Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 676 | 677 | (Page 678) | 679 | 680 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: DanChurchAid
    Country: South Sudan

    South Sudan is facing increased violence, political chaos and a deepening economic crisis, resulting in widespread hunger and massive displacement

    By Andreas Kiaby, Head of Programme, DanChurchAid, South Sudan

    More than 4.8 million people are deemed severely food insecure. In a country that imports 80% of its food, has almost no formal financial institutions, 700% yearly inflation and a deepening crisis in law and order, humanitarian action is facing a true test of strength. Access is curtailed by armed groups, politics and impassable roads. Some areas can only be reached by helicopter or after more than six hours of walking from a landing strip. The hardest-to-reach areas require incredibly expensive food-drop programmes to meet even the most basic needs.

    The World Humanitarian Summit pledged that we change people’s lives and end humanitarian needs. Ending need requires reinforcing local systems, anticipating crises and transcending the humanitarian – development divide. In the consultations around the Summit, cash transfer programming was highlighted as one of the strongest vehicles for doing this, but more concrete steps were left out of the final report.

    In areas where markets are functioning, people say that they prefer cash rather than in-kind support because cash is more flexible and can be used to cover immediate needs to buy food, recover lost assets and prepare for hardship ahead, such as a lean or rainy season. South Sudan brings some clear suggestions on how cash-based programming can put action behind the words and show how local systems can be reinforced and resilience strengthened, while at the same time offering more concrete lifesaving support.

    Implementing cash programmes

    Cash transfers still constitute a relatively small proportion of humanitarian aid in South Sudan: currently 8% of the total funding of the Food Security and Livelihoods (FSL) Cluster goes through cash and voucher programming, mainly in internal displacement and refugee camps.

    DanChurchAid (DCA) has been working with vouchers for food assistance in South Sudan for years, but in 2016 switched to unconditional cash transfers. The motives for doing so are that unconditional/unrestricted cash transfers are faster to set up, respond to a broader set of needs and are better suited to a situation where beneficiaries and traders frequently move. Equally important, unrestricted cash is DCA’s default modality as it best supports dignity and offers the greatest range of benefits. In 2017, DCA hopes to reach more than 60,000 people with this form of assistance.

    DCA and its partners start cash transfer programmes by defining the needs of target populations together with the community, and then deciding whether people can buy what they need at reasonable prices, in the right quantities, at the right quality and in a safe manner. If the answer is yes, then the programme can move ahead. Community groups are established to help refine vulnerability and targeting criteria, and beneficiaries are identified and registered very much like any other distribution, with the slight addition that beneficiaries should be within an acceptable distance of markets. Regular discussion with key community authorities and traders’ unions ensures that traders do not increase prices to unacceptable levels, and that markets are stocked prior to a distribution. After distributions, local staff monitor prices and restocking trends, and check whether beneficiaries were able to spend the cash safely, and in a way that benefited the household. Community consultations determine when, where and over how many rounds the total grant will be distributed. The total grant is calculated as a percentage of the minimum expenditure basket, taking food, education and other expenses into account and adjusting for the target population’s existing coping strategies.

    DCA and its partners use digital tablets to collect market data and conduct baselines on household food insecurity and how households use markets to meet their needs. In post-distribution monitoring beneficiaries are asked how satisfied they are with the distribution process, how they used the cash grant and whether it created any tensions or protection risks within the household or community. This data is analysed in near real-time through software such as MagPi, and if needed changes can be made before the next distribution.

    In addition to distributing cash, humanitarian agencies are increasingly using vouchers for fishing kits, seeds and tools, shelter materials and other basic items, in part to encourage local traders to procure and move humanitarian assistance items. By agreeing with traders, who often have connections to trader networks in neighbouring countries, what, where and when to deliver goods, humanitarian agencies are relying on private entrepreneurship to deliver assistance. This frees up time and resources within humanitarian agencies to concentrate on targeting the most vulnerable, monitoring and community engagement.

    People want cash, and spend it wisely when they get it

    More than 90% of people asked in DCA surveys in South Sudan clearly said that they preferred cash to in-kind food assistance. Recipients echo many of the global arguments in favour of cash assistance – it allows for more choice; it can be saved and transported more easily during displacement; it can be used for more purposes. Almost all recipients spend their money on food and basic goods (soap, utensils), with smaller amounts going on smaller assets (animals), business investments, paying school fees and medical treatment. As in many global studies, there are very few reports of money being spent on alcohol or other anti-social expenditures, although there are often relatively large expenditures on things that are seen as having great social importance – such as sugar, because who would dream of not having sugar to sweeten a guest’s tea?

    Markets matter

    Markets matter: not in themselves, but because without markets, cash transfers make no sense. Cash transfer programmes are only appropriate if people can buy food, essential goods and services in the right quantities and qualities and in a safe manner. This requires at least a partially functioning market. Food security and livelihood organisations are working with the World Food Programme (WFP) to monitor markets and identify opportunities for a market-based response. Markets are assessed by looking at the number of traders, how often they restock, their ability to move goods between markets, price trends and the availability of key commodities.

    Even in the deep bush people come together at established or impromptu marketplaces – sometimes even negotiating temporary ceasefires or crossing conflict lines to go to the market. In one county in Jonglei State, warring factions have agreed that children and women can cross conflict lines safely to shop at local markets. In another area, in Central Equatoria, warring tribes put their weapons aside to attend massive cattle markets. In Upper Nile State, different tribes from Sudan and South Sudan meet to trade and barter crocodile skins, dried fish, soap and grains, using several different currencies. While it is not always the case that markets survive despite conflict, it does show that a market-based approach to assistance can support local social cohesion. In many areas where we work, most households buy more than 60% of the food they eat at market.

    Markets are absolutely key to whether people have enough to eat, and are also significant places where they can come together peacefully.

    Local markets function, but not always according to the standards defined in cash transfer guidance. There are often very few traders and the supply of goods is low or irregular. Traders generally report that the main constraints to increasing inventory include lack of financial capital, compounded by a lack of access to credit; customers’ low purchasing power; price variability dependent on seasonality (prices for some goods tend to rise during the rainy season due to reduced supply); and external shocks, such as flooding and conflict. Inflation and the sharp depreciation of the South Sudanese Pound (SSP) are also major concerns, for traders and their customers alike. Since the SSP was unpegged from the US dollar in December 2015 the South Sudan government has reported inflation of over 700%. Transport costs have also increased sharply due to the disruption of trade routes, and the conflict has created considerable difficulties in accessing fuel supplies.

    These blockages are preventing traders from stocking up on food and non-food items for their businesses. When traders do manage to stock goods, customers cannot afford the high prices. Although they are aware of demand in the market, traders lack the financial resources to resupply and customers lack purchasing power to buy goods in the market. Nevertheless, traders have shown willingness and creativity in responding to increased demand. By boat, motorcycle, truck or chartered plane, goods are transported or smuggled across national borders and conflict lines, often at night. Sometimes traders manage to deliver goods, at a profit, to places humanitarians often struggle to access, and often at a lower cost.

    Direct cash transfers to traders can also support market functionality. In its programmes in Unity State, for example, some organisations have been giving cash grants to traders to help them cover rising transport costs, allowing them to bring more goods to the market. It may also be possible to cushion traders from the crushing effects of inflation by redeeming vouchers in US dollars, which gives traders access to hard currency to buy goods in neighbouring countries where the SSP has become too weak. In some areas, South Sudanese traders have resorted to buying cattle with SSP, and then transporting the animals to neighbouring countries where they are used as currency to buy goods and food. In general, organisations using cash or vouchers try to reduce the time between the exchange from US dollars to SSP and the actual distributions to minimise the amount the SSP drops in value.

    Some things money can’t buy

    Of course, some things cannot be bought with money. In a place like South Sudan, where basic services are few and far between, you cannot really buy access to healthcare or clean water. Money also usually cannot buy you protection from the gunmen and rampant violence that plague South Sudan. So, cash transfer programmes are by no means a silver bullet.

    However, livelihoods and cash grants can help people towards better self-protection strategies. Women are using cash to invest in businesses, overwhelmingly in order to escape daily firewood collection. This takes all day from morning to night and can pose a major threat to women’s safety as they are forced to venture further into unknown territory. They move away from well-trodden routes and familiar bush into alien land and unknown people, uncertain who or what lies in their path. Based on our experience, many women who collect firewood said that they felt scared travelling further and further into the bush – sometimes for more than three hours from the point of the last collection.

    Cash transfer programmes, indeed the whole monetary economy, are facing severe challenges. With a worsening economic crisis, there will be increased attempts by powerful elites and people with guns to capture the few resources that are left in the country – whether it is cash or in-kind. This requires increased engagement with community members, armed interlocutors and proximity to people in need to constantly analyse that assistance is not doing more harm than good. DCA and partners do this through regular community discussions as well as by asking specific questions in our post-distribution monitoring around security, access and conflict dynamics.

    Local actors and the humanitarian system

    Because of the massive logistical challenges and high costs of operating in South Sudan, most national and local actors find themselves as implementing partners of UN organisations or large NGOs. Many local actors find it difficult to access resources directly for their programmes, and do not have the necessary logistical pipelines to deliver assistance. However, they often have greater local access and acceptance in the communities where they work. This tension between those who have resources and those who are close to the people in need of them is not a new one. Cash might, however, be a disruptive power in this hierarchy, as it can be delivered quickly and cheaply by local actors. As an example, it will be much easier for a local church organisation with networks in Juba to transfer money to constituencies in Upper Nile than if the same local organisation were to buy and transport food. We are seeing local groups engage traders in border regions to deliver food using market networks rather than the traditional means of humanitarian assistance. With cash transfer programming picking up in scale and interest, it might be a refreshing question for humanitarian actors to ask ‘why not cash, and why not now’?


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Nigeria

    DAMATURU/ABUJA – The Executive Director of the World Food Programme (WFP), Ertharin Cousin welcomes the progress made by the humanitarian community and the Government of Nigeria in fighting hunger in the country’s northeast. Together, Cousin said, they are reaching increasing numbers of people affected by years of conflict.

    People in newly liberated areas suffer from extreme hunger and malnutrition. Children, in particular, suffer from severe acute malnutrition. By December 2016, an agile response, combining rapid air-and-road interventions, enabled WFP and partners to reach more than a million people in need, particularly in these high risk areas. And while some areas remain inaccessible, organizations are working together to reach as many as 1.8 million vulnerable men, women and children in the first quarter of 2017.

    “You can see the tremendous progress achieved in a matter of months,” Cousin said. “Children who could barely stand just last November are now on the road to recovery. They will continue to require our assistance in the coming months. The work of the international community in Nigeria is not over yet.”

    She was speaking after visiting Pompomari camp for the internally displaced in Damaturu, where people from Yobe and Borno States sought safety. The 2,000 people in the camp fled their lands and lost their homes; some have occupied the camp for more than two years.

    At Pompomari, WFP provides cash assistance in the form of money credited electronically to mobile phones. The spending helps to stimulate local markets. To prevent and treat child malnutrition, children under the age of five receive a highly nutritious, peanut-based supplement, while pregnant and nursing women receive nutritional support.

    But amid concerns over continued funding, Cousin sounded a note of caution. “The world should not wait for babies to die before taking action,” she warned. She appealed to the international community not to prioritize one hungry child over another.

    WFP is the world's largest humanitarian agency fighting hunger worldwide, delivering food assistance in emergencies and working with communities to improve nutrition and build resilience. Each year, WFP assists some 80 million people in around 80 countries.

    Follow us on Twitter: @WFP_WAfrica, @wfp_media

    For more information please contact (email address: firstname.lastname@wfp.org):
    Margot Van der Velden, WFP/Abuja: 0805540600
    Abdou Dieng, WFP/Dakar: +221776449851
    Andre Vornic, WFP/Dakar: +221776394271
    Frances Kennedy, WFP/Rome: +393467600806


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Mali

    Points saillants :

    • L’outil mVAM (collecte de données par téléphone) a été testé en comparant les résultats obtenus avec ceux issus de deux enquêtes réalisées en face-à-face.
    • Le test du mVAM a montré que cet outil de collecte des données à distance donnait des résultats comparables à ceux obtenus à travers des enquêtes face-à-face plus traditionnelles sur des indicateurs-clé de sécurité alimentaire. L’outil mVAM peut être ainsi considéré comme fiable et utilisable dans le cadre du suivi et d’évaluation d’impact de programmes de sécurité alimentaire ou plus globalement pour le suivi de la sécurité alimentaire, en complément des outils d’enquête existants.

    0 0

    Source: International Committee of the Red Cross
    Country: South Sudan

    Hundreds of thousands of South Sudanese received food in 2016

    Renewed violence in 2016 severely affected the lives of thousands in South Sudan. Many people lost their lives, while others were forced to flee from their homes, leaving everything behind and often losing contacts with their loved ones.

    The ICRC responded by delivering food, basic items and providing safe drinking water to thousands. We distributed seeds, tools, and fishing kits, and vaccinated livestock to help vulnerable communities. Our teams also conducted regular visits to thousands of detainees to monitor the conditions of their detention.

    Highlights of our work in South Sudan in 2016.

    • 950,000 food rations distributed to people in need
    • Nearly 234,000 people received seeds and tools for farming
    • 793,000 livestock were vaccinated, benefitting 167,000 people
    • Conducted more than 143,000 outpatient consultations
    • Visited over 5,200 detainees to help improve their living conditions
    • Trained over 3,270 weapon bearers on International Humanitarian Law (IHL) and the International Human Rights Law (IHRL)

    0 0

    Source: US Agency for International Development
    Country: South Sudan, Sudan, United States of America

    HIGHLIGHTS

    • USG announces easing of sanctions against Sudan; AU, UN welcome move

    • GoS publishes revised humanitarian objectives in late December 2016

    • Relief agencies monitor effects of economic austerity policies on humanitarian conditions and aid operations across Sudan

    KEY DEVELOPMENTS

    • On January 13, the U.S. Government (USG) announced that it would ease certain trade and investment sanctions on Sudan, following positive bilateral engagement with the Government of Sudan (GoS) on a variety of issues, including humanitarian access, since mid-2016.

    • The GoS published revised Directives and Procedures for Humanitarian Action in Sudan in late December 2016. The revision includes several notable changes that, when implemented, will facilitate improved access.

    • The UN and the GoS recently concluded the first multi-sector, interagency assessment of humanitarian conditions in Central Darfur State’s Golo town since 2012. The UN, USG, and relief organizations continue to monitor humanitarian needs, advocate with officials at all levels of government, and work to reach vulne


    0 0

    Source: Government of the Republic of Mali
    Country: Mali

    I. Résumé

    Enclavé et coincé entre sept autres pays, le Mali possède des échanges transfrontaliers de produits agricoles avec plusieurs pays à travers le Monde. Ces échanges sont vitaux pour notre pays car il permet au pays de vendre ses produits locaux et de s’approvisionner en produits venant d’ailleurs. Ce rapport traite des échanges de produits agricoles entre le Mali et les autres pays du Monde durant ce mois d’octobre 2016.

    Contrairement au mois écoulé, le volume total des produits agricoles entrés au Mali a baissé en passant de 52.712 tonnes le mois passé à 48.698 tonnes ce mois-ci, soit une baisse de l’ordre de 4.014 tonnes. De +25% le mois passé, le taux de variation des quantités entrées durant ce mois d’octobre 2016 a baissé à -8%.

    Par contre, le volume total des produits agricoles sortis du Mali a augmenté en passant de 15.063 tonnes le mois passé à 17.798 tonnes ce mois-ci, soit une hausse de +18%. De même, les produits agricoles, transitant par le Mali, ont connu une augmentation de volume en passant de 1.584 tonnes le mois passé à 1.750 tonnes ce mois-ci, soit une hausse de +10%.

    Par rapport au mois écoulé, la baisse du volume total des produits agricoles entrés au Mali provient des céréales et dérivés, des fruits et légumes, des racines et tubercules et des produits halieutiques. Ces quatre (4) catégories de produits constituent, ce mois-ci, les 80% du volume total des produits agricoles entrés au Mali. Les quantités de produits agricoles entrées au Mali sont composées de:

    • 23.236 tonnes de céréales et dérivés, soit 48% du volume total;

    • 11.404 tonnes de fruits et légumes, soit 23% du volume total;

    • 538 tonnes de légumineuses, soit 1% du volume total ;

    • 3.960 tonnes de racines et tubercules, soit 8% du volume total;

    • 204 tonnes d’oléagineux, soit 0,42% du volume total;

    • 326 tonnes de produits halieutiques, soit 1% du volume total;

    • Et de 9.031 tonnes d’autres produits agricoles, soit 19% du volume total.

    Pour ce qui concerne les céréales et dérivés entrés au Mali, au cours de ce mois d’octobre 2016, ils restent largement dominés par le blé avec 72% des quantités totales de produits céréaliers et dérivés entrées au Mali. Il est suivi du riz avec 27% et le reste avec 1%. Ce reste du volume total des céréales et dérivés entrés au Mali au cours du mois est composé de fonio, de maïs et de la farine.

    Les fruits et légumes entrés sont par ordre d’importance l’oignon (6.670 tonnes), la banane Plantin (1.077 tonnes), l’orange (967 tonnes), la pomme (716 tonnes), l’ail (471 tonnes), la tomate (401 tonnes), la banane (340 tonnes), la carotte (262 tonnes), le Placary (110 tonnes), le café (86 tonnes), la papaye (80 tonnes), le tamarin (40 tonnes), le piment (40 tonnes), les dattes (30 tonnes), la noix de coco (30 tonnes), la pastèque (30 tonnes), le nescafé (24 tonnes), le haricot (20 tonnes) et la goyave (10 tonnes). Ces dix-neuf (19) produits constituent environ les 99% de l’ensemble des fruits et légumes entrés dans le pays au cours du mois.

    Pour les racines et tubercules, les produits entrés sont, par ordre d’importance, la pomme de terre (86%), l’igname (7,80%), l’attiéké (6%) et la patate douce (0,20%).
    Les produits oléagineux, entrés au Mali durant ce mois d’octobre 2016, sont constitués de l’amande ou noix de karité (49%), la graine de coton (27%), l’huile de sésame (20,5%), l’huile de palme (3%) et l’huile végétale (0,5%). Ce qui correspond en termes de volume à 100 tonnes d’amande ou noix de karité, 55 tonnes de graine de coton, 42 tonnes d’huile de sésame, 6 tonnes d’huile de palme et 1 tonne d’huile végétale.

    S’agissant des produits halieutiques, les volumes à l’entrée ont baissé pour les poissons frais de 3.869 tonnes le mois passé à 300 tonnes ce mois-ci et pour les poissons séchés et fumés de 105 tonnes le mois passé à 25 tonnes ce mois-ci. Les poissons frais ont représenté, durant ce mois d’octobre 2016, 92% des entrées de produits halieutiques dans le pays contre 8% pour les poissons fumés ou séchés.

    Quant aux autres produits entrés dans le pays, c’est le sucre (33% du volume total des autres produits), qui vient en tête au cours de ce mois d’octobre 2016. Ensuite, suivent le thé (32%), les pâtes et poudres alimentaires (23%), le cola (5%), les jus (3%), le détarium (1%), l’aliment pour bétail/tourteaux (1%), le thé Lipton (1%) et le reste (1% du volume total des autres produits). Ce reste est composé des produits suivants: la poudre de tabac, la graine de néré, le quinqueliba et le soumbala.

    Les produits sortis du Mali durant ce mois d’octobre 2016 ont été de 17.798 tonnes contre 15.063 tonnes le mois passé, soit une hausse de +18%. La hausse du volume total des produits agricoles sortis du Mali provient essentiellement de trois (3) classes de produits, à savoir, les fruits et légumes, les racines et tubercules et les produits halieutiques.

    L’évolution du volume des produits agricoles sortis du Mali est la suivante:

    • Céréales et dérivés : Cette classe de produits sortis du Mali a, à l’instar du mois passé, connu une baisse de volume durant ce mois d’octobre 2016. En effet, les quantités sorties sont passées de 1.542 tonnes le mois passé à 1.518 tonnes ce mois-ci, soit -2% de baisse. Les céréales et dérivés représentent environ 9% des quantités totales sorties du pays au cours de ce mois-ci contre 10% le mois précédent. Ce sont le maïs, le mil, le fonio et le riz, qui sont sortis du Mali au cours de la période concernée. S’agissant du cumul des sorties des céréales et dérivés entre janvier 2016 et octobre 2016, il a été de 23.661 tonnes. Comparé à la même période de l’année dernière, le volume global des sorties des céréales et dérivés est en hausse de +48%. En effet, ce volume est passé de 1.024 tonnes en octobre 2015 à 1.518 tonnes en octobre 2016. Le cumul des sorties de cette catégorie de produit depuis le début du suivi des flux transfrontaliers (janvier 2015) jusqu’à ce mois d’octobre 2016 est de 44.490 tonnes.

    • Les fruits et légumes sortis du Mali sont de 4.993 tonnes au cours de ce mois-ci contre 3.354 tonnes le mois écoulé, soit une hausse de +49%. Le volume global de cette catégorie de produits représente 28% des quantités totales sorties du pays au cours de ce mois, contre 22% le mois passé. L’oignon vient en première position parmi les fruits et légumes sortis du pays, avec 2.134 tonnes et représente environ +43% des quantités de fruits et légumes sorties du Mali. Après l’oignon, suivent le haricot avec 12%, l’échalote avec 12%, le piment avec 10%, la pastèque avec 8%, le gingembre avec 6%, la goyave avec 2%, le tamarin avec 2%, le chou avec 1%, les dattes avec 1%, l’orange avec 1%, le pois sucré avec 1% et le reste avec 1% des quantités de fruits et légumes sorties du Mali. Ce reste des fruits et légumes sortis du Mali est composé des produits suivants: la banane, la tomate, la banane Plantin et l’aubergine. Le cumul des fruits et légumes sortis du Mali au cours de la période allant de janvier à octobre 2016 s’élève à environ 60.888 tonnes. Le cumul des sorties de cette catégorie de produit depuis le début du suivi des flux transfrontaliers (janvier 2015) jusqu’à ce mois d’octobre 2016 est de 126.018 tonnes. Par rapport à la même période de l’année dernière, le volume global des sorties des fruits et légumes est en hausse de +231%. En effet, ce volume est passé de 1.511 tonnes en octobre 2015 à 4.993 tonnes en octobre 2016.

    • Les légumineuses, cette classe de produits sortis du pays a, parallèlement au mois passé, connu une diminution. Ainsi, les quantités sorties ont baissé en passant de 2.285 tonnes le mois passé à 984 tonnes ce mois-ci, soit une baisse de -57%. Les quantités de légumineuses sorties au cours de ce mois correspondent à 6% des sorties totales du pays contre 15% le mois dernier. Les quantités de légumineuses sorties du pays sont constituées essentiellement des produits suivants: le niébé (67%), le sésame (16%), l’arachide coque (10%) et l’arachide décortiquée (7%). Au cours de la période allant de janvier à octobre 2016, le cumul des sorties de cette classe de produits est de 30.108 tonnes. Par rapport à la même période de l’année dernière, les exportations des légumineuses sont en baisse de -15%. En effet, elles sont passées de 1.151 tonnes en octobre 2015 à 984 tonnes en octobre 2016. Le cumul des exportations de légumineuses depuis le début du suivi des flux transfrontaliers (janvier 2015) jusqu’à ce mois d’octobre 2016 est de 56.612 tonnes.

    • Les racines et les tubercules sortis du Mali ont, à l’instar du mois précédent, augmenté de volume ce mois-ci. En effet, les quantités de cette classe de produits sont passées de 4.265 tonnes le mois passé à 7.209 tonnes ce mois-ci, soit une hausse de +69%. Avec ce volume, les quantités sorties représentent ce mois-ci environ +41% du volume total des sorties du pays contre +28% le mois dernier. Le cumul des sorties des produits au cours de la période allant de janvier à octobre 2016 s’élève à 20.797 tonnes. Au cours de ce mois d’octobre 2016, les quantités de racines et de tubercules sorties du Mali sont composées de patate douce pour 98%, de la pomme de terre pour 1,50%, le manioc pour 0,25% et l’igname pour 0,25%. Les racines et tubercules représentent 7.209 tonnes ce mois-ci contre 5.796 tonnes en octobre 2015, soit +24% de hausse. Le cumul des sorties de cette catégorie de produit depuis le début du suivi des flux transfrontaliers (janvier 2015) jusqu’à ce mois d’octobre 2016 est de 43.813 tonnes.

    • Les oléagineux sortis du Mali sont, contrairement au mois écoulé, en baisse. En effet, ils représentent +8% des sorties totales du pays contre +11% le mois dernier. Le volume total des oléagineux sortis du Mali a connu une baisse durant ce mois-ci. En effet par rapport au mois passé, les quantités sorties du pays ont diminué en passant de 1.678 tonnes à 1.370 tonnes, soit une baisse de -18%. Les oléagineux sortis du pays sont composés de produits suivants : l’amande ou la noix de karité pour 93%, le beurre de karité pour 4% et l’huile de palme pour 3%. Le cumul des sorties des oléagineux entre janvier et octobre 2016 est de 12.083 tonnes. Les exportations s’élèvent à environ 1.370 tonnes ce mois-ci contre 2.696 tonnes en octobre 2015, soit -49% de baisse. Entre janvier 2015 (début de suivi des flux transfrontaliers) jusqu’à ce mois d’octobre 2016, le cumul des quantités sorties des oléagineux est de 40.343 tonnes.

    • Le bétail sorti du pays a, par rapport au mois écoulé, connu une forte baisse. Le nombre total de bétail exporté au cours de ce mois est de 14.821 têtes de bétail contre 23.727 têtes le mois passé, soit -38% de baisse. Cette baisse du nombre total du bétail sorti est perceptible au niveau des petits ruminants (ovins et caprins). Le nombre de cette catégorie d’animaux a diminué ce mois-ci de -50%. Le nombre de têtes de bétail exporté durant ce mois est composé de 3.988 têtes de bovins et de 10.833 têtes d’ovins et de caprins. De janvier à octobre 2016, les exportations de cette catégorie de produits ont été de 89.655 têtes de bovins et de 331.406 têtes d’ovins et de caprins et 93.734 unités de volaille. Entre janvier 2015 (début de suivi des flux transfrontaliers) jusqu’à ce mois d’octobre 2016, le nombre total des animaux sortis est de 231.782 têtes de bovins, 752.193 têtes d’ovins et de caprins et de 129.863 unités de volailles.

    • Les produits halieutiques représentent ce mois-ci environ 2% des sorties totales du pays contre +1% le mois écoulé. Les quantités sorties de produits halieutiques s’élèvent à 294 tonnes ce mois-ci contre 155 tonnes le mois écoulé, soit une hausse de +90%. Au cours de ce mois d’octobre 2016, le regain du volume total des sorties de poissons est perceptible tant au niveau des poissons frais, qu’au niveau des poissons séchés ou fumés. En effet, les quantités sorties ont augmenté en passant de 120 tonnes le mois passé à 224 tonnes ce mois-ci pour le poisson frais et de 35 tonnes le mois passé à 70 tonnes ce mois-ci pour le poisson séché. De janvier à octobre 2016, les produits halieutiques sortis du Mali ont été de 2.113 tonnes. En octobre 2015, il n’y a pas eu d’exportations de produits halieutiques, par contre durant ce mois d’octobre 2016, où il y a eu 294 tonnes. Les quantités de produits halieutiques sorties du Mali entre janvier 2015 et octobre 2016 sont de 4.417 tonnes.

    • Les autres produits ont constitué ce mois-ci 8% des sorties totales du pays contre 12% le mois écoulé. Par rapport au mois passé, les quantités des autres produits sorties du pays ont baissé de 1.784 tonnes le mois passé à 1.425 tonnes ce mois-ci, soit -20% de baisse. Le cumul des exportations de cette catégorie de produit est de 54.700 tonnes entre janvier et octobre 2016. Au cours de la période allant de janvier 2015 (début de suivi des flux transfrontaliers) jusqu’à ce mois d’octobre 2016, le cumul des quantités sorties des autres produits est de 99.806 tonnes.

    Durant ce mois d’octobre 2016, il y a eu des produits qui ont transité par le Mali. Leur volume de ce mois-ci est supérieur à celui du mois passé de +10%. En effet, les produits, qui ont transité par le Mali, ont été de 1.750 tonnes ce mois-ci contre 1.584 tonnes le mois passé.
    Les produits transités sont entre autres:

    • L’oignon (828 tonnes), le piment (26 tonnes) ;

    • L’arachide décortiquée (12 tonnes) :

    • La pomme de terre (440 tonnes) ;

    • Le cola (20 tonnes), les aliments pour bétail (360 tonnes) et les pâtes et poudres alimentaires (64 tonnes).

    Pour de plus amples informations sur les tableaux récapitulatifs et comparatifs du mois en cours, referez-vous aux tableaux des chapitres V, VI, VII, VIII et IX.


    0 0

    Source: Government of the Republic of Mali
    Country: Mali

    Durant la semaine du 19 au 25 janvier 2017, les marchés céréaliers ont été marqués, par une stabilité des prix des riz importés et local Gambiaka et par quelques légères fluctuations, majoritairement en hausse, de ceux des céréales sèches. L’offre globale sur les marchés arrive à satisfaire la demande à travers le pays.

    NB : Il est à noter que l’écart important des fourchettes de prix du mil réside dans la qualité selon les zones de production. Les mil en provenance des régions de Sikasso et Mopti sont réputés de meilleure qualité que ceux de la région de Ségou.

    Au cours de la période, sur les marchés ruraux, les prix pratiqués ont été les suivants:

    • 105 F CFA le kilo pour le mil à Sirakorola, 110 à Dioro et à Monimpébougou, 113 à Macina, 125 à Dioïla, M’Pèssoba, Zangasso, Yorosso, Kiffosso, Bla et à Dougouolo, 130 à Niono et à San, 135 à Diéma, Koury et à Koutiala, 145 à Diallassagou et à Koulogon, 150 à Bankass et 155 F CFA le kilo à Koro;

    • 100 F CFA le kilo pour le sorgho à Zangasso, Yorosso et à Kiffosso, 105 à Dioïla, Sirakorola,
      M’Pèssoba, Bla et à Dougouolo, 110 à Koury, 115 à Diéma, Koutiala et à San et 125 F CFA le kilo à Badinko;

    • 85 F CFA le kilo pour le maïs à Zangasso, 90 à Loulouni, Yorosso et à Yanfolila, 95 à Dioïla,
      Koury, M’Pèssoba et à Dougouolo, 100 à Badinko, Koutiala et à Kiffosso et 110 F CFA le kilo à Kita;

    • Et enfin 235 F CFA le kilo pour le riz local Gambiaka à Sokolo, 250 à Diakawèrè, 260 à Niono et à Dogofri, 265 à Shiango et 270 F CFA le kilo à Dioro et à Macina.

    Dans le District de Bamako, par rapport à la semaine écoulée, les prix sont restés globalement stables, hormis ceux du sorgho et du niébé qui ont fluctué à la hausse. Ainsi, les prix au détail couramment pratiqués ont été de 175 F CFA le kilo pour le maïs, 200 pour le mil et pour le sorgho, 250 pour les mil/sorgho/maïs pilés, 350 pour le riz brisé importé et pour les riz RM40 importés thaïlandais et vietnamiens, 375 pour le riz local Gambiaka, 400 pour le niébé et 500 F CFA le kilo pour le fonio.
    Dans les capitales régionales, les prix pratiqués par les détaillants ont été à :

    • Kayes Centre de : 200 F CFA le kilo pour le sorgho et pour le maïs, 250 pour le mil, 300 pour les sorgho/maïs pilés, 350 pour les riz importés brisé et RM40 et pour le mil pilé, 400 pour le niébé et 600 F CFA le kilo pour le fonio;

    • Koulikoro Ba de : 150 F CFA le kilo pour le sorgho et pour le maïs, 175 pour le mil, 250 pour les sorgho/maïs pilés, 275 pour le mil pilé, 350 pour les riz importés brisé et RM40, 375 pour le riz local Gambiaka, 400 pour le niébé et 550 F CFA le kilo pour le fonio; .

    • Sikasso Centre de : 125 F CFA le kilo pour le maïs, 150 pour le sorgho, 200 pour le mil et pour le maïs pilé, 275 pour le riz étuvé blanc, 300 pour le mil pilé, 325 pour le riz BG, 350 pour le riz RM40 importé et pour le riz local Gambiaka, 375 pour le riz brisé importé, 400 pour le niébé et 600 F CFA le kilo pour le fonio;

    • Ségou Centre de : 150 F CFA le kilo pour le mil, le sorgho et pour le maïs, 250 pour les mil/sorgho/maïs pilés, 325 pour le riz local Gambiaka, 375 pour le niébé et 550 F CFA le kilo pour le fonio;

    • Mopti Digue de : 175 F CFA le kilo pour le sorgho et pour le maïs, 200 pour le mil, 250 pour les mil/sorgho pilés, 300 pour le riz BG, le riz étuvé rouge et pour le maïs pilé, 325 pour le riz étuvé blanc, 350 pour le riz RM40 importé et pour le riz local Gambiaka, 400 pour le niébé et 500 F CFA le kilo pour le fonio;

    • Tombouctou de : 184 F CFA le kilo pour le paddy, 225 pour le mil, 250 pour le sorgho, 306 pour le riz étuvé blanc, 340 pour le riz RM40 importé, 350 pour le riz BG, 375 pour le mil pilé et pour le niébé, 600 F CFA le kilo pour le fonio;

    • Gao de : 200 F CFA le kilo pour le paddy, le sorgho et pour le maïs, 250 pour le mil et pour les sorgho/maïs pilés, 300 pour le mil pilé, 375 pour le niébé, 400 pour les riz importés brisé et RM40, 425 pour le riz local Gambiaka, 450 pour le riz BG et 750 F CFA le kilo pour le fonio.

    Sur le marché de Bamako Médine, par rapport à la semaine passée, les prix à la consommation ont baissé pour l’échalote fraiche (Djabadew Kènè) et les échalotes séchées (Djaba Fôlôfôlô et Djaba Kuruni) et sont restés stables pour l’échalote séchée (Djaba Djalani). Ainsi ces prix ont été de :

    • 200 F CFA le kilo pour l’échalote fraîche (Djabadew Kènè);

    • 800 F CFA le kilo pour l’échalote séchée (Djaba Fôlôfôlô);

    • 900 F CFA le kilo pour l’échalote séchée (Djaba Kuruni);

    • Et 2.000 F CFA le kilo pour l’échalote séchée (Djaba Djalani).

    A Kayes, le sac de 100 kilogrammes a coûté 14.000 F CFA pour le maïs, 16.000 pour le sorgho, 20.000 pour le mil et 30.500 F CFA pour le riz BB importé non parfumé.

    Dans le District de Bamako, le sac de 100 kilogrammes a coûté entre 12.500 et 13.000 F CFA pour le maïs, 15.000 pour le sorgho, entre 15.000 et 15.500 pour le mil et 32.000 F CFA pour le riz BB importé thaïlandais, le riz RM40 importé et pour le riz local Gambiaka (tout venant).

    Par rapport à la même période de l’année dernière, les prix au consommateur des riz importés et local Gambiaka sont majoritairement en baisse. Cependant comparés aux prix moyens des cinq dernières années, les prix actuels sont majoritairement en hausse. S’agissant des céréales sèches, leurs prix au consommateur sont, par rapport à ceux de l’année dernière, en relative stabilité pour les céréales sèches. Par rapport aux prix moyens des cinq dernières années, les prix des céréales sèches sont tous en baisse.

    Concernant les pays de la sous-région, le Niger a été le seul pays à envoyer ses prix au consommateur. Le Mali occupe la première place pour toutes les spéculations. Ainsi au niveau de la sous-région, les prix au consommateur ont évolué de la manière suivante.

    • 200 F CFA le kilo pour le mil à Bamako Niaréla (Mali) et 235 F CFA le kilo à Niamey Katako (Niger);

    • 175 F CFA le kilo pour le sorgho à Bamako Niaréla (Mali) et 234 F CFA le kilo à Niamey Katako (Niger);

    • 175 F CFA le kilo pour le maïs à Bamako Niaréla (Mali) et 192 F CFA le kilo à Niamey Katako (Niger);

    • Et enfin 350 F CFA le kilo pour le riz de grande consommation à Bamako Niaréla (Mali) et 400 F CFA le kilo à Niamey Katako (Niger).

    Durant cette semaine, sur l’ensemble du territoire national, les prix de l’aliment bétail à base de graines de coton sont restés relativement stables par rapport à la semaine écoulée. Ces prix ont varié entre 5.500 et 8.500 F CFA pour les sacs de 40 et 50 kg, ce qui correspond à une stabilité tant pour le prix plancher que pour le prix plafond. Dans les capitales régionales, les prix du sac de 50 Kg de l’aliment bétail à base de graines de coton ont été de :

    • 7.500 F CFA à Bamako Dibida, Bamako Faladié, Bamako Ouolofobougou, Koulikoro Ba et à Ségou Centre;

    • Et 8.000 F CFA à Kayes Centre;
      Ces mêmes prix pour les sacs de 40 Kg ont été de :

    • 5.750 F CFA à Mopti Digue;

    • Et 7.000 F CFA à Gao.

    NB : Riz RM40 importé – Appellation commerciale de tout riz importé dont le taux de brisure est inférieur ou égal à 40% et qui a été adoptée par l’OMA.


    0 0

    Source: Africa Rice Center
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Côte d'Ivoire, Guinea, Madagascar, Mali, Nigeria, Sierra Leone, Uganda, United Republic of Tanzania, World

    Abidjan, Côte d'Ivoire
    27 Jan 2017

    An international team of researchers representing the Africa Rice Center (AfricaRice), the International Rice Research Institute (IRRI) and Wageningen University, has raised the alarm over the enormous economic impact of parasitic weeds on rice production in Africa, threatening the food security and livelihoods of millions of resource-poor rice farmers and consumers in the region.

    Smallholder farmers in the continent are losing every year half a million tons of rice worth about US $200 million because of parasitic weeds. This is roughly equivalent to the annual rice consumption of Liberia, a low-income country, which is highly dependent on rice imports. If the rice lost due to the parasitic weeds had been saved, it would have been enough to feed the total population of Liberia (4.5 million people) for a whole year.

    Parasitic weeds are among the most destructive and problematic weeds to control. “When these plants invade food crops, they turn into ferocious weeds,” said Dr Jonne Rodenburg, Agronomist at AfricaRice. The most important parasitic weed species in rice are Striga asiatica, S. aspera, S. hermonthica and Rhamphicarpa fistulosa. They are all endemic to Africa and can also parasitize other cereal crops like maize, sorghum and millet.

    The team of researchers reveal that these parasitic weeds, which survive by siphoning off water and nutrients from host crops, have invaded 1.34 million hectares of rainfed rice in Africa, affecting an estimated 950,000 rural households. They are increasingly becoming severe due to an intensification of agricultural production and climate changes.

    The areas affected by parasitic weeds are home to some of the world’s poorest farmers. Studies by AfricaRice and partners have shown that parasitic weeds seem to predominantly affect women farmers in Africa as they are often forced to grow rice on the most marginal and parasitic weed-infested plots.

    Parasitic weeds threaten rice production in at least 28 countries in Africa that have rainfed rice systems. The most affected countries are Burkina Faso, Cameroon, Côte d’Ivoire, Guinea, Madagascar, Mali, Nigeria, Sierra Leone Tanzania and Uganda.

    The researchers warn that these parasites are spreading fast in the rainfed rice area and if nothing is done to stop them in their tracks, the damage will increase by about US $30 million a year. These findings were revealed in a recent article by Rodenburg, Demont, Zwart and Bastiaans, entitled “Parasitic weed incidence and related economic losses in rice in Africa,” published in Agriculture, Ecosystems and Environment 235 (306-317). It is published as open access (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S016788091630528X).

    Rice is the second most important source of calories in Africa. It is also critical for smallholder incomes. Demand for rice is growing at a rate of more than 6% per year – faster than for any other food staple in sub-Saharan Africa (SSA), because of changes in consumer preferences and urbanization. Rice production is increasing across SSA, but the continent still imports some 40% of its rice.

    Until now, there has been little information on the regional spread and economic importance of parasitic weeds in rice in Africa. “We have presented in this article best-bet estimates on the distribution as well as the agronomic and economic impact of parasitic weeds in rice in Africa,” explained Dr Rodenburg. “In fact, this is the first multi-species, multi-country impact assessment of parasitic weeds in Africa.”

    The article focuses on the four most important parasitic weeds in rice. Striga species – known under the common name “witchweed” – occur in at least 31 countries with rain-fed upland rice systems. Rhamphicarpa fistulosa – known under the common name “rice vampireweed” – threatens rice production in at least 28 countries with rainfed lowland rice systems.

    Dr Sander Zwart, AfricaRice Remote sensing and Geographic information systems specialist, explained that for this study, a map of rainfed rice production areas, compiled from different databases, was overlapped with parasitic weed observation data retrieved from public herbaria to visualize regional distribution of these four important parasitic weeds.

    From this overlap, probabilities of actual infestation were estimated. These estimates together with secondary data on parasite-inflicted crop losses and efficacy of weed control were combined into a stochastic impact assessment model.

    The knowledge acquired on the distribution as well as the agronomic and economic impact of parasitic weeds in rice in Africa underlines the importance of finding effective measures to control these pests through research.

    AfricaRice and its partners have been investigating and developing efficient parasitic weed management strategies that are affordable and feasible for resource-poor rice farmers. “A range of high-yielding, short-cycle, farmer-preferred rice varieties have been identified with resistance or tolerance to different species and ecotypes of Striga, as well as varieties with good defense against R. fistulosa,” said Dr Rodenburg.

    He explained that such varieties can be combined with different agronomic measures, such as late sowing (against R. fistulosa) or early sowing (against Striga), and the use of organic soil fertility amendments. Growing a leguminous cover crop such as Stylosanthes guianensis and following a zero-tillage approach also contribute to effective control of Striga, as demonstrated by agronomic experiments conducted by AfricaRice and its partners.

    To study institutional and socio-economic constraints underlying the challenge posed by the parasitic weeds, and to raise awareness and improve communication on efficient management strategies, AfricaRice and its partners have brought together stakeholders, including national research institutes, extension services, crop protection services and private sector representatives in workshops in East and West Africa.

    At a time where there is a decline in public sector investments in agricultural research, efficient targeting of resources is becoming increasingly important. “The results of our studies emphasize the importance of targeted investments in further research, the development and dissemination of control technologies and capacity building of farmers, extension agents and other stakeholders, to reverse the observed trend of increasing parasitic weeds in rice,” stated Dr Rodenburg.


    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Cameroon, Chad, Nigeria

    Since 2014, Cameroon has felt the effects of the insurgency of the Islamic State in West Africa (ISWA, formerly known as Boko Haram). The increase of violent attacks in Nigeria, Cameroon and neighbouring countries has led to the displacement of populations away from areas of conflict and violence.

    The International Organization for Migration set up and rolled out the first round of the Displacement Tracking Matrix (DTM) in November 2015 with the objective of providing regular, accurate and updated information on displaced populations within the Far North region of Cameroon to better support the response of the Government of Cameroon and the humanitarian community. The Cameroon DTM can be compared with the Nigeria DTM for an understanding of displacement within the regional context. The data collected between December 9th and December 23rd 2016, and presented in this sixth report, includes information on number of displaced persons, period of displacement, reason for displacement, type of accommodation and household information, and demographic data on displaced populations. This report includes data collected through evaluations conducted in 06 departments, 37 arrondissements and 546 villages of the Far North region.

    All analytical results and figures contained in this report have been rounded. Unrounded figures are available in the Raw Data Annex. This round of the DTM was conducted at a lower geographical level to provide more accurate information on the displaced population.

    Highlights

    Population identified by the DTM in December 2016 in the Far North region of Cameroon:

    • 191,908 Internally Displaced Persons (33,469 households)
    • 23,430 Unregistered Refugees (4,066 households)
    • 35,665 Returnees (6,366 households)
    • 92% of the displaced population was displaced by the insurgency and 8% by flooding and other natural disasters.
    • 47% of the current population was displaced in 2016, 29% in 2015, 20% in 2014 and 4% before 2014.
    • An estimated 62% of the displaced household population lives in host communities while 23% live in rented housing, 10% in spontaneous settlements, and 4% in collective centres.

    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Cameroon, Chad, Nigeria

    Depuis 2014, le Cameroun est affecté par les effets du mouvement insurgé de l’Etat Islamique en Afrique de l’Ouest (EAIO, ex Boko Haram). L’augmentation des attaques et incursions au Nigéria, au Cameroun et dans les pays frontaliers a créé des déplacements de populations depuis les zones de conflit et de violence.

    L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a lancé son premier numéro de la Matrice de Suivi des Déplacements (DTM) en Novembre 2015 avec pour objectif de fournir des informations régulières, exactes et à jour sur les populations déplacées dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun afin d’informer la réponse du Gouvernement du Cameroun et de la communauté humanitaire. La DTM Cameroun peut être comparée avec la DTM Nigéria pour un aperçu des déplacements dans la région. Les données collectées du 9 au 23 Décembre 2016, présentées dans ce sixième rapport, incluent des informations sur le nombre de personnes déplacées, les périodes de déplacement, les raisons du déplacement, les types de logement, des informations sur les ménages, et des données démographiques. Ces données ont été collectées dans 06 départements, 37 arrondissements et 546 villages de la région de l’Extrême-Nord.

    Aux fins d’analyse, les résultats et chiffres inclus dans ce rapport ont été arrondis. Les données brutes sont disponibles en Annexe. Cette phase de la DTM a été menée au niveau des villages pour fournir des informations plus précises sur la population déplacée.

    FAITS SAILLANTS

    Population identifiée par la DTM en Décembre 2016 dans l’Extrême-Nord du Cameroun :

    • 91,908 Personnes Déplacées Internes (33,469 ménages)
    • 23,430 Réfugiés Non Enregistrés (4,066 ménages)
    • 35,665 Retournés (6,366 ménages)
    • 92% de la population déplacée l’a été par l’insurrection/conflit et 8% par des inondations et autres catastrophes naturelles.
    • 47% de la population déplacée actuelle a été déplacée en 2016, 29% en 2015, 20% en 2014 et 4% avant 2014.
    • 62% des ménages déplacés vit dans des communautés hôtes, tandis que 23% vit en location, 10% dans des sites spontanés, et 4% dans des centres collectifs.

    0 0

    Source: Government of the Republic of Mali
    Country: Mali

    «Tendance à la baisse des prix au producteur des céréales sèches sur les marchés suivis»

    Bref aperçu sur l’Observatoire du Marché Agricole

    L’Observatoire du Marché Agricole (OMA) est né de la restructuration, en 1998, du Système d’Information des Marchés (SIM) qui était logé à l’OPAM depuis sa création en 1989. C’est un ensemble décentralisé de services d’information.

    L’OMA comprend trois composantes essentielles : la cellule centrale, les Unités Locales de Collecte et de Diffusion (ULCD) et le réseau de médias. Chacune de ses composantes joue un rôle spécifique au sein de l’ensemble dont la tutelle administrative est assurée par l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM).

    La cellule centrale assure la coordination de la collecte, la transmission, la vérification, le traitement, l’analyse et la diffusion des informations sur les marchés agricoles. Elle assure également l’administration et la gestion financière et comptable de l’OMA.

    Au plan sous régional, la cellule centrale joue un rôle d’établissement et de développement des échanges d’informations avec les autres systèmes d’information de marché de la sous-région Ouest africaine. Ces systèmes forment un réseau appelé Réseau des Systèmes d’Information de Marché de l’Afrique de l’Ouest (RESIMAO) dont la coordination est assurée actuellement par le Mali. Ainsi le Coordinateur actuel du RESIMAO est le Coordinateur de l’OMA.

    Les ULCD sont des éléments sur lesquels repose le réseau d’enquête de l’OMA. Ces ULCD travaillent en réseau entre elles et entre elles et la Cellule Centrale. Les ULCD échangent entre elles les informations dont elles assurent la collecte et la diffusion locale.

    Les informations échangées sont analysées au niveau local et un communiqué radiodiffusé hebdomadaire sur l’évolution des prix des produits agricoles est rédigé par les chefs ULCD et est déposé aux radios locales ayant des contrats de diffusion avec l’OMA. La diffusion se fait à partir des radios de proximité (vingt au total) et de la radio nationale constituant le réseau des médias. Ceci permet de couvrir entièrement le territoire national.

    Les échanges d’informations entre les ULCD, la cellule centrale et le réseau des médias, permettent une large diffusion de l’information sur les marchés des produits agricoles.

    En vue de la mise en œuvre de ses activités, l’OMA reçoit une dotation budgétaire annuelle de l’Etat à travers le dispositif national de la sécurité alimentaire et nutritionnel dont il constitue un des maillons essentiels.

    Céréales sèches

    Baisse de l’offre paysanne sur les marchés ruraux

    Contrairement au mois précédent, il a été observé, au cours de ce mois, une diminution de l’offre paysanne sur les marchés ruraux suivis. En effet, les quantités totales de céréales sèches vendues par les producteurs sont passées de 8. 357 tonnes le mois passé à 7.363 tonnes ce mois-ci, soit une baisse de -12%.

    En considérant les céréales sèches par spéculation, il ressort que les quantités vendues par les producteurs sont passées de 2.434 tonnes le mois passé à 3.227 tonnes ce mois-ci pour le mil, de 1.726 à 1.965 tonnes pour le sorgho et de 4.197 tonnes le mois passé à 2.171 tonnes ce mois-ci pour le maïs, ce qui donne des variations de +33% pour le mil, +14% pour le sorgho et de -48% pour le maïs.

    La baisse des quantités vendues par les producteurs provient essentiellement des faits suivants:

    • le faible niveau des prix au producteur et le paiement de l’argent du coton ont déclenché des stocks commerciaux au niveau des producteurs des zones cotonnières, principales zones de production du maïs;

    • la diminution des quantités vendues de maïs était telle qu’elle n’a pu être compensée par l’augmentation des quantités vendues de mil et de sorgho.

    Au cours de ce mois de décembre 2016, les quantités totales de céréales sèches vendues par les producteurs sont largement inférieures à celles de la même période de l’année dernière. En effet, ces quantités sont passées de 10.155 tonnes au cours du mois de décembre 2015 à 7.363 tonnes durant ce mois de décembre 2016, soit -27% de baisse.

    Malgré un niveau plus élevé de la demande en perspective cette année, cette diminution des quantités vendues par les producteurs par rapport à la même période de l’année dernière, s’explique par :

    • la baisse des ventes paysannes dans les zones, ayant connu des baisses de production et dans les zones d’insécurité;

    • la réduction des achats de mil/sorgho de l’Office des Produits Agricoles du Mali à 15.000 tonnes cette année contre 20.000 tonnes l’an passé pour la reconstitution du Stock National de Sécurité;

    • le ralentissement des activités d’approvisionnement des zones d’insécurité par les commerçants des grandes zones de production ont eu ce mois-ci des répercutions sur les ventes des producteurs;

    • et enfin les effets de la baisse de la fréquentation des marchés par les producteurs pour les fêtes du Maouloud et du baptême, qui se sont toutes tenues en décembre cette année.

    Malgré des résultats provisoires, jugés meilleurs à ceux de 2015/16, le déroulement de la campagne agricole 2016/17 est jonché par endroits de poches de déficit, d’inondation et d’infestations par les déprédateurs. Ce qui a entrainé une production céréalière 2016/17 inégalement répartie sur le territoire national. Toute chose, qui devra faire augmenter la pression sur les zones de bonne production.


    0 0

    Source: World Bank
    Country: Mali

    CADRE STRATÉGIQUE DES INDICATEURS DE LA MIEC

    Au lendemain de la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation intervenue en mai et juin 2015 entre le Gouvernement du Mali et les Groupes Signataires, la Banque Mondiale de concert avec la Banque Islamique de Développement, la Banque Africaine de Développement et les autres organismes du système des Nations Unies présents au Mali a conduit la Mission d’Identification et d’Évaluation Conjointe des besoins au Nord Mali. La mission a eu pour objectif principal de procéder à l’identification des besoins en matière de relèvement rapide, de réduction de la pauvreté et de développement dans le Nord. Le rapport de la MIEC liste les besoins immédiats et à court, à moyen et à long terme à satisfaire pour le développement, le relèvement économique et le retour de la sécurité au Nord Mali. La MIEC formule aussi une série de recommandations relatives aux modalités de mise en œuvre et esquisse des pistes en terme de stratégie pour le Nord.

    Pour assurer le suivi du relèvement socio-économique et le retour de la sécurité dans les régions du Nord, l’équipe chargée de conduire la MIEC a élaboré une liste d’indicateurs qui devaient permettre de renseigner le Gouvernement du Mali et les partenaires techniques et financiers au sujet des changements dans les conditions de vie au Nord. Ces indicateurs permettent de mesurer les résultats à cinq niveaux : (i) La restauration de la sécurité au Nord ; (ii) l’amélioration des capacités du Gouvernement à remplir ses fonctions de base et fournir les services, (iii) Le renforcement de la paix à travers la réconciliation et la coopération pratique entre les autorités locales et la communauté, (iv) le relèvement économique et le bien-être durable pour tous et (v) l’intégration des régions du Nord dans l’économie malienne.

    Pour renseigner ces indicateurs, la Banque Mondiale utilise un SYSTEME DE SUIVI PERMANENT mis en place depuis janvier 2016 pour évaluer le relèvement socio-économique et le retour de la sécurité au Nord Mali. Pour chacun des résultats ci-dessus, l’évolution des indicateurs associés est présentée dans le tableau ci-dessous. De plus, ces indicateurs sont analysés dans les rapports trimestriels que la Banque Mondiale publie à travers le SYSTÈME DE SUIVI PERMANENT.

    A la fin de l’année 2016, il n’est pas possible d’affirmer que le résultat numéro 1, à savoir la restauration de la sécurité au Nord, est atteint. Mais on peut dire qu’il est en cours de réalisation. Tous les villages ne bénéficient pas de la présence permanente de la police, de la gendarmerie ou de l’armée. De plus plusieurs personnes se sentent toujours en insécurité en sortant seule le jour, en allant dans le village voisin le plus proche ou en envoyant leurs enfants à l’école. Dans ces conditions, la situation sécuritaire est volatile et évolue au gré des actes de terroristes et de bandits.

    La satisfaction du deuxième résultat relatif à l’amélioration des capacités du Gouvernement à remplir ses fonctions de base et à fournir les services est mitigée. En effet plusieurs services publics n’ont pas rouvert depuis le conflit, mais d’autres comme les centres de santé et les écoles fonctionnent normalement. L’offre de l’eau à travers les puits à grands diamètres, moyen le plus utilisé, est toujours insuffisante. Cependant, le taux de présence du personnel enseignant et soignant atteint 90% et le taux de fréquentation scolaire des enfants de 5 à 12 ans est comparable2 à ceux d’autres régions et au niveau d’avant conflit.

    Le renforcement de la paix à travers la réconciliation et la coopération pratique entre les autorités locales et la communauté qui constitue le troisième résultat a beaucoup fluctué pour certains indicateurs depuis janvier 2016. La confiance au Gouvernement et à la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation est en baisse à la fin de l’année 2016 après un pic au premier trimestre ; la confiance à l’armée, à la police et à la gendarmerie croit et décroit d’un mois à l’autre.

    Le relèvement économique et le bien-être durable pour tous retenu comme quatrième résultat est relativement satisfaisant pour certains indicateurs comme le nombre repas par jours qui se situe à trois. Mais, plusieurs ménages vivent dans une situation d’insécurité alimentaire. Le pourcentage de ménages qui estiment que leur bien-être s’améliore décroit avec le temps tout comme le pourcentage de ceux qui estiment que leur bien-être va s’améliorer au cours des 12 prochains mois. De plus le niveau de prix des produits alimentaires comme le riz décortiqué local et la viande de bœuf avec os reste à un niveau élevé pour les ménages.

    L’intégration des régions du Nord dans l’économie malienne comme cinquième résultat est statique. Le degré de connexion des villages à un réseau électrique, téléphonique, à un réseau Internet, à une antenne radio ou à une antenne TV n’a pas significativement changé au cours de l’année 2016. Il existe très peu de boutiques où l’on peut trouver les engrais chimiques et les semences de riz au cours de l’année.

    Ces indicateurs donnent une vue d’ensemble de l’évolution de la situation au Nord depuis janvier 2016.
    Beaucoup d’effort reste à faire pour assurer le relèvement socio-économique et la sécurité au Nord et améliorer ces indicateurs.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Nigeria

    SITUATION DU FINANCEMENT

    56,361,252 USD requis pour 2016 par tous les acteurs

    17,674,776 USD dédiés reçus au 30 Novembre 2016

    REFUGIES NIGERIANS AU CAMEROUN

    100,000 réfugiés nigérians attendus d’ici fin 2016 selon la planification annuelle (80,000 à Minawao et 20,000 hors camp)

    59,581 refugiés présentement enregistrés à Minawao et 26,743 hors camp


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Central African Republic, Nigeria

    1. Introduction

    Le groupe de travail sur la protection (GTP) au Cameroun a été mis en place en 2014 afin de coordonner la réponse du secteur qui vient en appui à la responsabilité de l’Etat camerounais en matière de protection des réfugiés, des déplacés et des populations affectées par les crises humanitaires. Début 2016, il a été décidé d’actualiser la stratégie existante et de mettre en place une stratégie nationale du groupe de travail sur la protection qui vise à donner une vision cohérente et globale à l’action du secteur pour la période 2016 - 2017, en contribuant à améliorer la protection physique, légale et matérielle des populations civiles dans les régions concernées. Ce document a pour objectif de définir les axes prioritaires du groupe de travail, notamment en matière de monitoring, analyse et partage de l’information, coordination, plaidoyer, renforcement des systèmes et renforcement de capacités. Il sera revu et réajusté de manière périodique afin de l’adapter aux évolutions de la situation. Cette stratégie est complétée par les stratégies des sousgroupes nationaux de violences basées sur le genre (VBG) et de protection de l’enfance qui mettent un accent particulier sur la prévention et la réponse face aux violences sexuelles et basées sur le genre et sur des mesures spécifiques de protection en faveur des enfants. Enfin, les plans de travail développés par les groupes régionaux de protection constituent, quant à eux, les outils pour l’opérationnalisation de la stratégie de protection.

    2. Contexte

    Depuis plusieurs années, le Cameroun a connu une série d’urgences humanitaires à l’Est du pays et dans la région de l’Extrême Nord, étroitement liées aux conflits et à l’instabilité dans les pays voisins, notamment en République Centrafricaine et au Nigeria, donnant une dynamique régionale à l’origine de l’afflux de réfugiés – actuellement au nombre de 346,278 – et au déplacement de la population civile au Cameroun. Cette dynamique nécessite que des réponses humanitaires soient trouvées dans un cadre régional, par exemple avec la mise en place d’accords tripartites sur le rapatriement volontaire. Un accent particulier sur le renforcement institutionnel sera également nécessaire, y compris en faveur de la ratification de la Convention de Kampala, pour aider les autorités nationales à gérer une situation de vaste déplacement interne comme celle qui prévaut actuellement dans l’Extrême-Nord.
    En effet, à partir de 2014, l’Extrême-Nord a été fortement touché par la régionalisation du conflit avec Boko Haram au Nigeria voisin. D’abord terre d’accueil pour les réfugiés nigérians qui s’étaient installés dans les zones frontalières, la région est désormais en proie à une forte insécurité, dont les effets se font sentir sur l’ensemble des populations présentes dans la zone. Avec la mise en place de la force multinationale, Boko Haram s’est davantage engagé dans une guerre asymétrique et a ainsi commis de nombreux attentats, attaques contre les populations civiles, enlèvements et incursions qui ont déstabilisé la région, disloqué son tissu socio-économique et perturbé des services étatiques déjà faibles. Les violences sexuelles et basées sur le genre, dont le viol, les agressions sexuelles, les violences physiques de toutes sortes, les violences économiques ou psychologiques, continuent d’être les principales menaces qui pèsent sur la sécurité des populations et en particulier les femmes et les enfants. Les personnes déplacées par le conflit – que ce soit les réfugiés ou les populations locales – sont aussi confrontées à la séparation familiale, à l’insécurité et à des conditions de vie difficiles dans les zones de déplacement. La population de déplacés1 a été estimée à 190 591 personnes, dont 158 190 personnes dans 5 départements2 de la région de l’Extrême-Nord déplacées à cause des exactions de la secte Boko Haram sur le territoire camerounais, ce qui rend encore plus vulnérables certaines catégories de population (personnes âgées, femmes isolées ou chefs de familles, enfants non-accompagnés et séparés). La liberté de mouvement des populations est limitée à cause de l’insécurité et de la militarisation de la région, avec des risques de détention arbitraire sur la base de simples soupçons de complicité avec Boko Haram. Les enfants sont affectés par des problèmes de protection spécifiques tels que : la détresse psychosociale, la séparation familiale, l’association à des groupes armés et la détention arbitraire, l’exposition à des mines et autres engins explosifs, mais aussi par des problèmes de protection déjà caractéristiques de la région et exacerbées par la crise que sont ’exploitation économique des enfants, le faible taux d’enregistrement des naissances, les violences basées sur le genre notamment le mariage d’enfants et les violences sexuelles, etc. Au mois de juillet 2015, après les attentats de Maroua, le Gouvernement Camerounais a procédé à des opérations qui ont conduit à la fermeture de certaines écoles coraniques et à l’arrestation de plusieurs personnes dont des enfants suspectés d’être associés à Boko Haram. Des enfants confiés aux maîtres coraniques ont été déplacés et séparés de leurs familles. Ceux soupçonnés d’être associés à Boko Haram sont régulièrement conduits devant les juridictions. Depuis lors, ce climat de suspicion fragilise d’avantage la situation des femmes et des enfants les plus vulnérables et impacte négativement la solidarité communautaire.

    Du fait de cette situation, un vaste déplacement interne de population s’est produit et représente aujourd’hui un défi humanitaire majeur, dont l’ampleur, en termes de déplacement et de complexité opérationnelle, dépasse la crise des réfugiés nigérians. Les départements touchés par ce déplacement sont le Logone et Chari (110.265), le Mayo-Sava (33.813), Mayo-Tsanaga (23.211), Mayo-Danay (19.434), Diamare (3.610) et Mayo-Kani (258). Le déplacement est en général stable mais dans certains villages, il y a des mouvements pendulaires avec la population déplacée qui préfère passer la nuit dans les champs afin de ne pas être exposée aux éventuelles attaques de Boko Haram. Les mouvements de déplacement n’ont pas une cause endogène au Cameroun, telle que le conflit intercommunautaire ou la violation des droits humains de la part d’entités étatiques : en effet, il est estimé que 83% des DI ont été déplacés à cause des activités insurrectionnelles de BH et environ 17% par les inondations qui ont récemment affectée l’Extrême Nord. De ce fait, la localisation du déplacement interne se trouve dans les départements à la frontière avec le Nigeria, vers l’intérieur des ceux-ci et décalée par rapport à la frontière même qui reste très poreuse aux infiltrations de Boko Haram.

    Quelque 70% de la population déplacée vit dans familles d’accueil, alors que 16% est abritée dans des sites spontanés, 10% sont en location, 3% dans des abris collectifs et 2% en plein air. Du fait de l’affinité ethnique des DI avec la population hôte, il n’y a pas un environnement hostile vis-à-vis de la population déplacée. Les autorités régionales œuvrent activement afin de répondre à cette urgence humanitaire mais manquent souvent de l’expertise spécifique nécessaire et des ressources matérielles et humaines. La capacité d’absorption locale est limitée et le déplacement a aggravée les problèmes liés au sous-développement, particulièrement en termes d’accès aux structures sociales et soins de santé. Ceci est particulièrement vrai en Logone et Chari dont 46% de la population est représentée par des DI. Le déplacement interne a augmenté de quelque 12% (21.621 personnes) entre janvier et avril 2016. Avec l’amélioration relative de la situation sécuritaire des mouvements de retour s’amorcent surtout en Logone et Chari.

    La communauté humanitaire devra prendre la mesure d’une crise grave mais peu médiatisée pour laquelle davantage des ressources sont nécessaires. L’internalisation de la Convention de Kampala permettra la création d’instruments juridiques de droit interne et structures institutionnelles dédiées, de nature à répondre à la problématique humanitaire occasionnée par le déplacement interne.

    Le déplacement de population a exacerbé la pauvreté chronique de l’Extrême Nord et mis à mal les mécanismes traditionnels de cohésion sociale. Des politiques de protection et de relèvement précoce coordonnées et innovantes s’avèrent donc nécessaires afin d’intervenir sur les causes des tensions entre les DI et la population hôte. Ces politiques impliqueront notamment la mise en œuvre des mesures de relèvement économique et social au niveau individuel et communautaire qui puissent renforcer la résilience de DI et résoudre d’une façon efficace les problèmes de cohésion sociale. Ceci permettrait aux DI d’attendre un certain niveau d’autosuffisance en attendant que les conditions soient réunies pour le retour des déplacés dans leurs zones d’origine, ce qui reste la solution durable de choix. Le monitoring de protection a mis en exergue le fait que les DI sont plus vulnérables aux incidents de protection que la population hôte et restent souvent exposés aux incursions de Boko Haram en territoire camerounais.

    L’accès aux populations déplacées, hôtes et réfugiées hors camp reste entravé par une situation sécuritaire toujours instable et caractérisée par des violations graves des droits de l’homme, dont les groupes armés sont pour la plupart responsables. Cela limite la capacité d’intervention de la communauté humanitaire. A cet égard, l’importance d’une coopération ponctuelle de nature civile et militaire reste fondamentale afin de sécuriser les zones affectées par la présence de Boko Haram et permettre l’accès humanitaire.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization of the United Nations
    Country: Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Kenya, Somalia, South Sudan, Sudan, Uganda

    FAO calls for immediate response to prevent catastrophe due to severe drought

    29 January 2017, Addis Ababa - With as little as one-quarter of expected rainfall received, widespread drought conditions in the Horn of Africa have intensified since the failure of the October-December rains, FAO said today.

    FAO estimates that over 17 million people are currently in crisis and emergency food insecurity levels in member-countries of the Intergovernmental Authority on Development (IGAD), namely Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Kenya, Somalia, South Sudan, Sudan and Uganda, which are in need of urgent humanitarian assistance.

    Areas of greatest concern cover much of Somalia, north-east and coastal Kenya, south-east of Ethiopia as well as the Afar region still to recover from El Nino induced drought of 2015/16; and South Sudan and Darfur region of Sudan due to the protracted insecurity.

    Currently, close to 12 million people across SomaliaEthiopia and Kenya are in need of food assistance, as families face limited access to food and income, together with rising debt, low cereal and seed stocks, and low milk and meat production. A pre-famine alert has been issued for Somalia and an immediate and at scale humanitarian response is highly required.

    Acute food shortage and malnutrition also remains to be a major concern in many parts of South Sudan, Sudan (west Darfur) and Uganda's Karamoja region.

    FAO warns that if response is not immediate and sufficient, the risks are massive and the costs high.

    "The magnitude of the situation calls for scaled up action and coordination at national and regional levels. This is, above all, a livelihoods and humanitarian emergency - and the time to act is now", said FAO Deputy Director-General, Climate and Natural Resources, Maria Helena Semedo. "We cannot wait for a disaster like the famine in 2011".

    Semedo was speaking on behalf of the FAO Director-General at a High-Level Panel on Humanitarian Situation in the Horn of Africa chaired by the United Nations Secretary-General, António Guterres, on the sidelines of the 28th AU Summit (Addis-Ababa).

    "The drought situation in the Region is extremely worrying, primarily in almost all of Somalia but also across Southern and South-eastern Ethiopia, and northern Kenya. As a consequence, with the next rains at least eight weeks away and the next main harvest not until July, millions are at risk of food insecurity across the region", Semedo said.

    For his part Guterres said: "We must express total solidarity with the people of Ethiopia on the looming drought, as a matter of justice." The UN Secretary-General called for a stronger commitment to work together.

    Drought impacts livelihoods

    Repeated episodes of drought have led to consecutive failed harvests, disease outbreaks, deteriorating water and pasture conditions and animal deaths.

    "Insecurity and economic shocks affect the most vulnerable people", warned Bukar Tijani, FAO Assistant Director-General and Regional Representative for Africa. "The situation is rapidly deteriorating and the number of people in need of livelihood and humanitarian emergency assistance is likely to increase as the dry and lean season continue with significant negative impact on livelihoods and household assets as well as on the food security and nutrition of affected rural communities", he added.

    In 2016, refugees and asylum seekers increased by over 0.5 million to 3 million compared to 2015.

    Strengthening FAO's efforts to drought response

    "FAO's partnership to build resilience to shocks and crises in the Horn of Africa is critical and will increase," assured Tijani.

    Recently, FAO and IGAD agreed on some key steps to enhance collaboration in mitigating the severe drought currently affecting the countries in the Horn of Africa region and strengthening food security and resilience analysis.

    The two organizations emphasized the importance of enhancing the role of the Food Security and Nutrition Working Group (FSNWG), The Integrated Phase Classification (IPC) and the Resilience Analysis Unit to enhance the effectiveness of the Early warning-Early action and resilience investments.

    FAO calls for joint priorities to increase and include enhanced coordination, increased and systematic engagement of member States and effective response to member States' identified needs, as well as strengthened resource mobilization efforts.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Nigeria

    Responding to Nigeria Emergency

    Partners have sent medicines, medical kits, tarpaulins, water tanks, generators, prefabricated warehouses, and vehicles to Abuja, Lagos, and Maiduguri.

    For information about stocks available through UNHRD’s Loan and Borrow facility, please visit www.unhrd.org or contact unhrd.customerservice@wfp.org.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Democratic People's Republic of Korea, Libya, Madagascar, Mali, Niger, Nigeria, Somalia, Uganda, World

    (Addis Ababa/New York, 30 January 2017)

    United Nations Secretary-General António Guterres released US$100 million from the UN Central Emergency Response Fund (CERF) to sustain aid operations in nine neglected emergencies. CERF’s largest allocation of the year will reach more than 6 million people in crises where levels of vulnerability are alarmingly high but funding remains critically low. These countries are Cameroon, the Democratic People’s Republic of Korea (DPRK), Libya, Madagascar, Mali, Niger, Nigeria, Somalia and Uganda.

    “CERF is a lifeline for people caught up in crises that don’t make the headlines but where needs are just as urgent,” said the Secretary-General. “This funding is crucial so that the UN and partners can continue assisting people who need our help so desperately. I thank all Member States and donors who have made this possible.”

    A large portion of the funds will reach people affected by displacement - one of the most pressing humanitarian challenges in today’s world where more than 65 million people are displaced.

    CERF funds will ensure that millions of people who fled Boko Haram-related violence and conflict in Nigeria, Niger and Cameroon will receive health care, food assistance and shelter. In Somalia, Uganda and Libya, CERF will bring relief to internally displaced people and refugees from neighbouring countries. Urgent support will also reach those suffering from malnutrition and food insecurity in Madagascar, Mali and DPRK.

    This allocation of $100 million addresses only a small portion of urgent humanitarian needs. As the scale and intensity of emergencies continue to increase, a larger, more robust CERF is needed so that aid can reach people, whenever and wherever crises hit. To this end, the UN General Assembly has endorsed former Secretary-General Ban Ki-moon’s recommendation to double CERF’s annual target to $1 billion by 2018.

    “CERF is one of the fastest ways to provide urgent aid. The allotment approved today will save lives in all nine countries,” said Emergency Relief Coordinator and Under-Secretary-General for Humanitarian Affairs Stephen O’Brien. “As we race to address the humanitarian challenges of today, our goal of a $1 billion CERF is vital so that help reaches people, whenever and wherever crises hit. A strong CERF -- for all and by all – is a key step towards our shared commitment to leave no one behind.”

    For further information, please contact:

    Babita Bisht, UNCERF: bisht1@un.org, phone: +1-917-225-1520
    Claudia Hargarten, UNCERF: hargarten@un.org, phone: +1 917-207-3925
    Russell Geekie, UNOCHA: geekie@un.org, phone: +1 212-963-8340


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad


    0 0

    Source: UN Mission in South Sudan
    Country: South Sudan

    UNMISS “Protection of Civilians” (PoC) Sites

    As of 26 January 2017, a total of number of civilians seeking safety in six Protection of Civilians (PoC) sites located on UNMISS bases is 223,994 including 120,079 in Bentiu, 33,191 in Malakal, 38,942 in Juba UN House, 1,976 in Bor, 681 in Melut and 200 in Wau, in Western Bahr El Ghazal adjusted area 28,925.


    0 0

    Source: Thomson Reuters Foundation
    Country: Nigeria

    More than 30,000 children have lost or been separated from their parents during insurgency which has left nearly two million uprooted after fleeing Boko Haram

    By Kieran Guilbert

    MAIDUGURI, Nigeria, Jan 30 (Thomson Reuters Foundation) - Running his fingers over the wide scars on his knee and thigh, 13-year-old Usman recalled the moment he thought he would die.

    The boy was fleeing a Boko Haram attack on his village in northeast Nigeria with his mother last year when two militants knocked him to the ground, and approached him wielding knives.

    "I was scared that I would die ... that I would never see my mother again," said Usman, explaining how he limped to a nearby camp for the displaced in Bama town in Borno state, the heart of the jihadists' brutal seven-year bid to create an Islamic state.

    For two months, Usman heard nothing about his mother until two aid workers brought good news. They had tracked her down to her brother's house in the nearby city of Maiduguri.

    "We cried when we saw each other, there was so much joy," he told the Thomson Reuters Foundation, sitting next to his beaming mother, Biba, in the cramped, dusty yard of his uncle's home.

    More than 30,000 children like Usman have lost or been separated from their parents during an insurgency which has left nearly two million people uprooted after fleeing Boko Haram.

    While two-thirds of these children are being cared for by a relative, the remainder - around 10,000 - are forced to fend for themselves, according to the U.N. children's agency (UNICEF).

    With many of them relying on the help of local communities or displaced families to survive, aid workers are striving to reunite these solitary children with their parents.

    But tracing and tracking down relatives can take several months - leaving them prey to child marriage, sexual abuse and forced labour in the meantime, aid agencies say.

    "Children may even resort to begging, hawking and transactional sex to survive," said Rachel Harvey, chief of child protection for UNICEF.

    TRACING AND TRACKING

    When children arrive in a camp or community without their parents, or alone, they are quickly referred to local aid groups which carry out family tracing and reunification programmes.

    Aid workers and volunteers take down as many details as possible from the children and share the information with their colleagues across northeast Nigeria, who go from camp to camp, community to community, reading out names and following leads.

    But with three-quarters of the 1.8 million people displaced by Boko Haram living in communities across six states, rather than in camps, the work can be arduous and time-consuming, said Myriem El Khatib of the International Committee of the Red Cross (ICRC).

    "It is much easier to trace relatives living in IDP (internally displaced persons) camps as people tend to gather together based on the village they fled from," said El Khatib, co-ordinator of the ICRC's Restoring Family Links programme.

    "Outside of the camps, the displacement pattern is more random, and there are many areas which we still cannot access due to the insurgency. The average process takes many months."

    Even when parents or relatives are tracked down and told about their children, reuniting them is not always simple.

    The makeshift foster families and caregivers who look after unaccompanied children may refuse to let them go, according to the Centre for Community Health and Development (CHAD).

    Some people send the children to work or attempt to marry them off for money, while others hope having another child under their care will result in more humanitarian aid, said Shadrach Adawara, family tracing and reunification officer for CHAD.

    "In one case, an uncle refused to release his brother's children, because he wanted to marry the eldest daughter off."

    "Thankfully, a call between them resolved the issue, and the children returned to their father," said Adawara, adding that aid workers regularly check up on reunited children, and refer them to services from healthcare to psychosocial support.

    'TEARS OF HAPPINESS'

    In some cases, children may decide not to go back to their parents or relatives, several tracing officers said.

    They may have suffered abuse or had been forced to work by their parents, or decide to spare their struggling families the added burden.

    When 17-year-old Fatima, a former Boko Haram captive who escaped after two years while heavily pregnant, was reunited with her mother, they could not stop crying and hugging - having presumed each dead for so long.

    But Fatima soon realised she and her baby could not stay with her mother and younger siblings in her hometown of Monguno.

    "I saw the poverty, and many responsibilities of my mother ... and decided it would be better for me and my baby boy to live with my older brother in this (Bakassi) IDP camp," Fatima said, cradling and rocking her two-year-old to sleep.

    While Fatima is relieved to be with her brother, she is one of the lucky few. Only some 400 children - out of 32,000 living alone or without a parent - have been reunited with their families so far, according to figures from UNICEF.

    "It can be very frustrating because it can take so long," said El Khatib of the ICRC. "But it is worth it when you see the emotion from the families ... whether it is tears of happiness or just a pat on the arm and saying: 'Nice to have you home'."

    Back at her brother's house in Maiduguri, Biba fusses over 13-year-old Usman - much to his embarrassment - as she recalls the day they were reunited after two long months.

    "I could not stop smiling," she said. "Everybody in the neighbourhood saw my face, and knew he was finally back."

    (Reporting By Kieran Guilbert, Editing by Ros Russell; Please credit the Thomson Reuters Foundation, the charitable arm of Thomson Reuters, that covers humanitarian news, women's rights, trafficking, property rights, climate change and resilience. Visit http://news.trust.org)


older | 1 | .... | 676 | 677 | (Page 678) | 679 | 680 | .... | 728 | newer