Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 131 | 132 | (Page 133) | 134 | 135 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Malawi
    preview


    • The purchasing power of Malawians has deteriorated sharply as a result of economic measures taken in 2012. Following the devaluation of the local currency (Kwacha), the average monthly inflation rate has soared to 38% in February 2013. The price of maize, the main staple food, is more than double its price two years ago. Other important food commodities such as rice and beans have also experienced substantial price increases.

    • Despite efforts to curb down soaring living costs, social unrests have recently heightened, raising concerns about socio-political stability.


    0 0

    Source: Oxfam
    Country: Mali
    preview


    Aperçu de la situation humanitaire

    Le Mali continue de subir simultanément l’impact du conflit dans le nord du pays et les retombées de la crise alimentaire de 2012, dont la réponse-même a été perturbée par la situation politique et sécuritaire. Alors que l’accès des acteurs humanitaires reste limité dans les régions du nord par un environnement sécuritaire volatile, les besoins sont immenses pour les communautés affectées depuis plus d’un an par cette crise complexe qui risque de s’aggraver dans les prochains mois.

    Les experts en sécurité alimentaire viennent en effet d’annoncer que le nord du Mali est en situation de ‘crise’ alimentaire, et passera à l’état d’’urgence’ dans moins de deux mois si l’accès aux populations ne s’améliore pas et surtout si l’assistance alimentaire apportée n’augmente pas.

    D’autre part les mouvements de personnes se poursuivent, avec une estimation actuelle du nombre de déplacés internes de plus de 280,000 et un nombre de réfugiés maliens dans les pays voisins de 175,000. D’une manière générale, la situation au nord Mali ne permet pas aujourd’hui le retour massif des personnes déplacées et réfugiées.

    Malgré l’ampleur des besoins et l’urgence de la situation, la réponse humanitaire reste très largement sous- financée ; et Oxfam n’a sécurisé qu’un quart des fonds qui lui sont nécessaires pour répondre aux besoins essentiels identifiés en matière de nourriture et moyens d’existence, en eau et hygiène et en protection.


    0 0

    Source: Agencia Española de Cooperación Internacional para el Desarrollo
    Country: Niger

    DESARROLLO RURAL Y LUCHA CONTRA EL HAMBRE

    La Agencia participa en Níger en la Iniciativa Agua para África, ejecutada por la FAO en África del Oeste, con el fomento de sistemas de riego de bajo coste.

    Niamey, 06 de mayo de 2013. Este fin de semana, las comunidades rurales de Bagueye y Guindam Toudou (Tahoua) en Níger han recibido diverso material agrícola adquirido con financiación española en el marco del Proyecto de Apoyo a los Sistemas de Riego de Bajo Coste para el refuerzo de la Seguridad Alimentaria, impulsado por la Agencia Española de Cooperación Internacional para el Desarrollo (AECID) en Níger.

    Este proyecto se integra, a su vez, en la Iniciativa Agua para África, ejecutada por la Organización de las Naciones Unidas para la Agricultura (FAO), desde 2008, en cinco países del África del Oeste (Burkina Faso, Mali, Guinea-Conakry, Senegal y Níger) y cuyo objetivo principal consiste en la mejora de la seguridad alimentaria mediante una gestión eficaz del uso del agua.

    En el caso de Níger, esta iniciativa se traduce en la promoción del acceso de jóvenes y mujeres a los recursos productivos (tierra, insumos agrícolas y agua), la intensificación y diversificación de las producciones agrícolas, el refuerzo de las capacidades técnicas y organizativas de las asociaciones de productores y el apoyo a las actividades de extensión agraria a través de los servicios del Ministerio de Agricultura en la zona de intervención (regiones de Tahoua y Zinder).

    Así, en las regiones de Tahoua y Zinder se ha instalado regadío en una superficie de 144 hectáreas mediante un sistema de riego que implica, no sólo una mejora en los sistemas de producción locales, sino también una gestión más eficiente en el uso del agua de esta zona saheliana.

    La ventaja de este sistema radica en la reducción significativa de los costes de inversión al requerir sondeos manuales de poca profundidad (10-15 metros), a partir de los cuales se impulsa el agua de riego mediante la utilización de moto-bombas de baja potencia, asegurando así una distribución uniforme del agua.

    El acto de entrega de los materiales agrícolas a las comunidades contó con la participación del coordinador general de la Oficina Técnica de Cooperación de la AECID en Níger, el representante residente de la FAO en el país y el director del Gabinete del ministro de Agricultura nigerino.

    Un compromiso coherente con las políticas públicas nigerinas

    La adopción, hace ahora un año, de la estrategia de Desarrollo Rural y Seguridad Alimentaria en Níger (Iniciativa I3N: Los nigerinos alimentan a los nigerinos, en sus siglas francesas), marca el compromiso que las autoridades del país saheliano han adquirido con el fomento de la Seguridad Alimentaria en un país en el que se sufren crisis alimentarias de manera recurrente y en el que uno de cada dos niños padece malnutrición.

    En su programa de acción prioritario, la I3N se fija, entre otros objetivos, la puesta en valor de 10.000 hectáreas en riego para 2015. En este sentido, se ha aprobado el pasado mes de marzo la Estrategia de Promoción del Riego familiar a bajo coste, para armonizar y coordinar las intervenciones en el ámbito del desarrollo de la agricultura irrigada en Níger.

    La Iniciativa Agua para África es coherente con la posición defendida por España en diferentes foros internacionales de cara a la adopción de políticas eficaces para garantizar la seguridad alimentaria en los países en desarrollo.

    Este compromiso se vio de nuevo reiterado en la Reunión de Alto Nivel de Madrid del pasado 4 de abril “Seguridad Alimentaria y nutrición para todos”. En su declaración final, la comunidad internacional reconoció el papel de la agricultura familiar como sector clave para la erradicación del hambre y la pobreza en el mundo.

    La AECID está presente en Níger desde el año 2008, coincidiendo con la apertura de la Oficina Técnica de Cooperación, y trabaja de forma prioritaria en el sector del Desarrollo Rural y la Seguridad Alimentaria, que ha absorbido prácticamente el 40% de la financiación movilizada a este país saheliano, apoyando mediante diferentes instrumentos la promoción de una agricultura más competitiva y sostenible.


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Mali, Mauritania
    preview


    Highlights

    • Mauritania is the single largest recipient of refugees fleeing the conflict in Mali. 74,148 refugees are living in the Mbéra camp.

    • 60% of the refugees are children and many have been in the camp for over a year, resulting in overlapping emergency and medium term needs.

    • Refugee children face a range of threats to their health, nutrition, education and family lives. Many have experienced severe trauma and are suffering from malnutrition and need specialised attention and care.

    • UNICEF, in coordination with UNHCR and partners, are providing education in the camp for 7,070 children (49% girls) in six schools and psychosocial stimulation for 1,028 children at four child friendly spaces. Since 2012, 1,538 children have been treated for Severe Acute Malnutrition (SAM).

    • A ‘Child Health Week’ focused on children under five in the camp and host communities immunization and malnutrition screening as part of African Vaccination Week.

    • Communities hosting the refugees are very poor and suffer high levels of food insecurity and malnutrition. UNICEF is helping to reinforce basic services, including malnutrition treatment.

    • More resources are needed to fill gaps, including almost 10,000 children, more than half of the school age children in the camp, not getting an education.

    • In 2013, the expected national caseload of Global Acute Malnutrition (GAM) is 122,719 children under five years, including 23,901 cases of SAM. The post-harvest GAM prevalence was 5.6% and is expected to increase significantly in the summer lean season.

    • Preventative blanket feeding, cash transfers and programmes to build longer term resilience are all being planned and will be implemented from May, ahead of the lean season. A multi- sectorial package of services is being scaled up from 291 to all 488 nutrition centres as part of the response to high rates of malnutrition.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Mali, Niger
    preview



    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Central African Republic, Chad, Sudan
    preview


    Cereal prices remain generally stable with small increases in localized areas

    KEY MESSAGES

    • Between April and the end of June, all areas of the country will face Minimal/None (IPC Phase 1) acute food insecurity (Figure 1). However the earlier than normal depletion of food stocks, coupled with seasonally normal cereal price increases, will propel households in Kanem, Bahr-El-Gazal (BEG), Batha Est, Logone Oriental, Tandjilé, Logone Occidental, and greater Mayo Kebbi into Stressed (IPC Phase 2) acute food insecurity between July and September.

    • Due to last year's good rainfall conditions, the availability of pasture and water resources has been good, although these resources are beginning to deteriorate with the approach of the pastoral lean season (April through June). However despite the recession of pastures and the drying up of semi-permanent watering holes, animal body conditions remain at seasonally normal levels.

    • Household food stocks in the Sahelian zone are starting to decline, but are still at high levels compared to a normal year. Household food consumption is also stable due to the availability of milk and market garden produce and the start-up of humanitarian assistance programs in Kanem, BEG, Lac, and Hadjer Lamis.


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Central African Republic, Chad, Sudan
    preview


    Highlights

    • Following ethnic violence in Darfur, Sudan, more than 27,000 refugees and 25,000 returnees fled to Chad in the border town of Tissi.

    • 6,500 refugees from CAR registered in Southern Chad.

    • 9,659 new SAM admissions on March 2013; 25,593 total admissions for the first quarter of 2013.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Niger
    preview


    • Despite a good 2012/2013 crop year, local prices in Niger have not recovered from the 2011/2012 Sahel food crisis. The price of millet, the main staple, is above last year’s crisis levels and is expected to further increase in the coming months, during the lean season.

    • Most millet markets, particularly those in the main producing areas are on alert; above expected seasonal levels since the beginning of the 2012 harvest.

    • Disruption of food commodity trade with Nigeria, producer storage strategies and government procurement are maintaining millet prices high.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal
    preview



    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Central African Republic, Chad, Sudan

    0 . MAJOR CHANGES SINCE LAST VERSION OF HIP

    This year, despite unusually good harvest in autumn 2012 (124% increase at national level compared to 2011, and 226% for the Sahel) and reassuring projections of the Government in terms of agricultural production in 2013, a significant proportion of the Sahelian population continues to suffer the effects of the crisis of 2011/2012, and remains in a situation of severe food insecurity. The poorest households, whose only income comes from their daily work, depend mainly on the markets to meet their food needs. With food prices below the five-year average, access to adequate and balanced diet remains illusory. For the poorest segments of the population, the lean season will start soon or has already begun.

    Field observations indicate that many people who have been affected by the food crisis in 2011/2012 will require assistance in 2013. Therefore, projections of 500,000 beneficiaries in 2013 by WFP appear underestimated. Given these needs and the opportunity to accelerate the delivery of grain stocks in the country before the rainy season and to support other complementary interventions in food and nutrition security, it was decided to strengthen immediately HIP Chad in 2013 with an amount of EUR 6 million, thus increasing the total envelope in 2013 to EUR 29 million. The implementation of this additional funding will be made by changing current actions or, if necessary, through new actions.


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Central African Republic, Chad, Sudan

    0.CHANGEMENT MAJEUR DEP UIS LA VERSION PRÉCÉDENTE DU HIP

    Cette année, malgré des récoltes inhabituellement bonnes en automne 2012 (augmentation de 124% par rapport à 2011 sur le plan national, et de 226% pour la bande sahélienne) et des projections rassurantes du Gouvernement en termes de production agricole 2013, une proportion importante de la population sahélienne continue de subir les effets de la crise de 2011/2012, et demeure dans une situation d’insécurité alimentaire sévère. Les ménages les plus pauvres, dont la seule source de revenus disponibles provient de leur travail journalier, dépendent essentiellement des marchés pour satisfaire leurs besoins en alimentation. Avec les prix des denrées alimentaires au-dessous de la moyenne quinquennal, l’accès à un régime alimentaire suffisant et équilibré reste illusoire. Pour les couches les plus démunies de la population, la période de soudure va débuter prochainement voire a déjà commencé. Les observations de terr ain indiquent qu'un grand nombre de personnes ayant été affectées par la crise alimentaire 2011/2012 aura besoin d'assistance en 2013. Par conséquent, les projections de 500.000 bénéficiaires en 2013 selon le PAM apparaissent sous-estimées. Compte tenu de ces besoins, de l’opportunité d’accélérer l'acheminement des stocks de céréales dans le pays avant la saison des pluies et de soutenir d'autres interventions complémentaires en matière de sécurité alimentaire et nutrition, il a été décidé de renforcer immé diatement le HIP Tchad 2013 avec un montant de EUR 6 millions, et ainsi augmenter l'enveloppe totale 2013 à EUR 29 millions. La mise en œuvre de ce financement additionnel se fera par la modification d'actions en cours, voir par le biais des nouvelles actions le cas échéant.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Mali

    GAO/BAMAKO, 8 mai 2013 (IRIN) - De nombreuses femmes disent avoir été victimes de viol ou d'agression sexuelle lors de la prise de contrôle du Nord-Mali par les rebelles en avril 2012. Depuis, selon les travailleurs humanitaires, ces femmes n'ont reçu que peu ou pas de soutien.

    Aminata Touré* se rendait chez son oncle, à Gao, en juin 2012, lorsque deux hommes en moto lui ont barré la route. « Je n'avais pas le choix. Ils étaient armés et ont menacé de me tuer », a-t-elle dit. Tandis que l'un des hommes tenait son bébé, l'autre l'a menée derrière des buissons. « Ils m'ont prise et ont fait tout ce qu'ils pouvaient faire. Ils m'ont violée. Après, ils m'ont laissée dans les buissons », a-t-elle dit à IRIN.

    Depuis le début de l'insurrection dans le Nord, peu après le coup d'État militaire de mars 2012, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a relevé 2 785 cas de violences sexuelles ou sexistes. Le porte-parole de l'organisme au Mali, Eduardo Cue, estime cependant que les chiffres réels doivent être bien plus élevés. La plupart des cas étaient des viols, d'autres concernaient des mariages forcés et du commerce sexuel.

    Selon les habitants de Gao, lorsque les insurgés sont entrés dans la ville, ils sont passés dans tous les quartiers, perpétrant systématiquement des vols et des agressions.

    Ami Idrissa, journaliste et militante locale, a réussi à échapper aux violences en restant cloîtrée chez elle. D'autres n'ont pas eu cette chance, a-t-elle dit. « Tout le monde a une sour ou une cousine qui a été victime de viol. Des filles ont été agressées sous les yeux de leur père et des femmes devant leur mari. Beaucoup de ces personnes sont encore traumatisées par ce qu'elles ont vu ou vécu ce jour-là », a dit Mme Idrissa à IRIN.

    De nombreux habitants ont dit à IRIN que les agresseurs étaient généralement des membres du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA). Les porte-paroles du mouvement en France n'ont pas souhaité faire de commentaire.

    Les groupes d'activistes islamistes arrivés peu après ont commis des violences d'un autre ordre, a dit Mme Idrissa, qui a été obligée par les islamistes à quitter son emploi d'animatrice radio, car ils ne toléraient pas d'entendre une voix féminine sur les ondes.

    « Les membres du MNLA violaient les femmes. Les membres du MUJAO [Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest] les forçaient plutôt à se marier avec eux. En fin de compte, ces mariages n'étaient qu'une autre forme de viol : la femme s'unissait à un seul homme, mais de nombreux autres participaient au mariage, » a-t-elle dit à IRIN.

    Manque d'informations

    On ignore encore le nombre exact de mariages forcés conclus entre les insurgés et les habitantes du Nord. Une équipe de protection du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a découvert un cas de mariage forcé en interrogeant 105 personnes déplacées à Mopti originaires de Gao, Kidal et Timbuktu. L'équipe a également constaté huit viols, dont celui d'une jeune fille de 13 ans, et 44 cas d'agressions sexuelles.

    « Les filles étaient arrêtées et conduites au bureau du maire, puis transférées à la prison », a dit à IRIN Mouna Awata, une habitante de Gao dont la fille a été arrêtée parce qu'elle ne portait pas le hijab. « C'est là qu'ils violaient les femmes. Ils avaient des matelas et tout. »

    Un père qui n'a pas souhaité révéler son nom a dit à IRIN que sa fille de 15 ans l'avait appelé depuis la prison de Gao. « Elle m'a dit qu'il y avait un homme nu qui l'attendait sur le toit. Elle s'est échappée [...] c'est à ce moment-là qu'elle m'a appelé. »

    Miriam Maïga*, une habitante de Gao âgée de 18 ans, a été forcée à se marier avec un homme de deux fois son âge mi-2012. Lorsqu'elle a emménagé chez son mari, elle a découvert ce qu'elle craignait depuis le début : qu'il faisait partie du MUJAO. « Il m'a obligée à coucher avec lui. Lorsque j'ai refusé, il m'a frappée », a-t-elle dit à IRIN. Quand elle a finalement réussi à s'échapper, elle a pris un bus pour Bamako. Elle craint que son mari la poursuive jusque dans la capitale et espère que l'organisation non gouvernementale (ONG) Sini Sanuman pourra l'aider à trouver un hébergement.

    Le gouvernement étant quasi absent du Nord, les femmes victimes de viol ne reçoivent pas suffisamment de soutien. Des ONG locales et internationales et des agences des Nations Unies telles que l'UNICEF viennent en aide aux femmes dans le Nord et le Sud, mais leurs moyens sont limités. L'UNICEF soutient des comités de protection de l'enfance à l'échelle communautaire et sensibilise les travailleurs sociaux aux normes de protection afin d'essayer d'éviter de nouveaux cas d'agressions sexuelles [ http://www.irinnews.org/fr/Report/97901/Appel-au-retour-des-fonctionnair... ].

    L'ONG locale GREFFA, basée à Gao, a mis sur pied un dispensaire apportant une aide médicale aux victimes de violences sexuelles et participe à la prévention des maladies sexuellement transmissibles à l'hôpital régional. Les victimes sont également prises en charge dans les dispensaires locaux, a dit Mariam Maïga, sage-femme à Gao.

    Les femmes qui ont fui plus au sud, vers Moptu et Bamako, ont des problèmes non seulement médicaux, mais souvent aussi financiers. À Bamako, Sini Sanuman offre une aide médicale et psychologique aux victimes de violences sexuelles. Son directeur, Alpha Boubeye, a cependant déclaré que son organisation ne pouvait pas aider les habitantes du Nord arrivant dans la capitale à se procurer de la nourriture et un logement, bien qu'elles en aient « désespérément besoin ».

    L'ONG peine à faire face à l'ampleur des besoins. Dans un quartier de Bamako, Sini Sanuman a identifié plus de 300 cas d'agression sexuelle parmi les femmes qui sont arrivées du Nord depuis avril 2012.

    « Avant le conflit, personne ne s'occupait vraiment des femmes victimes de violences sexuelles. Nous avons dû mettre en place une nouvelle stratégie et former des assistants sociaux et des psychiatres », a dit M. Boubeye à IRIN.

    Honte

    Il est encore très difficile de connaître l'ampleur des violences sexuelles dans ce pays où se faire violer est encore source de honte.

    « Peu de femmes osent avouer qu'elles ont été violées. Elles ont peur que leur mari les quitte et qu'elles soient mises au ban de la société, » a dit Mme Idrissa, la journaliste, à IRIN. « Avant le MNLA et le MUJAO, le viol en dehors du foyer n'était pas un sujet problématique au Mali. Ce sont les rebelles qui ont créé ce problème. »

    « Se faire violer est considéré comme extrêmement honteux au Mali et nos assistants sociaux doivent souvent rendre visite plusieurs fois aux femmes avant qu'elles se confient », a dit M. Boubeye.

    Or, la plupart des victimes de violences sexuelles n'envisagent pas de faire appel à la justice. Mme Touré est rentrée chez elle à Gao, auprès de son mari, mais elle n'a pas porté plainte contre ses agresseurs. « Je veux que les hommes qui m'ont violée aillent en prison, mais j'ai honte que tout le monde me voie, » a-t-elle dit à IRIN.

    Elle a ajouté que, dans un contexte humanitaire de plus en plus difficile, sa priorité était d'aider sa famille.

    Selon Daniel Tessogué, procureur public à Bamako, seul un cas d'agression sexuelle lié au conflit de 2012 est en préparation de jugement.

    *noms d'emprunt

    kh/aj/cb- ld/amz

    [FIN]


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Benin, Burkina Faso, Cameroon, Cape Verde, Chad, Côte d'Ivoire, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo
    preview


    Normal start in bi-modal zone and a good progression of the season in Guinean-Sudanian zone

    KEY MESSAGES

    • February to April rainfall estimates (RFE) indicate that the onset of rains occurred earlier than normal this season with generally above normal rainfall levels in the bi-modal zone, as well as the southern part of the Guinean-Sudanian zone. According to medium term forecasts, an on time or early onset of the rains is expected for the northern part of the Guinean-Sudanian zone.

    • Current climatic conditions are favorable to crop development in the bi-modal zone and southern Guinean-Sudanian area and for the normal start of agricultural activities in May in the northern areas of the GuineanSudanian zone.


    0 0

    Source: African Development Bank
    Country: Mali

    Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a consenti, ce mercredi 8 mai 2013 à Tunis, un financement de 30 288 683 280 FCFA à la République du Mali. Ce montant sera prélevé sur les ressources du Guichet du Fonds africain de développement (FAD) et contribuera au financement du Programme d’urgence d’appui à la reprise économique (PUARE).

    Le PUARE est un appui budgétaire d’urgence, qui s’inscrit dans le cadre d’un effort concerté de la communauté internationale destiné à aider le Mali à sortir des crises successives (sécuritaire, politique, institutionnelle) que le pays a traversées, en appuyant le rétablissement des services publics et en favorisant la reprise économique.

    L’opération contribuera à la consolidation des efforts de paix et de cohésion sociale entrepris par les autorités maliennes dans le cadre de la transition en cours et favorisera la reconstruction du pays, y compris le rétablissement des capacités de l’Etat. Elle permettra de promouvoir l’amélioration du cadre macroéconomique et budgétaire et de créer les conditions de la reprise économique.

    Les résultats spécifiques escomptés de la mise en œuvre du Programme sont, entre autres, la restauration du fonctionnement et le renforcement des capacités de l’administration publique, la restauration de l’accès aux services sociaux de base, en particulier, les services de santé et d’éducation et le soutien à la reprise de la croissance, qui passerait de -1,2% en 2012 pour osciller autour de 5% en moyenne entre 2013 et 2014.

    Le gouvernement de transition du Mali a élaboré un Plan d’actions prioritaires d’urgence (PAPU), dont les principaux objectifs sont de rétablir le fonctionnement normal de l’administration, restaurer l’accès des populations aux services sociaux de base, et relancer l’économie.

    Le PUARE vise à aider l’Etat à répondre aux besoins sociaux et économiques urgents nés des crises successives que le pays a connues en contribuant à sa mise en œuvre. Par ailleurs, cette opération, conforme à la stratégie d’intervention de la Banque au Mali, est reflétée dans la Stratégie d’appui à la gestion de la transition (2013 – 2014). Celle-ciqui s’articule autour de deux objectifs : atténuer l’impact de la crise et renforcer la résilience des populations et consolider la stabilité de l’Etat et les bases de la reprise économique.

    Les bénéficiaires du programme sont, de façon générale, les populations maliennes dans leur ensemble, soit près de 15,4 millions d’habitants, et en particulier les populations habitant dans le Nord du pays, notamment celles qui ont été déplacées à cause du conflit. Il s’agit plus spécifiquement de personnes vivant dans la précarité en raison de l’absence de services publics de base dans les zones sinistrées et à leur engorgement dans les zones d’accueil.

    Les principales structures bénéficiaires sont constituées du réseau scolaire, des services de santé publique, et, plus généralement, de l’administration publique qui doit retrouver un fonctionnement normal. L’Etat pourra ainsi consolider sa légitimité et retrouver sa souveraineté sur l’ensemble du territoire.

    A ce jour, les financements en cours accordés par le Groupe de la BAD au Mali s’élèvent à près de 140 milliards de francs FCFA.

    La BAD est déterminée à accroître et à renforcer son appui aux Etats fragiles et aux pays touchés par un conflit.


    0 0

    Source: African Development Bank
    Country: Mali

    The African Development Bank Group (AfDB) approved on Wednesday, May 8 in Tunis, a loan of 30 billion CFA francs to the Republic of Mali. This amount will be drawn from the resources of the African Development Fund (ADF), the Bank’s concessional window, to finance an Emergency Economic Recovery Support Programme (EERSP).

    The EERSP is an emergency budget support operation and part of a concerted effort by the international community to help Mali out of its successive crises (security, political, institutional) that have affected the country, by providing support to the reestablishment of public services and fostering economic recovery. The operation will contribute to the consolidation of peace initiatives and social cohesion undertaken under the ongoing transition. It will help to enhance the reconstruction of the country including the rebuilding of the capacities of the State. The program will equally improve macroeconomic and budgetary framework and create the conditions required for economic recovery. The program’s specific economic outcomes are, among others, restoration of functioning and rebuilding of the capacities of the public administration, restoration of access to basic social services, especially health and education services and support to economic growth expected to increase from 1.2% in 2012 to an average of 5% between 2013 and 2014.

    The Transition Government in Mali has prepared an Emergency Priority Action Plan (PAPU) the objectives of which are the restoration of the functioning of public services, re-establishing access of the populations to basic social services and resumption of economic activity. The EERSP will help the State respond to urgent social and economic needs in the wake of the successive crises and its implementation. Furthermore, this operation, in line with the Bank’s intervention in Mali, is found on the Transition Support Strategy (2013-2014) hinged on a dual objective, to mitigate the impact of the crisis and strengthen the population’s resilience, and to consolidate the Government’s stability and the foundations for economic recovery.

    The program beneficiaries will be the Malian population as a whole, i.e. about 15.4 million inhabitants, and, in particular, those living in the northern part of the country, especially those displaced as a result of the conflict. More specifically, these are people living under difficult conditions due to the absence of basic public services in the areas affected and the congestion of basic public services in the areas that accepted the displaced persons. The main beneficiary structures comprise the school network, public health services, and in general, the public administration which must return to a normal working order. The Government will then be able to consolidate its legitimacy and restore its sovereignty in the whole of Mali.

    To date, funding approved by the African Development Bank Group in Mali is about 140 billion CFA francs.

    The aim of the AfDB is to enhance and strengthen its support to Fragile States and those affected by conflict.

    Contacts

    Tarsim Achraf
    A.TARSIM@AFDB.ORG


    0 0

    Source: International Monetary Fund
    Country: Mali

    Les documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté sont élaborés par les pays membres à l’issue d’un vaste processus de consultation avec les parties prenantes et les partenaires au développement, dont les services de la Banque mondiale et du FMI. Ils font l’objet de rapports d’avancement annuels et décrivent les politiques macroéconomiques, structurelles et sociales menées par les pays à l’appui de la croissance et de la réduction de la pauvreté, ainsi que les besoins de financement extérieur et les principales sources de financement en la matière. Le présent document relatif au Cadre de stratégie pour la croissance et la réduction de la pauvreté du Mali est affiché sur le site internet du FMI et mis à la disposition de ses utilisateurs, avec l’accord des autorités maliennes.


    0 0

    Source: INTERSOS
    Country: Mali
    preview


    Introduction

    Du premier au 08 mars 2013, une équipe des ONG IMADEL et INTERSOS au Mali, ont effectué une mission d’évaluation multisectorielle rapide dans les écoles et ménages des personnes déplacées des cercles de Ténenkou et Youwarou. La mission s’est rendue dans les deux communes de Youwarou, Farimaké, Bimbèrè Tama, Ténenkou et Toguéré Coumbé. La mission avait pour objectifs d’avoir une idée globale des besoins et des problèmes humanitaires, spécialement dans le domaine de l’éducation, afin d’informer les décideurs pour une prise des décisions stratégiques.


    0 0

    Source: Jesuit Refugee Service
    Country: Kenya, Somalia

    Nairobi, 9 May 2013 – Ever since the Kenya government decided last December to order all refugees living in urban areas to move to camps and ceased registration of asylum seekers in urban areas, fear and hardship have descended on the Kenyan capital. In particular Somali refugees, as well as Kenyans of Somali origin, have been subjected to increased harassment. Despite efforts by Kenyan NGOs to block the implementation of the directive, hospitality to refugees is at an all-time low.

    After Kenyan forces launched an offensive against the insurgent group al-Shabab in south Somalia at the end of 2011, a wave of kidnappings, bombings and gun attacks took place in Eastleigh, Dadaab and Garissa in southern and northeastern Kenya. Consequently, the government moved to tightened security. However, the indiscriminate nature of the government response is causing real hardship. Somalis say they are harassed by police, and wrongfully blamed for a wave of attacks that have shaken Kenya in recent months.

    Aftermath. Rather than continue to live in fear in Nairobi, some 20,000 are believed to have voluntarily left the country. Chronic insecurity and underdevelopment, however, make it unlikely Somalia can guarantee the protection of more than 600,000 refugees currently residing in Kenya. For those refugees moving to the camps in northern Kenya, which are overcrowded and dangerous, the situation is not much better. Although there are plans to build new camps, there is little evidence they will be more secure.

    Consequently, mistrust between Kenyan forces and the Somali community in the Eastleigh neighbourhood of Nairobi – commonly referred to as 'Little Mogadishu'– has also increased, depriving police of cooperation and information sharing. Refugees in Eastleigh have sought safety from police harassment in churches and in extreme cases even locked themselves in at home.

    Refugees caught in the crisis frequently lost most or all of their belongings. They blame the police. Robbed when they were arrested, some Somalis have been forced to pay to be released, as well protection money to illegal local vigilante groups. Those who lost their businesses during police raids have been further marginalised. Breadwinners have fled due to harassment, and families are being forced to depend on civil society groups for food, medicines, and other basic necessities.

    Protection. In areas where there have been increased arrests, JRS teams have liaised with local NGOs, like the Refugee Consortium of Kenya and Kituo Cha Sheria, in an effort to ensure Somalis receive legal assistance against arbitrary arrests and illegal detentions. Having been forced to flee and seek safety in Kenya, recent events have caused the re-traumatisation of vulnerable individuals in refugee communities.

    NGOs are trying to respond as well they can. Those refugees gathered outside churches for safety are being offered psychosocial support by JRS teams of community helpers, pastoral workers and referred to specialist agencies where appropriate.

    Like other grassroots NGOs, JRS has also reached out to the local authorities in Nairobi to being community leaders together, asking them to use their influence to promote hospitality towards refugees, to live peacefully with the refugees as they had for more than a decade. In their contact with local populations JRS teams stress that the recent violence is not the fault of the refugee community at large.

    Following the dialogue with local and refugee communities and the reduction of the intensity of bombings, JRS field staff believe the situation has begun to normalise. Yet it will take time as too many Kenyans remain wary of outsiders whose presence they equate with the recent violence.

    Much depends on the response of the Kenyan authorities to this latest security threat. Indiscriminate responses not only fail to respect the human rights of the refugee population in Kenya, they do little to improve security for the population as a whole.

    Mathias Mbisu, JRS Urban Emergency Programme Field Assistant Eastleigh, Nairobi


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali
    preview


    Highlights

    • The Security Council decided on 25 April to establish the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA). The mission will support humanitarian activities by helping to create a secure environment for the safe, civilian-led delivery of humanitarian assistance.

    • Insecurity continues in the north, with new attacks and other acts of violence, in addition to the presence of UXOs.

    • Internally displaced people (IDPs) are estimated at 300,783 in late April by the Commission of Population Movements. UNHCR has registered 174,129 Malian refugees in neighbouring countries.

    • Deteriorating food security remains a concern as the lean season gets underway, especially in the northern regions of the country. The Food security cluster has identified 517,500 targeted beneficiaries for food assistance in northern Mali and areas in south hosting IPDs

    • As of 7 May, the 2013 Consolidated Appeal (CAP) for Mali had received approximately US$114 million, or 28 per cent of the $409.7 million requested. Areas that are key for building resilience are among the least funded.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali
    preview


    Faits saillants

    • Le Conseil de sécurité a décidé le 25 avril de créer la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali. La MINUSMA doit notamment soutenir l’action humanitaire en contribuant à mettre en place les conditions de sécurité indispensables à l’acheminement sûr de l’aide humanitaire.

    • L’insécurité continue dans le nord, avec de nouvelles attaques et autres actes de violence, et la présence de munitions non explosées.

    • Les personnes déplacées internes (PDI) sont estimées fin avril à 300 783 par la Commission Mouvement de Population et les réfugiés maliens dans les pays voisins à 174 129 par le UNHCR.

    • La dégradation de la situation alimentaire reste une préoccupation en ce début de période de soudure surtout dans les régions du nord du pays. Le cluster Sécurité alimentaire a identifié 517 500 bénéficiaires à atteindre dans le nord et les régions du sud qui accueillent des déplacés

    • Au 7 mai, l’Appel humanitaire (CAP) pour le Mali a reçu environ 114 millions de dollars, soit 28 pour cent des 409,7 millions de dollars demandés. Les secteurs clefs pour le renforcement de la résilience comptent parmi les moins financés.


older | 1 | .... | 131 | 132 | (Page 133) | 134 | 135 | .... | 728 | newer