Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 498 | 499 | (Page 500) | 501 | 502 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN Office for Outer Space Affairs
    Country: Colombia, Dominican Republic, El Salvador, Guatemala, Honduras, Mali, Mauritania, Niger, Uruguay, World

    UN-SPIDER at a glance

    UN-SPIDER present at the UNISDR S&T Conference in Geneva

    From 27 to 29 January 2016, the United Nations Office for Disaster Risk Reduction (UNISDR) conducted the UNISDR Science and Technology Conference on the Implementation of the Sendai Framework for Disaster Risk Reduction 2015-2030. UNISDR used this Conference to launch the UNISDR Science and Technology Partnership for the implementation of the Sendai Framework and to outline how science and technology efforts should be incorporated in the four priority areas of action included in the Sendai framework.

    Mr. Luc St Pierre, Coordinator of the UN-SPIDER Programme, was one of the panellists in the panel on Local, National, Regional and International Partnerships. Other organizations invited to participate in this panel included the International Council for Science (ICSU), the Integrated Risk Governance Project for Future Earth (IRG-Project), and the International Research Disaster Reduction programme (IRDR).


    0 0

    Source: International Peace Institute
    Country: Niger

    Niger will hold general elections on February 21st, with President Mahamadou Issoufou up for re-election to a second term. The outcome will have repercussions for the interplay of security and democracy across the Sahel region. A win by the incumbent will not necessarily mean that democracy is in retreat, but it will indicate that Issoufou’s increasingly tough approach to domestic dissent in Niger does not have immediate electoral consequences.

    Election Background

    Issoufou took office in 2011, after a brief interlude of military rule. Since 1993, Niger’s democratic aspirations have followed a zig-zagging trajectory, with three transfers of power from military rulers to civilians (1993, 1999, 2011), three military coups (1996, 1999, and 2010), and the anti-democratic actions of one civilian president, Mamadou Tandja, who overstayed his welcome in 2009 through a flawed constitutional referendum that extended his tenure in office. Tandja’s decision provoked the coup that ultimately brought Issoufou to power: six months after the referendum, military officers bloodlessly removed Tandja’s government and organized new elections. Issoufou, a long-time opposition leader who belonged to the Nigerien Party for Democracy and Socialism won the 2011 elections.

    Niger, like many other Francophone African countries—and some other non-Francophone ones, for that matter—operates a two-round electoral system. If no candidate captures a majority in the first round of voting, the presidential election will go to a second round where only the top two vote-earners compete. Such systems encourage a proliferation of candidates and parties, especially in open elections where there is no incumbent. Elections in Francophone West Africa often follow one of three scenarios: If there is no incumbent, the election typically goes to a second round. If there is a popular incumbent or an incumbent facing his first re-election, the incumbent typically wins on the first round. If the incumbent is unpopular or is attempting to overstay his welcome, the election often goes to a second round, and the opposition often successfully unites to defeat the incumbent.

    One unintended consequence of the two-round system is that it incentivizes incumbents to prevent their re-election contests from going to a second round. Often, such incumbents know better than anyone how a unified opposition can unseat a sitting president. Abdoulaye Wade of Senegal is one recent example of a candidate who came to power as a long-time opposition leader and triumphed in a second-round upset (2000), and later lost the presidency when he contested as an unpopular incumbent (2012).

    In 2011, Niger had an open election, and Issoufou emerged as the leading candidate in the first round, though his score of 36% meant that the contest went to a second round. Issoufou defeated Seyni Oumarou of the National Movement for the Society of Democracy, the party of the ousted Tandja. Issoufou won a convincing victory, 58% to 42%, and took office enjoying a considerable amount of domestic and international goodwill.

    Growing Securitization of Niger

    Issoufou has won acclaim—some deserved and some exaggerated—for keeping Niger a relative island of stability amid the crises gripping several of its neighbors: Mali, Libya, and Nigeria. Niger has not been completely immune to insecurity under Issoufou: fragments of al-Qaeda in the Islamic Maghreb perpetrated major suicide bombings in the northern towns of Arlit and Agadez in May 2013, and Nigeria’s Boko Haram sect has repeatedly attacked Niger’s southeastern Diffa region. Nonetheless, many observers have credited Issoufou with preventing a larger deterioration of stability in the country. When rebels from northern Mali’s Tuareg ethnic group rose up against their government in 2011-2012, Niger’s Tuareg stayed quiet. Some observers credited the difference to Issoufou’s calculated political outreach to Tuareg in northern Niger—outreach that included appointing a Tuareg prime minister.

    Issoufou’s presidency has seen an uptick in Western powers’ interest in security cooperation with Niger, and in using Niger as a site from which to attempt to manage insecurity in the Sahel region. Even before Issoufou took office, Niger was part of various counterterrorism initiatives in the Sahel, such as the United States’ Trans-Saharan Counterterrorism Partnership. Under Issoufou, Niger has become the site of at least two US drone bases. It was Chad, Niger’s relatively stable eastern neighbor, that became the leading provider of combat troops to ground operations against jihadists in Mali (an effort to which Niger also contributed), but Niger joined forces in early 2015 to enter Nigerian territory and dislodge Boko Haram from towns that the sect then controlled. Niger is increasingly seen as an important counterterrorism actor in the Sahel and in Nigeria. International Crisis Group has warned, however, that “an excessive focus on external threats can overshadow important internal dynamics, such as communal tensions, a democratic deficit and the growing marginalisation of poor, rural societies.”

    Back home, the rising securitization of the Sahel, and of Niger, has led to a narrowing of Niger’s political and civil society arenas. In May 2015, authorities detained two prominent civil society activists—Moussa Tchangari and Nouhou Arzik—for criticizing the government’s handling of the fight against Boko Haram. In the Diffa Region, the government has repeatedly declared a state of emergency, and concerns have grown about security forces’ treatment of civilians, especially displaced persons. Meanwhile, some Nigeriens have criticized Issoufou for drawing so close to the West; such criticism was a factor in provoking violent protests in January 2015 after Issoufou marched with other world leaders in Paris after the Charlie Hebdo attacks.

    The narrowing of political space is arguably visible in the elections as well. In June 2014, Nigerien authorities arrested Hama Amadou, President of Niger’s National Assembly, on charges of trafficking in babies. Two months later, Amadou fled the country, claiming that the charges against him were politically motivated. When he returned to Niger in November 2015, he was arrested at the airport, his protesting supporters were dispersed by the police, and four journalists covering the crisis were detained. From prison, Amadou has campaigned for the presidency. He has been allowed to register as a candidate for the Democratic Movement of Niger but has been denied bail. If Amadou is innocent of the charges, as many observers presume him to be, then his continued detention appears to be a move by Issoufou to hamstring a major challenger. Other notable politicians are also campaigning for the presidency—Seyni Oumarou, 2011’s runner-up, and former President Mahamane Ousmane—but the advantages of incumbency, and the support Issoufou’s administration still retains among many parts of Niger, may prove decisive.


    0 0

    Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies, Cash Learning Partnership
    Country: Burkina Faso, Chad, Mali, Mauritania, Niger, Senegal, World

    A growing acceptance of cash transfers as an inter-sectorial tool is accompanied by a better understanding of this approach and its potential to break the cycle of poverty, after much discussion on the role cash transfers have to play in building resilience.

    In the Sahel, food security experts have become very skilled in the handling of cash transfers. Their use in the region has progressively been extended to other sectors, such as nutrition and livelihoods. Humanitarian actors involved in contexts of chronic crisis are, bit by bit, rethinking their approaches, working more and more closely with development actors to increase the impact of their work in the long term and deal with the causes of poverty.

    Moreover, efforts to protect and strengthen livelihoods are focusing more and more on the use of cash transfers as an implementation mechanism. In order to enable knowledge and best practice regarding the use of cash transfers to be shared, a learning workshop on cash transfers and livelihoods was organised in Dakar (Senegal), thanks to ERC funding from ECHO. This learning workshop aimed to gather and share good practice and information regarding the implementation of cash transfers in the area of livelihoods, and to serve as a basis for drafting these guidance notes on using cash transfers within the framework of a livelihoods project.

    These guidance notes are primarily intended for those involved in designing and implementing programmes that include cash transfer components within a livelihood support framework.

    In particular, they are aimed at:
    1. humanitarian workers who have some expertise in cash transfers but limited knowledge of the livelihoods sector
    2. and technical workers and livelihoods experts with limited skills in matters concerning cash transfers


    0 0

    Source: Afrique Verte
    Country: Burkina Faso, Mali, Niger

    Début février la tendance générale de l’évolution des prix des céréales est à la stabilité au Niger, variée au Burkina et au Mali.

    Syntèse par pays

    Niger : la tendance générale des prix des céréales est à la stabilité. Toutefois, quelques mouvements en hausse et en baisse ont été observés sur certains marchés. Les hausses ont été enregistrées : a) pour le mil à Zinder (+7%) et à Agadez (+3%), b) pour le sorgho à Agadez (+6%) et c) pour le maïs à Maradi (+11%) et à Dosso (+6%). Quelques mouvements à la baisse ont été observées : i) pour le riz à Niamey (-5%); ii) pour le sorgho à Maradi (-4%) et à Niamey (-3%) et iii) pour le maïs à Zinder (-5%).

    Mali : la tendance générale de l’évolution des prix des céréales est variable selon les produits. Elle est à la baisse pour le mil, à la stabilité pour le riz et le maïs et à la hausse pour le sorgho. Les hausses ont été observées pour le sorgho à Bamako (+11%), à Ségou (+8%) et à Sikasso (4+%), pour le maïs à Bamako et Ségou (+4%) et pour le mil à Mopti (+3%). Les baisses ont été enregistrées : i) pour le mil à Kayes (-5%), à Bamako (-6%), à Tombouctou (-5%) et à Gao (-3%), ii) pour le sorgho à Kayes (-6 %), iii) pour le maïs à Kayes (-10%), et enfin iv) pour le riz importé à Kayes (-3%), à Bamako (-5%) et à Mopti (-3%).

    Burkina : la tendance générale des prix est à la stabilité pour le riz mais variable pour les céréales sèches avec des mouvements en hausse ou en baisse selon les produits et les marchés. Les hausses ont été enregistrés, i) pour le mil à Dori (+13%) et à Dédougou (+7%), ii) pour le sorgho à Dori (+14%), à Dédougou (+9%), à Nouna (+8%), à Ouagadougou (+4%) et à Kongoussi (+3%) et iii) pour le maïs à Dori (+25%) et à Nouna (+4%). Les baisses ont été enregistrées : i) pour le mil à Bobo (-14%) et à Fada (-3%), ii) pour le sorgho à Bobo (-12%) et à Fada (-6%), iii) pour le maïs à Bobo (-4%).


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Porte-parole Radhia Achouri

    Attaque contre la MINUSMA à Kidal

    Comme vous le savez, le Camp de la MINUSMA à Kidal a été l’objet d’une attaque complexe le 12 février. Le vendredi matin vers 7h, entre 10 et 15 obus ont touché le camp blessant plusieurs employés de la MINUSMA.

    Quelques minutes après, un véhicule piégé est entré dans le camp et a explosé dans la section hébergeant le continent guinéen. Six soldats guinéens sont morts et une trentaine de personnes ont été blessées, dont cinq lourdement qui ont été évacuées à Bamako dans l’après-midi. Le bilan s’est alourdi depuis la semaine dernière et on déplore maintenant 7 morts, tous du contingent guinéen de la Force. Une femme compte pour la première fois parmi les victimes. Le camp guinéen a été complètement dévasté.

    Le Représentant Spécial du Secrétaire Général et Chef de la MINUSMA, M. Mahamat Saleh Annadif, s’est dit révolté par l’attaque meurtrière. Il s’est rendu à Kidal le lendemain de l’attaque, soit le 13 février, pour constater les dégâts causés et soutenir le personnel. Il était accompagné du Commandant de la Force de la MINUSMA, le Général de division Michael Lollesgaard. Une visite du camp Guinéen dévasté, une réunion avec les personnels civils et police et une réunion de sécurité avec les autorités locales ont été organisées, et ce afin d’évaluer et d’améliorer la sécurité du camp.

    Le 17 février, une cérémonie en hommage aux soldats tombés a été organisée au quartier général de la MINUSMA à Bamako, en présence du RSSG, du Commandant de la Force, de l’Ambassadeur de Guinée au Mali et des employés de la MINUSMA. Au cours de la cérémonie, un hommage a été rendu aux victimes ; le Commandant de la Force a décoré à titre posthume les 7 soldats de la paix.

    Une délégation de la MINUSMA incluant le RSSG et le Commandant de la Force, a par la suite pris la direction de la Guinée pour accompagner les dépouilles et les rendre aux familles. Monsieur Annadif a également rencontré les plus hautes autorités du pays.

    Activités de la direction de la MINUSMA

    -Auparavant la semaine dernière, le 12 février, le RSSG Annadif a terminé sa tournée des régions du nord du Mali en compagnie du Chef de la Force et du Commissaire de Police intérimaire, avec une visite dans la région de Tombouctou.

    Ils ont notamment rencontré les leaders politiques et militaires de Ber et ont présidé les événements organisés dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre l’utilisation des enfants dans les conflits armés. Les activités visaient à sensibiliser la population et les groupes armés sur les effets dévastateurs de l’utilisation des enfants dans les conflits armés.

    -Vendredi, le Représentant spécial rencontrera le Premier Ministre français, Manuel Valls à la MINUSMA. Le Premier Ministre a entamé hier une visite au Mali.

    -Après s’être rendu hier mercredi à Conakry, le RSSG se rendra dans les jours qui viennent au Burkina Faso et au Chad dans le cadre des visites aux pays contributeurs de troupes de la MINUSMA.

    -La DRSSG/CR-CH Mme Gasarabwe, en compagnie des Directeurs de Bureau du PAM et de l’UNICEF, ont accompagné le RSSG M. Annadif à Mopti le Jeudi dernier. Ils ont rencontré les agences des Nations Unies et les acteurs humanitaires, y compris les ONGs qui opèrent à Mopti. Cette visite met l’accent sur les défis humanitaires, compte tenu de l’importance stratégique de Mopti en tant que centre névralgique.

    Sécurité

    -La Force de la MINUSMA a maintenu ses opérations de stabilisation dans les secteurs Est et Ouest et renforcé ses mesures de contrôle et de sécurité dans le secteur Nord, notamment les patrouilles, escortes, check-points et reconnaissances aériennes.

    Durant la période écoulée, la Force a effectué un total de 234 Patrouilles, tenu 188 check point et opéré 72 escortes.

    -Pour ce qui est de la Police des Nations Unies (UNPOL), elle a effectué 167 patrouilles, dont 28 patrouilles conjointes avec les forces de sécurité maliennes.

    -La Force a conclu le 16 février l’opération Yanky en vue de la sécurisation de la zone de Goundam et de Likrakar ; l’opération visait notamment à empêcher la liberté de mouvements des groupes terroristes et à rassurer la population.

    Processus de paix

    -La CTS se réunit à la MINUSMA aujourd’hui et demain sous la présidence du Commandant de la Force. Il s’agit de faire le point sur le processus de mise en œuvre des accords de paix et de poursuivre sa réalisation à travers les thématiques de pré-cantonnement et de patrouilles mixtes.

    -Le 15 février, le chef de bureau de la MINUSMA à Kidal a rencontré les représentants de la communauté Idnane Touareg. Au menu des discussions, les efforts en cours pour consolider l’accord entre les communautés Idnane et Arabe.

    -Tel qu’indiqué dans l’invitation au point de presse, mon collègue chef de la section Réforme du Secteur de la Securité/ Désarmement, Démobilisation et Réintegration s’adressera à vous à la fin de ce point de presse pour vous exposer les derniers développements entourant le processus de cantonnement.

    Relèvement

    -La section Stabilisation et Relèvement tiendra par ailleurs une rencontre d’échanges avec les autorités et services techniques régionaux de Kidal, actuellement basés à Gao, pour les informer sur les projets à impact rapide exécutés ou en cours d’exécution dans la région et discuter de la préparation des projets à soumettre au financement du fonds fiduciaire en appui à la paix et la sécurité à Kidal.

    -Au cours de la semaine écoulée, la Division Affaires Civiles de la MINUSMA a effectué une mission d’évaluation dans le cercle de Djenné. La mission visait à faire le suivi sur la présence de l’autorité de l’Etat, les services sociaux de base, la situation socio-sécuritaire et sensibiliser les représentants de la Société Civile sur le mandat de la MINUSMA et le contenu de l’Accord pour la Paix.

    -D’autres rencontres de sensibilisation sur le contenu de l’Accord de Paix et le mandat de la MINUSMA ont eu lieu notamment : le 11 février à Samaloye, dans la région de Mopti ; le 15 février à Barize, dans la région de Tombouctou, au profit des jeunes des camps de réfugiés ; le 15 février également dans le village de Makamou près de Sévaré au profit de communautés impliquées dans des conflits intercommunautaires liés à la gestion des ressources naturelles.

    -Une rencontre a également eu lieu avec la jeunesse d’Aguelhok et la coordination civilo-militaire tchadienne au profit de 100 jeunes de la région pour prévenir les conflits intercommunautaires.

    Droits de l’Homme

    -Le 12 février, le directeur de la Division des droits de l’homme de la MINUSMA, a tenu une rencontre à Ber, région de Tombouctou, avec les leaders politiques et militaires de la CMA pour discuter d’enjeux de droits de l’homme.

    À l’occasion, le leader de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), M. Sidi brahim Ould Sidatt, a lu et signé une Déclaration dans laquelle la CMA a pris l’engagement ferme et solennel de « respecter l’interdiction internationale faite aux forces et groupes armés de recruter et d’associer à leurs troupes des enfants, conformément au Protocole Facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés ».

    Cette Déclaration fait écho à la Directive militaire déjà adoptée par le MAA et le MNLA à Tombouctou en septembre 2014.

    -Ce 15 février 2016, la 3ème session de formation sur le Droit international pénal, les droits de l’Homme et le Droit des réfugiés organisée à l'Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye a été organisée par la Division des droits de l’Homme de la MINUSMA, en collaboration avec la Fondation Friedrich Naumann et la Fondation Réné Cassin, Institut International des droits de l’Homme.
    Plus de 150 participants venant de plusieurs pays d’Afrique et travaillant dans les secteurs de l’administration de la justice, de la sécurité et de la défense, de la communication, ou représentant des organisations internationales et non gouvernementales ont pris part à cet évènement, ainsi que plusieurs personnalités représentants des Missions diplomatiques accréditées au Mali, des membres du Gouvernement du Mali ainsi que des représentants d’organisations internationales et d’institutions partenaires présentes au Mali.

    ant dans les secteurs de l’administration de la justice, de la sécurité et de la défense, de la communication, ou représentant des organisations internationales et non gouvernementales. Presence effective de plusieurs personnalités representant des Missions diplomatiques accréditées au Mali, des membres du Gouvernement du Mali ainsi que des représentants d’organisations internationales et d’institutions partenaires présentes au Mali.ant dans les secteurs de l’administration de la justice, de la sécurité et de la défense, de la communication, ou représentant des organisations internationales et non gouvernementales. Presence effective de plusieurs personnalités representant des Missions diplomatiques accréditées au Mali, des membres du Gouvernement du Mali ainsi que des représentants d’organisations internationales et d’institutions partenaires présentes au Mali.

    Elections

    Les 10 et 11 février, au lendemain de la proclamation des résultats définitifs par la Cour Constitutionnelle du second tour des législatives partielles dans la circonscription électorale d’Ansongo tenu le 31 janvier, la Division Electorale a initié des séries de rencontres et d’échanges avec les Organes de Gestion des Elections sur les défis rencontrés dans la tenue du scrutin d’Ansongo et les implications légales de la non-tenue du scrutin dans la commune de Talataye.

    Par ailleurs, les questions sur l’avant-projet de la loi électorale élaborée par le Comité Technique mis en place pour la relecture des textes en lien avec l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger ont été abordées dans le but de mieux préparer le cadre légal des scrutins avenir.

    Affaires judiciaires

    La section des affaires judiciaires et pénitentiaires de la MINUSMA a tenu un atelier de formation pour 23 greffiers pénitentiaires à Mopti en collaboration avec la Direction nationale de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée les 10 et 11 février 2016.


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Bamako, le 20 février 2016. Hier matin, un checkpoint des Forces Armées maliennes (FAMa) a été attaqué par des hommes armés aux abords de Ménaka. Selon des autorités maliennes, le bilan de l’attaque est de 2 morts et un blessé.

    La MINUSMA condamne fermement cette attaque sur les Forces Armées maliennes oeuvrant pour le retour de la stabilité au Mali.

    La MINUSMA souligne l’impérieuse nécessité de progresser rapidement dans la mise en œuvre de l’Accord de paix et rappelle aux parties signataires leurs responsabilités dans le processus de paix et ce, dans l’interêt des populations et de la paix au Mali.

    La Mission de l'ONU au Mali présente ses condoléances aux familles endeuillées ainsi qu'au Gouvernement malien et souhaite un prompt rétablissement au blessé.


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    La huitième réunion de la Commission Technique de Sécurité (CTS) s’est tenue les 18 et 19 Février à Bamako, sous la présidence du Commandant de la Force de la MINUSMA, le Général de division Michael Lollesgaard.

    La réunion s’est déroulée dans un climat positif et a permis des échanges fructueux et constructifs. La rencontre a permis d’aborder plusieurs thèmes, notamment la détérioration de la sécurité au cours des dernières semaines ; les rapports des Équipes Mixtes d'Observation et de Vérification (EMOV) sur certains incidents ; les programmes de soutien du gouvernement pour les combattants durant la phase de pré-cantonnement ; le cantonnement des combattants et la mise en place de patrouilles mixtes.

    Tous ont convenu que la situation sécuritaire s’était récemment détériorée avec les attaque contre le Camp de la MINUSMA à Kidal et plusieurs autres contre les Forces armées maliennes (FAMa).

    La nécessité de mettre en œuvre les activités du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) pour contribuer à la sécurisation du Nord a été soulignée et approuvée, à la lumière de cette situation. Le Commandant de la Force a également noté le besoin de mettre en œuvre le protocole de coopération et d’opérationnaliser rapidement les patrouilles mixtes. Pour ce faire, le MOC doit fournir avant le 29 Février la liste des 200 premiers combattants (66 par partie [CMA, Plate-forme, FAMa]) qui effectueront ces premières patrouilles. Les parties ont également convenu qu'il était nécessaire d’échanger desinformations afin de contrer la menace terroriste.

    Une trentaine de véhicules fournis par le gouvernement seront disponibles pour le MOC dans les prochaines semaines. Les véhicules se trouvent présentement à Dakar mais ils seront mis à disposition pour effectuer ces patrouilles.

    Des progrès ont été également notés en ce qui concerne le processus de cantonnement. Les quatre premiers sites de la CMA et le quatrième site de la Plateforme ont été approuvés par les parties pour le démarrage des travaux de construction.

    Se trouvent sur la liste de la CMA les sites d’Illouk, Tinfadimata, Tessalit et Ber. La Plateforme a ajouté Tabankort à sa liste de sites déjà approuvés pour la construction (Fafa, Likrakar et Inaggar). Le travail de construction sera exécuté progressivement par la MINUSMA .

    Quant à la façon de soutenir les combattants des groupes armés signataires de l’Accord et chargés de la sécurisation des sites, le gouvernement malien a mis en place un programme de pré-cantonnement en soutien aux combattants. Ce geste a été salué par la Plateforme et par la CMA.

    Les résultats de la réunion permettent de demeurer optimiste quant à la volonté des parties signataires d’aller de l'avant dans le processus de paix et de trouver des solutions communes.

    La prochaine réunion de la CTS est prévue les 15-16 Mars 2016.


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    C’est dans la cité des 333 saints que le Chef de la MINUSMA a mis fin à son périple dans les régions du Nord du Mali, les 11 et 12 février dernier. Pour cette dernière étape, Mahamat Saleh Annadif s’est rendu à Ber pour rencontrer la Coordination des Mouvements de l’Azawad. Il a aussi échangé, entre autres, avec le grand Imam de la Mosquée de Djingarey Ber ainsi que les représentants de la société civile de la région.

    Au lendemain de son séjour à Tombouctou, la délégation ayant quitté Gao la veille a rencontré à Ber, commune située à 60 km de Tombouctou, les autorités locales et les représentants de la CMA. Deux points essentiels débattus: la mise en œuvre de l’Accord de paix et l’apaisement des tensions intercommunautaires. Tout au long de ces échanges, M. Annadif a encouragé les parties présentes à persévérer sur la voie de toutes les initiatives pouvant favoriser la réconciliation nationale. Le diplomate tchadien a avancé qu’en dépit des imperfections pouvant être reprochées à l’accord, celui-ci est réel et représente « le moyen le plus efficace d’assurer la défaite du terrorisme dans le pays ».

    Annadif sensibilise contre l’utilisation des enfants dans les groupes armés

    Dans le cadre de ce déplacement à Ber, la Division des droits de l’Homme de la MINUSMA, sous l’égide de son directeur, M. Guillaume Nguefa et, la Section de la Protection de l’enfant ont commémoré la journée internationale de lutte contre l’utilisation des enfants associés aux forces et groupes armés. Présent à la cérémonie, le RSSG a appelé les responsables à, d’un côté, sensibiliser les plus réticents à la nécessité de la mise en œuvre de l’Accord de paix; de l’autre, à mettre la protection de l’enfance au cœur de leur préoccupation. « Nous sommes là pour vous accompagner dans le cadre du respect strict de l’Accord de paix. L’Accord est dans votre intérêt à vous tous, pour que ces enfants qui sont devant moi puissent demain à aller à l’école. Ils sont les dirigeants de demain », a-t-il soutenu.

    Cette cérémonie, déroulée en présence d’une centaine de participants dont la plupart des enfants, a été porteuse de divers messages de sensibilisation sur la protection de l’enfant. Le Secrétaire général de la CMA, Brahim Ould Sidatti, en a saisi l’opportunité pour signer une déclaration dans laquelle la Coordination s’engage à respecter l’interdiction de recruter et d’associer à ses troupes des enfants conformément au Protocole facultatif sur l’implication d’enfants dans les conflits armés.

    “Tout faire pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord”

    De retour dans la commune de Tombouctou, Mahamat Saleh Annadif s’est d’abord réuni avec le staff des agences onusiennes et du Bureau régional de la MINUSMA pour, dit-il, “faire connaissance et mieux s’informer des conditions de travail”. Tout en se disant conscient des difficultés sur le terrain, le représentant spécial onusien a rappelé à son équipe de terrain que “nous devons continuer à appuyer la mise en œuvre de l’Accord pour la paix. Mais ne nous pouvons l’appliquer qu’avec les maliens eux-mêmes”. En outre, il a exhorté le personnel onusien à continuer à exercer leur mandat dans le respect des droits humains et de normes des Nations Unies.

    Le diplomate tchadien a aussi visité le Grand Imam de la Mosquée de Djingarey Ber, M. Abdrahamane Ben Essayouti, avec qui il a dialogué en bilatérale à l’intérieur de la Mosquée. Une autre couche importante est la société civile de Tombouctou et de Salem qui s‘est mobilisée pour saluer la présence de M. Annadif. Celui-ci leur a fait part de la nécessité pour lui d’”aller vers ses frères et soeurs maliens pour recueillir leurs avis sur le processus de paix”.

    La salle de réunion de la Mairie de Tombouctou a rassemblé une trentaine de membres de la société civile et de notabilités de la commune, dont deux femmes. Dans une ambiance de fraternité chargée d’émotions, l’assistance a loué la nomination d’un tchadien à la tête de la Mission onusienne, considérant le lourd tribut payé par les casques bleus tchadiens pour la paix au Mali.

    La rencontre présidée par le maire, Hallé Ousmane, a permis d’aborder les questions de sécurité, la construction de la route Tombouctou-Kabara, la réalisation de projets sociaux pour la population et le chômage des jeunes. “C’est pour la première fois que nous entendons les propos d’un chef de la MINUSMA qui a tendance à toucher nos problèmes fondamentaux”, a affirmé Boubacar Mahamane du Collectif “Une voix pour Tombouctou”. Il a également invité les responsables de la MINUSMA à la mise sur pied d’un “puissant réseau d’information avec la collaboration de la population pour vaincre le fléau de l’insécurité”.

    De cette tournée dans le Nord qui s’achève avec une attaque sur le camp de Kidal au matin du 12 février, Mahamat Saleh Annadif dit avoir tiré des leçons. Particulièrement pour la région de Tombouctou, il dit avoir constaté la gravité de la situation. Cependant, il continue son plaidoyer en faveur de la participation des maliens dans le processus de paix. “Il faut que les maliens se ressaisissent, notamment la jeunesse. Il faut que vous vous sensibilisiez les uns, les autres. C’est ensemble que nous devons tout faire pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord pour la paix”, a conclu le Chef de la MINUSMA, en ajoutant “je vais travailler à ce que les mêmes problèmes ne soient soulevés lors de notre prochaine rencontre”.


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Les habitants de la commune rurale de Naréna, dans la Région de Koulikoro, ont désormais accès à l’eau potable et à un centre de santé électrifié, grâce à un projet à impact rapide (QIP) de la MINUSMA, initié par les militaires de la Force des Nations Unies au Mali. Le 1er février dernier une cérémonie de remise des installations a eu lieu en présence du Chef d’Etat-major des Casques bleus au Mali, le General de Brigade Hervé GOMART et des autorités locales.

    Qu’il s’agisse de consultations médicales ou vétérinaires gratuites, de travaux de réfection de bâtiments publics (écoles ou centre de santé), ou encore de sessions d’apprentissage, les Casques bleus ne se limitent pas à la seule protection des civils. Dans le cadre des activités Civilo-Militaire (CIMIC), la Force de la MINUSMA mène des actions de soutien à la population, ceci, afin de soulager, dans la mesure de ses moyens et en conformité avec son mandat, celles et ceux qui en ont le plus besoin.

    Naréna, commune rurale de 15 000 habitants, située dans la Région de Koulikoro, a elle aussi bénéficié de l’appui de la Force à travers la conduite d’un Projet à impact rapide (en Anglais QIP). Financé par la MINUSMA, ce projet a été proposé par la Force, plus particulièrement par la Compagnie Motorisée du contingent béninois. D’un cout global de 23 900 000 francs CFA, il a permis la réalisation d’une adduction d’eau potable et l’électrification du Centre de Santé Communautaire de Naréna. Un projet dont les bénéfices sur la population de la commune sont très importants. En témoigne le chiffre de 500 accouchements par an, qui survenaient tous dans le centre de santé de la localité, sans eau potable ni courant électrique.

    Lors de la cérémonie d’inauguration de ces deux réalisations, la population de Naréna, mais aussi les élus et responsables locaux, ont réservé un accueil des plus chaleureux à la délégation de la Force, conduite par son Chef d’Etat-major, le Général Gomart.

    Tour à tour, le Chef du Village, le Maire et le Sous-préfet ont pris la parole pour remercier la MINUSMA. Les officiels n’ont pas manqué de souligner le caractère vital du soutien, mais également son utilité pour tous les habitants des villages alentours.

    Les associations de femmes et de jeunes de Naréna, ont elles aussi témoigné de leur gratitude envers la Mission qui, en plus de la sécurité, aide à améliorer leurs conditions de vie.

    Pour témoigner de leur reconnaissance, les jeunes de la commune ont offert un mouton blanc au chef de la délégation. Un modeste présent qui symbolise leur gratitude mais également leur engagement pour la paix.

    Comme il est de coutume dans le Mandé, le tambour de la victoire a été battu en l’honneur du Chef d’Etat-major de la Force. « Ce tambour n’est battu qu’en cas de la victoire et aujourd’hui c’est un jour de la victoire, la victoire de la MINUSMA sur la soif! » a rappelé un griot de la ville (ndlr : maître de la parole et des traditions).

    Depuis son déploiement, la MINUSMA mène de nombreux projets à impact rapide au profit des populations maliennes. Ces actions sont menées à la fois par la composante civile mais aussi par la Police et la Force des Nations Unies. Une démarche qui s’inscrit dans le cadre des dividendes de la paix, sensées encourager le processus de paix et de réconciliation au Mali.


    0 0

    Source: African Centre for the Constructive Resolution of Disputes
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, South Sudan, Uganda, World

    BY VASU GOUNDEN

    On 21 November 2015, during ACCORD’s 2015 Africa Peace Awards celebration, I made a public call for the United Nations (UN) to convene the first-ever World Conference on Global Peace.

    Over the past few months, our television screens and social media feeds have exposed us to the graphic nightmares currently plaguing humanity. Terrorism, violent uprisings and devastating conflicts now afflict several parts of the world, with no corner of our planet seemingly immune to these challenges or their consequences.

    Conflicts throughout the world have multiplied in complexity and intensity. The traditional war paradigm of two nations fighting on a common border has become less relevant. Today, internal conflicts are more prevalent, especially with the expansion of uncontrollable and amorphous groups of radicalised and militant individuals.

    We also observe that nations use these conflicts to directly and indirectly compete for power and influence, and to pursue their own narrow agendas.

    As evidenced by the current challenges in Syria and Iraq, Libya, Nigeria, Yemen and Ukraine, the devastating consequences of such violence will likely scar these societies for generations to come. Our global community can no longer afford to pursue exclusively military-oriented responses, nor can it remain indifferent to those situations that are beyond their immediate concerns.

    With an exponentially growing population, unprecedented urbanisation, destabilising climate change, growing unemployment and expanding wealth inequality, our planet is in a race against time. While humanity is equipped with unprecedented technological advancements and incredible demographic opportunities to build a better future, we must channel the collective expertise of our global community to find sustainable and transformative pathways forward.

    Collective political dialogue is the only genuine pathway to address these conflicts in a sustainable and holistic manner. Such dialogue must focus on strategies to resolve current crises, prevent future outbreaks and ensure that peace and prosperity take root sustainably. There is also an urgent need to promote critical reflection, earnest debate and mutual solidarity among all people. We must underpin these efforts by shepherding a collective shift from ‘national interest’ to ‘global responsibility’.

    The UN has convened a number of world conferences on a wide range of important topics, from human rights and social development to climate change and disaster risk reduction. Bringing the entire international community under one forum to deliberate earnestly has contributed to tangible, landmark global commitments from governments, the private sector and non-state actors alike. However, to this day, there has not been a UN-sponsored world conference focusing explicitly on peace.

    In two years’ time, on ACCORD’s 25th anniversary, we intend to assemble a multidisciplinary gathering of experts from around the world as a precursor to the proposed World Conference on Global Peace. By convening this gathering at the iNkosi Albert Luthuli International Convention Centre in Durban, South Africa – aptly named after Africa’s first Nobel Peace Laureate – we will invoke the spirit of this great leader to guide our deliberations towards preparing for the world conference.

    It is also our hope that South Africa, in collaboration with other African nations and under the auspices of the African Union, can propose to the UN General Assembly to host the first ever World Conference on Global Peace in 2019 in Durban – also in line with the 25th anniversary of South Africa’s democracy. Unanimous and collective opposition to apartheid, from Africa and beyond, was critical in supporting the emergence of a peaceful and democratic South Africa.

    We hope that the world will join us once more, in the spirit of this same collective unity and action, to chart a way forward for global peace. Now is the time!

    Vasu Gounden is the Founder and Executive Director of ACCORD.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso

    Soudure d’une année normale est en perspective jusqu’en septembre

    MESSAGES CLÉS

    • Du fait d’une production agricole globalement moyenne dans le pays, d’une offre alimentaire satisfaisante sur les marchés et des niveaux de prix céréaliers globalement stables, la majorité des ménages ruraux ont un accès à la nourriture comme habituellement en période normale. Ces ménages seront classés en insécurité alimentaire aiguë minimale (Phase 1 de l’IPC) de février à septembre 2016.

    • Les ménages pauvres tirent leurs revenus principalement de l’orpaillage, du maraichage, de la vente de des petits ruminants ainsi que de la main-d’œuvre non-agricole. Les revenus générés par ces activités en cette période sont jugés similaires à une année normale.

    • La demande sur les marchés à bétail est en baisse par rapport à l’année dernière. La réduction des volumes des exportations du bétail vers le Ghana et le Nigeria, consécutive à la chute du taux de change de la Naira et du Cedi, va engendrer une chute des prix des animaux et mitiger les effets positifs attendus de la demande de Tabaski en septembre.

    • Dans l’extrême nord du pays, la majorité des points d’eau de surface sont asséchés et la disponibilité du fourrage naturel est faible dans les espaces de parcours des troupeaux, et la transhumance est observée en direction du Mali. Après deux années où la soudure a été très difficile, la soudure pastorale en perspective sera légèrement plus difficile qu’est normale entre juin et septembre, moment où certains ménages très pauvres se trouveront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC), mais ce chiffre ne dépassera pas le seuil de 20 pour cent des ménages nécessaires pour classer une zone entière.

    Contexte National

    Situation actuelle

    Cette période post-récolte dont la production a été moyenne en générale (Figure 1) est dominée par la commercialisation des produits de rente tel que le sésame, les amendes de karité, l’arachide, le niébé ainsi que les produits maraichers très abondants en cette période sur les marchés. La demande actuelle des ménages en céréales est faible et reste inférieure à la normale. La mise en marché des produits céréaliers par les gros producteurs n’est pas encore effective.

    Les flux externes de produits agricoles qui avaient connu un ralentissement au cours du semestre dernier, ont connu un début de reprise notamment avec les entrées du blé et du riz principalement et des exportations dominées par les oléagineux vers les ports des pays côtiers. Toutefois, la dépréciation de la monnaie Ghanéenne (Cedi) et Nigériane (Naira) par rapport à la monnaie nationale (CFA) a fortement réduit le volume des flux commerciaux du bétail et de certains produits agricoles (tomate et oignons) à destination de ces pays. Cette situation a conduit à une baisse des prix des animaux, particulièrement les bovins d’environ 15 à 20% et des produits maraichers de 30 à 50% en-dessous de la moyenne saisonnière. Les prix des petits ruminants (béliers et boucs) restent stables ou au-dessus de la moyenne quinquennale. Ce qui permet aux éleveurs de tirer avantage des termes de l’échange bétail/céréales.

    Dans l’ensemble, les prix des céréales de base sont stables par rapport à la moyenne quinquennale. Toutefois, sur le marché de Solenzo (zone de production), on note des baisses de prix de 13 à 18% par rapport à la moyenne du fait de la hausse de l’offre plus important que normal, et la demande faible pour cette période de l’année. Par contre, sur le marché de Léo, du fait de la forte demande ghanéenne cette année, le prix du maïs enregistre une hausse de 20% comparé à la moyenne des cinq dernières années. Par rapport à la moyenne quinquennale, le prix du mil est en baisse de 13% à Sankaryaré (la capitale), de 8% à Pouytenga et de 7% à Gorom-Gorom, mais en hausse de 9% à Dori.

    La situation alimentaire du bétail est dans l’ensemble satisfaisante du fait de la disponibilité moyenne de fourrage et d’eau pour l’abreuvement. Toutefois, dans l’extrême nord du pays, notamment dans les provinces de l’Oudalan, du Séno et du Soum, en raison du tarissement précoce de certains points d’eau et de la faible disponibilité du fourrage naturel dans les espaces de parcours des troupeaux, des mouvements de transhumance ont été observés vers le Mali voisin.

    La consommation des ménages ruraux est celle habituelle d’une période normale caractérisée par au moins deux repas par jour. Les stocks paysans assurent pour l’instant l’essentiel de la consommation alimentaire des ménages qui ont peu recours au marché pour s’alimenter. Par ailleurs, l’abondance et la diversité des produits maraichers améliorent leur alimentation. Toutefois, dans les communes de Déou, Oursi et Tin-Akoff dans la région du Sahel, la plupart des ménages, soit environ 25 600 personnes dépendent plutôt des marchés pour alimentation car leur production céréalière a été fortement affectée par les ravageurs (criquets et oiseaux). Cette région abrite près de 32 000 réfugiés qui bénéficient de l’assistance alimentaire du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) et ses partenaires.

    On note cependant que l’opération de vente de céréales à prix social initié par le gouvernement en 2015 pour soutenir les ménages face la détérioration de leur pouvoir d’achat et la hausse des prix des céréales, a été suspendue depuis le mois de décembre 2015. Aucune nouvelle mesure sociale n’est pour l’instant mise en place et seuls les programmes classiques des partenaires sont en cours d’exécution.

    Suppositions

    Le scénario le plus probable de la sécurité alimentaire décrit de février à septembre 2016, se fonde sur les hypothèses générales suivantes:

    • Une saison de pluies normale : la saison des pluies commencera normalement à partir de fin mai dans le sud à mi-juillet dans le nord du pays et la pluviométrie attendue sera similaire à supérieure à la moyenne (Figure 2). De ce fait, les activités agricoles se dérouleront normalement dans le pays.

    • Des prix des céréales de base moyens : Le déroulement normal de la saison des pluies favorisera la mise en marché des stocks producteurs dans les zones de production, ce qui favorisera l’approvisionnement normal des marchés. La demande des denrées alimentaires sera normale, les prix des céréales de base évolueront suivant la tendance saisonnière et leurs niveaux resteront similaires à la moyenne quinquennale.

    • Des revenus moyens : Durant la période du scenario, les revenus des ménages pauvres proviendront principalement de l’orpaillage, du maraichage, de la vente du bétail et de la main-d’œuvre. Le prix du gramme d’or (entre 22000 et 25000 F CFA) et le cout de la main-d’œuvre agricole resteront similaires à moyennes des trois dernières années. Par contre, en raison de la baisse de la demande extérieure, les prix des produits maraichers et du bétail pourraient demeurer en-dessous de la moyenne quinquennale jusqu’à la fin de la saison de production en avril-mai. De même, le prix du bétail, étroitement lié à la demande du Ghana et du Nigeria, restera stable ou en-dessous de la moyenne quinquennale avant de s’améliorer avec la demande du Ramadan (en juin) et de la Tabaski (en septembre).

    • Une situation alimentaire du bétail normale : Globalement, la disponibilité en fourrage et en eau permettra aux animaux de traverser une soudure normale entre avril et juin. Le démarrage normal de la saison des pluies permettra la régénération habituelle des pâturages à partir de juillet. Cependant dans l’extrême nord du pays la soudure pastorale sera rude à cause du tarissement précoce des points d’eau et la faiblesse du pâturage naturel qui pourraient engendrer comme en 2015 des mortalités importantes des bovins et des ovins dans la région du Sahel plus particulièrement dans les communes de Déou, Oursi et Tin-Akoff.

    Résultats les plus probable de la sécurité alimentaire

    Excepté l’extrême nord du pays, la soudure restera globalement similaire à une année normale pour la plupart des ménages pauvres qui profiteront de conditions favorables à des revenus comparables à une année normale (moyens ou légèrement au-dessus de la moyenne) et d’une stabilité des prix qui favorisera leur accès aux denrées alimentaires de base. Par ailleurs les produits de saison sèche continueront à renforcer l’offre alimentaire jusqu’en avril. En outre, une installation normale de la saison favorisera la disponibilité des produits de cueillette, du lait, du maïs récolté en vert dès septembre. Ainsi l’accessibilité des ménages à l’alimentation sera comme habituellement en période normale. En l’absence de choc externe, les ménages pauvres pourront couvrir leur besoin de consommation habituelle tout en assurant la protection de leurs moyens d’existence. Ce qui leur permettra d’être classés en Phase 1 de l’IPC correspondant à l’insécurité alimentaire aiguë minimale pendant toute la période du scenario. Dans l’extrême nord, après deux années où la soudure a été très difficile, la soudure pastorale en perspective sera légèrement plus difficile qu’est normale entre juin et septembre, moment où certains ménages très pauvres se trouveront en situation de Stress (Phase 2 de l’IPC), mais ce chiffre ne dépassera pas le seuil de 20 pour cent des ménages nécessaires pour classer une zone entière.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo

    HIGHLIGHTS

    • UNHCR and partners respond to new internal displacement in the Central African Republic (CAR) following attacks from armed groups in the east.

    • An early-warning system is being envisaged in southern Chad to anticipate future population movements from CAR.

    • In light of the critical funding situation, reduction in CAR refugees’ food assistance continues in the Democratic Republic of the Congo (DRC) despite several cases of malnutrition in camps.

    • In Cameroon, biometric registration of urban refugees is completed in the capital Yaoundé and ongoing in the city of Douala.

    • Central Africans continue to cross into the Republic of Congo, with an average of 30 new arrivals being reported every week.

    Operational Context

    In the Central African Republic (CAR), following the 30 December 2015 presidential vote, the National Election Authority announced early January that former Prime Ministers Anicet Georges Dologuélé and Faustin-Archange Touadéra came first and second, respectively. With no absolute majority, both were scheduled to run in the second round on 14 February. The electoral period and the increasing patrolling of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA) and the Central African Armed Forces (FACA), in Bangui and inside the country, have led to a significant improvement in the overall security situation.

    However, insecurity in hotspots, fueled by armed groups’ activities, transhumance-related tensions and intercommunal violence, continues to put local communities at risk (see map) and to challenge the delivery of humanitarian services. The proximity of operating areas to the hotspots means that UNHCR has to operate in an environment where violence and associated security risks are a regular occurrence. Parts of the working areas are subject to UN-security restrictions, which allows for critical missions only. Tensions and clashes in and around these areas often disrupt UNHCR operations.


    0 0

    Source: Agency for Technical Cooperation and Development
    Country: Niger, Nigeria

    Une population affectée par le climat d’insécurité

    Depuis 2014, la population vivant autour du Lac Tchad vit dans un climat continu d’insécurité, avec des attaques de villages et des violences quasi quotidiennes. Ces attaques d’une extrême violence ont poussé les populations installées aux abords du lac et sur la frontière entre le Niger et le Nigéria à se déplacer en masse dans la région de Diffa, au Niger.

    En décembre 2015, le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (UNHCR) et la CNE (Commission Nationale d’Eligibilité du Niger – l’entité en charge de la détermination du statut de réfugié au sein du Ministère de l’intérieur) dénombraient plus de 250 000 personnes déplacées, dont des réfugiés nigérians, des retournés nigériens mais aussi des déplacés internes, notamment des nigériens qui ont dû quitter leurs villages. Ces populations déplacées comptent en majorité des femmes, des enfants et des personnes vulnérables, qui se retrouvent dans le dénuement le plus total malgré l’appui des communautés hôtes. En effet, ces dernières, déjà très vulnérables, peinent à assurer des revenus suffisant pour nourrir leur famille et répondre à leurs besoins de base, et leur situation se détériore rapidement avec l’afflux de ces nouvelles personnes. Les taux de malnutrition infantile dépassent désormais les seuils critiques, et les afflux de populations rendent la situation encore plus difficile.

    Pour faire face à ce contexte difficile, les acteurs humanitaires sont amenés à intervenir rapidement et de manière coordonnée dans la région.

    Assurer des conditions de vie dignes aux réfugiés et aux déplacés internes dans les camps

    En 2015, les équipes d’ACTED au Niger ont assuré la gestion de camps de réfugiés et de déplacés internes sur les sites de Sayam Forage et de Kablewa dans la région de Diffa, mis en place avec l’appui de l’UNHCR et du gouvernement nigérien. Les équipes d’ACTED ont œuvré pour le soutien des populations de ces deux camps, accueillant plus de 6 000 personnes, pour assurer des conditions de vie dignes et l’accès aux services de base. De plus, ACTED est intervenue en 2015 avec le soutien du Programme Alimentaire Mondial (PAM) afin d’assurer des distributions de vivres au sein des camps et dans des communes de la région accueillant des populations très vulnérables.

    Malgré l’installation des camps, de nombreuses populations déplacées ont fait le choix de demeurer parmi les communautés locales. ACTED est également intervenue auprès de ces populations et des communautés locales déjà vulnérables, dont les besoins sont accentués par la crise. Ainsi, les équipes d’ACTED sur le terrain réalisent, en partenariat avec le PAM, des distributions alimentaires de vivres pour 15 000 personnes vulnérables.

    La crise du Lac Tchad : aider une population prise au piège entre insécurité et changement climatique

    La situation de ces populations demeure précaire alors même que le nombre de déplacés ne cesse d’augmenter. Par ailleurs, les difficultés que connait la région sont accrues par le changement climatique, qui engendre conflits, déplacements de population et difficultés d’accès à l’eau. ACTED travaille au quotidien avec ses partenaires sur le terrain (les organismes des Nations Unies, le gouvernement nigérien et les ONG locales et internationales) pour que les populations continuent à recevoir l’aide humanitaire d’urgence qui est aujourd’hui nécessaire à leur survie.


    0 0

    Source: Agency for Technical Cooperation and Development
    Country: Niger, Nigeria

    Au Niger, l’accès à l’eau et à des conditions d’assainissement et d’hygiène est particulièrement crucial dans la région de Diffa, régulièrement touchée par des épidémies de choléra.

    Depuis 2014, le climat d’insécurité dans la région a poussé les populations originairement installées sur les rives du Lac Tchad à s’installer dans la région de Diffa au Niger. Face à ces déplacements massifs de populations, ACTED est mobilisée pour apporter une réponse d’urgence dans la région.

    Les équipes d’ACTED y ont identifié d’importants besoins en matière d’accès à l’eau et à l’hygiène. Pour y répondre, les équipes d’ACTED ont lancé, avec le soutien de l’Union Européenne (ECHO), la réalisation de 5 points d’eau et de plusieurs centaines de latrines dans les communautés, les écoles et les centres de santé des sites accueillant beaucoup de ménages déplacés. Cela permet aux populations les plus vulnérables de pouvoir accéder à de l’eau potable de qualité, et de vivre dans des conditions d’hygiène décentes.

    Pour poursuivre et compléter cette action dans la région de Diffa, ACTED réalise depuis janvier 2016, avec le soutien de l’UNICEF, de nombreux points d’eau et latrines sur des sites d’accueil temporaires dont le nombre ne cesse de s’accroître en raison des importants mouvements de populations en provenance de la zone frontalière du Nigéria et des rives du Lac Tchad. Ces deux interventions devraient permettre d’améliorer les conditions de vie d’environ 35 000 personnes sur l’ensemble des sites.


    0 0

    Source: Agency for Technical Cooperation and Development
    Country: Niger, Nigeria

    Dans la région de Diffa au Niger, les équipes d’ACTED ont assuré en 2015 la gestion des camps de Sayam Forage et de Kablewa, mis en place avec l’appui de l’UNHCR et du gouvernement nigérien.

    ACTED continue de soutenir les nigérians et nigériens durement affectés par les violences de Boko Haram dans la région de Diffa par la mise en œuvre de projets d’urgence visant à répondre aux besoins de première nécessité d’une population extrêmement vulnérable.

    A Chétimari, dans la région de Diffa, les équipes d’ACTED ont participé à la cérémonie de remise d’un centre de santé qu’elles ont restructuré dans le camp de Sayam Forage. « La population de Chétimari et du camp de Sayam Forage remercie la communauté humanitaire pour son appui », annonce le maire de Chétimari, présent lors de la cérémonie.

    A Sayam Forage, les équipes d’ACTED ont notamment installé des panneaux photovoltaïques pour l’électrification de 5 centres de santé, permettant ainsi d’assurer les conditions minimales d’opération de ces centres, notamment la chaîne du froid, et facilitant l’accès des populations aux services de base, notamment pour les femmes enceintes et les enfants en bas âge atteints de malnutrition.

    ACTED a aussi équipé et fourni en gaz les cantines des écoles de la zone afin de permettre aux enfants de pouvoir bénéficier d’une meilleure alimentation en milieu scolaire et ainsi d’inciter les parents à scolariser leurs enfants.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali, Niger

    HIGHLIGHTS

    • Measles response

    • Insecurity causes schools to close in the center

    • Lack of water in Kidal region

    • Three times more access constraints in 2015

    Response to measles

    Response is underway against the resurgence of measles cases reported in certain health areas in the regions of Mopti, Gao (Menaka) and Kidal.

    In the health district of Menaka, 6 cases had been recorded between December 2015 and January 2016, while 15 suspect cases notified in early February are being investigated. NGO Medecins du Monde, the only humanitarian actor operating in the health sector in Menaka, has already vaccinated nearly 1,000 children between 9 months and 14 years. Additional doses are being delivered to Menaka to vaccinate another 50,000 children.

    In the region of Mopti, 5 cases were recorded in the health district of Tenenkou in December. A vaccination campaign has been conducted in the affected health area (Dioura) and in 3 others (Diguicire, Malimana and Kita), covering more than 34,000 children between 6 months and 14 years (target fully covered according to the Ministry of Health and Public Hygiene.)

    In the region of Kidal, NGOS on the ground have recorded 9 cases in the health district of Abeybara and 20 cases in the health district of Tinessako. Laboratory analyzes in progress will determine whether it is an epidemic. In terms of response, sensitization on preventive measures and immunization are ongoing.

    Particularly in the areas of Ouzeïne and Akomas, nearly 2000 children between 6 months and 14 years have been vaccinated (target fully covered according to the Ministry of Health and Public Hygiene).


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali, Niger

    FAITS SAILLANTS

    • Riposte contre la rougeole

    • L'insécurité entraine des fermetures d'écoles au centre

    • Pénurie d’eau dans la région de Kidal

    • Trois fois plus de contraintes d’accès humanitaire en 2015

    Riposte contre la rougeole

    La riposte est en cours contre la recrudescence des cas de rougeole déclarés dans certaines aires de santé des régions de Mopti, Gao (Ménaka) et Kidal.

    Dans le district sanitaire de Ménaka, 6 cas avaient été enregistrés entre décembre 2015 et janvier 2016 tandis que 15 cas suspects ont été notifiés au début février pour lesquels des investigations sont en cours. L’ONG Médecin du Monde, qui est le seul acteur humanitaire intervenant dans le secteur de la santé à Ménaka a déjà vacciné environ 1000 enfants de 9 mois à 14 ans. Des doses additionnelles sont en train d’être acheminées vers Ménaka afin de vacciner 50 000 enfants supplémentaires.

    Dans la région de Mopti, 5 cas ont été enregistrés dans le district sanitaire de Tenenkou au mois de décembre. Une campagne de vaccination a été menée dans l’aire de santé touchée (Dioura) ainsi que dans 3 autres (Diguicire, Malimana et Kita) couvrant plus de 34 000 enfants de 6 mois à 14 ans (couverture totale de la cible selon le Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique).

    Dans la région de Kidal, les ONG sur le terrain ont enregistré 9 cas dans le district sanitaire d’Abeybara et 20 cas dans le district sanitaire de Tinessako, Les résultats des analyses de laboratoire en cours détermineront s’il s’agit d’une épidémie. En matière de réponse, la sensibilisation de la population sur les mesures préventives et la vaccination sont en cours. En particulier, dans les localités d’Ouzéïne et d’Akomas, près de 2000 enfants de 6 mois à 14 ans ont été vaccinés (couverture totale de la cible selon le Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique).


    0 0

    Source: World Food Programme, Food and Agriculture Organization
    Country: Benin, Burkina Faso, Cameroon, Chad, Ghana, Guinea-Bissau, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Togo

    L'essentiel

    • Confirmation des niveaux satisfaisants des productions agropastorales en Afrique de l’Ouest et au Sahel : augmentation de 12 pour cent de la production céréalière par rapport à la moyenne des cinq dernières années.
    • Confirmation de la baisse de 12 pour cent de la production céréalière au Tchad.
    • La situation sécuritaire dans le bassin du Lac Tchad, qui continue d’impacter négativement sur les personnes déplacées et les populations hôtes mérite une attention particulière.
    • L’amélioration de l’offre intérieure fait fléchir les prix des céréales.

    La campagne agricole principale 2015-2016 est terminée et la production céréalière est estimée supérieure de 12 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale et de 5 pour cent par rapport à 2014-2015 pour la région d’Afrique de l’Ouest et le Sahel. Cette situation est positive pour l’ensemble de la région, cependant, les séquences sèches et l’arrêt précoce des pluies au Tchad, au nord du Bénin, du Togo et du Ghana ont provoqué des baisses de production céréalière dans ces pays. Les effets d’une telle baisse de production pourraient entraîner des hausses de prix dans les marchés des zones affectées.

    Malgré les bonnes prévisions de productions, la situation alimentaire et nutritionnelle des populations les plus vulnérables de la région pourrait se dégrader au cours de la prochaine période de soudure (juin à août 2016) en raison de la détérioration de leurs moyens d’existence, de l’épuisement précoce de leurs stocks, de la hausse localisée des prix des denrées alimentaires, de la détérioration des termes de l’échange. De plus, un nombre croissant de ménages parmi les plus pauvres ne dépendent pas toujours de l’agriculture et de l’élevage pour assurer leur alimentation et accéder aux revenus et n’ont pas pu aussi profiter des bonnes productions agricoles.

    La campagne de contre-saison a bien démarré dans la région et pourrait contribuer à combler les déficits de productions observés dans la campagne principale.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Gambia

    Summary of WFP assistance: The School Meals Project, “Establishing the Foundation for a nationally owned,
    Sustainable School Feeding Programme”, focuses on strengthening the overall institutional and policy framework for a national school meals system and consolidating and improving the gains achieved in access to pre-primary and primary education. This is accomplished through direct support for school meals in the most vulnerable regions and districts. Key activities include the provision of daily mid-morning meals, nutrition education, improving household and community nutrition practices, a pilot initiative on local procurement, which links school meals to local agricultural production. Following a Systems Approach for Better Education Results (SABER) exercise in December 2014, a school meals masterplan was prepared and validated. A cash transfer feasibility study was conducted, resulting in the selection of 24 schools to pilot two cash transfer models, namely: community decentralised local procurement and caterer system. Training is being planned for November. Other major activities being planned include the development of a signed transition agreement with the government, institutional capacity assessment and school feeding cost benefit analysis. Support was provided for the development of a social protection minimum package, through the UN Social Protection Working Group, which was finalised in April 2015, which includes school feeding. Assistance is underway to finalise an assistance programme with the WFP Centre of Excellence in Brazil.

    Emergency Response and Disaster Risk Reduction (DRR): WFP is currently assisting the National Disaster Management Agency (NDMA), within the framework of a Memorandum of Understanding for DRR. As the Chair of the UN Disaster Management Group, WFP assists in coordinating a harmonised disaster preparedness and response plan.

    The Protracted Relief and Recovery Operation: seeks to provide assistance to food insecure and vulnerable households, particularly malnourished children with moderate acute malnutrition including pregnant and nursing women and children 6-23 months especially during the lean season. Approximately 105,000 people are targeted for support. WFP is participating as part of the UN country team (UN agencies, Government and other development partners) in the formulation of the humanitarian response plans (HRP) under the coordination of UN – OCHA. The HRP addresses thematic humanitarian crises including Food Security, Nutrition, WASH, Health, Education and Protection.


older | 1 | .... | 498 | 499 | (Page 500) | 501 | 502 | .... | 728 | newer