Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 625 | 626 | (Page 627) | 628 | 629 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Ethiopia, Kenya, Somalia, South Sudan, Yemen

    Key Messages

    • In South Sudan, ongoing insecurity in Western Bahr el Ghazal, Greater Equatoria, and Greater Upper Nile continue to restrict food access and Crisis (IPC Phase 3) and Emergency (IPC Phase 4) outcomes persist. In Northern Bahr el Ghazal, the ongoing harvest, availability of fish, and increased humanitarian assistance are increasing food access, but improvements remain limited given widespread poor harvests and macroeconomic instability.

    • A major food security emergency continues in Yemen as an estimated seven to 10 million people face difficulties meeting basic food needs in line with Crisis (IPC Phase 3 or 3!) or Emergency (IPC Phase 4) acute food insecurity. Food insecurity will remain most severe in Ta’izz Governorate as well as for IDP populations throughout the country. Urgent humanitarian assistance is required as prolonged conflict continues to significantly restrict trade and disrupt normal sources of food and income.
      Food security outcomes have improved significantly in many areas of Sudan as recent harvests have improved access to food and income for many previously drought-affected households. However, worst-affected households and IDPs in conflict-affected South Kordofan, Blue Nile, and Jebel Marra remain in Crisis (IPC Phase 3). As the end of the rainy season results in improvements in road access, intensified conflict is likely to result in additional internal displacement, while the number of refugees from South Sudan is expected to increase.

    • In parts of the Eastern Horn of Africa, La Niña-like impacts are expected to result in below-average October to December 2016 rainfall, leading to below-average crop production and poorer than usual pastoral conditions in southern and central Somalia, northern and northeastern Kenya, and southern and southeastern Ethiopia. Particularly in southern Somalia and eastern Kenya, this will be the second consecutive below-average rainy season and some areas are already in Crisis (IPC Phase 3).


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Afghanistan, Angola, Democratic Republic of the Congo, Dominican Republic, El Salvador, Ethiopia, Guatemala, Haiti, Honduras, Kazakhstan, Kenya, Kyrgyzstan, Madagascar, Mauritania, Nicaragua, Somalia, South Africa, South Sudan, Sudan, Tajikistan, Turkmenistan, Uganda, Uzbekistan, World

    Start of seasonal rainfall delayed over parts of Eastern Horn of Africa

    Africa Weather Hazards

    1. Below-average rainfall since late September has increased moisture deficits and worsened ground conditions across eastern Kenya, southern Somalia, and southeastern Ethiopia.

    2. Below-average rainfall since late September has strengthened moisture deficits and led to abnormal dryness in north-central Angola and southeastern Democratic Republic of Congo.

    3. Locusts have been reported in North Kordofan and northwest of Khartoum regions, according to local authorities of Sudan. Control operations are in progress.

    4. Locusts have been reported in western Mauritania. Ground control operations are in progress, according to the Food and Agriculture Organization.

    Central Asia Weather Hazards

    1. An abnormal cold hazard is posted for northeast Kazakhstan where minimum temperatures are forecast to fall below -10 degrees C which is 4 to 8 degrees C below normal for this time of year.

    Central America and the Caribbean Weather Hazards

    1. Below-average rainfall over the past several weeks has led to growing rainfall deficits and abnormal dryness throughout much of Haiti and neighboring western Dominican Republic.

    0 0

    Source: Rift Valley Institute
    Country: Somalia

    On Wednesday 19 October 2016, the Rift Valley Forum and the University of Hargeysa’s Institute for Peace and Conflict Studies (IPCS) hosted a public forum to discuss the key findings of the book, Famine in Somalia: Competing Imperatives, Collective Failures, 2011-12. The book, written by Dan Maxwell and Nisar Majid, is based on extensive research on the 2011–2012 drought that affected Somalia and the region. Previously launched in Nairobi under the Rift Valley Forum, the Hargeysa forum attracted national and foreign academics, expatriates, post-graduate students and government officials.

    Nisar Majid was joined on the panel by Khalif Abdillahi, a senior researcher of the Famine 2011 in Somalia, and Eng. Kamal Mohamed Farah, a consultant for CARE International. The event was moderated by Adan Abokor of the Rift Valley Institute.

    Nisar’s presentation summarized the key findings and data collected during the research, including the causes of the famine and a critical view on the role of the international community in responding to the famine that led to the death of approximately 250,000 Somalis. The research suggests that the role of the international war on terror and the presence of al-Shabaab in Somalia had a direct impact on the level and speed of response that international donors were able to deliver due to concerns of indirectly funding al-Shabaab. Key organisations, such as the World Food Programme, were not permitted to access the famine-affected areas, which led to the roll out of cash transfers as an alternative approach to delivering food aid. This proved vital as food prices soared while access was limited.

    Nisar explained that ‘a major disaster resulted from the production and market failures precipitated by the drought and food price crisis, while the famine itself was the result of the failure to quickly respond to these events—and was thus largely human-made’. Nisar also described how aid deliveries from the Middle East, Turkey and Islamic Relief Agencies—often referred to as the non-traditional donors—were permitted by al-Shabaab due to their religious links. This allowed for the wider distribution of aid to areas that the rest of the international community was not able to access.

    The social structure of the Somali people was also a key element that was explored throughout the book and during the launch. The concept of ‘three circles of social connectedness’ was used to explain the various coping mechanisms outside international aid that were employed by drought-affected communities. One common approach involved recipients selling their rations and purchasing cheaper food in larger volumes and using the cash or additional food to support their kin in areas where aid was harder to access.

    Khalid Abdillahi, a lead researcher on the project, shared life stories of individuals who were affected by the drought. The first hand accounts provided a human context to the famine and shed light on the different coping mechanisms that communities and individuals adopted to support their households and extended family members.

    Eng. Kamal also presented his assessment of the drought in Awdal region in Somaliland in July 2016. He explained that the work of Majid and Maxwell on the 2011 famine in Somalia could be used as a lesson for Somaliland, especially in the eastern regions of Sool and Sanaag, which are currently being threatened by drought.

    One of the key purposes of conducting such research and hosting discussions in various locations is to learn from previous experiences and to encourage prompt responses to famines when preventative measures fail. The findings of the research were well received by the participants, however, they highlighted that further opportunities to exchange experiences were needed across the Somali regions.

    Nisar Majid and Dan Maxwell are authors of the RVI and Tufts University report Another Humanitarian Crisis in Somalia?: Learning from the 2011 famine.


    0 0

    Source: European Commission's Directorate-General for European Civil Protection and Humanitarian Aid Operations
    Country: Nigeria

    • On 29 October, two suicide bomb attacks were carried out in Maiduguri, the capital of Borno state in Northeast Nigeria. At least nine people have been killed and many more injured. According to reports, Bakassi camp, one of the main IDPs camp in Maiduguri, was targeted.

    • This attack follows a series of attempts over the last few weeks to hit the city, with improvised explosive devices detonated on roads near Maiduguri and suicide bombers intercepted in locations close to Maiduguri. This trend is of concern for humanitarian agencies that are increasingly working in the area. International aid agencies help provide assistance to the conflict-affected population in Northeast Nigeria, where some 2.2 million people have been displaced due to Boko Haram violence.


    0 0

    Source: Human Rights Watch
    Country: Nigeria

    (Abuja, October 31, 2016) – Government officials and other authorities in Nigeria have raped and sexually exploited women and girls displaced by the conflict with Boko Haram, Human Rights Watch said today. The government is not doing enough to protect displaced women and girls and ensure that they have access to basic rights and services or to sanction the abusers, who include camp leaders, vigilante groups, policemen, and soldiers.

    In late July, 2016, Human Rights Watch documented sexual abuse, including rape and exploitation, of 43 women and girls living in seven internally displaced persons (IDP) camps in Maiduguri, the Borno State capital. The victims had been displaced from several Borno towns and villages, including Abadam, Bama, Baga, Damasak, Dikwa, Gamboru Ngala, Gwoza, Kukawa, and Walassa. In some cases, the victims had arrived in the under-served Maiduguri camps, where their movement is severely restricted after spending months in military screening camps.

    “It is bad enough that these women and girls are not getting much-needed support for the horrific trauma they suffered at the hands of Boko Haram,” said Mausi Segun, senior Nigeria researcher at Human Rights Watch. “It is disgraceful and outrageous that people who should protect these women and girls are attacking and abusing them.”

    Four of the victims told Human Rights Watch that they were drugged and raped, while 37 were coerced into sex through false marriage promises and material and financial assistance. Many of those coerced into sex said they were abandoned if they became pregnant. They and their children have suffered discrimination, abuse, and stigmatization from other camp residents. Eight of the victims said they were previously abducted by Boko Haram fighters and forced into marriage before they escaped to Maiduguri.

    A situational assessment of IDPs in the northeast in July 2016 by NOI Polls, a Nigerian research organization, reported that 66 percent of 400 displaced people in Adamawa, Borno, and Yobe states said that camp officials sexually abuse the displaced women and girls.

    Women and girls abused by members of the security forces and vigilante groups – civilian self-defense groups working with government forces in their fight against Boko Haram – told Human Rights Watch they feel powerless and fear retaliation if they report the abuse. A 17-year-old girl said that just over a year after she fled the frequent Boko Haram attacks in Dikwa, a town 56 miles west of Maiduguri, a policeman approached her for “friendship” in the camp, and then he raped her.

    “One day he demanded to have sex with me,” she said. “I refused but he forced me. It happened just that one time, but soon I realized I was pregnant. When I informed him about my condition, he threatened to shoot and kill me if I told anyone else. So I was too afraid to report him.”

    The Boko Haram conflict has led to more than 10,000 civilian deaths since 2009; the abductions of at least 2,000 people, mostly women and children and large groups of students, including from Chibok and Damasak; the forced recruitment of hundreds of men; and the displacement of about 2.5 million people in northeast Nigeria.

    Irregular supplies of food, clothing, medicine, and other essentials, along with restricted movement in the IDP camps in Maiduguri, compounds the vulnerability of victims – many of them widowed women and unaccompanied orphaned girls – to rape and sexual exploitation by camp officials, soldiers, police, members of civilian vigilante groups, and other Maiduguri residents. Residents of the Arabic Teachers Village camp, Pompomari, told Human Rights Watch in July that the camp had not received any food or medicines since late May, just before the start of the month-long Muslim fast of Ramadan.

    Restricted movement in the camps is contrary to Principle 14.2 of the United Nations Guiding Principles on Internal Displacement, which provides that internally displaced people have “the right to move freely in and out of camps and other settlements.”

    In some cases, men used their positions of authority and gifts of desperately needed food or other items to have sex with women. A woman in a Dalori camp said residents get only one meal a day. She said she accepted the advances of a soldier who proposed marriage because she needed help in feeding her four children. He disappeared five months later when she told him she was pregnant.

    Victims of rape and sexual exploitation may be less likely to seek health care, including psychological counselling, due to the shame they feel. Fewer than five of the 43 women and girls interviewed said they had received any formal counseling after they were raped or sexually exploited. A medical health worker in one of the camps, which has 10,000 residents, said that the number of people requiring treatment for HIV and other sexually transmitted infections has risen sharply, from about 200 cases when the camp clinic was established in 2014 to more than 500 in July 2016. The health worker said she believed that many more women could be infected but were ashamed to go to the clinic, and are likely to be suffering in silence without treatment.

    The Borno State Emergency Management Agency (SEMA) has direct responsibility for distributing aid, including food, medicine, clothes, and bedding, as well as managing the camps. Its national counterpart, the National Emergency Management Agency (NEMA), supplies raw food and other materials for internally displaced people to the state agency under a memorandum of understanding.

    Aid workers have warned since early 2016 that displaced women have been forced to exchange sex for basic necessities and that various elements, including members of the security forces in northeast Nigeria, have been subjecting some of them to sexual and gender-based violence. A Rapid Protection Assessment Report published in May by the Borno State Protection Sector Working Group, made up of national and international aid providers, identified sexual exploitation, rape, and other sexual abuse as major concerns in nearly all 13 camps and several local communities hosting displaced people in and around Maiduguri.

    Following his visit to Nigeria in August, the United Nations special rapporteur on the human rights of internally displaced persons, Chaloka Beyani, said Nigeria’s government had “a tendency to downplay the problem of sexual violence and abuse” of internally displaced people. He expressed concern that this tendency “constitutes a hidden crisis of abuse with fear, stigma and cultural factors as well as impunity for perpetrators leading to under-reporting of abuse to the relevant authorities.”

    Human Rights Watch wrote to several Nigerian authorities in August requesting comment on the research findings. The minister of women affairs and social development, Senator Aisha Jumai Alhassan, promised in a meeting with Human Rights Watch on September 5 to investigate the allegations and then respond. Her response has not yet been received at time of writing.

    “Failure to respond to these widely reported abuses amounts to severe negligence or worse by Nigerian authorities,” Segun said. “Authorities should provide adequate aid in the camps, ensure freedom of movement for all displaced people, safe and confidential health care for survivors, and punish the abusers.”

    For detailed accounts from victims and recommendations, please see below.

    Victims’ Accounts

    Movement Restrictions, Food Shortages Fuel Sexual Abuse

    Most of the victims interviewed lived in camps for displaced people. While victims living at the Arabic Teachers’ Village camp said they were allowed to leave the camp for about eight hours daily, victims from other camps said that their movement was severely restricted. The women and girls became victims of rape and sexual exploitation when they accepted offers of friendship or marriage from men in positions of authority.

    Rape

    A 16-year-old girl who fled a brutal Boko Haram attack on Baga, near the shores of Lake Chad, northern Borno in January 2015, said she was drugged and raped in May 2015 by a vigilante group member in charge of distributing aid in the camp:

    "He knew my parents were dead, because he is also from Baga. He would bring me food items like rice and spaghetti so I believed he really wanted to marry me. But he was also asking me for sex. I always told him I was too small [young]. The day he raped me, he offered me a drink in a cup. As soon as I drank it, I slept off. It was in his camp room.

    I knew something was wrong when I woke up. I was in pain, and blood was coming out of my private part. I felt weak and could not walk well. I did not tell anyone because I was afraid. When my menstrual period did not come, I knew I was pregnant and just wanted to die to join my dead mother. I was too ashamed to even go to the clinic for pregnancy care. I am so young! The man ran away from the camp when he heard I delivered a baby six months ago. I just feel sorry for the baby because I have no food or love to give him. I think he might die."

    An 18-year-old girl from Kukawa, a Borno town 112 miles from Maiduguri, the state capital, said that a member of Civilian Joint Task Force – a self-defense vigilante group working with government forces in their fight against Boko Haram – initially gave her privileges, including passes that allowed her to leave the camp, but then raped her:

    "The man started with preaching, telling me to be a good Muslim girl and not to join bad groups in the camp. He then sent his mother to propose to me, which convinced me that he was serious. He allowed me to go outside the camp when necessary. When he asked me to visit his newly allocated room in the camp, I didn’t see any reason not to go because I felt safe with him. He gave me a bottle of Zobo [locally brewed non-alcoholic drink] and I immediately felt dizzy and slept off. I don’t know what happened thereafter but when I woke up he was gone and I was in pain and felt wet between my legs. For three days I could not walk properly.

    Some weeks later I fell very ill, and was told at the hospital that I was pregnant. Then everyone turned away from me: [He] refused to help me, and my step-mother who I lived with in camp pushed me out, saying I was a disgrace. I reported [him] to the police in camp several times but they have not done anything to him because they work together. Whenever I see him, I wish something terrible will happen to him. It is because of him that I have lost everything. I don’t even think the baby will last because she is always crying and I can’t cope. I pray that God will forgive me for neglecting the baby but I am helpless."

    Sexual Exploitation

    A 30-year-old woman from Walassa, near Bama, about 43 miles west of Maiduguri, said that she fled into a nearby wooded area after Boko Haram fighters killed her husband and abducted her daughters, ages 12 and 9. She stayed there for three months, hoping to find a way to rescue her daughters, until Nigerian government soldiers arrived in the area and the fighters escaped with their captives:

    "A few weeks after soldiers transported us to the camp, near Maiduguri, one of the soldiers guarding us approached me for marriage. He used to bring food and clothes for me and my remaining four children, so I allowed him to have sex with me. He is a Hausa man from Gwoza. That is all I know about him. Two months later he just stopped coming. Then I realized I was pregnant. I feel so angry with him for deceiving me. When he was pretending to woo me he used to provide for me, but as soon as I agreed and we began having sex, his gifts began to reduce until he abandoned me. Now my situation is worse as the pregnancy makes me sick, and I have no one to help me care for my children."

    A woman from Bama living at the same camp said:

    "The soldier showed his interest by bringing me food and clothes. He used to wear the green army uniform and carried a gun. I accepted him because I needed help to take care of me and my four children. Feeding in the camp is only once a day so you have to accept any help that comes. We started having sex in my camp tent – my sister who was sharing it with me left – or at night in the open field where soldiers stay in the camp. Five months later when I realized I was pregnant and told him, he stopped coming. I have not seen him since then. I feel so ashamed because my neighbors talk and stare at me. I cry whenever I think about him. I delivered the baby two months ago but he is also suffering – I eat once a day so [am] not producing enough milk to breast feed him well. Things are so bad in the camp, there is not enough water or food."

    An 18-year old girl from Baga said when she met a member of the Civilian Joint Task Force in the camp, she felt she could trust him because he is also from Baga:

    "He took me from the camp to a house on Baga Road so we could meet freely. I stayed with him in that house for about one month. Then I fell ill, and went to a clinic. The people at the clinic asked for the person I was living with, and invited him. That was when they told him I was pregnant, and he accepted the pregnancy. But immediately [when] we came out of the clinic he took me to a man to abort the pregnancy. I refused and he said if I would not abort we should separate. Then I moved to the camp. I gave birth almost a year ago but the man has refused to take responsibility. Some months ago he followed the military to catch Boko Haram far from Maiduguri. Even when he visits his two wives in the camp he never asks for me and my baby. I go outside the camp to beg so that we can survive."

    A 25-year-old woman at from Dikwa said that when she fled Boko Haram’s attack on the town, she lived with her brother in a rented apartment in Maiduguri. When he was no longer able to feed her and her three children, he took her to the camp where he handed her over to camp elders. One of these elders, a local government employee – who are often financially better off than most displaced people because they receive salaries – proposed marriage and regularly brought her food and money. But the marriage did not materialize, and he began to shun her when she became pregnant. He continued to ignore her when she delivered twins and asked him for money to pay for her midwife. The woman said:

    "If I have a gun, I will shoot him. It is because of him that people call me and my babies names. I am so ashamed that I cannot participate in camp activities and keep to myself because of the jeers."

    A 17-year-old girl said that a young man she knew took her home to his grandmother when she arrived Maiduguri from Dikwa in mid-2014:

    "He told me he wanted to marry me, and his grandmother referred to me as her grandson’s wife. I lived with them, cooking and cleaning the house, until a month later when he disappeared for weeks. The grandmother asked me to leave, promising to come to the wedding… It was a lie. I did not know it but I was already pregnant. Maybe she already saw the pregnancy signs and I was too young to understand. I heard the grandson fled the town because he heard I have given birth. Now I have been left alone to fend for the baby. I don’t know if any other member of my family survived the Boko Haram attack on Dikwa."

    Restricted Movement

    A 32-year-old woman from the Damasak said:

    "Life is terrible here in this camp. For the past three days we have not eaten because there is no firewood to cook the food. To make it worse, they will not even allow us to go out to fend for ourselves. Most times you have to beg the camp officials to intervene with the guards before they will give you the pass to go out. Why will you refuse if any of those people ask you for marriage? You have to survive."

    Another camp resident, a 47-year-old mother of eight from Abadam, a northern Borno town, said:

    "We used to get food at least twice a day when I first arrived at the camp in 2014. But now, sometimes we get nothing at all. We can’t even buy food ourselves because they will not let us go out. My relatives in the town have to plead with camp officials for hours before the officials will agree to let them give us some money or foodstuff from the little they have."

    A 20-year-old widowed mother of one at a camp for displaced people said:

    "I have been refusing marriage proposals from the men in camp because I see how they are deceiving others. I am just not sure how long I can remain in this situation. The last time I ate was four days ago when the one cup of maize I was given finished. I am suffering because I have no husband or anyone else to assist me."

    A 16-year-old single mother of one in the same camp said:

    "Life is difficult in the camp, hardly enough to eat. There is food but whoever gets it, gets it. We are not allowed to go out to find work or get extra food. Sometimes I go to the kitchen to scrape pots to get something to eat. They distribute tickets, some get tickets and some don’t get. If you don’t get a ticket you get no food. The IDP elders distribute the tickets, so they distribute amongst themselves, they make sure their families get first. Usually distribution of tickets take place at odd times such as at midnight.

    If you are not married, you hardly get anything that comes in. Women who have husbands insult us: “If you want to eat in [this camp], you should get married in [the camp] so husbands can get food for you.”

    Military Screening Centers

    "Displaced women from several communities re-captured from Boko Haram by the Nigerian army, including Baga, Bama, and Gwoza, told Human Rights Watch in Maiduguri that the Nigerian military operated screening centers where they interrogated local people to determine how much involvement they had with militants. While some women are screened in a few days, others are interrogated daily for months before being released to a camp. Witnesses said the interviewees were separated by gender, but that male soldiers interrogated everyone."

    A woman who escaped her Boko Haram abductors in Sambisa with her three children while four months pregnant described their reception after an eight-hour trek back to her home town of Bama, then under government control:

    "Soldiers were already back in Bama when we arrived. They took us to a primary healthcare center near the entrance into Bama to search and question us. We thought they would soon let us go, but they locked us with other women (about 20 people) for more than three months. They bring us out one by one every day to ask whether we joined Boko Haram freely or they forced us. Many of us were naked or in rags until about one month later soldiers took us to town to search for clothes among the burnt ruins of houses in the town. I was very ill because of the pregnancy. After the third month passed they drove us in lorries to Maiduguri, and dropped off sick ones like me in the hospital."

    A 20-year-old woman who was abducted in Gwoza by Boko Haram, and then escaped, said:

    "I was three months pregnant from the Boko Haram fighter that raped me when I escaped Gwoza with my three children. Our relief on arriving at Maiduguri after a two-day trek was crushed when soldiers arrested us. They took us to Giwa barracks, where we saw up to 300 other women and children. Soldiers used to question us every day until my children and I were released four months later."

    There appears to be at least one other screening center around Maiduguri, Human Rights Watch found. A 17-year-old girl from Dikwa was held in a place she described as “a compound with about five buildings just before you enter Maiduguri proper.” She was allowed to receive visitors for the month she was there before being cleared by the military to enter Maiduguri.

    Lack of Mental Health Support for Victims

    Many of the women and girls interviewed said that their experiences affected their psychological well-being. Some said they had difficulty sleeping, and deliberately isolated themselves to avoid insults and slurs. Many also said they felt constantly angry with their abusers, wishing they could harm them in retaliation. None said they had professional counselling.

    A 30-year-old woman from Gwoza said:

    "I feel sad all the time. I am always thinking about all the bad things that have happened to me. Sometimes I cry; at other times I try to resign to my fate. But it is hard. My neighbors in the camp encourage me to pray. That is all I can do, pray."

    A 16-year-old rape survivor said she was always thinking about death, and wished she had the courage to kill herself:

    "Nobody comes to this camp to talk to us. We IDPs only have one another, but even that is hard because you do not know who to trust. If you tell them your secret pain or shame, they can use it to mock you later."

    A 28-year-old woman who survived rape and became pregnant by a Boko Haram insurgent said she developed hypertension from constantly thinking about her ordeal and imagining ways she could take revenge on him. Doctors have told her during hospital visits outside the camp to stop thinking about the past so she can get better. She was not referred to a counsellor.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria


    0 0

    Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies
    Country: Gambia

    A. Situation analysis

    Description of the disaster

    The Food Security crisis 2014-2015, was a regional crisis affecting the Sahel countries including the Gambia. In the Gambia, in November 2015, the Harmonized Framework indicated the serious food security in all the regions, but more in Central River Region (CRR) and North Bank Region (NBR) as a result of this the Gambia Red Cross identified these 2 regions for both the appeal and the ECHO project. In the Gambia 60% of the assessed population remain food insecure, of which 30 per cent are considered moderately' or `severely' food insecure. In March 2015, 1,100,763 were identified in phase 3 crisis, required immediate food assistance. This figure was projected to increase to 178,012 people in June 2015.

    However, the humanitarian actors’ in-country, including FAO, WFP, ACF, and Ministry of Agriculture consider the official figures are underestimated. The alarming nutritional status of children under 5 years was due to poverty, poor infant feeding practices, disease burden related to inadequate WASH services, limited knowledge and low awareness of care givers with regards to essential nutritional and hygiene practices were drivers to the worsened condition of people in 2015, with increasing household food insecurity and depletion of livelihoods.

    The Gambia Red Cross partook revised Harmonized Framework from October – November 2015, the results indicated serious food insecurity situation. The food security situation remains, as factors with drivers that were making the situation more difficult for farmers to improved food security, such drivers includes, increase in commodity prices, decrease in exchange rate, limited access to basic social services, and the near total absence of relief support to the affected population.

    According to the 2015 Harmonized Framework for the Gambia, the burden of Moderate Acute Malnutrition (MAM) among children under 5 years has been estimated at 56,839, while Severe Acute Malnutrition (SAM) has been at 10,217 children between 6-59 months based on the 2013, national population census projections and SMART 2012. The prevalence of malnourished pregnant and lactating women in the reproductive age group (15-49) has been estimated at 45,944.

    Malnutrition was identified as a serious issue affecting the regions. The most recent Gambia National Nutrition Surveillance report produced by NaNA in September 2014, reiterated and confirmed 3 regions (Centre River Region, Lower River Region and North Bank Region) as those with the highest prevalence of malnutrition (acute and moderate) - 2 of which North Bank and Central River Regions were targeted in this intervention. Indeed, these t2 regions registered severe acute malnutrition rates that are above the WHO 'serious' threshold at 13.1% in targeted regions.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali

    CONTEXTE

    La situation sécuritaire de la région est relativement calme au Sud. Cependant, les zones Nord et Est sont exposées à l’insécurité avec la présence signalée des groupes djihadistes dans le cercle de Macina et de Niono. La région a aussi enregistré des cas d’inondations (cercles de San,Ségou, Macina et Bla) et d’épidémies de rougeole dans le cercle de Tominian. Selon le rapport du cadre harmonisé, plus de 434 817 personnes sont à risque d’insécurité alimentaire et la prévalence de la malnutrition aigüe dépasse 13,6% % selon les résultat de l'enquête SMART 2016.

    MESSAGES CLÉS (Octobre 2016)

    1. La menace sécuritaire liée à la présence des groupes armés dans la région constitue une contrainte d’accès dans les localités situées au nord de la ville de Niono et de Macina. Un renforcement sécuritaire dans ces zones est nécessaire pour améliorer l'accès humanitaire.

    2. Les cas d’inondations enregistrés principalement dans les cercles de Bla, Ségou et Macina ont affecté plus de 526 ménages. La mise en œuvre d'un mécanisme d'alertes et de pré-vention permettrait de mieux coordonner la réponse.

    3. La rentrée scolaire de cette année, la réhabilitation des salles de classe dans certaines localités de la région reste une préoccupation majeure. Par ailleurs l'insécurité qui sévit dans les parties Nord et Est de la région ne favorise pas le retour des enseignants.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Nigeria

    Highlights

    • Over 110,00 children with severe acute malnutrition (SAM) have been admitted to therapeutic feeding programmes in Adamawa, Borno and Yobe states, reaching 27 per cent of the target for 2016 (398,188).

    • To protect against measles, more than 343,000 children have been vaccinated so far. Primary health care services have reached over 2.9 million people in affected states.

    • More than 912,000 people have access to improved sanitation facilities, reaching almost 88 per cent of planned target (1.08 million).

    • 38 per cent children (165,905) have benefitted from UNICEF supported psychosocial support (Tier 1 support which includes CFS based recreational activities for vulnerable, unaccompanied and separated children, and children associated with armed forces/group).

    • In IDP camps, damaged school tents are being replaced by semipermanent structures, with 22 set up so far. Over 88,000 children have access to safe learning spaces while nearly 155,000 children have been reached with learning materials, especially focusing on girls to encourage school enrollment.

    Situation Overview & Humanitarian Needs

    The scale up of critical life-saving interventions is constrained by limited access of the humanitarian community to the affected populations. Food security and nutrition remain the most urgent priorities for people across the affected states in north east (Borno, Yobe and Adamawa). The humanitarian community is scaling up its response as per the revised Humanitarian Response Plan (HRP) which has total requirements amounting to US$ 484 million with just 26 per cent funding received for life-saving interventions. UNICEF has received only 31 per cent of its required funding of US$ 115 million with child protection, WASH and health critically underfunded.

    Recently, the Minister of Health launched the national strategy of ‘One functional PHC’ per ward in Jiddari Primary Health care centre, one of the health facilities being supported by UNICEF with medical equipment and supplies. Sixty health facilities are to be equipped in Borno state with support from UNICEF to provide functional primary health care per ward.

    According to Government sources, ten schools are being reopened in the newly accessible areas of Yunasari and Geidam LGAs in Yobe. UNICEF is closely coordinating with the State Ministry of Education to collect accurate information about the situation on ground regarding these education facilities, enrolment, out of school children and teachers. There is urgent need of school supplies as well as safe spaces where children can resume education and learning.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso, Mali

    Des productions moyennes attendues dans le pays

    MESSAGES CLÉS

    • À la faveur d’une distribution globalement satisfaisante des pluies, les récoltes s’annoncent moyennes à supérieures à la moyenne dans le pays, malgré des pertes localisées de production du fait des poches de sècheresse enregistrées à partir de mi-septembre, des attaques atypiques de chenilles sur les cultures de maïs et les dégâts habituels d’oiseaux granivores.

    • Le bon niveau de remplissage des retenues d’eau favorisera une exécution normale des activités de maraichage et aussi un abreuvement adéquat des animaux jusqu’en mars, avant le démarrage normal de la prochaine soudure pastorale. Les autres activités telles l’orpaillage, la migration saisonnière, et l’offre de main-d’œuvre agricole se dérouleront sans entrave majeure.

    • La situation alimentaire des ménages se normalise avec l’accès aux nouvelles récoltes et jusqu’en fin mai 2017, une insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l’IPC) continuera d’être observée dans le pays, en la faveur d’une stabilité des prix des denrées de base et des revenus normaux à supérieurs pour la période.

    CONTEXTE NATIONAL

    Situation actuelle

    Les cumuls pluviométriques enregistrés du premier avril au 10 octobre (entre 357.5 mm en 18 jours de pluie à Baraboulé, dans la province du Soum et 1162.5 mm en 74 jours de pluie à Pô, dans le Nahouri) sont dans l’ensemble excédentaires à similaires comparativement à la normale sur la période 1981-2010. Les pluies exceptionnelles observées par endroits ont provoqué des inondations des parcelles de cultures, des dégâts matériels et des pertes en vies humaines.
    Néanmoins, depuis la deuxième décade de septembre, on observe une mauvaise répartition spatio-temporelle des pluies avec des conséquences néfastes, mais localisées surtout sur les semis tardifs du maïs et de l’arachide dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Hauts Bassins et des Cascades. En plus des effets des poches de sècheresse, des attaques de chenilles (provinces du Noubiel, de la Kompienga et du Sanmentenga) et d’oiseaux granivores (dans les régions du Sahel et de la Boucle du Mouhoun), affecte négativement et de manière localisée les rendements dans les zones concernées. Dans les principales zones pastorales, l’offre fourragère est moyenne ou supérieure à la moyenne. De même, le niveau de remplissage des retenues d’eau est satisfaisant.
    Les ménages pauvres qui viennent de traverser une soudure habituelle (mars-mai), voient leur situation alimentaire s’améliorer avec l’accès à temps aux nouvelles récoltes. Par ailleurs, plus de 25 000 ménages très pauvres des régions du Sahel, du Centre-Nord, du Nord et de l’Est, ont bénéficié de transferts monétaires de la part des ONGs au cours des trois derniers mois pour assurer la protection de leurs moyens d’existence. En outre, les 26,000 réfugiés maliens présents dans le pays reçoivent l’assistance du Haut-Commissariat aux réfugiés et de ses partenaires. Dans les formations sanitaires, les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes bénéficient de l’opération « gratuité des soins » nouvellement instituée par le gouvernement. Ceux souffrants de malnutritions aigue modérée ou sévère sont aussi pris en charge.
    Pour générer des revenus et faire face aux dépenses courantes, en particulier, la scolarisation des enfants, les ménages mettent sur le marché quelques produits de rente dont le niébé et l’arachide et les produits de cueillette comme les grains de néré et les amendes de karité. Les prix d’achat de ces produits étant similaires ou au-dessus de la moyenne des cinq dernières années, les revenus de ces ventes sont jugés globalement supérieurs à la moyenne.
    Depuis les dernières récoltes de l’année passée, les prix des denrées de base ont évolué autour de la moyenne quinquennale, avec de légère baisse au mois d’aout grâce aux opérations de vente de céréales à prix subventionnés initiées par le gouvernement et à la lise en marchés des stocks commerciaux résiduels. La demande normale des ménages, l’approvisionnement régulier des marchés et l’opération de vente à prix subventionné de céréales du gouvernement, ont favorisé la stabilité des prix sur les marchés.

    Sur les marchés de bétail par contre, en raison de la baisse de la demande extérieure (du Nigeria et du Ghana) suite à la dépréciation de leur monnaie (Naira et Cedi) par rapport au CFA, les prix des bovins, sont en baisse d’environ 30 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale sur les principaux marchés à bétail notamment Dori, Gorom Gorom et Djibo. En ce qui concerne les autres espèces, notamment les ovins et les caprins, généralement détenus par les pauvres, la demande intérieure soutenue permet de maintenir les prix 15 `à 25 pour cent au-dessus de la moyenne des cinq dernières années.
    Suppositions Le scénario le plus probable de la sécurité alimentaire décrit d’octobre 2016 à mai 2017, se fonde sur les hypothèses générales suivantes :

    • Des productions agricoles supérieures à la moyenne : Malgré des baisses localisées attendues de récoltes, les productions vivrières et de rente seront au-dessus de la moyenne quinquennale en raison de la hausse interannuelle des superficies (environ 2,5 pour cent) et aussi de la distribution globalement favorable de la pluviométrie.

    • Des revenus agricoles moyens ou au-dessus de la moyenne: Avec des productions attendues en hausse et des niveaux de prix actuels moyens ou au-dessus de la moyenne, les revenus des producteurs devraient être similaires ou supérieurs à la moyenne.

    • Des revenus normaux pour les autres sources : Les autres sources de revenu, notamment issus de la main-d’œuvre agricole (récoltes du coton entre octobre et janvier et préparation des champs à partir d’avril), des travaux de construction, de la pratique de l’orpaillage et du maraichage, ne connaitront pas de changement majeur comparativement à la normale.

    • Une situation alimentaire du bétail normale : L’offre fourragère étant moyenne ou au-dessus de la moyenne et le niveau de remplissage des retenues d’eau satisfaisant, les départs en transhumance du bétail aussi bien internes (Sud du pays) qu’externes(Mali, Côte d’Ivoire, Togo et Bénin) devraient se dérouler en période habituelle à partir de février. La soudure du bétail qui commence généralement en avril ne connaitra pas de changement et les animaux pourront alors conserver leur état d’embonpoint typique.

    • Des niveaux de prix des céréales moyens : Avec des niveaux de production moyenne ou supérieure et un stock national de sécurité alimentaire déjà reconstitué à son niveau conventionnel, l’approvisionnement des marchés devrait se faire de manière régulière sans disfonctionnement important. Les prix des céréales de base pourraient maintenir leur évolution saisonnière normale (tendance baissière d’octobre à décembre suivie d’une stabilisation et d’une remontée en début de période de soudure avril-mai). Les niveaux des prix seront similaires à la moyenne quinquennale. Toutefois des hausses légères de prix pourraient apparaitre plus tôt sur quelques marchés du fait des déficits localisés, mais sans trop compromettre l’accès des ménages à l’alimentation.

    • Des niveaux de prix du bétail moyens : Les prix des animaux, en particulier pour les bovins destinés à l’exportation, pourraient continuer à dépendre de la demande extérieure négativement affectée par la baisse de la valeur des monnaies nigériane et ghanéenne. Toutefois, en raison des perspectives alimentaires normales pour les ménages, ces derniers ne seront pas dans l’obligation de vendre leurs animaux à bas prix. En conséquence, les prix des différentes espèces pourraient se maintenir autour de la moyenne quinquennale pendant toute la période de projection.

    • Une assistance alimentaire adéquate pour les réfugiés : Du fait de leur effectif relativement faible (autour de 26,000 personnes), les réfugiés bénéficieront d’une assistance adéquate du Haut-Commissariat aux Réfugiés et ses partenaires.

    Résultat le plus probable de la sécurité alimentaire

    Pendant la période du scénario, la consommation des ménages pauvres sera basée principalement sur leur propre production jusqu’en mars comme en année normale. La dépendance des marchés commencera typiquement à partir du mois d’avril.
    Quant à la situation alimentaire du bétail, elle sera aussi normale toute la période, compte- tenu de la disponibilité moyenne du pâturage et du bon niveau de remplissage des points d’eau pour l’abreuvement des animaux.

    Le niveau moyen des prix des denrées de base sur les marchés et les revenus moyens ou supérieurs à la moyenne leur permettront d’avoir accès à l’alimentation sans détériorer les avoirs relatifs aux moyens d’existence. La majorité des ménages pauvres pourront ainsi vivre une insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l’IPC). Avec les actions de prévention en cours (gratuité des soins, distribution de farine infantile), la situation nutritionnelle, en particulier des enfants de moins de cinq ans pourrait rester typique pour la période avec des taux de malnutrition en-dessous du seuil d’alerte (10 pour cent) tels observés sur la moyenne des trois dernières années.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Senegal

    The Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) monitors trends in staple food prices in countries vulnerable to food insecurity. For each FEWS NET country and region, the Price Bulletin provides a set of charts showing monthly prices in the current marketing year in selected urban centers and allowing users to compare current trends with both five-year average prices, indicative of seasonal trends, and prices in the previous year.

    Rice, millet, sorghum, and maize are the primary staple foods in Senegal. Groundnuts are both an important source of protein and a commonly grown cash crop. Imported rice is consumed daily by the vast majority of households in Senegal particularly in Dakar and Touba urban centers. Local rice is produced and consumed in the Senegal River Valley. St. Louis is a major market for the Senegal River Valley. Millet is consumed in central regions where Kaolack is the most important regional market. Maize is produced and consumed in areas around Kaolack, Tambacounda, and the Senegal River Valley. Some maize is also imported mainly from the international market. High demand for all commodities exists in and around Touba and Dakar. They are also important centers for stocking and storage during the lean season. The harvests of grains and groundnuts begin at the end of the marketing year in October; and stocks of locally produced grains are drawn down throughout the marketing year. Senegal depends more on imports from the international market for rice than from cross border trade which mainly includes cattle from Mali and Mauritania that supply Dakar and surrounding markets.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso

    Millet, maize, and sorghum are the most important food commodities for household consumption. Millet is the staple of the most vulnerable households, while maize and sorghum also contribute to the food basket of a majority of all households. Sankaryare market is the largest and most important market in Ouagadougou and supplies other markets within the country and region. Koudougou is located in one of the most populated areas in the country, where a majority of households depend on the market for their food needs. Djibo is in the highly vulnerable Sahelian zone. Pouytenga is an assembly market for products from Nigeria, Ghana, Benin, and Togo. Solenzo is a rural market located in the middle of a surplus production zone. Bobo Dioulasso is important center for both consumption and production – it functions as both the economic capital of Burkina Faso and is located in an important cereal production zone.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Niger

    Une insécurité alimentaire globalement «Minimale» est attendue sauf à Diffa en «Crise» persistante

    MESSAGES CLÉS

    • La sécurité alimentaire s’est globalement améliorée avec les récoltes qui se généralisent, les prix qui entament leur baisse saisonnière et les opportunités de revenus qui se multiplient avec les ventes des récoltes, des produits de rentes et d’animaux. La plupart des ménages sont capables de couvrir leurs besoins alimentaires et non alimentaires sans pression sur les moyens d’existence et la majorité des zones seront en insécurité alimentaire aigue Minimale (Phase 1 de l’IPC) d’octobre 2016 à mai 2017.

    • Des déficits céréaliers et fourragers sont attendus dans la zone pastorale des transhumants des régions de Tahoua, Zinder, Agadez, et Maradi et de zones agricoles de Maradi (Dakoro, Mayahi) en raison de différentes anomalies pluviométriques (excès d’humidité, sécheresse et vents de sable violents) qui ont perturbé le développement normal des plantes. Les moyens d’existences normaux vont être perturbés (baisses précoces de l’embonpoint des animaux, épuisement précoce des stocks, etc.) et des situations de Stress (Phase 2 de l’IPC) apparaitront à partir de mars 2017.

    • L’approvisionnement des marchés restera régulier et suffisant sur les marchés grâce à la dépréciation continue du Naira nigériane qui favorise le transfert des commodités vers le Niger et des prix céréales à des niveaux globalement inférieurs à la moyenne facilitant l’accès alimentaire. Toutefois, cette situation sera défavorable pour les exportations des produits de rente et d’animaux dont les ventes et les prix seront en baisse par rapport à la moyenne.

    • Dans la région de Diffa, malgré la généralisation des récoltes et la fin de la période de soudure en octobre, les conditions d’insécurité alimentaire aigüe de Stress (Phase 2 ! de l’IPC), et de Crise (Phase 3 de l’IPC) après janvier, vont persister jusqu’au moins mai 2017. En raison du conflit Boko Haram qui engendre des mouvements de populations et des perturbations des moyens d’existence, les ménages déplacés et pauvres locaux seront incapables de couvrir leurs besoins alimentaires et dépendront fortement de l’aide humanitaire.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali

    The Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) monitors trends in staple food prices in countries vulnerable to food insecurity. For each FEWS NET country and region, the Price Bulletin provides a set of charts showing monthly prices in the current marketing year in selected urban centers and allowing users to compare current trends with both five-year average prices, indicative of seasonal trends, and prices in the previous year.

    Millet, rice, and sorghum constitute the basic staple foods for the majority of the Malian population. Millet has traditionally been the most widely consumed, but since 2005 rice has become a popular substitute in urban households. Sorghum is generally more important for rural than urban households. Markets included are indicative of local conditions within their respective regions. Ségou is one of the most important markets for both the country and region because it is located in a very large grain production area. Bamako, the capital and largest urban center in the country, functions as an assembly market. It receives cereals from Koulikoro, Ségou, and Sikasso for consumption and also acts as an assembly market for trade with the northern regions of the country (Kayes and Koulikoro) and Mauritania. Markets in the deficit areas of the country (Timbuktu and Gao) receive their supplies of millet and rice from Mopti, Ségou and Sikasso.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Niger

    The Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) monitors trends in staple food prices in countries vulnerable to food insecurity. For each FEWS NET country and region, the Price Bulletin provides a set of charts showing monthly prices in the current marketing year in selected urban centers and allowing users to compare current trends with both five-year average prices, indicative of seasonal trends, and prices in the previous year.

    Millet, maize, cowpea, and imported rice are the most important food commodities. Millet is consumed by both rural and poor urban households throughout the country. Maize and imported rice are most important for urban households, while cowpea is mainly consumed by poor households in rural and urban areas as a protein source. Niamey is the most important national market and an international trade center, and also supplies urban households. Tillaberi is also an urban center that supplies the surrounding area. Gaya market represents a main urban market for maize with cross-border connections. Maradi, Tounfafi, and Diffa are regional assembly and cross-border markets for Niger and other countries in the region. These are markets where households and herders coming from the northern cereal deficit areas regularly buy their food. Agadez and Zinder are also important national and regional markets. Nguigmi and Abalak are located in pastoral areas, where people are heavily dependent on cereal markets for their food supply. They are particularly important during the rainy season, when herders are confined to the pastoral zone.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mauritania

    Une insécurité alimentaire minimale dans la majeure partie du pays d’octobre à mai 2017

    MESSAGES CLÉS

    • La mauvaise répartition des pluies, entre aout et septembre, n’ayant affecté les cultures pluviales que dans l’ouest de la zone agropastorale ou les productions seront nettement en baisse par rapport à la moyenne. Toutefois s’attend, malgré la baisse des superficies exploitées en irrigué, au niveau national, à une production agricole annuelle moyenne.

    • Les conditions pastorales sont globalement satisfaisantes au niveau national et assureront l’alimentation du cheptel jusqu’en mai si les feux de brousse sont contrôlés. Les transhumances internes répondront aux besoins du cheptel de l’ouest de la zone agropastorale qui accuse un déficit de pâturages.

    • Les marchés seront bien approvisionnés par des importations régulières et par des flux transfrontaliers redynamisés par les nouvelles productions des pays limitrophes comme Sénégal et Mali. Les prix des denrées alimentaires, stables depuis plusieurs mois, le resteront jusqu’en mai. Ceux des animaux s’inscriront dans les tendances haussières saisonnières.

    • La majeure partie des ménages du pays sera en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en mai. Dans l’ouest de la zone agropastorale Tagant, Gorgol et Brakna), du fait de l’échec de leurs cultures pluviales, la pression exercée sur le cheptel, et pour rembourser les dettes et acheter de la nourriture placera quelques ménages d’agropasteurs pauvres en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’en mai.

    CONTEXTE NATIONAL

    Situation actuelle

    Sur le plan pluviométrique : La saison des pluies s’est achevée en octobre après avoir été moyenne voir légèrement excédentaire dans la majeure partie des zones agropastorales comme prévue par les hypothèses de National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) European Centre for Medium-Range Weather Forecasts (ECMWS), et International Research Institute for Climate and Society (IRI).

    Sur le plan agricole : Le mauvais répartition des pluie et le déficit hydriques n’auront affecté les cultures pluviales que dans l’ouest de la zone agropastorale où les productions ont connu une forte baisse (60 à 70 pour cent comparativement à une année moyenne) Dans le reste du pays, les récoltes des cultures pluviales ont commencé et les productions agricoles s’inscrivent dans les tendances d’une année moyenne. La production rizicole est en baisse comparativement à 2015, à cause du manque d’accès au crédit agricole n’aura qu’un impact limité sur la nationale, mais sera proche de celle d’une année moyenne.

    Dans les zones oasiennes, la bonne pluviométrie enregistrée cette année devrait assurer un développement normal des cultures maraichères et conduire, entre janvier et mars, à des productions au moins égales à celles d’une année moyenne.

    La situation acridienne : Les conditions écologiques sont encore favorables. Selon le Centre National de Lutte antiacridienne (CNLA) la résurgence acridienne en cours est jugée majeure. Elle demeure marquée par la présence d’essaims de petite taille et de groupes d’ailés solitaro-transiens en accouplement et ponte sur de grandes étendues réparties essentiellement entre le Trarza et l’Adrar et, dans une moindre mesure, dans l’Inchiri et le Hodh Chargui. Les traitements sont en cours.

    Sur le plan pastoral : A l’exception de quelques poches de la zone agropastorale (Moudjéria, Magta Lahjar et Monguel), les pâturages continuent encore de répondre au besoin du cheptel national jusqu’en mai si les feux de brousse sont empêchés ou rapidement maitrisés. Les mises-bas saisonnières s’inscrivent dans les tendances d’une année normale assurant une production laitière nettement supérieure à celle d’une année moyenne du fait de la succession de deux bonnes années pastorales.

    Sur le plan des revenus saisonniers : Les revenus saisonniers provenant du travail agricole, sont en baisse (entre -50 et -75 pour cent par rapport à une année moyenne) dans les zones (Moughataa de Moudjeria, de Monguel, de M’Bout et de Magta Lahjar) ayant accusé des déficits pluviométriques ont profondément affecté les activités agricoles. Dans le reste de la zone agropastorale et dans la zone de cultures pluviales, les revenus saisonniers sont proches de ceux d’une année moyenne. Dans certaines zones agricoles d’accueil (nord Moudjéria, ouest M’Bout, zones rizicoles du Trarza) l’afflux atypique de la main d’œuvre ayant réduit le temps de travail. A cause de ça, les revenus des ménages pauvres provenant du travail agricole sont en baisse, comparativement à une année moyenne, sans pour autant que le prix de la main d’œuvre (entre 1500 et 2000 MRO/J) ait connu de baisse. Une situation identique est observable dans les centres urbains et dans les centres miniers du nord où le rslentissement des activités économiques a reduit les opprtunités de travail. Les revenus provenant de la vente des animaux sont partout en hausse par rapport à la moyenen quinquennale, en raison du prix élevé des animaux. Causé par la baisse de l’offre.

    Sur le plan des flux transfrontaliers : A l’exception de ceux qui provenaient du sud Maghrébin affectés par l’insécurité militaire qui y règne, les autres, principalement ceux du Mali seront redynamisés par les nouvelles productions agricoles qui sont en cours de récoltes. Comme en année moyenne, les agricoles maliens vont, opérer le premières octobre, déstocker leurs réserves des années précédentes. Il est probable que les nouveaux réseaux d’importation de riz malien soient assez dynamiques pour alimenter l’est et le centre des zones agropastorales et de cultures pluviales. Par exemple, la forte hausse du prix d’un sac de riz importé qui fluctuait avant février 2016 autour de 12000 MRO, suite à la hausse de TVA et à l’incendie des magasins de la Société Nationale d’Importation et d’Exportation (SONIMEX) a fait qu’il se vend maintenant autour de 18000 MRO dans ces zones pousse les ménages, tous niveaux confondus, à consommer du riz local et du blé.

    Sur le plan des marchés de consomption: Tous les marchés de consommation sont bien approvisionnés en denrées alimentaires de base importées (blé, riz, huile, sucre, farine, etc.) avec des prix qui ont peu varié depuis le début de l’année.
    Le prix du riz importé qui avait connu une forte hausse autour de 45 pour cent en début d’année, s’est stabilisé car beaucoup de ménages se sont reportés sur le blé, le riz local et le maïs réexporté du Mali et du Sénégal. Les prix du sorgho et du blé sont en nette baisse dans les zones agricoles ou voisines de celles où les productions agricoles seront moyennes. Même dans les zones du nord et dans les zones pastorales où le blé qui n’était qu’une céréale de substitution tend maintenant à devenir l’aliment de base des ménages pauvres qui consommaient surtout le sorgho récolté ou acheté, on note au plus une stabilité des prix.
    Les boutiques de solidarité alimentées par le gouvernement en denrées alimentaires de base (blé, riz local, huile, sucre, lait) et vendant à des prix 30 à 40 pour cent plus bas que ceux du marché formel continuent de fonctionner dans tout le pays.

    Sur le plan des marchés du bétail : L’offre en bétail est toujours nettement inférieure à celle d’une année typique tant en raison de bonnes conditions pastorales qui rassurent les éleveurs que de la baisse de la demande saisonnière et avec l’absence d’évènement motivant, une importante demande de bétail et des perspectives de récoltes moyennes. Ce n’est que dans les marchés des zones comme le Marché de Magta Lahjar dans l’ouest de la zone agropastorale, que l’on observe des fluctuations saisonnières atypiques des prix des animaux qui s’expliquent par les variations de l’offre essentiellement conditionnée par les besoins alimentaires et de semences. Des prix du bétail conditionnées par les besoins du calendrier cultural, semences surtout qui ne remettent cependant pas en cause la tendance haussière saisonnière toujours observée entre octobre et mai.

    Sur le plan alimentaire et nutritionnel : Globalement, l’accès alimentaire des ménages pauvres s’inscrit dans les mêmes tendances que celles d’une année moyenne. L’accès aux nouvelles productions agricoles et la bonne disponibilité en lait devraient permette aux ménages pauvres de la majeure partie du pays d’accéder à une alimentation régulière et suffisante et débucher sur un état nutritionnel satisfaisant. Dans les zones affectées par le déficit de production pluviale et la baisse de la production laitière (Moudjéria, Monguel, Magta Lahjar et M’Bout) le recours aux achats alors que les revenus saisonniers sont en forte baisse (entre -50 et -75 pour cent). Ca limite l’accès alimentaire des ménages pauvres et conduit probablement à des niveaux saisonniers octobre-mai de malnutrition aiguë globale plus élevés que ceux d’une année moyenne qui tournent autour de 8 pourcent pour le Gorgol, 5.7 pour cent pour le Brakna et 9 pour cent pour le Tagant.
    Globalement donc, les conditions d’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) existent dans la majeure partie du pays.
    Seuls cependant les 6,000 de Moudjéria peuvent être considérés, actuellement, en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) vu la persistance des effets résiliant de plusieurs déficits consécutifs de pâturages, de revenus et de production agricole. Dans les moughataa de Monguel de Magta Lahjar et de M’Bout, des ménages d’agriculteurs actuellement en insécurité alimentaire Minimale (IPC Phase 1) pourrait évoluer.

    Suppositions

    Le scénario le plus probable de la sécurité alimentaire au niveau national d’octobre à mai 2017 se fonde sur les hypothèses générales suivantes :

    • La situation pluviométrique : Les coulées d’air froid qui arrivent du nord seront assez normales, entre décembre et janvier, pour favoriser des pluies, dans le nord et le centre du pays et entrainer une régénération du couvert végétal (herbacé et aérien) favorable à la reproduction acridienne.

    • L’agro-climatologie : La crue fluviale ayant inondé tout le walo utile, les superficies qui seront exploitées en décrue seront au moins égales à celles d’une année moyenne.

     Production agricole : Bien que les superficies exploitées soient inférieures à celles de 2015, la production de riz sera proche de la moyenne quinquennale. Celle de la décrue s’inscrira dans la même tendance mais celle des cultures pluviales devraient être en hausse par rapport à celle de 2015 et de la moyenne quinquennale. Vu l’irrégularité des pluies et les nombreux reprises de semis, les récoltes vont s’échelonner d’octobre à décembre alors qu’en année normale, elles ont lieu de septembre à novembre. Seules les cultures tardives traditionnellement récoltées entre décembre et janvier respecteront leur calendrier habituel. La production maraichère, entre novembre et mars sera proche de celle d’une année moyenne, avec des revenus directs (ventes) proches de ceux d’une année moyenne.

    • La situation acridienne et aviaire : Elles pourraient le demeurer jusqu’en février si les pluies de saison froide arrivent entre décembre et en janvier. La situation acridienne sera sous contrôle et les cultures tardives et de décrue seront épargnées. La pression aviaire quant à elle restera forte et semblable à celle de 2015 car aucune lutte concertée n’a été engagée par les trois pays concernés (Mauritanie-Sénégal et Mali).

    • Importations de denrées alimentaires : Les importations de denrées alimentaires (blé, riz, huile, sucre, etc.) seront, durant toute la période du scenario, régulières et suffisantes pour répondre à la demande nationale et animer les échanges transfrontaliers. Les flux transfrontaliers saisonniers de céréales traditionnelles en provenance du Mali, accroitront les disponibilités nationales et locales déjà alimentées par les récoltes. Les déficits localisés de production agricoles seront en conséquence comblés. Les marchés de l’intérieur seront donc bien approvisionnés en denrées alimentaires dont les prix continueront de rester stables jusqu’en mai. Les prix des céréales traditionnelles devraient connaitre des baisses significatives après les récoltes (novembre à février) et s’inscrire dans une tendance haussière de mars à mai comme en année moyenne.

    • Boutique de solidarité : Les boutiques de solidarité de gouvernement continueront de fonctionner jusqu’en mai.

    • Prix de bétails : À l’exception de ceux de l’ouest de la zone agropastoral qui seront bien alimentés par les ventes destinées à l’achat de la nourriture (déficit de production causé par l’irrégularité et l’insuffisance des pluies), les marchés de bétail du reste du pays (y compris le reste de la zone agropastorale) se comporteront, jusqu’en mai, comme en année moyenne avec un faible approvisionnement et des prix des animaux stables à défaut d’être en hausse.

    • Travail agricole : Les revenus tirés du travail agricole seront en baisse par rapport à ceux d’une année moyenne. A cause de la faiblesse des superficies cultivables.

    • Produits de cueillette: Les revenus tirés de la cueillette seront dans la plupart des zones (exception faites de celles qui ont connu des déficits marqués de pluies où ils baisseront de plus de 60 pour cent par rapport à une année moyenne) pratiquement égaux à ceux d’une année moyenne. Ils seront autant des sources de revenus (entre 70,000 et 100,000 MRO en année moyenne) que de nourriture (surtout pour les enfants et les adolescents).

    • Conditions pastorales : Les conditions pastorales resteront satisfaisantes durant toute la période du scenario, limitant ainsi les achats de blé destinés à nourrir les animaux. Elles favoriseront la reproduction animale et la production laitière.
      Elles renforceront l’embonpoint des animaux qui maintiendra des prix élevés du bétail. Les transhumances internes fonctionneront comme en année moyenne mais les transhumances transfrontalières seront limitées à la zone de transhumance pastorale et orientées où elles sont typiques, comme en année moyenne, vers le bassin arachidier du Sénégal.

    • Mouvements en exode : Les départs en exode s’inscriront dans leurs calendriers normaux mais les revenus saisonniers qui en proviennent seront en baisse de mars à mai alors qu’en année moyenne ces revenus envoyés par les migrants contribuent significativement, 20 à 40 pour cent environ, à la gestion de la période de soudure.

    • Les impacts internationaux et régionaux sur les marchés : Les perspectives de bonnes récoltes de blé au niveau mondial, et de riz laissent espérer que les approvisionnements des marchés nationaux par ces deux céréales les plus consommées par les ménages seront réguliers et qu’il n’y aura pas de choc sur leurs cours internationaux qui auraient des répercussions négatives sur les capacités d’accès alimentaires des ménages. Les transferts de riz sénégalais et maliens vont s’amplifier en raison du prix élevé du d’Asie mais leurs prix ne riz importé connaitront pas de hausse significative par rapport à leurs niveaux actuels du fait des perspectives de bonnes récoltes de riz dans les deux pays et de la nécessité , pour les riziculteurs de ces pays fortement concurrencés par les importations de riz asiatiques, de trouver des débouchés pour leurs surplus. On devrait assister à une situation identique pour les transferts de céréales traditionnelles sauf entre le Mauritanie et le Sénégal où le nord du pays qui connait une production moins bonne qu’en année devrait s’accaparer d’une bonne partie des surplus du bassin arachidier.

    Résultats les plus probables de la sécurité alimentaire

    Entre octobre et janvier 2017, des récoltes de céréales et légumineuses bonnes à moyennes, des conditions pastorales satisfaisantes malgré des déficits localisés, des marchés bien approvisionnés avec des prix en baisse par rapport à septembre ou au moins stables, des prix élevés des animaux, et un accès plus facile à l’eau potable, devraient placer la majeure partie des ménages pauvres en insécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l’IPC). Seuls les agropasteurs à dominante pastorale de la moughataa de Moudjéria, qui connaissent pour la quatrième année consécutive des déficits de pâturages et de production agricole restent en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC). Soumis au remboursement des dettes contractées au cours des années précédentes autant pour se nourrir que pour sauver leur bétail, ils continuent de dépendre des achats alimentaires réalisés par l’argent obtenu de la vente des animaux. Malgré la reconstitution en cours (mises-bas moyennes) la reconstitution des effectifs perdus à plus de 50 pour cent, la continuité des ventes constitue un facteur de déficit de protection de ce moyen d’existence qui leur est essentiel.

    De février à mai 2017, les impacts alimentaires et économiques des bonnes conditions évoquées ci-dessus seront renforcées par des productions maraichère et de de décrue qu’on s’attend à être moyennes. Toutefois, dans l’est du Gorgol (moughataa de Monguel et de M’Bout) et dans le nord du Brakna (moughataa de Magta Lahjar), les déficits de pâturages actuels, l’échec des cultures pluviales à cause du mauvais répartition des pluies et la faible exploitation des zones de crue qui sont essentielles pour la zone, pourraient conduire plus de 20 pour cent des ménages pauvres (60 pour cent de la population locale) dans une situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) s’ils ne bénéficient pas de mesures qui limiter la pression sur le cheptel qui est leur deuxième source de nourriture mais la principale base de leurs stratégies adaptatives.. Comme ceux de Moudjéria ils soumirent endettés et soumis à des remboursements qui mettent la pression sur leur cheptel.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Chad

    The Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) monitors trends in staple food prices in countries vulnerable to food insecurity. For each FEWS NET country and region, the Price Bulletin provides a set of charts showing monthly prices in the current marketing year in selected urban centers and allowing users to compare current trends with both five-year average prices, indicative of seasonal trends, and prices in the previous year.

    Sorghum, millet, white maize, and local and imported rice are the most important food commodities. Millet is most heavily consumed in the eastern and northern regions of the country. Local rice is another basic food commodity, especially for poorer households. Imported rice and white maize are most commonly consumed in and around the capital. The Marché d'Atrone in N’Djamena, the capital city, is the largest market for cereals. Moundou is an important consumer center for sorghum and the second largest market after the capital. The Abéché market is located in a northern production area. The Sarh market is both a local retail market and a cross-border market.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Chad

    Les bonnes pluies de cette année ont amélioré la situation alimentaire au Tchad

    Key Messages

    La campagne agricole a été longue cette année et les premières pluies sont tombées un mois plus tôt, en avril dans la zone soudanienne et en mai dans la partie sahélienne. Le cumul des pluies a été excédentaire avec une bonne répartition dans presque toutes les zones agro-pastorales. La production céréalière attendue est meilleure que celle de l’année dernière (+16 pour cent) et la moyenne quinquennale (+13 pour cent).
    La situation alimentaire s’est améliorée dans l’ensemble du pays (à l’exception du Lac à cause du conflit) grâce à la disponibilité actuelle des nouvelles récoltes qui se poursuivent, couplées aux légumes sauvages, aux produits de cueillette et à la disponibilité laitière par endroits. Les ménages diversifient leurs sources de nourriture entre octobre 2016 et janvier 2017, et tout le pays à l’exception du Lac sera en insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l’IPC).
    Suite à l’épuisement habituel de leur stocks entre février et mai 2017, les ménages pauvres du Kanem, BEG, Abtouyour (Guera) et Kobé (Wadi Fira) feront face à une forte baisse de leurs sources principales de revenus : les transferts des migrants compte tenu de crise économique nationale et la vente des bétails suite à la non-exportation vers le Nigeria, en plus de pressions économiques des déplacés en Kanem et BEG. Par conséquent, ces ménages seront en Stress (Phase 2 de l’IPC) dès avril 2017.
    Malgré les bonnes récoltes enregistrées au Lac, les ménages pauvres seront en Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’au janvier avec la baisse du prix de bétail, de revenu de transfert d’argent, et de la main d’œuvre. Les stocks céréaliers des ménages pauvres seront réduits au minimum entre février et mai à cause de la pression des déplacés sur leurs ressources limitées, et elles feront face à des déficits de consommation et basculeront en Crise (Phase 3 de l’IPC) dès février sans assistance alimentaire.

    Contexte national

    Situation actuelle

    Situation agricole : La campagne agricole a débuté très tôt, comparativement à une année normale, avec l’installation des pluies dès le mois d’avril dans la zone soudanienne et en mai en zone sahélienne. La situation agricole en cette fin de campagne laisse augurer de bonnes prévisions de récolte estimées à supérieures à la moyenne (autour de 13 pour cent) et à 2015 (+16 pour cent). Des hausses de la production d’environ 15 à 20 pour cent au moins par rapport la moyenne quinquennale sont attendues dans certaines régions comme le Logone Occidental, le Mayo Kebbi et le Salamat. Ce relèvement de la production est grandement lié au facteur pluviométrique dont les valeurs de cumuls varient de la moyenne à supérieure à la moyenne dans la quasi-totalité du pays. L’anomalie du cumul, par rapport à la moyenne des 10 dernières années (2006 à 2015), montre une situation d'excédant modéré à large voire équivalente dans toutes les régions agricoles du Nord comme du Sud, à légèrement déficitaire (Centre Mayo-Kebbi Est, aux frontières entre Tandjilé et Mandoul et extrême Nord des régions agricoles) (Figure 1).

    La plupart des cultures sont à des stades phénologiques terminaux dominés par la maturité laiteuse et complète (pour le mil pénicillaire et riz de contre saison), et des cas rares épiaison (sorgho), et reprise végétative (berberé). Dans certaines régions (Moyen Chari, Mayo Kebbi Ouest, Wadi Fira, Sila, etc.), les récoltes ont été précoces (fin Septembre) compte tenu de l’implantation précoce des cultures durant cette campagne. En plus, certains ménages disposent encore des stocks résiduels des céréales pouvant couvrir leur besoin alimentaire pour un mois (cas de la Sous-préfecture de Koumogo dans le Bahr Koh).

    Malgré le déficit pluviométrique observé au début et en fin de campagne pour certaines spéculations dans la zone soudanienne, les estimations de récoltes des cultures céréalières restent globalement bonnes grâce aux bonnes pluies en fin-octobre. Donc, au vu de la disponibilité actuelle sur le terrain et surtout dans la zone soudanienne, la plupart des ménages finiront leur stock tardivement entre juillet et août 2017.

    Le développement des plantes, principalement celles de sorgho de décrue couramment appelé berbéré, de la campagne de contre-saison en cours sont normal. L’humidité des sols est moyenne à bonne et doit être appuyée par quelques petites pluies jusqu’en fin octobre 2016. Les perspectives de la campagne de contre-saison sont favorables à cause de bons développements des plants et de hausses de rendements.

    Hydrologie : La bonne pluviométrie a contribué au remplissage des mares et les cours d’eau débordant parfois leur lit. Cette disponibilité en ressources en eau de surface substitut l’abreuvement du bétail à partir des points d’eau pastoraux dans la plupart des localités notamment dans la bande sahélienne où les mares constituent l’une de leurs principales sources d’approvisionnement.

    Les écoulements sont supérieurs à la normale dans tous les bassins, notamment 15 pour cent à la station de Sarh, 21 pour cent à N’Djamena, 14 pour cent pour le Logone à la station de Bongor et 5 pour cent pour le Mayo Kebbi à la station de Léré. Le niveau de remplissage actuel de ces écoulements et mares permettra une disponibilité en eau de quatre à six mois, allant jusqu’à la mi-avril 2017, soit un peu plus qu’une année normale.

    Stock céréalier des ménages : Les stocks céréaliers des ménages se reconstituent progressivement grâce aux récoltes en cours qui se poursuivront jusqu’à novembre au rythme des récoltes amorcées par les populations dès fin septembre 2016. Certains ménages disposant de stocks résiduels comme ceux du Mayo Kebbi renforcent les leurs par l’apport d’une part, par les prémices et, d’autre part, par les récoltes qui se poursuivent.

    La main d’œuvre agricole : La demande de la main d’œuvre agricole est forte en ce moment d’intenses travaux des récoltes d’arachide et de maïs, motivés par la présence des ennemis des cultures. Cette année, les paiements en nature sont beaucoup pratiqués qu’en espèce compte tenu de la faible circulation de l’argent sur le marché du travail dû à la situation économique et financière du pays. Comparativement à l’année passée, le coût journalier reste le même à l’exception du Lac qui a baissé de près de 50 pour cent et les revenus tirés de la main d’œuvre sont globalement moyens sauf dans le Kanem, le BEG, et le Lac.

    Par exemple, les populations du Kanem et du BEG qui habituellement vendent la main d’œuvre pour la récolte de maïs au Lac sont actuellement payées en nature à hauteur de 10 pour cent de service rendu c’est-à-dire pour 100Kg de maïs récoltés ou égrainés, le paiement en nature est de 10Kg. Par conséquent, les revenus de la main d’œuvre agricles de Kanem et BEG sont jusqu’à 40 pour cent inférieure à une année normale à cause de la suroffre de la main d’œuvre agricole avec les déplacés. Dans le Wadi-Fira, le paiement en nature est autour de 2 Coro de mil penicillaire (5 kg) soit l’équivalent de 1200 FCFA par jour (ce qui est en baisse de 20 pour cent comparée à la même période à l’année dernière à cause d’une offre importante). Par contre, dans le Guera, compte tenu des surfaces semées qui sont en augmentation contre 2015/2016, la demande en main d’œuvre est supérieure en 2016/2017 et les prix égaux ou supérieurs à 2015 (1500 frs/jour en 2016 contre 1000 frs/jour en 2015).

    Situation acridienne : La situation acridienne est globalement calme sur le territoire national. Toutefois, les timides apparitions localisées de sautereaux et autres chenilles sont signalées dans certaines zones notamment la bande sahélienne. L’intensité des attaques est variable, de modérée à sévère suivant les zones et les cultures, mais surtout dans les zones de BEG, Kanem, Ouara, Wadi Fira et Sila. De récoltes hâtives sont organisées en prévision d’une aggravation de la situation dans l’Est du pays, précisément dans le Wadi Fira. Une veille phytosanitaire est déclenchée par les services de protection des végétaux (DPVC) qui suivent l’évolution de la situation dans les zones concernées.

    Les sautereaux qui ont fait leur apparition en septembre avec les attaques quelques fois sévères ayant précipité les récoltes précoces de pénicillaire dans le Kanem, le Barh- Gazal et le Hadjer Lamis ont complètement disparu. On ne sent plus leur présence sur le terrain et ceci est le signe d’une bonne campagne maraichère.

    Situation des ressources pastorales : L’embonpoint des animaux est supérieur à une année normale grâce à la bonne pluviométrie qui a permis une bonne reconstitution du tapis herbacé ainsi qu’un excellent niveau de remplissage des mares rendant disponible l’eau pour le bétail. Néanmoins, des poches du faible pâturage existent, surtout dans le Wadi Fira où la paturage est très en dessous de la moyenne et de 2015.

    Selon l’Indice de Végétation Normalisé par la Différence (NDVI) de la deuxième décade d’octobre 2016, l’image d’anomalies de NDVI par rapport à la moyenne 2001-2010 laisse apparaitre des zones plus ou moins moyens (Figure 2). De régressions minimales de 5 - 10 pour cent (90-95) et 10 - 20 pour cent (80-90) sont visibles dans presque toutes les régions (surtout dans les régions du Nord du Lac, Kanem, Bar El Ghazal, Batha et Wadi Fira) de fois en alternances avec des zones d’excédents de 5 à 10 pour cent, aussi, plus visibles dans les régions du Nord ce qui indique des bonnes conditions fourragères et agricoles.

    Actuellement dans la zone sahélienne, les animaux font de courtes distances (300 à 400 m) après les maisons ou les villages pour trouver le bon pâturage et les eaux d’abreuvage contre des dizaines de kilomètres l’année passée (2015/2016). Les résidus des récoltes sont aussi disponibles, mais souvent les agro-éleveurs les récupèrent pour leur bétail.

    Mouvement de population : Le Lac Tchad continue d’enregistrer de réguliers mouvements de populations dont le chiffre est évalué à 131.765 déplacés en octobre selon l’OCHA, soit une hausse de 4 pour cent de septembre 2016.

    La région du Mayo Kebbi Est est une autre terre d’accueil de réfugiés et retournés en provenance du Cameroun et du Nigeria dont l’effectif total fourni par la Commission nationale d’accueil des réfugiés (CNAR) est de 3039 personnes en octobre. La principale cause des mouvements de populations constatées demeurent les bouleversements sécuritaires suite aux conflits perpétrés par Boko Haram.

    Marchés agricoles : La disponibilité et l’offre en produits alimentaires de base sur les marchés est supérieure comparativement à la normale, compte tenu des stocks résiduels et des stocks commerçants qui sont grandement renforcés par les nouvelles récoltes qui sont en cours.

    Le niveau actuel des prix des céréales est inférieur à la moyenne à cause des meilleures récoltes qui sont en cours. Cette baisse est observée même dans les zones de faible production habituelle (agro-pasteurs), parce que la présence des produits alimentaires manufacturés en provenance du Soudan et Libye allège la pression sur les céréales de base et conduit à la stabilité des prix. Par exemple, le prix du mil en octobre 2016 est inférieur de 11 pourcent à Abéché, 16 pourcent à Moundou, et 21 pourcent à Moussoro, comparés à la moyenne quinquennale.

    La crise économique que traverse le pays dont les premiers signes ont été perçus depuis fin 2015, a effectivement affecté le niveau de la demande sur les différents marchés et ne favorise pas l’accès facile des ménages urbains aux marchés pour l’acquisition de certains produits pour couvrir leurs besoins alimentaires de base.

    Marché à bétail : La fermeture des frontières nationales avec le Nigeria en raison de la crise sécuritaire a conduit à une hausse de l’offre d’animaux sur les marchés locaux. Une baisse des prix s’en est suivie car l’exportation du bétail à destination du Cameroun et du Nigeria est rendue presque impossible à cause des soucis sécuritaires liés à la secte Boko Haram. Par exemple, le prix d’un mouton moyen à Ati en octobre 2016 a baissé de 23 pourcent comparé à la moyenne quinquennale. Il en est de même pour Mongo (-34 pourcent), Moussoro (-26 pourcent), et Moundou (-20 pourcent) (Figure 3).

    La baisse des prix des animaux a conduit à la baisse du pouvoir d’achat des ménages pasteurs. Ces derniers sont donc confrontés à une réduction de leur accès aux produits agricoles malgré la bonne disponibilité locale de ces marchés bien approvisionnés en denrées agricoles.

    Situation nutritionnelle : La valeur médiane calculée à partir des résultats des enquêtes SMART réalisé en période post-récolte (2010, 2011, 2013, 2014 et 2015) reflète une situation nutritionnelle sérieuse habituellement avec des prévalences élevées de malnutrition aigues globale (MAG) qui se situent au-delà de 10 pour cent malgré la période de post-récolte. Similairement, les résultats d’enquête SMART, collectés durant le pic de la soudure (aout – septembre 2016), indiquent qu’au plan national, la prévalence de la MAG, mesurée par le MUAC, est estimée à 11,9 [IC 11,3-12,5] pour cent selon les normes de l’OMS 2006. Cette prévalence est au-dessus du seuil d’alerte de 10 pour cent fixé par l’OMS. Elle est statistiquement identique à celle de l’année dernière (11,7 pour cent [IC 10,9 - 12,5]), collecté en période de post-récolte. Quant à la prévalence de la Malnutrition Aiguë Sévère (MAS), elle a été estimée à 2,6 pour cette enquête de 2016 contre 2,8 pour cent en 2015.

    La prévalence de la MAG dépasse le seuil d’urgence de 15 pour cent fixé par l’OMS dans six régions. Il s’agit de l’Ennedi Ouest (23,3 pour cent), du Borkou (19,3), du Ouaddaï (16,9 pour cent), du Batha (16,6 pour cent), du Barh El Ghazel (16,1 pour cent) et de Salamat (15,6 pour cent). Néanmoins, ces prévalences sont statistiquement identiques aux valeurs médianes de ces régions des enquêtes SMART réalisé en période post-récolte (2010, 2011, 2013, 2014 et 2015) dans ces régions, donc la situation nutritionnelle reste stable par rapport aux années précédents malgré ces prévalences élevés.

    Selon les tranches d’âge, les enfants de 6 à 23 mois présentent une forte prévalence de malnutrition aiguë comparés à leurs ainés de 24 à 59 mois. En effet, la prévalence de MAG est de 15,8 pour cent chez les enfants de 6 à 23 mois contre 9,8 pour cent de la tranche d’âge 24 à 59 mois. La même tendance s’observe dans la plupart des régions. La désagrégation selon le sexe montre que les garçons (13,6 pour cent [IC 12,8 - 14,5]) sont plus affectés par la MAG que les filles (10,0 pour cent [9,3 - 10,8]).

    Cette enquête SMART a eu lieu pendant le pic de la soudure (août- septembre) et qu’actuellement en octobre avec les bonnes disponibilités alimentaires, il est fort probable qu’il y ait déjà des améliorations à cause de l’accès relativement facile à la nourriture et aussi à la diversité alimentaire.

    Situation alimentaire : Compte tenu des récoltes meilleures attendues, du bon niveau de stock céréalier des ménages comparé à une année normale et de conditions normaux de moyens d’existence, la plupart des ménages pauvres arrivent à couvrir leurs besoins alimentaires et non alimentaires (frais de scolarité/d’inscription, médicaments, etc.). Les sources de nourriture sont normales et les sources de revenu sont améliorées dans toutes les zones pastorales grâce au niveau de revenu issu de la main d’œuvre agricole qui est important (à l’exception du Lac), au bon embonpoint des animaux ainsi qu’au revenu des produits laitiers. A cet effet, toutes les zones à l’exception de ceux du Lac sont en situation Minimale (Phase 1 de l’IPC). Quant aux ménages du Lac, ils sont en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) du fait que l’assistance alimentaire en cours n’a pas été inclu dans l’analyse par insuffisance de données.

    Suppositions

    Le scénario le plus probable d’octobre 2016 à mai 2017 est basé sur les hypothèses suivantes au niveau national :

    Agro-climatologie: La pluviométrie en zone soudanienne pour le reste de la saison des pluies sera moyenne. Le calendrier de la fin de la saison dans la zone soudanienne sera normal jusqu’au début du mois de novembre.
    Les ennemis de culture: Dans la région du Guéra, les oiseaux granivores au niveau d’Abtouyour et du Bahr Signaka (Melfi) pourraient demeurer jusqu’à la fin des récoltes de sorgho (décembre 2016) et de berbéré (fin mars 2016).
    Les perspectives des récoltes: Compte tenu des cumuls pluviométriques excédentaires sur l’ensemble du territoire national et des dates de fin de saison tardives à normales, on peut s’attendre à une production agricole excédentaire avec des régions qui seront exceptionnelles comme le Sila et le Salamat. Les emblavures en berbéré vont être supérieures à celle de l’année dernière et à celle d’une année normale. Les récoltes de contre saison seront supérieures à la moyenne à cause des pluviométries excédentaires dans les régions de berbéré, du Lac et celles rizicoles. Grace à la bonne humidité du sol et l’abondance des eaux dans les mares et les bas-fonds, une longue campagne maraichère dans toutes les zones sera attendue.
    Les stocks et achats institutionnels : Selon l’Office Nationale de Sécurité Alimentaire (ONASA) et la Direction de la Production Agricole et des Statistiques (DPAS), les stocks résiduels des commerçants seront importants et seront renforcés par les nouvelles récoltes. Compte tenu de la production céréalière attendue qui sera globalement au-dessus de la moyenne, les besoins pour la reconstitution annuelle des stocks nationaux de sécurité alimentaire seront comme en année normale. Les achats institutionnels prévus vont être autour de 25.000 tonnes et pourraient avoir lieu entre décembre et mi - mars 2017.
    Les stocks des ménages: A partir d’octobre, les ménages vont pouvoir reconstituer leur stock avec les nouvelles récoltes céréalières issues de la campagne agropastorale 2016/2017 qui seront supérieures à la moyenne quinquennale dans la plupart des régions du pays. Les ménages disposeront des céréales (pour la majorité) jusqu’à l’apparition des prémices de la campagne 2017/2018. D’ailleurs cette période de soudure sera moins longue au vu des stocks présents selon l’ONASA.
    Disponibilité céréalière: L’offre en céréales sera supérieure comparée à la normale à cause du niveau des stocks qui sera supérieur à une année moyenne. A partir d’octobre 2016, les stocks des commerçants grossistes seront disponibles jusqu’à mai 2017 grâce à la nouvelle récolte. Les marchés seront approvisionnés normalement par les paysans et les commerçants grossistes jusqu’au moins mai 2017.
    Demande de céréales: La demande va baisser suite aux nouvelles récoltes d’octobre et sera en dessous de la normale jusqu’à mars 2017 à cause des bons niveaux de stock des ménages. A partir d’avril 2017, les stocks des ménages dans les zones structurellement déficitaires telles que BEG, Kanem, Wadi-Fira et dans la majeure partie de la bande sahélienne vont commencer à s’épuiser normalement et la consommation des ménages sera typique jusqu’à mai 2017. Ces derniers s’efforceront à dépendre du marché jusqu’à fin mai et au-delà comme en année normale.
    Revenus de la main d’œuvre agricole: Les revenus de la main d’œuvre seront supérieurs à la normale à cause des grandes superficies à récolter malgré la pression qui sera exercée sur l’offre par les réfugiés centrafricains et du Lac qui sont dispersés dans plusieurs régions du pays à l’exception du Lac, Kanem et BEG où des grandes concentrations des déplacés continueront la suroffre de la main d’œuvre et la forte baisse conséquente de revenus.
    La tendance des prix: Entre octobre et décembre, les prix connaitront une tendance baissière habituelle à cause des perspectives de bonnes récoltes attendues renforçant ainsi le stock résiduel qui est actuellement positif. Les prix des céréales seront stables entre janvier et février avec une tendance baissière de courte durée en mars en raison des récoltes de berbèré. Les mois d’avril et mai seront marqués par la réduction habituelle des stocks résiduels et la dépendance au marché des ménages. A cet effet, les prix des céréales connaitront une hausse jusqu’à la fin de la période de scénario (mai 2017) qui sera en dessous de la moyenne quinquennale. Les prix de bétail connaitront une baisse en dessous de la moyenne pendant toute la période de scénario (octobre à mai 2017) à cause de la fermeture des frontières avec le Nigeria, la plus grande destination d’exportation.
    La situation pastorale et les mouvements de bétail: Le tapis herbacé pourrait couvrir les besoins alimentaires du bétail jusqu’à avril 2017 à cause des excédents fourragers observés dans la plupart des zone pastorale et agro-pastorale. La forte disponibilité des pâturages entrainera un recours moins accru à l’aliment bétail dont les prix pourraient connaitre une baisse prématurée et atteindre des niveaux inférieurs à la moyenne, du fait de la demande faible. Les mares seront au fur et à mesure dépourvues en eau à partir du mois de mars comme d’habitude. Entre avril et mai, avec la rareté habituelle des pâturages (soudure pastorale), la situation pastorale va se dégrader. Les mouvements de bétail seront retardés à cause de la bonne disponibilité des ressources pastorales (eau et pâturage). Un long séjour des transhumants dans le Sahel et leur concentration dans certains endroits avec de bonne disponibilité fourragère tel que la bande située entre Massakory - Tourba et Karal est prévisible et pourrait provoquer la rupture précoce de pâturage dans ces zones de concentration pour les sédentaires.
    Revenu des produits de bétail: Le bon embonpoint des animaux lié aux excédents fourragers supérieurs à la moyenne se traduira par une légère hausse du prix de l’animal qui pourrait améliorer les revenus du bétail et des produits du bétail dans les zones agro-pastorales et de transhumance malgré que les prix de bétail resteront toujours en dessous de la moyenne. La disponibilité laitière et de beurre qui est une source d’alimentation et de revenus pour les ménages sera meilleure qu’en année normale jusqu’à fin mars.
    La situation sécuritaire liée à Boko Haram : L’insécurité à l’Ouest du Tchad continuera à affecter la sécurité alimentaire de personnes qui souffrent de perturbations de leurs moyens d’existence. Cette insécurité accrue couplée aux grandes opérations militaires au Lac Tchad pourrait retarder encore la reprise des échanges commerciaux entre le Tchad et le Nigeria à court terme. En plus, l’insécurité entraînera de nouveaux déplacements de populations et limitera des actions humanitaires qui pourraient renforcer les impacts négatifs sur les moyens d’existences des populations autochtones et sur les flux des exportations avec surtout des impacts dans les régions de Lac, BEG et Kanem.
    Les échanges commerciaux: Le conflit dans le nord du Nigeria continuera de perturber les flux commerciaux internes et frontaliers avec le Nigeria, Niger et Cameroun jusqu’à la fin de la période de scénario (mai 2017). La baisse persistante des flux du bétail vers le Nigeria maintiendra la détérioration des termes de l’échange des éleveurs ou commerçants exportateurs de bétail sur pied. Les flux commerciaux avec la Libye continueront à fonctionner au ralenti à cause de la guerre civile en Libye qui restent inquiétantes.
    Impacts de la dépréciation de la Naira nigériane : Le Naira est déprécié de plus de 40 pour cent depuis la mi-2016 et la tendance persistera suite à la décision de juin de la Banque Centrale du Nigéria de laisser flotter la devise selon les cours du marché après des mois de taux fixe. Cependant, au niveau des marchés tchadiens, la fermeture de la frontière avec le Nigeria empêchera que l’impact de la dépréciation soit ressenti de façon significative d’ici mai 2017.
    La crise économique: La crise économique au Tchad persistera avec des effets négatifs sur les activités génératrices de revenus et les transferts de migrants. Les zones qui en dépendent beaucoup telle que la région de BEG, du Kanem, d’Abtouyour (Gúera), et Kobé (Wadi Fira) connaitront des fortes baisses sur leurs revenus. En plus, les demandes en céréales s’affaibliront davantage. Grace aux bonnes récoltes, les prix des denrées baisseront continuellement facilitant ainsi leurs accès aux ménages pauvres et très pauvres. Des cas d’insécurité alimentaire aigue liés aux impacts sur les revenus à cause de la crise économique dans certaines zones urbaines et des zones les plus touchées par ces impacts pourraient être signalés entre janvier et mai 2017.
    Les sources de revenu et de nourriture : Les sources de revenu et de nourriture des ménages se comporteront comme en année typique entre octobre et janvier. Entre février et mai, la dépendance des ménages vis à vis des achats sur le marché sera légèrement au-dessus d’une année normale dans les zones déficitaires de la zone soudanienne (Tandjilé et Mayo Kebbi Est) à cause des séquences sèches vers la fin de la campagne qui affectent la production du riz, et modérément au-dessus dans une partie de la zone sahélienne (Kanem, Bahr El Gazel et Wadi Fira) qui est structurellement déficitaire et plus affectée par des déficits de leurs principales sources de revenus. La situation alimentaire des ménages pauvres dans les départements de Kobé (situé à l’extrême nord de la région de Wadi Fira), et d’Abtouyour (région du Guera) pourrait se détériorer pendant la deuxième période de scenario (à partir d’avril) à cause du faible niveau de stock dû à baisse de la production céréalière en dessous de la moyenne, de la baisse de transfert causée par la crise économique, et du faible pâturage dans le Wadi Fira qui affectera l’embonpoint des animaux. A cet effet, les ménages comptant sur leur propre production seront confrontés à une consommation alimentaire réduite en avril et mai 2017.
    Niveau d’assistance humanitaire: Les actions humanitaires (cash transfert, distribution des vivres, prises en charge nutritionnelle, vente des céréales à prix modérée, etc.) vont continuer normalement jusqu’à mai 2017 à l’exception de la région du Lac qui bénéficiera de plus d’assistance à cause de l’insécurité qui impacte les moyens d’existence. Néanmoins, l’insécurité dans cette zone empêchera l’accès humanitaire à certaines populations telles que celles isolées dans les îles du Lac.
    Evolution de la situation nutritionnelle: Malgré une valeur médiane de MAG des enquêtes SMART réalisé en période post-récolte (2010, 2011, 2013, 2014 et 2015) qui reflètent une situation nutritionnelle sérieuse habituellement dans une grande majorité des régions sahéliennes, la situation nutritionnelle s’améliorera davantage entre octobre 2016 et mai 2017 grâce à la bonne disponibilité des sources alimentaires issues des récoltes supérieures à la moyenne en cours.
    Résultats les plus probables de la sécurité alimentaire

    La situation alimentaire des ménages pauvres qui étaient en Crise (Phase 3 de l’IPC) jusqu’à septembre 2016, sera nettement améliorée avec la consommation des nouvelles récoltes en cours, meilleures qu’en année normale, des légumes sauvages, des produits de cueillette, et des produits laitiers. Les revenus seront aussi favorisés par les opportunités de la main d’œuvre agricole en cette période de grande récolte, la vente de paille, de bois de chauffe, des légumes sauvages et des produits de cueillette. Les stocks favorables des ménages permettront de couvrir les besoins jusqu’en mai 2017 pour la grande majorité des ménages dans la bande soudanienne et en avril pour ceux de la bande sahélienne. La plupart des ménages pauvres n’auront pas des difficultés pour leur consommation alimentaire jusqu’à mai 2017 et la plupart des zones sera en situation Minimale (Phase 1 de l’IPC). A cause des fortes perturbations des moyens d’existence par le conflit, la zone du Lac sera en Stress (Phase 2 de l’IPC) entre octobre 2016 et janvier 2017.

    Entre février et mai, suite à la forte pression des déplacés et réfugiés sur la population autochtone en termes de partage des ressources dans la région de Lac et la continuation des perturbations des moyens d’existence, cette zone basculera en Crise (Phase 3 de l’IPC). Le niveau des stocks céréaliers des ménages des deux régions du Kanem et de Bahr El Ghazal, puis des deux départements, de Kobé et d’Abtouyour, qui sont des zones déficitaires, va commencer à s’épuiser à partir du mois de mars comme en année normale. A partir du mois d’avril, les ménages dépendront du marché et auront des difficultés dans leur consommation alimentaire compte tenu des baisses de leurs principales sources de revenus comme les ventes de bétails vu la non-exportation au Nigeria et les transferts d’argent des migrants. La crise économique que connait le Tchad va certainement réduire le transfert d’agent auquel dépendent la plupart des ménages pauvres. En plus, BEG et Kanem verront le revenu de la main d’œuvre très réduits à cause de l’afflux de la main d’œuvre des zones de conflit vers le Lac inondant le marché de l’emploi et réduisant le coût journalier de près de la moitié. A cet effet, les ménages des deux régions et des deux départements seront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) en avril et mai.


    0 0

    Source: African Union
    Country: Cameroon

    Limbe, 31 October 2016: The African Union Commission (AUC) Department of Political Affairs through its Democracy and Electoral Assistance Unit has commenced a five-day Capacity Building Training program in French for Elections Cameroon (ELECAM) in Limbe, using the BRIDGE (Building Resources in Democracy, Governance and Elections) curriculum.

    The training forms part of the AUC’s program of follow-up on recommendations of the African Union election observation missions, and aims to help Member States implement recommendations through capacity building and electoral reforms. The objective of the training in Cameroon is to enhance the capacity of Election Cameroon’s members and staff. Some of the topics to be covered during the 5-day training are: Electoral Administration, Strategic and Financial Planning, Civic and Voter Education, among others. This is the second training that the AU is organizing in Cameroon in two years – the first in English took place in Kribi in November 2014 and targeted ELECAM members and senior-level staff.

    In his opening remarks, Mr Guy Cyrille Tapoko, Acting Head of Democracy and Electoral Assistance Unit (DEAU), expressed the AUC’s commitment to support Elections Cameroon to enhance their capacities in anticipation of the upcoming elections. Mr Tapoko reiterated the need for all election management bodies in Africa to build their capacities to effectively and professionally manage elections to further enhance democratic consolidation. He also emphasized the need for ELECAM to provide opportunity for trainees to use their skills in order to ensure that the training has far reaching impact and achieve its intended objectives.

    On his part, ELECAM President, Dr Samuel Fonkam Azu’u, expressed profound gratitude to the African Union for the continuous support to Elections Cameroon. He also commend the meaningful partnership between the Political Affairs Department of the African Union Commission, acting through its Democracy and Electoral Assistance Unit, for the assistance that has been unremittingly afforded to Elections Cameroon. Dr Fonkam further called on participants to show dedication and commitment during the course and used their skills to help entrench democracy in the Republic of Cameroon.

    The training which begun today will end on Friday, 04 November 2016.

    For more information, contact:

    Guy Cyrille Tapoko: tapokog@africa-union.org
    Democracy and Electoral Assistance Unit
    Department of Political Affairs
    African Union Commission


older | 1 | .... | 625 | 626 | (Page 627) | 628 | 629 | .... | 728 | newer