Quantcast
Channel: ReliefWeb Updates
Viewing all articles
Browse latest Browse all 14548

Les élus du Nord-Mali réclament une intervention militaire "urgente"

0
0
Source:  Agence France-Presse
Country:  Mali

10/18/2012 14:56 GMT

PARIS, 18 oct 2012 (AFP) - Le président du Collectif des élus du Nord-Mali Elhadj Baba Haïdara a appelé jeudi à une intervention militaire internationale "urgente" contre les groupes islamistes armés qui occupent la région, avant qu'il ne soit "trop tard".

"Nous crions: ça s'enlise, faites vite! Ils ont tous les moyens pour endoctriner la population: par peur, par conviction, par la force ou par l'argent", a déclaré le député de Tombouctou, en mission à Paris à la veille de la tenue à Bamako d'une réunion internationale pour préparer la reconquête du nord du Mali.

"Il faut une intervention urgente des forces occidentales. Nous l'espérons, nous le souhaitons, nous le désirons", a insisté M. Haïdara au cours d'un entretien à Paris avec quelques journalistes dont l'AFP.

"La communauté internationale a la responsabilité de faire très vite car les gens se rallient aux terroristes", a renchéri Haïssata Cissé-Haïdara, députée de Bourem (à 45 km de Gao), également membre de la délégation parlementaire malienne.

"A Gao, les islamistes se sont rapprochés de la population. Ils ont distribué de l'argent pendant le carême pour payer le sucre, ils ont donné de l'argent pour que l'électricité soit distribuée gratuitement", a-t-elle souligné.

Les deux députés maliens ont également rendu un hommage appuyé au président français François Hollande, dont ils ont salué la "décision très courageuse" de soutenir une intervention militaire ouest-africaine dans le nord du Mali.

"Nous savons que le président Hollande a pris la lourde responsabilité de décider d'accompagner l'Etat malien, la Cédéao (Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest) pour libérer le Nord du Mali. C'est une décision difficile alors qu'il y a six ressortissants français détenus dans le nord du pays", a reconnu Elhadj Baba Haïdara.

Mais, a-t-il affirmé, "si on n'arrête pas le financement des preneurs d'otages, la prime aux otages pour les libérer, le problème du Mali ne sera jamais réglé". "Les terroristes se servent de cet argent pour financer leur armement, leur recrutement mais aussi le soutien aux populations", a-t-il dit.

"M. Hollande est plus populaire au Mali qu'en France", a assuré le député de Tombouctou, disant vouloir "aider pour que sa décision soit comprise".

Lors de leur séjour en France, les deux représentants du Collectif des élus du Nord-Mali, qui regroupe 2.716 élus (députés, maires, etc.), ont notamment rencontré le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone et la présidente de la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée Elisabeth Guigou.

La réunion internationale prévue vendredi à Bamako est destinée à peaufiner une stratégie de reconquête militaire du nord du Mali, occupé depuis plus de six mois par des islamistes armés liés à Al-Qaïda.

Elle intervient une semaine après l'adoption d'une résolution du conseil de sécurité de l'Onu ouvrant la voie au déploiement d'une force militaire étrangère de quelque 3.000 hommes au Mali et donnant 45 jours aux pays ouest-africains, qui en constitueront le noyau, pour préciser leurs plans.

alc/kat/jpc

© 1994-2012 Agence France-Presse


Viewing all articles
Browse latest Browse all 14548

Latest Images

Trending Articles