Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 672 | 673 | (Page 674) | 675 | 676 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: IRIN
    Country: Benin, Cameroon, Chad, Comoros, Gambia, Guinea-Bissau, Lesotho, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sierra Leone, Somalia, World

    By Obi Anyadike

    Editor-at-Large and Africa Editor
    NAIROBI, 20 January 2017

    Africa, the world’s poorest continent, faces many security challenges. But its leaders are not slow to intervene in crises when they can, as Yahya Jammeh in the Gambia is now discovering.

    Read more on IRIN.


    0 0

    Source: UN Human Rights Council
    Country: Nigeria

    GENEVA (19 January 2017) – The new United Nations Special Rapporteur on the human rights of internally displaced persons (IDPs), Cecilia Jimenez-Damary, today expressed dismay at the bombing of a camp housing internally displaced persons in Borno state in the troubled northeast region of Nigeria, in which a counter insurgency against Boko Haram is being waged.

    Initial reports from the Government-run IDP camp in Rann, near the borders with Cameroon and Chad, state that over 50 people had been killed in the incident, described by officials as an ‘operational mistake’, and more than 200 injured, with the death toll including several humanitarian workers and expected to rise in the coming days.

    “This tragedy should never have happened and brings into stark focus the perilous situation that many internally displaced persons continue to experience in this region of Nigeria,” the human rights expert said. “The safety of IDPs must be guaranteed.”

    “It is imperative that those affected have immediate lifesaving assistance, medical care or be evacuated without delay, as well as access to food and water and all other necessary assistance and support,” she stressed.

    The Special Rapporteur also called for a full investigation into the incident and the adoption of urgent measures “to ensure the future safety of those IDPs and other communities remaining in the area, including consideration of their evacuation to safe locations if necessary.”

    The expert described as troubling indications that humanitarian actors may not have had full access to the area for months, in order to assess the humanitarian and protection situation in a region deeply affected by the Boko Haram insurgency and counter-insurgency measures.

    “I urge the Government to ensure full and unhindered access to humanitarian organisations to the region and all locations in which IDPs and other vulnerable civilian populations are living,” she said, while acknowledging security concerns.

    Ms. Jimenez-Damary emphasized that the Government of Nigeria has the primary responsibility to protect internally displaced persons, who are among the most vulnerable, in line with the Guiding Principles on Internal Displacement.

    The Special Rapporteur, whose predecessor, Chaloka Beyani, and also highlighted his concern about the situation of thousands of IDPs when he visited the region in August 2016, offered her support to the Government to help improve its responses to the displacement crisis, and urged it to work in full cooperation with its international partners to ensure that all necessary steps are taken to protect IDPs.

    While noting the expressions of regret by the Government of Nigeria, including President Muhammadu Buhari, Ms. Jimenez-Damary, conveyed her deep sadness at the loss of life.

    Ms. Cecilia Jimenez-Damary (Philippines) was appointed Special Rapporteur on the human rights of internally displaced persons by the Human Rights Council in 2016. Ms. Jimenez-Damary is a human rights lawyer specialised in forced displacement and migration. She has held high-level positions with the Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC) of the Norwegian Refugee Council (NRC) in Geneva, the IDP Project of the Commission on Human Rights of the Philippines, and the Philippine Transitional Justice and Reconciliation Commission.

    The Special Rapporteurs are part of what is known as the Special Procedures of the Human Rights Council. Special Procedures, the largest body of independent experts in the UN Human Rights system, is the general name of the Council’s independent fact-finding and monitoring mechanisms that address either specific country situations or thematic issues in all parts of the world. Special Procedures’ experts work on a voluntary basis; they are not UN staff and do not receive a salary for their work. They are independent from any government or organization and serve in their individual capacity.

    UN Human Rights, Country Page: Nigeria

    For more information and media requests, please contact Mr. Graham Fox (+41 22 917 9640 / gfox@ohchr.org) or write to idp@ohchr.org

    For media inquiries related to other UN independent experts:
    Xabier Celaya, OHCHR Media Unit (+ 41 22 917 9383 / xcelaya@ohchr.org)

    You can access this press release online

    Tag and share - Twitter:@UNHumanRightsand Facebook:unitednationshumanrights


    0 0

    Source: European Commission's Directorate-General for European Civil Protection and Humanitarian Aid Operations
    Country: Central African Republic, Democratic Republic of the Congo, Ethiopia, Kenya, South Sudan, Sudan, Uganda


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Niger, Nigeria

    CS/12689

    Conseil de sécurité
    7868e séance – matin

    Au cours d’une réunion sur la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest, ce matin, le Président du Conseil de sécurité a lu une déclaration présidentielle* dans laquelle le Conseil encourage les organismes des Nations Unies et leurs partenaires à continuer de faire avancer la mise en œuvre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel. Le Conseil s’inquiète de l’essor de l’extrémisme violent, des menaces terroristes, de la piraterie dans le golfe de Guinée, des trafics de drogue et de migrants, et de la traite des êtres humains, sans oublier la situation en Gambie.

    Dans sa déclaration, le Conseil se félicite néanmoins de l’amélioration observée récemment en ce qui concerne la situation politique, en particulier la tenue d’élections libres et pacifiques à Cabo Verde et au Ghana, ainsi que le document final issu du dialogue politique en Guinée.

    En ce qui concerne la Gambie, le Conseil se félicite de la décision prise par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, le 13 janvier dernier, annonçant que, à compter du 19 janvier, le Président sortant, Yahya Jammeh, cessera d’être reconnu par l’Union africaine en tant que Président légitime de la République de Gambie. À cet égard, le Conseil prie le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel de continuer à faciliter les échanges et les négociations visant à assurer un transfert pacifique du pouvoir au Président élu, Adama Barrow.

    Le Conseil encourage les organismes des Nations Unies et leurs partenaires à continuer de faire avancer la mise en œuvre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, afin de contribuer à remédier aux problèmes de sécurité et aux difficultés d’ordre politique de la région. Il demande au Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) de contribuer aux activités menées en faveur du maintien de la mobilisation internationale en redynamisant les engagements et les initiatives de toutes les parties prenantes.

    Le Conseil invite les États Membres et les partenaires multilatéraux à prêter leur appui à la Force multinationale mixte et souligne que, pour affaiblir et vaincre Boko Haram, il importe de disposer d’une stratégie globale consistant à mener des opérations de sécurité coordonnées et à renforcer les activités civiles visant à améliorer la gouvernance et promouvoir la croissance économique dans les zones touchées.

    Le Conseil a également pris note du rapport** du Secrétaire général sur les activités de l’UNOWAS qui couvre la période allant du 30 juillet au 31 décembre 2016.

    * S/PRST/2017/2
    ** S/2016/1072

    CONSOLIDATION DE LA PAIX EN AFRIQUE DE L’OUEST

    Rapport du Secrétaire général sur les activités du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (S/2016/1072)

    Déclaration du Président du Conseil de sécurité

    Le Conseil de sécurité prend note du rapport (S/2016/1072) du Secrétaire général sur le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et accueille avec satisfaction l’exposé que le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed ibn Chambas, lui a présenté le 13 janvier 2017.

    Le Conseil se félicite de la lettre émanant de son président en date du 29 décembre 2016 et de son annexe concernant la reconduction du mandat de l’UNOWAS pour une nouvelle période de trois ans allant du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2019.

    Le Conseil exprime son plein appui au Représentant spécial et compte que l’UNOWAS renforcera ses activités en matière de prévention des conflits, de médiation et de bons offices, de coopération sous-régionale et régionale dans le cadre de la lutte contre les menaces transfrontières et transversales qui pèsent sur la paix et la sécurité, de mise en œuvre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, ainsi que de promotion de la bonne gouvernance, du respect de l’état de droit et des droits de l’homme et de la prise en compte de la problématique hommes-femmes.

    Le Conseil se félicite de l’amélioration observée récemment en ce qui concerne la situation politique en Afrique de l’Ouest, en particulier de la tenue d’élections libres et pacifiques à Cabo Verde et au Ghana et du document final issu du dialogue politique en Guinée. Il applaudit aux mesures prises en vue d’élaborer et d’adopter des réformes politiques, institutionnelles et constitutionnelles au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Libéria, au Sénégal et en Sierra Leone.

    Le Conseil prend acte des mesures prises par les organismes des Nations Unies, en partenariat avec les autorités du Burkina Faso, pour mettre à l’essai une nouvelle démarche en matière de consolidation et de pérennisation de la paix dans le pays, notamment par l’élaboration d’un cadre stratégique visant à consolider la stabilisation après la transition. Il encourage l’UNOWAS à appuyer la consolidation de la paix et à soutenir les efforts de paix déployés dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, où les avancées démocratiques demeurent fragiles, suivant la démarche globale interorganisations des Nations Unies au Burkina Faso.

    Le Conseil applaudit aux travaux que mène actuellement l’UNOWAS en vue de promouvoir la participation des femmes à la vie politique et au processus de paix et de sécurité et, à cet égard, se félicite de l’évolution encourageante de la situation au Libéria et au Nigéria.

    Le Conseil rappelle sa déclaration à la presse (SC/12616), la déclaration de son président (S/PRST/2016/19) et sa résolution 2337 (2017), et accueille favorablement et juge encourageante la décision sur la situation politique en Gambie adoptée à la cinquantième session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement, tenue à Abuja le 17 décembre 2016, et se félicite des décisions adoptées par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine à sa 644e réunion, qui a eu lieu le 12 décembre 2016, ainsi que la déclaration prononcée à sa 647e réunion, tenue le 13 janvier 2017, et annonçant que, à compter du 19 janvier 2017, le Président sortant, Yahya Jammeh, cessera d’être reconnu par l’Union africaine en tant que Président légitime de la République de Gambie. À cet égard, le Conseil prie le Représentant spécial de continuer à faciliter, grâce à ses bons offices, les échanges et les négociations visant à assurer un transfert pacifique du pouvoir du Président sortant, Yahya Jammeh, au Président, Adama Barrow.

    Le Conseil exprime ses préoccupations devant l’essor de l’extrémisme violent, qui peut conduire au terrorisme, ainsi que les menaces terroristes dans la région et leurs liens avec la criminalité transnationale organisée. À cet égard, il condamne fermement toutes les attaques terroristes menées dans la région, en particulier celle du bassin du lac Tchad, notamment par Boko Haram. Il souligne qu’il importe de combattre le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, notamment en éliminant les facteurs qui permettent sa propagation. Il s’inquiète particulièrement des attentats visant les civils, qui sont les principales victimes de la violence.

    Le Conseil se félicite des efforts entrepris aux niveaux sous-régional, régional et international pour atténuer les répercussions des opérations de Boko Haram sur les plans de la sécurité et du développement et du point de vue humanitaire. Il prend note des progrès réalisés dans la mise en place de la Force multinationale mixte (FMM). Il exhorte les États Membres qui participent à celle-ci à améliorer encore la coopération et la coordination militaires dans la région, à refuser de donner refuge à Boko Haram, à permettre l’accès humanitaire et à faciliter le rétablissement de la sécurité civile et de l’état de droit dans les zones libérées. Il rappelle que les États Membres doivent veiller à ce que les mesures qu’ils prennent pour combattre le terrorisme soient conformes à toutes les obligations que leur impose le droit international, en particulier le droit international des droits de l’homme, le droit international des réfugiés et le droit international humanitaire.

    Le Conseil invite les États Membres et les partenaires multilatéraux à prêter leur appui à la FMM, de façon à la rendre rapidement et pleinement opérationnelle, notamment à fournir les moyens permettant d’accélérer et d’améliorer l’échange de renseignements, l’objectif étant de renforcer l’action collective régionale contre Boko Haram. Il souligne que, pour affaiblir et vaincre Boko Haram, il importe de disposer d’une stratégie globale consistant à mener, dans le respect du droit international applicable, des opérations de sécurité coordonnées et à renforcer les activités civiles visant à améliorer la gouvernance et promouvoir la croissance économique dans les zones touchées.

    À cet égard, le Conseil déplore vivement les événements tragiques survenus le 17 janvier 2017 à Rann, dans le nord-est du Nigéria, qui ont entraîné la mort de nombreux civils, y compris des personnes déplacées et des agents de l’aide humanitaire. Il engage le Gouvernement nigérian à enquêter sans tarder sur les faits et rappelle l’obligation qu’ont toutes les parties à un conflit armé de s’acquitter des obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire, du droit international des droits de l’homme et du droit international des réfugiés.

    Le Conseil exprime à nouveau sa grave inquiétude face à la situation humanitaire désastreuse provoquée par les activités de Boko Haram dans la région du bassin du lac Tchad. À cet égard, il engage la communauté internationale à appuyer immédiatement la délivrance d’une aide humanitaire d’urgence aux populations les plus touchées par la crise au Cameroun, au Niger, au Nigéria et au Tchad, y compris en répondant à l’appel en faveur de la région du bassin du lac Tchad lancé par les Nations Unies. Il exhorte également les gouvernements de la région à faciliter l’accès des organisations humanitaires et à collaborer avec l’Organisation des Nations Unies et les partenaires internationaux en vue d’élaborer des solutions viables pour l’acheminement de l’aide.

    Le Conseil reste préoccupé par la piraterie dans le golfe de Guinée, par le trafic de drogue et d’autres produits illicites, ainsi que par le trafic de migrants et la traite des êtres humains, et souligne qu’il faut intensifier la lutte contre les activités illicites dans la sous-région.

    Le Conseil se félicite que les pays d’Afrique de l’Ouest et du Sahel soient à l’origine d’initiatives visant à combattre l’insécurité dans la région et invite les États Membres, les organisations régionales et sous-régionales, les entités des Nations Unies et les autres intervenants concernés à renforcer la cohésion sociale et à lutter contre les obstacles à la bonne gouvernance.

    Le Conseil salue la collaboration entre l’UNOWAS et les organisations sous-régionales et régionales, notamment l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Groupe de cinq pays du Sahel (G5 Sahel), la Commission du bassin du lac Tchad et l’Union du fleuve Mano, en vue de promouvoir la paix et la stabilité en Afrique de l’Ouest et au Sahel. Il demeure déterminé à collaborer étroitement avec ces organisations par l’intermédiaire de l’UNOWAS afin de renforcer la coopération sous-régionale et régionale en matière de lutte contre les menaces transfrontières et de prévention de la propagation du terrorisme. À cet égard, il se réjouit du concours que l’UNOWAS prête à la Commission de la CEDEAO pour la mise en œuvre de son cadre régional pour la réforme et la gouvernance du secteur de la sécurité et la promotion d’une approche coordonnée de la réforme du secteur de la sécurité dans la région.

    Le Conseil prend note de la collaboration qui s’est instaurée entre l’UNOWAS et la Commission de consolidation de la paix et encourage l’un et l’autre à continuer de coopérer de façon étroite et efficace en vue d’une paix durable dans la région.

    Le Conseil salue les efforts que font l’Union africaine et la CEDEAO, ainsi que les États Membres de la région de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel, pour renforcer la sécurité aux frontières et la coopération régionale, notamment grâce au G5 Sahel et au Processus de Nouakchott, relatif au renforcement de la coopération en matière de sécurité et à l’opérationnalisation de l’Architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo-saharienne.

    Le Conseil encourage les organismes des Nations Unies et leurs partenaires à continuer de faire avancer la mise en œuvre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, y compris en épaulant le G5 Sahel, afin de contribuer à remédier aux problèmes de sécurité et aux difficultés d’ordre politique qui entravent la stabilité et le développement de la région du Sahel, et réaffirme sa ferme détermination à surmonter ces difficultés, qui sont également liées au domaine humanitaire et aux questions de développement, mais aussi aux incidences négatives des changements climatiques et écologiques et, à cet égard, souligne qu’il importe de mener des évaluations des risques et de disposer de stratégies de gestion des risques appropriées à la lutte contre les effets des changements climatiques.

    Le Conseil se félicite des conclusions de l’évaluation indépendante de la Stratégie intégrée. À cet égard, il demande à l’UNOWAS de coordonner son action avec celle des États du Sahel et toutes les autres parties prenantes, afin de donner des orientations stratégiques, des conseils et des directives aux acteurs du système des Nations Unies sur les modalités de la mise en œuvre effective de la Stratégie intégrée, notamment son orientation thématique, les dispositifs de coordination, les partenariats et la répartition des responsabilités entre les organismes de l’ONU sur le terrain et au Siège.

    Le Conseil demande à l’UNOWAS de contribuer aux activités menées en faveur du maintien de la mobilisation internationale en redynamisant les engagements et les initiatives de toutes les parties prenantes, notamment les pays de la région, les différents mécanismes régionaux, l’ONU, l’Union africaine, l’Union européenne, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement, et souligne à cet égard l’importance du rôle fédérateur de la Commission de consolidation de la paix pour ce qui est d’œuvrer à la consolidation de la paix et, en collaboration avec l’UNOWAS, de faire en sorte que les organismes des Nations Unies, les pays du Sahel et d’autres partenaires internationaux et régionaux s’engagent de manière plus affirmée et travaillent davantage en partenariat afin de faire progresser la mise en œuvre de la Stratégie et d’adapter celle-ci aux besoins en constante évolution de la région.

    Le Conseil demande également à l’UNOWAS de fournir l’appui nécessaire à la plateforme ministérielle de coordination pour le Sahel et à son secrétariat technique ainsi qu’au G5 Sahel.

    Le Conseil exprime son intention d’assurer un suivi régulier des progrès réalisés et, à cet égard, prie le Secrétaire général de lui fournir, dans son prochain rapport périodique prévu pour juillet 2017, des informations sur les activités menées par l’UNOWAS en ce qui concerne les aspects ci-après de son mandat se rapportant à la Stratégie intégrée : a) cohérence des aspects politiques et des aspects relatifs aux programmes de la Stratégie intégrée; b) rationalisation et coordination des initiatives des acteurs internationaux et régionaux dans la région du Sahel, afin de veiller à ce qu’elles s’attaquent aux nouvelles difficultés rencontrées dans la région; c) orientation et direction de la mobilisation générale des acteurs du système des Nations Unies et des partenaires dans le but d’atteindre l’objectif global de la Stratégie intégrée; d) promotion de l’application des 9 projets phares de la Stratégie intégrée et évaluation des résultats; e) attention portée à tous les piliers de la Stratégie intégrée et aux déficits de financement.

    À l’intention des organes d’information • Document non officiel.


    0 0

    Source: Government of the Republic of Mali
    Country: Canada, Mali

    19 Jan 2017 Écrit par Niakaling SISSOKO

    L’Ambassadeur du Canada au Mali a remis ce matin 19 janvier 2017 les clés de 25 ambulances médicalisées au représentant du Ministre de la santé et de l’Hygiène Publique. La cérémonie a eu lieu au Ministère de la santé et de l’Hygiène Publique en présence de plusieurs personnalités.

    Le Canada, dans le cadre de l’appui budgétaire sectoriel 2016 vient d’octroyer au Mali 25 ambulances médicalisées. La remise a lieu au cours d’une cérémonie honorée par la présence de l’Ambassadeur du Canada au Mali, des conseillers techniques du ministère de la santé et plusieurs autres personnalités.

    Les clés des 25 ambulances ont été symboliquement remises par l’ambassadeur au secrétaire général du Ministre de la Santé et l’Hygiène Publique.

    Le secrétaire général au nom du ministre a tenu à remercier l’Ambassadeur du Canada pour leur appui constant et qui témoigne d’une coopération bilatérale sans faille depuis des dizaines d’années.

    L’Ambassadeur du Canada a invité la séance d’observer une minute de silence à l’occasion des évènements douloureux survenus à Gao et a rappelé que le Canada est et restera toujours aux côtés du ministère de la santé.


    0 0

    Source: Inter-Agency Working Group on Disaster Preparedness for East and Central Africa
    Country: Ethiopia, Kenya, Somalia

    This paper was produced for a meeting of the Inter-Governmental Authority for Development (IGAD) in Addis Ababa, Ethiopia, 19-21 January 2017

    SUMMARY – KEY MESSAGES

    • The failure of the 2016 October-December rains across parts of the Horn of Africa has led to a devastating drought in Somalia, south-eastern Ethiopia, and northern and eastern Kenya. More than 15 million people in these three countries are facing food and water shortages, and famine is now a possibility in Somalia.

    • The drought follows one of the strongest El Niño events on record, and many of the affected areas have seen the failure of successive rains, with cumulative impacts that have exhausted the coping strategies of vulnerable communities.

    • Forecasts suggest the next rains in affected areas – expected from March-May – may also be below-average.

    • In Somalia, 5 million people need humanitarian assistance. In Ethiopia, 5.6 million people need emergency food assistance and 9.2 million require safe water. In Kenya, 1.3 million people are facing food shortages.

    • Since the 2010-11 hunger crisis in the region, much work has been done and concrete gains made in terms of preventing the worst impacts of drought. However, in the face of overwhelming climate shocks, humanitarian interventions are still urgently needed.

    • Governments, donors and the international community must act quickly on the lessons learned in 2010-11 to protect the hard-won gains of recent years and prevent this crisis becoming a catastrophe. Time is running out.


    0 0

    Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies
    Country: Nigeria

    As many as nine Nigerian Red Cross Society volunteers remain in critical condition and dozens of others are receiving psychological and medical care after Tuesday’s accidental military strike on a displacement camp in Nigeria’s volatile northeast.

    The bombardment, which was targeting militants, killed more than 70 civilians, including six Nigerian Red Cross volunteers. Over 100 civilians were wounded. The airstrike occurred just as 40 Red Cross volunteers were commencing to distribute food to 25,000 displaced people sheltering at a camp in the village of Rann, near the border of Cameroon.

    “We are deeply grieving this horrific and devastating incident and we hope and pray that those who are seriously wounded and traumatized will recover,” said Andronicus Adeyemo, acting Secretary General of the Nigerian Red Cross Society.

    Mr Adeyemo reported today that two Red Cross volunteers who sustained serious injuries have undergone successful surgery. They and others gravely wounded in the bombing were evacuated to hospitals in the town of Maiduguri, where the International Committee of the Red Cross is supporting the emergency medical effort.

    Mr Adeyemo says everyone at the Nigerian Red Cross Society is in mourning mood, but the trauma, shock and grief suffered by survivors, close colleagues and family members in Borno State is especially acute.

    “Our volunteers and staff providing psychosocial support to victims and their families are traumatized themselves. We have mobilized psychological assistance from other regions to help our staff and volunteers get through this terrible time,” said Mr Adeyemo.

    The Nigerian Red Cross says it is committed to continuing to aid those most affected by the 7-year violent conflict in the country’s northeast and will not suspend its lifesaving work due to this week’s tragedy.

    It is imperative that aid workers and emergency medical services are able to operate safely to ensure critical assistance can be provided to all communities that rely on their support.


    0 0

    Source: Thomson Reuters Foundation
    Country: Nigeria

    Many of the victims being treated after the refugee camp bombing this week are children

    By Kieran Guilbert

    MAIDUGURI, Nigeria, Jan 21 (Thomson Reuters Foundation) - Lying in a bed in the surgical ward of a hospital in northeast Nigeria, his torso barely visible under heavy bandaging, a 10-year-old boy stares blankly at the ceiling as nurses rush past.

    Badly burned all over his upper body, and stable only after intensive surgery, the Nigerian child is one of more than 100 people wounded this week when a botched military air strike hit a refugee camp in Rann in Borno state.

    "It's heartbreaking to see so many child victims," said Beat Mosimann, head of sub-delegation at the International Red Cross (ICRC), as surgeons prepared to perform yet another operation at the State Specialist Hospital in Borno's capital of Maiduguri.

    "The adults at least understand what is happening, but the children have no idea," he told the Thomson Reuters Foundation on Saturday in a ward full of patients wrapped in bandages, gauze and casts.

    "They are hurt, scared and far away from their families."

    The air strike on Tuesday on the camp in Borno, the heart of Boko Haram's seven-year-long bid to create an Islamic caliphate, was aimed at the jihadists, according to the Nigerian Air Force, which has not provided an official casualty figure.

    Medical charity Medecins Sans Frontieres (MSF) said on Friday at least 90 people were killed by the bombing, including nine aid workers, but warned that the death toll could hit 170.

    Surgeons in four Maiduguri hospitals are working around the clock, operating on the most seriously wounded including more than 20 children, to keep the death toll down, the ICRC said.

    "This one of the hardest times for the State Specialist Hospital - we are overstretched with so many wounded," said Apollo Barasa, project manager at the public hospital.

    BURNS AND BREAKS

    More than 100 people have been airlifted to Maiduguri from Rann since Wednesday, arriving with injuries ranging from broken bones and burns to shrapnel wounds and abdominal injuries.

    Most of the 68 wounded taken to the State Specialist Hospital - half of whom are children - have already had surgery, with patients sleeping, having their dressings changed and chatting to relatives as nurses did their rounds.

    While many of the children are alone because their families are unable to travel to Maiduguri, several Nigerian Red Cross volunteers are on hand to comfort and care for them.

    One of the recovering victims, Ahmad Barma, said he was working in the Rann camp for the ICRC when the bomb struck.

    "I lay there on the ground for 15 minutes, looking around at the injured and the dead, seeing people run in every direction," said the aid volunteer, gingerly feeling his fractured left leg.

    Six Nigerian Red Cross aid workers and three from a Cameroon firm hired by MSF to provide water and sanitation died in the attack, while more than a dozen humanitarians were injured.

    "I am more than lucky, when so many people are dead," Barma said. "I want to go back to the field. If I could tomorrow, I would," he said, his older brother chuckling at his bedside.

    Human Rights Watch (HRW) said this week the air force should have known the area targeted was full of civilians, and called upon the government to compensate the victims and their families.

    The air force declined to comment on HRW's statement and said on Thursday it would investigate the air strike, which followed a military offensive against Boko Haram in the last fedw weeks.

    The militants' insurgency has killed more than 15,000 people and forced some two million to flee their homes.

    The group has been pushed out from most of the territory it held in 2015 by the Nigerian military, with help from neighbouring countries. (Reporting By Kieran Guilbert @KieranG77, Editing by Astrid Zweynert @azweynert.; Please credit the Thomson Reuters Foundation, the charitable arm of Thomson Reuters, that covers humanitarian news, women's rights, trafficking, property rights, climate change and resilience. Visit http://news.trust.org)


    0 0

    Source: Human Rights Watch
    Country: Mali

    Les meurtres, la répression et l’insécurité mettent en danger les civils du nord et du centre du pays

    (Nairobi) - Les groupes islamistes armés dans le nord et le centre du Mali ont exécuté de nombreuses personnes et imposent de plus en plus de restrictions à la vie dans les villages. Le gouvernement malien a été généralement incapable de protéger les civils vulnérables du nord et du centre du pays. De leur côté, les forces de sécurité ont exécuté sommairement au moins 10 islamistes présumés et en ont torturé beaucoup d’autres lors d’opérations antiterroristes en 2016.

    Outre les abus commis par les groupes islamistes armés, les populations civiles ont souffert d’affrontements intercommunautaires sanglants et de l’augmentation des actes de banditisme. Malgré l’accord de paix signé en 2015 qui a mis fin au conflit armé de 2012-2013 au Mali, les signataires n’ont pas réussi à appliquer plusieurs de ses dispositions essentielles, en particulier celles qui concernent le désarmement de milliers de combattants. En 2016, le nombre de morts au sein des forces de maintien de la paix des Nations Unies a doublé par rapport à l’année 2015, pour atteindre 29.

    « Le climat relatif aux droits humains est devenu de plus en plus précaire en 2016 en raison des exécutions et intimidations des groupes islamistes armés, d’affrontements intercommunautaires sanglants et d’une flambée des crimes violents », a déclaré Corinne Dufka, directrice adjointe de la division Afrique à Human Rights Watch. « L’incapacité du gouvernement à reprendre le contrôle de la situation et à limiter les abus des forces de sécurité n’a fait que détériorer encore un peu plus la situation. »

    En 2013, une intervention militaire sous commandement français a permis de repousser les groupes armés qui occupaient le nord du Mali, mais l’anarchie et les abus, notamment de la part de groupes liés à Al-Qaïda, n’ont fait qu’augmenter depuis la deuxième moitié de l’année 2014. En 2015 et 2016, les exactions se sont aggravées et se sont propagées aux régions centrales du Mali.

    En avril et en août 2016, Human Rights Watch a enquêté sur place à Bamako, Sévaré et Mopti, et par téléphone tout au long de l’année, et recueilli les témoignages de plus de 70 victimes et témoins de ces abus dans le centre et le nord du Mali. Parmi les personnes interrogées figurent des membres des communautés ethniques Peul, Bambara, Dogon et Touareg ; des personnes détenues par le gouvernement ; des responsables des gouvernements locaux, de la sécurité et du ministère de la Justice ; et des diplomates et responsables de l’ONU. Les conclusions s’appuient aussi sur les recherches effectuées par Human Rights Watch au Mali depuis 2012.

    En 2016, des groupes islamistes armés ont exécuté au moins 27 hommes, parmi lesquels des chefs de village et des représentants locaux du gouvernement, des membres des forces de sécurité maliennes et des combattants signataires de l’accord de paix. La plupart d’entre eux étaient accusés d’avoir fourni des informations au gouvernement ou aux forces françaises engagées dans des opérations antiterroristes.

    Beaucoup d’exécutions se sont déroulées dans le centre du Mali, où la présence de groupes islamistes armés et l’intimidation des populations n’ont cessé d’augmenter en cours d’année. Les villageois ont décrit comment des groupes islamistes constitués d’une cinquantaine de combattants armés, parmi lesquels se trouvaient des adolescents, ont occupé des villages des heures durant et menacé de mort quiconque collaborerait avec les forces françaises, le gouvernement ou les casques bleus de l’ONU.

    Dans plusieurs villages, les groupes ont imposé leur version de la charia (loi islamique), menaçant les villageois pour qu’ils ne célèbrent pas les mariages et les baptêmes. Un villageois a dit avoir assisté à un mariage en décembre dans la région de Ségou : « Nous ne sommes plus autorisés à pratiquer nos coutumes en raison de la présence de combattants djihadistes originaires de nos propres villages. Nos façons de faire sont maintenant haram [interdites]. » Un autre habitant du village a expliqué que les familles étaient « soumises à des pressions pour confier leurs enfants » aux groupes islamistes armés du centre du Mali.

    Des groupes armés ont mené au moins 75 attaques contre les forces des Nations Unies en 2016, causant la mort de 29 casques bleus de la Mission multidimensionnelle de stabilisation intégrée au Mali (MINUSMA) et blessant quelques 90 autres de ces soldats. Les groupes liés à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) ont revendiqué plusieurs de ces attaques, qui visaient en grande partie les convois logistiques et les bases des Nations Unies. Les attaques les plus meurtrières ont eu lieu au mois de février, quand sept casques bleus guinéens ont été tués, et au mois de mai, quand cinq casques bleus du Togo et cinq du Tchad ont été tués.

    Les habitants et les responsables communautaires ont aussi décrit une recrudescence du banditisme et de la criminalité violente. Human Rights Watch estime à plusieurs milliers le nombre de civils qui ont souffert de quelques 400 actes de banditisme dans le nord et le centre du Mali en 2016. Ces chiffres s’appuient sur des entretiens avec les victimes, des témoins, des sources au sein des services de sécurité, et sur les informations des médias ou des rapports sur la sécurité. Des bandits armés ont tué au moins huit personnes et en ont blessé plus de trente autres, en ciblant de manière systématique les véhicules publics et les autobus, les gardiens de troupeaux et les commerçants. Les victimes affirment que les forces de sécurité gouvernementales ne pouvaient ou ne voulaient pas les protéger, et qu’elles enquêtaient rarement sur les crimes commis.

    Un certain nombre de personnes ont affirmé qu’elles avaient été volées à plusieurs reprises. Un commerçant a ainsi été volé quatre fois en quatre mois. « Cela peut difficilement être pire », a raconté un autre commerçant. « Nous ne pouvons pas sortir de Gao sans tomber sur des bandits en embuscade », a expliqué un troisième. Les commerçants ont estimé que la lenteur avec laquelle l’accord de paix était mis en œuvre – notamment les volets concernant le désarmement, le cantonnement des groupes armés et les patrouilles conjointes composées de soldats maliens, miliciens pro-gouvernementaux et anciens rebelles – avait largement contribué à l’augmentation de la criminalité.

    L’insécurité a aussi considérablement affecté les soins de santé de base, l’éducation et l’aide humanitaire. En 2016, les agences d’aide ont été la cible d’au moins 35 attaques, essentiellement menées par des bandits dans le nord du pays. Au moins six véhicules transportant des travailleurs de santé et des malades ont été volés. Dans plusieurs cas, les patients ont été expulsés des véhicules attaqués. Plusieurs civils ont été tués par des mines et engins explosifs improvisés placés sur les principales routes d’accès par des membres des groupes armés.

    L’armée malienne et les autres forces de sécurité gouvernementales ont mené des opérations antiterroristes qui ont plusieurs fois conduit à des arrestations arbitraires, des exécutions, des actes de tortures et d’autres mauvais traitements. En 2016, Human Rights Watch a enquêté sur le meurtre de dix détenus dans le centre du Mali, et sur des actes de torture ou des mauvais traitements infligés à vingt autres détenus. Les autorités maliennes ont fait peu d’efforts pour enquêter sur ces violations et demander des comptes aux responsables de tels actes.

    Le droit international humanitaire, ou le droit de la guerre, s’applique à toutes les parties au conflit armé au Mali. Le droit applicable comprend l’article 3 commun aux Conventions de Genève de 1949, le Protocole II aux Conventions de Genève et le droit coutumier de la guerre. L’article 3 commun et le Protocole II interdisent expressément l’exécution de combattants capturés ou de civils en détention.

    Les individus qui commettent délibérément des violations graves du droit de la guerre peuvent être poursuivis pour crimes de guerre. Le Mali est partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

    « Les autorités doivent faire beaucoup plus pour s’acquitter de leurs responsabilités en matière de protection des civils dans le nord et le centre du Mali », a déclaré Corinne Dufka. « Après tant d’années d’insécurité, les civils devraient pouvoir profiter davantage du processus de paix. »

    Le conflit au Mali depuis 2013

    Les opérations militaires menées par les forces françaises et maliennes depuis 2013 et l’accord de paix signé en 2015 visaient à éliminer la présence de groupes islamistes armés sur le territoire, à désarmer des milliers de combattants et à rétablir le contrôle de l’État malien sur le nord du pays. Mais les affrontements entre divers groupes armés avant et après l’accord de 2015 ont produit de l’insécurité au nord et, de plus en plus, dans le centre du Mali.

    De vastes étendues de territoire au nord du pays ont en grande partie été désertées par le gouvernement malien, permettant aux groupes armés, aux milices pro-gouvernementales et aux bandits de commettre leurs exactions en toute impunité. Depuis le début de l’année 2015, les activités et abus des groupes armés islamistes se sont étendus au centre du Mali, impliquant un nombre croissant de civils dans le conflit.

    Selon un analyste des questions de sécurité, « le nombre de bandits et de terroristes a augmenté en 2016 et les attaques sont devenues plus complexes et violentes ». Bien que les groupes armés ne s’attaquent que rarement aux civils, l’aggravation de l’insécurité a sapé les efforts menés par le gouvernement malien et par ses partenaires internationaux pour renforcer l’État de droit et fournir des soins de santé de base, de l’éducation et de l’aide humanitaire aux populations qui en ont besoin.

    Dans le même temps, la persistance des conflits entre communautés du centre et du nord du Mali ont fait des dizaines de morts et ont été exploités par certains groupes armés pour recueillir de nouveaux soutiens et recruter de nouveaux membres.

    Exécutions par les groupes islamistes armés

    Human Rights Watch a recueilli des informations sur un total de 27 exécutions sommaires commises par des groupes islamistes armés en 2016. Parmi les groupes présumés responsables de ces exécutions figureraient AQMI, Ansar Dine, le Front de libération du Macina (également connu sous le nom de Katiba du Macina d’Ansar Dine) et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO).

    Ces meurtres ont eu lieu dans les régions de Mopti, Ségou, Tombouctou et Kidal. Au moins deux des victimes ont été décapitées. Parmi les individus ciblés se trouvaient des maires et des maires adjoints, des chefs de village et des enseignants ; des membres des forces de sécurité maliennes, dont un membre de la garde nationale, un soldat et des agents du service des eaux et forêts ; des membres de groupes armés signataires de l’accord de paix de 2015, notamment les Touaregs du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) ; et dans un cas, le combattant d’un groupe islamiste qui s’était livré à des pratiques criminelles.

    Des témoins et des sources de renseignement ont indiqué que de nombreuses victimes avaient été accusées d’être des informateurs du gouvernement, ou des militaires français engagés dans des opérations antiterroristes. Des dirigeants communautaires du centre du Mali ont déclaré qu’ils pensaient qu’un certain nombre de dirigeants locaux avaient également été ciblés à titre de représailles, pour les punir de leurs pratiques présumées corrompues envers les villageois.

    D’autres exécutions extrajudiciaires ont été commises en grand nombre en 2016, y compris contre des responsables locaux – assassinats qui, selon les informations recueillies par Human Rights Watch, étaient liés à des conflits intercommunautaires ou de personnes sur la répartition des terres, le partage de l’eau, ou encore à des enjeux de pouvoirs au sein des communautés.

    Exécutions de civils

    Le 7 novembre, un groupe islamiste armé a exécuté le chef du village de Diaba, Kola Kane Diallo, 45 ans, devant sa famille. Diaba se trouve à 70 kilomètres du site de Djenné, inscrit sur la liste du patrimoine mondial culturel de l’UNESCO. Un villageois a déclaré qu’il pensait que le meurtre de Kola Kane Diallo était un avertissement adressé à la communauté pour qu’elle ne collabore pas avec l’armée malienne, dont la présence avait récemment été renforcée dans la région. Selon un témoin : Ces hommes l’avaient déjà menacé à plusieurs reprises (...) mais il refusait de partir : « Je n’ai rien fait de mal, disait-il... Pourquoi est-ce que je devrais quitter mon village ? » Cette nuit-là, il était dans sa maison et il regardait la télévision. Trois hommes se sont présentés à sa porte. Un seul d’entre eux est rentré, il prétendait qu’il était berger qu’il recherchait des bêtes qui lui manquaient. Le chef a répondu qu’il n’avait pas les bêtes de qui que ce soit. L’homme lui a alors révélé ses intentions réelles : « C’est toi que nous recherchons. »

    Le chef avait son enfant dans les bras (...) L’homme armé lui a ordonné de remettre son enfant à un membre de la famille. Il a supplié : « Au nom de Dieu, ne me tuez pas. » Mais ils l’ont abattu de trois coups de feu, dans sa maison (...) Nous soupçonnons que cela avait un lien avec la visite qu’il avait reçue de l’armée malienne – pour lui, c’était normal de les recevoir : il était le chef du village. C’était comme un signe adressé au reste du village pour qu’on ne collabore pas. À la mi-septembre, un professeur de religion coranique, ou marabout, du village de Sofara à 40 kilomètres de Djenné, a été tué pour sa prétendue collaboration avec l’armée malienne. Des témoins ont indiqué qu’à plusieurs reprises il avait accueilli des soldats dans sa maison pendant leurs patrouilles dans le secteur, où opérent aussi plusieurs groupes islamistes armés.

    Deux témoins ont affirmé que le 18 juillet, juste après une heure du matin, trois membres présumés d’un groupe islamiste armé ont fait irruption dans la maison d’Issa Garibou Onguiba pour le tuer devant sa femme et ses enfants. Cette exécution sommaire a eu lieu près du village de Boumbam, à 60 kilomètres au sud de Douentza. Un témoin a raconté :

    Je venais d’aller me coucher quand j’ai entendu deux cris, suivis d’au moins trois coups de feu. La femme a supplié les tueurs et leur a offert de l’argent et du bétail, mais ils lui ont dit : « Nous avons été envoyés pour le tuer (...) nous allons remplir notre mission. » Issa était chasseur et il était habitué à voir beaucoup de djihadistes dans la brousse. Ils avaient récemment prêché dans notre mosquée et nous avaient avertis de ne jamais dire aux FAMA [les forces armées maliennes] où ils se trouvaient. Deux témoins ont décrit le meurtre, perpétré le 11 juillet contre Amadou Kola Dia, 50 ans, alors qu’il travaillait dans son champ. Dia était professeur et adjoint au maire d’Ouro Modi, un village situé à 60 kilomètres de Mopti. Ces témoins ont expliqué que Dia avait fui son village en 2015 après avoir reçu des menaces de groupes islamistes armés, mais qu’il était rentré en juillet pour fêter la fin du Ramadan avec sa famille. « Ces gens ont infiltré et paralysé notre région », a déclaré un témoin. « Ils ont des informateurs dans tous les villages. C’est comme ça qu’ils savaient qu’Amadou était revenu. »

    Deux témoins ont décrit l’assassinat, le 21 mars, d’Amadou Mamoudou Dicko, 49 ans, par des Islamistes armés du Niger, dans un hameau près du village de Yogodoji, à 40 kilomètres de la frontière avec le Burkina Faso. Dicko avait apparemment organisé un groupe d’autodéfense dans le village. Un témoin a raconté :

    J’en ai vu huit sur quatre motos, ils ont tiré dès le moment où ils sont entrés. Il y avait vingt personnes assises qui parlaient. Ils ont donné l’ordre à tout le monde de s’allonger et l’un d’eux a dit, « C’est lui... celui que nous recherchons. » Dicko s’est enfui, mais ils l’ont coincé et l’ont abattu à cet endroit. J’ai compté 153 douilles vides en tout. L’adjoint au maire de Boni ainsi que sept civils étrangers sont détenus par des groupes islamistes armés au Mali depuis le mois de septembre 2016.

    Exécutions de membres de groupes armés

    Le 4 novembre, AQMI a publié une vidéo intitulée « Traîtres 2 », qui revendique l’exécution sommaire de quatre Maliens. Le groupe a affirmé que ces quatre individus avaient fourni des renseignements aux forces françaises, maliennes et mauritaniennes, ayant entraîné des pertes de combattants et d’armes au sein d’AQMI. La vidéo, diffusée par l’agence de presse d’AQMI, Andalus Media, montre leur procès devant un tribunal de la charia, puis l’exécution de Mohamed Ould Beih et El-Hussein Ould Badi. « Traîtres 2 » semble être la suite d’une autre vidéo d’AQMI, mise en ligne en décembre 2015 et intitulée « Traîtres », dans laquelle deux Maliens et un Mauritanien avaient été exécutés pour des raisons similaires.

    Les deux autres exécutions mentionnées dans « Traîtres 2 » concernent Bachir Ould Afad, un membre de la Garde nationale, exécuté le 25 septembre à Tombouctou, et Efad Ag Arifek, membre du groupe touareg MNLA, enlevé le 6 juin à Ber, à 53 kilomètres à l’est de Tombouctou. Arifek avait été le porte-parole à Ber d’une coalition de plusieurs groupes armés. Son corps décapité a été découvert le 21 juillet à Timboukri, à 27 kilomètres au nord-est de Ber, avec les corps de trois autres hommes qui auraient été capturés un jour plus tôt lors d’une attaque d’AQMI contre le MNLA.

    AQMI a également revendiqué l’assassinat d’Alassane Ag Intouwa à Ber le 20 juin. Intouwa, un ancien combattant du groupe touareg, avait servi comme représentant d’un autre groupe, le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad.

    Parmi tous les groupes armés signataires de l’accord de paix de 2015, le MNLA a été le plus touché par les meutres. Des responsables communautaires ont déclaré à Human Rights Watch que certains d’entre eux pourraient avoir été victimes de luttes de pouvoir, notamment avec des membres de la communauté arabe. Selon Mohamed Ag Attaye, chargé des questions des droits de l’Homme au MNLA, au moins 33 hommes associés au MNLA ont été exécutés pendant qu’ils étaient détenus par des groupes islamistes armés, et cinq autres ont été enlevés en 2016.

    La majorité des 28 hommes exécutés l’ont été dans la région de Kidal. 15 individus ont été exécutés après avoir été capturés lors d’affrontements, alors que d’autres ont été tués dans leurs maisons, ou plusieurs mois après leur enlèvement. Attaye a déclaré que la plupart des meurtres avaient été revendiqués par AQMI, Ansar Dine ou le MUJAO. Il a aussi indiqué à Human Rights Watch que six combattants du MNLA, capturés par des milices pro-gouvernementales près d’Anefis, avaient été exécutés après avoir été livrés au MUJAO. Il prétend que certains d’entre eux ont été torturés avant leur exécution.

    Human Rights Watch n’a pas été en mesure de vérifier tous ces cas, mais exhorte les autorités maliennes à enquêter sur les très graves allégations du MNLA.

    Répression par des groupes islamistes armés dans le centre du Mali

    Les groupes armés islamistes qui opèrent dans le centre du Mali ont fréquemment imposé des contraintes extrêmement sévères à la population civile, en s’appuyant le plus souvent sur une interprétation stricte de l’Islam.

    Les menaces étaient habituellement communiquées lors de réunions auxquelles les villageois étaient obligés d’assister. Human Rights Watch s’est entretenu avec les habitants d’au moins huit villages des régions de Mopti et de Ségou, qui ont assisté à ces réunions. Pendant les réunions, qui duraient plusieurs heures, des hommes armés prêchaient en plusieurs langues et menaçaient toute personne qui s’aviserait de transmettre des informations au gouvernement malien ou aux forces internationales. Ils appelaient également chacun à adhérer à une interprétation stricte de l’Islam.

    Dans certains villages, les groupes interdisaient les célébrations officielles comme les mariages et les baptêmes et dans plusieurs cas, des coups de feu ont été tirés en l’air pour disperser les personnes qui y assistaient. D’autres règles interdisaient aux jeunes filles et aux femmes de circuler sur des motos conduites par d’autres hommes que leur mari, obligeaient le port de certains types de vêtements, donnaient des instructions aux enseignants pour qu’ils séparent les filles et les garçons dans les salles de classe, et défendaient de participer aux élections municipales de novembre 2016. Dans quelques villages, des groupes ont menacé de couper les mains des bandits et d’exécuter les auteurs d’actes d’adultère.

    Des victimes, des témoins et des analystes des questions de sécurité ont déclaré que les groupes islamistes armés avaient détruit des antennes de communication et incendié des véhicules et des bâtiments du gouvernement, notamment les bureaux des maires et ceux de la gendarmerie, ou encore des mairies ou des prisons.

    Un homme qui a assisté à quatre mariages dans plusieurs villages près de la frontière du Mali avec la Mauritanie a déclaré que la présence de combattants islamistes avait modifié les pratiques traditionnelles des Peuls :

    D’ordinaire, la célébration d’un mariage ou d’un baptême se déroulait sur plusieurs jours – on dansait, on chantait ensemble –, mais maintenant, nous ne pouvons le faire que là où l’armée malienne est présente. Pendant les mariages auxquels j’ai assisté, les hommes et les femmes n’étaient pas autorisés à se mélanger (...) On emmenait la mariée chez son mari et c’était fini (...) Avant on s’amusait, c’était joyeux – mais maintenant, si on ne vous disait rien, vous auriez du mal à savoir qu’un mariage a été célébré. Un autre villageois a déclaré : « Ils nous forcent même à prier différemment (...) dans certains villages, il faut croiser les mains devant sa poitrine quand on prie (...) On ne faisait jamais ça avant. »

    Dans un village près de Dogofiri, un commerçant raconte : « Les djihadistes ont tiré en l’air. Ils ont ordonné au barman de baisser la musique et aux gens de ne pas entrer. L’un d’eux a dit que la musique et l’alcool n’étaient pas autorisés dans ce village. »

    Un étudiant coranique de 30 ans qui gagnait sa vie en vendant des versets manuscrits du Coran placés dans des amulettes, a déclaré que certains groupes islamistes armés interdisaient cette pratique. « Les djihadistes venaient chaque semaine pendant le marché », a-t-il raconté. « Un jour, ils ont trouvé les versets que j’écrivais dans mon cahier. Je les vends à nos femmes, qui les cousent dans des petites pochettes de cuir qu’on porte pour se protéger. Je les ai suppliés, mais ils ont brûlé mon carnet en déclarant que ce genre de pratiques traditionnelles était haram. »

    Attaques contre les soldats chargés du maintien de la paix

    Des groupes islamistes armés ont régulièrement attaqué des membres des forces de maintien de la paix de la MINUSMA : en 2016, 29 casques bleus ont été tués et environ 90 ont été blessés dans de telles attaques. Au total, plus de 70 soldats de la paix ont été tués depuis la création du MINUSMA en 2013.

    Un analyste des questions de sécurité a déclaré que même si la MINUSMA avait été attaquée à peu près autant de fois en 2016 qu’en 2015, les attaques de 2016 étaient « mieux organisées sur le terrain » et les groupes « revendiquaient plus facilement la responsabilité de ces attaques ».

    La plupart de ces attaques visaient soit des convois logistiques de transport de vivres, d’eau et d’approvisionnement divers destinés aux bases de l’ONU, soit les bases elles-mêmes, en particulier celles de Kidal, Gao et Tombouctou. AQMI, Ansar Dine et Al Mourabitoun ont revendiqué plusieurs de ces attaques, parmi lesquelles l’attentat suicide et les tirs de roquette du 12 février contre la base de la MINUSMA à Kidal, qui ont tué sept casques bleus guinéens, et l’embuscade du 18 mai à 15 kilomètres au nord d’Aguelhok, dans la région de Kidal, qui a fait cinq morts parmi les casques bleus tchadiens.

    Les années précédentes, les attaques contre les forces de maintien de la paix avaient presque exclusivement lieu dans le nord du Mali. Mais en 2016, au moins deux attaques meurtrières se sont produites dans la région de Mopti au centre du pays. Le 29 mai, cinq casques bleus togolais sont morts dans une embuscade à 30 kilomètres à l’ouest de la garnison de Sévaré. Le 6 novembre, un autre casque bleu togolais a été tué dans une attaque contre un convoi d’approvisionnement à 45 kilomètres au nord de Douentza. Deux civils maliens ont également péri dans l’attaque.

    Le 29 novembre, les forces d’Al Mourabitoun se sont rendus coupables du crime de guerre de perfidie en conduisant deux véhicules chargés d’explosifs portant le sigle de l’ONU dans l’aéroport de Gao. Un seul de ces véhicules a explosé, endommageant le fuselage d’un avion de la MINUSMA et le terminal de l’aéroport. Selon une source de renseignement, 500 kilogrammes d’explosifs ont été retrouvés dans le deuxième véhicule. Le 31 mai, une attaque contre une autre enceinte des Nations Unies à Gao a tué un casque bleu chinois et un civil français expert en déminage.

    Le droit international humanitaire interdit les attaques contre le personnel des missions de maintien de la paix et accorde à ce personnel les mêmes protections que les civils en temps de guerre. Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale et le droit coutumier de la guerre interdisent les attaques contre les casques bleus et contre les installations des Nations Unies, qui sont considérées comme des crimes de guerre. Le Conseil de sécurité de l’ONU exige des membres des forces de maintien de la paix qu’ils soient impartiaux et qu’ils n’utilisent la force que pour se défendre, ou défendre le mandat de la mission dans le pays.

    Violations commises par les forces de sécurité maliennes

    Human Rights Watch a recueilli des informations sur la détention de plus de soixante individus par les forces de sécurité maliennes en 2016, soi-disant pour leur soutien présumé ou leur appartenance à des groupes islamistes armés du centre et du nord du Mali. Ces individus appartenaient dans leur grande majorité à l’ethnie Peul. Au moins dix d’entre eux ont été exécutés par les soldats maliens, et vingt au moins ont été torturés ou maltraités.

    Dans presque tous ces cas, les soldats de l’armée ont commis leurs exactions lors d’interrogatoires ad hoc dans les deux premiers jours de la détention, et ce en dépit du fait que les soldats ne sont pas autorisés à interroger les détenus. Les exactions les plus graves, dont la majorité se sont produites au cours du premier semestre de 2016, seraient le fait de soldats basés à Diabaly, Boni, Boulekessi et Mondoro. Dans plusieurs cas, des officiers, dont un lieutenant et un capitaine, étaient présents quand les exactions ont été commises. Comme c’est le cas depuis 2012, la grande majorité des détenus ont déclaré que les exactions avaient cessé dès qu’ils avaient été remis aux gendarmes du gouvernement.

    Les abus ne semblent pas avoir été systématiques et en comparaison des récits que plusieurs centaines de détenus ont fournis en 2013, 2014 et 2015, les mauvais traitements semblent avoir diminué. Mais les efforts des systèmes de justice militaire et civile pour amener les soldats responsables de violations des droits des détenus à répondre de leurs actes ont été limités.

    Exécutions sommaires

    Trois villageois ont déclaré à Human Rights Watch que le 8 janvier 2016, deux frères, Mamoudou Allaye, 53 ans, et Ousman Allaye, 48 ans, avaient été détenus par les forces maliennes et que leurs corps avaient été retrouvés quelques heures plus tard, enterrés sous une mince couche de terre près du village de Karena, dans la région de Mopti. Selon un témoin :

    Les [soldats] ont dit à Mamoudou de monter dans leur véhicule et ils l’ont emmené avec eux. Nous avons entendu des coups de feu. Inquiet, son frère est allé le chercher. Plus d’une heure plus tard, comme ils n’étaient toujours pas rentrés, nous sommes partis à leur recherche (...) Nous avons trouvé les deux frères un kilomètre plus loin, dans une tombe fraîchement creusée et peu profonde. Quatre témoins ont indiqué que le 7 avril près de la ville de Sokolo, dans la région de Ségou, sept hommes peuls avaient été arrêtés et que trois d’entre eux étaient morts des suites de leurs blessures après que des soldats maliens les ont passés à tabac près de leur base à Diabaly. L’un des détenus a décrit ce qui s’était passé une fois que les hommes ont été emmenés à la base militaire :

    Vers minuit, les soldats ont attaché nos bras. Ils nous ont mis de la corde dans la bouche et nous ont baillonné les yeux, puis ils nous ont emmenés à dix minutes en voiture. Ils ont commencé à nous rouer de coups (...) C’était violent (...) Ils utilisaient du bois, des rochers. J’ai été frappé à coups de pied plusieurs fois, on m’a brûlé la plante des pieds. Ils demandaient : « Où sont les djihadistes ? » Quand nous sommes retournés en cellule plusieurs heures après, Hamadoun Diallo n’était plus là. J’ai entendu des soldats dire en Bambara : « Il est mort. »

    Vers 4 heures du matin, Aye Nissa est mort dans la cellule. Il répétait « Je meurs, je meurs... », jusqu’à ce qu’il finisse par ne plus parler. Nous frappions à la porte en criant qu’il fallait l’emmener chez le docteur. Vers 6 heures du matin, les [soldats] FAMA nous ont donné l’ordre de nous lever (...) Nous leur avons dit : « Il [Nissa] ne peut pas. » Alors ils ont emmené son corps.

    Vers 9 heures du matin, ils nous ont emmenés, nous les cinq qui restaient, à la gendarmerie de Niono. Quand ils ont vu l’état dans lequel nous étions, les gendarmes se sont mis en colère et nous ont envoyés à l’hôpital pour être soignés. Nous sommes retournés en cellule, mais Aly Bah était très malade (...) depuis son passage à tabac, il ne pouvait même plus s’asseoir ; chaque fois qu’il buvait de l’eau, il vomissait du sang. Le commandant des gendarmes l’a ramené à l’hôpital (...) et c’est là qu’il est mort.

    Dans la région de Mopti, les soldats de l’armée qui participaient à des opérations antiterroristes dans la région administrative de Douentza en décembre ont été impliqués dans des exécutions sommaires, des actes de torture et le pillage de plusieurs villages. Le 19 décembre, deux jours après l’arrestation de cinq hommes par des soldats, des villageois ont retrouvé leurs corps dans une fosse commune près du village d’Isseye, à 85 kilomètres de Douentza.

    Torture et mauvais traitements

    En 2016, Human Rights Watch a enquêté sur six cas où les forces de sécurité maliennes ont fait subir des mauvais traitements d’une grande gravité à au moins vingt détenus. Ces détenus, dont beaucoup portaient des cicatrices et des signes visibles de torture, ont décrit comment ils avaient été entravés, roués de coups de poing et de crosses, frappés à coups de pied, suspendus à des arbres, brûlés et soumis à un simulacre de noyade semblable au « waterboarding », ainsi qu’à d’autres simulacres d’exécution. On leur refusait aussi systématiquement la nourriture, l’eau ou les soins médicaux.

    Deux témoins du passage à tabac de sept hommes à Diabaly le 8 avril ont décrit comment ces hommes avaient été battus à coups de ceinturons et de morceaux de bois, frappés à coups de pied et menacés plusieurs fois de mort. L’un d’eux, le propriétaire d’un magasin âgé de 35 ans et accusé de vendre ses produits à des islamistes, a été déshabillé par les soldats et pendu par les pieds à un arbre, avant d’être soumis à un simulacre de noyade pendant 30 minutes. L’un des témoins a raconté : « Pendant qu’il était suspendu, ils lui ont mis la tête dans un seau quatre fois en lui demandant : "Où est la base des Islamistes ? (...) Vous vendez des marchandises à ces gens, non ?" » Un autre homme a eu le dos si gravement brûlé qu’il a fallu lui administrer des soins médicaux pendant plusieurs semaines. « Quand ils l’ont trouvé, il avait beaucoup d’argent sur lui », a déclaré un témoin. « Ils l’ont frappé, roué de coups de pied et sévèrement brûlé sur tout le dos (...) Les soldats n’arrêtaient pas de lui demander où il avait eu tout cet argent. »

    À la mi-avril, des soldats ont sévèrement battu six hommes peuls appréhendés dans leurs villages près de Boulekessi, puis leur ont fait subir des simulacres d’exécution. L’un d’eux a raconté :

    Quand ils m’ont enlevé le bandeau des yeux, j’ai vu une pioche et une pelle. « On va te poser des questions et si tu mens, c’est ici que tu mourras. » J’ai répondu, mais ils m’ont accusé de mentir. Ils m’ont donné l’ordre de creuser et de m’allonger dans le trou (...) J’ai senti le sable qui me rentrait dans l’oreille et le pistolet appuyé sur ma tempe (...) Je les suppliés de me laisser la vie sauve (...) J’ai entendu les autres crier à proximité, mais ils ne nous ont pas tués.

    Nous pensions que notre épreuve était terminée, mais ils ont recommencé. Cette fois, quatre soldats m’ont emmené dans la brousse et m’ont dit de prononcer mes derniers mots. J’ai supplié, en disant que je n’avais rien à voir avec les djihadistes. Ils m’ont déshabillé puis battu avec des branches jusqu’à ce que les feuilles tombent. Je saignais (...) Ils m’ont ordonné de descendre dans le trou, ils m’ont recouvert de sable et ont jeté mes vêtements dedans (...) Ils ont armé un pistolet et tiré deux coups près de ma tête. Dans la tombe je ne disais plus rien, je pensais que c’était là que j’allais mourir. Plusieurs minutes après, les soldats ont fait venir les autres qui suppliaient pour qu’on leur laisse la vie sauve, et un soldat a dit : « Regardez dans cette tombe (...) Est-il mort ou vivant ? (...) Maintenant, parlez. »

    Actes de banditisme et de criminalité incontrôlés dans le nord et et le centre du Mali

    Human Rights Watch s’est entretenu avec seize hommes et femmes qui avaient été volés en se rendant ou en revenant de plusieurs marchés des régions de Gao et de Tombouctou, au nord du Mali. Plusieurs de ces personnes ont été volées deux, trois, voire quatre fois en 2016. Un certain nombre d’entre eux ont aussi été battus, ou ont vu d’autres personnes se faire battre, après avoir refusé de donner leur argent. Deux femmes ont été violées pendant ces agressions et l’une d’entre elle a déclaré qu’un autre passager avait été abattu après avoir tenté de fuir.

    Les régions de Tombouctou et Gao ont été les plus touchées, bien que des dizaines d’attaques aient aussi été signalés dans les régions de Kidal et Mopti. Human Rights Watch a obtenu et examiné les rapports de diverses sources publiques et privées, qui ont permis d’identifier environ 380 attaques distinctes. Ajoutés aux cas de Human Rights Watch, quelques 400 actes de banditisme peuvent au total être recensés pour l’année 2016, même si leur nombre réel est sans doute plus élevé. Dans la plupart des cas, les vols concernaient des groupes de passagers.

    Ces vols de grand chemin étaient généralement l’œuvre de petits groupes d’hommes à motos armés de fusils d’assaut militaires. Ils ciblaient des véhicules de transport, des bus, des gardiens de troupeaux et des commerçants qui font la tournée des villages pour vendre et acheter des marchandises. Les attaques se produisaient pendant les jours de marché et sur des portions de routes empruntées par les commerçants.

    En général, les bandits tiraient en l’air pour obliger les conducteurs à s’arrêter, ordonnaient aux passagers de descendre, et les dépouillaient de leur argent, de leurs téléphones portables ou d’autres marchandises. Au moins huit personnes auraient été tuées et 33 autres blessées lorsque des bandits ont ouvert le feu sur des véhicules qui refusaient de s’arrêter, ou lorsqu’ils ont tiré sur des gens effrayés qui tentaient de fuir.

    Un commerçant de 38 ans, dont le véhicule de transport a été volé le 14 octobre sur la route de Gao après un jour de marché, a vu des bandits tirer sur un homme qui voulait s’enfuir :

    Deux hommes habillés pour moitié en tenue de camouflage et pour moitié en habits civils nous ont obligés à nous arrêter pour voler aux 17 d’entre nous nos téléphones et notre argent. Ils m’ont volé 200 000 francs CFA [320 dollars des États-Unis]. Parmi les passagers, cinq n’avaient rien à donner (...) Les hommes ont commencé à les attacher, à les battre, à leur crier dessus. L’un d’entre eux s’est enfui par crainte d’être tué. Ils ont tiré et l’ont touché à la tête. Nous nous sommes mis à gémir en pensant qu’ils allaient tous nous tuer. C’était la deuxième fois en un mois que j’avais été volé comme ça. Nous prions Dieu pour que le désarmement commence bientôt, (...) peut-être que cela mettra fin à toute cette folie.

    Human Rights Watch a recensé deux cas d’agression sexuelle pendant ces vols à main armée. Une commerçante de 50 ans a déclaré avoir été violée par deux des trois hommes qui avaient arrêté le véhicule qui la ramenait à Gao après sa visite à un marché à distant de 60 kilomètres :

    J’ai vu des gens qui me regardaient pendant le marché et je pense que quelqu’un les a informés que je transportais beaucoup d’argent – 500 000 francs CFA [800 dollars des États-Unis]. J’avais caché mon argent dans mes vêtements et quand ils ont donné l’ordre à tout le monde de leur remettre l’argent, je leur ai dit que je n’avais rien (...) mais ils savaient. (...) Ils m’ont menacée, puis ils m’ont traînée derrière un arbre et ont déchiré mes vêtements pour trouver l’argent, à la suite de quoi ils ont abusé de moi.

    Une commerçante qui rentrait à Gao d’un marché à Djebock, à 45 kilomètres au nord, a déclaré qu’en novembre, quatre hommes armés avaient arrêté le convoi de trois voitures dans lequel elle voyageait. Les assaillants ont séparé les hommes et les femmes et ont emmené la plus jeune femme du convoi. La commerçante a dit que quand la femme est revenue 30 minutes plus tard, « Elle pleurait (...) Elle disait qu’ils avaient abusé d’elle. Leurs fusils étaient pointés sur nous (...) Quand quelqu’un est plus fort que toi, qu’est-ce que tu peux faire ? »

    Plusieurs gardiens de troupeaux ont déclaré que des hommes armés en moto ont emmené des troupeaux entiers de bétail et plusieurs commerçants ont dit être tombés dans des embuscades et avoir été volés. Ces attaques se sont produites sur des routes de marchés de villages et parfois même dans les rues de plusieurs grandes villes du nord du pays.

    Un homme de 55 ans, qui habite un village au nord de Gao, a raconté qu’un jour d’octobre, au crépuscule, des hommes armés à motos ont emmené tout son troupeau de vaches, dont lui et sa famille de dix personnes dépendent entièrement :

    Ils ont pris mes seize vaches. Plusieurs étaient en gestation – ce qui augmente encore mes pertes. Ils ne m’ont rien laissé. Je suis malade et je n’ai pas d’argent pour acheter des médicaments. Ma famille a besoin de manger, nous n’avons rien. Je ne suis pas le seul – j’en connais dix comme moi qui ont vécu la même chose.

    Plusieurs victimes ont déclaré avoir signalé les attaques aux autorités, tout en soulignant qu’aucune de ces affaires n’a fait l’objet d’une enquête. Elles ont indiqué ne faire aucune confiance aux forces gouvernementales ou à l’ONU pour les protéger contre cette vague de banditisme effréné qui, selon toutes les personnes interrogées, s’est encore aggravé en 2016.

    Les victimes affirment qu’il est rare pour elles de voir les forces armées gouvernementales patrouiller sur les routes principales, encore moins sur les petites routes, ce qui explique que les bandits puissent opérer sans crainte d’être appréhendés. « Nous en avons vraiment assez (...) de ces gens chargés de la sécurité », a déclaré un vendeur de bêtes de Gao. « Même quand on leur dit qu’un vol est en train d’être commis à seulement cinq kilomètres d’ici, ils refusent de bouger. »

    Un conducteur de 35 ans, originaire de Tombouctou, a déclaré avoir été volé trois fois l’an dernier. « Les bandits m’ont laissé moi et mes passagers sur le bord de la route et ils sont partis avec mon camion, qui est mon seul moyen d’existence », a-t-il expliqué. « Je n’ai pas informé la police. Je n’ai jamais vu de patrouille des forces maliennes. L’État est absent. Tout le monde peut se procurer un [fusil d’assaut] AK-47 et au Mali, celui qui est armé peut faire tout ce qu’il veut. »

    Les habitants de Gao ont cependant indiqué que les forces de sécurité et l’ONU avaient augmenté les patrouilles sur les routes principales dans et autour de Gao, suite à une grève des compagnies de transport locales en septembre et en octobre. La grève avait été organisée pour protester contre les attaques sur les routes reliant Gao à plusieurs autres villes.

    Toutes les personnes interrogées considéraient que le manque de résultats dans la mise en œuvre de trois dispositions de l’accord de paix – le cantonnement des combattants, le désarmement et les patrouilles conjointes réunissant soldats maliens, miliciens pro-gouvernementaux et anciens rebelles – avait contribué à l’augmentation des actes de banditisme. Ils espèraient que des progrès dans ces trois domaines permettraient d’améliorer la situation.

    Impact sur les actions humanitaires

    Tout au long de l’année 2016, le banditisme et les attaques de groupes armés ont considérablement affecté les services de santé, d’éducation et d’aide au nord et au centre du Mali. En novembre, le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que le nombre d’écoles touchées par l’insécurité dans le nord et le centre du Mali avait augmenté, avec 421 écoles fermées en octobre, au début de l’année scolaire 2016, contre 296 écoles fermées à la fin de l’année scolaire précédente. Environ 2,5 millions de personnes à travers le pays sont confrontées à l’insécurité alimentaire, a indiqué OCHA.

    Au cours de l’année, de nombreuses attaques ont été perpétrées contre des agences humanitaires, la plupart par des bandits armés au nord du pays. Ces attaques ont nui à la capacité de ces agences à venir en aide aux personnes dans le besoin. Au moins 35 véhicules utilisés par des organismes d’aide ont été volés, poursuivis ou arrêtés par des bandits armés, et de nombreux bureaux ou résidences de leur personnel ont été cambriolés, entraînant des pertes matérielles, que ce soient des motos, des ordinateurs, des appareils photos, de l’argent, des téléphones ou d’autres types de biens. À plusieurs reprises, les assaillants ont menacé, attaché ou frappé le personnel de ces agences, y compris les conducteurs et les gardiens.

    À six occasions au moins, des ambulances et des véhicules utilisés par le gouvernement malien et les organisations d’aide pour fournir des soins de santé ont été attaqués ou volés. Ces attaques se sont produites près des villes de Lere, Gao, Niafounké, Gossi et Menaka dans le nord. Dans quatre de ces attaques, les passagers malades, les conducteurs et le personnel de santé ont été forcés à sortir de leurs véhicules avant d’être dépouillés, et leurs véhicules ont ensuite été volés.

    Recommandations

    Au gouvernement du Mali

    • Prendre les mesures nécessaires pour que les forces de sécurité respectent le droit international humanitaire.

    • Prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les civils et assurer une sécurité suffisante, notamment contre le banditisme et la criminalité dans les zones sous contrôle gouvernemental.

    • Enquêter et poursuivre de manière adaptée les membres des forces de sécurité maliennes et les groupes armés non étatiques qui commettent des violations du droit international humanitaire et des violations des droits humains, y compris celles qui sont décrites dans le présent rapport.

    • Veiller à ce que les gendarmes du gouvernement remplissent leur mandat de grand prévôt en accompagnant à tout moment l’armée malienne dans ses opérations.

    Aux forces du maintien de la paix de la MINUSMA

    • Adopter une position ferme et veiller à ce que la protection des civils reste une priorité absolue de la mission, y compris en mettant en place des dispositifs stratégiques et dynamiques de patrouilles, spécialement les jours de marché.

    Aux pays fournisseurs de contingents de Casques bleus de l’ONU

    • Veiller à ce que la MINUSMA dispose des ressources, du personnel, du matériel et de la formation nécessaires pour s’acquitter de son mandat de protection des civils dans un environnement sécuritaire extrêmement exigeant, dans lequel des groupes armés ciblent à la fois les civils et le personnel des Nations Unies.

    Aux groupes armés non-étatiques

    • Respecter le droit international humanitaire, y compris en traitant humainement toutes les personnes détenues.

    • Cesser d’attaquer les forces de maintien de la paix et le personnel de l’ONU.

    • Enquêter et punir de façon appropriée les combattants qui commettent des abus graves.

    • Respecter les droits fondamentaux comme le droit à la liberté de religion et d’autres droits dans les zones sous leur contrôle effectif.

    À lire aussi :

    Challenges.fr 18.01.17


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria

    Nigeria’s north-eastern region, which has historically lagged behind the rest of the country in socio-economic development, is struck by a long-running conflict that has caused widespread destruction and deep human suffering. Some 14 million people are currently in need of humanitarian assistance. They include 8.5 million in Adamawa, Borno and Yobe states that are the worst affected by the Boko Haram-related conflict. In 2017, humanitarian organizations plan to assist 6.9 million people in dire need of nutrition, food, shelter, health, education, protection and water and sanitation in those three states. A projected 5.1 million people will face serious food shortages as the conflict and risk of unexploded improvised devices have hampered farming for a third year in a row, causing a major food crisis.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria

    14 Million (Adamawa, Bauchi, Borno, Gombe, Taraba And Yobe)

    11.0 Million in Host Community

    1.8 Million Internally Displaced People

    1.2 Million Returnees


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Central African Republic, Democratic Republic of the Congo, Ethiopia, Kenya, South Sudan, Sudan, Uganda

    HIGHLIGHTS

    • Maban IDP assessment undertaken after December Unrest: In Maban, UNHCR, and partners Humanitarian Development Consortium (HDC), WFP and South Sudan Relief and Rehabilitation Commission (RRC) forged a multi-functional team and conducted a rapid need assessment to the areas hosting IDPs. On the riverbank site, the team identified 1,207 households consisting of 6,053 individuals displaced from two different communities from Doro and Tweji living in the open. The team visited the second IDP site Haj Stipta which is hosting 348 households consisting of 1,923 individuals. Main priority findings included food, NFIs, and shelters.

    • UNHCR extends relief support to vulnerable groups in Upper Nile: In Malakal’s Protection of Civilians site (PoC), UNHCR and its partners Humanitarian Development Consortium (HDC) and Danish Refugee Council (DRC) distributed hygiene kits including soaps and towels to 1,360 Persons with Specific Needs (PSNs). UNHCR and its partners HDC and Samaritan’s Purse also distributed NFIs to 2,464 IDPs, including blankets, plastic sheets, mosquito nest, kitchen sets and sleeping mats for the newly displaced population from Tweji.

    • UNHCR distributes Fuel-Efficient Stoves to refugees in Unity: In Ajuong Thok, UNHCR distributed 1,500 Fuel Efficient Stoves (FES) to refugee 730 households. These stoves will reduce the frequency of firewood collection thereby enabling refugees to do other domestic duties. This will also help control environmental degradation around the area.

    • UNHCR screens 475 children for malnutrition in Western Equatoria: In Makpandu refugee settlement, UNHCR undertook Mid Upper Arm Circumference (MUAC) screening for 475 children from the age of 6 – 59 months, including both refugees and host community. Three refugee children were found with Acute Malnourishment, while nine host community children were found with moderate acute malnutrition, and no severe acute malnutrition was found among both the host community and refugee families. All children were admitted for outpatient services.

    • Movements to Pamir Camp in Unity Continue: During the reporting period, UNHCR relocated 321 refugees previously settled in Yida to Pamir. Cumulatively, Pamir is now home to 6,862 refugees since opening in September 2016.


    0 0

    Source: Afrique Verte
    Country: Burkina Faso, Mali, Niger

    Commentaire général : début janvier, la tendance générale de l’évolution des prix des céréales est à la stabilité pour le riz, le mil et le maïs et à la baisse pour le sorgho. Toutefois, quelques hausses sont observées pour le mil à Zinder (+8%) et à Niamey (+3%) et pour le maïs à Maradi (+11%) et à Dosso (+3%). Les baisses ont été enregistrées); i) pour le maïs à Dosso (-14%), à Zinder (-10%), à Niamey (-6%), à Agadez (-4%) et à Tillabéry (-3%) et ii) pour le riz à Maradi (-3%).

    L’analyse spatiale des prix classe le marché d’Agadez au premier rang des marchés les plus chers, suivi de Tillabéry, Niamey, Zinder, Maradi et Dosso. L’analyse de l’évolution des prix en fonction des produits indique : i) pour le riz, baisse à Maradi, stabilité sur les autres marchés, ii) pour le mil, hausse à Zinder et Niamey, stabilité sur les autres marchés, iii) pour le sorgho, stabilité à Maradi et baisse sur les autres marchés et enfin iv) pour le maïs, hausse à Maradi et Dosso, stabilité sur les autres marchés.

    Comparés à début janvier 2016, les prix sont en hausse pour le mil (sur tous les marchés) et pour le sorgho (sauf à Dosso - 10%). Ils sont en baisse pour le riz (sauf à Niamey, stable) et pour le maïs (sauf à Maradi +11% et à Niamey, stable). Les hausses varient : i) pour le mil, de +5% à Tillabéry à +39% à Zinder et Agadez, ii) pour le sorgho, de +6% à Tillabéry à +41% à Agadez. Les baisses sont : a) pour le maïs, de -3% à Dosso et Tillabéry à -8% à Zinder et Agadez et b) pour le riz, de -2% à Tillabéry à –13% à Zinder.

    Comparés à la moyenne des 5 dernières années, les prix sont globalement en baisse pour le riz, le mil et le maïs. Pour le sorgho, ils sont en hausse sur 3 marchés et en baisse sur 3 autres. Les variations par produit sont : i) pour le mil, -10% à Dosso, -7% à Tillabéry, -5% à Niamey, -3% à Maradi, +2% à Agadez et +1% à Zinder. ii) pour le sorgho, +6% à Agadez, +3% à Maradi, +2% à Zinder, -8% à Niamey et -6% à Dosso et Tillabéry; iii) pour le maïs, -15% à Zinder, -13% à Niamey et Agadez, -9% à Tillabéry, -4% à Dosso et +3% à Maradi, iv) pour le riz, -13% à Zinder, -12% à Maradi, -9% à Agadez, et -5% à Tillabéry,
    Dosso et Niamey.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria

    Nigeria’s north-eastern region, which has historically lagged behind the rest of the country in socio-economic development, is struck by a long-running conflict that has caused widespread destruction and deep human suffering. Some 14 million people are currently in need of humanitarian assistance. They include 8.5 million in Adamawa, Borno and Yobe states that are the worst affected by the Boko Haram-related conflict. In 2017, humanitarian organizations plan to assist 6.9 million people in dire need of nutrition, food, shelter, health, education, protection and water and sanitation in those three states.

    A projected 5.1 million people will face serious food shortages as the conflict and risk of unexploded improvised devices have hampered farming for a third year in a row, causing a major food crisis


    0 0

    Source: Internal Displacement Monitoring Centre
    Country: Afghanistan, Brazil, Central African Republic, China, Democratic Republic of the Congo, Fiji, Indonesia, Iraq, Malaysia, Mongolia, Myanmar, Nigeria, Philippines, Syrian Arab Republic, World, Yemen

    The Philippines

    AFFECTED AREAS

    Calabarzon, Mimaropa, Bicol and Eastern Visayas regions

    CAUSE OF DISPLACEMENT

    Disaster (Storm)

    FIGURES

    More than 2.5 million new displacements between 24 December and 11 January

    CONTEXT
    Approximately 488,000 people were pre-emptively evacuated before typhoon Nock-Ten (local name, Nina) made landfall on 25 December as a category three storm. Several areas declared a state of calamity (NDRRMC, 2 January 2017). Nok-Ten displaced 583,000 families or 2.5 million people. As of 13 January, 116 families or nearly 800 people were still staying in 16 evacuation centres, while everyone who took refuge with friends or family had returned home (DROMIC, 13 January 2017).


    0 0

    Source: UN Mission in South Sudan
    Country: South Sudan

    UNMISS “Protection of Civilians” (PoC) Sites

    • As of 19 January 2017, a total of number of civilians seeking safety in six Protection of Civilians (PoC) sites located on UNMISS bases is 223,862 including 119,853 in Bentiu, 33,191 in Malakal, 38,942 in Juba UN House, 1,976 in Bor, 681 in Melut and 198 in Wau, in Western Bahr El Ghazal adjusted area 29,021.

    0 0

    Source: European Commission's Directorate-General for European Civil Protection and Humanitarian Aid Operations, CARE
    Country: Chad

    PARTIE I: CONTEXTE

    1. INTRODUCTION

    1.1 Contexte

    Au Tchad, la bande sahélienne est l’objet de problèmes persistants d’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Ce qui expose un nombre important de sa population vulnérable et impacte fondamentalement leurs moyens d’existence et même leur survie. Dans ce contexte, CARE intervient dans la région du Wadi Fira en réponse aux crises alimentaires et nutritionnelles cycliques à travers des transferts monétaires saisonniers. Elle œuvre également sur le développement à moyen terme de la zone en travaillant entre autres au renforcement de la filière maraîchère, sur l'accès à la terre et à l'eau pour les femmes, sur l'adaptation au changement climatique des populations agro-pastorales les plus vulnérables.

    Entre 2012 et 2016, CARE a pu mettre en œuvre des projets successifs financés par la DG ECHO (ECHO 1, 2, 3, 4, 5 et 6) de transferts monétaires saisonniers pendant les périodes de soudure. Les projets successifs avaient pour objectif principal d’appuyer les ménages en déficit alimentaire (ciblés à travers l’approche HEA), à couvrir leurs besoins alimentaires minimum en qualité et quantité pendant la période de soudure à travers les opérations de distribution cash inconditionnel, couplées à la participation aux séances de sensibilisation nutritionnelle. A partir d’ECHO 3 (2014), en réponse directe aux problèmes de la malnutrition infantile, CARE y ajoute (en partenariat avec le PAM) la distribution des compléments alimentaires nutritionnels aux enfants âgés de 6 à 23 mois, ainsi que le dépistage actif et référencement des enfants malnutris pour une prise en charge et suivie en partenariat avec le District Sanitaire de Biltine (voir annexe 2 pour un résume de projets CARE).

    1.2 Objectifs de l’étude

    Pour capitaliser ces expériences, CARE a commandité une étude quantitative et qualitative d'évaluation des effets/impacts des projets de transferts monétaires sur le bien-être et les moyens d’existence des ménages en situation d’insécurité alimentaire et nutritionnelle récurrente à l’Est du Tchad, financement de la DG ECHO. Les objectifs principaux sont les suivants:

    • Tester les hypothèses d’effets et d’impacts des PTM dans des domaines divers ;

    • Evaluer la pertinence et les impacts du programme sur l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages ciblés ;

    • Evaluer l’efficience et l’efficacité du programme mais aussi la réplicabilité de l’approche dans une perspective de mise en œuvre de la stratégie de protection sociales par les autorités au niveau national et autres partenaires locaux au Tchad

    • Formuler des recommandations précises et concrètes liées aux aspects analysés et fondées sur les leçons apprises Les thèmes principaux concernent les effets/impacts des projets sur 1) les moyens d’existence ; 2) la sécurité alimentaire ; 3) la nutrition des enfants de 0 à 59 mois ; 4) l’accès aux services de base ; et 5) les relations genre. Le tableau 1 récapitule ces thèmes, tels qu’ils sont présentés dans les TDR (voir aussi annexe 1 pour les TDR)

    L’étude devrait cibler les ménages couverts dans le département de Biltine, sous-préfecture de Biltine rural (cantons Mimi Goz, Ouladjama et Kodeï1), sous-préfecture d’Amzoer (Cantons Gourmaka et Oumol), sous-préfecture d’Arada (cantons d’Arada rural) et de faire des recommandations pertinentes sur la base des résultats obtenus en vue d’améliorer les impacts à moyens et longs termes pour le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages bénéficiaires de manière durable.
    Dans une perspective d’institutionnalisation ou de mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Protection Sociale (SNPS) par le Gouvernement, CARE se propose d’analyser aussi les possibilités d’assurer la réplication du programme, à travers une analyse de ses coûts (structure de projet, mise en œuvre) pour évaluer de quelle manière il pourrait être absorbable par l’administration locale (à très long terme).

    Cette étude devra aboutir sur des conclusions et des recommandations devant permettre à CARE et aux acteurs associés dans la mise en œuvre du programme de capitaliser l’ensemble des informations relatives à ce type d’intervention et de formuler des recommandations pour une suite éventuelle et la mise à l’échelle de l’approche dans le cadre de la protection sociale, notamment la mise en place des filets sociaux.

    En particulier, l’étude devra se centrer sur les leçons apprises à travers les programmes de transferts monétaires et guider la prise de décision pour les futurs projets similaires. Ceci devra être mis en évidence et analysé à travers les informations quantitatives et qualitatives recueillies et qui devront donc figurer de manière suffisamment détaillées dans le rapport de l’étude.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Nigeria

    Key Messages

    • With the Nigerian petroleum sector in crisis, the agricultural and solid minerals sectors have recently recorded positive growth. This follows strong support from the Government of Nigeria (GoN) and dynamic private sector responses, and encourages a more diversified economy. Therefore, despite the many challenges facing the Nigerian economy, some positive trends emerge.

    • Declining revenues from crude oil sales resulted in a sharp decline in the availability of foreign exchange reserves in 2016 (Figure 1). As a result, the Central Bank of Nigeria (CBN) adopted a floating exchange rate, quickly narrowing the gap between the official and parallel (Bureau de Change, BDC) exchange rates. The resulting 40 percent reduction in the value of the Nigerian Naira (NGN) led to increasing costs for essential imported items, including food (rice, wheat, sugar, legumes, and edible oils) and non-food items. This, in turn, has reduced purchasing power, especially for poor marketdependent Nigerian households.

    • In an attempt to promote local production, the Nigerian government has adopted various direct and indirect measures to restrict imports, and encourage the consumption of locally produced goods. At present, the net impact of these policies on overall food security is unclear.

    • Locally-produced staple food prices declined seasonally in November and December (Figure 2).
      However, prices are more than double their 2015 and five year average levels. These trends are driven by high inflation and the continuing depreciation of the NGN. The very high prices of 2016 are believed to have incentivized an expansion in area planted and production, resulting in record high grain production in Nigeria during the 2016/17 production and marketing year.

    • Although agricultural production increased in 2016/17, Nigeria remains heavily dependent on imports from regional and international markets to meet food needs, a trend that is expected to persist in the short and medium term. Furthermore, the depreciation of the NGN vis-à-vis regional currencies (such as the XOF) has led to high regional export demand. This may result in below normal stock levels in Nigeria during the 2017 lean season. The inflationary impacts of the depreciating NGN are stronger than the effects of this year’s supply response, and prices are expected to remain at their very high levels through the current marketing year and lean season.

    • Resulting very high local agricultural commodity prices, coupled with the various support measures to the agricultural sector outlined above, encouraged increased domestic production during the 2016/17 rain fed production year, by potentially more than 10% compared to last year and more than 15% compared to the previous five-year average (Figure 4). A rapid FEWS NET assessment in early November 2016 found that new actors have entered agricultural production (farming), creating opportunities for multiplier effects along the value chains including processing (milling). Producers are producing and selling as much as possible given the very high market prices. These trends are expected to continue through the irrigated growing seasons in 2016 and 2017. FEWS NET will monitoring the distributions of gains and losses along the value chain in subsequent bulletins.

    • As prices for imported commodities have increased, and the quality of locally produced substitutes (rice) have improved, consumers have started to more easily accept and appreciate locally produced rice in particular. This has ensured adequate demand pull, despite the very high prices. Another, albeit much more limited source of strong and increasing demand, is regional markets.
      Indeed, with the depreciation of the NGN, Nigerian exports of local cereals like maize, sorghum, and millet became more competitive on regional markets (Figure 5). This is despite very high nominal prices (in NGN), since most of the traders operate at the parallel market exchange rate.

    • Nigeria’s economy represents 65 percent of total West African GDP (ReSAKSS) and accounts for 44 percent of regional cereal demand (FEWS NET). Nigeria is also the region’s largest livestock consumer, importing 30 percent of requirements. As Nigerian purchasing power and demand declined in the face of its depreciating currency, livestock prices in Niger and other neighboring countries have crashed, affecting pastoral incomes and terms of trade. Reduced demand and prices for some livestock in Burkina Faso, Cameroon, and Niger are being reported. Although net-average regional cereal prices remained stable, cash crops earnings (cowpeas, peanuts), which typically peak from November to January, did not happen this 2016/17 consumption year as Nigeria’s (regional net importer) capacity to purchase decreased. Pastoralists, cash crop producers, and migrant laborers from the Sahel who are dependent on Nigerian markets continue to experience incomes’ decline.

    • The current shifts underway in the Nigeria economy will likely remain very dynamic for at least the next 12 to 24 months, as the various sectors of the economy (agriculture, solid minerals, and services) realign and reorient themselves to the new situation. Global fuel prices are expected to recover a bit (according to OPEC 2017 oil outlook), but will not reach the high levels of 2012-2014. Increased second season planting is expected, favored by attractive prices to producers.
      Large food and feed processors are expected to continue buying until April 2017. After that point, they will stop buying and start selling to the regional market. Processors will use export earnings to gain dollars to be able to then buy on the international market, as they did during the June to August lean season of 2016.

    • Imports of wheat in particular are expected to continue to rise due to increasing demand as the overall wheat milling capacity in Nigeria continue to rise. Unlike the case for imported rice, the local FOREX policy will have little to no impact on wheat importation since most of the wheat millers have direct access to foreign currency through selling to regional markets and other exportation of wheat products. Though the economy is expected to begin recovering in 2017, the net buyers (the rural poor and urban consumers in particular) will continue to face very high prices in the near term, thereby eroding their food access. Prices will increase very rapidly during the 2017 lean season, although not at the same rates as seen in 2016 (Figure 6).


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad


    0 0

    Source: US Agency for International Development
    Country: Niger

    Erratic rainfall and decreased agricultural production in the Sahel in 2012 resulted in a food security and malnutrition crisis that depleted household food stocks, resources, and livelihoods assets, exacerbating preexisting levels of acute malnutrition in Niger. As of May 2014, approximately 1 million children younger than five years of age in Niger were experiencing acute malnutrition, according to the UN.

    To enable malnourished children in Niger’s acutely affected Zinder Region to receive the nutritional care they need, USAID is supporting the Alliance for International Medical Action (ALIMA) to train mothers to screen their children for malnutrition.

    ALIMA has renamed the mid-upper arm circumference (MUAC) method—which uses a color-coded measurement tape to measure a child’s nutritional status—as “Mothers Understand And Can do it.” By training mothers to measure children’s arm circumference each week and bring them to health centers for treatment as needed, ALIMA is ensuring early detection and treatment of malnutrition among vulnerable children in Zinder.

    With USAID support, ALIMA trained nearly 46,800 mothers and other caretakers, including fathers and grandmothers, to check their children for malnutrition from April 2014–2016. The program identified more than 8,800 severely malnourished children in Zinder. Following enrollment in a treatment program for severe acute malnutrition, 88 percent of these children successfully recovered. Mothers trained by ALIMA also detected malnutrition earlier than health workers conducting MUAC screenings, and children screened by mothers were much less likely to require inpatient treatment for complicated malnutrition cases, according to the results of a study published in the Belgian medical journal Archives of Public Health in September 2016.

    By empowering mothers to take responsibility for their children’s health, USAID is enabling acutely affected children in Zinder to quickly receive critical nutrition assistance.


older | 1 | .... | 672 | 673 | (Page 674) | 675 | 676 | .... | 728 | newer