Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 473 | 474 | (Page 475) | 476 | 477 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: AlertNet
    Country: Burundi, Central African Republic, Chad, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Guinea, Iraq, Liberia, Niger, Nigeria, Sierra Leone, Somalia, South Sudan, Syrian Arab Republic, World, Yemen

    Source: Thomson Reuters Foundation - Mon, 28 Dec 2015 00:01 GMT

    Author: Tom Esslemont

    LONDON, Dec 28 (Thomson Reuters Foundation) - There's one prediction for 2016 that most aid workers can make with confidence - that the new year will usher in rising humanitarian needs.

    Read the full article here


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso

    The Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) monitors trends in staple food prices in countries vulnerable to food insecurity. For each FEWS NET country and region, the Price Bulletin provides a set of charts showing monthly prices in the current marketing year in selected urban centers and allowing users to compare current trends with both five-year average prices, indicative of seasonal trends, and prices in the previous year.

    Millet, maize, and sorghum are the most important food commodities for household consumption. Millet is the staple of the most vulnerable households, while maize and sorghum also contribute to the food basket of a majority of all households.

    Sankaryare market is the largest and most important market in Ouagadougou and supplies other markets within the country and region. Koudougou is located in one of the most populated areas in the country, where a majority of households depend on the market for their food needs. Djibo is in the highly vulnerable Sahelian zone. Pouytenga is an assembly market for products from Nigeria, Ghana, Benin, and Togo. Solenzo is a rural market located in the middle of a surplus production zone. Bobo Dioulasso is important center for both consumption and production – it functions as both the economic capital of Burkina Faso and is located in an important cereal production zone.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso

    Le Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET) surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l'insécurité alimentaire.
    Pour chaque pays et chaque région couvert par FEWS NET, le Bulletin des prix fournit un ensemble de graphiques indiquant les prix mensuels de l’année commerciale en cours pour certains centres urbains, et permettant à l’utilisateur de comparer les tendances actuelles à la fois aux moyennes quinquennales, qui indiquent les tendances saisonnières, et aux prix de l'année précédente.

    Le mil, le maïs et le sorgho sont les produits alimentaires les plus importants pour la consommation ménagère. Le mil est le produit de base des ménages les plus vulnérables, tandis que le maïs et le sorgho contribuent aussi au panier alimentaire de la majorité des autres ménages. Le marché de Sankaryare est le plus vaste et le plus important de Ouagadougou; il approvisionne d’autres marchés du pays et dans la région. Koudougou se trouve dans l'une des régions les plus peuplées du pays, où une majorité des ménages dépend du marché pour son ravitaillement alimentaire. Djibo se situe dans la zone sahélienne, hautement vulnérable. Pouytenga est un marché de regroupement pour les produits du Nigeria, du Ghana, du Bénin et du Togo. Solenzo est un marché rural situé au milieu d’une zone de production excédentaire.

    Bobo Dioulasso est un important centre tant pour la consommation que pour la production : elle fait office de capitale économique du BurkinaFaso et se trouve dans une importante zone de production céréalière.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali

    The Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) monitors trends in staple food prices in countries vulnerable to food insecurity. For each FEWS NET country and region, the Price Bulletin provides a set of charts showing monthly prices in the current marketing year in selected urban centers and allowing users to compare current trends with both five-year average prices, indicative of seasonal trends, and prices in the previous year.

    Millet, rice, and sorghum constitute the basic staple foods for the majority of the Malian population. Millet has traditionally been the most widely consumed, but since 2005 rice has become a popular substitute in urban households. Sorghum is generally more important for rural than urban households. Markets included are indicative of local conditions within their respective regions. Ségou is one of the most important markets for both the country and region because it is located in a very large grain production area. Bamako, the capital and largest urban center in the country, functions as an assembly market. It receives cereals from Koulikoro, Ségou, and Sikasso for consumption and also acts as an assembly market for trade with the northern regions of the country (Kayes and Koulikoro) and Mauritania. Markets in the deficit areas of the country (Timbuktu and Gao) receive their supplies of millet and rice from Mopti, Ségou and Sikasso.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Senegal

    Le Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET) surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l'insécurité alimentaire. Pour chaque pays et chaque région couvert par FEWS NET, le Bulletin des prix fournit un ensemble de graphiques indiquant les prix mensuels de l’année commerciale en cours pour certains centres urbains, et permettant à l’utilisateur de comparer les tendances actuelles à la fois aux moyennes quinquennales, qui indiquent les tendances saisonnières, et aux prix de l'année précédente.

    Au Sénégal, le riz, le mil, le sorgho et le maïs constituent la base de l’alimentation des ménages. L’arachide représente aussi bien une source importante de protéine et communément une culture de rente. Le riz importé est consommé quotidiennement par la grande majorité des ménages, particulièrement dans les centres urbains de Dakar et Touba. Le riz produit localement dans la vallée du fleuve Sénégal y est consommé. St. Louis est le principal marché dans la vallée du fleuve Sénégal. Le mil est consommé dans les régions centrales où Kaolack représente le marché régional le plus important. Le maïs est produit et consommé dans les zones autour de Kaolack, Tambacounda et dans la vallée du fleuve Sénégal. Du maïs est aussi importé, principalement du marché international. Il existe une forte demande pour tous les produits à Touba et à Dakar. La récolte des céréales et celle de l’arachide débutent en Octobre et les stocks de céréales locales baissent de niveau tout au long de l’année de commercialisation qui s’achève en Octobre. Le Sénégal dépend plus des importations à partir du marché international, surtout le riz, que du commerce transfrontalier qui concerne essentiellement le bétail provenant du Mali et de la Mauritanie pour approvisionner Dakar et les marchés environnants.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali

    Le mil, le riz et le sorgho constituent les aliments de base de la majorité de la population malienne. Le mil est l'aliment le plus consommé traditionnellement, mais depuis 2005 le riz est devenu un substitut populaire chez les ménages urbains. Le sorgho est généralement plus important pour les ménages ruraux que pour les ménages urbains. Les marchés inclus sont révélateurs des conditions locales dans leurs régions respectives. Ségou est l’un des marchés les plus importants tant pour le pays que pour la région, dans la mesure où il se trouve dans une très vaste zone de production de céréales. Bamako, la capitale et le centre urbain le plus étendu du pays, fonctionne comme un marché de regroupement. Elle reçoit des céréales de Koulikoro, Ségou et Sikasso destinées à la consommation et fait également office de marché de regroupement pour les échanges avec les régions nord du pays (Kayes et Koulikoro) et avec la Mauritanie. Les marchés des régions déficitaires du pays (Tombouctou et Gao) reçoivent leurs approvisionnements en mil et en riz de Mopti, Ségou et Sikasso.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Senegal

    The Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) monitors trends in staple food prices in countries vulnerable to food insecurity. For each FEWS NET country and region, the Price Bulletin provides a set of charts showing monthly prices in the current marketing year in selected urban centers and allowing users to compare current trends with both five-year average prices, indicative of seasonal trends, and prices in the previous year.

    Rice, millet, sorghum, and maize are the primary staple foods in Senegal. Groundnuts are both an important source of protein and a commonly grown cash crop. Imported rice is consumed daily by the vast majority of households in Senegal particularly in Dakar and Touba urban centers. Local rice is produced and consumed in the Senegal River Valley. St. Louis is a major market for the Senegal River Valley. Millet is consumed in central regions where Kaolack is the most important regional market. Maize is produced and consumed in areas around Kaolack, Tambacounda, and the Senegal River Valley. Some maize is also imported mainly from the international market. High demand for all commodities exists in and around Touba and Dakar. They are also important centers for stocking and storage during the lean season. The harvests of grains and groundnuts begin at the end of the marketing year in October; and stocks of locally produced grains are drawn down throughout the marketing year. Senegal depends more on imports from the international market for rice than from cross border trade which mainly includes cattle from Mali and Mauritania that supply Dakar and surrounding markets.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Benin, Burkina Faso, Cameroon, Chad, Côte d'Ivoire, Gambia, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Libya, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo

    I. Introduction

    1. In a letter dated 23 December 2013 (S/2013/759), the President of the Security Council informed me of the Council’s concurrence with my recommendation that the mandate of the United Nations Office for West Africa (UNOWA) be extended until 31 December 2016, and requested that I report to the Council every six months on the implementation of the mandate.

    2. The present report covers the period from 1 July to 31 December 2015. It provides an overview of developments and trends in West Africa and outlines the activities undertaken by UNOWA in the areas of good offices, the enhancement of subregional capacities to address cross-border and cross-cutting threats to peace and security, and the promotion of good governance, respect for the rule of law and human rights and gender mainstreaming. It also outlines the engagement by UNOWA with regional and subregional organizations, in particular the African Union, the Economic Community of West African States (ECOWAS), the Lake Chad Basin Commission and the Mano River Union, in order to promote peace and stability in West Africa.


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Cameroon, Central African Republic, Nigeria

    Highlights

    Humanitarian context
    - In the Far North region, the number of Internal Displaced Persons for security reasons increased from 92,600 in September to 124,000 in November.
    - Humanitarian access to people in need remains highly difficult in the Far North Region and in some areas close to the border with Central Africa Republic, due to the security situation.
    - 123 cholera cases have been reported since January 2015, mainly in the North and Far North regions. UNICEF continues to support the emergency response, in cooperation with the Ministry of Health and WHO.

    In figures
    - 4,415 new Nigerian refugee children (2,181 girls and 2,234 boys) have joined the child friendly spaces in Minawao camp, bringing the total number of children who benefited from recreational activities and psychosocial support to close to 22,664 (11,271 girls and 11,393 boys) in eight child friendly spaces.
    - 2,815 additional primary-school-aged children have been enrolled this month, bringing the total of primary-aged children with access to education activities in Minawao refugee camp to 12,105 (6,512 girls). - 29 unaccompanied children (UAC) and 46 separated children (SC) have been identified this month in Minawao camp. A total of 126 UACs and 304 SCs received support from UNICEF implementing partner national NGO ALDEPA, out of a total of 703 UASCs identified in 2015.
    - 30,205 pregnant women received the first antenatal care (ANC1) and were tested for HIV in the refugee zones in the East and Adamawa regions.
    - UNICEF, in collaboration with WHO, supports the preventive vaccination campaign against measles and rubella. 1,756,868 children of 9 months to 14 years were vaccinated.


    0 0

    Source: American Red Cross
    Country: Senegal

    Families who raise and grow their own food depend on favorable weather conditions to get them through the growing season. Too much rainfall means crops can be washed away. Too little means a lack of nutrients for plants and animals.

    When a rainfall shortage struck the Sahel region of Senegal, farmers and families who depend on their own production found themselves in a very tough spot. Seasonal floods at the end of 2015 made the situation even more difficult. This scarcity left many people hungry, malnourished, and out of options.

    In September, the American Red Cross contributed $150,000 and teamed up with the Senegal Red Cross and British Red Cross to fight hunger head-on. Teams of volunteers traveled to food-insecure places around the region to distribute cash vouchers to families identified as most in-need. Close to 10,000 people benefited from the vouchers, which could be redeemed for staple foods at pre-selected vendors. Families were able to purchase items such as rice, corn, millet, sorghum, salt, sugar and oil, helping bridge the gap until next growing season. Flooded plains blocked access by 4x4 vehicles, so Red Cross teams—including the American Red Cross’s Christopher Herby—traveled hours by horse-drawn cart to reach farmers and pastoralists in need.

    In Senegal, the American Red Cross’s goal was to prevent families from instituting “coping mechanisms” in order to feed their children. For example, without the cash vouchers, many families may have had to pull their children out of school in order to pay for food. Sometimes these seemingly small actions can make a big difference in people’s lives.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali

    L’accès alimentaire s’améliore grâce à une production céréalière en hausse

    MESSAGE CLÉS

    • La hausse de la production agricole de 15 pourcent par rapport à 2014/2015 et de 27 pourcent par rapport à la moyenne quinquennale favorise une disponibilité céréalière auprès des ménages et un approvisionnement satisfaisant des marchés avec des prix stables ou en baisse par rapport au mois dernier. La majorité des ménages du pays se trouve actuellement dans une situation d’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en mars 2016.

    • Les ménages pauvres victimes des inondations de juillet à septembre 2015 estimés à 15 000 à travers le pays connaitront un épuisement précoce de leurs stocks à cause des pertes de cultures et seront dans une situation d’insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) à partir de mars 2016.

    • Les ménages pasteurs pauvres de Tombouctou et de Gao qui connaissent une réduction de la taille de leur cheptel à cause des mortalités élevées de la soudure passée et des ventes excessives des dernières années de crise seront en situation d’insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) à partir de mars 2016.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Central African Republic, Guinea, Liberia, Mali, Nigeria, Sierra Leone

    REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

    ELECTIONS DECALEES AU 30 DECEMBRE
    Les élections présidentielle et législatives qui devaient se tenir le 27 décembre auront désormais lieu le 30 décembre. La nouvelle date a été annoncée le 24 décembre par les autorités électorales nationales, qui ont déclaré que plus de temps était nécessaire pour régler certains problèmes de logistique et compléter la formation des agents électoraux. Un éventuel second tour est prévu le 31 janvier 2016.

    HAUSSE DU NOMBRE DE PERSONNES DEPLACEES
    Selon la Commission Mouvement de Population (CMP), le nombre de personnes déplacées a augmenté de 4,65% entre octobre et novembre, passant de 447 487 à 469 307. L'augmentation est due à des incidents de sécurité à Bangui et à des mouvements récurrents de population dans les autres provinces suite à des violences intercommunautaires et des vagues d’attaques et de représailles commis par des groupes armés.

    MALI

    SIX TUES DANS DES ATTAQUES DANS LE NORD
    Six personnes ont été tuées dans la région de Kidal, au nord du Mali, dans l'attaque d'une base de l'ex-rébellion de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA). Les véhicules appartenant à la CMA ont également été brûlés par les assaillants. Le groupe malien Ansar Dine a revendiqué l'attaque.

    NIGERIA

    30 TUES DANS DES ATTAQUES Selon l'Autorité nationale de gestion des urgences (NEMA), environ 20 personnes ont été tuées et 90 blessées dans une explosion causée par des membres supposés de Boko Haram dans une mosquée de Maiduguri au nord du pays, le 28 décembre. L'explosion a eu lieu un jour après que l'armée a combattu les militants de Boko Haram à l'ouest de Maiduguri, suite à l'attaque de Jiddari Polo, une ville clé en périphérie de Maiduguri. Dans la soirée du 25 décembre, Boko Haram a envahi le village de Kimba dans l'Etat de Borno, tuant au moins 14 personnes et incendiant leurs maisons.

    MALADIE À VIRUS EBOLA (MVE)

    LA GUINEE DECLAREE LIBRE DU VIRUS EBOLA
    Aucun nouveau cas n’a été signalé en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone la semaine se terminant le 27 décembre. Le 29 décembre, la Guinée a été déclarée exempte de la transmission du virus Ebola, débutant une période de surveillance renforcée de 90 jours qui se terminera le 27 mars si aucun autre cas n’est identifié. La Sierra Leone observe actuellement une période de 90 jours de surveillance renforcée qui se terminera le 5 février 2016. Le 14 janvier 2016, la transmission liée aux récents cas au Liberia prendra fin, 42 jours après que les deux derniers cas ont été testé négativement deux fois consécutives, si aucun autre cas n’est signalé.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Central African Republic, Guinea, Liberia, Mali, Nigeria

    CENTRAL AFRICAN REPUBLIC

    ELECTIONS POSTPONED UNTIL 30 DECEMBER

    The presidential and legislative elections scheduled to take place on 27 December will now be held on 30 December. The new date for the polls was announced on 24 December by the national electoral authorities, who stated that more time was needed to address logistical issues and complete the training of electoral agents. The possible second round of the elections is scheduled for 31 January 2016.

    IDP NUMBERS INCREASE

    According to the Population Movement Commission (CMP), the number of IDPs increased by 4,65 per cent from October to November, from 447,487 to 469,307. The increase is due to security incidents in Bangui and recurrent population movements in other provinces caused by cycles of attacks and reprisals by armed groups and communal violence.

    MALI

    ATTACKS IN THE NORTH KILLS SIX PEOPLE

    Six people were killed in the Kidal region in the northeast of Mali, in an attack on the base of the former rebel group the Coordination of Movements of Azawad (CMA). Vehicles belonging to the CMA were also burnt by the attackers. The Malian group Ansar Dine claimed it had carried out the attack.

    NIGERIA

    NEW WAVE OF ATTACKS KILLS OVER 30 PEOPLE

    According to the National Emergency Management Authority (NEMA), about 20 people have been killed and 90 wounded in a suspected Boko Haram explosion in a mosque in Maiduguri on 28 December. The blast came a day after the army fought Boko Haram militants west of Maiduguri, following the attack of Jiddari Polo, a key city on the outskirts of Maiduguri. On the evening of 25 December, Boko Haram invaded the village of Kimba in Borno state, killing at least 14 people and torching their homes.

    EBOLA VIRUS DISEASE

    GUINEA DECLARED EBOLA FREE

    No new cases were reported in Guinea, Liberia and Sierra Leone in the week ending on 27 December. On 29 December, Guinea was declared free of Ebola transmission, entering a 90-day period of enhanced surveillance, which will end on March 27, if no further cases are identified. Sierra Leone is currently observing the 90-day period of enhanced surveillance which will end on 5 February 2016. On 14 January 2016, transmission linked to the recent cluster of cases in Liberia will end, 42 days after the two most recent cases received a second consecutive negative test for Ebola virus, if no further cases are reported.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mauritania

    Le Réseau de Systèmes d’Alerte Précoce Contre la Famine surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l'insécurité alimentaire. Pour chaque FEWS NET pays et la région, le Bulletin des prix fournit un ensemble de tableaux indiquant les prix mensuels à la campagne en cours dans certains centres urbains et en permettant aux utilisateurs de comparer les tendances actuelles à la fois les prix de cinq ans en moyenne, une indication des tendances saisonnières, et les prix l'année précédente.

    Le riz local et le sorgho sont les produits alimentaires les plus consommés par les ménages pauvres de la Mauritanie suivis par le blé importé qui est l'aliment de substitution auquel ces ménages recourent le plus. Le riz local est cultivé dans la vallée du fleuve (dans le sud des régions du Trarza, du Brakna, du Gorgol et du Guidimakha). Le sorgho est produit dans toutes les zones de production (sorgho pluvial) et dans les walo et barrages (sorgho de décrue). Toutefois, une importante partie est importée du Mali et du Sénégal. La Mauritanie vit beaucoup plus de ses importations (70 % en bonne année agricole et jusqu'à 85 % en mauvaise année) que de sa production interne. Nouakchott est le principal marché de collecte pour les produits venant de l'extérieur et également le marché de distribution où viennent s'approvisionner les animateurs des marchés de distribution secondaire que sont les autres marchés référenciés. L'huile de cuisson est essentiellement consommée dans les zones urbaines. La vente des animaux est une mode d’existence dans toutes les zones et une importante source de revenus et de nourriture.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Chad

    Le Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET) surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l'insécurité alimentaire. Pour chaque pays et chaque région couvert par FEWS NET, le Bulletin des prix fournit un ensemble de graphiques indiquant les prix mensuels de l’année commerciale en cours pour certains centres urbains, et permettant à l’utilisateur de comparer les tendances actuelles à la fois aux moyennes quinquennales, qui indiquent les tendances saisonnières, et aux prix de l'année précédente

    Le sorgho, le mil, le maïs blanc et le riz local et d’importation sont les produits alimentaires les plus importants. La consommation de mil est la plus forte dans les régions est et nord du pays. Le riz local est un autre produit alimentaire de base, en particulier pour les ménages plus pauvres. Le riz importé et le maïs blanc sont le plus couramment consommés dans la capitale et ses environs. Le marché d'Atrone à N’Djamena, la capitale, est le marché le plus important pour les céréales. Moundou est un important centre de consommation pour le sorgho et le deuxième marché en importance après la capitale. Le marché d’Abéché est situé dans une zone de production au nord. Le marché de Sarh est à la fois un marché de détail local et un marché transfrontalier.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Central African Republic, Chad, Nigeria

    HIGHLIGHTS

    • Agricultural production this year has decreased by 12% compared with 2014 and 10% compared to the last five years.

    • The state of emergency declared on 9 November in the Lac region, and then extended for 6 months (until 22 March 2016) hampers the humanitarian response in the region.

    • Malaria, measles, and meningitis are the major health concerns.

    • The 2015 report on the state of the world population was launched on 3 December in Sido by the United Nations Population Fund (UNFPA).

    KEY FIGURES

    Population 13.2 m

    Literacy rate 37.3%

    GDP per capita US$ 2,021

    Life expectancy 50.7 yrs

    ortality rate (under 5) 150/1,000

    Maternal mortality rate 1100 / 100,000

    Access to potable water 48.2%

    Returnees 102,000

    Refugees 382, 000

    Internally displaced people 92,000

    FUNDING

    US$ 572 million Required funds

    45% funded

    The decline in agricultural production will have a negative impact on households

    A significant deficit compared with 2014 and the five-year average

    According to the bulletin of the Information System on food security and early warning (SISAAP), agricultural production has decreased in most of Chad. This decrease is caused by the late start of the 2015/2016 agro-pastoral campaign coupled with poor distribution of rainfall in terms of time and space and an early cessation of rains in some areas of the Sahel. Thus, cereal production this year is estimated at 2.4 million tons (against 2.6 million tons in 2014). Sorghum and millet, the most consumed cereals, make up more than half of production. This deficit represents a decrease estimated at 12% compared with last year and 10% compared with the average of the past five years. Most cereal crops (millet, rice, sorghum) have been recorded as seeing a decrease in production compared with the last five years. Corn production has seen a slight increase (+ 1%) compared with the 2014/2015 campaign.

    The same SISAAP analysis highlights disparities between regions and sometimes even between departments within the same region.Bahr-El-Gazal and Mayo-Kebbi Ouest regions where deficits are larger compared with both last year and the average of the past five years, as shown in the map below.

    For livestockfarmers, the availability of pasture and water points is average but fodder deficits were recorded in Ouaddai, Wadi Fira, Batha, Bahr-El-Gazal, Kanem, Lac and Lac Iro Department in the Moyen Chari. This explains the premature southward movement of nomadic pastoralists in these areas.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Central African Republic, Chad, Nigeria

    FAITS SAILLANTS

    • Laproductionagricoledecette année a enregistré une baisse de 12% par rapport à 2014 et de 10% comparée à la moyenne quinquennale.

    • L’étatd’urgencedécrétéle9 novembre dans le Lac puis prorogé de six mois (jusqu’au 22 mars 2016) fragilise la réponse humanitaire dans la région.

    • Lasituationépidémiologiqueau Tchad reste marquée par le paludisme, la rougeole et la méningite.

    • Le « Rapport sur l’état de la population mondiale » 2015 a été lancé le 3 décembre à Sido par le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

    La baisse de production agricole fera souffrir les ménages

    Un déficit significatif comparé à 2014 et la moyenne quinquennale

    D’après le bulletin du Système d’information sur la sécurité alimentaire et d’alerte précoce (SISAAP), la production agricole est en baisse dans la majorité des régions du Tchad.
    Cette baisse est provoquée par le démarrage tardif de la campagne agropastorale 2015/2016 doublé d’une mauvaise répartition des pluies dans le temps et l’espace d’une part et d’un arrêt précoce des pluies dans certaines localités de la bande sahélienne d’autre part. Ainsi, la production céréalière de cette année est estimée à 2,4 millions de tonnes (contre 2,6 millions de tonnes en 2014). Le sorgho et le mil, les céréales les plus consommées, constituent plus de la moitié de la production. Ce déficit représenterait une baisse estimée actuellement à 12% par rapport à l’année dernière et d’environ 10% comparée à la moyenne des cinq dernières années. Les principales cultures céréalières (mil, riz, sorgho pluvial et sorgho de décrue) ont enregistré une baisse par rapport aux cinq dernières années. Le maïs quant à lui connait une légère hausse (+1%) par rapport à la campagne 2014/2015.

    Les mêmes analyses du SISAAP présentent des disparités entre les régions et parfois entre les départements d’une même région. Ainsi, les régions les plus affectées par cette baisse sont le Batha, le Barh-El-Gazal et le Mayo-Kebbi Ouest où les déficits sont importants comparés à la fois à l’année dernière et à la moyenne des cinq dernières années, comme le montre la carte ci-dessous.

    Pour les éleveurs, la disponibilité des pâturages et points d’eau est moyenne mais des déficits fourragers sont enregistrés dans le Ouaddai, le Wadi-Fira, le Batha, le Barh-El- Gazal, le Kanem, le Lac et le département de Lac Iro dans le Moyen Chari. Ce qui explique la descente prématurée des nomades et transhumants de ces zones vers le sud. 


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid Office, Department for International Development, Swiss Agency for Development and Cooperation, World Food Programme, US Agency for International Development, UN Children's Fund, International Rescue Committee, UN High Commissioner for Refugees
    Country: Niger, Nigeria

    Diffa

    • Les familles, du long de la Komadougou continuent de quitter leurs maisons et villages de manière préventive pour d’autres sites assez sécurisés. Il est estimé qu’environ 200 ménages de plus de 1130 personnes se sont déplacés dans la période du rapportage.

    • IRC a organisé une évaluation multisectorielle (MSA) du 10 au 12 décembre 2015 dans le village de N’Gouba situé dans la commune de Toumour. Le rapport a été transmis à OCHA qui l’a partagé aux différents clusters.

    • Le 14 décembre 2015, le programme Protection IRC a organisé une discussion dans l’espace femme du quartier festival de Diffa. Les discussions ont portées sur la révision de la planification des jours de rencontre au niveau de l’espace mais également sur l’identification des femmes qui vont assurer l’encadrement des activités d’apprentissage en tricotage, couture et tissage. 68 femmes ont pris part à ces échanges.

    • Du 14 au 18 décembre 2015, le programme Livelihoods a distribué des coupons d’achat alimentaire au profit de 966 ménages vulnérables. En mage de cette distribution une séance de sensibilisation sur la bonne utilisation des coupons d’achat, le mécanisme de gestion de plaintes a été organisée au profit des ménages bénéficiaires. Cette assistance alimentaire s’inscrit dans le cadre du projet « Emergency Food Security Program, in Niger» sous financement de l’USAID/Food For Peace.

    • Le 14 décembre 2015, une mission d’identification et de sécurisation d’un espace cultivable a été réalisée à Diffa Koura avec le chef du quartier, la commission foncière communale (COFOCOM), et un représentant de la direction régionale de l’agriculture. Un terrain d’une dimension de deux hectares a été alloué par la communauté à la suite de cette mission. Ce terrain servira à développer un parc de production maraichère dans le cadre de l’appui aux productions agricoles initié par IRC avec l’appui financier du bailleur OFDA. Dans la même lancée, une autre mission a été conduite au niveau de Mainé Soroa pour sensibiliser la population en vue de l’obtention d’un espace cultivable similaire.

    • Cette semaine, trois séances de sensibilisation portant sur la promotion à l’hygiène ont été animées par l’équipe Urgence sur les sites de déplacés de Boudoum, Djalori et N’Guagam. Au total 653 personnes ont été touchées dont 227 hommes et 376 femmes par les thématiques de l’utilisation des latrines d’urgence et les moments clés de lavage des mains. Profitant de ces occasions, l’équipe a mis en place sur chacun des sites, un comité d’hygiène – assainissement pour l’entretien des 30 blocs de latrines qui ont déjà été achevées sous financement SIDA.

    • Le forage profond réalisé à Nguagam par IRC sous financement SIDA est actuellement fonctionnel. Le programme Urgence IRC a mis en place un comité de gestion de point d’eau pour une utilisation efficiente de cet ouvrage.

    • Les deux forages d’Alhadji Manairi (OFDA) et Kublé (SDC) ont été aussi finalisés et équipés, les échantillons d’eau sont prélevés pour les analyses au laboratoire régional de la DRHA de Diffa en vue de confirmer l’acceptabilité de l’eau à la consommation.

    • En plus de l’évaluation multi sectorielle (MSA) de N’Gouba cité ci haut, le programme Urgence a eu à réaliser une évaluation post-intervention (distribution NFI) à Alhadj Mainari et à Boudoum.

    • En réponse à l’évaluation multi sectorielle (MSA) de Kolomanga, l’équipe Urgence IRC a doté 301 ménages de kits NFI (financement OFDA).

    • La semaine du 14 au 20 décembre 2015 a été consacrée à la mise en place de 3 comités-santé de la reproduction (SR) ; un au CSI de Chetimari, un à Tam et un troisième au CSI de Kablewa.
      Parallèlement à ces activités, le programme santé de la reproduction IRC avec l’appui de la direction régionale de la santé publique (DRSP), a procédé à la finalisation du processus de recrutement du consultant pour l'enquête CAP. Un échantillon de 300 ménages sera concerné dans toutes les aires de santé de la région de Diffa.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Niger

    Le Réseau de Systèmes d’Alerte Précoce Contre la Famine surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l'insécurité alimentaire. Pour chaque FEWS NET pays et la région, le Bulletin des prix fournit un ensemble de tableaux indiquant les prix mensuels à la campagne en cours dans certains centres urbains et en permettant aux utilisateurs de comparer les tendances actuelles à la fois les prix de cinq ans en moyenne, une indication des tendances saisonnières, et les prix l'année précédente.

    Le mil, le maïs, le niébé et le riz importé sont les produits alimentaires les plus importants consommés au Niger. Le mil est consommé aussi bien par les ménages ruraux que les ménages pauvres urbains dans l’ensemble du pays. Le maïs et le riz importé sont plus importants pour les ménages urbains, tandis que le niébé est principalement consommé par les ménages pauvres des régions rurales et urbaines en tant que source de protéine. Niamey est le marché national le plus important et un centre du commerce international ; elle approvisionne en outre les ménages urbains.
    Tillaberi est aussi un centre urbain approvisionnant les localités environnantes. Le marché de Gaya est le principal marché urbain pour le maïs avec des liens transfrontaliers. Maradi, Tounfafi et Diffa sont des marchés de regroupement régionaux et des marchés transfrontaliers pour le Niger et d’autres pays de la région.
    C'est dans ces marchés que vont régulièrement acheter leur nourriture les ménages et les éleveurs des régions déficitaires en céréales du nord. Agadez et Zinder sont également d’importants marchés nationaux et régionaux. Nguigmi et Abalak se trouvent dans des zones pastorales, où la population dépend largement des marchés céréaliers pour leur approvisionnement alimentaire. Ces deux marchés sont particulièrement importants pendant la saison des pluies, lorsque les éleveurs sont confinés dans la zone pastorale.


older | 1 | .... | 473 | 474 | (Page 475) | 476 | 477 | .... | 728 | newer