Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 497 | 498 | (Page 499) | 500 | 501 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali


    0 0

    Source: European Union
    Country: Gambia, Ghana, Libya, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, World

    Executive summary

    Legal travel channels to the EU available for most West Africans are quite narrow. Some AFIC countries have visa rejection rates close to 50%. This high rate indicates that irregular migratory movements from the AFIC region to the EU are largely perceived as economic migration by consular authorities in the EU.

    When measured in terms of the number of refusals of entry issued per 1 000 passengers, flights from Lagos to Paris, with rates of around 3–4 refusals for every 1 000 passengers, are considered the most risky. However, the overall ratio of refusals of entry to the number of passengers has been steadily declining on a number of air routes between West Africa and Europe.

    The prevailing profile of rejected visa applicants (young males) corresponds to the profile of migrants arriving in the EU through irregular channels. Also, apart from North African nationals all other AFIC country nationalities face a very low risk of return after their irregular entry to Italy, which is the main entry point for African migrants.

    For many West Africans, the decision to migrate is motivated by the feeling of inequality as well as social, peer and family pressure rather than by desperate need (poverty). This is why many of the migrants are not the worst-off in their home countries.

    Routing through Niger is currently the preferred option despite the turmoil in Libya and a high risk of loss of life when crossing the Mediterranean. This is largely due to the fact that would-be migrants face a much higher risk of return if detected on other routes. Most notably, very good operational cooperation between Spain, Senegal, Mauritania and Morocco has significantly reduced the pressure on the route towards the Canary Islands and south of Spain.

    The city of Agadez in Niger is catering for a growing number of transiting migrants en route to Libya and further on to the EU. Arriving in Niger and travelling to Agadez is a relatively cheap, fast and simple option. People smugglers in Agadez consider themselves to be service providers. Attempts to tackle this growing industry could spark local protests.

    Part of the challenge for the Nigerien authorities is the fact that the smuggling service industry is not controlled by one person or group. Authorities in Niger also face transiting migrants who are determined to reach Libya and Italy, have entered the territory of Niger legally (under the ECOWAS free-movement protocol) and for the most part are able to finance their onward journey.

    AFIC members pointed to a lack of harmonisation, especially with regards to different ECOWAS free-movement protocols. While some countries allow entry with ID cards both on land and air routes on the basis of bilateral or multilateral agreements (e.g. between Senegal and Guinea or Senegal and Cape Verde), others require travel documents (passports and IDs) in line with the ECOWAS protocols (Ghana and Nigeria). In practice, ECOWAS countries’ citizens very often travel without any kind of identity documents due to a lack of basic knowledge of the free movement of people within ECOWAS countries.

    Additionally, with regards to the maximum period of stay (90 days), travelling on the basis of ID card makes it difficult to confirm the period of stay, as there is no notification of entry/exit (a stamp or registration system). Thus, in majority of cases this requirement is not respected.

    Some people arriving in Agadez (mostly Sudanese) are also lured by the promise of finding gold in Djado, a hamlet located seven hundred kilometres north-east of Agadez, where soil gold was discovered in 2013. Such artisanal mining carries life hazards and also breeds the phenomenon of explosive smuggling on board regular buses. Regular bus lines in the ECOWAS region were also associated with drug smuggling as reported by Niger.

    Migrants making a maritime crossing continue to run a high risk of dying in the process. The increasing death toll in the Central Mediterranean during 2015, however, shows that more vessels engaged in rescue operations do not necessarily guarantee fewer deaths at sea.

    For several West African nationalities, the ratio between illegal border-crossings at external borders of the EU and the number of EU visas issued approaches 1:1 (e.g. the case of Malians in 2014).
    Reducing irregular migration through an efficient asylum and visa system is likely to be difficult to implement in the case of West Africa.

    This is suggested by the current visa rejection rates and the profiles of rejected visa applicants and irregular migrants detected in the Mediterranean. Based on discussions during thematic workshops held in Africa, AFIC delegates agreed that irregular migration, terrorism and organised crime must countered using a holistic approach.

    Consensus was reached that the securitisation and prosecution of smugglers and terrorists is exacerbated by the porosity of borders and vast areas of terrain in the Sahelian corridor (adjacent to ECOWAS free-movement space), corruption, opaque criminal structures and plethora of terrorist networks.

    AFIC delegates proposed that fight against cross-border criminality and terrorism should be based on three pillars: international cooperation, exchange of intelligence, and the provision of training and technical equipment to agencies and organisations involved in neutralising these security threats.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Lagos, Nigeria | AFP | Thursday 2/18/2016 - 17:30 GMT

    Nigerian troops have rescued 195 Boko Haram hostages and killed a number of "terrorists" in raids on villages across the restive northeast, the army said Thursday.

    Troops descended on towns suspected to be controlled by the Islamist group in the state of Borno and "rescued 195 persons held hostage," it said in a statement.

    "Quite a number of Boko Haram terrorists were killed," it added, while a spokesman also listed a range of equipment and livestock seized.

    Photos released by the army show a modest camp with shelters made of logs and thatched grass and shacks constructed with rusted corrugated steel. 

    Seized equipment included two trucks, 180 motorcycles, 750 bicycles and a generator. The militants have recently been using bicycles to attack villages in the absence of better vehicles. 

    Army spokesman Colonel Sani Usman added they also recovered 300 cows, 200 sheep and 130 goats rustled by the insurgents.

    The offensive follows a major assault against a key Boko Haram base in Nigeria by the Cameroonian army, who seized heavy machine-guns, rocket-launchers, AK-47s, grenades and training rifles.

    In Nigeria, Africa's most populous country, the group has killed at least 17,000 people and made more than 2.6 million others homeless since their six-year campaign for an independent Islamic state began.

    Boko Haram's continued attacks in the region come despite the government's insistence it has "technically" defeated the Islamic State group affiliate.

    sf/mt/mfp

    © 1994-2016 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, CCCM Cluster, Shelter Cluster
    Country: Nigeria

    • 10,955 families were reached with NFI kits, and 293 with shelter by HRP partners in January 2016. A further 629 were reached with vouchers for NFI. 32% was delivered in formal camps, 60% in host communities, and 8% for return.

    • In February, plans are underway to reach 8,320 families with shelter or NFI support in Adamawa, Gombe and Borno. CCCM trainings will be held in Maiduguri and Yola in late February. Round 8 of the Displacement Tracking Matrix will be released at the end of February.

    • Critical gaps include Biu in southern Borno State, and Kakureter informal Camp in Yobe State. In addition, further resourcing is needed to upgrade camps to minimum standards before the rains.

    January Overview

    In January 2016, there was further influx into Maiduguri’s camps from areas affected by military operations, as well as more arrivals from Cameroon into Yola’s camps. These secondary displacements require immediate basic emergency shelter assistance. With CERF Rapid Response funding received this month, reinforced emergency shelter construction is underway in Maiduguri to cater for relocations from schools, and to upgrade and decongest the worst of Maiduguri’s camps before the rains. However, critical gaps remain, both in Maiduguri and outside, such as Kakureter informal camp in Damaturu where no shelter response has been delivered to date. Partners accessed Biu in south Borno from Gombe State in January, noting high shelter and NFI need there as well. Several camps exist in areas that are currently inaccessible, such as Dikwa, sheltering tens of thousands of people. Latest reports assert 52,000 people living at very high density in a military camp in Dikwa, underscoring the need for coherent humanitarian action.


    0 0

    Source: Fédération Internationale des Ligues des Droits de I'Homme
    Country: Mali

    (Bamako) A l’occasion d’une mission internationale au Mali, la FIDH et l’AMDH publient une note dans laquelle elles s’inquiètent du niveau de violence qui persiste dans le pays, 8 mois après la signature de l’Accord de paix, de l’impact de la lutte contre le terrorisme et de l’impunité persistante des auteurs des crimes les plus graves commis depuis 2012.

    Depuis le début de l’année 2015, plus de 200 attaques terroristes et de banditisme ont été enregistrées dans le Nord et le Centre du Mali provoquant la mort de plus de 200 personnes dont une majorité de civils. 140 de ces attaques furent le fait de groupes armés terroristes, 42 % d’entre elles ayant visé les forces des Nations unies. En 2015, les attaques des groupes armés ont fait environ 150 morts et 250 blessés dont 50 % étaient des civils. Les attaques ayant visé la MINUSMA ont fait, à elles seules, 29 morts et 80 blessés faisant du Mali le pays le plus dangereux pour une mission des Nations unies.

    « _Huit mois après la conclusion de l’Accord de Paix, les groupes armés terroristes, mafieux et autres mènent en moyenne 30 attaques armées par mois provoquant une insécurité persistante et des violations graves des droits humains envers les populations et les forces internationales. Il faut progresser dans la mise en œuvre de l’accord de paix et actionner de nouveaux leviers tels que la justice pour faire baisser le niveau de violence et protéger les populations civiles_ » ont déclaré nos organisations.

    Nos organisations ont pu constater la persistance de violations des droits humains perpétrées par les groupes armés terroristes, pro-gouvernementaux, et ex-rebelles qui seraient notamment responsables d’une douzaine de disparitions forcées et de l’exécution de personnes accusées d’être des informateurs. Les forces de sécurité maliennes sont elles aussi responsables de violations, notamment des arrestations arbitraires, des mauvais traitements et des actes de torture dans le cadre des opérations anti-terroristes Séno et Jiguiya lancées fin 2015. Près de 300 personnes seraient actuellement détenues en relation avec le conflit au Nord du pays dont 55 % le seraient sans mandat légal.

    Si les procédures judiciaires engagées contre l’ex-chef putschiste de la junte militaire au pouvoir en 2012 ont avancé, les victimes des crimes commis au Nord du Mali par les groupes armés rebelles, les groupes djihadistes et les forces armés maliennes n’ont pas connu d’évolution notable privant ainsi les victimes de leur droit à la vérité et la justice mais également les autorités maliennes d’un levier important pour limiter la prolifération d’acteurs de violence sur le terrain. Depuis 2013, les autorités maliennes ont même libéré 220 personnes arrêtées en relation avec le conflit au Nord principalement à la demande des groupes armés dans le cadre des mesures de confiance de l’Accord de Paix. Selon nos organisations, au moins 46 des personnes libérées seraient des auteurs présumés de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre ou d’autres graves violations des droits humains.

    Pour répondre à ces enjeux, nos organisations appellent les autorités maliennes à faire de la lutte contre l’impunité une réalité notamment en instaurant un Pôle judiciaire spécialisé dans les crimes les plus graves ; en garantissant que les personnes libérées ne soient pas présumées responsables de graves crimes ou encore en procédant aux inculpations et interpellations des présumés responsables identifiés, notamment ceux cités dans la présente note.

    De même, les efforts engagés en faveur d’un processus de réconciliation nationale ne doivent pas sapés par de nouvelles nominations au sein de la Commission vérité, justice et réconciliation (CVJR) qui seraient de nature à remettre en cause l’impartialité de ses membres en raison de la présence de représentants de groupes armés ou de potentiels présumés responsables de crimes. Selon nos organisations, l’effectivité du travail de la CVJR en faveur de la réconciliation passera par la qualité de sa composition mais également par sa capacité à garantir à toutes les victimes la recherche de la vérité, de la justice et de leur réparation en toute sécurité.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Central African Republic, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal

    19/01/2016

    In the Sahel, conflict, food insecurity, malnutrition, epidemics and natural disasters remain the key drivers of humanitarian needs in the region, with 4.9 million children under the age of five suffering from acute malnutrition and 6.2 million people severely food insecure. As a result of Boko Haram-related violence, approximately 5 million people (the displaced and their hosts) are food insecure in the Lake Chad basin (Cameroon, Chad, the Niger and Nigeria). Nearly 2.5 million people are displaced, including 2.1 million in Nigeria – the continent’s second-largest displacement crisis. The food security situation has also deteriorated in northern Mali, mainly due to poor agropastoral seasons, insecurity and population movements.

    While various countries in the Sahel experienced adequate rainfall and better harvests, flooding has affected over 300 000 people in Burkina Faso, the Niger and Nigeria. There are also concerns that the rain-rejuvenated vegetation could create favourable breeding conditions for desert locusts in certain areas. Recurrent disease epidemics such as cholera, measles and meningitis, as well as endemic diseases like malaria, continue to pose health challenges across the Sahel. Herd movements are hampered by insecurity, with poor access to fodder resources and water points in some areas of northern Mali and the Lake Chad basin.

    Given the deterioration of the livelihoods of vulnerable communities, early depletion of their stocks, localized increase of food prices, disruption of trade, and food and nutrition crises, the situation of the Sahel for 2016 remains of concern. If we fail to respond in time, the 6.2 million people suffering from severe food insecurity might experience extreme food deficits. Providing timely agricultural and livelihood support is crucial to strengthen the resilience of vulnerable populations to climate hazards, animal diseases and conflict.

    Repeated attacks from Boko Haram have led to massive displacements and negatively impacted livelihoods in northeastern Nigeria. A large number of displaced people have found refuge in Adamawa, one of the three states most affected by the crisis. In Yola South, Joda Saliou, a mother of nine children who cultivates a small plot of land to feed her family, saw her situation suddenly deteriorate in 2015. Some weeks after, some of her relatives coming from Michika and Mubi settled with them, her husband lost his income as a brick layer following the local economic downturn caused by insecurity. The family rapidly ran down their small savings and were forced to borrow money to cover their basic needs. The assistance provided by FAO has saved the family from this critical situation. During the lean season, Joda’s relatives received monthly food baskets that enabled them to cover their food needs. She also received the cowpea and maize seeds she lacked to cultivate her plot, and is now able to feed the whole family for the next two to three months.


    0 0

    Source: Human Rights Watch
    Country: Mali

    Les atrocités commises par les groupes armés islamistes et les réponses de l’armée sèment la peur

    (Dakar) – Les atrocités commises par des groupes armés islamistes au Mali et les ripostes abusives des forces de sécurité maliennes se sont étendues dans le sud du pays au cours de l’année passée, exposant davantage de civils aux risques liés à ce conflit, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Les groupes islamistes ont menacé, violé et tué des civils. Les forces de sécurité maliennes ont mené des opérations militaires à l’issue desquelles ont été perpétrés des détentions arbitraires et des actes de torture. Les deux camps ont commis des abus depuis le début de l’année 2016.

    L’intervention militaire conduite par la France en 2013, suivie d’opérations visant à chasser les forces islamistes qui continuent à ce jour, ainsi que l’accord de paix de juin 2015 entre le gouvernement et plusieurs groupes armés, ont permis d’établir une certaine stabilité dans le nord du pays. Mais au même moment, des groupes armés islamistes ont mené des opérations plus loin dans le sud du Mali.

    «Les groupes armés islamistes au Mali ont tué, violé et dépouillé des civils, tandis que les forces de sécurité ont répondu en maltraitant sévèrement de nombreuses personnes qu’elles ont arrêtées», a déclaré Corinne Dufka, directrice de recherches sur l’Afrique de l’Ouest à Human Rights Watch. «La propagation troublante de la violence et des abus vers le sud du Mali met en danger encore plus de civils.»

    En février, en mars et en décembre 2015, Human Rights Watch a interrogé plus de 130 victimes et témoins d’abus dans le centre et le sud du Mali, des chefs de communautés représentant les ethnies Peul et Dogon, des personnes détenues par le gouvernement, des représentants des gouvernements locaux, des services de sécurité et du ministère de la Justice, des diplomates et des représentants des Nations Unies, ainsi que des leaders religieux et communautaires. Les constats font suite à de précédentes recherches menées par Human Rights Watch au Mali depuis 2012.

    Les groupes armés islamistes impliqués dans des abus comprennent Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Al-Mourabitoune et le Front de libération du Macina. En 2015, ces groupes ont illégalement tué au moins 44 civils. Parmi ces victimes se trouvaient des civils exécutés en détention, dont un certain nombre étaient accusés de fournir des renseignements à l’armée, les civils tués pendant les attaques d’une discothèque et d’un hôtel dans la capitale, Bamako, et lors d’une attaque contre la ville-garnison de Sévaré.

    Human Rights Watch a documenté les meurtres s’apparentant à des exécutions de 19 hommes par les groupes armés islamistes opérant dans le centre et le sud du Mali en 2015. Tous ces meurtres ont eu lieu dans les régions de Ségou et Mopti. Des résidents d’Isseyé ont décrit avoir vu des combattants islamistes arrêter un homme qu’ils accusaient de fournir des informations à l’armée malienne le 23 décembre ; trois jours plus tard, « _au réveil, les villageois ont trouvé sa tête qui avait été déposée devant sa boutique _», a raconté un des résidents. En octobre, des islamistes ont pénétré de force dans la maison du maire adjoint de Douna-Pen et l’ont assassiné devant sa famille. En août, des combattants ont violé quatre femmes dans un hameau entre Bandiagara et Sévaré. Des témoins ont décrit l’exécution de six personnes en juillet par des combattants islamistes près du village de Niangassadiou.

    Les groupes armés islamistes utilisaient régulièrement les rassemblements publics et les SMS sur les téléphones portables pour dissuader sous la menace la population locale de collaborer avec le gouvernement, les forces françaises ou la mission de maintien de la paix de l’ONU. Des chefs de communauté ont indiqué que les groupes semblaient exploiter des ressentiments de longue date entre les groupes ethniques et contre le gouvernement pour marquer des points auprès des populations locales.

    Les forces gouvernementales ont mené des opérations militaires contre les groupes armés islamistes qui ont fréquemment débouché sur des arrestations arbitraires, des mauvais traitements et des actes de torture. Les Forces armées maliennes (FAMA) ont souvent été impliquées dans de graves abus, prenant pour cible des civils des groupes ethniques peul et dogon. Ces abus ont généralement cessé après que les militaires ont remis les détenus aux mains des gendarmes.

    Parmi les cas décrits à Human Rights Watch : une dizaine d’hommes peuls, y compris un chef local âgé de 55 ans, qui ont été ligotés pieds et mains derrière le dos, suspendus à un poteau et sévèrement battus à la base militaire de Nampala ; un berger de 60 ans qui a perdu plusieurs dents après qu’un militaire l’a frappé au visage avec son fusil ; et la disparition forcée et l’apparente exécution d’un berger de 47 ans par des militaires dans la région de Ségou en juillet. L’armée a visiblement déployé peu d’efforts pour enquêter sur les militaires impliqués dans ces violations, y compris sur les officiers qui ont participé.

    Les abus commis par les deux camps se sont poursuivis en 2016. Le 7 février, des islamistes ont tué Abdoulaye Hama Dicko à Boni, près de Douentza. Le 8 janvier, des militaires auraient exécuté sommairement deux hommes peuls arrêtés près de Karena.

    Toutes les parties au conflit armé malien sont soumises à l’article 3 commun aux Conventions de Genève de 1949 et au droit de la guerre coutumier, qui prévoient le traitement humain des combattants capturés et des civils en détention. L’article 3 commun interdit les exécutions sommaires, la torture et les autres traitements cruels, ainsi que le viol et les autres violences sexuelles. Les civils devraient être relâchés à moins qu’ils ne soient inculpés rapidement pour une infraction dûment reconnue et devraient recevoir la visite des membres de leur famille et l’aide d’un avocat.

    Les groupes armés islamistes et les forces gouvernementales devraient mettre un terme aux abus et aux menaces à l’encontre des civils et le gouvernement devrait mener des enquêtes et traduire en justice les membres des forces de sécurité impliqués dans de graves violations des droits, a déclaré Human Rights Watch.

    Le conflit malien depuis 2015
    Depuis le début de l’année 2015, les groupes armés islamistes ont attaqué des bases militaires, des postes de police et de gendarmerie, ainsi que des cibles purement civiles, dans plusieurs régions du centre et du sud du Mali et dans la capitale, Bamako. Par le passé, lorsqu’ils occupaient le nord du pays en 2012 et après cette occupation, ces groupes avaient limité leurs attaques aux régions du nord de Tombouctou, Gao et Kidal.

    Les attaques se sont intensifiées pendant l’année 2015, notamment avec trois attaques retentissantes, contre une discothèque, un hôtel de luxe à Bamako et dans la ville-garnison de Sévaré. La vaste majorité des attaques contre à la fois des cibles militaires et des civils se sont toutefois produites dans les régions de Mopti et Ségou.

    Les groupes soupçonnés d’être responsables du déplacement des forces armés vers le sud incluent Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Ansar Dine, Al-Mourabitoune, et le Front de libération du Macina (FLM), qui est apparu en janvier 2015.

    Des villageois dans le centre et le sud du Mali ont expliqué à Human Rights Watch que la vaste majorité des combattants participant à ces opérations semblaient appartenir à l’ethnie peule implantée au Mali et au Niger voisin. Quelques-uns d’entre eux ont aussi vu des combattants qui semblaient appartenir aux ethnies arabe, touareg et dogon.

    La population du Mali, qui compte près de 17 millions d’habitants, englobe de nombreux groupes ethniques, parmi lesquels l’ethnie bambara (34 pour cent) est la plus représentée. Les autres groupes incluent les peuples peul, sarakolé, sénoufo, dogon, malinké, touareg et maure. Les Peuls, aussi appelés Fulanis, sont présents dans toute l’Afrique de l’Ouest avec plusieurs sous-groupes, tandis que les Dogons sont principalement présents à Mopti, la région de plateaux centrale du Mali, frontalière avec le Burkina Faso.

    La structure de commandement et la composition du FLM, ainsi que le niveau de coordination avec d’autres groupes islamistes mieux connus, demeurent flous. Selon des observateurs, il semblait y avoir deux groupes islamistes liés au FLM. Le premier groupe menait ses activités autour des villes de Tenenkou, Youwarou et Nampala, dans des zones proches de la frontière avec la Mauritanie, tandis que le second groupe était actif dans des zones proches de la frontière avec le Burkina Faso.

    De nombreux témoins ont signalé à Human Rights Watch qu’ils ont reconnu ou connaissaient personnellement des combattants ayant pris part aux opérations de 2015, et qui, en 2012, étaient affiliés à deux autres groupes, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et Ansar Dine. Un chef peul a précisé : « _Sur les 11 villages peuls dans mon secteur, je connais 10 de nos jeunes qui sont avec eux ; ils s’entraînaient tous ensemble avec le MUJAO en 2012_ ».

    Cette nouvelle zone d’opérations pour les groupes armés islamistes, ainsi que la réponse sécuritaire correspondante, ont semé une peur considérable dans la population et ont soulevé des préoccupations parmi les partenaires internationaux du Mali. En raison des attaques et de la présence permanente des combattants, de nombreux dirigeants de gouvernements locaux ont fui, notamment des maires, des administrateurs et des préfets, ainsi que des enseignants et des infirmiers. A plus grande échelle, les abus perpétrés et les menaces proférées par les groupes islamistes et les forces de sécurité ont causé la fuite de milliers de civils.

    Plusieurs dizaines de résidents peuls et dogons des régions de Ségou et Mopti ont indiqué à Human Rights Watch qu’ils étaient présents lorsque des petits groupes d’islamistes armés, se déplaçant généralement en groupes sur deux à cinq motos, ont forcé les villageois à assister à des réunions au cours desquelles ils mettaient en garde la population et leur interdisaient de fournir de renseignements ou de s’associer avec les Français, le personnel de maintien de la paix des Nations Unies, les forces de sécurité maliennes ou les fonctionnaires corrompus.

    Des villageois et des leaders communautaires ont expliqué que des messages similaires étaient diffusés sur des enregistrements de téléphone portable venant d’un homme qui, selon eux, était le chef du FLM, à savoir Hamadoun Koufa Diallo, qui est chanteur, poète et prédicateur islamiste. Pendant plusieurs années, depuis l’an 2000 environ, Koufa, comme on l’appelle, a été associé à la secte Dawa. Il aurait travaillé étroitement avec le leader d’Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, pendant et après l’occupation islamiste dans le nord en 2012.

    Plusieurs habitants de villages situés dans les régions de Ségou et Mopti ont décrit la teneur des messages diffusés à la fin de l’année 2015 et au début de l’année 2016, qui réitéraient la menace contre le gouvernement malien et ses alliés, mais qui disaient qu’ils ne s’en prendraient pas aux enseignants et aux infirmiers.

    Les nouvelles zones fréquentées par les combattants islamistes étaient essentiellement habitées par des membres des groupes ethniques peul et dogon. Des membres des deux communautés ont expliqué que les relations entre les combattants et les populations locales et les efforts des groupes pour respecter les droits variaient considérablement d’une région à l’autre, reflétant possiblement les différentes structures de commandement.

    Par exemple, même s’ils reconnaissaient la peur suscitée par les groupes armés, de nombreux villageois et leaders de communauté peuls des environs de Nampala et de Ténenkou ont accordé aux groupes islamistes le mérite d’avoir réduit de manière drastique les niveaux de banditisme et de corruption de fonctionnaires au sein de leurs villages. Un homme âgé a raconté :

    Depuis la rébellion touareg en 1991 et la prolifération des [fusils d’assaut] AK-47, le vol de nos animaux, de notre argent et de nos motos s’est généralisé. Honnêtement, depuis que les djihadistes [islamistes] ont commencé à circuler dans notre zone, la situation en matière de sécurité s’est nettement améliorée.

    Un chef peul a expliqué que les islamistes exploitaient les tensions communautaires entre Peuls et Touaregs et la colère de longue date contre le gouvernement central pour recruter de jeunes hommes dans le centre du Mali :

    La politique des djihadistes consiste à fournir une meilleure alternative à ce que l’État peut offrir. Notre peuple n’associe pas l’État à la sécurité et aux services, mais plutôt à un comportement prédateur et à la négligence. Depuis 1991, nous nous plaignons du banditisme, mais rien n’a été fait. En 2015, la présence des djihadistes a progressé ; des personnes les rejoignent parce qu’ils ont la capacité de nous protéger, nous, nos animaux et nos biens, en particulier contre les bandits touaregs. Il n’y a pas de justice ; nos vaches sont volées, on tue notre peuple... Les djihadistes sont la réponse.

    À l’inverse, les leaders dogons ont rapporté que les islamistes opérant dans les zones proches de la frontière avec le Burkina Faso étaient violents, fréquemment impliqués dans des activités criminelles et exploitaient les tensions communautaires entre eux et les Peuls maliens à propos de la terre et du pâturage.

    « _Bien sûr, il y a des tensions puisque les Peuls ont déplacé leurs vaches sur nos terres, mais avant, nous nous asseyions ensemble, nous en discutions et nous trouvions une solution_ », a raconté un homme d’affaires dogon. « _Mais maintenant, certains Peuls arrivent avec des AK-47 et veulent nous tuer. Ça n’a jamais été comme ça avant._ »

    Les Dogons se sont plaints amèrement des actes de banditisme réguliers visant leur communauté. « _Honnêtement, islamiste, bandit, nous ne pouvons pas faire la différence_ », a indiqué un villageois dogon. Un autre a constaté : « _Parfois, ces personnes se comportent comme des criminels, pas comme de bons musulmans. Ils volent en prétextant que l’argent a été obtenu par la corruption ou provient d’une organisation occidentale. Le banditisme devient de pire en pire dans notre secteur._ »

    Meurtres commis par les groupes armés islamistes dans le centre et le sud du Mali
    Des témoins ont rapporté que les auteurs des meurtres de 19 civils en 2015, ressemblant à des exécutions, étaient des membres de groupes armés islamistes. Des témoins, des membres des familles et des chefs de communauté ont expliqué que la majorité d’entre eux ont été exécutés pour avoir soi-disant collaboré avec les forces de sécurité.

    Les attaques menées par les groupes armés islamistes à Bamako et à Sévaré ont fait 29 autres morts parmi la population civile, dont au moins 25 avaient été délibérément pris pour cible. Cinq personnes ont été tuées pendant l’attaque du 7 mars contre la discothèque _La Terrasse_, à Bamako. Cinq autres, dont quatre contractuels de l’ONU, ont été tuées pendant l’attaque et le siège, le 7 à 8 août, de l’hôtel Byblos à Sévaré. Le plus lourd bilan au cours d’une seule attaque était celui des 19 civils tués pendant l’attaque du 20 novembre contre l’hôtel Radisson Blu à Bamako. AQMI, Al-Mourabitoune et le FLM ont revendiqué une ou plusieurs de ces attaques et d’autres attaques de moindre ampleur en 2015.

    Un villageois d’Isseyé, situé à 85 kilomètres de Douentza, a décrit la capture le 23 décembre de Boura Issa Ongoiba, un responsable local de 40 ans :

    Vers 17 h, nous étions devant la boutique de Boura Issa. J’ai vu trois motos arriver sur nous, avec deux hommes lourdement armés à bord de chacune. L’un d’eux avait même un lance-roquettes. Ils ont tiré en l’air et nous ont hurlé en peul de reculer ; ils se sont adressés à Boura Issa directement, lui ordonnant de venir avec eux. En partant, ils nous ont menacés en bambara : « Que personne ne se lève avant qu’on ne soit partis ». La troisième nuit après sa disparition, ils sont revenus discrètement et ont déposé la tête décapitée de Boura Issa Ongoiba devant sa boutique. Ils sont repartis sans dire un mot.

    Un autre voisin a expliqué que la famille a enterré la tête d’Issa et « _est partie à la recherche de son corps, qui a été trouvé à quatre kilomètres d’ici_ ».

    D’autres témoins ont décrit l’exécution d’un membre du conseil municipal le 16 décembre par des combattants islamistes près du village de Karena dans la région de Mopti, ainsi que le meurtre le 13 août d’Al Hadji Sekou Bah, un imam du village de Barkerou, dans la région de Ségou. Il a été assassiné pour avoir prétendument fourni des renseignements ayant permis à des militaires maliens de procéder à l’arrestation et à la disparition forcée quelques semaines plus tôt d’un homme du village accusé d’être un membre du FLM. « _Deux hommes armés lui ont ordonné sous la menace d’une arme de marcher sur 50 mètres vers la mosquée, puis cinq minutes plus tard, nous avons entendu des tirs et les cris ‘*Allah hu Akbar*’ [‘Dieu est grand’]. Nous l’avons retrouvé avec une balle dans la tête et une dans la poitrine_ », a indiqué un membre de sa famille.

    Un responsable local a expliqué comment, le 17 décembre, des islamistes ont exécuté Alhadji Toure, membre du conseil municipal de Tougué Mourrari, situé à 60 kilomètres au nord de Djenne, et sont revenus le lendemain pour incendier la maison du directeur de l’école locale.

    Quatre témoins ont raconté l’exécution le 9 octobre de Timote Kodio, le maire adjoint du village de Douna-Pen, à environ 30 kilomètres de la frontière avec le Burkina Faso. Deux témoins ont rapporté qu’ils ont entendu les attaquants accuser Kodio d’avoir fourni des informations sur la localisation des islamistes à l’armée malienne. « _Ils l’ont traîné hors de sa chambre et l’ont tué devant toute sa famille_ », a raconté l’un d’eux. Un troisième témoin a précisé :

    Six d’entre eux sont arrivés sur trois motos, en tirant des coups de feu, les visages couverts de turbans et portant quelques [vêtements] de camouflage. Ils étaient armés de fusils AK ; deux avaient des [lance-roquettes] RPG et ils parlaient en pulaar et en dogon. Un homme âgé est parti en courant, mais ils ont menacé de le tuer et nous ont ordonné à tous de ne pas bouger. Pendant ce temps, les quatre autres sont entrés dans la maison de Kodio. Ils ont demandé à toutes les personnes présentes dans la maison de s’allonger, puis ils ont tiré à bout portant sur Kodio au moins trois fois. Immédiatement après les tirs, l’un d’eux a passé un appel téléphonique, devant nous, comme pour annoncer à leur chef que la mission était accomplie.

    Des chefs de communauté et des villageois ont indiqué que les abus commis par les groupes armés islamistes étaient souvent causés à l’origine par des tensions communautaires de longue date, habituellement entre les communautés sédentaires et pastorales, ou motivés par des ressentiments interpersonnels ou des intentions criminelles.

    Un leader dogon de la région de Mopti a expliqué : « _Oui, les djihadistes sont dans notre zone, mais la situation est très complexe : un islamiste peut aussi être un bandit et un bandit un djihadiste_ ». Un leader peul a indiqué : « _Ces cas peuvent être des règlements de compte, du banditisme, des opérations djihadistes ou probablement une combinaison des trois_ ».

    Des chefs de communauté peuls et dogons ont relaté un incident mortel près de Niangassadiou, un village dans la région de Mopti, à environ 15 kilomètres de la frontière avec le Burkina Faso, après une dispute communautaire à propos du pâturage. Des résidents locaux ont rapporté que des islamistes armés, dont la plupart étaient des Peuls nigériens ayant été associés au MUJAO en 2012, ont tué six résidents dogons dans trois hameaux le 18 juillet, jour de la fête musulmane de l’Aid El Fitr (Tabaski). Un témoin de deux des meurtres a raconté :

    La tension était forte après que les Peuls ont fait paître leurs vaches dans un champ où les céréales plantées sortaient tout juste du sol. Les Dogons étaient en colère et ont tué quelques-uns des animaux ; les Peuls ont dit que les Dogons avaient planté leurs cultures au milieu d’une voie de pâturage, et que c’était donc leur faute.

    Alors que je rejoignais mon village, j’ai vu quatre motos avec des hommes armés, vêtus des _boubous_ beiges que portent les Peuls nigériens – leurs turbans sont noués d’une manière distincte. Tous avaient des fusils – des AK – l’un avait une cartouchière traînant quasiment sur le sable. Je me suis caché, immédiatement, mais je les ai entendus ordonner à tout le monde de s’allonger face contre terre, puis j’ai entendu plusieurs coups de feu. Environ 20 minutes plus tard, j’ai vu les hommes armés repartir – certains emportant des vêtements, de la nourriture qu’ils avaient pillés. J’ai couru au village. Des femmes pleuraient, j’ai vu un homme de ma famille mort et un autre homme étendu, gravement blessé. Il est mort quelques minutes plus tard. Nous avons appris qu’ils sont allés tuer quatre autres hommes dans deux fermes voisines. Nous avions l’habitude de résoudre ces problèmes en discutant, mais cette fois, c’est devenu très violent.

    Viols commis par les combattants islamistes
    Un groupe de cinq combattants islamistes a violé quatre femmes dans une ferme isolée entre Bandiagara et Sévaré le 6 août 2015. Trois des victimes et une femme qui a dispensé des soins médicaux ont décrit l’attaque. Les victimes ont indiqué que les combattants les ont retenu captives toute la nuit. Une victime de 25 ans a raconté :

    De retour de Bandiagara, des hommes armés sont sortis de la brousse et nous ont forcées à nous arrêter. Ils étaient vêtus de l’habit traditionnel peul. Tous les cinq étaient armés et deux portaient de gros sacs à dos. C’était un endroit très isolé. Ils nous ont conduites sur une route plus petite, puis deux sont partis sur ma moto. Deux autres nous ont ensuite emmenées de force dans la brousse où ils nous ont violées – chacune et une fois chacun. Puis, au crépuscule, ils nous ont ordonné de marcher jusqu’à une maison un peu plus loin. C’était terrifiant ; j’ai pensé qu’ils allaient nous laisser mortes dans la brousse.

    Dans cette maison, il y avait deux femmes plus âgées, des veuves, qu’ils ont aussi violées. Après nous avoir violées, ils nous ont forcées à nous laver, à prier et dire « _Allah hu akbar_ ». Ensuite, ils ont obligé les femmes qui étaient extrêmement pauvres à tuer et préparer leur unique mouton. Ils ne nous ont pas attachées, mais ils avaient des armes et avaient pris nos téléphones. Ils ont dit : « Personne ne sort, personne n’entre ». Nous étions tous dedans, enfermés dans la petite pièce... Ils ont discuté toute la nuit et répétaient « _Allah hu akbar_ ». Ils sont partis vers 4 h du matin. Quelques heures après nous avons commencé à entendre parler de la grosse attaque à Sévaré.

    Menaces et intimidation par les groupes armés islamistes 
    Plusieurs habitants des hameaux autour du village de Karena, à 30 kilomètres de Douentza, ont déclaré être terrifiés par la présence des combattants islamistes armés qui circulaient régulièrement dans leur secteur depuis septembre. Un résident, qui avait fui entre temps, a raconté :

    En octobre, 12 des hommes armés sur des motos ont violemment interrompu une cérémonie de mariage dans notre village. Ils ont tiré dans les airs ; les gens se sont mis à courir ; certaines femmes étaient tellement effrayées qu’elles ont fui sans leurs enfants. Tous les animaux ont pris la fuite ; il a fallu trois jours pour les rassembler. Les hommes ont dit que c’était _haram_ [interdit] d’avoir des femmes et des hommes rassemblés lors d’un mariage. Quelques jours plus tard, neuf d’entre eux sont revenus sur cinq motos ; ils ont croisé Samba Oumar, un étudiant coranique, revenant de sa ferme et l’ont gravement battu. Beaucoup d’enseignants et de responsables locaux ont fui. Honnêtement, nous sommes très effrayés ; nous ne savons pas ce qu’ils veulent.

    Les habitants d’un hameau près du village de Yogodogi, à environ 40 kilomètres de la frontière avec le Burkina Faso, ont indiqué qu’en septembre, un groupe de combattants islamistes lourdement armés a attaqué, battu et menacé plusieurs hommes qu’ils accusaient de travailler pour une organisation humanitaire financée par un gouvernement occidental. Lorsqu’ils sont revenus quelques jours plus tard, ils ont tué un berger de la région. Un villageois a raconté :

    Huit d’entre eux sont venus la première fois. Ils ont ligoté trois personnes d’une ONG (organisation non gouvernementale locale) puis les ont gravement battues, jusqu’au sang. Ils ont sorti un couteau en déclarant qu’ils allaient leur trancher la gorge. Ils ont vivement critiqué l’Occident, en disant que « prendre l’argent des blancs pour le donner aux musulmans était _haram_. Nous sommes des combattants du djihad ; si vous n’êtes pas musulman, nous vous tuerons ». Cette ONG apporte de l’aide aux enfants et aux femmes. Mais ils ont dit que c’était pour les blancs et qu’elle n’était pas autorisée dans leur zone. Ils ont volé trois motos et beaucoup d’argent. Quelques jours plus tard, ils ont attaqué un responsable local – je pense qu’ils essayaient de le tuer – mais à la place, ils ont tué son berger ; j’ai vu le corps après que l’armée ait chassé les islamistes. Nous l’avons enterré à Bagil Hama – des personnes ont dit qu’elles avaient vu les djihadistes ce jour-là et que c’était les mêmes qui avaient attaqué Niangassadiou.

    Ils sont restés environ deux heures. Je pense que, d’après les vêtements qu’ils portaient et la manière dont ils parlaient pulaar, ils étaient tous du Niger. Chacun avait un fusil ; ils étaient vêtus de _boubous_ beiges et plusieurs d’entre eux portaient des vestes avec des poches remplies de cartouches de fusil.

    Un chef de communauté peul basé à Bamako et travaillant pour une station de radio pulaar a rapporté qu’il avait reçu des appels téléphoniques de menaces en septembre de la part d’islamistes installés dans la région de Mopti : « *Ils m’ont ordonné d’arrêter de passer de la musique et des pièces de théâtre sur ma radio ; ils m’ont dit de craindre Dieu si je ne tenais pas compte de leur avertissement. Celui qui parlait a dit qu’il faisait partie du groupe d’étudiants coraniques du Cercle de Mopti. Il s’est emporté et a hurlé, en disant que si je continuais, il détruirait la radio et me traquerait dans Bamako ; que la musique et le théâtre étaient* haram. »

    Un berger peul qui assistait à une réunion dans un village proche de Ténenkou a raconté que des islamistes armés ont menacé de tuer les membres de la famille de tous les jeunes Peuls qui rejoindraient l’armée. « _Les djihadistes ont appris que des personnes à Bamako envisageaient d’intégrer les Peuls dans l’armée dans le but de résoudre le problème dans le centre du Mali. Certains d’entre nous veulent y entrer, mais il y a quelques mois, les djihadistes ont organisé une réunion et nous ont dit “Allez-y et partez ; mais le jour où vous reviendrez, vous retrouverez votre père mort”._ »

    Un habitant du village de Kewa, à 56 kilomètres de Djenne, a décrit un message laissé par les islamistes armés au début du mois de janvier 2016. « _À notre réveil, nous avons trouvé un message cloué sur le mur de la mosquée. La date était en français et le reste était en arabe. Des personnes qui lisaient l’arabe nous ont dit que [le message] nous ordonnait de ne pas faire confiance à la MINUSMA, à la France et aux occidentaux. Beaucoup de gens ont peur après qu’ils aient tué un villageois de la région en septembre. _»

    Maltraitance des personnes arrêtées par les forces de sécurité maliennes
    Human Rights Watch a interrogé 74 hommes qui avaient été arrêtés par les forces de sécurité maliennes en 2015 pour leur soutien ou leur adhésion suspectés à des groupes islamistes dans le centre et le sud du Mali ; presque tous avaient été arrêtés par du personnel militaire. La vaste majorité d’entre eux était de l’ethnie peule et certains étaient Dogons.

    Beaucoup ont dit qu’ils avaient été accusés de vendre du lait, de l’essence, du sucre, de l’huile alimentaire, de la viande ou des motos à un groupe armé islamiste, de fournir des renseignements ou d’avoir un proche dans un groupe islamiste.

    Des groupes de défense des droits humains et des chefs de communauté locaux ont expliqué à Human Rights Watch qu’ils pensaient que les éléments de preuves pour bon nombre des détentions étaient insuffisants et parfois basés sur de faux renseignements fournis par des personnes voulant régler des comptes personnels.

    Un chef de communauté peul a raconté qu’« _Après qu’un militaire ou un gendarme soit tué, ils [les membres des forces de sécurité] deviennent fous, ils arrêtent une dizaine de personnes ici et là qui n’ont rien à voir avec le FLM._ » Un avocat a indiqué que « _bon nombre de ces soi-disant islamistes sont des hommes âgés, ayant cinquante, soixante et même soixante-dix ans ; pas exactement le profil d’un djihadiste !_ »

    Un autre avocat ayant connaissance de nombreux cas a raconté :

    Beaucoup de ces dossiers ne se tiennent pas ; n’est-ce pas la définition de l’arbitraire ? Dès qu’ils sont présentés au juge, ils sont relâchés sur la base du manque de preuves. C’est une terrible humiliation pour ces hommes ; beaucoup sont attachés comme des moutons devant leur communauté, battus, privés de liberté pendant des semaines, uniquement pour être relâchés par le juge pour manque de preuves, avant de retourner chez eux malades ou avec leurs blessures dues aux mauvais traitements à soigner. Ce type de comportement incite les personnes à se tourner vers les djihadistes.

    Alors que les abus ne semblaient pas être systématiques, près de la moitié des détenus interrogés ont dit qu’ils avaient fait l’objet de mauvais traitements. Dans presque tous les cas, les maltraitances ont été infligées par des militaires de l’armée pendant des interrogatoires spéciaux dans les premiers jours suivant l’arrestation, bien que les militaires maliens ne soient pas autorisés à interroger les détenus. Les abus ont eu lieu dans des bases militaires, des camps dans la brousse et à des points de contrôle. Dans plusieurs cas, des officiers, dont un capitaine et un commandant, étaient présents pendant les maltraitances. Les cas les plus graves documentés par Human Rights Watch sont survenus pendant les six premiers mois de l’année 2015 et ont été commis par des militaires basés à Nampala et Diabaly.

    Les détenus, parmi lesquels beaucoup avaient des cicatrices et présentaient des signes visibles de torture, ont décrit avoir été ligotés et parfois suspendus pendant de longues périodes ; avoir eu les poignets et les chevilles liés avec des cordes ou des fils métalliques qui entaillaient la chair ; avoir été roués de coups de poing et de coups de crosse de fusil ; frappés à coups de pied ; enfermés dans des véhicules militaires et des pièces sans ventilation plusieurs heures d’affilée ; suspendus à des arbres ; brûlés ; s’être fait uriner dessus et avoir été menacés de mort ou soumis à des simulacres d’exécution. Ils étaient aussi généralement privés de nourriture, d’eau et de soins médicaux.

    Beaucoup ont rapporté que les militaires leur attachaient les mains et les pieds avec des liens en caoutchouc, en plastique ou en fil métallique, entravant fortement la circulation sanguine et, dans de nombreux cas, coupant la chair ou laissant des cicatrices durables. Beaucoup ont aussi été ligotés avec les mains et les pieds derrière le dos. Human Rights Watch a documenté cette forme abusive de contention au Mali depuis 2012.

    Human Rights Watch a pu observer la main droite d’un fermier de 45 ans arrêté par des militaires à la fin du mois d’octobre dans son village, à 100 kilomètres de Bankass. Sa main était déchirée de la zone entre le pouce et l’index jusqu’au poignet en raison, selon lui d’un gonflement provoqué par le fait d’avoir été ligoté pieds et mains derrière le dos et suspendu avec une grosse pierre sur le dos de 11 h à 17 h. Pendant la nuit, il a été soumis à un simulacre d’exécution.

    Dans un autre cas, un berger de 55 ans a été ligoté pieds et mains liés derrière le dos et suspendu pendant plusieurs heures avec une pierre sur le dos en avril. L’homme a raconté : « _J’ai perdu toute sensibilité pendant plus de deux mois ; je ne pouvais pas aller aux toilettes, me nourrir ou tenir une tasse de thé. J’ai beaucoup saigné. J’ai toujours mal et vous pouvez voir les cicatrices par vous-même._ »

    Un homme de 60 ans accusé de vendre du lait aux islamistes a raconté que son bras a été cassé après qu’il ait été ligoté pieds et mains liés derrière le dos et conduit sur de mauvaises routes pendant plus de 12 heures en novembre. Les entailles aux poignets étaient clairement visibles et son bras semblait déformé.

    Un docteur peul qui avait traité de nombreux détenus a expliqué : « _Beaucoup de détenus que j’ai soignés avaient perdu toute sensibilité dans les bras pendant des jours, des semaines et, parfois, des mois. Un homme a eu besoin de 20 séances de physiothérapie, et beaucoup ne peuvent toujours pas travailler. Les conséquences sur leurs vies et leurs moyens de subsistance sont très graves._ »

    Six hommes ont indiqué avoir été soumis à des simulacres d’exécution, alors que plusieurs autres ont raconté que les militaires brandissaient des couteaux et menaçaient de leur trancher la gorge. « _Ils m’ont conduit dans un camp dans la brousse et m’ont accusé d’avoir fourni des informations aux djihadistes_ », a raconté un berger de 40 ans arrêté par des militaires en octobre près de la frontière avec le Burkina Faso. « _Pendant l’interrogatoire, ils marchaient derrière moi et tiraient des coups de feu, près de mon oreille._ » Des témoins ont indiqué qu’un autre homme, arrêté en novembre, a été arrosé d’essence avant que l’on menace d’y mettre le feu.

    Torture dans les camps militaires de Nampala et Diabaly
    Human Rights Watch a documenté de nombreux cas de torture dans le camp militaire de Nampala dans la région de Ségou. Human Rights Watch a interrogé 26 détenus qui ont indiqué qu’ils avaient été victimes de tortures et d’autres mauvais traitements et avaient été témoins d’autres cas de maltraitances sévères dans les camps militaires. La plupart de ces cas se sont produits pendant le premier semestre de 2015. Un berger de 60 ans arrêté en avril a indiqué qu’il avait perdu plusieurs dents et saigné abondamment pendant son interrogatoire à Nampala :

    Ils m’ont ligoté et m’ont pendu la tête en bas de 2 h à 5 h du matin. Ils ont demandé où étaient les djihadistes ; j’ai dit que je m’occupais seulement de mes animaux. Alors un militaire m’a jeté son arme au visage avec force. J’ai perdu la moitié de mes dents. Il y avait tellement de sang dans ma bouche, j’ai vomi et mes poignets saignaient à cause de la corde. J’ai été relâché par le juge en l’absence de preuves. Les militaires sont-ils là pour nous protéger ou nous terroriser ?

    Des témoins et des victimes ont raconté qu’environ 10 hommes arrêtés par des militaires à Nampala entre avril et juin ont été torturés d’une manière similaire : après que les détenus ont été ligotés pieds et mains derrière le dos et suspendus dans un angle par une barre de fer, les militaires les ont interrogés et frappés. Trois hommes ont rapporté qu’un petit feu a été allumé sous eux pendant l’interrogatoire, alors que plusieurs autres ont dit que des briques ont été placées sur leur dos pour augmenter la pression sur leurs mains. Deux hommes soumis à ce mauvais traitement ont indiqué avoir perdu connaissance. L’un d’eux a confié :

    Quelques minutes plus tard, c’était mon tour. Ils m’ont fait tomber en me fauchant les jambes, m’ont lié les pieds et les mains avec une corde en caoutchouc, puis ils ont poussé une barre de fer à travers les liens de la corde et m’ont suspendu comme un animal dans le couloir. « Connais-tu les djihadistes qui ont attaqué Nampala ? Parle ! » [ont-ils dit]. Ils ont allumé un feu qui arrivait à environ 30 cm de mon _boubou_. Ils ont mis du bois et du papier dans le feu. Plus tard, l’un d’eux m’a brûlé le pied. Au bout de 15 minutes, ils m’ont fait descendre et ça a été le tour de [nom non divulgué].

    Un homme de 55 ans arrêté en avril a raconté :

    Les militaires sont venus me chercher à 23 h. Après m’avoir attaché, ils ont placé une brique sur mon dos et m’ont laissé comme ça. Deux militaires ont commencé à me poser des questions : « Qui a attaqué Nampala ? Dis-le-nous et nous te libérerons. » Je leur ai répondu que je ne savais rien à ce sujet. L’un d’eux a dit : « Si tu ne parles pas, tu mourras comme trois de tes proches, attachés ici tout comme toi. » Ils m’ont laissé comme ça pendant au moins trois heures avant que je perde connaissance. Après avoir été ramené dans la cellule, j’ai trouvé sept bergers – tous Peuls sauf un Bella – de villages voisins de Nampala. L’un d’eux, un homme âgé, ne pouvait plus lever le bras. Trois avaient des traces de coups sur le dos. Deux autres saignaient, aux poignets et aux chevilles. Puis mon frère a été amené, il saignait. Après plusieurs semaines de détention, le procureur nous a libérés tous les huit à la fin du mois de mai.

    Un fermier de 46 ans, accusé de cacher des armes, a décrit avoir été torturé en présence d’un officier de l’armée dans le camp militaire de Diabaly en avril :

    Ils m’ont attaché, puis ils m’ont enfermé pendant des heures dans une voiture blindée, garée sous le soleil. Je ne pouvais pas respirer et j’avais l’impression de brûler sous la chaleur. Pendant l’interrogatoire, ils ont posé un fusil et un coran devant moi et m’ont demandé : « Tu connais ces choses ? » Où sont les fusils ? » Ils ont tiré un coup de feu derrière moi une fois et ont continué : « Si tu ne nous dis pas où sont les djihadistes, nous te tuerons. » Un officier a déclaré : « Je suis le responsable ici, et si cette méthode ne suffit pas, nous trouverons autre chose. » Ils m’ont déshabillé et laissé en sous-vêtements, ils m’ont ensuite pendu la tête en bas à un arbre pendant plus d’une heure, en me frappant et en me posant des questions tout le temps. « Vous les Peuls êtes tous en contact avec eux » [ont-ils dit]. J’ai perdu connaissance et je me suis réveillé à l’intérieur de la voiture blindée.

    Plus tard, un militaire a placé un couteau sur ma gorge, l’a entaillé légèrement, mais un autre l’a arrêté. Ensuite, j’ai été frappé au visage. J’ai été interrogé comme ça cinq fois. Je saignais du dos et d’un œil. Cela s’est terminé uniquement après qu’on m’amène à la gendarmerie à Niono, où j’ai vu plusieurs autres hommes qui avaient aussi été battus par les FAMA, l’un si sévèrement qu’il ne pouvait plus bouger. Les gendarmes nous ont conduits au centre médical. Après avoir vu le juge, celui-ci a libéré la plupart d’entre nous, en disant que nos dossiers étaient vides. Les militaires sont incapables de trouver les djihadistes qui nous font du mal, donc ils s’en prennent à nous.

    Un berger de 47 ans a décrit avoir été torturé après son arrestation à un point de contrôle en juin. Les tortures ont continué après qu’il ait été conduit à la base militaire de Nampala :

    J’ai été arrêté le jour du marché quand je suis allé acheter des céréales pour mes vaches. Un militaire m’a interpellé, comme s’il connaissait mon nom, et m’a ordonné de monter dans son véhicule. Lorsque nous avons atteint un point de contrôle, il m’a lié les pieds et les mains derrière le dos avec une corde en caoutchouc. J’étais face contre terre, les jambes dans le dos. Ils m’ont enlevé mon _boubou_ et ont commencé à me frapper avec un fouet. Ils ont mis le fouet dans le feu et m’ont brûlé encore et encore – à la tête, sur le dos... Ils allaient et venaient entre le feu et moi et me l’ont passé sur tout le corps. Ils m’ont donné des coups de pied et de poing au visage. Ils m’ont accusé de vendre de la viande et de l’essence aux djihadistes et de les informer sur les FAMA. « Espèce de salaud, où se cachent-ils ? » [ont-ils dit]. Ils m’ont uriné dessus... J’étais couvert de sang. Ils m’ont aussi donné des coups de pied, mis du sable dans la bouche. Cela a duré de 16 h 30 à 18 h 30.

    Plus tard, j’ai été traîné à la base de Nampala, où j’ai été interrogé par l’officier en charge et par d’autres [militaires]. Ils ont dit qu’ils me tueraient pendant la nuit. Le lendemain matin, j’ai été conduit à l’infirmerie, mais l’officier a hurlé à l’infirmier d’arrêter et a ordonné de me ramener dans la cellule. Après, ils sont venus me chercher pour un autre interrogatoire, mais un militaire est intervenu en disant : « Il est presque mort de toute façon. » Je ne pouvais plus tenir debout et je leur ai dit que j’étais innocent, qu’ils me tuent ou non. J’ai passé 11 jours à Nampala avec une main enchaînée à une moto dans la cellule. Je n’ai reçu aucun soin médical. Mon corps était enflé. Je pouvais à peine dormir et je souffrais terriblement.

    Quelques jours après, j’ai vu un juge et le jour même, j’ai été libéré avec trois autres hommes ; tous avaient été torturés. Plus tard, j’ai été soigné pour des brûlures au deuxième degré. Maintenant, j’ai mal quand je marche ; ma peau est tellement tirée. Lorsque ma femme m’a vu, elle a pleuré.

    Disparition forcée
    Des résidents du village de Barkerou dans la région de Ségou ont expliqué que des militaires ont arrêté Amadou Djadie, un berger de 47 ans, à la fin du mois de juillet. Il est toujours porté disparu. Un témoin a raconté :

    Depuis ma maison, j’ai clairement vu que les militaires sont allés à la maison de [Djadie], l’ont traîné dans un véhicule militaire et l’ont emmené. Ils ont demandé aux villageois si c’était un rebelle et pourquoi il était récemment arrivé de Mauritanie. Ils l’ont conduit vers Nampala [la base militaire]. Depuis ce jour, personne ne l’a vu, et honnêtement, les gens sont terrifiés à l’idée d’en parler.

    Un membre de sa famille a dit qu’ils l’ont recherché dans plusieurs centres de détention et qu’il pense qu’il a été tué en détention.

    Un membre des forces de sécurité bien informé a indiqué qu’il avait appris que des militaires ont conduit Djadie hors de la base, lui ont ordonné de courir et lui ont tiré dessus.

    Rôle des gendarmes
    Comme c’est le cas depuis 2012, la vaste majorité des détenus ont expliqué que les abus ont cessé après qu’ils aient été transférés à la gendarmerie. Plusieurs victimes de torture ont décrit des discussions houleuses lorsque les gendarmes ont constaté les signes de mauvais traitements ou de torture. L’une d’elles a confié : « _Lorsque le gendarme a vu nos plaies ouvertes, que nous pouvions à peine marcher, il a hurlé aux militaires : “Regardez ce que vous avez fait à ces personnes ! Vous n’avez pas le droit de faire ça, rebelle ou non. Est-ce normal ? N’avez-vous pas été formés ?”_ »

    Plusieurs victimes ont indiqué qu’elles ont été conduites au centre médical local pour des soins et que les gendarmes ont insisté pour que les certificats médicaux des blessures infligées pendant la détention aux mains de l’armée soient inclus dans leurs dossiers juridiques.

    Human Rights Watch a documenté moins de cas de mauvais traitements lorsque les personnes étaient arrêtées par des militaires accompagnés de gendarmes qui ont le rôle officiel de grand prévôt. A la question de savoir pourquoi les gendarmes ne sont pas toujours présents lors des opérations militaires, un représentant du ministère de la Défense a répondu à Human Rights Watch : « _Ils ne peuvent pas être partout et les mauvais traitements ont souvent lieu dans des endroits isolés._ »

    Réponse du ministère de la Défense aux allégations d’abus
    Human Rights Watch a rencontré le Colonel-Major Seidine Oumar Dicko, du ministère de la Défense, le 12 décembre, pour lui faire part des conclusions sur les abus présumés commis par le personnel militaire malien. Il a répondu qu’« _assurer le respect des détenus est de façon très claire une priorité du ministère de la Défense. Nous reconnaissons totalement que les militaires n’ont pas le droit de maltraiter les détenus et qu’ils n’ont pas le mandat pour interroger des personnes. _»

    Le colonel Dicko a expliqué que, par rapport aux années passées, « _il y a eu des signes d’amélioration considérables se manifestant par une formation continue sur le droit international humanitaire et des instructions claires données avant les opérations militaires pour garantir le respect des droits des détenus. [...] Les choses évoluent lentement ; tout est une question de formation._ »

    Il a aussi indiqué que les allégations d’abus feraient l’objet d’enquêtes. Cependant, de nombreux cas d’abus présumés graves commis par les forces de sécurité, y compris des exécutions sommaires, documentés par Human Rights Watch et par d’autres organisations de défense des droits humains depuis 2012, n'ont toujours pas fait l’objet d’enquêtes. Jusqu'à présent, aucun auteur de ces abus n’a été tenu responsable de ses actes.

    Les recherches menées par Human Rights Watch démontrent que, bien que la torture et les mauvais traitements restent un problème majeur pendant la détention aux mains de l’armée, le nombre de cas de mauvais traitements semble avoir diminué. Les entretiens avec des dizaines d’hommes arrêtés, accusés de soutenir des groupes armés en 2013 et en 2014, ont permis de conclure que presque toutes les personnes placées en détention par l’armée malienne à cette époque avaient été battues et bon nombre torturées, par rapport à la moitié des 74 personnes interrogées en 2015.

    Region / Country

    Source URL: https://www.hrw.org/node/287019 

    Links
    [1] https://www.hrw.org/view-mode/modal/287037
    [2] https://www.hrw.org/fr/africa/mali
    [3] https://www.hrw.org/fr/europe/central-asia/france
    [4] http://www.hrw.org/fr/bios/corinne-dufka
    [5] https://www.hrw.org/sites/default/files/related_material/mali0514fr_ForUpload.pdf
    [6] https://www.hrw.org/view-mode/modal/287029
    [7] https://www.hrw.org/view-mode/modal/287027
    [8] https://www.hrw.org/fr/news/2015/04/14/mali-la-fragilite-de-letat-de-droit-et-les-abus-mettent-en-peril-la-population


    0 0

    Source: Danish Institute for International Studies
    Country: Libya, Mali, Niger, Nigeria

    More border officies could even undermine security in the Sahel, this new policy brief argues

    Eric Hahonou

    In Niger, building more border offices has proven insufficient to tackle the spread of smuggling, drug trade and circulation of jihadists in the Sahel. Instead, everyday petty corruption makes border control ineffective and, while apparently benign, this has severe consequences in contexts of volatile security.

    In this policy brief, Eric Hahonou argues that without complementary activities, the multiplication of border offices could even expand opportunities for corruption. Instead, security policy should focus on creating a culture of effectiveness including systematic and regular staff meetings, reporting, law implementation and sanctions as well as new modalities to reward border guards and other state agents.

    Because corruption is, to a large extent, embedded in the social norms of the users of public service in Niger, sensitisation among transporters, passengers and traders is crucial.


    0 0

    Source: Tufts University
    Country: Kenya, Somalia

    By: Daniel Maxwell, Jeeyon Janet Kim, Nisar Majid

    The Somalia famine of 2011 was the first instance of actual famine in nearly a decade, and by far the worst famine of the 21st Century. In retrospect the disaster should never have reached the severity of a famine. But fundamentally, the famine developed as the result of a major drought, rapid food price inflation and conflict, but also from the lack of an adequate preventive response from either Somali authorities or the international humanitarian community. The factors that led to this response failure revolved primarily around the fact that a “terrorist” or proscribed group controlled much of the affected area, and counter-terrorism legal constraints outweighed humanitarian concerns in policy considerations—meaning that both access and funding were extremely constrained up to the point that an outright famine was declared. This paper reviews the main lessons learned from this crisis.


    0 0

    Source: Permanent Interstate Committee for Drought Control in the Sahel
    Country: Benin, Burkina Faso, Cabo Verde, Chad, Côte d'Ivoire, Gambia, Guinea, Guinea-Bissau, Mali, Mauritania, Niger, Senegal, Togo, World

    Ouagadougou, 18 février 2016: Le Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) et des agences du Système des Nations Unies (SNU) se sont réunis pour évaluer les progrès quant à leur partenariat visant à renforcer la capacité des familles à faire face aux chocs climatiques et aux catastrophes, qu’elles soient d’origine naturelle ou humaine.

    Dans le Sahel, la pauvreté extrême, la croissance rapide de la population, le changement climatique, les crises alimentaires et nutritionnelles récurrentes, les conflits et la violence convergent dangereusement et compromettent la vie, les ressources et les perspectives de millions de familles dans toute la région. Près de 23,5 millions de personnes en insécurité alimentaire (une sur six) dont au moins 6 millions auront besoin d’une assistance alimentaire d’urgence. Un enfant sur cinq souffre de malnutrition aigüe dans la région.

    En juin 2015, les agences des Nations Unies et le CILSS ont signé un plan d’action afin de renforcer la résilience des communautés au Sahel qui font face à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire et de malnutrition. Le plan de travail conjoint SNU / CILSS pour 2015-2016 définit six domaines prioritaires visant à renforcer la capacité des familles à faire face aux chocs climatiques et aux catastrophes, qu’elles soient d’origine naturelle ou humaine.

    «La feuille de route conjointe nous a permis de poser les jalons d’un partenariat innovant et durable avec le CILSS et de renforcer l’effet synergique de nos actions pour mieux répondre aux menaces et aux crises qui pèsent sur les communautés vulnérables du Sahel », a déclaré Vincent Martin, représentant de la FAO qui conduisait la mission au nom du Sous-Secrétaire général des Nations Unies et Coordonnateur Régional humanitaire pour le Sahel, Toby Lanzer.

    A travers une approche multidisciplinaire nourrie de l’expertise de plusieurs agences du Système en soutien au CILSS, le plan de travail révisé pour l’année 2016 permettra d’aller plus loin et plus vite dans la compréhension des déterminants de la résilience des communautés vulnérables et de mettre en place les mécanismes nécessaires à l’amélioration des conditions de vie de ces populations.

    «Le partenariat avec le Système des Nations unies, vient conforter la position du CILSS, comme leader technique et scientifique au cœur de la résilience des populations sahéliennes et ouest-africaines» a affirmé le Secrétaire exécutif du CILSS, Dr Djimé Adoum.

    Les agences des Nations Unies impliquées dans le partenariat comprennent l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Programme alimentaire mondial (PAM), Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et le Fond d’équipement des Nations Unies (FENU).
    Créé en 1973, le mandat du CILSS consiste à investir dans la recherche de la sécurité alimentaire et dans la lutte contre les effets de la sécheresse et de la désertification, pour un nouvel équilibre écologique au Sahel. Il est actuellement composé de 13 Etats membres, dont le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, la Côte d'Ivoire, la Gambie, la Guinée Bissau, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le Togo.

    Contact presse:
    Abdoulkarim Dankoulou, CILSS, Chargé de communication, dankoulou.abdoulkarim@cilss.bf, +226 503 741 25/26 or + 226 75 05 37 77 (Ouagadougou)
    Pour plus d’information sur les activités du CILSS: http://www.cilss.bf ou Twitter @CILSSinfos


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Afghanistan, Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Egypt, El Salvador, Ethiopia, Gambia, Guatemala, Honduras, Iraq, Jordan, Kenya, Lebanon, Mali, Mauritania, Myanmar, Nicaragua, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Rwanda, Senegal, Somalia, South Sudan, Sudan, Syrian Arab Republic, Turkey, Uganda, Ukraine, United Republic of Tanzania, World, Yemen

    Foreword

    As 2015 draws to a close, we look back on a year where world agriculture and food security still face serious challenges. We saw a rising number of people affected by crises and disasters, often depending on humanitarian assistance to protect and rebuild their livelihoods. From Syria to Yemen and Nigeria to the Central African Republic, an unprecedented amount of people have been forced to flee, often losing a lifetime of assets and sometimes the hope to rebuild their lives at home.
    In 2016 the number of humanitarian crises is unlikely to go down. Climaterelated disasters, droughts, floods and storms are on the rise and now account for over 80 percent of all disasters. Agriculture is strongly impacted, with at least 25 percent of economic damage and losses caused by climatic shocks.

    In the case of droughts, agriculture absorbs up to 84 percent of total damage.
    Already we are starting to see the aggravating effects of climate change on the El Niño events in East Africa, particularly in Ethiopia, Southeast Asia and the Pacific. In Papua New Guinea, 2.4 million people, one-third of the country’s total population, are affected by drought and frost and in the Dry Corridor of Central America, a drought-prone region shared by El Salvador, Guatemala, Honduras and Nicaragua, up to 80 percent of crops have been lost.

    In a world where humanitarian crises seem to be ever increasing, we need to invest in resilience. Humanitarian appeals have gone up by 550 percent over the past ten years, reaching a record USD 20 billion in 2015. A significant share of these humanitarian resources is being invested in addressing the symptoms of acute food insecurity and malnutrition, but not enough is done to address underlying root causes. Increasing the resilience of agricultural livelihoods while responding to emergencies when they occur means implementing simultaneous short- and long-term interventions. We need to strengthen countries’ capacities to prevent and absorb shocks, adapt to new conditions and undertake longer-term transformational changes while we continue to support countries to respond to overwhelming crises affecting the agriculture sector. Resilience is one of the key topics emerging from the upcoming World Humanitarian Summit preparatory process.

    The Food and Agriculture Organization of the United Nations’ (FAO’s) experience confirms that resilience brings together humanitarian and development activities for sustainable development. From day one, addressing the immediate needs of agricultural livelihoods while enhancing prevention, preparedness and impact mitigation, is at the core of the Organization’s emergency and resilience support. We are working closely with our partners by acting before, during and after crises occur.
    For example, in South Sudan, FAO is distributing life-saving livelihood kits in areas most affected by the ongoing crisis while expanding its development portfolio in less affected areas. In the Central African Republic, FAO plays a key role in providing the necessary agricultural inputs to help farmers produce their own food and earn income while in the meantime building the resilience of women’s groups.

    In the past year alone, FAO responded to several simultaneous large-scale systemwide Level 3 emergencies in the Central African Republic, South Sudan, Syria and Yemen and continued to support the response to Ebola in West Africa. FAO was also part of the humanitarian response to rapidly restore agricultural livelihoods and food production in Nepal after the April/May 2015 earthquakes, the devastating floods in Myanmar and the Tropical Cyclone Pam in Vanuatu.

    Despite these efforts, millions of people remain severely food insecure.

    In 2016, FAO seeks USD 787 million to assist more than 21 million crisisaffected people in 29 countries. With your support, we can continue to enable vulnerable and affected families to protect and rebuild their agricultural livelihoods with dignity, ensuring that food and nutrition security remains an essential foundation for peace, political stability and well-being for sustainable development.

    Laurent Thomas, Assistant Director-General Technical Cooperation and Programme Management


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Central African Republic, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Sudan, World

    4.7 Million Displaced Persons(Refugees, IDPs, Returnees)

    These maps show displacements of populations in the Sahel due to ongoing regional crises, including Boko Haram-related violence in northeast Nigeria, the conflict in the neighbouring Central African Republic, and the unrest in northern Mali.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon

    Yaoundé, Cameroon | AFP | Friday 2/19/2016 - 15:43 GMT

    At least 19 people were killed in a double suicide bombing at a market in northeastern Cameroon on Friday, local officials said.

    Several other people were injured in the attack on the market at Meme at around 0900 (0800 GMT) which was carried out by two female suicide bombers, said the officials, who did not wish to be named.

    There was no immediate claim of responsibility but Cameroon's northern border region with Nigeria is regularly attacked by Boko Haram fighters.

    The Nigerian-based jihadist group began targeting Cameroonian territory in 2013, with more than 1,200 people killed in attacks since in the country's Far North region, according to the government.

    Friday's bombings in Meme were the sixth suicide attack since the start of this year in the Far North, where Boko Haram have increasingly been using teenagers and women as bombers. Markets are frequently targeted.

    Officials say multiple army operations since the end of November have considerably weakened the jihadists' position, but Boko Haram has upped the rate of its suicide bombings in Cameroon as well as continuing with its attacks in northeast Nigeria.

    An army offensive last week in Ngoshe, on the Nigerian side of the border with Cameroon, inflicted heavy losses on the jihadist group, with troops able to seize large quantities of arms and ammunition, according to the Cameroonian government.

    The army assault was carried out as part of operations by the multi-national force formed to fight the rise of Boko Haram, which includes troops from Nigeria, Cameroon, Chad, Niger and Benin.

    Boko Haram's insurgency, seeking a hardline Islamic state in northern Nigeria, has killed at least 17,000 people and left more than 2.6 million others homeless since their six-year campaign began.

    str-mc/ric-kjl


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon

    Yaoundé, Cameroun | AFP | vendredi 19/02/2016 - 15:21 GMT

    Dix-neuf personnes ont été tuées vendredi au Cameroun dans un double attentat-suicide commis sur le marché d'une localité de la région de l'Extrême-Nord, régulièrement cible d'attaques meurtrières des islamistes nigérians de Boko Haram, a-t-on appris auprès des autorités locales.

    Deux femmes kamikazes se sont fait exploser à 09H00 (08H00 GMT) sur le marché de Mémé, faisant 19 morts et de nombreux blessés, ont indiqué ces sources sous couvert d'anonymat.

    C'est le sixième attentat-suicide perpétré dans l'Extrême-Nord, région frontalière des bastions nigérians de Boko Haram, depuis le début de l'année 2016.

    Depuis que les islamistes nigérians, ralliés à l'organisation de l'Etat islamique (EI), ont commencé à attaquer le territoire camerounais en 2013, plus de 1.200 personnes ont été tuées dans des attaques et des attentats perpétrés par les jihadistes dans la région de l'Extrême-Nord, selon le gouvernement camerounais.

    Les attaques suicide sont de plus en plus souvent perpétrées par des adolescentes ou des femmes. Les marchés, particulièrement animés en Afrique et lieux de vie par excellence sur le continent, sont régulièrement pris pour cible.

    Depuis fin novembre, l'armée camerounaise mène dans plusieurs localités frontalières des opérations qui ont considérablement affaibli les jihadistes, mais ceux-ci multiplient depuis juillet des attentats-suicides dans le nord du Cameroun, comme ils continuent de le faire dans le nord-est du Nigeria.

    Du 11 février au 14 février, elle a notamment mené une importante offensive à Ngoshe, située au Nigeria, infligeant de lourdes pertes aux jihadistes et saisissant beaucoup d'armes et de matériel, selon le gouvernement camerounais.

    Cette offensive s'est déroulée dans le cadre des opérations de la force multinationale contre Boko Haram regroupant le Nigeria, le Cameroun, le Tchad, le Niger et le Bénin.

    str-mc/jpc/jhd


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Burkina Faso, Mali


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali, Niger, Nigeria

    In Niger, poverty, demographic pressure and recurrent shocks - droughts, floods, epidemics, and high food prices - are among the key causes of vulnerability.

    Insecurity in Mali and Nigeria, has led to displacement of people to Niger. In addition, the country is experiencing internal displacement of people due to armed attacks in Diffa since February 2015. The number of people in need of humanitarian assistance in 2016 is 2 million, and 316 million of funding is required.


older | 1 | .... | 497 | 498 | (Page 499) | 500 | 501 | .... | 728 | newer