Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 180 | 181 | (Page 182) | 183 | 184 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Assessment Capacities Project
    Country: Afghanistan, Angola, Bangladesh, Bolivia, Botswana, Burkina Faso, Cameroon, Central African Republic, Chad, China, Colombia, Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Guinea, Haiti, Iraq, Jordan, Kenya, Lao People's Democratic Republic (the), Lebanon, Mali, Mauritania, Myanmar, Namibia, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Pakistan, Philippines, Senegal, Somalia, Sudan, Syrian Arab Republic, Tajikistan, Uganda, World, Yemen, South Sudan (Republic of)
    preview


    Snapshot 09 – 16 September

    In Syria, heavy fighting continues, with air-strikes on opposition controlled areas in Damascus and on-going offensives in Aleppo, Rural Damascus, Idleb, Homs and Al-Hasakeh. Meanwhile, after three days of talks in Geneva, US Secretary of State John Kerry and Russian Foreign Minister Sergei Lavrov reached an agreement on a disarmament proposal under which Syria’s stockpiles of chemical weapons are to be eliminated by mid-2014. The Syrian Minister for Information has indicated that Syria will abide by the terms set out in the plan.

    Flash floods in Bangladesh affected over 178,000 people (approximately 40,000 households) in five districts since 10 September.

    In Colombia, 443,000 people are affected by the socio-economic consequences of the recent protests which were held throughout the month of August. Along with critical humanitarian access restricted in the southwest, central Colombia and the south, severe impact was recorded in all the basic services.

    Fighting in the northern Kachin State of Myanmar is worsening, despite last week’s peace talks in Chiang Mai.

    Torrential rains in August and September have triggered floods which affected more than 400,000 people across nine countries in West and Central Africa. Senegal, Nigeria, Niger and Mali are among the most affected.

    In Sudan, the clashes which erupted in August between the Rezeigat and Maaliya tribes in East Darfur have displaced an estimated 144,000 people, and killed 170.

    Last Updated: 16/09/2013 Next Update: 23/09/2013

    Global Emergency Overview web interface


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Central African Republic, Chad, Nigeria
    preview


    Stable food security, localized Stress in the southwest

    KEY MESSAGES

    • With the green harvest, normal milk availability, and income from farm labor, most of the population is able to meet basic food consumption needs and are facing Minimal food insecurity (IPC Phase 1).

    • Food security in Logone Oriental, Tandjilé, Logone Occidental, and Mayo Kebbi Ouest is still Stressed (IPC Phase 2), where seasonal cereal prices are above the five-year average and household cereal stocks were depleted one to two months earlier than usual following floods in 2012.

    • The expected average October harvests will enable households to more easily meet their food needs between October and December. Normal supplies of milk and market garden produce diversify household food and income during this period. By October, acute food insecurity will be Minimal (IPC Phase 1) country-wide.


    0 0

    Source: UN Development Programme
    Country: Chad

    En visite au Tchad du 14 au 17 septembre, l’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Helen Clark, s’est rendue dans la région sahélienne de Dar Sila, située dans l’est du pays, afin d’observer la mise en place d’un programme de résilience.

    Le PNUD et ses partenaires, la société civile et le gouvernement tchadien s’y sont associés pour piloter une approche intégrée visant à diminuer la vulnérabilité des communautés, sous ses multiples aspects, dans le village de Goz Beida.

    La zone se distingue par sa fragilité: catastrophes naturelles, dérèglements climatiques, détérioration de la terre et perte de productivité sont autant de problèmes auxquels les habitants de cette région sont confrontés. La région est devenue une zone d’accueil pour bon nombre de populations déplacées qui exercent une pression additionnelle sur l’environnement et les services.

    Profitant d’une période de relative paix et de stabilité, la nouvelle approche vise à guérir les plaies tout en rapprochant les populations au sein d’un même programme de développement.

    « Le dividende de cette plus grande stabilité doit pouvoir répondre aux aspirations des populations pour éduquer leurs enfants, obtenir des soins de santé adéquats et renforcer ses moyens de subsistance, » a dit Helen Clark lors d’une interview avec Radio Sila, une station locale qui produit des émissions de sensibilisation sur la paix intercommunautaire.

    Le programme soutient directement les communautés mais travaille également avec les autorités locales pour aider les populations à construire un meilleur avenir.

    Dans son volet prévention des conflits, le programme a déjà mobilisé des radios locales, des caravanes de la paix et les autorités religieuses et traditionnelles de la région. Celles-ci ont sensibilisé 65 000 personnes sur les thèmes des droits de l’homme, de la violence contre les femmes et des conflits communautaires.

    Environ 150 médiateurs, dont bon nombre de femmes, ont aidé à résoudre 42 conflits communautaires en utilisant des techniques traditionnelles, couvrant parfois jusqu’à 70 kilomètres à dos d’âne pour favoriser le dialogue et la prévention de la violence dans tous les hameaux environnants.

    Des audiences itinérantes ont également permis de favoriser l’accès à la justice en permettant à 130 000 personnes de prendre connaissance de principes ayant trait au droit foncier, conjugal ou social.

    Grâce à cette stabilité relative, le programme encouragera les collectivités locales à se développer, en renforçant leur sécurité alimentaire tout en leur permettant de générer de nouvelles sources de revenu.

    L’initiative leur donnera accès à l’énergie grâce à l’installation de générateurs accomplissant les tâches les plus difficiles, comme le décorticage du grain. Mille femmes seront formées à la commercialisation de produits locaux et ont déjà contribué un total de USD 8 000 pour faire fonctionner leurs associations.

    En parallèle, le programme a mis en place des panneaux solaires qui permettront d’alimenter les foyers en électricité.

    « Ce programme est une merveille pour nos femmes. Nous avons repris une vie à partir de rien. Nous avons beaucoup gagné dans notre estime, » a déclaré la responsable des groupements de femmes.

    Le programme soutient également la résilience des institutions locales et nationales, en augmentant leurs capacités à promouvoir la santé, l'éducation et les services de droit et à élargir la protection sociale et les opportunités économiques.

    Ainsi, la municipalité de Goz Beida dispose aujourd’hui de 21 élus, dont deux femmes, et a multiplié par dix sont budget en deux ans, de USD 16 000 à USD 160 000.


    0 0

    Source: ICRC
    Country: Mali, Niger

    16-09-2013 News Release 13/154

    Niamey/Bamako (ICRC) – Some 30 health practitioners from Niger and Mali will familiarize themselves with techniques specific to war surgery at a workshop organized by the International Committee of the Red Cross (ICRC) in Niamey from 16 to 18 September.

    "This workshop, the second of its kind after a similar event in 2008, aims to expand the capabilities of health services working in a situation that really does involve patients with gunshot wounds or maimed by mines who require treatment," said Jean-Nicolas Marti, head of the ICRC delegation for Niger.

    Over three days, surgeons, anaesthetists, nurses and physiotherapists, some of whom work for army health services, will have the opportunity to share experiences and discuss topics as varied as wound ballistics, mass casualty management, hygiene, bandaging techniques and the physical rehabilitation of amputees.

    "This will be an opportunity to pass on in a pragmatic way the ICRC's know-how in treating war casualties in situations where only limited resources are available, an expertise based on more than 50 years of experience," said Dr Hassan Nasreddine, the ICRC's chief surgeon, who will address the workshop.

    In Niger and Mali, where the ICRC has been working for several years, health-care facilities and major vaccination campaigns are among the recipients of the organization's support. Gao Hospital, the largest medical facility in the north of Mali, is entirely supported by the ICRC. In Niger, the ICRC has upgraded the physical rehabilitation centre in Niamey Hospital.

    For further information, please contact:
    Oumarou Daddy Rabiou, ICRC Niamey, tel: +227 96 66 99 12
    Valery Mbaoh Nana, ICRC Bamako, tel: +223 76 99 63 75
    Wolde-Gabriel Saugeron, ICRC Geneva, tel: +41 22 730 31 49 or +41 79 244 64 05


    0 0

    Source: Guardian
    Country: Mali

    Rescue plan backed by Unicef and aimed at 500,000 children hampered by teachers kept from the north by jihadist occupation

    Read the full report on the Guardian.


    0 0

    Source: Protection Cluster
    Country: Mali, Pakistan, Syrian Arab Republic, World

    IN THIS EDITION:

    • New CPWG members

    • The CPWG Rapid Response Team: Field support

    • Child Protection in Country : Sudan, Kenya and Pakistan

    • The CPWG 2013- 2015 Workplan

    • Progress on the CPWG Workplan 2013- 2015


    0 0

    Source: Government of Germany
    Country: Central African Republic, Chad, Democratic Republic of the Congo, Ethiopia, Germany, Kenya, Mali, Somalia, Sudan, South Sudan (Republic of)

    Humanitarian need remains very high in many humanitarian crisis situations in Africa. Germany has therefore made an additional 8.2 million euros available for humanitarian relief projects run by UN organisations and NGOs in Africa.

    Markus Löning, Federal Government Commissioner for Human Rights Policy and Humanitarian Aid, issued the following statement on the move:

    Humanitarian assistance is more important than ever before. Humanitarian assistance alleviates the suffering of men, women and children who have been forced to leave their homes or otherwise adversely affected by natural disasters or war. Though we may all have our attention fixed on Syria at this time, we must not forget the desperate circumstances of the many refugees in Africa.

    By way of example, one of the projects receiving this extra German funding from the Federal Foreign Office budget is the assistance that the UNHCR (Office of the United Nations High Commissioner for Refugees) is providing in Chad. The UNHCR needs the money to look after people who have had to flee conflict zones in the Sudan and the Central African Republic. Germany’s additional funding will also go to support food aid supplied to the Sudan, the Democratic Republic of the Congo, Somalia, Kenya and Mali by the World Food Programme (WFP). In this way, we can prevent WFP relief projects, often so crucial to the survival of people on the ground, having to fold due to lack of funds. A further 500,000 euros from the Federal Foreign Office budget will go to the WFP for its humanitarian air service in the Sahel, a service which is fundamental to ensuring humanitarian relief in remote and unsafe areas.

    Africa also remains a focus of cooperation with non governmental organisations (NGOs). Germany is to arrange for humanitarian aid totalling up to 1.7 million euros for the Sudan, South Sudan, Chad, Ethiopia and the Central African Republic, as well as Mali and the Democratic Republic of the Congo, before the end of 2013. So far in 2013, Germany has already provided humanitarian assistance projects around the world with approximately 240 million euros from the Federal Foreign Office budget, around 48 million euros of it earmarked for humanitarian emergencies in Africa.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    09/17/2013 15:45 GMT

    BRUXELLES, 17 septembre 2013 (AFP) - Le commandant de la mission européenne de formation de l'armée malienne a souhaité mardi sa prolongation d'un an afin de permettre au Mali d'être réellement capable d'assurer sa sécurité face à la menace jihadiste.

    Lancée au lendemain de l'intervention franco-africaine en janvier, "la mission EUTM Mali est un succès. Ses résultats sont probants même s'ils doivent être confirmés", a déclaré le général Bruno Guibert, qui la commande depuis le mois d'août.

    La première phase s'est achevée avec la fin de la formation d'un deuxième bataillon de 700 hommes, baptisé "Elou"("éléphant" en tamashek, la langue touareg), dans le camp de Koulikoro, au nord de Bamako. Un troisième bataillon y sera accueilli le 30 septembre puis un quatrième début 2014.

    Le mandat initial d'EUTM Mali est de 15 mois, soit jusqu'à mars 2014, mais "nous souhaitons que la mission soit prolongée d'un an" afin de former quatre bataillons supplémentaires, a déclaré le général français. La formation d'un total de huit bataillons, soit 5.000 à 6.000 hommes, "me semble le minimum souhaitable", a-t-il ajouté.

    Des propositions en ce sens seront faites dans les prochaines semaines aux pays de l'UE, qui devraient se décider d'ici la fin de l'année.

    EUTM Mali mobilise quelque 565 formateurs et militaires de 23 pays européens. "Il y a une excellente synergie entre les Européens et les soldats maliens" durant la formation de onze semaines à Koulikoro, a assuré le général Guibert.

    Il a par ailleurs estimé qu'il n'y avait "plus de menaces organisées et clairement identifiées" au Mali, même si "nous savons qu'il y a toujours des mouvements de jihadistes". "La situation sécuritaire est globalement stabilisée, notamment dans le nord", d'où les groupes jihadistes ont été chassés début 2013, selon lui.

    jri/aje/ai

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Benin, Burkina Faso, Gambia, Guinea, Liberia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo

    DAKAR, 17 September 2013 (IRIN) - Floods have killed 84 people, displaced 40,445 and affected 323,396 in West Africa this year, according to the UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA), while 34,000 hectares of agricultural land has been damaged. Guinea, Sierra Leone, western Mali and parts of southern Senegal have been the most affected.

    The extent of the flooding and related damage is far less than in 2012, when three million people's homes were flooded and 1.4 million people were displaced in Nigeria alone.

    While rainfall has been average to above average across much of the region, there have been deficits in some areas, especially in and around the Gulf of Guinea, with Benin, Ghana, Liberia, western Nigeria and Togo most affected, according to the National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Food security experts fear harvest prospects will decline in affected areas.

    Niger

    Niger is the most seriously affected country in the region, with 75,000 people in need of humanitarian assistance, according to a government statement released in early September. In the capital, Niamey, some 3,000 gardeners and farmers who planted along the Niger River lost their harvests, according to the Federation of Nigerien Market Gardeners' Cooperatives (FCMN).

    According to the government, 70 wells across the country have collapsed or been submerged, and 13,000 irrigation ditches and dykes have been destroyed, including some that were built following extensive flooding in 2012.

    "We watched the river water rise quickly. Within hours all of our vegetables were flooded," said Salifo Lompo, a market gardener in Komo, a Niamey neighbourhood.

    In the Bangabana neighbourhood on the bank of the river, a dyke that had been built to stop flooding in one set of fields instead caused flooding in the neighbouring fifth district, according to residents, causing members of the two communities to come to blows. The government eased tensions by pumping water from the area.

    Thus far, the government has released US$124,000 to respond to the crisis and called for international and national support.

    Nigeria

    According to OCHA, 7,924 people have been displaced and 81,506 have been affected in Nigeria's Abia, Zamfara, Bauchi and Kogi states. According to NOAA, high water levels at the Kainji, Shiroro and Jebba dams in southern Kebbi and Niger states have elevated the risk of floods along the Niger River.

    The Ministry of Health, the National Emergency Management Agency (NEMA) and State Emergency Management Agencies, the International Committee of the Red Cross and the UN Children's Fund (UNICEF) are responding to the needs of flood-affected people. NEMA will set up two camps for displaced people in Bauchi State.

    "The magnitude of the floods requires a joint strategic action plan, as we must go far beyond emergency response measures given the reality of the anticipated flood of this year," Francis Doukpola, chairman of Bayelsa State's post-flood management committee in the Niger Delta, said on 2 September.

    In 2012, Nigeria experienced its worst flooding in 40 years, with 1.44 million people displaced and 30 out of 37 states affected.

    Benin

    Some 10,000 people in Benin have been displaced by floods, among 33,000 affected, and 21,000 hectares of land are thought to have been damaged, according to OCHA. Critical needs include tents, food and health supplies. The National Civil Protection Agency and UN Resident Coordinator's office are coordinating flood response, says OCHA.

    Burkina Faso

    In Burkina, 602 homes have been destroyed by floods, and 6,712 people have had their homes, businesses or fields flooded.

    Gambia

    According to the Gambian government, 216 people have been displaced by floods and two killed.

    Guinea

    Guinea's capital, Conakry, was heavily flooded, affecting 11,106 nationwide.

    Mali

    Mali's capital, Bamako, has experienced consistent, heavy rains, causing severe flooding in some neighbourhoods, according to the government and the International Organization for Migration (IOM). Two rain storms hit the city, causing severe flooding, according to IOM. Some 37 deaths have been reported, 20,000 people have been displaced, and 280 homes have been destroyed. IOM, aid groups and government agencies are distributing assistance in communes 1 and 4, which were the worst affected.

    Mauritania

    In Mauritania, 2,305 people were displaced among the 4,225 whose homes, fields or businesses were flooded. Countrywide, close to 800 homes have been damaged or destroyed, according to OCHA.

    In Mauritania - as well as in Niger, Mali and northeast Chad - there is risk of an increase in locust infestations as a result of heavy rains, according to the World Food Programme.

    Senegal

    Between 73,500 and 105,000 homes have been flooded, mainly in and around the capital, Dakar, as well as in Fatick and Kaolack in central Senegal, and in Kedegou in the southeast, according to OCHA.

    The government is pumping floodwater from towns across the country, and is spraying mosquito repellent to try to control disease outbreaks. UNICEF, World Vision, the Senegalese Red Cross and other partners are distributing assistance to the most vulnerable.

    car/aj/bb/eg/rz


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    09/17/2013 22:14 GMT

    DAKAR, 17 septembre 2013 (AFP) - Le Premier ministre malien Oumar Tatam Ly a proposé la tenue du premier tour des élections législatives le 24 novembre, et un éventuel second tour à la date du 15 décembre, a appris l'AFP mardi de sources concordantes jointes depuis Dakar.

    M. Ly, nommé chef du gouvernement le 5 septembre par le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, s'est entretenu lundi à Bamako avec des responsables d'une quinzaine de partis politiques représentés à l'Assemblée nationale sur diverses questions, dont celle de l'organisation des législatives, a indiqué une source à son cabinet.

    Il les a informés du souhait de Bamako d'organiser le premier tour de ce scrutin le 24 novembre, et le second le 15 décembre, indiquant que ce calendrier devrait être soumis prochainement au Conseil des ministres, a ajouté cette source sans donner davantage de détails.

    Au Mali, le Conseil des ministres se tient habituellement le mercredi sous la présidence du chef de l'Etat.

    Joint par l'AFP, un des responsables des partis politiques reçus par M. Ly a confirmé ces informations.

    Selon lui, certains représentants ont émis des réserves sur ce calendrier, estimant qu'il faudrait au préalable tirer les leçons de la présidentielle organisée sur deux tours - les 28 juillet et 11 août - avant de fixer de nouvelles échéances électorales.

    Dans une déclaration diffusée mardi soir, le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR, coalition de partis et mouvements qui se sont opposés au coup d'Etat du 22 mars 2012) affirme que le Premier ministre a reçu lundi les partis représentés à l'Assemblée nationale "pour les informer que le gouvernement fixera, lors de sa session du mercredi 18 septembre, les dates des prochaines législatives", qui n'ont pas été mentionnées.

    Dans ce texte signé de son vice-président, Youssouf Traoré, le FDR se dit "préoccupé" par cette décision de fixer unilatéralement "la date des législatives sans aucune concertation avec la classe politique".

    Il "s'étonne que le nouveau gouvernement, à peine installé, décide d'ignorer les conclusions" d'une réunion tenue le 22 août par les partis politiques, qui avaient alors, selon lui, "unanimement souhaité que les dates des législatives soient fixées après évaluation exhaustive de l'élection présidentielle".

    La présidentielle a été remportée par Ibrahim Boubacar Keïta, qui a prêté serment le 4 septembre.

    Ce scrutin devait initialement être organisé en même temps que les législatives par les autorités de transition installées après le coup d'Etat militaire qui, le 22 mars 2012, a renversé le président Amadou Toumani Touré.

    L'idée d'un scrutin couplé a ensuite été abandonnée, sans qu'une nouvelle date soit fixée pour les législatives.

    L'investiture de M. Keïta a bouclé près de deux ans de soubresauts au Mali, après une crise débutée en janvier 2012 dans le Nord par une offensive de rebelles touareg ensuite supplantés par des groupes criminels et islamistes armés liés à Al-Qaïda qui ont pris le contrôle de cette vaste région peu après le coup d'Etat militaire.

    En 18 mois, la crise a poussé près de 500.000 personnes à fuir leurs domiciles pour se réfugier ailleurs au Mali ou à l'étranger. Elle a également déstabilisé l'Administration dans les régions qui ont été occupées par les groupes armés et accentué la pauvreté dans le pays.

    Pour la présidentielle, près de 6,9 millions d'électeurs étaient appelés à voter. La population globale est proche de 16 millions d'habitants, d'après des estimations de juillet du World Factbook de la CIA, considéré comme un document de référence sur l'état du monde.

    cs/jr

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    09/18/2013 21:51 GMT

    BAMAKO, 18 septembre 2013 (AFP) - Le gouvernement malien a confirmé mercredi la date du 24 novembre pour le premier tour des élections législatives, suivi d'un éventuel second tour de scrutin le 15 décembre, selon un communiqué officiel.

    Le Conseil des ministres réuni mercredi sous la présidence du chef de l'Etat Ibrahim Boubacar Keïta a adopté le projet de décret relatif à la campagne électorale et au scrutin.

    "Le collège électoral est convoqué le dimanche 24 novembre 2013, sur toute l'étendue du territoire national" pour ces élections, et "un second tour du scrutin aura lieu le dimanche 15 décembre 2013 dans les circonscriptions électorales où aucun candidat n'(aura) obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour", selon un communiqué du gouvernement.

    Selon la même source, la campagne pour le premier tour est prévue du 3 au 22 novembre. En cas de second tour, les candidats pourront battre campagne du lendemain de la proclamation des résultats définitifs du premier tour au 13 décembre 2013.

    Les dates du 24 novembre et du 15 décembre pour les deux tours de scrutin avaient déjà été proposées lundi par le Premier ministre malien Oumar Tatam Ly aux responsables d'une quinzaine de partis politiques représentés à l'Assemblée nationale mais la décision définitive revenait au gouvernement, avait indiqué mardi à l'AFP une source proche du cabinet de M. Ly.

    La fixation de ces dates n'a pas été approuvée par un responsable du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR, hostile au coup d'Etat du 22 mars 2012 du Mali), interrogé par l'AFP.

    "Nous exigeons une consultation de la classe politique malienne avant de fixer la date des législatives. Il faut tirer les leçons des présidentielles et prendre en compte nos doléances pour obtenir des élections crédibles", a affirmé à l'AFP Djiguiba Keïta, réitérant une position du FDR.

    Dans un texte publié mardi, le FDR s'était déclaré "préoccupé" par cette décision de fixer unilatéralement "la date des législatives sans aucune concertation avec la classe politique".

    Il s'étonnait "que le nouveau gouvernement, à peine installé, décide d'ignorer les conclusions" d'une réunion tenue le 22 août par les partis politiques, qui avaient alors, selon lui, "unanimement souhaité que les dates des législatives soient fixées après évaluation exhaustive de l'élection présidentielle".

    La présidentielle du 11 août a été remportée par Ibrahim Boubacar Keïta, qui a prêté serment le 4 septembre mais dont l'investiture sera marquée jeudi par une cérémonie "festive"à Bamako, en présence de plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement.

    Le scrutin présidentiel devait initialement être organisé en même temps que les législatives par les autorités de transition installées après le coup d'Etat militaire qui, le 22 mars 2012, a renversé le président Amadou Toumani Touré.

    L'idée d'un scrutin couplé avait ensuite été abandonnée.

    Le Conseil des ministres de mercredi a par ailleurs promu au grade de général à compter du 1er octobre prochain six officiers, dont un Touareg et un Arabe demeurés loyaux à l'armée malienne durant la crise politico-militaire qu'a traversée le Mali entre 2012 et 2013.

    Le Touareg El Hadji Ag Gamou, qui était colonel-major, est élevé au grade de général de brigade, et l'Arabe Mohamed Abderahmane Ould Meydou passe également de colonel-major à général de brigade.

    M. Ag Gamou a sauvé environ 400 de ses hommes menacés d'être tués par des rebelles touareg en les conduisant au Niger voisin en 2012. M. Ould Meydou fait aussi partie des militaires ayant dirigé les rares résistances de l'armée malienne dans le nord du pays contre des groupes armés.

    Les promotions concernent également deux militaires membres de l'actuel gouvernement : le ministre de la Sécurité Sada Samaké est élevé du grade de colonel-major à celui de général de division, le ministre de l'Equipement et des Transports Abdoulaye Koumaré passe du grade de colonel à celui de général de brigade.

    sd-cs/dro

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN Development Programme
    Country: Chad

    Ndjamena – Au terme de sa visite de trois jours au Tchad, l’Administrateur du PNUD, Helen Clark, a appelé le pays et ses partenaires à redoubler d’efforts pour accélérer les progrès sur les Objectifs du Millénaire pour le développement.

    « Pour le Tchad, le moment est venu et il ne faut pas passer à côté, car la stabilité implique un dividende, et ce dividende, c’est le développement, » a-t-elle déclaré au Président Idriss Déby Itno.

    Après des années de conflit, le Tchad est entré dans une ère de stabilité qui lui a permis de croître sur le plan économique et de jeter les bases d’un développement durable. Le Plan national de développement pour 2013-2015 met la priorité sur les services sociaux de base, tels la santé, l’éducation et la production agricole, tandis que la Vision 2025 émergente du gouvernement vise à faire du Tchad un pays à revenu intermédiaire.

    Lors de son passage à Ndjamena, Helen Clark a lancé avec le Premier ministre, un plan ambitieux visant à réduire de moitié la proportion de la population menacée par la faim. Déployé sur une période de trois ans, le programme, d’une valeur de 1 milliard USD.

    Il mettra l'accent sur le développement de la petite irrigation, l'accès aux semences, engrais et équipements pour les petits producteurs, en particulier les femmes. Il visera également à diversifier les cultures et à former les agriculteurs sur les techniques d'adaptation aux changements climatiques.

    « Un homme qui a faim n’est pas un homme libre, » a-t-elle souligné plusieurs fois en reprenant l’expression du président tchadien.

    Lors de son passage, Helen Clark s’est également rendue dans la région sahélienne de Dar Sila, située dans l’est du pays, afin d’observer la mise en place d’un programme de résilience.

    Le programme soutient directement les communautés mais travaille également avec les autorités locales pour aider les populations à construire un avenir plus solide, capable de résister aux chocs dont la région est victime : changements climatiques, sécheresse, croissance démographique et conflits communautaires.

    L’initiative a mis en place des comités de paix et audiences itinérantes pour prévenir les conflits et permettre de sensibiliser les populations sur l'état de droit et les violences, en particulier envers les femmes.

    Elle donnera l’accès à l’énergie aux communautés, grâce à l’installation de générateurs accomplissant les tâches les plus difficiles, comme le décorticage du grain. Mille femmes seront formées à la commercialisation de produits locaux.

    Lors de sa visite, Helen Clark s’est également entretenue avec des responsables du gouvernement, des personnalités féminines et des parlementaires.

    L’importance du dialogue politique inclusif, de la décentralisation et de la représentation des femmes au gouvernement ainsi qu’au sein des autorités locales a été évoquée à plusieurs reprises. « Impliquer les femmes dans le développement n’est pas seulement la bonne chose à faire, c’est la chose la plus intelligente à faire, » a-t-elle dit.

    La visite de l’Administrateur a eu lieu une semaine avant la réunion annuelle de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, qui discutera de l’accélération des Objectifs du Millénaire et de l’agenda mondial de développement post- 2015 qui constituera un important sujet de discussion au Tchad.

    En 2014, le PNUD soutiendra le pays dans l’organisation d’une Table ronde qui réunira les autorités tchadiennes, les partenaires et bailleurs de fonds.


    0 0

    Source: Government of France
    Country: France, Mali

    Lors de la conférence de Bruxelles « ensemble pour le renouveau du Mali » en mai 2013, la France s’est engagée à mettre 280 millions d’euros au service du développement de ce pays en 2013-2014.

    Afin de répondre à l’exigence de transparence guidant l’action du gouvernement, un site internet donnant des informations concrètes sur les projets mis en œuvre, grâce à un service de géolocalisation notamment, et invitant à réagir éventuellement sur ces réalisations, vient d’être mis en ligne.

    Ce site innovant constitue une avancée indéniable. Pour la première fois,la France aura un retour direct, par internet ou par SMS, des populations concernées sur l’efficacité des projets qu’elle finance. Mise en ligne du site internet dédié à la transparence française au Mali

    Il permettra ainsi de renforcer l’efficacité de nos actions et leur appropriation par les Maliennes et les Maliens. Les citoyens maliens, mais également français, qui expriment souvent leur souhait de mieux comprendre les retombées des actions en faveur du développement, pourront enfin voir où va l’aide sur le terrain.

    Ce site est, à cet égard, un des symboles de la rénovation de la politique française de développement engagée depuis mai 2012.

    En savoir plus :
    Le site internet dédié à la transparence de l’aide au Mali


    0 0

    Source: ICRC
    Country: Benin, Burkina Faso, Cape Verde, Côte d'Ivoire, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo

    Abuja (CICR) – Un séminaire sur l'état de la mise en œuvre des traités de droit international humanitaire dans la législation nationale des États d'Afrique de l'Ouest s'ouvre aujourd'hui à Abuja (Nigéria).

    Organisé conjointement par la Commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ce séminaire de trois jours réunit des représentants de 15 États d’Afrique de l’Ouest pour examiner les progrès accomplis et les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des instruments du droit international humanitaire ratifiés par leur pays.

    « À travers ce séminaire annuel, organisé en collaboration avec le CICR, la CEDEAO cherche à faciliter les échanges entre les États d'Afrique de l’Ouest et à améliorer leurs modalités de mise en œuvre des traités de droit humanitaire dans la région », a indiqué Mme Adrienne Diop, Commissaire de la CEDEAO chargée du développement humain et des questions de genre. « Cette année, nous examinerons aussi la question des groupes armés non étatiques et de leur respect du droit international humanitaire. »

    Depuis 2002, le CICR et la CEDEAO coopèrent étroitement en matière de mise en œuvre du droit international humanitaire et de renforcement du respect de ses règles en Afrique de l’Ouest.

    « Les civils sont encore trop souvent les premières victimes de la violence armée. En tant que gardien du droit international humanitaire ayant aussi pour mission de promouvoir cette branche du droit, le CICR encourage toute initiative visant à mieux protéger les civils dans les conflits armés et autres situations de violence », a précisé Yasmine Praz-Dessimoz, cheffe des opérations du CICR pour l'Afrique du Nord et de l’Ouest.

    En plus de favoriser l'échange d'expériences et de bonnes pratiques, ce 11e séminaire annuel est l'occasion, pour les représentants des États de la CEDEAO, de s'informer sur les évolutions récentes du droit international humanitaire.

    Le droit international humanitaire est un ensemble de règles qui, pour des raisons humanitaires, vise à atténuer les effets des conflits armés. Il protège les personnes qui ne participent pas ou plus aux hostilités et limite les moyens et méthodes de guerre. Les quatre Conventions de Genève de 1949 et leurs Protocoles additionnels constituent les principaux instruments du droit international humanitaire.

    Informations complémentaires :
    Alexandra Matijevic Mosimann, CICR Abuja, tél. : +234 9 461 96 13 ou +234 703 595 41 68
    Wolde-Gabriel Saugeron, CICR Genève, tél. : +41 22 730 31 49 ou +41 79 536 64 05


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Chad, Mali, Niger

    AGADEZ, 18 septembre 2013 (IRIN) - Le gouvernement et les acteurs non étatiques du Mali devraient s'inspirer de l'exemple donné par les anciens combattants rebelles et les autorités gouvernementales en matière de coopération dans le cadre du déminage de certaines zones dans le nord du Niger. Dès qu'ils y seront prêts, ils pourraient lancer un projet conjoint de déminage, suggèrent les anciens rebelles et soldats nigériens.

    « Le Mali devrait suivre l'exemple du Niger, où l'État et les anciens combattants travaillent main dans la main », a dit à IRIN Ahmad Ouaghaya, ancien commandant du Mouvement nigérien pour la justice (MNJ), un groupe militant dominé par les Touaregs.

    Les mines et les restes explosifs de guerre ont sévèrement affecté la vie des populations d'Agadez, une région du nord du Niger où des mines ont été placées lors du conflit entre les forces armées nigériennes et le MNJ de 2007 à 2009. Selon les autorités, quelque 350 personnes ont été blessées ou tuées par des mines terrestres au Niger depuis 1999.

    Travailler ensemble

    Des groupes touaregs ont mené une série de soulèvements à Agadez dans les années 1990 et entre 2007 et 2009. Le conflit de 2007 à 2009 s'est traduit par des attaques contre l'armée nigérienne et les intérêts économiques étrangers ainsi que par des enlèvements de civils et de soldats nigériens.

    Le gouvernement a signé des accords de paix avec le MNJ en 1995 et a conclu un accord de cessez-le-feu en 2009. La Commission nationale de collecte et de contrôle des armes illicites (CNCCAI) a par la suite adopté plusieurs recommandations pour débarrasser la région d'Agadez des mines et des munitions non explosées.

    Depuis le début des opérations de déminage en 2010, 744 km de routes principales ont été déminées à Agadez, autour des montagnes de l'Aïr, ainsi que plus de 1,2 million de mètres carrés de routes secondaires. Selon Alassane Housseini, un des responsables de la CNCCAI, cela a permis de débarrasser une grande partie des routes et des centres de population des mines. M. Housseini a indiqué que l'étendue exacte de la zone minée reste indéterminée. Environ 1,2 million de mètres carrés n'ont pas encore été déminés.

    Les opérations ont débuté sous la direction du gouvernement, mais les commandants du MNJ ont déclaré que, sans leur coopération, celles-ci ne seraient pas efficaces, car ils savaient où se trouvaient une bonne partie des mines déposées.

    Geneva Call est une organisation humanitaire basée à Genève, dont l'objectif est d'encourager les acteurs non étatiques armés à se conformer aux normes humanitaires internationales. Dès 2008, et alors que le conflit faisait toujours rage, elle a travaillé avec les combattants du MNJ et les autorités sur la lutte contre les mines.

    En octobre 2011, elle a organisé le tout premier atelier sur la coopération au déminage humanitaire auquel des représentants de l'État et d'anciens rebelles ont participé à Agadez. Les discussions ont porté sur la manière d'améliorer le partage de l'information entre les deux groupes et les opérations de déminage. Les principales recommandations préconisaient le recrutement d'anciens membres du MNJ pour les opérations de déminage et la création d'une commission au sein de la CNCCAI pour coordonner l'information sur les zones suspectées d'être minées.

    Raisons du succès de la collaboration

    Geneva Call cite plusieurs raisons pour expliquer le succès de la collaboration.

    Un cessez-le-feu avait déjà été signé, et les anciens combattants rebelles et les autorités étaient prêts à travailler ensemble. Les autorités ainsi que les bailleurs de fond, comme le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l'Union européenne (UE), ont apporté leur soutien à l'initiative.

    « La CNCCAI et les autorités ont toujours soutenu l'action de Geneva Call, qui a encouragé les anciens combattants rebelles à partager des informations pour faciliter les opérations de déminage », a dit Elisabeth Decrey Warner, présidente de Geneva Call. « Les anciens combattants rebelles, de leur côté, ont admis que les mines terrestres et le conflit avaient eu un impact sur les communautés, et ils ont reconnu la nécessité d'une coopération renforcée avec les autorités ».

    De plus, le Tchad voisin, dont les autorités gouvernementales et les anciens combattants rebelles de la région de Tibesti, au nord du pays, avaient coopéré dans la lutte contre les mines, a donné au Niger un exemple de collaboration fructueuse, en dépit des difficultés rencontrées par les équipes de déminage sur le terrain.

    Les mesures incitatives, comme les formations et les micro-prêts proposés aux anciens combattants qui ont rendu leurs armes, et les salaires décents - entre 200 et 300 dollars pour ceux qui ont participé aux opérations de déminage, en fournissant des informations ou en travaillant sur le terrain - ont favorisé la participation. En effet, plusieurs anciens combattants n'ayant pas bénéficié de micro-prêts ont refusé de rendre leurs armes, a dit M. Housseini de la CNCCAI.

    Une fois la coopération établie, les deux équipes - composées de membres de la CNCCAI, de bénévoles de la communauté et d'anciens membres du MNJ - ont travaillé ensemble pour déterminer les zones prioritaires, identifier l'étendue de la contamination, cartographier la mobilité des civils et établir un plan de déminage. La participation des anciens combattants rebelles a été « fondamentale », a dit Mme Warner, car ce sont eux qui connaissaient le mieux le terrain.

    Les anciens commandants de la MNJ ont agi en tant que points de contact, les anciens combattants ont été nommés officiers de liaison communautaires, et 15 anciens combattants du MNJ ont été formés à l'enlèvement des mines.

    Le Mali doit être prêt

    Le Mali devrait s'inspirer de cette expérience, a dit M. Housseini, ajoutant que le moment est venu de mettre en place un organe national pour mener les opérations de déminage et garantir une participation inclusive.

    Si les anciens rebelles ne prennent pas part au processus de déminage au Mali, cela sera un échec, a indiqué l'ancien militaire du MNJ, Mohamed Ajidar.

    Les mines terrestres posées lors du récent conflit au Mali auraient fait 80 victimes, dont 40 enfants, selon le Service de l'action anti-mines des Nations Unies (UNMAS), qui note que le chiffre réel est probablement plus élevé.

    L'UNMAS aide l'armée à nettoyer les zones contaminées par les mines, les restes explosifs de guerre et les engins explosifs improvisés dans le centre et le nord du Mali. Les activités de lutte contre les mines et de démobilisation font également partie du mandant de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), mais elles n'ont pas encore été clairement définies.

    L'armée malienne doit commencer par se renforcer pour jouer un rôle proactif dans le processus, indiquent les experts. En avril 2013, l'UE a commencé la formation de quatre bataillons de l'armée malienne, qui étaient sévèrement affaiblis après des années de laisser-aller. Le Mali n'est pas encore tout à fait prêt à prendre en charge l'intégralité des activités de déminage, a dit à IRIN M. Ouaghaya, ancien commandant du MNJ : « Il faut d'abord que les anciens combattants et les personnes qui élaborent les politiques se rencontrent pour parler de la question du déminage au Mali, franchement et sereinement ».

    Les tensions post-conflit sont trop élevées en ce moment, a reconnu M. Housseini. Lorsque les initiatives de développement post-élection produiront leur effet et que des leaders locaux légitimes seront en poste dans le Nord, ces discussions pourront commencer, a-t-il dit.

    imd/aj/rz-mg/amz

    [FIN]


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Burkina Faso

    OUAGADOUGOU, 18 September 2013 (IRIN) - Burkina Faso has been working for years to improve its land ownership legislation - particularly in rural areas - in large part to protect rural land owners from unfair deals that have seen wealthier buyers acquire vast tracts of land at the expense of poor villagers.

    The US aid agency Millennium Challenge Corporation (MCC) first got involved in 2009, with a US$59 million grant to strengthen rural land governance and to develop a rural land tenure law (passed in 2009). This year, the organization took the programme further, launching an initiative to increase the transparency of land transactions.

    Local authorities in some parts of the country say the reforms are starting to take effect.

    Seydou Dao, mayor of the western Padema District, made up of 12 villages, told IRIN, “Conflicts [over land] have abated since the adoption of the new law, mainly thanks to a lot of awareness-raising.”

    Disputes

    Disputes over land ownership, use, succession, investment and boundaries are common in rural Burkina Faso. According to the MCC, 282 cases of land-related conflict were reported between April and June 2011 in the 17 rural districts targeted by the organization's transparency programme. Hundreds of other cases were reported to the national and local authorities in 2012.

    Conflicts have also repeatedly erupted between herders and farmers.

    Most of the land conflicts in Seydou Dao’s region are between brothers, following the death of a parent, or between villagers, he said, with herder-pastoralist conflicts being less prevalent.

    “Land matters in rural Burkina Faso are characterized by multiple problems, among them the rise in land conflicts, which are worsening, [and] the amassing of land by rural entrepreneurs, mainly agro-businesses,” said Blaise Yoda, who is in charge of land issues at the government-run Small-Scale Irrigation and Water Management Project.

    In the 2000s, the government encouraged agro-businesses to boost and modernize agricultural production, but many firms have since been criticized for allegedly buying up the bulk of fertile land and marginalizing small-scale rural farmers. Yoda also said there are also complaints that some mining firms are encroaching upon fertile land. (Gold is Burkina Faso’s top foreign exchange earner.)

    Eighty-five percent of Burkina Faso’s 16 million people live in rural areas, where they depend primarily on agriculture and livestock; agriculture accounts for 35 to 40 percent of the country’s GDP. Cotton, Burkina Faso’s second most exported product, sustains 6.5 million people directly and indirectly.

    Addressing inequity

    The new MCC initiative aims to redress some of the inequity inherent in many land deals.

    “We have noted underhand land transactions done in a manner in which the one with the money acquires large land reserves to the detriment of the villagers, who depend on the land for their survival,” said Koudregma Zongo, who heads the MCC land tenure project.

    To boost transparency, the government, with support from the MCC, has set up a national land observatory to monitor transactions. It has also has set up “continually operating reference stations”, which collect information on land using global positioning system (GPS) data.

    “The aim is to… provide sufficient and clear information on procedures and processes, so that a whole village is informed when there is a transaction to prevent shadowy dealings,” Zongo told IRIN.

    Documentation

    In addition, many rural residents lack documents proving land ownership, leaving them at a disadvantage when negotiating loans and sales.

    Rural land commissions have been set up to show people how to acquire land deeds, and to resolve village-level land disputes. Under the 2009 reforms, legitimate but undocumented land rights must be honoured by the authorities, and landowners must be aided in developing the right documentation.

    The 2009 law also requires oversight for large land sales. No permission is required for the sale of fewer than 10 hectares, but a municipal council must authorize sales of 10 to 50 hectares. A transaction of 50 to 100 hectares is possible only with the permission of the finance minister and a second minister chosen depending on what the land is set to be used for. Only the cabinet can authorize land sales above 100 hectares.

    Still, huge amounts of land are still being sold in rural areas because many in the villages are unaware of the land laws.

    “We have clear regulations, but they are never observed on the ground,” Zongo said.

    But he sees a shift occurring. In the 17 districts where the land reform project is being piloted, the MCC has received 3,500 land title deed applications, Zongo said. In the central Ganzourgou Province, 14,000 people have been handed title deeds.

    “This is a very good step for food security because people will not invest without documents. With the titles, the subsistence farmers can get loans to boost their production,” said Souleymane Ouédraogo, director of the rural economic development department at the agriculture ministry.

    For Seydou Dao, the best thing about the reform project has been the awareness raised among villagers about the land laws and how to protect their land rights. “After lots of discussions now in [the] 12 villages in Padema, everyone is aware of the law,” he told IRIN.

    Media campaigns pushing villagers to resolve their disputes peacefully through the rural land commissions have also been helpful, he said. Now, he said, “more than 80 percent of conflicts are resolved by the authorities at the village level.”

    bo/cr/ob/rz/aj


    0 0

    Source: Agency for Technical Cooperation and Development
    Country: Mali

    Contexte

    Le conflit qui a éclaté dans le Nord du Mali au début de l’année 2012 a, entre autres, débouché sur l’auto proclamation d’indépendance de l’Azawad (régions correspondant à Gao, Tombouctou et Kidal). Les pillages et exactions qui ont accompagné ces événements ont conduit au déplacement massif d’une partie de la population. Au 6 novembre 2012, OCHA estimait à 209 888 personnes réfugiées dans les pays voisins. Selon l’UNHCR, 65 012 réfugiés maliens et retournés nigériens se sont rendus au Niger durant cette même période. Le gouvernement nigérien a immédiatement accordé le statut de réfugié prima facie et pris en charge l’arrivée et l’accueil de ces personnes, principalement à travers la mise en place de camps de réfugiés, dont celui d’Abala, à proximité de la ville d’Abala dont la gestion a été confiée à ACTED par le HCR.

    Parmi cette population on compte beaucoup de commerçants qui ne pratiquent plus le commerce par faute de marché ou par manque de fonds. Ainsi, ACTED souhaite créer un espace de marché sur le même type que les marchés ruraux. Les bénéficiaires seraient associés dans la conception des plans du marché. Ce marché offrirait une meilleure visibilité ainsi qu’une source de revenus aux petits commerçants et permettrait aux réfugiés d’identifier un espace de marché sur le camp. La protection des réfugiés serait ainsi renforcée par cette activité, car les femmes n’auraient plus à se déplacer jusqu’à la ville d’Abala, ce qui occasionne de nombreux déplacement nocturnes où elles s’exposent aux risques de violences. L’organisation de cette enquête entre dans le cadre des enquêtes programmées par ACTED et a permis d’avoir une idée sur la faisabilité de création du marché du camp en interrogeant les réfugiés, les habitants d’Abala ainsi que les commerçants.


    0 0

    Source: European Commission
    Country: Mali

    (extract)

    THE EUROPEAN COMMISSION,

    Having regard to the Treaty on the Functioning of the European Union,

    Having regard to the ACP-EC Partnership Agreement signed in Cotonou on 23 June 20001 , as first amended in Luxembourg on 25 June 20052 and as amended for the second time in Ouagadougou on 22 June 20103 , and in particular Article 72 thereof,

    Having regard to Council Regulation (EC) No 617/2007 of 14 May 2007 on the implementation of the 10th European Development Fund under the ACP-EC Partnership Agreement4 , and in particular Articles 5.4 and 8 thereof;

    Whereas:

    (1) As the situation continues to evolve in Mali and the planning for the introduction of more transitional and LRRD (Linking Relief, Rehabilitation and Development) activities has become possible, a number of transitional activities have been identified to maintain basic services to those in need until the public authorities, with the support of development partners, have been able to fully restore access to water, primary health care, food security, employment opportunities and schooling.

    (2) Progress in implementing these transitional activities will be very important in encouraging the free and voluntary return of the internally displaced and refugees when security conditions permit this.

    (3) To reach populations in need, aid should be channelled through non-governmental organisations (NGOs) or international organisations including United Nations (UN) agencies. Therefore, the European Commission should implement the budget by direct centralised management or by joint management.

    (4) An assessment of the humanitarian situation leads to the conclusion that humanitarian aid actions should be financed by the European Union for a period of 12 months.

    (5) The use of the 10th European Development Fund is necessary as all the funds for ACP countries in the general budget are entirely allocated.

    (6) It is estimated that an amount of EUR 23 226 215 from Mali's allocation for unforeseen needs (B-envelope) of the 10th European Development Fund is necessary to provide humanitarian assistance to populations directly affected by the conflict.
    Although as a general rule actions funded by this Decision should be co-financed, the Authorising Officer, in accordance with Article 103.3 of the Financial Regulation applicable to the 10th EDF5 , together with Article 277 of Commission Delegated Regulation (EU) No 1268/2012 of 29 October 2012 on the rules of application of Regulation No 966/2012 of the European Parliament and of the Council on the financial rules applicable to the general budget of the Union (hereinafter referred to as 'the Rules of Application'6 ), may agree to the full financing of actions;

    (7) The measures provided for in this Decision are in accordance with the opinion of the European Development Fund Committee set up by Article 8 of the Internal Agreement of 17 July 2006.


    0 0

    Source: European Commission
    Country: Mali

    LA COMMISSION EUROPÉENNE,

    vu le traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, vu l'accord de partenariat ACP-CE, signé à Cotonou le 23 juin 20001 , tel que modifié pour la première fois à Luxembourg le 25 juin 20052 et modifié pour la deuxième fois à Ouagadougou le 22 juin 20103 , et notamment son article 72, vu le règlement (CE) n° 617/2007 du Conseil du 14 mai 2007 relatif à la mise en œuvre du 10e Fonds européen de développement dans le cadre de l'accord de partenariat ACP-CE4 , et notamment son article 5, paragraphe 4, et son article 8, considérant ce qui suit:

    (1) Compte tenu de l'évolution de la situation au Mali et du fait qu'il est désormais possible de planifier la mise en place d'un plus grand nombre d'activités de transition et d'actions en matière de LARD (établissement d'un lien entre l'aide d'urgence, la réhabilitation et le développement), un certain nombre d'activités de transition ont été définies afin de continuer à assurer la fourniture de services de base aux personnes dans le besoin jusqu’à ce que les autorités publiques, avec le soutien de partenaires au développement, soient pleinement en mesure de rétablir l’accès à l’eau et aux soins de santé primaires, la sécurité alimentaire ainsi que les possibilités d’emploi et de scolarisation.

    (2) Les progrès dans la mise en œuvre de ces activités de transition seront très importants pour encourager le retour libre et volontaire des personnes déplacées à l'intérieur du pays et des réfugiés lorsque les conditions sur le plan de la sécurité le permettront.

    (3) Pour que l'aide parvienne aux populations en difficulté, il convient qu'elle soit acheminée par des organisations non gouvernementales (ONG) ou des organisations internationales, y compris les agences des Nations unies. La Commission européenne devrait donc exécuter le budget en gestion centralisée directe ou en gestion conjointe.

    (4) Il ressort d'une évaluation de la situation humanitaire que l'Union européenne devrait financer des actions d’aide humanitaire pendant une période de 12 mois.

    (5) Le recours au 10e Fonds européen de développement est nécessaire dans la mesure où tous les fonds prévus pour les pays ACP dans le budget général ont été entièrement alloués.

    (6) Il est estimé qu'un montant de 23 226 215 EUR, provenant des ressources du 10e Fonds européen de développement affectées au Mali en vue de la couverture de besoins imprévus (enveloppe B), est nécessaire pour fournir une assistance humanitaire aux populations directement touchées par le conflit. Même si, en règle générale, les actions financées par la présente décision devraient être cofinancées, l’ordonnateur peut en autoriser le financement intégral, conformément à l’article 103, paragraphe 3, du règlement financier applicable au 10e FED5 , en liaison avec l'article 277 du règlement délégué (UE) nº 1268/2012 de la Commission du 29 octobre 2012 relatif aux règles d’application du règlement (UE,
    Euratom) nº 966/2012 du Parlement européen et du Conseil relatif aux règles financières applicables au budget général de l’Union (ci-après les «règles d’application»6 ).

    (7) Les mesures prévues par la présente décision sont conformes à l'avis du comité du Fonds européen de développement institué par l'article 8 de l'accord interne du 17 juillet 2006,


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Benin, Burkina Faso, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Côte d'Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo
    preview


    Highlights

    • An estimated 288,000 people have been displaced in and out of CAR since the December 2012 conflict began.

    • Global Food Prices have decreased by 7 points as compared to 2012 but food prices are up in the region.

    • Looming Food Crisis in CAR with nearly 40 per cent of the population in need of food assistance and around 11 per cent of the population at IPC Level 4 food crisis.

    • Floods have impacted nine countries in the region, affecting 378,395 people and displacing at least 40,444.

    • An estimated 690 people have been killed in 35 attacks attributed to Boko Haram in Nigeria since May 2013.

    • Malnutrition has reached Emergency levels in Mauritania where half of the country’s regions report 12 per cent of all children under five as malnourished and one in four Mauritanians as food insecure.


older | 1 | .... | 180 | 181 | (Page 182) | 183 | 184 | .... | 728 | newer