Quantcast
Channel: ReliefWeb Updates
Viewing all articles
Browse latest Browse all 14548

Mali: La situation au Mali pas du tout stable, selon le CICR et l'ONU

0
0
Source: Agence France-Presse
Country: Mali

02/22/2013 12:50 GMT

GENEVE, 22 fév 2013 (AFP) - La situation au Mali n'est "pas du tout stable", a déclaré vendredi le chef de la délégation du CICR (Comité international de la Croix-Rouge) au Mali et au Niger, Jean-Nicolas Marti, alors que l'ONU dénonce des "informations horrifiantes" en matière de droits de l'homme.

"Du nord, nous avons entendu des rapports effrayants faisant état de violations des droits de l'homme, de recrutement d'enfants et de violences sexuelles en hausse", a souligné M. Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), sans donner de détails.

"Une évaluation multisectorielle menée par International Medical Corps (une ONG, ndlr) à Tombouctou a confirmé que les violences physiques à l'encontre de la population, la présence d'enfants dans les groupes armés et leurs conséquences psychosociales sont des problèmes graves", se contente de dire un rapport d'Ocha publié le 20 février.

De son côté, le délégué du CICR au Mali a déclaré que "contrairement à ce que certains auraient pu imaginer à la suite de la reprise des villes principales par l'armée française et par l’armée malienne, la situation n'est pas du tout stable, calme".

Selon lui, les attaques suicides risquent de perdurer, et la "situation actuelle n'est pas propice au retour des populations".

"Des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs villes déjà avant l'intervention française, mais il y en a eu d'autres dizaines de milliers", après cette intervention, a-t-il ajouté.

Pour M. Marti, "il existe un sentiment de peur vis-à-vis des éventuelles exactions que pourraient commettre les forces de sécurité maliennes".

"La situation reste extrêmement volatile", a confirmé le porte-parole d'OCHA.

Pour l'agence onusienne, "la protection reste une priorité urgente", soulignant que "l'accès au Nord reste limité en raison des menaces dues aux mines, aux récentes violences, aux opérations militaires en cours".

Une porte-parole du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a rappelé aux journalistes que le recrutement d'enfants au Mali n'était pas un phénomène nouveau, spécifiant que "tous les groupes armés" enrôlent des enfants, "mais pas le gouvernement".

Elle a par ailleurs dénoncé le manque de fonds envoyés par les donateurs pour le Mali. A la date du 19 février, l'appel de l'ONU pour ce pays avait reçu seulement 4% des 373 millions de dollars (283 millions d'euros) demandés.

"Il y a un risque de détérioration considérable de la situation alimentaire dans les régions du Nord et une partie de la région de Mopti dès fin février", souligne le rapport d'OCHA.

En janvier 2013, le PAM estimait que 585.000 personnes étaient en situation d'insécurité alimentaire dans le Nord, avec encore 1,2 million personnes vulnérables.

Selon l'ONU et le CICR, le Mali assiste à des retours très limités, souvent des aller-retours effectués par un homme jeune choisi dans la famille déplacée, qui va voir sur place s'il est possible de rentrer ou pas.

En revanche, le nombre de nouveaux déplacés continue de progresser, avec 15.973 nouveaux déplacés dans les régions de Ségou, Bamako et Mopti identifiés entre le 12 janvier et le 10 février. Au total, l'ONU a recensé plus de 227.200 déplacés au Mali au 31 décembre.

Par ailleurs, plus de 167.700 réfugiés maliens sont enregistrés dans les pays voisins.

Le CICR porte actuellement assistance à quelque 7.000 Maliens réfugiés dans le nord-est du pays, à Tinzawaten, près de la frontière algérienne.

Par ailleurs, le CICR a pu visiter des prisonniers, arrêtés récemment, et incarcérés dans des prisons à Bamako et Mopti, ainsi qu'à la gendarmerie de Gao.

Sans vouloir donner de détails sur l'état des prisonniers -des informations réservées aux autorités- M. Marti a indiqué qu'il avait constaté "beaucoup de haine et de tensions accumulées".

Le CICR dispose d'une équipe de 250 personnes au Mali et au Niger, constituée d'expatriés et de locaux.

Environ 50 personnes du CICR sont présentes dans le nord du Mali, mais uniquement des locaux et des expatriés africains, pour des raisons de sécurité.

Par ailleurs, l'organisation a indiqué être en contacts réguliers avec l'armée française.

Concernant le Niger, où le CICR s'occupe de quelque 5.000 réfugiés maliens à Niamey, M. Marti a déclaré que la situation était "calme", avec cependant "un certain sentiment de crainte parmi les expatriés", la situation étant compliquée en raison "des voisins turbulents du pays", la Libye, le Mali et le nord du Nigeria.

mnb-apo/aub

© 1994-2013 Agence France-Presse


Viewing all articles
Browse latest Browse all 14548

Latest Images

Trending Articles





Latest Images