Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 69 | 70 | (Page 71) | 72 | 73 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Côte d'Ivoire, Gambia (the), Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Mauritania, Niger (the), Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo

    I. Introduction

    1 . In a letter dated 20 December 2010 (S/2010/661), the President of the Security Council informed me that the members of the Council had agreed to extend the mandate of the United Nations Office for West Africa (UNOWA) until 31 December 2013 and requested me to report on the implementation of the revised mandate of UNOWA every six months.

    2 . The present report covers the period from 1 July to 31 December 2012. It provides an overview of national, cross-cutting and cross-border developments in West Africa and outlines the activities undertaken by UNOWA in the areas of preventive diplomacy, early warning and capacity-building to address emerging threats and challenges to regional peace and stability. It also outlines the Office’s efforts to enhance synergies with, inter alia, the Economic Community of West African States (ECOWAS), the Mano River Union and the African Union, in the promotion of peace and stability in the subregion.

    II. Developments and trends in West Africa

    3 . Since the issuance of my previous report, of 29 June 2012 (S/2012/510), the political landscape in West Africa has continued to be dominated by the crises in Mali and the Sahel, as well as by the post-coup developments in Guinea-Bissau. The crisis in Mali has continued to have an impact on the political and security landscape, including on the humanitarian community operating in the region. Mali’s neighbours, particularly Mauritania and Niger, remain at risk given their porous borders with the northern part of the country. These risks were exemplified by the kidnapping of six non-governmental organization staff in Niger in October and of a French citizen, on 21 November, near Mali’s border with Mauritania and Senegal. In Niger, the outbreak of the Malian crisis has had a significant impact on the already fragile economic and security situation in the country. Meanwhile, the leaders of the subregion have played a central role in mobilizing the international community to address the growing insecurity in the subregion.

    4 . General elections held on 17 November in Sierra Leone were conducted in a peaceful environment and recognized as credible, free and fair by international and national observers. The incumbent President, Ernest Bai Koroma, was declared the winner with 58.7 per cent of the votes. However, the main opposition party, the Sierra Leone People’s Party (SLPP), alleged that there had been massive and systematic electoral malpractices and, on 30 November, filed a complaint in the Supreme Court challenging the election of President Koroma. On 3 December, as a sign of reconciliation and mutual desire for political dialogue, President Koroma and the SLPP leadership issued a joint statement in which the two sides agreed to work together in the interest of peace and stability in the country. Meanwhile, on 2 December, legislative and municipal elections were held in Burkina Faso, in a free, peaceful and transparent environment.

    5 . The smooth transfer of power that occurred in Ghana with the election of Vice-President John Dramani Mahama as President following the death of President John Atta Mills on 24 July, demonstrated the political maturity of Ghanaian democratic institutions. This enabled the country to conclude the electoral process leading to free, peaceful and transparent legislative and presidential elections on 7 December. The election results, as announced by the electoral commission on 9 December, declared incumbent President Mahama the winner with 50.7 per cent of the votes. However, on 11 December, the major opposition party, the New Patriotic Party, declared its intention to contest the results in court, despite declarations from domestic, regional and international observers commending Ghana for the free and fair conduct of the elections.

    6 . Despite these positive developments, concerns remain in some countries in the subregion. The polarized political situation in Togo continued to be characterized by a climate of mistrust between the Government and the opposition. In Guinea, legislative elections that were scheduled for October 2012 were delayed due to a disagreement between the Government and opposition parties, mainly over the Independent National Electoral Commission and modalities for the review of the electoral register.
    In Mauritania, the absence of an electoral timetable for the legislative and municipal elections, coupled with continued calls from a large group of political parties for an inclusive dialogue, fuelled an ongoing climate of political tension. The tensions were further exacerbated by the President’s absence from the country, from 14 October to 24 November, for medical treatment in Paris after he was wounded when his convoy was shot at in the outskirts of Nouakchott. In the Gambia, the decision of the Government to execute nine inmates on death row, including two Senegalese nationals, triggered tensions with Senegal that have since subsided.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Côte d'Ivoire, Gambia (the), Ghana, Guinea, Liberia, Mali, Mauritania, Niger (the), Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo

    I. Introduction

    1. Dans une lettre datée du 20 décembre 2010 (S/2010/661), le Président du Conseil de sécurité m’a informé que les membres du Conseil avaient décidé de proroger le mandat du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA) jusqu’au 31 décembre 2013 et m’a demandé de faire rapport tous les six mois sur l’exécution du mandat révisé du Bureau.

    2. Le présent rapport, qui couvre la période du 1er juillet au 31 décembre 2012, donne un aperçu des événements qui se sont produits dans les différents pays de la région, fait le point des questions transversales et transfrontières et décrit les activités que le Bureau a menées dans les domaines de la diplomatie préventive, de l’alerte rapide et du développement des capacités pour faire face aux risques pesant sur la paix et la stabilité régionales. Il décrit aussi les efforts qu’a déployés l’UNOWA pour renforcer les synergies avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union du fleuve Mano et l’Union africaine, entre autres, afin de promouvoir la paix et la stabilité dans la sous-région.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Mali

    CS/10892

    Conseil de sécurité
    6905e séance – après-midi

    Les représentants de l’Union africaine et de la CEDEAO exhortent l’ONU à financer rapidement la Mission internationale de soutien au Mali

    Un mois après l’adoption de la résolution 2085 (2012), autorisant le déploiement d’une Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), le Conseil de sécurité a examiné, cet après-midi, la situation dans ce pays, marquée par l’intervention de la France et la récente reprise des villes de Konna et Diabaly aux groupes extrémistes.

    Présentant Les derniers développements de la situation au Mali, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. Jeffrey Feltman, a déclaré que le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, saluait la décision courageuse de la France de déployer des forces au Mali, afin de stopper l’avancée des groupes extrémistes vers le sud. Il s’est félicité des efforts de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union africaine ainsi que des pays contributeurs de troupes, afin d’accélérer le déploiement de la MISMA, avant d’insister sur la volonté claire du Secrétaire général de contribuer rapidement, dans la limite du mandat de l’ONU et de ses moyens, à résoudre la crise du Mali dans le respect de la résolution 2085 (2012) du Conseil de sécurité.

    Alors que plus de 2 150 soldats français et 855 soldats africains sont déjà déployés pour constituer la Force de la MISMA, M. Feltman a souligné qu’il était indispensable de mener parallèlement des efforts militaires et politiques, en tenant compte des préoccupations humanitaires et des droits de l’homme.

    Le représentant de l’Union africaine auprès des Nations Unies et celui de la Côte d’Ivoire, qui s’exprimait au nom de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, ont exhorté, cet après-midi, les Nations Unies à fournir immédiatement l’appui logistique et financier nécessaire au déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali.

    Le chef de la délégation de l’Union européenne a assuré que les préparatifs en vue d’un appui financier et logistique, en étroite relation avec l’Union africaine et la CEDEAO, étaient en cours et que l’Union européenne participera à la Conférence des donateurs, prévue le 29 janvier 2013, à Addis-Abeba. Ce dernier a également mis l’accent sur la nécessité d’établir, sous les auspices de l’ONU, une coordination efficace entre acteurs humanitaires et appelé toutes les parties au conflit à accorder un accès humanitaire sans entrave aux populations dans le besoin, tout en garantissant la sécurité des travailleurs humanitaires.

    Alors que le concept initial de la MISMA prévoyait 3 300 personnes, la plupart des délégations intervenues ont jugé que ces effectifs soient revus à la hausse.

    LA SITUATION AU MALI

    Déclarations

    M. JEFFREY FELTMAN, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, a rappelé que le Secrétaire général des Nations Unies avait salué la décision courageuse de la France de déployer des forces au Mali afin d’arrêter de stopper l’avancée des groupes extrémistes vers le sud. Il s’est félicité des efforts de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union africaine ainsi que des pays contributeurs de troupes, afin d’accélérer le déploiement de la MISMA. Il a insisté sur la volonté claire du Secrétaire général de contribuer rapidement, dans la limite du mandat de l’ONU et de ses moyens, à résoudre la crise du Mali dans le respect de la résolution 2085 (2012) du Conseil de sécurité.

    « Alors que nous examinons aussi des solutions pour le Mali, a indiqué M. Feltman, n’oublions pas que les facteurs inhérents à l’effondrement, il y a 10 mois, d’un des piliers de la démocratie en Afrique de l’Ouest et à l’occupation de la moitié du pays sont très profonds. » Les solutions ne seront pas simples et le succès de la communauté internationale pour aider le Mali à restaurer la démocratie et reconquérir son territoire de façon durable dépendra aussi de la largeur de sa vision et du caractère exhaustif de sa réponse, a-t-il prévenu. M. Feltman a rappelé que la chute de la ville de Konna, le 10 janvier, dans le cadre d’une tentative des extrémistes de se diriger plus au sud et de prendre Bamako avait eu pour effet de galvaniser le Mali et les pays amis et d’accélérer la réaction internationale et régionale face à la crise. Contrairement à ce qui avait été initialement estimé, les groupes extrémistes étaient mieux équipés, ouvrant ainsi un nouveau front en prenant le contrôle de Diabaly, à 350 km de Bamako, le 14 janvier.

    À la lumière de ces développements, des troupes nigérianes en route vers le Mali ont été attaquées le 20 janvier 2013 dans le nord du Nigéria par Boko Haram, causant la mort de trois soldats nigérians, a indiqué le Secrétaire général adjoint. Le 19 janvier 2013, la CEDEAO avait tenu un somment extraordinaire à Abidjan pour discuter des modalités d’un déploiement accéléré des forces africaines, a-t-il dit. M. Feltman a précisé que le Sommet de la CEDEAO avait exhorté l’ONU à fournir immédiatement l’appui logistique et financier nécessaire au déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) et invité le Gouvernement du Mali, l’Union africaine et la CEDEAO à établir un quartier général fonctionnel de la Mission, afin de faciliter la coordination et la mise en œuvre de la résolution 2085 (2012).

    M. Feltman a indiqué que le déploiement des troupes de la MISMA et des officiers d’état-major avait commencé le 19 janvier 2013. Deux jours plus tard, 855 soldats avaient été déployés depuis le Bénin, le Nigéria, le Sénégal et le Togo, tandis qu’un bataillon complet du Niger avait été déployé à sa frontière avec le Mali. Il semble qu’il existe un consensus parmi les acteurs principaux réunis à Bamako selon lequel le niveau de la Force de la MISMA, initialement estimé à 3 300 hommes, doit être revu à la hausse, a fait remarquer le Secrétaire général adjoint. Il a indiqué que les membres du Conseil de sécurité examineront dans les détails les trois options présentées par le Secrétaire général pour le financement de la MISMA.

    Le Gouvernement malien a reconnu la nécessité de voir avancer de concert les processus politique et militaire. Il a dit souhaiter une présence discrète de l’ONU à Bamako que le Mali pourrait consulter à tout loisir. Le Gouvernement malien estime aussi qu’un processus de consultation plus large ne pourra avoir lieu que lorsque l’autorité de l’État aura été réinstallée dans le nord du pays.

    M. Feltman s’est inquiété de la situation de la population du nord en expliquant que les taux de nutrition avaient atteint des seuils inquiétants avec la reprise du conflit. Les quelques ONG actives dans le nord du Mali signalent que la région est de plus en plus isolée, parce que les voies d’approvisionnement venant de l’Algérie et du sud du Mali sont coupées. La distribution alimentaire du Programme alimentaire mondial (PAM) est en cours pour 12 000 personnes déplacées à Bamako, a-t-il assuré, avant de citer des initiatives en cours pour distribuer l’aide alimentaire dans les trois régions du nord dès que possible.

    Le 16 janvier, la Cour pénale internationale (CPI) avait lancé des enquêtes sur des allégations de crimes de guerre commis au Mali depuis janvier 2012, a indiqué par ailleurs M. Feltman. Il a appelé les parties au conflit à protéger les civils en réaffirmant que le respect des droits de l’homme s’appliquait aussi pour les opérations militaires engagées avec le soutien de l’ONU. « Nous ne pourrons régler la crise au Sahel sans régler définitivement la crise au Mali », a averti le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques. Les efforts militaires et politiques doivent être menés parallèlement, en tenant compte des préoccupations humanitaires et des droits de l’homme, a-t-il insisté, en prévenant qu’une seule option militaire ne permettra pas l’édification d’une solution durable pour le Mali.

    M. OUMAR DAOU (Mali) a déclaré que les groupes terroristes et irrédentistes, foulant au pied l’esprit et la lettre de la résolution 2085 (2012) du Conseil de sécurité et au mépris du droit international et des droits de l’homme, continuaient de défier la communauté internationale.

    Les plus hautes autorités maliennes n’ont cessé de préconiser un règlement politique et de déployer des efforts soutenus pour parvenir à un règlement politique durable, a-t-il assuré. Mais, face à cette situation, le Président de la République par intérim a lancé l’appel à la mobilisation générale et a décrété l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire national. Il a demandé le soutien militaire de la France pour freiner l’avancée des terroristes qui menaçaient le Mali et les autres pays de la région sahélienne, a-t-il rappelé.

    Le représentant du Mali a, ainsi, adressé un vibrant hommage à la France, à son peuple et à son Président, M. François Hollande, lequel, a-t-il ajouté, prenant la mesure de la situation, a aussitôt donné une suite favorable à la demande du Mali.

    Les armées malienne et française continuent leur progression, a-t-il dit, en rendant hommage aux victimes et aux populations opprimées du nord. L’heure de la libération de la région septentrionale a sonné, a-t-il souligné, en précisant que plusieurs localités étaient désormais sous le contrôle des armées malienne et française.

    Le délégué a lancé un appel solennel à la communauté internationale, à tous les pays amis et partenaires pour contribuer aux ressources financières qui permettraient de mobiliser une force africaine.

    Le représentant du Mali a ainsi évoqué la réunion extraordinaire du Sommet de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), le 19 janvier dernier à Abidjan, en Côte d’Ivoire, et a appelé la communauté internationale à fournir un appui logistique à cette Mission. Il l’a également appelée à participer à la conférence des donateurs qui se tiendra prochainement à Addis-Abeba, en Éthiopie, en émettant l’espoir qu’elle sera coprésidée par le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon.

    M. TÉTE ANTÓNIO, Observateur permanent de l’Union africaine, a souligné les efforts constants de l’Union africaine depuis le 20 décembre 2012 qui ont abouti à la création de conditions politiques nécessaires au Mali et dans la région pour permettre la mise en œuvre de la résolution 2085 autorisant le déploiement de la MISMA. Il faudra assurer une fourniture opportune et coordonnée des moyens nécessaires à cette Mission, a-t-il insisté. L’Union africaine attend avec impatience la position du Conseil de sécurité au sujet des recommandations du Secrétaire général concernant l’appui à la MISMA et les forces maliennes. M. Téte António a remercié les États membres de l’Union africaine qui se sont déjà engagés à fournir des troupes à la MISMA.

    L’Observateur permanent de l’Union africaine a précisé que la Présidente de la Commission de l’Union africaine, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, a condamné les attaques des groupes terroristes et criminels, en appelant tous les États membres de l’Union africaine d’apporter les moyens logistiques et financiers nécessaires et d’appuyer le renforcement des capacités de défense et de sécurité du Mali, en accord avec les décisions pertinentes du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

    L’Observateur a rappelé que, dans un communiqué de presse publié le 14 janvier 2013, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine avait reconnu l’appui fournit par la France à la demande des autorités maliennes, dans le respect du cadre de la résolution 2085 du Conseil de sécurité.

    Lors d’une réunion de coordination qui s’est tenue le 16 janvier 2013 à Addis-Abeba, la Commission de l’Union africaine et la CEDEAO -dans le souci d’aider le Mali a retrouver son unité et son intégrité nationales- se sont concentrées sur les moyens d’accélérer la mise en œuvre de la résolution 2085 du Conseil de sécurité; les questions de commandement de la MISMA, en s’appuyant sur le concept des opérations de la CEDEAO et de l’Union africaine et des meilleures pratiques observées lors des missions conduites par l’Union africaine; ainsi que la constitution et le financement de la Force.

    M. Téte Antonio a réaffirmé l’engagement pris par l’Union africaine et la CEDEAO lors de leur réunion de coordination de n’épargner aucun effort pour permettre le déploiement rapide de la MISMA et d’apporter le soutien nécessaire, en collaboration avec les Nations Unies et les autres partenaires, à la restauration de l’ordre constitutionnel au Mali. Il a estimé que les mesures concrètes prises par les chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO, durant leur sommet du 19 janvier 2013, à Abidjan, fournit une réponse prompte au caractère urgent de la situation au Mali. Il a assuré du soutien de l’Union africaine aux autorités de transition maliennes dirigées par le Président par intérim du Mali, M. Dioncounda Traoré et de son Premier Ministre, M. Diango Cissoko. Avant de conclure, il a exhorté tous les partenaires à participer à la Conférence de donateurs qui se tiendra à Addis-Abeba, le 29 janvier 2013, et à fournir des contributions généreuses.

    M. YOUSSOUFOU BAMBA (Côte d’Ivoire), qui s’exprimait au nom de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a affirmé que l’intervention des troupes françaises à la demande des autorités légales du Mali, qui ont aidé l’armée malienne à repousser l’offensive des groupes terroristes, traduit l’urgente nécessité d’une solidarité internationale.

    Le délégué de la Côte d’Ivoire a souligné que le Sommet extraordinaire de la CEDEAO du 19 janvier à Abidjan avait pris, dans le contexte de la résolution 2085 (2012) du Conseil de sécurité, des décisions importantes relatives aux modalités concrètes et immédiates en vue d’un déploiement accéléré de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA).

    Le Sommet avait également décidé de la création d’un mécanisme conjoint de coordination de la mise en œuvre de la résolution 2085 (2012) par les Nations Unies, l’Union africaine et la CEDEAO dans le but de faciliter des consultations régulières sur le leadership politique, la mobilisation des ressources, la reddition de comptes ainsi que le contrôle et l’évaluation des dépenses, a-t-il ajouté.

    M. Bamba a précisé que le Burkina Faso, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Libéria, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo avaient promis de fournir des contingents militaires. D’autres pays africains, qui ne sont pas membres de la CEDEAO, notamment le Tchad, l’Afrique du Sud, le Rwanda, le Burundi et la République-Unie de Tanzanie, fournissent également des contingents ou se sont engagés à contribuer, par d’autres moyens, au déploiement de la MISMA, a-t-il indiqué, en précisant que cette liste n’était pas exhaustive.

    Compte tenu des annonces faites, le nombre total des effectifs de la MISMA pourrait doubler par rapport à l’effectif initial de 3 300, a expliqué M. Bamba, en ajoutant qu’à ce stade, seulement 946 avaient été déployés.

    Suite à une mission conduite à Bamako par le Ministre ivoirien des affaires étrangères, il ressort, a poursuivi M. Bamba, que l’état-major de la MISMA ne dispose pas des ressources nécessaires pour son bon fonctionnement, ni de la logistique nécessaire à son déploiement en dehors de la capitale malienne. Le budget de la MISMA ne peut être mis en place étant donné que les contributions attendues ne sont pas encore disponibles, a-t-il fait remarquer.

    Compte tenu de la gravité de la situation au Mali et dans la sous-région, la CEDEAO appelle par conséquent l’attention du Conseil de sécurité sur l’impérieuse nécessité de la mise à disposition du paquet logistique et financier d’urgence demandé par le Président de la Commission de la CEDEAO dans une lettre en date du 18 janvier transmise par le Secrétaire général de l’ONU au Conseil de sécurité, a-t-il déclaré.

    L’Union africaine et la CEDEAO renouvellent ainsi leur demande au Conseil de sécurité pour qu’il autorise d’urgence un financement à travers les contributions des Nations Unies mises en recouvrement, en vue de permettre le déploiement rapide de la MISMA et la conduite efficace des opérations.

    M. ABDOU SALAM DIALLO (Sénégal) a dénoncé la crise au Mali comme étant une « entreprise cynique, sournoisement préparée sous le couvert de la religion, qui porte gravement atteinte à la paix et à la sécurité de toute la région ouest-africaine et, au-delà, du monde entier ». Il a attiré l’attention sur la pluralité des groupes islamistes impliqués dans cette guerre, soit près d’une dizaine de groupes qui sévissent en toute impunité dans cette zone, « avec le souhait de faire du Mali la plaque tournante du narco-terrorisme et de toutes les contrebandes en Afrique et au-delà ». M. Diallo s’est félicité de l’intervention immédiate d’un allié historique, la France, à la demande du Mali et avec la caution des pays de la sous-région, qui contribuera à la reconquête du nord du Mali.

    Le représentant du Sénégal a salué la décision du Tchad d’envoyer 2 000 hommes pour participer à cette « croisade contre le terrorisme international », ainsi que le déploiement d’éléments précurseurs par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le Sénégal, a assuré M. Diallo, contribuera à hauteur de 500 hommes à la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), dont on prévoit, a-t-il dit, qu’elle dépassera les 5 000 hommes. Le représentant a salué la volonté du Conseil de sécurité de trouver des solutions idoines à la crise au Mali. Il a appelé tous les pays voulant enrayer la menace terroriste à soutenir, financer et armer les troupes africaines engagées dans ce théâtre d’opération, notamment dans le cadre de la Conférence des donateurs pour le Mali prévue le 29 janvier 2013. Avant de conclure, M. Diallo a averti des risques de voir la région sahélo-saharienne devenir le nouveau sanctuaire du terrorisme international.

    M. ALLAM-MI AHMAD (Tchad) a rappelé que les terroristes avaient voulu prendre de court la communauté internationale en vue de contrôler tout le Mali et le transformer en une véritable base arrière de leurs opérations dans la sous-région et le reste du monde. Il a estimé que « cela était prévisible ». Très tôt, a-t-il expliqué, le Tchad a fait partie des pays qui ont insisté sur l’urgente nécessité pour la communauté internationale de prendre des mesures appropriées, la situation menaçant gravement la paix et la sécurité non seulement au Mali et dans la sous-région, mais aussi la paix et la sécurité internationales. Le Président du Tchad, M. Idriss Déby Itno, a félicité la France pour la promptitude avec laquelle elle a répondu à l’appel du Président du Mali afin de stopper la progression des terroristes vers le sud du pays. Il a aussi appelé la communauté internationale à soutenir « l’action salvatrice de l’armée française ».

    C’est dans ce contexte que le Tchad a décidé d’envoyer au Mali un contingent militaire de 2 000 hommes, a précisé M. Ahmad. Le Tchad a ainsi répondu aux demandes du Mali et de l’Union africaine, avec le plein appui de l’Assemblée nationale tchadienne. Le représentant s’est félicité du soutien unanime que les membres du Conseil de sécurité ont apporté à la France et aux pays africains qui se sont mobilisés derrière le Mali dans ces circonstances difficiles. M. Ahmad a demandé à la communauté internationale de compléter ce soutien par des moyens logistiques pour les troupes déployées et par un soutien financier pour la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA).

    M. DER KOGDA (Burkina Faso) a souligné les efforts déployés par les pays de la région pour nouer le dialogue entre le Gouvernement du Mali et les mouvements rebelles du Nord, qui s’étaient engagés à rompre tout lien avec les groupes terroristes. Il a rappelé que le Médiateur de la CEDEAO pour le Mali, le Président Blaise Compaoré, du Burkina Faso, et son Médiateur adjoint, le Président du Nigéria, M. Jonathan Goodluck, ont fait comprendre aux différents protagonistes, à savoir le Groupe Ansar Dine et le Mouvement national de Libération de l’Azawad (MNLA), l’intérêt de mener des négociations franches et objectives qui préservent l’unité et l’intégrité territoriale du Mali, afin d’éviter le recours à la force.

    Malheureusement, a-t-il dit, la rupture unilatérale du dialogue et le rejet des engagements par certains protagonistes, notamment le Groupe Ansar Dine, ne laissent plus aucun choix à la CEDEAO et à la communauté internationale que de recourir à la force contre les groupes extrémistes qui ont montré la limite de leur bonne foi. Le représentant du Burkina Faso a remercié la France pour la diligence avec laquelle elle a répondu à la demande du Mali, afin de freiner l’avancée des groupes terroristes. Il a salué la décision courageuse du Président François Hollande d’apporter un soutien prompt et déterminant pour la restauration de la paix et de la stabilité au Mali et dans toute la région.

    Le représentant a appelé la communauté internationale à mettre en œuvre immédiatement la résolution 2085 du Conseil de sécurité, autorisant le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA), pour accompagner l’action de la France sur le terrain. Il a assuré que le déploiement annoncé au Mali d’un bataillon de 500 hommes du Burkina Faso aux côtés des troupes de la CEDEAO était en cours et qu’une force supplémentaire de 1 000 hommes a été déployée le long de la frontière du Burkina avec le Mali pour parer aux infiltrations des groupes terroristes en fuite. Il a réaffirmé la volonté du Burkina Faso d’œuvrer à la promotion du dialogue et à la bonne tenue du processus politique, en vue d’aboutir à la réconciliation nationale et à l’instauration d’une paix durable au Mali

    M. BOUBACAR BOUREIMA (Niger) a estimé que la situation au Mali avait trop traîné en longueur, alors que l’attention de la communauté internationale avait été attirée sur les risques qui guettaient toute la région du Sahel à la suite de la crise libyenne. Il a rappelé que la mission conjointe de l’ONU et de l’Union africaine avait donné un diagnostic exhaustif et formulé des recommandations pertinentes. En outre, la Réunion de haut niveau sur la situation au Mali, organisée par le Secrétaire général de l’ONU, avait été très claire sur la nécessité de traiter efficacement et de manière intégrée les problèmes de la région, en général, et du Mali, en particulier. L’« approche progressive et très douce » semble avoir encouragé les groupes armés qui ont vite fait de parachever leur mainmise sur tout le nord du Mali, a-t-il estimé. Le représentant a fait observer que ces groupes avaient interprété la réaction graduelle des Nations Unies comme un manque de ferme volonté à contrecarrer leurs intentions machiavéliques, ce qui les a poussés à descendre plus au sud afin d’occuper à terme tout le pays.

    Le représentant a salué la « prompte et salutaire intervention de la France » au Mali et a invité toute la communauté internationale à le faire. Il lui a aussi recommandé d’appuyer sans tarder l’action conjointe des forces maliennes et françaises. Au-delà de la légitimité et de la légalité que lui confère la demande expresse des autorités du Mali en vertu des dispositions de l’Article 51 de la Charte des Nations Unies qui consacre le principe de légitime défense individuelle et collective, l’intervention française est conforme à l’esprit de la résolution 2085 du Conseil de sécurité, a souligné le représentant du Niger. C’est dans cet esprit que la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a autorisé le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA). Il a assuré que le Niger participerait à cette Mission à hauteur de 650 hommes. Il s’est félicité, par ailleurs, des manifestations de solidarité comme la prochaine conférence des donateurs prévue à Addis-Abeba et la réunion du Groupe international de soutien et de suivi de l’Union européenne.

    M. JEAN-FRANCIS R. ZINSOU (Bénin) a estimé que cette séance du Conseil de sécurité se tenait à un moment critique de l’histoire du Mali, en précisant que la crise dans ce pays affectait aussi la stabilité de tout le Sahel, de l’Afrique de l’Ouest et du continent africain dans son ensemble.

    Le délégué a notamment souligné que l’intervention de la France avait apporté la puissance de feu à la mesure du danger qui planait sur le Mali, arrêté la progression des agresseurs et pavé la voie à l’arrivée des contingents de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), en faisant partie de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA).

    L’évolution de la situation, a souligné M. Zinsou, place le Mali dans une situation d’extrême urgence et requiert une montée en puissance immédiate de la MISMA. Il importe ainsi, a-t-il estimé, que la MISMA puisse déployer à brève échéance toutes ses capacités aussi bien en termes d’effectifs que d’équipements pour s’affirmer sur le terrain devant les groupes armés terroristes.

    Le Bénin, qui réaffirme que le démarrage de cette campagne militaire est entièrement couvert par la résolution 2085 (2012), encourage la France à maintenir sa présence active sur le terrain et à maintenir une posture offensive qui empêche les groupes terroristes de reprendre leurs assauts, a assuré le représentant.

    M. USMAN SARKI (Nigéria) a mis l’accent sur le communiqué final du Sommet extraordinaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), le 19 janvier dernier à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Le représentant a indiqué que son pays avait déployé rapidement 1 200 troupes pour servir au sein de la MISMA, en précisant que c’est le général de division Shehu Usman Abdulkadir, du Nigéria, qui dirigera la Force de la Mission.

    Les actions entreprises par le Nigéria sont, a-t-il précisé, conformes à la décision du Conseil de sécurité du 10 janvier dernier et à sa résolution 2085 (2012) appelant au déploiement rapide de la MISMA et à un appui international au Mali. Elles sont également conformes, a-t-il ajouté, à la Charte des Nations Unies et aux principes du droit international.

    Le Sahel et des pays comme le Mali ont été trop longtemps ignorés ou négligés par la communauté internationale, a estimé M. Sarki, en appelant à une assistance humanitaire rapide et suffisante à la région. À moyen et long termes, des initiatives structurées de consolidation de la paix, le renforcement de la réforme du secteur de la sécurité et des capacités institutionnelles, y compris la bonne gouvernance, le renforcement des institutions démocratiques, les droits de l’homme et l’autonomisation des jeunes, sont indispensables dans l’ensemble de la région.

    Le délégué du Nigéria a ainsi considéré que l’usage de la force, s’il s’avère nécessaire pour affronter la menace terroriste immédiate et à l’instabilité au Mali et à la région tout entière, ne peut constituer une stratégie ou une solution à long terme. La communauté internationale doit faire plus que cela, a-t-il déclaré, en mettant l’accent sur la nécessité de promouvoir le développement économique et d’accroître l’aide au développement devant permettre aux gouvernements de la région de s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité et des conflits.

    M. THOMAS MAYR-HARTING, Chef de la délégation de l’Union européenne, a salué la réponse rapide de la France, soutenue par d’autres États membres de l’Union européenne, à la demande d’assistance militaire contre les groupes terroristes et criminels exprimée par le Président du Mali. L’Union européenne soutient le déploiement rapide de la MISMA, conformément à la résolution 2085 (2012) et réaffirme son engagement à fournir rapidement une aide financière à cette Mission, en particulier à travers la mobilisation de la facilité africaine de paix. Il a assuré que les préparatifs en vue d’un appui financier et logistique, en étroite relation avec l’Union africaine et la CEDEAO, étaient en cours et que l’Union européenne participera à la Conférence des donateurs, prévue le 29 janvier à Addis-Abeba. Il a salué l’importance de la dernière lettre du Secrétaire général concernant les différents moyens de fournir un soutien logistique à l’appui de la MISMA, en espérant que le Conseil de sécurité pourra se prononcer rapidement sur l’autorisation d’un dispositif solide sur le financement de la Mission.

    En réponse à la demande du Mali et, en conformité avec la résolution 2085 (2012), l’Union européenne a décidé de déployer une mission de formation militaire (EUTM-Mali) aux Forces armées maliennes. Il a précisé que le commandement de cette mission de formation avait été confié au général François Lecointre et qu’une première équipe technique, qui arrivera à Bamako dans les prochains jours, commencera son travail en février. M. Mayr-Harting a souligné que des progrès politiques sont cruciaux pour assurer la stabilité du Mali à long terme, avant d’appeler les autorités maliennes à adopter et mettre en œuvre le plus rapidement possible une feuille de route visant à rétablir la démocratie et l’ordre constitutionnel. Il a appelé à un dialogue national inclusif ouvert aux populations du nord et à tous les groupes rejetant le terrorisme et reconnaissant l’intégrité territoriale du pays. L’armée, a-t-il également insisté, devrait être réformée et soumise au pouvoir civil. Dès que les conditions seront réunies, l’Union européenne sera déterminée à reprendre graduellement sa coopération pour le développement et à débourser rapidement les fonds prévus, a-t-il assuré. Avant de conclure, M. Mayr-Harting a mis l’accent sur la nécessité d’établir une coordination efficace entre acteurs humanitaires sous les auspices de l’ONU et appelé toutes les parties concernées à accorder un accès humanitaire sans entrave aux populations dans le besoin, tout en garantissant la sécurité des travailleurs humanitaires.

    À l’intention des organes d’information • Document non officiel


    0 0
  • 01/23/13--01:13: Mali: Mali: War By Default
  • Source: Institute for Security Studies
    Country: France, Mali

    David Zounmenou, Senior Researcher, Conflict Prevention and Risk Analysis Division, ISS Pretoria Office

    In an apparent attempt to replicate their successes of last year, Islamist rebels in northern Mali launched fresh attacks on government positions in early January. These attacks resulted in another Malian army’s defeat and the fall of the city of Konna, situated 650km from Bamako. Other cities were targeted, but the downfall of Bamako would be the biggest blow to the country and the region. Like Charles Taylor’s onslaught on Monrovia in the early 1990s, the latest victory of the Islamist groups has sent a shock wave through the country and once again brought to the fore the imminent threat of violence and jihadism spreading across Mali and beyond. Their victory has also prompted a France-led military intervention. What prompted the renewed attacks by the jihadists, and what can be said about the French-led military intervention? While it is impossible to provide all the answers at the moment, a few indicators could shed some light on the situation.

    The Islamist attacks come against the backdrop of a perceived lack of progress in the negotiation process. Ansar Dine, one of the militant groups, renounced its previous undertaking to end hostilities and break away from terrorist organisations. It claimed that the government of Mali was not prepared to heed its demands, namely the enforcement of Shari’a in the region under its control, and greater autonomy.

    In addition to the persistent political incoherence in Bamako, two important factors should be considered in the recent flare-up of violence in Mali.

    Firstly, the rebels wanted to take advantage of the procrastination of the international community as far as military deployment is concerned. Though the United Nations (UN) passed Resolution 2085 authorising the deployment of an African-led International Support Mission in Mali (AFISMA), it was held up by technicalities. Training has to be provided to the Malian army, which is supposed to be at the forefront of the engagement, logistical considerations must be worked out and financial responsibilities have to be clarified. While ECOWAS has earmarked 3 300 troops for deployment, there was speculation that the operation could see the light of the day only by September 2013. Are the UN and its partners trying to buy time while hoping that the negotiations will make war irrelevant? This seemed to be the thinking in many quarters. It goes without saying that all of these delays have given the impression that external partners are reluctant to engage in yet another military operation with an uncertain outcome.

    Secondly, the Islamist groups intended to put pressure on the government to force it to negotiate on their terms. Another aim was to raise their bargaining power and relevance within the emerging dynamics of the situation on the ground by increasing their hold on the territories under their control. For some time now, the process has stalled in spite of many public declarations by all parties involved. Contentious issues remain the secularity of the state and the degree of autonomy to be granted to the northern region. While the authorities in Bamako accept the principle of negotiation, the desire to address the humiliation of past defeats did not subside; nor did the need to preserve the territorial integrity of the country. Bamako considers all four groups (AQIM, Ansar Dine, MUJAO and MNLA) to be enemies, responsible for the effective partition of the country.

    Undoubtedly, France’s military reaction to the Islamist progression southward was timely. It is evident that, in spite of the efforts made and materiel acquired recently, the Malian army has not yet recovered its full operational capacity. In calling on France for help, interim President Dioncounda Traore clearly appreciated the imminent threat to his country and the region. Dioncounda’s call coincided with a similar one from the current Chair of the African Union (AU), Benin’s President Boni Yayi, to have NATO troops deployed, though it is not clear whether he was aware of the implications given the recent history of NATO’s involvement in Libya. The wounds are still fresh as observers continue to highlight NATO’s responsibility in the deterioration of the security situation in the region. In the same vein, the African Standby Force only exists in name, even though the AU has taken bold steps (AMISOM in Somalia) to respond to security challenges in recent years.

    The ensuing dynamics of this intervention are myriad. Mali finds itself at war by default. Togo, Benin, Senegal, Niger and Nigeria have committed combatting troops while Ghana offers 150 military technical advisers. The United States (US), United Kingdom and other European Union (EU) countries have pledged support to France’s intervention. Mali can also rely on the regional solidarity of Algeria, Libya, Tunisia and Mauritania. Yet a number of vital issues still need to be addressed, including the timeframe, coordination among various units, logistics and financing. Meanwhile, the military actions put the negotiation process on hold and will speed up the deployment process. This is likely to be the outcome of a number of meetings taking place this week in New York, Brussels, Addis Ababa and Abidjan. Nigerian President Jonathan Goodluck has already ordered the immediate deployment of 900 troops, while ECOWAS appointed Shehu Ousman Abdelkader as the commander of the regional force. Chad has also committed 2 000 troops to Mali.

    The French air force continues to hunt down the armed groups, destroying their bases and training camps. Many months without any government authority in the northern region facilitated arms trafficking that beefed up the already sophisticated military arsenal of the rebel groups. It is also possible that the capacity of the groups has been exaggerated. But a quick and clean victory should not be expected and unconditional loyalty by Mali’s allies might dwindle along the way. Fear of retaliation by the jihadists could also force some countries to keep a low profile. Serious humanitarian backlashes are to be expected and likely to worsen the situation for the civilians trapped in the crossfire. Importantly, the main challenge will be to keep control of those areas eventually liberated from the control of the Islamist groups. The National Movement for the Liberation of Azawad (MNLA), defeated and expelled from the region, is already warning against such a move.

    This is certainly one of the less controversial French military involvements in Africa, mainly after the fin de non-recevoir to Central African Republic President François Bozizé, based on the fact that France has acted in line with international expectations and in reaction to an explicit call from Mali’s interim president. Nonetheless, a long-term key question is, what should be done with Africa’s national armies? Since the end of the Cold War, few of them can withstand challenges from non-state armed groups. Initiatives such as the African Crisis Response Initiatives (ACRI), RECAMP and many others sponsored by the US and France to improve the domestic capacity of African states have not yielded convincing results. Is it not time to rethink both national and regional defence strategies? And what about giving serious attention to sincere and effective security sector reform?

    France has once again been propelled by circumstances into a sensitive field that ignites passionate debates on its relations with the continent. Given domestic challenges, the risks for President Francois Hollande are as great as the possible benefits derived from denying Jihadists a sanctuary that could become a threat to all. Anyone could become a target and years of efforts in consolidating regional and global peace could be put to waste, with devastating consequences for humanity.


    0 0

    Source: Institute for Security Studies
    Country: France, Mali

    Comme s’ils voulaient reproduire les exploits de l’an dernier au moment de la conquête des régions du Nord, les groupes islamistes ont lancé de nouvelles offensives sur les positions du gouvernement malien au début du mois de janvier. Ces attaques se sont soldées par une autre défaite de l’armée malienne et par la prise de la ville de Konna, située à 650km de Bamako. D’autres villes étaient visées alors que la chute de Bamako aurait eu des conséquences désastreuses pour le pays et pour la région. Tout comme les violentes attaques de Charles Taylor sur Monrovia aux débuts des années 1990, la dernière offensive des islamistes a secoué le pays tout en montrant l’ampleur de la menace djihadiste au Mali et probablement ailleurs. Ceci a déclenché l’intervention de la France visant à porter un coup d’arrêt à l’avancée des islamistes. Plusieurs questions se posent quant aux motivations des attaques des djihadistes. Et que dire de l’intervention militaire déclenchée par la France, l’Opération Serval? S’il n’est pas possible de répondre en ce moment à toutes ces questions, il existe néanmoins quelques pistes d’analyse qui jettent un éclairage sur la situation.

    L’offensive des Islamistes est intervenue au moment ou le processus de négociation semble au point mort. Ansar Dine, l’un des groups Islamistes a soudainement renoncé à ses engagements précédents de mettre fin aux hostilités contre le gouvernement Malien et de prendre ses distances vis-à-vis des groupes terroristes. Le mouvement Islamiste a estimé que le gouvernement n’est pas sincère sur ses revendications – l’imposition de la charia dans les régions sous son contrôle et une plus grande autonomie. En plus de la persistante incohérence politique à Bamako, il convient de prendre en considération deux importants facteurs dans l’escalade de la violence au Mali.

    D’abord, les rebelles voulaient certainement profiter des tergiversations de la communauté internationale quant au plan de déploiement militaire. S’il est vrai que les Nations Unies ont adopté la résolution 2085 autorisant la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA), beaucoup de détails restent encore à régler. En effet, l’entrainement des troupes maliennes supposées être en première ligne du combat contre les Islamistes, les questions logistiques et la répartition des responsabilités financières de l’opération devraient être résolus. Même si la CEDEAO se disait disposée à déployer 3300 soldats, certains estimaient que ce déploiement n’aurait lieu qu’en septembre 2013. L’ONU et ses partenaires cherchaient-ils à gagner du temps avec le secret espoir que les négociations aboutissent, ce qui aurait rendu le plan d’intervention militaire obsolète? Tout porte à croire que c’est l’option privilégiée par la plupart des partenaires extérieurs qui redoutent les conséquences incertaines d’une nouvelle opération militaire.

    Ensuite, les groupes islamistes chercheraient à accentuer la pression sur le gouvernement dans le but de l’obliger à négocier selon leurs termes, une perspective qui consolide leur influence et leur position de force. Dans cette optique, conquérir plus de territoires servirait à coup sûr cet objectif. En fait, depuis un certain temps, le processus de négociation n’évoluait plus comme souhaité malgré les déclarations publiques des parties concernées. Le désaccord persistait encore sur l’intégrité territoriale et la laïcité de l’état. Alors que les autorités de Bamako ont accepté le principe de négociation, l’impératif de se laver de l’humiliation infligée par les défaites subies en même temps que la nécessité de préserver l’intégrité territoriale du Mali n’ont jamais été perdus de vue. Sans le dire publiquement, Bamako a toujours considéré qu’il doit affronter quatre ennemis y compris le MUJAO, ANSAR DINE, AQMI et le MNLA, responsables de la partition du pays.

    L’intervention militaire de la France pour arrêter la progression des Islamistes vers le Sud est sans doute venue à point nommé. Il est évident que, malgré les efforts déployés et le matériel acquis ces derniers temps, l’armée malienne est loin d’avoir retrouvé toute sa capacité opérationnelle. En lançant un appel à l’aide de la France, le Président par Intérim Dioncounda Traoré a pris la juste mesure de la menace qui planait sur son pays et sur la région. Il faut se rappeler aussi que son appel coïncide avec les déclarations du Président sortant de l’Union Africaine, le Président Béninois Boni Yayi qui réclamait quelques jours plus tôt le déploiement des troupes de l’OTAN. Il n’est pas certain qu’il soit conscient des implications de telles déclarations compte tenu des dernières opérations de l’OTAN en Libye. Les plaies ont du mal à se cicatriser tandis que plusieurs observateurs continuent d’indexer la responsabilité de l’OTAN dans la détérioration de la situation sécuritaire de la région. Aussi, les forces africaines en attentes n’existent que de nom même si l’UA a récemment pris des initiatives courageuses (AMISOM par exemple) pour répondre aux situations de crises.

    Les implications de l’intervention militaire conduite par la France sont nombreuses. Le Mali est entrée dans la guerre que mène la France par défaut. Tout à coup, le Togo, le Benin, le Sénégal, le Niger, le Nigeria déploieront des troupes tandis que le Ghana mettra à la disposition du Mali 150 techniciens et conseillers militaires. Les États-Unis, la Grande Bretagne et d’autres pays de l’Union Européenne ont manifesté leur soutien à l’engagement militaire de la France. Le Mali peut également compter sur la solidarité régionale des pays du champ comme l’Algérie, la Libye, la Tunisie, la Mauritanie entre autres. Pourtant, il reste un certain nombre de détails à régler notamment la durée des opérations, la coordination entre les différentes unités, les questions logistiques, le financement de l’opération. A n’en point douter, l’opération militaire met en veilleuse le processus de négociation et va certainement accélérer le déploiement de la force régionale. C’est probablement ce qui a découlé des réunions qui ont eu lieu cette à New York, Bruxelles, Addis Ababa et à Abidjan. Déjà le Président Nigérian a ordonné le déploiement immédiat de 900 soldats tandis que le General Shehu Ousmane Abdelkader assure le commandement des forces africaines

    L’aviation Française continue de bombarder les positions des groupes armés, mettant leurs bases arrière et camps d’entrainement hors d’état de nuire. Des combats au sol sont aussi engagés. Plusieurs mois sans l’autorité de l’état dans les régions du nord ont certainement facilité l’approvisionnement en armes par le canal des trafiquants. Ceci a renforcé l’arsenal militaire déjà sophistiqué des rebelles. Il se pourrait aussi que leur capacité réelle soit un peu exagérée. De toute façon, il ne faut pas s’attendre à une victoire rapide et sans écueils et le soutien inconditionnel au Mali peut s’effriter au fil du temps. La peur de subir des représailles peut également contraindre certains pays à faire profile bas. De sérieuses déconvenues humanitaires sont à craindre qui risquent de rendre encore plus précaire la situation des populations civiles, victimes des combats terrestres. Enfin, la plus grande difficulté se posera lorsqu’il sera question d’assurer le contrôle des régions éventuellement libérées du contrôle des djihadistes. Le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), défait et chassé des régions du nord mettait déjà en garde contre toute présence de l’armée nationale malienne sur son territoire.

    A l’évidence, c’est certainement l’une des interventions militaires françaises les moins contestées surtout suite à la fin de non recevoir opposée à la demande du Président Centrafricain François Bozizé. Au Mali, la France semble avoir agi conformément aux plans de la communauté internationale et sur l’invitation explicite du président Malien. Nonobstant cela, une interrogation s’impose à moyen et à long-terme. Que faire des armées nationales africaines? Depuis la fin de la Guerre Froide, très peu d’entre elles disposent des capacités réelles face aux assauts des groupes armés non-étatiques. Des initiatives comme le programme américain de maintien de la paix en Afrique (ACRI) et ReCAMP (Renforcement des capacités africaines au maintien de la paix) n’ont pas produit des resultats convaincants. N’est-il pas temps de redéfinir des stratégies nationales et régionales de défense? Et pourquoi ne pas donner une plus grande attention à une reforme sincère et efficace du secteur de la défense et de la sécurité?

    Une fois encore, la France aura été entrainée par les circonstances sur un terrain sensible, objet de débats passionnés dans ses relations avec l’Afrique. Avec les défis intérieurs auxquels il fait face, les risques pour le Président François Hollande sont aussi énormes que l’opportunité qui se présente d’empêcher les djihadistes d’ériger un sanctuaire au Mali qui pourrait devenir une constante menace pour le monde entier.


    0 0

    Source: Government of the Republic of Mali, Protection Cluster
    Country: Mali

    8-14 Janvier 2013 Les informations suivantes ont été recueillies auprès de différentes sources dans les régions affectées par les mouvements connus de populations suite à l’avancée des forces extrémistes vers le sud du pays et le déclenchement du conflit armé le 09 janvier 2013 à Konna dans la région de Mopti.

    Il est important de noter que les chiffres présentés ci-dessous reflètent uniquement des estimations ou des tendances de déplacement interne rapportés par différents acteurs au cours des derniers jours ainsi que par différents partenaires de la Commission Mouvement de Populations présents dans les régions. Ces données seront actualisées en fonction de l’évolution de la situation.

    • Bamako : Le 12 janvier, 66 ménages soit 142 personnes déplacées internes sont arrivés sur Bamako au soir. Le 13 janvier, 97 ménages sont arrivés sur Bamako soit 299 personnes. Les autorités locales rapportent également qu’entre jeudi et samedi soir des ménages sont aussi arrivés dans les différentes communes de Bamako. 107 personnes, c'est-à-dire une vingtaine de ménages, sont arrivées sur la Commune VI et environ 100 personnes sont arrivées sur la commune I, c'est-à-dire environ 15 ménages. Au total, il est estimé que 198 ménages, représentant 648 personnes sont arrivés à Bamako au cours de la semaine dernière.

    • Ségou : Dans la journée du samedi 12 janvier, environ 13 familles de personnes déplacées, soit 85 personnes, sont arrivées sur Ségou en bus. Ces familles arrivaient du Nord, sans qu’il ne soit possible de déterminer de quelles villes exactement. Dans la journée du dimanche 13 janvier, 85 ménages soit 275 individus (137 hommes et 138 femmes) sont arrivés sur la ville de Ségou en provenance du Nord. On recense parmi eux 144 mineurs, dont 47 enfants de moins de 5 ans. Au total, il est estimé que 98 ménages représentant 360 personnes sont nouvellement arrivés à Ségou depuis le déclenchement de l’intervention armée.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Côte d'Ivoire, Mali, Mauritania, Niger (the), Senegal
    preview



    0 0

    Source: Handicap International
    Country: Mali

    The military operation currently being carried out by the Malian and French armed forces to retake control of northern Mali has led to a number of rapid changes in the humanitarian situation. Civilians need to be protected from the fighting and the weapons that have flooded into the country. Humanitarian organisations must have access to displaced people without further delay.

    Civilians exposed to weapons and explosive remnants of war

    Over the last twelve months and since the start of the conflict, which has seen Mali cut in two, the country has been flooded with weapons. These pose an imminent threat to civilians, who are frequently victims of stray bullets as well as landmines and other explosive devices left behind by combatants. Faced with this emergency, Handicap International decided to resume its risk education activities for civilians on 16th January.

    According to Marc Vaernewyck, Handicap International’s Programme Director in Mali: “We need to act now before people currently displaced in the interior of Mali return to their homes and find themselves confronted, on their homeward journey, with dangerous weapons and explosive devices. We have mobilised all of our teams, who are aware of the urgent need to resume our risk education activities which had been running since April last year.”

    According to Sylvie Bouko, Handicap International’s specialist in reducing armed violence, the nature of the conflict in Mali poses a particular threat to the population: “A lot of weapons have entered the country, particularly because they were available locally after the Libyan revolution. The groups of fighters who use them have stashed some of the weapons away, sometimes simply in earthenware jars or in rivers, and they often just dump them on the move. The current fighting will probably make this situation worse and we’re afraid of seeing a significant increase in the number of wounded civilians coming across these weapons over the coming weeks and months.”

    As well as small arms, landmines and explosive remnants of war also pose a major threat to civilians. Since the conflict in Mali began in early 2012, more than 50 civilians have been injured by landmines or explosive remnants of war (such as grenades and unexploded shells), including 31 children.

    “We have been performing prevention actions since October. We are training people to pass on our safety messages to their communities. The basic rule is 'Don’t touch suspicious objects, keep your distance, mark the potentially dangerous area, and give the alert'. We teach them to spot and alert us to the presence of dangerous devices. It’s vital to secure the areas where people are going to return and set up their homes, and to prepare for mine clearance operations which we’re hoping to start as soon as possible.”

    Assessing needs and providing support to the population

    It is currently difficult to know exactly how the fighting currently raging in northern Mali is impacting on the population. This is why Handicap International is setting up operations to assess the needs of displaced people living around the city of Mopti. According to Grégory Doucet, West Africa Desk Officer: “These assessments are really important because they’ll help us give an appropriate response. We will distribute humanitarian aid according to people’s needs and do our best to ensure that the most vulnerable people receive adequate protection.”

    The resumption of our operations, suspended between 9th and 15th January, should allow us to provide support to displaced people, but for Grégory Doucet, this does not go far enough: “What really worries us is the situation facing people who will not be among the displaced population who have taken shelter around Mopti - people who have stayed in the north, around Timbuktu in particular, because they were too weak to take to the road. It is still too dangerous for us to resume our humanitarian operations in these areas, and the situation facing these most vulnerable people is very worrying.”

    Nearly 230,000 displaced people

    Nearly 230,000 people are currently displaced inside Mali. They have fled their homes in search of safety and now find themselves without any means of earning a livelihood. They will depend entirely on humanitarian aid until they are able to return to home.

    If the fighting continues it may lead to further population displacements to neighbouring countries such as Burkina Faso and Niger. Handicap International, which is already present in both of these countries, is already preparing for this eventuality in order to respond as quickly as possible to any future crisis.


    0 0

    Source: MSF
    Country: Mali

    Dans le centre du Mali, plus précisément dans la localité de Konna, d’intenses combats ont eu lieu au cours de la semaine dernière. Depuis plusieurs mois, des équipes MSF travaillent de part et d’autre de cette zone de contact entre Nord et Sud, respectivement à Douentza et à Mopti. Ibrahim Ahmed, en charge de ces deux projets médicaux, détaille ici les contraintes auxquelles sont confrontées les équipes MSF et fait le point sur la situation dans cette zone charnière.

    Quelle est la situation à Mopti ?

    Lorsque nous sommes arrivés, il y a une semaine, les populations quittaient la ville devant l’avancée des combats. Nous savions tous que la guerre se déroulait à Konna, dans une petite ville à 70 km de Mopti. Donc les populations partaient chez des proches, dans leurs familles ou chez des amis. Mopti était presque vide, les magasins étaient fermés et on voyait peu de gens marcher dans les rues. Ceux qui sont restés sur place n’avaient sans doute pas les moyens de partir, ce sont en quelque sorte les personnes les plus vulnérables. MSF a donc continué d’assurer une présence dans la ville, en soutenant deux unités d’hospitalisation pour les enfants malnutris et un centre de traitement en ambulatoire.

    En arrivant à Mopti, notre idée initiale était de rejoindre le reste des équipes médicales qui travaillent dans l’hôpital de Douentza, une ville encore plus au Nord que Konna. Mais les combats étaient intenses, et nous n’avons pas pu prendre la route.

    Comment va l’équipe de MSF basée à Douentza ?

    Ils se sentent un peu isolés mais ils vont bien. Nous avons des contacts réguliers. Depuis le début des bombardements, ils ont vécu reclus dans l’hôpital, pour éviter de se déplacer. Il s’agissait d’assurer leur propre sécurité, mais aussi de pouvoir faire face aux urgences médicales. Les équipes ont dispensé environ 600 consultations au cours de la semaine dernière - près de 200 patients avaient moins de cinq ans.

    La fréquentation de l’hôpital et du centre de santé que nous soutenons a baissé, ce qui laisse supposer que les habitants de la ville ne sortent pas de chez eux, donc nous sommes inquiets pour leur état de santé. De manière assez surprenante, nous n’avons pas reçu de blessés. Peu d’informations transparaissent, la situation dans la région de Konna est assez opaque. C’est rare, dans un conflit d’être réellement positionné de part et d’autre d’une zone de combats, au plus près. C’est pourtant notre cas aujourd’hui ! Depuis hier, lundi, nous savons que les armées malienne et française sont arrivées à Douentza. Nous attendons donc d’avoir l’accès pour pouvoir rejoindre nos collègues.

    Qu’en est-il de l’accès à Konna ?

    Nous savons qu’il s’agit d’une localité où les besoins médicaux et humanitaires risquent d’être potentiellement importants puisque des combats au sol et dans les airs ont eu lieu. Mais jusqu’à maintenant, et malgré nos demandes répétées, l’accès à cette zone nous est toujours interdit. Donc il est difficile de savoir ce qui s’y passe. Tout le monde, organisations de secours et médias, est resté bloqué à Sévaré, une ville attenante à Mopti. Nous avons fait venir la semaine dernière deux camions chargés de matériel médical et de médicaments. Donc nous avons des médicaments sur place, nous pouvons organiser rapidement des cliniques mobiles, et nous avons le matériel médical suffisant pour stabiliser les blessés potentiels et les référer à Mopti si besoin. Notre chirurgien, toujours à Bamako, n’attend plus que notre feu vert. Mais plus le temps passe, plus la situation s’enlise, et moins nous savons ce que nous trouverons sur place. Le pire serait sans doute d’arriver trop tard. Dans cette région, nos principales priorités restent depuis plusieurs jours les mêmes : renforcer l’équipe de Mopti et pouvoir accéder à Konna.


    0 0

    Source: ICT for Peace Foundation
    Country: Mali

    The ICT4Peace Foundation carefully curates a collection of unique and widely acclaimed wikis geared towards the humanitarian aid community as well as media and policy makers. They feature vital information from government, the UN system in the disaster / crisis stricken area, other NGOs, the World Bank, comprehensive situation reports, mapping information and GIS data, photos, video, who/what/where information and links to domestic and international media coverage.

    Each CiM wiki usually features, inter alia,

    • Background information, including any UN operations
    • Key UN contacts
    • Key situation reports, including from UN OCHA
    • A plethora of carefully curated Twitter feeds and other social media updates in English
    • Videos, photos and podcasts
    • Mainstream media news updates, including streams and content from Al Jazeera, New York Times, BBC, France24 and CNN.
    • Discoverable and free GIS / mapping resources
    • Google Maps mashups
    • Ways to help IDPs and refugees

    The latest wiki is on the on-going crisis in Mali. Access it here.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Mauritania

    DAKAR, 23 janvier 2013 (IRIN) - Les conditions pluviométriques ont été relativement bonnes dans presque toutes les régions de la Mauritanie en 2012. Les agriculteurs caressent donc l'espoir d'une bonne récolte. Ils ne peuvent cependant produire qu'une quantité maximale équivalante à cinq mois de besoins en céréales, même lors d'une bonne année, et la production de la plupart des petits agriculteurs est beaucoup plus modeste. Par ailleurs, nombre d'entre eux commencent l'année 2013 avec les dettes qu'ils ont accumulées après plusieurs décennies de crises cycliques.

    On estime qu'un tiers de la population de la Mauritanie 700 000 personnes - a souffert de la faim en 2012 (certaines études avancent un chiffre encore plus élevé et estiment qu'ils étaient près d'un million). En outre, 12 pour cent des enfants examinés souffraient de malnutrition sévère. Si la situation était bien pire l'an dernier que lors des années précédentes, la crise n'a cependant surpris personne. « Nous sommes confrontés à des crises chaque année en Mauritanie », a dit Sidi Mohamed, directeur adjoint du Commissariat à la sécurité alimentaire (CSA).

    « Même s'ils obtiennent une récolte convenable, les oiseaux et les insectes en mangeront une partie. Et les réserves ne permettront jamais de nourrir tout le monde jusqu'à la prochaine récolte », a dit Sandrine Flament, directrice d'Action Contre la Faim (ACF-Espagne) dans la capitale, Nouakchott. « Dans la plupart des cas, on ne peut même pas parler de réserves, car les habitants n'en ont pas vraiment », a-t-elle ajouté. Les Mauritaniens importent 70 pour cent des céréales qu'ils consomment chaque année.

    En 2013, toutes les familles vulnérables ressentiront les effets de la crise de 2012, a-t-elle dit.

    Le problème de l'endettement

    « Le gros problème ici, c'est l'endettement », a dit Oumar Kane, responsable de programmes pour l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). La FAO aide les agriculteurs à reconstituer leurs réserves en distribuant des semences et des outils aux familles vulnérables.

    Ishmut Harabass, un habitant du village de Thirouth, situé à 12 kilomètres de Kaédi, dans la région méridionale du Gorgol, a dit à IRIN que les villageois avaient, l'an dernier, perdu 70 pour cent de leurs ânes, un tiers de leurs moutons et chèvres et un quart de leurs vaches. « On ne pouvait pas acheter de quoi les nourrir. Nous avons vendu certaines bêtes et acheté de quoi nourrir les autres, mais ce n'était pas suffisant », a-t-il dit à IRIN.

    « Nous sommes prêts à aller n'importe où pour emprunter de l'argent ou obtenir ce dont nous avons besoin [semences, fourrage, vivres] à crédit », a-t-il dit à IRIN. Les prêts obtenus par les habitants sont assortis de taux d'intérêt allant jusqu'à 200 pour cent.

    Lorsque les journalistes d'IRIN ont discuté avec M. Harabass, en décembre, les habitants n'avaient pas encore récolté. Ils attendaient que les eaux de la rivière se retirent afin de pouvoir semer dans les zones inondables. Malgré cela, la situation est meilleure cette année que l'an passé. « L'an dernier, nous n'avons rien semé du tout. »

    Les villageois ressentent encore les effets de la crise de l'an dernier. M. Harabass a montré ses mains calleuses à IRIN. « Nous travaillons dur, mais nos estomacs sont toujours vides. »

    Ils ont vendu les bêtes qui leur restaient l'an dernier pour pouvoir acheter de quoi manger, et ont survécu grâce à l'aide fournie par les organisations humanitaires.

    Lorsque les journalistes d'IRIN lui ont demandé ce dont les villageois avaient le plus besoin selon lui, M. Harabass a égrené une longue liste de priorités : « Nous avons besoin d'une pompe, de vivres, de semences, d'engrais, de vaccins pour les animaux. »

    Épuisement des réserves de céréales

    Depuis plusieurs années, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies aide les villageois du sud de la Mauritanie à mettre sur pied des banques céréalières en travaillant en collaboration avec 428 comités de gestion locaux. Toutefois, selon Marième Sakho, directrice du bureau de Kaédi, le système connaît souvent des ratés parce que les habitants sont trop endettés et qu'ils n'ont rien à entreposer dans les banques de céréales.

    Ishmut Harabass, qui siège au comité de gestion de la banque céréalière de Thirouth, a dit que les réserves du village étaient épuisées.

    Selon M. Kane, de la FAO, l'agence nationale de crédit a tenté, il y a plusieurs années, de mettre un terme à ce qu'elle considérait comme une culture de l'endettement. Elle a mis sur pied l'Union nationale des coopératives agricoles de crédit et d'épargne de Mauritanie (UNCACEM) pour essayer de contrôler la situation.

    Par la suite, de nombreuses coopératives d'agriculteurs n'ont pas pu obtenir de prêt parce que leur dossier de crédit était peu reluisant. Elles ont dû réduire la taille de leurs champs et vendre leurs animaux, a dit à IRIN M. Kane, qui travaillait à l'époque pour la Société nationale pour le développement rural (SONADER).

    Au lieu de contrôler la dette, cette mesure n'a fait que la privatiser, a dit un critique. Les agriculteurs se sont en effet endettés auprès de négociants privés et en payant à crédit les commerçants locaux.

    Par ailleurs, les délais d'amortissement imposés par l'UNCACEM sont courts. Les agriculteurs qui empruntent auprès de l'institution publique doivent donc rembourser leur dette au moment de la récolte, alors que les prix sont encore bas.

    « Nous [la FAO] leur conseillons de ne pas emprunter - et de vendre une chèvre à la place. Mais personne ne veut vendre ses bêtes - [les habitants] préfèrent s'endetter. Les animaux sont leur police d'assurance », a-t-il dit.

    L'UNCACEM applique un taux d'intérêt de 10 à 12 pour cent sur les prêts et 67 pour cent de ses clients parviennent à les rembourser, a dit Bocan Mbody, qui dirige le bureau de l'UNCACEM à Rosso, près de la frontière sénégalaise. Par le passé, moins de la moitié des emprunteurs réussissaient à rembourser leur prêt.

    Le gouvernement mauritanien examine actuellement la possibilité d'instituer un fonds d'assurance pour les petits agriculteurs. Toutefois, même s'il décide d'aller de l'avant, le fonds ne sera pas créé avant plusieurs années.

    Dans ce contexte, les agriculteurs n'ont que très peu d'options. « Tout ce qu'on peut faire pour faire face à cette situation difficile, c'est produire plus », a dit M. Mbody. Selon lui, les CRD devraient investir de manière plus stratégique dans le développement du secteur agricole.

    Où va l'argent ?

    M. Harabass est l'un des rares hommes qui vivent encore à Thirouth. La plupart des hommes du village sont en effet partis chercher du travail en ville. « Certains ne donnent plus jamais de nouvelles, tandis que d'autres envoient 5 000 ouguiyas (16 dollars) tous les deux mois environ », a dit Khadia Maissia, une mère de cinq enfants qui est également membre de la coopérative maraîchère du village.

    ACF-Espagne a donné aux familles vulnérables du village 48 dollars par mois pendant cinq mois, puis 30 dollars par mois pendant les trois mois suivants. « Tout l'argent a été utilisé pour acheter de la nourriture », a dit Mme Maissia à IRIN.

    Tout près, à Seyeen Gababé, un village situé à 18 kilomètres de Kaédi, Demba Malal Bah, l'un des anciens du village, a dit à IRIN que les habitants n'avaient aucune réserve de nourriture. « Nous n'avons rien du tout. Nous vivons au jour le jour. » Les habitants ont survécu à la crise en se rendant au Mali ou au Sénégal pour y trouver du travail et en empruntant de l'argent.

    Les boutiques de la région font crédit aux habitants pendant plusieurs mois et leur permettent ensuite de rembourser leur dette en plusieurs versements. « Certaines personnes sont si endettées qu'elles ne peuvent plus acheter nulle part », a dit M. Bah. Nombreux sont ceux qui meurent endettés, a ajouté son fils. Dans la plupart des cas, leurs descendants héritent de leurs dettes, mais certains commerçants locaux se montrent plus indulgents. « Il y a une culture de solidarité ici en Mauritanie - c'est ce qui nous garde en vie », a dit M. Bah.

    Plusieurs familles ont perdu leurs animaux en 2012, et la plupart n'ont rien cultivé. En décembre, les villageois de Seyeen Gababé attendaient eux aussi que les eaux de la rivière se retirent pour semer.

    Lacunes de l'aide

    Les habitants du village de Seyeen Gababé n'ont pas reçu l'aide (clôtures pour protéger les jardins, transferts en espèces, semences et outils) que les résidents de nombreux autres villages ont obtenue. Les légumes qu'ils ont plantés sont donc mangés par les animaux et les insectes. « Nous avons essayé de couper des arbres pour bâtir des clôtures, mais les gardes forestiers nous en ont empêchés. »

    M. Bah désigne un troupeau de bovins composé d'une douzaine de bêtes, les seuls animaux qui restent dans le village. « Les pâturages sont maintenant abondants, mais les animaux sont malades, ils se meurent », a-t-il dit. « Même si la récolte est satisfaisante cette année, nous ne nous en sortirons pas sans aide. »

    Les résidents doivent surveiller leur potager 24 heures sur 24 pour s'assurer que les animaux ne mangent pas les quelques légumes qu'ils ont réussi à faire pousser.

    D'après M. Kane, de la FAO, ce sont les comités régionaux de développement (CRD) qui décident quels villages bénéficieront de l'aide de la FAO et l'organisation ne peut rien faire pour s'assurer que certains villages sont inclus dans la liste. La FAO gère des projets dans les régions du Tagant, d'Assaba, du Hodh El Gharbi et du Guidimakha pour aider les populations locales à reconstituer leurs réserves, a dit M. Kane.

    M. Bah s'est rendu à Kaédi pour demander au CRD d'inclure son village dans la liste des bénéficiaires de l'aide, mais il ne s'est rien passé pour l'instant, a-t-il dit. Le délégué du CRD à Kaédi n'a pas voulu répondre aux questions d'IRIN.

    D'après Diagana Dieydi, un consultant en élevage qui a évalué les mesures adoptées par le gouvernement pour aider les éleveurs de bétail à faire face à la crise en 2012, la réponse était 10 fois plus importante que celle des années passées, mais elle est restée plutôt centralisée. Il était dès lors difficile pour les éleveurs de certaines régions rurales d'obtenir leur inscription sur la liste. « Les listes ne sont pas toujours bien faites », a-t-il dit à IRIN.

    Selon les auteurs de plusieurs analyses, et notamment l'auteur du rapport intitulé Échapper au cycle de la faim. Les chemins de la résilience au Sahel, il est possible d'accroître la résilience des habitants de ces villages en améliorant l'accès aux soins de santé ; en développant de meilleurs systèmes de surveillance, d'alerte précoce et de réponse ; en élaborant de véritables plans de contingence en cas de crise ; en augmentant les transferts en espèces ; en développant les services d'approvisionnement en eau et les soins de santé afin d'améliorer l'état nutritionnel des enfants ; en encourageant les familles à faire des réserves de vivres ; et en mettant sur pied des programmes de soins vétérinaires.

    Les travailleurs humanitaires estiment toutefois que ces mesures ne sont pertinentes qu'à long terme et qu'elles exigent l'implication des acteurs du développement. Les bailleurs de fonds d'urgence ont en effet des cycles de financement allant de six mois à un an.

    Peut-on parler de résilience ?

    ACF-Espagne a mis sur pied un programme quinquennal pour accroître la résilience de plusieurs villages des régions du Gorgol et du Guidimakha. Or selon Mme Flament, d'ACF, il est utopique de penser que l'on peut développer la résilience dans une région aussi affectée par les chocs à court terme. « Tout ce que je peux dire, c'est que nous avons contribué à éviter l'exode des hommes qui se produit chaque année dans ces villages. »

    Le projet d'ACF a eu un autre impact positif : en 2012, les niveaux de malnutrition étaient semblables à ceux des années précédentes alors qu'ils auraient dû être beaucoup plus élevés vu l'envergure de la crise. Comme l'indique Peter Gubbels, auteur du rapport Échapper au cycle de la faim : « On peut parler de résilience lorsque le taux de malnutrition demeure inchangé même lorsque survient une sécheresse. »

    Des villageois des régions du Gorgol et du Guidimakha ont dit à IRIN que les réseaux sociaux de nombreux villages avaient été brisés par le départ des hommes. Le village de Wompou, dans le Guidimakha, se vide généralement de ses hommes, mais les choses sont différentes cette année, a dit Yacine Mint Dew, soixante ans. Les habitants ont reçu 140 dollars tous les trimestres et obtenu de l'aide en matière d'alimentation, d'agriculture et de culture maraîchère.

    Les programmes menés dans la région « ont permis de renforcer la résilience aux chocs externes de certains ménages, mais ces derniers demeurent malgré tout fragiles », a dit Aart van Den Heide, un consultant de l'Union européenne (UE) en Mauritanie. « Il suffit qu'il y ait une année de sécheresse pour que les hommes abandonnent encore une fois leur village pour survivre », a-t-il dit.

    aj/mk/cb -gd/amz

    [FIN]


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Algeria, Mali, Niger (the)

    BAMAKO/DAKAR, 23 January 2013 (IRIN) - Many more northern Malians are likely to face severe food shortages in the coming days and weeks if markets remain blocked by border and road closures, and humanitarian access remains limited, warn food security agencies.

    The border with Algeria is officially closed as a result of the conflict that broke out on 11 January between Malian and French forces and Islamist groups that were occupying the north. As a result, the amount of food coming through has halved, according to the UN World Food Programme's (WFP) Vulnerability and Analysis Mapping Unit.

    Algeria supplies almost all markets in Kidal Region in northeastern Mali with rice, couscous, oil and milk - the staple diet of northern Malians. While some trucks can get through, traders are reluctant to travel because of strict border controls and fear of further aerial bombardment, says the WFP analysis.

    Mopti markets also supply northern regions with significant imported rice stocks and millet - availability of which has dropped by 40 percent in Kidal since January 2012. They also cost 120 percent more than the five-year average, according to WFP.

    "Should the situation last, food security is foreseen to worsen severely in the coming days," says WFP.

    Some Gao (central-northeastern Mali) and Kidal residents tried to flee across the Algerian border but were forced to return.

    Algerian trucks are currently in Kidal selling off their remaining food stocks.

    Kidal residents rely on weekly markets to buy and sell the bulk of their food, but these remain closed or have been severely disrupted. Many traders in Kidal and Gao regions closed their shops for fear of looting, say residents and aid agencies.

    Aid agencies are worried the blockages could aggravate already unusually high food insecurity levels in the north: of the 1.8 million people in the north, 585,000 are food insecure and more than 1.2 million are at risk of food insecurity, according to a WFP food security assessment.

    Local NGO Sol estimated families in Kidal have on average 10 days' worth of cereal supplies.

    Couscous and imported rice prices in Kidal are not yet up significantly, but millet - eaten by northerners and also the staple food of southern Malians - is 120 percent of the five-year average in the north.

    Difficult situation in Gao

    Disruption to the Mopti-Douentza-Gao corridor has also led to severely diminished cereal supplies in Gao markets, says Action Against Hunger (ACF) - Spain's head in the capital, Bamako, Franck Vannetelle.

    Gao residents are relying on cereal imports from Niger. "If the border with Niger closes then they will be completely cut off. It would be a disaster," Vannetelle warned.

    Most herders have fled into the bush with their animals, leaving very little meat available in the market, he said.

    And banks have shut down and most private money-lenders have stopped their activities, leading to a severe cash liquidity crisis in Gao, he said. Bombs destroyed a fuel depot in Gao town; residents fear fuel will soon run out, leaving them in darkness.

    The International Committee of the Red Cross (ICRC) will try to continue to supply fuel for water pumps across northern Mali's main towns, as it has done for many months now.

    These factors, plus the cutting of all phone lines over a week ago, have left residents feeling vulnerable.

    "For one week now, the phone network has been cut so no one can speak - we're cut off from the rest of the world, which frightens me," said Jafar Haïdara, a member of the regional youth council in Gao, through a satellite phone.

    "Gao is like a no-man's land," he said. "Everyone is on edge. We have no idea what will happen tomorrow."

    Following the 2011 drought and 2012 Islamist occupation, northern Malians were "already very vulnerable", said Vannetelle. The level of global acute malnutrition in Kidal Region was 13.5 percent as of October 2012, according to Doctors of the World (MDM) - double the rate in 2011.

    If food dwindles further in Gao, residents are likely to head to Kidal in search of more, which means stocks could dwindle very quickly, said WFP. Kidal traders are also predicted to head to the rice-producing Timbuktu region to procure local rice, says WFP.

    Food aid plans

    Food security agencies are keeping a close watch on markets - ACF urges daily monitoring. WFP is completing rapid assessments of the food security situation in Gao and Timbuktu.

    For ACF the priority is that those responsible do all they can to make sure the border with Niger remains open.

    The organization also urges tight coordination among food security agencies, and a big push from all to secure access to the north.

    WFP hopes to start deliveries in the north in the coming days - possibly by river - if access is confirmed, according to spokesperson Corinne Stephenson. The organization is also distributing food to displaced people in Bamako, Mopti and Ségou.

    ACF, which works in western Mali, in and around Bamako, and in Gao, is considering food distributions in the north.

    The WFP emergency operation for 2013 is only 6 percent funded, with a shortfall of US$128.6 million.

    aj/sd/cb


    0 0

    Source: Fédération Internationale des Ligues des Droits de I'Homme
    Country: Mali

    La FIDH est fortement préoccupée par la multiplication des exécutions sommaires et autres violations des droits humains commises par des soldats maliens, dans le contexte de la contre-offensive menée par les armées française et malienne contre les djihadistes, et appelle à la mise en place immédiate d’une commission d’enquête indépendante afin d’établir l’ampleur des faits et sanctionner les auteurs.

    La FIDH a pu établir qu’une série d’exécutions sommaires a été perpétrée par des éléments des forces armées maliennes, à partir du jeudi 10 janvier 2013, particulièrement à Sévaré, Mopti, Nioro et d’autres localités situées dans les zones d’affrontements. A Sévaré, au moins 11 personnes ont été exécutées dans le camp militaire, à proximité de la gare routière, et près de l’hôpital. Des informations crédibles font état d’une vingtaine d’autres cas d’exécutions dans la même localité où les corps auraient été enterrés en toute hâte notamment dans des puits. Dans la région de Nioro, deux maliens d’origine touareg ont été exécutés par des soldats maliens. D’autres allégations d’exécutions sommaires continuent de nous parvenir de l’ensemble des zones de l’ouest et du centre du pays.

    Par ailleurs, la FIDH fait état de l’enlèvement de l’imam Cheik Hama Alourou par des militaires maliens le 21 janvier au soir, à Gnimi Gnama, un village entre Bore et Douentza. A Bamako, une dizaine d’habitations de touaregs ont fait l’objet de perquisitions par l’armée malienne dans la semaine du 14 janvier, émaillées d’actes de pillages et d’intimidations.

    Les victimes de l’ensemble de ces exactions sont des personnes accusées d’être complices des djihadistes ou des infiltrés, des personnes en possession d’armes, des individus ne pouvant justifier de leur identité lors de contrôles de l’armée, ou ciblés simplement en raison de leur appartenance ethnique et communément appelés les « peaux claires ».

    « Cette série de graves exactions confirme nos craintes exprimées depuis plusieurs semaines. Ces actes de représailles alliés à la tension extrême entre les communautés constituent un cocktail explosif qui fait craindre le pire, notamment dans la perspective de la reconquête du Nord », a déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH.

    Si les autorités politiques et militaires maliennes et françaises ont appelé de façon répétée au respect du droit international humanitaire et des droits de l’Homme dans le cadre de la contre-offensive, notre organisation est préoccupée par l’absence d’enquêtes et d’informations publiques concernant ces violations, les difficultés d’accès aux zones dans lesquelles les exactions se sont déroulées et l’absence de sanctions contre leurs auteurs.

    « Ces exactions entachent la légitimité de l’opération de restauration de l’intégrité du territoire et doivent faire l’objet de poursuites par la justice nationale et, le cas échéant, par la Cour pénale internationale qui a ouvert une enquête le 16 janvier sur la situation au Mali », a déclaré Sidiki Kaba, président d’honneur de la FIDH.

    La FIDH appelle les autorités maliennes, françaises et la communauté internationale à immédiatement mettre en place une commission d’enquête indépendante pour faire la lumière sur les graves violations du droit international humanitaire et des droits de l’Homme commises par l’ensemble des belligérants dans le cadre du conflit au Mali, y compris les exactions des groupes armées au Nord du pays sur lesquelles notre organisation publiera des informations prochainement.

    La FIDH appelle à la mise en œuvre urgente du volet de formation aux droits de l’Homme des forces armées et des mécanismes spécifiques de documentation et de protection en matière de droits de l’Homme prévus par la Résolution 2085 du Conseil de sécurité des Nations unies.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    01/23/2013 15:08 GMT

    by Serge Daniel

    BAMAKO, Jan 23, 2013 (AFP) - A leading rights group accused Malian soldiers Wednesday of summary killings and serious abuses in the course of a French-led assault against Al Qaeda-linked groups, as concerns rose over the conflict's civilian toll.

    Japan, which lost seven citizens in a deadly Islamist backlash in neighbouring Algeria against the French-led offensive, decided on Wednesday to close its embassy in Bamako citing a deteriorating security situation.

    Nearly two weeks after France swept to Mali's aid to stop an Islamist advance towards the capital Bamako, reports emerged of atrocities committed by Malian soldiers and growing fears of attacks among light-skinned ethnic communities.

    The majority of the Al Qaeda-linked rebels being hunted by the armies are either Tuaregs or Arabs.

    The International Federation of Human Rights Leagues said that in the central town of Sevare at least 11 people were executed in a military camp near the bus station and the town's hospital, citing evidence gathered by local researchers.

    Credible reports also pointed to around 20 other people having been executed in the same area and the bodies having been dumped in wells or otherwise disposed of, the organisation said.

    At Nioro, in the west of the country close to the border with Mauritania, two Malian Tuaregs were executed by Malian soldiers, according to the FIDH.

    The organisation called for an immediate independent inquiry commission to "determine the scale of the abuses and to punish the perpetrators."

    UN chief Ban Ki-moon has hailed France's "courageous" intervention but expressed fears over the safety of humanitarian workers and UN employees on the ground.

    The tense security situation, heightened after the cross border attack in Algeria which left 37 hostages dead, prompted Japan to shut its embassy and evacuate key staff.

    "After the French military advance the already unstable situation in Mali worsened further," foreign ministry spokesman Yutaka Yokoi told reporters in Tokyo.

    On the ground French and Malian troops were due to sweep the outskirts of towns recently recaptured from the Al Qaeda-linked rebels for landmines they suspect the extremists left as they fled an air and ground assault by the armies.

    France said it had already 2,300 soldiers in the west African nation, whose poorly-trained and -equipped force has been overwhelmed by Islamist rebels occupying the vast arid north since April and seeking to push south.

    The former colonial power has said its troops will eventually hand over control to a UN-mandated West African force of more than 4,000 troops to be boosted by 2,000 men from Chad.

    The fallout from the war, which experts have warned could be drawn out and complex, is causing concerns.

    The UN refugee agency estimates up to a million people could have fled their homes in coming months, and rights bodies have warned of the dire situation faced by those escaping fighting.

    There are also increasing reports of attacks on light-skinned Tuareg or Arabs from Malian security forces.

    "Here if you wear a turban, have a beard and wear a Tuareg robe, you are threatened," said a shopowner in Segou, a town some 270 kilometres northeast of Bamako. "It has become very dangerous for us since this war started."

    Malian army chief General Ibrahima Dahirou Dembele promised that any soldier involved in abuses would be brought to book.

    "One mustn't get confused. Every white skin is not a terrorist or a jihadist and among the enemy which attacked our different position were many black skins. We are among brothers, whether one is black or white."

    Meanwhile international moves to aid the operations have accelerated with the US military airlifting French troops and equipment from France into Mali.

    Italy, Belgium, Britain, Canada, Denmark, the Netherlands, Spain and the United Arab Emirates are also providing transport planes or helicopters required to help move the African and French troops around Mali's vast expanses.

    Mali's year-long crisis began when Tuaregs returning from fighting Kadhafi's war in Libya, battle-hardened and with a massive arsenal, took up a decades-old rebellion for independence of the north which they call Azawad.

    They allied with hardline Islamists amid a political vacuum in Bamako after a March coup, and seized the key towns of Kidal, Gao and Timbuktu in a matter of days.

    The Islamists later broke with their Tuareg allies, and with firm control of the north, implemented an extreme form of Islamic law.

    The occupation sparked fears abroad that the vast northern half of the country could become a new Afghanistan-like haven for Al-Qaeda.

    bur-fb/ach/jmm


    0 0

    Source: World Renew
    Country: Mali

    Burlington, Ontario -- Amid the stories of armed conflict and civilian casualties that are coming out of Mali, several communities close to the fighting are telling a different story, one of resilience and solidarity. When an escalation of the armed conflict in central Mali forced thousands of people to flee from their homes, their own countrymen and women in some of the neighboring villages came to their aid – providing emergency food and shelter to more than 2,200 people – thanks to training from an international organization known as World Renew.

    On January 7 the jihadist groups who had taken control of northern Mali began a push southwards towards the capital, hoping to gain more territory. They began fighting with the Malian army and foreign troops in several towns near where World Renew has worked.

    Many people who had been living in the area occupied by Al-Qaeda in the Islamic Mahgreb (AQIM) feared being used as human shields and ran for their lives during a brief break in the fighting. They arrived in neighboring villages in mass numbers with only the clothes on their backs.

    World Renew, with home offices in both Burlington, Ontario and Grand Rapids, Michigan, has been working with local communities in Mali on a wide variety of programs for 28 years. During this time, World Renew has trained community leaders in literacy, improved agriculture, child health, improved nutrition, and civic education. World Renew has also helped farmers work together to form farmer co-op groups and build warehouses to store their joint harvests for future needs. When these communities saw the mass influx of displaced people arriving in their towns, they recognized their neighbors’ needs and also saw their own capacity to help.

    Five of World Renew’s target communities decided to launch a feeding program for over 2,200 displaced people. The farmer co-op groups organized themselves, registered people, and set up feeding programs using their stored grain. They asked World Renew to support this urgent intervention by paying for the food that was used from the co-op warehouses and World Renew readily agreed.

    At the time, there were no other organizations working in this area.

    “Overall insecurity prevented aid organizations from reaching displaced people and providing emergency assistance,” said World Renew Director, Ida Kaastra Mutoigo. “Instead, it was Malians with their World Renew training and available resources who stepped up and provided aid to those most in need. This is a great example of World Renew’s philosophy in action. When we respond to disasters or poverty, we try to do so in a way that emphasizes building up local leadership and equipping people to help themselves and their neighbors for the long term with minimal involvement from us. That’s exactly what happened in Mali.”

    As foreign-backed Malian troops re-secure land that had been AQIM-controlled, many of the displaced families being helped through the feeding program have been enabled to return to their homes. However the conflict is not yet over. Thousands are still displaced from their homes within Mali, and many more have fled to neighboring countries. World Renew is monitoring the situation closely and will continue to respond where appropriate in cooperation with its long-time community partners.

    For more information or to make a donation, visit worldrenew.net or call 1-800-730-3490 (Canada) or 1-800-552-7972 (US).


    0 0

    Source: AlertNet
    Country: Kenya

    Wed, 23 Jan 2013 15:16 GMT

    Source: alertnet // Kagondu Njagi

    OLO LONGONOT, Kenya (AlertNet) - By the time the violence had died down, more than 80 people lay dead and hundreds were left homeless.

    Read full article on AlertNet.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Mali

    DIABALY/BAMAKO, 23 January 2013 (IRIN) - Residents of Diabaly in the Ségou region of central Mali, have returned to find their town heavily scarred from the week of heavy shelling it endured until 21st January.

    Diabaly, with a population of 35,000, was briefly captured by Islamist groups on 14 January leading to air strikes by French forces, which officially liberated it one week later. Most Islamists fled on 18 January.

    Resident, Mariam Sissoko, was one of the first who had fled the fighting to return. “I no longer recognize Diabaly. Everywhere you look there are burnt-out cars and tanks, destroyed buildings, the stadium has been completely destroyed, frontless shops have been looted,” she told IRIN.

    Shelling destroyed dozens of homes and shops, as well as the principal school’s four classrooms.

    On one side street in the town civilians surveyed the burned-out wreckages of eight rebel pick-up trucks. The military camp, which the rebels used as a base, is in disarray and littered with ammunition, clothes, empty food packages and a few copies of the Koran.

    Most of the dead bodies have been cleared from the streets, though one or two remain. Near the river lay the body of a man, as yet unidentified but thought to be a civilian. It is unknown how many rebels, Malian forces or civilians died in the fighting.

    Aminata Kassoge, another resident, told IRIN she knew of at least three people from her neighbourhood who were killed. Some Malian soldiers injured in the fighting are recovering in the hospital in Ségou.

    Children play by the river-bed where French and Malian troops who now patrol the streets have parked their armoured cars. Malian soldiers proudly display boxes of machine gun ammunition and an assortment of hand grenades left behind by the fleeing rebels.

    On the other side of the gravel road is the church where the rebels left their mark, decapitating a statue of the Virgin Mary, smashing religious artefacts and flipping over wooden benches.

    Local priest Father Daniel is not at home, but his 16-year old daughter, Estelle Kouaté, shows us a room where rebels scribbled Koranic verses on the wall. She fled to a neighbour’s house when the Islamists entered the town. “They told us we'll die together and those who insisted on leaving were non-believers,” she said.

    Most of the dozens of families who fled Diabaly - by bicycle, donkey, car or motorbike to neighbouring villages Koroma and Niono or to Ségou, the first major town on the road north from the capital Bamako, have since returned.

    Shaken

    Many of those who remained are still shaken. When armed forces bombed the rebel camp, weapon caches and vehicles, the rebels initially dug in; some took refuge in people’s homes, residents told IRIN.

    Resident Cherif Moulaye told IRIN Islamists taking shelter in houses threatened to kill people if they complained. Some residents holed up at home watched as shops were looted, and animals stolen.

    Ségou region’s mayor stressed the need to start rebuilding: his first priority is to rebuild the school and find a temporary school in the meantime.

    Roadside vendors and traders in the market have gradually returned to work, some selling their wares at inflated prices: the cost of rice is up by 27 percent; sugar by 20 percent.

    There is also a severe fuel shortage because much of the fuel was looted, according to teacher Diarra Moulaye. But, while some residents reportedly sided with the rebels, others are relieved they are gone, and that the fighting is over.

    Toutou Traore’s mud-brick house has been blackened in the fighting and jagged pieces of shrapnel are stuck in the wall. “The air strikes pushed back the rebels, without them we would have been finished. Diabaly would have become a ghost town like Timbuktu or Gao,” he told IRIN.

    Rising number of displaced

    As fighting has continued elsewhere, the number of displaced has risen: some 7,500 Malians have fled to neighbouring countries, according to the UN Refugee Agency (UNHCR): 4,208 to Mauritania, 1,829 to Burkina Faso and 1,300 to Niger.

    Far fewer are estimated to be freshly internally displaced: 1,479 have fled to Mopti, 1,136 to Bamako and 984 to Ségou, bringing the total number of internally displaced since 2012 to 228,920.

    In Konna 60km northeast of Mopti in central Mali, sources told UNHCR that about 5,000 people had left during fighting, but are now on their way back. The agency heard a similar pattern for Niono, in Ségou Region.

    Agencies are gearing up to help the displaced though in some areas access remains restricted.

    Ibrahim Almahadi, director of social and economic protection in Ségou, looks tired behind his wooden desk at the social services office. "The authorities are struggling to help the IDPs [internally displaced persons]. Now that Diabaly was retaken we’re hoping that people will return home, but we’re worrying more people will come from Douentza, Gao and Timbuktu as the fighting continues,” he told IRIN.

    Two thirds of the displaced are living with host families, who are resorting to borrowing money and food, selling goods and diminishing the amount of food they eat, to survive, according to the UN World Food Programme.

    kh/aj/cb


    0 0

    Source: Refugees International
    Country: Kenya, Somalia

    Nairobi -- Refugees International (RI) is deeply concerned about Kenya’s recent decision to move 100,000 city-dwelling refugees into camps. This week, RI’s team in Nairobi interviewed refugees who described the fallout of this decision – including violence, harassment, and extortion suffered at the hands of Kenyan security services. RI therefore calls on the Government of Kenya not to pursue this relocation plan, and to ensure that the rights of all refugees are respected.

    An internal government letter that emerged this weekend states that Kenya will start its relocation plan by forcibly moving 18,000 refugees starting on January 21. The letter declares that “security officers will start by rounding the refugees and transporting them to Thika Municipal Stadium which will act as the holding ground as arrangement for moving them to the camps are finalized [sic].” Though not yet implemented, this announcement marks the latest in a series of inflammatory government statements that threaten refugees and blame them for recent terrorist attacks.

    “We heard accounts of security officials threatening refugees in their homes, arbitrarily arresting them, taking their property, and even sexually assaulting women and girls in front of family members,” RI Advocate Mark Yarnell said from Nairobi. “Many Somali refugees have fled Kenya in recent weeks, including some who were afraid to return to Somalia because of ongoing conflict. Effectively forcing refugees to return prematurely in this way is not going to build sustainable peace in Somalia. Quite the opposite – it actually threatens what stability has been achieved.”

    One refugee told RI’s team, “We left our homeland against our will. We thought we could save our lives by running to another country. We thought we would be protected. But now we face the same harassment here as we faced in our homeland, because of the Kenyan government’s directive. These past few weeks in Nairobi, we are feeling that the security forces are treating us like war captives rather than refugees.”

    “Kenya has signed international conventions that give refugees freedom of movement, and this decision clearly violates those commitments,” said RI Senior Advocate Melanie Teff. “Kenya has long been a generous host to refugees, and it has allowed many city-dwelling refugees to become self-sufficient and contribute to the country’s economy and society. This plan would set back all of those advances by decades.”

    At a press conference in Nairobi on January 22, the Urban Refugee Protection Network – a Kenyan civil society forum – demanded that the Kenyan government end police harassment and abuse of refugees, and voiced concerns about media reports linking refugees to insecurity. RI echoes these concerns and urges Kenya to withdraw its relocation plans immediately.

    #

    Refugees International is a non-profit organization that advocates for life-saving protection for displaced and stateless people worldwide and accepts no government or UN funding. For more information, visit www.refugeesinternational.org.

    Contact:
    Michael Boyce +1 202 361 6131, michael@refugeesinternational.org


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger (the)

    Au sommaire

    Des relocalisés de Tillabéry presque sans assistance P.1

    Prix du niébé en forte hausse à Gaya P.4

    Zinder: des broyeuses pour transformer des résidus de récolte en aliments de bétail P.6


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    01/23/2013 17:41 GMT

    Par Serge DANIEL

    BAMAKO, 23 jan 2013 (AFP) - Les accusations d'exactions contre des soldats de l'armée malienne dans l'ouest et le centre du Mali se multiplient, conduisant Paris a appelé à la "vigilance" au treizième jour de l'intervention militaire française contre les groupes islamistes armés qui contrôlent le Nord du pays.

    La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a plaidé mercredi pour renforcer le soutien de Washington à la lutte contre les groupes islamistes armés au Mali, comparant la menace d'Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) à celle de Ben Laden et du 11-Septembre.

    "Les gens me disent tout le temps, Aqmi n'a pas attaqué les Etats-Unis. Oui mais avant le 11 septembre 2001, nous n'avions pas été attaqués sur notre territoire depuis, je crois la guerre de 1812 et Pearl Harbor", a-t-elle expliqué lors d'une audition très médiatisée au Sénat, à Washington.

    Treize jours après le début de l'intervention française qui a donné un coup d'arrêt à la progression des islamistes vers le Sud, la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) a accusé mercredi des soldats de l'armée malienne d'avoir perpétré "une série d'exécutions sommaires", dans l'ouest et le centre du Mali et réclamé la création "immédiate" d'une commission d'enquête indépendante.

    Au moins 11 personnes ont été exécutées à Sévaré (650 km au nord-est de Bamako), dans le camp militaire de l'armée malienne, à proximité de la gare routière et près de l'hôpital, a détaillé l'ONG qui enquêtait depuis plusieurs jours sur ces cas qu'elle n'avait jusque-là pas pu confirmer.

    "Nous avons obtenu des témoignages concordants de sources locales et nous avons les identités des onze victimes", a affirmé Florent Geel, responsable Afrique de la FIDH, actuellement au Mal.

    Ces exactions visent tout particulièrement les communautés arabe et touareg, très largement majoritaires au sein des groupes islamistes armés.

    Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a appelé mercredi l'encadrement de l'armée malienne, en guerre au côté de la France contre des islamistes au Mali, à être "extrêmement vigilant" envers les risques d'exactions car leur "honneur est en cause".

    Son collègue des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a estimé de son côté qu'il n'était pas possible d'"accepter des violations des droits humains".

    "Les Touareg, nos amis"

    Lors d'une audition à l'Assemblée nationale, M. Fabius a ajouté qu'il avait évoqué ces questions avec le Premier ministre malien Diango Cissoko, mercredi au téléphone, et que le président malien Dioncounda Traore allait à nouveau adresser une mise en garde aux troupes maliennes en fin de semaine.

    Les Touareg "sont nos amis", "sauf ceux qui se sont laissés embrigader par des groupes terroristes que nous condamnons totalement", a ajouté le ministre.

    Le chef d'état-major de l'armée malienne a promis mardi que "tout soldat qui commettra des exactions contre des population civiles sera immédiatement ramené du terrain et jugé par un tribunal militaire", mettent en particulier en garde contre des atteintes visant les "peaux blanches", Arabes et Touareg au Mali.

    Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui avait salué l'intervention "courageuse" de la France au Mali, avait aussi fait part mardi de ses craintes concernant l'impact de l'opération sur les civils et les droits de l'homme.

    A Paris, le chef de la diplomatie française a aussi affirmé que tous les soutiens internationaux supplémentaires à la guerre au Mali seraient "les très bienvenus".

    Certaines interrogations ont commencé à poindre sur un isolement de la France: si elle a engrangé le soutien quasi unanime de la communauté internationale et des appuis en matière de logistique, mais aucun pays occidental ne s'est engagé à participer à la guerre sur le terrain.

    Plus de 2.300 soldats français sont déjà déployés au Mali, nombre qui va rapidement augmenter, d'autant que Paris bénéficie depuis lundi de l'aide des Etats-Unis qui transportent troupes et équipements français, depuis la France vers l'Afrique de l'ouest.

    Cette intervention a coûté en douze jours environ "30 millions d'euros", a déclaré mercredi Jean-Yves Le Drian.

    Le président de l'Union africaine et dirigeant du Bénin, Thomas Boni Yayi, a plaidé une nouvelle fois mercredi à Berlin pour une implication de tous les membres de l'Otan dans l'intervention militaire au Mali, tout en saluant le rôle de la France.

    Mais la chancelière Angela Merkel a exclu de nouveau l'envoi de soldats allemands au Mali.

    Parallèlement, les contingents des pays africains, qui doivent aider l'armée malienne à reconquérir le nord du pays, regroupent désormais près de 1.600 hommes au Mali et au Niger, selon Paris.

    bur-thm/stb/sba


older | 1 | .... | 69 | 70 | (Page 71) | 72 | 73 | .... | 728 | newer