Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 204 | 205 | (Page 206) | 207 | 208 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies
    Country: Burkina Faso, Cape Verde, Chad, Gambia, Guinea, Guinea-Bissau, Mali, Mauritania, Niger, Senegal
    preview


    1. Executive Summary

    The Sahel Regional Representation, based in Senegal, supports National Societies in ten countries: Burkina Faso, Cape Verde, Chad, Gambia, Guinea Bissau, Guinea, Mali, Mauritania, Niger and Senegal. It is part of the larger IFRC secretariat presence in the Africa Zone and reports to the Africa Zone Office.

    Technical support in disaster management encompasses the entire cycle, including hazards/risk mapping, early warning, contingency planning, disaster risk management, development of tools and standard operating procedures, dissemination of policies, standards and guidelines. Promotion of disaster risk reduction includes integration of Disaster risk reduction (DRR) into other programming and climate change adaptation.

    A process of technical accompaniment will be used that supports National Societies (NS) in understanding the key challenges they face and in self-identifying the key actions needed to deliver quality community impact at scale or to be ready to implement effective and efficient quality health emergency and disaster responses. National Societies will therefore be supported with ongoing technical support in the implementation of their action plans over the next four years.

    National disaster preparedness response mechanism, national disaster response team system and the regional disaster response team system continue to be of great importance in providing emergency health and disaster response capacity during operations and there will continue to be a regional focus on supporting and strengthening these.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Malawi
    preview


    Maize, rice, and cassava are the most important food commodities. Markets selected represent the entire geographic length of the country: two markets in each of the north, center, and south. In the north, Karonga is one of the most active markets in maize and rice and is influenced by informal cross-border trade with Tanzania. Mzimba is a major maize producing area in the northern region. Salima, in the center along the lake, is an important market where some of the fishing populations are almost entirely dependent on the market for staple cereals. Mitundu is a very busy peri-urban market in Lilongwe. In the south, the Lunzu market is the main supplier of food commodities such as maize and rice for Blantyre. The Bangula market in Nsanje district was chosen to represent the Lower Shire area, covering Chikwawa and Nsanje districts.


    0 0

    Source: Médecins Sans Frontières
    Country: Niger

    Côme Niyomgabo, a 40-year-old Burundian, recently finished a nine-month mission coordinating the Doctors Without Borders/Médecins Sans Frontières (MSF) project to reduce child mortality in Bouza, in Niger’s Tahoua district. He discusses his experience in this interview.

    What is the situation in Bouza at present?

    We have just lived through the most difficult time of the year: the hunger gap [period between harvests, where food stocks are low] and a time of high prevalence of malaria due to the rainy season. The interval between June and October is in fact a critical period for young children. Since the beginning of November, the number of children being admitted has decreased: the most difficult period is about to end.

    However, it is a chronic crisis coming back year after year after year, which is the reason why we are already getting ready for the next peak. Based on our experience, we know that anticipation is an important factor; we need a well-trained team ready to intervene. Precisely in Bouza, a very rural area, the lack of qualified human resources poses a real challenge, as does access to health facilities. Villages are often remote and during the rainy season roads are usually impracticable.

    What are the main activities carried out in the project in the past few months?

    Two of the main causes of child mortality in Niger are malaria and malnutrition. During the most critical months, we have tried to make quality treatment available to sick children at the earliest possible time. In Bouza, the health system depends on health posts called "cases de santé," where there is a health agent whose medical training is very basic. Then there are integrated health centers suffering from a chronic scarcity of qualified nursing staff, along wtih the district hospital located in Bouza town.

    In 2013, in many places [in Niger], MSF carried out a program known as PECADOM, consisting of getting as close as possible to the patient using simplified tools to diagnose and treat malaria as well as other childhood diseases. Furthermore, “malaria agents” were trained to work in remote villages and cases de santé were reinforced. This should help to detect early malaria cases, treat simple cases, and refer the complicated ones.

    We have also started seasonal malaria chemoprevention, consisting of giving children between three months and five years [of age] medication once a month to prevent malaria. This is spread over the four months where malaria transmission is highest, from July to October. The children concerned are much more likely not to develop malaria or to develop a milder form of the disease. This strategy has been well received by the population.

    The number of children treated has increased from one round to another; the next ones will visibly spread across the most remote villages. Today, when we discuss it with the population in each area, people confirm that the number of cases as well as the number of admissions have decreased.

    How does MSF involve the community in the project?

    We carry out a lot of awareness-raising activities amongst the community. Our teams work with 140 volunteers in the villages who convey messages about malnutrition, malaria, what to do when a child is sick, etc. The role of these volunteers is very important to gain access to the population and to spread the messages.

    We have also defined a strategy known as mamans lumière (mother light), addressed to children at risk of contracting severe acute malnutrition. The mothers of these children become part of a group of mothers trained by MSF, who explain to them how to prepare the food so as to make the most of it and thus cover their children’s nutritional needs. Mothers bring their own foods, cook them together, and then feed their children.

    This strategy involves the community in malnutrition prevention and treatment, integrating respect for their community and culture. Different decision-makers and traditional or religious leaders also collaborate in community mobilization activities.

    Can you summarize your experience in Bouza through an image or a story?

    One day, during a supervision round together with the Ministry of Health’s doctor in charge, we visited one of the most remote cases de santé within the district. When the health agent responsible for the small facility opened the door, the room was dirty, squalid, and untidy.

    I expected an immediate reaction from the doctor in charge, but he remained silent, which surprised me. Once outside, he told me: “If I tell him this is unacceptable, he will leave and find work somewhere else. There is an important lack of staff . . . and people here will no longer have access to health.”

    He gave him some recommendations and, from our part, we requested our nurse-supervisor give him support and provide training and closer supervision. The situation improved greatly from then on. This example served as a model to motivate other agents to improve the situation in their cases de santé. In the end, we managed to bring about a very positive change.

    This proves that when we really try and make the effort we can make a difference changing things for the better, and in a very fast way. Seeing children arrive seriously ill due to malnutrition or other pathologies and later witnessing their rapid recovery and watching them smile at their mothers . . . that is probably the most deeply ingrained image that I will most likely keep of my experience here.


    0 0
  • 01/22/14--17:44: Mali: Drops of Hope
  • Source: Islamic Relief
    Country: Mali

    In Mali, lack of water impacts every aspect of life: crops cannot grow, so children drop out of school to work and buy food; pregnant women and new mothers cannot receive adequate healthcare without clean water. Islamic Relief is building sustainable water sources to change all of that - for good.

    In landlocked Mali, access to water is a constant concern. A harsh and unpredictable climate, frequently wracked by drought – not to mention the added difficulty of internal conflict – leaves families in constant fear of hunger, if the rains don’t fall and their crops can’t grow.

    To make matters worse, some of the farming methods used are destroying the natural ecosystem of the region, depleting sources of water and fertile land. Children are forced to drop out of school and work, just to help meet their families’ basic needs.

    In Mali’s south-western Koulikoro region, Islamic Relief is working in seven villages to turn this around.

    We have built sustainable water sources, like micro-dams which collect and store rainwater during the wet months, so that it can be used throughout droughts and dry spells. We have trained farmers in farming techniques which suit the land and climate, so that water can be used efficiently to grow crops and produce food.

    Women are often the hardest-hit by water shortages – in Africa, women walk an average of 6km to fetch clean water. Islamic Relief set up new water distribution networks in rural maternity centres, along with the solar power supplies we installed in a previous project. Now, pregnant women and mothers can access clean water when they and their children’s health most depends on it.

    Islamic Relief in Mali

    Islamic Relief has worked in Mali since 1997, helping victims of the country’s civil war recover from devastating conflict. We work in areas of sustainable development including water, education, community empowerment and child welfare. We also respond with life-saving emergency relief when disaster strikes, providing food aid in the wake of droughts and hunger crises.

    Water Solutions

    Access to clean water is a cornerstone of life, and without it, fighting poverty is extremely difficult. Islamic Relief works to provide long-term access to clean water around the world, using innovative and sustainable methods tailored to the region. From rainwater catchment systems to micro-dams, we don’t keep digging wells in areas where they keep failing – we find a water solution to fit.


    0 0

    Source: Médecins Sans Frontières
    Country: Niger

    Côme Niyomgabo, 40 ans, est Burundais. Pendant neuf mois, il a été le coordinateur du projet MSF visant à réduire la mortalité infantile à Bouza, dans la région de Tahoua, au Niger. Il partage son expérience.

    Quelle est actuellement la situation à Bouza ?

    « Nous venons de vivre le moment le plus difficile de l’année à savoir la période de soudure agricole, qui s'accompagne généralement d'une pénurie alimentaire et d'une forte prévalence du paludisme due à la saison des pluies.

    L’intervalle entre juin et octobre est en effet une période critique pour les jeunes enfants. Depuis le début du mois de novembre, le nombre d’enfants hospitalisés diminue : la période la plus difficile touche à sa fin.

    Néanmoins, il s’agit d’une crise chronique qui revient chaque année, c’est pourquoi nous nous préparons déjà pour le prochain pic. D’expérience, nous savons que l’anticipation est un facteur important : nous avons besoin d’une équipe bien formée et prête à intervenir.

    A Bouza, une zone très rurale, le manque de ressources humaines qualifiées est un véritable défi, de même que l’accès aux structures de santé. Les villages sont souvent éloignés et durant la saison des pluies les pistes sont souvent impraticables.

    Quelles ont été nos principales activités sur ce projet ces derniers mois ?

    Deux des principales causes de mortalité infantile au Niger sont le paludisme et la malnutrition. Durant les mois les plus critiques, nous avons tenté d'offrir, le plus tôt possible, un traitement de qualité aux enfants malades.

    A Bouza, le système de santé s’appuie sur des postes sanitaires appelés « cases de santé », où travaille un agent ayant une formation sanitaire de base ; viennent ensuite les centres de santé intégrés, qui souffrent malheureusement d’une absence chronique de personnel infirmier qualifié ; enfin, l’hôpital de district qui se situe dans la ville de Bouza.

    En 2013, MSF a mis en œuvre dans plusieurs zones un programme connu sous le nom de PECADom qui consiste à se rapprocher le plus possible du malade en utilisant des outils simplifiés pour le diagnostic et le traitement du paludisme et d’autres pathologies infantiles. Ainsi, des « agents paludisme » ont été formés pour travailler dans les villages éloignés et les capacités des cases de sSanté ont été renforcées. L'objectif est de permettre la détection des cas de paludisme à un stade précoce, de traiter les cas simples et de référer les cas compliqués.

    Nous avons également mis en œuvre la chimioprévention du paludisme saisonnier qui consiste à donner, une fois par mois, aux enfants âgés de 3 mois à 5 ans, un traitement médicamenteux pour prévenir le paludisme. Celle-ci s’étale sur les quatre mois où la transmission du paludisme est la plus élevée, c’est-à-dire de juillet à octobre.

    Les enfants concernés ont beaucoup plus de chances de ne pas contracter le paludisme ou alors de développer une forme atténuée, donc moins grave, de la maladie. Cette stratégie a été bien accueillie par la population. À chaque nouveau passage, de plus en plus d’enfants venaient, la nouvelle se propageant visiblement jusqu’aux villages les plus reculés. Aujourd’hui, lorsqu’on discute avec la population de cette zone, les habitants nous confirment que le nombre de cas a été bien moins important, de même que le nombre d'hospitalisations.

    Comment MSF implique-t-elle la communauté dans ce projet ?

    Nous menons beaucoup d’activités de sensibilisation auprès des communautés. Nos équipes travaillent avec 140 volontaires qui, dans les villages, transmettent des messages sur l’hygiène, la prévention de la malnutrition, le paludisme, la marche à suivre quand l’enfant est malade etc. Le rôle de ces volontaires est très important pour avoir accès à la population et pour bien faire passer ces messages.

    Nous avons également mis en œuvre une stratégie connue sous le nom de « mamans lumière » qui s’adresse aux enfants à risque de basculer dans la malnutrition aiguë sévère. Les mères de ces enfants font partie d’un groupe plus large de mamans. Elles ont été formées par MSF et expliquent comment préparer la nourriture pour en tirer le maximum de bénéfices et couvrir ainsi les besoins nutritionnels de leur enfant. Les mères apportent leurs propres aliments, cuisinent ensemble et donnent ensuite à manger aux enfants. C’est une stratégie qui associe la communauté à la prévention et à la prise en charge de la malnutrition, tout en intégrant des facteurs communautaires et culturels.

    Des leaders communautaires collaborent également à nos activités de mobilisation et de sensibilisation.

    Quelle image ou histoire pourrait résumer votre expérience à Bouza ?

    Un jour, lors d’une supervision conjointe avec le médecin-chef, nous avons visité une des cases de santé les plus éloignées du district où les qualités d'accueil et de soin n'étaient pas optimales. Nous avons fait une série de recommandations à l'agent de santé et avons demandé à notre infirmier-superviseur de lui apporter un soutien particulier, des formations et une supervision rapprochée. La situation s’est ensuite nettement améliorée. Cet exemple a été partagé et a encouragé d’autres agents à améliorer l'accueil dans leurs cases de santé. Au final, nous avons obtenu un changement très positif.

    Cela montre que lorsqu’on s’investit, on peut vraiment faire évoluer les choses positivement et ce de manière rapide. Voir des enfants arriver chez nous dans un état de santé très détérioré, du fait de la malnutrition grave ou d´autres pathologies, puis les voir se rétablir rapidement, les mamans sourire à nouveau... C’est probablement l’image la plus forte que je retiendrai de mon expérience ici. »


    0 0

    Source: Islamic Relief
    Country: Mali

    Thousands of vulnerable Malians are able to break out of aid dependency, thanks to an Islamic Relief project that is rebuilding the economy of one of Mali’s poorest areas.

    More than 46 per cent of Mali’s population live below the national poverty line in a country characterised by swathes of barren land, drought, and recent conflict in the north. According to the World Food Programme, three out of four families in the northern regions are moderately or severely food insecure. The figure is expected to rise as displaced people begin to return to their homes in the north.

    It is thought that between 1.3 million to 1.5 million people will continue to need food assistance into 2014.

    In Mali’s northern Timbuktu region, a three-year Islamic Relief project has been supporting communities in the remote Gourma Rharous Cercle. Before the project, malnourishment affected over 44 per cent of local people as the area – which was hit hard by drought and locust infestation - struggled to produce enough food.

    Seven villages and two nomadic settlements in the Serere commune received support to build livelihoods – so people can earn a living and feed their families.

    Environmental protection was high on the agenda. Ten thousand trees were planted, and natural fertiliser used to prevent nutrients leaching from the land. Around 120 hectares of land was irrigated so rice, sorghum and animal fodder could be grown.

    Communities were also shown how to conserve and bank cereals – which are particularly scarce in the commune – and we helped to set up small gardening plots to supplement the food needs of local people.

    Beneficiaries received small loans, enabling them to set up small enterprises from which they can earn a decent living. Small farmers received efficient seeds and equipment. They also learned how to decrease vulnerability to drought with environmentally-friendly agricultural techniques.

    Over 5,600 people are directly benefitting from the Islamic Relief project, which has recently been completed.


    0 0

    Source: Agency for Technical Cooperation and Development
    Country: Chad

    [ACTED News] - 2013 a été une année de mauvaise récolte au Tchad. Cette année, les familles seront à court de réserves dès le mois de février 2014, soit trois mois plus tôt qu’en année de bonnes récoltes.

    ACTED identifie actuellement 6000 foyers qui bénéficieront dès le mois prochain de trois mois d’appui alimentaire, en menant des enquêtes de vulnérabilité pour connaitre les situations économiques et alimentaires de ces familles.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Mali

    CS/11259 Conseil de sécurité 7099e séance – matin

    Il prie de nouveau le Secrétaire général d’œuvrer rapidement à la mise en œuvre effective de la Stratégie intégrée de l’ONU pour le Sahel

    Préoccupé par la fragilité des conditions de sécurité dans le nord du Mali et la réorganisation des terroristes et d’autres groupes armés, le Conseil de sécurité a, ce matin, demandé instamment à toutes les parties concernées de coopérer pleinement au déploiement et aux activités de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

    Dans une déclaration présidentielle, lue par son Président pour le mois de janvier, M. Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein, de la Jordanie, le Conseil renouvelle son appel en faveur d’un processus de négociation inclusif et crédible, ouvert à toutes les communautés du nord du Mali.

    Il demande à tous les signataires de l’Accord préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013, ainsi qu’aux groupes armés du nord du Mali qui ont rompu tous liens avec des organisations terroristes de respecter sans conditions les dispositions de l’Accord.

    Préoccupé par « la situation alarmante dans la région du Sahel », il prie de nouveau le Secrétaire général d’œuvrer rapidement à la mise en œuvre effective de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.

    S’agissant des mesures de satisfaction, le Conseil se réjouit du succès des élections législatives des 24 novembre et 15 décembre 2013 -après la réussite de l’élection présidentielle en juillet et août 2013- qui marque une nouvelle étape vers le rétablissement de la gouvernance démocratique et le retour intégral de l’ordre constitutionnel au Mali.

    Dans ce contexte, il demande à la communauté internationale de continuer d’aider le peuple et le Gouvernement maliens à réaliser durablement la paix, la stabilité et la réconciliation au Mali, ainsi qu’à assurer le développement du pays.

    LA SITUATION AU MALI

    Déclaration présidentielle

    Le Conseil de sécurité réaffirme son ferme attachement à la souveraineté et à l’intégrité territoriale du Mali.

    Le Conseil se réjouit du bon déroulement des élections législatives qui se sont tenues de façon pacifique et transparente les 24 novembre et 15 décembre 2013 et tient à en féliciter les autorités et le peuple maliens. Il salue les efforts déployés à l’appui du processus électoral par les observateurs nationaux et internationaux et par les partenaires bilatéraux et internationaux. Il remercie la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) de l’appui qu’elle a prêté dans les domaines de la sécurité et de la logistique au cours du processus électoral. Il souligne qu’après la réussite de l’élection présidentielle en juillet et août 2013, la tenue des élections législatives marque une nouvelle étape vers le rétablissement de la gouvernance démocratique et le retour intégral de l’ordre constitutionnel au Mali.

    Le Conseil félicite le Gouvernement malien de l’initiative qu’il a prise de lancer une série de consultations nationales sur la situation dans le nord du pays en vue de promouvoir la bonne gouvernance, la réforme des institutions et le développement économique et social et de renforcer l’unité et la sécurité nationales. Il l’encourage à continuer d’agir afin de consolider la stabilité, de promouvoir le dialogue national ouvert à tous et la réconciliation et d’assurer la cohésion sociale. Il souligne la nécessité de s’attaquer aux causes profondes des crises répétées qu’a connues le Mali, notamment aux problèmes qui se posent dans les domaines de la gouvernance, de la sécurité, du développement et de l’action humanitaire, et de tirer les enseignements des accords de paix.

    Le Conseil renouvelle son appel en faveur d’un processus de négociation inclusif et crédible, ouvert à toutes les communautés du nord du Mali, en vue de parvenir à un règlement politique durable de la crise et d’instaurer la paix et la stabilité à long terme dans l’ensemble du pays, dans le respect de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de l’État malien. Il accorde son plein appui au Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, chargé d’user de ses bons offices, en coordination étroite avec la communauté internationale, en vue du rétablissement de la paix et de la sécurité sur l’ensemble du territoire national malien, dans le cadre d’un accord global mettant fin à la crise.

    Le Conseil rappelle sa résolution 2100 (2013) et, à cet égard, demande à tous les signataires de l’Accord préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013, ainsi qu’aux groupes armés du nord du Mali qui ont rompu tous liens avec des organisations terroristes et se sont engagés à respecter sans conditions les dispositions de l’Accord, d’appliquer celles-ci intégralement et sans attendre, notamment en ce qui concerne le cantonnement des groupes armés, le rétablissement de l’administration de l’État dans tout le pays et la tenue urgente de pourparlers de paix ouverts à tous et crédibles.

    Le Conseil exige à nouveau que les groupes armés au Mali déposent les armes et rejettent le recours à la violence. Il demande à toutes les parties maliennes intéressées d’adopter d’un commun accord des mesures positives pour faciliter le cantonnement des groupes armés, ce qui constitue une étape indispensable d’un processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) efficace, dans le cadre d’un règlement de paix global. Le Conseil réaffirme son soutien à l’action de la MINUSMA en faveur du renforcement des processus susmentionnés.

    Le Conseil souligne qu’il faut garantir pleinement et effectivement, à un stade précoce de la phase de stabilisation, l’égalité de participation et de représentation des femmes à tous les niveaux, notamment en ce qui concerne leur participation à la réforme du secteur de la sécurité et aux opérations de désarmement, de démobilisation et de réinsertion, ainsi qu’au dialogue politique national et aux consultations électorales.

    Le Conseil se déclare préoccupé par les conditions de sécurité qui sont fragiles dans le nord du Mali, notant à cet égard les faits récents ayant révélé que les terroristes et d’autres groupes armés se réorganisaient et avaient en partie rétabli leur capacité d’opérer. Il souligne que le Gouvernement malien est responsable au premier chef d’assurer la stabilité et la sécurité sur l’ensemble du territoire du Mali. Il insiste sur le fait qu’il importe de procéder sans plus attendre au déploiement opérationnel complet de la MINUSMA afin de sécuriser les principales agglomérations et de protéger les civils, y compris les femmes et les enfants, tout particulièrement dans le nord du Mali, et de continuer d’aider à rétablir l’autorité de l’État dans l’ensemble du pays, ainsi qu’à promouvoir l’état de droit et la protection des droits de l’homme. Il engage tous les États Membres à appuyer l’achèvement à bref délai du déploiement de la MINUSMA. Il demande instamment à toutes les parties au Mali de coopérer pleinement au déploiement et aux activités de la MINUSMA, notamment en assurant la sûreté et la sécurité de celle-ci.

    Le Conseil prend note de l’enquête ouverte par les autorités judiciaires maliennes visant des militaires, dont le général Amadou Haya Sanogo, et concernant des violences commises en 2012. Il souligne que le maintien de la tutelle et du contrôle civils sur les Forces de défense et de sécurité maliennes est un élément indispensable de la réforme globale du secteur de la sécurité et salue à cet égard la contribution des donateurs internationaux, notamment celle qu’apporte l’Union européenne (UE) par la voie de sa mission relevant de la politique de sécurité et de défense commune (EUTM Mali).

    Le Conseil rappelle que les auteurs de violations du droit international humanitaire et d’infractions ou d’atteintes au droit des droits de l’homme doivent répondre de leurs actes et, à cet égard, engage le Gouvernement malien à mener des enquêtes sur de tels actes et à traduire rapidement leurs auteurs en justice, ainsi qu’à continuer de coopérer avec la Cour pénale internationale. Il condamne énergiquement les violences sexuelles liées au conflit armé commises au Mali, notamment contre des enfants, salue l’action que déploie le Gouvernement malien pour que les affaires de violences sexuelles liées au conflit soient instruites en priorité et l’encourage à s’efforcer d’accélérer le retour des autorités judiciaires dans le nord.

    Tout en notant que des milliers de réfugiés et de personnes déplacées sont retournés dans leur région d’origine, le Conseil félicite le Gouvernement malien des efforts qu’il déploie pour régler les problèmes humanitaires et lui demande d’apporter des solutions durables à la situation des réfugiés et des personnes déplacées, notamment en créant des conditions propices à leur retour librement consenti, sûr, digne et durable. Le Conseil reste gravement préoccupé par l’ampleur de la crise alimentaire et demande à la communauté internationale d’accroître encore son aide aux populations touchées, en particulier les femmes et les enfants, et de combler le déficit accusé dans le financement de l’Appel global pour le Mali.

    Le Conseil salue les efforts déployés par la communauté internationale ainsi que par le Gouvernement malien dans le cadre des engagements mutuels pris à la Conférence « Ensemble pour le renouveau du Mali », tenue à Bruxelles le 15 mai 2013. Il demande à tous les organismes intéressés des Nations Unies et à la communauté internationale de renforcer leur soutien aux efforts que déploie le Gouvernement pour mettre en œuvre ses plans de développement économique et social, notamment en prêtant leur appui à la prestation de services essentiels à la population, en particulier dans le nord du Mali.

    Le Conseil demande à la communauté internationale de continuer d’aider le peuple et le Gouvernement maliens à réaliser durablement la paix, la stabilité et la réconciliation au Mali, ainsi qu’à assurer le développement du pays.

    Le Conseil exprime de nouveau la préoccupation que ne cesse de lui inspirer la situation alarmante dans la région du Sahel et réaffirme sa volonté indéfectible de s’attaquer aux problèmes complexes d’ordre sécuritaire et politique de la région, qui sont liés aux enjeux humanitaires et aux questions de développement. À cet égard, il prie de nouveau le Secrétaire général d’œuvrer rapidement à la mise en œuvre effective de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.

    • *** *

    À l’intention des organes d’information • Document non officiel


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali
    preview


    Millet, rice, and sorghum constitute the basic staple foods for the majority of the Malian population. Millet has traditionally been the most widely consumed, but since 2005 rice has become a popular substitute in urban households. Sorghum is generally more important for rural than urban households. Markets included are indicative of local conditions within their respective regions. Ségou is one of the most important markets for both the country and region because it is located in a very large grain production area. Bamako, the capital and largest urban center in the country, functions as an assembly market. It receives cereals from Koulikoro, Ségou, and Sikasso for consumption and also acts as an assembly market for trade with the northern regions of the country (Kayes and Koulikoro) and Mauritania. Markets in the deficit areas of the country (Timbuktu and Gao) receive their supplies of millet and rice from Mopti, Ségou and Sikasso.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Central African Republic, Chad

    Plus de 40 000 personnes ont passé la frontière tchadienne pour fuir les violences en République Centrafricaine. La plupart sont d’origine tchadienne mais ont quitté leur pays depuis si longtemps qu’ils n’y ont plus d’attaches. Le PAM a réagi rapidement pour apporter à ces populations regroupées dans des camps de transit une assistance alimentaire vitale.

    Loyse Tabin

    N’Djamena – Des dizaines de milliers de personnes fuyant les violences en Centrafrique ont passé depuis début décembre la frontière Tchadienne. Parmi eux de nombreux tchadiens qui ont reçu une aide au retour de leur gouvernement et reçoivent une assistance alimentaire du PAM.

    Quelque 41 000 personnes sont arrivées au Tchad depuis le 24 décembre, et d’autres continuent à passer la frontière chaque jour. Au moins 8 personnes sur 10 sont des femmes et des enfants. Des centres de transit ont été ouverts pour accueillir ces personnes avant qu’elles puissent retourner dans leurs villages d’origines, répartis dans tout le pays.

    Partis souvent du Tchad depuis de longues années, ces migrants n’ont plus de contact sur place et ne bénéficient pas de réseaux d’entre-aide.

    Le 3 janvier 2014, le gouvernement tchadien a lancé un appel officiel à la communauté internationale et aux humanitaires pour apporter une assistance à ces personnes.

    Le 21 janvier, le PAM a commencé à distribuer des rations alimentaires pour une semaine à plus de 20 000 personnes dans les camps de transit le long de la frontière. Dans les jours suivants, le PAM va distribuer encore 65 tonnes de nourriture, soit des rations pour 23 000 personnes.

    Des biscuits à haute valeur énergétique transportés par voies aériennes puis par route sont en cours d’acheminement. Ces biscuits sont utilisés dans les situations d’urgence lorsque peu ou pas de matériel de cuisine est disponible sur place. Ces biscuits, qui peuvent se consommer tel quels ou être émiettés et transformés en bouillie pour les enfants ou les personnes âgées. Ils sont riches en protéine et sont un moyen rapide d’améliorer l’état nutritionnel.

    Le PAM conduit actuellement une étude de marchés pour s’assurer de la possibilité d’apporter une assistance en utilisant des transferts d’argent ou des bons d’achats. Si les marchés locaux sont suffisamment achalandés, cette modalité d’assistance, peu coûteuse, permet aux bénéficiaires d’acheter leur nourriture et de choisir les aliments qu’ils veulent consommer.

    Le PAM au Tchad apporte une assistance alimentaire à quelque 70 000 réfugiés de Centrafrique dans le sud du pays, qui sont là depuis 2003.

    Le nombre de personnes arrivant de Centrafrique augmente chaque jour et pourrait atteindre jusqu’à 150 000 personnes, qui auront toutes besoin d’une assistance alimentaire. La saison de soudure (entre deux récoltes) qui devrait cette année commencer plus tôt (en février ou mars au lieu d’avril) et durer plus longtemps, va aggraver la situation dans les régions déjà en insécurité alimentaire.

    « Nous avons besoin que toute la communauté humanitaire, les agences de Nations Unies, les ONG et les donateurs, travaillent ensemble pour apporter une assistance à ces personnes », plaide Lauren Landis, directrice du PAM pour le Tchad, juste après une visite dans les camps de transit au sud du pays. « Sans une assistance immédiate, la situation pourrait rapidement se détériorer et conduire à des taux alarmants de malnutrition », ajoute-t-elle.

    Afin d’apporter une assistance adéquate à ces personnes, le PAM Tchad a besoin de 16,5 millions de dollars pour couvrir les besoins dans les six prochains mois.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    01/24/2014 22:30 GMT

    Par Dominique CHABROL, Mathieu RABECHAULT

    WASHINGTON, 24 janvier 2014 (AFP) - La France a entrepris de réorganiser son dispositif militaire au Sahel autour de quatre pôles principaux, pour renforcer l'efficacité de ses forces dans la lutte contre les groupes jihadistes qui opèrent dans cette zone immense.

    Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a présenté vendredi à Washington ce nouveau dispositif à son homologue américain Chuck Hagel, le partenariat avec les Etats-Unis en Afrique étant jugé "tout à fait indispensable".

    L'opération Serval au Mali a permis de porter des coups très durs aux islamistes armés qui contrôlaient le nord du pays. Mais l'intervention française a aussi provoqué la dispersion de milliers de combattants dans la zone sahélienne, notamment dans le sud de la Libye devenue une "zone grise", qui échappe à tout contrôle, et le lieu de tous les trafics.

    Pour M. Le Drian, le redéploiement français doit notamment servir à se "prémunir demain contre le risque d'un chaos libyen".

    "Le danger d'une recomposition des groupes islamistes existe, même s'il n'est pas encore avéré. Il faut contenir cette menace, continuer d'exercer une pression suffisante pour l'empêcher de se développer", souligne un responsable du ministère de la Défense. Paris a donc décidé de rapprocher son dispositif de la zone où ses forces sont le plus susceptibles d'intervenir. C'est-à-dire essentiellement dans le nord du Mali, du Niger et du Tchad voisins.

    Le nouveau dispositif devrait maintenir environ 3.000 hommes dans la zone, au moment où la France est au contraire en train de réduire ses effectifs au Mali. Il s'agit de réarticuler les forces autour de quatre pôles spécialisés - Gao, au Mali, N'Djamena, Niamey et Ouagadougou - pour faire face à une menace devenue régionale. A terme, il ne devrait pas y avoir plus de soldats français en Afrique, mais ils seront répartis légèrement différemment. Serval a en effet rappelé aux états-majors l'importance des "élongations", les milliers de km à parcourir pour acheminer les hommes et le matériel dans la zone d'action.

    "Régionalisation" de la lutte contre la menace jihadiste

    Au Mali, où le contingent français doit être ramené à un millier d'hommes dans quelques mois, Gao devrait devenir une sorte de "hub", une plaque tournante d'où les forces poursuivront leurs opérations dans le nord du pays au côté de l'armée malienne.

    Les forces terrestres stationnées à N'Djamena (950 hommes) joueront, selon la Défense, en cas de besoin le même rôle dans le nord du Tchad. L'essentiel des moyens aériens français (avions de chasse Rafale et Mirage 2000D) restant stationnés dans la capitale tchadienne.

    Niamey, où sont déployés les deux drones Reaper acquis récemment aux Etats-Unis, doit servir de plateforme logistique et de pôle de renseignement. Enfin Ouagadougou servira de base aux Forces spéciales, les premières en action en cas de coup dur.

    A cette "ligne de déploiement principale", s'ajouteront des bases avancées, beaucoup plus au nord, en cours de négociations avec les capitales de la région. Tessalit au Mali, à moins de 100 km de la frontière algérienne, Faya-Largeau dans le nord du Tchad, près de la frontière libyenne, devraient accueillir de petits contingents de quelques dizaines d'hommes. "Il s'agit pour nous de prépositionner des stocks logistiques et un petit effectif", indique un responsable militaire. Des stocks de carburant ou de munitions qui permettront de renforcer la réactivité des forces françaises "là où les choses se passent vraiment".

    Le troisième rideau des forces françaises en Afrique de l'ouest devrait globalement rester le même, avec ses implantations au Sénégal (350 hommes), au Gabon (940), Côte d'Ivoire (450), auxquelles s'ajoutent les 1.600 soldats engagés dans l'opération Sangaris en Centrafrique.

    Cette "régionalisation" de la lutte contre la menace jihadiste doit se dérouler "dans le temps relativement long" et Paris compte notamment sur la poursuite du soutien américain en matière de renseignement. Washington avait également aidé Paris en matière de ravitaillement et de transport aérien au début de Serval.

    Au Sahel, les deux pays partagent la même analyse de la menace et la France veut développer sa coopération avec Washington.

    En marge de son entretien avec Chuck Hagel au Pentagone, Jean-Yves Le Drian a notamment évoqué un renforcement de la coopération avec Washington "dans le domaine opérationnel" mais aussi de la formation des armées africaines. Le ministre français a par ailleurs rencontré le directeur national du renseignement américain (DNI) James Clapper.

    dch-mra/rap

    © 1994-2014 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Afghanistan, Angola, Burkina Faso, Burundi, Central African Republic, Chad, Djibouti, El Salvador, Ethiopia, Guatemala, Guinea, Haiti, Honduras, Kenya, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritania, Mozambique, Nicaragua, Niger, Nigeria, Rwanda, Senegal, Sierra Leone, Somalia, Sudan, Tajikistan, Uganda, United Republic of Tanzania, World, Yemen, Zambia, Zimbabwe, South Sudan (Republic of)
    preview


    PROJECTED FOOD ASSISTANCE NEEDS FOR JULY 2014

    This brief summarizes FEWS NET’s most forward-looking analysis of projected emergency food assistance needs in FEWS NET coverage countries. The projected size of each country’s acutely food insecure population is compared to last year and the recent five-year average and categorized as Higher, Similar, or Lower. Countries where external emergency food assistance needs are anticipated are identified. Projected lean season months highlighted in red indicate either an early start or an extension to the typical lean season. Additional information is provided for coutries with large food insecure populations, an expectation of high severity, or where other key issues warrant additional discussion. Analytical confidence is lower in remote monitoring countries, denoted by “RM”. Visit www.fews.net for detailed country reports


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Cameroon, Niger

    24/01/2014 – Nicolas Le Guen a effectué une ‘visite de terrain’ au Cameroun du Nord en novembre dernier, non loin de la frontière nigériane et du lac Tchad, zone à la charnière de l’Afrique de l’Ouest et du Centre réputée pour son insécurité. Cet expert ECHO partage ses impressions sur son voyage dans une région largement laissée pour compte.

    Les derniers chiffres font état de plus de 1.7 millions de personnes qui seraient en insécurité alimentaire pour la seule région du nord Cameroun. Comment cela s’explique-t-il ?

    Deux régions sont concernées, le Nord et l’Extrême Nord, avec tout de même 7 millions d’habitants soit plus d’1/3 de la population totale, où bon nombre de problèmes auxquels les pays d’Afrique font actuellement face se cristallisent, notamment l’insécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’un manque criant d’accès aux services de base. Nous retrouvons 95% des cas de malnutrition dans ces deux seules régions. On y retrouve une situation semblable à d’autres pays sahéliens : une sous-utilisation des terres arables et un manque d’infrastructures qui pourraient conduire à une production agricole suffisante, tant en qualité qu’en quantité et diversité. La disponibilité des céréales de base a en outre été affectée par les conséquences de l’Etat d’urgence dans la province nigériane limitrophe, Borno State. Le Nigeria est ‘le grenier’ de l’Afrique de l’Ouest et les régions du Nord Cameroun en dépendent pour leurs échanges économiques et approvisionnements. Qui plus est, cette zone est régulièrement touchée par des inondations de la rivière Logone, détruisant des milliers d’hectares de cultures chaque année. Ces effets cumulatifs font que beaucoup de familles ne parviennent plus à se nourrir correctement.

    Quel était le but de cette mission ?

    D’abord pour faire le point sur notre réponse en 2013, et vérifier si nous avions bien atteint notre objectif en termes de nombre de bénéficiaires. J’ai été assez satisfait de voir une bonne dynamique entre nos partenaires, notamment entre l’UNICEF et la Croix-Rouge française ainsi qu’avec la direction régionale de la santé. Bien que les moyens restent très limités, il m’a semblé que les autorités locales se sont appropriées l’enjeu de la malnutrition et prévoient un renforcement en ressources humaines et financières pour le Nord. Nos partenaires dont IMC [International Medical Corp) avec qui nous venons de démarrer un projet dans trois districts sanitaires, sont également en mesure d’apporter une réponse rapide aux différentes urgences humanitaires. Ces cinq dernières années la région a connu des épidémies, des inondations, des déplacements de populations ainsi qu’un afflux de réfugiés. Ce qui nous mène au dernier objectif de ma visite, notamment d’échanger de l’information sur la situation des réfugiés nigérians avec UNHCR [Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés] et les autorités.

    On fait état d’un nombre assez limité de réfugiés nigérians, par contre il y aurait des anciens combattants parmi eux ?

    Nous avons une vue limitée sur le nombre de réfugiés puisque beaucoup de gens ont trouvé refuge dans des familles le long de la frontière. Les autorités des pays limitrophes d’un conflit armé sont généralement très prudentes quant aux personnes cherchant refuge sur leur territoire. Il est essentiel de rappeler aux autorités camerounaises la distinction entre civils et combattants et le droit des populations en danger à trouver un refuge. Récemment des supposés combattants de Boko Haram raccompagnés à la frontière par l’armée camerounaise auraient été liquidés par l’armée nigériane selon diverses sources journalistiques. Nous n’avons pas les moyens de vérifier cette information – aucun contrôle transfrontalier n’est mené – mais il est clair que nous sommes confronté à un déficit de protection des familles nigérianes cherchant au Cameroun à fuir les combats et les exactions. Dans le camp de Minawao où 1800 personnes ont trouvé refuge la situation reste complexe. Le camp serait ‘sécurisé’ ce qui signifie qu’on y trouve pas d’armes, mais les chrétiens et les musulmans y vivent séparés. Les récents évènements les ayant forcés à fuir leur village n’ont fait qu’accentuer les divisions et le ressentiment entre ces 2 communautés.


    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Mali
    preview


    Les points de suivi des mouvements de populations (flow monitoring points) ont pour but d’évaluer les mouvements de personnes déplacées du sud vers le nord du pays et du nord vers le sud. Les points FMP sont situés aux points d’entrée et de transit majeurs des villes de Bamako,
    Mopti, Tombouctou et Gao. Les équipes FMP sont composées de membres de l’OIM, de la Direction Natio-nale du Développe-ment Social et de la Direction générale de la Protection Civile.


    0 0

    Source: Government of the Republic of Mali
    Country: Mali
    preview


    L’an deux mille douze et le 2 décembre s’est tenu dans la salle de conférence de l’Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP) de Bamako l’atelier de mise en œuvre du cadre harmonisé pour le Mali. Il a réuni les acteurs Etatiques, les ONG/OI du domaine de la sécurité alimentaire du 2 au 7 décembre 2013 en présence des experts du CILSS. Après avoir donné l’historique sur l’outil du cadre, des consignes pour une bonne analyse ont été faites par les experts.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Madagascar, Malawi, Namibia, Seychelles, United Republic of Tanzania
    preview


    Madagascar:

    On 25 January 2014 Hery Rajaonarimampianina was sworn in as the new President of Madagascar.
    Just hours after the inauguration, at a bus stop a few hundred meters from a concert that had been organized to celebrate the inauguration, a grenade explosion killed 3 people and injured 51 people, 26 of whom have since been discharged from hospital. No one has claimed responsibility for the attack and an investigation is ongoing.

    Tanzania:

    Parts of central Tanzania have been declared disaster areas following floods.

    Malawi:

    An armyworm outbreak has reportedly destroyed more than 547 ha of crops in Malawi, affecting 6,164 households. There are also concerns about a potential locust infestation during the coming months.

    As of 16 January, storms and flooding have affected 5,515 households in 17 districts, government is responding to their needs.

    Namibia:

    The Ministry of Health and Social Services has stated that the Kunene cholera outbreak is under control. To date 453 cases with 15 deaths have been reported. Treatment and prevention activities are ongoing.

    Seychelles:

    Heavy rains caused some localized flooding on La Digue island.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali
    preview


    HIGHLIGHTS

    • Approximately 3 million people are affected by food insecurity. More than 800,000 of them are in a critical situation.

    • Nearly 6,000 cases of gender-based violence were identified by the gender-based violence cluster, between January 2012 and December 2013.

    • More than 11,600 travels undertaken by humanitarian workers and their partners were made possible inside the country in 2013, thanks to the United Nations Humanitarian Air Service.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali
    preview


    FAITS SAILLANTS

    • Environ 3 millions de personnes sont touchées par l’insécurité alimentaire. Plus de 800 000 d’entre elles sont dans une situation de crise.

    • Près de 6 000 cas de violences basées sur le genre ont été recensés de janvier 2012 à décembre 2013 par le groupe sectoriel sur les violences basées sur le genre.

    • Plus de 11 600 travailleurs humanitaires et leurs partenaires ont pu effectuer des déplacements dans le pays en 2013 grâce au service aérien humanitaire des Nations Unies.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mauritania
    preview



    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Somalia

    The 2011 drought and famine affected approximately 4 million people across Somalia. As many as 260,000 people died and thousands of people were displaced within the country and across the borders. Istahil Ali Gamadid’s family was of those driven from their homes. Istahil, a mother of eight, hails from Libasagaale village in the Waqooyi-Galbeed region of Somaliland.

    Read the full story on OCHA


older | 1 | .... | 204 | 205 | (Page 206) | 207 | 208 | .... | 728 | newer