Burkina Faso, cinq autres pays d’Afrique de l’Ouest tiendront des élections présidentielles, à savoir le Bénin, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Nigéria et le Togo. Concernant le Togo, où le parti du Président actuel, M. Faure Gnassingbé, est au pouvoir depuis 1967, M. Chambas a indiqué au Conseil que des manifestations de l’opposition ont eu lieu en novembre et en décembre à Lomé. Il a appelé le Gouvernement togolais à traiter de manière prioritaire les questions litigieuses, notamment la réforme du mode de scrutin.

    Pour ce qui concerne le Bénin, le Représentant spécial du Secrétaire général a recommandé aux parties de rechercher un consensus sur la mise en œuvre d’un système d’inscription électronique pour la constitution des listes électorales, afin que l’organisation des élections locales et législatives prévues respectivement en 2015 et 2016 ne soit pas retardée. L’UNOWA veillera à ce que de meilleures conditions soient réunies pour la tenue d’élections crédibles au Togo et au Bénin, a assuré M. Chambas.

    Décrivant ensuite l’état de la situation au Niger, le Représentant spécial et Chef de l’UNOWA a parlé des frictions qui se sont poursuivies entre le Gouvernement et les partis de l’opposition, dans un contexte sécuritaire fragilisé par la violence et l’instabilité dans les pays voisins, notamment en Libye, au Mali et au Nigéria. Il a aussi signalé les tensions qui persistent en Côte d’Ivoire et les risques de violence autour des élections prévues en octobre 2015 dans ce pays.

    Les Nigérians se rendront aux urnes dans un mois pour exprimer leurs suffrages dans le cadre des élections présidentielles et législatives, qui vont se tenir dans un contexte marqué par l’insurrection menée par le groupe Boko Haram dans le nord-est du pays et par des conflits sectaires dans le centre-nord et le nord-ouest du pays, a ensuite déclaré M. Chambas. Prédisant des difficultés, en particulier dans les États de Borno, Yobe et Adamawa, il a demandé à la communauté internationale de renforcer le soutien et les actions menées avec le Nigéria pour pouvoir relever ces défis.

    La région de l’Afrique de l’Ouest et autour du Nigéria reste vulnérable à cause de l’insécurité et de la menace terroriste, s’est inquiété le Représentant spécial. Il a déploré le manque de progrès en matière de sécurité dans le Nord du Nigéria, où la population subit des attaques et des violations systématiques de ses droits fondamentaux depuis six mois. Faisant référence aux victimes de la violence de Boko Haram, il a noté qu’à ce jour, les mesures antiterroristes mises en place par le Gouvernement ont échoué, malgré l’aide apportée par la communauté internationale depuis l’enlèvement de 200 écolières par les terroristes. M. Chambas a indiqué que l’Équipe des Nations Unies de lutte contre le terrorisme organiserait fin janvier des ateliers destinés aux forces de l’ordre nigérianes.

    M. Chambas a aussi parlé de la visite qu’il a effectuée au Nigéria, en novembre et décembre 2014, qui avait pour objectif de trouver un consensus sur la réponse à apporter à la menace posée par Boko Haram et évaluer les violences potentielles liées aux élections. Constatant que les activités de Boko Haram débordent du territoire nigérian et affectent désormais les pays voisins et que plus de 300 000 Nigérians se sont réfugiés au Cameroun et au Niger, il a prévenu le Conseil des risques que courent les économies locales de ces pays, qui subissent une pression causée par le grand nombre de réfugiés, pression qui pourrait entrainer la déstabilisation de la situation sécuritaire. C’est pour faire face à cette menace que les missions de l’ONU travaillent, en lien avec les pays de la Commission du bassin du lac Tchad, pour chercher des solutions à ce problème, a dit M. Chambas.

    Le Chef de l’UNOWA a aussi déploré le fait que l’insécurité prévalant dans le nord-est du Nigéria entrave les activités de la Commission mixte Cameroun-Nigéria, créée pour faciliter l’application de l’arrêt de la Cour internationale de Justice sur le règlement du litige territorial concernant la péninsule de Bakassi et la démarcation de la frontière entre les deux États. Les travaux de démarcation de la frontière entre le Cameroun et le Nigéria se poursuivent, a cependant précisé M. Chambas: il reste 767 bornes à poser et à financer.

    La piraterie au large du Golfe de Guinée a été un autre sujet de préoccupation du Représentant spécial en ce qui concerne ses effets sur l’économie et le commerce. M. Chambas a cependant noté les progrès réalisés par les pays de la région pour faire fonctionner l’infrastructure de sécurité maritime. L’UNOWA et le BRENUAC (Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale) continueront à soutenir les institutions chargées d’appliquer le cadre stratégique adopté lors du Sommet de Yaoundé, tenu le 15 juin 2013, a-t-il annoncé.

    Enfin, M. Chambas a souligné les difficultés liées à l’épidémie de la maladie à virus Ebola. Les trois pays touchés –Guinée, Sierra Leone et Libéria– en souffrent énormément sur plusieurs plans et il en est de même pour l’ensemble de la région, a-t-il averti. Alors que se poursuit l’intervention humanitaire internationale, il a appelé les membres du Conseil à faire en sorte que ces trois pays fragiles ne sortent pas trop affaiblis de cette épidémie, après les efforts de consolidation de la paix qui y ont été menés ces dernières années.

    CONSOLIDATION DE LA PAIX EN AFRIQUE DE L’OUEST

    Rapport du Secrétaire général sur les activités du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (S/2014/945)

    Dans ce rapport, le Secrétaire général exprime sa profonde inquiétude au sujet des violences liées à Boko Haram perpétrées dans le nord du Nigéria, dans le nord du Cameroun et le sud du Niger, et des répercussions qu’elles ont sur la région. Il se réjouit des efforts faits pour renforcer les mécanismes de sécurité régionale et accélérer le déploiement d’une force multinationale chargée de sécuriser les zones frontalières. Il apprécie également les initiatives prises par la Commission du bassin du lac Tchad pour juguler durablement le terrorisme, l’insurrection violente et l’extrémisme dans le cadre d’une stratégie commune. Il se félicite en particulier de l’élaboration d’une stratégie antiterroriste régionale par les États membres de la Commission et le Bénin. Il appelle à respecter les normes internationales en matière de droits de l’homme dans l’action conjointe menée face à la menace que constitue Boko Haram.

    Le Secrétaire général encourage par ailleurs le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA), le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (BRENUAC), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Commission du bassin du lac Tchad à continuer d’intensifier leur coopération afin de faire face aux menaces qui pèsent sur la sécurité transfrontalière.

    M. Ban reste également préoccupé par les tensions politiques et en matière de sécurité qui couvent dans certains pays d’Afrique de l’Ouest à l’approche des élections présidentielle et législatives prévues en 2015 et 2016 dans ces pays. Il exhorte les responsables politiques à dialoguer pour régler de manière consensuelle toutes les questions litigieuses. Il engage également les acteurs nationaux à créer les conditions propices à la tenue d’élections ouvertes, libres et crédibles.

    En ce qui concerne le Nigéria, des informations particulièrement préoccupantes font état de milliers de tués et de centaines de milliers de déplacés et de réfugiés au cours de l’année écoulée, indique le Secrétaire général. Notant que ces personnes ont été victimes d’attaques barbares de Boko Haram, il s’inquiète aussi des allégations de violations des droits de l’homme par les forces de sécurité nigérianes. Il demande aux autorités nigérianes de faire scrupuleusement respecter les normes des droits de l’homme en ce qui concerne les opérations de combat et les conditions de détention des prisonniers, et de veiller à atténuer les conséquences humanitaires du conflit. À propos des élections fédérales et des élections de gouverneurs prévues en février 2015 au Nigéria, il prévient du risque élevé de violences soit du fait d’attaques perpétrées par Boko Haram, soit du fait de troubles liés à la contestation du résultat des élections. Il exhorte les acteurs nigérians à inlassablement lancer des appels publics en faveur de la paix et de la démocratie. Au Conseil de sécurité, il demande de se tenir aux côtés du Nigéria durant cette phase critique et de lui fournir l’appui dont il a besoin pour empêcher toute aggravation des troubles et des violences, en particulier dans les États du nord-est du pays qui sont déjà durement touchés.

    Pour ce qui est du Burkina Faso, le Secrétaire général salue les mesures diligentes prises par son Représentant spécial, en coordination étroite avec l’Union africaine et la CEDEAO, pour aider ce pays à trouver une solution à la crise dont il est le théâtre. Il félicite le peuple burkinabé qui a fait preuve de responsabilité pour parvenir à un consensus sur les accords de transition. Il demande à tous les dirigeants nommés dans le cadre de la transition de collaborer dans l’harmonie pour répondre aux aspirations du peuple burkinabé, veiller à ce que l’intégrité physique et les droits de l’homme de tous les citoyens soient respectés, et régler les éventuels litiges par le dialogue afin que la transition se déroule sans heurt jusqu’à la tenue des élections en novembre 2015. Quant à la communauté internationale, elle doit continuer d’accompagner les efforts du Burkina Faso durant cette période critique.

    Par ailleurs, M. Ban Ki-moon salue l’action menée par les organisations et les gouvernements de la sous-région pour contrer la menace de la criminalité organisée, du terrorisme, de l’extrémisme violent, de la piraterie et des vols à main armée en mer. Il salue l’inauguration et de la mise en service du Centre interrégional de coordination pour la sécurité maritime dans le golfe de Guinée, qui coordonnera et mettra en œuvre la stratégie maritime régionale conjointe afférente à cette zone. Il demande aux partenaires régionaux et internationaux de continuer à aider le Centre et de redoubler d’efforts pour créer les deux centres de coordination des opérations maritimes prévus en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale afin de compléter le dispositif d’échange d’informations. Le Secrétaire général exhorte les gouvernements et les organisations sous-régionales du golfe de Guinée à faire encore davantage pour donner effet aux décisions prises au sommet tenu le 25 juin 2013 à Yaoundé au Cameroun. L’UNOWA, en collaboration avec le BRENUAC, continuera d’aider la région et de mobiliser le soutien nécessaire pour atteindre ces objectifs. De leur côté, les États membres de l’Initiative côtes de l’Afrique de l’Ouest doivent accélérer la mise en place des cellules de lutte contre la criminalité transnationale, préconise M. Ban.

    Le Secrétaire général note également que la maladie à virus Ebola a fragilisé une paix et une stabilité durement acquises dans les trois pays les plus touchés qui sont la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, ce qui exige l’aide de la communauté internationale, non seulement pour arrêter la propagation de la maladie, mais aussi pour surmonter les difficultés politiques et socioéconomiques causées par l’épidémie. Il sera également capital que les partenaires régionaux et internationaux soutiennent les efforts engagés pour accélérer la mise en œuvre de la Stratégie relative à la sécurité des frontières de l’Union du fleuve Mano (UFM), une stratégie globale qui a pour but de remédier aux causes profondes de l’insécurité dans les pays de l’UFM, note M. Ban.

    S’agissant du Mali, le Secrétaire général rappelle que les pourparlers de paix inter-maliens se poursuivent à Alger sous les auspices de l’équipe de médiation conduite par l’Algérie. Il appelle l’ensemble des parties à négocier de bonne foi pour parvenir à un accord de paix global, applicable, et durable, qui prenne en considération les causes profondes du conflit. Il les appelle également à respecter leurs engagements relatifs au cessez-le-feu et à s’abstenir de toute mesure susceptible de compromettre le succès des pourparlers de paix.

    M. Ban Ki-moon salue par ailleurs les efforts déployés par la Commission mixte Cameroun-Nigéria pour exécuter l’arrêt rendu par la Cour internationale de Justice (CIJ) le 10 octobre 2002, y compris les mesures novatrices que la Commission utilise pour achever la démarcation de la frontière. Il encourage les Gouvernements camerounais et nigérian à maintenir un climat propice à l’achèvement de cette démarcation. Il exhorte les gouvernements et les acteurs nationaux d’Afrique de l’Ouest à prendre des mesures concrètes pour promouvoir la participation des femmes à tous les niveaux de l’administration des affaires publiques, ainsi qu’aux processus électoraux et politiques. Il se félicite des procédures législatives en cours dans certains pays en vue d’autonomiser les femmes, et demande aux gouvernements de s’employer plus diligemment à honorer leurs engagements au titre de la résolution 1325 (2000) et des résolutions ultérieures du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, condition sine qua non d’un développement équitable.

    À l’intention des organes d’information • Document non officiel.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad, Nigeria

    Faits saillants

    • 7 300 personnes sont arrivées au Tchad en provenance du Nigeria depuis Janvier 2015.

    • Le Gouvernement du Tchad a entrepris une mission sur le terrain et a sollicité l’appui des partenaires pour l’assistance humanitaire. Il a aussi fait acheminer des articles pour l’assistance.

    • Une mission d’évaluation inter-agences a été organisée dans la région du Lac. Les besoins humanitaires sont nombreux en particulier en matière d’abris, d’alimentation et d’articles ménagers essentiels

    • L’assistance humanitaire a débuté dans les secteurs des abris, de l’alimentation, de la protection, de la santé, de la nutrition, et de l’éducation, et de l’eau hygiène et assainissement


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Niger

    Executive Summary

    This Special Operation (SO) is established to provide safe, reliable, effective and efficient air transport services to the humanitarian community in Niger in 2015. Insecurity and poor infrastructure make land transportation impracticable for prompt implementation of humanitarian projects in Niger. As commercial airlines present in the country do not meet international standards, the United Nations Humanitarian Air Service (UNHAS) is vital for Non-Governmental Organizations (NGOs), United Nations (UN) agencies, donor representatives and Government counterparts to access project implementation sites. In 2015, UNHAS will provide services for approximately 165 humanitarian actors to at least eight destinations with a fleet of two aircraft.

    UNHAS Niger was established in 2008 and has since been essential to the overall humanitarian response in the country. The SO 200792 will be managed by the WFP Niger Country Office from 01 January 2015 to 31 December 2015 at a budgeted cost of US$ 7,867,513. The budget requirements will be raised through donor contributions (approximately 75%) and partial cost-recovery (25%) in the form of ticket sales.

    Fleet composition and operational routes have been determined after needs assessments and consultations with relevant stakeholders. The project will be regularly reviewed in accordance with standard procedures in order to minimize risks and ensure operational efficiency and effectiveness.


    0 0

    Source: Missionary International Service News Agency
    Country: Mali

    A peace accord with the Tuareg and Islamist groups of the north is a priority for Mali’s new government, said the cabinet of President Ibrahim Boubakar Keïta, over the weekend to the local media.

    There are significant changes in the new government headed by Prime Minister Modibo Keïta, who served as chief negotiator in pece talks with the rebels, including a Tuareg minister of Environment, Mohamed Ag Erlaf, a banker Mamadou Igor Diarra, for the ministry of Economy and Finance. Also a chnge in the Defence ministry, now headed by Tiéman Hubert Coulibaly.

    [VG/BO]


    0 0

    Source: Assessment Capacities Project
    Country: Afghanistan, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Gambia, Guatemala, Guinea, Haiti, Honduras, India, Iraq, Jordan, Kenya, Lebanon, Liberia, Libya, Mali, Mauritania, Myanmar, Namibia, Nepal, Nicaragua, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Pakistan, Philippines, Senegal, Sierra Leone, Somalia, South Sudan, Sri Lanka, Sudan, Syrian Arab Republic, Uganda, Ukraine, World, Yemen

    Nigeria: Violence has escalated significantly in the northeast. Boko Haram killed more than 2,100 people in the first 11 days of the year. Most were killed in an attack on the town of Baga and surrounding settlements in Borno state, on Lake Chad. Up to 20,000 people were displaced. Other attacks took place in Maiduguri, Damaturu, and Potiskum.

    Sudan: Government and opposition forces fought in Tawila locality, North Darfur and in Northern Jebel Marra, Central Darfur. 15 villages were burned and another 30 abandoned in Tawila, with up to 37,000 estimated displaced. In Fanga, northern Jebel Marra, 21 villages were burned and some 50,000 estimated displaced.

    Ukraine: Savings are dwindling and winter needs remain unmet, as the latest figures indicate more that than half of the 633,000 registered IDPs were displaced in the past four months. More than 4,800 people have been killed in the conflict, and it is reported that hostilities are intensifying.

    Updated: 13/01/2015 Next Update: 20/01/2015

    Global Emergency Overview Web Interface


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Niger, Nigeria

    UNICEF response to date

    • On 10 December 2014, the Government called on national and international solidarity to respond to the humanitarian situation in Diffa.

    • UNHCR is setting up two refugee camps and one transit site in Diffa region for a total of approximately 14,000 refugees. UNICEF is supporting the installation by providing squatting plates and water bladders to UNHCR to ensure access to water and sanitation. In parallel, UNICEF will continue to support displaced people and host communities outside the camps.

    • UNICEF renewed an agreement with COOPI to expand psychosocial support activities in Diffa for 9,750 children including 5,143 girls through outreach and mobile strategies with a special geographic focus on the Lake Chad Islands. Thanks to this outreach strategy, COOPI is monitoring psychosocial trauma among newly displaced people particularly affected by the conflict in Northern Nigeria.

    • IEDA Relief began its programme of cholera prevention. Purification tabs distribution and sensitization are organized in Chetimari and Diffa returnees/refugees sites where 120 new cases of cholera ( with 8 deaths) have been registered by local authorities since the 12th of December. UNICEF also supported the development of radio messages broadcasted on local radios in six languages ( also reaching the Islands on Lake Chad) and the dissemination of video spots through the Cinema Numérique Ambulant. UNICEF is requesting support by the CERF Secretariat.

    • UNICEF trained 2 people from Diffa Heath District on nutritionalsurveillance to reinforce the regional early warning system.

    • In order to ensure access to quality primary education for displaced communities, UNICEF in collaboration with COOPI identified 10 schools (part of the 13 mentioned in the table) that are integrating displaced children. UNICEF is strengthening their capacities by building additional classrooms, training teachers, and providing additional educational supplies for teachers and children. Identified schools are also benefitting from the support of a peacebuilding programme implemented by Search for Common Ground and a hygiene promotion programme implemented by IEDA Relief.


    0 0

    Source: Action Contre la Faim
    Country: Chad

    Ce rapport reflète les constats perçus par l’évaluateur externe sur les impacts des actions de transferts monétaires sans contrepartie dans la région du Kanem et dans le cadre existant des projets en 2014. Les mesures de mitigations des impacts négatifs sont formulées dans le cadre de la poursuite à cours termes de projets similaires dans la région et pour des périodes de distributions des fonds de quatre à cinq mois maximum.

    La reproduction à long terme de ce type de d’intervention, son extension en termes de nombre de mensualités par an ou l’augmentation des montants et du nombre de bénéficiaires n’ont pas été étudiés dans ce rapport et ne sont donc pas pris en compte dans les mesures de mitigations. Un rapport d’analyse prospective, intégrant des orientations stratégiques et programmatiques ainsi que des recommandations, est rédigé en parallèle. Celui-ci intègre les risques à moyen et long terme de ce type d’intervention dans le contexte du Kanem.

    Au vu des faibles sommes distribuées par bénéficiaire (0.22€/jour), le projet actuel a peu d’impacts sur les relations au sein des communautés, sur ses représentants et sur les autorités locales. Cependant, la solidarité communautaire semble avoir été stimulée par une redistribution partielle au sein des clans filiaux des aides données.

    Il est constaté un impact extrêmement faible sur l’économie locale, la majorité des fonds injectés repartant vers les zones d’approvisionnement de la région que sont majoritairement N’Djamena et la Libye. Aucune distorsion notable des marchés n’a été identifiée, que ce soit sur les cours des produits courants que sur des pénuries.

    L’intervention permet de compenser avec efficience 50 % des besoins alimentaires mensuels de 8 000 foyers durant quatre mois.

    Le projet semble avoir un impact nul, voir négatif, sur les capacités de résilience des communautés. Le versement régulier des fonds engendre un attentisme de la société, ne l’accompagnant pas vers de nécessaires évolutions culturelles et structurelles favorisant la résilience.

    L’utilisation du cash transfert non conditionné, outil d’urgence adapté à des zones aux économies productives actives, n’est pas, dans un contexte de crise chronique sur une zone à l’économie exsangue non productive, approprié sur le moyen long / terme.

    L’intervention semble donc retarder des échéances sans pour autant apporter des réponses à moyen termes. C’est une stratégie palliative mais en aucun cas une approche permettant de renforcer les capacités productives et la sécurité alimentaire. La communauté reste extrêmement fragile et la moindre variation défavorable économique, politique, sociale ou sécuritaire pourrait l’impacter fortement, faisant basculer la région du Kanem dans une crise profonde aigüe.


    0 0

    Source: Action Contre la Faim
    Country: Chad

    Ce rapport donne des orientations stratégiques et programmatiques ainsi que des recommandations sur les évolutions des programmes de transferts monétaires non conditionnées dans la région du Kanem. Il se base sur une analyse des ressources locales, des liens externes à la région, des positions des acteurs et des autorités ainsi que les tendances et évolutions sociétales en les replaçant dans le temps et l’espace du contexte du Kanem. Il intègre également les analyses des impacts socio-anthropologiques au niveau des communautés réalisées par Corinne Corradi ainsi que les études économiques et microéconomiques mentionnées dans le rapport « Impacts des transferts monétaires, Kanem, Tchad 2014, rapport d’analyse, F. Meunier - ACF ». Cette étude s’appuie sur une mission terrain, de multiples entretiens, de nombreuses évaluations et analyses réalisées sur la région du Kanem depuis 2009 par Action Contre la Faim et sur une large bibliographie nationale et internationale.

    Si l’intervention actuelle répond avec efficience à l’objectif de compenser partiellement et temporairement les difficultés d’accès à l’alimentation (pour des populations dépendantes des marchés locaux) au cours de la période de soudure agricole, elle ne permet en aucun cas de stabiliser la situation. De plus le projet semble avoir un impact nul, voir négatif, sur les capacités de résilience des communautés. Le versement régulier des fonds engendre un attentisme de la société, ne l’accompagnant pas vers de nécessaires évolutions culturelles et structurelles favorisant la résilience. L’intervention semble donc retarder des échéances sans pour autant apporter des réponses à moyen terme. C’est une stratégie palliative mais en aucun cas une approche permettant de renforcer les capacités productives. Peu d’effets de « levier » sont recherchés du fait de la rigidité des financements d’urgence actuels. La communauté reste extrêmement fragile et la moindre variation défavorable économique, politique, sociale ou sécuritaire pourrait l’impacter fortement, faisant basculer la région du Kanem dans une crise humanitaire profonde. Un point de rupture pourrait donc se rapprocher.

    L’utilisation du cash transfert non conditionné, outil d’urgence adapté à des zones aux économies productives actives, n’est pas, dans ce contexte de crise chronique sur une zone à l’économie exsangue non productive, appropriée sur le moyen et long / termes et engendrera des impacts négatifs sur la communauté.


    0 0

    Source: World Bank
    Country: Burkina Faso

    WASHINGTON, 12 janvier 2015 – Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un nouveau don de 80 millions de dollars alloué par l’Association internationale de développement (IDA) et destiné à aider le Burkina Faso à accroître l’accès aux services d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement dans plusieurs zones urbaines défavorisées de la périphérie de Ouagadougou, la capitale du pays.

    Il s’agit d’un financement supplémentaire qui servira à renforcer certains volets du « Projet sectoriel eau en milieu urbain » actuellement en cours au Burkina Faso.

    Ce projet, qui a été approuvé en 2009 par le Conseil des administrateurs, a déjà obtenu des résultats clés en fournissant notamment l’eau courante à 434 000 personnes supplémentaires et de meilleurs services d’assainissement à 403 000 autres. La réforme du secteur de l’eau en milieu urbain à laquelle le projet apporte son soutien est également mise en œuvre avec succès : la capacité de gestion opérationnelle s’est fortement améliorée et l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) du pays compte désormais parmi les compagnies de distribution d’eau les plus efficaces d’Afrique subsaharienne.

    « Le projet est parvenu, en collaboration avec l’ONEA, à améliorer considérablement la distribution d’eau potable dans les zones urbaines. Cependant, Ouagadougou a récemment enregistré une forte croissance démographique qui entraîne de nouvelles difficultés pour assurer l’alimentation en eau potable de sa population, celle-ci étant en grande partie constituée de familles à faible revenu, explique Mercy Tembon, responsable des opérations de la Banque mondiale pour le Burkina Faso. Le financement supplémentaire approuvé aujourd’hui va permettre de poursuivre les avancées du projet initial en améliorant le système de canalisation et de distribution d’eau de la ville, ce qui constitue un élément essentiel pour augmenter la capacité d’approvisionnement en eau potable des usagers, qu’ils soient nouveaux ou non. »

    L’extension des activités du projet permettra de toucher environ 1,1 million de personnes vivant dans des zones urbaines ou des habitats précaires de la périphérie de Ouagadougou. Le nouveau financement aura surtout pour objectif de développer le système de distribution afin d’améliorer la qualité du service et de fournir de l’eau potable dans plusieurs zones encore non desservies. Il servira à installer des canalisations secondaires et tertiaires, environ 26 000 raccordements et 80 bornes fontaines publiques.

    « Grâce à cette aide supplémentaire, qui contribuera à la construction de conduites d’eau, de réservoirs de stockage et de stations de pompage, ce sont presque 760 000 habitants qui bénéficieront de l’accès à des sources d’eau améliorées, précise Matar Fall, chef d’équipe du projet à la Banque mondiale. Ce financement permettra aussi de promouvoir l’accès à l’eau potable dans des habitats précaires où, jusqu’à présent, aucun service d’eau n’était fourni. »

    • L’Association internationale de développement (IDA), une institution de la Banque mondiale fondée en 1960, accorde des dons et des crédits sans intérêts aux pays les plus pauvres afin de les aider à mettre en œuvre des programmes qui stimulent la croissance économique, contribuent à la réduction de la pauvreté et améliorent les conditions de vie des pauvres. L’IDA est l’un des principaux bailleurs d’aide aux 77 pays les plus déshérités du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA bénéficient concrètement à 2,8 milliards de personnes vivant avec moins de deux dollars par jour. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 112 pays. Le volume annuel de ses engagements est en constante augmentation et a représenté en moyenne 18 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 50 % de ce montant environ étant destiné à l’Afrique.

    Contacts médias

    À Washington
    Aby Toure
    Téléphone : (202) 473-8302,
    akonate@worldbank.org

    À Ouagadougou
    Lionel Yaro
    Téléphone : +226 50 49 63 00
    lyaro@worldbank.org


    0 0

    Source: World Bank
    Country: Burkina Faso

    WASHINGTON, January 12, 2015 – The World Bank Group’s Board of Executive Directors today approved a new US$80 million grant from the International Development Association (IDA*) to help Burkina Faso expand access to clean water and sanitation services for the poor in the urban communities surrounding the capital city of Ouagadougou.

    The additional financing will be used to scale-up components of the ongoing Burkina Faso Urban Water Sector Project (UWSP).

    Approved by the Board in 2009, the UWSP has already achieved key development results including providing 434,000 additional people access to piped water and 403,000 additional people access to improved sanitation services. The urban water sector reform supported by the project is also being successfully implemented. The operational management capacity has substantially improved and the National Water and Sanitation Agency (Office National de l’Eau et de l’Assainissement - ONEA) is today ranked among the top performing water utilities in Sub-Saharan Africa.

    “Working together with ONEA the UWSP project has made great achievements in increasing the distribution of clean water to urban areas, however Ouagadougou’s recent population growth has created unanticipated challenges in providing water to its residents—many of whom are low-income families,” said Mercy Tembon, World Bank Country Manager for Burkina Faso. “Today’s additional financing will build on the original project’s positive momentum by helping to improve the city’s water transmission/distribution system which is vital to expanding capacity to provide clean water for both new and existing customers.”

    The scaling up of the UWSP activities will enable the country to benefit roughly 1.1 million people living in urban areas and informal settlements around Ouagadougou. In particular this additional financing will focus on developing the water distribution system to improve quality of service and make clean water available to previously underserved areas. It will help finance the construction of secondary and tertiary water distribution pipes and about 26,000 water service connections and 80 public standpipes.

    “The additional financing will help build new water transmission lines, storage tanks and pumping stations to make clean water available throughout Ouagadougou, providing almost 760,000 people with access to improved water sources,” said Matar Fall World Bank Task Team Leader for this project. “It will also promote access to water for informal settlements where, until recently, water services were not provided.”

    • The World Bank’s International Development Association (IDA), established in 1960, helps the world’s poorest countries by providing grants and low to zero-interest loans for projects and programs that boost economic growth, reduce poverty, and improve poor people’s lives. IDA is one of the largest sources of assistance for the world’s 77 poorest countries, 39 of which are in Africa. Resources from IDA bring positive change for 2.8 billion people living on less than $2 a day. Since 1960, IDA has supported development work in 112 countries. Annual commitments have averaged about $18 billion over the last three years, with about 50 percent going to Africa.

    MEDIA CONTACTS

    In Washington
    Aby Toure
    Tel : (202) 473-8302,
    akonate@worldbank.org

    In Ouagadougou
    Lionel Yaro
    Tel : +226 50 49 63 00
    lyaro@worldbank.org


    0 0

    Source: International Food Policy Research Institute
    Country: Malawi, World

    The role and potential impact of warehouse receipt systems in Malawi

    This study considers the extent to which smallholder farmers, including those who do not necessarily produce a surplus for the market, might benefit from participating in warehouse receipt systems (WRS) in terms of improved income and food security. We consider three potential channels: efficient food markets; reduced post-harvest losses; and access to credit. Firstly, we find that WRS, through its potential to increase demand for storage and facilitate temporal arbitrage, could address high price seasonality driven by high transport margins and thin commodity markets. By lowering price seasonality, WRS would benefit net-consuming households that tend to sell low and buy high. However, since temporal arbitrage transactions are associated with costs and price risks, engaging in them becomes undesirable if prices do not follow predictable seasonal patterns. Prices tend to be less predictable in countries such as Malawi where government market intervention is highly discretionary. This hinders the development of a well-functioning WRS. Secondly, as WRS guarantees the quantity and quality of the commodity stored, such systems could improve food security in Malawi by reducing post-harvest losses. Storage-related maize losses are currently thought to be between 5 and 10 percent in Malawi. The combined benefit of reduced storage losses and higher expected future prices provides an opportunity for smallholder farmers to benefit from temporal arbitrage. The extent of post-harvest losses under home storage and the distance to the WRS storage facility are important determinants of whether home storage is more cost-effective than WRS. Thirdly, the use of WRS-stored commodity as collateral for accessing formal credit could enable households to obtain cash for immediate needs, while better timing their commodity sales and avoiding having to use the grain market as a lender of last resort when prices are low, particularly shortly after harvest. Currently only around two percent of farm households in Malawi have access to formal credit, suggesting considerable potential for WRS as a market mechanism for credit access. The study concludes by considering factors that discourage farmers from participating in WRS. These include high minimum commodity deposit quantities; high transport costs; lack of trust in and difficulties understanding WRS; and problems in accessing WRS credit.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Algeria, Mali, Niger, Nigeria

    FAITS SAILLANTS

    • Les résultats de la rencontre annuelle du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Catastrophes et Crises Alimentaires indiquent que 177 zones sont vulnérables sur le plan alimentaire.

    • Le premier camp de réfugiés a été ouvert dans la région de Diffa.

    • Le nombre de cas de choléra notifiés dans la région de Diffa tend à la baisse. Cependant les actions de prévention et de riposte doivent continuer pour stopper la maladie.

    • 1 470 migrants nigériens vulnérables ont été rapatriés de l’Algérie.


older | 1 | .... | 312 | 313 | (Page 314) | 315 | 316 | .... | 728 | newer