Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 556 | 557 | (Page 558) | 559 | 560 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Kano, Nigeria | AFP | Friday 6/17/2016 - 16:33 GMT

    by Aminu ABUBAKAR

    Twenty-four people were killed when Boko Haram fighters opened fire on mourners, a local community leader said Friday, in the second attack in northeast Nigeria this week after a relative lull.

    The attack happened at about 8:00 pm (1900 GMT) in Kuda village near the town of Gulak, in Adamawa state, according to Maina Ularamu, a former local government chairman in nearby Madagali.

    Adamawa police spokesman Othman Abubakar, based in the state capital Yola, 255 kilometres (160 miles) away, confirmed the attack, as did local lawmaker Adamu Kamale.

    But Abubakar gave a lower death toll of 18 and said "many others were injured".

    Ularamu said the attack occurred during a "mourning celebration" to mark the death of a local community leader.

    "They came on motorcycles and opened fire on the crowd, killing 24. Most of the victims were women. They looted food supplies and burnt homes and they left almost an hour later," he told AFP.

    "Gulak has been liberated from Boko Haram but the gunmen still live in villages nearby. They attack mostly to loot food supplies.

    "Our people who fled their homes to escape Boko Haram attacks have been returning because they can't live in the camps.

    "But now they are facing threats from Boko Haram who launch nocturnal attacks."

    Boko Haram threatened to overrun Adamawa state in 2014, sweeping down from their Sambisa Forest stronghold which lies just across the border in Borno state to Mubi, 80 kilometres south of Gulak.

    The rampage, which left bridges and homes destroyed on the only road south to Yola, forced tens of thousands of people from their homes to flee into camps and host communities in the state capital.

    Sporadic attacks

    Boko Haram was driven out of the state by a military counter-offensive from January 2015 and since there has been a relative calm despite sporadic attacks.

    The last attack in Adamawa was on January 9, when seven people were killed and two others injured in a raid on the northern Adamawa town of Madagali.

    Two female suicide bombers blew themselves up at a market in Madagali on December 28, killing 30, just days after President Muhammadu Buhari declared the Islamists "technically" defeated.

    There has been a noticeable fall in attacks since the turn of the year and the military claims the Islamic State affiliate is severely weakened and pushed into border areas around Lake Chad.

    Earlier this month 24 soldiers from neighbouring Niger and two Nigerian troops were killed in a Boko Haram attack in the Bosso area of Niger, prompting Chad to send in reinforcements.

    Thursday's attack is an indication that the rebels, who want to create a hardline Islamic state in northeast Nigeria, are not routed, and still have the capacity to strike.

    The Nigerian army in late April began an assault on Sambisa Forest, which is believed to have pushed out remaining fighters, and has claimed the arrest of several suspected Boko Haram leaders.

    On Tuesday, fighters attacked Kutuva village in the Damboa area of Borno state, on the other side of the former game reserve, killing four and kidnapping four women.

    At least 20,000 people have been killed and more than 2.6 million people forced from their homes since the insurgency began in 2009.

    abu-phz/ccr

    © 1994-2016 Agence France-Presse


    0 0
  • 06/17/16--08:59: World: Rapport annuel 2015
  • Source: Belgian Technical Cooperation
    Country: Algeria, Belgium, Benin, Bolivia (Plurinational State of), Burundi, Democratic Republic of the Congo, Ecuador, Mali, Morocco, Mozambique, Niger, occupied Palestinian territory, Peru, Rwanda, Senegal, South Africa, Uganda, United Republic of Tanzania, Viet Nam, World

    La CTB publie son rapport annuel 2015

    2015 est une année charnière pour la coopération internationale. Le temps était venu de revoir en profondeur le paradigme de l'aide qui a prévalu ces quinze dernières années : les Objectifs du millénaire, les engagements financiers de la Conférence de Monterrey et la Déclaration de Paris. Les changements rapides et radicaux, conjugués au caractère mondial des défis à relever par l'humanité, ont débouché sur de nouveaux engagements financiers (Addis Abeba – juillet 2015) ainsi que sur des Objectifs de développement durable (New York – septembre 2015) : l'Agenda 2030. Contrairement au paradigme précédent, l'Agenda 2030 est universel et global : il porte sur l'ensemble des pays et presque tous les aspects de l'activité humaine. Pour concrétiser ces ambitions, les budgets et acteurs traditionnels du développement ne suffisent plus. D'autres moyens devront être engagés : investissements privés, impôts, lutte contre les flux financiers illégaux... De même, divers acteurs (le secteur privé en tête) devront être impliqués dans ces efforts.

    Compte tenu du contexte changeant, la CTB a entamé, dès 2014, un exercice de réflexion stratégique devant permettre à notre Agence d'assurer sa pertinence et son efficacité. Alexander De Croo, Ministre de la Coopération au développement, a exhorté la CTB à faire preuve d'ambition et d'innovation.

    La CTB n'a pas ménagé ses efforts en 2015 pour élaborer les contours d'une Agence de développement, nouvelle et modernisée. Le Conseil d'administration a transmis une proposition au Ministre le 31 octobre. L'octroi d'un mandat élargi à la nouvelle organisation est une composante essentielle de cette proposition, et ce pour lui permettre de mettre en œuvre et de coordonner, dans le cadre de l'Agenda 2030, des activités pour le compte de l'ensemble du gouvernement fédéral. Les autres points au cœur de la proposition visent à rationnaliser la répartition des tâches avec l'Administration, rendre plus flexible le cycle de programme et à optimiser les relations avec les Ambassades belges sur le terrain. En 2016, la proposition a été soumise au Conseil des Ministres belge, qui l'a en grande partie approuvée.

    Le changement et la modernisation conditionnent plus que jamais notre environnement de travail. Plus encore, ils constituent l'essence même de nos activités. Et c'est précisément cette perspective qui nous convainc que la CTB s'est engagée à temps dans la bonne direction.

    Carl Michiels
    Président du Comité de direction


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania

    KEY FIGURES

    297
    Mauritian refugees and urban refugees were registered to receive health insurance to improve their access to medical services.

    1,799 Mauritanian refugees were registered during a UNHCR verification mission in the district of Yélimané.

    281 Refugee returnees and host community members in Timbuktu were selected to receive UNHCR support for agricultural projects.

    PRIORITIES

    • 850 Malian IDP returnee households targeted to received adequate and durable shelter

    • 6,000 Malian refugee returnees targeted to receive cash vouchers

    • 2,500 Mauritanian refugees and local community members targeted to receive improved access to potable water

    • 1,000 refugee children targeted to receive educational support

    FUNDING

    USD 49.2 million

    Highlights

    • A joint mission to the commune of Gargando in Timbuktu region verified the presence of 147 refugee returnee households (418 individuals) with proper documentation.

    • Twenty-one Mauritanian refugee children from the refugee site of Hassidougou who had previously dropped out of school returned as a result of sensitization sessions on the importance of education carried out by UNHCR’s partner, Stop Sahel, as well as support by the village of Guénaourou to provide boarding options.

    • On April 28, the Malian government endorsed the establishment of a technical committee on the domestication of the Kampala Convention on internal displacement. This committee will be charged with activities related to the integration of the convention with national laws. These efforts will be facilitated with the support of UNHCR, the Global Protection Cluster and other protection actors.

    UPDATE ON ACHIEVEMENTS
    Operational Context

    Despite gradual progress in the peace and reconciliation process in Mali, the security situation remains volatile with terrorism and criminal activity continuing to hamper humanitarian operations, particularly in the north and the centre.

    Violations of basic human rights are still reported, prices of basic necessities are high, and local populations are in dire need of access to public services, documentation, water, and food security. Some 134,915 Malian refugees remain in neighbouring countries and 36,762 displaced persons in Mali are waiting to see whether conditions in their area of origin improve to allow them to return in safety and dignity.

    The month of April was marked by violent protests in the region of Kidal. On 18 April, 200 to 300 people reportedly led by members of the Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), participated in violent protests in response to arrests made by the French counterterrorism operation, Barkhane, following the death of three French soldiers by an anti-tank mine on 12 April. Barkhane has carried out numerous counterterrorism operations targeting Ansar Dine, a terrorist group. The 18 April protests damaged the Kidal airfield, hindering humanitarian access in that region.

    The threat of terrorism and criminality remains high in the north and centre of Mali. A reinforced presence of Al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM) in the north of Timbuktu has been observed. Banditry and heightened criminality in the districts of Timbuktu, Goundam and Niafounké are of heightened concern to UNHCR given the potential presence of refugee returnees in the region. Furthermore, several terror-related incidents were recorded over the month of April including attacks on the MINUSMA camp in Ansongo in the region of Gao, an IED explosion against a MINUSMA convoy on the Tessalit-Aguelhok road in the region of Kidal, as well as an attack on a Forces Armées et de Sécurité du Mali (FAMa) checkpoint near the village of Boni in Mopti region. Ansar Dine claimed responsibility for all these attacks. During the month of April, nearly 3,242 Malian refugees based in refugee camps in Niger and Burkina Faso signalled their intent to return to the regions of Timbuktu and Gao in the near future despite the volatile security situation. According to government sources, there has been an increase of approximately 4,699 refugee returnees between the months of February (42,690) and April (47,389).

    National and international counterterrorism operations have begun to dissuade some terrorist attacks in Mali, but no reduction in the threat level is expected over the near term. National and international security forces remain the targets of most attacks, but international civilian personnel are at risk for potential targets or in hostage takings or kidnappings.

    On 18 April, three staff members of the International Committee of the Red Cross (ICRC) were detained in the region of Kidal by Ansar Dine and then released on 22 April.

    In short, terrorism and criminality continue to destabilize local communities, preventing displaced persons from returning to their homes and further threatening their access to already limited basic social services. For humanitarian actors, access to persons of concern remains one of the biggest challenges not least due to the UN-security restrictions imposed in Northern Mali. Incorporating protection principles and promoting meaningful access, safety and dignity for humanitarian aid remains key for humanitarian actors.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Niger, Nigeria

    Bosso, Niger | AFP | vendredi 17/06/2016 - 16:53 GMT

    par Patrick FORT

    Silence de mort, rues et maisons désertées, cadavres d'humains en putréfaction, carcasses de chiens et de chèvres à l'abandon... Attaquée début juin par Boko Haram, Bosso est depuis une ville fantôme où se croisent l'armée nigérienne et de rares habitants.

    Une sandale a été abandonnée au milieu de la cour d'une concession. Des casseroles, marmites et bidons sont éparpillés sur le sol. A l'intérieur d'une des maisons faites de terre et de paille, un matelas et des verres de thé brisés.

    Derrière une tôle ondulée, une chèvre se décompose dégageant une odeur nauséabonde. A l'entrée, un sac entier de poisson fumé est éventré. Les habitants sont partis vite.

    Attaquée par les jihadistes nigérians de Boko Haram le 3 juin, Bosso, dans le sud-est du Niger, est située à quelques centaines de mètres à peine du Nigeria et des bases arrière du groupe islamiste armé. Elle avait déjà été victime de plusieurs attaques jihadistes par le passé.

    La ville de 6.000 habitants, qui accueillait 20.000 réfugiés et déplacés internes, s'est vidée en quelques heures le 4 juin au petit matin.

    • Civils tués -

    Officiellement, le bilan est de 26 soldats nigériens et nigérians tués, mais des civils aussi ont péri. Le corps d'un homme est encore présent dans un bâtiment du siège communal. Des témoins parlent d'autres corps disséminés dans la ville.

    "Les cadavres jonchaient les rues", explique Abdelaziz Zembada, 50 ans, petit commerçant revenu à Bosso pour voir si les conditions du retour sont réunies.

    Il a perdu sa fille de quatre ans. "On habite en face de la gendarmerie ciblée par la secte. Un voisin m'a conseillé d'aller chez lui. J'ai pris deux de mes enfants, Madame en a pris une. On est partis le temps de revenir la chercher (une autre de ses filles, ndlr), c'est là où l'obus est tombé. Ma fille était dedans avec les deux enfants de mon voisin... Elle n'a pas encore été inhumée", raconte-t-il.

    L'armée a été submergée par l'attaque de Boko Haram. La caserne a été saccagée. On y découvre deux véhicules blindés ainsi que plusieurs camions et voitures brûlés. Les bâtiments et notamment les dortoirs ont été incendiés, seuls restent visibles des carcasses de lits.

    Tous les bâtiments publics (gendarmerie, préfecture, mairie) ont aussi été saccagés. Comme une école de campagne de l'Unicef et le centre de santé où quelqu'un a marqué à la craie sur un tableau noir: "Boko Haram". Les jihadistes se sont également emparés de la plupart des 200 tonnes de céréales destinées aux populations dans le besoin et stockées dans un magasin.

    • 'les militaires sont là' -

    L'armée nigérienne dit avoir réinvesti les lieux, sans dévoiler ses effectifs. "Les militaires sont là. Un effectif conséquent, un dispositif nouveau, un autre moral", assure le ministre de l'Intérieur Mohamed Bazoum qui a conduit dans la cité une délégation d'une trentaine de véhicules, composée de deux ministres, députés et de personnel des agences onusiennes et d'ONG.

    "D'ici quelques semaines, nous allons repeupler Bosso et les populations retourneront à leurs activités", assure-t-il. Sur place, les soldats sourient et lèvent le poing en signe de confiance.

    Lors de la visite de la caserne saccagée, une vive discussion oppose le colonel de gendarmerie au préfet. "Partout où vous êtes, il y a un plan de défense. C'est ça qu'il faut mettre en oeuvre. Pas plus!", déclare le colonel. "C'est facile de dire ça!" lui rétorque le préfet soulignant qu'il a défendu la place jusqu'à 21H00 le 3 juin avant de décrocher.

    Dans le dédale des rues sablonneuses, on ne croise personne ou presque. Nourris par l'armée, quelques vieillards qui n'ont pas pu fuir attendent le retour de leurs proches.

    Des habitants font le va-et-vient entre les villes voisines pour récupérer des affaires, comme El Hadj Abba Makani qui charge tout ce qu'il peut sur un vieux 4x4. "La nuit du 3, on l'a passée sur le toit et le matin on a fui à pied avec toute la famille", raconte ce commerçant nigérian, aux deux épouses et dix enfants. "On a peur mais si tout le monde revient, on reviendra".

    "On est découragés. On veut que les gens reviennent", assure Souleymane Salissa, coiffeur, qui fait aussi fonctionner un petit groupe électrogène pour charger les téléphones. Sa boutique et sa maison ont été pillées mais il est revenu et survit grâce à la clientèle des soldats.

    "On veut qu'on nous aide en nourriture, en eau et qu'on arrange la téléphonie mobile et l'électricité", poursuit-il, confiant en l'avenir: "On voit que ça va mieux même si hier on a entendu des rafales. Si on entend +Allahou Akhbar+ (Dieu est le plus grand, crié par des combattants de Boko Haram), c'est là qu'on doit s'inquiéter!"

    pgf/gl/dom

    © 1994-2016 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Mali, Mauritania

    Highlights

    6,530 refugee returnees registered by the government in Gao, Mopti and Timbuktu regions since January 2016
    536 urban refugees received hygiene kits to prevent diarrheal diseases since January 2016
    100 youths from Mauritanian refugee and host communities in Kayes participate in UNHCR/FAO ‘Youth at Work’ project
    5,000 community members in Mopti benefit from restored water distribution system, including refugee returnees

    Population of Concern

    570,782 people of concern in Mali
    134,511 Malians still in exile in the region

    Funding

    USD 49.2 million requested


    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Afghanistan, Côte d'Ivoire, Cyprus, Egypt, Eritrea, Gambia, Greece, Iraq, Italy, Libya, Nigeria, Somalia, Spain, Syrian Arab Republic

    Italy - IOM reports an estimated 213,581 migrants and refugees entered Europe by sea in 2016 through 15 June, arriving in Italy, Greece, Cyprus and Spain. Deaths so far this year are 2,859 compared with 1,838 through the first six months of 2015. In other words, fatalities on the Mediterranean Sea in 2016 stand at 1,020 ahead of last year’s mid-year total, although we remain three weeks shy of 2016’s mid-year point.


    IOM’s spokesman in Rome Flavio Di Giacomo reported Thursday over 2,800 migrants had been rescued at sea and brought to port since the last report. Further, another 414 migrants were rescued but were not yet on land, so that over 3,200 migrants will have arrived in Italy since Monday. IOM estimates 54,778 migrants have arrived in Italy so far this year, which is about 5,000 fewer than the total of arrivals to Italy last year through June 15. By the end of June last year, arrivals were 70,354.


    For the latest Mediterranean Update infographic please go to: https://missingmigrants.iom.int/sites/default/files/Mediterranean_Update_17_June_2016.pdf

    For latest arrivals and fatalities in the Mediterranean, please visit: http://migration.iom.int/europe Learn more about Missing Migrants Project at: http://missingmigrants.iom.int

    For further information please contact: Flavio Di Giacomo, IOM Italy, Tel: +39 347 089 8996, Email: fdigiacomo@iom.int IOM Greece: Daniel Esdras, Tel: +30 210 9912174, Email: iomathens@iom.int or Kelly Namia, Tel: +302109919040, +302109912174, Email: knamia@iom.int Abby Dwommoh at IOM Turkey, Tel: +903124551202, Email: adwommoh@iom.int Amr Taha at IOM Egypt. Tel: +202-27365140, Email: iomegypt@iom.int IOM Geneva: Joel Millman, Tel: +41.22.717.9486 – Mobile: +41.79.103.8720, Email: jmillman@iom.int or Leonard Doyle, Tel: + 41 79 285 7123, Email: ldoyle@iom.int


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Algeria, Niger

    Du Niger à l’Algérie en passant par l’Arabie Saoudite, Mounirou a tenté plusieurs fois de quitter le pays mais à chaque fois, il a été forcé de revenir chez lui, à Kantché dans la région de Zinder. Voici l’histoire de ses rapatriements à répétition.

    Ce père de famille qui approche la cinquantaine connaît toutes les péripéties de l’émigration ainsi que les souffrances humaines qu’elle peut causer. Aujourd’hui, il est chef d’un projet de production de savon dans son quartier mais le maigre profit qu’il en tire suffira-t-il pour l’empêcher de planifier un nouveau départ à la recherche de meilleures conditions de vie?

    Lire l'article sur OCHA.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Nigeria

    ANALYSE DES BESOINS

    La situation sécuritaire dans la région de l’Extrême-Nord demeure toujours volatile et imprévisible. Les forces armées des pays engagées dans la lutte contre Boko Haram continuent de faire la pression pour neutraliser la secte. Même aaibli militairement, le groupe islamiste conserve néanmoins une importante capacité de nuisance. Les incidents de sécurité sont restés très nombreux, même si ils sont moins sanglants que ceux de la période précédente.

    L’évaluation de la protection a relevé un nombre élevé de cas de personnes sourant de traumatisme profond, la prise en charge dans le domaine de la santé mentale reste un défi. Le manque d’accès à l’énergie des familles au camp crée des problèmes de cohabitation pacifique et des SGBV. La faible capacité du centre de formation professionnelle ne permet pas d’absorber le grand nombre d’adolescents non scolarisés et déscolarisés du camp ; cette frange de la population reste à risque et a besoin d’être occupée sainement.

    Il y a aussi la nécessité de procéder à l'enregistrement des réfugiés hors camps pour faciliter leur documentation, l'accès à la protection et aux services sociaux de base.

    A travers le protection monitoring dans les trois départements frontaliers – Mayo Tsanaga, Mayo Sava et Logone-et-Chari - 103 incidents de protection ont été rapportés en mai. Le département de Mayo Tsanaga et le plus aecté avec 55 cas soit (53%), Suivi de Mayo Sava avec 28 cas soit (27%), Suivi Logone et Chari avec 20 cas chacun soit (20%) sur le total de 103 incidents.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization, UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Nigeria

    ANALYSE DES BESOINS

    A leur arrivée au Cameroun en 2013, la quasi-totalité des réfugiés nigérians ne disposait plus de ressources pour leur subsistance ainsi que de financement pour le développement d’une activité génératrice de revenus (Bétail, petit commerce et outils de travail abandonné lors de la fuite). Très peu de ménages exercent le petit commerce ainsi que l’agriculture de subsistance.
    Les activités de subsistance bien que lancée sont loin de couvrir la grande majorité de ménages.

    L’encadrement des réfugiés volontaires à la pratique de l’agriculture reste faible .Malgré la bonne volonté des autorités administratives locales et traditionnelles il n’existe pas encore un poste agricole au camp de Minawao.

    Moins de 5% de la population travaille comme indépendant. Les réfugiés ne sont pas pris en compte dans les programmes agricoles nationaux Quelque 160 jeunes étudiants étaient inscrits à une formation profession- nelle, y compris la menuiserie, la maçonnerie et la couture, en 2015. Ce nombre est loin de couvrir toute la demande et 100% des réfugiés ignorent les mécanismes de fonctionnement et les opportunités qu’orent les services financiers modernes (banques, micro finances). 95% de la population réfugiée manquent de notions de base de montage et de gestion des microprojets. Ce qui les empêche de bénéficier de certaines opportunités d’intégration dans les projets d’aide au développement rural du gouvernement.

    La production agricole est insusante. Les intrants et semences n’ont pas été distribués aux réfugiés et le petit élevage reste embryonnaire.

    DÉVELOPPEMENTS MAJEURS

    Réalisation d’une étude de marché pour la collecte des données socioéconomiques primaires en vue de la mise en œuvre des activités génératrices de revenus.

    Obtention de 79 hectares des terres cultivables dont 23 Hectares à Zamai et 56 Hectares à Gawar en vue de la mise sur pied des champs communautaires mixtes (populations hôtes et réfugiés) pour la production agricole.

    Recrutement de 40 promoteurs environnementaux soit 30 au camp de Minawao et 10 dans les villages riverains.

    Formation professionnelle de 55 Apprenants soit 32 couturiers et 23 menuisiers. Parmi ces 55 apprenants, 06 sont autochtones et 49 sont réfugiés.


    0 0

    Source: UN Children's Fund, UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Nigeria

    ANALYSE DES BESOINS

    Les enfants réfugiés représentent environ 60% des réfugiés nigérians vivant dans le camp Minawao. 28,763 enfants (3 à 17 ans) sont en âge scolaire, y compris 14.317 filles et 14.446 garçons. Avec la poursuite des violences dans le Nord-Est du Nigeria, de nouveaux réfugiés continuent d'arriver au camp, ces chires devraient augmenter, avec un écart correspondant à la fourniture de l'éducation formelle et non formelle. Les systèmes d'éducation au Nigeria et au Cameroun dièrent, notamment en ce qui concerne la langue d'enseignement (un programme en langue française est enseigné dans le nord du Cameroun). Dans le camp de Minawao, 52% des enfants âgés de 14 à 17 ans ne sont pas scolarisés et auront besoin d'une formation professionnelle. En outre, 92% de la population adulte illettrées (réfugiés et les communautés d’accueil) n'auront pas accès à des cours d'alphabétisation vu que le projet ciblera seulement 8% de la population à cause des contraintes budgétaires.

    DÉVELOPPEMENTS MAJEURS

    Au niveau de la maternelle, le secteur éducation a procédé à la première session de formation des animateurs du développement de la petite enfance (ECCD) et FCS

    Dans le cadre de leur participation aux examens sanctionnant la fin du cycle primaire, 98 élèves dont 26 filles et 72 garçons ont pris part aux épreuves physiques et sportives pour le compte de l’entrée en classe de 6e.

    Un centre d’examen “General Certificate of Education (GCE)” a été créé au lycée de Minawao par décret ministériel.

    Une journée pédagogique a été organisée par le directeur de l’école groupe II. Des leçons modèles ont été présentées et les participants ont apporté des améliorations aux diérentes présentations.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Nigeria

    ANALYSE DES BESOINS

    Le camp de Minawao fonctionne au-delà de sa capacité, et le nombre de nouveaux arrivants continue de croître. Les acteurs humanitaires ont mobilisé les eorts pour fournir des abris et de l'assistance NFI. Au cours de l'année 2015, le gouvernement du Cameroun a mis des terres à disposition pour l'expansion du camp (actuellement, 554 hectares sont occupés); 5167 abris transitionnels ont été construit par les refugies au camp (1500 en 2015 et 3667 en 2016), 2995 tentes familiales ont été installées, et 31 abris communautaires ont été construits. En outre, les acteurs humanitaires ont construit deux nouveaux centres de distribution.

    Selon les évaluations menées en 2015, les besoins prioritaires pour le logement et les NFIs sont la construction de 11250 abris familiaux temporaires si le chifre de planification de 80000 réfugiés au camp de Minawao est atteint en 2016, la construction de 35 kilomètres de routes d'accès au camp de Minawao et les ouvrages de franchissements. 3000 familles vulnérables ont besoin de recevoir des abris transitionnels et 6000 ménages non vulnérables ont besoin de kits de construction pour construire eux-mêmes leurs abris transitionnels. En collaboration avec le gouvernement et les partenaires, le HCR continuera à explorer les possibilités d'augmenter la capacité d'absorption des nouveaux réfugiés.

    DÉVELOPPEMENTS MAJEURS

    Les activités plannifiées pour le début de l’année (Construc- tion d’abris d’urgence et transitionnels, distribution de NFIs et kits de construction) sont efectives et nous notons une forte mobilisation des réfugiés par leur implication active dans la contruction des abris transitionnels. Cet engoue- ment est le résultat des campagnes de sensibilisation faites par les relais communautaires.

    Finalisation des travaux d’aménagement de 3 aires de jeux de dimension 70 x 45 m dans les écoles secondaires du secteur 4.

    Durant l’année 2016, 4236 ménages ont assistés par 4497 kits constructions.
    Dans le cadre de la mobilisation communautaire, diérents comités (comité central, comité des femmes, comité d’abris, comité des jeunes, comité des PBS) ont été sensibilisés autour de la question de gestion des forêts et coupures de bois des communautés hôtes et sur l’éclairage prochain du camp.


    0 0

    Source: World Health Organization, World Food Programme, UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Nigeria

    ANALYSE DES BESOINS

    Les besoins suivants ont été identifiés pour le camp de Minawao début 2016: renforcer les activités de santé et de nutrition à base communautaire (la sensibilisation, la surveillance, le dépistage, le suivi, l'alimentation du nourrisson et du jeune enfant, etc.) en augmentant le nombre de travailleurs communautaires; la réhabilitation et l'augmentation de la capacité d'un centre de santé; la construction de deux nouveaux centres de santé pour décentraliser les services et améliorer l'accessibilité, en particulier pour les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes handicapées et les enfants sourant de malnutrition; le recrutement de personnel médical supplémentaire (y compris les médecins, les infirmières et sages-femmes) afin de renforcer la qualité des soins de santé fournis; équiper l’hôpital de Mokolo, y compris avec le personnel médical et paramédical qualifié, ainsi que le personnel de nuit; le renforcement des capacités du personnel de la santé et de la nutrition travaillant au camp; la formation est nécessaire pour renforcer la capacité du personnel, notamment sur la gestion intégrée des maladies infantiles (PCIME), la gestion intégrée de la malnutrition aiguë (MAM), l'alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE), les soins obstétricaux d'urgence (SOU), la santé mentale, la gestion des urgences médicales. Il est important que l'enquête SENS qui est dans le pipeline devienne réalité

    DÉVELOPPEMENTS MAJEURS

    Le paquet complet de service de santé primaire est en place à Minawao:

    -100% des réfugiés qui consultent sont pris en charge,
    -La référence et la PEC de tous les cas compliqués dans les hôpitaux est assurée,
    -L’appui en personnel, médicament et équipement à l’Hôpital de Mokolo est assurée.
    Un comité de santé a été constitué pour servir d’interface entre les fournisseurs de service et les bénéficiaires qui sont les réfugiés.

    Les procédures standards de référence ont été finalisé pour permettre à tous les acteurs impliqués dans ce service de disposer d’un outil servant de guide qui formalise les rôles et responsabilités déjà joués par chaque partie.

    La semaine 14 a marqué la fin de l’épidémie de rougeole qui a ainsi


    0 0

    Source: UN Children's Fund, UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Nigeria

    ANALYSE DES BESOINS

    Compte tenu de sous-sol pauvre en eau, l’adduction d’eau potable de Mokolo au camp de Minawao est essentielle afin de limiter l’épuisement de la nappe phréatique eu égard à l’augmentation constante de la population réfugiée. Ce nombre sans cesse en augmentation des refugies risque d’aecter gravement les populations locales autour de Minawao. L’atteinte du standard de 20 litres d’eau potable par personne par jour reste une priorité afin de contenir les épidémies et autres situations sanitaires dangereuses.

    DÉVELOPPEMENTS MAJEURS

    Au camp de Minawao, 1801 latrines sont fonctionnelles soit un ratio de 29 personnes par latrine. 1 792 douches fonctionnelles soit 32 personnes par douche.

    Malgré, l'incertitude de la nappe phréatique, le camp contin- ue à être approvisionné en eau potable avec 66% de water trucking et 34% des forages. Pour pallier au défi d’eau dans le camp, le HCR en collaboration avec le gouvernement ont prévu la réalisation de l’adduction d’eau potable de Mokolo au camp sur 25 Km. Le niveau d'avancement des travaux est estimé globalement à presque 51% (fin mai). Le creusage de la tranchée pour la pose de la conduite principale est en cours de réalisation (64%).
    Début des travaux des tranchées à l’intérieur du camp (40% de réalisation) et dans 4 quartiers de Mokolo.
    Réhabilitation de la station de traitement d’eau avec la mise en place de 70m3 de massif filtrant.


    0 0

    Source: World Food Programme, UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Nigeria

    ANALYSE DES BESOINS

    En 2015, tous les réfugiés vivant dans le camp de Minawao ont reçu une aide alimentaire sur une base mensuelle. Actuellement, le PAM fournit une ration générale aux ménages, avec une composante améliorée en micronutriments. Les activités de prévention de la malnutrition ont été élargies pour répondre aux préoccupations croissantes. Un programme d'alimentation complémentaire ciblant tous les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes ou qui allaitent. Au cours des consultations participatives, les réfugiés ont demandé que l'aide alimentaire continue. Lorsque cela est possible, approprié et demandé, les interventions monétaires peuvent être considérés au cours de l'année 2016.

    DÉVELOPPEMENTS MAJEURS

    Lancement du plaidoyer auprès des autorités administratives et traditionnelles locales pour l’obtention des terres arables fertiles. A ce jour 56 ha de terres ont été obtenues auprès des autorités traditionnelles de Gawar.

    Constitution des groupes mixtes pour le lancement des activités agricoles.

    Distributions Générales des Vivres mensuelles assurées pour tous les refugies au camp et dans le respect des standards minimums.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Niger, Nigeria

    Bosso, Niger | AFP | Saturday 6/18/2016 - 03:33 GMT | 632 words

    by Patrick FORT

    Rotting bodies, looted buildings and a grim silence mark the once bustling town of Bosso in southeastern Niger following one of Boko Haram's deadliest ever attacks in the west African nation.

    In the empty, dusty streets, soldiers outnumber the few remaining residents -- including the elderly who were unable to flee the insurgents, and some who have returned briefly to collect their possessions.

    "Corpses littered the streets," said Abdelaziz Zembada, a 50-year-old local shopkeeper on a visit to see if it was safe to return for good.

    Boko Haram attacked a military post in town on June 3, killing 26 soldiers, including two from neighbouring Nigeria, and a number of civilians as well.

    Everywhere, there are traces of people's rush to escape.

    A single abandoned sandal rests in the courtyard of a building. Pots, pans and containers are scattered on the ground. Inside one earth-and-straw home there is nothing, save a mattress and broken tea cups.

    Behind a sheet of corrugated metal, a rotting goat gives off a putrid odour. A man's unclaimed body decomposes in a local authority building. Witnesses believe there are more undiscovered dead scattered throughout the town.

    Boko Haram's seven-year insurgency has left at least 20,000 people dead in Nigeria and made more than 2.6 million homeless in its quest to form a hardline Islamic state.

    Extending the attacks to neighbouring countries, the group's ascendancy has prompted a regional military fightback involving troops from Niger, Chad and Cameroon as well as Nigeria.

    Zembada, the shopkeeper, said he and his wife managed to whisk three of their children to safety, but a four-year-old daughter was among those killed in the attack.

    "When we came back to get her, that's when the shell landed," he said. "My daughter was inside with two of my neighbour's children... She hasn't been buried yet."

    During the assault the local military contingent was overrun, its barracks looted and a handful of their armoured vehicles, trucks and cars were torched.

    In the charred ruins of their dormitory, only skeletons of beds are still identifiable.

    • 'Getting better' -

    All the town's public buildings -- gendarme offices, the town hall and an administration centre -- were pillaged.

    A local school and health centre, where someone had scrawled "Boko Haram" on a chalkboard, were not spared either.

    In addition to what they took from the buildings, the attackers also carted off some 200 tonnes of grain that were supposed to feed needy locals.

    Niger's military claim to have regained full control of Bosso, but it refuses to reveal the exact size of its force.

    "Soldiers are there. It is a consequential number," said Interior Minister Mohamed Bazoum.

    "Within a few weeks we will repopulate Bosso and the residents will return to their lives," he said.

    For now, many residents are shuttling back and forth between neighbouring towns and Bosso to pick up what is left of their belongings.

    "We spent the night of (June) 3 on the roof and ran away on foot in the morning with the whole family," said El Hadj Abba Makani, a father of 10 with two wives, as he loaded all he could into a battered 4x4.

    "We are afraid, but if everyone comes back we will too," said the shopkeeper.

    Some residents are already home, beginning the struggle to rebuild lives shattered by the attack.

    "We're discouraged. We want people to come back," said Souleymane Salissa, a barber.

    His home and shop were looted, but he is back and managing to get by with business from the soldiers. In addition to cutting hair he also offers a service to charge mobile phones.

    "Things are getting better, even if yesterday we heard gunfire," Salissa said. "(But) if you hear 'Allahu Akbar' (God is greatest), that's when you have to worry."

    pgf/jm/kjl

    © 1994-2016 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Afghanistan, Burkina Faso, Burundi, Central African Republic, Chad, Djibouti, El Salvador, Ethiopia, Guatemala, Guinea, Haiti, Honduras, Kenya, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritania, Mozambique, Nicaragua, Niger, Nigeria, Rwanda, Senegal, Sierra Leone, Somalia, South Sudan, Sudan, Tajikistan, Uganda, United Republic of Tanzania, World, Yemen, Zambia, Zimbabwe

    PROJECTED FOOD ASSISTANCE NEEDS FOR DECEMBER 2016

    This brief summarizes FEWS NET’s most forward-looking analysis of projected emergency food assistance needs in FEWS NET coverage countries. The projected size of each country’s acutely food insecure population (IPC Phase 3 and higher) is compared to last year and the recent five-year average and categorized as Higher ( p), Similar ( u), or Lower ( q). Countries where external emergency food assistance needs are anticipated are identified. Projected lean season months highlighted in red indicate either an early start or an extension to the typical lean season. Additional information is provided for countries with large food insecure populations, an expectation of high severity, or where other key issues warrant additional discussion. Analytical confidence is lower in remote monitoring countries, denoted by “RM”. Visit www.fews.net for detailed country reports.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Ethiopia, Malawi, Senegal

    « Nous plantons. Et si les pluies n’arrivent pas, nous pouvons compter sur cette assurance pour nourrir nos enfants. » - Aïssata, agricultrice à Médina Diakha, Sénégal.

    L’actuel épisode du phénomène El Niño, qui a commencé au début de l’année 2015, est un des plus puissants jamais observé et impacte négativement la sécurité alimentaire d’un grand nombre de personnes dans le monde. L’Initiative R4 pour la résilience rurale du Programme alimentaire mondial et d’Oxfam America, aide les agriculteurs à renforcer leur résilience face aux risques croissants avec une assurance-récolte accessible en échange de leur travail. A présent, R4 fournit une assistance à près de 200 000 personnes, afin qu’ils puissent mieux faire face aux effets néfastes du phénomène El Niño.

    En raison des sécheresses induites par El Niño en 2015 et en 2016, des indemnisations d’assurance contre les aléas climatiques ont été versées en Ethiopie, au Sénégal et au Malawi. Près de 30 000 agriculteurs et leurs familles, soit 180 000 personnes, ont reçu la somme totale de 445 000 dollars américains.

    Aïssata fait partie des 3 334 agriculteurs dans la région de Tambacounda du Sénégal, qui ont reçu une indemnisation au début 2016, en raison de l’impact de la sécheresse sur la saison agricole de 2015. Grâce au mécanisme « Assurance par le travail » (APT), Aïssata a pu souscrire à une micro-assurance ce qui lui a permis de travailler sur les interventions de réduction des risques tel que la conservation de l’eau et des sols, en échange d’une couverture d’assurance. En améliorant la gestion des ressources naturelles, ces actifs peuvent réduire les risques de catastrophe au fil du temps.

    Ester Saizi avait confiance qu’elle pouvait dépendre de cette micro-assurance, au cas où elle aurait eu de mauvaises récoltes. Photo © PAM / Phillip Pemba

    Ester Saizi fait partie des petits exploitants agricoles vulnérables qui participent au programme de R4 au Malawi. Cette année, Ester a reçu une indemnisation, en même temps que 499 autres agriculteurs qui ont assuré leurs cultures contre la sécheresse à travers R4. Elle a décidé de participer à ce plan d’assurance, après avoir subi plusieurs années de pertes de récoltes en raison de la sécheresse. Une de ces expériences était la période de végétation de 2014-2015, où 2,8 million de personnes se sont trouvées dans une situation d’insécurité alimentaire due aux conditions météorologiques.

    Outre cette assurance-récolte, Ester a aussi appris des techniques agricoles de conservation, comme l’utilisation du composte, qu’elle applique désormais pour son champ de maïs. Du fait de l’humidité conservée par le composte, sa récolte de maïs a eu un meilleur rendement, malgré les sécheresses induites par El Niño. L’indemnisation qu’elle a reçue, lui permettra d’acheter de la nourriture pour compléter sa récolte.

    Sécurité alimentaire et création des revenus

    R4 est un mécanisme de gestion des risques globale lancé par le PAM et Oxfam America en 2011, permettant aux ménages ruraux les plus vulnérables de renforcer leur sécurité alimentaire et leurs revenus, face aux risques climatiques croissants. R4 promeut une gestion améliorée des ressources, par le biais de la création d’actifs ou mise en œuvre de techniques d’agriculture de conservation (réductions des risques), la micro-assurance (transfert de risque), la diversification des moyens de subsistance et le microcrédit (prise de risque calculée) et l’épargne (réserve contre le risque). A présent, 32 000 ménages participent à l’initiative R4, plus de 192 000 personnes y bénéficient en Ethiopie, au Sénégal, au Malawi et en Zambie.

    Les indemnisations permettent aux agriculteurs d’acheter de la nourriture durant la saison de soudure, et de rembourser des prêts sans avoir recours à vendre des actifs productifs, tels que le bétail et les outils agricoles. Des agriculteurs ont également utilisé ces indemnisations pour investir dans des moyens de subsistance alternatifs, tels que le petit commerce. Les agriculteurs reconnaissent les limites de cette assurance, puisqu’ils perçoivent l’assurance agricole en dernier recours durant des périodes difficiles.

    En Ethiopie, l’année 2015 était marquée par une sécheresse intense touchant une grande partie de la région du Tigré, une perte considérable de rendements agricoles due au début tardif de la saison pluviale et aux fortes vagues de sécheresse au cours de toute la période. Au Sénégal, un début tardif des précipitations a aussi été observé ; cependant, la saison pluviale a continué avec des niveaux de précipitations moyens ou au-dessus de la moyenne vers la fin. Le Malawi a aussi été considérablement touché par El Niño, qui a causé des conditions sèches dans la région de Balaka où l’Initiative R4 est mis à l’essai.

    Une réponse aux attentes des agriculteurs

    En Ethiopie, des indices anticipés ont déclenché une intervention dans 10 de 12 worédas où R4 est mis en place. L’indemnisation versée aux agriculteurs n’a pas répondu à leurs attentes. Suite à quelques consultations, l’équipe de R4 dans le pays a décidé d’activer le Fonds pour les risques de base. Cela a permis de compléter les indemnisations d’assurance qui s’élevaient à 129 899 dollars américains avec 234 195 dollars américains additionnels, qui ont puis ensuite été versés à 25 773 agriculteurs assurés au Tigré, avec un montant de distribution moyen de 14 dollars américains par ménage. Le développement et la mise en place d’une stratégie pour les risques de base représentent une étape importante vers l’optimisation des assurances fondées sur des indices météorologiques, face aux défis confrontés auparavant.

    Au Sénégal, des indices anticipés ont déclenché un versement d’indemnisations dans tous les villages à Tambacounda à l’exception d’un, l’une des trois régions où R4 est implémenté. Cependant, une évaluation sur le terrain avait confirmé que la saison des précipitations dans le village de Woundoudou Amirou était comparable à celle dans d’autres villages dans la région. De ce fait, il a été inclus dans le groupe recevant des indemnisations, qui comprenaient aussi un taux de paiement de 10% pour les risques de base. Au total, 3 334 sur dès 3 621 agriculteurs ont reçu une indemnisation s’élevant à une somme collective de 80 969 dollars américains, soit 24 dollars américains par ménages.

    Au Malawi, le plan de micro-assurances de R4 comprend deux volets : un qui couvre la phase de plantation et l’autre qui couvre la phase de floraison. En raison des conditions défavorables induites par le phénomène El Niño, le premier volet a déclenché un versement d’indemnisations à 500 agriculteurs assurés avec une somme collective de 3 195 dollars américains, soit une moyenne de 6,3 dollars américains par ménages.


    0 0

    Source: AlertNet
    Country: Senegal

    by Emmanuelle Landais

    SIKILO, Senegal June 16 (Thomson Reuters Foundation) - Walking through his dry millet field, Alioune Djaby, chief of Sikilo village, waits for a sign that rainfall is coming.

    Normally, he would look for clouds in the sky or birds singing. This time though, he's expecting a text message from the National Agency of Civil Aviation and Meteorology.

    Read the full article


    0 0

    Source: Norwegian Refugee Council
    Country: Nigeria

    Ingrid Prestetun, Hanne Eide Andersen

    Nigeria

    Maryam’s husband was killed in front of her in northeast Nigeria. Nigeria is one of the countries in the Sahel, which is listed by NRC as the world’s most neglected forced displacement crisis. “Our town was invaded. There were shootings, killings and burnings," says Maryam (27).

    Maryam, her husband and their four children are among 14.8 million people affected by the brutal conflict and severe, humanitarian crisis in northeast Nigeria. Nigeria is one of nine countries in the Sahel, which tops NRC’s list of the world’s 10 most neglected forced displacement crises.

    Read more: The world's 10 most neglected crises

    The crisis in the northeast, seemingly forgotten by the world, has caused massive displacements and suffering. Maryam recalls how insurgents invaded their town Mafa and started shooting, killing people and burning houses.

    Killing men

    “They started killing men. My husband was slaughtered in my presence.”

    Maryam managed to escape and flee to safety with her children.

    “I was so afraid,” she says.She and the children spent two days in the bush without access to food and water. On the third day, they were picked up by people in a vehicle who safely transported them to Maiduguri, the capital of the conflict-ridden province of Borno.

    Cannot go back

    They are presently living with relatives in the town Bulabulini. Her relatives help them with everything. Maryam does not have a source of income.

    “I cannot go back to the town because they have killed my husband and there is still no peaceful living in the town,” she says. When she thinks about the death of her husband, she can hardly sleep. She also worries a lot for her children and their future opportunities.

    Wants education

    “We don’t have enough food, we don’t have enough clothes to wear and I want to enroll them into school. My wish is for my children to get educated,” she says, adding that she also wants to go to school and get an education herself.

    “I also need something to do that enables me to take care of my children.”

    BACKGROUND

    • Since 2009, violent attacks on civilians by the armed group Boko Haram have left widespread devastation in northeast Nigeria.
    • At least 17,000 people have been killed and approximately two million people are displaced within Nigeria.
    • Over 14 million people are affected by the crisis. Out of these, seven million people are in need of humanitarian assistance.
    • Around 92 per cent of displaced people reside in either informal settlements or with low-income host communities, creating a strain on already limited resources. The remaining 8 per cent live in more formalised camps.
    • About 32 per cent of displaced households are female-headed households.
    • NRC has been in Nigeria since 2015.

    Read more on our country page for Nigeria


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: South Sudan, Sudan

    KEY FIGURES

    A total of 231,581

    South Sudanese arrivals in Sudan since 15 December 2013.

    *This figure does not include a number of South Sudanese living with host communities.

    77,904

    Number of South Sudanese arrivals residing in the eight sites of White Nile State, based on UNHCR individual registration.

    46,178

    Number of South Sudanese arrivals to East Darfur since January 2016.

    145,200

    Number of South Sudanese residing in Khartoum open areas as per IPP and Civil Registry (as of 11 May 2016

    PRIORITIES

    • Ongoing response to South Sudanese arrivals in West Kordofan, White Nile State, and East Darfur.

    • Relocations to the new Al Waral site, White Nile State, to address congestion in existing sites.

    • Establishment of a new site in East Darfur to decongest Khor Omer camp and relocate South Sudanese new arrivals.

    HIGHLIGHTS

    • In White Nile State, the relocation of families to the newly developed Al Waral site is in progress. As of 5 June 2016, 4,273 individuals (974 households) have voluntarily relocated from three of the existing sites and were provided with emergency shelter materials on arrival. The relocation was put on hold in late May/early June to allow for a food distribution, and resumed on 14 June.

    • The influx of South Sudanese into new areas of arrival -- East Darfur, South Darfur and West Kordofan (El Meriam) -- since January 2016 amid ongoing conflict and deteriorating food insecurity has continued. An estimated 30,000 refugees have arrived in Khor Omer IDP camp in Ed Daein locality, East Darfur, of which 28,595 have been verified. Some 17,600 further arrivals have settled in other localities of the state.

    • The land that was previously selected and agreed upon to use for establishment of a new site in East Darfur may no longer be available to use, as the initial agreement with the land owners has been withdrawn. The Government’s Humanitarian Aid Commission (HAC) along with state authorities is working to either negotiate with the land owners of the original land or secure another plot of land to allow development of the site to begin. UNHCR has expressed its concern about the need to move forward as soon as possible due to pending rainy season.

    • In South Darfur, the Commissioner for Refugees (COR) has recently conducted a verification of the new South Sudanese arrivals. In Nyala’s Bielel IDP camp, the total number of verified individuals now stands at 4,313 individuals (870 HH), which is a reduction from the previously reported figure of 5,381 individuals (1,050 HH). A further 1,011 individuals (205 HH) were also verified throughout urban areas in Nyala town.


older | 1 | .... | 556 | 557 | (Page 558) | 559 | 560 | .... | 728 | newer