Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 209 | 210 | (Page 211) | 212 | 213 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies
    Country: Mauritania

    Katherine Mueller, IFRC

    When drought and food insecurity gripped the west African nation of Mauritania in 2011 and 2012, more than one million people were left without enough food or water. Children were among the hardest hit, with more than 110,000 under the age of five suffering from global acute malnutrition.

    Providing emergency food supplies, while desperately needed, was considered a band-aid solution, that would ensure hungry stomachs were filled. But it would not address the long term challenges of recurring droughts. The Mauritanian Red Crescent Society and International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC), committed to building resiliency among families, decided in their response to the drought, to adopt a twin-track approach; one that would tackle the immediate challenge of feeding starving people, while at the same time working with communities to reduce their vulnerability when drought next strikes.

    “The twin track approach is a way of combining all the phases of assistance in a certain period of time,” said Denis Bariyanga, Operations Manager, IFRC. “In a crisis, there is emergency assistance that is done immediately. I can give an example of malnourished children who were in immediate need of food. But at the same time, we prepare and launch other activities to prevent other children or families from ending up in the same situation.”

    Red Cross Red Crescent emergency efforts focused on providing food, cash for work, and screening and identifying children suffering from malnutrition. Long term projects were designed with sustainability in mind. Twenty-eight women’s cooperatives were provided technical guidance, 18 received vegetable seeds, 3 wells were rehabilitated and outfitted with solar panels to make gathering water easier, and goats were distributed to 283 families whose children were suffering from severe malnutrition.

    “Food insecurity is a permanent issue in the region. That is why we have involved longtime solutions, longtime recovery to be sure that maybe even next year if the crisis comes back, communities will be able to cope,” said Bariyanga.

    Success depended upon several factors, not least of which was having the community involved from the start. With many of the men away looking for work in the larger centers, the Mauritania Red Crescent focused its efforts on women.

    “Communities have been trained. They have been involved since the beginning of the project, and they know what to do even when we are not there,” said Bariyanga.

    “We will be able to keep this project running long after the Red Crescent leaves,” said Kate mint Baba ould Haiballa, who oversees the recently installed solar powered well in the village of Zemmou. “Four of us have been trained on how to operate, maintain and fix the solar panels. We have also decided that those who use this well will contribute financially every month. This money will help pay for any repairs.”


    0 0

    Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies
    Country: Mauritania

    Katherine Mueller, FICR

    Lorsque la sécheresse et l’insécurité alimentaire ont affecté la Mauritanie, un pays de l’Afrique de l’Ouest, en 2011 et 2012, plus d’un million de personnes se sont retrouvées sans assez de nourriture ou d’eau. Les enfants étaient parmi les plus touchés, avec plus 110 000 enfants âgés de moins de cinq ans qui souffraient de malnutrition aigüe globale.

    Fournir des vivres d’urgence, quand les populations en avaient désespéremment besoin, était considéré comme une solution de pis-aller, qui visait simplement à remplir les estomacs vides. Mais cela ne permettrait pas de relever les défis à long terme des sécheresses récurrentes. Le Croissant-Rouge mauritanien et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, engagés à construire la résilience au sein des familles, ont décidé dans leur réponse à la sécheresse, d’adopter une approche à deux volets; cela consistait à relever le défi immédiat de nourrir des populations affamées, et dans le même temps travailler avec les communautés pour réduire leur vulnérabilité face à une nouvelle sécheresse.

    « L’approche à deux volets (twin-track) est la façon de combiner toutes les phases de l’assistance dans un certain laps de temps » souligne Denis Bariyanga, Gestionnaire des opérations à la FICR. « Dans une situation de crise, il y a une aide d’urgence qui se fait immédiatement. Je peux donner l’exemple de la malnutrition des enfants malnutris qui étaient dans un besoin immédiat d’assistance en nourriture. Au même moment où on les assistait, on mettait en place d’autres types d’activités qui pouvaient empêcher d’autres enfants ou d’autres familles à vivre la même situation. »

    Les efforts d’urgence de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge étaient axés sur la distribution alimentaire, le programme « argent contre travail », le dépistage et l’identification des enfants atteints de malnutrition. Les projets à long terme ont été conçus avec la durabilité à l’esprit. Des conseils techniques ont été fournis à 28 coopératives de femmes ; 18 ont reçu des semences. Trois puits ont été réhabilités et équipés de panneaux solaires pour faciliter la collecte d’eau et des chèvres ont été distribuées à 283 familles dont les enfants souffraient de malnutrition sévère.

    « L’insécurité alimentaire est un problème permanent dans la région. C’est pourquoi nous avons introduit des solutions à long terme, le relèvement à long terme, pour être sûr que peut-être même l’année prochaine, si la crise revient, les communautés seront en mesure de faire face » explique Bariyanga.

    Plusieurs facteurs ont expliqué le succès du programme, et pas des moindres, l’implication des communautés depuis le départ. Avec la plupart des hommes partis vers les grands centres urbains à la recherche de travail, le Croissant-Rouge mauritanien a concentré ses efforts sur les femmes.

    « Les communautés ont été déjà formées. Elles ont été impliquées depuis le début du projet, et elles savent ce qu’il faut faire, même en notre absence ». déclare Bariyanga.

    « Nous sommes capables d’assurer la continuité du projet pendant longtemps, même après le départ du Croissant-Rouge » souligne Kate mint Baba ould Haiballa, qui supervise le puits fonctionnant à l’energie solaire installé récemment dans le village de Zemmour. « Quatre d’entre nous ont été formés sur le fonctionnement, la maintenance et la réparation des panneaux solaires. Nous avons aussi décidé de faire payer une contribution financière mensuelle à tous les usagers du puits. Cet argent va aider à faire face aux éventuelles pannes ».


    0 0

    Source: Assessment Capacities Project
    Country: Afghanistan, Bangladesh, Bolivia (Plurinational State of), Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Côte d'Ivoire, Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Guinea, Haiti, Iraq, Jordan, Kenya, Lebanon, Lesotho, Madagascar, Malawi, Mali, Myanmar, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Pakistan, Paraguay, Philippines, Somalia, Sudan, Syrian Arab Republic, World, Yemen, South Sudan
    preview


    Snapshot 28 January – 04 February

    Central African Republic: Despite the deployment of international troops, widespread insecurity continues in CAR with new outbreaks of violence reported in the country’s north western and western areas. The UN declared CAR a Level 3 emergency over two months ago, and the humanitarian situation has shown no sign of improvement. At least 2.6 million people, including 1.3 million people, are now considered severely food insecure and in immediate need of assistance. As reported by several international organizations, the ongoing instability and insecurity is causing problems with humanitarian access.

    Syria: The Geneva II peace talks concluded without any tangible solution to the Syrian conflict. Notably, despite initial hopes, no agreement was reached on the delivery of humanitarian aid and the evacuation of civilians from the Homs area. Meanwhile, the number of Syrian refugees crossing to neighbouring countries continues to rise, with almost 2,459 million people having now fled the war-torn country.

    Iraq: Military operations between government troops and allied tribesmen fighting Sunni Islamist militants are ongoing in Anbar province. Humanitarian needs in the affected region are reportedly escalating, with around 200,000 people now internally displaced by the clashes. Meanwhile, international organizations report that humanitarian access to Anbar province is increasingly hindered because of the conflict.

    South Sudan: Despite the signing of a ceasefire in late January, clashes reignited in the east of the country with government and insurgents accusing each other of violating the truce. The second round of peace talks between Juba and the rebels is set to start in Ethiopia on 7 February. To date, an estimated 863,000 people have been displaced. Meanwhile, humanitarian partners reported that some 3.2 million people are currently facing acute and emergency food insecurity, mostly in the eastern states which are worst affected by the crisis.

    Last Updated: 04/02/2014 Next Update: 11/02/2014

    Global Emergency Overview Web Interface


    0 0

    Source: World Food Programme, Government of Chad, Food and Agriculture Organization
    Country: Chad
    preview


    1. Résumé exécutif L’enquête nationale sur la sécurité alimentaire a montré que 21% des personnes sont affectées par l’insécurité alimentaire dont 2,3% par l’insécurité alimentaire sévère au Tchad. En valeur absolue, l’enquête indique qu’environ 2,0 millions de personnes sont affectées par l’insécurité alimentaire dont 236 026 personnes qui se trouvent en situation d’insécurité alimentaire sévère. Les personnes affectées par l’insécurité alimentaire sévère rencontrent des difficultés importantes à faire face à leurs besoins alimentaires immédiats. Elles auront besoin d’assistance dès février 2014.

    L’analyse désagrégée de la prévalence de l’insécurité alimentaire a mis en évidence des disparités régionales fortes. L’insécurité alimentaire touche deux fois plus de personnes dans la zone sahélienne (1 320 988 personnes) que dans la zone soudanienne (697 834 personnes). La région de Wadi Fira présente la prévalence à l’insécurité alimentaire la plus élevée : 61%.

    Dans les zones rurales du Tchad, l’insécurité alimentaire observée est une conjonction de facteurs structurels et conjoncturels. En effet, les ménages sont pauvres. L’enquête indique que 45% des ménages sont pauvres dont 25% de très pauvres. Ces pauvres sont caractérisés par une possession limitée de biens durables productifs. De ce fait, ils génèrent des revenus insuffisants pour faire face à leurs besoins alimentaires et non alimentaires. De plus, ces revenus proviennent de sources non fiables et viables.

    L’enquête n’indique pas de lien structurel entre les revenus et le niveau d’instruction. Par contre, l’analyse confirme que la situation alimentaire des ménages s’améliore avec le niveau d’instruction du chef de ménage. Cette affirmation est davantage vérifiée chez les femmes cheffes de ménage. Le faible niveau d’instruction des chefs de ménage est un facteur important de la prévalence de l’insécurité alimentaire dans les zones rurales du Tchad. En fait, le manque d’instruction ne favorise pas la valorisation du capital humain : seuls 22% des chefs de ménage ont déclaré savoir lire ou écrire une langue quelconque.


    0 0

    Source: Agency for Technical Cooperation and Development
    Country: Mali

    BAMAKO [ACTED News] – Pour lutter contre la malnutrition, en janvier 2014, ACTED a organisé une formation pour une centaine de relais communautaires à Bamako sur le dépistage des cas de malnutrition, le référencement et les suivis à domicile.

    Une priorité des activités d’ACTED est de renforcer les capacités des acteurs sanitaires et communautaires de la zone.

    Le Mali est un pays qui a été frappé par une crise nutritionnelle depuis plusieurs années. ACTED mène depuis 2013 des activités de prévention et de lutte contre la malnutrition dans la commune II du district de Bamako, avec le soutien de l’UNICEF.

    Cliquez-ici pour en savoir plus sur les activités d’ACTED au Mali.


    0 0

    Source: Oxfam
    Country: Mali
    preview


    Les élections de 2013 ont contribué à restaurer l’ordre constitutionnel au Mali et ont inauguré une période d'espoir pour la paix, la stabilité et le développement. Le défi est maintenant de répondre aux attentes des Maliens pour une meilleure gouvernance.

    Aussi, le nouveau gouvernement doit-il impulser un développement équitable, le renforcement de la participation citoyenne, en particulier la participation politique des femmes, l’amélioration de l'accès à la justice, et la promotion la réconciliation.


    0 0

    Source: Oxfam
    Country: Mali
    preview


    The 2013 elections helped to restore constitutional order in Mali and marked the start of a period of hope for peace, stability and development. The challenge is now to respond to the Malian people's desire for improved governance.

    The new government must, therefore, strive to ensure equitable development, increase citizen participation, in particular women's political participation, while improving access to justice and promoting reconciliation.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal

    DAKAR, 5 février 2014 (IRIN) - Au Sahel, plus de 20 millions de personnes auront besoin de l'aide alimentaire en 2014, soit 8,7 millions de plus qu'en 2013, d'après les estimations des Nations Unies qui ont lancé le 3 février un plan triennal (et non plus annuel) ambitieux pour la région du Sahel.

    L'augmentation du nombre de personnes souffrant de la faim est due à une sévère détérioration de l'accès à des denrées alimentaires à un prix abordable dans le nord du Nigeria, le nord du Cameroun et au Sénégal. Ensemble, ces pays représentent plus de 40 pour cent du nombre global de cas d'insécurité alimentaire, ont déclaré les Nations Unies.

    Le nombre d'enfants de moins de cinq ans malnutris est de cinq millions, soit plus ou moins le même qu'en 2013.

    Les déplacés dans la région du Sahel, qui sont 1,6 million, font partie des populations vulnérables, avec les communautés qui fuient la République centrafricaine (RCA), le nord-est du Nigeria, le Mali et le Soudan. La présence des déplacés pèse sur les populations vulnérables du Burkina Faso, du Cameroun, du Tchad et du Niger.

    « Plus ambitieux »

    « Sauver des vies reste la priorité absolue, c'est certain », a déclaré Robert Piper, coordonnateur humanitaire régional des Nations Unies pour le Sahel. « Mais nous devons être plus ambitieux concernant les missions que nous nous fixons, y compris ne pas faire que sauver des vies. »

    Les Nations Unies, qui vont relancer des demandes de financement annuelles au cours des trois années à venir, lancent un appel de fonds à hauteur de 2 milliards de dollars cette année, soit plus que le montant de 1,7 milliard de dollars réclamé l'année dernière.

    « Les plans de douze mois ne fonctionnent pas dans une région qui souffre de problèmes chroniques. Tout le monde veut voir reculer le nombre [de personnes vulnérables]. Les activités économiques habituelles ne sont pas capables de briser ces cycles », a déclaré à IRIN M. Piper.

    « Nous avons pour ambition de réduire le volume [des souffrances] et de raccourcir le temps nécessaire à la récupération. »

    Il faut parfois trois bonnes récoltes successives pour se remettre d'une mauvaise année, mais les sécheresses de plus en plus fréquentes et répétées rendent cette récupération impossible pour de nombreuses familles.

    « Dans une région où les crises sont plus fréquentes et plus intenses, il s'agit surtout de reconnaître les signes, de réagir vite et d'intervenir de façon à empêcher les personnes qui connaissent des difficultés ou qui sont exposées de basculer », a-t-il ajouté.

    Partenariat

    La nouvelle stratégie privilégie l'alerte précoce et le travail en partenariat direct avec les États et les acteurs du développement. « Agir de façon isolée, sans impliquer l'État, n'est pas viable. De même, agir sans impliquer les partenaires du développement ne permettra pas une réponse rapide au sein d'un système international plus large », a affirmé M. Piper qui a également préconisé une collaboration plus poussée entre les différents groupes.

    Rodrigue Vinet, coordonnateur principal de projet auprès de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a déclaré à IRIN : « Personne ne détient la solution complète. C'est seulement en travaillant ensemble que nous pouvons y arriver ou faire des progrès ».

    Les autorités nationales vont devoir assumer leur part de responsabilité et reconnaître les conséquences du mariage précoce et des autres facteurs sur la croissance démographique, car ces facteurs sont liés à l'insécurité alimentaire, a déclaré un observateur.

    La récolte de 2013 dans le Sahel se situait au niveau du rendement moyen des cinq dernières années. Cependant, d'après les estimations des Nations Unies, cela représentait une réduction de 13 pour cent de la disponibilité des céréales par habitant, à cause de la croissance démographique.

    Au Niger, la population double tous les 22 ans.

    Selon M. Vinet, tous les acteurs doivent renforcer l'éventail de leurs activités, notamment la constitution de réserves alimentaires ; la distribution en temps utile de semences résistantes à la sécheresse ; l'amélioration de l'utilisation des réserves en eau limitées ; la vaccination préventive et la réduction des stocks de bétail au bon moment ; la mise en place de réserves alimentaire ; l'augmentation des réserves alimentaires dans les villages ; l'encouragement des investissements dans la recherche scientifique ; et l'amélioration des points d'eau pour les éleveurs et les agriculteurs, entre autres activités.

    aj/rz-fc/amz


    0 0

    Source: Terre des hommes Foundation Child Relief
    Country: Mali

    The crisis experienced by Mali since January 2012 has sadly not spared its children and considerable cases of violations of fundamental rights have been raised. In addition, its structural aspects (poverty, burden of some traditions, etc.) and institutions (insufficiency in the coordination of the programmes, insufficiency in the knowledge at application of the rights of children, etc.) continue to jeopardize the commitments taken by the government. Thus, although some significant advances have been undertaken in the domain of children’s rights, a number of challenges still remains. The Malian government, committed to reform its national system for the protection of children since 2008, has realised the necessity of taking into account new situations caused by the crisis. Known for its expertise in regards to the rights of the child and for the protection of migrant children, the Foundation ‘Terre des hommes’ (Tdh) has been invited to participate in the process and provided its contributions.

    Reinforcement of the protection of migrant children

    Conscious of the challenges particular to the present situation in Mali, Tdh wants to bring particular attention to children in relation to migration. With a group of stakeholders from the project ‘Mobility’, whose first objective is to assure the protection of unaccompanied migrant children, Tdh has showcased a set of key messages that have served them in their Malian children’s aid mission:

    1. All children affected by mobility have the right to protection taking into account their best interests.

    2. With this aim in mind, some protective measures aimed to assure the security, the dignity, the personal development and the respect of migrant children must be established.

    3. These mechanisms – established at local, national and international levels – necessitate the conciliation of local social norms, national laws and international standards.

    4. A national system for the protection of childhood, through application of measures covering supportive protection, must embrace the specific needs of children affected by mobility.

    5. The actual participation of children is an essential element to include in the protective measures without exempting adults of their responsibility to protection.

    6. Human trafficking must be combated, but all children affected by mobility are not victims of trafficking. Thus, specific measures for children in situation of mobility must be taken in order to avoid assimilating all movement of child as trafficking.

    7. Finally, it is essential to promote, encourage and support areas of exchange between the different stakeholders concerned (states, civil society groups, technical and financial partners, etc.).

    Starting from these guiding principles, Tdh has consecrated the important part of its appeal to the Malian authorities in order to achieve a clear objective : to make each child, independent of his position, able to benefit from adequate protection. Its recommendations have been heard: some global aspects for the promotion and protection of children’s rights, and particularly some specific aspects for the protection of children in situation of mobility have thus been integrated into the National Policy for the Promotion and Protection of Malian Children and in the government’s plan of action for 2014-2018, in the course of being validated. From now on, the NGO’s intervening in Mali will tailor their actions to this intervention logic.

    Proud of its contribution, Tdh intends to encourage similar measures in other countries where it is engaged. At the moment, a similar process is being pursued in Benin.


    0 0

    Source: Oxford Research Group
    Country: Libya, Mali, Niger
    preview


    Summary

    One year on, the impact of the French intervention in northern Mali has been felt in most of the surrounding countries. These impacts include the displacement of jihadist paramilitary groups from Mali as well as the political consequences for states that have supported the French intervention. In 2014, as France downsizes its forces in Mali, it is implementing a major redeployment of its forces in Africa from coastal and urban bases to forward operating bases in the Sahel and Sahara. Securing Niger and monitoring southern Libya are particular concerns. Meanwhile, the US has been quietly extending its military reach through small deployments of Special Forces, private contractors, surveillance aircraft and drones all across the Sahel. The potential use of military tactics that have bolstered radicalism in other theatres of the ‘War on Terror’ risks a local backlash, as does the increasing reliance of French and US strategy on some of the region’s most authoritarian regimes.

    Security in the Sahel: Part I – Stabilising Mali in 2013-14


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali

    Last year’s rainy season was a failure in many localities in Mali. The rains – usually at their heaviest between June and September – arrived late and ended early in Bandiagara a district in the Mopti region of Central Mali, severely affecting some of the region’s most vulnerable families.

    Read the full story on OCHA


    0 0

    Source: World Bank
    Country: Mauritania

    SUBMITTED BY THOMAS DICKINSON ON TUE, 02/04/2014

    Mauritania, like its Sahelian neighbors, is struggling with three problems: drought, high food prices and security threats. All of these threats are driven in some form by global climate change to the point where they are threatening economic growth, stability and peace.

    The crisis point was reached in 2011, when Mauritania was struck with a severe drought that cost the country over one-third of its cereal harvest. And because Mauritania is dependent on food imports for over two-thirds of its domestic consumption, high international food prices compounded the crisis. Food prices spiked, food availability dropped especially in many rural areas, and the country was on a verge of humanitarian crisis.

    This is when Mauritania made an impressive move.

    Short-term crisis response

    Instead of appealing for food aid, the government launched a comprehensive emergency program funded from the national budget. The program, called Emel (‘hope’ in Arabic), included a broad range of interventions designed to support its vulnerable populations: free food distribution for the very poor, subsidized food for the poor, cereal banks for rural farmers and, essential for a pastoral country, livestock feed to keep herds – and thus, capital – alive.

    Emel was a success: food was available, prices stayed down and a crisis was averted.

    But success did not come cheap. The Emel program cost 2.6% of GDP, and nearly 9% of total government expenditure in 2012, and is growing into a national behemoth as the consequences of climate change keep justifying continued intervention.

    Beyond the heavy fiscal burden, over time, such an emergency program distorts local economic activity and, in the case of large-scale food distribution, undermines domestic food markets and production. Worst of all, while averting the immediate crisis in the short-term, an emergency program does not tackle the root causes of poverty or vulnerability.

    On a recent mission, the Mauritanian government was keenly aware of entering an unsustainable cycle: because the emergency program was so successful in protecting vulnerable populations, it has expanded and is growing into a policy on which the government – and the population – relies. The subsidized food shops for example, intended to operate for 6 months in 2011, have doubled in number and are still doing healthy business in 2014.

    Long-term resilience

    Faced with the choice to continue funneling vast resources into emergency activities that ultimately maintain the status quo, Mauritania chose to develop interventions that could work at the root causes of poverty and reinforce resilience over the longer-term.

    Mauritania has been testing cash and voucher programs as alternatives to its emergency food distributions, and is preparing a national registry to target the poorest households for more permanent support. Important resources are also being channeled into sustainable agriculture (with a national goal of doubling arable land by 2017) and pastoralism, one of the country’s economic and cultural foundations. These activities received a boost at the recent conference on pastoralism and its Nouakchott Declaration.

    The best way to reduce climate change shocks? Pushing back on poverty

    The threats that caused Mauritania to launch a successful national emergency program are now pushing it to develop a comprehensive and large-scale approach to fighting poverty.

    With the 2011 drought, Mauritania showed that it was capable of facing a national emergency with vision and skill. In turn, the national emergency program proved that it is long-term investments in the resilience of the Mauritanian people, not emergency programs, which are the correct response to climate change.

    But the real conclusion that has emerged from this experience is perhaps that it is not climate change, but poverty that is the national emergency. If the poor are adequately equipped when a crisis hits, they will be more than capable to adapt and push back themselves.

    So perhaps, if ever there was a silver lining to drought in Mauritania and the Sahel, it is to show that fighting poverty is the best response to the many threats posed by climate change.


    0 0

    Source: World Bank
    Country: Mauritania

    SOUMIS PAR TOM DICKINSON LE MARDI, 04/02/2014

    La Mauritanie, comme ses voisins du Sahel, est aux prises avec trois fléaux : la sécheresse, la cherté des produits alimentaires et le risque sécuritaire. Ces fléaux sont, de près ou de loin, liés au changement climatique et ont pris de telles proportions qu’ils menacent la croissance économique, la stabilité et la paix.

    La cote d’alerte a été atteinte en 2011, lorsqu’une sécheresse particulièrement prononcée a privé la Mauritanie de plus d’un tiers de sa récolte de céréales. Le niveau élevé des cours internationaux des produits alimentaires est venu aggraver la situation, compte tenu de la forte dépendance du pays vis-à-vis des importations de denrées (celles-ci représentent plus des deux tiers de sa consommation). Les prix des aliments ont flambé, l’approvisionnement est devenu critique, surtout dans les zones rurales, et la Mauritanie s’est retrouvée à deux doigts d’une catastrophe humanitaire.

    La réaction des autorités a été radicale.

    Court terme versus long terme

    Au lieu d’avoir recours à l’aide alimentaire, le gouvernement a lancé un programme d’urgence financé sur les deniers de l’État. Le dispositif, baptisé Emel (« espoir » en arabe), prévoyait un large éventail d’interventions en faveur des populations vulnérables : distribution gratuite de nourriture aux plus démunis, subventions alimentaires pour les pauvres, banques de céréales pour les agriculteurs et, mesure vitale dans ce pays d’éleveurs, distribution d’aliments pour le bétail afin de préserver les troupeaux (et donc le capital).

    Pari gagné : grâce à Emel, les Mauritaniens ont pu se procurer de la nourriture à des prix modérés et la crise a été évitée.

    Mais à quel prix ? Le programme Emel représentait pratiquement 9 % des dépenses publiques totales en 2012 et 2,6% du PIB. Les conséquences du changement climatique justifiant sa poursuite, il est en passe de prendre une ampleur démesurée.

    Au-delà de la charge budgétaire qu’ils représentent, ces programmes d’urgence finissent par perturber l’activité économique locale et, dans le cas des distributions de produits alimentaires à grande échelle, ils déstabilisent la production et les marchés nationaux. Pire, s’ils permettent d’éviter une crise à court terme, ils ne remédient pas aux causes profondes de la pauvreté ou de la vulnérabilité.

    Le gouvernement mauritanien a conscience, nous l’avons constaté lors d’une mission récente, d’être rentré dans un engrenage intenable : l’efficacité du programme est telle qu’il a été étendu et qu’il apparaît de plus en plus comme un dispositif sur lequel peut compter le gouvernement, de même que la population. En témoigne par exemple le succès des magasins chargés de vendre les denrées subventionnées : mises en place en 2011 pour une durée de six mois, ces boutiques ont vu leur nombre doubler depuis et sont, encore aujourd’hui, bien achalandées et florissantes.

    S’attaquer aux causes profondes de la pauvreté

    Confrontée à la décision de maintenir ces coûteuses interventions d’urgence qui, en définitive, entretiennent le statu quo, la Mauritanie a préféré s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté afin de renforcer, à terme, la résilience.

    Le pays teste des programmes de transferts en espèces et de bons d’alimentation en lieu et place des distributions d’urgence ; parallèlement, il est en train d’élaborer un registre national pour mieux cibler les ménages les plus démunis et leur apporter ainsi une aide plus durable. Il alloue aussi d’importants moyens à l’agriculture durable (en se fixant pour objectif de doubler la superficie de terres arables d’ici 2017) et au pastoralisme, secteur qui constitue l’un des piliers économiques et culturels de la Mauritanie. Une dynamique confortée par les travaux de la récente conférence internationale sur le pastoralisme, qui a débouché sur la déclaration de Nouakchott.

    Les mêmes menaces qui conduisaient hier la Mauritanie à adopter, avec succès, un programme national d’urgence l’incitent aujourd’hui à adopter une stratégie de lutte contre la pauvreté globale et de grande envergure.

    Face à la sécheresse de 2011, les autorités ont prouvé qu’elles pouvaient réagir avec clairvoyance et habileté à une urgence nationale. Le programme déployé a quant à lui démontré que, à l’opposé des mesures d’urgence, seuls des investissements sur le long terme visant à renforcer la résilience des populations constituaient une réponse adaptée au changement climatique.

    Surtout, cette expérience aura sans doute fait comprendre, au bout du compte, que la lutte contre la pauvreté est la première des urgences en Mauritanie, avant le changement climatique. Mieux armés en cas de crise, les pauvres seront en mesure de s’adapter et à lutter.

    D’où cette forme de « réconfort » paradoxal: la lutte contre la pauvreté est probablement la meilleure arme dont nous disposons face aux multiples menaces que fait peser le changement climatique.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Bolivia (Plurinational State of), Burkina Faso, Cameroon, Chad, Egypt, El Salvador, Ethiopia, Gambia, Guinea-Bissau, Honduras, Malawi, Mali, Mauritania, Mexico, Mozambique, Myanmar, Niger, occupied Palestinian territory, Peru, Senegal, Sudan, Swaziland, Uganda, United Republic of Tanzania, World, Zimbabwe, South Sudan
    preview


    Global Highlights

    • The global cereal price index decreased by 23% on a year-on-year basis in the October-December 2013 quarter, driven by significant drops in nominal prices of maize (-37%), wheat (-13%) and rice (-22%).

    • Comparing quarterly averages, real prices2 of maize and rice fell by 17% and 10%, respectively, between Q3 and Q4 2013, while wheat prices remained stable.

    • Compared to the respective peak periods in 2008, maize, wheat and rice prices are significantly lower. The real rice price is less than half the 2008 level, while wheat and maize prices have dropped by nearly a third.

    • The significant price drops are driven by improved global stocks and mostly favourable production forecasts for cereals

    • In most domestic markets staple food prices mirror the global trend. The impact of domestic price changes on the cost of food baskets in the last quarter was low or moderate (<5%) in 64 out of 70 monitored countries. However, six countries experienced high (5-10%) price impacts; these are Egypt, Ethiopia, Guinea Bissau, Mali, Myanmar, and Sudan. The commodity which had the biggest influence on the cost change of the food basket was rice in Myanmar and in Guinea Bissau.

    • In South Sudan, the socio-political tension - on top of the macro-economic breakdown – has led to protracted insecurity and uncertainty. Food price imbalances illustrate the impediments to markets functioning given poor infrastructure. Further pressure on markets is likely, also due to increased households’ reliance on markets following the significant displacement. Gains in household food security prior to the conflict are thus likely to reverse in the coming months.

    • In Gaza, the closure of tunnels for imports from Egypt and the related shortage of imported goods, particularly fuels, triggered price increases. The withholding of public sector salaries, the bans on exports, and the reduction of economic activities have resulted in an increase of unemployment. According to estimates, 50,000 to 60,000 additional people may require food assistance due to complete tunnel closure.


    0 0

    Source: European Union
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria

    Background and context

    The Sahel region is one of the poorest in the world. Countries of the Sahel face considerable challenges related to extreme poverty, internal tensions, institutional weaknesses, a growing demography, frequent food crises, fragile governance, illegal trafficking, radicalization and violent extremism.

    The EU has been concerned by the deteriorating political, security, humanitarian and human rights situation in the Sahel region since the early 2000s. This situation predated the Libyan crisis, but was further exacerbated by its consequences.

    In March 2011, the EU adopted a comprehensive approach to the Sahel region, using as reference an EU Strategy for Security and Development based on the assumptions that development and security are mutually supportive and that the issues faced in the Sahel require a regional answer. This strategy includes four lines of actions:

    • Development, good governance and internal conflict resolution;
    • Political and diplomatic action;
    • Security and the rule of law;
    • Countering violent extremism and radicalisation.

    Since the beginning of the crisis in Mali, the Council has reiterated the EU's resolve to accelerate and enhance the implementation of this Strategy in order to help tackle the regional consequences of the crisis. This Strategy has proven indeed a crucial tool to enhance the coherence of the EU approach and to mobilise considerable additional European efforts, with a particular focus on Mauritania, Niger and Mali.

    Under the 10th European Development Fund (2007-2013) alone, more than € 1.5 billion were allocated to these three countries to mainly support good governance, rule of law, justice, decentralisation process, agriculture and rural development, social sectors, the Millennium Development Goals (MDGs), economic development and infrastructures.

    Two CSDP missions were launched in Niger (EUCAP SAHEL Niger) and Mali (European Union Training Mission - EUTM) in order to support respectively Nigerien internal security forces and the Malian army. Mr Reveyrand de Menthon was appointed EU Special Representative in March 2013 in order to help guide the EU action in support of regional and international efforts to restore peace, security and sustainable development in the Sahel. He is also mandated to help coordinate the EU global approach to the crisis, using the EU Sahel Strategy as a basis.

    The EU Sahel Strategy today

    Today, this Strategy continues to provide the key framework for EU action at both individual and collective levels to help countries in the wider Sahel-Sahara region to address key security and development challenges. But the EU is committed to interpret it dynamically in order to extend the scope of implementation to countries other than Mali, Mauritania and Niger while developing a new approach to the links between Sahel and Maghreb within the Sahel-Sahara wide region.

    The EU is committed to enhance coordination with other regional and international actors in order to ensure the effectiveness of the international collective action in the Sahel. In the framework of the joint United Nations – African Union – EU – World Bank – African Development Bank mission of November 2013, Commissioner Piebalgs pledged 5 Bn EUR for 2014-2020. In the framework of the same mission, the EU supported the establishment of an international coordination platform for the Sahel under Malian chairmanship for the two coming years.

    In order to follow up on this mission and help establish this coordination platform more firmly, the EU is hosting a high level meeting on the Sahel on 6 February 2014 under the auspices of the Prime Minister of Mali.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mauritania

    (Nouakchott/Dakar, 6 February 2014): A high-level humanitarian mission with strong participation from Arab countries and Turkey this week found fertile ground for building new partnerships with local partners in Mauritania.

    “We will make sure Mauritania remains on the humanitarian agenda. The doors for new partnerships with the Government and its humanitarian partners are wide open,” said Ambassador Atta Al-Manan Bakhit, Assistant Secretary-General for Humanitarian Affairs at the Organisation of Islamic Cooperation (OIC). “In very concrete ways, our visit has already served to connect NGOs from the Islamic world with national actors in Mauritania.”

    The five-day mission was jointly led by the OIC, the League of Arab States (LAS), and the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA). Participants included representatives from Kuwait, Qatar, Turkey and the United Arab Emirates, as well as the African Union, ECHO, and several NGOs from the Gulf region.

    The delegation met with Government representatives, UN agencies and humanitarian partners, and undertook a field trip to the southern regions of Aleg and Kaedi. Local authorities and communities repeatedly highlighted that, for the first time, such a diversity of partners united to discuss the best ways to assist those in need.

    “Speaking with communities affected by food insecurity, malnutrition and the impact of floods we understood how many challenges remain,” said Ambassador Faeqa Saeed Al-Saleh, Assistant Secretary General and Head of Social Affairs at the LAS. “The cooperation between the Government and humanitarian partners in strengthening the resilience of these people is critical.”

    Mauritania is severely affected by the food and nutrition crisis in the Sahel region. Communities struggle to recover from recurrent shocks and continue to need humanitarian assistance. Mauritania also generously hosts more than 60,000 Malian refugees, mostly in communities who themselves are struggling with scarce resources.

    “This year, 470,000 Mauritanians will need food assistance, and more than 30,000 children are expected to suffer from severe malnutrition,” said Rashid Khalikov, Director of OCHA Geneva. “Our task is two-fold: bring relief to the most vulnerable and build the resilience of communities who risk falling back into crisis.”

    The United Nations and humanitarian partners this week launched a three-year Regional Strategic Response Plan for the Sahel. For Mauritania, the plan seeks to mobilize US$107 million to assist 530,000 people.

    “Donors last year have been generous and funded the 2013 humanitarian appeal by 83 per cent,” said Mrs Coumba Mar Gadio, the UN Humanitarian Coordinator in Mauritania. “The new response plan further emphasises the necessary linking of humanitarian interventions with longer-term development. To make headway, we need to build diverse and innovative partnerships.” The mission to Mauritania was the third partnership mission organized by OCHA and the OIC, with the League of Arab States joining for the first time.

    For more information, please contact:
    Loubna Benhayoune, OCHA Nouakchott,benhayoune@un.org, +222 20 38 55 45
    Ivo Brandau, OCHA Dakar, brandaui@un.org, +221 77 45 06 232
    0OCHA press releases are available on OCHA press releases are available on http://www.unocha.org/rowca/ Follow us on Twitter @OCHAROWCA


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mauritania

    (Nouakchott/Dakar, le 6 février 2014): Une mission humanitaire de haut niveau, avec une forte participation de représentants de pays arabes et de la Turquie, a durant cette semaine en Mauritanie trouvé un terrain propice à la mise en place de nouveaux partenariats avec les acteurs locaux.

    « Nous ferons en sorte que la Mauritanie demeure sur l'agenda humanitaire. Les portes pour de nouveaux partenariats avec le gouvernement et ses partenaires humanitaires sont maintenant ouvertes », a déclaré Son Excellence M. l’ambassadeur Atta Al-Manan Bakhit, Secrétaire Général Adjoint aux affaires humanitaires à l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI). « Très concrètement, notre visite a déjà servi à la mise en place de liens entre les ONGs du monde islamique et les acteurs nationaux en Mauritanie ».

    Cette mission de cinq jours en Mauritanie a été menée conjointement par l'OCI, la Ligue des États Arabes (LEA), et le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA). La délégation comprenait de représentants des Emirats Arabes Unis, du Koweït, du Qatar, et de la Turquie, ainsi que l'Union Africaine, ECHO, et plusieurs ONGs de la région du Golfe.

    Les membres de la délégation ont rencontré des représentants du gouvernement, des agences des Nations Unies et différents partenaires humanitaires, et ont mené une visite de terrain dans les régions de Aleg et Kaédi. Les autorités et communautés locales ont à cette occasion manifesté leur contentement face à une telle diversité de partenaires qui, pour la première fois, se réunit pour discuter des meilleurs moyens d'aider les plus nécessiteux.

    « Après avoir échangé avec les communautés touchées par l'insécurité alimentaire, la malnutrition et l'impact des inondations, nous avons compris l’ampleur des défis à relever », a déclaré Son Excellence Mme l'ambassadeur Faeqa Saeed Al-Saleh, Secrétaire Générale Adjointe et chef des Affaires sociales à la Ligue des Etats Arabes. « La coopération entre le gouvernement et les partenaires humanitaires pour le renforcement de la résilience de ces populations est essentielle ».

    La Mauritanie est durement touchée par la crise alimentaire et nutritionnelle du Sahel. Les communautés ont du mal à se remettre des chocs récurrents et continuent à avoir besoin d'aide humanitaire. La Mauritanie abrite également plus de 60 000 réfugiés maliens alors même que les communautés d'accueil sont en difficultés avec des ressources limitées.

    « Cette année, 470 000 Mauritaniens auront besoin d'aide alimentaire, et plus de 30 000 enfants risquent de souffrir de la malnutrition sévère », a déclaré Rashid Khalikov, Directeur d'OCHA à Genève. « Notre tâche est double: porter secours aux plus vulnérables et renforcer la résilience des communautés afin d’éviter qu’elles ne tombent de nouveau dans la crise. »

    L'Organisation des Nations Unies et les partenaires humanitaires ont lancé cette semaine un plan de réponse stratégique régional de trois ans pour le Sahel. Pour la Mauritanie, le plan vise à mobiliser 107 millions de dollars afin de porter assistance à 530 000 personnes.

    « L'année dernière, la générosité des bailleurs a permis de financer l'appel humanitaire 2013 à hauteur de 83 pour cent », a déclaré Mme Coumba Mar Gadio, Coordonnatrice Humanitaire des Nations Unies en Mauritanie. « Le nouveau plan de réponse souligne en outre la nécessité de lier les interventions humanitaires au développement à long terme. Pour progresser, nous avons besoin d'établir des partenariats novateurs et diversifiés ».

    La mission de la Mauritanie était la troisième mission de partenariat organisée par OCHA et l'OCI, avec pour la première fois la participation de la Ligue des États Arabes.

    Pour plus d’informations, veuillez contacter:
    Loubna Benhayoune, OCHA Nouakchott, benhayoune@un.org, +222 20 38 55 45 Ivo Brandau, OCHA Dakar, brandaui@un.org, +221 77 45 06 232 Les communiqués de presse d’OCHA sont disponibles sur http://www.unocha.org/rowca/ Suivez-nous sur Twitter @OCHAROWCA


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Central African Republic, Libya, Mali, Niger, Nigeria
    preview


    FAITS SAILLANTS

    • Plus de quatre millions de Nigériens sont en insécurité alimentaire et 7,5 millions sont en situation de risque.

    • Le choléra refait surface à Maradi.

    • Plus de 1500 personnes en provenance du Nord du Nigeria ont cherché refuge à Guésséré dans la région de Diffa en janvier.

    • En 2013, plus de 40 000 candidats à l’immigration ont transité à Agadez.

    • Le HCR au Niger démarre l’enregistrement biométrique des réfugiés maliens


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    La question de l’accès à l’eau potable se pose avec acuité dans le Nord du Mali et les ressources disponibles répondent difficilement aux besoins croissants des populations et au déploiement de la MINUSMA. En effet, il importe à la Mission qui installe en ce moment des Casques bleus dans plusieurs camps au Nord du pays de ne pas impacter les ressources de la population. Un nouveau défi logistique pour la MINUSMA ! Cela fait également partie de son mandat qui intègre, pour la première fois dans l’histoire du maintien de la paix, une dimension d’empreinte environnementale.

    Pour ce faire, de nombreuses études détaillées ont été menées : imagerie satellite, échantillonnage des sols, prélèvements et analyse de l'eau en laboratoire...des études très détaillées conduites par des experts en la matière. Les ingénieurs ont ensuite entrepris de forer pour la MINUSMA des puits en grande profondeur pour l’accès à l’eau potable dans sa base à Tombouctou.

    La réalisation de ce forage n'affectera pas les ressources hydrauliques destinées à la population. La méthode de forage dite « rotary » a été utilisée, compte tenu de la nature sédimentaire du terrain. Ainsi, le premier puits qui a été réalisé affleure la nappe phréatique à 52 m sous le sol, pour une profondeur finale de 72 mètres avec une marge supplémentaire de 2 m. La colonne d’eau de 20m sera utilisable en toute saison sans risque de tarissement du fait de la proximité du fleuve Niger.

    Les premiers tests et autres essais menés avec une pompe immergée et en fonction du potentiel hydrogéologique de la région indiquent que ce premier forage peut atteindre un débit de 18 m3/h.

    Le forage du deuxième puits a commencé la semaine dernière. Une fois terminé, le puits produira de l’eau potable utilisée par les travailleurs de la MINUSMA. Pour la Mission, l’utilisation rationnelle de cette ressource sera une préoccupation permanente, la Mission entend en effet recycler l’eau autant que possible.

    Au service des populations locales

    L'opération menée à Tombouctou et conduite par de nombreux experts de l’ONU, sera reproduite de la même façon sur d'autres bases de la MINUSMA. Non seulement la MINUSMA s'évertue à ne pas affecter les réserves existantes, mais elle déploie aussi ses efforts et toute la technologie au service des populations locales.

    En effet, une proposition de forage d’un autre puits aux mêmes caractéristiques, mais cette fois-ci à destination exclusive de la population locale sera faite et partagée dans les prochains jours avec les différentes parties prenantes et autorités gouvernementales en charge de la gestion des ressources hydrauliques dans la région de Tombouctou. Il est envisagé de répéter ce même principe dans plusieurs autres sites où la MINUSMA est déployée au Mali.


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    La Police de l'ONU a un rôle important à jouer dans le maintien de la paix et de la sécurité. Chaque jour, les membres des forces de police de l'ONU, hommes et femmes, renforcent et rétablissent la sécurité par leur présence au sein des communautés, donnent des avis aux services de police nationaux, veillent au respect des normes internationales relatives aux droits de l'homme et encouragent et rétablissent l'ordre public et l'état de droit.

    En application des consignes reçues de leurs chefs respectifs et selon le mandat de la Police de la MINUSMA, des patrouilles conjointes de Police MINUSMA avec la Gendarmerie et la Police Malienne à Kidal, ont été renforcées depuis quelques semaines.

    Dans la Résolution 2100 établissant le mandat de la MINUSMA, le chapitre 12 consacre la création de la composante police de la Mission et le chapitre 16 définit clairement son mandat. Ce dernier, qui va de la stabilisation des agglomérations à l’assistance dans la sauvegarde du patrimoine en passant, entre autres, par la promotion du respect des droits de l’homme, insiste sur la coopération avec les forces de l’ordre malienne, que ce soit dans les missions assignées ou dans les actions de formation.

    C’est dans cet esprit que le 4 février dernier, une patrouille conjointe des UNPOL (Police ONU) avec la Gendarmerie de Kidal et des Forces armées malienne (FAMa) s’est rendue dans le campement d’Edjerer (région de Kidal) où avait eu lieu une attaque à main armée suivie de l'enlèvement d’un habitant.

    Au cours du trajet Kidal - Edjerer, un individu a été interpellé sur sa moto. Il était en possession d'un pistolet mitrailleur AK47 ainsi que de nombreuses munitions. Interrogé, l’intéressé a déclaré n’appartenir à aucun groupe armé et avoir acheté l’arme pour sa propre défense. Il a été pris en charge par la gendarmerie pour détention illégale d’arme et munitions de guerre. Par la suite, il a été placé en garde à vue par la gendarmerie pour complément d'enquête.

    La multiplication de ces actions conjointes contribue à la sécurisation de la région et plus généralement, à la baisse du taux de la criminalité à Kidal. Elles ne se limitent pas à la région de Kidal, mais sont menées sur l’ensemble du territoire au profit des populations qui apprécient de pouvoir progressivement reprendre leurs activités normales.


older | 1 | .... | 209 | 210 | (Page 211) | 212 | 213 | .... | 728 | newer