Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 70 | 71 | (Page 72) | 73 | 74 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Radio
    Country: Burkina Faso

    Listen / Download

    Many countries in sub-Saharan Africa are increasingly implementing social safety nets to protect their most vulnerable citizens, according to the International Monetary Fund (IMF).

    However, the IMF says these programmes are still works-in-progress. For example, the organization has been working with the government of Burkina Faso to design a cash transfer system to target those who need it most.

    In this IMF interview, Lika Gueye spoke to Isabell Adenauer of the IMF's Africa Department who explains why social safety nets are essential in a country where one-fifth of the population lives in chronic poverty.

    Duration: 3'59"


    0 0

    Source: SOS Children's Villages International
    Country: Algeria, Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger (the)

    23/01/2013 - A few kilometres away from the frontline, the SOS Hermann Gmeiner School in Socoura near Mopti reopened on 15 January as the situation is calm. However, some SOS employees and their families have moved further to the south due to the unpredictable situation as did many other families.

    The last road block to the front line with insurgents who took over Northern Mali last year is in Sévaré, on the road to the SOS Children's Villages programmes in Socoura, 10 km away from Mopti. Sévare escaped the fighting by a hair's breadth. While the fourteen SOS families were evacuated last April to SOS Children's Villages in Kita and Sanankoroba, the SOS Hermann Gmeiner School and the Kindergarten had remained open.

    The 500 children that benefit from family support programmes in four villages of Mopti (Socoura, Diondiori, Takouti and Bakoro) remained there at first and continued to go to school; 154 of them attend the SOS Hermann Gmeiner School, 70 go to the SOS Kindergarten. However, after fighting between government troops and opposition forces resumed, students of the SOS Hermann Gmeiner School and their families fled to the South of the country on 10 January. The intervention of French troops to stop the opposition forces from advancing further south has succeeded in calming the situation and school has resumed as of 15 January. Aside from the absence of students whose families have fled south, the situation in Socoura is calm.

    When the rebels took the city of Konna, people were trying to leave Sévaré and Mopti. There were long queues at petrol stations and the streets were full of traffic. The shops were closed and the streets were deserted of their usual busy activity. Banks had evacuated cash by private planes. Five days after the start of a counter-offensive, an eerie calm has descended on the town, which has become the furthest government-controlled outpost in the region. The town remains closed to journalists.

    Families of SOS co-workers were evacuated

    Upon the rebel’s taking of Konna, SOS co-workers were given the option to go south. Both village director and school director asked them to get ready and organised the evacuation. Some of the staff is originating from the south. Despite the serious situation many chose to stay. None of the SOS staff suffered any physical injury and their families are unharmed.

    The director of SOS Children's Villages Mali, Mr. Ibrahima Bane, took the road from Bamako arriving in Socoura Mopti after a trip of 635 km on 14 January. This visit was meant to reassure and to encourage the local staff that they are not alone and that they will get any possible support they need. After making sure that their families were evacuated some co-workers said that they had stayed to protect the facilities and equipment.

    "Cautiousness is the order of the day"

    On the way back to Bamako, Ibrahima Bane went to the SOS Children’s Village Kita, 200 km west of Bamako, to inform the displaced children, SOS mothers and family assistants from Mopti about the situation in their town and to show sympathy with their concern.

    Ibrahima Bane confirms that "in Mopti cautiousness is the order of the day. We follow up the situation to be prepared for any contingency. The recent French intervention gives us hope that the advancing rebels shall be stopped, now joined by the other African nations. We have been having difficulties with e-mail connections over the past few days but we keep close telephone contact every day."

    Growing number of families fleeing south

    Sévaré on the river Niger holds an international airport and a garrison and was the target of thousand rebel fighters descending from up North. On 11 January, France intervened initially with air strikes to try to halt a rapid advance because of the rebel takeover of the town of Konna, a town 55 km from Mopti the day before. French and Malian armies are to be joined by soldiers from the West African force, with Chad, Benin, Ghana, Niger, Senegal, Burkina Faso and Togo led by Nigeria. The UN has approved plans to send 3,000 African troops to Mali to recapture the north but they are not due to arrive until September 2013.

    According to Le Monde and other French media, France is also planning to base a substantial contingent of troops at Mopti in central Mali, from where they will be able to carry out operations in the north of the country. An offensive to the North is said to either start before the rainy season in the next six weeks or to wait until autumn.

    Meanwhile in central Mali, hundreds of people are fleeing to areas further south. The UN High Commissioner for Refugees says it fears the fighting could force 700,000 people from their homes. So far the conflict has caused nearly 150,000 people to flee the country, while another 230,000 are internally displaced, the UN humanitarian agency said last week. The UNHCR has registered 144,500 refugees in neighbouring countries; 54,100 in Mauritania, 50,000 in Niger, 38,800 in Burkina Faso and 1,500 in Algeria, OCHA said. The UNHCR said that an estimated 400,000 more could flee Mali, with a further 300,000 displaced within the country


    0 0

    Source: UN Radio
    Country: Mali

    Écouter

    L'invité de la rédaction est Saïd Djinnit, Représentant spécial de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest.

    Il a participé à la réunion extraordinaire de la CEDEAO, sur le Mali, à Abidjan la semaine dernière.

    Saïd Djinnit est actuellement à New York et suit de près les réunions du Conseil de sécurité sur le Mali.

    Les quinze examinent actuellement un paquet d'options proposées par le Secrétaire général des Nations Unies pour prêter main forte au Mali.

    Lors d'une réunion du Conseil mardi après midi, la France a continué d'informer ses partenaires sur l'opération militaire.

    Les premiers soldats du Togo, du Bénin et du Nigéria s'y déploient actuellement. Les troupes tchadiennes, burkinabés et nigériennes sont en route. La Côte d'Ivoire, le Ghana et d'autres pays de la région, le Libéria et le Sierra Leone, ont annoncé une participation.

    Au micro de Maha Fayek, Saïd Djinnit revient sur les efforts de l'ONU et de la CEDEAO, visant à venir à bout du terrorisme dans le nord du Mali et la région du Sahel ; ainsi que sur une éventuelle implication plus importante des Nations Unies sur le terrain.

    (Interview : Saïd Djinnit ; Représentant spécial de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest ; propos recueillis par Maha Fayek)


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Mali

    CS/10892

    Conseil de sécurité

    6905e séance – après-midi

    Saluant l’intervention de la France, les représentants de l’Union africaine et de la CEDEAO exhortent l’ONU à financer rapidement la Mission internationale de soutien au Mali

    « Le succès au Mali passe par une action militaire vigoureuse, mais également par la solution aux problèmes politiques et à la crise humanitaire qui sévit dans ce pays », a souligné, cet après-midi devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. Jeffrey Feltman, qui faisait un exposé sur le démarrage du déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA).

    Cette Mission, autorisée le mois dernier en vertu de la résolution 2085 (2012), est chargée d’aider les autorités maliennes à reprendre le nord du pays aux groupes islamistes armés qui ont pris le contrôle au début de 2012. Sur autorisation du Conseil, la France est intervenue au Mali en lançant l’opération Serval le 11 janvier. L’appui de la France a ainsi permis aux forces maliennes de reprendre, des mains des extrémistes, les villes de Diabaly, Konna et Douentza.

    Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques a déclaré que le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, saluait la décision courageuse de la France de déployer des forces au Mali, afin de stopper l’avancée des groupes extrémistes vers le sud. Il s’est félicité des efforts de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union africaine ainsi que des pays contributeurs de troupes, afin d’accélérer le déploiement de la MISMA, avant d’insister sur la volonté claire du Secrétaire général de contribuer rapidement, dans la limite du mandat de l’ONU et de ses moyens, à résoudre la crise du Mali dans le respect de la résolution 2085 (2012) du Conseil de sécurité.

    Alors que plus de 2 150 soldats français et 855 soldats africains sont déjà déployés pour constituer la Force de la MISMA, il est indispensable, a insisté M. Feltman, de mener parallèlement des efforts militaires et politiques, en tenant compte des préoccupations humanitaires et des droits de l’homme. Concernant la situation humanitaire, il a attiré l’attention sur les obstacles liés à l’acheminement de l’aide qu’apportent les quelques organisations non gouvernementales actives dans le nord du Mali, région de plus en plus isolée en raison de la fermeture de voies d’approvisionnement au sud du pays et le long de la frontière avec l’Algérie.

    Le représentant de l’Union africaine auprès des Nations Unies et celui de la Côte d’Ivoire, qui s’exprimait au nom de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, ont exhorté, cet après-midi, les Nations Unies à fournir immédiatement l’appui logistique et financier nécessaire au déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali.

    Le Chef de la délégation de l’Union européenne a assuré que les préparatifs en vue d’un appui financier et logistique, en étroite relation avec l’Union africaine et la CEDEAO, étaient en cours et que l’Union européenne participera à la Conférence des donateurs, prévue le 29 janvier 2013, à Addis-Abeba. Ce dernier a également mis l’accent sur la nécessité d’établir, sous les auspices de l’ONU, une coordination efficace entre acteurs humanitaires et a appelé toutes les parties au conflit à accorder un accès humanitaire sans entrave aux populations dans le besoin, tout en garantissant la sécurité des travailleurs humanitaires. Le Programme alimentaire mondial (PAM), a-t-il ajouté, a commencé à distribuer l’aide alimentaire à 12 000 personnes déplacées à Bamako, avant de le faire, dès que la situation le permettra, dans trois régions du nord du pays.

    Le niveau de la Force de la MISMA, initialement estimé à 3 300 personnes, sera revu à la hausse. Les membres du Conseil doivent examiner dans le détail les trois options présentées par le Secrétaire général, a indiqué M. Feltman, soutenu dans ce sens par les délégations qui ont pris la parole.

    Les représentants du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Tchad, du Burkina Faso, du Niger, du Bénin, du Nigéria, ainsi que ceux de l’Union africaine et de l’Union européenne, ont rendu un vibrant hommage à la France pour son intervention rapide au Mali.

    LA SITUATION AU MALI

    Déclarations

    M. JEFFREY FELTMAN, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, a rappelé que le Secrétaire général des Nations Unies avait salué la décision courageuse de la France de déployer des forces au Mali afin de stopper l’avancée des groupes extrémistes vers le sud. Il s’est félicité des efforts de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union africaine ainsi que des pays contributeurs de troupes, afin d’accélérer le déploiement de la MISMA. Il a insisté sur la volonté claire du Secrétaire général de contribuer rapidement, dans la limite du mandat de l’ONU et de ses moyens, à résoudre la crise du Mali dans le respect de la résolution 2085 (2012) du Conseil de sécurité.

    « Alors que nous examinons aussi des solutions pour le Mali, a indiqué M. Feltman, n’oublions pas que les facteurs inhérents à l’effondrement, il y a 10 mois, d’un des piliers de la démocratie en Afrique de l’Ouest et à l’occupation de la moitié du pays sont très profonds. » Les solutions ne seront pas simples et le succès de la communauté internationale pour aider le Mali à restaurer la démocratie et reconquérir son territoire de façon durable dépendra aussi de la largeur de sa vision et du caractère exhaustif de sa réponse, a-t-il prévenu. M. Feltman a rappelé que la chute de la ville de Konna, le 10 janvier, dans le cadre d’une tentative des extrémistes de se diriger plus au sud et de prendre Bamako avait eu pour effet de galvaniser le Mali et les pays amis et d’accélérer la réaction internationale et régionale face à la crise. Contrairement à ce qui avait été initialement estimé, les groupes extrémistes étaient mieux équipés, ouvrant ainsi un nouveau front en prenant le contrôle de Diabaly, à 350 km de Bamako, le 14 janvier.

    Des troupes nigérianes en route vers le Mali ont été attaquées le 20 janvier 2013 dans le nord du Nigéria par Boko Haram, causant la mort de trois soldats nigérians, a indiqué le Secrétaire général adjoint. Le 19 janvier 2013, la CEDEAO avait tenu un sommet extraordinaire à Abidjan pour discuter des modalités d’un déploiement accéléré des forces africaines, a-t-il dit. M. Feltman a précisé que le Sommet de la CEDEAO avait exhorté l’ONU à fournir immédiatement l’appui logistique et financier nécessaire au déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) et a invité le Gouvernement du Mali, l’Union africaine et la CEDEAO à établir un quartier général fonctionnel de la Mission, afin de faciliter la coordination et la mise en œuvre de la résolution 2085 (2012).

    M. Feltman a indiqué que le déploiement des troupes de la MISMA et des officiers d’état-major avait commencé le 19 janvier 2013. Deux jours plus tard, 855 soldats avaient été déployés depuis le Bénin, le Nigéria, le Sénégal et le Togo, tandis qu’un bataillon complet du Niger avait été déployé à sa frontière avec le Mali. Il semble qu’il existe un consensus parmi les acteurs principaux réunis à Bamako selon lequel le niveau de la Force de la MISMA, initialement estimé à 3 300 hommes, doit être revu à la hausse, a fait remarquer le Secrétaire général adjoint. Il a indiqué que les membres du Conseil de sécurité examineront dans les détails les trois options présentées par le Secrétaire général pour le financement de la MISMA.

    Le Secrétaire général adjoint a assuré que le Gouvernement malien avait reconnu la nécessité de voir avancer de concert les processus politique et militaire. Il a dit souhaiter une présence discrète de l’ONU à Bamako que le Mali pourrait consulter à tout loisir. Le Gouvernement malien estime aussi qu’un processus de consultation plus large ne pourra avoir lieu que lorsque l’autorité de l’État aura été réinstallée dans le nord du pays, a-t-il ajouté.

    M. Feltman s’est inquiété de la situation de la population du nord en expliquant que les taux de nutrition avaient atteint des seuils inquiétants avec la reprise du conflit. Les quelques ONG actives dans le nord du Mali signalent que la région est de plus en plus isolée, parce que les voies d’approvisionnement venant de l’Algérie et du sud du Mali sont coupées. La distribution alimentaire du Programme alimentaire mondial (PAM) est en cours pour 12 000 personnes déplacées à Bamako, a-t-il assuré, avant de citer des initiatives en cours pour distribuer l’aide alimentaire dans les trois régions du nord dès que possible.

    Le 16 janvier, la Cour pénale internationale (CPI) avait lancé des enquêtes sur des allégations de crimes de guerre commis au Mali depuis janvier 2012, a indiqué par ailleurs le Secrétaire général adjoint. M. Feltman a ainsi rappelé aux parties au conflit leur obligation de protéger les civils en réaffirmant que le respect des droits de l’homme s’appliquait aussi pour les opérations militaires engagées avec le soutien de l’ONU. « Nous ne pourrons régler la crise au Sahel sans régler définitivement la crise au Mali », a averti le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques. Les efforts militaires et politiques doivent être menés parallèlement, en tenant compte des préoccupations humanitaires et des droits de l’homme, a-t-il insisté, en prévenant qu’une seule option militaire ne permettra pas l’édification d’une solution durable pour le Mali.

    M. OUMAR DAOU (Mali) a déclaré que les groupes terroristes et irrédentistes, foulant au pied l’esprit et la lettre de la résolution 2085 (2012) du Conseil de sécurité et agissant au mépris du droit international et des droits de l’homme, continuaient de défier la communauté internationale.

    Les plus hautes autorités maliennes n’ont cessé de préconiser un règlement politique et de déployer des efforts soutenus pour parvenir à un règlement politique durable, a-t-il assuré. Mais, face à cette situation, le Président de la République par intérim a lancé l’appel à la mobilisation générale et a décrété l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire national. Il a demandé le soutien militaire de la France pour freiner l’avancée des terroristes qui menaçaient le Mali et les autres pays de la région sahélienne, a-t-il rappelé.

    Le représentant du Mali a, ainsi, adressé un vibrant hommage à la France, à son peuple et à son Président, M. François Hollande, lequel, a-t-il ajouté, prenant la mesure de la situation, a aussitôt donné une suite favorable à la demande du Mali.

    Les armées malienne et française continuent leur progression, a-t-il dit, en rendant hommage aux victimes et aux populations opprimées du nord. L’heure de la libération de la région septentrionale a sonné, a-t-il souligné, en précisant que plusieurs localités étaient désormais sous le contrôle des armées malienne et française.

    Le délégué a lancé un appel solennel à la communauté internationale, à tous les pays amis et partenaires pour contribuer aux ressources financières qui permettraient de mobiliser une force africaine.

    Le représentant du Mali a ainsi évoqué la réunion extraordinaire du Sommet de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), le 19 janvier dernier à Abidjan, en Côte d’Ivoire, et a appelé la communauté internationale à fournir un appui logistique à cette Mission. Il l’a également appelée à participer à la conférence des donateurs qui se tiendra prochainement à Addis-Abeba, en Éthiopie, en émettant l’espoir qu’elle sera coprésidée par le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon.

    M. TÉTE ANTÓNIO, Observateur permanent de l’Union africaine, a souligné les efforts constants de l’Union africaine depuis le 20 décembre 2012 qui ont abouti à la création de conditions politiques nécessaires au Mali et dans la région pour permettre la mise en œuvre de la résolution 2085 autorisant le déploiement de la MISMA. Il faudra assurer une fourniture opportune et coordonnée des moyens nécessaires à cette Mission, a-t-il insisté. L’Union africaine attend avec impatience la position du Conseil de sécurité au sujet des recommandations du Secrétaire général concernant l’appui à la MISMA et les forces maliennes. M. Téte Antónioa remercié les États membres de l’Union africaine qui se sont déjà engagés à fournir des troupes à la MISMA.

    L’Observateur permanent de l’Union africaine a précisé que la Présidente de la Commission de l’Union africaine, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, a condamné les attaques des groupes terroristes et criminels, en appelant tous les États membres de l’Union africaine d’apporter les moyens logistiques et financiers nécessaires et d’appuyer le renforcement des capacités de défense et de sécurité du Mali, en accord avec les décisions pertinentes du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

    M. Téte António a rappelé que, dans un communiqué publié le 14 janvier 2013, le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine avait reconnu l’appui fourni par la France à la demande des autorités maliennes, dans le respect du cadre de la résolution 2085 (2012) du Conseil de sécurité.

    Lors d’une réunion de coordination qui s’est tenue le 16 janvier 2013 à Addis-Abeba, la Commission de l’Union africaine et la CEDEAO -dans le souci d’aider le Mali a retrouver son unité et son intégrité nationales- se sont concentrées sur les moyens d’accélérer la mise en œuvre de la résolution 2085 du Conseil de sécurité; les questions de commandement de la MISMA, en s’appuyant sur le concept des opérations de la CEDEAO et de l’Union africaine et des meilleures pratiques observées lors des missions conduites par l’Union africaine; ainsi que la constitution et le financement de la Force.

    M. Téte António a réaffirmé l’engagement pris par l’Union africaine et la CEDEAO lors de leur réunion de coordination de n’épargner aucun effort pour permettre le déploiement rapide de la MISMA et d’apporter le soutien nécessaire, en collaboration avec les Nations Unies et les autres partenaires, à la restauration de l’ordre constitutionnel au Mali. Il a estimé que les mesures concrètes prises par les chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO, durant leur sommet du 19 janvier 2013, à Abidjan, fournit une réponse prompte au caractère urgent de la situation au Mali. Il a assuré du soutien de l’Union africaine aux autorités de transition maliennes dirigées par le Président par intérim du Mali, M. Dioncounda Traoré et de son Premier Ministre, M. Diango Cissoko. Avant de conclure, il a exhorté tous les partenaires à participer à la Conférence de donateurs qui se tiendra à Addis-Abeba, le 29 janvier 2013, et à fournir des contributions généreuses.

    M. YOUSSOUFOU BAMBA (Côte d’Ivoire), qui s’exprimait au nom de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a affirmé que l’intervention des troupes françaises à la demande des autorités légales du Mali, qui ont aidé l’armée malienne à repousser l’offensive des groupes terroristes, traduit l’urgente nécessité d’une solidarité internationale.

    Le délégué de la Côte d’Ivoire a souligné que le Sommet extraordinaire de la CEDEAO du 19 janvier à Abidjan avait pris, dans le contexte de la résolution 2085 (2012) du Conseil de sécurité, des décisions importantes relatives aux modalités concrètes et immédiates en vue d’un déploiement accéléré de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA).

    Le Sommet avait également décidé de la création d’un mécanisme conjoint de coordination de la mise en œuvre de la résolution 2085 (2012) par les Nations Unies, l’Union africaine et la CEDEAO dans le but de faciliter des consultations régulières sur le leadership politique, la mobilisation des ressources, la reddition de comptes ainsi que le contrôle et l’évaluation des dépenses, a-t-il ajouté.

    M. Bamba a précisé que le Burkina Faso, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Libéria, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo avaient promis de fournir des contingents militaires. D’autres pays africains, qui ne sont pas membres de la CEDEAO, notamment le Tchad, l’Afrique du Sud, le Rwanda, le Burundi et la République-Unie de Tanzanie, fournissent également des contingents ou se sont engagés à contribuer, par d’autres moyens, au déploiement de la MISMA, a-t-il indiqué, en précisant que cette liste n’était pas exhaustive.

    Compte tenu des annonces faites, le nombre total des effectifs de la MISMA pourrait doubler par rapport à l’effectif initial de 3 300, a expliqué M. Bamba, en ajoutant qu’à ce stade, seulement 946 avaient été déployés.

    Suite à une mission conduite à Bamako par le Ministre ivoirien des affaires étrangères, il ressort, a poursuivi M. Bamba, que l’état-major de la MISMA ne dispose pas des ressources nécessaires pour son bon fonctionnement, ni de la logistique nécessaire à son déploiement en dehors de la capitale malienne. Le budget de la MISMA ne peut être mis en place étant donné que les contributions attendues ne sont pas encore disponibles, a-t-il fait remarquer.

    Compte tenu de la gravité de la situation au Mali et dans la sous-région, la CEDEAO appelle par conséquent l’attention du Conseil de sécurité sur l’impérieuse nécessité de la mise à disposition du paquet logistique et financier d’urgence demandé par le Président de la Commission de la CEDEAO dans une lettre en date du 18 janvier transmise par le Secrétaire général de l’ONU au Conseil de sécurité, a-t-il déclaré.

    L’Union africaine et la CEDEAO renouvellent ainsi leur demande au Conseil de sécurité pour qu’il autorise d’urgence un financement à travers les contributions des Nations Unies mises en recouvrement, en vue de permettre le déploiement rapide de la MISMA et la conduite efficace des opérations.

    M. ABDOU SALAM DIALLO (Sénégal) a dénoncé la crise au Mali comme étant une « entreprise cynique, sournoisement préparée sous le couvert de la religion, qui porte gravement atteinte à la paix et à la sécurité de toute la région ouest-africaine et, au-delà, du monde entier ». Il a attiré l’attention sur la pluralité des groupes islamistes impliqués dans cette guerre, soit près d’une dizaine de groupes qui sévissent en toute impunité dans cette zone, « avec le souhait de faire du Mali la plaque tournante du narco-terrorisme et de toutes les contrebandes en Afrique et au-delà ». M. Diallo s’est félicité de l’intervention immédiate d’un allié historique, la France, à la demande du Mali et avec la caution des pays de la sous-région, qui contribuera à la reconquête du nord du Mali.

    Le représentant du Sénégal a salué la décision du Tchad d’envoyer 2 000 hommes pour participer à cette « croisade contre le terrorisme international », ainsi que le déploiement d’éléments précurseurs par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le Sénégal, a assuré M. Diallo, contribuera à hauteur de 500 hommes à la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), dont on prévoit, a-t-il dit, qu’elle dépassera les 5 000 hommes. Le représentant a salué la volonté du Conseil de sécurité de trouver des solutions idoines à la crise au Mali. Il a appelé tous les pays voulant enrayer la menace terroriste à soutenir, financer et armer les troupes africaines engagées dans ce théâtre d’opération, notamment dans le cadre de la Conférence des donateurs pour le Mali prévue le 29 janvier 2013. Avant de conclure, M. Diallo a averti des risques de voir la région sahélo-saharienne devenir le nouveau sanctuaire du terrorisme international.

    M. ALLAM-MI AHMAD (Tchad) a rappelé que les terroristes avaient voulu prendre de court la communauté internationale en vue de contrôler tout le Mali et le transformer en une véritable base arrière de leurs opérations dans la sous-région et le reste du monde. Il a estimé que « cela était prévisible ». Très tôt, a-t-il expliqué, le Tchad a fait partie des pays qui ont insisté sur l’urgente nécessité pour la communauté internationale de prendre des mesures appropriées, la situation menaçant gravement la paix et la sécurité non seulement au Mali et dans la sous-région, mais aussi la paix et la sécurité internationales. Le Président du Tchad, M. Idriss Déby Itno, a félicité la France pour la promptitude avec laquelle elle a répondu à l’appel du Président du Mali afin de stopper la progression des terroristes vers le sud du pays. Il a aussi appelé la communauté internationale à soutenir « l’action salvatrice de l’armée française ».

    C’est dans ce contexte que le Tchad a décidé d’envoyer au Mali un contingent militaire de 2 000 hommes, a précisé M. Ahmad. Le Tchad a ainsi répondu aux demandes du Mali et de l’Union africaine, avec le plein appui de l’Assemblée nationale tchadienne. Le représentant s’est félicité du soutien unanime que les membres du Conseil de sécurité ont apporté à la France et aux pays africains qui se sont mobilisés derrière le Mali dans ces circonstances difficiles. M. Ahmad a demandé à la communauté internationale de compléter ce soutien par des moyens logistiques pour les troupes déployées et par un soutien financier pour la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA).

    M. DER KOGDA (Burkina Faso) a souligné les efforts déployés par les pays de la région pour nouer le dialogue entre le Gouvernement du Mali et les mouvements rebelles du nord, qui s’étaient engagés à rompre tout lien avec les groupes terroristes. Il a rappelé que le Médiateur de la CEDEAO pour le Mali, le Président Blaise Compaoré, du Burkina Faso, et son Médiateur adjoint, le Président du Nigéria, M. Jonathan Goodluck, ont fait comprendre aux différents protagonistes, à savoir le Groupe Ansar Dine et le Mouvement national de Libération de l’Azawad (MNLA), l’intérêt de mener des négociations franches et objectives qui préservent l’unité et l’intégrité territoriale du Mali, afin d’éviter le recours à la force.

    Malheureusement, a-t-il dit, la rupture unilatérale du dialogue et le rejet des engagements par certains protagonistes, notamment le Groupe Ansar Dine, ne laissent plus aucun choix à la CEDEAO et à la communauté internationale que de recourir à la force contre les groupes extrémistes qui ont montré la limite de leur bonne foi. Le représentant du Burkina Faso a remercié la France pour la diligence avec laquelle elle a répondu à la demande du Mali, afin de freiner l’avancée des groupes terroristes. Il a salué la décision courageuse du Président François Hollande d’apporter un soutien prompt et déterminant pour la restauration de la paix et de la stabilité au Mali et dans toute la région.

    Le représentant a appelé la communauté internationale à mettre en œuvre immédiatement la résolution 2085 du Conseil de sécurité, autorisant le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA), pour accompagner l’action de la France sur le terrain. Il a assuré que le déploiement annoncé au Mali d’un bataillon de 500 hommes du Burkina Faso aux côtés des troupes de la CEDEAO était en cours et qu’une force supplémentaire de 1 000 hommes a été déployée le long de la frontière du Burkina avec le Mali pour parer aux infiltrations des groupes terroristes en fuite. Il a réaffirmé la volonté du Burkina Faso d’œuvrer à la promotion du dialogue et à la bonne tenue du processus politique, en vue d’aboutir à la réconciliation nationale et à l’instauration d’une paix durable au Mali

    M. BOUBACAR BOUREIMA (Niger) a estimé que la situation au Mali avait trop traîné en longueur, alors que l’attention de la communauté internationale avait été attirée sur les risques qui guettaient toute la région du Sahel à la suite de la crise libyenne. Il a rappelé que la mission conjointe de l’ONU et de l’Union africaine avait donné un diagnostic exhaustif et formulé des recommandations pertinentes. En outre, la Réunion de haut niveau sur la situation au Mali, organisée par le Secrétaire général de l’ONU, avait été très claire sur la nécessité de traiter efficacement et de manière intégrée les problèmes de la région, en général, et du Mali, en particulier. L’« approche progressive et très douce » semble avoir encouragé les groupes armés qui ont vite fait de parachever leur mainmise sur tout le nord du Mali, a-t-il estimé. Le représentant a fait observer que ces groupes avaient interprété la réaction graduelle des Nations Unies comme un manque de ferme volonté à contrecarrer leurs intentions machiavéliques, ce qui les a poussés à descendre plus au sud afin d’occuper à terme tout le pays.

    Le représentant a salué la « prompte et salutaire intervention de la France » au Mali et a invité toute la communauté internationale à le faire. Il lui a aussi recommandé d’appuyer sans tarder l’action conjointe des forces maliennes et françaises. Au-delà de la légitimité et de la légalité que lui confère la demande expresse des autorités du Mali en vertu des dispositions de l’Article 51 de la Charte des Nations Unies qui consacre le principe de légitime défense individuelle et collective, l’intervention française est conforme à l’esprit de la résolution 2085 du Conseil de sécurité, a souligné le représentant du Niger. C’est dans cet esprit que la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a autorisé le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA). Il a assuré que le Niger participerait à cette Mission à hauteur de 650 hommes. Il s’est félicité, par ailleurs, des manifestations de solidarité comme la prochaine conférence des donateurs prévue à Addis-Abeba et la réunion du Groupe international de soutien et de suivi de l’Union européenne.

    M. JEAN-FRANCIS R. ZINSOU (Bénin) a estimé que cette séance du Conseil de sécurité se tenait à un moment critique de l’histoire du Mali, en précisant que la crise dans ce pays affectait aussi la stabilité de tout le Sahel, de l’Afrique de l’Ouest et du continent africain dans son ensemble.

    Le délégué a notamment souligné que l’intervention de la France avait apporté la puissance de feu à la mesure du danger qui planait sur le Mali, arrêté la progression des agresseurs et pavé la voie à l’arrivée des contingents de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), en faisant partie de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA).

    L’évolution de la situation, a souligné M. Zinsou, place le Mali dans une situation d’extrême urgence et requiert une montée en puissance immédiate de la MISMA. Il importe ainsi, a-t-il estimé, que la MISMA puisse déployer à brève échéance toutes ses capacités aussi bien en termes d’effectifs que d’équipements pour s’affirmer sur le terrain devant les groupes armés terroristes.

    Le Bénin, qui réaffirme que le démarrage de cette campagne militaire est entièrement couvert par la résolution 2085 (2012), encourage la France à maintenir sa présence active sur le terrain et à maintenir une posture offensive qui empêche les groupes terroristes de reprendre leurs assauts, a assuré le représentant.

    M. USMAN SARKI (Nigéria) a mis l’accent sur le communiqué final du Sommet extraordinaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), le 19 janvier dernier à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Le représentant a indiqué que son pays avait déployé rapidement 1 200 troupes pour servir au sein de la MISMA, en précisant que c’est le général de division Shehu Usman Abdulkadir, du Nigéria, qui dirigera la Force de la Mission.

    Les actions entreprises par le Nigéria sont, a-t-il précisé, conformes à la décision du Conseil de sécurité du 10 janvier dernier et à sa résolution 2085 (2012) appelant au déploiement rapide de la MISMA et à un appui international au Mali. Elles sont également conformes, a-t-il ajouté, à la Charte des Nations Unies et aux principes du droit international.

    Le Sahel et des pays comme le Mali ont été trop longtemps ignorés ou négligés par la communauté internationale, a estimé M. Sarki, en appelant à une assistance humanitaire rapide et suffisante à la région. À moyen et long termes, des initiatives structurées de consolidation de la paix, le renforcement de la réforme du secteur de la sécurité et des capacités institutionnelles, y compris la bonne gouvernance, le renforcement des institutions démocratiques, les droits de l’homme et l’autonomisation des jeunes, sont indispensables dans l’ensemble de la région.

    Le délégué du Nigéria a ainsi considéré que l’usage de la force, s’il s’avère nécessaire pour affronter la menace terroriste immédiate et à l’instabilité au Mali et à la région tout entière, ne peut constituer une stratégie ou une solution à long terme. La communauté internationale doit faire plus que cela, a-t-il déclaré, en mettant l’accent sur la nécessité de promouvoir le développement économique et d’accroître l’aide au développement devant permettre aux gouvernements de la région de s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité et des conflits.

    M. THOMAS MAYR-HARTING, Chef de la délégation de l’Union européenne, a salué la réponse rapide de la France, soutenue par d’autres États membres de l’Union européenne, à la demande d’assistance militaire contre les groupes terroristes et criminels exprimée par le Président du Mali. L’Union européenne soutient le déploiement rapide de la MISMA, conformément à la résolution 2085 (2012) et réaffirme son engagement à fournir rapidement une aide financière à cette Mission, en particulier à travers la mobilisation de la facilité africaine de paix. Il a assuré que les préparatifs en vue d’un appui financier et logistique, en étroite relation avec l’Union africaine et la CEDEAO, étaient en cours et que l’Union européenne participera à la Conférence des donateurs, prévue le 29 janvier à Addis-Abeba. Il a salué l’importance de la dernière lettre du Secrétaire général concernant les différents moyens de fournir un soutien logistique à l’appui de la MISMA, en espérant que le Conseil de sécurité pourra se prononcer rapidement sur l’autorisation d’un dispositif solide sur le financement de la Mission.

    En réponse à la demande du Mali et, en conformité avec la résolution 2085 (2012), l’Union européenne a décidé de déployer une mission de formation militaire (EUTM-Mali) aux Forces armées maliennes. Il a précisé que le commandement de cette mission de formation avait été confié au général François Lecointre et qu’une première équipe technique, qui arrivera à Bamako dans les prochains jours, commencera son travail en février. M. Mayr-Harting a souligné que des progrès politiques sont cruciaux pour assurer la stabilité du Mali à long terme, avant d’appeler les autorités maliennes à adopter et mettre en œuvre le plus rapidement possible une feuille de route visant à rétablir la démocratie et l’ordre constitutionnel. Il a appelé à un dialogue national inclusif ouvert aux populations du nord et à tous les groupes rejetant le terrorisme et reconnaissant l’intégrité territoriale du pays. L’armée, a-t-il également insisté, devrait être réformée et soumise au pouvoir civil. Dès que les conditions seront réunies, l’Union européenne sera déterminée à reprendre graduellement sa coopération pour le développement et à débourser rapidement les fonds prévus, a-t-il assuré. Avant de conclure, M. Mayr-Harting a mis l’accent sur la nécessité d’établir une coordination efficace entre acteurs humanitaires sous les auspices de l’ONU et appelé toutes les parties concernées à accorder un accès humanitaire sans entrave aux populations dans le besoin, tout en garantissant la sécurité des travailleurs humanitaires.

    À l’intention des organes d’information • Document non officiel


    0 0

    Source: Missionary International Service News Agency
    Country: Mali

    Au treizième jour de l’offensive française Serval, des bombardements aériens ont été lancés dans la banlieue de Tombouctou (nord) contre des positions sous contrôle de combattants d’Al Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi). Certains témoignages repris par des sources de presse internationales ont indiqué qu’une réserve de carburant, un dépôt d’armes ainsi que le siège local de la chaîne de radio-télévision publique malienne (Ortm) et une école dont les miliciens avaient fait leur quartier général ont été détruits dans les bombardements.

    Après la reconquête il y a quelques jours des villes de Konna, Diabaly et Douentza, au centre du pays, l’opération conjointe franco-malienne se poursuit en direction de la vaste région désertique du Nord, occupée depuis avril 2012 par des groupes islamistes. La région de l’Azawad est devenue le fief de l’Aqmi ainsi que des mouvements d’Ansar Dine et du Mouvement pour l’unité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) qui en ont chassé les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla). Si pour certains observateurs et experts militaires, la phase la plus “longue et difficile” du conflit vient de commencer, à Bamako, l’état-major de l’armée prévoit qu’un mois maximum sera nécessaire pour libérer Tombouctou et Gao à condition de recevoir des soutiens importants.

    Le début d’une nouvelle phase de l’opération Serval (qui tire son nom d’un félin africain) s’est néanmoins accompagné de dénonciations pour de graves violations des droits de l’homme prétendument commises par les soldats maliens. Les troupes de Bamako, selon la Fédération internationale des Droits de l’Homme (Fidh), se seraient rendues coupables d’une série d’exécutions sommaires depuis le 10 janvier dernier dans les villes centrales de Sévaré, Mopti et Nioro, ainsi que dans d’autres régions où ont fait rages les combats des derniers jours. Dans la capitale, la Fidh fait état de pillages et d’actes d’intimidation dans plusieurs habitations de Maliens d’origine touareg. La Fidh a appelé les autorités maliennes, françaises et la communauté internationale à créer une commission d’enquête indépendante pour élucider ces crimes. “Il y a un vrai danger que les Touaregs soient victimes de massacres et d’autres exactions, non seulement de la part de l’armée malienne mais aussi de certaines milices d’auto-défense formés par d’autres groupes ethniques maliens, comme les Ganda Koï et les Ganda Izo”, a mis en garde Peter Bouckaert, directeur de la section Urgences de l’organisation Human Rights Watch. Face à un tel péril, de plus en plus concret au fur et à mesure que la ligne du front se déplace vers l’Azawad, les députés maliens originaires du Nord ont lancé un appel aux différentes communautés qui composent la société malienne, pour les inviter à ne pas se mettre les unes contre les autres et à ne pas se laisser influencer négativement, rappelant que le Mali est le pays de “la coexistence et du pardon”.

    Pendant ce temps, les pays de l’Ouest africain voisins du Mali ont envoyé leurs premières troupes pour soutenir l’action des armées maliennes et françaises. Une colonne de véhicules blindés tchadiens aurait déjà franchi la localité nigérienne d’Ouallam et continuerait sa route en direction du Nord du territoire malien. En outre, 500 militaires déployés par Niamey accompagneraient les soldats tchadiens en direction de Gao. L’offensive sur le front septentrional devrait également voir la mobilisation des effectifs maliens contraints en avril dernier à se replier au Niger, après avoir été battus par les rebelles islamistes. À Lomé, les autorités togolaises ont annoncé qu’elles contribueraient à la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) à hauteur de 733 hommes. Près de 450 soldats sénégalais, sur les 500 promis au Mali, ont commencé l’entraînement avec des instructeurs français dans le camp militaire de Dodji, village situé au nord-est de Dakar.

    Les Etats-Unis ont quant à eux apporté une première contribution logistique, qui vient s’ajouter à une aide en services de renseignements. Benjamin Benson, porte-parole des forces armées américaines en Afrique (Africom), a confirmé la participation de l’aviation américaine, qui a mis ses appareils à la disposition de la France, mais sans fournir de plus amples détails à ce sujet. En outre, Washington aurait déployé une centaine d’instructeurs militaires privés au Niger, au Nigeria, au Burkina Faso, au Togo et au Sénégal pour former les troupes qui prendront part aux opérations au Mali.

    Sur le plan diplomatique, le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a exprimé un timide soutien à l’intervention de Paris. Tout en la qualifiant d’opération “courageuse”, il a surtout insisté sur les risques susceptibles d’être encourus par les agents humanitaires et le personnel de l’Onu en cas de soutien logistique direct à la mission par les Nations unies. Le secrétaire général de l’Onu a également suggéré de trouver avant tout une solution politique à la crise sur le plan politique. L’Union africaine (UA) a quant à elle convoqué à Addis-Abeba une réunion des ministres des Affaires étrangères de ses Etats membres ainsi qu’une conférence de donateurs pour recueillir les fonds nécessaires au déploiement et au financement de la Misma, à la veille de son 20ème Sommet, prévu à la fin du mois. D’autre part, redoutant une nouvelle détérioration des conditions de sécurité locales, le Japon a décidé de fermer provisoirement sa représentation diplomatique à Bamako.

    (VV/CN)


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    01/24/2013 08:50 GMT

    by Serge Daniel

    BAMAKO, Jan 24, 2013 (AFP) - African forces moved towards Mali's centre Thursday, as the European Union joined a chorus of concern over summary killings and abuses in the offensive on Al Qaeda-linked groups.

    The first troops from a UN-mandated African force aimed at replacing the French mission have "already started to move towards central towns," Foreign Minister Laurent Fabius said in Paris.

    He said 1,000 troops from West African countries and Chad had already arrived in Mali, which has been split in two since April.

    "The African force is deploying much faster than expected," Fabius said. "Obviously that poses a number of logistical difficulties but I have to say that I have seen a very big effort by our African friends."

    A Malian defence official said that 160 soldiers from Burkina Faso had arrived in Markala, 270 kilometres (170 miles) north of the capital Bamako, to "take up the baton from the French" guarding a strategic bridge on the Niger river.

    "They are already in place and could then go on to Niono and Diabaly," two towns farther north, the source said, adding: "After the French, it will be the Africans who are on the ground".

    The UN has authorised the deployment of a 3,300-strong force under the auspices of 15-nation West African bloc ECOWAS. The involvement of non-member Chad could boost the African deployment by another 2,000 soldiers.

    Two weeks after France swept to Mali's aid to stop an Islamist advance towards Bamako, reports emerged of atrocities committed by Malian soldiers and growing fears of attacks among light-skinned ethnic communities.

    The majority of the Al-Qaeda-linked rebels being hunted by the armies are either Tuaregs or Arabs.

    "We are very worried by reports evoking the possibility of ethnic attacks and fighting and abuses committed in revenge attacks," said EU humanitarian aid commissioner Kristalina Georgieva in remarks translated in French.

    The International Federation of Human Rights Leagues said that in the central town of Sevare at least 11 people were executed in a military camp near the bus station and the town's hospital, citing evidence gathered by local researchers.

    Twenty others were executed in the same area and the bodies dumped in wells or otherwise disposed of, the organisation said, adding that two Tuaregs were executed by Malian soldiers in the central town of Niono.

    The organisation called for an immediate independent inquiry to "determine the scale of the abuses and to punish the perpetrators".

    The rights group Human Rights Watch said its investigators had spoken to witnesses who saw the executions of two Tuareg men in the village of Siribala, near Niono.

    The group also said witnesses had reported "credible information" of soldiers sexually abusing women in a village near Sevare, and called on the government to urgently investigate these incidents.

    -- 'The honour of Malian soldiers at stake' --

    French Defence Minister Jean-Yves Le Drian urged extreme "vigilance" against any abuses, saying the "honour of the (Malian) troops is at stake".

    "We cannot accept any rights violations. The international community will face a very serious situation if (the intervention force) is identified with abuses," Fabius added.

    France said it had already deployed 2,300 soldiers in Mali, a former colony, whose poorly trained and equipped force has been overwhelmed by Islamist rebels occupying the vast arid north and seeking to push south.

    International moves to support the French-led operation gathered pace, with the US military airlifting French troops and equipment from France into Mali.

    French General Francois Lecointre, who heads a planned 450-strong EU team in Mali to train soldiers, said the aim of the mission was to "help the Malian army reconstruct itself.

    "The Malian army needs equipment because it has lost some of the equipment it had and the country is not rich. It ... really needs to recreate the trust that will give it the necessary moral strength to go fighting," he added.

    Mali's year-old crisis began when Tuaregs returning from fighting for slain dictator Moamer Kadhafi in Libya, battle-hardened and with a massive arsenal, took up a decades-old rebellion for independence of the north, which they call Azawad.

    They allied with hardline Islamists and seized the key towns of Kidal, Gao and Timbuktu in a matter of days.

    The Islamists later broke with their Tuareg allies, and with firm control of the north, implemented an extreme form of Islamic law.

    bur-ach/jmm

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    01/24/2013 01:53 GMT

    by Jean-Pierre Campagne

    SEGOU, Mali, Jan 24, 2013 (AFP) - Afraid to leave their homes and increasingly haunted by hunger, Tuaregs in Mali are facing a backlash after French-led troops halted a march south by Islamist rebels mainly comprising light-skinned people like them.

    The Tuaregs, a Berber or native North African people, are easily identified by their flowing robes and turbans in this West African country which was sliced in two after rebels from their community launched a fresh bid for independence in January last year.

    "If you reveal our names, we are dead," said a Tuareg artisan speaking in hushed tones in Segou, about 270 kilometres (170 miles) northeast of the capital Bamako.

    "We are scared to venture out, they say that we are with the rebels," another artisan said.

    "We are Muslims, not terrorists," he added, saying he had come to Segou from the fabled city of Timbuktu in 1985 to "make a better living".

    "Now we are hungry," he said.

    "Here if you wear a turban, have a beard and wear a Tuareg robe, you are threatened," said a shop owner. "It has become very dangerous for us since this war started."

    The Tuaregs, who have lived a nomadic lifestyle in the region for 2,000 years, were instrumental in helping groups such as Al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM) seize control of huge swathes of northern Mali last year.

    There are about 500,000 Tuaregs in Mali, which is home to some 16 million people and has been divided for 10 months between the desert north, held by armed Islamist groups mainly made up of Arabs and Tuaregs, and the government-controlled south.

    Nearly two weeks after France swept to Mali's aid to stop an Islamist advance towards the capital, reports emerged of atrocities committed by Malian soldiers and growing fears of attacks against light-skinned ethnic communities.

    The International Federation of Human Rights Leagues said that in the central town of Sevare at least 11 people were executed in a military camp near the bus station and the town's hospital, citing evidence gathered by local researchers.

    Credible reports also pointed to around 20 other people having been executed in the same area and the bodies having been dumped in wells or otherwise disposed of, the organisation said.

    At Niono, also in the centre, two Malian Tuaregs were executed by Malian soldiers, according to the FIDH.

    The organisation called for an immediate independent inquiry commission to "determine the scale of the abuses and to punish the perpetrators."

    "These abuses blemish the legitimacy of the operation to restore the territorial integrity (of Mali) and have to be investigated by the national authorities and, if necessary, the International Criminal Court (ICC)," said FIDH president Sidiki Kaba.

    -- ICC opens probe into suspected war crimes --

    The ICC opened an inquiry into suspected war crimes in Mali on January 16 but its focus, until now, was to be abuses carried out in the north of the country since Islamists and Tuareg rebels seized control there last April.

    FIDH's reporting of executions in Sevare follows an unconfirmed report by the French weekly magazine L'Express of a mass execution of Islamist fighters who were detained there after fleeing French air strikes around the town of Konna in the opening days of the conflict.

    Witnesses cited by L'Express said 25-30 Islamists had been buried in a pile of tyres which was then set alight, creating a powerful stench for several days.

    Malian army chief General Ibrahima Dahirou Dembele promised that any soldier involved in abuses would be brought to book.

    "One mustn't get confused. Every white skin is not a terrorist or a jihadist and among the enemy which attacked our different position were many black skins. We are among brothers, whether one is black or white," he said.

    The livelihood of the Tuareg artisans -- whose creations include ornate jewellery boxes crafted from embossed camel leather, silver jewellery and traditional knives -- has also taken a hit.

    Tourism in Mali, once a popular travel destination, has dried up as the security situation has worsened.

    But the traditional desert nomads have few options.

    "If we flee, we will not get anything, they have taken everything we have. And how do we rebuild our lives and with what?" one said.

    Local Tuaregs said many of their peers had fled to neighbouring Burkina Faso, fearing reprisals.

    Yakouba, a youth from Mali's dominant Bambara ethnic group, said the Tuaregs were under great pressure.

    "All those with light skins are threatened, it's not good as they don't dare move," he said.

    jpc/ach/fb/jhb

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Taiwan International Cooperation and Development Fund
    Country: Kenya, South Sudan (Republic of)

    Introduction

    In 2011, two events in eastern parts of Africa made headlines around the world.

    Firstly, there was the independence of South Sudan, which, while being cause for great optimism, also led to a period of intense conflict in certain regions of the world‟s newest nation, blighting the lives of those involved due to a serious threat to local food security.

    Secondly, there was the “Horn of Africa Crisis,” as it was referred to by the development community and the world‟s media, a drought of widespread and historic proportions which wrought devastation upon an already fragile region, leading to a major call for emergency assistance from the UN and governments around the world.

    The TaiwanICDF became involved in the response to both of these events after being approached by Mercy Corps, our long-term partner, to fund rapid-relief projects in Kenya, one of the four countries affected by the Horn of Africa Crisis, and South Sudan.

    Recently, two of our TaiwanICDF colleagues, Regine Liu and Mini Kao, had the opportunity to visit the project sites to conduct project completion missions.

    As part of their 16-day mission, Regine and Mini conducted extensive interviews with members of local communities and the project staff who implemented these initiatives, which allows us to piece together the background to these events and tell much of both stories in the words of those directly involved.


    0 0

    Source: Inter Press Service
    Country: Malawi

    By Mabvuto Banda

    LILONGWE, Jan 22 2013 (IPS) - She has taken a personal pay cut, promised reforms, resumed aid flows from Western donors and put her predecessor’s private jet up for sale.

    Malawi’s president Joyce Banda seems to be making all the right moves to win over the hearts and minds of this impoverished southern African nation’s roughly 14 million people.

    With over 65 percent of the population living below the poverty line, 1.4 million children involved in child labour and 74 percent of the country scratching out a living on less than 1.25 dollars a day, Malawi is desperate for change, and Banda has been the face of it for nearly a year.

    Riding on a groundswell of popular support, the president came into office in April 2012 after the sudden death of her mercurial predecessor, Bingu wa Mutharika; but that popularity is eroding fast as she implements painful austerity policies to fix a sputtering economy.

    The aid-dependent country teetered under the late Mutharika, whose squabbles with international donors led to a freeze in major assistance packages amounting to about 500 million dollars.

    The cut in aid, which has traditionally accounted for 40 percent of the country’s budget, coincided with a steady decline in tobacco sales, Malawi’s main export earner, which have gone down by more than 50 percent since 2010.

    In an attempt to pull the economy from its slump, Banda embarked on a range of reforms, few of which have found favour with the local population. Perhaps her biggest gamble has been to cultivate closer ties with international financial institutions like the International Monetary Fund (IMF), whose heavy-handed austerity plans have recently come under fire in countries like Greece, Ireland and Spain. In fact, experts here say that the high-level visit early this month by IMF Chief Christine Lagarde may have done more harm than good for Banda’s waning popularity.

    Already the president has capitulated to unpopular reforms demanded by the IMF and other Western donors on whom Malawi is heavily dependent, such as devaluing the currency by 49 percent, increasing petroleum prices three times in her presidency and cutting off subsidies by moving to an automatic fuel price adjustment mechanism.

    These reforms have had devastating domino effects on the country’s poor, affecting people like Shadreck Kumwembe, a primary school teacher who earns less than a dollar a day.

    “My real income has halved in the last few months because of the devaluation, and yet food prices have been going up — I can’t afford to pay for everything,” Kumwembe, who also disclosed that he has not received his salary from the government in the last three months, told IPS.

    Commodity prices have soared and pushed inflation to 33.3 percent in December – far higher than the government’s forecast of around 18 percent for 2012.

    The latest data from the Centre for Social Concern, a local research institution focusing on the cost of living in urban Malawi, showed that since Banda took over, a family of six now needs an average of 200 dollars per month to meet basic food demands – bad news in a country where the minimum monthly wage is about 20 dollars.

    On Jan. 17, just a few days after Lagarde’s visit, thousands of Malawians took to the streets peacefully in all three major cities of the country for the first large-scale protests under Banda, against what they described as “the IMF’s wrong economic prescriptions”.

    “I blame IMF policies for all these high prices and job losses we are experiencing. Lagarde’s insistence that Malawi continues on this path underlines how out of touch the IMF is with reality,” said James Chivunde, a civil servant who joined the protests last week. “Late President Mutharika refused to listen to them (IMF) to devalue the kwacha (the local currency) because he knew exactly how that was going to impact us,” Lloyd Phiri, another protestor, told IPS.

    According to John Kapito, head of the watchdog known as the Consumers Association of Malawi, Banda has “transferred power” to the IMF and the World Bank.

    “Like many leaders of poor countries, the problem with Joyce Banda is that she doesn’t think on her own. She is listening to everything that the IMF and the World Bank are telling her. She (agreed) to devalue the kwacha, agreed to remove subsidies on fuel without considering the impact of these decisions on the poor,” said Kapito, who helped organise the latest demonstrations.

    Meanwhile, the IMF is adamant that the only way out of the cycle of poverty is for Malawi to continue to abide by the Fund’s prescriptions.

    “There have been huge efforts undertaken by the Malawian government and the Malawi population and it is really important to stay the course,” Lagarde said during a press conference held in the capital Lilongwe on Jan. 5.

    She assured that the country is at a tipping point, that soon inflation will start dropping and prompt the Reserve Bank of Malawi (RBM) to revisit the base lending rate.

    “Investors will return and we are confident that growth will resume,” she added.

    Some local economic experts are inclined to agree with these sentiments.

    “There will be no quick fixes, but any U-turn from the current course will be disastrous,” said Ben Kalua, professor of economics at Chancellor College, part of the University of Malawi.

    “What is needed is a credible and consistent policy aimed at making economic growth more inclusive by ensuring the development and protection of social safety nets and expanding access to financial services so that everybody, including the poor, has access to credit,” he said.

    Executive director of the Malawi Economic Justice Network, Dalitso Kubalasa, also backed the IMF and blamed the late Mutharika for delaying implementation of economic reforms.

    “We are now paying the cost of the previous administration’s (policies) but we have to stay the course to (solve) the economic problems,” Kubalasa told IPS.

    While admitting that the government underestimated the impact of austerity policies on the masses, Finance Minister Ken Lipenga stressed that donor support is enabling the government to implement a fiscal budget that provides adequate resources for the delivery of social services and to increase resources allocated for cushioning the most vulnerable.

    “We have introduced food for work programmes aimed at assisting the poorest in our communities to cope with the unintended effects of the reforms,” Lipenga told IPS.

    But Banda’s waning popularity may affect successful implementation of the reforms as she prepares for an election next year. Her biggest test will come when the parliament convenes in February, when she will be forced to reckon with the fact that many members of her governing party are losing faith in her leadership.

    (END)


    0 0

    Source: Australian Agency for International Development
    Country: Australia, Kenya, Somalia

    24 January 2013

    Australia will provide $2 million to help the United Nations World Food Programme (WFP) feed 575,000 refugees in Kenya that have fled war and drought in the region.

    Parliamentary Secretary for Foreign Affairs Richard Marles announced the assistance while meeting refugees at the Dadaab camp in Kenya, near the Somali border. Dadaab is the largest refugee camp in the world.

    "Australia's contribution will help WFP provide food and nourishment to almost 20,000 more people, including malnourished children, pregnant and breast feeding women," Mr Marles said.

    "Food is also distributed to schools to encourage attendance and at training centres to assist young people gain essential life and job skills."

    Australia was one of the largest donor countries to the 2011 Horn of Africa crisis, providing more than $112 million in humanitarian assistance.

    During his visit in Kenya, Mr Marles also discussed efforts to promote stability within Somalia with Kenya's Deputy Minister for Foreign Affairs and the United Nations Special Representative and Head of the United Nations Political Office for Somalia, Mr Augustine Mahiga.

    "Beyond our support for refugees in Dadaab, Australia will be closely involved in supporting Somali and African-led efforts to promote peace and recovery in Somalia during our term on the UN Security Council."

    Media enquiries

    Parliamentary Secretary's Office: (02) 6277 4330

    Departmental Media Liaison: (02) 6261 1555


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    01/24/2013 09:28 GMT

    Par Michel MOUTOT

    SEVARE (Mali), 24 jan 2013 (AFP) - Ils vivent depuis des mois sous la tente, le transistor collé à l'oreille. Les déplacés maliens de Sévaré en sont sûrs maintenant: l'heure du retour chez eux, dans le Nord, va bientôt sonner.

    Près de 600 personnes - 70 familles - ont été installées par les autorités locales dans ce gros bourg à 610 km au nord-est de Bamako, dans un bâtiment neuf destiné au repos des chauffeurs de camions, quand ils ont fui, à l'hiver et au printemps 2012, l'offensive des forces touareg et islamistes sur leurs villages du nord du pays.

    Avec l'offensive de l'armée française et le reflux vers le Nord des combattants intégristes et indépendantistes touareg, tous assurent être prêts à faire leurs paquetages et ravis à l'idée de retourner dans leurs villages.

    Son bébé Ibrahim, né à Sévaré, accroché à son sein, Mariam Sisoko, 27 ans, trois autres enfants, venue de Gossi (420 km à l'est de Sévaré), dit dans un grand sourire: "Merci à l'armée française, à tous les Français. Dans un mois ou deux ou trois, grâce à Dieu, on va rentrer chez nous".

    "Depuis qu'on a appris l'attaque des Français, on prépare un peu les bagages. On n'a que quelques habits. Dès que la guerre est finie, on rentre à la maison ! Mais sans le président Hollande, c'est sûr, on aurait fui jusqu'au Sénégal ou en Côte d'Ivoire !"

    Le secrétaire du camp Boakar (dit "Blake") Traoré, 56 ans, était mécanicien à Hombori (320 km à l'est de Sévaré). "J'ai fui le MNLA (rébellion touareg). Ils ont attaqué mon garage. Ils voulaient mon stock de pièces détachées mais surtout me prendre en otage, pour me forcer à réparer leurs Toyota", dit-il.

    "Les barbus, au moins, ils paient"

    "Maintenant c'est Ansar Dine (groupe islamiste armé) qui tient Hombori. Ils ont chassé le MLNA. J'ai deux employés qui sont restés. Ils sont forcés de travailler pour eux. Les barbus, au moins, ils paient. Un peu, ce qu'ils veulent. Mais le MLNA, ils ne paient jamais. C'est de l'esclavage. Je leur ai déjà échappé (lors de leur rébellion contre l'état malien) en 1992".

    "Moi, je suis laïque", poursuit Blake. "Mon surnom vient des séries américaines. Je vais à la fois à l'église et à la mosquée: tous les chemins sont bons pour aller vers Dieu. Et ça, ils détestent. Ils ont tué le chef de village. Pour nous, c'était comme un roi."

    Des dizaines d'enfants courent sur la grande esplanade fermée par des murs. Il y a une salle de classe, les sanitaires sont neufs. L'alimentation est fournie par le ministère malien de l'Action sociale, avec des aides du Programme alimentaire mondial de l'ONU, des ONG Care et Catholic Relief Service. Les tentes de grosses bâches blanches sont marquées "Swiss Red Cross".

    Adama Touré, 24 ans, rentre en vélo de la ville, un petit sac plastique plein de sucre au guidon. "Toute notre famille est ici, plus de trente personnes", dit-il. "Quand nous sommes partis, le camionneur nous a fait payer 10.000 CFA (15 euros) par personne. On n'avait pas l'argent, on a mis un mois à rembourser en travaillant un peu par ici..."

    Lui aussi vient d'un village dans la région de Gossi. "On veut tous rentrer chez nous. On n'a plus de nouvelles de nos parents sur place depuis plusieurs jours, le réseau téléphone ne passe plus. Ils disaient que c'était calme, mais un peu. Nous sommes des agriculteurs et des apprentis mobiles. On ne sait pas ce qu'on va trouver là-bas. Je crois que nos troupeaux ont tous été mangés".

    Une de ses vieilles tantes lève les yeux de la tête d'une petite fille sur laquelle elle fait des séries de tresses. "Même s'il n'y a plus rien, s'ils ont rasé nos maisons, nous devons rentrer", dit-elle en bambara, traduite par Adama. "Nous rachèterons du bétail. C'est chez nous, nous n'avons rien d'autre".

    mm/stb/sd

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: ICRC
    Country: Mali, Niger (the)
    preview


    Au Mali, 11 mois après le déclenchement des violences armées, la situation humanitaire est plus que jamais préoccupante. Dans les régions du nord du pays, l’accès aux biens et services de base tels que l’eau potable, la nourriture et les soins de santé reste problématique.

    Pour des dizaines de milliers d’autres personnes qui ont trouvé refuge dans les pays frontaliers comme le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et l’Algérie, fuyant violence et insécurité, les conditions de vie ne sont pas des meilleures et leur situation témoigne à juste titre des répercussions de cette crise sur une sous-région déjà grandement affaiblie par des crises alimentaires répétitives.

    Dans une telle situation, où les besoins des populations sont urgents et vont grandissants, la restriction de l’espace humanitaire et les entraves à l’action humanitaire peuvent peser lourdement sur le sort des victimes. Au-delà de la responsabilité qu’ils ont de protéger les populations civiles, les acteurs en présence doivent également garantir aux acteurs humanitaires un accès en toute sécurité aux victimes.

    Grâce au dialogue qu’il a engagé avec tous les acteurs et capitalisant les acquis d’une longue présence sur le terrain, aux côtés des populations du nord du Mali depuis plus de deux décennies, le CICR est aujourd’hui en mesure de déployer des opérations humanitaires afin de soutenir les populations affectées par ce conflit.

    Depuis le 1er octobre -et jusqu’en fin décembre-, environ un demi-million de personnes du Nord du Mali reçoivent des rations alimentaires de 3 mois dans les régions de Gao, Tombouctou, Kidal et Mopti. Entre janvier et juillet déjà, quelque 372 000 personnes avaient pu être soutenues en vivres et en biens ménagers essentiels par le CICR qui a réussi par ailleurs à maintenir l’accès à des soins de santé et de chirurgie par le soutien qu’il apporte à l’hôpital régional de Gao, le plus grand centre hospitalier de tout le nord Mali. Depuis le mois d’avril 2012, du carburant fourni par le CICR pour les générateurs de l’hôpital de Gao et les stations thermiques de Gao, Kidal et Tombouctou, permet d’assurer et maintenir l’approvisionnement en eau potable pour les populations de ces villes.

    Pour vitale qu’elle soit, cette assistance ne comble pas tous les besoins des populations affectées du nord Mali. Alors qu’une action militaire internationale est de plus en plus évoquée pour résoudre la crise au nord du Mali, ses répercussions sur la situation humanitaire précaire de toute la région ne manquent pas de préoccuper le CICR. En visite au Niger et au Mali du 21 au 24 octobre 2012, où il a rencontré les autorités des deux pays, le président du CICR, Peter Maurer, a prévenu : «quelle que soit l’évolution prochaine du conflit armé dans le nord du Mali, le risque d’une aggravation de la situation humanitaire dans cette région et dans l’ensemble du Sahel est important».

    Le soutien des donateurs aux organisations humanitaires reste crucial afin d’apporter une réponse prompte et efficace aux besoins des populations. Une plus grande mobilisation de la communauté internationale et humanitaire constitue un enjeu vital pour des centaines de milliers de personnes. Le CICR se prépare à relever les nombreux défis qui ne manqueront pas de se présenter au cours de ces prochains mois.

    Dans une telle perspective, une action humanitaire réellement indépendante, neutre et impartiale reste la manière la plus efficace de protéger et d’assister les personnes affectées. Grâce à son dispositif opérationnel actuel, le CICR parvient à mettre en œuvre efficacement des programmes dans ces régions. L’institution est plus que jamais déterminée à demeurer auprès des victimes afin d’alléger au mieux les souffrances des populations affectées par cette crise.

    Jean-Nicolas Marti
    Chef de la délégation régionale


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    01/24/2013 16:23 GMT

    by Serge Daniel

    BAMAKO, Jan 24, 2013 (AFP) - French warplanes destroyed two Islamist bases in northern Mali as a leading Al Qaeda-linked group in the region split Thursday, with the breakaway group saying it wanted talks to end a Paris-led offensive against the militants.

    The French bombing raids overnight targeted Ansongo, about 80 kilometres (50 miles) from the town of Gao and extremist bases in the nearby village of the Seyna Sonrai, a Malian military source said on condition of anonymity.

    "French military planes successfully attacked Islamist positions at Ansongo and nearby areas," the source said. "The strikes were very successful and caused damage to the enemy."

    A security source in Niger confirmed the raids, saying "two main bases of the Islamists were destroyed" as well as their fuel stocks and armoury.

    More than 2,000 Chadian soldiers and 500 troops from Niger are being deployed at Ouallam in Niger, near the Mali border, to open a second front against the Islamists as part of a UN-mandated African force to boost, and eventually take over, the two-week-long French-led campaign.

    The battle-hardened Chadian soldiers are adept at desert warfare and are experienced in putting down rebellions at home and in neighbouring countries.

    The first of the 6,000 troops pledged by African nations to support France started heading north, moving closer to the areas a trio of Al Qaeda-linked groups seized in April in the chaotic aftermath of a coup in Bamako.

    But cracks emerged in the rebel front when a faction announced it had broken away from Ansar Dine (Defenders of the Faith).

    The newly-formed Islamic Movement for Azawad said in a statement it "rejected all forms of extremism and terrorism and was committed to fighting them", adding that it wanted a "peaceful solution" to the Mali crisis.

    The use of the term Azawad appeared to further signal a willingness among the group's Tuareg ranks to distance themselves from Al-Qaeda in Islamic Maghreb (AQIM) and the Malian insurgency's mainly foreign leadership.

    The statement said the new group was composed entirely of Malian nationals and called on Mali and France to cease hostilities in the zones it was occupying in the northeastern regions of Kidal and Menaka "to create a climate of peace which will pave the way for an inclusive political dialogue".

    The UN has authorised the deployment of a 3,300-strong force under the auspices of 15-nation West African bloc ECOWAS. The involvement of non-member Chad could boost its numbers by another 2,000.

    Most of the estimated 1,000 African soldiers now in Mali are still in Bamako but a Malian defence source said a group of 160 troops from Burkina Faso had started making its way to central regions nearer the frontline.

    -- Concerns over summary killings --

    France's surprise decision to intervene on January 11 has received broad international support with continental powerhouse South Africa the latest country to give its backing.

    "From the French perspective, the issue in Mali was a terrorist threat involving Al-Qaeda in the Arab Maghreb which posed a threat not only to neighbouring countries in Africa but also to European countries," deputy foreign minister Ebrahim Ebrahim said.

    But there has been increasing alarm about reports of rights abuses by Malian soldiers on ethnic Tuaregs and Arabs.

    The International Federation of Human Rights Leagues said at least 31 people were executed in the central town of Sevare, and some bodies dumped in wells, according to local researchers.

    Two Tuaregs were also executed by Malian soldiers in the central town of Niono, it said, calling for an immediate independent inquiry to "determine the scale of the abuses and to punish the perpetrators".

    Human Rights Watch said its investigators had spoken to witnesses who saw the executions of two Tuareg men in the village of Siribala, near Niono.

    It also said witnesses had reported "credible information" of soldiers sexually abusing women in a village near Sevare, and called on the government to urgently investigate.

    France has already deployed 2,300 soldiers in its former colony, whose poorly trained and equipped force has been overwhelmed by the Islamist rebels occupying the vast arid north and seeking to push south.

    Mali's crisis began when Tuaregs revived a decades-old rebellion for independence of the north, which they call Azawad.

    They allied with hardline Islamists and seized the key towns of Kidal, Gao and Timbuktu in a matter of days. The Islamists later broke with the Tuareg and have imposed a harsh form of Islamic law in the north.

    bur-ach/txw

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Chad

    BOKORO, 24 January 2013 (IRIN) - As darkness fell in the central-southern Chadian town of Bokoro, the very last patient, a listless girl, left a makeshift clinic run by Médecins Sans Frontières (MSF) which had treated more than 4,000 children for severe malnutrition in the area since July 2012.

    "It's good news that patients have stopped coming because we have less malnutrition, but on the other hand it's also bad news because that means that since we as MSF are phasing out, access to this kind of care is very much reduced unless a new actor steps in to support the Ministry of Health in the longer run," MSF paediatrician Anja Junker told IRIN.

    The shacks set up for emergency malnutrition treatment by MSF now lie empty in the compound of Bokoro district hospital as MSF ended the programme on 21 January.

    There is only one doctor at the hospital for a population of 244,000, and it lacks the expertise, manpower and money to continue the malnutrition treatment programme. Equally, the region's 13 health centres are poorly equipped and staffed, often with one nurse for several thousand people. Only six of those health centres have cold chain storage.

    In Chad, 33 percent of children aged 12-23 months are not vaccinated against childhood diseases, according to the UN Children's Fund (UNICEF). The country also has the highest rates of malnutrition in the Sahel and West Africa region.

    "Malnutrition is the main underlying cause of child mortality in Chad," said Bruno Maes, the UNICEF representative in Chad. "Strengthening the health system and establishing preventive and curative measures to fight child mortality is imperative. The strictly humanitarian approach has its limits. It is not sustainable in the long term."

    Weak health service

    There is less than one qualified health worker per 1,000 people, and the government spends only 3 percent of its budget on health.

    On MSF's last clinic day at another health centre outside Bokoro town, the local nurse recently posted there said taking over the malnutrition treatment programme would be a difficult task.

    Apollinaire Minadji said he was "the only qualified nurse" at the Gambir health centre which caters for a population of 12,000. "Even with the best qualified nurse, it is a lot of work. Normally there should be two nurses here."

    Malnutrition, which is recurrent in Chad and is responsible for more than half of under-five deaths, is linked to lack of preventive and primary health care, including maternal and child health care, poverty, cyclical droughts as well as difficult access to food and safe drinking water.

    Part of the reason malnutrition is recurrent is because even when harvests are plentiful, poor families are forced to sell much of their harvests to repay debts incurred during the dry season, often at low prices due to high market supply. With reduced stocks to run through the lean period, they are again forced into debt.

    "There is a lack of social protection measures for the most vulnerable families," said Stefano Argenziano, the MSF head of mission in Chad. "The fundamental thing is to make the malnutrition crisis a public health issue. There is a common narrative that malnutrition is a result of lack of food. This is simplistic. It is not the lack of food, but the accessibility to food."

    In addition, without nutritional programmes in the already weak health system, child malnutrition begins even before birth as many mothers do not have enough to eat, and lack adequate pre-natal care and nutritional supplements. As a result, 22 percent of children in Chad are born underweight, UNICEF figures show.

    "The way the Ministry of Public Health is structured does not allow for the proper treatment of malnutrition," Bokoro District head doctor Ignable Passalet told IRIN.

    "The reality across the country is that the government makes an effort to train personnel, but it is always inadequate, which means that everywhere in the country in each health centre there is only one nurse, and in a district only one doctor," he explained.

    "There is a link between the general weakness of the public health system and malnutrition," said MSF's Argenziano. "There is a cause-and-effect relation. A malnourished child has high chances of contracting diseases and a sick child is also likely to become malnourished. It's not possible to treat malnutrition without addressing the public health problems."

    Equipment lacking

    The Gambir health centre outside Bokoro town has no running water, hospital waste is dumped in a shallow pit and cow dung litters the surrounding area. The delivery room has a rusty bed and vials and syringes are left exposed.

    "We don't have adequate equipment. Even basic hygiene equipment. We use borehole water," said Minadji, the nurse in charge.

    Outside the clinic, under a sloping roof annexe to the main building, mothers have brought their children for treatment for malnutrition. Many of the children have largely recovered since malnutrition rates began slowing in late 2012. At the peak of the crisis, malnutrition and other diseases had withered the bodies of many children to the bone, doctors said.

    Some of the mothers also suffered from malnutrition and had to be given highly nutritious peanut paste to prompt breast milk production.

    "Malnutrition still exists here in Bokoro. Even though it is reduced, it doesn't mean that the problem is solved," MSF paediatrician Junker said.

    Chad's government in 2012 pledged to increase the number of public health workers and raise health sector expenditure to 15 percent of the budget in line with the Abuja commitment

    "This is an absolutely necessary response. It's a crucial element that had not been tackled in the past, but which is now being addressed. There is a will to increase the budget and the health sector personnel. This is positive," said UNICEF's Maes.

    ob/cb


    0 0

    Source: CARE
    Country: Mali

    BAMAKO, Mali (January 23, 2013) — Amidst the escalating violence and with all eyes focused on the current security crisis in Mali, CARE International staff in the trouble-torn region of the country is distributing food to families in desperate need of help. CARE is planning to expand its response in the coming days, to provide people with essentials like tarps, blankets, sleeping mats, soap, and kitchen utensils. But more funding and access is urgently required to reach everyone in need.

    CARE has been distributing food packages in partnership with the World Food Programme, including rice, pulses, vegetable oil, and fortified cereal; it aims to reach 21,000 people in the region of Mopti, one of the areas affected by the fighting. Starting on Friday, CARE also plans to distribute more than 2,000 family kits full of emergency supplies. This is in addition to direct food and nutrition assistance from CARE throughout the ongoing food crisis in the country.

    “Although there has been a lot of focus on the current security crisis in Mali, it is important to remember and think about those who are the most affected, especially women, girls and boys, trapped in a vulnerable and distressing situation. People are afraid. They have been hiding in their homes, without water, food, or any connection with the outside world, with their own families and friends. Thousands of people are on the move, and there have even been cases of unaccompanied children arriving in urban areas,” said Claudine Mensah Awute, Country Director for CARE Mali. “Despite the challenges and the volatile circumstances, CARE has been successful in scaling up its response in Mopti and providing urgently needed aid to thousands of vulnerable people affected by the conflict,” said Awute. “However, there is an urgent need to expand humanitarian access. There are still areas that are cut off from aid. We are calling on all parties to establish a humanitarian corridor immediately so we can reach these people who are waiting for help.”

    Nearly half a million people have fled their homes since the conflict began last year, some of them taking refuge in neighbouring countries and others sheltering with friends and families in Mali. The numbers continue to rise. More than 5,000 people have been displaced in the past two weeks alone. This new crisis comes on top of severe food shortages and the conflict last year, from which people have still not recovered.

    CARE calls upon the international community to step up its humanitarian response and not lose sight of the plight of those most affected and vulnerable.

    “There were huge funding gaps last year for Mali and for the entire Sahel region, and this year, despite all eyes being on Mali, barely 1% of the funding needs for 2013 have been met for the current crisis. The humanitarian community cannot respond if the funds are not there. Without funding, people will be without food, without their basic needs being met. This is unacceptable,” said Awute.

    ABOUT CARE

    Founded in 1945, CARE is a leading humanitarian organization fighting global poverty and providing lifesaving assistance in emergencies. CARE has been working in Mali since 1975. CARE places special focus on working alongside poor girls and women because, equipped with the proper resources, they have the power to help lift whole families and entire communities out of poverty. Last year, CARE worked in 84 countries around the world to assist more than 122 million people improve basic health and education, fight hunger, increase access to clean water and sanitation, expand economic opportunity, confront climate change, and recover from disasters. To learn more, visit www.care-international.org.

    Media contacts: Sandra Bulling (Geneva), bulling@careinternational.org, +41 79 205 6951 Adel Sarkozi (Geneva), sarkozi@careinternational.org, + 44 7509693225 Brian Feagans (Atlanta), bfeagans@care.org, + 1 404 457 4644


    0 0

    Source: Government of Germany
    Country: Ethiopia, Germany

    23.01.2013

    BERLIN – Ethiopia is one of the world's poorest countries and is repeatedly affected by drought. In particular women living on the margins of society and their children have few resources to help them cope when food crises hit. It is precisely here that the project launched jointly by the de­vel­op­ment ministry, the NGO Kindernothilfe and the charitable foundation set up by entrepreneur Manfred Lautenschläger is intended to bring relief. Ten thousand women living in particularly marginalised circumstances will receive support through self-help groups and will be shown how to set up in business for themselves.

    "The project will give a hand to women who have practically been forgotten by their local communities and will bring them back into the midst of community life. It will benefit not only the targeted women and their families, but also their communities as a whole. The family business is a seed from which economic de­vel­op­ment can grow – and I am pleased that we are now able to realise this project with the help of Kindernothilfe and the Manfred Lautenschläger Foundation. The project is an example of successful and constructive collaboration between the BMZ, civil society and the private sector," said De­vel­op­ment Minister Dirk Niebel.

    The project's target group are women living on the margins of society in regions of Ethiopia that are particularly prone to drought. The women selected for the project are to meet once a week and save a small amount of money on a regular basis. On the basis of their savings, the women will be given low-interest credits for the purpose of setting up a small business or similar venture. The additional income generated by their activities will help them provide better for themselves and their families, send their children to school on a regular basis and purchase suitable medical treatment when ill. The group's savings will grow in line with the deposits they make and the interest they earn, thus providing a financial cushion in times of crisis in the future.

    "The project is targeted at women, however it is their children who will benefit most. When you consider that, on average, each of these women will have five to six children, then you realise what an impact this project is likely to have. We want to give mothers the opportunity to provide their children with the prospect of a better future – and to do this through their own efforts," explained Jürgen Thiesbonenkamp, Executive Director of the project-executing agency, Kindernothilfe.

    "Children are every society's hope for the future. This is as true for such a poor country as Ethiopia, as for any other country. We have been active in the region for years now, and I would be very pleased if this current project would also help to improve the situation of a considerable number of families there on a long-term and sustained basis," said Manfred Lautenschläger, entrepreneur and founder of the foundation named after him.

    The project will initially run until the end of 2015, with the BMZ funding 75 per cent of the costs. To help cover the remaining 25 per cent, the Manfred Lautenschläger Foundation will donate 167,000 euros to Kindernothilfe for the project.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    01/24/2013 14:21 GMT

    Par Serge DANIEL

    BAMAKO, 24 jan 2013 (AFP) - L'un des trois groupes islamistes armés qui occupent le nord du Mali, Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), s'est scindé en deux, une partie de ses membres appelant jeudi à une "solution pacifique", au quatorzième jour de l'intervention militaire française au Mali.

    Cette annonce intervient alors que des organisations de défense des droits de l'homme ont demandé l'ouverture d'une enquête sur des accusations d'exactions commises par les troupes maliennes, particulièrement à l'encontre des communautés arabe et touareg, majoritaires au sein des groupes islamistes armés.

    Ces groupes, qui contrôlent depuis plus de neuf mois le nord du Mali, ont affiché pour la première fois jeudi leurs divisions depuis le début de l'intervention de Paris.

    Le nouveau groupe s'intitule Mouvement islamique de l'Azawad (MIA), l'Azawad étant le nom que les Touareg donnent au Nord du Mali, en proie à des tensions indépendantistes depuis des années.

    "Le MIA affirme de la manière la plus solennelle qu'il se démarque totalement de tout groupe terroriste, condamne et rejette toute forme d'extrémisme et de terrorisme et s'engage à les combattre", affirme-t-il dans un communiqué reçu par l'AFP.

    "Composé exclusivement de nationaux (maliens) le MIA réaffirme son indépendance et sa volonté d'aller vers une solution pacifique"à la crise au Mali, ajoute-t-il. Le nouveau groupe dit "occuper" la région de Kidal, à plus de 1.500 km au nord-est de Bamako, près la frontière nigérienne.

    Le MIA demande à Bamako et à Paris un "arrêt des hostilités" pour entamer un "dialogue politique inclusif", après le début le 11 janvier de l'intervention militaire française au Mali pour aider l'armée malienne à reconquérir le nord du pays, devenu en 2012 un sanctuaire pour les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda et où ils ont commis de nombreuses exactions au nom de la charia (loi islamique).

    "Aile modérée" d'Ansar Dine

    Ce nouveau mouvement, dont le secrétaire général Alghabasse Ag Intalla est issu d'une des grandes familles touareg de la région de Kidal, ancien négociateur pour Ansar Dine lors de la médiation burkinabé fin 2012, dit être issu de "l'aile modérée" d'Ansar Dine, groupe dirigé par un ex-rebelle touareg malien, Iyad Ag Ghaly.

    Depuis des mois, des médiateurs ouest-africains et algériens tentaient de dissocier Ansar Dine des deux autres groupes islamistes armés présents dans le nord du Mali, en grande partie composés d'étrangers: Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

    Sur le terrain, ces trois groupes sont pilonnés depuis 14 jours par les frappes aériennes françaises. Soldats français et maliens ont repris ces derniers jours les villes de Diabali (ouest), Konna et Douentza (centre) des mains des groupes islamistes armés.

    Mais les informations faisant état d'exactions commises par l'armée malienne se multiplient. Selon la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), qui accuse des soldats maliens d'avoir perpétré "une série d'exécutions sommaires", au moins 11 personnes ont été tuées à Sévaré (650 km au nord-est de Bamako).

    L'ONG Human Rights Watch, qui a réclamé l'envoi d'observateurs de l'ONU, a dit enquêter sur des "allégations d'exactions graves impliquant des membres de l'armée malienne".

    "L'armée doit être irréprochable et il ne saurait être question pour nous de cautionner des actes que nous reprochons aux terroristes", a réagi le gouvernement malien mercredi soir.

    Plus de 2.300 soldats français de l'opération Serval, qui sera commandée par le général Grégoire de Saint-Quentin, sont déjà au Mali.

    Des soldats de la force africaine, dont le déploiement a été approuvé par l'ONU, ont commencé mercredi à se diriger vers le centre du pays.

    "Cent soixante soldats du Burkina Faso sont arrivés à Markalla (270 km au nord de Bamako), pour prendre la relève des Français. Ils pourront ensuite aller à Diabali", reprise lundi par une colonne franco-malienne aux groupes islamistes armés, selon une source au ministère malien de la Défense, qui souligne: "Après les Français, les Africains sont sur le terrain".

    Au Niger, un important convoi de soldats tchadiens est arrivé jeudi matin à Niamey. Quelque 400 soldats tchadiens, sur les 2.000 promis par N'Djamena, sont déjà stationnés au côté d'un bataillon de 500 Nigériens à Ouallam, dans une région frontalière du Mali.

    Les soldats nigériens et tchadiens doivent se diriger, à une date non précisée, vers Gao, une des principales villes du Nord du Mali, où les Français ont bombardé plusieurs positions islamistes, et qui se trouve à trois heures de route de Niamey.

    bur-thm/stb/sd

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Algeria, Egypt, Mauritania, Morocco, Niger (the), Saudi Arabia, Sudan (the), Western Sahara

    Control operations against swarms and bands on the Red Sea coast

    The Desert Locust situation remains serious in the winter breeding areas along both sides of the Red Sea. During January, ground and aerial control operations continue against hoppers bands and a few swarms in northeast Sudan (15,600 ha) and on the Red Sea coast in Saudi Arabia (3,500 ha). Ground control operations are in progress against similar infestations in southeast Egypt (3,100 ha). Another generation of breeding will occur in the three countries, causing locust numbers to increase further. Recently, a few swarms were seen laying eggs on the coastal plains near the Sudan/Eritrea border. All efforts are required to monitor the situation carefully and undertake the necessary control operations.

    The Desert Locust situation is currently calm in the Western Region. In Niger, residual populations of scattered immature solitarious adults are present in Tamensa and Air while small-scale breeding is in progress in a few places in the Air Mountains. In Algeria, limited control operations were undertaken against small infestations of adults near irrigated areas in the central Sahara (Adrar). In Morocco, control operations (1,400 ha) were undertaken recently against groups of immature adults in the southern part of the Western Sahara. Limited operations are also in progress in adjacent coastal areas of northwest Mauritania, and scattered immature adults are present in parts of the north and northwest. Low temperatures will delay locust maturation and limit movements within the Region.


    0 0

    Source: Fédération Internationale des Ligues des Droits de I'Homme
    Country: Mali

    FIDH is very alarmed by the increasing number of summary executions and other human rights violations committed by Malian soldiers in the context of the counter-attack led by the French and Malian armies against the Jihadists, and calls for the immediate establishment of an independent investigation commission to assess the scope of these abuses and sanction the perpetrators.

    FIDH has confirmed that a number of summary executions were carried out by the Malian armed forces as of Thursday, 10 January 2013, in particular in Sévaré, Mopti, Niono and other places in the conflict zones. In Sévaré, at least 11 individuals were executed in the military camp, near the bus station and near the hospital. Reliable information report close to 20 other executions in the same area where bodies are said to have been buried very hastily, in particular in the wells. In the Niono region, Malian soldiers killed two Malians of Tuareg origin. We are also being told of other allegations of summary executions in the centre region.

    Our organisation also wishes to take note of the abduction of the imam Cheik Hama Alourou by Malian soldiers in the evening of 21 January in Gnimi Gnama, a village between Bore and Douentza. In Bamako, during the week of 14 January, the Malian army intimidated a dozen of Tuaregs whose homes they searched, and plundered.

    The victims of these abuses are people who are accused of complicity with the jihadists or infiltrated elements, persons in possession of weapons, people who have no proof of their identity during military patrols or simply people targeted because of their belonging to certain ethnic groups, common called the “light skins”.

    “This series of grave abuses confirms the concerns that we have been expressing for several weeks. These acts of revenge together with the extreme tensions that exists between the communities constitute an explosive cocktail leading us to fear that the worst could happen, especially in the context of the reconquering the North” said Souhayr Belhassen, FIDH President.

    Although the Malian and French politicians and military officials have repeatedly called for respect of international humanitarian law and human rights within the framework of the counter-attack, FIDH is concerned about the lack of investigations and public information regarding these violations, the difficulty of reaching the zones where abuses are taking place and the lack of sanctions against the perpetrators.

    “These absuses undermine the legitimacy of the operation to restore territorial integrity and must be prosecuted by the national justice, and if required, by the International Criminal Court which opened an investigation on the situation in Mali on 16 January”, said Sidiki Kaba, FIDH Honorary President.

    FIDH urges the Malian and French authorities, as well as the international community, to immediately set up an independent investigation commission to shed light on these serious violations of international humanitarian law and human rights committed by all the belligerents in the Mali conflict, including abuses committed by the armed groups in the North of the country. Our organisation will be publishing information on this area in the very near future.

    FIDH strongly encourages the urgent implementation of the training on human rights for the armed forces and the operationalisation of specific mechanisms devoted to human rights documentation and protection as provided for in Resolution 2085 of the United Nations Security Council.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Algeria, Mali, Niger (the)

    BAMAKO/DAKAR, 24 janvier 2013 (IRIN) - Un nombre important de Maliens du nord risquent d'être confrontés à de graves pénuries alimentaires dans les jours et les semaines à venir, si la fermeture des frontières et des routes perdurent, entraînant un blocage des marchés, et si l'accès humanitaire reste limité, préviennent les agences de sécurité alimentaire.

    L'Algérie a fermé sa frontière avec le Mali le 11 janvier, au premier jour de l'offensive lancée par les troupes françaises et maliennes contre les groupes islamistes qui contrôlaient le Nord. Suite à cette fermeture, les importations de produits alimentaires ont baissé de 50 pour cent, selon l'unité Analyse et Cartographie de la vulnérabilité du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies.

    Le riz, la semoule à couscous, l'huile et le lait - qui figurent dans le régime alimentaire traditionnel des Maliens du nord - importés d'Algérie approvisionnent la quasi-totalité des marchés de la région de Kidal, située au nord-est du Mali. Certains camions arrivent à passer la frontière, mais les marchands hésitent à faire le déplacement en raison des contrôles stricts et par crainte de nouveaux bombardements aériens, selon l'analyse du PAM.

    Les marchés de Mopti fournissent des stocks importants de riz et de millet importés aux régions du nord du pays - une diminution de 40 pour cent de la disponibilité de ces deux céréales a été enregistrée à Kidal depuis janvier 2012. Le prix de ces céréales a enregistré une hausse de 120 pour cent par rapport aux moyennes des cinq dernières années, selon le PAM.

    « Si la situation perdure, la sécurité alimentaire risque de se détériorer dans les jours à venir », a dit le PAM.

    Des résidents de Gao (située dans le centre nord-est du Mali) et de Kidal ont tenté de passer la frontière algérienne, mais ils ont dû rebrousser chemin.

    Des marchands algériens présents à Kidal essayent de vendre leurs stocks de nourriture.

    Les habitants de Kidal dépendent des marchés hebdomadaires pour acheter et vendre une grande partie de leur nourriture, mais certains marchés sont toujours fermés ou perturbés. Un grand nombre de commerçants des régions de Kidal et de Gao ont fermé leurs magasins par crainte des pillages, indiquent les habitants et les agences d'aide humanitaire.

    Les agences d'aide humanitaire craignent que les niveaux d'insécurité alimentaire anormalement élevés dans le Nord ne s'aggravent en raison des blocages : dans le Nord, qui compte 1,8 millions d'habitants, 585 000 personnes sont en insécurité alimentaire et plus de 1,2 million de personnes risquent de basculer dans l'insécurité alimentaire, selon une évaluation de la sécurité alimentaire réalisée par le PAM.

    D'après l'organisation non gouvernementale (ONG) locale Sol, les familles de Kidal ont suffisamment de céréales pour tenir 10 jours en moyenne.

    À Kidal, les prix de la semoule à couscous et du riz, une céréale importée, n'ont pas enregistré de variation significative pour l'instant, mais le prix du millet - céréale consommée par les Maliens du nord et du sud - a enregistré une hausse de 120 pour cent par rapport aux moyennes des cinq dernières années dans le Nord.

    Une situation difficile à Gao

    Suite aux perturbations dans le corridor de Mopti-Douentza-Gao, une grave diminution des stocks de céréales a été enregistrée sur les marchés de Gao, indique Franck Vannetelle, directeur pays d'Action contre le Faim (ACF) dans la capitale Bamako.

    Les habitants de Gao dépendent des céréales importées du Niger. « Si la frontière avec le Niger ferme, alors ils seront complètement isolés . Ce serait une catastrophe », a prévenu M. Vannetelle.

    La plupart des éleveurs ont fui dans le bush avec leur bétail ; il est donc difficile de trouver de la viande sur le marché, a-t-il ajouté.

    Les banques ont fermé leurs portes et la plupart des prêteurs d'argent privés ont suspendu leurs activités, ce qui a entraîné une crise des liquidités à Gao, a-t-il indiqué. Des bombes ont détruit un dépôt de carburants de la ville ; les résidents craignent une pénurie de carburants, qui les priverait de lumière.

    Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) va continuer de distribuer des carburants dans les principales villes du Nord pour faire fonctionner les pompes à eau. Le Comité a commencé ces distributions il y a plusieurs mois.

    Les résidents, qui sont confrontés à ces difficultés et à la coupure des lignes téléphoniques depuis plus d'une semaine, se sentent vulnérables.

    « Il y a maintenant une semaine que les lignes téléphoniques ont été coupées, donc nous ne pouvons plus communiquer - nous sommes coupés du reste du monde, cela me fait peur », a dit Jafar Haïdara, membre du conseil régional de jeunes de Gao contacté par téléphone satellite.

    « Gao est comme un no-man's land », a-t-il dit. « Tout le monde est nerveux. Nous n'avons aucune idée de ce qui va se passer demain ».

    Suite à la sécheresse de 2011 et à l'occupation islamiste de 2012, les Maliens du nord du pays étaient « déjà très vulnérables », a dit M. Vannetelle. Dans la région de Kidal, le taux de malnutrition sévère dans la région de Kidal était de 13,5 pour cent en octobre 2012, selon Médecins du Monde (MDM) - un taux deux fois plus élevé qu'en 2011.

    Si la pénurie alimentaire continue à Gao, les résidents vont probablement rejoindre Kidal pour trouver de la nourriture, ce qui veut dire que les stocks pourraient diminuer rapidement, selon le PAM. Les marchands de Kidal devraient se rendre à Tombouctou, région productrice de riz, pour acheter du riz local, indique le PAM.

    Plans d'aide alimentaire

    Les agences de sécurité alimentaire surveillent de près les marchés - ACF demande une surveillance au jour le jour. Le PAM termine des évaluations rapides de la situation de la sécurité alimentaire à Gao et à Tombouctou.

    Selon ACF, les autorités doivent tout faire pour que la frontière avec le Niger reste ouverte.

    L'organisation réclame également un renforcement de la coordination entre les agences de sécurité alimentaire, et demande à tous d'ouvrer en faveur de la sécurisation de l'accès au Nord.

    Le PAM espère commencer les distributions dans le Nord au cours des prochains jours - éventuellement par la rivière - si l'accès est confirmé, selon la porte-parole Corinne Stephenson. L'organisation distribue déjà de la nourriture aux populations déplacées de Bamako, Mopti et Ségou.

    ACF, qui intervient dans l'ouest du Mali, à Bamako et dans ses environs, ainsi qu'à Gao, envisage de distribuer de la nourriture dans le Nord.

    Seulement 6 pour cent des fonds nécessaires à l'opération d'urgence 2013 lancée par le PAM ont été versés ; l'organisme a encore besoin de 128,6 millions de dollars.

    aj/sd/cb-mg/amz


older | 1 | .... | 70 | 71 | (Page 72) | 73 | 74 | .... | 728 | newer