Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 501 | 502 | (Page 503) | 504 | 505 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: AlertNet
    Country: Nigeria

    Source: Thomson Reuters Foundation - Mon, 22 Feb 2016 06:01 GMT

    By Adaobi Tricia Nwaubani

    YOLA, Nigeria, Feb 22 (Thomson Reuters Foundation) - For the first time in his life, 17-year-old Muhammed Sani can identify the letters of the English alphabet, read simple sentences in English, such as: "I want to eat" and "I want to go home".

    Read the full article on AlertNet


    0 0

    Source: Voice of America
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    Cameroon's military said Saturday that its forces had freed several hundred hostages and killed about 100 Boko Haram militants in a joint operation with Nigerian troops.

    Military commanders said the combined force also had liberated the northeastern Nigerian town of Kumahe, near the Cameroonian border, during a three-day operation against the militant group.

    The Reuters news agency quoted Cameroonian Communications Minister Issa Tchiroma Bakary as saying two Cameroon soldiers had been killed and five others wounded.

    There were no independent accounts to confirm the report, which came as U.S. envoys have been conferring with Nigerian military officials about the possible deployment of U.S. military advisers to the region.

    A U.S. official told VOA on Friday that the talks were "ongoing" but that no decision had been made.

    The New York Times reported Friday that a U.S. assessment team recommended the placement of dozens of noncombat advisers in the Borno state capital, Maiduguri, "to help Nigerian military planners carry out a more effective counterterrorism campaign."

    The United States already has about 250 military personnel in Cameroon, most of them running a drone operation to monitor Boko Haram operations in the remote region.

    Nigeria has struggled for nearly seven years to stop deadly raids and suicide bombings by Boko Haram Islamists, who say they want to create a strict Islamic state in northern Nigeria.

    The group, which has pledged allegiance to the Islamic State militant group, has also struck repeatedly in Cameroon, Niger and Chad.


    0 0

    Source: UN Development Programme
    Country: Senegal

    Dakar : 25 02 2016 : Le ministère de l’élevage et des productions animales a sollicité l’appui du PUDC/PNUD pour une commande accélérée des vaccins devant servir à la compagne de vaccination de masse du cheptel – édition 2016. Le PNUD par le canal de sa centrale d’achat basée à Copenhague a acquis et livré les produits tout en garantissant la continuité de la chaîne de froid sur toutes les étapes de la livraison. La température de conservation des vaccins variaient entre -20 à 8°C. Ainsi, plus sept millions (7 481 500) de doses de vaccin ont été commandées pour une valeur globale de 363 000 000 FCFA.

    Pour le Président des éleveurs du Sénégal« Notre survie dépend essentiellement de celle du notre cheptel. S’occuper de ce dernier reviendrait à améliorer significativement le bien-être et les conditions de vie des éleveurs du Sénégal. C’est ce qui justifie notre adhésion à la vision du Chef de l’Etat et de Mme la ministre en ce qui concerne le développement du secteur pastoral. Nous sommes très sensibles à l’acte qui a été posé aujourd’hui – Car pour la première fois au Sénégal, la campagne de vaccination démarre avec la mise à disposition de tous les vaccins »

    Madame le ministre « a loué l’efficacité du PNUD/PUDC qui en moins d’un mois a pu mobiliser au Sénégal et dans la sous-région la totalité des vaccins » Elle a ajouté que « la distribution va commencer ce jour sur l’ensemble du territoire en appelant à la sensibilisation des éleveurs pour le bon déroulement de la campagne de vaccination ».

    Pour Mathieu Ciowela, « La cérémonie qui nous réunit aujourd’hui rentre dans le cadre de la mise en œuvre du PUDC et obéit à notre vision qui est de satisfaire dans les meilleurs délais les besoins exprimés par les acteurs pour le bienêtre des populations sénégalaises ».

    En effet, la santé animale figure dans les priorités du gouvernement du Sénégal, exprimées dans le Plan Sénégal Emergent (PSE) sur lesquelles le programme d’urgence de développement communautaire a une valeur ajouté, nous permettant aujourd’hui de fournir au monde rural près de sept millions huit cent mille doses de vaccins couvrant les besoins des cheptels bovins ovins, caprins. Ils sont ainsi répartis : en Vaccins contre la peste des petits ruminants, des Vaccins contre la peste équine des Vaccins contre la maladie de Newcastle, des Vaccin contre la dermatose nodulaire contagieuse bovine, des Vaccin contre la péripneumonie contagieuse bovine, des Vaccin inactivé contre la fièvre de la vallée du Rift, des Vaccin contre la fièvre aphteuse ( stéréotypes O, A et SAT2) Vaccin inactive contre la rage, des Vaccin contre l’entérotoxémie et des Vaccin contre la pasteurellose bovine.

    •500 000 doses Vaccin contre la peste des petits ruminants
    •150 000 doses Vaccin contre la peste équine
    •1 500 000 doses Vaccin contre la maladie de Newcastle
    •2 000 000 doses Vaccin contre la dermatose nodulaire contagieuse bovine
    •1 000 000 doses Vaccin contre la péripneumonie contagieuse bovine
    •75 000 doses Vaccin inactivé contre la fièvre de la vallée du Rift
    •25 000 doses Vaccin contre la fièvre aphteuse (stéréotypes O, A et SAT2)
    •1 500 doses Vaccin inactive contre la rage
    •30 000 doses Vaccin contre l’entérotoxémie
    •100 000 doses Vaccin contre la pasteurellose bovine
    •100 000 doses Vaccin contre la pasteurellose des petits ruminants

    Pour rappel, le PUDC consacre également une place de choix au développement du secteur pastoral. A ce propos, 336 abreuvoirs seront réalisés en 2016 dans les zones jugées à haut potentiel pastoral.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization, Government of Nigeria, Food Security Cluster
    Country: Nigeria

    UPDATE: Recent comparison data between January and February are now shown in the map, indicating the deteriorating situation for Borno as a whole, where the number of inaccessible areas has increased from 6 to 11 since the January assessment.

    The following LGAs are now classified by SEMA as inaccessible: Abadam, Bama, Dikwa, Guzamala, Gwoza, Kala Balge, Kukawa, Marte, Mobbar, Monguno, Ngala.

    Compared to the assessment in January 2016 this represents nearly a two-fold increase in inaccessible LGA.

    Please be aware that the source data is at ward level, and that LGA marked as accessible or inaccessible might not reflect the LGA as a whole.

    Furthermore, be aware that this latest SEMA data is not in line with other data about LGA accessibility, which shows markedly different numbers.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Burkina Faso

    It is warm and dusty in Diépergou, a village located about 15 kilometers from Bogandé in the eastern region of Burkina Faso. Habibata Thiombiano is nursing Youmanli, her 10-month old daughter, in the family courtyard. “I’m 45-years-old and Youmanli is my eighth child. If you had come here five months ago, you would have seen my daughter in a different state. She would nurse at night, but when she didn’t get enough milk, she would cry and cry, and I wasn’t able to get any sleep. She started to have diarrhea and lose so much weight that we started to lose hope," says Habibata.

    "You see, I haven’t been able to produce enough milk for her since she was born. We just don’t have enough food. I was screened at my village’s health clinic three times and found out I was malnourished,” explains Habibata.

    A few months before our encounter, a team of WFP and local NGO staff as well as the head nurse in Fada headed for Diépergou to identify children aged 6 to 23 months in the area. They were targeting children for the Blanket Feeding Programme, which provides fortified, nutritious food to all children aged 6 to 23 months as well as pregnant and nursing women in an effort to tackle malnutrition.

    At the time, Youmanli was eight months old and eligible to participate in the programme. Habibata was also enrolled in a programme led by a local NGO aimed at providing education on nutrition and hygiene. Habibata received three rations of 12 kilograms of Super Cereal Plus for Youmanli. She also participated in sensitizations sessions to learn about better eating habits not only for her children, but for her whole family. The sessions showed participants how to use local foods available at different times of the year to increase the nutritional value of their meals.

    “Since we have begun participating in the program, I’ve improved my diet. I now have enough milk for my daughter. In addition to regular family meals, I make enriched porridge from the Super Cereal I received; my daughter eats it three times a day. After a short time, everyone noticed that my daughter and I had changed,” confides happily Habibata (pictured below with her baby).

    At 10 months, Youmanli is full of energy. She is a smiling, happy baby. “She has almost doubled her weight in three months, and she is no longer sick all the time. I noticed that she has begun growing normally. I don’t need to be with her all the time anymore, and I’m able to concentrate on other things. My only hope is that my daughter will be able to celebrate her first birthday in good health.”

    Habibata is one of the thousands of moms who has benefitted from this programme, together with her daughter, thanks to USAID Food for Peace's support of WFP's work in Burkina Faso.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Afghanistan, Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo, Egypt, Ethiopia, Guinea, Iraq, Japan, Jordan, Kenya, Lebanon, Liberia, Malawi, Mali, Mauritania, Niger, occupied Palestinian territory, Pakistan, Sierra Leone, Somalia, South Sudan, Sudan, Syrian Arab Republic, Turkey, Uganda, Ukraine, United Republic of Tanzania, Yemen

    YOKOHAMA – The United Nations World Food Programme (WFP) has welcomed a US$120.7 million cash contribution from the Government of Japan to provide vital food and nutrition assistance to the most vulnerable people affected by conflicts and natural disasters in 32 countries in Africa, the Middle East, Asia and Eastern Europe.

    “WFP highly appreciates this significant contribution from Japan, which could not have been more timely,” said Stephen Anderson, Director of WFP’s Japan Office. “WFP is responding to critical food needs in four of the world’s largest and most complex, conflict-induced humanitarian emergencies in Syria, Iraq, Yemen, and South Sudan. WFP is also providing emergency humanitarian support to countries severely affected by natural disasters including those hit by one of the strongest El Nino events on record. As chair of the G7 summit to be held in Ise-shima in May, this generous donation reaffirms Japan’s steadfast commitment to humanitarian assistance and proactive leadership in peace building and human security.”

    In the lead up to the sixth Tokyo International Conference on African Development (TICAD VI) being held in Kenya in August, with Japan as one of the co-organisers, it is fitting that the largest portion - US$56 million - will assist millions of people on the continent who are affected by natural disasters and conflict in 20 countries. In Ethiopia, where El Niño is responsible for what could be the worst drought-related emergency in 50 years, Japan’s funds will provide emergency food rations to 472,000 people who are already suffering its effects. In Malawi, the funds will be spent on four projects including relief assistance for people hit by floods and dry spells, as well as recovery and school feeding programmes, to ensure seamless support from relief to development. The latter is a priority issue to be discussed at the upcoming World Humanitarian Summit in Istanbul. Recovery activities will be implemented in partnership with Japan International Cooperation Agency (JICA), which will provide technical assistance in agriculture.

    US$49 million will be allocated to support those affected by conflict in the Middle East. As the protracted conflict in Syria approaches its sixth anniversary, the Japanese contribution will enable WFP to continue provision of desperately-needed life-saving food and vouchers to nearly 6 million Syrians who are displaced inside Syria and in neighbouring countries. In Yemen, the funds will help WFP provide vital assistance to 2 million internally-displaced persons, including nutrition support to mothers and children.

    In Asia, the channelling of funds to support food assistance in Afghanistan and Pakistan reflect Japan’s desire to promote peace and human security in the sub-region.

    WFP’s logistics operations will also benefit from Japan’s donation in five countries, including South Sudan and Guinea, where the agency runs the United Nations Humanitarian Air Service, providing critical air transport and cargo services for the entire humanitarian community.

    The breakdown of the contribution is as follows:

    Middle East: Yemen (US$10 million), Jordan (US$8 million), Turkey (US$7.5 million), Lebanon (US$6.6 million), Syria (US$6.2 million), Iraq (US$6 million), Sudan (US$2.7 million), Palestine (US$1.3 million), Egypt (US$1 million)

    Africa: Ethiopia (US$5.35 million), Central African Republic (US$5 million), Malawi (US$5 million), Niger (US$3.5 million), Uganda (US$3.5 million), Democratic Republic of the Congo (US$4.5 million), Somalia (US$3.1 million), Cameroon (US$3 million), Burundi (US$2.65 million), South Sudan (US$3.2 million), Sierra Leone (US$2.2 million), Guinea (US$3 million), Mauritania (US$2 million), Kenya (US$2 million), Tanzania (US$1.8 million), Chad (US$1.75 million), Mali (US$1.5 million), Republic of Congo (US$1.4 million), Liberia (US$1 million), Burkina Faso (US$1 million)

    Asia: Afghanistan (US$8 million), Pakistan (US$6 million)

    Eastern Europe: Ukraine (US$1 million)

    #

    WFP is the world's largest humanitarian agency fighting hunger worldwide, delivering food assistance in emergencies and working with communities to improve nutrition and build resilience. Each year, WFP assists some 80 million people in around 80 countries.

    Follow us on Twitter @wfp_media For more information please contact (email address: firstname.lastname@wfp.org):
    Yuko Yasuda, WFP/Yokohama, Tel. +81 (0)3 5766 5364, Mob. +81 (0)90 9844 9990


    0 0

    Source: Government of France
    Country: Chad, Côte d'Ivoire

    Notes techniques - février 2016 N° 13

    RÉSUMÉ

    La lutte contre la malnutrition constitue un enjeu majeur de développement, longtemps négligé. C’est pourquoi la France, aux côtés de nombreux autres bailleurs, a pris des engagements internationaux pour lutter contre la malnutrition. Contrairement à certaines idées reçues, la sous-nutrition ne concerne pas seulement les situations d’urgence et la malnutrition relève d’un ensemble de facteurs multisectoriels, très liés à un territoire donné. Il paraissait donc nécessaire à l’Agence Française de Développement de bien ancrer la lutte contre la malnutrition dans la réalité opérationnelle. Cette note présente la synthèse d’une étude confiée à une équipe pluridisciplinaire qui s’est intéressée, au Tchad et en Côte d’Ivoire, aux secteurs de la santé et du développement agricole.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Senegal

    Insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) dans les zones victimes des inondations

    MESSAGE CLES

    • L’approvisionnement des marchés en céréales reste suffisant partout dans le pays grâce à la production de céréales en 2015/16 supérieure de 65% de la moyenne. La disponibilité des stocks de la propre production permettent un accès moyen des ménages aux denrées ; ce qui réduit leur dépendance aux marchés en cette période post récolte.

    • La hausse importante de la production pour le riz de contre saison grâce aux efforts importants du Gouvernement à travers le programme d’autosuffisance en riz d’ici 2017 contribuera à rehausser plus que la moyenne les disponibilités en cette denrée très prisée. Des opportunités de revenus et de nourritures supérieures s’offrent ainsi aux ménages pauvres à travers la main d’œuvre agricole voire la vente des produits.

    • La soudure précoce à cause de l’épuisement précoce des stocks suite à la baisse de la production amène les ménages pauvres des départements de Matam, Kanel, Raneyrou,
      Linguère et Louga à recourir de façon atypique à des stratégies d’adaptation pour améliorer leur accès aux marchés. Ces zones seront en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 IPC) de juin jusqu’aux nouvelles récoltes, avec une population en Crise (Phase 3 de l’IPC) qui constitue moins de 20 pour cent des ménages de la zone.

    • Les ménages pauvres victimes des inondations estimées à 70000 personnes selon le Plan de réponse humanitaire 2016 sont dans un besoins de ressources supplémentaires pour reconstituer leurs moyens d’existence et satisfaire leurs besoins alimentaires ; ce qui dépasse leur capacité. Ils seront en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 IPC) à partir de mars jusqu’aux nouvelles récoltes.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali

    Production céréalière en hausse augure une disponibilité alimentaire moyenne dans le pays

    MESSAGES CLÉS

    • Les ménages pauvres de la zone des lacs de Goundam font face à une baisse de production céréalière d’environ 40 pour cent de la moyenne quinquennale, des faibles perspectives de récolte de contre-saison en juin et à la baisse globale des revenus (agricoles non agricole) liée à la baisse des opportunités économiques avec la situation sécuritaire. Par conséquent, ils seront en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) de février à septembre.

    • Les pertes et les ventes inhabituelles de bétail suite aux deux dernières années difficiles, les ménages pauvres pastoraux du Gourma de Tombouctou et de Gao dans la zone « Nord élevage (ML02) » connaissent une érosion du capital animalier qui limite leur accès aux marchés. Ils ont recours de façon atypique à la migration et à la réduction de leurs dépenses non alimentaires et seront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’au mois de septembre.

    • Les ménages pauvres déplacés des régions du nord de retour (environ 500.000 personnes) et ceux victimes des inondations de juillet à septembre 2015 (estimé à 15.000 personnes) sont dans un besoin de reconstitution de leurs moyens d’existence et seront incapables de satisfaire leurs besoins alimentaires et non alimentaires à la fois. Ils seront par conséquent en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) de février à septembre.

    • La hausse de la production nationale de céréales de plus de 25 pour cent par rapport à la moyenne permet un approvisionnement suffisant des marchés du pays en denrées et un bon niveau de stocks des ménages. Les prix des céréales qui seront globalement proches de la moyenne et les bons termes de l’échange bétail/céréales favorisent un accès moyen des ménages aux denrées alimentaires. Par conséquent, la majorité du pays sera en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en septembre.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali

    Production céréalière en hausse augure une disponibilité alimentaire moyenne dans le pays

    MESSAGES CLÉS

    • Les ménages pauvres de la zone des lacs de Goundam font face à une baisse de production céréalière d’environ 40 pour cent de la moyenne quinquennale, des faibles perspectives de récolte de contre-saison en juin et à la baisse globale des revenus (agricoles non agricole) liée à la baisse des opportunités économiques avec la situation sécuritaire. Par conséquent, ils seront en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) de février à septembre.

    • Les pertes et les ventes inhabituelles de bétail suite aux deux dernières années difficiles, les ménages pauvres pastoraux du Gourma de Tombouctou et de Gao dans la zone « Nord élevage (ML02) » connaissent une érosion du capital animalier qui limite leur accès aux marchés. Ils ont recours de façon atypique à la migration et à la réduction de leurs dépenses non alimentaires et seront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’au mois de septembre.

    • Les ménages pauvres déplacés des régions du nord de retour (environ 500.000 personnes) et ceux victimes des inondations de juillet à septembre 2015 (estimé à 15.000 personnes) sont dans un besoin de reconstitution de leurs moyens d’existence et seront incapables de satisfaire leurs besoins alimentaires et non alimentaires à la fois. Ils seront par conséquent en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) de février à septembre.

    • La hausse de la production nationale de céréales de plus de 25 pour cent par rapport à la moyenne permet un approvisionnement suffisant des marchés du pays en denrées et un bon niveau de stocks des ménages. Les prix des céréales qui seront globalement proches de la moyenne et les bons termes de l’échange bétail/céréales favorisent un accès moyen des ménages aux denrées alimentaires. Par conséquent, la majorité du pays sera en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en septembre.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Benin, Burkina Faso, Cabo Verde, Chad, Côte d'Ivoire, Gambia, Ghana, Guinea, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Togo

    L'Afrique de l’Ouest peut être divisée en trois zones agro-écologiques ou en trois bassins commerciaux (bassins de l’ouest, bassin du centre, bassin de l’est). Les deux sont importants pour l'interprétation du comportement et de la dynamique du marché.

    Les trois principales zones agro-écologiques incluent la zone Sahélienne, la zone Soudanaise et la zone Côtière où la production et la consommation peuvent être facilement classifiées. (1) Dans la zone Sahélienne, le mil constitue le principal produit alimentaire cultivé et consommé en particulier dans les zones rurales et de plus en plus par certaines populations qui y ont accès en milieux urbains. Des exceptions sont faites pour le Cap Vert où le maïs et le riz sont les produits les plus importants, la Mauritanie où le blé et le sorgho et le Sénégal où le riz constituent des aliments de base. Les principaux produits de substitution dans le Sahel sont le sorgho, le riz, et la farine de manioc (Gari), avec les deux derniers en période de crise. (2) Dans la zone Soudanienne (le sud du Tchad, le centre du Nigéria, du Bénin, du Ghana, du Togo, de la Côte d'Ivoire, le sud du Burkina Faso, du Mali, du Sénégal, la Guinée Bissau, la Serra Leone, le Libéria) le maïs et le sorgho constituent les principales céréales consommées par la majorité de la population. Suivent après le riz et les tubercules particulièrement le manioc et l’igname. (3) Dans la zone côtière, avec deux saisons de pluie, l’igname et le maïs constituent les principaux produits alimentaires. Ils sont complétés par le niébé, qui est une source très significative de protéines.

    Les trois bassins commerciaux sont simplement connus sous les noms de bassin Ouest, Centre, et Est. En plus du mouvement du sud vers le nord des produits, les flux de certaines céréales se font aussi horizontalement. (1) Le bassin Ouest comprend la Mauritanie, le Sénégal, l’ouest du Mali, la Sierra Leone, la Guinée, le Libéria, et la Gambie où le riz est le plus commercialisé. (2) Le bassin central se compose de la Côte d'Ivoire, le centre et l’est du Mali, le Burkina Faso, le Ghana, et le Togo où le maïs est généralement commercialisé. (3) Le bassin Est se rapporte au Niger, Nigéria, Tchad, et Bénin où le millet est le plus fréquemment commercialisé. Ces trois bassins commerciaux sont distingués sur la carte ci-dessus.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Chad

    Messages clés

    • Les stocks céréaliers des ménages pauvres dans certains départements de la bande sahélienne seront épuisés précocement (fin-février au lieu de avril/mai). Il s’agit de Mangalmé (Guera), Batha Ouest, Kanem, Wadi Bissam (Kanem), BEG Sud, Mamdi (Lac), Djourf Al-Ahmar (Sila) et des départements de Kobé et Megri de Wadi Fira. Ces ménages font déjà face à une hausse atypique des prix céréales et une baisse atypique de leurs revenus causant des déficits de consommation alimentaire. Elles seront en Crise (Phase 3 de l’IPC) à partir de mars (Carte 2).

    • Les impacts de l’insécurité dans le Lac et du déficit de la production céréalière dans le Sahel seront minimisés dans les départements de Nord Kanem, BEG Nord, Batha Est et Biltine (Wadi Fira) par leurs moyens d’existence pastoraux plus favorables et dans le département de Wayi (Lac) par une situation sécuritaire plus stable. Ces ménages pauvres resteront en Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’au mai. A Wayi, elle se détériorera en Crise (Phase 3 de l’IPC) à partir de juin avec l’installation de la soudure agricole.

    • Malgré leur pluviométrie bien repartie, la situation alimentaire s’est détériorée dans les départements de Kimiti (Sila), Guera Centre et Ouest, Dar Tama (Wadi Fira), Assoungha (Ouaddai), et Tandjilé Est et Ouest, et les régions de Mayo Kebbi Ouest et Logone Oriental. Les ménages pauvres seront en Stress (Phase 2 de l’IPC) de février à juin pour les zones pastorales et jusqu’au septembre pour les zones agricoles. La plupart de la zone soudanienne avec de stock moyen restera en situation Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’au septembre (Carte 1).

    • La situation pastorale est jugée passable en général, mais le pâturage est faible dans les régions de Hadjer Lamis, BEG, Kanem, Batha et Wadi Fira où l’état d’embonpoint des animaux se détériore plutôt que normal (février au lieu d’avril), et le revenu des pasteurs va baisser à cause de faible demande et les prix baissés. Cette situation s’améliorera à partir de juillet avec la régénération du pâturage et la nouvelle demande pendant la période de Ramadan.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mauritania

    Des récoltes moyennes et des bonnes conditions pastorales réduisent l’insécurité alimentaire

    Messages clés

    • Les récoltes céréalières moyennes, l’approvisionnement satisfaisant des marchés par les transferts céréaliers transfrontaliers normaux et les importations, auxquels s’ajoute la tendance haussière des prix des animaux qui se maintiendra jusqu’en septembre, assurent des conditions alimentaires suffisantes au plan national. La plupart des ménages pauvres accède ainsi, à une nourriture régulière et restera en situation d’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en septembre 2016.

    • Les bonnes conditions pastorales vont écourter la période de soudure pastorale et renforcer l’embonpoint des animaux. Elles favorisent aussi dans les zones pastorales et agropastorales, les nouvelles mises-bas, et la reconstitution du cheptel, réduit par les pertes et les ventes de trois précédentes années difficiles pour les zones pastorales. La disponibilité en lait va s’améliorer, entre juillet et septembre, et favorisera consommation des ménages pastoraux.

    • Dans les moughataa d’Akjoujt en Inchiri et d’Aoujeft en Adrar et dans l’ouest de la zone agropastorale (moughataa de Moudjeria et de Monguel), les ménages d’agro-éleveurs affectés par la baisse de leurs productions agricoles n’ont plus de stocks de céréales et doivent acheter leur nourriture alors que leurs revenus sont fortement en baisse par la réduction des effectifs de leurs cheptels depuis 2013. Ils sont et resteront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’en septembre 2016.

    • Les zones agropastorales de Brakna et le centre de la zone oasienne touchées par les déficits pastoraux en 2014 et 2015, dépendront encore des ventes de cheptel après des productions agricoles limitées cette année. Ces déficits de production ont baissé les revenus agricoles des ménages pauvres et les placent en Stress (Phase 2 de l’IPC) entre février et juin. Avec les apports de l’élevage à partir de juillet, ils se retrouveront en situation Minimale (Phase 1 de l’IPC).


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Senegal

    Au Sénégal, le riz, le mil, le sorgho et le maïs constituent la base de l’alimentation des ménages. L’arachide représente aussi bien une source importante de protéine et communément une culture de rente. Le riz importé est consommé quotidiennement par la grande majorité des ménages, particulièrement dans les centres urbains de Dakar et Touba. Le riz produit localement dans la vallée du fleuve Sénégal y est consommé. St. Louis est le principal marché dans la vallée du fleuve Sénégal. Le mil est consommé dans les régions centrales où Kaolack représente le marché régional le plus important. Le maïs est produit et consommé dans les zones autour de Kaolack, Tambacounda et dans la vallée du fleuve Sénégal. Du maïs est aussi importé, principalement du marché international. Il existe une forte demande pour tous les produits à Touba et à Dakar. La récolte des céréales et celle de l’arachide débutent en Octobre et les stocks de céréales locales baissent de niveau tout au long de l’année de commercialisation qui s’achève en Octobre. Le Sénégal dépend plus des importations à partir du marché international, surtout le riz, que du commerce transfrontalier qui concerne essentiellement le bétail provenant du Mali et de la Mauritanie pour approvisionner Dakar et les marchés environnants.


    0 0

    Source: World Food Programme, Food Security Cluster
    Country: Benin, Burkina Faso, Cameroon, Chad, Côte d'Ivoire, Gambia, Ghana, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo

    • Confirmation des niveaux satisfaisants des productions agropastorales en Afrique de l’Ouest et au Sahel : augmentation de 12 pour cent de la production céréalière par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

    • Confirmation de la baisse de 12 pour cent de la production céréalière au Tchad.

    • La situation sécuritaire dans le bassin du Lac Tchad, qui continue d’impacter négativement sur les personnes déplacées et les populations hôtes mérite une attention particulière.

    • L’amélioration de l’offre intérieure fait fléchir les prix des céréales.


    0 0

    Source: Assessment Capacities Project
    Country: Afghanistan, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Colombia, Côte d'Ivoire, Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, El Salvador, Eritrea, Ethiopia, Fiji, Gambia, Guatemala, Haiti, Iraq, Jordan, Kenya, Lebanon, Lesotho, Libya, Madagascar, Mali, Mauritania, Myanmar, Namibia, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Pakistan, Papua New Guinea, Somalia, South Sudan, Sudan, Swaziland, Syrian Arab Republic, Turkey, Uganda, Ukraine, World, Yemen, Zimbabwe

    Snapshot 24 February – 1 March 2016

    Swaziland: At least 300,000 people – one-third of the population – are in dire need of assistance, specifically of food and water. Poor and erratic rainfall as a result of El Niño dates back to 2014, and Swaziland has been experiencing significant reductions in crop production.

    Libya: Clashes between IS militants and other groups are intensifying. Road closures and difficulty accessing ports have limited the delivery of food, and 210,000 people are being targeted for immediate food assistance. Critical medicines are expected to have run out by the end of March.

    Somalia: Al Shabaab attacks in the capital Mogadishu and in Baidoa have left around 50 people dead and many more injured. In drought-affected Somaliland and Puntland, 510,000 people face acute water and pasture shortages; 50% are children.

    Updated: 01/03/2016. Next update: 08/03/2016.

    Global Emergency Overview Web Interface


    0 0

    Source: World Food Programme, UN Children's Fund, Government of Mauritania
    Country: Mauritania

    NOUAKCHOTT, MAURITANIE, Mars 1, 2016– Le Ministère de l’Éducation Nationale de la Mauritanie, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) célèbrent la première Journée Africaine pour l’Alimentation Scolaire à travers l’organisation d’une cérémonie conjointe à Nouakchott.

    Cette initiative lancée par l'Union Africaine représente une première dans l'histoire : l’ensemble du continent se réunit pour reconnaître les avantages de filet de sécurité le plus utilisé au monde, à l'intérieur et au-delà de la salle de classe. Cette journée, qui sera célébrée sur tout le continent, vise à souligner l’impact positif de l’alimentation scolaire rendue possible grâce à la production locale. En plus de maintenir les enfants à l’école et d’améliorer leur performance scolaire, l’alimentation scolaire stimule l’entrepreneuriat local et génère ainsi des revenus pour les communautés.

    Le Ministère de l’Éducation Nationale attache une très grande importance à l’alimentation et la santé des enfants qui sont considérés comme étant des facteurs déterminants dans l’amélioration de la qualité de l’enseignement et de la continuité de la scolarisation des élèves. C’est dans ce cadre que le Ministère de l’Education Nationale a instauré depuis les années 60 un programme d’alimentation scolaire dans les zones défavorisées des régions les plus marquées par la pauvreté où vivent les familles les plus pauvres et les plus réticentes à la scolarisation des enfants. Depuis 2008 jusqu'à nos jours, le Gouvernement Mauritanien n'a cessé de débloquer des fonds importants pour l'appui du programme d'alimentation scolaire.
    En conclusion, le Ministre de l’Éducation Nationale a déclaré que la politique du secteur «prévoit d’augmenter le nombre de cantines scolaires pour couvrir 50 % des élèves d’ici 2020 et améliorer la qualité des services offerts ».

    En 2015, le PAM a maintenu une assistance dans 491 écoles publiques offrant un cycle complet de l'enseignement primaire dans les régions rurales les plus vulnérables du Hodh El Chargui, Hodh El Gharbi, Assaba, Gorgol, Brakna, Trarza, Tagant et Guidimakha, et dans une école à Nouakchott. Grâce aux ressources disponibles du gouvernement et de ses efforts du gouvernement dans le développement d'une politique d'alimentation scolaire nationale. « Cette journée est une importante occasion pour partager notre expérience et expertise dans le secteur et de souligner l'importance de la conception de programmes de repas scolaires à l'aide de produits locaux d'une manière qui améliore l'éducation, la nutrition et les résultats économiques. De plus, l’alimentation scolaire contribue non seulement à ce que les familles parviennent à éduquer leurs enfants et protéger leur sécurité alimentaire en temps de crise, mais il apporte aussi des avantages tout au long de la vie. C’est pour ça que nous devons continuer à travailler tous ensemble afin d’avoir un impact durable dans nos efforts », a déclaré Janne Suvanto, Représentant du PAM en Mauritanie.

    L’UNICEF, afin de contribuer à améliorer les conditions d’apprentissage, vise à assurer la disponibilité dans les écoles élémentaires d’un paquet de services intégrés parmi lesquels des cours de soutien aux élèves, des formations en direction des enseignants des associations de parents d’élèves, le retour à l’école d’enfants non scolarisés et la construction de latrines séparées filles garçons. Outre ces activités classiques, en 2013 et 2014, pour répondre à la situation nutritionnelle, qui a affecté sept régions du pays-le Tagant, l’Assaba, le Guidimakha, le Hodh El Chargui, le Hodh El Gharbi, le Brakna et le Gorgol- l’UNICEF est intervenu, dans un cadre expérimental, en offrant des collations (lait et biscuits hyperprotéinés) aux enfants de 240 structures communautaires de la Petite Enfance. Au total, près de 10 000 enfants ont bénéficié de ces distributions. En 2016, l’UNICEF appuie la finalisation d’un module à utiliser en classe sur les bonnes pratiques d’hygiène et de nutrition en vue de vulgariser ces pratiques dans l’ensemble des structures scolaires du pays. « L’éducation et l’alimentation de l’enfant font partie des priorités de l’UNICEF » a déclaré Souleymane Diabaté, Représentant de l’UNICEF en Mauritanie. « Les carences alimentaires et nutritionnelles peuvent conduire à l’absentéisme des élèves puis à l’abandon scolaire. A l’inverse, les activités d’alimentation scolaire maintiennent non seulement les enfants à l’école, mais augmentent même les taux de scolarisation, la capacité d’attention et les résultats scolaires des enfants ». A titre d’illustration, la distribution des collations aux enfants du préscolaire a conduit à une hausse des inscriptions dans les structures préscolaires: l’année qui a suivi la distribution, 400 enfants de plus fréquentaient les bancs des infrastructures préscolaire. « Cette première célébration de la Journée Africaine pour l’Alimentation Scolaire est l’occasion pour l’UNICEF de présenter les résultats positifs de ses interventions. Elle est aussi et surtout l’occasion de souligner les efforts que nous devons poursuivre en termes d’alimentation scolaire pour le bien-être des enfants de Mauritanie » a conclu Souleymane Diabaté.

    /# # #

    Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d'urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM apporte une assistance à plus de 80 millions de personnes dans près de 80 pays.

    L’UNICEF, un des principaux organismes d’aide humanitaire et de développement, travaille partout dans le monde en faveur des droits de chaque enfant. Les droits de l’enfant commencent avec un hébergement sûr, une bonne nutrition, la protection contre les catastrophes naturelles et les conflits et durent toute la vie : soins prénatals pour une naissance en bonne santé, eau propre et assainissement, soins de santé et d’éducation. L’UNICEF s’efforce depuis près de soixante-dix ans d’améliorer la vie des enfants et de leurs familles.

    Pour plus d’informations, veuillez contacter:

    PAM :
    Enrico Piano, WFP/Mauritanie, enrico.piano@wfp.org, +222 26891399

    UNICEF Mauritanie :
    Zahra Cheikh Malainine, Spécialiste Communication, zcmalainine@unicef.org


    0 0

    Source: UN Development Programme
    Country: Malawi

    By Srilata Kamila

    A recently approved project supported by the UNDP and funded through the Green Climate Fund is providing new opportunities to scale up the use of climate information and early warnings in Malawi. The innovative $11 million project focuses on building weather- and climate-related services and has the potential of reaching approximately 2 million people, providing farmers, fishers and communities impacted by a changing climate with the information they need to protect lives and build livelihoods. This includes investing in the use of climate information for planning agricultural and on-farm activities, providing warnings of severe weather for fishers on Lake Malawi, improving flood forecasting and monitoring, and fostering information exchanges through mobile platforms.

    Approximately 85 percent of Malawi’s population lives in rural areas with the majority engaged in smallholder rain-fed agriculture. The agriculture sector, including fisheries, remains a key source of economic growth for the country and is extremely vulnerable to climate variability, change and disasters such as floods, droughts, heavy rains and strong winds.

    Between 1967 and 2003, the country experienced six major droughts and 18 incidences of flooding, which heavily impacted smallholder farmers. The 2011-12 droughts had severe effects on food security in many districts, with approximately 2 million people affected, particularly in the southern districts. Malawi has just recovered from an intensive flood event in 2015, which left many lives and livelihoods destroyed. It is estimated that the floods affected 1,101,364, displaced 336,000 and killed 104 people.

    Currently prevailing drought conditions (due to a strong El Niño) have resulted in extensive crop failures and, combined with rising food prices, up to 2.8m people are facing a worsening food security situation. The current drought comes after a poor 2014/15 season, which also saw poor crop performance, due in large part to a late start of the summer rainfall season (which when it came brought the heavy rains and flooding mentioned earlier).

    This combination of consecutive droughts, mixed with heavy floods, makes countries such as Malawi highly vulnerable to climate variability, which is only expected to worsen under a hotter future climate. In particular, increases in temperature will lead to increases in evaporation and water stress, which will negatively affect crop growth, whereas many aspects of the agricultural value chain including drying, storage and transport to market are affected by floods. Increases in the severity of extreme events such as floods and storms (due to rising temperatures and atmospheric moisture) will potentially further exacerbate the hazards faced by both farmers and fishermen. This is of particular concern on Lake Malawi, where fishermen are already forced to search for fish further offshore, regularly encounter severe weather, and take longer to reach the safety of the shore than they did in the past.

    Monitoring of the predicted increases in temperature and rainfall variability, as well as the ability to forecast these changes for the coming weeks and seasons, is a key capability that will allow Malawi to effectively adapt to the impacts of climate variability and change. In particular, daily and seasonal weather and climate information can be used by subsistence farmers and fishers to plan planting strategies, crop types, application of agricultural inputs, navigate stormy weather, and plan times and locations for drying fish, etc. Similarly, information on impending floods, taking into account current environmental and social conditions as well as expected and current rainfall across river catchments, enables preparedness activities, which are critical to reducing the vulnerability of communities and livelihoods at risk from flooding.

    The Government of Malawi, with the support of UNDP, recently secured funding from the Green Climate Fund to scale up the use of modernized early warning systems and climate information in the country. The project will be implemented by the Department of Disaster Management Affairs (DoDMA), with implementation support from the hydro-met agencies (Department of Climate Change and Meteorological Services and Department of Water Resources), agricultural extension services, fisheries and farmer agencies.

    The project will work with communities in 14 food-insecure districts to co-develop tailored weather- and climate-based agricultural advisories to be disseminated through ICT/mobile, print and radio channels. The 3-2-1 service, which allows anyone to access crop advisories through mobile phones, will be enhanced to include weather and climate information (seasonal forecast information and weather conditions). It will also build on existing systems used by the National Association of Small-Scale Farmers (NASFAM) and the Department of Agricultural Extension Services (DAES) who use communication systems (Frontline SMS and ESOKO) for interaction with farmers. The project will develop climate- and weather-related content for distribution to farmers, and strengthen the engagement of the telecom sector to enable expansion of such ICT/mobile platforms.

    The project will also scale up the best practices in community readiness to respond to disasters and mitigate key risks. Community-based Early Warning Systems will be scaled up in flood-prone areas and capacities to use and respond to warnings will be strengthened at the national, district and community levels. A key intervention related to this is to strengthen the Emergency Operation Centers, which are critical in planning for disasters, monitoring disasters, and mobilizing resources to manage them. The project will also train communities and civil protection committees to build their capacity for disaster risk management, as well as installing water-level monitoring equipment to help deliver timely warnings.

    The project will allow Malawi to extend the coverage of hydrometeorological observational systems, synergizing with ongoing efforts including the LDCF-funded Climate Information and Early Warning Systems Projects.

    The expansion of hydromet monitoring stations (including installation of 37 hydrological water level recording stations) and extension of existing forecasting frameworks to the central and northern regions of the country will improve flood risk monitoring, forecasting and water resource planning in the country. Similarly, the installation of 34 Automatic Weather Stations (AWS) will extend the existing coverage to service both the hydrological forecasting and the need for localized weather data to develop the tailored agricultural advisories.

    Extension of the severe weather monitoring network will provide information on severe thunderstorms and rainfall for flood forecasting, as well as warnings of lightning strikes and valuable data for developing products that can be combined with existing satellite-based nowcasting systems. This will enable more accurate and timely warnings for fishers over Lake Malawi as well as help forecasters to identify where high-intensity rains may fall. A set of two lake-based weather and wave buoys will be installed on Lake Malawi to measure weather and wave conditions. These will also provide data and information to better predict inclement weather, which poses a danger to fishers; strong Mwera Winds often take lives on Lake Malawi, and the creation of a working early warning system will aid in protecting fishers.

    Resources • Strengthening Climate Information in MalawiGCF Approves First Eight Projects

    Srilata Kammila is a Regional Technical Advisor working on Climate Change Adaptation across a number of UNDP-GEF supported programmes in Asia and Africa. Srilata is specialized in developing policies and programs across climate change adaptation and mitigation focusing on climate risk management and advancing climate resilient development.

    See the post with all of the links here


    0 0

    Source: International Crisis Group
    Country: Afghanistan, Algeria, Angola, Armenia, Azerbaijan, Bahrain, Bangladesh, Belarus, Bosnia and Herzegovina, Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, China, Colombia, Côte d'Ivoire, Cyprus, Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Egypt, Ethiopia, Fiji, Georgia, Guatemala, Guinea, Guinea-Bissau, Haiti, India, Indonesia, Iran (Islamic Republic of), Iraq, Japan, Jordan, Kazakhstan, Kenya, Kyrgyzstan, Lebanon, Liberia, Libya, Mali, Mexico, Moldova, Morocco, Mozambique, Myanmar, Nepal, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Pakistan, Philippines, Russian Federation, Rwanda, Saudi Arabia, Somalia, South Sudan, Sri Lanka, Sudan, Syrian Arab Republic, Tajikistan, Thailand, the former Yugoslav Republic of Macedonia, Tunisia, Turkey, Turkmenistan, Uganda, Ukraine, Venezuela (Bolivarian Republic of), Western Sahara, World, Yemen, Zimbabwe

    The month saw conflict continue to rage in Turkey’s south east between Ankara and the Kurdistan Workers’ Party (PKK), looking likely to further escalate in March. Afghanistan and Somalia both saw armed insurgencies capture new territories. In Africa, political tensions rose in Chad, Mozambique and Zimbabwe, while in Venezuela, deadlock between the opposition-held parliament and government has brought the country closer to political and economic implosion. In Asia, North Korea’s announcement of a satellite launch in violation of UN Security Council resolutions prompted international condemnation and calls for tough new sanctions. On a positive note, the coming month brings the possibility of a final agreement to end Colombia’s decades-old insurgency.


older | 1 | .... | 501 | 502 | (Page 503) | 504 | 505 | .... | 728 | newer