Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 279 | 280 | (Page 281) | 282 | 283 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Institute of Development Studies
    Country: Nigeria

    Max Schaub
    HiCN Working Paper 183

    September 2014

    Abstract: This paper provides new insights into the link between the experience of violent conflict and local collective action. I use the temporal and geographical information from four rounds of survey data from Nigeria to relate measures of cooperation to past and future incidences of communal conflict. I show that local collective action, measured in terms of community meeting attendance and volunteering, is highest before the out-break of violence – higher than both post-conflict levels and the generally lower levels of cooperation in regions not affected by violence. I develop a ‘mobilisation mechanism’ to explain these findings, arguing that, rather than being an indicator of ‘social capital’, collective action ahead of communal violence is inherently ambiguous, and driven by a form of situationally adaptive (and potentially aggressive) ‘solidarity with an edge’. I further show that the positive link between previous exposure to civil war-type violence and co-operation holds for Nigeria, too, but that it holds for rural areas only.

    read the full report


    0 0

    Source: UN General Assembly
    Country: Cambodia, Central African Republic, Guinea, Guinea-Bissau, Iraq, Liberia, Mali, occupied Palestinian territory, Sierra Leone, Syrian Arab Republic, Ukraine, World, Yemen, South Sudan

    GA/11565

    Sixty-ninth General Assembly
    Plenary
    17th, 18th & 19th Meetings (AM, PM & Night)

    Countries at Epicentre of Ebola Crisis Discuss
    Lack of Preparedness, Potential for Political Crisis

    There was a danger of “widespread indifference” when a union of States was passive in the face of hostilities suffered by defenceless populations, the Holy See’s Secretary of State told the General Assembly on the penultimate day of its annual debate.

    He said the dramatic situation in northern Iraq and some parts of Syria was exposing a new phenomenon — that of a terrorist organization vowing to dissolve States and replace them with a “pseudo-religious” world government. He cautioned against succumbing to “exaggerated views and cultural extrapolations”, which, he said, would only lead to xenophobia and paradoxically reinforce the sentiments at the heart of terrorism, itself.

    To counter the attraction of terrorism for young, disillusioned people, he urged the General Assembly to focus on addressing the cultural and political origins of contemporary challenges and to further study the effectiveness of successfully implemented international law. Aware that cultural openness alone would not counter the global nature of terrorism, he stressed that the international legal framework was the only bulwark against the new threats.

    The point was echoed by the Minister for Foreign Affairs of Iceland, who called “extremely troubling” the increasing disregard for international law as demonstrated by the growing terrorist group operating in Iraq and Syria - the self-styled Islamic State in Iraq and the Sham (ISIS). Equally shocking, he said, was “the suffering of the Syrian people and the total disrespect for humanitarian law in that country’s civil war.

    But Syria’s Deputy Prime Minister and Minister for Foreign Affairs and Expatriates, speaking at today’s meeting, said that implementing resolutions and conducting military strikes could help fight terrorism, but it was more important to stop States from arming, training, funding and facilitating the transit of terrorist groups. Pressure for that purpose should be exerted on the countries that had joined the coalition led by the United States.

    In his region, he urged the establishment of a Middle East free of all weapons of mass destruction. That was not achievable without Israel’s accession to all relevant treaties, by which it would have to put all its facilities under the supervision of the International Atomic Energy Agency (IAEA).

    Israel’s Prime Minister, also speaking on the nuclear issue, said that Iran, was trying to "bamboozle" its way to an agreement to remove sanctions, to become a nuclear Power. He warned that Iran, the world's most dangerous regime, in the most dangerous region, would obtain the world's most dangerous weapons. There was only one course of action: fully dismantling that country’s nuclear capabilities. ISIS must be defeated, but to defeat ISIS and leave Iran as a threshold nuclear Power was to win the battle and lose the war.

    More generally, he said hopes for peace were in danger. Everywhere, “militant Islam” was on the march. Its first victims had been other Muslims, but it spared no one. For them, all politics were global, because their ultimate goal was to dominate the world. It started out small, like a cancer that attacked a particular part of the body. But, if left unchecked, the cancer would metastasize over wider and wider areas. That cancer must be removed before it was too late.

    Representing a country at the epicentre of another transnational crisis, Ebola, the Minister of Foreign Affairs for Sierra Leone said his country was on the front lines of one of the “biggest life-and-death challenges” facing a global community “grossly ill-prepared” to tackle the spread. The outbreak had drawn attention to globally weak infrastructure, as well as to inadequate human capital and surveillance systems. While the United Nations response deserved praise, more resources were still needed, he said, stressing that it was the Organization’s duty to “confront human insecurity and not shun it”.

    Also at the forefront of the Ebola epidemic was neighbouring Liberia, whose Minister for Foreign Affairs highlighted a host of emergency measures taken by the Government to address the “crystallized denial” that had created a fertile ground for the spread of the disease. The country’s public health system had collapsed under the weight of the deadly virus. Ebola was not just a health crisis, he warned, it was an economic crisis, a social crisis and a potential political and security crisis. While positive steps had recently been made, the international community must also address the virus’ long-term socioeconomic impact.

    Also speaking in the debate at senior levels of Government were representatives of Sao Tome and Principe, Angola, Swaziland, Guinea-Bissau, Vanuatu, Lao People’s Democratic Republic, Bahrain, Liechtenstein, Kyrgyzstan, Botswana, Myanmar, Philippines, Burkina Faso, Cambodia, New Zealand, Singapore, Ireland, Uruguay, Monaco, Grenada, Saint Vincent and the Grenadines, Yemen, Lesotho, Seychelles, Saint Kitts and Nevis, Togo and Sweden.

    Speaking in exercise of the right of reply was the representative of Iran.

    The General Assembly will meet again at 9 a.m., 30 September, to conclude its annual debate.

    Statements

    GABRIEL ARCANJO FERREIRA DA COSTA, Prime Minister of Sao Tome and Principe, said that peace and security around the world was essential for development, and he stressed the urgency of accelerated United Nations reform to allow the Organization to address new challenges with greater dynamism, representation, effectiveness, capacity and legitimacy.

    Turning to conflicts around the world, he said that continued international collaboration on the Democratic Republic of the Congo, Mali and Guinea-Bissau was essential to those countries’ efforts towards peace. He congratulated the political actors in Mozambique for signing a peace agreement and avoiding more suffering and loss of human life. He welcomed the deployment of a peacekeeping force in the Central African Republic, stating it was imperative for conflicting parties in South Sudan and Western Sahara to engage in negotiations towards mutually acceptable solutions.

    Pointing to a resurgence of terrorist acts across the globe, he said the international community must coordinate its actions to fight the scourge. He expressed concern, in particular, over the actions of Boko Haram in Nigeria and the Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL) in the Middle East, as well as the long-standing hostilities between Israel and Palestine, and conflicts in Syria and Ukraine.

    On piracy, which he said strongly affected all countries bordering the Gulf of Guinea, he said his country had drafted a legislative framework for the modernization of its armed forces that focused on maritime protection. At the subregional level, the country was working to implement the recommendations of the Yaoundé Summit as part of the partnership between the Economic Community of West African States (ECOWAS), Economic Community of Central African States (ECCAS) and the Gulf of Guinea Commission.

    Speaking on a range of other issues, he said that tackling the effects of climate change was a responsibility that must be shared by developed and developing countries. He renewed his country’s call for the embargo on Cuba to be lifted to allow that country to address its economic and social development challenges. On Ebola, he said synergies must be identified to save the thousands of lives threatened by the virus. He called for Taiwan’s extended participation in United Nations platforms, including those that concerned climate change and the post-2015 development agenda.

    MANUEL DOMINGOS VICENTE, Vice-President of Angola, encouraged the Organization to pay special attention to the resurgence of armed conflicts, among other areas. In that context, he condemned acts committed by terrorist groups and expressed support for efforts towards their neutralization and towards strengthening the United Nations crisis management capacity, emphasizing that dialogue and negotiation were the best means of resolving conflicts. He also noted his country's role in the peace processes in the Democratic Republic of the Congo, Central African Republic and the Great Lakes region. He then expressed concern at the Ebola epidemic, which required a decisive commitment from the international community.

    He said that the Security Council must reflect equitable geographical representation by increasing the number of permanent members, and reiterated the right of the African continent to such status. Lamenting the lack of progress in the Israeli-Palestinian conflict, he said it was a major cause of instability in the Middle East and a root cause of the resurgence of terrorism in the region. He called for political will from both parties, and encouraged the Secretary-General and the United States Secretary of State to continue mediation efforts. He also called for dialogue between the parties in the Ukraine crisis to find a political solution. Noting some progress in the situation in Somalia and South Sudan, he urged their authorities and the international community to continue efforts towards stabilization.

    Turning to the Millennium Development Goals, he said that developing economies continued to face barriers to economic growth caused by the global economic and financial crisis, but noted that, even so, African countries could boast an average annual growth rate of 5 per cent and improvements in several human development indicators. Angola's national development plan for 2013-2017 focused on providing social services to the population, diversifying the economy and consolidating macroeconomic stability. In closing, he expressed appreciation to those countries supporting Angola's candidature as a non-permanent member of the Security Council, stating that, in that post, it would work with partners to contribute to the world's peace and security.

    BARNABAS SIBUSISO DLAMINI, Prime Minister of Swaziland, said that the outbreak of Ebola in some parts of the African continent was a new challenge facing the global community. Adding that it was also a serious drawback to the attainment of the Millennium Development Goals, he urged the United Nations and Member States to "spare no effort" in providing all the necessary assistance to curb the disease. He thanked the General Assembly for having convened the High-level Meeting of the World Conference on Indigenous Peoples, noting that indigenous knowledge and practices substantially contributed to the sustainable development agenda.

    He said that he was pleased that sufficient political support had been mobilized through the Climate Change Summit to guide the Conference of Parties on Climate Change to be held in Lima in December. Climate change had a direct effect on many African countries' national objectives to produce enough food for their populations. The theme of the 2014 General Assembly, "Delivering on and Implementing a Transformative Post-2014 Development Agenda", resonated well with his Government's call for an inclusive development programme, he commented.

    He was "heartened", he said, to note that the international community had not forgotten its collective inability to meet all the Millennium Development Goals. Commending the co-chairs of the Open Working Group on Sustainable Development for their work, he welcomed the goals and targets contained in the group’s outcome document. Returning to the topic of food security, he stressed that the issue remained a critical challenge for Africa. He reiterated his Government's call for financial assistance, technology transfer and technical assistance so that international development goals could be achieved.

    The African Union's road map for development remained critical for the attainment of the Millennium Development Goals, he said. Pointing to bountiful investment opportunities in Africa, he urged that the development needs of the continent be accounted for the post-2015 development agenda. On other topics, he welcomed the fact that Taiwan Province of China continued to contribute to global efforts, and he urged that country's full participation in all United Nations structures. Noting that thousands of people around the world were living in fear or losing their lives to terrorism and other violence, he called upon all those engaged in conflict to find lasting, peaceful solutions to their problems through dialogue.

    DOMINGOS SIMÕES PEREIRA, Prime Minister of Guinea-Bissau, expressed gratitude for contributions to the process of political normalization in his country by the United Nations Integrated Peacebuilding Office in Guinea-Bissau (UNIOGBIS), ECOWAS and other partners. Stating that the post-conflict country still faced a “complex and difficult” situation, he called for further international assistance to consolidate stability in the current post-election period. Priorities in that context were strengthening the State’s institutional capacity, reducing poverty and other vulnerabilities of the population, ensuring social stability, legitimizing the Government and re-launching the economy.

    The Government agenda, he said, had three components: an urgent programme, to provide basic services, ensure food and livelihood, prevent the spread of Ebola and pay civil servants overdue salaries; a contingent programme, to ensure transparency and end the corruption that resulted in what he called the plundering of the country’s forestry and fishery resources; and a medium-term development programme, which would be submitted to partners in a donor conference to be held late this year or early next year. Confidence in the country was enhanced by the national Parliament’s recent unanimous approval of these programmes, and international cooperation must be based on them in order for the country “to change course and become viable”. For mobilizing such aid, he requested reactivation of the International Contact Group on Guinea-Bissau.

    On other issues, he called for enhanced international support for battling the Ebola epidemic in West Africa. He also reaffirmed his country’s support for the African Union’s position on Security Council reform, expressed solidarity with peoples and countries that had fallen victim to terrorist attacks and reiterated the call to lift the embargo on Cuba. He stressed that the post-2015 development agenda must be based on the objective realities of world peoples, and must draw its inspiration from the lessons of the Millennium Development Goals.

    On climate change, he applauded United Nations efforts to bring the issue to the fore and said that the human, economic and environmental losses in vulnerable countries such as his own were already felt. They threatened chances for development and survival itself. The rise of sea-levels was particularly worrisome for Guinea-Bissau. Despite challenges, the country had set aside 12 per cent of its territory in protected zones, mostly consisting of forests, to be doubled by 2020. As most of the population depended on forests and other natural resources for survival, however, those initiatives must be offset through financial and technological cooperation. He finally thanked a range of United Nations agencies and non-governmental organizations for their development work in his country, and affirmed that Guinea-Bissau was poised for a future of peace, human security and openness.

    JOE NATUMAN, Prime Minister of Vanuatu, said that vulnerability must be considered when identifying whether a least developed country was ready to graduate from that status. Recognizing the Committee on Development Policy, and the Economic and Social Council’s review, which had determined his country’s eligibility, he noted it also allowed for a grace period of four years for a "smooth transition". However, he cautioned that the country's ongoing vulnerability as a small island developing State must also be addressed. In that regard, the Government was examining the benefits it might lose, with a view to negotiating retention of certain concessions vital to sustaining economic development. It was important not to lose sight of the real issue, vulnerability, by focussing on "smooth transition".

    While his country had made progress on the Millennium Development Goals, it would be difficult to achieve all by 2015, he said. The country's narrow revenue base, coupled with a population dispersed among 83 islands, made it difficult to deliver basic services. He appealed to developed countries to honour their commitments to increase their aid to 0.7 per cent of gross domestic product (GDP).

    He also said that he looked forward to the rhetoric of the Climate Change Summit being translated into urgent action, emphasizing that climate change must be one of the most important elements in the Sustainable Development Goals. A target below 1.5˚C above pre-industrial levels must be part of those targets. Development partners should work in harmony and in the true spirit of partnership to fulfil the dreams of his people, particularly of the younger and vulnerable generation. The United Nations should accept the views of the Commonwealth Heads of Governments as additional input in the post-2015 development agenda.

    Underscoring the unfinished business of decolonization, he noted that part of his country's sovereign territory was still in dispute by one of its former colonial Powers. He expressed delight that the Special Rapporteur on the rights of indigenous peoples had brought the matter to the Human Rights Council in Geneva, and that France had responded with an openness to dialogue. He also voiced support for the conclusions and recommendations in the report of the United Nations mission to New Caledonia, and called on the Organization and the international community to continue supporting the efforts of New Caledonia and France to implement a successful decolonization process under the Noumea Accord.

    He further called on the Organization, through its regional agencies, to provide assistance to New Caledonia, in particular the Front de Liberation Nationale Kanak et Socialiste and the Kanak people, through training that would enable them to fully participate in that Accord. Noting that concerns for vulnerability, sustainable development, fisheries, job creation and human rights, among others, were reflected in the Samoa Pathway document, he urged that it be integrated into a transformative post-2015 development agenda, and that gaps in the implementation of Barbados Programme of Action be closed.

    PIETRO PAROLIN, Secretary of State for the Holy See, said that Pope Francis had observed a danger of widespread indifference. When a union of States remained passive in the face of hostilities suffered by defenceless populations, the General Assembly had to deepen its understanding of the difficult and complex events occurring at present time. The "dramatic" situation in northern Iraq and some parts of Syria was showing the international community a new phenomenon, that of a terrorist organization threatening all States, vowing to dissolve them and replace them with a pseudo-religious world government. Such violence was borne out of a disregard for God and falsified religion itself.

    To counter young, disillusioned people from around the world being attracted to that new phenomenon, he urged the General Assembly to focus on addressing the cultural and political origins of contemporary challenges, and also to further study the effectiveness of successfully implemented international law. The challenges posed by the new forms of terrorism should not make the international community succumb to "exaggerated views and cultural extrapolations", he noted. That would only lead to reactions of a xenophobic nature, which would paradoxically reinforce the sentiments at the heart of terrorism itself. The paths open to the international community were then in promoting dialogue and in a true commitment to peace.

    Nonetheless, the threat of terrorism could not be faced with cultural openness alone, he said, stressing that "the important path of international law is also available to us". The global nature of the new terrorism was precisely why the framework of international law offered the only viable way of dealing with the urgent challenge it presented. It was urgent to stop aggression through multilateral action and a proportionate use of force. However, that the international community had responded to conflicts in Syria, the Middle East and Ukraine with contradictory voices and with silence was disappointing.

    He also pointed out that, in regards to development and poverty, the principle of "responsibility to protect" applied to the protection of people against forms of aggression, such as a financial system governed only by speculation and the maximization of profits. Social and economic justice, he underscored, was an essential condition for peace.

    WALID AL-MOUALEM, Minister for Foreign Affairs of Syria, said that the 15 August Security Council resolution that condemned abuse of human rights by extremist groups in his country and Iraq had not stopped some regional States from continuing to provide support to terrorist organizations. In addition, the United States was applying double standards by providing money and weapons to groups it called “moderate”. Implementing resolutions and conducting military strikes could help fight terrorism, but it was more important to stop States from arming, training, funding and facilitating the transit of terrorist groups. Pressure for that purpose should be exerted on the countries that had joined the coalition led by the United States.

    Syria, he said, had unconditionally agreed to attend the Geneva II Conference, and had done so with an open mind. But, the delegation negotiating with his Government was following the orders of its Western masters, and did not believe in combating terrorism, nor did it respect Syria’s sovereignty and territorial integrity. Now, however, the international community was adopting the Syrian perspective that fighting terrorism topped all priorities. With regard to ending the conflict, he said Syrians had made their choice in legitimate presidential elections, but his Government was open to a political solution with a “real” opposition that aimed for prosperity, stability and security.

    He said that inhumane sanctions imposed by the European Union and the United States had aggravated the living conditions of Syrians, and some States had put Syrian refugees in military camps or other places of detention. His Government, on the other hand, guaranteed a safe return and decent life for those willing to repatriate. In addition, Syria had fulfilled its obligations regarding chemical weapons. Were it not for Syrian cooperation, the Joint Mission of the United Nations and the Organization for the Prohibition of Chemical Weapons would not have completed their tasks. “The big question that remains is whether those who are supplying the terrorists with this and other types of weapons will stop their actions and abide by international law,” he said.

    Turning to other issues, he called for establishing a Middle East free of all weapons of mass destruction, which he said was not achievable without the accession of Israel to all relevant treaties, putting all its facilities under the supervision of the International Atomic Energy Agency (IAEA). Syria was committed to ending the Israeli occupation of the Golan, and rejected all actions to change its natural, geographical and demographic characteristics. He called for the lifting of the blockade against Cuba, and of all unilateral coercive measures imposed on the Democratic People’s Republic of Korea, Iran, Venezuela and Belarus, as well as those on Syria.

    THONGLOUN SISOULITH, Deputy Prime Minister and Minister for Foreign Affairs of the Lao People's Democratic Republic, said that the world had just over 450 days left in which to achieve the Millennium Development Goals. As a landlocked and least developed country, his nation still faced challenges in achieving targets on reducing child malnutrition, ensuring gender equality in education, reducing child and maternal mortality and also in minimizing the impact of unexploded ordnance left over since the war. The full, effective implementation of the Oslo Convention on Cluster Munitions was of great importance, he said, expressing hope that other countries would consider becoming parties to the Convention. It was time for the unilateral embargo on Cuba to be lifted.

    In order to deal with the complex and unpredictable circumstances facing the world today, the United Nations needed to strengthen itself through reform of key organs, he said. The rapid growth of the Association of Southeast Asian Nations (ASEAN) had convinced his Government that the members of the organization would achieve their goal of becoming a single market and production base in 2015. Turning to the situation in his own country, he noted that landlocked developing countries were in a special situation, facing "daunting challenges" and marginalization in many areas. The second United Nations Conference on Landlocked Developing Countries, to be held in Vienna in November, was, therefore, of great significance in order to adopt a new programme of action for those countries in the next decade.

    SHAIKH KHALID BIN AHMED AL KHALIFA, Foreign Minister of Bahrain, said his country’s region was going through a phase of extreme difficulty, in which a climate of instability, chaos, tension and savage, bloody and unprecedented terrorism prevailed. Contributing to those were many factors, the most prominent of which were three challenges. The first was the accelerated emergence of terrorist groups with various global dimensions and affiliations. They thrived in the region, not only targeting innocent people, but also carrying out inhumane practices, such as mass murder, public beheadings and the persecution of ethnic and religious minorities. Combating terrorist groups required the international community to work together in the security, military and financial aspects, and in fighting ideology that deformed human nature and disfigured Islamic principles.

    The second challenge to the security and stability of the region was represented by political expansionism and attempts to impose hegemony in disregard of the sovereignty of States, and to interfere in their internal affairs, he said. The entire region as a result had suffered from attempts to export seditious revolutions and to train terrorists in violation of international law and United Nations principles. One form of such interference was the use of media, notably satellite television channels and social media, which were misused to distort facts and cause instability in the region. On Iraq, there was hope that the election of President Fouad Massoum and the formation of the new Government under Prime Minister Haider al-Abadi would enhance the political and development processes and contribute to the security and stability of that country. Concerning Syria, he said it was necessary to remove barriers that stood in the way of humanitarian assistance. On Libya, he then expressed concern at the deteriorating security situation there and its repercussion on the stability of its neighbouring countries. In light of those conflicts, he reiterated the call to make the Middle East a region free of weapons of mass destruction, notably nuclear weapons, and expressed support for the “5+1” group with a view of reaching a swift solution to the Iranian nuclear programme.

    The third challenge was the illegal occupation of other States’ territories in contradiction of the principles of international law and the United Nations Charter, he said. That was notably illustrated by the violations committed by Israel, and its targeting of Palestinian people by confiscating their land and imposing blockades on them. In that regard, it was imperative to specify a time frame by which Israeli occupation must end, so that the Palestinians may realize their aspirations for an independent State. Concerning the occupation by Iran of the three islands — Greater Tunb, Lesser Tunb and Abu Musa — belonging to the United Arab Emirates, he rejected that occupation, and called on Iran to heed the efforts of the United Arab Emirates to solve the problem through direct negotiations or through arbitration by the International Court of Justice.

    AURELIA FRICK, Minister for Foreign Affairs of Liechtenstein, calling upon leaders to unite, said, "at a time when the world seems to be breaking apart, it will serve us well to remember what unites us", as shown in the United Nations Charter. The Organization was created to prevent war. Acts of aggression against Ukraine and the illegal annexation of parts of its territory were "massive violations" of the Charter's principles and a major setback for Europe. They underlined the need to ensure enforcement of international law. She would not accept that a Security Council veto be used to contradict the purposes of the Organization, as had been seen too often. Permanent Council members must make a clear commitment not to vote against action to prevent or end atrocity crimes.

    On human rights, she said that the digital era was uprooting the right to privacy and that discrimination based on gender, sexual orientation, nationality or ethnicity, religion or disability remained rampant in much of the world. She expressed particular concern at the rise of religious intolerance, stating that the Assembly must issue a call against persecution of any religious minority anywhere. The core principles of the Geneva Conventions, among the most successful treaties with nearly universal acceptance, were being violated daily. In that context, she cited the suffering of civilians in the Gaza conflict, Syria and Iraq. The commemoration of the twentieth anniversary of the 1995 fourth World Conference on Women, held in Beijing, was an opportunity to show commitment to its outcome.

    Noting successes in justice and the rule of law, she singled out the International Criminal Court. Her country had created an informal network of Ministers to protect it from political attacks, with the goal of making the Rome Statute a universal treaty. Turning to development, she said that the Millennium Development Goals had been a learning process and there were three areas to improve upon going forward. First, rule of law must be at the heart of the Sustainable Development Goals. Second, women's empowerment was essential to sustainable development. Finally, a system should be established to monitor progress in implementing the post-2015 agenda involving all stakeholders. The high-level political forum would be the best anchor for such a system.

    ERLAN ABDYLDAYEV, Minister for Foreign Affairs of Kyrgyzstan, said that perpetual instability, increasing disputes among leading world Powers and the absence of a clear vision for a future world order had enabled terrorist and extremist groups to fill the vacuum and influence the world situation. In that context, strengthening human rights and the rule of law were ever more relevant. Those principles were an integral part of his country’s development. Indeed the upcoming parliamentary and presidential elections would strengthen its democratic foundations. To that end, he requested the international community’s help in implementing its far-reaching goals. He also reiterated the country’s candidacy for the Human Rights Council for the 2016-2018 period.

    The most serious external challenge to Central Asia, he said, was the situation in Afghanistan, and the illegal trafficking of its drugs. He called on the international community to strengthen the capacity of regional law enforcement agencies and promote regional cooperation. Another important factor in regional instability was unresolved border issues. Their resolution would facilitate regional transit potential, the development of cross-border infrastructure, economic improvement and decreased social tension. He called on all Central Asian States to support his President’s initiative to develop and sign bilateral agreements on confidence-building concerning borders.

    As a landlocked, mountainous country, Kyrgyzstan’s development had been restricted by its remoteness, lack of access to major international transport networks and its particular vulnerability to climate change, he said. An international development fund to provide assistance to developing landlocked countries would be beneficial. Recognizing the links among the environment, climate and sustainable development, he said vulnerable countries’ interests must be addressed adequately in future global actions. Further, the linkage between water resources and energy made developing hydropower a prerequisite for sustainable development. The issue of affordable energy should be reflected in the post-2015 agenda. The restoration and security of uranium tailings in Kyrgyzstan was a serious transboundary problem for Central Asia, he said, calling for assistance in solving the problem of radioactive and toxic waste.

    BENJAMIN NETANYAHU, Prime Minister of Israel, said hopes for peace were in danger. Everywhere they looked, militant Islam was on the march. It was not militancy, it was not Islam, but specifically "militant Islam". Its first victims were other Muslims, but it spared no one. For the militant Islamists, all politics were global, because their ultimate goal was to dominate the world. It started out small, like a cancer that attacked a particular part of the body. But, if left unchecked, the cancer would metastasize over wider and wider areas. That cancer must be removed before it was too late.

    Last week, many countries rightly applauded United States President Barack Obama for leading the effort to confront the Islamic State in Iraq and the Sham (ISIS), he said. Yet, weeks before, some of those same countries had opposed Israel for confronting Hamas. Evidently they did not understand that ISIS and Hamas were branches of the same poisonous tree. They shared a fanatical creed, which they sought to impose well beyond their own territories. When it came to their ultimate goals, Hamas was ISIS and ISIS was Hamas, and they were all militant Islamists, be they Boko Haram, Al Shabaab, various Al-Qaida branches or other terrorist groups. They shared a goal for a land with no tolerance, where women were chattel and minorities were subjugated, and sometimes presented the same stark choice: convert or die. Anyone could be considered an infidel, including fellow Muslims.

    The Nazis had believed in a master race, while the militant Islamists believed in a master faith, he said. Militant Islamists simply disagreed over who among them would be the master of the master faith; there was one place where that could soon happen, namely, the "Islamic State" of Iran. For 35 years, Iran had pursued the global mission to export revolution. Saying Iran did not practise terrorism was like saying Derek Jeter never played shortstop. The international community should not be fooled by Iran's manipulative “charm offensive”, as it was designed to lift the sanctions and remove obstacles for Iran's path to the bomb. The Islamic Republic was trying to bamboozle its way to an agreement to remove sanctions, so it could become a nuclear Power. Iran, which was the world's most dangerous regime, in the most dangerous region, would obtain the world's most dangerous weapons.

    There was only one course of action: Iran's nuclear capabilities must be fully dismantled, and ISIS must be defeated; to defeat ISIS and leave Iran as a threshold nuclear Power was to win the battle and lose the war, he said. The fight against militant Islam was indivisible; when militant Islam succeeded anywhere, it was emboldened everywhere. When it suffered a blow in one place, it was set back in every other place. That was why the fight against Hamas was for all countries. For 50 days this past summer, Hamas fired thousands of rockets at Israel, many of them supplied by Iran. Israel faced a propaganda war, because in an attempt to win the world's sympathy, Hamas had cynically used Palestinian civilians as human shields and United Nations schools to store and fire rockets. While Israel surgically struck at the rocket launchers and "terror tunnels”, Palestinian civilians were tragically, but unintentionally killed.

    Heart-wrenching photographs had left the impression that Israel was targeting civilians, but it was not, he went on. No other army had gone to greater lengths to avoid civilian causalities among the population of its enemies. Hamas deliberately placed its rockets where Palestinian children lived and played. Israel was using missiles to protect its children, while Hamas was using its children to protect its missiles. After decades of seeing Israel as the enemy, States in the Arab world increasingly recognized that they faced many of the same dangers as Israel. Israel was ready to make an historic compromise and was willing to work with its Arab neighbours, even though that might defy conventional wisdom.

    GUNNAR BRAGI SVEINSSON, Minister for Foreign Affairs of Iceland, said that extremely troubling among issues facing the international community today was the increasing disregard for international law demonstrated by ISIL, the growing terrorist group operating in Iraq and Syria. Equally shocking was the suffering of the Syrian people and the total disrespect for humanitarian law in that country’s civil war, where almost 200,000 people had died. Noting that the prolonged foreign occupation of the State of Palestine was another violation of international law, he condemned the indiscriminate rocket attacks from Hamas and other militant organizations in Gaza against civilian targets in Israel, as well as the disproportionate use of force by the Israel Defense Forces.

    Turning to Eastern Europe, he said the violation of Ukraine’s territorial integrity breached the Charter, international law and numerous treaties. The illegal annexation of Crimea also threatened security and stability throughout Europe. Further, the Security Council’s credibility was seriously undermined when a permanent member violated the Charter by using force to change borders and then could veto the necessary response and actions by that body empowered to maintain international peace and security. Noting the need to improve the Council’s working methods, he expressed support for the French- and Mexican-led proposal for refraining from using the veto in cases of mass atrocities.

    On the post-2015 agenda, he highlighted the importance of resolving ocean-related issues and desertification, land degradation and drought, in order to ensure food security. In that regard, his country had shared its knowledge through the United Nations University’s Fisheries Training Programme in Iceland, and had actively contributed to efforts to achieve a land degradation-neutral world through the Group of Friends in New York and the United Nations University’s Land Restoration Training Programme in Iceland. As no society could function without energy, he said it was also important to focus on ensuring access to affordable, reliable, sustainable and modern energy for all. Iceland also contributed to that effort by working with a group of countries and the International Renewable Energy Agency to identify opportunities to increase geothermal production.

    PHANDU T.C. SKELEMANI, Minister for Foreign Affairs and International Cooperation of Botswana, said that, while his country had made impressive gains in the implementation of the Millennium Development Goals, it was not without enormous challenges, particularly those posed by resource and capacity constraints. Nonetheless, the Government had strived to improve its citizens' quality of life by allocating a substantial percentage of its budget to sectors such as education, health, infrastructure, development of human capital, women and youth empowerment. Botswana would also participate in the elaboration of the post-2015 development agenda, wherein the challenges faced by landlocked developing countries, such as his own, should be made a primary consideration.

    He voiced grave concern about the increasing trend of instability, insecurity and violent conflict in various parts of the world. The Israeli-Palestinian conflict, as well as the protracted brutal war in Syria, defied human imagination. In Africa, the frequent eruption of violent conflict in certain parts of the country, particularly in South Sudan and the Central African Republic, were distressing. Iraq was also under siege of terrorist groups, which threatened not only the stability and security of the Middle East, but also the maintenance of international peace and security at large. States' failure to protect populations from impunity, war crimes and crimes against humanity was, in effect, their inadvertent acquiescence in the annihilation of future generations. It was, therefore, incumbent upon members of the Security Council to demonstrate exemplary leadership and a genuine regard for their responsibility, to maintain international peace and security as mandated by the United Nations Charter.

    He also voiced deep concern that some permanent members of the Council had consistently thwarted others' efforts to find lasting solutions to conflict situations. The Council's failure in May of this year to adopt a resolution seeking to refer the situation in Syria to the International Criminal Court was nothing short of a travesty of international criminal justice. Botswana supported the independence and credibility of the Court, which was the only existing international mechanism available for the investigation and prosecution of genocide, war crimes, crimes against humanity and the crime of aggression. As such, the role of the Security Council in facilitating the Court's work could not be overemphasized.

    WUNNA MAUNG LWIN, Minister for Foreign Affairs of Myanmar, said that climate change was an issue of survival requiring urgent action. A new global commitment on climate protection and emission reduction objectives must be reached. Eradication of extreme poverty and delivering sustainable and inclusive development must remain the central objective of the post-2015 development agenda, while finding effective means of implementation, including mobilizing financial and technological support to ensure success of the agenda and of sustainable development goals. Also, the unprecedented nature and scope of the Ebola outbreak demanded that all available resources and expertise be mobilized, and terrorism’s ruthless killings and atrocities in the name of religion must not be tolerated.

    Noting that cooperation between Myanmar and the United Nations was better than ever, and that one of the Organization’s main goals was peace and security, he encouraged all Member States to support a draft resolution on nuclear disarmament his country had tabled every year since 1995, and would again at the current session. Further on disarmament, he noted that Myanmar’s Parliament had just approved its accession to the Biological Weapons Convention. While the country’s transition to democracy was peaceful, there were many challenges to overcome. He asked that the international community’s support for economic development and capacity-building lay a solid foundation for a democratic society.

    The Government was laying the foundation for free and fair elections, in which all political parties would take part, he said. The final decision would come from the people on election day. Further, the Government was committed to the success of the peace process to end the six-decade conflict, with agreements reached with 14 of 16 armed ethnic groups. Strides had also been made in the areas of human rights, press freedom, combating human trafficking and gender violence. The Government was also working to resolve the complex issues that caused interethnic violence in Rakhine State. Improvement had also been seen in rural living standards, and there had been increasing rates of growth over the past three years. As a result, Myanmar had initiated the internal process of graduating from least developed country status.

    ALBERT F. DEL ROSARIO, Secretary for Foreign Affairs of the Philippines, said his country's score-card on the Millennium Development Goals showed considerable progress in the areas of poverty eradication, child mortality, access to safe drinking water, gender equality and the fight against both malaria and tuberculosis. But, the country continued to face challenges in other areas. In that regard, it aimed to strengthen its data collection and analysis to better measure the goals and aid in decision-making. The greatest challenge to achieving the Millennium targets was the series of natural disasters experienced by his country, most notably super typhoon Haiyan, the strongest typhoon in recorded history. That event reminded the world of the urgency in addressing climate change. He looked forward to the forthcoming third World Conference on Disaster Risk Reduction in Sendai, Japan, as well as the first-ever global Humanitarian Summit in Istanbul, Turkey, where the Philippines hoped to share lessons learned from typhoon Haiyan.

    Development efforts were jeopardized by setbacks due to threats to peace, security and the rule of law, he said. It was vital to ensure that conflicts did not undermine the development agenda. He heralded his country's achievements in building peace in the southern Philippines, where the signing of the Comprehensive Agreement on the Bangsamoro had helped bring new investments, jobs, economic opportunities, access to basic services and infrastructure. The rule of law was instrumental in resolving these tensions. At the same time, bringing an end to maritime disputes would require adherence to the United Nations Convention on the Law of the Sea. On this issue, the Philippines had invited a State party to settle its maritime disputes peacefully through the Convention, specifically the arbitration measures under Annex 7. Instead, the State had embarked on a series of "dangerous, reckless and forceful activities" that violated the rights of his country and threatened peace and stability in the South China Sea.

    He also expressed deep concern over the threat of weapons of mass destruction from the Middle East to the Korean peninsula. The Philippines supported the complete elimination of nuclear, biological and chemical weapons, and called for the Conference on the establishment of a Middle East zone free of nuclear weapons to convene as soon as possible. The Six-Party talks on the Korean peninsula should also resume, he said, adding that a successful outcome to the 2015 Nuclear Non-Proliferation Treaty Review Conference was needed to ensure the credibility of the Treaty. Moreover, the Philippines strongly supported the ongoing discourse on the humanitarian consequences of nuclear weapons that had been gaining ground both within and outside of the United Nations.

    DJIBRILL YPÈNÈ BASSOLÉ, Minister for Foreign Affairs of Burkina Faso, welcomed the appointment of the Special Envoy on Ebola, and said the initiative to combat the disease would allow the West African subregion to strengthen its systems of public health. Efforts of development could only succeed within a context of stability and peace. Burkina Faso thus continued to create a culture of tolerance and peaceful coexistence, strengthen the momentum of democracy and respect the rights of individual and collective freedoms.

    He welcomed the recent adoption by the Human Rights Council of efforts to eliminate female genital mutilation. In Mali and elsewhere in the Sahel, armed conflicts were becoming more extreme and more radical. Those were characterized by trafficking in drugs, weapons and humans, and there was a shared responsibility to eradicate those ills. Poverty, youth unemployment and the denial of rights and justice were results of that imbalance. Defence and security forces needed to fight effectively against terrorist threats. In that regard, he thanked partners, including France and the United States, for efforts to make the Sahel safer.

    No effort must be spared to protect the soldiers of peace, he said, who risked life and limb to bring safety and comfort to civilian populations. Burkina Faso would continue to participate in peacekeeping missions. He called for the entry into force of the Arms Trade Treaty, and to create conditions of equitable and sustainable development for all peoples through the implementation of the Millennium Development Goals. Regarding the embargo against Cuba, he said that his country favoured lifting it. The role of the United Nations was irreplaceable, and he supported reforms of the Security Council and the General Assembly. Given the current state of world security, it was reasonable for there to be representatives of other continents on the Security Council.

    HOR NAMHONG, Deputy Prime Minister and Minister for Foreign Affairs and International Cooperation of Cambodia, said that armed conflicts were threatening peace, stability and human security not only in the affected regions but also the world at large. Cambodia had contributed to peace, with more than 2,000 Cambodian peacekeepers deployed to date in Lebanon, Mali and South Sudan. Another detachment of peacekeepers would soon be deployed to the Central African Republic as part of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission (MINUSCA), he added.

    He cited climate change as a global challenge and a human security issue, noting that its pace was having "devastating effects". Agriculture-dependent developing countries had suffered acutely, with a marked increase in the frequency of typhoons, storms, floods and draughts. As an example, the 2013 monsoon in Cambodia had resulted in floods across the country, causing $1 billion in damages and affecting an estimated 1.8 million people. While industrialized countries were responsible for emitting the largest amount of greenhouse gases, developing countries bore the brunt of climate change. It was vital the international community prioritized actions to address climate change based on the United Nations principles of "common but differentiated responsibilities". To that end, Cambodia had adopted the "Strategic Plan on Green Development for 2013-2030", which aimed to achieve economic and social development in a sustainable manner. As a member of the Association of South-East Asian Nations (ASEAN), Cambodia was fully engaged in furthering the goals of the 2009 ASEAN Climate Change Initiative.

    On the Millennium Development Goals, Cambodia explained that it had adopted its own development targets, which have been incorporated into the country's National Strategic Development Plan. As a result, substantial progress had been achieved and Cambodia had met some of the goals ahead of schedule, including reducing the poverty rate to 19.5 per cent. The country had also made great strides in combating HIV/AIDS, reducing HIV prevalence to 0.6 per cent in 2013. The post-2015 development agenda should be realistic and build upon the lessons learned to ensure a "balanced and comprehensive" framework.

    MURRAY MCCULLY, Minister for Foreign Affairs of New Zealand, hailing the success of the recent small island developing States conference, the extraordinary work of the host, Samoa, as well as the ownership of the agenda by the States themselves, said that, while the multilateral world was “awash with talk” of strategies and funds, out in the "real world" of those small islands, not enough was happening on the ground. Pacific nations spent 10 per cent of their gross domestic product and up to 30 per cent of their total bills on importing diesel for electricity generation, he pointed out. Sustainable economic development simply could not happen in that region without renewable energy. Some of the significant progress achieved in that field included Tokelau moving from 100 per cent dependence on fossil fuels to 93 per cent renewable, the opening of a 2.2 megawatt solar array in Samoa, and all of the outer islands of Tuvalu becoming 100 per cent renewable-based.

    Sustainable fisheries were the biggest economic asset in the Pacific, he continued. New Zealand had committed over $70 million over the next five years to advance a comprehensive approach for strengthening commercial fishing practices. While small island developing States were showing real leadership in addressing climate change, they also required action on a global scale. Turning to the Middle East, he welcomed the ceasefire between Israel and Gaza, but voiced profound regret of Israel's appropriation of 400 hectares of privately owned Palestinian land near Bethlehem for settlements.

    In Syria and Iraq truly frightening consequences were occurring when leadership, both internally and in the Security Council, had failed, he said. The international community needed to find a way to contain the madness of ISIL, to address the humanitarian tragedy and to help the people of Syria and Iraq craft a better future. That situation cried out for the Security Council's attention. Paralysis had also prevailed in the Council over Ukraine, with that body becoming essentially a bystander while one of its permanent members undermined the integrity of another Member State.

    He also pointed out that events in the Middle East and Ukraine had dominated the headlines in recent months, diverting attention from serious situations that continued to play out in Africa, particularly Libya, Mali, Central African Republic, South Sudan, Somalia and the Democratic Republic of the Congo. Deeply troubled by the unprecedented scale of the Ebola outbreak in West Africa, he said he recognized the huge challenges that were posed to the economies and to political and security cohesion in the region. New Zealand had contributed to the humanitarian work under way, and would continue to do so while looking to further practical steps to support the international effort.

    K. SHANMUGAM, Minister for Foreign Affairs of Singapore, condemned the terrorist actions of "ISIS". Such threats were not confined to the Middle East, but affected the whole world. In addition to military and intelligence efforts, the radical ideology used to recruit the foreign fighters that were fuelling that group's extremist agenda must be combated as well. The leadership of the United States in the formation of an international coalition was welcomed, as was the Jeddah Declaration put forth by Arab countries. As co-sponsor of Security Council resolution 2178 (2014) on foreign terrorist fighters, Singapore believed that text was an important step to combat global terrorism by cutting off financial support for “ISIS” and preventing the movement of foreign terrorist fighters.

    Turning to the post-2015 development agenda, he commended the Open Working Group and said he looked forward to the Secretary-General's report on that Group's recommendations. As Co-Chair of the preparatory committee for the recent conference in Samoa on small island developing States, he emphasized that it was important that the views of small States were factored into the post-2015 development agenda, he said. The Millennium Development Goals had been successful, due to the framework's pragmatic, outcome-based and quantifiable approach. That method should be continued for the post-2015 development agenda. Furthermore, any Millennium Development Goals not yet achieved should be prioritized in the post-2015 framework.

    He went on to stress the importance of building sustainable cities, highlighting that more than half of the world's population live in urban areas, a figure that was projected to reach 70 per cent by 2050. Most of that growth would take place in Africa, Asia and Latin America, where mismanaged urbanization could intensify inequalities. At the same time, successful cities could raise living standards and contribute to the achievement of the Millennium Development Goals, particularly in reducing poverty. The challenge was to manage urbanization well. Singapore was co-chairing the Group of Friends for Sustainable Cities and establishing Singapore's Centre for Liveable Cities in 2008. The Liveability Framework, a tool designed to help countries define the policies needed to achieve that goal, was also being developed. Looking ahead, he voiced hoped that the Framework would be part of discussions during the United Nations Conference on Housing and Sustainable Urban Development (Habitat III) in 2016.

    CHARLES FLANAGAN, Minister for Foreign Affairs and Trade of Ireland, said his Government wished to see veto power eventually abolished in the Security Council and, therefore, welcomed France’s initiative to regulate that power. The body should increase its membership to reflect regional balances and the current global realities of population and economic weight. On the Middle East, it was time to attain a comprehensive peace between the Israeli and Palestinian peoples. He was not under any illusions about the difficult and painful compromises to be made, but believed both parties supported a just, negotiated two-State solution.

    Turning to the Syrian conflict, he said that the flagrant violation of international law by all sides must be confronted and referred to the International Criminal Court. Those parties, particularly the Assad regime, must end their obstruction of vital humanitarian efforts. The growth of extremism in the Middle East was of significant concern, he said, adding that the “bloodlust and inhumanity” displayed by ISIL in Syria and Iraq had appalled all civilized people. That threat must be addressed with unity and with a real sense of urgency. On the Ukraine crisis, he opposed a military solution, supported the path of diplomatic dialogue and welcomed the Ukrainian President’s peace plan. A sustainable political solution must be based on the principle of respect for Ukraine’s sovereignty and with clear guarantees on border security, the disarmament of all illegal groups and the withdrawal of foreign forces.

    LUIS ALMAGRO, Minister for Foreign Affairs of Uruguay, said that the world was a hard place, where 6 million children died before the age of five, many from malnutrition; where violence had reached a new level of terror and horror with thousands dead in Libya, Syria and Iraq; and where human rights violations were a daily occurrence. Global governance was inspired not by rights, but by interests, forcing people to migrate from their homes and cope with violence, fear and death. Eight million died annually from tobacco use, which he described as an “act of genocide” because the operation of less regulated free markets was placed above human rights and human health. The United Nations had failed ethically by not providing better solutions for people.

    The Millennium Development Goals were a useful tool, he continued, but countries should not be left alone in their efforts. Turning to the sustainable development goals, he said those must focus on poverty eradication through the lens of human rights. It was necessary to increase GDP, exports and investments, but all efforts must be based on guaranteed rights and protection against inequality. The women's agenda was one of the most powerful vectors for development, he said, adding that any kind of discrimination was counter to social needs; ever more people should be protected. Also, national policies should promote a healthy lifestyle. Food insecurity resulted from bad global policies, he said. Noting that 30 to 50 per cent of food produced was never consumed, he said that excess could end global hunger.

    He said that addressing climate change was a moral imperative for every person in the room, and should be undertaken from the perspective of combating poverty, inequality and exclusion. Uruguay rejected any unilateral actions that contravened international law. In that regard, he condemned the United States blockade of Cuba and demanded that the island State be struck from the list of countries protecting terrorism. On another area of concern, he said that sovereign debt must be restructured and the speculative “vulture funds” must be stopped. Global peace and security were essential, and to that end, Uruguay contributed peacekeepers both in Haiti and the Democratic Republic of the Congo.

    JOSÉ BADIA, Minister for External Relations of Monaco, said that the experience of the Millennium Development Goals taught that future goals must be based on the three pillars of sustainable development. In defining the post-2015 development agenda, all States must contribute, as must all other stakeholders: the private sector, universities, philanthropic organizations and non-governmental organizations. The agenda must be inclusive, participatory and based on good governance. At a time when the world was ever more interdependent, inequalities continued to grow and too many were marginalized.

    Noting the escalation of conflicts over the past year, he called for a peaceful settlement to the situation in Ukraine and condemned the use of chemical weapons in Syria and the assault on civilian targets in Syria, Iraq, Gaza, South Sudan, Central African Republic and Nigeria. Furthermore, he spoke out against the reprehensible crimes committed by terrorist groups in the name of religion, which undermined society and spread hate and chaos on social media. The marginalized and excluded, among them many young people who had not benefitted from “progress”, were drawn to such groups. Policies for social integration, education and youth employment were needed. The promotion and protection of human rights must be at the heart of policies.

    The unprecedented threat of Ebola in West Africa tested the global capacity to respond in an efficient and coordinated manner, he said, expressing support for the Organization’s emergency mission to confront the menace. The new paradigm for post-2015 development must accommodate a growing population and its accompanying urbanization. Addressing climate change required everyone to adopt new models of production, consumption and transport. It was time to break the ceiling that had held women back, for without their participation, sustainable development would not be achieved. On the recent Climate Summit, he said that success must be measured not only by commitments made but the ownership of the process by those affected.

    SAMURA M. W. KAMARA, Minister for Foreign Affairs of Sierra Leone, said his country was at the forefront of “one of the biggest life-and-death challenges facing the global community”. The Ebola outbreak was especially worrying because it had mutated into a global phenomenon for which his country, the region, and the global community were “grossly ill-prepared”. The Ebola outbreak highlighted the globally weak infrastructure as well as inadequate human capital and surveillance systems. Slow recognition of the challenge had been accompanied by spontaneous fear and panic, which had led to border closures and travel restrictions. Moreover, the outbreak had hit Sierra Leone as it was making its “fast-paced” recovery from 10 years of devastating conflict.

    The international community was finally responding to Ebola as a global challenge, he said, noting Sierra Leone’s extraordinary national response measures. Health educators were teaching citizens about Ebola’s dangers, while cultural practices like shaking hands and burial ceremonies were curtailed. At the same time, development projects had been suspended and gross domestic product (GDP) was expected to be constrained by up to 3.3 per cent. He warned also of threats to gains made in peacebuilding. The United Nations response, especially though resolutions and establishment of the emergency mission, deserved praise, but stronger capacities to respond were still needed. With that, he urged the General Assembly to voice its opposition to flight bans and policies that isolated or stigmatized Ebola-affected countries, adding that the United Nations was founded on a mandate to confront human insecurity and not shun it.

    He promised a continued fight against poverty, with “intense engagement” under the New Deal for Engagement in Fragile and Post-conflict States. On Security Council reform, he adhered to the African Common Position, calling for remedy to the “historical injustice” of Africa’s poor representation in the Council. Peace and democracy were being built through the Mano River Union and the Economic Community of West African States (ECOWAS). Sierra Leone would contribute peacekeepers and support the African Union’s rapid intervention initiative. Events in several countries were worrying, including transnational crime and terrorism. He supported measures targeting sexual violence and recruitment of child soldiers. He welcomed the International Criminal Court’s efforts to achieve judicial accountability, and stressed his commitment to a moratorium on the death penalty as part of support for the Human Rights Council.

    AUGUSTINE KPEHE NGAFUAN, Minister for Foreign Affairs of Liberia, said President Ellen Johnson-Sirleaf had chaired a high-level committee of African Heads of State, and under her leadership, a Common African Position was developed and endorsed by the African Union. The “CAP”, as it is known, was anchored on six development pillars, including economic growth, science and technology and environmental sustainability. It represented Africa's vision for the continent’s future. He hoped that the substance of those pillars would form an integral part of the post-2015 development agenda. At the same time, he was increasingly concerned about the spread globally of extremist ideologies and terrorist activities, especially in Africa. Also troubling were the conflicts in South Sudan and the Central African Republic, and he commended efforts by the African Union and the United Nations to resolve them.

    Concerning Ebola, he said that “deadly enemy” began wreaking havoc in Liberia in March. Since the outbreak, his Government had taken a host of measures, which included declaring a state of emergency, suspending school and increasing awareness and prevention campaigns. The latter steps aimed to address the "crystallized denial" and deeply-rooted traditional and cultural practices that created fertile ground for the spread. Despite those efforts and the help of several health organizations, Ebola had sprinted faster than those collective efforts to defeat it, killing more than 1,800 Liberians and infecting nearly 3,500. Women, who constituted a majority of the country's health-care workers and were society’s primary caregivers, had been disproportionately affected. The situation was creating "a trail of traumatized orphans" across the country, which included a 10 year old from Barkedu, Lofa County, who was the "last person standing" in a family of 12.

    The resultant panic that arose from health workers seeing their colleagues die from Ebola had precipitated the closure of many health facilities across the country. Its public health system, which had collapsed during years of conflict and was being gradually rebuilt, had relapsed under the weight of the deadly virus. Ebola was not just a health crisis; it was a total crisis — an economic, social, and potentially a political and security crisis. It had caused a downward slide in the country's growth, with experts predicting that, if not contained quickly, Ebola would cause a 12 per cent decline in the country's economy in 2015. While there had been positive developments in the last few weeks that had helped increase the focus on the virus, the international community must not be complacent. Preparations to confront the longer term socioeconomic impact of the crisis were critical. In that connection, he expressed appreciation for the United Nations country team’s focus on the fight and the engagement of the United Nations Mission in Liberia, geared towards long-term development.

    NICKOLAS STEELE, Minister for Foreign Affairs and International Business of Grenada, said war and insecurity in the information age had burgeoned to the point where the efforts of neither the United Nations nor national armies were enough. A “new information master plan” for the twenty-first century was needed to reduce the growing inequalities in society and to confront current global challenges. Global policy should focus on promoting sustainable economic growth through education, information and communications technology. The World Bank’s 2011 World Development Report on Managing Conflict acknowledged that development agencies were not capable of adequately helping fragile States, and that investing in citizen security, justice and jobs was essential to reducing violence. “Do we have the courage to be proactive in fostering jobs and growth, or will we wait for violence to erupt?” he asked.

    Climate shocks were terrifying for Grenada and islands worldwide, he said, acknowledging the Secretary-General’s leadership in calling for a climate summit. Hurricane Ivan alone had caused economic damage equivalent to 200 per cent of the country’s GDP. This week, unseasonably high rains had caused numerous landslides. Like neighbouring Saint Lucia, and Saint Vincent and the Grenadines, Grenada had been forced to dedicate scarce financial resources to address such weather events. There was a link between those events and the high indebtedness of small Caribbean islands, he said, adding that those nations needed “concessionary” financing to ensure growth, jobs and economic development, and to build resilience to the effects of climate change. Their annual cry for such funding was “the early warning system” for the international community.

    The renewable energy market was estimated at $12 billion in the Caribbean, he said. For island States, the most sustainable form of adaptation to climate change was a robust economy combined with sound disaster-management policies. Renewable energy could be introduced without subsidies. Island nations contributed the least to greenhouse gas emissions, and were the most cost-effective places for renewable energy. Grenada was working to transform its electricity sector, he said, adding that solving the energy challenge would remove a drag on Caribbean island economies and better position them to withstand environmental shocks. His Government had signed a groundbreaking memorandum of understanding with the United States to serve as a pilot country in the region on energy transformation, and one with New Zealand on geothermal energy.

    The Green Climate Fund must become operational, he said. He called for the creation of a “window” within the Fund for islands; full reliance on renewable energy in all island States; setting a price on carbon and eliminating subsidies of fossil fuels; and greater support for climate-smart agriculture. The latter would increase productivity, income and resilience to climate change and reduce or remove carbon emissions. Having lost 30 per cent of its coral reefs and mangroves in the last 30 years, Grenada was working with the Dutch Government on the Climate-Smart Agriculture Alliance, and welcomed the Global Blue Growth and Food Security Initiative, among other global partnerships. Blue growth was vital for the tri-island “Ocean State” of Grenada, Carriacou and Petite Martinique — whose exclusive economic zone in the sea was 70 times greater than its land mass.

    CAMILLO GONSALVES, Minister for Foreign Affairs of Saint Vincent and the Grenadines, said the United Nations Charter was the "rulebook" that governed international cooperation, its principal rule being that of respect for the sovereign equality of all States. Certain administrative aspects of the rulebook were "clearly long overdue for meaningful reform"— like the composition and working methods of the "fossilized and increasingly irrelevant Security Council". However, the principles that informed the Charter were timeless, and any attempt to deviate from them would constitute an assault on sovereignty, a departure from diplomacy, and an improvisation of international law on the fly. The loss of sovereignty had never benefited the weak or powerless. As a small, open and vulnerable State, his country could not accept the suggestion that its existence rested on the whim, generosity or benign neglect of powerful States.

    Speaking on the Israeli-Palestinian conflict, he said that whatever the motivation for the most recent conflict, the underlying problem remained unaddressed and unresolved. At its root were the invasion, occupation and economic strangulation of Palestine, and the steady, illegal erosion of its internationally established borders. The unquestionable right of Israel to exist in peace and defend itself, he added, did not give it an unfettered licence to occupy, oppress and suppress the sovereign rights of the Palestinian people. The absence of borders and disregard for sovereignty threatened to make the concept of a two-State solution nothing more than "feel-good rhetoric with limited applicability on the ground", he concluded.

    On climate change, he stressed that despite its "tiny carbon footprint and miniscule emissions", his country had been repeatedly victimized by weather anomalies, partially caused by the historical and continued environmental abuse by major emitters. In the past four years, it had experienced a hurricane, a drought and two floods, the loss and damage caused by each of those events resulting in annual double-digit hits to its GDP. He added that the prospects of genuine progress against climate change became increasingly remote with each passing day of "diplomatic dithering, buck-passing and finger-pointing". While the recent Climate Summit had seen some welcome new pledges, the numbers still did not add up to anything close to what was required to cap global warming at 1.5°C above pre-industrial levels.

    JAMAL ABDULLAH AL-SALLAL, Minister for Foreign Affairs of Yemen, said his country had signed the Gulf Initiative and had thus begun the process of transition. It had established a national reconciliation committee as well as a peace committee and had organized presidential elections. Additionally, the drafting committee for Yemen’s constitution was about to determine its first draft. Despite great challenges his country faced, it had also signed a new security annex to maintain social cohesion in the country so that people could devote their efforts to the political process. The international community should continue to support Yemen, and the Security Council must work against parties that might seek to undermine the transitional process in the country.

    He said Yemen was dealing with major economic challenges, including scarcity of resources. As host to around a million refugees from countries in the Horn of Africa, it needed economic support and humanitarian assistance. While Yemen had taken steps to restructure its armed forces and police and had seen an improvement in security, the situation remained fragile. The country was affected by terrorism, which threatened the region and entire world. He called on the international community to help his country combat security challenges and cooperate in logistical areas such as training and capacity-building, stressing that Yemen’s stability would contribute to global security.

    Turning to conflicts elsewhere, he said his country was following the suffering of the Palestinian people, and was concerned with the ongoing cycle of violence in Syria, which had destabilized the region. He called for a solution that would meet the aspirations of the Syrian people while maintaining the country’s territorial integrity and unity. Noting the presence of ISIL in Iraq, he said such terrorist groups had nothing to do with Islam or the Muslim community, which respected the rights of all people. In light of those events around the world, he urged reform of the United Nations for the maintenance of international peace and security, as well as for a permanent seat in the Security Council for Arab States.

    MOHLABI KENNETH TSEKOA, Minister for Foreign Affairs and International Relations of Lesotho, said Africa was facing a rise in terrorism, with the Nigeria-based Boko Haram, Al-Qaida in the Islamic Maghreb, and Al-Shabaab in Somalia. The emergence of new extremist groups and terrorist entities, such as the Islamic State in Iraq and the Sham (ISIS), in the Middle East and elsewhere, was a stark reminder of the need for collective action to ensure that peoples everywhere enjoyed the right to peace, development and the sanctity of life. Military action alone to counter terrorism was no longer a panacea, he said, calling for a holistic approach that addressed the root causes.

    On the Israeli-Palestinian conflict, he said that recent developments had cast a shadow on a future that had seemed to hold promise for a negotiated settlement. Lesotho endorsed the Human Rights Council resolution calling for an independent commission to investigate the massacres of innocent Palestinian civilians. Those responsible should be held accountable. It was unfortunate, he added, that in the case of the slaughter of thousands of Palestinian civilians, the Security Council had shied away from invoking the “responsibility to protect” principle and had issued only a presidential statement, which failed to reiterate accountability for the war crimes committed.

    Concerning the achievement of the Millennium Development Goals, he stressed that the challenges remained most daunting in the least-developed, landlocked and small island developing States, as well as countries in or emerging from conflict. Lesotho had made some progress in achieving at least two of the eight Goals, namely universal primary education and the promotion of gender equality and women’s empowerment. However, it still faced a long and uphill journey, with HIV and AIDS remaining a serious threat. The post-2015 development agenda must emphasize national ownership and respect national conditions. Regarding climate change, he called for more easily accessible funds aimed at helping developing countries mitigate and adapt to its impacts.

    JEAN-PAUL ADAM, Minister for Foreign Affairs of Seychelles, said that despite being one of the smallest nations in the world, the people of Seychelles had always known that they could not be at peace if the world was not at peace. Global terrorist activities, coupled with a multiplication of regional conflicts and instability, were a reminder of the increasing threat posed by terrorism and the effect on innocent victims. Building peace meant reinforcing the commitment to multilateralism and prioritizing more inclusive and effective development.

    In the context of the post-2015 development agenda, he said his country took pride in having achieved the majority of the Millennium Development Goals and was motivated to ensure that the remaining challenges were addressed by 2015. Although progress was essential for small island developing States, the current development framework was not favourable to that group, he said, noting that the gains were still measured through GDP per capita metrics, which did not sufficiently identify threats to human development or the opportunities that may exist for those small island nations. Nevertheless, Seychelles welcomed the outcomes of the Third International Conference on Small Island Developing States held in Samoa, and thanked the host country for its leadership in establishing a platform for action to support their development.

    On climate change, he said that Seychelles was preoccupied by the conclusions drawn by the Fifth Assessment Report of the Inter-Governmental Panel on Climate Change (IPCC). He stressed that small island developing States had continuously underlined the scientific research being conducted on climate change, warning that 1.5°C would negatively impact all countries. There was a window, however, to act decisively and effectively, he said, noting that a legally binding agreement which set the course for increases of no more than 2°C was within reach. He called on all partners to ensure that the upcoming Lima conference set the stage for concluding an agreement in Paris in 2015. At the same time, he underlined the importance of fulfilling joint commitments to mobilize $100 billion annually by 2020 for the Green Climate Fund.

    PATRICE NISBETT, Minister for Foreign Affairs of Saint Kitts and Nevis, said that Millennium Development Goal 8, calling for the strengthening of global partnerships, remained unfinished and must be rendered effective and operational. His Government believed that achieving sustainable development would require mobilization and effective use of financial resources and technology development and transfer, in addition to capacity-building at all levels. It would also entail an increased investment in the social sectors, infrastructure, community development, climate financing, and the protection of global common goods. A strengthened global partnership should foster close collaboration between and among Governments, provide for an increased role for the private sector, ensure a fair international trading regime, and foster national and foreign direct investments.

    Speaking on small island developing States, he highlighted their susceptibility to economic and environmental shocks, which resulted in high indebtedness. By the end of June 2014, his country had successfully reduced its debt-to-GDP ratio from over 145 per cent to 95 per cent. He called for a new paradigm to the assessment of the policy of graduation, which should take into account the peculiar vulnerabilities of those island States. The graduation to a higher income category made it more difficult to access resources, and borrowing funds at a high rate on the international financial market only perpetuated the vicious cycle of debt and threatened their sustainable development.

    With his country and the region wrestling with a high incidence of non-communicable diseases, he was pleased to see them included in the post-2015 development agenda. On climate change, he said that for small island developing States it was not just an environmental concern, but a threat to their existence. The international community should accept creative initiatives such as debt swap for climate adaptation and mitigation.

    ROBERT DUSSEY, Minister of State and Minister for Foreign Affairs and Cooperation of Togo, said that the Millennium Development Goals were helpful for humankind, even if all targets would not be achieved. His Government was determined to continue and scale up the efforts within the framework of the post-2015 agenda, with a commitment to reducing poverty. There was now a positive outlook for increased success of job-promotion programmes, mainly for the benefit of youths. Financial institutions were assisting members of society usually excluded from their benefits, particularly women.

    In health, Togo had registered encouraging results for child and infant mortality rates, and was battling diseases including tuberculosis, he stated. His country had intensified efforts to protect world heritage through neutralizing networks of trafficking in endangered species. Togo was all the more certain that the agenda for peace and new architecture for international security must take into account the trend of the regionalization of conflicts. Boko Haram and Al-Shabaab frequently carried out attacks that destabilized brother countries. Togo knew too well the value of the efforts made by France to fight alongside African countries. Those efforts must continue and be strengthened, and the entire international community must spare no effort in their support.

    He said it was essential that countries further secured their maritime borders as well as eradicate piracy. African coasts should be a space for international trade, free from organized predators. Further, the worsening of the situations in various conflict areas throughout the world — in Syria, Libya, Ukraine, Palestine and others — threatened to wipe out whatever development had been achieved. He reminded the Assembly of the great threat to the international community, especially in West Africa, posed by the Ebola virus. That was an international threat to peace and security, and greater attention should be paid to the people of Liberia, Sierra Leone and Guinea to prevent the spread of the disease.

    MÅRTEN GRUNDITZ (Sweden) said his country had joined collective efforts to tackle the Islamic State at the request of the Iraqi Government, stressing the importance of political engagement to resolve that issue, as well as conflict in Syria, Iran’s nuclear dossier, and Israel-Palestine negotiations. He welcomed action on Ebola, noting Sweden’s support to those efforts. Peacebuilding support had also been given to Somalia and Liberia. Criticizing “Russian acts of aggression” in Ukraine, he stressed the need for the world to “react resolutely”, particularly given that the attacker was a permanent member of the Security Council. Greater efforts were needed to fulfil the Millennium Development Goals, and a transformative and universal new framework for sustainable development was needed with a consensus on financing and effective partnerships.

    Women were essential to development and peace, he said, underlining that gender equality was just and smart economics. Women needed full sexual and reproductive rights. Sweden’s economic growth was decoupled from its greenhouse gas emissions, with 60 per cent growth coming despite a 20 per cent reduction in emissions since 1990. His country had helped initiate the Global Commission on the Economy and Climate and he looked forward to the Paris Summit. Migration was at its highest level since the Second World War, with more global solidarity needed. His country would continue to donate 1 per cent of its GDP to ODA and promised continued peacekeeping contributions. Declaring Sweden’s candidacy for the Security Council, he welcomed the Hammarskjold Commission’s report on the death of Dag Hammarskjöld.

    Right of Reply

    Speaking in exercise of the right of reply, the representative of Iran said that the representative of the Israeli regime had made baseless accusations and distorted passages against his Government, which were designed to defend the atrocities that it had recently committed against a whole civilian population. That speaker had tried in vain to wash his hands of that most recent bloodbath in Gaza, perpetrated before the eyes of the whole world. He rushed to the General Assembly to hopelessly wage another war against the whole Islamic world and civilization, associating them baselessly with the ISIS terrorist group and propagating Iranophobia and Islamophobia. All of that was done to the applause of a crowd brought in from outside the United Nations.

    He said it was ironic that a regime famous for its atrocities, apartheid policies and war crimes could allow itself to accuse other countries in such a sinister way. It was also preposterous that the same regime with a highly known record of developing, producing and stockpiling different kinds of inhumane weapons, including nuclear weapons, ventured to falsely accuse others of trying to acquire similar weapons. It was "laughable" for many to hear such a person speak of the atrocities by the ISIS terrorist group when, under his command, there had been an aggression against Gaza in which all international norms and laws were blatantly flouted, leading to the killing of more than 2,000 Palestinian civilians, mostly women and children and the elderly, and rendering more than a half a million people homeless. Those people had already been living under an inhumane and suffocating Israeli blockade for eight years.

    Against that backdrop, he said that speaker had claimed to be concerned over the Iranian nuclear program, which was fully peaceful and under international supervision. Iran and others in the region had the right to worry about nuclear weapons in the hands of a regime that had shown, time and again, its capacity and propensity to kill. The statement by the Israeli representative was in keeping with its well-known policy to sabotage and disrupt negotiations on Iran’s nuclear programme.

    Turning to the statement made by the representative of Bahrain, he said the “Persian Gulf” was and had always been the historic and time-honoured toponym for the stretch of water situated between Iran and the Arabian Peninsula. Historic evidence bore testimony to that fact, and the term was also internationally recognized, including repeatedly by the United Nations.

    For information media • not an official record


    0 0

    Source: UN General Assembly
    Country: Cambodia, Central African Republic, Guinea, Guinea-Bissau, Iraq, Liberia, Mali, occupied Palestinian territory, Sierra Leone, Syrian Arab Republic, Ukraine, World, Yemen, South Sudan

    AG/11565

    Assemblée générale
    Soixante-neuvième session
    17e, 18e & 19e séances plénières
    Matin, après-midi & soir

    Les États Membres entendent également les avertissements des dirigeants israélien et syrien

    L’Assemblée générale a poursuivi, aujourd’hui, le débat général de sa soixante-neuvième session, qui doit s’achever demain, en voyant se succéder à sa tribune les dirigeants de 33 pays venus plaider les grandes causes de ce monde, tout en exprimant leurs difficultés particulières sur la voie du développement, ainsi que l’ont fait deux pays d’Afrique de l’Ouest gravement touchés par l’épidémie d’Ebola.

    La sécurité du monde est aussi mise en péril par l’épidémie d’Ebola, ont souligné avec détresse les dirigeants de deux pays frappés par ce terrible fléau, le Libéria et la Sierra Leone. Rappelant les ravages que fit la guerre civile au Libéria, le Ministre des affaires étrangères de ce pays a estimé que l’ennemi Ebola était d’autant plus perfide qu’il n’existait aucune ligne de front.

    Selon certains experts, a-t-il indiqué, l’épidémie pourrait, dans le pire des cas, coûter la vie à environ 1,4 million de personnes dans la région d’ici au mois de janvier 2015.

    « Depuis les six derniers mois, un sombre nuage plombe le paysage libérien, de telle manière qu’au lieu de faire état de croissance économique, nous nous voyons contraints de signaler un déclin économique. La mise en œuvre de pratiquement tous les piliers de l’Agenda pour la transformation du Libéria a été interrompue et au lieu de consacrer son attention à l’intégration régionale, le Libéria envisage à présent la coopération régionale pour affronter un ennemi mortel, à savoir la maladie à virus Ebola », a déclaré le Ministre.

    Un soutien mondial fort, tant par voies aérienne que terrestre, est nécessaire pour vaincre une épidémie qui, sous beaucoup d’aspects, est « pire que le terrorisme », a estimé, pour sa part, le Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale de la Sierra Leone.

    Il a affirmé que l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest constituait « une question de vie et de mort pour l’humanité » et a vigoureusement plaidé pour une riposte internationale renforcée.

    Par ailleurs, alors que la coalition antidjihadiste poursuit et accélère ses raids aériens en Syrie et en Iraq, deux pays de la région directement concernés ont fait part de leurs inquiétudes quant à la progression de l’État islamique en Iraq et au Levant.

    L’État islamique en Iraq et au Levant est l’« organisation terroriste la plus dangereuse du monde en termes de financement et de brutalité », a déclaré le Vice-Premier Ministre de la Syrie. M. Walid Al-Moualem, qui a regretté le manque de détermination pour appliquer la résolution par laquelle le Conseil de sécurité a condamné le terrorisme de ce groupe, a voulu prévenir des risques qu’il y avait à se battre sur le plan militaire tout en continuant, pour certains États, à soutenir les mouvements terroristes.

    Les avertissements ont aussi visé l’Iran, que le Premier Ministre israélien, M. Benjamin Netanyahu, a accusé de vouloir produire l’arme nucléaire. Il a demandé à la communauté internationale de ne pas se leurrer avec les élections en Iran et « l’offensive de charme » menée par ce pays.

    M. Netanyahu a également saisi cette occasion pour répliquer au discours prononcé vendredi à la même tribune par le Président de l’Autorité palestinienne, M. Mahmoud Abbas, qui accusait notamment Israël de « crime de génocide ». Il s’est révolté contre le fait que l’on accuse les juifs d’un tel crime, avant de parler lui-même de « crime de guerre », en dénonçant les milliers de tirs de roquettes lancés par le Hamas sur Israël. À ce moment de son discours, M. Netanyahu a brandi une photo d’enfants côtoyant des missiles pour illustrer son propos.

    Après avoir mis en garde la communauté internationale contre ce qu’il a appelé « l’islamisme militant », il a affirmé que « l’État islamique en Iraq et au Levant et le Hamas sont les branches d’un même arbre empoisonné ». Selon lui, « le Hamas a pour objectif immédiat de détruire Israël, mais il veut aussi un califat ».

    Le Secrétaire d’État du Saint-Siège, Mgr. Pietro Parolin, a dénoncé la persécution des chrétiens et des minorités religieuses en Iraq et en Syrie. « Nous sommes face à des comportements criminels qui n’avaient pas été prévus dans la Charte des Nations Unies », a-t-il observé, suggérant des normes de prévention et d’intervention du Conseil de sécurité en cas de guerre provoquée par un acteur non étatique. « Cette réalité nous demande une Organisation des Nations Unies renouvelée et active qui renforce et défende la paix », a-t-il plaidé. Cet appel a été repris par d’autres intervenants qui, à l’instar des jours précédents, veulent donner un coup d’accélérateur à la réforme de l’ONU.

    Aujourd’hui, plusieurs pays lusophones ont également pris la parole, comme Sao-Tomé-et-Principe, dont le Premier Ministre a demandé à la communauté internationale de poursuivre les efforts pour consolider le respect de l’état de droit en Guinée-Bissau. Ce pays a en effet toujours besoin du soutien de la communauté internationale pour se stabiliser, a reconnu M. Domingos Simoes Pereira qui a ensuite demandé la réactivation du groupe de contact international sur la Guinée-Bissau sous les auspices de l’ONU.

    La suite et la fin du débat général aura lieu demain, mardi 30 septembre, à partir de 9 heures.

    Suite du débat général

    M. GABRIEL ARCANJO FERREIRA DA COSTA, Premier Ministre de Sao Tomé-et-Principe, a estimé que le développement durable de l’Afrique devait se faire sur la base des piliers proposés par l’Union africaine et a appelé l’ONU à adapter son programme aux réalités spécifiques de l’Afrique et sans perdre de vue les avancées réalisées par certains pays pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Il a également jugé nécessaire d’accélérer le processus de réforme de l’ensemble du système de l’ONU afin de le rendre plus dynamique, représentatif, effectif et légitime, entre autres.

    M. da Costa s’est félicité de la résolution de la situation en Guinée-Bissau et a appelé l’ONU, l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) à poursuivre leurs efforts pour consolider le respect de l’état de droit dans ce pays. Il a également salué la signature récente de l’Accord de paix au Mozambique, pour ensuite appeler à la résolution des conflits en République centrafricaine, au Soudan du Sud et au Sahara occidental.

    Le Premier Ministre a aussi appelé la communauté internationale à coordonner son action dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, s’inquiétant notamment des activités de Boko Haram au Nigéria, ainsi que du « récent phénomène de l’État islamique ». Il a salué la conclusion d’un cessez-le-feu entre Israël et la Palestine ainsi qu’entre les parties au conflit en Syrie.

    M. da Costa a rappelé que son pays était situé dans le golfe de Guinée, une région, a-t-il souligné, fortement touchée par la piraterie, le terrorisme et le trafic de drogues. Le Gouvernement de Sao Tomé-et-Principe a donc pris plusieurs mesures pour combattre ces phénomènes, à commencer par l’élaboration d’un cadre législatif pour moderniser ses forces armées, ainsi que la mise en œuvre des recommandations du Sommet de Yaoundé. Il s’est félicité des progrès réalisés pour établir un centre de coordination interrégional. Le Premier Ministre a ensuite appelé les pays développés à assurer la continuité du mécanisme pour un développement propre, notamment à l’intention des pays les moins avancés, et à mobiliser la volonté politique nécessaire pour conclure, à Paris, en 2015, un accord juridiquement contraignant sur les changements climatiques.

    Après avoir appelé à la levée de l’embargo imposé à Cuba, M. da Costa a engagé la communauté internationale à identifier d’urgence les synergies nécessaires pour combattre l’épidémie d’Ebola. Sao Tomé-et-Principe a préparé un plan de prévoyance et mis en place des mesures préventives, notamment des restrictions sur l’accès à ses aéroports et ports ce qui, a averti le Premier Ministre, risque d’avoir un impact sur l’économie déjà fragile du pays.

    Le Premier Ministre a ensuite dit souhaiter que Taiwan puisse participer aux activités de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Il a par ailleurs annoncé la tenue, le 12 octobre dans son pays, des élections législatives, régionales et locales longtemps attendues, précisant que le processus électoral se déroule normalement et que son gouvernement était parvenu à résoudre les difficultés financières en découlant, grâce à l’appui de ses partenaires en développement.

    M. MANUEL DOMINGOS VICENTE, Vice-Président de l’Angola¸ a souligné l’importance du rôle des Nations Unies pour trouver des solutions face à la montée des crises internationales ainsi que l’intensification des conflits.

    L’Angola réitère l’importance pour les États Membres de faire des efforts pour que les Nations Unies soient une organisation forte et efficace, plus équilibrée, inclusive et crédible qui promeut la confiance entre les États et renforce les relations, l’amitié et la coopération internationale.

    Il a souligné le rôle de L’Organisation pour prévenir la résurgence des conflits armés et leurs conséquences négatives, en faveur du désarmement, lutter contre les trafics d’êtres humains et de drogues, le crime organisé, le terrorisme ou la piraterie. Le fondamentalisme religieux dans certains pays d’Afrique a pris de violentes proportions qui posent des menaces à la sécurité régionale, avec des conséquences graves à la paix, la stabilité et le développement. L’Angola estime que le dialogue et la négociation sont les meilleurs moyens de résolutions de conflit.

    L’Angola, qui a pris la présidence tournante de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs en janvier dernier, continue de promouvoir la résolution de conflits sur la continent africain en vue d’atteindre la stabilité, le développement économique et institutionnel, la sécurité interne et aux frontières, la bonne gouvernance et les droits de l’homme. L’Angola est engagé dans le processus de paix en République démocratique du Congo (RDC) et dans la région des Grands Lacs. L’épidémie d’Ebola constitue aussi un grand problème, a dit le Vice-Président.

    En outre, l’Angola réitère la nécessité de réforme et de revitalisation du système des Nations Unies, en particulier le Conseil de sécurité, qui devrait refléter le contexte international actuel et respecter la représentation géographie, par une augmentation du nombre des membres permanents, dont un siège devait revenir à l’Afrique.

    M. Vicente a aussi déclaré que le conflit israélo-palestinien et le manque de progrès dans la recherche d’une solution était à l’origine de l’instabilité au Moyen-Orient et de la résurgence du terrorisme dans la région. L’Angola fait appel à la volonté politique et à la flexibilité des parties et encourage le Secrétaire général et le Secrétaire d’État américain à poursuivre leurs efforts de médiation en vue de la création d’un État palestinien indépendant et souverain.

    Concernant l’impasse dans la question du Sahara occidental, l’Angola invite les parties à continuer leurs négociations sous les auspices des Nations Unies et de l’Union africaine en vue de trouver une solution en accord avec les principes de la résolution 1514 (XV) de décembre 1960.

    S’agissant des questions de développement, le Vice-Président a indiqué que l’Angola avait mis en œuvre son plan national de développement pour 2013-2017 qui a pour objectif d’accroître la fourniture de services sociaux aux populations, la diversification de l’économie et la stabilité macroéconomique qui sont à la base du processus d’un pays à revenu intermédiaire. Le Vice-Président a appelé à la fin de l’embargo frappant Cuba et a remercié les États qui ont apporté leur appui à la candidature de l’Angola à un siège de membre non permanent du Conseil de sécurité pour la période 2015-2016.

    M. BARNABAS SIBUSISO DLAMINI, Premier Ministre du Swaziland, a appelé l’ONU et ses partenaires à n’épargner aucun effort pour mettre un terme à l’épidémie d’Ebola et prévenir d’autres pertes en vies humaines. Il a souligné que la question des changements climatiques était une question essentielle pour les pays en développement du continent africain, notant que le phénomène avait un impact direct sur leur production alimentaire. Il s’est félicité du fait qu’alors que la communauté internationale procédait à la définition du programme de développement pour l’après-2015, elle n’avait pas perdu de vue l’échec collectif à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), notamment en ce qui concerne l’élimination de la pauvreté. Il a aussi insisté sur l’urgence, pour les partenaires en développement, d’honorer leur engagement en matière d’aide publique au développement (APD).

    M. Dlamini a expliqué que la sécurité alimentaire demeurait un défi critique pour le continent africain et a jugé nécessaire de poursuivre l’octroi de ressources financières, le transfert de technologies respectueuses de l’environnement et l’assistance technique à l’intention des pays en développement. Il a indiqué que le « Royaume d’Eswatini », continuait de consacrer une part importante de son budget à l’agriculture et qu’il était prévu de construire des barrages pour irriguer l’ensemble du Royaume. Les petits agriculteurs reçoivent une aide sous forme d’intrants, ce qui a contribué à augmenter la production alimentaire du Royaume.

    Le Premier Ministre a ensuite fait part de son appui à l’Agenda 2063 de l’Union africaine, ainsi qu’au renforcement du commerce intra-africain et à la création d’une zone continentale de libre-échange. Il a aussi dit souhaiter que l’accès aux marchés mondiaux se fasse dans des conditions qui profitent à tous. M. Dlamini a souligné la nécessité, dans le cadre du programme de développement pour l’après-2015, d’accorder une attention particulière à la situation des pays à revenu intermédiaire où, a-t-il précisé, vivent la majorité des pauvres du monde.

    M. DOMINGOS SIMÕES PEREIRA, Premier Ministre de Guinée-Bissau, a exprimé sa gratitude aux Nations Unies, ainsi qu’au Timor-Leste et à la sous-région à laquelle appartient son pays pour leur soutien dans le processus de consolidation de la paix de la Guinée-Bissau, mentionnant aussi l’aide apportée par tous les autres partenaires internationaux. La société bissau-guinéenne a un espoir renouvelé dans un nouveau cycle politique, a-t-il indiqué tout en rappelant que, dans la situation d’après-conflit, les institutions et les ressources financières restent fragiles. Il a lancé un appel à la communauté internationale pour qu’elle aide le pays à se stabiliser au cours de la période postélectorale, en soutenant les programmes adoptés par le Gouvernement.

    En ce qui concerne le programme d’urgence, il vise à assurer la sécurité alimentaire et la stabilité sociale, en soutenant la production alimentaire, l’accès à l’alimentation, à la santé, à l’éducation, à l’eau et à l’énergie. Le Premier Ministre a ensuite parlé d’un autre programme qui garantit la transparence et la reddition de comptes dans l’exploitation des ressources naturelles. Ce programme, a-t-il ajouté, vise en outre à mettre un terme aux pratiques nuisibles qui ont conduit au pillage des ressources des forêts et de la pêche au cours des deux dernières années.

    M. Peireira a ensuite parlé du programme de développement à moyen terme de son pays qui sera soumis à ses partenaires internationaux lors de la conférence de donateurs qui se tiendra plus tard cette année ou en 2015. Il s’est félicité de la confiance croissante dans le Gouvernement et de l’approbation de son programme par le Parlement. Il a insisté sur l’importance du soutien des partenaires internationaux et régionaux pour que ces efforts portent leurs fruits, en particulier pour le secteur de la défense et de la sécurité, ainsi que pour étendre la présence étatique sur tout le territoire. Il faut aussi, a-t-il ajouté, aider le pays dans sa lutte contre le trafic de drogue et la criminalité organisée.

    Le Premier Ministre a demandé la réactivation du Groupe de contact international pour la Guinée-Bissau sous les auspices des Nations Unies, afin de surveiller la situation nationale et de promouvoir la mobilisation de l’aide internationale. Il s’est prévalu d’efforts du consensus atteint sur les principales questions politiques, qui est ancré dans un protocole politique.

    Il a ensuite parlé de l’épidémie d’Ebola, en saluant les efforts déployés sur le plan international pour y faire face. Il a aussi appelé à réformer le Conseil de sécurité des Nations Unies, en prévoyant d’allouer au continent africain deux sièges permanents dotés du droit de veto et cinq sièges non permanents. Il a également plaidé en faveur du développement durable et de la lutte contre les changements climatiques. À cet égard, il a fait valoir que 12% de son territoire est constitué de zones protégées, un chiffre qui devrait être doublé d’ici à 2020.

    M. JOE Y. NATUMAN, Premier Ministre de Vanuatu, a salué le peuple des îles Fidji pour l’élection pacifique d’un nouveau gouvernement démocratique, ainsi que le Premier Ministre, pour avoir honoré sa promesse à la communauté internationale à ce sujet. Petit État insulaire en développement, Vanuatu est vulnérable aux chocs tant internes qu’externes, mais a réussi, depuis quelques dizaines d’années, une croissance économique graduelle, reflétée dans une amélioration du revenu par habitant, a déclaré M. Natuman. Il a souligné que son pays avait bénéficié d’une période de grâce de quatre ans pour lui permettre une « transition douce » de sortie de la catégorie de pays les moins avancés, prévue en décembre 2017.

    Il a précisé que son pays examinait actuellement les avantages qu’il serait susceptible de perdre, dans une perspective de négociation pour conserver certaines concessions jugées importantes, voire vitales, pour un développement économique durable. Dans ce cadre, il a mis l’accent sur la nécessité de se concentrer davantage sur les vulnérabilités de Vanuatu que sur une « transition douce ».

    S’agissant de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), le Premier Ministre de Vanuatu en a souligné la difficulté, en raison notamment de la dispersion géographique de la population sur 83 îles, et a invité les pays développés à honorer leurs engagements d’accroître l’aide publique au développement de 0,7% de leur PNB.

    M. Natuman a enfin réitéré le fait que les changements climatique étaient un défi mondial majeur pour tous. Il constitue une menace pour l’existence même des États du Pacifique, qui ne sauraient séparer la problématique du développement durable de celle des effets des changements climatiques.

    Par ailleurs, en sa qualité d’ancien combattant pour l’indépendance de Vanuatu, il a prié les Nations Unies de finaliser l’œuvre de décolonisation de son pays et a salué le fait qu’en 2012 la France ait exprimé sa disposition à dialoguer. Il a émis le vœu que cette ouverture permette aux peuples autochtones de se réapproprier l’exercice de leurs droits culturels et spirituels dans les deux îles d’Umaenupne (Mathew) et de Leka (Hunter), et de revitaliser les routes traditionnelles des ancêtres dans la province de Tafea.

    Il a également appuyé les conclusions et recommandations du rapport de la mission de l’ONU en Nouvelle-Calédonie en vue de l’application de l’Accord de décolonisation de Nouméa, et a sollicité l’appui de l’ONU au Front de libération nationale kanak socialiste (FLNKS) et au peuple Kanak.

    Mgr PIETRO PAROLIN, Secrétaire d’État du Saint-Siège, a rappelé les paroles du pape François dénonçant la mondialisation de l’indifférence politique, économique et sociale qui a fait qu’une grande partie de l’humanité ne bénéficie pas du progrès et est reléguée au statut de citoyen de seconde zone. Cette apathie est synonyme d’irresponsabilité. C’est le cas aujourd’hui quand cette « union des États » reste passive face à la souffrance des populations sans défense. Mgr Parolin a réitéré l’appel du pape qui a proposé à l’Assemblée générale d’approfondir sa compréhension de « ce moment complexe et difficile où nous vivons ».

    Avec la situation dramatique dans le nord de l’Iraq et en Syrie, il faut se rappeler que ces violences ne sont pas la volonté de Dieu et dévient la religion elle-même, a dit Mgr Parolin. Face aux défis de la sécurité et dans un monde de communication mondialisée, il a attiré l’attention de l’Assemblée générale sur deux points. Le premier est d’examiner les origines politiques et culturelles des défis contemporains en reconnaissant la nécessité de mettre en place des stratégies innovantes tenant compte des aspects culturels des crises. Le deuxième point est l’examen du droit international notamment sa mise en œuvre par des mécanismes des Nations Unies pour prévenir les guerres, arrêter les agresseurs, protéger les populations et aider les victimes.

    Le Secrétaire d’État s’est ensuite posé la question de la voie à suivre vers le renforcement du dialogue et de la compréhension entre les cultures. Ce chemin doit devenir un objectif de la communauté internationale et des gouvernements, si vraiment nous sommes engagés à établir la paix dans le monde. Dans le même temps, il a rappelé que ce n’est ni le rôle des organisations internationales ni celui des gouvernements d’inventer une culture. Les gouvernements ne sont pas les porte-parole des cultures et ils ne sont pas les premiers acteurs responsables du dialogue culturel et interreligieux. Les organisations internationales et les gouvernements ont le devoir de promouvoir et d’appuyer, de manière décisive et avec des moyens financiers, les initiatives et les mouvements qui favorisent le dialogue et la compréhension entre les cultures, les religions et les peuples.

    La situation actuelle requiert une compréhension incisive du droit international en donnant une attention particulière à la notion de « responsabilité de protéger ». En fait, une des caractéristiques des phénomènes terroristes est qu’ils ne tiennent pas compte de l’existence des États et de l’ordre international. Cette réalité nous demande une Organisation des Nations Unies renouvelée et active qui renforce et défend la paix. Mais contenir le terrorisme dépasse parfois ses capacités. Dans ce sens, nous sommes face à des comportements criminels qui n’avaient pas été prévus dans la Charte des Nations Unies. Aussi, faudra-t-il reconnaître que les normes en place pour la prévention de la guerre et d’intervention du Conseil de sécurité soient dans le cas d’une guerre provoquée par un acteur non étatique. Mgr Parolin a en outre déploré la persécution des chrétiens et des minorités religieuses en Iraq et en Syrie.

    Dans le cadre du programme de développement pour l’après-2015, le Secrétaire d’État du Saint-Siège a demandé à ce que les nouveaux objectifs de développement soient formulés avec générosité et courage, qu’ils aient un impact réel sur les causes structurelles de la pauvreté et de la faim, permettent d’aboutir à des réalisations substantielles dans la protection de l’environnement, contribuent à donner des emplois dignes et productifs à tous et offrent une protection appropriée aux familles.

    M. WALID AL-MOUALLEM, Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères et des expatriés de la République arabe syrienne, a rappelé que, depuis trois ans et demi, son pays ne cessait de lancer des avertissements pour éviter les « transformations importantes » qui ont eu lieu ces derniers mois. Il a estimé que ces évènements étaient bien plus dangereux que les crises politiques et économiques mondiales. « Nous avons dit que le terrorisme qui frappe la Syrie ne resterait pas à l’intérieur des frontières syriennes car le terrorisme ne connaît pas de frontières », a-t-il dit en qualifiant l’État islamique d’Iraq et du Levant d’« organisation terroriste la plus dangereuse du monde en termes de financement et de brutalité ».

    « N’est-ce pas le moment de la vérité et de reconnaître que l’État islamique d’Iraq et du Levant, le Front al-Nosra et les autres groupes affiliés à Al-Qaida ne vont pas se cantonner à l’intérieur des frontières de la Syrie et de l’Iraq, mais vont s’étendre partout où ils peuvent, en commençant par l’Europe et l’Amérique? » Le Vice-Premier Ministre a invité la communauté internationale à unir ses efforts pour faire front à ces organisations. « Ces organisations elles-mêmes ont rassemblé des extrémistes de partout dans le monde pour les entraîner et les armer, avant de les déployer dans leurs pays d’origine pour qu’ils disséminent leur idéologie et le terrorisme. »

    « Mieux vaut tard que jamais », a reconnu M. al-Mouallem, en évoquant la résolution adoptée par le Conseil de sécurité le 15 août dernier. Il a cependant regretté l’absence de détermination pour appliquer de texte. Il a dénoncé une politique de deux poids, deux mesures de la part du Gouvernement américain qui, selon lui, ne cherche qu’à promouvoir son propre agenda politique. On ne peut pas combattre le terrorisme si on n’applique pas les résolutions des Nations Unies, a-t-il averti, avant de plaider en faveur de l’assèchement des ressources du terrorisme. À cet égard, il a prévenu des risques qu’il y avait à se battre sur le plan militaire tout en continuant, pour certains États, à soutenir les groupes terroristes.

    « Mettons, ensemble, un terme à l’idéologie des terroristes et à ceux qui les exportent. Mettons, en même temps, la pression sur les pays qui se sont joints à la coalition menée par les États-Unis pour qu’ils cessent de soutenir les groupes terroristes armés ». Le Vice-Premier Ministre a expliqué que ce n’est que dans ces conditions que la lutte militaire contre le terrorisme serait efficace.

    Passant à la crise syrienne, il s’est dit convaincu que seule une solution syrienne, sur le territoire syrien, pouvait aboutir, regrettant l’échec de la deuxième Conférence de Genève, à cause du manque de crédibilité de l’opposition. Il a rappelé la tenue récente de l’élection présidentielle et appelé à respecter cette expression de la volonté du peuple syrien. La solution politique en Syrie doit être trouvée avec une opposition qui recherche la prospérité, la stabilité et la sécurité de la Syrie, a-t-il dit. « Une opposition qui ait des racines profondes en Syrie et non dans des hôtels et des capitales occidentales. »

    Le Vice-Premier Ministre a ensuite parlé de la situation humanitaire dans son pays en se plaignant des « sanctions inhumaines imposées par l’Union européenne et les États-Unis qui aggravent les conditions de vie des civils ». Concernant les Syriens qui ont trouvé refuge dans des camps de pays voisins, des camps qui s’apparentent selon lui à des camps d’entraînement militaire ou à des lieux de détention, il les a invités à revenir en Syrie. Il leur a garanti un retour en toute sécurité et des conditions de vie décentes.

    M. al-Moualem a ensuite rejeté les actions menées par Israël pour changer la nature, la géographie et la démographie du Golan syrien occupé. Il a aussi soutenu les droits inaliénables du peuple palestinien. Sur le plan du désarmement, il a rappelé que son pays avait adhéré à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques et rempli ses obligations à ce titre. Il s’est dit attaché à l’instauration d’une zone exempte d’armes de destruction massive au Moyen-Orient, ce qui exige, a-t-il expliqué, l’accession d’Israël à tous les traités qui interdisent ces armes.

    M. THONGLOUN SISOULITH, Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères de la République démocratique populaire lao, a affirmé que les pays les moins avancés rencontrent de nombreux défis pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), notamment des conflits armés, des troubles politiques, des pandémies, et la dégradation de l’environnement. Il a insisté sur la nécessité de créer un environnement sûr et favorable pour assurer le développement socioéconomique des pays.

    M. Sisoulith a ensuite indiqué que depuis la fin de la guerre, il y a 39 ans, son pays avait consacré tous ses efforts au développement, mettant notamment en œuvre sept plans socioéconomiques quinquennaux. Il a expliqué que l’examen à mi-parcours du septième de ces plans avait démontré que son pays avait réalisé des avancées remarquables en matière de croissance économique, de stabilité politique et de respect de l’ordre social, le plaçant sur la bonne voie pour se voir radier, d’ici à 2020, de la liste des pays les moins avancés.

    Il a reconnu que des défis persistaient toutefois, notamment en matière de réduction de la malnutrition infantile, d’égalité entre les sexes et de réduction de la mortalité maternelle et infantile. L’impact des engins non explosés déposés pendant la guerre représente aussi un fardeau de taille, lequel entrave le développement économique du pays ainsi que l’élimination de la pauvreté. Le Gouvernement lao compte ainsi parmi ceux qui ont initié la Convention d’Oslo sur les armes à sous-munitionset appelle à la pleine mise en œuvre de ce texte.

    Après s’être inquiété de l’impact des sanctions, sur Cuba notamment, le Vice-Premier Ministre a appelé l’ONU à se renforcer afin de pouvoir mieux s’acquitter de son mandat. Il a aussi parlé de la vision post-2015 de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) qui, a-t-il expliqué, vise à renforcer l’unité de cette communauté d’États. Il a appelé la communauté internationale à continuer d’appuyer la création de cette communauté, notamment lorsque la République démocratique populaire lao en assumera la présidence, en 2016.

    M. Sisoulith s’est par ailleurs dit préoccupé du fait qu’après 10 ans de mise en œuvre, nombre des objectifs du Programme d’action d’Almaty, destiné à répondre aux besoins des pays en développement sans littoral, n’aient toujours pas été réalisés. Il a souligné toute l’importance que revêt la tenue, en novembre, en Autriche, de la deuxième Conférence des pays en développement sans littoral et a appelé l’ensemble des parties prenantes, notamment les pays de transit et les partenaires en développement, à y participer de manière active.

    M. SHEIKH KHALID BEN AHMED BEN MOHAMMED AL KHALIFAH, Ministre des affaires étrangères du Bahreïn, a dit soutenir l’appel du Secrétaire général de l’ONU, lancé au Sommet sur le climat du 23 septembre dernier, afin qu’un accord global sur le climat soit trouvé au cours des prochaines vingtième et vingt-et-unième réunions des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP20 et COP21), respectivement à Lima, au Pérou et à Paris, en France.

    Il s’est ensuite félicité du fait que le Bahreïn soit classé parmi les « pays ayant un très fort indice de développement humain » dans le rapport sur le développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement (UNDP). Il a ajouté que sur initiative du Roi du Bahreïn, M. Hamad Ben Isa Al-Khalifah, un tribunal arabe sur les droits de l’homme verra bientôt le jour, avec l’approbation de la Ligue des États arabes. Le Ministre a en outre noté que grâce à des mesures prises au niveau national, le pays a pu réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) avant l’échéance de 2015.

    M. Mohammed Al Khalifah a par ailleurs relevé que le Moyen-Orient faisait face à de nombreux défis, parmi lesquels l’émergence des groupes terroristes qui persécutent des minorités ethniques et religieuses et déclarent la guerre à des États souverains, en violation, a-t-il expliqué, des doctrines propres à toutes les religions, y compris l’islam, qui prônent les valeurs telles que la tolérance, l’égalité et le respect de la diversité culturelle. « Ces groupes terroristes détruisent les valeurs de l’islam sous le fallacieux prétexte de l’islam auquel ils sont étrangers », a ajouté le Ministre. Il a déclaré que les groupes terroristes tels que Al Qaida, l’État islamique en Iraq et au Levant et le Hezbollah ainsi que leur affiliés recrutaient des combattants en Orient comme en Occident pour perpétrer leur actes horribles, avec comme objectif de saper la sécurité des États et de propager l’anarchie et renverser des régimes.

    Il a souhaité que la lutte contre le terrorisme se fasse de manière coordonnée au sein de la communauté internationale, et il a souligné que l’aviation de Bahreïn avait déjà effectué des frappes sur des positions de l’État islamique en Iraq et au Levant, en coordination avec les pays hôtes. Il a également suggéré que les imams soient mis à contribution pour combattre l’idéologie de ces groupes terroristes, et il a aussi plaidé afin que leurs sources de financement soient bloquées. Sur ce dernier point, le Ministre a annoncé que le Bahreïn organisait, en début du mois de novembre, une conférence internationale de haut niveau sur le financement du terrorisme, afin d’examiner, a-t-il affirmé, les voies et moyens de mettre un terme au financement du terrorisme.

    M. Mohammed Al-Khalifa a ensuite noté que l’un des problèmes du Moyen-Orient est la question de « l’expansionnisme et des tentatives d’ingérence dans les affaires internes des États, en violation du principe de souveraineté des États ». Il a ainsi expliqué que tous les pays de la région ont souffert de ce phénomène dont l’une des manifestations, a-t-il présenté, est l’utilisation de médias satellitaires et de médias sociaux, dans le but de changer les faits et créer l’instabilité dans la région. Il a ensuite abordé un certain nombre de sujets en rapport avec les pays arabes. Il a relevé que le Yémen vivait actuellement cette situation de déstabilisation causée par l’ingérence étrangère, et il a réaffirmé le soutien du Bahrein au Président Abd Rabo Mansour Hadi dans sa volonté de renforcer le consensus national inhérent au dialogue national.

    Il a ensuite dit sa satisfaction de voir que l’Iraq, en proie à l’insécurité, connaissait en ce moment des développements positifs avec la formation d’un gouvernement d’unité nationale. Il a également salué les avancées de la démocratie en Égypte, et, au sujet de la Syrie, il a déploré la crise humanitaire dans le pays. Il a par ailleurs souligné son vœu de voir le Sahara Occidental se doter d’un gouvernement propre, sous la souveraineté marocaine et en conformité avec la légitimité internationale, a-t-il déclaré.

    Le Ministre a aussi salué la mise en place d’un nouveau gouvernement en Libye, et il a dit son souhait de voir l’ordre constitutionnel être respecté. Sur la question du programme nucléaire iranien, il a souhaité que les négociations entre l’Iran et les gouvernements des E3+3 (Allemagne, France, Royaume-Uni, Chine, États-Unis, Fédération de Russie) permettent de préserver le Moyen-Orient de toute arme de destruction massive.

    Sur un tout autre sujet, il a déploré la mort de 2 000 « martyrs » dans la bande de Gaza, et il a plaidé pour une protection internationale des Palestiniens dont le territoire est occupé. Il a estimé qu’il était important d’établir un calendrier pour la fin de l’occupation israélienne afin que les Palestiniens puissent jouir d’un État indépendant installé sur les frontières qui étaient en vigueur le 4 juin 1967, et avec Jérusalem-Est comme capitale. Le Ministre a terminé son propos en condamnant l’occupation, par la République islamique d’Iran, de trois îles, la Grande Tunb, la petite Tunb et Abu Moussa, appartenant aux Émirats arabes unis.

    Mme AURALIE FRICK, Ministre des affaires étrangères du Liechtenstein, a dénoncé les violations massives des principes de la Charte des Nations Unies en Ukraine. En tant que petit pays niché au cœur de l’Europe et membre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), « nous espérons un consensus rapide sur les questions de sécurité en Europe », a souhaité la Ministre, pour qui les événements en Ukraine soulignaient la nécessité d’appliquer le droit international et si nécessaire devant un tribunal. « Nous avons l’opportunité historique de criminaliser les utilisations illégales de la force devant la Cour pénale internationale (CPI) à partir de 2017 », a-t-elle averti.

    Elle a ensuite souligné l’urgence d’un changement au Conseil de sécurité en matière de recours au veto surtout de la part des membres permanents pour prévenir et mettre fin aux crimes atroces. En ce qui concerne les droits de l’homme, elle a énuméré les cas de violations dans différents secteurs comme Internet, les discriminations fondées sur le genre, la nationalité, la religion, et le statut social. L’Assemblée générale doit être unie face aux persécutions des défenseurs des droits de l’homme. Elle a également regretté les violations des principes de l’utilisation proportionnée du recours à la force et la distinction entre les civils et les combattants. Mme Frick s’est félicitée de la création par le Liechtenstein du réseau des ministres qui défend le travail de la Cour pénale internationale composée aujourd’hui de 26 membres.

    Pour ce qui est du programme de développement pour l’après-2015, elle a annoncé trois domaines qui méritent une attention particulière notamment la mise en place d’institutions responsables, l’accès à la justice; et la lutte contre la corruption, l’autonomisation des femmes, et la création d’un système qui mesure les progrès dans la mise en œuvre du programme à l’exemple du Forum politique de haut niveau.

    M. ERLAN ABDYLDAYEV, Ministre des affaires étrangères du Kirghizistan, a indiqué que les prochaines élections parlementaires et présidentielle, qui devaient se dérouler en 2015 et en 2017, seront un pas important pour le renforcement de la démocratie au Kirghizistan. Il a aussi annoncé la candidature de son pays au Conseil des droits de l’homme pour la période 2016-2018.

    Le Ministre a ensuite indiqué que la situation en Afghanistan représentait un grave défi pour la région d’Asie centrale, notamment à cause des problèmes de terrorisme, d’extrémisme et de trafic de drogues qui en émanent. Il a appelé la communauté internationale à jouer un rôle plus proactif pour renforcer les capacités des agences locales de répression et promouvoir la coopération régionale. Le Kirghizistan accorde par ailleurs beaucoup d’attention au Processus d’Istanbul et espère que la formation d’un nouveau gouvernement afghan permettra de stabiliser le pays.

    M. Abdyldayev a aussi souligné que les questions frontalières non résolues représentaient une autre source d’instabilité pour la région. Il a appelé les pays de la région à signer des accords bilatéraux de renforcement de la confiance concernant le tracé des frontières.

    Poursuivant son intervention, le Ministre a voulu que le programme de développement pour l’après-2015 accorde une attention notable aux pays ayant des besoins particuliers en matière de développement. Il a expliqué que plus de 70% du territoire du Kirghizistan est montagneux et qu’un tiers de sa surface se trouvait de surcroît à 400 mètres au-dessus du niveau de la mer, aggravant l’isolement et l’inaccessibilité du pays, ainsi que la sévérité des conditions géoclimatiques et le coût élevé de la vie. L’absence d’un littoral limite le développement économique du pays, de même que son éloignement des principaux réseaux de transport et le coût élevé des transports. Il a appelé à la création d’un fonds international de développement à l’intention des pays en développement sans littoral dans le but d’appuyer leurs économies.

    M. Abdyldayev a également dit l’urgence d’adopter un instrument juridiquement contraignant pour lutter contre les changements climatiques. Il a notamment averti que d’ici à 2025, le Kirghizistan pourrait avoir perdu 40% de ses glaciers, ce qui réduirait d’un tiers ses sources en eau potable. Il a souligné que les ressources en eau sont un élément clef pour la prospérité et a avancé que le « développement hydroélectrique » est essentiel pour le développement durable. Cela, a-t-il affirmé, est en accord avec l’initiative de la Décennie « Énergie durable pour tous », qui couvre la période 2014-2024. Le Ministre a aussi voulu que la question de l’énergie abordable figure au sein du programme de développement pour l’après-2015.

    Poursuivant, le Ministre a indiqué que la situation des résidus d’uranium en Kirghizistan pose un grave problème transfrontalier en Asie centrale. Il a expliqué que la plupart de ces résidus se trouvent dans des zones à haute densité de population et se sont gravement détériorés au cours de la dernière décennie. Ces résidus sont vulnérables au risque de glissement de terrain et d’inondation, et se trouvent de surcroî1it dans une zone à forte activité sismique, a-t-il ajouté. Il a appelé la communauté internationale à aider son gouvernement à trouver une solution pour assurer la gestion des déchets radioactifs et toxiques et réhabiliter les sols contaminés.

    M. BENJAMIN NETANYAHU, Premier Ministre et Ministre des affaires publiques et de la diaspora d’Israël, a déploré les « mensonges exprimés à partir de cette tribune » contre son pays et contre les « braves soldats » qui le défendent. « Partout où nous regardons, l’islam militant avance », a-t-il prévenu, en précisant qu’« il ne s’agit pas de militants, il ne s’agit pas d’islam, mais d’islam militant » dont les premières victimes sont souvent des musulmans. Il a aussi remarqué qu’aucun groupe ethnique n’était à l’abri de cet islam militant. Il a comparé ce phénomène à un cancer, qui commence lentement mais se répand ensuite partout.

    Notant que, la semaine dernière, beaucoup avaient salué le Président américain Barack Obama pour son action contre l’État islamique d’Iraq et du Levant, le Premier Ministre israélien a aussi fait remarquer que ces mêmes pays s’étaient opposés à l’action d’Israël face au Hamas. « Ils ne comprennent pas que l’État islamique d’Iraq et du Levantet le Hamas sont les branches d’un même arbre empoisonné. » « Le Hamas a pour objectif immédiat de détruire Israël, mais il veut aussi un califat », a expliqué M. Netanyahu. C’est pour cela, a-t-il argué, que les dirigeants du Hamas avaient condamné les États-Unis lorsqu’ils avaient tué Osama ben Laden, car celui-ci était considéré comme un combattant saint. Les accusant d’adopter une « idéologie fanatique », il a noté que ces personnes veulent créer des enclaves où ne règne aucune liberté, où les femmes sont traitées comme du bétail et où les chrétiens sont décimés.

    M. Netanyahu a fait le parallèle entre ce phénomène et l’idéologie fanatique des Nazis. Si cette idée paraissait folle, car elle croyait à une race supérieure, il a rappelé que certains croient aujourd’hui en une religion supérieure. Auront-ils les moyens de réaliser ces ambitions? Répondant à cette question, il a estimé que cela devait être considéré comme une possibilité en Iran car ce pays, depuis 30 ans, tente d’exporter sa révolution au monde entier et se prépare à un gouvernement islamique du monde.

    Il a jugé « ridicule » les « larmes de crocodile » du Président iranien à cette même tribune lorsqu’il a parlé de « la mondialisation du terrorisme ». Il lui a conseillé de demander plutôt aux gardes révolutionnaires iraniens de mettre fin à leur terreur, alléguant qu’ils avaient commis des attaques dans les cinq continents depuis 2011. « Dire que l’Iran ne pratique pas le terrorisme, c’est comme dire que Derek Jeter ne joue pas pour les Yankees », a-t-il dit, en faisant référence à la star du baseball américain.

    Le Premier Ministre israélien a demandé à la communauté internationale de ne pas se leurrer avec les élections en Iran et « l’offensive de charme » menée par ce pays. Il a prêté à l’Iran des intentions qui n’auraient comme but que de lever les sanctions et d’éliminer les obstacles à la voie vers la bombe nucléaire. « L’Iran, le régime le plus dangereux au monde dans la région la plus dangereuse du monde, va produire l’arme nucléaire », a-t-il affirmé.

    Après avoir rappelé que tout le monde s’inquiétait, l’an dernier, de l’utilisation des armes chimiques en Syrie, il a invité à imaginer combien cela serait plus dangereux si l’Iran possédait l’arme nucléaire. « Une fois que l’Iran produira la bombe atomique, a-t-il averti, tout ce charme va disparaître et on verra alors le vrai visage des imans ». Il a dès lors exigé le démantèlement complet des capacités nucléaires de l’Iran. Pour résumer, M. Netanyahu a expliqué que vaincre seulement l’État islamique en Iraq et au Levant sans arrêter la course de l’Iran à l’arme nucléaire reviendrait à gagner une bataille mais pas la guerre.

    « La lutte contre l’islamisme militant est difficile », a poursuivi le Premier Ministre, en appelant chacun à rejoindre sa lutte contre le Hamas. Il a indiqué que le Hamas avait tiré des milliers de roquettes sur son pays, dont beaucoup fabriquées par l’Iran. « Que feriez-vous si cela se passait chez vous? Vous ne laisseriez pas des terroristes tirer contre vos peuples », a-t-il imaginé. Il a dénoncé « une guerre de propagande » dans laquelle le Hamas a utilisé les civils comme des boucliers humains, et fait de ses écoles, ses mosquées et ses hôpitaux des réserves de missiles. Il a expliqué que les soldats israéliens avaient opéré des « tirs chirurgicaux » contre ces réserves, qui avaient malheureusement causé des pertes civiles « que nous regrettons profondément ». Le Hamas a placé ses batteries de missiles dans les zones résidentielles et a demandé aux citoyens d’ignorer les avertissements d’Israël qui leur disait de partir, a-t-il aussi expliqué.

    Pour illustrer ses propos, M. Netanyahu a brandi une photo agrandie, œuvre d’une équipe de télévision de France 24, qui montre « deux lanceurs de roquettes du Hamas utilisées pour nous attaquer et trois enfants qui jouent juste à côté ». Il s’agit là d’un crime de guerre, « commis par vos partenaires du Hamas dans le Gouvernement d’unité nationale », a-t-il lancé à l’adresse du Président Obama. Il a souligné qu’Israël protégeait ses enfants en les envoyant dans des bunkers, tandis que le Hamas utilisait les siens pour lancer des missiles.

    Le Premier Ministre a ensuite fustigé le Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui, a-t-il estimé, « a trahi sa mission de protection des innocents ». Israël est condamné alors que le Hamas, qui visait les civils, a carte blanche, a-t-il regretté. Il a estimé que le Conseil des droits de l’homme envoyait ainsi le message qu’on peut utiliser les civils comme boucliers humains. « Le Conseil des droits de l’homme est devenu un conseil de terrorisme », a-t-il lancé, prévenant que cela aurait des répercussions. Il a aussi souligné que, dans un monde où règne la terreur, comme au Nigéria, en Syrie ou en Iraq, près de la moitié des résolutions du Conseil des droits de l’homme se concentre sur un seul pays, Israël, qui est pourtant, a-t-il assuré, « le seul pays où règne la démocratie au Moyen-Orient, où les femmes, les gays et les minorités vivent dans une société vraiment libre ».

    « Le Conseil des droits de l’homme est une absurdité », a-t-il ajouté, estimant que ce traitement partial n’était que l’une des « manifestations du retour d’une des conceptions les plus anciennes dans le monde ». Il a noté en effet les revendications de certains manifestants qui voulaient gazer Israël, ainsi que la comparaison d’Israël aux nazis. « Cette maladie a un nom: l’antisémitisme, qui est en train de se répandre même dans les milieux polis », en a-t-il dit. Il s’est révolté qu’on accuse les juifs de génocide, avant d’affirmer, haut et fort, que le peuple juif avait le pouvoir de se défendre.

    Enfin, le Premier Ministre israélien a demandé de saisir l’occasion historique qui se présente pour créer un partenariat avec le monde arabe en vue de faire front face aux menaces d’un Iran nucléaire et de l’islamisme militant. Ce partenariat peut aussi faciliter la paix entre Israël et la Palestine, a-t-il ajouté. Il a appelé à se tourner vers le Caire, Aman, Abu Dhabi et Ryad, c’est-à-dire vers ces pays qui peuvent nous fournir un appui militaire et politique. Je suis prêt à faire un compromis, a-t-il dit, en reconnaissant qu’il fallait une paix véritable, avec des accords de sécurité durable, forts et solides sur le terrain. Les retraits d’Israël du Liban et de Gaza ont créé deux enclaves islamistes à nos frontières, a-t-il fait remarquer en mettant en garde contre l’islamisme militant qui est en train de remplir le vide.

    M. GUNNAR BRAGI SVEINSSON, Ministre des affaires étrangères et du commerce extérieur de l’Islande, a déclaré que le soixante-dixième anniversaire de la création des Nations Unies, s’il était un motif de réjouissance, ne pouvait pas conduire la communauté internationale « à se reposer sur ses lauriers ». En témoignent au besoin, a-t-il dit, les agissements du groupe terroriste de l’État islamique en Iraq et au Levant, les souffrances endurées par les Syriens, que ce soit à l’intérieur des frontières de leur pays, ou dans les pays voisins où ils sont réfugiés, ou encore l’occupation étrangère de l’État de Palestine.

    La violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriales de l’Ukraine est un autre exemple de manquement aux principes de la Charte des Nations Unies, du droit international et de nombreux traités, a poursuivi M. Sveinsson. Le comportement d’un membre permanent du Conseil de sécurité, a-t-il dénoncé, remet en cause sa crédibilité même, alors qu’il s’avère déjà incapable de défendre les populations civiles assujetties à l’occupation étrangère ou de prévenir l’emploi d’armes chimiques. Aussi cet organe, auquel incombe le maintien de la paix et de la sécurité internationales, doit davantage s’orienter vers la recherche de solutions aux situations de crise et s’impliquer plus activement.

    Évoquant ensuite le programme de développement pour l’après-2015, le Ministre a demandé que soient formulés des objectifs relatifs à la sécurité alimentaire et à la protection des océans, et qui tiennent compte de la nécessité d’optimiser les capacités des pêcheries, tout en se gardant de tomber dans la surpêche. Le programme doit également, pour M. Sveinsson, faire une priorité de la lutte contre la désertification, la détérioration des terres et la sècheresse, accélérées par les changements climatiques.

    Dans le domaine énergétique, il faut s’efforcer de hâter le développement des sources durables, a-t-il ajouté. À cet effet, l’Islande fait partie d’un groupe de pays, l’Alliance géothermique mondiale, qui œuvre, avec le concours de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables, à intensifier la production géothermique.

    Par ailleurs, le Ministre a dit que son pays était engagé, aux côtés d’autres pays nordiques, dans la promotion des droits des femmes et de l’égalité entre les sexes, qui doivent figurer pleinement dans le programme de développement. De ce point de vue, la pleine mise en œuvre des engagements pris, il y a 20 ans, dans la Déclaration et le Programme d’action de Beijing doit être assurée par l’ensemble des États Membres, a ajouté le chef de la diplomatie islandaise en conclusion.

    M. PHANDU T.C. SKELEMANI, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Botswana, a constaté que la communauté internationale avait rencontré de nombreux défis pour réaliser l’intégralité des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Il a expliqué que les avancées réalisées par son pays en la matière l’avaient été en dépit de ressources et de capacités limitées. Le Ministre a ensuite appelé l’Assemblée générale à engager les partenaires à n’épargner aucun effort pour aider les pays de l’Afrique de l’Ouest à faire face au fléau qu’est l’épidémie d’Ebola.

    M. Skelemani a poursuivi son intervention en se félicitant de l’esprit de consultation et de l’engagement de la communauté internationale à définir des objectifs de développement durable « ambitieux, inclusifs, quantifiables et durables ». Il a indiqué que son pays subissait de plein fouet les effets des changements climatiques, à commencer par des températures extrêmes, la dégradation des sols et des sécheresses persistantes.

    Il a voulu que cette question bénéficie de la plus haute attention lors des délibérations sur le programme de développement pour l’après-2015, de même que la situation des pays à revenu intermédiaire et des pays en développement sans littoral. Le Ministre a aussi voulu que l’examen décennal du Programme d’action d’Almaty, qui doit se tenir à Vienne au mois de novembre, accorde une attention spéciale à la situation des pays dont la population d’éléphants est en hausse. Cette situation, a-t-il expliqué, provoque des « conflits sérieux » entre humains et animaux et dégrade de surcroit l’environnement sur lequel les éléphants dépendent pour leur propre survie. Il a précisé que le Botswana compte la plus importante population d’éléphants au monde.

    Le Ministre du Botswana s’est ensuite inquiété de la situation entre Israël et la Palestine, ainsi qu’en Syrie, au Soudan du Sud et en République centrafricaine, sans oublier le « siège » que subit l’Iraq de la part de groupes terroristes. Il a dénoncé l’incapacité des États Membres à honorer leur responsabilité de protéger les populations, avertissant qu’ils sont en train de « consentir, par inadvertance, à l’annihilation des générations à venir ». M. Skelemani a fait savoir que le Botswana et les Pays-Bas avaient coprésidé, au mois de juin, la quatrième réunion du Réseau mondial des points focaux pour la responsabilité de protéger.

    M. Skelemani a aussi dit être gravement préoccupé par les tentatives de certains membres permanents du Conseil de sécurité de saboter les efforts déployés pour trouver des solutions durables aux situations de conflit, pointant notamment du doigt l’échec de cet organe à adopter une résolution qui aurait référé la situation en Syrie à la Cour pénale internationale. Il a salué la proposition de la France qui vise à limiter l’utilisation du droit de véto dans les situations d’atrocités de masse.

    M. U WUNNA MAUNG LWIN, Ministre des affaires étrangères du Myanmar, a dit que les États Membres étaient réunis alors que le monde faisait face à de nombreux défis et menaces sécuritaires qui devaient être résolus collectivement et rapidement. La planète subit aussi le réchauffement climatique, le danger du terrorisme et l’épidémie du virus Ebola. Les tensions et la défiance entre les grandes puissances montent et nous rappellent la rivalité de la guerre froide. Les changements climatiques appellent des actions urgentes, a-t-il ajouté, mettant l’accent sur la nécessité d’atteindre un engagement mondial sur la protection du climat et la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et un accord universel sur le climat à Paris en 2015.

    S’agissant du programme de développement pour l’après-2015, il faut intensifier les efforts pour mettre le monde sur la voie du développement durable dans ses dimensions environnementales, sociales et économiques. L’élimination de l’extrême pauvreté doit rester au cœur du programme. Dans ce processus, il convient non seulement de travailler ensemble mais aussi de trouver les moyens de mise en œuvre, y compris la mobilisation des ressources financières et des technologies.

    Concernant le processus de réforme au niveau national, M. Lwin a indiqué que le Myanmar avançait sur la voie de la transformation démocratique depuis trois ans, avec trois vagues de réformes politiques et économiques. La première vague fut le changement de régime militaire vers un système démocratique et multipartite dans lequel toutes les forces politiques travaillent ensemble pour dépasser les différences à travers le dialogue. La deuxième vague de réformes concernait les réformes des secteurs privé, économique et administratif.

    La troisième vague de réformes a été lancée avec pour objectif de jeter les bases d’un nouvel État démocratique. L’un des chantiers en cours est la réforme constitutionnelle. Après avoir recueilli les suggestions et les recommandations du public et des partis politiques, le comité de mise en œuvre de la réforme constitutionnelle a été créé afin de mener la réforme sur la base des recommandations reçues.

    Le renforcement de la réconciliation nationale est une partie intégrale du développement national. « Nous travaillons avec tous les groupes ethniques et armés, de bonne foi, pour parvenir à un cessez-le-feu national », a-t-il dit, notant qu’un accord a déjà été obtenu auprès de 14 groupes sur 16.

    En outre, Myanmar s’est engagé dans la lutte contre les trafics d’êtres humains, la violence fondée sur le genre et la protection des enfants. Le Ministère de l’intérieur met actuellement en œuvre le deuxième plan quinquennal de lutte contre les trafics d’êtres humains qui s’étale de 2012 à 2016.

    Myanmar déploie enfin des efforts pour réduire la violence à laquelle se livrent deux communautés dans l’État de Rakhine. L’histoire, la diversité et la complexité de cette question doivent être examinées avant toute conclusion hâtive. La situation ne devrait pas être étudiée de façon superficielle. La communauté internationale devrait apporter sa contribution de manière pragmatique et objective pour trouver une solution durable. Un plan d’action est en cours de finalisation et sera bientôt lancé. Au plan du développement, Myanmar a transmis, au Secrétaire général de l’ONU, sa demande d’être retiré de la liste des pays les moins avancés, a fait savoir le Ministre.

    M. ALBERT F. DEL ROSARIO, Secrétaire d’État aux affaires étrangères des Philippines, a expliqué que le Président Benigno S. Aquino III avait proposé un contrat social au peuple philippin qui place l’individu au cœur de son approche, à l’instar de celle adoptée pour la définition des objectifs de développement durable pour l’après-2015. Pour ce qui est des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), les Philippines ont enregistré des progrès considérables dans les domaines de l’éradication de la pauvreté, de la réduction de la mortalité infantile, de la lutte contre le paludisme et la tuberculose, de l’accès à l’eau potable ainsi que de la parité entre les sexes.

    Le pays connaît toutefois encore des défis à relever dans d’autres secteurs, ce qu’il a imputé en partie aux conséquences des catastrophes naturelles qui l’ont frappé au cours de la dernière décennie comme le typhon Haiyan. Reconnaissant de l’aide internationale apportée au peuple philippin suite à ce typhon, le Secrétaire d’État a émis l’espoir de voir les leçons tirées de cette expérience mises à profit lors de la troisième Conférence mondiale sur la réduction des risques liés aux catastrophes naturelles qui doit avoir lieu à Sendai, au Japon, ainsi qu’au Sommet international humanitaire qui va se dérouler à Istanbul, en Turquie. En vue de faire un état des lieux sérieux, son gouvernement a pris conscience de la nécessité d’améliorer la collecte de données pour pouvoir faire une analyse éclairée de la situation et faciliter la prise de décisions.

    À l’instar de la mobilisation de la communauté internationale suite au typhon Haiyan, le Secrétaire d’État l’a invitée à faire de même face à l’épidémie d’Ebola qui sévit en Afrique et à l’émergence de l’État islamique en Iraq et au Levant. Le Secrétaire d’État a également abordé la question du processus de paix dans le sud des Philippines, et notamment l’impact positif de l’Accord global sur le Bangsamoro. Il a saisi cette occasion pour remercier les Nations Unies et la communauté internationale pour le rôle positif qu’ils ont joué tout au long de ce processus.

    Toutefois, alors que la situation au plan national se stabilise, de nouvelles menaces planent sur les territoires maritimes de la région, a-t-il regretté, expliquant que son gouvernement avait opté pour une approche basée sur l’état de droit pour régler ses différends maritimes, et en particulier sur la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982. Cependant, l’État partie concerné par ce différend a refusé cette approche et a poursuivi ses activités unilatérales expansionnistes en mer de Chine, ce qui menace la paix et la stabilité de la région.

    Cette année, ce même État a imposé un moratoire unilatéral sur les activités de pêche dans certaines parties de la mer de Chine qui empiètent sur les droits de souveraineté légitimes des Philippines et d’autres États côtiers sur leurs zones économiques exclusives, a encore dénoncé le Secrétaire d’État. À cet égard, les Philippines soutiennent la proposition du Secrétaire général qui a demandé à tous les États parties concernés de définir clairement la limite de leurs zones maritimes respectives en vue de pouvoir y apporter plus de certitude. Le Gouvernement philippin reste convaincu que la Convention est un mécanisme viable pour résoudre ce différend, notamment par l’arbitrage.

    Lors du quarante-septième Sommet de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), les Philippines ont proposé un plan pour une triple action en vue de réduire les tensions. Ce plan comprend des propositions immédiates, à moyen et long termes, pour répondre aux activités « provocantes et déstabilisantes » en mer de Chine et y trouver une solution durable, a encore expliqué le Secrétaire d’État.

    M. DJIBRIL YIPÈNÈ BASSOLÉ, Ministre d’État et Ministre des affaires étrangères et de la coopération régionale du Burkina Faso, a assuré que son pays, malgré les conditions géoclimatiques défavorables et un contexte économique international difficile, s’était engagé sur les chantiers du développement. La réduction du niveau de la pauvreté, l’autonomisation des femmes et le plein emploi pour les jeunes font partie des grands objectifs des plans et programmes stratégiques qui ont été élaborés et exécutés.

    Ces efforts ont permis au Burkina Faso d’enregistrer pendant plusieurs années consécutives, un taux moyen de croissance annuelle de l’ordre de 5% et de réaliser des investissements conséquents dans de nombreux domaines, notamment la santé, l’éducation, l’agriculture, l’hydraulique, les infrastructures routières et énergétiques. Soulignant le lien direct entre paix et développement, le Ministre a expliqué que le Président Blaise Compaoré et son gouvernement continuaient d’œuvrer à l’enracinement d’une culture de tolérance et de coexistence pacifique, en faisant du dialogue et de la concertation les ressorts essentiels de la cohésion sociale, du renforcement de la dynamique démocratique et du respect des libertés individuelles et collectives.

    Le Ministre s’est félicité des avancées significatives enregistrées au cours des derniers mois en matière de restauration de la paix et de la démocratie, sous l’égide de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), notamment en Guinée Bissau et au Mali. Pour la poursuite du processus de paix au Mali, le Burkina Faso appuie l’Algérie pour les efforts qu’elle déploie dans la recherche d’une solution durable de paix, conformément à l’Accord préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013.

    Abordant la question des conflits armés qui se complexifient et se radicalisent dans la sous-région du Sahel, en raison de l’émergence de l’extrémisme violent et du terrorisme étroitement associé à l’économie criminelle caractérisée par le trafic d’armes, de stupéfiants et d’humains, le Ministre a lancé un appel à la responsabilité commune pour leur éradication. À ce titre, il a cité l’éradication des causes profondes, les mesures préventives, la mise en place de mécanismes de réaction rapide et la coopération internationale en matière d’échange d’information.

    S’agissant de la République centrafricaine, le Burkina Faso se félicite de la tenue du Forum de Brazzaville qui s’est conclu par un Accord de cessation des hostilités. Il soutient le Gouvernement de transition et se félicite de la mise en place effective de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). Le Ministre a souligné l’impérieuse nécessité de restaurer et de maintenir un environnement de paix et de stabilité en Afrique de l’Ouest, faute de quoi les efforts de développement et d’intégration resteront vains. Comme par le passé, le Burkina Faso continuera à participer à l’action collective de maintien de la paix, notamment au Darfour, au Mali, en Guinée Bissau, en République démocratique du Congo (RDC) et en Haïti.

    En matière de résolution de conflits, il prône le dialogue et la concertation. En tant que membre du Groupe des amis de la médiation, il encourage les actions menées sous le leadership de la Finlande et de la Turquie. L’instauration de la paix et de sécurité internationales resteront un vain mot, tant que la question du désarmement ne sera pas résolue, a averti le Ministre. De plus, pour asseoir durablement la paix, la sécurité et la liberté, il est nécessaire de créer les conditions d’un développement équitable et durable pour tous. C’est pourquoi le Burkina Faso reste attaché à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et plaide pour qu’une attention particulière soit accordée à des secteurs vitaux comme l’agriculture, les énergies renouvelables, l’industrialisation et les infrastructures dans le processus d’élaboration des objectifs de développement durable.

    M. HOR NAMHONG, Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères et de la coopération du Cambodge, a dit que dans l’optique de participer au processus de paix au Moyen-Orient et en Afrique, le Cambodge était impliqué dans les opérations de maintien de la paix, comme en témoigne les quelque 2 000 soldats de la paix que le pays avait eu à fournir aux Missions onusiennes au Liban, au Mali et au Soudan du Sud. Il a promis qu’en novembre prochain, le Cambodge allait fournir un autre contingent de 216 Casques bleus en République centrafricaine, dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

    Il a également émis le vœu que la communauté internationale accordera l’importance requise à la gestion de l’épidémie à virus Ebola qui sévit en ce moment en Afrique de l’Ouest. En ce qui concerne le conflit israélo-palestinien, il a noté que malgré le fragile cessez-le-feu en vigueur, la situation demeure préoccupante, et il a appelé les parties à reprendre les pourparlers de paix afin d’aboutir à la solution politique viable de l’existence de deux États vivant en paix l’un à côté de l’autre.

    Le Vice-Premier Ministre a ensuite indiqué que les pays en développement, dépendant davantage de l’agriculture, étaient les plus affectés par les conséquences des changements climatiques. Citant des phénomènes climatiques telles que les typhons, les tempêtes, les inondations et la sécheresse, il a rappelé que l’année 2013 avait par exemple été marquée par des pluies de mousson qui ont créé des inondations au Cambodge, faisant 168 morts et affectant 1,8 million de personnes, tout en conduisant à des pertes économiques estimées à 1 milliard de dollars.

    Il a ajouté que depuis le début de cette année, 12 des 25 provinces du Cambodge ont été affectées par des inondations qui ont fait 45 morts et affecté près de 100 000 familles. Dans ce contexte, il a plaidé afin que la communauté internationale adopte des mesures pour lutter contre les changements climatiques, en se basant, a-t-il précisé, sur le principe onusien de la « responsabilité commune mais différentiée ». Il a également émis le vœu de voir la vingt-et-unième Conférence des États parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21), de décembre 2015 à Paris, donner lieu à l’adoption d’un accord qui serait juridiquement contraignant à tous.

    Sur le plan national, M. Namhong a souligné que le Cambodge avait adopté son « Plan national stratégique pour un développement vert pour la période 2013-2030 », afin de promouvoir le développement économique et social du pays de manière durable. Il a ensuite affirmé que l’Asie du Sud-Est qui est très vulnérable aux conséquences des changements climatiques a établi l’initiative de l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est (ANASE) contre les changements climatiques en 2009, afin de renforcer les capacités d’adaptation et d’atténuation de la région face aux changements climatiques.

    Au sujet des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), il a relevé que de nombreux pays en développement n’avaient pas pu réaliser les huit objectifs préétablis du fait du manque de fonds, d’un manque de volonté et parfois aussi à cause de l’insécurité alimentaire. Il a annoncé que le Cambodge allait réaliser certains des huit OMD d’ici à la date butoir de fin 2015, et il s’est félicité du fait que le pays avait reçu un prix des Nations Unies pour avoir réduit la faim dans le pays, en droite ligne de l’OMD numéro 1.

    Le Vice-Premier Ministre a par ailleurs souhaité que le prochain programme de développement pour l’après-2015 s’inspire de l’esprit de la Déclaration du Millénaire et des meilleurs résultats engrangés par les OMD. Il a aussi suggéré que ce nouveau programme soit centré sur des thèmes majeurs tels que la pauvreté, la faim, l’eau, les sanitaires, l’éducation et la santé.

    Il a ainsi souhaité que l’Assemblée générale ait plus de pouvoir afin qu’elle puisse jouer un rôle de chef de file pour le renforcement du système des Nations Unies. Il a espéré que le Conseil de sécurité soit plus représentatif des réalités du monde actuel, ajoutant qu’une représentativité plus équitable au sein des différents organes onusiens devrait refléter le besoin de gérer les défis mondiaux auxquels l’Organisation fait face.

    M. MURRAY MCCULLY, Ministre des affaires étrangères de la Nouvelle-Zélande, a mis l’accent sur l’importance de la promotion des énergies renouvelables pour les petits États insulaires en développement et notamment les îles du Pacifique en rappelant que les nations du Pacifique consacraient 10% de leur PIB et 30% de leurs factures d’importations aux dépenses d’importations d’essence pour produire de l’électricité.

    Il a dit que des progrès significatifs avaient été réalisés depuis le Sommet du Pacifique sur les énergies renouvelables organisé à Auckland, en Nouvelle-Zélande, en mars 2013 en partenariat avec l’Union européenne. Il a indiqué que cet événement a permis de récolter 635 millions de dollars aux fins du financement de 50 projets de promotion des énergies renouvelables. Illustrant son propos, il a indiqué que les îles Tokelau étaient passées de 100% de dépendance au pétrole à 93% de dépendance aux énergies renouvelables. Il a cité aussi l’ouverture d’un réseau de production de 2,2 mégawatt d’électricité d’origine solaire à Samoa, de 1,2 mégawatt à Tonga et de 1 mégawatt à Rarotonga. Il a précisé que 100% des îles extérieures de Tonga et la presque totalité des îles Cook seraient reliées à 100% d’électricité d’origine renouvelable.

    Par ailleurs, le Ministre des affaires étrangères néo-zélandais a mis l’accent sur la durabilité de la pêche, en notant que sur les 3,3 milliards de dollars de thon pêchés dans le Pacifique en 2013, seulement 460 millions de dollars étaient parvenus aux États du Pacifique. Pour faire face à cette situation, la Nouvelle-Zélande compte investir 70 millions de dollars dans les cinq prochaines années en vue d’améliorer la surveillance et la gestion des pêches. Il a dit la nécessité pour les États insulaires en développement des différentes régions de partager leurs expériences en matière de gestion des pêches.

    M. McCully s’est aussi félicité du retour sain et sauf des Casques bleus fidjiens qui avaient été enlevés au Golan. Il a aussi estimé que l’intensité et les coûts humains des bombardements israéliens sur Gaza n’avait pas bénéficié à la paix. Il a aussi appelé à trouver une solution pour faire face à la folie de l’État islamique en Iraq et au Levant avant d’appeler à une solution durable à la crise en Ukraine. Alors que l’on doit procéder dans 18 jours au renouvellement de deux sièges du Conseil de sécurité, le Ministre des affaires étrangères a rappelé que son pays était candidat à un siège de membre non permanent du Conseil de sécurité depuis 2004.

    M. K. SHANMUGAM, Ministre des affaires étrangères de Singapour, a déclaré que la communauté internationale était confrontée à une série de crises mondiales de plusieurs types: des conflits internes et transfrontaliers, des épidémies, des catastrophes naturelles et d’autres provoquées par l’homme, les changements climatiques et la criminalité organisée. Il a ensuite tenu à rappeler que la menace du terrorisme et de l’idéologie radicale n’était pas confinée au Moyen-Orient, mais touchait le monde entier, comme en témoigne le fait que 15 000 étrangers en provenance de plus de 80 pays, notamment de l’Asie du Sud-Est, se sont rendus en Syrie et en Iraq.

    Dans ce contexte, le Ministre a souligné l’importance des efforts de coopération internationale et régionale pour faire face à des menaces comme l’État islamique en Iraq et au Levant, en s’appuyant sur le leadership des États-Unis et sur la mise en œuvre d’instruments comme la déclaration de Djeddah adoptée par les pays arabes et la résolution 2178 (2014) du Conseil de sécurité.

    En ce qui concerne le programme de développement pour l’après-2015, M. Shanmugam a indiqué que Singapour juge prioritaires que les États Membres fassent leurs les principes suivants: bonne gouvernance et transparence, des institutions étatiques sûres et des politiques économiques et sociales justes. Il a également souligné que les villes devaient être viables, alors qu’aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale est citadine et que 70% le sera en 2050.

    Une urbanisation durable est donc absolument nécessaire, et notre pays s’est efforcé d’y contribuer en tant que coprésident du Groupe des amis pour les villes durables, a précisé le Ministre, qui a conclu que la coopération Sud-Sud revêtait une importance vitale dans le renforcement des capacités et du partage des pratiques optimales.

    M. CHARLES FLANAGAN, Ministre des affaires étrangères et du commerce de l’Irlande, a fait valoir que l’Organisation devait revoir ses méthodes de travail et ses priorités, afin de mieux faire face aux défis qui dominent cette année le débat général. En particulier, l’Irlande s’efforce de promouvoir la responsabilité, la cohérence et la transparence au Conseil de sécurité. À ce sujet, tout en souhaitant l’abolition du droit de veto, M. Flanagan a appuyé l’initiative de la France visant à réglementer son usage, ainsi qu’une augmentation du nombre de membres du Conseil.

    Se tournant vers la situation au Moyen-Orient, le Ministre a dit qu’il était grand temps de réaliser une paix juste et durable entre les peuples israélien et palestinien. Pour ce qui est de la guerre civile en Syrie, a-t-il poursuivi, « la solution n’est pas militaire ». Il a exhorté la communauté internationale à soutenir les efforts de l’Envoyé spécial du Secrétaire général, M. Staffan de Mistura. En outre, la violation flagrante du droit international par toutes les parties dans le conflit syrien doit être référée à la cour pénale internationale (CPI).

    « Nous devons nous unir et nous mobiliser » pour contrer d’urgence la menace de l’extrémisme, a insisté M. Flanagan après avoir énuméré les atrocités commises par l’État islamique en Iraq et au Levant.

    Le Ministre a jugé ensuite que l’Ukraine représentait la « crise politique la plus dangereuse en Europe depuis plusieurs décennies ». À son avis, la crise a des implications profondes pour l’avenir de l’état de droit, dans la mesure où les actions de la Russie, tant en Crimée que dans l’Est de l’Ukraine, enfreignent un grand nombre d’accords internationaux. Il a encouragé la voie du dialogue diplomatique et le plan de paix du Président ukrainien, M. Petro Poroshenko.

    Pour sa part, l’Irlande reste impliquée dans les opérations de maintien de la paix de l’ONU, avec actuellement 370 hommes et femmes sur le terrain, en majorité au Moyen-Orient. C’est la raison pour laquelle M. Flanagan a accordé une importance particulière à la sécurité et à la sûreté de son personnel.

    Enfin, l’Irlande travaille avec ses partenaires en Afrique sur les effets des changements climatiques, notamment dans le domaine agricole. Jeudi dernier, le Ministre a coprésidé une réunion pour appuyer l’Initiative « Défi faim zéro » du Secrétaire général.

    M. LUIS ALMAGRO LEMES, Ministre des relations extérieures de l’Uruguay, faisant un sombre état des lieux dans le monde, a déclaré sans équivoque que les Nations Unies avaient échoué car elles avaient failli dans leur dimension éthique. Certes, il y a eu des documents et des réunions mais ce qui a fait défaut, ce sont des solutions pour les peuples, a-t-il déclaré, encourageant à embrasser une éthique collective capable d’intégrer la diversité et de libérer par la démocratie et la participation.

    Il a souligné avec force que la définition des objectifs de développement durable doit s’articuler autour de l’élimination de la pauvreté, et être fortement ancré sur les droits de l’homme et la reconnaissance des droits. À titre d’exemple, M. Almagro Lemes a indiqué que, depuis 2004, le taux de pauvreté avait chuté de 39,9% à 12,4%, et l’indigence, de 4,5% à 0,5%, grâce à un plan national ciblant la population en situation d’indigence, la scolarisation et les contrôles de santé.

    Insistant sur l’égalité, sans laquelle le développement serait dénué de sens, il a fait un plaidoyer en faveur des groupes les plus vulnérables et de l’élimination de toutes les formes de discriminations, y compris celles fondées sur le sexe, le statut migratoire ou encore l’orientation sexuelle. Il a rappelé à ce propos que l’Uruguay avait adopté la loi sur l’égalité devant le mariage et celle sur l’union concubine, et faisait partie du Groupe de défense des droits des LGBT à New York, qui a organisé une réunion ministérielle sur les droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres.

    Il a rappelé en outre aux États Membres leur engagement en matière de migration et de développement, soulignant qu’il leur incombait d’améliorer la façon dont le thème des droits de l’homme était abordé, avec un accent particulier sur ceux des femmes et des enfants. Le chef de la diplomatie uruguayenne a aussi soutenu la lutte contre les maladies transmissibles et non transmissibles à travers la coopération internationale et le transfert technique. Il a fait un plaidoyer appuyé contre le tabagisme, l’inactivité physique, les régimes alimentaires déséquilibrés et l’abus de la consommation d’alcool.

    Il a rappelé d’autre part que dans le cadre de réponses efficaces en matière de santé publique qui respectent les droits de l’homme, l’Uruguay avait légalisé, en 2013, la vente du cannabis, adoptant de la sorte un modèle alternatif de régulation pour combattre le narcotrafic et ses méfaits au sein de la société. Cette nouvelle politique de santé est censée constituer une nouvelle pièce dans l’échafaudage de santé-droits de l’homme visant à éviter que les citoyens soient exposés à un « marché ennemi de tous, anonyme, dangereux et hostile » et à restituer à l’État le contrôle des espaces clandestins marqués jusqu’à présent par la criminalité et la sous-culture du délit, a-t-il expliqué.

    Le Ministre des relations extérieures de l’Uruguay a déclaré, d’un autre côté, que la sécurité alimentaire était au centre de l’ordre du jour du développement de l’Uruguay, convaincu que la situation critique actuelle provient de causes structurelles qui doivent être résolues d’urgence et d’une manière collective. Ainsi, la faim dans le monde n’est pas un problème conjoncturel mais structurel. « La faim est le prix d’une mauvaise politique due à une distribution injuste de la richesse », a-t-il estimé, en appelant à mettre fin à la spéculation financière représentée par les « fonds vautours ».

    À ce propos, le Ministre a jugé indispensable que les pays puissent compter sur une restructuration de leur dette souveraine dans des conditions prévisibles, inaltérables, justes et sans affecter leur développement et le bien-être des pays et de leurs peuples.

    M. JOSE BADIA, Conseiller du Gouvernement pour les relations extérieures et la coopération de Monaco, a déclaré que la contribution, inclusive et participative de tous les États mais aussi de toutes les parties de la société, y compris le secteur privé, les universités, le milieu philanthropique et les organisations non gouvernementales étaient les bases qui devraient définir l’après-2015.

    Il a affirmé d’un autre côté que les conflits existants ont « connu une escalade vers l’inacceptable ». L’utilisation des armes chimiques en Syrie et l’assaut sur les cibles civiles dans ce pays encore, mais aussi en Iraq, à Gaza, au Soudan du Sud, au Mali, en République centrafricaine et au Nigéria ont répandu l’horreur et les pratiques les plus barbares, a constaté M. Badia.

    « Ceux qui commettent ces crimes odieux au nom d’une religion qu’il blasphème annihilent le fondement de nos sociétés en violant l’état de droit et le respect des normes que nous avons élaboré ensemble », a-t-il poursuivi, ajoutant que la réponse à leurs motivations « prend certainement ses racines dans l’exclusion et la marginalisation des personnes qui n’ont pas pu bénéficier, encore à ce jour, de ce que nous avons appelé le progrès ».

    En conséquence, pour M. Badia, il convient de formuler des politiques d’intégration sociale inclusives en favorisant l’éducation et l’emploi des jeunes, qui doivent faire partie intégrante du processus de décision pour leur permettre de réaliser leur plein potentiel humain. Il a salué l’Initiative du Secrétaire général « Les droits avant tout », lancée en novembre dernier, avec pour objectif d’empêcher que les violations des droits de l’homme ne se « transforment en crimes de masse » et de permettre à l’Organisation d’agir plus vit en plaçant les personnes au cœur de ses stratégies et de ses activités opérationnelles.

    À la veille du dixième anniversaire du Sommet social de 2005 et en mémoire « de bien sinistres génocides », M. Badia a appelé à la promotion de la responsabilité de protéger, responsabilité première de chaque État, selon lui, et à la fourniture d’une assistance au renforcement des capacités et des moyens des États qui peineraient à le faire.

    Il a apporté son appui au nouveau Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et estimé que la politisation de l’aide humanitaire devrait être un point prioritaire à examiner lors du Sommet mondial de 2016. M. Badia a également apporté son soutien à l’établissement d’une Mission des Nations Unies pour l’action d’urgence contre l’envergure de la menace que le virus de l’Ebola représente pour la paix et la sécurité internationales.

    Concernant l’autonomisation des femmes, il a souligné qu’il était temps de réaliser la « transformation » que le Secrétaire général a annoncé, en « brisant les plafonds » qui les ont trop longtemps maintenues en deçà de leurs capacités. « Sans la pleine participation de celles qui constituent 50% de l’humanité, le développement durable ne sera pas atteint », a-t-il encore dit, en invitant à saisir l’occasion du quinzième anniversaire de la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, pour mettre fin à l’impunité des crimes liés aux violences sexuelles et sexistes, ainsi qu’à tous les abus subis par les femmes.

    M. SAMURA M. W. KAMARA, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale de la Sierra Leone, a insisté sur la lenteur de la réponse apportée à l’épidémie d’Ebola. « Nos partenaires internationaux ont été lents à reconnaître la menace pour ce qu’elle est, et lorsqu’ils l’ont fait, cela s’est accompagné d’une réaction spontanée de peur et de panique qui a conduit à la fermeture des frontières et à des restrictions aux déplacements de et vers la Sierra Leone », a-t-il dit.

    Il a précisé que l’épidémie d’Ebola avait touché la Sierra Leone, et ce pour la première fois, à un moment où le pays était loué par la communauté internationale pour son prompt relèvement après 10 années d’un conflit dévastateur. La communauté internationale a finalement réalisé que l’épidémie d’Ebola était un défi lancé à chacun, a-t-il poursuivi. Si la Sierra Leone et ses « républiques sœurs » sont en première ligne, il a relevé qu’un soutien robuste du monde, tant par voies aérienne que terrestre, était nécessaire pour vaincre une épidémie qui, sous beaucoup d’aspects, est « pire que le terrorisme ».

    « Notre peuple vit dans la peur et ne peut comprendre la nature d’une maladie qui prend ses victimes et empêche leurs familles de les enterrer », a-t-il déploré. Il a également mentionné le coût économique de l’épidémie, le PIB de la Sierra Leone devant baisser de 3,3% en 2014, selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI). Le Ministre a mentionné les deux axes de la lutte contre Ebola, avec, sur le plan international, une accélération de la mobilisation et le développement de vaccins, et, sur le plan national, des efforts accrus en milieu rural et urbain. « Ebola va plus vite que nous, nous devons disposer de plus de lits médicalisés que de cas de virus pour commencer à avoir un effet », a-t-il affirmé. Rappelant qu’aucun pays n’était protégé contre la menace, il a indiqué que c’est uniquement lorsque le nombre de lits disponibles dépassera le nombre de cas que l’épidémie sera sous contrôle.

    Le Ministre a également demandé une révision des interdictions de vols de et vers les pays concernés par Ebola, jugeant qu’elles constituaient une stigmatisation de leurs habitants. Le monde est trop globalisé pour ne pas respecter ses engagements envers une nation démocratique, a-t-il affirmé. « Les Nations Unies ont été fondées avec le mandat de combattre l’insécurité humaine, pas de l’éviter », a-t-il dit. En conclusion, le Ministre a rappelé que l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest constituait « une question de vie et de mort pour l’humanité » et vigoureusement plaidé pour une riposte internationale renforcée.

    M. AUGUSTINE KPEHE NGAFUAN, Ministre des affaires étrangères du Libéria, s’est félicité à la perspective que les concepts et stratégies définis dans le cadre de chacun des six piliers de la position commune africaine deviennent une partie intrinsèque du programme de développement pour l’après-2015. Il s’est inquiété de la propagation d’idéologies extrémistes et d’activités terroristes dans le monde, en Afrique notamment. Le Ministre a ensuite indiqué que son Gouvernement s’était engagé de manière concrète pour favoriser un développement durable et sensible aux changements climatiques. Il a appelé l’ensemble des États Membres à prendre des « engagements proportionnés » pour sauver la planète.

    M. Ngafuan a ensuite indiqué que dans son discours prononcé depuis cette tribune, il y a un an, la Présidente du Libéria était porteuse d’un message positif qui faisait notamment état des avancées notables réalisées par le pays depuis la fin de la guerre. Un an plus tard, a-t-il poursuivi, je suis le porteur d’une toute autre histoire, triste de surcroit. Depuis les six derniers mois, un sombre nuage plombe le paysage libérien, de telle manière qu’au lieu de faire état de croissance économique, nous nous voyons contraints de signaler un déclin économique. La mise en œuvre pratiquement de tous les piliers de l’Agenda pour la transformation du Libéria a été interrompue et au lieu de consacrer son attention à l’intégration régionale, le Libéria envisage à présent la coopération régionale pour affronter un ennemi mortel, à savoir la maladie à virus Ebola, a déploré le Ministre.

    Il a expliqué qu’afin de faire face à ce fléau, son gouvernement avait lancé diverses mesures, en décrétant notamment une situation d’urgence, en fermant les écoles et en lançant des campagnes de prévention afin de répondre aux problèmes causés par le déni et par les pratiques culturelles et traditionnelles qui créent un terreau fertile pour la propagation de la maladie. Le Libéria consacre également une part importante de ses maigres ressources à ce combat.

    En dépit de tous ces efforts et de ceux de nos partenaires, a-t-il enchaîné, l’Ebola a devancé de loin tous nos efforts collectifs, faisant plus de 1 800 morts et infectant près de 3 500 personnes dans le pays. En outre, les femmes, qui représentent la majorité des soignantes, ont été frappées de manière disproportionnée par la maladie. Alors que l’Ebola élargit sa circonférence mortelle, la maladie crée un sillage d’orphelins traumatisés et le nombre de professionnels de la santé, qui était déjà limité, s’est vu d’autant plus réduit avec la mort de 89 des leurs.

    M. Ngafuan a expliqué que la panique qui s’est emparée des travailleurs de santé lorsqu’ils ont vu leurs collègues mourir a provoqué la fermeture de nombreux centres de santé dans le pays. Qui plus est, le pays n’a plus de ressources adéquates, ni le temps ou le personnel pour faire face aux maladies quotidiennes comme le paludisme, la fièvre typhoïde et la rougeole. De plus en plus de femmes meurent en couche. En bref, a-t-il déploré, notre système de santé publique qui s’était complètement effondré pendant les années de conflit et qui était en train d’être reconstruit progressivement, a été démantelé sous le poids de ce virus mortel.

    Le Ministre a aussi indiqué que sur le plan économique, la maladie avait provoqué une baisse de 3,4% de la croissance économique qui est passé de 5,9% à 2,5% en 2014. Selon certains experts, s’est-il alarmé, Ebola pourrait provoquer une baisse de 12% en 2015. De nombreux secteurs productifs du pays, notamment la production alimentaire, l’extraction minière et les transports, ont enregistré des baisses notables. Les concessionnaires ont revu les activités à la baisse, provoquant le départ de nombreux expatriés et le budget fiscal pour l’année 2014-2015 a été revu 20% à la baisse. La capacité du Libéria à fournir des services sociaux de base et à continuer de financer des projets de développement clefs a été sévèrement limitée. M. Ngafuan a ajouté que la suspension des vols et les autres restrictions imposées au Libéria, et ce contre l’avis de l’Organisation mondiale de la Santé, avaient non seulement entravé la réponse humanitaire mais également aggravé les effets économiques adverses de cette crise sanitaire.

    Aussi destructrice que fut la guerre civile, a-t-il enchaîné, au moins nos populations savaient qui étaient les parties au conflit et où se trouvaient les lignes de front. Avec l’Ebola, l’ennemi est d’autant plus perfide et il n’existe aucune ligne de front car un enfant, un mari ou un collègue peut être à la fois l’ennemi et la ligne de front. Le Ministre a salué le fait que suite aux appels lancés par la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria, la communauté internationale a fait preuve d’une profonde appréciation pour l’ampleur et l’étendue sans précédente de l’épidémie Ebola. Il a passé en revue les principaux évènements de ces dernières semaines, notamment le déploiement de 3 000 soldats annoncé par les États-Unis et la création par le Secrétaire général de la Mission pour l’action d’urgence contre l’Ebola.

    Le Ministre a indiqué qu’alors que son pays s’est engagé dans une « première guerre » qui consiste à interrompre la transmission du virus Ebola, il doit également, de concert avec ses partenaires, se préparer pour une « deuxième guerre », à savoir répondre à l’impact socioéconomique à long terme de la maladie et bâtir un nouveau système de santé publique capable de faire face aux prochains défis sanitaires.

    M. Ngafuan a souligné que la présence continue de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL) serait essentielle pour aider son pays à opérer une sortie de crise sans heurts et à reprendre la mise en œuvre de son agenda pour le développement. Il a indiqué que selon certains experts, dans le pire des cas, l’épidémie pourrait coûter la vie à environ 1,4 million de personnes dans la région d’ici au mois de janvier 2015. Malgré la morosité actuelle, a-t-il affirmé, nous ne sombrons pas dans le défaitisme, mais estimons que le virus Ebola a placé devant nous une épreuve pour laquelle il n’y a qu’une réponse possible: se battre.

    M. NICKOLAS STEELE, Ministre des affaires étrangères et du commerce international de la Grenade, a invité la communauté internationale à réfléchir aux moyens à mettre en place pour lutter contre les nouveaux ennemis de la paix. Des ennemis « sinistres, qui évoluent dans le cyberespace, lieu de violence et de haine » et de diffusion d’images toujours plus choquantes. Pour M. Steele, chaque nouvelle escalade de la violence terroriste fait naître en nous un sentiment d’horreur d’autant plus grand que nous sommes impuissants à empêcher les actes odieux commis notamment par l’État islamique en Iraq et au Levant. Il a ainsi plaidé pour une action collective visant à empêcher que les autoroutes de l’information au XXIe siècle ne facilitent la circulation virale des menaces transnationales.

    M. Steele a ensuite cité l’ouvrage à succès de l’économiste français Thomas Piketty, Le capitalisme au XXIe siècle, qui décrit, chiffres à l’appui, les causes profondes du creusement grandissant des inégalités sociales. « Les riches deviennent plus riches, et plus vite », a-t-il noté, ajoutant que pour réduire les inégalités, seule la redistribution des richesses mais aussi du savoir était efficace. C’est pourquoi, a-t-il demandé à l’ONU de promouvoir activement une politique globale propice à la croissance durable et au partage des connaissances. « Nous avons besoin d’un Plan-cadre d’information afin de faire face intelligemment aux défis du XXIe siècle », a-t-il encore dit. Le Ministre des affaires étrangères de la Grenade a également attiré l’attention sur la nécessité d’investir dans la sécurité des citoyens et leur accès égal à la justice et au marché de l’emploi, autant de moyens, a-t-il jugé, de réduire partout et durablement la violence.

    Sur les conséquences économiques des catastrophes naturelles liées aux changements climatiques, M. Steele a fait observer que celles-ci impactaient le PIB des petites îles comme la Grenade à hauteur de 10 à 50%. « En comparaison, l’ouragan Sandy a coûté près de 70 milliards de dollars à l’économie américaine, soit moins d’1% du PIB du pays », a-t-il précisé. Assurant que les pays comme le sien doivent avoir accès aux prêts à taux réduits, il a affirmé qu’une économie solide adossée à une gestion efficace des risques leur permettrait d’être pleinement résilients et à redresser leurs finances.

    Le Ministre grenadien a rendu un hommage appuyé à Cuba « qui envoie gratuitement ses ingénieurs, ses professeurs et ses docteurs dans les pays de la région pour y améliorer les conditions de vie des populations ». « N’est-il pas temps de reconnaître les contributions de Cuba à la communauté internationale? N’est-il pas temps, à cette aune, de mettre fin à l’embargo qui frappe ce pays », a-t-il demandé avec gravité.

    Enfin, il a donné rendez-vous aux États Membres qui se réuniront, en janvier 2015 à la Grenade, pour le lancement de l’Initiative globale pour la croissance bleue et la sécurité alimentaire.

    M. CAMILLO M. GONSALVES, Ministre des affaires étrangères de Saint-Vincent-et-les Grenadines, a dit que son pays ne pouvait plus accepter que sa survie dépende des lubies et des négligences des plus puissants. Il a appelé tous les États Membres, petits et grands, à respecter à la lettre la Charte des Nations Unies. Il a appuyé les efforts visant à éliminer le fléau de l’État islamique. Il a souhaité qu’on ne fasse plus de différence entre les groupes en notant que certains États financent des groupes terroristes. Il a particulièrement fustigé le « terrorisme d’État » des États-Unis dont Cuba est victime. Le droit d’Israël d’exister ne peut pas donner à ce pays le droit de violer les droits souverains du peuple palestinien, a aussi dit le Ministre des affaires étrangères de Saint-Vincent-et-les Grenadines.

    Par ailleurs, il a particulièrement dénoncé les conséquences des changements climatiques, en précisant que son pays consacrait en moyenne 10% de son PIB pour faire face aux conséquences des catastrophes naturelles dont on impute la responsabilité aux changements climatiques. « En décembre 2013, 17% de notre PIB a été balayé par trois heures de tempête », a-t-il précisé. En dépit des promesses, le compte n’y est pas pour éviter de limiter la hausse des températures à 1,5 degré par rapport aux températures antérieures à la période industrielle. « Nous sommes inquiets de la possibilité que l’accord juridiquement contraignant que nous devrions adopter en 2015 ne sera pas suffisant pour faire face aux défis climatiques », a dit M. Gonsalves, après avoir fustigé « les diplomates qui se rejettent la faute » sur les causes des changements climatiques.

    En outre, M Gonsalves a jugé indispensable que les objectifs de développement pour l’après-2015 s’appuient sur les priorités des pays en développement et comprennent des engagements mesurables pour les partenaires au développement.

    M. JAMAL ABDULLAH AL-SALLAL, Ministre des affaires étrangères du Yémen, a déclaré que cette session coïncidait avec l’anniversaire de la double révolution du Yémen pour mettre un terme à l’injustice et au despotisme qui n’avaient que trop duré. Il a remercié tous ceux qui ont appuyé son pays pour sortir de la crise politique, économique et humanitaire du pays.

    Il a fait savoir que la Commission constitutionnelle était sur le point d’achever le projet de constitution qui sera soumis à un référendum. Il a ensuite fait état des défis de taille suite aux récents évènements « très dangereux » avec le siège de la capitale, Sanaa, par des milices.

    En dépit de tous ces défis, le Gouvernement s’est efforcé de traiter cette question avec modération et sagesse pour endiguer cette nouvelle crise. Cependant, le groupe armé a opté pour la solution militaire et le saccage des maisons et autres biens publics et privés. Le Ministre a attribué cette situation troublante à des tentatives désespérées de membres de l’ancien régime politique.

    Toutes les parties politiques doivent, en conséquence, faire preuve de sagesse et honorer leurs engagements en vertu de l’accord de réconciliation nationale issu de la Conférence sur le dialogue national. Le Ministre yéménite a indiqué que 14,7 millions d’habitants avaient besoin d’une assistance humanitaire et que le pays accueillait en outre, environ un million de réfugiés de la corne de l’Afrique. Dans ce contexte, le Gouvernement a accepté de stabiliser les prix des denrées de base et d’assurer une couverture sociale à environ 250 000 personnes.

    Notant des améliorations dans la situation sécuritaire, même si elle demeure fragile, il a souligné que son pays avait souffert du terrorisme qui menace toute la région et le monde. Le Gouvernement a aussi pris des mesures pour lutter contre les groupes terroristes dont 70% sont des étrangers. Le Ministre yéménite a également appelé à l’assistance internationale pour combattre ces groupes dans la région et mettre un terme à la polarisation et a l’hégémonie.

    M. Al Sallal a ensuite dénoncé la barbarie à laquelle le monde a assisté à Gaza et a espéré que le peuple palestinien puisse recouvrer ses droits. Certains groupes armés profitent aussi de la grave situation qui prévaut en Syrie et en Iraq ou l’État islamique en Iraq et au Levant commet des atrocités qui n’ont rien à voir avec l’islam ou les communautés musulmanes.

    Déplorant le report d’un accord sur un Moyen-Orient exempt d’armes nucléaires, il a appelé à l’octroi d’un siège permanent au Conseil de sécurité pour la région arabe car elle a un rôle vital à jouer dans la paix et la sécurité internationales. Il a aussi averti que faute de désarmement nucléaire, on risquait d’assister à une course effrénée à l’arme nucléaire au Moyen-Orient.

    M. MOHLABI KENNETH TSEKOA, Ministre des affaires étrangères et des relations internationales du Lesotho, a préconisé « une approche holistique » pour prendre en considération les causes profondes du terrorisme, car la stratégie militaire « n’est plus une panacée ».

    Évoquant le conflit israélo-palestinien, le Ministre a reproché au Conseil de sécurité de s’être détourné de sa responsabilité de protéger « dans le cas du massacre de milliers de civils palestiniens ». À ce sujet, il a appelé de ses vœux une réforme de l’ONU et, en particulier, du Conseil. Il faut effacer « ces tâches noires » sur l’histoire que représente l’occupation de Cuba, de la Palestine et du Sahara occidental.

    M. Tsekoa a salué le thème retenu par le Président de l’Assemblée générale pour sa soixante-neuvième session, « Élaborer et concrétiser un programme de développement porteur de transformation pour l’après-2015 ». Le Lesotho a réalisé des progrès dans les domaines de l’éducation primaire universelle, de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, mais il lui reste encore « un long trajet » à parcourir pour réaliser « une vie digne pour tous ». Le Ministre a souligné que le VIH/sida constituait encore une menace grave pour son pays. De plus, de nouvelles pandémies incurables comme le virus de l’Ebola ravagent d’autres pays africains.

    Les nouveaux objectifs de développement devront tenir compte des aspirations de tous les États Membres et c’est dans un esprit de compréhension mutuelle que devra se dérouler la troisième Conférence internationale sur le financement du développement qui se tiendra à Addis-Ababa, en Éthiopie, en juillet 2015. M. Tsekoa a expliqué que le Lesotho était l’un des pays les plus affectés par les changements climatiques qui produit des conditions météorologiques extrêmes, telles que gel, sécheresse, désertification et dégradation des terres arables. À ce sujet, il a appelé la communauté internationale à simplifier l’accès aux fonds affectés aux initiatives en matière des changements climatiques.

    M. JEAN-PAUL ADAM, Ministre des affaires étrangères des Seychelles, a rappelé que le monde commémorait cette année le centenaire du début de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle de nombreux Seychellois ont donné leur vie pour un idéal de paix mondiale. Au vu des turbulences sur la scène internationale cette année, il est peu probable d’affirmer que cet idéal de paix est une réalité, a-t-il relevé, tout en citant, à titre de preuve, les actes terroristes au Moyen-Orient et des conflits internes dans certains États. « Pour construire la paix, a-t-il affirmé, la communauté internationale doit renforcer son engagement en faveur du multilatéralisme à travers les Nations Unies, tout en accordant la plus grande priorité à un développement plus inclusif. » Il s’est ensuite félicité du fait que les Seychelles aient réalisé la plupart des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), et que le pays soit bien parti pour réaliser ceux restant avant fin 2015.

    Il a en outre noté que pour les petits États insulaires en développement, les objectifs de développement durables sont essentiels pour leur transformation, ajoutant aussi que malheureusement, le programme de développement mis en place par la majorité des institutions de développement n’est pas favorable au développement des PEID. Il a déclaré que la plupart des avancées en terme de développement sont toujours mesurées à travers le prisme du produit intérieur brut par habitant, un indicateur qui, a-t-il souligné, ne traduit pas fidèlement les menaces au développement humain de ces pays, encore moins les opportunités qui existent pour eux.

    M. Adam a rappelé que la troisième Conférence internationale sur les petits États insulaires en développement, qui a eu lieu en début de mois à Samoa, a permis de relever le besoin d’établir un index de vulnérabilité pour rendre compte plus fidèlement des besoins réels de développement des petits États insulaires en développement. Il a également dit que cette conférence avait fait état du besoin de trouver une solution à l’endettement des petits États insulaires en développement à travers des mécanismes comme « l’échange de la dette contre les efforts d’adaptation aux changements climatiques », ou encore le besoin de construire des opportunités pour les petits États insulaires en développement, comme le besoin de soutenir l’économie bleue pour une meilleure utilisation, par les petits États insulaires en développement, de leur potentiel océanique. Il a aussi rappelé que le vrai développement ne se mesure pas par les richesses amassées, mais par l’amélioration constante du bien-être des populations, et par la construction d’un avenir meilleur pour les générations futures.

    Le Ministre a par ailleurs rappelé que l’objectif, internationalement agréé, de maintenir l’augmentation de la température terrestre à 2 degrés celsius au maximum était réalisable, mais qu’il fallait pour cela un engagement international afin de parvenir à un accord à la vingt-et-unième Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) de Paris en décembre 2015. Il a en outre dit l’importance de mobiliser 100 milliards de dollars par an, d’ici à l’an 2020, dans le cadre du Fonds vert pour le climat, et il a plaidé afin que les pays les plus vulnérables, notamment les petits États insulaires en développement et les pays africains, aient accès aux ressources nécessaires au plus vite pour faire face aux changements climatiques. Le Ministre a ensuite rendu hommage à la mobilisation internationale, menée par les Nations Unies, et qui a permis de lutter efficacement contre la piraterie maritime dans l’océan Indien, un phénomène ayant un très grand impact sur l’économie de la région, a-t-il dit. Il a en outre salué le partenariat entre l’ONU et l’Union africaine dans le contexte de la transition en cours en Somalie.

    M. PATRICE NISBETT, Ministre des affaires étrangères de Saint-Kitts-et-Nevis, a rappelé que l’Objectif du millénaire pour le développement numéro 8, portant sur la mise en place d’un partenariat mondial pour le développement, restait inachevé. Dès lors, il est important de s’assurer que le projet d’objectif de développement durable consacré aux moyens de mise en œuvre servira de catalyseur pour la réalisation du programme de développement pour l’après-2015. En tout cas, Saint-Kitts-et-Nevis accordera la plus grande importance à la première manifestation de haut niveau de l’Assemblée générale convoquée par le Président de l’Assemblée générale et qui sera consacrée précisément aux moyens de mise en œuvre.

    Réaliser le développement durable requiert la mobilisation effective des ressources financières, le transfert de technologies, le renforcement des capacités à tous les niveaux, l’investissement dans les secteurs sociaux et les infrastructures, le développement communautaire, le financement climatique et la protection des biens communs. Il faut aussi renforcer la collaboration entre les gouvernements, accroître le rôle du secteur privé, assurer un commerce international équitable et augmenter les investissements directs nationaux et internationaux. Saint-Kitts-et-Nevis est devenu champion en la matière dans les Caraïbes, en particulier dans le secteur touristique et l’industrie légère.

    Mais le pays est vulnérable face aux chocs économiques et environnementaux, a prévenu le Ministre, qui a regretté son endettement élevé. Après restructuration, le ratio de la dette du pays est de 95% du produit intérieur brut après avoir atteint un taux de 145%. Ce ratio descendra à 85% à la fin de cette année, a-t-il annoncé. M. Nisbett a tenu à souligner que la classification de son pays parmi les pays à haut revenu avait rendu difficile l’accès aux ressources pour un développement économique, social et environnemental durable.

    Emprunter des fonds à un taux élevé sur le marché financier international perpétue le cercle vicieux de l’endettement et menace le développement durable. Cela va à l’encontre des buts et objectifs du programme de développement pour l’après-2015, a dénoncé le Ministre, qui a exhorté la communauté internationale à prendre des initiatives comme la conversion de la dette pour l’adaptation et l’atténuation du dérèglement climatique.

    M. Nisbett a enfin réitéré l’appel de son pays à la communauté internationale pour permettre à la République de Chine (Taiwan) de participer dans les institutions du système des Nations Unies. Cet appel n’a en aucun cas un caractère arbitraire, a-t-il précisé mais est le résultat du partenariat dans de nombreux domaines du développement durable. Il a rappelé que Taiwan avait récemment été invité à prendre part à l’Assemblée de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour la première fois depuis 1971, et avait également participé à l’Assemblée mondiale de la santé.

    M. ROBERT DUSSEY, Ministre des affaires étrangères du Togo, a souhaité que les objectifs de développement pour l’après-2015 prennent en compte la diversité et la complexité des situations ainsi que les évolutions résultant de l’expérience acquise dans la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Mettant l’accent sur les efforts de son pays, il a cité une baisse de trois points de l’indice de la pauvreté au cours des dernières années grâce aux impacts fructueux de plusieurs programmes de promotion de l’emploi et de développement de base. Il a aussi fait état de la mise en place d’un Fonds national pour la finance inclusive dont le but est de rendre accessibles les services financiers aux populations les plus vulnérables et particulièrement aux femmes.

    Dans le domaine de l’agriculture, le Togo poursuit la mise en œuvre du Programme national d’investissements agricoles et de sécurité alimentaire dont l’application a abouti non seulement à des résultats satisfaisants dans le cadre de l’autosuffisance alimentaire, mais encore, à des excédents agricoles depuis plusieurs années. Sur le plan de la santé, le Ministre des affaires étrangères du Togo a aussi cité des résultats encourageants en matière de réduction du taux de mortalité infantile et maternelle, de lutte contre le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose ainsi que dans le domaine de l’accès à l’assainissement et à l’eau.

    M. Dussey a aussi indiqué que son gouvernement avait lancé en avril 2014 la Vision Togo 2030 qui vise à s’appuyer sur la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi pour mieux assurer la réalisation des OMD et des objectifs de développement pour l’après-2015. Fort de son expérience de membre non permanent du Conseil de sécurité pour la période 2012-2013, le Togo a acquis davantage la certitude que l’Agenda de la paix et la nouvelle architecture pour la sécurité internationale doivent tenir compte de cette nouvelle situation de régionalisation des conflits, a encore dit M. Dussey.

    M. MARTEN GRUNDITZ (Suède) a dressé la liste des régions du monde qui sont secouées par des situations graves exigeant une solidarité collective pour faire face aux défis majeurs qu’elles posent. Parmi ces situations, il a cité la brutalité d’une organisation terroriste qui a forcé des populations entières à fuir et a choqué le monde; l’épidémie du virus de l’Ebola en Afrique; et l’agression continue de la Fédération de Russie contre l’Ukraine.

    La Suède est partie intégrante de cet effort commun, a-t-il dit, ajoutant que son pays avait aussi été l’un des premiers à répondre présent à la demande d’assistance du Gouvernement iraquien en vue de contrer ce groupe et de fournir une aide à ses victimes. Toutefois, a-t-il fait observer, l’aide humanitaire ou l’action militaire ne suffisent pas et l’engagement politique demeure indispensable, tant pour épauler le Gouvernement iraquien que pour aboutir à une solution politique au conflit syrien.

    Parallèlement, a-t-il poursuivi, il importe de s’employer à arriver à un accord avec l’Iran sur son dossier nucléaire, d’une part, et à lever le blocus de Gaza, d’autre part. À cet effet, il est important de renouer les négociations entre Israéliens et Palestiniens pour mettre fin à l’occupation et, arriver enfin, à une solution de deux États viables.

    Il a fustigé, d’autre part, les actes d’agression russes et l’annexion illégale du territoire ukrainien, qui constituent une sérieuse entaille au droit international et ont créé une crise de sécurité en Europe, porteuse de risques significatifs pour la stabilité mondiale.

    Enfin, 53 ans après le décès de Dag Hammarskjöld dans une mission en Afrique, le représentant a salué le rapport de la Commission (A/68/800) portant le nom de l’ancien Secrétaire général de l’ONU et la requête du Secrétaire général invitant l’Assemblée générale à l’examiner. À l’instar d’autres délégations, il a encouragé à déclassifier toutes informations pertinentes pouvant contribuer à faire la lumière sur les circonstances de l’accident de l’avion dans lequel il a trouvé la mort.

    Droit de réponse

    Le représentant de la République islamique d’Iran a fustigé les allégations sans fondements du représentant d’Israël ce matin en regrettant que ce dernier fasse un amalgame entre le groupe terroriste de l’État islamique en Iraq et au Levant et le monde islamique. Il a regretté « l’iranophobie et l’islamophobie propagées par Israël sous les applaudissements d’une foule ramenée de l’extérieure de l’ONU ».

    Le représentant de l’Iran a jugé « risible » qu’une personne qui a conduit des opérations qui ont coûté la vie à 2 000 civils à Gaza, « qui étouffe sous un blocus depuis huit ans », parle de cette manière des atrocités commises par le groupe terroriste de l’État islamique en Iraq et au Levant.

    Réagissant à une déclaration du Ministère des affaires étrangères du Bahreïn, le représentant de l’Iran a souhaité rappeler la déclaration faite par son pays à l’Assemblée générale le 27 septembre au sujet des trois îles iraniennes du Golfe persique. Il a insisté sur le fait que le terme « golfe persique », désignant les eaux maritimes entre l’Iran et la péninsule arabique, représentait la toponymie historique de ce golfe.

    À l’intention des organes d’information • Document non officiel


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali
    preview


    La disponibilité des récoltes en vert attenue la soudure agropastorale

    Messages clés

    • La disponibilité de plus en plus croissante des récoltes en vert de maïs, de fonio, de tubercules signe la fin de la soudure dans les zones agricoles du pays. Les distributions humanitaires de vivres à environ 1 million de personne en plus de la disponibilité habituelle des produits en vert, des bons termes d’échange bétail/céréales améliorent par rapport au mois passé, la sécurité alimentaire des ménages pauvres dans les régions du nord, le sahel occidental et de Bandiagara.

    • La poursuite des pluies jusqu’en octobre selon les prévisions météo (ACMAD, juin 2014) soutient la tendance moyenne des productions agricoles à travers le pays. Toutefois, les producteurs du nord de Kayes, du riz de submersion dans la vallée du fleuve de Gao et de Tombouctou connaitront des baisses de production à cause de la mauvaise répartition des pluies dans le temps en début de la campagne.

    • L’insécurité alimentaire aiguë de niveau Stress (Phase 2 de l’IPC) qui se maintient pour les ménages des régions du nord et de Bandiagara ne devrait plus se détériorer grâce à l’amélioration constante des facteurs de sécurité alimentaire d’ici les grandes récoltes en octobre. Par conséquent ils seront en insécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l’IPC) à partir d’octobre.


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Cameroon, Central African Republic, Nigeria
    preview


    Highlights

    UNICEF continues to be engaged in providing humanitarian assistance in four regions of Cameroon – the Far North, North, Adamawa and the East – which have been facing recurring emergencies.

    Increase in Security attacks from Boko Haram in Far North region across the Nigerian border: Targeted kidnappings and armed attacks by Boko Haram since December 2013 are on the rise, especially since May 2014. Bold attacks in July included the kidnapping of the wife and family of the Deputy Prime Minster and 10 Chinese workers. The number of security incidents has already reached 36 in 2013-2014, up from 20 in 2011-2012 and 23 in 2012-1013. 24,182 new Nigerian refugees have arrived in Northern Cameroon, with about 3,000 Nigerian refugees in Minawao refugee camp located 130 km east of the Nigeria-Cameroon border. Due to the insecure environment, most NGOs have issued advisories to their nationals to leave Far North region.

    CAR REFUGEES: As of 27 July 2014, 119,029 people have been officially registered as refugees since January 2014, and about 84% of these are women or children.

    NUTRITION RESPONSE: Over 27,000 children with SAM have been admitted for therapeutic care to date through UNICEF and partners.

    POLIO RESURGENCE: Cameroon has been declared as country with active transmission of wild Polio virus and 9 cases having been confirmed to date since October 2013. 2 new cases have recently come to light in CAR refugee camps.

    CHOLERA RESURGENCE: In 2014, 1,498 cases of cholera have been reported at the national level with 75 deaths (all deaths in Northern Cameroon).

    Situation in Numbers

    119,029
    CAR REFUGEES (as of July 27, 2014)

    48,778 SAM
    92,794 MAM
    SAHEL NUTRITION CRISIS (Targeted caseloads of children in 2014)

    24,182
    NIGERIAN REFUGEES (1 July 2014, UNHCR and UNCT NE Nigeria Sit Analysis)

    9 cases
    POLIO

    1498 cases, 75 deaths
    CHOLERA

    UNICEF Funding Requirements 2014
    US$ 23 million


    0 0

    Source: Government of Guatemala
    Country: Guatemala

    El presidente Otto Pérez Molina, dio a conocer que la entrega de alimentos a más de 266.000 familias afectadas por la sequía prolongada iniciará el próximo miércoles con la participación de 40 equipos de trabajo.

    El proceso está siendo coordinado por la vicepresidenta Roxana Baldetti, quien organizó un barrido por los 22 departamentos del país, donde se priorizó el apoyo a 16 y en los que también se declaró estado de calamidad pública.

    “Ya hay 40 equipos por salir a los 16 departamentos afectados por la escasez de lluvia, ellos estarán trabajando por 17 días y luego vuelven a salir el 1 de noviembre para realizar la segunda entrega”, explicó el gobernante en rueda de prensa.

    Se destinarán 120 millones de quetzales (15,58 millones de dólares) cada vez que se distribuyan las raciones, que contienen 100 libras de maíz, 30 de frijol y 17,6 de harina fortificada para preparar atol.

    Por la pronta atención y respuesta a la crisis, el Programa Mundial de Alimentos (PMA) calificó a Guatemala como el país mejor organizado de Centroamérica para contrarrestar los efectos provocados por la canícula prolongada que perjudicó a casi una cuarta parte de los 40 millones de habitantes en el istmo.

    A pesar de que la falta de lluvia se inició desde julio pasado, el Gobierno decidió iniciar la distribución de alimentos en octubre porque es cuando generalmente los agricultores de subsistencia recogen sus cosechas.

    Last modified on Monday, 29 September 2014 16:20


    0 0

    Source: Acción contra el Hambre
    Country: Guatemala, Nicaragua
    • En la zona de El Corredor Seco, en Nicaragua se ha producido una pérdida de las cosechas de entre el 30 y el 70% en Nicaragua, y de entre el 70 y el 100% en Guatemala

    • La consecución de periodos secos en los últimos años, con la consiguiente pérdida de las cosechas, junto con el descenso en la disponibilidad de trabajo temporal en las plantaciones de café, han puesto en jaque la economía y alimentación de las familias campesinas asentadas en el Corredor Seco centroamericano

    Durante los últimos tres años (2012, 2013 y 2014) las precipitaciones han sido un 20% inferiores al promedio registrado entre los meses de enero y julio, lo que se traduce en pérdidas superiores al 60% en la primera cosecha del año. “Esto ha ocurrido de forma consecutiva en los tres últimos años, lo que implica un notable descenso de las reservas familiares de granos básicos”, señala Miguel Ángel García, director país de Acción contra el Hambre en Centroamérica.

    La sequía de 2014 tendrá un mayor impacto en las condiciones de vida de las familias vulnerables asentadas en el Corredor Seco, porque se ha visto precedida por tres periodos de sequía, que disminuyeron las reservas de granos básicos. Al mismo tiempo, el segundo pilar para subsistir de estos hogares, el trabajo como jornaleros en plantaciones de café, se ha visto afectado por el descenso de la producción originada por una enfermedad fúngica (roya) de los cafetales.

    Se prolonga la estación de las “tortillas con sal” La distribución a lo largo del año de las labores agrícolas y los trabajos de temporada determinan un ciclo de disponibilidad de alimentos e ingresos económicos que en años normales a duras penas cubren las necesidades básicas familiares. “Los hogares dedicados a la producción de granos básicos cultivan ante todo con fines de consumo familiar y solo comercializan cuando hay excedentes o necesidades no alimentarias apremiantes. Para completar sus ingresos suelen recurrir a la emigración temporal para trabajar como braceros en la recolección de café o caña de azúcar en plantaciones de medio y gran tamaño. Este trabajo se desarrolla entre los meses de octubre y marzo”, afirma Miguel Ángel. El periodo crítico en el que los ahorros suelen agotarse y las despensas de alimentos pueden llegar a su fin es el comprendido entre los meses de julio y agosto. Estos son los meses del hambre estacional o de las tortillas con sal, como lo llaman los indígenas mayas chortís del Departamento de Chiquimula, en Guatemala. “Este año nos encontramos con que, por un lado, el periodo de hambre estacional se está prolongando y, por otro, que los mecanismos habituales de supervivencia como es el trabajo en los cultivos de café no van a poder ponerse en práctica, lo que deja a estas familias en una situación de gran vulnerabilidad”.

    Guatemala, sin cobertura sanitaria Por primera vez en años, se ha interrumpido la prestación servicios de salud básica en el área rural de numerosos municipios. Estos servicios son efectuados por ONG locales subcontratadas por el Ministerio de Salud, que ha visto cómo sus presupuestos anuales ya se han agotado. En consecuencia un gran número de comunidades han dejado de estar cubiertas por los programas de vacunación obligatoria, vigilancia nutricional, suplementación a mujeres embarazadas o entrega de alimento terapéutico a niños/as desnutridos severos bajo tratamiento domiciliario. “Esta situación es un gran factor de riesgo en la actual situación de sequía, con un impacto potencial en el estado nutricional de niños/as de familias vulnerables. Un escenario que podrá a prueba los avances locales y nacionales destinados a garantizar la seguridad alimentaria y nutricional de los grupos de población centroamericanos más vulnerables”, concluye Miguel Ángel.

    En este contexto, los equipos de Acción contra el Hambre colaboran con los servicios de salud locales para identificar los casos de niños y niñas en situación de desnutrición aguda. La labor de seguimiento nutricional en comunidades vulnerables se acompaña con la prestación de ayuda a familias y centros de salud, para que estos puedan tratar los casos de desnutrición infantil diagnosticados. Al mismo tiempo, debido a la pérdida de cosechas y a la ausencia de otras fuentes de ingresos económicos, Acción contra el Hambre tiene previsto poner en marcha obras de interés comunitario como arreglo de caminos, reforestaciones, o mejoras en sistemas de abastecimiento de agua, a través de los cuales proporcionar empleo temporal a los integrantes de familias que de forma más intensa se han visto afectados por la sequía.

    Acción contra el Hambre es una organización humanitaria internacional e independiente que combate la desnutrición infantil a la vez que garantiza agua y medios de vida seguros a las poblaciones más vulnerables. Intervenimos en más de 45 países apoyando a más de nueve millones de personas. Nuestra visión es un mundo sin desnutrición; nuestro primer objetivo, devolver la dignidad a quienes hoy viven amenazados por el hambre

    Más Información y entrevistas con portavoces:
    Acción contra el Hambre Alicia García / Carlos Riaza: 91 771 16 63 – 609 018 735 / 608 788 320 www.accioncontraelhambre.org


    0 0

    Source: Assessment Capacities Project
    Country: Afghanistan, Bangladesh, Bolivia (Plurinational State of), Burundi, Cambodia, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Côte d'Ivoire, Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, El Salvador, Equatorial Guinea, Eritrea, Ethiopia, Gambia, Guatemala, Haiti, Honduras, India, Iraq, Jordan, Kenya, Lebanon, Lesotho, Liberia, Libya, Mali, Mauritania, Myanmar, Namibia, Nepal, Nicaragua, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Pakistan, Paraguay, Philippines, Rwanda, Senegal, Sierra Leone, Somalia, Sri Lanka, Sudan, Syrian Arab Republic, Uganda, Ukraine, World, Yemen, South Sudan
    preview


    Iraq:Up to 13% of IDPs are located in areas that are currently not considered accessible by humanitarian actors. The overall number and geographical spread of IDPs pose a major challenge for provision of assistance. Approximately 1.5 million individuals are in need of emergency food assistance. An estimated 580,000 people are in urgent need of emergency shelter assistance.

    Libya:New figures indicate 227,000 people are displaced within Libya, 166,000 of whom have become IDPs since May. Fighting continues; the new Government has asked for international assistance to fight Islamist militias.

    Sudan: Fighting between the Maaliya and Rizeigat tribes has reportedly displaced 55,000 people (11,000 families) in Adila locality in East Darfur. Many people are taking shelter with host families in the area.

    Updated: 30/09/2014. Next update: 07/10/2014

    Global Emergency Overview Web Interface


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Gambia
    preview


    Dakar, 30 September 2014: A few weeks ahead of the harvest, the Gambian government, UN agencies and donors met in Dakar to review the humanitarian situation in The Gambia.

    “The rainy season started weeks late in The Gambia and when the rains eventually came, they were erratic and probably insufficient to salvage the season” warned Robert Piper, UN Assistant Secretary-General and Regional Humanitarian Coordinator for the Sahel to the meeting. “A bad harvest can have dire consequences for the food security of thousands of families and badly impact the nutritional status of their children” he added.

    The food security situation in The Gambia is deteriorating. Today, a third of Gambia’s 1.8 million inhabitants are food insecure. Of those, 200,000 have already crossed the emergency threshold and need urgent food assistance. Across the country, 50,000 children are acutely malnourished, 8,000 of them in the highest category of severity.

    “The work of humanitarian teams who are trying to help communities through these harsh times is greatly challenged. Resources are coming too little and too late”, noted Ade Mamonyane Lekoetje, the UN Resident Coordinator in The Gambia. Since the beginning of humanitarian operations in The Gambia in 2012, the effort has been chronically under-funded. Last year, only 2% of the US$ 15 million required for the humanitarian response was secured; the lowest level of funding received of all Sahel countries in 2013. This year, US$ 18.3 million are required to address the needs of the country’s most vulnerable. Priority interventions include food, nutrition and agricultural assistance in addition to support increased access to water, sanitation and health services. To date only US$ 4 million or 21 per cent of the funded needed has been received.

    “Despite major crises unfolding around the globe and in the region, the needs of vulnerable Gambians must not be overlooked. We are entering a critical season with risks of locust invasion, epidemics and floods where needs will increase”, highlighted the UN Resident Coordinator in The Gambia. Coping capacities of Gambian communities have been challenged in recent years, with more frequent droughts and floods. Without timely support, communities are going deeper into poverty with every shock”, she continued.

    The Minister of Finance and Economic Affairs and the Minister of Health and Social Affairs of The Gambia briefed the meeting on the Government’s vision for increased agricultural production and resilience-building, as well as plans for improved health coverage and Ebola preparedness. “Our Government is committed to building the resilience of poorest households in the Gambia for the mid to long term and this is demonstrated through an increase in budget allocation to the agriculture and health sector”, said Hon. Kebba Touray, Minister of Finance and Economic Affairs. “But in the meantime, current emergency needs in the Gambia caused by external shocks such as the erratic rainfall pattern and the need for Ebola preparedness require collaboration and support from our partners.”

    For further information, please call:
    Bérénice Van Den Driessche, Office of the Regional Humanitarian Coordinator for the Sahel, vandendriessche@un.org, +221 77 333 91 95
    OCHA press releases are available at www.unocha.org or www.reliefweb.int


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Senegal
    preview


    L’insécurité alimentaire de niveau Stress se maintient dans le centre et le nord du pays

    MESSAGES CLÉS

    • Les prévisions de pluies inférieures à normales de septembre à octobre ne permettront pas de combler le déficit hydrique déjà préjudiciable pour une production céréalière moyenne, après le retard de plus de deux semaines dans le stade de développement des cultures.
    • Les premières récoltes attendues en fin septembre soulageront plus tard que normale la soudure des ménages pauvres dans les zones agropastorales du pays. Les récoltes en octobre et la baisse des prix des denrées entre octobre et janvier permettent aux ménages pauvres d’être en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC).
    • L’épuisement précoce des stocks paysans et la baisse de revenus agricoles qui en découlent annoncent une soudure précoce pour les ménages pauvres de ces zones en 2015.

    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: France, Mali

    09/30/2014 19:54 GMT

    PARIS, 30 septembre 2014 (AFP) - Le Premier ministre malien Moussa Mara s'est déclaré "optimiste" mardi à Paris à la fois sur l'aide internationale pour son pays et sur le processus de paix engagé avec les groupes armés.

    M. Mara se trouvait à Paris pour la 4e réunion du groupe de suivi de la Conférence de Bruxelles des donateurs pour le Mali, qui devait faire le point sur l'aide internationale à son pays.

    "Ce processus c'est un engagement cumulé (des bailleurs de fonds) de 2.155 milliards de francs CFA (3,3 milliards d'euros). 70% d'engagements formalisés et un peu plus de la moitié de décaisser. Il nous reste quelques mois pour accélérer le rythme des engagements pour arriver à 100% (...) Je suis optimiste", a affirmé M. Mara.

    Le FMI et les bailleurs avaient gelé leurs aides en raison de deux dossiers --l'achat d'un avion présidentiel pour 40 millions de dollars et de matériel militaire pour 5 millions d'euros. Le Mali a aplani le différend grâce à une régularisation comptable et un audit.

    "Cette parenthèse a été une parenthèse douloureuse de quelques mois où on a vu d'importants flux gelés. C'est fait, mais essayons aller vers l'avant", a conclu M. Mara.

    Le Premier ministre a aussi évoqué le processus de paix et les négociations entamées en Algérie "qui a vu toutes les parties -partis (politiques), gouvernement malien, groupes armés, société civile-- présenter leur offres de paix"

    "Les médiateurs sont en train d'élaborer une synthèse (...) et mi-octobre on va se retrouver à nouveau en Algérie pour examiner la synthèse et arriver à une architecture d'un accord de paix qui (...) sera détaillé, précis et traitant de tous les aspects de la crise", a-t-il précisé

    Il a appelé à un nouveau plan d'aide "qui visera la mise en oeuvre de l'accord de paix qui coûtera beaucoup d'argent (...) On peut être raisonnablement optimiste si chaque protagoniste fait l'effort nécessaire".

    La secrétaire d'Etat française au Développement Annick Girardin a estimé qu'il fallait faire en sorte "que le Mali sorte de cette crise".

    "Ca passe par la réconciliation mais aussi par une politique de développement (...) Il y a une volonté de la France d'être immédiatement sur le terrain du soutien au développement parce que c'est aussi une garantie du maintien de la paix de faire en sorte en sorte que le Mali retrouve un développement tant dans le Sud que dans le Nord", a-telle conclu.

    La France a promis 280 millions d'euros pour le Mali, 200 sont des engagements sur de projets déjà définis. 70 millions ont déjà été décaissés, a-t-elle précisé.

    pgf/sba

    © 1994-2014 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN Secretary-General
    Country: Mali

    SG/2211

    Le 27 septembre, les Nations Unies ont convoqué, en marge du débat général de l’Assemblée générale des Nations Unies, une réunion de haut niveau sur le processus politique malien. Ouvert par le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, et par le Président du Mali, S. E. M. Ibrahim Boubacar Keïta, l’événement a rassemblé les membres de l’équipe de médiation du processus de dialogue inclusif inter-malien -l’Algérie, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, les Nations Unies, l’Union africaine, l’Organisation de la coopération islamique, l’Union européenne, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger et le Tchad– et du Conseil de sécurité pour discuter du processus politique malien. L’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas, le Portugal, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la Banque islamique de développement ont participé en tant qu’observateurs.

    Les membres de l’équipe de médiation menée par l’Algérie ont fourni une mise à jour sur les négociations en cours à Alger, reconnaissant la nature multidimensionnelle des défis auxquels fait face la région du nord du Mali. Les membres de l’équipe de médiation ont également fait part de leurs efforts pour inclure les points de vue des représentants de la société civile et des communautés choisies par les parties afin de promouvoir une plus grande inclusion dans un processus de paix qui nécessitera une large adhésion par les citoyens maliens.

    Les participants ont exprimé un soutien ferme pour les négociations en cours à Alger. Ils ont exhorté les parties à respecter pleinement les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies et la feuille de route des négociations dans le cadre du processus d’Alger qui réaffirment la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’unité nationale de l’État malien. Ils ont aussi appelé à ce que des compromis soient faits afin de trouver un terrain d’entente. Les participants ont rappelé que le travail de bonne foi était essentiel pour parvenir à un accord qui adresse les causes profondes de la crise dans le cadre de la feuille de route signée par toutes les parties le 24 juillet.

    Les participants ont également souligné la dimension régionale des défis auxquels est confronté le Mali, reconnaissant le rôle crucial des gouvernements de la région du Sahel pour aborder collectivement les causes profondes de la crise et en particulier celles liées à la gouvernance, la sécurité et la résilience à long terme, et a exhorté les Nations Unies, l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, l’Union européenne et l’Organisation de la coopération islamique à intensifier leur collaboration pour la mise en œuvre de stratégies régionales ciblées.

    Les participants ont fermement condamné les actes de violence et de terrorisme dans la région du nord du Mali, en particulier les attaques contre le personnel de maintien de la paix de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali(MINUSMA), qui ont continué au cours des pourparlers d’Alger, et ont appelé tous les mouvements armés à respecter pleinement l’accord de cessez-le-feu du 23 mai et l’accord de cessation des hostilités du 24 juillet, et à coopérer pleinement avec la MINUSMA et les forces internationales qui sont présentes dans la région du nord du Mali afin de mettre fin à ces attaques.

    Les participants ont souligné le besoin de garanties internationales et d’assistance internationale politique, financière et opérationnelle pour la mise en œuvre d’un futur accord de paix, y compris des mesures précoces de renforcement de la confiance entre les parties et les communautés de la région du nord du Mali. Les participants ont noté leur appréciation pour le travail accompli par le groupe des médiateurs et ont réitéré leur soutien unanime au dialogue inclusif intermalien comme étant la seule option viable pour parvenir à une paix et une stabilité durables. Ils ont souligné la nécessité d’un processus qui est véritablement ouvert aux désirs et aux préoccupations de toutes les communautés.

    Enfin, les participants ont souligné le rôle central que la MINUSMA pourra jouer en soutien à la mise en œuvre d’un accord de paix et ont exhorté les États Membres à fournir à la MINUSMA tout le soutien politique et opérationnel nécessaire pour qu’elle s’acquitte efficacement de son mandat.


    0 0

    Source: Consortium of International Agricultural Research Centers
    Country: Belize, Costa Rica, El Salvador, Guatemala, Honduras, Mexico, Nicaragua
    preview


    Smallholder coffee farmers in Mesoamerica face formidable challenges, including highly variable coffee prices, increasing climate change impacts, and worsening outbreaks of pests and diseases, which contribute to chronic debt and food insecurity. Despite these difficulties, the results of a recent follow-up or longitudinal survey show improvement in key aspects of farmers’ livelihoods, though there is an urgent need to continue working with farmers on these issues.

    The findings point to promising strategies for enhancing livelihoods, including carefully selected crop diversification practices to improve food security; site-specific instead of blanket recommendations for improved agricultural management and livelihood diversification; access to affordable financing and training in financial literacy; and other education and training programs for farmers.


    0 0

    Source: Oxfam
    Country: Bangladesh, Malawi, Uganda, World

    Posted by Alvaro Valverde Private Sector Adviser (ICTs), Dennis Aviles Sustainable Agriculture and Gender Adviser

    Oxfam recently embarked on an innovative partnership in mNutrition, a programme, which aims to use mobile phones to help fight hunger and malnutrition in Asia and Africa. Here Alvaro Valverde and Dennis Aviles from the Economic Justice Team, explain how and why we're involved.

    The use of mobiles is commonly regarded as "neutral" among both Mobile Network Operators and development practitioners. A recent study of the role of mobiles in supporting sustainable agriculture in Africa, concludes that the application of information and communication technologies (ICTs) (including mobiles) is "sustainability neutral". This is because it is equally applicable to the expansion of conventional, high external input dependent agriculture, or to the development of more sustainable, agro-ecological approaches. Likewise, ICTs could be used either to cement women's economic marginalisation or to foster their leadership.

    However, while ICTs could be called neutral channels, the message they deliver is not so. The fast pace at which mobile services are expanding as a means of conveying information, worldviews and approaches to development, means it's vital to look at these services more critically and find ways to influence key actors in the field to ensure that mobile services benefit the most vulnerable.

    Nine months ago, the GSM Association (GSMA), in partnership with the UK's Department for International Development, conceived a Mobile Nutrition (mNutrition) programme to develop and scale-up the delivery of nutrition messages through agriculture and health mobile phone platforms. The aim is to reach 3 million women and children in a total of 14 countries acrossSub-Saharan Africa and Asia over the next 3 years. To meet this end, GSMA is relying on a consortium of implementer organisations (CABI, BMJ, GAIN, ILRI and Oxfam GB), acting together as a Global Content Partner, with expertise in different thematic areas and presence in the 14 countries.

    Oxfam will be playing a convening and influencing role in the programme, both at global and national levels. We see the mNutrition programme as a platform for us to influence the 50 different organisations (private enterprises, NGOs, academia, governments and donors) involved in the design and implementation of the content and services.

    Our role involves providing advice in the development of base-line analysis and plans which are gender and sustainable agriculture sensitive; advising monitoring and evaluation partners on the inclusion of indicators that better reflect behavioural change and women's roles; and working with donors in the refinement of theories of change to consider issues of time poverty.

    Oxfam will also provide in-country support to the design and implementation of the services through public-private partnerships in Malawi, Bangladesh and Rwanda. We aim to: ensure the appropriateness and relevance of the services for female small-holder farmers; gather evidence for national advocacy purposes; and identify synergies with Oxfam's in country programmes, including feeding back lessons learned for the refinement of the services.

    In Malawi, the mNutrition and We Care programmes will converge to tap the potential of mobile technology to gather data on the use of intra household time with the aim of providing evidence to support global and national advocacy.

    The programme has recently started and many challenges lie ahead, two are worth mentioning here. First, sustainable agriculture is not strongly linked to the market and value chains approach as it is the dominant practice of conventional agriculture. We need to build a strong case for linking mobile phone services with national policies to support a more sustainable approach to agriculture. Second, nutrition programmes have historically focused on the reproductive role of women, and still need to recognise the role and potential of women in non-reproductive age to multiply knowledge and practices that impact nutrition at household and communal levels, and to concede to multiple local realities where nuclear and extended family and community members also act as child carers.

    In discussion with other Oxfam colleagues, we are exploring how to better influence our global partners and, in the long term, how to gear the use of mobile phones to support sustainable agricultural practices and women's leadership.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Guatemala, Honduras, Nicaragua
    preview


    De 1 Septiembre 2014 hasta 20 Septiembre 2014

    Mensajes clave

    • Zonas del occidente de Guatemala y de oriente de Honduras mostraron déficit de lluvia durante septiembre, retrasando las siembras de cultivos de la temporada de Postrera. En el resto de áreas las lluvias han sido cercanas al promedio, favoreciendo allí las actividades agrícolas (Figura 1).

    • Los cultivos de frijol, y maíz en menor proporción, en la región del Pacífico de Centroamérica reciben acumulados de lluvia favorables para las primeras fases de crecimiento en los cultivos de la temporada de Postrera.

    • Al momento, se prevé una cosecha de Postrera normal en la región, tanto para maíz como frijol, pero pérdidas leves podrían registrarse en algunos departamentos del corredor seco en el oriente de Guatemala, occidente de Honduras y oriente de Nicaragua.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Guatemala
    preview


    Asistencia bien focalizada mejoraría seguridad alimentaria hasta diciembre

    MENSAJES CLAVE

    • Con una asistencia alimentaria gubernamental oportuna y bien focalizada, de octubre a diciembre la población en los municipios afectados por la sequía pasaría de Crisis (Fase 3, CIF) a Estrés (Fase 2, CIF) en el occidente, y de Estrés (Fase 2, CIF) a Mínima (Fase 1!, CIF) en el oriente.

    • El pronóstico de una finalización temprana de las lluvias hace prever una cosecha de Postrera de frijol levemente menor al promedio en el oriente del país. En el altiplano, los afectados por la canícula extendida mantendrán pérdidas de 75 a 100 por ciento en maíz y frijol, mientras que en las otras áreas de la zona se prevé una cosecha normal.

    • Aunque se prevé una mejora en la generación de ingresos provenientes del café, la situación de seguridad alimentaria de los hogares afectados por la canícula prolongada en el siguiente año dependerá de las opciones de asistencia alimentaria que finalmente se materializen.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso, Central African Republic, Chad, Djibouti, El Salvador, Ethiopia, Guatemala, Haiti, Honduras, Kenya, Mali, Mauritania, Mozambique, Nicaragua, Niger, Nigeria, Rwanda, Senegal, Somalia, Sudan, Tajikistan, Uganda, United Republic of Tanzania, World, Zambia, Zimbabwe
    preview


    Key Messages

    • In West Africa, staple food markets were well-supplied in August, with carryover stocks and early grain, tuber, and legume harvests. Staple food prices were stable or declining, except in deficit areas of Niger, Chad, and Mauritania and conflict-affected areas of northeastern Nigeria. The Ebola outbreak has led to both official and voluntary restrictions on the movement of goods and people in affected countries, resulting in atypical market trends in some areas.

    • In East Africa, maize prices continued to decline in Tanzania, Kenya, Uganda, and Somalia as supplies from harvests improved market availability. Sorghum prices continued to increase in eastern Ethiopia, Sudan, and conflict-affected areas of eastern and northern South Sudan with progression of the lean season. Civil conflict, insecurity and seasonal road condition deterioration continued to disrupt marketing in northern and eastern South Sudan, Somalia, Darfur and South Kordofan States in Sudan. Livestock prices remained stable at lower levels across most markets.

    • In Southern Africa, regional staple food availability is higher than in previous years. Harvests from the 2013/14 production year were well-above average in the region’s surplus-producing countries. Staple food prices remained stable or began increasing as stocks began to dwindle during the post-harvest period. Maize prices were generally below their respective 2013 levels.

    • In Haiti, staple food prices were stable due to adequate food availability from ongoing harvests and imports. In Central America, red bean prices increased atypically from December through August in El Salvador, Nicaragua, and Honduras due to a below-average 2013 Primera harvest in some countries and increased regional demand. Local and imported rice prices remained stable throughout the region.

    • In Central Asia, wheat grain and flour availability remained good region-wide in August. Prices were stable, but above their respective five-year average levels.

    • International rice, maize, wheat, and soybean prices were stable August. Global production for most key commodities reached record or near record levels this year, making for very well supplied global markets. Crude oil prices were stable.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Malawi
    preview


    The Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) monitors trends in staple food prices in countries vulnerable to food insecurity. For each FEWS NETcountry and region, the Price Bulletin provides a set of charts showing monthly prices in the current marketing year in selected urban centers and allowingusers to compare current trends with both five-year average prices, indicative of seasonal trends, and prices in the previous year.

    Maize, rice, and cassava are the most important food commodities. Markets selected represent the entire geographic length of the country: two markets in each of the north, center, and south. In the north, Karonga is one of the most active markets in maize and rice and is influenced by informal cross-border trade with Tanzania. Mzimba is a major maize producing area in the northern region. Salima, in the center along the lake, is an important market where some of the fishing populations are almost entirely dependent on the market for staple cereals. Mitundu is a very busy peri-urban market in Lilongwe. In the south, the Lunzu market is the main supplier of food commodities such as maize and rice for Blantyre. The Bangula market in Nsanje district was chosen to represent the Lower Shire area, covering Chikwawa and Nsanje districts.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso
    preview


    The Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) monitors trends in staple food prices in countries vulnerable to food insecurity. For each FEWS NET country and region, the Price Bulletin provides a set of charts showing monthly prices in the current marketing year in selected urban centers and allowing users to compare current trends with both five-year average prices, indicative of seasonal trends, and prices in the previous year.

    Millet, maize, and sorghum are the most important food commodities for household consumption. Millet is the staple of the most vulnerable households, while maize and sorghum also contribute to the food basket of a majority of all households. Sankaryare market is the largest and most important market in Ouagadougou and supplies other markets within the country and region. Koudougou is located in one of the most populated areas in the country, where a majority of households depend on the market for their food needs. Djibo is in the highly vulnerable Sahelian zone.
    Pouytenga is an assembly market for products from Nigeria, Ghana, Benin, and Togo. Solenzo is a rural market located in the middle of a surplus production zone. Bobo Dioulasso is important center for both consumption and production – it functions as both the economic capital of Burkina Faso and is located in an important cereal production zone.


    0 0

    Source: Forum on Early Warning and Early Response
    Country: Chad
    preview


    Des signes d’amélioration de la securité alimentaire dans les régions en crise alimentaire

    MESSAGES CLÉS

    • Dans la zone soudanienne, l’accès aux aliments des ménages s’est nettement amélioré grâce aux bonnes pluies de juillet/août qui ont permis la récolte précoce du maïs, sorgho et l’arachide comme en année normale. La bonne disponibilité laitière et l’augmentation des revenus issus des prémices ont aussi contribué à augmenter la consommation alimentaire dans ces zones durant le mois de septembre.

    • Dans la zone sahélienne, malgré l’installation tardive de la saison, la situation pluviométrique s’est améliorée nettement avec les pluies régulières d’août et une partie de septembre. Toutefois, les récoltes seront probablement quelques semaines plus tard que d'habitude en raison des retards dans le développement des cultures par endroits. Le niveau de pâturage est supérieur à la normale et les animaux présentent un meilleur embonpoint.

    • Les ménages pauvres de Wadi Fira et du Sud Bahr El-Ghazel (BEG) continuent à faire face à un déficit de consommation et couvrent à peine le minimum de leurs besoins alimentaires jusqu’à la fin du mois. A cet effet, ces deux régions restent en Crise (Phase 3 ! de l’IPC). Quant aux régions voisines du Kanem, Hadjer Lamis, le nord BEG, et le Batha elles sont Stressées (Phase 2 de l’IPC) et y resteront jusqu'à la fin du mois.


older | 1 | .... | 279 | 280 | (Page 281) | 282 | 283 | .... | 728 | newer