Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 392 | 393 | (Page 394) | 395 | 396 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Department for International Development
    Country: Cameroon, Central African Republic, Jordan, Kenya, Lebanon, Niger, Nigeria, South Sudan, Sudan, Syrian Arab Republic, World

    Additional help from the UK to provide emergency aid, jobs and education, to help address the root causes of the migrant crisis

    A range of new programmes from the UK will provide emergency aid as well as jobs and education to help address the root causes of the migrant crisis, International Development Secretary Justine Greening announced today.

    This new support forms part of a wider approach by the UK government to tackle the migrant crisis and will focus on the fragile and vulnerable states from which the majority of migrants are leaving. This includes Syria and its neighbours as well as a number of African countries such as Nigeria, South Sudan and Kenya.

    Millions of refugees and vulnerable people affected by conflict and instability will benefit from immediate, lifesaving support such as food and clean water.

    The new support will also help to create jobs and opportunities, provide protection for vulnerable groups, and address underlying causes of conflict and tension so that people are able to build their lives in the region.

    The support from the Department for International Development (DFID) includes:

    • aid initiatives totalling £217 million in Africa, to help approximately 2.5 million refugees and vulnerable people in the countries that the majority of migrants are travelling from or through. This includes the Sahel region, South Sudan, Kenya, Sudan, Central African Republic and Nigeria; and

    • an additional £100 million in aid to help those who have been displaced as a result of the Syria crisis. This includes an increase in funding to up to £20 million for education in Lebanon this year in preparation for school enrolment in September. As the second biggest bilateral donor in response to the Syria crisis, this new funding will bring the UK’s total support to £900 million.

    Justine Greening said:

    " We have to tackle instability and lack of opportunity in the world’s most vulnerable countries, from Sudan to Syria, Nigeria to Lebanon, if we are to get to grips with the problems causing people to flee their homes.

    " This new package from the UK will support at least two and a half million refugees and vulnerable people across the main countries that migrants are travelling from and through. As well as providing immediate lifesaving aid, it will create jobs and help people find work, improve health services and boost education in the longer term.

    " That means people who might otherwise feel they have no choice but to risk their lives by making perilous journeys to escape war or poverty instead have the opportunity to build a better life where they are.

    The new support for Africa includes:

    • £30 million of support for over 580,000 South Sudanese refugees – providing emergency assistance and meeting longer term needs including restoring livelihoods, education and vocational training projects;

    • £18 million of support for vulnerable people affected by conflict in Central African Republic, including 170,000 refugees from CAR living in Cameroon, helping them to meet their basic needs and build their own livelihoods;

    • £4 million of support for over 75,000 vulnerable and displaced people in north east Nigeria – providing emergency support for the UN and international NGOs who are responding to urgent needs for water and sanitation, and nutritional support;

    • £111 million of support in the Sahel for 500,000 people affected by food insecurity and 300,000 people affected by conflict - improving their resilience to shocks and crises. DFID’s Sahel programme is also providing support to 81,000 Nigerian refugees in Cameroon and Niger;

    • £38.7 million to support vulnerable people in Sudan, in particular those most affected by conflict. This will support the provision of food, clean water, access to healthcare, nutrition, education, and protection services. This will potentially support more than 400,000 people to re-establish and strengthen their livelihoods, provide nutrition services to over 500,000 people, and health services to 2.7 million people; and

    • £15 million of assistance for more than 533,000 refugees living in camps in Kenya – providing support in critical areas including health, nutrition and food, water and sanitation.

    The new support for Syria and neighbouring countries includes:

    • initiatives to provide thousands of vulnerable people inside Syria and across the region with food, clean drinking water, relief assistance, health support and shelter;

    • a focus on education, including an increase in funding to up to £20 million for education in Lebanon this year in preparation for school enrolment in September to help ensure that both refugee and Lebanese children can benefit from an education. It will also include education for more than 120,000 children inside Syria, as well as providing teaching and learning materials;

    • vaccinations for nearly 430,000 children inside Syria as well as healthcare, counselling and protection services for refugee children across the region; and nearly 60,000 cash transfers and vouchers for refugees in Lebanon and Jordan so they can directly purchase the goods they most need.

    Notes to editors

    1. The new programmes for Africa are part of over £4 billion the government has already committed to improving economic development, governance and security in African states as well as improving access to basic services.

    2. DFID’s economic development work includes a strong focus on jobs and targeting the youth population while governance and security initiatives will help to build stronger, more stable states and promote peace and respect for human rights.


    0 0

    Source: African Development Bank, ECOWAS, Food and Agriculture Organization
    Country: Benin, Burkina Faso, Cabo Verde, Côte d'Ivoire, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo, World

    Afrique de l'Ouest: des opportunités sans précédent en matière de croissance agricole

    Un nouveau rapport identifie le renforcement de l’intégration régionale comme un levier majeur pour profiter des évolutions de la demande en produits alimentaires et de la croissance démographique

    2 juillet 2015, Rome – L'Afrique de l'Ouest dispose d'opportunités sans précédent de croissance agricole, mais pour en tirer le meilleur parti, il apparaît nécessaire de renforcer l'intégration régionale, indique un rapport publié par la Banque africaine de développement (BAD), l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et la Communauté Économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

    Pour rester compétitive vis-à-vis des grands pays et acteurs mondiaux, l'agriculture ouest africaine doit parvenir à des économies d'échelle dont jouissent déjà ces autres pays, notamment sur les marchés des engrais et des semences, ainsi que dans la recherche et la technologie agricoles, ajoute le rapport.

    Si d'importants progrès vers l'intégration régionale ont été accomplis au cours des vingt dernières années, leur mise en œuvre efficace à l'échelle nationale demeure une gageure, comme en témoignent les barrages routiers et les embargos commerciaux qui entravent encore les échanges intra-régionaux, ainsi que les normes nationales disparates sur les semences et les engrais, en dépit des protocoles adoptés à l'échelle régionale.

    Le rapport intitulé Croissance agricole en Afrique de l'Ouest: facteurs déterminants de marché et de politique est publié à point nommé, dans une époque on l'on observe une dynamique rapide d'évolution de la demande en produits alimentaires en Afrique.

    La population ouest africaine s'établit désormais à 300 millions d'habitants et devrait atteindre les 490 millions d'habitants d'ici 2030. La sous-région est déjà la plus urbanisée d'Afrique subsaharienne, avec près de la moitié de la population vivant dans des agglomérations urbaines, et elle est appelée à croître au rythme de 3,8 pour cent par an entre 2015 et 2030.

    Ce facteur, associé au développement d'une classe moyenne, engendre une diversification de la demande en produits alimentaires de la part des consommateurs, pour lesquels les considérations pratiques, de valeur nutritionnelle, de salubrité des aliments et de présentation et emballage viennent s'ajouter à celles de prix. Répondre à cette demande croissante et diversifiée offre des opportunités de création de valeur ajoutée, d'emplois, d'intégration et de diversification économiques et de substitution des importations, souligne le rapport.

    De nombreux pays d'Afrique occidentale sont de plus en plus tributaires des importations de produits alimentaires pour répondre aux besoins de leurs marchés urbains en plein essor, traduisant l'incapacité des filières alimentaires nationales à satisfaire la demande en pleine évolution des acteurs des filières et des consommateurs, que ce soit en termes de qualité, de volumes, de prix que de régularité des approvisionnements.

    Une part croissante de la population ouest africaine est constituée d'acheteurs nets de produits alimentaires, lesquels y consacrent une grande partie de leurs revenus monétaires. Le seul moyen de garantir à ces consommateurs l'accès à des aliments à bas prix tout en améliorant les revenus des producteurs est d'accroitre la productivité et l'efficacité de tout le système agroalimentaire. Pour y parvenir, il est nécessaire de garantir un contexte stratégique plus stable et prévisible, de recentrer les investissements publics sur les actions essentielles pour favoriser une croissance durable sur le long terme, et d'améliorer les capacités de mise en œuvre de tous les acteurs concernés.

    Augmenter la valeur ajoutée post-récolte

    Le rapport souligne que si accroître les rendements agricoles reste fondamental, il faut également consacrer plus d'attention aux segments en aval de la production au sein des chaînes de valeur agroalimentaires: assemblage, stockage, transformation et distribution (en gros et au détail).

    Ainsi, les entreprises agro-alimentaires nationales préfèrent souvent importer des matières premières (telles que le blé, les huiles végétales ou du concentré de jus de fruit) plutôt que de se les procurer sur place ou d'acheter des produits de substitution issus des matières premières disponibles localement, car les chaînes d'approvisionnement locales sont souvent trop faibles et fragmentées pour être fiables.

    Les politiques appropriées pour y parvenir varient d'un pays à l'autre et selon les segments de marché, mais il semble essentiel de redoubler d'effort pour renforcer les capacités techniques et en gestion des petites et moyennes entreprises de transformation agro-alimentaire, les liens entre les exploitations agricoles familiales orientées vers le marché (et leurs organisations), d'une part, et les entreprises agroalimentaires de toutes dimensions, d'autre part ; ceci afin d'améliorer l'accès aux marchés, aux intrants et aux services d'appui. Il conviendra également d'attacher une attention particulière à soutenir les femmes chefs d'entreprise qui jouent un rôle essentiel dans les systèmes agro-alimentaires, depuis le travail de la terre jusqu'à la vente au détail, ainsi qu'aux jeunes.

    Accorder plus d'importance aux segments post récolte des chaînes de valeur agroalimentaires nécessite des actions et politiques plus diversifiées afin de répondre aux besoins d'une plus large palette d'acteurs au sein des filières. Cela exige de dépasser les mandats traditionnels des ministères de l'agriculture pour se concentrer sur les interactions entre des questions aussi diverses que la recherche, l'investissement dans les transports, les politiques commerciales et l'éducation nutritionnelle.

    Le rapport effectue une analyse approfondie de ces interactions. Par exemple, les prix de transport des produits agricoles en Afrique de l'Ouest sont beaucoup plus élevés que dans d'autres régions en développement, entravant le commerce intra-régional et portant préjudice tant aux producteurs qu'aux consommateurs. Pour pallier à cette situation, une panoplie de mesures de politique et d'investissements sont nécessaires, allant d'investissements dans les infrastructures routières à la réforme des règlementations de transport routier en passant par l'amélioration de la gouvernance du secteur de transport, dans le but d'insuffler un plus grand dynamisme au secteur.

    Plus de biens publics, moins de subventions

    Sur la base d'une analyse détaillée des facteurs clés et tendances déterminant le développement des systèmes agroalimentaires en Afrique de l'Ouest et de leurs capacités d'adaptation et d'évolution à date, le rapport suggère des actions clés en matière de réforme des politiques agro-alimentaires et d'investissement agricole. Ces analyses et propositions contribueront à informer les délibérations et les nouvelles orientations de la politique agricole commune de la sous-région (ECOWAP-10), l'actualisation (en cours) de la politique agricole de la CEDEAO.

    Il est aussi important d'améliorer la diversité des investissements publics dans l'agriculture régionale que d'en accroître le niveau, selon le rapport. L'étude encourage les gouvernements à réorienter leurs dépenses vers des biens publics (par exemple routes, réseau électrique fiable, recherche et éducation) plutôt que de subventionner les biens privés et intrants tels que les engrais et les outils de mécanisation agricole (comme les tracteurs).

    Télécharger le rapport: ­­­­­­­­­­­­­­­­­­­Croissance agricole en Afrique de l'Ouest: facteurs déterminants de marché et de politique


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo

    HIGHLIGHTS

    • In CAR, World Refugee Day was celebrated on 20 June. The slogan “Diverse but all united” (I GA NDE NDE, A HON KWE, I YEKE OKO in Sango) and visual identity (a multicolored hand) of this year’s celebration is representative of UNHCR’s efforts in the past months to promote social cohesion and peace in the Central African Republic and to restore the country’s social fabric.

    • The security situation in the north central part of the country remains volatile. The MINUSCA has reinforced its presence and so has the French Sangaris operation. Armed groups continue to commit crimes against civilians in Ouandago, Kabo and Batangafo and on the Bouca-Batangafo axis.

    • Increases in Anti-Balaka activity have been reported on the border with Cameroon. Two attacks on herders took place in the space of five days. The presence of insurgents from Nigeria has also been reported. Humanitarian actors in the area are taking particular safety measures.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger, Nigeria

    • The Nigerian village of Assaga located along the Komadougou River about 15 km east of Diffa, was attack on the night pf 27 June presumably by Boko Haram

    • This is the third attack recorded in two weeks in the region of Diffa1 .

    • Ten people were killed and nine others wounded.

    • The attack caused the displacement of the entire population of the Assaga village as well as the populations of 7 other villages on Nigerian soil and Assaga Gana in Niger. A total of 641 households (3,000 people) of which 203 are Nigerian households and 438 composed of Nigerien returnees and internally displaced people from Assaga Gana in Niger settled in in two sites2 .

    • For now, the displaced population survives through the means of the host-population.

    • A rapid joint assessment mission consisting of the Regional Committee for Refugees Management and Coordination and OCHA visited the site on 1 July to assess needs in order to establish a response plan. The needs identified are food, water, sanitation, shelter and non-food items and protection.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger, Nigeria

    • Le village nigérian d’Assaga, situé en bordure de la rivière Komadougou, à 15 km à l’est de Diffa, a été attaqué dans la nuit du samedi 27 juin par des présumés insurgés de la secte Boko Haram.

    • Cette attaque est la troisième enregistrée en deux semaines dans la région de Diffa1 .

    • Dix personnes ont été tuées et neuf autres blessés.

    • L’attaque a engendré le mouvement de l’ensemble de la population du village d’Assaga, ainsi que des populations de 7 autres villages du côté du Nigéria et d’Assaga Gana au Niger. Un total de 641 ménages2 (3 000 personnes) dont 203 ménages de nationalité nigériane et 438 composés de Nigériens retournés du Nigéria et de personnes déplacées internes en provenance d’Assaga Gana au Niger, s’est installé sur deux sites.

    • Pour l’instant, les populations déplacées survivent grâce à la solidarité des résidents.

    • Une mission d’évaluation rapide conjointe constituée du Comité régional de gestion et de coordination des réfugiés et de l’OCHA s’est rendu sur le site d’accueil des déplacés le 1er juillet pour estimer les besoins afin d’établir un plan de réponse. Des besoins en vivres, eau, hygiène, abris et biens non alimentaires et soutien psycho-social ont été identifiés.


    0 0

    Source: Médecins Sans Frontières
    Country: Mali, Mauritania

    Bassikounou/Nouakchott - The cancellation of monthly food rations in July for 49,500 Malian refugees in Mbera Camp is likely to cause a rise in global acute malnutrition levels, warns Médecins Sans Frontières (MSF), which provides medical care and malnutrition support in the camp. MSF calls on the international donor community to ensure that refugees in Mbera camp have reliable sources of food.

    The World Food Programme (WFP), faced with financial shortfalls, has been unable to secure financing for the general food distribution in July. Also UNHCR, which is responsible for the management of the refugee camp, insist they lack the funds to propose an alternative solution to the inevitable consequence of increased malnutrition.

    This follows an already precarious situation where rice rations were cut from 12 kg per person to 5.4 kg in June, and the general food distribution was cancelled entirely in March, which then caused a surge in admissions of sick children to MSF therapeutic feeding programs from 30 in the month before the cancellation to 79 in the month following it.

    “Global acute malnutrition in the camp was around twenty percent in 2012 when we first started its activities here,” said Dr. Mahama Gbané, MSF Medical Coordinator in Mauritania. “We’ve worked together with agencies like WFP to bring this down to an estimated nine percent. It would be tragic if we allowed the health of the most vulnerable to slip back to catastrophic levels.”

    These refugees fled to Mauritania in 2012 when conflict engulfed northern Mali. Despite recent peace agreements signed by some armed opposition groups in Mali, people still do not feel safe to return home. Since 2012, their survival in the desert, where temperatures reach 50°C and sandstorms are common, has largely depended on humanitarian assistance. A number of the refugees have managed to keep livestock, but successive droughts have drastically depleted the residual pasture for grazing animals across the Sahel. Recent attacks and pillaging of towns and villages in northern Mali has increased fears that it will be a long time before refugees will feel safe enough to return to their homeland.

    “People have tried to grow food in community gardens, but the scorching heat, blowing sand, and insects have destroyed most of the crops” said Maya Walet Mohamed, leader of the women’s committee in the camp. “The timing of the gap in food distributions is all the more cruel because people are already fasting during daylight hours for the month of Ramadan, and now they have little food to break their fast at sunset”.

    Three years into their exile, most refugees have sold what little they had left to trade for alternative sources of food, namely meat and milk – the staples of the traditional nomadic diet which are not part of the WFP’s distributions. This back-up source of food is now scarce. “This is critical for us as well as the Mauritanian people, because the animals are dying or worthless because of the droughts,” added Maya.

    Médecins Sans Frontières (MSF) is an international, independent, medical humanitarian organisation that delivers emergency aid to people in roughly 70 countries that are affected by armed conflict, epidemics, natural disasters and exclusion from healthcare.

    MSF started working in Mauritania in 1994. Today, 370 aid workers support the Mauritanian health ministry by providing free services including primary care, emergency surgery, and sexual and reproductive health care in the country’s south-eastern region including Mbera refugee camp, in Bassikounou and in Fassala.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Maiduguri, Nigeria | AFP | Thursday 7/2/2015 - 17:49 GMT

    by Bukar Hussain and Aminu Abubakar in Kano

    Suspected Boko Haram militants killed nearly 150 people in northeastern Nigerian villages, mowing down men and children while they prayed in mosques and shooting women preparing food at home, witnesses said Thursday.

    Dozens of militants stormed three remote villages in the flashpoint Borno state on Wednesday evening, slaughtering residents and setting houses ablaze in the bloodiest day of attacks by the extremist group since President Muhammadu Buhari came to power in May.

    Gunmen killed at least 97 people in Kukawa, the worst-affected village, a local who gave his name as Kolo and who said he had counted the bodies told AFP.

    "They wiped out the immediate family of my uncle... They killed his children, about five of them, and set his entire house ablaze," Kolo said.

    A fisherman who witnessed the attack corroborated the death toll.

    Another witness in Kukawa, Babami Alhaji Kolo, who fled to the state capital Maiduguri, said more than 50 militants had stormed the village.

    "The terrorists first descended on Muslim worshippers in various mosques who were observing the Maghrib prayer shortly after breaking their fast," he said.

    "They...opened fire on the worshippers who were mostly men and young children.

    "They spared nobody. In fact, while some of the terrorists waited and set most of the corpses on fire, others proceeded to houses and shot indiscriminately at women who were preparing food," he said.

    • 'Volleys of bullets' -

    In two other villages near the town of Monguno, meanwhile, gunmen killed 48 people and injured 11 others, local lawmaker Mohammed Tahir and witnesses told AFP.

    "They selected particular male residents from among the crowd of worshippers... and opened fire on them before setting the two villages on fire and razing them to the ground," Tahir said.

    Another resident who managed to escape said the militants arrived in vans and on motorcycles.

    "They killed 48 people and injured several others but many of us managed to escape amid volleys of bullets," said the resident who asked not to be named for safety reasons.

    Kukawa is around 50 kilometres away from the two villages near Monguno.

    All three are located near Lake Chad, which straddles Nigeria, Niger, Chad and Cameroon and has been a focal point of the unrest.

    Boko Haram has intensified its campaign of violence since Buhari came to power on May 29 vowing to crush the jihadists' bloody uprising that has claimed at least 15,000 lives.

    Since then, some 400 people have been killed in attacks blamed on the extremists, who have sworn allegiance to the Islamic State group, according to an AFP tally.

    Boko Haram had captured scores of towns and villages in the northeast last year, but has since been pushed back by a four-nation military offensive that kicked off in February.

    Despite their territorial losses, the insurgents have kept up their deadly raids, explosions and suicide attacks on "soft" targets such as markets and mosques.

    A new regional fighting force comprising 8,700 troops from Nigeria, Niger, Chad, Cameroon and Benin is due to deploy at the end of the month to try definitively end the insurgency.

    But they will face huge challenges in countering the guerrilla tactics to which Boko Haram has increasingly resorted.

    str-mbx/cb

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    Nouakchott, Mauritanie | AFP | jeudi 02/07/2015 - 16:42 GMT

    L'attaque contre un convoi de Casques bleus jeudi dans le nord du Mali "n'affectera pas la détermination des Nations unies à soutenir le peuple malien et le processus de paix" dans ce pays, a indiqué jeudi l'ONU.

    Selon son porte-parole, le secrétaire général Ban Ki-moon a "condamné fermement l'attaque" qui s'est produite sur l'axe Goundam-Tombouctou, dans la région de Tombouctou.

    Six Casques bleus du Burkina Faso ont été tués dans l'attaque et cinq autres ont été blessés.

    Au total, depuis le début de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), le 25 avril 2013, 42 Casques bleus ont été tués, dont dix en 2015, et 166 blessés.

    M. Ban "rappelle à toutes les parties que les attaques contre les Casques bleus des Nations Unies constituent une grave violation du droit international et demande instamment que tous les responsables soient rapidement traduits en justice".

    L'embuscade dans le nord du Mali, la plus meurtrière contre les forces de l'ONU depuis près de neuf mois, a été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

    avz/sha


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    Bamako, Mali | AFP | Thursday 7/2/2015 - 15:14 GMT

    by Serge DANIEL

    Militants killed at least six United Nations soldiers on Thursday in northern Mali, in one the deadliest ever attacks on the world's most dangerous peacekeeping mission, claimed by Al-Qaeda's north African arm.

    MINUSMA, the UN's force in the volatile west African nation, said its patrol was ambushed around 9:00 am (0900 GMT), 45 kilometres (28 miles) southwest of the city of Timbuktu on the road to Goundam.

    "Preliminary reports indicate that six peacekeepers were killed and five others wounded. The evacuation of the wounded is in progress," it said in a statement.

    The force said two of its vehicles had been destroyed, and that reinforcements had been sent to the area, backed from the air by helicopters.

    A source within MINUSMA said the soldiers, from Burkina Faso, were victims of an "ambush" by heavily-armed fighters.

    Mauritanian news agency Al-Akhbar, which regularly carries credible claims of responsibility by jihadist groups, said it had received a statement from Al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM) admitting the attack and putting the death toll at seven.

    Thursday's attack was the largest loss of life for MINUSMA since nine of its soldiers were killed in the Gao region in an October ambush later claimed by the Movement for Oneness and Jihad in West Africa (MUJAO).

    The UN says 35 peacekeepers have been killed in combat since MINUSMA's inception in 2013, not including Thursday's attack, making northern Mali the deadliest theatre on earth for its personnel.

    • 'Major shortfalls' -

    Three UN soldiers were wounded on May 28 when a convoy including the head of peacekeeping in Mali triggered landmines in the north, in an operation also claimed by AQIM.

    MINUSMA's Danish commander Michael Lollesgaard and police commissioner Abdounasir Awale were on a field visit when a vehicle in their convoy hit a mine between the towns of Dire and Ber.

    The force is regularly attacked by militants in the north, and was targeted for the first time in the capital Bamako in May, when a militant opened fire on a MINUSMA residence in the city's Faso Kanu neighbourhood, wounding a civilian guard.

    Lollesgaard said last month the mission lacked the training, logistics and intelligence capabilities to effectively carry out its operations.

    "I possess some good assets but overall we have some major shortfalls that make us extremely vulnerable," he said.

    The general said gaps in intelligence, as well troop training, safety and supplies were of major concern.

    Lollesgaard also criticised the UN's use of private carriers to supply troops working for MINUMSA, which had its mandate renewed for another year earlier this week.

    "North of the Niger River, the hostilities are so imminent and the road conditions are so poor that it is irresponsible to keep on going there with old fragile civilian trucks that are unprotected and driven by people that are not soldiers," he said.

    • Brutal regime -

    Security sources said on Wednesday the Malian army had killed three "terrorists" during a cross-border search operation for jihadists backed by Ivorian troops.

    The exercise came after government and police buildings were ransacked in the southern Malian town of Fakola, 20 kilometres from Ivory Coast, on Sunday in an attack claimed by the Islamist militia Ansar Dine.

    The group has also claimed responsibility for an attack on a military camp near the Mauritanian border on Saturday during which three soldiers and nine militants were killed.

    Jihadist attacks are normally confined to Mali's restive northern desert region but areas bordering Mauritania have been targeted since the start of the year, and southern settlements more recently.

    The north came under the control of Ansar Dine -- which is Arabic for Defenders of Faith -- AQIM and MUJAO, in April 2012.

    A move south towards the capital by the extremists, who imposed a brutal version of sharia on inhabitants, prompted France to intervene in January 2013, pounding their positions in the north.

    Their organisational structure smashed, small pockets of armed Islamists managed to remain active, and continue to carry out occasional deadly attacks in the desert.

    The area around Goundam, a town of around 16,000 people some 100 kilometres (60 miles) southwest of Timbuktu, has seen regular violence, culminating in the killing of nine Malian soldiers in May by Tuareg-led rebels.

    sd/mrb/sst/ft/pvh


    0 0

    Source: World Health Organization
    Country: Ghana

    I. Highlights

    • No case was reported in the country as compared to 18 cases in the previous week.
    • In 2015, a cumulative total of 636 cases with 6 deaths, a case fatality rate (CFR) of 0.9% reported as of 28 June 2015.

    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    At around 9:00 this morning, a patrol of the MINUSMA Force was attacked by unidentified armed men on the road between Goundam and Tombouctou, 45 kilometers southwest of Timbuktu.

    Preliminary reports indicate that six peacekeepers were killed and at least five others were injured. The evacuation of the injured is currently ongoing. Two MINUSMA vehicles were destroyed.

    Ground reinforcements of the MINUSMA Force are on their way to the site and attack helicopters have also been deployed from Timbuktu to provide air support.

    "I strongly condemn this terrorist attack against our peacekeepers. Those responsible for this heinous crime must be identified and brought to justice as soon as possible," said the Special Representative of the UN Secretary-General and Head of MINUSMA, Mr. Mongi Hamdi.

    The Head of MINUSMA extends his condolences to the families of the victims and wishes a speedy recovery to the injured.

    The Special Representative recalls that, in its Resolution 2227 of 29 June 2015, renewing the mandate of MINUSMA until 30 June 2016, the UN Security Council expressed its readiness to consider targeted sanctions against those who launch attacks against MINUSMA or threaten to do so.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Burkina Faso, Mali


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Le Secrétaire général condamne fermement l'attaque d’aujourd’hui contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation intégrée au Mali (MINUSMA) sur l'axe Goundam-Tombouctou, dans la région de Tombouctou, qui a tué six soldats de la paix et en a blessé cinq autres. Les casques bleus tués et blessés sont du Burkina Faso.

    Le Secrétaire général rappelle à toutes les parties que les attaques contre les casques bleus des Nations Unies constituent une grave violation du droit international et demande instamment que tous les responsables soient rapidement traduits en justice.

    Ces attaques n’affecteront pas la détermination des Nations Unies à soutenir le peuple malien et le processus de paix, y compris à travers son assistance à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

    Cette attaque porte le nombre total de victimes d’actes hostiles depuis le début de la mission, le 25 avril 2013, à 42 casques bleus tués, dont dix en 2015, et 166 casques bleus blessés.

    Le Secrétaire général salue les hommes et les femmes qui servent au sein de la MINUSMA pour leurs efforts pour apporter une paix durable au Mali dans ces conditions difficiles.

    Le Secrétaire général exprime ses sincères condoléances aux familles des victimes et au Gouvernement du Burkina Faso, et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

    New York, 2 Juillet 2015


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Les 27 et 28 juin dernier, un forum pour la réconciliation et la culture de la paix, a rassemblé au Centre multifonctionnel des Femmes de Goundam, 362 participants parmi lesquels les sous-préfets du cercle, les chefs coutumiers, les leaders communautaires et religieux, des chefs de villages et de fractions, des représentants des refugiés, des cadres de partis politiques, des élus locaux, les associations de femmes, les conseils communaux et locaux des jeunes et d’autres organisations de la société civile. L’objectif visait la création d’un réseau de sages pour promouvoir et renforcer la réconciliation nationale et la culture de paix dans le cercle.

    Dénommée « Initiative pour la réconciliation et la culture de la paix dans le cercle de Goundam », cet activité de l’organisation non-gouvernementale Sahélienne d’appui aux initiatives de bases (ONG SAIB) a vu le jour suite aux recommandations de la « Semaine de Tombouctou pour la Réconciliation et la Paix » et d’un premier Forum de Goundam, organisés en 2014, en soutien au processus de paix au Mali. Durant les deux jours, les participants ont planché sur la définition de la feuille de route du réseau des sages et à la thématique liée au rôle des chefs coutumiers dans la gestion de la paix.

    « Ce forum d’échanges, de dialogue et de concertation revêt une importance capitale parce qu’il regroupe les représentants de toutes les communautés de Goundam », a fait remarquer le Chef par intérim du Bureau Régional de la MINUSMA, Mamane Sani Moussa. En effet, au lendemain du parachèvement de l’Accord pour la réconciliation et la paix au Mali issu des pourparlers d’Alger, ce forum organisé à Goundam, s’inscrit donc dans le registre de la participation active et significative de la population dans la mise en œuvre de cet accord, selon les mesures qui y sont prévues. Laissant ainsi la société civile jouer un rôle actif pour briser les barrières entre les différentes communautés et créer un espace de dialogue constructif entre elles.

    Le Gouvernement malien et la MINUSMA cofinancent le forum à hauteur de plus de 30.000.000 de Francs CFA, dont plus de 14 000 000 FCFA, par le volet de projets à impacts rapides (QIP) de la Mission onusienne au Mali ; et de près de 16.000.000 de Francs CFA par le ministère à la réconciliation nationale.

    Le sage pour prévenir les conflits

    Venue de Bamako, une délégation de 10 cadres du ministère de la réconciliation nationale, accompagnée de la Maire de la commune urbaine de Goundam, Mme Seck Oumou Sall, a été accueillie sur le tarmac de l’aéroport de Tombouctou par le Gouverneur de la région, Adama Kansaye et le Chef par intérim du Bureau de la MINUSMA à Tombouctou, Mamane Sani Moussa. A Goundam, sur toute la durée de l’activité, se sont joints à la délégation, le Directeur de Cabinet du Gouverneur, les préfets des Communes du cercle de Goundam, un représentant du Conseil Régional de Cercle, le Président du Conseil de Cercle de Goundam, quatorze Maires des 16 communes du cercle, une équipe de cadres des Sections substantives de la MINUSMA, le représentant des Forces de sécurité maliennes dans la zone, les Commandants du Secteur Ouest de la Force et de la Police Onusienne.

    Tout en observant le mois béni de ramadan, les participants, aux côtés des autorités, ont travaillé en atelier et largement débattu sur ce que doit être la mission du réseau des sages. Parmi l’assistance, si la nécessité d’une structure pour gérer la paix et prévenir les conflits au sein des communautés fait l’unanimité, les avis sont partagés sur le mode de désignation des sages, l’appellation à donner à la structure et les limites de son rôle. « Le chef de village est une institution tandis que le réseau de sages n’a pas une mission définie par l’Etat ; il pose plutôt des actions citoyennes. Cependant, le sage travaille en étroite collaboration avec le maire, le chef de village et l’Imam sans pour autant être un auxiliaire de la collectivité », a expliqué Dr. Amadou Aba Touré, initiateur du forum et président de l’ONG SAIB.

    Selon l’approche participative préconisée par les organisateurs du forum, les contributions de tout un chacun ont permis de faire entre autres recommandations, les suivantes : l’élaboration d’un cahier de charges pour circonscrire un espace de partenariat définissant les conditions et modalités d’interventions des acteurs porteurs d’initiative pour la réconciliation et la paix ; la définition des rôles et missions du réseau pour éviter les conflits de compétences avec les institutions existantes ; la validation du processus et des critères de désignation des sages suite à des consultations faites auprès de l’ensemble des communautés ; le choix des sages doit revenir aux localités avec une attention particulière aux personnes déplacées et refugiés revenus ; la prise en compte de la participation des femmes et des jeunes à tous les échelons du réseau, de même que les communicateurs traditionnels.

    La concrétisation du combat en faveur de la paix

    Cette première étape de repérage et de sensibilisation des Chefs Coutumiers, leaders Communautaires a facilité leur adhésion et leur engagement pour la mise en œuvre de l’initiative. Quant aux élus locaux, ils se sont aussi engagés publiquement à appuyer la mise sur pied du réseau pour « trouver des sages pouvant veiller à réussir la cohésion social, la paix et à aider l’Etat malien dans la mise en œuvre de l’Accord parachevé le 20 juin dernier » a insisté le président de l’association des maires de Goundam, Oumar Abocar Traoré et maire de Douwekiré.

    La prochaine étape du projet consistera à identifier les membres du réseau de sages, avec l’appui de facilitateurs, sur la base de leur appartenance ethnique, de leur crédibilité et de leur engagement en faveur de la Paix dans le Nord du Mali. Il s’agira d’au moins 30 personnalités, à raison de deux sages pressentis par communes et représentatifs des différentes communautés vivant dans le cercle de Goundam.

    Fière du symbole de paix que représente Goundam, la Maire de la Commune urbaine Seck Oumou Sall, place sous le sceau de la réussite les deux jours de discussions. « C’est vraiment la concrétisation de tout notre combat pour ramener la paix dans le cercle et au Mali. Le lieu même où s’est tenu le forum fut occupé lors de la crise. Aujourd’hui, avec la signature de l’Accord pour la réconciliation et la paix, nous sommes confiants que le processus ira jusqu’au bout avec la participation de toutes les communautés » a-t-elle déclaré.

    « Le forum s’est passé dans de bonnes conditions. La participation de toutes les forces vives des communautés de Goundam a été effective. La salle était comble durant les jours. J’espère que c’est vraiment l’élan pour faire renaitre une autre vie pour les Goundamiens » a conclu Ibrahim Ichanga Maiga, Conseiller technique du ministère à la réconciliation nationale. Ce dernier a aussi invité les populations du Nord à s’aligner dans la logique de la réconciliation nationale et de la paix pour reconstruire la cohésion sociale et le vivre-ensemble.

    La prochaine étape du projet consistera à identifier les membres du réseau de sages, avec l’appui de facilitateurs, sur la base de leur appartenance ethnique, de leur crédibilité et de leur engagement en faveur de la Paix dans le Nord du Mali. Il s’agira d’au moins 30 personnalités, à raison de deux sages pressentis par communes et représentatifs des différentes communautés vivant dans le cercle de Goundam.

    Fière du symbole de paix que représente Goundam, la Maire de la Commune urbaine Seck Oumou Sall, place sous le sceau de la réussite les deux jours de discussions. « C’est vraiment la concrétisation de tout notre combat pour ramener la paix dans le cercle et au Mali. Le lieu même où s’est tenu le forum fut occupé lors de la crise. Aujourd’hui, avec la signature de l’Accord pour la réconciliation et la paix, nous sommes confiants que le processus ira jusqu’au bout avec la participation de toutes les communautés » a-t-elle déclaré.

    « Le forum s’est passé dans de bonnes conditions. La participation de toutes les forces vives des communautés de Goundam a été effective. La salle était comble durant les jours. J’espère que c’est vraiment l’élan pour faire renaitre une autre vie pour les Goundamiens » a conclu Ibrahim Ichanga Maiga, Conseiller technique du ministère à la réconciliation nationale. Ce dernier a aussi invité les populations du Nord à s’aligner dans la logique de la réconciliation nationale et de la paix pour reconstruire la cohésion sociale et le vivre-ensemble.

    La durée du projet est de 5 mois avec une mission d’évaluation, des ateliers de restitution et de production de rapport pour valoriser les pratiques innovantes expérimentées. Le comité de pilotage de la mise en œuvre du projet est constitué du Préfet de Goundam, du Président du Conseil de Cercle, un cadre de la MINUSMA et du chargé des opérations de mise en œuvre de l’initiative.


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Ce matin, vers 9h00, une patrouille de la Force de la MINUSMA a été la cible d’une attaque armée par des hommes non identifiés sur l’axe Goundam-Tombouctou à 45 kilomètres au sud-ouest de Tombouctou.

    Les rapports préliminaires indiquent que 6 soldats de la paix ont été tués et 5 autres ont été blessés. L’évacuation des blessés est en cours. Deux véhicules de la MINUSMA ont été détruits.

    Des renforts terrestres de la Force de la MINUSMA sont en route vers le site de l’attaque et des hélicoptères d'attaque ont également été déployés de Tombouctou pour fournir un appui aérien.

    « Je condamne avec vigueur cette nouvelle attaque terroriste contre nos Casques Bleus. Les responsables de ce crime ignoble doivent être identifiés et traduits en justice dans les meilleurs délais », a déclaré le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies et Chef de la MINUSMA, M. Mongi Hamdi.

    Le Chef de la MINUSMA présente ses condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

    Le Représentant Spécial rappelle que dans sa résolution 2227 du 29 juin 2015, renouvelant le mandat de la MINUSMA jusqu’au 30 juin 2016, le Conseil de Sécurité des Nations Unies s’est déclaré disposé à envisager des sanctions ciblées notamment contre ceux qui lancent des attaques contre la MINUSMA ou menacent de le faire.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Burkina Faso

    Ouagadougou, Burkina Faso | AFP | jeudi 02/07/2015 - 20:56 GMT

    Le gouvernement burkinabè a affirmé jeudi qu'un complot d'éléments de la garde présidentielle contre le Premier ministre Isaac Zida avait bien été déjoué il y a quelques jours, une thèse battue en brèche par plusieurs officiers du régiment controversé.

    Les relations sont tendues depuis des mois entre le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), considéré comme le bras armé de l'ex-président Blaise Compaoré - renversé en octobre par la rue après 27 ans de règne - et le lieutenant-colonel Zida, qui en est pourtant le numéro 2.

    Des "informations persistantes" circulaient "depuis samedi" quant à la "sécurité" du Premier ministre, "menacée" par "des éléments du RSP" à son retour d'un voyage officiel dimanche à l'aéroport de Ouagadougou, selon un communiqué publié par le service d'information du gouvernement.

    Cela a conduit à "la prise de mesures préventives", dont l'audition d'"un certain nombre de chefs du RSP" par la gendarmerie, créant "un mouvement d'humeur" lundi soir chez "certains éléments de ce régiment, qui ont tiré des coups de feu en l'air dans leur caserne", selon ce texte.

    Une dizaine de soldats de la garde présidentielle, soupçonnés d'être les tireurs, ont été mis aux arrêts mardi.

    Le président Michel Kafando avait engagé mardi des tractations pour régler cette nouvelle crise autour de la garde présidentielle tandis que, selon un officier du RSP ayant un grade élevé, ce corps d'élite réclamait de nouveau le limogeage du Premier ministre.

    Cependant, depuis les derniers événements, la thèse d'un complot est battue en brèche par plusieurs officiers du RSP, qui accusent M. Zida d'avoir "inventé" de toutes pièces "un faux complot contre sa personne afin de créer des troubles et de se maintenir au pouvoir".

    Plusieurs personnalités de la société civile, interrogées par l'AFP, ont également émis des doutes sur un tel scénario, et une source diplomatique évoquait mardi l'hypothèse d'un "truquage".

    M. Zida avait publiquement réclamé en décembre la dissolution "pure et simple" du RSP, accusé d'être impliqué dans des assassinats politiques comme celui du journaliste Norbert Zongo à la fin des années 1990.

    Mais, début février, ce corps d'élite (1.300 hommes) avait provoqué une brève crise politique en exigeant déjà sa démission, le contraignant à changer d'avis.

    Les autorités de transition devront rendre les rênes du Burkina Faso à un exécutif élu à l'issue de la présidentielle dont le premier tour est prévu pour le 11 octobre.

    Dans son communiqué, le gouvernement a "réaffirmé son engagement" en vue de l'organisation d'élections transparentes aux dates prévues, rejetant "avec fermeté les allégations tendant à faire croire qu'il travaillerait à une prolongation de son mandat".

    L'Organisation professionnelle des médias du Burkina s'est par ailleurs déclarée "outrée" après des "intimidations" subies mardi, quand des membres en armes du RSP ont fait "intrusion" dans quatre radios de Ouagadougou pour clamer l'innocence de leur régiment dans les événements de dimanche.

    "Nous prenons le peuple burkinabè et la communauté internationale à témoin des menaces qui planent sur les animateurs de la presse burkinabè du fait des actes du RSP", a déclaré cette organisation, qui rassemble notamment des associations de journalistes et des patrons de presse, jeudi dans un communiqué.

    "Nous réclamons le démantèlement ici et maintenant du RSP", a tonné Bénéwendé Sankara, un illustre opposant à Blaise Compaoré, candidat à la présidentielle.

    "Qu’ils aillent sécuriser les frontières du Burkina Faso contre Aqmi et Boko Haram", a-t-il commenté.

    Dans une déclaration publiée mercredi, une trentaine d'associations de la société civile, qui ont participé aux manifestations ayant causé la chute de Blaise Compaoré, avaient exigé la dissolution du RSP, un corps selon elles "illégal".

    roh-jf/tmo/bds

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Mali

    SC/11959-AFR/3173-PKO/505

    SECURITY COUNCIL
    PRESS RELEASE

    The following Security Council press statement was issued today by Council President Gerard Jacobus van Bohemen (New Zealand):

    The members of the Security Council condemned in the strongest terms the terrorist attack against a convoy of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA) on 2 July, in the region of Timbuktu, during which six Burkinabe peacekeepers were killed and others injured.

    The members of the Security Council expressed their deepest condolences to the families of the victims of this attack, as well as to the Government and people of Burkina Faso.

    The members of the Security Council called on the Government of Mali to swiftly investigate this attack and bring the perpetrators to justice and stressed that those responsible for the attack should be held accountable. The members of the Security Council underlined that attacks targeting peacekeepers may constitute war crimes under international law.

    The members of the Security Council reaffirmed the need to combat by all means, in accordance with the Charter of the United Nations, threats to international peace and security caused by terrorist acts and that any acts of terrorism are criminal and unjustifiable, regardless of their motivation, wherever, whenever and by whomsoever committed.

    The members of the Security Council reminded States that they must ensure that measures taken to combat terrorism comply with all their obligations under international law, in particular international human rights, refugee and humanitarian law.

    The members of the Security Council reiterated their full support to MINUSMA and the French forces that support it. They reiterated their strong support for the Special Representative of the Secretary-General for Mali, Mongi Hamdi, and for MINUSMA to assist the Malian authorities and the Malian people in their efforts to bring lasting peace and stability to their country, including through MINUSMA’s support to the implementation of the Agreement for Peace and Reconciliation in Mali, and paid tribute to the peacekeepers who risk their lives in this respect.

    For information media. Not an official record.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    2 juillet 2015 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité ont condamné fermement jeudi une attaque contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation intégrée au Mali (MINUSMA), qui a causé la mort de six Casques bleus et blessé cinq autres.

    L'attaque a eu lieu jeudi sur l'axe Goundam-Tombouctou, dans la région de Tombouctou. Les casques bleus tués et blessés sont du Burkina Faso.

    « Le Secrétaire général rappelle à toutes les parties que les attaques contre les Casques bleus des Nations Unies constituent une grave violation du droit international et demande instamment que tous les responsables soient rapidement traduits en justice », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

    Il a ajouté que ces attaques n'affecteront pas la détermination des Nations Unies à soutenir le peuple malien et le processus de paix, y compris à travers son assistance à la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

    L'attaque de jeudi porte le nombre total de victimes d'actes hostiles depuis le début de la mission, le 25 avril 2013, à 42 Casques bleus tués, dont dix en 2015, et 166 Casques bleus blessés.

    Le Secrétaire général a salué les hommes et les femmes qui servent au sein de la MINUSMA pour leurs efforts destinés à apporter une paix durable au Mali dans ces conditions difficiles.

    Il a présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes et au gouvernement du Burkina Faso, et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

    Dans une déclaration à la presse, les membres Conseil de sécurité ont également présenté leurs plus sincères condoléances aux familles des victimes, ainsi qu'au gouvernement et au peuple du Burkina Faso.

    Ils ont appelé le gouvernement du Mali à enquêter rapidement sur cette attaque et à traduire les responsables en justice, soulignant que les attaques visant des Casques bleus peuvent constituer des crimes de guerre.


older | 1 | .... | 392 | 393 | (Page 394) | 395 | 396 | .... | 728 | newer