Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 537 | 538 | (Page 539) | 540 | 541 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Amnesty International
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    L’obligation de rendre des comptes quant aux atteintes aux droits humains doit faire partie intégrante de la lutte contre Boko Haram au niveau régional, a déclaré Amnesty International samedi 14 mai.

    Alors que des dirigeants du monde entier se réunissent samedi 14 mai à Abuja dans le cadre du Sommet régional sur la sécurité afin de débattre de l’action collective visant à démanteler Boko Haram et à reconstruire la région du lac Tchad, l’organisation les appelle à faire en sorte que la justice demeure une priorité et à renforcer la protection des civils.

    « Les milliers de victimes qui ont souffert aux mains de Boko Haram, ou des forces de sécurité qui devaient pourtant les protéger, méritent d’obtenir justice, a déclaré Netsanet Belay, directeur de la recherche et des activités de plaidoyer pour l’Afrique à Amnesty International.

    « Malgré des engagements réitérés, les États touchés par le conflit n’ont pas enquêté comme il se devait sur les infractions au regard du droit international ni sur les atteintes aux droits humains, et n’ont pas pris les mesures nécessaires pour poursuivre et juger les auteurs présumés de ces agissements. Il est temps que les engagements soient tenus. »

    Bien qu’axé sur la lutte contre Boko Haram, le Sommet, qui est le deuxième du genre, sera aussi l’occasion de débattre de mesures destinées à améliorer la sécurité, à fournir une aide humanitaire et à planifier la reconstruction post-conflit.

    Depuis 2009, Boko Haram a tué ou enlevé des milliers de civils et a infligé des violences sexuelles à de nombreuses femmes et filles. Au Nigeria, au Cameroun, au Niger et au Tchad, le groupe armé a détruit des villes et des villages, forçant plus de deux millions de personnes à fuir leur domicile et les privant ainsi de leurs moyens d’existence. Dans ces pays, les forces de sécurité ont aussi commis des violations des droits humains et des infractions au regard du droit international dans le cadre de la lutte contre Boko Haram.

    Amnesty International a recueilli des informations sur des exécutions extrajudiciaires, des morts en détention aux mains de l’armée, des disparitions forcées, des actes de torture, des pillages et d’autres violations commises par les forces de sécurité nigérianes et camerounaises. Le Niger et le Tchad ont aussi été accusés, notamment par les Nations unies, d’avoir commis des violations des droits humains dans la lutte contre Boko Haram.

    À la connaissance d’Amnesty International, aucun membre des forces de sécurité de ces pays n’a été jugé pour des infractions commises dans ce contexte. Ce climat d’impunité n’a fait qu’intensifier le sentiment de frustration des victimes et de leurs familles, qui ont droit à la justice.

    Un homme dont le frère a été tué par les forces de sécurité nigérianes a expliqué à Amnesty International cette année :

    « Il faut que la justice soit rendue. Mon frère n’appartenait pas à Boko Haram. Ceux qui l’ont tué doivent faire l’objet d’une enquête afin de ne pas récidiver. Notre famille garde cela sur le cœur, c’est douloureux, et nous ne pouvons rien y faire. »

    Amnesty International appelle les États participant au Sommet à établir des mécanismes de responsabilité et à traduire en justice les auteurs présumés d’infractions au regard du droit international, dans le cadre de procédures civiles et sans recourir à la peine de mort.

    Quelques jours avant le Sommet, Amnesty International a publié des révélations choquantes, faisant état notamment du décès de plusieurs bébés dans des centres de détention militaires au Nigeria. D’après les informations recueillies, de nombreux détenus seraient morts de maladies, de la faim, de la déshydratation et de blessures par balle.

    Complément d’information

    Le Sommet sera animé par le président nigérian, Muhammadu Buhari, et réunira les présidents français, camerounais, tchadien, nigérien, sénégalais et gabonais. Outre les questions de sécurité, l’objectif est d’élaborer un plan d’action pour développer les infrastructures de base dans les zones les plus touchées par le conflit, en vue de permettre le retour des personnes déplacées et des réfugiés. Le 12 mai 2016, le secrétaire général d’Amnesty International, Salil Shetty, a envoyé une lettre aux présidents participants afin de les exhorter à faire de la justice une priorité.


    0 0

    Source: World Vision
    Country: South Sudan

    For some time aid agencies and donors have recognised the benefits of utilising markets to deliver food assistance. And for almost as long, cash-based programming has been effective in doing this by improving people’s ability to purchase sufficient nutritious food. Addressing hunger through cash and voucher programmes removes the cost of transporting and storing food for implementing organisations, boosts the local economy, provides a wider choice and variety of food for beneficiaries, and restores a level of control and dignity for those receiving food assistance.

    This case study demonstrates the benefits of cash-based programming in a protection of civilians (Poc)environment or other IDP or refugee settlements where local traders have links with outside markets. In these contexts cash-based programming can be a valuable tool to diversify diet and improve child nutrition while also boosting the local economy and providing valuable employment opportunities.


    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Japan, Nigeria

    In This Issue:

    • Nigerian Government Pledges Commitment to TWG

    • Government of Japan Supports IOM in countering terrorism by enhancing Land Border Control in Nigeria

    • IOM partners with Nigerian government on labor migration management

    • IOM highlights Humanitarian Needs of 2.4 Million IDPs

    International Organization for Migration Nigeria assists in the relocation of 189 displaced families living in a school building

    Mauduguri (Nigeria) March 18, 2016 - As part of its overall support to families displaced by violence in Northern Nigeria, in partnership with the government and other agencies on the ground, IOM relocated 189 families from a school to Bakasi camp. Each family was provided with a newly built shelter by IOM along with a non -food item (NFI) package.

    This voluntary relocation is part of a government-led drive to vacate schools where internally displaced persons (IDPs) were initially settled in order to be able to reopen them for classes in April.
    Richard Danziger, the IOM Regional Director for West and Central Africa,

    (WCA) who was on an official visit in the area reassured the IDPs of IOM’s commitment to provide shelter and NFIs to alleviate their plight. He stated that “providing assistance to internally displaced persons in the North-eastern part of Nigeria is imperative as a first step toward long-term stability in Northern Nigeria and the entire Lake Chad sub region.” Justus Zare, Permanent Secretary to Borno State Ministry of Education and the secretary to the Relocation Committee, explained that efforts are being made to improve the situation of the camp. He said “shelters are being provided, drilling for water is completed, solar panels are installed and we are happy with IOM and other partners for assisting us.” Two years ago many displaced people were housed and shielded in school facilities when schools were shut down due to Boko Haram offensive. Surviving family members were scattered across various schools used as temporary camps in the state. With the relocation and provision of shelters by IOM many families are now reunited.

    IOM is also conducting baseline assessments and registration for IDPs living in camps and host communities under the Displacement Tracking Matrix project. In addition, psychosocial services are provided to the IDPs and referrals are made for appropriate treatment where applicable.

    The humanitarian crisis in Northern Nigeria continues and yet the aid community is facing significant funding gaps to sustain interventions. IOM is appealing for USD 15 million for continued shelter support, displacement tracking and biometric registration, camp management and camp coordination (CCCM) and psycho-social support.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Costa Rica, El Salvador, Guatemala, Honduras, Madagascar, Nicaragua, Panama, Philippines, South Sudan, World

    Due to the growing world population, it is estimated that global food production will need to increase by 60 percent to feed over 9.5 billion people by 2050. Worldwide, the livelihood of 2.5 billion people depend on agriculture. These small-scale farmers, herders, fishers and forest-dependent communities generate more than half of the global agricultural production and are particularly at risk from disasters that destroy or damage harvests, equipment, supplies, livestock, seeds, crops and stored food.

    Disasters and crises don’t just have immediate, short-term effects – they undermine livelihoods and national development gains that have taken years to build. As the magnitude and impact of crises and disasters increases – aggravated by the overexploitation of natural resources – more and more households, communities and governments of developing countries are less able to absorb, recover and adapt, making them more vulnerable to future shocks.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Kano, Nigeria | AFP | Tuesday 5/17/2016 - 17:06 GMT

    Boko Haram violence has cost Yobe state in northeast Nigeria nearly $150 million since 2009, the state government said on Tuesday.

    "Yobe state has incurred losses worth over 30 billion naira ($149 million, 131 million euros) from the Boko Haram insurgency," Abdullahi Bego, spokesman for governor Ibrahim Gaidam, told AFP.

    The estimation includes reconstruction costs, he added.

    Neighbouring Borno state -- the epicentre of the Islamist violence that has left at least 20,000 dead -- in March estimated its losses at $5.9 billion.

    More than 2.6 million people have been made homeless by the conflict, with 2.0 million internally displaced to camps and host communities within Nigeria.

    Bego said there were currently nearly 310,000 registered internally displaced persons in the state, representing some 14 percent of the total number of IDPs.

    "This number excludes those who moved in with relatives and friends inside and outside the state and are not captured on our database," he added.

    Education has been badly hit: 128 students were killed in attacks at five public schools in Yobe, including in Buni Yadi, where Boko Haram killed boys as they slept at a boarding school in February 2014.

    Some 1,098 health centres and classrooms were destroyed in Yobe, as were 5,162 vehicles and 109,267 livestock.

    "In terms of human loss the destruction is quite enormous. We don't have exact figures but the number runs into thousands," said Bego, describing reconstruction as a "daunting challenge".

    "Hundreds of towns and villages have been sacked and destroyed by Boko Haram insurgents, forcing residents to vacate their homes."

    Regional and Western powers were last weekend urged to do more to support Nigeria and surrounding countries to rebuild after military gains against the Islamists.

    abu-phz/cw

    © 1994-2016 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Government of Niger, UN High Commissioner for Refugees
    Country: Niger, Nigeria

    Contexte

    Suite a l'Etat d'urgence déclaré dans le Nord du Nigéria en Mai 2013, la région de Diffa a connu l'afflux de personnes en provenance des Etats Nigérians de Borno, Yobe et Adamaoua pour y chercher refuge, ainsi que des mouvements internes de populations depuis Févriér 2015. Les autorités locales et les populations autochtones ont accueilli ces déplacés dans des familles d'accueil, des sites et des camps, mettant à leur disposition les ressources dont elles disposent (puits, centre de santé, école, champs…).


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    An Overlooked Crisis In A Neglected Region

    Over the past year, Boko Haram has intensified attacks which have spread from north-east Nigeria to Cameroon,
    Chad and Niger, affecting some 20 million people. Suicide bombings and raids targeting civilians in villages and in cities around the Lake Chad basin have caused widespread trauma, prevented people from accessing essential services and destroyed infrastructure. Across the region, over 2.4 million people are displaced; most of whom are sheltered by communities that count among the world’s most vulnerable. The combined effect of growing insecurity, fast population growth and severe vulnerability resulting from a changing climate, environmental degradation, poverty and under-investment in social services is translating into record numbers of people in need of emergency relief. As of January 2016, an estimated 9.2 million people – almost one in every two – need urgent help. UN agencies and NGOs aim to reach 5.2 million with assistance across four countries.

    Fast growing displacement crisis

    Boko Haram violence has uprooted more than 2.4 million people from their homes across four countries, of whom 1.8 million are internally displaced in Nigeria alone. Half of those displaced are children. Many families have been displaced several times while others have sought refuge in neighbouring countries. Up to 90 per cent of the displaced have found refuge with host communities, placing a heavy strain on their resources and weakening their ability to withstand shocks. Both the displaced and host communities are in need of emergency relief and protection.

    Widespread violence against civilians

    Violence by Boko Haram and military operations against the group have caused serious protection risks and violations. Women and girls kidnapped by Boko Haram have been subjected to physical and psychological abuse, forced marriage, sexual slavery or forced labour. Boys have been forcibly enrolled as combatants and young girls used as suicide bombers. Boko Haram has targeted health facilities and schools, forcing health care workers and teachers to flee from where they are most needed. The increasing number of attacks and arrival of displaced children have placed an additional burden on already weak health and education systems. Safe spaces for women and children, access to essential services and psychological support must be central to the humanitarian response.

    Deepening food and nutrition crisis

    Insecurity, displacement, disrupted agricultural activities and cross-border trade continue to undermine communities’ livelihoods and have resulted in a sharp rise in food insecurity. Some 3 million people facing severe food insecurity urgently need support in the region, 80 per cent of them in north-east Nigeria. In the Far North region of Cameroon, the number of people in need of immediate food assistance has quadrupled since June 2015. Similarly, in the Mamdi department of Chad, the number of people facing severe food insecurity has risen tenfold in one year. Severe acute malnutrition rates for children under five have surpassed the emergency threshold in Borno and Yobe states in Nigeria, and in Cameroon, Chad and Niger. Throughout the region, an estimated 310,000 severely acutely malnourished children could die if not urgently assisted.

    Responding to urgent needs and advocate sustainable solutions

    While the humanitarian strategy focuses on addressing immediate, life-saving needs of the population, humanitarian actors will call for concerted engagement of political, development and security actors to help stabilize the region and create conditions for people to survive and prosper.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Central African Republic, Chad

    Maro, 13 mai 2016 (UNHCR) - Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) et son partenaire FLM (Fédération Luthérienne Mondiale) ont procédé le mercredi 11 mai 2016 à l’inauguration d’un centre informatique à Maro, dans le sud du Tchad.
    Construit grâce au financement de donateurs traditionnels du HCR dont Echo et DFID, ce centre servira également de cybercafé ouvert aux réfugiés, à la population hôte ainsi qu’aux retournés tchadiens de la RCA.

    Des séances de formation seront organisées sur une période de trois mois à l’ intention des apprenants des différentes communautés suivant un quota de 60% de réfugiés et 40% de Tchadiens. Une première vague de 40 apprenants a été sélectionnée pour le lancement des activités dudit centre par la Fédération Luthérienne mondiale (FLM – Lutheran World Federation), partenaire du HCR pour la mise en œuvre de ce projet.

    L’accès à l’internet offre également aux réfugiés la possibilité de s’informer sur l’évolution de la situation dans leur pays d’origine, de renouer le contact avec des membres de leurs familles ou d’établir des contacts utiles pour la recherche de nouvelles opportunités.

    «De nos jours, quelqu’un qui ne sait pas manipuler un ordinateur est comme un illettré. On ne peut pas dire qu’on a terminé les études sans avoir touché à un ordinateur. Des fois des jeunes comme moi ont honte de dire qu’on ne sait pas mettre en marche un ordinateur. Mais les conditions dans lesquelles nous vivons nous servent de justification », a dit Moussa Salomon, jeune réfugié, élève au collège en classe de 3ème, au camp de Belom depuis 2009. Il ambitionne de devenir informaticien et c’est pourquoi, a-t-il souligné, il s’est inscrit à cette formation.

    Le chef de la Sous-Délégation du HCR de Goré, Mbili Ambaoumba, a indiqué que le monde est devenu aujourd’hui un village planétaire grâce au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et qu’une nouvelle génération appelée « Génération Android » était née. Ainsi, a-t-il poursuivi, il serait anormal de laisser les réfugiés à la marge de cette évolution puisqu’elle est porteuse d’un avenir prometteur pour nos jeunes. C’est pour cette raison que le HCR a pris l’engagement de faciliter le renforcement des capacités des bénéficiaires à travers un relèvement communautaire grâce à un outil qui est devenu aujourd’hui incontournable, surtout pour ces jeunes qui sont accrochés à leurs smartphones à longueur de journée. Cette formation constitue pour ces jeunes une occasion pour être permanemment connecté au reste du monde. Aussi, le chef de Sous-Délégation a-t-il invité les bénéficiaires à capitaliser sur cette nouvelle opportunité pour suivre des formations en ligne, effectuer des recherches qui pourraient faciliter leur accès à l’emploi. Cet appel a été bien reçu par les bénéficiaires, à l’instar de Rigobert Nanebaye, ancien cadre de l’administration en RCA, qui vient d’être admis au processus de réinstallation aux Etats-Unis d’Amérique. « Cette formation vient comme une aubaine pour moi ; elle va beaucoup m’aider car si je suis réinstallé, je pourrais surfer sur le net à la recherche des opportunités d’emplois. J’entends dire que là-bas tout se fait par ordinateur et sur internet. Ainsi cette formation est une main tendue pour moi pour sortir de l’ignorance. Avec quelques notions, je pourrais m’intégrer aisément dans la communauté du pays de réinstallation sans beaucoup de complexe» a dit Monsieur Nanebaye, non sans afficher un sourire de satisfaction.

    Le centre de formation à l’outil informatique et aux NTIC servira à renforcer la coexistence pacifique entre les réfugiés et les tchadiens. La gestion de ce centre sera assurée par un comité composé de réfugiés et d’autochtones avec l’encadrement du personnel du HCR et de son partenaire FLM.

    Le cybercafé communautaire de Maro entre dans le cadre d’une série d’initiatives de l’opération du HCR au Tchad visant à faciliter l’accès des réfugiés et des populations qui les accueillent aux nouvelles technologies de l’information.

    Dans le sud du Tchad, outre Maro, un autre centre sera établi à Goré tandis que dans l’est, la Sous- Délégation d’Iriba a lancé les travaux de construction d’un cybercafé dans le camp de réfugiés d’Iridimi. Il est aussi prévu d’équiper les camps de Touloum et Amnaback toujours à Iriba.

    Environ 19.000 réfugiés centrafricains vivent dans le camp de Belom, situé à environ 5 km de Maro. Ils font partie d’une population totale de 55.082 réfugiés vivant dans les camps et sites couverts par la Sous- Délégation de Goré. La région abrite également 56.000 retournés tchadiens qui ont fui la RCA suites aux conflits interethniques qui avaient éclatés en 2012 et 2013


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger

    Four years after the escalation of conflict in the North, new momentum is required to avoid that Mali deteriorates into a protracted crisis. The signature of the Agreement for Peace and Reconciliation in June 2015 opened a unique window of opportunity. If it is not seized, it will soon be too late. Communities whose lives were shattered by the conflict expect to see peace dividends as soon as possible.

    Persisting Humanitarian Needs

    A majority of communities affected by the conflict still struggle to access food, water, health care, education, protection and livelihoods opportunities. In some areas, the persisting insecurity continues to prevent the deployment of State and development actors. For many families, humanitarian actors are the sole providers of essential services.

    The conflict has further exacerbated the vulnerabilities of communities. Their capacity to withstand shocks had already been eroded by repetitive droughts, floods, epidemics and chronic poverty - Mali ranks 176 out of 187 countries in the Human Development Index. Emergency actions remain necessary to save lives and facilitate recovery, as it will take years for the Government and its development partners to address the root causes of chronic food insecurity, malnutritionand structural problems in the delivery of basic social services.

    Protection Concerns

    In northern and central Mali, criminality and terrorist acts pose significant threats to civilians. Various armed groups still effectively control large swaths of territory exposing unemployed and idle youths to recruitment risks. The lack of access to essential resources – such as water or land – contributes to inter-community tensions and risks fuelling renewed violence. Conditions for a safe and dignified return – such as security and access to essential services – have yet to be met in many areas. While the majority of internally displaced people have returned to their communities in northern and central Mali, they need ongoing support to restart their lives. Most refugees remain in neighbouring countries and condition their return on a durable peace and aid availability.

    Humanitarian Access

    Despite the Peace Accord, violence and criminality against aid workers and humanitarian assets have increased in the last months. Nonetheless, hundreds of humanitarian staff, in particular NGO personnel, are on the front-line delivering aid to the most vulnerable people in hard-to-reach or insecure areas. Despite recurring interruptions to their operations – mainly due to sporadic violence and logistical constraints - humanitarian organizations have adapted their modes of work in order to stay and deliver

    Protracted Refugee Situation

    Almost four years after the conflict erupted back home, more than 144,974 Malian refugees still remain in displacement in neighbouring Burkina Faso, Mauritania and Niger. While most are living in camps, their prolonged presence puts a strain on already scarce resources of the host communities.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Kano, Nigeria | AFP | Wednesday 5/18/2016 - 20:08 GMT

    by Aminu ABUBAKAR with Phil HAZLEWOOD in Lagos and Ola AWONIYI in Abuja

    One of 219 schoolgirls held hostage by Boko Haram Islamists for more than two years has been found, the military and activists said Wednesday, the first rescue that has raised hopes for those still being held.

    Amina Ali was discovered on Tuesday in the Sambisa Forest area of Borno state by civilian vigilantes and soldiers on patrol and was brought back to her home town of Mbalala, near Chibok.

    "When her mother approached the car the girl stepped out and her mother exclaimed, 'Amina! Is that you?'," Ayuba Alamson Chibok, a local community leader, told AFP.

    "They ran towards each other and hugged. The mother burst into tears."

    The rescue is a rare positive in the ordeal of the schoolgirls, whose abduction sparked global outrage and brought world attention to a brutal conflict in northern Nigeria that has killed at least 20,000 since 2009.

    Nigeria's army said Ali was found with "a suspected Boko Haram terrorist, Mohammed Hayatu, who claimed to be her husband", as well as a four-month-old girl named Safiya.

    A photograph provided by the military showed a young woman sitting in a plastic chair, wearing flip-flops, a patterned hijab and pink wrapper common in the region.

    She was cradling the infant in one arm and a plate of food in the other.

    • 218 still missing - Yakubu Nkeki, head of the Abducted Chibok Girls Parents' group, said the teenager, who was 17 when she was kidnapped, was brought to his house where she was reunited with her mother.

    She was then handed over to the military and taken to the nearby town of Damboa, he told AFP.

    Army spokesman Sani Usman said Ali, Hayatu and Safiya were transferred to the state capital, Maiduguri for "further medical attention and screening".

    The BringBackOurGirls campaign group said Ali "provided useful information that her other classmates are still held under heavy terrorist captivity in the Sambisa Forest area".

    But she was quoted as saying by Chibok community leader Tsambido Hoseana Abana that "six were already dead".

    The Sambisa Forest has long been known to contain Boko Haram camps. Other abducted women rescued from the former game reserve over the last year have reported seeing some of the Chibok girls.

    Members of the BringBackOurgirls movement in Nigeria's capital, Abuja, were in ecstatic mood at the news but the group's leader, Oby Ezekwesili, said: "We still have 218 of them.

    "We are going to use Amina as a symbol for calling the 218 until they come back. They have no reason to stay one extra day in (the) terrorist enclave."

    The group has mounted daily vigils in the capital since the abduction, calling for the girls and other hostages to be released.

    A senior UN official Wednesday welcomed the "wonderful piece of news" of Amina's return.

    "There is a sense of solidarity and a real sense of hope that this is a step toward the future," UN emergency relief coordinator Stephen O'Brien told reporters by telephone from the nearby city Maiduguri. He also stressed the need to continue efforts to find the rest of the Chibok girls and thousands more people held by the jihadist group.

    • First step - Boko Haram has used kidnapping as a weapon of war, seizing thousands of women and young girls, forcing them to become sex slaves and even suicide bombers.

    Men and young boys have also been forcibly conscripted to the Islamists' ranks.

    UNICEF spokeswoman in West and Central Africa Helene Sandbu Ryeng said for Ali and others rescued, "being freed from Boko Haram and returning home is only the first step".

    "Children in this situation typically require medical assistance and psycho-social support to help them cope with what they have been through while they were in captivity," she said.

    "Many of them need help to re-integrate their family and their community" with the risk of "mistrust, stigma and rejection" high when they return, she added.

    • Proof of life - Boko Haram, which opposes Western education, seized 276 students from the Government Girls Secondary School in Chibok on the night of April 14, 2014.

    Fifty-seven managed to escape in the immediate aftermath.

    Nothing had been heard from the 219 since a video published by the Islamists in May 2014, until an apparent "proof of life" message was sent to the Nigerian government earlier this year.

    Fifteen of the girls, wearing black hijabs and apparently converted to Islam, were seen in the video, which was purportedly shot on December 25, Christmas Day, last year.

    But the government said it was cautious about raising hopes of their release after previous claims of talks with Boko Haram have come to nothing.

    Boko Haram's leader Abubakar Shekau has said he would release the hostages if Islamist fighters held in Nigerian custody were released.

    The video gave weight to theories the girls were split up after the abduction and were being held by factions in separate locations, complicating any possible talks or a rescue bid.

    abu-phz/pvh

    © 1994-2016 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal

    In the Sahel, extreme poverty, fast-growing populations, climate change, recurrent food and nutrition crises, armed conflicts and insecurity are building up to a perfect storm threatening the lives of communities already living on the brink of crisis.

    The region is one of the world’s climate change hotspots. Increasingly unpredictable weather patterns, more frequent droughts and floods and land degradation threaten the livelihoods of a population in which the majority relies on agriculture for survival.

    Environmental shocks, insecurity, chronic hunger and malnutrition have a dangerously symbiotic relationship in the Sahel. A spike in armed conflict and violence worsens the Sahel’s chronic hardship and has led to new peaks in displacement across the region. Lack of opportunities and unemployment, deteriorating security, economic and social inequality expose youths to risks of radicalization and recruitment. Many seek brighter prospects elsewhere, fueling the global migration crisis.

    Faced with serious threats, governments risk channeling more resources to address security challenges at the expense of social development. Past gains and future development prospects are at stake. If these challenges remain unaddressed, the prospects for the region are dire, and the most vulnerable communities will suffer the most.


    0 0

    Source: World Food Programme, Government of Chad, Food and Agriculture Organization, Food Security Cluster
    Country: Chad

    Points saillants:

    • L’insécurité alimentaire s’est aggravée par rapport aux trois dernières années dans les régions de la bande sahélienne

    • La situation nutritionnelle reste préoccupante, particulièrement chez les ménages en insécurité alimentaire sévère

    • La situation des marchés est peu favorable aux ménages agropastoraux à cause de la hausse des prix des céréales et de la détérioration des termes de l’échange

    • Une campagne agropastorale et de contre saison déficitaire et une soudure précoce expliquent principalement cette situation

    Au Tchad selon les données définitives du Ministère de l’Agriculture, la campagne agropastorale 2015/2016 a enregistré une baisse de la production céréalière de 11% par rapport à l’année dernière et de 9% par rapport à la moyenne quinquennale. Les baisses les plus importantes ont été observées dans les régions de la bande sahélienne. A causes des effets probables de EL Nino, cette campagne agropastorale à connu une installation tardive de la pluviométrie, des séquences sèches et un arrêt précoce. Par ailleurs, les conflits dans les pays voisins et l’insécurité due à la secte Boko Haram dans le Bassin du Lac Tchad, ont significativement limité la fluidité des échanges (des denrées alimentaires, produits agricoles et d’élevage), entravant ainsi l’approvisionnement normal des marchés (avec la fermeture de certains marchés) et la destruction des moyens d’existence. Les résultats de l’Enquête Nationale sur la Sécurité Alimentaire réalisée en octobre 2015 (ENSA 2015) avaient montré qu’environ un quart de la population du Tchad est en insécurité alimentaire dont les 6% sont affectés par la forme sévère (3 094 741 personnes dont 706 831 en insécurité alimentaire sévère). Les régions de la bande sahélienne ont été les plus affectées.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger

    Plus de quatre ans après l’escalade du conflit dans le Nord, un nouvel élan est nécessaire pour éviter que le Mali ne s’enlise dans une crise prolongée. La signature de l’accord pour la paix et la réconciliation en juin 2015 a ouvert la voie à une opportunité unique qu’il faut saisir maintenant.
    Les communautés dont les vies ont été brisées par le conflit s’attendent à sentir dès que possible les effets positifs de la paix dans leur quotidien.

    DES BESOINS HUMANITAIRES QUI PERSISTENT

    De nombreuses collectivités touchées par le conflit peinent encore à accéder à la nourriture, à l’eau, aux soins de santé, à l’éducation, à la protection et aux moyens de subsistance. Dans certaines régions, la persistance de l’insécurité continue d’empêcher le déploiement de l’Etat et des acteurs de développement. Pour de nombreuses familles, les acteurs humanitaires sont les seuls fournisseurs de services essentiels.

    Le conflit a aggravé la vulnérabilité des communautés. Leur capacité à résister aux chocs avait déjà été minée par la pauvreté chronique, les aléas climatiques des sécheresses et inondations ainsi que les épidémies répétitives (le Mali est classé 176 sur 187 pays selon l’indice de développement humain). L’aide d’urgence demeure nécessaire pour sauver des vies et faciliter le relèvement, car il faudra des années pour que les actions du gouvernement et de ses partenaires de développement sur les causes profondes de l’insécurité alimentaire chronique et de la malnutrition ainsi que sur les problèmes structurels qui limitent la fourniture des services sociaux de base puissent porter leurs fruits.

    PREOCCUPATIONS EN MATIERE DE PROTECTION

    Au nord et au centre du Mali, la criminalité et les actes de terrorisme constituent une menace grave pour les civils. Divers groupes armés contrôlent encore de grandes étendues du territoire exposant les jeunes inactifs et chômeurs aux risques de recrutement. Le manque d’accès aux ressources essentielles – comme l’eau et la terre - contribue aux tensions intercommunautaires et aux risques de recrudescence de la violence. Les conditions pour un retour sécuritaire en toute dignité – telles que la sécurité et l’accès aux services essentiels – doivent encore être remplies dans de nombreuses zones.
    Bien que la majorité des personnes déplacées internes soient maintenant rentrées dans le nord et le centre, elles ont besoin d’un soutien continu pour reconstruire leur vie. A ce jour, une majorité de réfugiés a choisi de rester dans les pays voisins, conditionnant leur retour à une paix durable et la disponibilité de l’aide.

    ACCES HUMANITAIRE

    Malgré l’Accord de paix, les actes de violence et de criminalité à l’encontre des travailleurs humanitaires et des biens humanitaires ont augmenté au cours des derniers mois. Néanmoins, des centaines de travailleurs humanitaires, en particulier le personnel des ONG, sont en première ligne pour fournir l’aide aux personnes les plus vulnérables dans les zones difficiles d’accès ou d’insécurité.
    Malgré des interruptions répétées dans leurs activités – principalement en raison des violences sporadiques et des contraintes logistiques - les organisations humanitaires ont adapté leurs méthodes de travail afin de parvenir à rester sur le terrain et fournir l’aide essentielle.

    SITUATION PROLONGEE EN MATIERE DE REFUGIES

    Plus de quatre ans après l’éclatement du conflit, plus de 134 800 réfugiés maliens demeurent toujours déplacés dans les pays voisins : Burkina Faso, Mauritanie et Niger. Alors que la plupart vivent dans des camps, leur présence prolongée fait pression sur les ressources déjà limitées des communautés hôtes.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger

    (Niamey, 17 mai 2016): Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence des Nations Unies, Stephen O’Brien, a achevé aujourd’hui une mission de deux jours au Niger. Il a lancé un appel pour une attention plus accrue sur la crise dans la région de Diffa où la violence liée aux activités de Boko Haram a forcé plus de 240 000 personnes à quitter leurs maisons des deux côtés de la frontière avec le Nigéria.

    Le Secrétaire général adjoint a visité le site d’Assaga dans la région de Diffa. Ce site compte plus de 15 000 personnes y compris des réfugiés, des retournés et des personnes déplacées internes, ayant récemment quitté leurs maisons à cause des attaques de Boko Haram. Il a appelé les groupes armés à respecter leurs obligations de protéger les civils conformément au droit international humanitaire. « Je suis horrifié par les tueries de civils, le pillage des villages et autres abus commis par les éléments de Boko Haram dans les pays autour du bassin du Lac Tchad y compris le Niger,» a-t-il dit. « La protection des civils est fondamentale dans les situations de conflit. Ceci est clairement stipulé par le droit international humanitaire et les droits de l’homme qui s’appliquent, sans exception, à toutes les parties impliquées dans un conflit ». Dans la région de Diffa, deux personnes sur trois ont déjà été confrontées à un ou plusieurs déplacements.

    « Ce matin, j’ai rencontré à Diffa une famille qui accueille une trentaine de personnes ayant fui les violences causées par Boko Haram au Niger et au Nigéria. La solidarité et la générosité des populations de cette région, les premières à partager leurs maigres ressources avec les personnes affectées, sont un exemple et une inspiration pour nous tous, » a relevé le Coordonnateur des secours d’urgence.

    Le Secrétaire général adjoint O’Brien a rencontré le Président du Niger Mahamadou Issoufou, le Premier Ministre, Brigi Rafini, le Ministre de l’intérieur Mohamed Bazoum, le tout premier Ministre nigérien aux affaires humanitaires, Laouan Magagi et d’autres membres du Gouvernement. Ils ont discuté de la manière la plus appropriée pour accroître la réponse humanitaire au profit des personnes affectées par Boko Haram et échangé sur les défis chroniques rencontrés chaque année par les Nigériens en dépit de l’engagement stratégique du gouvernement à soutenir la résilience des populations face à l’insécurité alimentaire et la malnutrition récurrentes. Ceci mérite notre appui.

    En 2016, les partenaires humanitaires (donateurs, organisations non-gouvernementales et autres acteurs humanitaires et du développement) et le gouvernement nigérien ont prévu d’assister 2 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire et 1,5 million de personnes menacées par la malnutrition, dont 1,2 million d’entre elles sont des enfants. « Le déplacement ou la malnutrition pris isolément crée d’énormes souffrances. La combinaison des deux est trop dure à supporter. Ensemble nous nous devons de les aider en leur apportant l’assistance d’urgence nécessaire et en leur facilitant l’accès aux services sociaux de base, » a insisté le Secrétaire général adjoint O’Brien.

    La communauté humanitaire a lancé un plan de réponse pour 2016 qui cible 1,5 million de personne avec une demande de financement de 316 millions de dollars américains. A ce jour, seulement 25 pour cent de l’appel est financé, ce qui est clairement insuffisant pour répondre aux besoins immédiats.

    Le Secrétaire général adjoint O’Brien quittera la région du bassin du Lac Tchad pour se rendre à Istanbul où se tiendra du 23 au 24 mai le premier Sommet humanitaire mondial. « Le Sommet représentera pour moi une opportunité majeure de partager les récits des personnes que j’ai rencontrées et qui sont touchées par la violence de Boko Haram, » a expliqué M. O’Brien. « Un évènement sur la région du bassin du Lac Tchad nous aidera à attirer une attention globale sur la vulnérabilité croissante des communautés de cette région qui font face à des évènements convergents liés au changement climatique, à des niveaux élevés de pauvreté, des extrémismes violents et une augmentation de la population. »

    M. O’Brien a également relevé l’urgence d’une approche globale de la situation afin d’assurer une collaboration plus étroite entre le politique, la sécurité, le développement, l’environnement et les efforts humanitaires et de maximiser ainsi les ressources limitées et de ne laisser personne derrière. « Une crise majeure nécessite une réponse majeure, » a-t-il ajouté.

    Pour plus d’informations, veuillez contacter:
    Herve Verhoosel, Secrétariat du Sommet Mondial sur l’Action Humanitaire, verhoosel@un.org +1 917 345 5238
    Katy Thiam in Niger, thiamk@un.org , +227 99 71 71 39
    Les communiqués de presse de OCHA sont disponibles sur www.reliefweb.int, http://www.unocha.org


    0 0

    Source: Afrique Verte
    Country: Burkina Faso, Mali, Niger

    Syntèse par pays

    • Au Niger la tendance générale des prix des céréales est à la hausse pour les céréales sèches et à la stabilité pour le riz. Les hausses ont été enregistrées : i) pour le mil à Maradi (+16%), à Niamey (+11%), à Zinder (+6%) et à Tillabéry (+3%), ii) pour le sorgho à Tillabéry (+5%) et à Zinder et Dosso (+3%) et iii) pour le maïs à Dosso et Zinder (+6%). Le prix du maïs a enregistré une baisse sensible à Agadez (-15%). Celui du riz est en baisse à Dosso (-2%) et à Niamey (-3%).

    • Au Mali la tendance générale de l’évolution des prix des céréales sur les marchés est à la stabilité, à l’exception des marchés de Mopti et Gao pour lesquels des hausses sont enregistrés et du maïs en hausse sur certains marchés. Les mouvements à la hausse sont observés : i) pour le riz local à Mopti (+5%), à Bamako (+3%) et à Gao (+1%), ii) pour le mil à Sikasso, Mopti et Gao (+3%), iii) pour le sorgho à Mopti (+7%) et à Gao (+3%), iv) pour le maïs à Kayes et Bamako (+7%) et à Sikasso (+4%). Quelques mouvements à la baisse sont observés pour le riz local à Kayes (-5%), pour le riz importé à Gao (-3%) et à Bamako (-2%) et pour le mil Kayes (-5%).

    • Au Burkina la tendance générale des prix des céréales sur les marchés est à la stabilité. Toutefois, quelques mouvements tantôt à la hausse tantôt à la baisse sont enregistrés sur certains marchés pour quelques produits. Les hausses ont été enregistrés, i) pour le mil à Fada et à Kongoussi (+3%), ii) pour le sorgho à Fada (+6%), iii) pour le maïs à Ouagadougou (+7%) et à Bobo (+4%). Les baisses sont enregistrées pour le sorgho à Dédougou (-10%), pour le mil à Dédougou (-6%) et à Ouagadougou (-3%), pour le maïs à Fada (-3%) et pour le riz à Tenkodogo (-2%).


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria


older | 1 | .... | 537 | 538 | (Page 539) | 540 | 541 | .... | 728 | newer