Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 718 | 719 | (Page 720) | 721 | 722 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Sudan Tribune
    Country: South Sudan, Sudan

    April 1, 2017 (KHARTOUM) - Sudanese government Saturday said it doesn’t rule out to open an Airbridge to deliver food assistance to South Sudan during the rainy season revealing a proposal to open a third road corridor to transport aid to the needy population in the war-torn nation.

    Famine was recently declared in Mayendit, a village in South Sudan’s Unity state, the latest crisis in the country’s three-year civil war. About 100 000 people are said to be at risk, and aid groups are pleading for access. At least 5 million people or more than 40% of the nation’s population need urgent assistance, aid agencies say.

    In July 2014, Juba and Khartoum signed a Memorandum of Understanding (MoU) to open a humanitarian corridor to deliver food assistance to vulnerable South Sudanese through the River Nile or by road. Last January, the agreement was extended for a six month period.

    On 26 March, Sudan announced it would open a second humanitarian corridor to deliver food assistance to the affected in South Sudan.

    Humanitarian aid commissioner in North Kordofan state Ahmed Babiker al-Hassan disclosed a proposal to open a third route from North Kordofan capital, El-Obeid to Aweil town in South Sudan via Al-Muglad to deliver aid to people in need.

    He told the official news agency SUNA that 27,000 metric tonnes of humanitarian assistance are at the disposal of the UN World Food Programme (WFP) and ready to be delivered, adding that additional 1000 metric tonnes are in the locality of Al-Dibaibat, South Kordofan state.

    Al-Hassan expected that the total assistance would reach 57,000 metric tonnes by the end of April.

    It is noteworthy that heavy rains impede vehicles movement in most of the western states of Sudan and those bordering South Sudan for long periods during the fall. On Thursday, WFP announced it has begun providing food assistance to war-torn South Sudan using the new corridor announced by the Sudanese government last week.

    WFP said the new route enables transport of food items overland from El-Obeid in central Sudan to Bentiu in South Sudan’s Unity state.

    (ST)


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: South Sudan, Sudan

    Highlights

    · UNICEF continues to deploy rapid response missions to famine-affected areas of Unity state, as access restrictions are preventing the delivery of regular services.

    · The water, sanitation and hygiene (WASH) situation in Nasir and Maiwut counties, Upper Nile is critical following ongoing insecurity that has displaced 37,000 households to Jikmir, Makak, Wangding and Nyatot. UNICEF is supporting access to safe water and sanitation for the displaced population.

    · Following reports of over 1,200 cases of chicken pox in Wau town since the beginning of the year, UNICEF is providing primary healthcare kits and antibiotics for management, and will meet with WHO and partners early next week to develop strategies to curb the spread of the infection.

    Situation Overview & Humanitarian Needs

    The food security situation in the country remains critical. In southern Unity, Leer and Mayendit counties are currently experiencing famine, and there is a risk of famine in Koch County. According to the latest Integrated Food Security Phase Classification (IPC) update, approximately 100,000 people currently face starvation in Leer and Mayendit counties, while one million are on the edge of famine.
    A recently concluded SMART survey in Panyijar, southern Unity showed a global acute malnutrition (GAM) prevalence of 16 per cent and a SAM prevalence of 3.5 per cent based on weight-for-height scores. Although the GAM rate was not significantly different from the findings during the same period in previous years, food security indicators revealed that 27.2 per cent of household were also showing poor food consumption score, while 32.1 per cent are on the border. This confirms the IPC Phase 4 food security classification in the county. Overall, 81 per cent of the households reported a family member going without food for a whole day and night at least once, while 82.9 per cent and 16.9 per cent reported going without food for a whole day about 1 – 2 and 3 – 10 times, respectively. The situation in the country is expected to continue to deteriorate through the first half of 2017. An estimated 5.5 million people in South Sudan (47 per cent of the population) are projected to be severely food insecure at the height of the 2017 lean season between May to July 2017, and over 1.1 million children are estimated to be acutely malnourished this year.

    The famine-affected and famine-threatened areas also continue to experience an increased incidence of illness, especially acute respiratory infections, diarrhoea and malaria. There is an increasing demand for healthcare services, however some facilities have been deserted as the communities move closer to available water sources. On top of this, there has been an increase in cattle raiding as communities try to cope. Health facilities have been looted and there has been an increase in casualties in need of medical assistance.

    The security situation in certain areas of Unity, Upper Nile, Jonglei and Greater Equatoria remains volatile as violent clashes between the Sudan People’s Liberation Army (SPLA) and the SPLA – in Opposition (SPLA-iO) continue. Armed skirmishes are expected to continue in the coming months until the end of the dry season. In addition, increased levels of cattle rustling is contributing to high levels of insecurity in some areas. This is impacting humanitarian access to many areas, leaving many vulnerable populations unable to reach life-saving services.

    In Wau town, the urban water system is now operational following renewed availability of fuel, albeit with some technical issues yet to be resolved. In contrast, Juba is once again experiencing a fuel shortage, and water treatment plants have been closed for the past week.

    In the last two weeks of March, new cholera cases have only been reported from Mingkaman, Awerial County (31 cases) and Yirol East County (41 cases), both in Lakes state. No new cases have been reported from Malakal, where cholera transmission was confirmed earlier in March. Suspected cases have also been reported from Gorwai and Ayod in Jonglei but are yet to be confirmed. Since the first cholera case of the 2016/2017 outbreak was confirmed on 18 June 2016 in Juba, 5,780 cases including 143 deaths (65 from health facilities and 78 from the community; case fatality rate 2.47 per cent) have been reported from 14 counties. Transmission has persisted throughout the dry season, something which is highly unusual. The probable risk factors fueling transmission among others include usage of untreated water from the river Nile and water tankers; lack of household chlorination of drinking water; eating food from unregulated roadside food vendors or makeshift markets; and open defecation/poor latrine use, especially following the conflict. These factors are being amplified by the economic crisis and restricted humanitarian access, particularly in the counties of southern Unity.

    The number of measles cases reported in the country remains low but transmission persists. In the reporting period, 17 new measles cases were reported from Wau, Western Bahr el Ghazal. This brings the total number of measles cases for 2017 to 386, although no measles-related deaths have been recorded. Additionally, since the beginning of January 2017, 1,200 suspected cases of varicella (chicken pox) have been reported from the Protection of Civilians (PoC) site, Nazareth camp and host community in Wau.


    0 0

    Source: Australian Red Cross
    Country: South Sudan

    When it's impossible to reach starving people by road, Red Cross takes to the skies.

    Air-dropping food is a last-ditch option to help hungry people. It's the only option now available in parts of South Sudan, where conflict has made deliveries by road impossible.

    Thousands of people have been forced from their homes and left constantly on the move by the threat of violence. Food has run out; the United Nations has declared famine in several areas across the country.

    The International Committee of the Red Cross (ICRC) now uses airplanes to drop tons of food parcels, while South Sudanese Red Cross teams help distribute food on the ground.

    It's the only option left, says Lang Biliu of South Sudanese Red Cross. "No food in the market. The only food they get is this food which is dropped."

    Every time an airdrop happens, thousands gather. Whole families - from the very young to the very old - have fled their villages, their livestock and their crops, leaving them with nothing.

    Nyayiek is the mother of eight children. Now, she is struggling to feed them.

    "The only thing we have is wild fruit, and the leaves from the trees," she says. "We've been cooking the leaves and eating them."

    The ICRC began food drops to Maar in March this year, aiming to reach 20,000 people. But such deliveries are only a short term measure, an attempt to avoid the disaster of famine for perhaps a few months.

    It's not only food: seeds and tools are being distributed before the next planting season in the hope that peace will return and people can rebuild.

    Red Cross is now looking ahead to the next planting season, in the hope that if peace returns, people can try to rebuild their lives.

    But next season is many hungry days and weeks away. While South Sudan's families wait and hope for new crops to grow, they will still be looking to the skies for the food to keep them alive.

    This crisis is too big to ignore.

    Please donate now to help people facing starvation and malnutrition in South Sudan, Somalia and other parts of East Africa.


    0 0

    Source: World Food Programme, Emergency Telecommunications Cluster
    Country: Nigeria

    Highlights

    • The Emergency Telecommunications Sector (ETS) is maintaining the Digital Mobile Radio (DMR) in Maiduguri and is redesigning the whole radio network in North-East Nigeria to make sure it can cope with the communications requirements of the entire humanitarian community.

    • The ETS is working on a reliable connectivity solution to support the UN Humanitarian Air Services (UNHAS)operations at Maiduguri airport.

    • The ETS conducted assessment missions in Dikwa and Bama where the next humanitarian hubs will be deployed.

    • The ETS continues to deliver security telecommunications training and radio programming activities.

    Situation Overview

    A wave of armed attacks in February has triggered new displacements of civilians in areas that have recently opened up in Nigeria’s north-eastern Borno state. Return movements have also been observed in Borno, especially in locations that have recently become accessible.The first significant response to the funding needs of the Nigeria Humanitarian Response Plan (HRP)for 2017 took place on 24 February at the Oslo Humanitarian Conference on Nigeria and the Lake Chad Regionco-hosted by Germany, Nigeria,Norway and the United Nations (UN). By the end of the conference, pledges totalled almost US$672 million.

    Representatives of donor countries and agencies conducted a mission to Borno between 13-15 February. The purpose was to increase their understanding of the complex challenges of the region, by engaging with officials and Internally Displaced People (IDPs). Their observations were shared duringthe Oslo conference.Adelegation from the 15-nationsmember United Nations Security Council (UNSC) on Sunday 5 March 2017 visited Maiduguri. The UNSC team came to the country to obtain first-hand information on the effects of the crisis in the region and the efforts at tackling them.


    0 0

    Source: Intergovernmental Authority on Development
    Country: Djibouti, Ethiopia, Kenya, Somalia, South Sudan, Sudan, Uganda, World

    31ST MARCH 2017, NAIROBI - KENYA

    PREAMBLE

    Ministers and Commissioners responsible for Disaster Risk Management and Humanitarian Affairs drawn from Member States of the Inter-Governmental Authority on Development (IGAD) namely; Republic of Djibouti, Federal Democratic Republic of Ethiopia, Republic of Kenya, Federal Republic of Somalia, Republic of South Sudan, Republic of the Sudan, and Republic of Uganda held a Consultative Meeting on 31st March 2017 in Nairobi, Kenya with their humanitarian and development partners to discuss measures to deal with the current drought situation, as well as prepare for the planned Resilience Investment Summit in June/July 2017.

    Recalling:

    • The strong appeal for the reform of the system of emergency humanitarian response in the region, made during the Joint East Africa Summit held in September 2011 in Nairobi that resolved to enhance resilience, promote long-term solutions and boost disaster risk management capacities in the region;

    • The establishment of the IGAD Disaster Response Fund (IDRF) following a decision of an IGAD ministerial meeting held in April 2013 in Khartoum that is yet to be operationalized;

    • The resolution made by the international community during the World Humanitarian Summit held in May 2016 in Istanbul, Turkey to live up to the pledge of not leaving anyone behind in the quest for sustainable development for all, and;

    • The predicted consecutive seasonal rain failure made during 44th and 45th Greater Horn of Africa Climate Outlook Forums (GHACOF44 and GHACOF45) held in August 2016 and February 2017 in Kampala and Addis Ababa respectively, of which part of the prediction has materialized exposing a large population in many parts of the region ravaging livelihoods and causing major food insecurity and nutrition crisis;

    Appreciating:

    • The IGAD Climate Prediction and Applications Centre (ICPAC) for the provision of improved, timely and actionable climate early warning information;

    • The efforts of IGAD Member States, as well as humanitarian and development partners in implementing the IGAD Drought Disaster Resilience and Sustainability Initiative (IDDRSI);

    • The efforts that the Governments of Somalia and South Sudan have made with the assistance of humanitarian and development partners to scale-up response despite the complexity of their situations, and;

    • Efforts of IGAD Member States (particularly Sudan and Uganda) in providing humanitarian assistance to neighbouring countries, and in hosting displaced populations in the region, and;

    • The commitments made in the Mogadishu and Nairobi Declarations to provide life-saving assistance, as well as strengthen protection of Somali refugees and respond effectively to the drought in the region to prevent new forced displacement respectively;

    Mindful of:

    • The persistent drought conditions and unfolding humanitarian crisis that continues to worsen in most parts of the region, being in an extremely precarious state as malnutrition and child mortality are exceptionally high, pastoral conditions are very poor, food prices continue to rise and harvests from the last season failed, exacerbated by an array of security challenges;

    • The negative role that violent conflicts including terrorism have played to exacerbate food insecurity and human suffering in the region, especially Somalia and South Sudan;

    • The increasing trend of drought-induced population movement within and across national borders posing protection risks including family separation, resourcebased conflicts, and sexual and gender-based violence, and;

    • The specific vulnerability of groups such as children, women, pregnant and lactating mothers, elderly and disabled to morbidity and mortality due to on-going disease outbreaks and risk factors linked to the high prevalence rate of acute malnutrition;

    Building on:

    • Lessons learnt from the preparedness and response to the 2010/11 drought and 2015/16 El-Nino events, and;

    • The success of the Woreda/District level early warning system and management in Ethiopia and the scalable, shock-responsive social protection mechanisms like the Productive Safety Net Programme in Ethiopia and Kenya that prevents the distress sale of assets and loss of livelihoods, making it easier for drought-affected families to bounce back.

    Now the Ministers and Commissioners, as well as the partners do hereby:

    Agree to:

    1. Scale-up immediate delivery of humanitarian assistance to drought-affected populations in order to save lives, protect livelihoods and livestock-based assets, whilst enhancing access and removing all impediments to response and recovery efforts;

    2. Develop policies and strategies that mainstream drought response, recovery and resilience into development programmes through their annual budget allocation to mitigate drought emergencies and other disasters as well as to strengthen institutional capacities;

    3. Strengthen regional, national and sub-national drought response coordination, as well as support integrated cross-border management across the region;

    4. Adopt a New Way of working to address the underlying causes of vulnerabilities of the populations to recurrent shocks and stresses that focus on building resilience of communities and seeking durable solutions, and;

    5. Harmonise data and information management platforms on drought to improve responsive planning and investment

    Call upon:

    1. IGAD Member States to facilitate humanitarian assistance to reach those most affected, particularly in remote rural locations, by removing bureaucratic hurdles, ensuring safe, unimpeded and regular humanitarian access, as well as guaranteeing safety of aid workers;

    2. IGAD Member States to update and operationalize their drought contingency plans that is linked to effective response fund at the regional and national level, as well as establish/and or expand social safety net programmes;

    3. IGAD Member States and partners to embrace vertical and horizontal coordination at national and regional levels, promote cross border coordination (Moroto model) as well as track cross border population movement and enhance information sharing among the neighbouring countries

    4. The IGAD Secretariat with the support of the Member States and partners to strengthen the linkage between early warning and early action through operationalizing an effective integrated regional early warning system.

    5. IGAD Member States and partners to scale up recovery, resilience, and disaster risk reduction interventions through innovative approaches at regional, national and community levels.

    6. Welcome multi-year pledges announced by several development partners that would provide greater predictability, enable a more efficient response and demonstrate a commitment to a new and comprehensive approach that addresses both immediate, medium- and long-term humanitarian and development needs;

    7. Express gratitude to the Government and the people of Kenya for hosting this important meeting, and;

    8. Decide to remain seized of this matter.

    Done on 31stMarch 2017 in Nairobi, Kenya


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    CONSEIL DE SÉCURITÉ

    7911E SÉANCE – APRÈS-MIDI

    CS/12773

    31 MARS 2017

    Un peu moins d’un mois après sa visite dans la région du bassin du lac Tchad, effectuée du 2 au 7 mars, le Conseil de sécurité a demandé, aujourd’hui, aux pays de cette région de « persévérer » dans leur lutte contre Boko Haram, tout en appelant la communauté internationale à leur fournir un appui plus solide pour vaincre ce groupe terroriste, répondre aux causes profondes ayant permis son avènement et remédier à la crise humanitaire.

    En adoptant la résolution 2349 (2017), à l’unanimité de ses membres, « la première du genre » sur le sujet, le Conseil a fait montre de son « engagement fort et résolu » en faveur de ces pays, s’est notamment félicité le délégué du Sénégal, lors des explications de vote.

    De son côté, le délégué du Cameroun, qui s’exprimait au nom des pays du bassin du lac Tchad, à savoir le Niger, le Nigéria, le Tchad et son propre pays, a précisé que Boko Haram, véritable « nébuleuse terroriste », conservait une « capacité de nuisance », même si il a été « battu frontalement sur le plan militaire ».

    Au titre du premier volet de la résolution –« sécurité, protection des civils et droits de l’homme »- le Conseil encourage les gouvernements de la région à maintenir la « dynamique engagée » contre Boko Haram grâce à la Force multinationale mixte et à renforcer leur coopération militaire, dans le respect des droits de l’homme.

    Tous les conseillers pour les droits de l’homme de ladite Force devront être déployés, tandis les organismes onusiens concernés apporteront leur appui en s’attaquant aux conditions propices à la propagation du terrorisme.

    S’agissant du volet intitulé « situation humanitaire », les membres du Conseil demandent le décaissement « rapide » de 458 millions de dollars annoncés à la Conférence d’Oslo de 2017 afin d’éviter une nouvelle aggravation.

    Le Conseil engage, en outre, les autorités nationales à veiller à ce que les ressources de l’action humanitaire aillent à ceux qui « en ont le plus besoin ». De son côté, l’ONU, qui a intensifié ses interventions, en particulier dans le nord-est du Nigéria, devra déployer un nouveau personnel expérimenté et veiller à une « forte coordination » civilo-militaire.

    Au titre du volet de la résolution « causes profondes et développement » le Conseil demande aux gouvernements de remédier aux inégalités, aux défis environnementaux et d’élaborer des stratégies de lutte contre l’extrémisme violent, afin d’« éliminer les facteurs qui ont permis l’émergence et la survie de Boko Haram et de Daech ». L’ONU et ses partenaires devront, eux, progresser dans la mise en œuvre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.

    Enfin, le Conseil invite le Secrétaire général à prévoir une visite de haut niveau dans la région et à lui remettre un rapport dans les cinq mois.

    Si l’ensemble des délégations ont salué l’unité du Conseil sur ce dossier, le délégué de la Chine a insisté sur le respect de l’intégrité et de la souveraineté territoriales des pays du bassin du lac Tchad.

    De son côté, le délégué du Royaume-Uni a rappelé que la lutte contre le terrorisme devait respecter le droit international. « Mon gouvernement apporte une aide psychosociale et une assistance humanitaire, tout en veillant à décourager les jeunes exposés à la radicalisation », a assuré son homologue du Nigéria.

    De vives critiques ont été émises s’agissant de la conduite des négociations de ce texte, en particulier par le représentant de l’Égypte qui a déploré leur manque de transparence.

    Le représentant de la Bolivie a, lui, regretté un délai de négociation insuffisant et jugé qu’un report de l’adoption aurait été souhaitable. Un vœu partagé par le représentant de la Fédération de Russie, qui a indiqué que le Royaume-Uni voulait une mise aux voix avant la fin de sa présidence du Conseil. « Le texte n’est pas affiné », a-t-il regretté.

    PAIX ET SÉCURITÉ EN AFRIQUE

    Texte du projet de résolution (S/2017/270)

    Le Conseil de sécurité,

    Rappelant ses résolutions antérieures et les déclarations de son Président sur la lutte contre le terrorisme, la prévention des conflits en Afrique, la protection des civils, les femmes et la paix et la sécurité et le sort des enfants en temps de conflit armé, et sur le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (BRENUAC),

    Rappelant sa visite dans la région du bassin du lac Tchad (la région) du 2 au 7 mars 2017 afin d’engager un dialogue avec les Gouvernements camerounais, nigérian, nigérien et tchadien, les déplacés, le personnel chargé de la sécurité, les travailleurs humanitaires, les représentants de la société civile, y compris les associations de femmes, et les organismes régionaux,

    Assurant de sa solidarité et de son plein appui les populations de la région touchées par le conflit, y compris les déplacés et les communautés d’accueil qui souffrent de la persistance de l’insécurité, de la situation d’urgence humanitaire et des déficits de développement résultant de la violence des groupes terroristes Boko Haram et État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL, également connu sous le nom de Daech), et affirmant sa solidarité avec les gouvernements concernés dans les efforts qu’ils déploient pour faire face à ces besoins urgents en même temps qu’à une situation économique défavorable,

    Réaffirmant son ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale du Cameroun, du Niger, du Nigéria et du Tchad,

    Saluant la détermination des gouvernements de la région, ainsi que des organisations sous-régionales et régionales, et leur souci de prendre les choses en main en vue de neutraliser l’impact de Boko Haram et de l’EIIL,

    Se déclarant gravement préoccupé par la poursuite des attentats terroristes perpétrés par Boko Haram et l’EIIL, et par la gravité de la situation humanitaire dans l’ensemble de la région par suite des activités de Boko Haram, notamment les déplacements à grande échelle et le risque de famine dans le nord-est du Nigéria,

    Réaffirmant que le terrorisme, sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, constitue une des menaces les plus graves contre la paix et la sécurité internationales et que tous les actes de terrorisme sont criminels et injustifiables, quels qu’en soient les motivations, le moment et les auteurs, et demeurant résolu à contribuer encore à améliorer l’efficacité de l’action d’ensemble menée contre ce fléau à l’échelle mondiale,

    Se déclarant profondément préoccupé par le risque que les groupes terroristes puissent, en tirant parti de la criminalité transnationale organisée et de toutes sortes de trafics, contribuer à affaiblir les États touchés, en particulier sur les plans de la sécurité, de la stabilité, de la gouvernance et du développement économique et social, et constatant le lien existant entre la traite des personnes, la violence sexuelle et le terrorisme et les autres activités criminelles transnationales organisées, qui risque de prolonger et d’exacerber le conflit et la situation d’instabilité ou d’en aggraver les conséquences pour les populations civiles,

    Considérant que la sécurité, le développement et les droits de l’homme sont indissociables, se renforcent mutuellement et sont essentiels pour une stratégie efficace et globale de lutte contre le terrorisme, de stabilisation et de réconciliation,

    Se félicitant de l’engagement pris par les gouvernements de la région pour lutter contre Boko Haram, créer des conditions de sécurité pour les civils, favoriser le retour des déplacés et des réfugiés, créer des conditions propices à la stabilisation et permettre l’accès des organisations humanitaires, conformément au mandat du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (Conseil de paix et de sécurité), saluant les importantes avancées territoriales réalisées par les gouvernements de la région contre Boko Haram, notamment dans le cadre de la Force multinationale mixte (FMM) qui a contribué à la libération d’otages, à l’arrestation de membres de Boko Haram et à une augmentation du nombre de défections, et rendant hommage à tous ceux qui ont perdu la vie dans la lutte contre Boko Haram,

    Conscient de la menace que représentent les groupes terroristes Boko Haram et EIIL et rappelant que Boko Haram a été désigné comme étant associé à Al-Qaida par le Comité du Conseil de sécurité faisant suite aux résolutions 1267 (1999), 1989 (2011) et 2253 (2015) concernant l’EIIL (Daech), Al-Qaida et les personnes, groupes, entreprises et entités qui leur sont associés (le Comité),

    Soulignant qu’il est nécessaire, pour affaiblir et vaincre Boko Haram et l’EIIL, de disposer d’une stratégie globale consistant à mener, dans le respect du droit international applicable, des opérations de sécurité coordonnées et à renforcer les activités civiles visant à améliorer la gouvernance, à promouvoir le développement et la croissance économique dans les zones touchées, à lutter contre la radicalisation et à assurer l’autonomisation et la protection des femmes,

    Reconnaissant l’interdépendance des défis auxquels sont confrontés la région du bassin du lac Tchad et l’ensemble de la région du Sahel et préconisant une plus grande cohérence régionale et internationale en vue de relever ces défis,

    Sécurité, protection des civils et droits de l’homme

    1. Condamne vivement tous les attentats terroristes, toutes les violations du droit international humanitaire et les atteintes aux droits de l’homme commises par Boko Haram et l’EIIL dans la région, y compris les meurtres de civils et les autres actes de violence perpétrés contre des civils, en particulier des femmes et des enfants, les enlèvements, les pillages, les viols, les mariages d’enfants, les mariages précoces et forcés, l’esclavage sexuel et les autres formes de violence sexuelle et sexiste, le recrutement et l’utilisation d’enfants, y compris l’utilisation de plus en plus fréquente de filles comme enfants-bombes et la destruction de biens civils, et demande que les auteurs de ces actes en soient tenus responsables et comparaissent devant la justice;

    2. Rappelle les communiqués du Conseil de paix et de sécurité sur Boko Haram, y compris celui qu’il a publié à l’issue de sa 484e réunion, a conscience de l’appui que l’Union africaine ne cesse d’apporter à la FMM, et demande aux États membres de la Commission du bassin du lac Tchad et au Bénin de persévérer dans leurs efforts pour lutter contre Boko Haram et mettre en œuvre les dispositions des communiqués, a conscience également que le Conseil de paix et de sécurité et le Conseil de sécurité ont besoin d’entretenir une relation effective et stratégique pour être chacun en mesure d’appuyer la stabilité et le développement dans le bassin du lac Tchad;

    3. Encourage les gouvernements de la région à maintenir la dynamique engagée, à renforcer encore la coopération et la coordination militaires dans la région, à se conformer aux obligations que leur imposent le droit international humanitaire et le droit international des droits de l’homme, à permettre l’accès humanitaire en toute sécurité, en temps voulu et sans entrave, à faciliter le rétablissement de la sécurité civile et de l’état de droit dans les zones repassées sous le contrôle du Gouvernement, et à garantir la liberté de circulation des biens et des personnes; et encourage également la collaboration régionale en matière de mise en œuvre des conclusions du Sommet régional sur la sécurité tenu à Abuja en 2016 et en matière de renforcement de la coopération dans le cadre d’un troisième Sommet régional sur la sécurité qui se tiendra en 2018, y compris en ce qui concerne la stabilisation et le relèvement après les conflits;

    4. Se félicite de l’appui multilatéral et bilatéral fourni aux opérations militaires dans la région et encourage à donner un appui plus solide pour renforcer la capacité opérationnelle de la FMM dans le cadre de l’aide qu’elle accorde aux pays de la région dans la lutte contre Boko Haram et l’EIIL, aide qui peut comporter une assistance appropriée s’agissant de la logistique, de la mobilité, des communications et des équipements, ainsi que des moyens permettant d’améliorer l’échange de renseignements, selon que de besoin et compte tenu de l’environnement complexe dans lequel Boko Haram et l’EIIL opèrent et des tactiques évolutives qu’ils emploient, l’aide pouvant également comprendre des activités de formation, portant notamment sur la violence sexuelle et sexiste, la problématique hommes-femmes et la protection de l’enfance;

    5. Demande que soit déployé de toute urgence, par l’intermédiaire de l’Union africaine, le personnel civil, notamment des conseillers pour les droits de l’homme, de la FMM restant encore à déployer ainsi qu’un conseiller spécialement chargé de la problématique hommes-femmes, et que les promesses faites à la Conférence des donateurs de l’Union africaine tenue le 1er février 2015 à l’appui de la FMM soient rapidement concrétisées; engage l’Union africaine à affecter les fonds que les partenaires clefs ont versés à la FMM; engage également les États Membres à verser de généreuses contributions au Fonds d’affectation spéciale de l’Union africaine et prie le Secrétaire général de mobiliser énergiquement la communauté internationale et les donateurs en faveur de cette initiative;

    6. Appelle de nouveau les États Membres à prendre des mesures fermes et énergiques afin d’endiguer les flux de fonds et d’autres actifs financiers et ressources économiques à destination des personnes, groupes, entreprises et entités inscrites sur la Liste relative aux sanctions contre l’EIIL et Al-Qaida, y compris Boko Haram; se déclare de nouveau disposé à inscrire sur la Liste les personnes, groupes, entreprises ou entités qui apportent leur appui à Boko Haram, y compris ceux qui financent, arment, planifient des activités ou recrutent pour le compte de Boko Haram, et, à cet égard, encourage tous les États Membres à adresser au Comité des demandes d’inscription sur la Liste de personnes, groupes, entreprises et entités qui soutiennent Boko Haram;

    7. Demande aux pays de la région de prévenir la criminalité transnationale organisée, en particulier le trafic d’armes et la traite d’êtres humains, d’ériger ce type d’activité en crime, d’engager des enquêtes à cet égard, de traduire en justice les auteurs et de veiller à ce que quiconque participe à ce genre d’activité en soit tenu comptable;

    8. Engage les organismes des Nations Unies concernés, notamment le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (BRENUAC), le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et le Bureau des Nations Unies auprès de l’Union africaine (BNUUA) à redoubler d’efforts pour appuyer les gouvernements de la région, ainsi que les organisations sous-régionales et régionales, afin de remédier aux effets des violences commises par Boko Haram et l’EIIL sur la paix et la stabilité dans la région, notamment en s’attaquant, conformément à la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies, aux conditions qui pourraient être propices à la propagation du terrorisme ainsi qu’à l’extrémisme violent qui peut constituer un terrain favorable au terrorisme, et à mener des travaux de recherche axée sur la problématique hommes-femmes et de collecte de données relatives aux facteurs de radicalisation parmi les femmes, et sur les incidences des stratégies de lutte contre le terrorisme sur les droits fondamentaux des femmes et sur les organisations de femmes, afin d’élaborer une politique et des programmes ciblés et fondés sur des données factuelles;

    9. Demande aux États Membres de s’assurer que les mesures qu’ils prennent pour combattre le terrorisme sont conformes à toutes les obligations que leur impose le droit international, en particulier le droit international des droits de l’homme, le droit international des réfugiés et le droit international humanitaire; et encourage les gouvernements de la région à envisager, en concertation avec les populations locales, les effets potentiels des opérations menées contre Boko Haram et l’EIIL et les mesures de sécurité prises pour s’en protéger sur les moyens de subsistance et la liberté de circulation;

    10. Déplore la perte de vies humaines lors de l’évènement tragique de Rann en janvier 2017, se félicite de l’engagement pris par les autorités nigérianes compétentes d’enquêter et de veiller à ce que les auteurs répondent de leurs actes, et réclame la transparence sur les conclusions du rapport d’enquête et les mesures prises;

    11. Se déclare préoccupé par les besoins de protection des civils parmi les populations touchées par le conflit dans la région, y compris du fait de l’exploitation et des atteintes sexuelles, des exécutions extrajudiciaires, des détentions arbitraires, de la torture et du recrutement et de l’utilisation d’enfants, en violation du droit international, et se félicite des premières mesures prises telles que le déploiement de femmes parmi les membres des services de sécurité des camps de déplacés où des cas d’exploitation et d’atteintes sexuelles ont été signalés ou confirmés;

    12. Rappelle qu’est c’est aux États Membres qu’incombe au premier chef la responsabilité de protéger les populations civiles sur leurs territoires respectifs, en application de leurs obligations au titre du droit international, et demande à tous les gouvernements de la région et, selon qu’il conviendra, à l’Organisation des Nations Unies et à d’autres acteurs concernés, d’accorder la priorité à la protection des droits de l’homme, y compris par les moyens suivants: une plus grande coopération des gouvernements concernés avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et les bureaux du Représentant spécial du Secrétaire général chargé de la question des violences sexuelles commises en période de conflit et du Représentant spécial du Secrétaire général pour le sort des enfants en temps de conflit armé; des mesures d’urgence pour prévenir les arrestations et détentions arbitraires et s’assurer que les personnes privées de liberté sont traitées conformément au droit international; le renforcement des capacités et du pouvoir d’intervention des mécanismes chargés des droits de l’homme dans la région; des mesures visant à accroître le nombre de femmes dans le secteur de la sécurité;

    13. Souligne qu’il importe de renforcer la coopération judiciaire internationale pour identifier et poursuivre les auteurs de violations des droits de l’homme et d’atteintes à ces droits, ainsi que des crimes les plus graves, comme la violence sexuelle et sexiste; appelle les gouvernements de la région à fournir aux survivants d’enlèvements et de violences sexuelles un accès rapide à des services médicaux et psychosociaux spécialisés et permettre ainsi leur réintégration au sein de la communauté, en vue de prévenir la stigmatisation et les protéger de la persécution, et encourage la communauté internationale à apporter son soutien à cet égard; demande que des enquêtes soient promptement diligentées en cas d’allégations de mauvais traitements, y compris de violences sexuelles, et que les coupables soient amenés à répondre de leurs actes; et encourage l’établissement d’un calendrier de transfert des fonctions relatives à la gestion des camps à des structures civiles pour garantir le caractère civil des sites de déplacés, tout en tenant dûment compte de la situation en matière de sécurité sur place;

    14. Exhorte les gouvernements de la région à garantir la pleine participation des femmes, sur un pied d’égalité avec les hommes, aux institutions et mécanismes nationaux de prévention et de règlement des conflits, y compris à l’élaboration de stratégies de lutte contre Boko Haram et l’EIIL, salue les premières mesures prises dans la région en faveur de la représentation des femmes, comme le quota de 25 % fixé pour les sièges de député au Niger, et encourage vivement la poursuite de l’élaboration, l’application et du financement de plans d’action nationaux relatifs aux femmes et à la paix et à la sécurité au Cameroun, au Niger, au Nigéria et au Tchad, et encourage toutes les organisations régionales œuvrant en faveur de la paix et de la sécurité dans la région à tenir compte, dans leurs activités d’évaluation et de planification et dans leurs opérations, de l’analyse de la problématique hommes-femmes et de la participation des femmes;

    Situation humanitaire

    1. Se félicite des initiatives prises par les gouvernements de la région et les organisations régionales et sous-régionales, ainsi que de l’hospitalité offerte par les communautés d’accueil aux millions de personnes déplacées, en majorité femmes et enfants, très durement touchés, et exhorte les gouvernements de la région, les donateurs et les organisations internationales non gouvernementales compétentes à redoubler d’efforts sans plus attendre, à assurer une coordination plus étroite entre eux, y compris entre les acteurs du développement et ceux de l’aide humanitaire, en particulier pour ce qui est d’améliorer le relèvement rapide, la sécurité alimentaire et les conditions de vie, et d’accroître les moyens de subsistance;

    2. Exhorte toutes les parties au conflit à assurer le respect et la protection du personnel et des installations humanitaires, des moyens et du matériel utilisés pour leur transport, et à ménager aux organisations humanitaires qui apportent une aide vitale pour la survie des populations touchées, un accès rapide, sûr et sans entrave, les gouvernements en particulier devant, le cas échéant, faciliter les procédures administratives en accélérant par exemple le traitement des demandes d’immatriculation en souffrance et l’importation de fournitures humanitaires, et demande en outre aux gouvernements de la région de collaborer plus étroitement avec les partenaires des Nations Unies, notamment grâce à des mécanismes de coordination plus efficaces entre civils et militaires;

    3. Se félicite du montant de 458 millions de dollars annoncé à la Conférence d’Oslo de 2017 au titre de l’aide humanitaire et demande instamment le décaissement rapide de ces fonds pour empêcher une nouvelle aggravation de la crise humanitaire et pour commencer à apporter des réponses aux besoins de développement endémiques; et encourage vivement tous les autres donateurs non traditionnels à verser des contributions au regard des besoins définis dans les plans d’aide humanitaire élaborés en 2017 pour chaque pays;

    18 Se félicite en outre des plans de dépenses de 2017 annoncées par le Gouvernement nigérian pour le nord-est du pays, qui représentent un montant total de 1 milliard de dollars au titre des dépenses publiques fédérales et des États concernés consacrées aux activités humanitaires et aux activités de développement, et demande instamment la mise en œuvre rapide de ces plans;

    1. Se félicite de l’intensification des interventions de l’Organisation des Nations Unies, en particulier dans le nord-est du Nigéria, et demande un nouveau déploiement de personnel expérimenté, des mesures pour réduire la rotation du personnel, et une forte coordination, notamment par l’établissement de principes directeurs relatifs à la coordination civilo-militaire, l’organisation de formations destinées à améliorer davantage la coordination entre les forces armées et les acteurs humanitaires, la coordination transfrontalière et l’élaboration de plans pluriannuels prioritaires; et engage en outre tous les membres des organismes humanitaires à faire en sorte qu’il soit tenu compte des disparités entre les sexes dans la programmation, qui doit être élaborée en fonction des besoins des personnes touchées et, si possible, en coordination avec ces personnes et les organisations non gouvernementales locales et s’appuyer sur le renforcement de la résilience au sein des communautés;

    2. Engage instamment les autorités nationales et à travers elles les autorités locales à veiller à ce que les ressources consacrées à l’action humanitaire aillent à ceux qui en ont le plus besoin;

    3. Demande aux gouvernements de la région de veiller à ce que le retour des réfugiés et des personnes déplacées dans leur région d’origine soit volontaire, que la décision de retourner se prenne en toute connaissance de cause, en toute sécurité et dans la dignité, engage instamment les autorités nationales et les autorités locales à travailler en bonne entente avec les personnes déplacées et les populations d’accueil, à prévenir les déplacements secondaires des populations touchées, et à prendre toutes les mesures voulues pour répondre aux besoins humanitaires des communautés d’accueil, et encourage la communauté internationale à apporter son soutien à cet égard; se félicite de la signature de l’accord tripartite sur le rapatriement volontaire des réfugiés nigérians, le 2 mars 2017, par les gouvernements nigérian et camerounais et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, et demande instamment que cet accord soit rapidement et intégralement appliqué;

    Causes profondes et développement

    1. Demande aux gouvernements de la région de prendre des mesures supplémentaires pour remédier aux inégalités sociales, politiques et économiques et aux inégalités entre les sexes et pour s’attaquer aux problèmes environnementaux, et de mettre au point des stratégies visant à lutter contre les discours extrémistes violents pouvant inciter à commettre des actes terroristes, et de s’attaquer aux causes favorisant la propagation de l’extrémisme violent, qui peut mener au terrorisme, notamment en donnant les moyens d’agir aux jeunes, aux familles, aux femmes ainsi qu’aux personnalités importantes dans les domaines de la religion, la culture et l’éducation, afin de contribuer à éliminer les facteurs qui ont permis l’émergence et la survie de Boko Haram et de l’EIIL;

    2. Reconnaît les défis complexes auxquels la région est confrontée et se félicite de l’élaboration par les gouvernements respectifs de programmes visant à consolider et pérenniser la paix en s’attaquant aux causes profondes de la crise, notamment le « Plan Buhari » au Nigéria, le Programme « Renaissance » au Niger, la « Feuille de route pour le relèvement » et le plan triennal « Spécial jeunes » au Cameroun et la « Vision 2030: le Tchad que nous voulons » au Tchad et le Plan de développement et d’adaptation au changement climatique du lac Tchad établi par la Commission du bassin du lac Tchad; demande aux gouvernements concernés de coordonner davantage leur action et d’établir des priorités dans ces programmes afin d’en garantir une mise en œuvre efficace, et invite les partenaires internationaux à apporter leur soutien à cet égard;

    3. Demande aux gouvernements de la région, notamment avec l’appui de la communauté internationale, de promouvoir les activités de relèvement rapide et d’investissement à long terme dans des services vitaux comme les soins de santé et l’éducation, l’agriculture, les infrastructures telles que l’axe d’échanges sécurisé et les moyens de subsistance, la cohésion sociale, la bonne gouvernance et l’état de droit, afin de faciliter le relèvement à long terme et de renforcer la résilience des populations, en particulier dans les zones en ayant le plus besoin;

    4. Encourage la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), en collaboration avec la Commission du bassin du lac Tchad, à élaborer une stratégie commune, globale et efficace pour attaquer les facteurs qui ont contribué à l’émergence de Boko Haram et de l’EIIL, l’accent étant mis en particulier sur les besoins de développement à plus long terme; et exhorte en outre les deux organisations régionales à organiser le sommet qu’elles prévoient de tenir sur Boko Haram pour adopter une stratégie commune et mettre en place des mécanismes de coopération et de coordination actives;

    5. A conscience des effets néfastes des changements climatiques et écologiques, entre autres facteurs, sur la stabilité de la région, notamment de la rareté de l’eau, la sécheresse, la désertification, la dégradation des sols et l’insécurité alimentaire, et souligne que face à ces facteurs, il importe que les gouvernements et les organismes des Nations Unies adoptent des stratégies appropriées d’évaluation et de gestion des risques;

    6. Reconnaît combien est utile la contribution de la société civile, en particulier des organisations de femmes et de jeunes, à la prévention des conflits, au règlement des conflits, à la consolidation de la paix et aux efforts humanitaires dans la région, et appelle au renforcement du dialogue entre les gouvernements respectifs et la société civile, ainsi qu’à la fourniture d’un appui, financier notamment;

    7. Engage l’Organisation des Nations Unies et ses partenaires à faire progresser la mise en œuvre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, afin de traiter de façon globale les questions de sécurité, les questions politiques et celles de développement et s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité et des conflits dans la région du Sahel et de régler les problèmes qui y contribuent;

    Désarmement, démobilisation, réintégration et réadaptation, et principe de responsabilité

    1. Encourage les gouvernements de la région, en collaboration avec les organisations régionales et sous-régionales, les organismes compétents des Nations Unies et les autres parties prenantes concernées et en tenant compte de la présente résolution, à élaborer et mettre en œuvre, en y incluant des stratégies de poursuite judiciaire si nécessaire, une stratégie régionale coordonnée axée sur des initiatives de désarmement, de démobilisation, de déradicalisation, de réintégration et de réadaptation transparentes, inclusives et respectueuses des droits de l’homme en faveur des personnes associées à Boko Haram et à l’EIIL, inspirées des meilleures pratiques et des enseignements tirés aux niveaux international et régional; et exhorte les acteurs nationaux et à travers eux les acteurs locaux à élaborer et mettre en œuvre des plans appropriés de désarmement, de démobilisation et de réadaptation, et si nécessaire de poursuites judiciaires, à l’intention des membres de la Force spéciale mixte civile et d’autres groupes locaux de sécurité;

    2. Souligne qu’une attention particulière doit être accordée au traitement et à la réintégration des femmes et des enfants qui ont été associés à Boko Haram et à l’EIIL, notamment dans le cadre de la signature et de la mise en œuvre des protocoles relatifs au transfert rapide des enfants soupçonnés d’association avec Boko Haram aux acteurs civils compétents de la protection de l’enfance, ainsi qu’à l’accès des acteurs de la protection de l’enfance à tous les centres d’accueil d’enfants, conformément aux obligations internationales applicables et dans le respect de l’intérêt supérieur des enfants;

    3. Prie instamment les gouvernements de la région d’élaborer et de mettre en œuvre des politiques cohérentes visant à encourager les défections de membres de Boko Haram et de l’EIIL, ainsi que la déradicalisation et la réintégration de ceux qui ont fait défection, et de veiller à ce que les actes de terrorisme, et les atteintes et violations graves du droit international des droits de l’homme et les violations du droit humanitaire ne restent pas impunis; et invite la communauté internationale à apporter son appui aux gouvernements de la région dans l’élaboration et la mise en œuvre de leurs stratégies et politiques de désarmement, démobilisation, réintégration et réadaptation;

    4. Demande aux gouvernements concernés d’établir et d’appliquer d’urgence, dans le respect des dispositions applicables du droit international, en particulier du droit international des droits de l’homme, du droit international des réfugiés et du droit international humanitaire, des critères et processus de vérification qui permettent de déterminer rapidement les personnes qui ont été associées à Boko Haram et à l’EIIL et qui sont détenues par les autorités, y compris celles qui ont été capturées ou se sont rendues, ou qui se trouvent dans les camps de réfugiés ou de personnes déplacées, et de veiller à ce que les enfants soient traités conformément au droit international; et encourage tous les gouvernements de la région, en tenant compte de la présente résolution, à poursuivre les personnes responsables d’actes de terrorisme, le cas échéant, et à élaborer des programmes de réadaptation en structures surveillées à l’intention des détenus condamnés et soupçonnés de terrorisme, et des programmes de réintégration pour aider les personnes remises en liberté après avoir purgé leur peine ou celles qui ont suivi un programme de réadaptation dans une structure alternative, l’objectif étant de faciliter leur réintégration dans leur communauté;

    Suivi

    1. Encourage le Secrétaire général, dans la perspective d’une collaboration et d’une responsabilité plus grandes des entités compétentes et d’une mobilisation de ressources pour la région, d’organiser une visite de haut niveau dans la région, et l’invite à envisager d’entreprendre une visite conjointe avec la Banque mondiale, le Président de la Commission de l’Union africaine, le Président du Groupe de la Banque mondiale, le Président de la Banque africaine de développement et la Haute Représentante de l’Union européenne, en vue de renforcer la détermination et l’engagement de la communauté internationale à aider la région;

    2. Prie le Secrétaire général de présenter, dans un délai de cinq mois, un rapport écrit sur l’évaluation par l’Organisation des Nations Unies de la situation dans le bassin du lac Tchad eu égard à certains éléments de la présente résolution, en particulier les progrès accomplis et les défis qui restent à relever, de même que les mesures possibles à envisager, y compris pour renforcer la cohérence de l’action dans le contexte de stratégies régionales qui se recoupent, et d’inclure ultérieurement ces éléments dans ses rapports périodiques sur les activités du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale et du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel.

    Déclarations

    M. FODÉ SECK (Sénégal) a insisté sur l’importance de cette résolution, la première du genre sur le bassin du lac Tchad. Elle atteste de l’engagement fort et résolu du Conseil pour accompagner les pays en vue de combattre les groupes terroristes et de résoudre la crise humanitaire, a-t-il dit.

    Il a également estimé que le texte replaçait au moment opportun la crise qui secoue les pays du bassin du lac Tchad « tout en haut de l’agenda de la communauté internationale ». M. Seck a mentionné les deux défis, sécuritaire et humanitaire, que ces pays doivent relever.

    Le délégué a mis en exergue l’intérêt porté par la résolution à la question cruciale des causes profondes, donnant ainsi tout son sens au concept de pérennisation de la paix. Il est crucial de combattre les causes qui ont contribué à l’émergence de Boko Haram, a-t-il conclu.

    M. AMR ABDELLATIF ABOULATTA (Égypte) s’est félicité de l’adoption de la résolution, qui exprime la solidarité des membres du Conseil avec les pays de la région du bassin du lac Tchad. Toutefois, les négociations autour de ce texte ont révélé la nécessité de réformer les méthodes de travail du Conseil, a estimé le représentant, qui a insisté sur la question primordiale de la « transparence » vis-à-vis des pays africains, en particulier lorsqu’il s’agit de discuter de questions portant sur des pays africains.

    M. YASUHISA KAWAMURA (Japon) a déclaré que la résolution représentait un « jalon » dans l’attention accrue que le Conseil accordait au bassin du lac Tchad et un test pour une approche véritablement intégrée des défis multidimensionnels qui se posaient à la région.

    Il a rappelé que ces défis, du terrorisme aux trafics illicites, en passant par l’insécurité alimentaire, ne pouvaient être résolus individuellement et que cette résolution reflétait l’importance de consolider les gains sur le plan sécuritaire par des avancées dans le domaine du développement et des droits de l’homme.

    M. TEKEDA ALEMU (Éthiopie) a indiqué que la résolution transmettait le bon message. « Nous avons été unanimes dans notre interprétation des défis liés aux changements climatiques et à la situation sécuritaire et alimentaire que ces pays doivent relever », a-t-il dit.

    Il a appelé la communauté internationale à bien saisir l’ampleur de ces défis, avant de plaider pour une solution à long terme en faveur du développement des pays du bassin du lac Tchad. Espérons que la mise en œuvre de ce texte sera à la hauteur des attentes de ces pays, a conclu le délégué de l’Éthiopie.

    M. EDUARD I. ZALYALOV (Fédération de Russie) a indiqué que son pays avait veillé à préserver le consensus autour de ce texte, « même si toutes nos remarques n’ont pas été prises en compte ». « Nous pensons que la situation dans le bassin du lac Tchad n’est pas un conflit », a-t-il poursuivi. Il a rappelé que Boko Haram avait prêté allégeance à Daech.

    Dès lors, la lutte contre Boko Haram est une lutte contre le terrorisme, a-t-il insisté. Il a regretté que la résolution ne mentionne pas la cause de la prolifération des groupes terroristes, à savoir l’ingérence dans les affaires intérieures des pays, en l’espèce la Libye.

    Enfin, le délégué a indiqué que son pays avait mis en garde contre une mise aux voix prématurée de ce texte. Mais le Royaume-Uni, qui voulait une telle mise aux voix avant la fin de sa présidence, en a décidé autrement, si bien que le texte n’est pas affiné, a-t-il regretté.

    M. PEDRO LUIS INCHAUSTE JORDÁN (Bolivie) s’est félicité des efforts consentis par les pays du bassin du lac Tchad dans la préparation de plans d’action contre le terrorisme. Après avoir demandé aux membres du Conseil de préserver leur unité sur ce dossier, le représentant a jugé insuffisant le délai de négociation autour de ce texte, considérant que les observations de certaines délégations n’avaient pas été prises en compte.

    Selon la Bolivie, il aurait été souhaitable de débuter les négociations plus tôt ou de reporter l’adoption du texte.

    M. SHEN BO (Chine) a déclaré qu’il était important de respecter l’intégrité et la souveraineté territoriales des pays du bassin du lac Tchad, avant de dire que le Conseil de sécurité devait s’engager à aider les pays de la région dans la lutte contre le terrorisme.

    Il a souligné l’importance de tenir compte des préoccupations exprimées au sujet de ce texte de résolution par certains membres.

    M. MATTHEW RYCROFT (Royaume-Uni) a indiqué que ce texte marquait un tournant. Se rendre sur place ne suffit pas, a-t-il dit, en rappelant la nécessité d’agir pour le bien des populations. Le délégué a estimé que cette résolution présentait clairement l’action à mener pour remédier à la crise humanitaire qui frappe la région, en demandant notamment le décaissement des 458 millions de dollars annoncés à la Conférence d’Oslo de 2017.

    M. Rycroft a souligné la nécessité d’appuyer les pays de la région pour s’attaquer aux causes profondes de la crise, « car Boko Haram exploite la pauvreté ». Il est impératif que la crise ne se prolonge pas, a-t-il dit, avant d’insister sur l’appui de son pays au bassin du lac Tchad.

    Enfin, M. Rycroft a rappelé que la lutte cruciale contre Boko Haram devait se dérouler dans le respect des droits de l’homme.

    Pour M. MICHEL TOMMO MONTHE (Cameroun), qui s’exprimait au nom des pays du bassin du lac Tchad, à savoir le Niger, le Nigéria, le Tchad et son propre pays, la résolution adoptée aujourd’hui constitue une avancée importante dans la mobilisation de la communauté internationale en appui aux pays de la sous-région dans leur lutte acharnée contre Boko Haram.

    Face aux coûts humanitaires, économiques, politiques, sociaux et militaires de la crise, chaque État concerné, a-t-il précisé, a adopté et mis en œuvre des initiatives visant non seulement à s’attaquer aux causes profondes mais également aux conséquences désastreuses de la situation actuelle.

    L’un des résultats clefs de la coopération régionale a été la mise en place de la Force multinationale mixte dont les résultats sur le terrain ont permis de réduire de façon significative les capacités militaires de Boko Haram, s’est félicité M. Tommo Monthe. Cependant, a-t-il averti, « Boko Haram ne dort pas même si il a été battu frontalement sur le plan militaire; sa capacité de nuisance s’exprime dans des actions kamikazes, de prise d’otages et d’embuscades. »

    Il a souhaité que l’adoption de cette résolution marque le point de départ d’un soutien plus décisif non seulement à la Force multinationale mixte et aux initiatives régionales, mais aussi à chacun des pays de la région du lac Tchad qui, pour faire face aux crises multiformes résultant des actions terroristes de Boko Haram, « se trouvent obligés de réduire les ressources devant être allouées à d’autres secteurs de la vie nationale, y compris l’éducation et la santé ».

    Les pays du bassin du lac Tchad espèrent ainsi que le rapport qui sera présenté par le Secrétaire général « fera preuve d’audace » et permettra de se pencher sur les solutions les plus adéquates non seulement aux plans sécuritaire et humanitaire, mais également sur le déficit d’éducation et de formation, le déficit de résilience face aux changements climatiques et le déficit de développement durable.

    M. ANTHONY BOSAH (Nigéria) s’est félicité de l’adoption de la résolution 2349 (2017), qui reconnaît la complexité des défis de la région et l’importance de maintenir l’élan et la coordination dans la lutte contre Boko Haram. Pour sa part, le Nigéria, en dépit des difficultés posées par Boko Haram, est déterminé à venir à bout du terrorisme, comme en témoigne sa stratégie, dont la mise en œuvre dépend d’un comité présidentiel chargé de coordonner les actions et de créer des synergies dans la lutte antiterroriste dans le bassin du lac Tchad.

    Un cadre institutionnel et juridique est également en place, a déclaré le représentant, qui a par ailleurs indiqué que son gouvernement apporte une aide psychosociale et une assistance humanitaire, tout en veillant à décourager les jeunes exposés à la radicalisation. Sans oublier, a ajouté le délégué, l’importance accordée par le Nigéria aux programmes en faveur des personnes déplacées par les violences.

    Dans ce contexte, il a estimé qu’il était impératif de renforcer la coopération internationale pour accélérer les efforts en cours dans le pays et la région.


    0 0

    Source: Oxfam
    Country: Chad

    1. Introduction

    Depuis début 2015, la région du Lac est sévèrement impactée par la crise nigériane. Les opérations militaires et les attaques de certains villages, le vol des biens et du bétail, ont forcé plus 130 000 personnes à se déplacer. L’instauration de l’état d’urgence dans la région a sévèrement impacté les moyens d’existence des populations déplacées et des populations hôtes. L’aide humanitaire peine à couvrir les besoins prioritaires dans un contexte de très faible accès aux services de base (éducation santé, eau). L’afflux des déplacés exerce une pression importante sur un contexte fragile et marqué par une désertification grandissante et une faible présence des structures étatiques.

    Ce rapport de protection est issu d’enquêtes menées auprès des populations hôtes et déplacées de la région du Lac. Oxfam mène des activités de protection depuis aout 2016 auprès des populations déplacées et hôtes sur la cuvette nord du Lac (axe Kiskawa-Daboua).

    Ce document est un rapport de la situation de protection pour les populations affectées par la crise nigériane. Il vise ainsi à identifier les risques et menaces de protection dans la région du Lac et à fournir des pistes pour la mise en place de solutions durables au déplacement dans la région du Lac notamment en analysant les facteurs de la cohésion sociale et des relations intergroupes ainsi que les perceptions de l’assistance humanitaire et des besoins des populations affectées.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso

    Le Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET) surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l'insécurité alimentaire.
    Pour chaque pays et chaque région couvert par FEWS NET, le Bulletin des prix fournit un ensemble de graphiques indiquant les prix mensuels de l’année commerciale en cours pour certains centres urbains, et permettant à l’utilisateur de comparer les tendances actuelles à la fois aux moyennes quinquennales, qui indiquent les tendances saisonnières, et aux prix de l'année précédente.

    Le mil, le maïs et le sorgho sont les produits alimentaires les plus importants pour la consommation ménagère. Le mil est le produit de base des ménages les plus vulnérables, tandis que le maïs et le sorgho contribuent aussi au panier alimentaire de la majorité des autres ménages. Le marché de Sankaryare est le plus vaste et le plus important de Ouagadougou; il approvisionne d’autres marchés du pays et dans la région. Koudougou se trouve dans l'une des régions les plus peuplées du pays, où une majorité des ménages dépend du marché pour son ravitaillement alimentaire. Djibo se situe dans la zone sahélienne, hautement vulnérable. Pouytenga est un marché de regroupement pour les produits du Nigeria, du Ghana, du Bénin et du Togo. Solenzo est un marché rural situé au milieu d’une zone de production excédentaire. Bobo Dioulasso est un important centre tant pour la consommation que pour la production : elle fait office de capitale économique du Burkina-Faso et se trouve dans une importante zone de production céréalière.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Chad

    Le Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET) surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l'insécurité alimentaire. Pour chaque pays et chaque région couvert par FEWS NET, le Bulletin des prix fournit un ensemble de graphiques indiquant les prix mensuels de l’année commerciale en cours pour certains centres urbains, et permettant à l’utilisateur de comparer les tendances actuelles à la fois aux moyennes quinquennales, qui indiquent les tendances saisonnières, et aux prix de l'année précédente.

    Le sorgho, le mil, le maïs blanc et le riz local et d’importation sont les produits alimentaires les plus importants. La consommation de mil est la plus forte dans les régions est et nord du pays. Le riz local est un autre produit alimentaire de base, en particulier pour les ménages plus pauvres. Le riz importé et le maïs blanc sont le plus couramment consommés dans la capitale et ses environs. Le marché d'Atrone à N’Djamena, la capitale, est le marché le plus important pour les céréales. Moundou est un important centre de consommation pour le sorgho et le deuxième marché en importance après la capitale. Le marché d’Abéché est situé dans une zone de production au nord. Le marché de Sarh est à la fois un marché de détail local et un marché transfrontalier.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali

    The Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) monitors trends in staple food prices in countries vulnerable to food insecurity. For each FEWS NET country and region, the Price Bulletin provides a set of charts showing monthly prices in the current marketing year in selected urban centers and allowing users to compare current trends with both five-year average prices, indicative of seasonal trends, and prices in the previous year.

    Le mil, le riz et le sorgho constituent les aliments de base de la majorité de la population malienne. Le mil est l'aliment le plus consommé traditionnellement, mais depuis 2005 le riz est devenu un substitut populaire chez les ménages urbains. Le sorgho est généralement plus important pour les ménages ruraux que pour les ménages urbains. Les marchés inclus sont révélateurs des conditions locales dans leurs régions respectives. Ségou est l’un des marchés les plus importants tant pour le pays que pour la région, dans la mesure où il se trouve dans une très vaste zone de production de céréales. Bamako, la capitale et le centre urbain le plus étendu du pays, fonctionne comme un marché de regroupement. Elle reçoit des céréales de Koulikoro, Ségou et Sikasso destinées à la consommation et fait également office de marché de regroupement pour les échanges avec les régions nord du pays (Kayes et Koulikoro) et avec la Mauritanie. Les marchés des régions déficitaires du pays (Tombouctou et Gao) reçoivent leurs approvisionnements en mil et en riz de Mopti, Ségou et Sikasso.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mauritania

    Le Réseau de Systèmes d’Alerte Précoce Contre la Famine surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l'insécurité alimentaire. Pour chaque FEWS NET pays et la région, le Bulletin des prix fournit un ensemble de tableaux indiquant les prix mensuels à la campagne en cours dans certains centres urbains et en permettant aux utilisateurs de comparer les tendances actuelles à la fois les prix de cinq ans en moyenne, une indication des tendances saisonnières, et les prix l'année précédente.

    Le riz local et le sorgho sont les produits alimentaires les plus consommés par les ménages pauvres de la Mauritanie suivis par le blé importé qui est l'aliment de substitution auquel ces ménages recourent le plus. Le riz local est cultivé dans la vallée du fleuve (dans le sud des régions du Trarza, du Brakna, du Gorgol et du Guidimakha). Le sorgho est produit dans toutes les zones de production (sorgho pluvial) et dans les walo et barrages (sorgho de décrue).
    Toutefois, une importante partie est importée du Mali et du Sénégal. La Mauritanie vit beaucoup plus de ses importations (70 % en bonne année agricole et jusqu'à 85 % en mauvaise année) que de sa production interne.
    Nouakchott est le principal marché de collecte pour les produits venant de l'extérieur et également le marché de distribution où viennent s'approvisionner les animateurs des marchés de distribution secondaire que sont les autres marchés référenciés. L'huile de cuisson est essentiellement consommée dans les zones urbaines. La vente des animaux est une mode d’existence dans toutes les zones et une importante source de revenus et de nourriture.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Niger

    Le Réseau de Systèmes d’Alerte Précoce Contre la Famine surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l'insécurité alimentaire. Pour chaque FEWS NET pays et la région, le Bulletin des prix fournit un ensemble de tableaux indiquant les prix mensuels à la campagne en cours dans certains centres urbains et en permettant aux utilisateurs de comparer les tendances actuelles à la fois les prix de cinq ans en moyenne, une indication des tendances saisonnières, et les prix l'année précédente.

    Le mil, le maïs, le niébé et le riz importé sont les produits alimentaires les plus importants consommés au Niger. Le mil est consommé aussi bien par les ménages ruraux que les ménages pauvres urbains dans l’ensemble du pays. Le maïs et le riz importé sont plus importants pour les ménages urbains, tandis que le niébé est principalement consommé par les ménages pauvres des régions rurales et urbaines en tant que source de protéine. Niamey est le marché national le plus important et un centre du commerce international ; elle approvisionne en outre les ménages urbains.
    Tillaberi est aussi un centre urbain approvisionnant les localités environnantes. Le marché de Gaya est le principal marché urbain pour le maïs avec des liens transfrontaliers. Maradi, Tounfafi et Diffa sont des marchés de regroupement régionaux et des marchés transfrontaliers pour le Niger et d’autres pays de la région.

    C'est dans ces marchés que vont régulièrement acheter leur nourriture les ménages et les éleveurs des régions déficitaires en céréales du nord. Agadez et Zinder sont également d’importants marchés nationaux et régionaux. Nguigmi et Abalak se trouvent dans des zones pastorales, où la population dépend largement des marchés céréaliers pour leur approvisionnement alimentaire. Ces deux marchés sont particulièrement importants pendant la saison des pluies, lorsque les éleveurs sont confinés dans la zone pastorale


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Benin, Burkina Faso, Cabo Verde, Chad, Côte d'Ivoire, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo

    Le Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET) surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l'insécurité alimentaire. Pour chaque pays et chaque région couvert par FEWS NET, le Bulletin des prix fournit un ensemble de graphiques indiquant les prix mensuels de l’année commerciale en cours pour certains centres urbains, et permettant à l’utilisateur de comparer les tendances actuelles à la fois aux moyennes quinquennales, qui indiquent les tendances saisonnières, et aux prix de l'année précédente.

    L'Afrique de l’Ouest peut être divisée en trois zones agro-écologiques ou en trois bassins commerciaux (bassins de l’ouest, bassin du centre, bassin de l’est). Les deux sont importants pour l'interprétation du comportement et de la dynamique du marché.
    Les trois principales zones agro-écologiques incluent la zone Sahélienne, la zone Soudanaise et la zone Côtière où la production et la consommation peuvent être facilement classifiées. (1) Dans la zone Sahélienne, le mil constitue le principal produit alimentaire cultivé et consommé en particulier dans les zones rurales et de plus en plus par certaines populations qui y ont accès en milieux urbains. Des exceptions sont faites pour le Cap Vert où le maïs et le riz sont les produits les plus importants, la Mauritanie où le blé et le sorgho et le Sénégal où le riz constituent des aliments de base. Les principaux produits de substitution dans le Sahel sont le sorgho, le riz, et la farine de manioc (Gari), avec les deux derniers en période de crise. (2)
    Dans la zone Soudanienne (le sud du Tchad, le centre du Nigéria, du Bénin, du Ghana, du Togo, de la Côte d'Ivoire, le sud du Burkina Faso, du Mali, du Sénégal, la Guinée Bissau, la Sierra Leone, le Libéria) le maïs et le sorgho constituent les principales céréales consommées par la majorité de la population. Suivent après le riz et les tubercules particulièrement le manioc et l’igname. (3) Dans la zone côtière, avec deux saisons de pluie, l’igname et le maïs constituent les principaux produits alimentaires. Ils sont complétés par le niébé, qui est une source très significative de protéines.
    Les trois bassins commerciaux sont simplement connus sous les noms de bassin Ouest, Centre, et Est. En plus du mouvement du sud vers le nord des produits, les flux de certaines céréales se font aussi horizontalement. (1) Le bassin Ouest comprend la Mauritanie, le Sénégal, l’ouest du Mali, la Sierra Leone, la Guinée, le Libéria, et la Gambie où le riz est le plus commercialisé.

    (2) Le bassin central se compose de la Côte d'Ivoire, le centre et l’est du Mali, le Burkina Faso, le Ghana, et le Togo où le maïs est généralement commercialisé. (3) Le bassin Est se rapporte au Niger, Nigéria, Tchad, et Bénin où le millet est le plus fréquemment commercialisé. Ces trois bassins commerciaux sont distingués sur la carte ci-dessus.


    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Cameroon, Chad, Côte d'Ivoire, Gambia, Guinea, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Senegal

    Data collected at each point (location) is triangulated with key informants and cross-referenced by DTM’s experts. However, considering that migrants adjust their routes according to opportunities and obstacles they encounter along their journey, their intended transit and destination locations are often subject to change. This renders the systematic assessment of their mobility throughout West and North Africa more complex. Therefore, data collected in destination locations may not always accurately reflect flows detected in transit locations.
    All data included in this report is based on estimations. IOM expressly disclaims all warranties of any kind, whether express or implied, including, but not limited to, the appropriateness, quality, reliability, timeliness, accuracy or completeness of the data included in this report.

    Since February 2016, IOM Niger has been carrying out flow monitoring of migrants at two points in Niger in the region of Agadez. This flow monitoring does not replace border monitoring nor does it claim to observe all migratory flows in the Agadez region. Flow monitoring points (FMPs) are active in Séguédine and Arlit, two towns in the Agadez region. Flow monitoring points are placed at known migrant transit points along the Niger migratory route. The data collected provides a snapshot of migrant movements through the region


    0 0

    Source: Oxfam
    Country: Ethiopia, Kenya, Somalia, South Sudan

    British shoppers have raised more than £200,000 for Oxfam’s East Africa food crisis appeal by kindly donating 40 million Nectar card points.

    A donation of 500 Nectar points is enough to provide safe, clean water for a family of four for a whole month. The £200,000 raised could help Oxfam get life-saving water to over 80,000 families.

    Oxfam’s Director of Fundraising, Tim Hunter, said: “It shows extraordinary generosity that people who have been saving up their points for something special have chosen instead to donate them. We’re extremely grateful for all the money that’s been raised, which will help us to save the lives of many people who are on the brink of famine.”

    More than 16 million people across East Africa are facing terrifying food shortages. Drought has caused crops to fail and cattle to die in parts of Ethiopia, Somalia and Kenya - leaving millions facing starvation and desperately seeking a safe source of water. Brutal war in South Sudan has driven more than three million people from their homes and left millions more in need of emergency food aid.

    Tim Hunter said: “I can’t stress how much this money means for people in life or death situations. Thanks to Nectar, this is an easy and innovative way for people to give money and support Oxfam’s life-saving work.”

    Nectar Managing Director, James Moir, said: “We’ve partnered with Oxfam for over four years and we’re particularly proud of the work we do with them. We continue to be overwhelmed by the generosity of our collectors and we’re delighted to see their Nectar points being put towards such a good cause.”

    Oxfam has been one of Nectar’s partners since 2013, allowing customers to collect points through the Tag Your Bag scheme which can be redeemed on Oxfam Unwrapped gifts. To donate Nectar points to Oxfam's appeal please go to: https://www.nectar.com/ways-to-redeem/rewards/oxfamappeal

    //Ends

    For more information or to arrange an interview with an Oxfam spokesperson, please contact: Sarah Dransfield on 01865 472269 / 07884 114825 or email sdransfield@oxfam.org.uk

    Notes to editors:

    Breakdown of what Nectar points donated to Oxfam’s appeal can buy:

    Safe Water - 500 points (£2.50) – this buys 25 water treatment sachets which will make around 500 litres of safe water, enough to last a family of four for a month Emergency Food - 600 points (£3.00) Oxfam Bucket - 1,500 points (£7.50) Hygiene Kit - 3,000 points (£15.00)

    SARAH DRANSFIELD | Senior Press Officer Oxfam GB | Oxford | Tel: +44 (0)1865 472269 | Mob: +44 (0)7884 114825 www.oxfam.org.uk | skype: sarahoxfam | twitter: @TheSarahPress Please note I work 8am-4.30pm on Tuesdays, Wednesdays & Thursdays


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: South Sudan

    Highlights

    • Since the beginning of the year, a total of 84,265 mt of food commodities have been dispatched by road and air providing assistance to 1.6 million people in South Sudan.

    • WFP has completed 34 percent of its commodity prepositioning plan in preparation for the rainy season.

    • WFP launches third SCOPE registration location in South Sudan.

    Situation Update

    • The third SCOPE registration location in South Sudan will be established in Aweil by the end of the week to run concurrently with Panyijar and Mingkaman in order to register additional cash for assets (CFA) beneficiaries to bring the total registered to 108,800 in Northern Bahr el Ghazal and Warrap. The SCOPE registration in the Juba urban response project has been completed and arrangements are underway to have the first SCOPE payments in April 2017. Overall, 250,000 people out of the 1.5 million planned in 2017, have been registered in WFP’s beneficiary and transfer management platform across South Sudan. This platform provides opportunities for strategic partnerships for enhanced efficiency.

    • WFP started planning the first phase of deworming exercise in 2017 last week. This is an ongoing project that started in 2011 in coordination with the Ministry of Health and the Ministry of Education.

    • WFP conducted a three day state level workshop in Yambio on 30 March to launch the seasonal food assistance for assets (FFA) programme. The workshop was well attended by 34 participants from 6 counties, representatives of the Ministry of Agriculture, the Relief and Rehabilitation Commission, World Vision International and WFP. Compared to 2016, WFP aims to reach an additional 6,000 people, bringing the total of people assisted in Yambio to 18,000. Overall, WFP reaches 450,000 people in seven states across South Sudan, building resilience at the community level.


    0 0

    Source: UN Children's Fund, Save the Children, Education Cluster
    Country: Burundi, Ethiopia, Iraq, Nigeria, Ukraine, Viet Nam, World, Yemen

    The Global Education Cluster (GEC) 2016 Report seeks to illustrate how the work of the GEC has been particularly significant in achieving results. It presents examples of our work that demonstrate how our aim to be as field-focused and field-informed as possible has enabled education responses to be more effective, through better coordination. The report also looks at the changing humanitarian landscape and new opportunities for the field of education in emergencies (EiE), with the launch of the Education Cannot Wait Fund.

    The report is accompanied by a dashboard of the GEC key achievements in 2016. This one-pager can be used for information sharing and advocacy purpose with potential partners.


    0 0

    Source: UN Development Programme
    Country: Nigeria

    For Mariam Ngileruma, compassion towards Boko Haram fighters is the first step in peacebuilding. It’s about acceptance, she explained. “We are all human beings,” says Ngileruma, a former civil servant with the Ministry of Women Affairs. “Some of the women [in Boko Haram] fight and even kill people, but it’s because of fear. They also fear.”

    As the conflict in the Lake Chad region churns into its eighth year, thousands of Boko Haram fighters are captured, killed or voluntarily return. While part of the security sector explores how to reintegrate the fighters into society when appropriate, efforts are also being made to counter the spread of recruitment.

    UNDP and the Centre for Democracy and Development (CDD) brought participants from civil society, communities, and security sectors, both formal and informal, to discuss deradicalization and counter-terrorism narratives, and the division of roles in stamping out radical ideology.

    “This venue is perfect for this,” says Ngileruma, “because civil society is expressing their thoughts freely. If it were not for this forum, they would not dare say these things.”

    The day-long workshop in Maiduguri, is one of 10 workshops across the three affected states that establishes links between community and security, explores how they work together, and builds trust between the security forces and the people they are meant to protect.

    The Nigerian Army says the community lies at the heart of these efforts because they know who is at risk, and they can identify the early warning signs when family members, friends and neighbours begin to align with Boko Haram.

    “You know your community. You know the business of everyone,” said Col. Bala of the Nigerian Army to the 80 participants.

    Boko Haram perpetuates in the cracks of northeastern Nigeria society, recruiting new insurgents from some of the most vulnerable communities across the Lake Chad region. For Ngileruma, this revolving door of new recruits can be stopped at the home because that’s where women are in charge.

    “What if the women were educated, and then allowed to educate their own children?” she asked. “Socialization starts at home and when you educate women, you educate the whole.”

    Many of the 20 women participants of the workshop agreed that there can be no resolution to this ongoing crisis without including those hit hardest by the conflict.

    “The government can have every plan available, but if they don’t include women, they can never achieve peace,” Ngileruma said.

    Women bear the brunt of the conflict with Boko Haram insurgents. They are vulnerable to gender-based and sexual violence. According to UNFPA, 6 out of ten women in northeast Nigeria are survivors of GBV and of those cases, rape constitutes 85 percent.

    With funding from the Government of Japan, UNDP has been working on deradicalization and counter-terrorism dialogue with key community and religious leaders, women’s groups, civil society, and the security forces since 2016.

    Community-level dialogue for reconciliation is a key components of UNDP’s integrated programme to community stabilisation and recovery in the northeast of Nigeria. To build hope and a credible outlook for the future, the delivery of basic services and the revitalisation of livelihoods needs to go hand in hand with addressing the grievances of the past.


    0 0

    Source: UN Mission in South Sudan
    Country: South Sudan

    UNMISS “Protection of Civilians” (PoC) Sites

    • As of 30 March 2017, a total of number of civilians seeking safety in six Protection of Civilians (PoC) sites located on UNMISS bases is 214,979 including 117,654 in Bentiu, 30,559 in Malakal, 38,833 in Juba UN House, 1,956 in Bor, 651 in Melut and 171 in Wau, in Western Bahr El Ghazal adjusted area 25,155.

    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Cameroon

    Number of boys and girls (3 to 17 years) affected by crisis accessing education

    This information is valid for HRP reporting (under ORS for some countries) and for HPM / SitRep reporting, for cluster and UNICEF results.
    These are out of school children because of the crisis who have access to education in a safe and protective environment; in the Temporary Learning Spaces built or rehabilitated or in the host schools through the government's response (cluster results).
    If the government opens schools and classrooms to IDPs/ refugees who did not have access to other schools/ TLS (i.e. not reported for before under access) – these children should be counted as ‘reached by cluster through access’.
    The children considered are refugees, IDPs, returnees and host populations of school age (3 years to 17 years) out of school because of crisis.
    When a temporary learning space is built, it is required to count the children who have really access to education. If for various reasons the classes are not fulfilled nor do not take place (strike), it is necessary to continue counting the children who had access before the closure, but we don’t count the children who have not been able to access education because of this closure.
    Reporting is done monthly from January to December and not according to the school year. The indicator should be disaggregated by gender and by admin1.
    The calculation method is the latest data which means that the figure reported monthly must be equal to or greater than the value of the previous month. Only newly accessed children are added to the previous report. Thus, in May, if 50,000 children are reported, this means that between January and May 50,000 children have had access to education (children who have left school for various reasons are not deducted).

    Precisions

    Cases of children enrolled during the 2015-2016 school year, situation at the beginning of 2016 school year?
    ACCESS= If they are in need of accessing education again (i.e. relocation, further displacement etc) yes we can report that the same child who was already in school last year has been provided with access this year.
    QUALITY = If we are providing a new round of supply distribution they should be counted once and in the narrative we should be explained that 2 sets of materials reached the children In other words, at the beginning of the school year we count only children who did not have access the previous year. The ones that were in school before are not in need (access), they may be counted for the supplies if they are targeted by a round of distribution.
    Case of a new project begun at the time of the re-entry which gives access to children who already had access during the previous school year. If the new project is on construction and the kids move from one school to the other the kids should not be counted twice if they are the same kids.

    However if the reasons for duplicating access is strong, it can be explain why we have built twice for the same children. Bottom line is that the OTHER children have not been reached and we still build for the same one (making our targets stall) Case of children who change school (especially at the beginning of the school year) to integrate a newly constructed UNICEF Temporary Learning Space. If they are displaced children, they are among the newly enrolled. When we build a TLS it’s difficult to control who use it. We discourage double count it, but these must be individual and sporadic cases. When we build a TLS we build it for the children in need, and we report by multiplying the number of kids who can benefit from the TLS. If the classrooms remain empty for reasons beyond our control (teacher strikes) we still did our job to build to provide access.


older | 1 | .... | 718 | 719 | (Page 720) | 721 | 722 | .... | 728 | newer