Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 387 | 388 | (Page 389) | 390 | 391 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Central African Republic, Côte d'Ivoire, Guinea, Mali, Niger, Sierra Leone, World

    CENTRAL AFRICAN REPUBLIC (CAR)
    DATE SET FOR ELECTIONS

    The National Elections Authority announced that presidential and parliamentary elections will be held on 18 October, and a second round, if necessary, on 22 November. A monthlong electoral census will start on 27 June to draw up a new voters roll. The elections are hoped to help restore order following the conflict triggered by the March 2013 ouster of president François Bozizé.

    IDP NUMBER DROPS BELOW 400,000

    According to the Population Movement Commission, the number of IDPs dropped to 399,268 in May from 426,238 in April. The figure includes 33,067 IDPs in 33 sites in Bangui.
    The returns are due to a relative improvement in security in some areas of the country, including in Bangui, and in particular the increased presence of MINUSCA forces in some areas of return. However, there are primary and secondary displacements, with the emergence of new IDP sites in Ouham and Nana-Gribizi provinces in the centre and northwest of the country.

    COTE D’IVOIRE 16 KILLED BY FLOODING

    Heavy rains in June have so far killed at least 16 people in the commercial capital Abidjan.
    Six of them died during the weekend of 20 - 21 June, the country’s civil protection agency said, according to media reports. Most of the victims lived in shantytowns, where poorly-built houses cannot withstand the flooding during the June - August main rainy season.

    NIGER 38 KILLED IN INSURGENT ATTACKS

    On the night of 17-18 June, armed attackers killed 38 people during raids on Lamana,
    Boulamare and Goumao villages in Diffa Region near the border with Nigeria. The attackers burnt 80 percent of houses in Lamana and torched food stocks and machinery in Boulamare. The authorities suspect Boko Haram of the attacks and have launched security operations in the area. Humanitarian actors and government officials undertook an assessment mission. The government has provided relief items, and WFP will distribute 72 tons of foodstuffs in the affected villages.

    MALI MAIN REBEL GROUP SIGNS PEACE AGREEMENT

    On 20 May, northern Mali’s main Tuareg coalition, the Coordination of Azawad Movements (CMA), signed a peace agreement with the government following months-long negotiations.
    The Algiers agreement calls for the creation of elected regional assemblies. The accord was inked by other smaller rebel groups on 15 May already. The CMA agreed to commit to it after winning a stipulation that its fighters be included in a security force for the north, and for residents of the region to be represented better in government institutions.

    EVD GUINEA/SIERRA LEONE 13 NEW CASES, SURVEILLANCE MEASURES REVAMPED

    Guinea and Sierra Leone have launched enhanced Ebola surveillance and response measures. In Guinea, health checkpoints have been established in the western prefectures of Boké and Coyah. A scale-up of Ebola response continues in Sierra Leone’s hotspot districts of Kambia and Port Loko since the launch of a 21-day health operation in the two districts on 16 June. In the week to 21 June, three new cases were reported in Guinea and ten in Sierra Leone, according to provisional WHO data. A total of 24 cases were recorded in the week to 14 June.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Central African Republic, Côte d'Ivoire, Guinea, Mali, Niger, Sierra Leone, World

    RÉPUBLIQUE CENTRAFICAINE (RCA)
    DATES ARRÊTÉES POUR LES ÉLECTIONS

    L'Autorité nationale des élections (ANE) a annoncé la tenue des élections présidentielle et législatives pour le 18 octobre prochain, et un éventuel second tour le 22 novembre. Le recensement électoral devant durer un mois débutera le 27 juin. Ces élections visent à remettre de l’ordre dans le pays suite à l’expulsion en mars 2013 du président François Bozizé.

    LE NOMBRE DE DÉPLACÉS CHUTE EN DESSOUS DE 400 000

    Selon la Commission mouvements de populations (CMP), le nombre de personnes déplacées a chuté, passant de 426 238 en avril à 399 268 en mai. Ce chiffre comprend 33 067 personnes déplacées dans 33 sites à Bangui. Les retours sont dus à une relative amélioration de la sécurité dans certaines régions du pays, y compris à Bangui, et en particulier à la présence accrue des forces de la MINUSCA dans certaines zones de retour. Cependant, de nouveaux déplacements sont en cours, avec une émergence de sites dans les provinces de Ouham et de Nana-Gribizi dans le centre et le nord-ouest du pays.

    CÔTE D’IVOIRE
    16 PERSONNES TUÉES DANS DES INONDATIONS

    Les fortes pluies du mois de juin ont causé la mort jusqu’à présent d’au moins 16 personnes à Abidjan, la capitale économique du pays. Six d'entre elles ont trouvé la mort pendant le week-end du 20-21 juin, selon l'Office national de la protection civile. La plupart des victimes vivaient dans des bidonvilles, où les habitations précaires peinent à résister aux inondations pendant la saison des pluies qui s’étend de juin à août.

    NIGER
    38 TUÉS DANS DES ATTAQUES D'INSURGÉS

    Dans la nuit du 17 au 18 juin, des assaillants armés ont tué 38 personnes lors d’attaques sur les villages de Lamana, Boulamare et Goumao dans la région de Diffa, près de la frontière avec le Nigéria. Les assaillants ont brûlé 80% des maisons à Lamana et incendié des stocks alimentaires et des équipements à Boulamare. Les autorités, qui soupçonnent Boko Haram, ont lancé des opérations de sécurisation dans la région. Des acteurs humanitaires et des fonctionnaires du gouvernement ont entrepris une mission d'évaluation dans les villages touchés. Le gouvernement a fourni des articles de secours et le PAM va distribuer 72 tonnes de denrées alimentaires.

    MALI
    LE PRINCIPAL GROUPE REBELLE SIGNE L'ACCORD DE PAIX

    Le 20 mai, la coalition principale des Touaregs du nord du Mali, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), a signé un accord de paix avec le gouvernement à la suite de longs mois de négociations. L'accord d'Alger appelle à la création d'assemblées régionales élues. La CMA avait refusé d’émarger l'accord qui avait été signé par d'autres groupes rebelles le 15 mai. La coalition a finalement accepté de le signer après avoir obtenu une clause permettant à leurs combattants d’être inclus dans une force de sécurité pour le nord et aux résidents de la région d’être mieux représentés au sein des institutions gouvernementales.

    MVE GUINÉE / SIERRA LEONE
    13 NOUVEAUX CAS, AMÉLIORATION DES MESURES DE SURVEILLANCE

    La Guinée et la Sierra Leone ont adopté des mesures de surveillance et d'intervention Ébola améliorées. En Guinée, des postes de contrôle santé ont été mis en place dans les préfectures de Boké et Coyah à l'ouest. En Sierra Leone, un renforcement de la réponse Ébola se poursuit dans les districts de Kambia et de Port Loko, où une opération sanitaire de 21 jours a été lancée le 16 juin. La semaine du 15 juin, trois nouveaux cas ont été signalés en Guinée et dix en Sierra Leone, selon des données provisoires de l'OMS. Un total de 24 cas avait été enregistré la semaine du 8 juin.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Mali

    SC/11938

    7468th Meeting (AM)
    Security Council
    Meetings Coverage

    With all major armed groups in Mali now signed onto a peace agreement, it was now imperative to put in place actions to end violence and ensure that the population experienced a tangible dividend, the Special Representative of the Secretary-General told the Security Council this morning.

    “The Peace Accord opens prospects for Mali’s recovery and longer-term perspectives with a view to reversing the setbacks induced by the political and security crisis,” Mongi Hamdi, who is also the head of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA), told the 15-member body in a briefing following which Mali’s Foreign Minister also spoke.

    Mr. Hamdi said that, this past Saturday, 20 June, was a “great day for peace” in Mali, as groups of the so-called “Coordination” coalition signed on to the Accord, joining the Government and the Azawad and Platforme movements, making the agreement now global and inclusive.

    “In this context, I am making a strong appeal to the international community and to financial institutions on the necessity to begin to fund as quickly as possible the implementation of the Peace Accord,” he added.

    Mr. Hamdi introduced the Secretary-General’s 11 June report on Mali (document S/2015/426), which recommends that the Council consider refocusing the MINUSMA mandate, due to be renewed by the end of June, to support the progressive and consensual implementation of the Peace Accord, facilitate national dialogue and bolster security and stabilization through, possibly, monitoring ceasefires.

    The challenges to implementing the Accord were numerous, as it did not represent reconciliation, but instead, provided the basis for resolving differences, Mr. Hamdi said. In addition, the security situation remained fragile, with clashes and other continued violations of the ceasefire across the north of Mali.

    He stressed, however, that the security provisions of the Accord, if implemented in a timely, inclusive and consensual fashion by the parties, could help stabilize the northern regions. Those provisions included cantonment, as well as reintegration and security sector reform programmes, in which MINUSMA and the United Nations family were expected to play a major role.

    The success of international efforts, he acknowledged, was contingent on the parties’ commitment and determination to make much-needed compromises and concessions for the greater good of all Malians. The maintenance of ceasefires was key in that regard.

    In addition, as scores of displaced people returned home in spite of pressing humanitarian needs, it was crucial to re-establish basic social services nationwide, he said, to ease potential tensions, guide early recovery and support social cohesion.

    Noting that the extremely difficult peacekeeping conditions in northern Mali would continue despite the Accord, and extending condolences to families and Governments of fallen personnel, he stressed the imperative that troop- and police-contributing countries get the capabilities required to operate safely and effectively.

    It was also necessary, he added, to clearly define the roles of the international community in implementing the Accord. The Mission would naturally play a key role on the ground, particularly in supporting security and defence, as well as human rights and justice initiatives, and by leading the Secretariat of the Accord’s follow-up committee.

    Thanking all those who were supporting progress in Mali, he expressed hope that the future mandate of MINUSMA could be oriented fully behind the peace process, including through continued good offices, active ceasefire monitoring and a leading role in the implementation of the Accord.

    Speaking after the briefing, Abdoulaye Diop, Minister for Foreign Affairs, African Integration and International Cooperation of Mali, agreed that the Accord provided a framework for a lasting solution in the country taking into consideration the legitimate aspirations of all parties.

    However, he warned that the agreement would not bring peace in and of itself and would require all sides to uphold their commitments, with the international community playing its full role, as well.

    Concurring with the Secretary-General’s recommendations for the refocusing of the MINUSMA mandate, he said that the Council should authorize all means necessary to prevent the resurgence of terrorist groups, drug traffickers and other hostile forces as part of implementing the peace agreement.

    MINUSMA’s mandate should also support reestablishment of State authority across the country, implementation of security sector reform process, provision of basic social services and training for demining and safe destruction of improvised explosive devices. Strong and continued international support for humanitarian assistance was also needed. Further, it was important to establish a framework to counter organized crime, as it funded violence and terrorism.

    Taking note of the Secretary-General’s recommendation to establish 40 military observers, he sought greater clarity on related operational issues. He also expressed surprise that the word “terrorism” did not appear in the report, in view of the threat that scourge posed to the country.

    The Malian Government, he pledged, would establish a mechanism for the implementation of the Peace Accord in order to take national ownership of the process. He urged the international community to extend full support and cooperation in that endeavour.

    The meeting began at 10:05 a.m. and ended at 10:41 a.m.

    For information media. Not an official record.


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Angola, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo, Equatorial Guinea, Gabon, Rwanda, Sao Tome and Principe

    Summary: 23 June 2015, Brussels - Today, Commissioner for International Cooperation and Development Neven Mimica, signed the Central Africa Regional Indicative Programme (RIP) of the 11th European Development Fund (EDF) for an amount of €350 million for the period 2014-2020.

    The signature took place in the presence of Ministers and representatives of the Central African region, the Secretary General of the Economic Community of Central African States (ECCAS), and the President of the Commission for Economic and Monetary Community of Central Africa (CEMAC).

    The programme, whose implementation will be monitored by a steering committee, will cover three areas: political integration and cooperation in peace and security (€43 million), regional economic integration and trade (€211 million, of which €135 million will go through the Infrastructure Trust Fund), and the sustainable development of natural resources and biodiversity (€88 million). Another €8 million is set aside to support technical cooperation and regional authorising officers.

    Commissioner Neven Mimica said: "Regional integration is only viable when driven from within the region. It is a means to fulfill the policy objectives set out in the Cotonou Agreement, and to build on the achievements which ECCAS and CEMAC have already made, in economic and monetary integration, in peace and security, in infrastructure and in environment and natural resources."

    Context

    The region of Central Africa includes 11 countries: Angola, Burundi, Chad, Equatorial Guinea, Gabon, Cameroon, the Central African Republic, the Democratic Republic of Congo, the Republic of Congo, Rwanda and Sao Tomé and Principe. It has to be noted, however, that Equatorial Guinea never signed the revised Cotonou Agreement, and can therefore not directly benefit from EDF funding. The region has a total population of about 160 million with the Democratic Republic of Congo accounting for nearly half. It is a region rich in natural resources, covering the largest tropical forest area after the Amazon.

    Previous funding for Central Africa under the 10th European Development Fund amounted to €165 million.


    0 0

    Source: AlertNet
    Country: Ghana, Mali, Niger, Nigeria

    Source: Thomson Reuters Foundation - Tue, 23 Jun 2015 09:12 GMT

    Author: Andualem Sisay Gessesse

    ADDIS ABABA, June 23 (Thomson Reuters Foundation) - Worried about attacks by Boko Haram and other armed groups, herders in Africa’s Sahel are abandoning traditional dry-season grazing grounds in Nigeria and converging on Ghana, driving conflict with farmers and worsening deforestation, regional officials say.

    Read the story on the Thompson Reuters Foundation


    0 0

    Source: European Commission
    Country: Angola, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo, Equatorial Guinea, Gabon, Rwanda, Sao Tome and Principe

    Summary: 23 June 2015, Brussels - Today, Commissioner for International Cooperation and Development Neven Mimica, signed the Central Africa Regional Indicative Programme (RIP) of the 11th European Development Fund (EDF) for an amount of €350 million for the period 2014-2020.

    The signature took place in the presence of Ministers and representatives of the Central African region, the Secretary General of the Economic Community of Central African States (ECCAS), and the President of the Commission for Economic and Monetary Community of Central Africa (CEMAC).

    The programme, whose implementation will be monitored by a steering committee, will cover three areas: political integration and cooperation in peace and security (€43 million), regional economic integration and trade (€211 million, of which €135 million will go through the Infrastructure Trust Fund), and the sustainable development of natural resources and biodiversity (€88 million). Another €8 million is set aside to support technical cooperation and regional authorising officers.

    Commissioner Neven Mimica said: "Regional integration is only viable when driven from within the region. It is a means to fulfill the policy objectives set out in the Cotonou Agreement, and to build on the achievements which ECCAS and CEMAC have already made, in economic and monetary integration, in peace and security, in infrastructure and in environment and natural resources."

    Context

    The region of Central Africa includes 11 countries: Angola, Burundi, Chad, Equatorial Guinea, Gabon, Cameroon, the Central African Republic, the Democratic Republic of Congo, the Republic of Congo, Rwanda and Sao Tomé and Principe. It has to be noted, however, that Equatorial Guinea never signed the revised Cotonou Agreement, and can therefore not directly benefit from EDF funding. The region has a total population of about 160 million with the Democratic Republic of Congo accounting for nearly half. It is a region rich in natural resources, covering the largest tropical forest area after the Amazon.

    Previous funding for Central Africa under the 10th European Development Fund amounted to €165 million.

    For more information see also:

    Press release: The EU boosts its support to recovery and development in the Central African Republic http://europa.eu/rapid/press-release_IP-15-5040_en.htm

    Factsheet: The EU engagement with the Central African Republic (CAR) http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-15-5041_en.htm IP/15/5246

    Press contacts

    Alexandre POLACK (+32 2 299 06 77)

    Sharon ZARB (+ 32 2 29 92256)


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Mali

    CS/11938

    7468e séance – matin
    CONSEIL DE SÉCURITÉ
    COUVERTURE DES RÉUNIONS

    Le Ministre malien des affaires étrangères espère le déploiement d’une force sous-régionale d’intervention rapide lors du renouvellement du mandat de la MINUSMA

    En présentant ce matin devant le Conseil de sécurité le rapport* du Secrétaire général sur la situation au Mali, le Représentant spécial du Secrétaire général pour ce pays, M. Mongi Hamdi, s’est montré optimiste quant aux suites du processus de paix parachevé, le 20 juin, avec les dernières signatures de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, à condition, a-t-il précisé, que les parties s’attèlent à mettre en œuvre « l’Accord de Bamako » et que la communauté internationale apporte un soutien continu.

    Au moment où le Conseil de sécurité envisage le renouvellement de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), M. Hamdi, qui dirige cette Mission, a recommandé d’axer son mandat sur le processus de paix, en particulier par le biais des bons offices, du contrôle du cessez-le-feu, et de son rôle majeur dans la mise en œuvre de l’Accord.

    Le 20 juin était un « grand jour de paix pour le Mali » a déclaré M. Hamdi, tandis que le Ministre malien des affaires étrangères, de l’intégration africaine et de la coopération internationale, M. Abdoulaye Diop, y a vu des « progrès importants dans la bonne direction ». « L’Accord de Bamako constitue un compromis équilibré prenant en compte les préoccupations légitimes de toutes les parties, dans le respect de l’unité et de l’intégrité territoriale du Mali », a estimé M. Diop.

    C’est en effet un accord « global et inclusif », a expliqué M. Hamdi, en soulignant qu’il avait été signé par toutes les parties au conflit, à savoir le Gouvernement malien, la Coordination des Mouvements de l’Azawad et la Plateforme. Cet accord a été négocié en moins d’une année, avec le concours de la médiation internationale et sous l’égide de l’Algérie. « C’est un compromis politique, institutionnel, sécuritaire, humanitaire et de développement », a-t-il précisé.

    « Certes cet accord n’est pas la paix, car celle-ci ne se décrète pas », a-t-il fait remarquer, en précisant qu’il ne reflétait pas une réconciliation entre les diverses communautés maliennes. Pour le Ministre malien des affaires étrangères, « le plus difficile reste à présent la mise en œuvre effective des dispositions de cet instrument ». Le Ministre a, dès lors, invité la communauté internationale à honorer ses engagements en vue de l’application de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. À cet égard, M. Hamdi a rappelé que l’implication de la communauté internationale faisait la particularité de ce nouvel accord de paix par rapport aux accords précédents.

    Pour assurer la sécurité et la fourniture des services sociaux de base à la population malienne, il faut que s’instaure entre les Maliens un véritable dialogue continu qui soit animé d’un esprit de compromis, a-t-il recommandé. Le Chef de la MINUSMA a ainsi salué l’intégration par le Gouvernement malien de l’Accord de paix dans son programme de politique générale qu’il avait présenté, il y a deux semaines, à l’Assemblée nationale.

    « Les semaines et les mois à venir vont être critiques », a prévenu le Représentant spécial, qui a souligné la nécessité de prendre des mesures concrètes pour faire bénéficier les populations maliennes des dividendes de la paix. C’est pourquoi il a lancé un appel vibrant à la communauté internationale et aux institutions financières pour qu’elles financent dès que possible la mise en œuvre de l’Accord.

    Malgré des progrès importants sur le plan politique, la situation reste fragile en termes de sécurité, a prévenu M. Hamdi, en signalant les violations du cessez-le-feu et les incidents récents. Il s’est toutefois félicité du retrait de la Plateforme de Ménaka où la Mission continue à renforcer sa présence. Il a émis l’espoir que l’exécution des dispositions de l’Accord relatives à la sécurité aurait une incidence positive sur la stabilisation des régions du nord.

    La MINUSMA et la famille des Nations Unies doit jouer un rôle majeur dans ces domaines, a-t-il estimé. Ces mesures ne porteront de fruits que si les parties acceptent de faire des compromis au nom du bien commun et pour tous les Maliens.

    Le Représentant spécial a également mis l’accent sur les déplacements massifs de population, causés par la récente vague de violences qui ont frappé quelques villes des régions du nord du pays. Il a souligné le fardeau supplémentaire que cela fait peser sur les familles d’accueil et les infrastructures de santé et d’éducation, tout en saluant la mobilisation de la communauté humanitaire au Mali. Au moment où l’Accord de paix ouvre de nouvelles perspectives pour le redressement du Mali, il faut, a-t-il dit, que les nombreuses personnes déplacées ou réfugiés retournant chez eux et puissent bénéficier des services sociaux de base dans tout le pays.

    En ce qui concerne le nord du Mali, M. Hamdi a expliqué que sa taille, son environnement géographique, son climat rigoureux et l’absence ou l’insuffisance des infrastructures posent de grandes difficultés à la Mission. Il a ainsi attiré l’attention des membres du Conseil de sécurité sur les attaques aveugles perpétrées par des extrémistes violents et autres ennemis de la paix contre la MINUSMA, s’est-il plaint. Pour prévenir les risques en matière de sécurité dans un avenir immédiat, M. Hamdi a insisté sur l’importance des capacités des pays contributeurs de troupes pour assurer la sécurité du personnel de la Mission.

    Le Représentant spécial a invité à définir suffisamment tôt les rôles de la communauté internationale dans la mise en œuvre de l’Accord de paix, en se basant sur les atouts de chacun. Il a souligné l’importance du rôle de la MINUSMA pour appuyer l’exécution des aspects de l’Accord relatifs à la sécurité, la défense et les droits de l’homme. La Mission soutiendra aussi les travaux du Comité de suivi de l’Accord, a-t-il assuré.

    De son côté, le Ministre malien des affaires étrangères a donné le détail de ce qu’il souhaitait voir inclure dans le mandat de la MINUSMA dont le renouvellement aura lieu prochainement. Il a tout d’abord demandé que la MINUSMA fournisse un appui au dialogue politique et à la réconciliation nationale, notamment par le renforcement de ses moyens humains, matériels et financiers, afin de pouvoir faire face aux défis sécuritaires et assurer un relèvement rapide.

    La MINUSMA, a ajouté M. Diop, devrait aussi appuyer les efforts du Gouvernement du Mali dans le domaine de la sécurité, de la stabilisation et de la protection des populations civiles. Il s’agit notamment d’aider les autorités maliennes à stabiliser les principales agglomérations, en particulier dans les régions du nord du pays.

    Le Ministre a sollicité le Conseil de sécurité pour qu’il charge la MINUSMA d’aider le Gouvernement malien à restaurer l’autorité de l’État dans tout le pays, à reconstruire le secteur de la sécurité, à promouvoir les droits de l’homme et à fournir une aide humanitaire. Faisant référence à des décisions récentes de la CEDEAO et de l’Union africaine, il a rappelé que son pays attendait du Conseil de sécurité qu’il exige que seules les Forces armées et de sécurité du Mali aient le droit d’occuper toute localité du territoire national. « Toute autre occupation par les forces irrégulières est illégale et devrait prendre fin », a-t-il exigé.

    Commentant aussi la recommandation du Secrétaire général de déployer une quarantaine d’observateurs militaires, M. Diop a plaidé pour la création de postes d’officiers de liaison avec les Forces armées et de sécurité du Mali, « de manière à combler le déficit de collaboration et de coopération entre nos forces et celles des Nations Unies ».

    M. Diop s’est également dit préoccupé par le développement des activités terroristes et de trafic de stupéfiants au Mali et dans la région, en s’étonnant que le rapport du Secrétaire général ne contienne pas le mot « terrorisme ». Il est important de créer des capacités de réaction face aux terroristes non seulement au Mali mais aussi dans les pays voisins, a-t-il souligné avant de demander au Conseil de sécurité d’autoriser le déploiement d’une force sous-régionale d’intervention rapide.

    Enfin, tant le Représentant spécial que le Ministre malien des affaires étrangères ont salué l’engagement de l’Algérie dans le processus de négociations, ainsi que celui de la France. Ils ont également remercié les pays et organisations de la région pour l’aide précieuse qu’ils ont apportée au Mali.

    *S/2015/426

    À l’intention des organes d’information • Document non officiel.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Burkina Faso

    Voici dix faits et chiffres à connaître pour comprendre la situation alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso.

    1 . Selon l’indice 2013 de la faim dans le monde, le Burkina est classé 65ème sur 78 et 183ème sur 187 dans l’indice de développement humain 2014.

    2 . Les coûts annuels associés à la sous-nutrition chez l’enfant sont estimés à 409 milliards de FCFA (plus de 600 millions d’euros), ce qui correspond à 7,7% du PIB.

    3 . 2/3 des enfants qui souffrent de sous nutrition n’ont pas reçu une attention médicale adéquate.

    4 . 40,1% des mortalités infantiles au Burkina Faso sont associées à la sous-nutrition.

    5 . Les enfants ayant souffert d’un retard de croissance ont un taux de redoublement supérieur aux autres (11,5% contre 8,5%).

    6 . Les enfants souffrant d’un retard de croissance achèvent en moyenne un trimestre en moins de scolarité.

    7 . La mortalité infantile associée à la sous-nutrition a réduit de 13,5% la population active du Burkina Faso.

    8 . Un ménage agricole sur deux est non autonome sur le plan céréalier, c’est-à-dire qu’il n’arrive pas à produire suffisamment pour couvrir ses besoins céréaliers.

    9 . Le nombre d’enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë est estimé à 499.000 enfants dont 149.000 enfants malnutris sévères et 350.000 enfants malnutris modérés en 2015.

    10 . Actuellement, plus de 1,5 million de personnes connaissent un risque d’insécurité alimentaire et environ 350 000 ont besoin d’une assistance d’urgence.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria

    Highlights

    • Information and Feedback Task Team established in Adamawa State

    • Set-up of information hotline, drafting of mines awareness campaigns, engagement with local government affairs in Adamawa

    • Focus group discussions by the Task Team launched in IDP camps in Yola

    • Orientations and capacity-building workshops on humanitarian communications and accountability to affected populations is on-going


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Kano, Nigeria | AFP | Wednesday 6/24/2015 - 10:47 GMT

    By Aminu ABUBAKAR

    Suspected Boko Haram gunmen shot dead at least 42 people in two separate attacks in northeast Nigeria, with no let-up in sight to the Islamist group's targeting of civilians.

    The attacks in the remote villages of Debiro Hawul and Debiro Biu in Borno state on Monday and Tuesday came before at least 10 people were killed in a suicide attack in neighbouring Yobe.

    Boko Haram, which has been fighting to establish a hardline Islamic state in northeast Nigeria since 2009, has intensified its campaign of violence in the last month.

    In all, nearly 250 people have been killed in Nigeria since Muhammadu Buhari became president on May 29 vowing to crush the militant uprising that has claimed at least 15,000 lives.

    The latest attacks saw some 30 militant fighters storm Debiro Biu on Monday and Debiro Hawul the following day, with reports taking time to emerge because of the villages' remote location.

    "We received reports of attacks by suspected Boko Haram gunmen on the two villages, in which 42 deaths were recorded," one police officer told AFP from the town of Biu.

    Umaru Markus, who fled Debiro Hawul, said the attacks were carried out by some 30 Islamists in a convoy of pick-up trucks and motorcycles.

    The rebels shot dead their victims after looting homes and shops and setting fire to buildings, he added.

    "They came around 12:30 am (1130 GMT on Tuesday) and opened fire on the village, which sent people scampering into the bush to escape the attack," he said.

    "The gunmen slaughtered 22 people who were not fast enough in fleeing and went about looting homes, grains silos and drug stores."

    The attack on Debiro Biu left 20 people dead, he said.

    "It never occurred to us we would be the next target," he added.

    Soft targets

    Both attacks again indicated the threat posed by Boko Haram, who have been pushed out of captured towns and villages by a four-nation military offensive since February.

    But deadly raids, shelling, explosions and suicide attacks on "soft" targets such as markets and mosques have continued.

    On Tuesday, 10 people were killed when explosives carried by a girl thought to be aged just 12 detonated at the weekly market in the village of Wagir, south of the Yobe state capital, Damaturu.

    Thirty others were injured in the attack, which bore all the hallmarks of the Islamists, who have used women and young girls as human bombs since the middle of last year.

    Security analysts studying the phenomenon have suggested that younger girls may have their explosives detonated remotely by a third party.

    Ending the insurgency is a priority for Buhari and his administration. The new president has already visited Chad and Niger to secure sustained regional support for the fight-back.

    On Tuesday, his office said he had accepted an invitation to go to Cameroon, whose far north region has been increasingly hit by the violence.

    A new regional fighting force comprising 8,700 troops from Nigeria, Niger, Chad, Cameroon and Benin is due to deploy at the end of next month.

    But there will be pressure to counter Boko Haram's urban guerrilla tactics to which it has reverted after it captured swathes of territory last year.

    abu-ade-phz/gj

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Government of Japan
    Country: Ghana, Japan

    1. On Tuesday, June 23, the Government of Japan decided to provide emergency relief goods worth 8.5 million yen (sleeping pads, blankets, generators etc.) to Ghana, through the Japan International Cooperation Agency (JICA) in response to the request from the Government of Ghana, given the serious damage from floods in the country.

    2. The southern part of Ghana is suffering from floods caused by heavy rain on June 3 and 4. According to the Government of Ghana, as of June 11, 160 people died and 53,000 people were forced to take refuge from the floods.

    3. The Government of Japan decided to provide emergency assistance from a humanitarian point of view as well as in light of the friendly relationship between Japan and Ghana.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Niger, Nigeria

    Le Programme alimentaire mondial (PAM), en partenariat avec Care International délivre une assistance alimentaire d’urgence à près de 5000 personnes victimes de l’attaque violente qui a eu lieu dans la nuit du 17 au 18 juin 2015 dans les villages de Lamana, Boulamari et Ougoumaou, dans la région de Diffa au Niger.

    En plus des pertes en vies humaines—38 morts et de nombreux blessés—cette attaque a occasionné des dégâts matériels très importants. La plupart des maisons ont été brulées, des stocks de vivres (mil, poivrons, etc.) ont été incendiés, et des charrettes et motos emportées ou brulées.

    Le PAM distribue une ration d’un mois, composée de 100kg du riz, de 20 kg de légumineuses et de 4 kg d'huile par ménage dans les villages affectés. Les enfants de 6 à 59 mois et les femmes enceintes et allaitantes, reçoivent respectivement 6 kg de Supercereal (des produits à haute valeur nutritive) et du 7,5 Super Cereal et 0,75 kg d'huile pour prévenir la malnutrition.

    «Nous sommes horrifiés par ces attaques sur des populations vulnérables, en insécurité alimentaire et nutritionnelle. La situation humanitaire à Diffa est encore plus difficile en cette période de soudure et les récents évènements ne font qu’accroitre la souffrance des ménages très pauvres. Cette assistance du PAM constitue une réponse supplémentaire pour alléger le fardeau de la faim et de la malnutrition de ces populations» a déclaré Benoit Thiry, Directeur pays du PAM-Niger.

    Cet appui du PAM vient compléter les efforts du Gouvernement nigérien qui a immédiatement réagi à la situation humanitaire en distribuant des vivres aux populations durement affectées.

    Depuis février 2015, la région de Diffa fait face à une situation d’insécurité sans précédent avec des attaques armées qui affectent la situation alimentaire des populations dans une des régions les plus pauvres du Niger, structurellement déficitaire sur le plan agricole.

    A partir de juin, début de la période de soudure, le PAM augmente son assistance à près de 130 000 personnes y compris les populations autochtones très pauvres, les déplacés (réfugiés/rapatriés) du Nigeria et les déplacés internes.

    Face à cette crise humanitaire et sécuritaire, le défi majeur pour le PAM est de pouvoir bénéficier de financements suffisants et constants afin d’assister les ménages les plus vulnérables.

    **

    Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d'urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM apporte une assistance à quelque 80 millions de personnes dans près de 75 pays.

    Suivez- nous sur Twitter: @wfp_media, @WFP_WAfrica

    Pour plus d’informations, veuillez contacter (adresse email : prenom.nom@wfp.org) :

    Vigno Hounkanli, WFP Niger, +227 91205585

    Adel Sarkozi, WFP West Africa Regional Bureau (Senegal), +221 776375964


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger

    • On the night between 17 to 18 June, three villages (Lamana, Boulamare and NGoumao) in the commune of Gueskerou (about 50 km east of Diffa) were simultaneously attacked by insurgents (the attack has not been claimed).

    • These incidents caused 38 deaths among the civilian population and affected 1,050 households.

    • On 19 June, a joint rapid assessment mission was conducted to the field by the regional authorities, IOM, UNHCR, WFP and OCHA.

    • The monthly food and non-food items (NFIs) requirements are estimated respectively at 140 tons of cereals and 1,050 NFI kits. The assessment emergency shelters needs is ongoing.

    • In addition to the Government’s distribution of 70 tons of food to 700 households1 in the three affected villages, WFP has begun a distribution ensuring that each affected household receives a monthly full food ration2 .

    • Thus WFP will provide to 700 households receiving government cereals, a legumes and oil complement and will assist 350 other households with full rations. In addition, WFP will distribute a monthly blanket feeding ration (nutritional supplements) to children from 6 to 59 months of age as well as pregnant and lactating women. In total, the assistance provided by WFP is estimated at 72.056 tons of food.

    • To support households victims of Gueskerou attacks, the Government used part of the remaining inputs already made available by UNICEF (originally planned for the person displaced from the islands) to respond rapidly to this new emergency. To date, the government has distributed 2,100 sleeping mats, 1,700 blankets, 1,440 buckets, 100 tarpaulins and 300 jerry cans on the stock of NFI provided by UNICEF and prepositioned in Diffa.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger

    • Dans la nuit du 17 au 18 juin, trois villages (Lamana, Boulamare et NGoumao) dans la commune de Gueskérou (à environ 50 km à l’est de Diffa) ont été attaqués simultanément par des insurgés (l’attaque n’a pas encore été revendiquée).

    • Ces incidents ont fait 38 morts parmi les populations civiles et affecté 1 050 ménages.

    • Le 19 juin, une mission conjointe d’évaluation rapide a été conduite sur le terrain par les autorités régionales, l’OIM, le HCR, le PAM et l’OCHA.

    • Les besoins mensuels en vivres et biens non alimentaires (BNA) sont évalués respectivement à 140 tonnes de céréales et 1 050 kits de BNA. L’estimation des besoins en abris d’urgence est en cours.

    • En complément aux distributions de 70 tonnes de vivres du Gouvernement à 700 ménages1 dans les 3 villages touchés, le PAM a commencé une distribution en veillant à ce que chaque ménage affecté reçoive une ration mensuelle complète2 .

    • Ainsi le PAM fournira aux 700 ménages bénéficiaires des céréales du Gouvernement, un complément en légumineuses et en huile et assistera les 350 autres ménages avec des rations complètes. En outre, le PAM distribuera une ration mensuelle en blanket feeding (supplémentation nutritionnelle) aux enfants de 6 à 59 mois3 et aux femmes enceintes et allaitantes. Au total l’assistance fournie par le PAM est évaluée à 72,056 tonnes de vivres .

    • Afin de supporter les ménages victimes des attaques à Gueskérou, le Gouvernement a utilisé une partie du reliquat des intrants déjà mis à disposition par l’UNICEF (initialement prévu pour les déplacés des îles) pour répondre de manière rapide à cette nouvelle urgence. A ce jour, le gouvernement a distribué 2 100 nattes, 1 700 couvertures, 1 440 seaux, 100 bâches et 300 jerricanes sur le stock de BNA fourni par l’UNICEF et pré positionné à Diffa.


    0 0

    Source: National Oceanic and Atmospheric Administration
    Country: Benin, Botswana, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Ghana, Guinea, Kenya, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Somalia, South Sudan, Sudan, Togo, Uganda

    • Drier than average conditions observed in southeastern Senegal and western Mali.

    • Favorable rainfall distribution continues over the Greater Horn of Africa.

    1) A delayed onset of the rainy season, followed by poorly-distributed rainfall, has led to abnormal dryness across Burkina Faso, the northern parts of Ghana, Togo, and Benin, western and southern Niger, and northern Nigeria, The lack of rainfall over the past several weeks has delayed planting and has already negatively affected cropping activities over many local areas.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Niger, Nigeria

    OUAGADOUGOU, 24 juin 2015 (IRIN) - Naba Guigma, de la province burkinabée de Boulkiemdé, au sud-ouest de la capitale, Ouagadougou, a vu avec désespoir ses pintades et ses poulets mourir les uns après les autres. À l'instar de plusieurs autres millions d'éleveurs de volailles en Afrique de l'Ouest, il a perdu sa seule source de revenus et est acculé à la ruine.

    « Au départ, on a pensé qu'il s'agissait du [virus] de Newcastle, une maladie fréquente chez la volaille, et on s'est dépêché de vendre quelques animaux », a dit M. Guigma à IRIN.

    En moins de deux semaines, ses 120 oiseaux étaient tous morts.

    « Maintenant je n’ai plus de volaille. Le poulailler est vide. »

    C'était en avril. Au mois de juin, quelque 1,7 million de volatiles avaient succombé, dans cinq pays, à ce qui avait entre-temps été diagnostiqué comme étant la souche H5N1 - mortelle et extrêmement contagieuse - de la grippe aviaire.

    La souche, qui n'avait plu été vue dans la région depuis 2008, a été confirmée au Nigéria en janvier et a depuis gagné le Niger, la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso et le Ghana.

    D'ordinaire, M. Guigma vendait entre 80 et 100 poulets par mois, ce qui, avec la vente des oeufs, lui rapportait entre 415 et 515 dollars par mois.

    « C'était notre principale source de revenus », a-t-il dit à IRIN. « Maintenant je n'ai plus de volaille. Le poulailler est vide. »

    Le secteur avicole s'est très fortement développé en Afrique de l'Ouest ces dix dernières années, et constitue aujourd'hui le principal gagne-pain de nombreux petits agriculteurs en milieu rural.

    En Côte d'Ivoire, par exemple, le secteur a enregistré une hausse de plus de 70 pour cent entre 2006 et 2015, selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

    La FAO et les gouvernements régionaux en sont encore à évaluer l'étendue et l'impact de l'épidémie, mais leur inquiétude est sérieuse et manifeste.

    « Je pense que nous ne voyons que la partie immergée de l'iceberg », a dit le vétérinaire en chef de la FAO, Juan Lubroth, à IRIN. « Je dispose d'assez d'informations pour être préoccupé, et de trop peu pour être à l'aise. »

    Au Burkina Faso, les éleveurs de neuf régions - sur les 13 que compte le pays - ont été affectés par la grippe aviaire depuis avril.

    Près de 215 000 oiseaux ont succombé. À raison de 10 dollars environ par volaille, cela représente plus de 2 millions de dollars de pertes directes, dont les éleveurs de volailles et les commerçants locaux sont les premiers à pâtir.

    Le ministère burkinabé des Ressources animales estime que les pertes directes et indirectes liées au virus pourraient représenter plus de six millions de dollars cette année.

    Toujours plus de pertes

    Dans une tentative d'endiguer l'épidémie, des agents du gouvernement confisquent et incinèrent désormais tout spécimen - même sain – se trouvant dans un rayon de moins de trois kilomètres d'un animal infecté. Le ministère des Ressources animales rapporte avoir procédé à la destruction de plus de 16 000 oiseaux et 166 000 oeufs depuis avril.

    Selon ses chiffres, le ministère burkinabé du Commerce aurait dépensé près de 100 000 dollars en indemnités. Alors qu'il proposait initialement 2 dollars par volaille abattue, le montant a depuis presque doublé (environ 4 dollars) afin d'inciter les éleveurs à révéler l'existence de leurs animaux malades.

    Toutefois, la somme versée reste bien inférieure à ce qu'obtiendrait un éleveur en vendant son poulet au marché - selon la taille, la couleur et l'état de santé général de l'animal.

    Pour éviter une telle perte, de nombreux éleveurs ont commencé par cacher leurs oiseaux malades en espérant les vendre malgré tout, rapportent les vétérinaires chargés d'abattre les animaux infectés.

    Bien que le programme de compensation ait aidé de nombreux éleveurs à compenser partiellement leurs pertes, M. Guigma, comme de nombreuses autres victimes précoces de l'épidémie, ne recevra pas le moindre dollar du gouvernement.

    « Cette année promet d’être terrible pour moi. Durant la période de soudure, je peux vendre un poulet jusqu’à 15 dollars, mais maintenant j’ai perdu toutes mes économies et la situation est désespérée. » Seuls seront indemnisés les éleveurs ayant autorisé les agents du gouvernement à abattre leurs oiseaux une fois l'épidémie déclarée. Rien n'est prévu pour les oiseaux morts antérieurement, ou avant d'avoir été officiellement reconnus comme étant infectés.

    Pedi Nana, par exemple, n'a reçu que 22 dollars alors qu'il a perdu l'intégralité de son troupeau - près de 45 pintades et 50 poulets au total. Le temps qu'un agent agricole vienne lui confisquer ses animaux malades, tous étaient morts à l'exception de six.

    « Cette année promet d'être terrible pour moi », a-t-il dit à IRIN. « Durant la période de soudure, je peux vendre un poulet jusqu'à 15 dollars, mais maintenant j'ai perdu toutes mes économies et la situation est désespérée. »

    Ces trois derniers mois, les éleveurs de volailles du Burkina Faso ont perdu environ 70 pour cent de leurs revenus, d'après Moussa Koné, le président de l'Association nationale des exploitations avicoles locales.

    Les régions rurales, pour qui le commerce de volailles représente la principale source de revenus, ont été les plus gravement touchées.

    Plusieurs pays voisins, dont la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Mali, ont récemment fermé leurs frontières aux importations de volailles en provenance du Burkina Faso.

    D'après la FAO, il est trop tôt pour dire quelle sorte d'impact l'épidémie aura sur la sécurité alimentaire, mais les lourdes pertes risquent d'affecter l'approvisionnement alimentaire et les prix du marché.

    « L'un des motifs de préoccupation est que nous connaissons ce virus, nous savons les dégâts dont il est capable et qu'il peut [affecter] les moyens de subsistance », a dit M. Lubroth. « Si, par exemple, les consommateurs n'ont pas confiance et qu'ils évitent la volaille, le marché sera soumis à des pressions. Soit les prix deviendront trop élevés (en raison de la rareté de l'offre) et les gens n'auront plus les moyens de s'en offrir, soit ils deviendront trop bas et les éleveurs ne parviendront pas à joindre les deux bouts. »

    « J’ai reçu (175 dollars) lorsque le vétérinaire a abattu mon troupeau dans le cadre de mesures préventives. Mais ce n’est rien par rapport à ce que nous avons perdu. » M. Lubroth a dit que la situation était particulièrement préoccupante pour les éleveurs de la région du Sahel, que la sécheresse récurrente a rendus plus vulnérables et moins résilients aux autres chocs ces dernières années.

    Aller de l'avant

    Au-delà des questions d'indemnisation, de nombreux éleveurs estiment que le gouvernement devrait mettre sur pied un plan visant à relancer l'industrie avicole nationale une fois que l'épidémie sera sous contrôle.

    « C'est vrai que nous demandons de meilleures indemnisations », a dit M. Koné. « Mais nous devons convenir que cela ne résoudra pas le problème. Il devrait y avoir un protocole regroupant tous les acteurs - les producteurs, les marchands et les industriels - et le gouvernement pour relancer l'industrie avicole une fois la grippe aviaire terminée. »

    Martin Kabore, qui a récemment lancé une exploitation avicole à Koudougou, est du même avis.

    « J'ai reçu (175 dollars) lorsque le vétérinaire a abattu mon troupeau dans le cadre de mesures préventives », a-t-il dit. « Mais ce n'est rien par rapport à ce que nous avons perdu. Non seulement nous avons besoin d'argent pour relancer l'exploitation... mais il y a certaines espèces que nous ne retrouverons pas. »

    Le gouvernement burkinabé estime qu'il lui en coûtera 8,2 millions de dollars pour lutter contre l'épidémie et indemniser les éleveurs, mais n'a levé à ce jour que la moitié de cette somme auprès de ses partenaires locaux et internationaux.

    bo/jl/am/ag-xq/amz


    0 0

    Source: UN Office for West Africa
    Country: Benin, Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    In this Issue

    FOCUS

    Ibn Chambas and Bathily on a tour of countries affected by Boko Haram The elections in Nigeria, an example for the entire sub-region

    NEWS-BRIEFS

    The Cameroon-Nigeria Mixed Commission, an effective mechanism for peace and stability Meeting of Heads of UN Missions and Offices in West Africa

    KEY ISSUES

    UN calls for better management of natural resources to preserve peace

    INSIGHTS

    The education for peace and citizenship, an imperative for women of West Africa Women, actresses of the slavery abolition


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, Regional Humanitarian Coordinator for the Sahel
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal

    2014 SAHEL STRATEGY

    In 2014, humanitarian action in the Sahel was guided by the 2014-2016 Sahel Regional Strategic Response Plan (SRP), which provides a framework for the coordinated and integrated delivery of assistance to people facing emergencies in Burkina Faso, Cameroon, Chad, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal and The Gambia.

    For the first time at the regional level, a multi-year strategy has been developed, adapting to the nature of much of the Sahel’s chronic challenges and enabling humanitarians to set more ambitious goals that require sustained efforts. Within this three-year framework, context and priority needs are reviewed annually for each country to capture developments on the ground and to identify financial needs.

    PURPOSE OF THIS REPORT

    This document presents the collective achievements, impact and challenges of humanitarian operations in 2014 in the Sahel for the following eight sectors: Food assistance, Agriculture, Nutrition, WASH, Health and Multi-sector response for refugees, Protection and Education. Each sector chapter presents an overview of regional operations across the nine Sahel countries. This report does not aim to duplicate individual project progress reporting by individual agencies, but rather proposes an annual snapshot of the breadth and scope of the humanitarian effort through the funding provided in 2014.


    0 0

    Source: African Union, UN Economic Commission for Africa, World Food Programme, New Partnership for Africa's Development, Government of Burkina Faso
    Country: Burkina Faso

    10 Résultats issus de l’étude sur le coût de la faim au Burkina Faso

    1. Aujourd'hui, il y a plus d’enfants qui souffrent d’un retard de croissance au Burkina Faso qu'il y a 10 ans

    2. Seul un enfant sur trois souffrant de sous-nutrition a reçu une attention médicale adéquate

    3. La plupart des coûts de santé liés à la sous-nutrition se produisent avant que l'enfant n’atteigne l’âge de un an

    4. 40% des mortalités infantiles au Burkina Faso sont associées à la sous-nutrition.

    5. Les enfants souffrants d’un retard de croissance ont un taux de redoublement de 11,5% contre seulement 8,5% pour ceux n’ayant pas souffert de retard de croissance.

    6. Les enfants souffrant d’un retard de croissance achèvent en moyenne 0,3 années en moins de scolarité.

    7. La mortalité infantile associée à la sous-nutrition a réduit de 13,6% la population active du Burkina Faso.

    8. 52% de la population adulte au Burkina Faso a souffert de retard de croissance durant leur enfance.

    9. Les coûts annuels associés à la sous-nutrition chez l’enfant sont estimés à 409 milliards de FFCFA, ce qui correspond à 7,7% du PIB.

    10. Éliminer le retard de croissance au Burkina Faso est une étape nécessaire pour le développement inclusif du pays.


older | 1 | .... | 387 | 388 | (Page 389) | 390 | 391 | .... | 728 | newer