Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 468 | 469 | (Page 470) | 471 | 472 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali, Niger

    HIGHLIGHTS

    • 2 million people in food insecurity

    • Several schools in northern and central Mali remain closed

    • New Malian refugees have arrived in Niger

    • Mali, a hub for many migrants

    KEY FIGURES

    No. IDPs (IOM – DNDS, 17 Sept. 2015) 61,920

    No. Malian Refugees In neighboring countries (UNHCR, 30 Nov. 2015) 139,502

    People affected by food insecurity (Harmonized Framework Nov.2015) 2 million

    Acutely malnourished children (6- 59 months) (SMART survey 2015) 709,000

    FUNDING

    $377 millions Requested (SRP 2015)

    35% Funded

    2 million people in food insecurity

    According to the latest National Food Security and Nutrition Survey1 conducted in September 2015, 40 per cent of the Malian population is living in food security (i.e., capable of obtaining sufficient food quantity to cover their needs), compared with 25 per cent in the same period in 2014. The observed improvement is mainly due to this year’s relatively good agro-pastoral season and the aid distributed to the most vulnerable people through humanitarian and development interventions.

    Despite this positive trend, several households still have to struggle to feed themselves and make ends meet. Analysis from the November 2015 Harmonized Framework indicates that 2 million people are food-insecure. It is anticipated that this figure will reach 2.5 million during the next lean season (between June and August 2016), including 315,000 people who will be in severe food insecurity and will need immediate food assistance. As a reminder, the Harmonized Framework forecast for the 2015 JuneAugust lean season projected 3.1 million people affected by food insecurity including 410,000 in need of immediate assistance.

    The proportion of food-insecure people is highest in areas affected by the conflict in the north and the centre of the country (Mopti, Timbuktu, Gao and Kidal regions). Despite the assistance delivered to reduce communities’ vulnerability in these regions, they are still suffering from the consequences of the conflict, the prevailing insecurity and two successive poor pastoral campaigns


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali, Niger

    FAITS SAILLANTS

    • 2 millions de personnes sont en insécurité alimentaire

    • Plusieurs écoles dans le nord et le centre du pays restent fermées

    • De nouveaux réfugiés maliens sont arrivés au Niger

    • Le Mali, pays de transit pour de nombreux migrants

    CHIFFRES CLES

    Nb. de PDIs (OIM – DNDS, Sept. 2015) 61 920

    Nb de réfugiés dans les pays voisins (UNHCR, 30 nov. 2015) 139 502

    Population en insécurité alimentaire (Cadre harmonisé nov. 2015) 2 millions

    Nb. d’enfants de 6 à 59 mois malnutris (SMART 2015) 709 000

    FINANCEMENT

    377 millions Fonds requis (US$) pour le financement du SRP 2015

    35% financés

    2 millions de personnes en insécurité alimentaire

    Selon la dernière enquête Nationale de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (ENSAN) réalisée en septembre 2015, 40 pour cent des Maliens sont en sécurité alimentaire (c’est-à-dire capable d’obtenir une quantité suffisante de nourriture pour couvrir leur besoin alimentaire) comparativement à 25 pour cent à la même période en 2014. Cette amélioration globale est principalement liée à la campagne agro-pastorale relativement bonne cette année ainsi qu’à l’aide distribuée aux plus vulnérables à travers les interventions humanitaires et de développement.

    Malgré cette tendance positive, de nombreux ménages éprouvent encore des difficultés à se nourrir et à assurer leur subsistance. L’analyse du Cadre Harmonisé de novembre 2015 indique que 2 millions de personnes sont actuellement en insécurité alimentaire. Pendant la prochaine période de soudure (juin - aout 2016) il est estimé que ce nombre augmentera à 2,5 millions de personnes, dont 315 000 en insécurité alimentaire sévère et nécessitant une assistance alimentaire immédiate. Pour rappel, la projection du Cadre harmonisé pour la période de soudure de juin-aout 2015 faisait état de 3,1 millions de personnes touchées par l’insécurité alimentaire dont 410 000 en besoin d’aide immédiate.

    La proportion des personnes affectées par l’insécurité alimentaire est plus élevée dans les régions touchées par le conflit, soit Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal (nord et centre du pays). Malgré l’assistance déployée pour réduire leur vulnérabilité, les communautés de ces régions continuent à ressentir les conséquences du conflit, de l’insécurité ambiante et de deux mauvaises campagnes pastorales successives. Ces résultats démontrent l’importance d’une approche intégrée d’interventions à court et long terme qui font le lien entre la réponse aux crises et la réduction des risques et de la vulnérabilité aux chocs, afin de briser le cycle de la faim et atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle de façon durable.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali, Niger

    Situation humanitaire

    Malgré la signature de l’Accord pour la Paix et la réconciliation au Mali en juin dernier, l’accès aux services sociaux de base reste limité dans plusieurs zones touchées par le conflit. La réouverture des écoles dans les régions du nord et du centre s’est poursuivie à la rentrée scolaire d’octobre. Cependant, dans les zones où l’insé-curité persiste, 282 écoles - soit une moyenne d'une sur cinq - demeure toujours fermées.

    Malgré des perspectives relativement bonnes pour la campagne agricole à l’échelle nationale, les niveaux d’insécurité alimentaire et de malnutrition restent préoccupants. Des poches de vulné-rabilités aigües sont notées, en particulier dans les régions du nord, où la proportion de personnes en besoin d’aide immédiate est plus élevée


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali, Niger

    Humanitarian Situation

    Despite the signing of the peace and reconciliation agreement for Mali last June, access to basic social services remains limited in several areas affected by the conflict. The reopening of schools in northern and central regions continued when classes resumed in October for the new school year. However, in areas where insecurity persists, 282 schools – i.e. an average of one in five – still remain closed.

    In October-November, nearly 4,000 new Malian refugees were registered in Niger. These new population movements could be linked to an inter community conflict, crime, banditry and the administrative vacuum that persist along the border strip in the northeast of the country.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Mali, Mauritania

    Highlights

    On 09 December UN agencies and partners launched the Sahel humanitarian appeal for 2016. A total of USD 1.9 billion in international assistance is required to support assistance to people in need across the region. Of these USD89.2 million are required to support response in Mauritania; including USD15.5 million to assist 377,000 people in food security and USD15.4million for nutrition assistance to 166,000 children and women malnourished or highly vulnerable and USD37.1 million for assistance to some 50,000 Malian refugees in Mberra camp.

    Up to now, WFP has been able to secure less than half of the necessary resources to support its interventions through April 2016.

    Funding shortfalls force WFP to reduce the scale of its assistance to focus only on lifesaving activities to most vulnerable families in five out of the eight regions planned. In the camp shortfalls have forced WFP to distribute a reduced food basket to all refugees.

    Shortage of funds will force WFP to suspend school meal distributions as of end of December 2015.

    Situation Update

    • Despite good agricultural prospects, poorest rural families of the agropastoral and rainfed livelihood zones will continue to struggle to afford some essential non-food expenditures such as health and education through March 2016. Urgent actions are needed to support their food security, protect their livelihood and prevent deterioration of their nutritional status.

    • Up to now, WFP has been able to secure less than half of the necessary resources to support its interventions through April 2016.

    • Funding shortfalls force WFP to reduce the scale of its assistance to focus only on lifesaving activities to most vulnerable families in five out of the eight regions planned. In the camp shortfalls have forced WFP to distribute a reduced food basket to all refugees.

    In numbers

    150,000 Mauritanians in severe food insecurity are in urgent need of assistance (HF1Phase III) (IPC, November 2015)

    137,445 Children and 62,939 pregnant and nursing women affected by acute malnutrition (SMART, June 2015)

    50,456 Malian refugees in Mberra camp (UNHCR, 1 December 2015)

    Funding Update

    6 months shortfalls– November 2015– April 2016

    PRRO 200640: US$6.3 million

    CP 200251: US$9.7 million

    EMOP 200438: US$0.7 million

    SO 200803:US$0.6 million


    0 0

    Source: Swiss Agency for Development and Cooperation
    Country: Mali, Switzerland

    L’inter collectivité de Koutiala gère les infrastructures de sorte à pouvoir augmenter les revenus des producteurs et améliorer la sécurité alimentaire au profit de plus de 600’000 habitants.

    En dix ans d’appui suisse, les collectivités de Koutiala ont pu contribuer à réduire la pauvreté au sein des communautés bénéficiaires. Elles se sont organisées en inter collectivité (un ensemble de 37 collectivités) pour dynamiser leur économie et offrir aux habitants de la zone un cadre de vie meilleur. Cette coopération entre l’ensemble des collectivités, soutenue par la Suisse, a amélioré la gouvernance locale. Aujourd’hui, plus de 60% des collectivités organisent des séances de redevabilité. Elles ont en commun réalisé 17 projets dont des aménagements hydroagricoles, des pistes rurales et des marchés. Les femmes et les jeunes ne sont pas restés en marge. Ils ont bénéficié de fonds pour mettre en place des entreprises locales (unités de transformation des produits agricoles, artisanales et de fabrication d’équipements agricoles). Par le biais du programme Sigida Kura, les producteurs ont aussi augmenté leurs revenus de 25%. Malgré ces progrès, Koutiala peine à tirer profit de son potentiel agropastoral. En effet, la région manque de ressources financières pour valoriser davantage ses superficies cultivables aménagées ainsi que l’accès aux marchés.

    Des fonds en faveur des initiatives locales

    L’inter collectivité « Miniankala kafo » mobilisera des ressources par le biais de taxes, impôts et redevances sur l’utilisation des ouvrages par les usagers. Ces derniers permettront d’augmenter de 50% les ressources des collectivités et de réaliser ainsi d’autres investissements de développement économique local. Aussi, elle gérera un fonds supplémentaire par le biais d’une institution bancaire et financera ainsi les initiatives des acteurs du secteur privé de la zone. Ces initiatives seront portées par des entreprises locales spécialisées dans les filières agro-sylvo-pastorales. Grâce au programme, 230 emplois permanents pourront ainsi être créés.

    Une gestion concertée des ouvrages

    Par ailleurs, l’inter collectivité travaillera à assurer une gestion et une utilisation équitable et pacifique des ouvrages réalisés. Elle tiendra des rencontres appelées « audits publiques » lors desquelles les acteurs locaux échangeront au sujet de la gestion courante de ces infrastructures. Cette activité vise à susciter chez les communautés et les élus plus de responsabilité dans le suivi et la gestion des affaires de la cité. Quant aux entreprises et exploitations agricoles, elles participeront à des formations techniques pour mieux s’organiser et renforcer leurs compétences techniques.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Kano, Nigeria | AFP | Wednesday 12/16/2015 - 18:21 GMT

    A vigilante and four female suicide bombers were killed Wednesday at a checkpoint in Nigeria's northeast Borno state after one of them detonated her explosives, according to the National Emergency Management Agency (NEMA).

    One bomber blew herself up at a security checkpoint 50 kilometres east of state capital Maiduguri run by civilian vigilantes who help the country's military fight Boko Haram.

    Four girls between the ages of nine and 12 were stopped at the checkpoint in Mafa, according to Muhammad Kanar, head of NEMA for the northeast.

    "Most of them are abducted from villages and brainwashed before being sent for suicide missions," Kanar told AFP, speaking of the female suicide bombers used by Boko Haram.

    "Suicide bombers tried to enter and they were being intercepted for interrogation," Ibrahim Abdulkadir, another spokesman for the agency, told AFP.

    "One detonated their bomb," he said, adding "all of them were bombers, all women."

    Army spokesman Sani Kukasheka Usman said the three other bombers were shot dead by vigilantes.

    Nigeria's President Muhammadu Buhari has pledged to end the Boko Haram insurgency by the end of the year, but with less than a month to go before his deadline expires the country is still suffering deadly suicide and bomb attacks.

    Last month eight people were killed at the same checkpoint when a female suicide bomber blew herself up among women and children arriving in Maiduguri seeking to escape Boko Haram violence in the countryside.

    Boko Haram have in recent months been using young women and girls as suicide bombers -- a ruthless new tactic in the six-year-old armed insurgency which has claimed more than 17,000 lives in its bid for a hardline Islamic state in the northeast.

    The jihadist group has used the tactic similarly in Cameroon, Chad and Niger.

    Many of the girls used as ammunition in Nigeria are unaware they will be blown up, Leila Zerrougui, the UN secretary-general's special representative on children and armed conflict, told reporters in Geneva earlier this week.

    Security forces fighting the jihadists said that often the explosive devices are triggered with a remote device, according to the UN expert.

    abu/sf/kjl

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon, Nigeria

    Abuja, Nigeria | AFP | Wednesday 12/16/2015 - 18:55 GMT

    Over 1,000 Nigerians, out of the thousands who fled attacks by Boko Haram jihadists to neighbouring countries, returned to their homeland this week, Nigeria's National Emergency Management Agency (NEMA) said Wednesday.

    Between Monday and Wednesday, 1,187 Nigerians that had been sheltering across the border in Cameroon resettled in a refugee camp in the northeastern state of Adamawa "as a result of improvement in the security situation," NEMA spokesman Sani Datti said in an emailed statement.

    A further 15,000 Nigerians are expected to return to their country in the next few weeks, said Datti.

    Since August, thousands of Nigerian citizens have crossed back across the border, wooed by President Muhammadu Buhari's pledge to seriously dent Boko Haram's fighting capacity by the end of the year.

    Buhari said earlier this month his government would "do all within its powers to facilitate the quick return and resettlement" of the displaced.

    Security analysts say the army has achieved some success in pushing the Islamists out of captured territory in Nigeria's north-east and reducing their ability to mount attacks.

    But sporadic deadly raids on towns and villages in the region continue, as well as in northern Cameroon, southeastern Niger and on the Chadian side of Lake Chad, where all four countries meet.

    ola/sf/cb

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Nigeria

    Highlights

    • According to IOM’s DTM Round VI report (October, 2015), there are an estimated 1. 87 million IDPs as a result of the insurgency located in the three North East states of Borno, Yobe and Adamawa, including nearly 1.1 million children.

    • In Maiduguri in Borno state, the Cholera Treatment Centre (CTC) was closed at the end of November, after the treatment and discharge of all remaining patients. There have been no reported new cases of cholera in IDP camps and surrounding communities as of the 1st December.

    • A total of 1,678 UASC have so far been identified, of which 719 children (242 boys, 490 girls) are living with trained foster parents. An additional 151 community volunteers have been trained on psychosocial support, increasing the number of trained community volunteers delivering psychosocial support to children in the child friendly spaces to 625.

    • On the 23rd November, 15 secondary schools were reopened. This marks a resumption of schooling at secondary level after more than a two-year suspension. Children from 19 additional schools located in high-risk areas are also attending the reopened schools.

    • A total of 62,685 children under five with severe acute malnutrition (SAM) were admitted to therapeutic feeding programme between January and October in IDP camps and health facilities in host communities in Adamawa, Borno and Yobe states.

    • Twenty ECHO funded boreholes drilled in partnership with RUWASA in 3 host communities in Jere LGA in Borno state, were installed with hand pumps and accessed by 12,607 IDP and host community members (3,376 men, 3,509 women, 3,021 boys and 3,607 girls)

    • As of 30 November 2015, UNICEF has received around $14. 8 million USD against its 2015 HAC requirements of $ 26. 5 million USD (56% of total requirements); with a funding gap of 44% remaining.

    Situation Overview & Humanitarian Needs

    Since 2011, the population of the North East of Nigeria has been affected by the insurgency between Jama’atu Ahlis Sunna Lidda’awati wal-Jihad (JAS), commonly known as ‘Boko Haram’, and governmental forces. The government declared a State of Emergency (SoE) on 14 May 2013 in the three North Eastern states of Borno, Yobe, and Adamawa and imposed curfews. The Senate has not yet formally extended the State of Emergency from November 2014 onwards.

    According to IOM’s DTM Round VI report (October, 2015), there are an estimated 1.87 million IDPs as a result of the insurgency located in the three North East states of Borno, Yobe and Adamawa states.
    Programme accessibility to the 3 North East states remains a challenge due to the current unpredictable security environment. Large areas of Borno and Yobe state and to a lesser extent Adamawa state have been assessed as inaccessible to humanitarian activities as the military conduct large scale counter-insurgency operations. The nature of the conflict has changed from large coordinated attacks by insurgent elements on major urban centres to attacks by smaller groups against isolated settlements and areas with little security presence. Disparate insurgent groupings remain active in Borno, Yobe and northern Adamawa states, although officially the insurgents no longer control any Local Government Areas (LGAs).

    In Maiduguri in Borno state, the Cholera Treatment Centre (CTC) was closed at the end of November, after the treatment and discharge of all remaining patients. There have been no reported new cases of cholera in IDP camps and surrounding communities as of the 1st December. Community sensitization and hygiene promotion as well as active surveillance continue and have been intensified to prevent further cholera outbreaks. There have been a total of 1,039 cases with 18 death since the first reported case on 7th September. The cumulative case fatality rate (CFR) has significantly reduce from 6.4% at the beginning of the outbreak to 1.7% as of 1st December.

    As a result of efforts made by the Borno state High Powered Committee (HPC) and high level advocacy by UNICEF, the promise made by the Governor of Borno state during a visit by the Norwegian Ambassador to reopen secondary schools has been realized. On the 23rd November, 15 secondary schools were reopened. This marks a resumption of schooling at secondary level after more than a two-year suspension. Children from 19 additional schools located in high-risk areas are also attending the reopened schools. In some cases, 3-4 schools from the high risk areas have been merged with a single reopened school.

    In follow-up to the new enrolments recorded in October, monitoring of attendance is ongoing in Borno and Yobe states. Challenges faced by schools in Borno state include the punctuality of teachers, the availability of learning spaces to accommodate children and prevent overcrowding as well as the availability of education supplies to support learning. In order to track out of school children (OOSC) in IDP camps and host communities, a profiling exercise has been undertaken in four LGAs (MMC, Jere, Konduga and Biu).

    At Pompomari camp in Yobe state, attendance in class has waned for a number reasons, including the preparation of breakfast at home, the relocation of families out of camps, the loss of interest in education by parents and the preference of older children to engage in economic activity. In Damare School, which meets the education needs of IDP children located in NYSC camp in Adamawa state, attendance and punctuality have been affected by the late preparation of communal meals in the camp. There is a need to advocate for the regular and predictable preparation of camp meals to help prevent the disruption of school attendance.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Iraq, Nigeria, Syrian Arab Republic, Uganda, World

    CS/12165

    7585e séance – après-midi
    CONSEIL DE SÉCURITÉ
    COUVERTURE DES RÉUNIONS

    À l’initiative des États-Unis, qui assurent la présidence mensuelle de ses travaux, le Conseil de sécurité a mobilisé, cet après-midi, la communauté internationale contre la traite des êtres humains. C’est la toute première fois de son histoire que le Conseil consacre une réunion à cette question, examinée en présence du Vice-Secrétaire général de l’ONU, M. Jan Eliasson, mais aussi d’une victime de Daech.

    « L’État islamique nous a demandé de choisir entre la conversion à l’islam et la mort », a résumé Nadia Murad Basee Taha, en expliquant avoir été réduite en « esclavage » par le groupe terroriste, qui retient toujours captifs en Iraq 3 400 femmes et enfants de sa communauté, les Yazidis.

    « Daech a fait de la femme yazidie une ‘chair à traite’ », a-t-elle fustigé, en demandant au Conseil de sécurité de saisir la Cour pénale internationale (CPI) de ce qu’elle a qualifié de « génocide ». Ses accusations ont été corroborées par le Directeur de l’organisation Freedom Fund, M. Nick Grono, et par le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), M. Yury Fedotov, tous deux soulignant les liens étroits entre expansion des théâtres de conflits et traite des êtres humains.

    Le témoignage de la jeune survivante a été accueilli par une ovation du Conseil de sécurité, qui a ensuite adopté une déclaration présidentielle, lue par l’Ambassadeur Samantha Power, des États-Unis. Le Conseil y demande aux États Membres de mieux s’acquitter des obligations qui leur incombent pour « incriminer, prévenir et combattre de toute autre manière la traite des êtres humains » et de redoubler d’efforts pour la détecter et la désorganiser.

    Les États Membres qui ne l’ont pas encore fait sont invités par le Conseil à ratifier la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée –plus connue sous le nom de Convention de Palerme– et son Protocole additionnel visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, ou d’y adhérer. L’ONUDC pourrait, selon cette déclaration, prêter son assistance technique à la mise en œuvre des mesures prévues par ces deux traités.

    C’est déjà le cas pour une soixantaine de pays, a précisé M. Fedotov, qui a fait notamment valoir le plan élaboré de l’Office qu’il dirige pour assister les États Membres face à l’afflux de migrants traversant la mer Méditerranée. Son objectif? Renforcer la protection des victimes de la traite et contribuer à la lutte contre les flux financiers illégaux dont bénéficient les groupes criminels.

    Outre la Convention de Palerme et son Protocole additionnel, le Vice-Secrétaire général a rappelé que le Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté en septembre dernier par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies, prévoit des actions contre la traite au titre de ses objectifs 5, 8 et 16.

    La déclaration du Conseil encourage par ailleurs les États Membres à réduire le risque de voir leurs « marchés publics et leurs chaînes d’approvisionnement » contribuer à la traite des êtres humains en temps de conflit armé. Le Directeur de Freedom Fund a ainsi salué les mesures prises par le Conseil pour empêcher l’entrée, dans ces chaînes d’approvisionnement, des ressources pillées dans le cadre des conflits en République démocratique du Congo (RDC), en Érythrée et en Somalie.

    Par sa déclaration présidentielle, le Conseil recommande enfin de mettre en place des « mécanismes solides d’identification des victimes », auxquelles des services de protection et d’aide doivent être fournis, notamment en temps de conflit.

    Daech n’a pas été le seul groupe terroriste ou armé à être dénoncé aujourd’hui. Les crimes commis par l’Armée de résistance du Seigneur et par Boko Haram sont également mentionnés dans cette déclaration présidentielle, qui invoque les résolutions 2195 (2014) et 2242 (2015) du Conseil de sécurité.

    Dans le premier de ces deux textes, le Conseil constatait « avec inquiétude » les profits tirés, dans certaines régions, de la traite des êtres humains et, dans le second, les actes de violence sexuelle et sexiste qui s’inscrivent parmi les « objectifs stratégiques et dans l’idéologie » de certains groupes terroristes.

    Demain après-midi, a annoncé la représentante des États-Unis, le Conseil de sécurité tiendra une réunion ministérielle, particulièrement axée sur les moyens visant à tarir ses sources de financement, et au cours de laquelle il adoptera un projet de résolution destiné à mettre à jour le régime de sanctions applicable à ce groupe terroriste.

    MAINTIEN DE LA PAIX ET DE LA SÉCURITÉ INTERNATIONALES

    Traite des personnes dans les situations de conflit

    Déclaration présidentielle

    Le Conseil de sécurité rappelle que la Charte des Nations Unies lui confère la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales.

    Le Conseil rappelle la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et le Protocole additionnel visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, qui contient la première définition arrêtée sur le plan international de l’acte criminel que constitue la traite d’êtres humains et prévoit un cadre permettant de la prévenir et de la combattre efficacement.

    Le Conseil condamne dans les termes les plus énergiques les cas de traite d’êtres humains signalés dans les zones touchées par un conflit armé. Il note également que la traite d’êtres humains nuit à l’état de droit et favorise d’autres formes de criminalité transnationale organisée, ce qui peut exacerber les conflits et alimenter l’insécurité.

    Le Conseil déplore tous les actes de traite des personnes auxquels se livre l’« État islamique d’Iraq et du Levant » (EIIL), également appelé Daech, notamment à l’encontre des Yézidis, ainsi que toutes ses violations du droit international humanitaire et atteintes aux droits de l’homme, déplore également tous les actes de traite d’êtres humains et toutes les violations et atteintes auxquelles se livrent l’Armée de résistance du Seigneur et d’autres groupes terroristes ou armés, dont Boko Haram, à des fins d’esclavage sexuel, d’exploitation sexuelle et de travail forcé pouvant contribuer à leur financement et à leur subsistance, et souligne que certains actes liés à la traite d’êtres humains en temps de conflit armé peuvent constituer des crimes de guerre.

    Le Conseil réaffirme qu’il importe au plus haut point que tous les États Membres appliquent intégralement les résolutions pertinentes concernant l’EIIL, notamment les résolutions 2161 (2014), 2170 (2014), 2178 (2014), 2199 (2015) et 2249 (2015). Il réaffirme également qu’il importe au plus haut point que tous les États Membres appliquent intégralement ses résolutions pertinentes, notamment sa résolution 2195 (2014), dans laquelle il constate avec inquiétude que, dans certaines régions, des terroristes tirent profit de la criminalité transnationale organisée, notamment la traite d’êtres humains, ainsi que sa résolution 2242 (2015), dans laquelle il constate avec préoccupation que les actes de violence sexuelle et sexiste s’inscrivent notoirement parmi les objectifs stratégiques et dans l’idéologie de certains groupes terroristes.

    Le Conseil demande aux États Membres de renforcer leur engagement politique et de mieux s’acquitter des obligations qui leur incombent d’incriminer, de prévenir et de combattre de toute autre manière la traite d’êtres humains, et de redoubler d’efforts pour détecter et désorganiser la traite, notamment en mettant en place des mécanismes solides d’identification des victimes et en donnant aux victimes identifiées accès à des services de protection et d’aide, en particulier en temps de conflit. Il souligne à cet égard l’importance de la coopération internationale des forces de l’ordre, notamment en ce qui concerne les enquêtes et les poursuites relatives aux cas de traite, et, à cet égard, demande à l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) de continuer d’apporter son appui en fournissant une assistance technique à la demande.

    Le Conseil demande aux États Membres d’envisager de ratifier la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et le Protocole additionnel visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, ou d’y adhérer. Il demande également aux États parties à la Convention et au Protocole de redoubler d’efforts pour les appliquer efficacement.

    Le Conseil prend note des recommandations formulées par le Groupe de travail sur la traite des personnes, créé par la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, depuis le début de ses travaux, et demande aux États Membres de redoubler d’efforts pour créer les conditions politiques, économiques et sociales permettant de mettre fin à ce crime.

    Le Conseil de sécurité note les effets particuliers que la traite d’êtres humains en situation de conflit armé a sur les femmes et les enfants, les rendant notamment plus vulnérables encore à la violence sexuelle et sexiste. Il entend continuer d’examiner ces effets, notamment, selon qu’il conviendra, au sein du Groupe de travail sur le sort des enfants en temps de conflit armé, dans les limites de son mandat, et dans le cadre des travaux qu’il mène pour prévenir et combattre la violence sexuelle en temps de conflit.

    Le Conseil exprime sa solidarité et sa compassion envers les victimes de la traite, notamment en cas de conflit armé, partout dans le monde, et souligne que les États Membres et le système des Nations Unies doivent identifier préventivement les victimes de la traite parmi les populations vulnérables, notamment les réfugiés et les déplacés, répondre à l’ensemble de leurs besoins, notamment en cherchant activement à les identifier et, le cas échéant, en leur fournissant une aide médicale et un accompagnement psychosocial ou en leur y donnant accès, dans le cadre des activités de maintien et de consolidation de la paix, et veiller à ce que les victimes de la traite soient traitées comme victimes de la criminalité et conformément à la législation nationale et ne soient pas sanctionnées ni stigmatisées pour avoir participé à des activités illégales sous la contrainte.

    Le Conseil engage les États Membres à faire répondre de leurs actes ceux qui se livrent à la traite d’êtres humains en situation de conflit armé, en particulier leurs agents et fonctionnaires, ainsi que tous fournisseurs et leurs sous-traitants, et exhorte les États Membres à prendre toutes les mesures voulues pour réduire le risque que leurs marchés publics et leurs chaînes d’approvisionnement puissent contribuer à la traite d’êtres humains en temps de conflit armé.

    Le Conseil se félicite de l’action menée actuellement dans le cadre des missions de maintien de la paix des Nations Unies pour lutter contre l’exploitation et les atteintes sexuelles, et prie le Secrétaire général de prendre des mesures supplémentaires pour empêcher que la traite d’êtres humains ne se produise dans les opérations de maintien de la paix et réagir avec la plus grande fermeté aux cas signalés, de sorte que toute personne se livrant à l’exploitation ait à répondre de ses actes.

    Le Conseil prie le Secrétaire général de prendre toutes les mesures requises pour réduire autant que possible le risque que les passations de marchés et les chaînes d’approvisionnement de l’Organisation puissent contribuer à la traite d’êtres humains en temps de conflit armé.

    Le Conseil engage instamment les organismes des Nations Unies présents dans des pays en conflit ou qui sortent d’un conflit à renforcer leurs capacités techniques d’évaluer le risque que le conflit donne lieu à des cas de traite d’êtres humains, d’identifier préventivement les victimes et de donner aux victimes identifiées l’accès aux services dont elles ont besoin.

    Le Conseil exprime son intention de rester saisi de la question de la traite des personnes.

    Le Conseil prie le Secrétaire général de lui rendre compte des progrès qui auront été accomplis dans les douze prochains mois concernant l’amélioration des mécanismes de lutte contre la traite d’êtres humains et l’application des mesures énoncées dans la présente déclaration.

    Déclarations

    M. JAN ELIASSON, Vice-Secrétaire général de l’ONU, a déclaré que la traite humaine est l’esclavage des temps modernes et que des millions de personnes en sont les victimes à travers le monde. Il s’est déclaré encouragé de constater que les États Membres s’étaient engagés, dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, à entreprendre des actions contre la traite, comme le stipulent ses objectifs 5, 8 et 16. Le Vice-Secrétaire général a ensuite attiré l’attention sur le sort des personnes déplacées, qui sont plus nombreuses aujourd’hui qu’à n’importe quelle époque depuis la Seconde Guerre mondiale. « Ces individus –femmes, filles et garçons- sont exposés à de très nombreuses violations, dont la traite n’est pas la moindre », a-t-il fait observer. « Ils sont vendus et échangés à des fins d’esclavage, de prostitution, d’adoption illégale, de travaux forcés, de criminalité et pour l’enrôlement dans les groupes armés », a poursuivi le Vice-Secrétaire général, qui a incriminé des groupes tels que l’Armée de résistance du Seigneur, Daech et Boko Haram.

    Face à l’ampleur du phénomène, M. Eliasson a exhorté les États Membres à ratifier et pleinement mettre en œuvre la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et son Protocole additionnel, ce dernier instrument étant sur le point de devenir universel avec 169 États parties. Plus généralement, il les a encouragés à devenir parties à l’ensemble des traités internationaux pertinents et à mettre en œuvre le Plan global d’action des Nations Unies contre la traite. Le Vice-Secrétaire général a par ailleurs indiqué que des témoignages terrifiants de membres de la communauté yazidie avaient été recueillis, le mois dernier, par le Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention du génocide, M. Adama Dieng, témoignages qui font état d’actes de traite par Daech dans le camp de personnes déplacées situé près de Dohuk, dans le nord de l’Iraq. « De tels trafiquants n’ont pas de place dans le monde que nous voulons bâtir. Veillons à ce qu’ils n’aient ni place, ni possibilité de se livrer à leurs activités », a ajouté le Vice-Secrétaire général avant de conclure.

    M. YURY FEDOTOV, Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), a expliqué, par visioconférence depuis Vienne, que depuis 2011, des victimes syriennes de la traite d’êtres humains avaient été recensées dans une dizaine de pays, en Europe, en Asie et au Moyen-Orient. Des victimes en provenance d’Iraq ont également été recensées aux quatre coins du monde depuis l’émergence de Daech dans le nord de l’Iraq, a-t-il dit, ajoutant que des victimes provenant de la corne de l’Afrique avaient été signalées en Europe. M. Fedotov a rappelé que des groupes extrémistes comme Boko Haram et Daech se livraient à la traite d’êtres humains dans les pays où ils opèrent.

    Le Directeur exécutif a affirmé que la communauté internationale possédait les cadres pour une réponse commune au défi de la traite des êtres humains, citant tout d’abord la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et son Protocole additionnel historique qui vise à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants. Entré en vigueur en 2003, ce Protocole a été le premier instrument international appelant à qualifier tous les actes de traite des êtres humains d’infractions pénales, a-t-il dit. M. Fedotov a également noté que ce Protocole avait ouvert la voie à d’autres pas importants, tels que l’adoption en 2010 par l’Assemblée générale d’un Plan d’action qui fait mandat à l’UNODC de conduire des recherches sur la traite et établit un fonds d’affectation spéciale pour venir en aide aux victimes.

    S’il s’est félicité que la plupart des États sont parties à la Convention et ont adopté des lois dans le domaine de la traite des êtres humains, M. Fedotov a déploré que ces normes ne soient que partiellement appliquées. À ce jour, 41% d’entre eux n’ont signalé aucune ou moins de 10 condamnations pour ce chef d’inculpation, a-t-il précisé. Le Directeur exécutif a plaidé pour une coopération renforcée entre pays d’origine, de transit et de destination contre la traite, en assurant que l’ONUDC avait prêté main forte à plus de 60 pays ces deux dernières années. L’ONUDC a également élaboré un plan pour assister les États Membres à mieux répondre à l’afflux de migrants traversant la mer Méditerranée, dont l’objectif vise à renforcer la protection des victimes de la traite et à contribuer à la lutte contre les flux financiers illégaux dont bénéficient les groupes criminels. Il a également souligné l’apport du Groupe de coopération interinstitutions contre la traite des personnes, rassemblant 16 institutions spécialisées, fonds ou programmes du système des Nations Unies, qui permet de combler les lacunes dans la réponse de l’ONU à ce fléau. En conclusion, M. Fedotov a plaidé pour la pleine utilisation d’instruments comme la Convention et le Groupe de coopération et assuré du soutien de l’ONUDC pour assister les États qui en font la demande.

    M. NICK GRONO, Directeur de Freedom Fund, a souligné que les conflits armés rendaient les civils vulnérables à des formes extrêmes d’exploitation. C’est le cas aujourd’hui avec l’asservissement de plus de 3 000 femmes et des filles yazidies par l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL). Le phénomène n’est pas nouveau, comme le souligne un rapport récemment publié conjointement par le Freedom Fund et l’Université des Nations Unies, intitulé « Unshackling Development ». Malheureusement, les liens entre les conflits et la traite des êtres humains ne font que se renforcer.

    L’esclavage, qui était souvent tabou dans les conflits, est institutionnalisé par l’EILL, de même que la violence sexuelle, a expliqué M. Grono. Au Nigéria, le groupe Boko Haram pratique aussi le travail forcé, le recrutement d’enfants soldats, l’esclavage sexuel et les mariages forcés. Il a enlevé plus de 2 000 personnes. De façon générale, les individus déplacés par les conflits, comme les Rohingya du Myanmar, se retrouvent exploités ailleurs.

    M. Grono a noté qu’un certain nombre de conflits en Afrique inscrits à l’ordre du jour du Conseil de sécurité étaient alimentés par l’exploitation des ressources naturelles. À ce sujet, il a salué les mesures prises par le Conseil pour empêcher que les ressources des conflits en République démocratique du Congo (RDC), en Érythrée et en Somalie n’entrent dans les chaînes mondiales d’approvisionnement. Par ailleurs, il a dénoncé l’implication de la Corée du Nord dans la traite des êtres humains.

    Le Directeur de Freedom Fund a demandé au Conseil de déclarer la traite des êtres humains comme « un crime contre l’humanité ». Regrettant la faible implication des acteurs du maintien et de la consolidation de la paix, il a également souhaité que l’ensemble du système des Nations Unies se coordonne pour combattre l’esclavage moderne dans les zones de conflit. À cette fin, il a proposé que le Secrétaire général nomme un envoyé spécial pour les trois prochaines années.

    Mme NADIA MURAD BASEE TAHA, survivante yazidie, a dénoncé les pratiques de Daech contre sa communauté, dont 3 400 femmes et enfants, selon elle, se trouvent toujours en captivité. Le 3 août 2014, a-t-elle rappelé, des miliciens de Daech ont fait irruption dans son village, ce que la jeune fille a qualifié de véritable « génocide ». « L’État islamique n’est pas seulement venu nous tuer, mais aussi nous réduire à l’esclavage », a-t-elle accusé, en affirmant qu’il s’agissait d’une entreprise délibérée de destruction de l’identité yazidie. Le 15 août, femmes et enfants ont été séparés des hommes, qui ont « tous été tués », a poursuivi Mme Taha. Avec plus de 150 autres familles, elle a été transférée vers une autre région, où se trouvaient déjà des milliers d’autres captives.

    « J’ai crié, pleuré, j’ai été battue à coups de pied. Je regardais toujours par terre », a déclaré la jeune femme, qui a raconté comment un homme l’avait forcée à changer de religion, ce à quoi elle a résisté de toutes ses forces. La plupart des filles, a-t-elle dit, « avaient leurs menstruations à cause de la peur ». Après avoir essuyé des humiliations quotidiennes, Mme Taha s’est résolue à fuir, ce qu’elle est parvenue à faire la seconde fois. Elle a remercié l’Allemagne de lui avoir offert l’hospitalité et les soins dont elle avait besoin, avant de lancer un appel aux autres États pour suivre cet exemple.

    « L’État islamique nous a demandé de choisir entre la conversion ou la mort », a-t-elle résumé, en assurant que les corps de 80 femmes « dont Daech ne voulait plus », ont été retrouvés dans des fosses communes. « Daech a fait de la femme yazidie une ‘chair à traite’ », a-t-elle fustigé, en demandant au Conseil de sécurité de renvoyer le « dossier du génocide yazidi » devant la Cour pénale internationale (CPI) et de tout mettre en œuvre pour permettre à sa communauté de vivre en paix. La survivante a également demandé aux membres du Conseil de sécurité de neutraliser Daech et tous ceux qui commettent des crimes de traite.

    M. ROMAN OYARZUN MARCHESI (Espagne) a dit son émotion après l’intervention de Mme Nadia Murad Basee Taha. Il a demandé à tous les représentants des États Membres qui rentrent dans le bâtiment de l’ONU de penser à cette jeune fille et de tout faire pour éradiquer la traite des êtres humains. Ce phénomène nous fait honte à tous, a-t-il dit, en ajoutant qu’il était plus difficile d’être une femme dans un conflit armé que d’être un soldat. Il a souligné qu’il y avait deux erreurs à éviter. La première serait de croire que ce phénomène est limité à Daech, a-t-il affirmé, en rappelant le sort des jeunes filles de Chibok enlevées par Boko Haram. La deuxième erreur serait de penser que ce phénomène est lié au terrorisme, a-t-il ajouté, en soulignant la vulnérabilité des migrants qui fuient les conflits. Le délégué a demandé l’application effective de « l’architecture juridique existante », avant de suggérer l’inclusion de la lutte contre la traite des êtres humains dans les travaux des comités de sanctions. « Il est déjà grave d’être victime du terrorisme mais imaginons ce que cela peut être d’être victime du terrorisme et de la traite. » En conclusion, le représentant a promis à Mme Nadia Murad Basee Taha que l’Espagne ferait tout pour empêcher que les épreuves qu’elle a endurées ne se reproduisent.

    M. MAHAMAT ZENE CHERIF (Tchad) a rappelé que la traite était un phénomène très lucratif et constituait sans doute le nouvel esclavage du XXIe siècle, « contre lequel l’humanité doit engager une lutte sans merci ». Des groupes terroristes tels que Daech ou Boko Haram recourent à plusieurs formes d’exploitation, dont l’exploitation sexuelle, la servitude ou le prélèvement d’organes, a-t-il dit. C’est pourquoi, il a appelé les pays qui ne l’ont pas encore fait à ratifier la Convention de Palerme et ses Protocoles additionnels. Il a demandé une meilleure coordination des efforts des États Membres en vue de poursuivre en justice les auteurs de ces crimes.

    « Le trafic de migrants arrache plusieurs milliers de jeunes Africains à leurs familles et à leur pays, c’est un crime grave », a-t-il soutenu, avant d’appeler les pays d’origine, de transit et de destination à s’attaquer aux causes profondes de ce fléau. Le délégué a souligné l’importance de l’unité et d’une forte implication du Conseil en Syrie, en Iraq et ailleurs, avant de demander l’interdiction de l’approvisionnement en armes par des groupes armés, « quels que soient leur nature et leurs objectifs ». En conclusion, il a rappelé que la Convention de Palerme couvrait tous les aspects de la traite des êtres humains.

    M. DAINIUS BAUBLYS (Lituanie) a relevé qu’un nombre croissant de femmes et de filles étaient asservies et subissaient des abus sexuels et des viols massifs. Des fillettes de huit ans sont même transformées en auteurs d’attentats-suicide par le groupe Boko Haram. L’Armée de résistance du Seigneur (LRA) a enlevé quelque 300 000 enfants. Des milliers de femmes et d’enfants, notamment yazédis, sont prisonniers de Daech, s’est-il indigné.

    Le représentant a jugé « moralement inacceptable » que le Conseil de sécurité reste inactif face à ce fléau. Le moins qu’il puisse faire, a-t-il dit, c’est d’attirer l’attention sur le sort des victimes et de condamner vigoureusement la traite des êtres humains. Les États sont légalement tenus de prévenir et de combattre la traite, de détecter et démanteler les réseaux qui s’y livrent. Pour sa part, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pourrait faire davantage pour aider à la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et ses Protocoles additionnels, dont celui sur la lutte contre la traite des êtres humains. Il faudrait également examiner le rôle des opérations de maintien de la paix.

    Les États Membres, les organisations régionales et sous-régionales et les institutions du système des Nations Unies doivent coopérer avec le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), a-t-il estimé. L’Union européenne, qui dispose d’un coordonnateur contre la traite des êtres humains, est à la pointe de la lutte contre la traite, y compris à travers les dialogues régionaux, comme les processus de Khartoum et de Rabat, a souligné le représentant. L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OCSE), a-t-il ajouté, joue également un rôle important avec ses partenaires méditerranéens.

    M. FRANCOIS DELATTRE (France) a déclaré que « les actions commises par Daech au Moyen-Orient ou Boko Haram en Afrique illustrent, de manière dramatique, les liens qui existent aujourd’hui entre la paix et la sécurité internationales et la traite des êtres humains ». Au niveau mondial, a-t-il précisé, la traite des êtres humains est, avec le trafic de drogues et la contrefaçon, l’un des trafics les plus rentables et les plus répandus.

    Pour les groupes terroristes, dont les premières victimes sont généralement les femmes et les enfants, la traite des êtres humains n’est pas seulement un moyen de semer la terreur parmi les populations civiles, elle est également utilisée comme source de financement. En Syrie, en Iraq ou au Nigéria, « ces actes ne sont pas seulement insupportables d’un point de vue moral, ils peuvent constituer des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité, voire des crimes de génocide s’agissant de certaines communautés, et ne sauraient rester impunis », a estimé M. Delattre.

    « Nos paroles doivent désormais être traduites en actes: la prévention, la protection des victimes et la lutte contre l’impunité doivent être nos priorités », a-t-il insisté. La France plaide pour la mise en place d’un mécanisme d’examen permettant de vérifier et de faciliter la mise en œuvre de la Convention de Palerme et de ses Protocoles additionnels. Elle contribue également au programme global contre la traite des êtres humains de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

    M. EVGENY T. ZAGAYNOV (Fédération de Russie) a déclaré que, face à la montée de la menace terroriste, la communauté internationale devait se mobiliser. Déplorant à son tour les actes « inhumains » infligés par Daech aux Yazidis, il a estimé qu’il faudrait mettre fin aux activités criminelles auxquelles se livrent ce groupe. Ces activités, a-t-il précisé, lui rapportent des milliards de dollars de bénéfices. À cet égard, le représentant a estimé que le rôle des Nations Unies et, en particulier celui de l’ONUDC, devraient être renforcés afin d’éliminer toutes les formes contemporaines d’esclavage, dont fait partie la traite des personnes. Il a invité, avant de conclure, les États Membres à prendre des mesures concertées en ce sens.

    M. WANG MIN (Chine) a souligné la vulnérabilité des femmes et des enfants en temps de conflit et appelé la communauté internationale à unir ses forces pour mieux les protéger. La souveraineté des États concernés doit être respectée, a-t-il dit, en rappelant qu’ils étaient responsables d’assurer la protection de leur population. Le délégué de la Chine a prôné une approche intégrée dans la lutte contre les activités des groupes criminels. Soulignant que la traite des êtres humains était une source de financement essentielle du terrorisme, il a appelé à davantage de synergies entre les entités onusiennes, tels que l’ONUDC ou encore ONU-Femmes pour combattre le fléau de la traite des êtres humains.

    Mme JOY OGWU (Nigéria) a rappelé que son pays restait déterminé à combattre Boko Haram et à veiller à ce que toutes les jeunes femmes ayant subi le même sort que Nadia soient libérées. Elle a exhorté tous les États Membres, les organisations internationales et régionales concernées, et la société civile à mettre en commun leurs ressources pour mettre fin à la traite. La lutte contre la traite est une priorité nationale pour le Nigéria, qui s’est doté d’un organisme spécialisé pour combattre ce fléau dès 2003, et a pris de nombreuses mesures législatives depuis cette date, a fait valoir la représentante. Pour sa délégation, le Conseil de sécurité devrait renforcer sa coopération avec l’ONUDC et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), dont elle aimerait entendre, à l’avenir, des exposés réguliers sur les formes de traite des personnes et de la criminalité transnationale organisée touchant les populations vulnérables.

    M. PETER WILSON (Royaume-Uni) a jugé « étrange » d’entendre dans une enceinte aussi formelle un témoignage aussi poignant que celui de Mme Nadia Murad Basee Taha. « Tous les gouvernements des pays réunis autour de cette table sont d’accord pour se débarrasser de Daech, dont l’inhumanité nous révulse », a-t-il dit. Le représentant britannique a rappelé que, selon les estimations, entre 21 et 35 millions de personnes seraient victimes de traite.

    Soulignant la nécessité d’une volonté politique pour vaincre ce fléau, il a expliqué que tous les pays devaient faire face à des « vérités très crues » dans ce domaine. À ce jour, 13 000 personnes sont victimes d’esclavage au Royaume-Uni, a-t-il indiqué, avant d’ajouter que son pays venait d’adopter une loi pour y remédier. « Si nous reconnaissons nos propres défis, nous pourrons mieux agir », a affirmé le représentant.

    Face à la vulnérabilité des groupes minoritaires, M. Wilson a exhorté les gouvernements à mieux les protéger. Il a précisé que son pays appuyait le Gouvernement iraquien dans la mise en place et le financement de programmes visant à changer les comportements. Le Royaume-Uni a participé à la formation de 800 peshmergas afin de mieux faire face aux violences sexuelles, a-t-il assuré. Enfin, le délégué a jugé crucial d’éliminer Daech des territoires qu’il contrôle et de trouver une solution politique en Syrie.

    M. GERARD VAN BOHEMEN (Nouvelle-Zélande) a partagé la « révulsion » de la communauté internationale face aux violations perpétrées par l’EIIL contre des milliers de Yazidis, en particulier des femmes et des enfants, et par ce qui semble être un programme de servitude de masse. Il a constaté que des abus étaient commis dans d’autres situations de conflit, du fait des actions de Boko Haram, ou au Soudan du Sud et en République centrafricaine.

    Le représentant s’est dit préoccupé par le fait que « la traite exacerbe les conflits, et les conflits exacerbent la traite ». Il a reconnu qu’il était difficile de combattre efficacement ce phénomène dans le contexte de conflits qui sont eux-mêmes insolubles et résistants à toute intervention internationale. « Mais nous devons nous occuper de ce phénomène, y compris à travers une prévention plus efficace des conflits », a-t-il souhaité.

    À ce sujet, M. van Bohemen a jugé essentiel de mener des enquêtes et d’établir des responsabilités aux niveaux national et international. Les actes associés à la traite des êtres humains peuvent constituer des crimes en vertu du Statut de Rome, a-t-il précisé. Le représentant a également exhorté les États à mettre en œuvre la Convention de Palerme sur la lutte contre la criminalité transnationale organisée. Enfin, il faudrait s’assurer que les opérations de paix de l’ONU elles-mêmes n’alimentent pas la traite des êtres humains.

    M. JULIO HELDER MOURA LUCAS (Angola) a déclaré qu’en raison de la multiplication des conflits et des vagues de déplacements de populations, l’esclavage et la traite avaient désormais atteint des seuils sans précédent. Il a fustigé Boko Haram pour les enlèvements de filles, qui sont soumises au mariage forcé et à des abus sexuels commis par les membres de ce groupe extrémiste. À l’instar d’autres membres du Conseil, il a appelé à la mobilisation de la communauté internationale, en se félicitant que le Programme de développement durable à l’horizon 2030 propose des mesures pour mettre fin à l’esclavage et la traite des personnes et que les pays européens ont déjà pris des mesures législatives de leur côté. Pour sa délégation, il est impératif que le Conseil examine des questions comme celle inscrite à son ordre du jour aujourd’hui en tant que menaces à la paix et à la sécurité internationales.

    M. MAHMOUD DAIFALLAH MAHMOUD HMOUD (Jordanie) a rappelé que Daech n’est ni un État, ni islamique, mais un groupe de criminels que la communauté internationale doit vaincre. Il a exhorté la communauté internationale à combattre vigoureusement ce groupe violent, dont les crimes renforcent les préjugés et alimentent le cycle de violence et les tensions intercommunautaires. Les actes de traite des êtres humains par temps de conflit peuvent constituer des crimes contre l’humanité, a-t-il fait remarquer. Invitant le Conseil à relever le défi de la traite des êtres humains, il a estimé que la déclaration présidentielle de ce jour était un premier pas dans la bonne direction. « Nous devons renforcer nos efforts aux niveaux national, régional et international », a-t-il préconisé.

    Au niveau national, le représentant de la Jordanie a invité les États à mieux sensibiliser toutes les couches de la société à la gravité de ces actes et de traduire en justice leurs auteurs. Les États devraient également coopérer davantage avec les entités du système des Nations Unies compétentes, telles que l’ONUDC. Il a invité le Secrétaire général à élaborer une stratégie contre la traite d’êtres humains du fait de groupes terroristes et plaidé pour le renforcement du Fonds d’affectation spéciale en faveur des victimes. En conclusion, il a détaillé les mesures spécifiques prises par son pays pour lutter contre ce fléau.

    M. RAMLAN BIN IBRAHIM (Malaisie) a condamné tous les actes d’intimidation et de violences dirigés contre des populations civiles en période de conflit armé, tout particulièrement ceux relevant de la traite des êtres humains et de l’esclavage. Pour sa délégation, il serait judicieux pour les États Membres de se doter de programmes de réinsertion pour les personnes libérées. Il les a particulièrement encouragés à mettre en œuvre le Protocole de Palerme, qui prévoit des mesures de réintégration sur le plan psychologique. Le délégué les a aussi appelés à faire preuve de volonté politique aux niveaux local, régional, national et international. Le représentant de la Malaisie s’est dit convaincu que le Conseil de sécurité pourrait jouer un rôle clef pour tenir responsables les auteurs d’actes de traite des êtres humains.

    M. CRISTIÁN BARROS MELET (Chili) a salué la déclaration présidentielle, adoptée aujourd’hui, et noté qu’elle encourageait la complémentarité au sein du système des Nations Unies pour lutter contre la traite des êtres humains. Pour lui, il ne suffit pas de dénoncer ce fléau, qui empire avec l’apparition de groupes terroristes et armés, « il faut une action collective efficace ». En particulier, il a jugé urgent d’améliorer les mécanismes de protection des populations yazidies.

    De plus, a poursuivi M. Barros Melet, il faudrait renforcer l’appui médical et psychologique aux victimes de la traite. D’un point de vue culturel, les perceptions doivent évoluer pour permettre aux femmes et aux filles qui ont été enlevées et violées de se réintégrer dans leurs communautés. Il faudrait également former les soldats de la paix et le personnel civil sur le terrain pour mieux protéger les populations civiles.

    M. HENRY ALFREDO SUÁREZ MORENO (Venezuela) a souligné la vulnérabilité des femmes et des enfants au phénomène de la traite des êtres humains. Il a rappelé qu’avant le début du conflit syrien, il était rare de trouver des victimes de nationalité syrienne. L’instabilité contribue à ces crimes graves par des groupes criminels, a-t-il regretté. Il est urgent de mettre fin à l’appui fourni à ces groupes, notamment l’approvisionnement en armes. Le délégué du Venezuela a indiqué que les migrants étaient des victimes potentielles de la traite des personnes, en ajoutant que leur vulnérabilité était aggravée par des politiques migratoires de plus en plus restrictives. « Ne fermons pas nos portes aux migrants qui fuient la guerre », a-t-il plaidé, faisant siens les mots de Mme Nadia Murad Basee Taha. Ces migrants, a-t-il rappelé, ne sont pas à l’origine du terrorisme. Tout en se félicitant de la tenue de ce débat au sein du Conseil de sécurité, il a estimé que ce sujet nécessitait une discussion plus vaste entre tous les États Membres afin de définir les moyens d’une action collective. Enfin, il a salué le rôle joué par l’ONUDC et assuré de l’engagement de son pays à s’acquitter de ses obligations découlant de la Convention de Palerme et de ses Protocoles additionnels.

    Après avoir rendu hommage à Nadia Murad Basee Taha, Mme SAMANTHA POWER (États-Unis) a déclaré que pendant cette réunion d’un peu plus de deux heures, d’autres jeunes personnes avaient été victimes de crimes de la traite dans le monde. Ce n’est pas un hasard si les réseaux de criminalité transnationale organisée sont également responsables des crimes de la traite des êtres humains, a-t-elle fait observer, en rappelant que, selon l’Organisation internationale du Travail (OIT), 20 millions de personnes en ont été victimes en 2014. La représentante s’est ensuite livrée à un réquisitoire contre Daech, fustigeant en particulier les « horreurs » que ce groupe fait subir aux enfants, aux femmes et aux filles. Boko Haram, a rappelé Mme Power, a ordonné à des « kamikazes âgés de neuf ans » de commettre des attentats-suicide.

    « Que pouvons-nous faire, au-delà des condamnations? » s’est-elle interrogée. Il faudrait, a-t-elle répondu, un ferme engagement. Elle a ainsi rappelé que, « sous le leadership du Président Obama », une coalition internationale avait été formée pour détruire Daech. Demain, a-t-elle ajouté, le Conseil tiendra une réunion pour déterminer les moyens de tarir les sources de financement de ce groupe terroriste. Sur le continent africain, a poursuivi la représentante, les États-Unis continuent de coopérer étroitement avec les pays et les organisations régionales pour mettre fin aux atrocités commises par Boko Haram et l’Armée de résistance du Seigneur (LRA). La délégation s’est ensuite appesantie sur le passage de la déclaration appelant les États Membres à prendre toutes les mesures voulues pour réduire le risque de voir leurs marchés publics et leurs chaînes d’approvisionnement contribuer à la traite d’êtres humains en temps de conflit armé. Au-delà des mesures visant à contrer le financement du terrorisme, elle a plaidé pour de solutions innovantes pour mettre fin à cet esclavage moderne que représente la traite des êtres humains.

    À l’intention des organes d’information • Document non officiel.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Nigeria

    CAMP DE MINAWAO, Cameroun, 11 décembre 2015 (HCR) – Chaque jour, sept camions de Médecins Sans Frontières (MSF) roulent cahin-caha vers le camp de réfugiés de Minawao dans la région de l'Extrême-Nord au Cameroun. Ils transportent une marchandise précieuse, mais coûteuse : de l'eau potable.

    Ces chargements d'eau potable sont destinés aux quelque 50 000 réfugiés du camp ayant quitté leur foyer dans la région du Nord-Est du Nigéria et franchi la frontière avec le Cameroun voisin pour échapper à l'insurrection de Boko Haram. Pendant la saison sèche, les rivières disparaissent, et il est de plus en plus difficile de trouver des réserves d'eau.

    Mais la situation va bientôt changer. En début de mois, Valentin Tapsoba, Directeur du Bureau du HCR pour l'Afrique, et le gouverneur provincial, Midjiyawa Bakari, ont participé à une cérémonie haute en couleur organisée pour le lancement de la construction d'une canalisation qui apportera l'eau à Minawao, dans le cadre d'un projet conjoint entre l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés et l'entreprise de service public Camwater.

    D'une longueur de 28 kilomètres, la canalisation et le réseau de distribution apporteront l'eau d'un réservoir situé près de la ville de Mokolo jusqu'au camp tentaculaire de Minawao, où l'approvisionnement en eau a toujours été un problème ; les travaux dureront entre quatre et six mois. MSF dépense plusieurs dizaines de milliers de dollars chaque jour pour acheminer des produits de première nécessité au camp.

    La canalisation construite par Camwater profitera non seulement aux 49 968 réfugiés nigérians à Minawao, mais aussi aux 150 résidents des villages situés le long du tracé. Une eau propre aidera aussi à prévenir ou à contenir l'éclosion de maladies communes dans cette région isolée, notamment le choléra.

    « La construction de cette infrastructure importante constitue, pour le HCR, la reconnaissance de l'hospitalité du gouvernement et de la population camerounaise à l'égard des réfugiés », a déclaré Valentin Tapsoba, tout en notant que la communauté locale bénéficiera également de l'infrastructure.

    Actuellement, 21 puits donnent à peine assez d'eau pour que chaque personne dispose de 14 litres par jour, alors que la quantité recommandée est de 20 litres par jour. C'est la raison pour laquelle l'aide de MSF est essentielle. Le directeur général de Camwater, Jean Williams Sollo, estime que la nouvelle canalisation approvisionnera à terme quelque 200 000 personnes en eau.

    Autre signe de la détermination du HCR à aider les membres des communautés d'accueil dans le besoin, Valentin Tapsoba a, plus tôt dans la journée, posé la première pierre d'une nouvelle école primaire dans le village voisin de Zamai.

    Des dizaines d'enfants se sont pressés pour voir le Représentant du HCR mettre en place la première brique de leur nouvelle école. L'édifice remplace des cabanes délabrées faites de bois et de feuilles de palmier ; il permettra d'améliorer grandement le cadre d'apprentissage pour ces jeunes vulnérables. Le HCR estime que l'éducation est essentielle pour tous les enfants.

    Le Cameroun est pris entre deux crises de déplacement : le Nigéria au nord et la République centrafricaine à l'est. Ce pays d'Afrique occidentale accueille quelque 65 000 réfugiés du Nigéria et environ 254 000 réfugiés de la République centrafricaine. Les combats au Nigéria et les attaques transfrontalières ont entraîné le déplacement de plus de 90 000 personnes, qui se retrouvent aujourd'hui dans le besoin.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Iraq, Nigeria, Syrian Arab Republic, World

    16 December 2015 – The Security Council today called on all United Nations Member States to do everything in their power to combat human trafficking, especially for sexual purposes, citing the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL), the Lord's Resistance Army (LRA) and Boko Haram as prime perpetrators.

    “The Security Council notes the particular impact that trafficking in persons in situations of armed conflict has on women and children, including increasing their vulnerability to sexual and gender based violence,” the 15-member body said in a Presidential Statement adopted during a discussion on human trafficking in situations of conflict.

    It referred specifically to ISIL’s trafficking in Yazidis and its abuse of international humanitarian law and human rights, as well as such violations by the LRA in central Africa and the Nigerian-based Islamist Boko Haram group “for the purpose of sexual slavery, sexual exploitation and forced labour,” saying such actions in armed conflict may constitute war crimes.

    “Let us first be clear what we are discussing today: human trafficking is slavery in the modern age,” UN Deputy Secretary-General Jan Eliasson told the Council. “Slavery is not just a past abomination. Millions of people are living as slaves or in slave-like conditions as we speak today, in the year 2015.

    “Most of those trafficked are vulnerable women and children deceived or abducted into a life of suffering, exploitation, torture and servitude. This ruthless practice has become a global industry and it must be stopped,” he said, also noting that thousands of men and boys have been forcibly conscripted by the LRA.

    “There are more people displaced today than at any time since the Second World War. Millions more are caught up in conflict, unable to flee. These human beings are exposed to a wide range of human rights violations, not least trafficking. They are sold, they are trafficked for sexual enslavement, for prostitution, for illegal adoption, for slave labour, for criminality or recruitment as child soldiers.”

    The Council statement called on Member States to fully implement all relevant resolutions, to improve implementation of applicable legal obligations to criminalize, prevent, and otherwise combat trafficking in persons, and to ratify the UN Convention against Transnational Organized Crime and its Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children.

    “Horrifying tales have emerged of how women and children are treated in captivity,” Mr. Eliasson continued, stressing that their ordeal does not end once they are freed. “Even when captivity ends, suffering continues. Indeed, the scars of such violence last a lifetime.”

    “Victims, fortunate enough to be freed, need assistance to regain their rights and dignity to reintegrate into society. They must be given a chance to take back their lives and build new futures,” he added, urging Member States and others, to contribute to UN Trust Fund for the Victims of Trafficking in Persons.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Nigeria

    By Ibrahim Abdul’Aziz

    YOLA, 17 December 2015 (IRIN) - Bulama Buba Kadai once owned 20 farms and more than 100 head of cattle near Gwoza in northeastern Nigeria. A year ago, when Boko Haram attacked his village, Kadai’s land and all but two cows were destroyed. He also lost his two sons – the sole heirs of any property he may one day leave behind. “I think most of us are going back to our graves,” Kadai told IRIN.

    Read full report


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger, Nigeria

    FAITS SAILLANTS

    • Près de 480 000 personnes actuellement en crise et urgence alimentaire et 3,5 millions de personnes sous pression.

    • Des dizaines de milliers de personnes déplacées à titre préventif à Diffa.

    • Besoin immédiat de 15 000 tentes pour les nouveaux déplacés à Diffa.

    • 316 millions recherchés par les humanitaires pour 2016.

    CHIFFRES CLÉS

    Nb. de réfugiés nigérians (DREC 24 nov. 2015) 97 744

    Nb. de retournés nigériens à Diffa (DREC 24 nov. 2015) 68 366

    Nb. de PDI – certaines pourraient figurer parmi les déplacés préventifs- (DREC 24 nov. 2015) 58 926

    Sécurité alimentaire, nb. de personnes ciblées en 2016 (Source : HRP 2016) 1,5 million

    FINANCEMENTS

    376 millions fonds requis (en US$)

    45 % financés

    Situation alimentaire au dernier trimestre

    Environ 480 000 personnes sont en situation de crise (phase 3) ou d’urgence (phase 4) alimentaire pour la période allant d’octobre à décembre 2015, selon les résultats du Cadre Harmonisé1 d’analyse de l’insécurité alimentaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest publiés en novembre. Au total 405 000 personnes étaient touchées l’année dernière à la même période. Les régions de Maradi et de Diffa sont les plus affectées. Le graphique ci-dessous indique la répartition du nombre total de personnes en phase 3 et 4 par région.

    La population sous pression (phase 2) est, quant à elle, estimée à environ 3,5 millions de personnes2 contre 2,1 millions au dernier trimestre de 2014. En outre, l’analyse du Cadre Harmonisé fait ressortir que 833 824 personnes seront en phase 3 et 4 entre juin et août 2016 pendant la période de soudure si l’assistance n’est pas fournie à temps aux populations en insécurité alimentaire et celles sous pression.

    La région de Diffa où 147 500 personnes en phase 3 et 43 ont été identifiées pour la période octobre-décembre 2015, est l’une des plus touchées dans le pays. La population en phase de crise ou d’urgence alimentaire dans cette région représente 31 pour cent de la population nationale affectée (cf. graphique page 1). Par ailleurs, le Cadre Harmonisé estime à 184 431 le nombre de personnes sous pression dans la région pour cette même période. Les départements de Nguigmi, Bosso et Diffa sont en phase 3 tandis que ceux de Mainé Soroa, Goudoumaria et Ngourti sont en phase 2.

    L’insécurité alimentaire dans la région de Diffa est aggravée, entre autres, par les mouvements continus des réfugiés, retournés et personnes déplacées internes, l’insécurité affectant les zones de production agricole, la réduction des flux d’approvisionnement des marchés et l’insuffisance des activités génératrices de revenus des ménages.


    0 0

    Source: Danish Refugee Council, Agency for Technical Cooperation and Development, Norwegian Refugee Council, Médecins du Monde, International Rescue Committee
    Country: Mali

    1. Introduction

    Les ONG internationales ACTED, DRC, CICR, IRC, MDM ET NRC intervenant au Mali dans le cercle de Menaka fidèles à leur mission humanitaire, ont mis en place une équipe pluridisciplinaire pour évaluer les effets du conflit intercommunautaire opposant les Doshaq et peulhs sur les populations déplacées et celles d’accueil dans le cercle de menaka.

    En effet, des violents combats intercommunautaires se sont déroulés dans les villages d’Infoukaretene, Tissaletene, et sites voisins, entrainant des déplacements massifs des populations depuis fin novembre vers d’autres villages et sites de la commune. Ces déplacements sont en plusieurs vagues selon les zones de combat.

    Ainsi pour mieux évaluer leurs situations (nombre, besoins prioritaires) la dite mission s’est rendue dans les différents villages/sites d’accueil.

    Par ailleurs, la mission n’a pas pu rencontrer certains groupes déplacés peulhs malgré que leur présence ait été signifiée auparavant cela est notamment dû à leur mobilité car ils sont à la recherche des zones de pâturages donc se déplacent fréquemment.

    Actuellement, on peut donc estimer à environ 2756 déplacés soit environ 635 ménages dans la commune. Ces chiffres proviennent des listes fournies par les chefs de sites à l’issue des entretiens qu’ils ont accordé aux équipes d’évaluation. Ils pourraient augmenter en cas de recrudescence des combats où être revu à la baisse en cas d’arrêts des combats.

    Si des solutions idoines ne sont pas entreprises en faveur des déplacés et ménages d’accueil, ils vivront une situation dramatique à cause des difficultés liées à l’alimentation et à l’insuffisance d’habitats auxquelles les communautés d’accueil sont déjà confrontées.


    0 0

    Source: ECOWAS
    Country: Benin, Burkina Faso, Cabo Verde, Côte d'Ivoire, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo

    16 and 17 December 2015, Abuja, Federal Republic of Nigeria

    1 Under the chairmanship of H.E. Macky Sall, President of the Republic of Senegal and current Chair of the Authority, the Heads of State and Government of the Economic Community of West African States (ECOWAS) held their Forty-Eighth Ordinary Session on 16 and 17 December 2015 in Abuja, Federal Republic of Nigeria. The Session was followed by a ceremony to commemorate the 40th anniversary of the creation of the organization.

    2 The Session was attended by the under-listed Heads of State and Government or their duly- mandated representatives:

    • H.E. Thomas Boni YAYI, President of the Republic of Benin;

    • H.E. Michel KAFANDO, President of the Transition of Burkina Faso;

    • H.E. Alassane OUATTARA, President of the Republic of Côte d’Ivoire;

    • H.E. Sheikh Prof. Alhaji Dr Yahya A.J.J. JAMMEH, President of the Republic of The Gambia;

    • H.E. John Dramani MAHAMA, President of the Republic of Ghana;

    • H.E. Alpha CONDE, President of the Republic of Guinea;

    • H.E. José Mario VAZ, President of the Republic of Guinea Bissau;

    • H. E. Joseph N. BOAKAI, Vice President of the Republic of Liberia;

    • H.E. Ibrahim Boubacar KEITA, President of the Republic of Mali;

    • H. E. Brigi RAFINI, Prime Minister of the Republic of Niger;

    • H.E. Muhammadu BUHARI, President of the Federal Republic of Nigeria;

    • H.E. Macky SALL, President of the Republic of Senegal;

    • H.E. Faure Essozimna GNASSINGBE, President of the Togolese Republic

    • H.E. Jorge TOLENTINO, Minister of Foreign Affairs of the Republic of Cabo Verde

    • H.E. Dr Ebun STRASSER-KING, Deputy Minister for Foreign Affairs and International Cooperation of the Republic of Sierra Leone

    3 The session was also attended by Mrs. Nkosazana Dlamini Zuma, Chairperson of the African Union Commission and Dr Mohamed Ibn Chambas, the UN Secretary General’s Special Representative for West Africa as observers.

    4 Furthermore, H.E. Yakubu Gowon, former President of the Federal Republic of Nigeria, former Executive Secretaries and Presidents of the ECOWAS Commission, as well as eminent personalities and representatives of various international organizations, socioprofessional organisations and Civil Society Organisations, including religious and traditional leaders, attended the celebrations of the 40th anniversary subsequent to the Summit deliberations.

    5 During their session, the Heads of State and Government took note of the 2015 Annual Report of the President of the Commission and the Reports of the 75th Ordinary Session of the Council of Ministers, the 35th Meeting of the ECOWAS Mediation and Security Council, as well as the 14th Extraordinary Session of the Council of Ministers on institutional reforms, and the end of tenure of statutory appointees. The Heads of State and Government also exchanged views on peace and security matters, particularly the new cross-border threats in the ECOWAS region.

    (excerpt)


    0 0

    Source: ECOWAS
    Country: Benin, Burkina Faso, Cabo Verde, Côte d'Ivoire, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo

    16 et 17 Décembre 2015, Abuja, République Fédérale du Nigeria

    COMMUNIQUE FINAL

    1 Sous la Présidence de S.E.M Macky Sall, Président de la République du Sénégal,
    Président en Exercice de la Conférence, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont tenu leur quarantehuitième Session Ordinaire à Abuja, République Fédérale du Nigeria les 16 et 17 décembre 2015. Cette Session Ordinaire a été suivie de la cérémonie commémorative du quarantième anniversaire de la création de l’Organisation.

    2 Etaient présents à cette Session, les Chefs d’Etat et de Gouvernement suivants ou leurs représentants dûment mandatés:

    • S.E.M Thomas Boni YAYI, Président de la République du Benin
    • S. E. M. Michel KAFANDO, Président de la Transition du Burkina Faso
    • S. E. M. Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire
    • S. E. M. Sheikh Prof. Alhaji Dr Yahya A.J.J. JAMMEH, Président de la République de Gambie
    • S.E.M. John Dramani MAHAMA, Président de la République du Ghana
    • S.E.M. Alpha CONDE, Président de la République de Guinée
    • S.E.M. José Mario VAZ, Président de la République de Guinée Bissau
    • S. E.M. Joseph N. BOAKAI, Vice-Président de la République du Liberia
    • S.E.M. Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République du Mali
    • S. E. M. Brigi RAFINI, Premier Ministre de la République du Niger
    • S. E. M. Muhammadu BUHARI, Président de la République Fédérale du Nigeria
    • S. E. M. Macky SALL, Président de la République du Sénégal
    • S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise
    • S.E.M. Jorge TOLENTINO, Ministre des Affaires Etrangères de la République du Cabo Verde
    • S. E. M. Dr Ebun STRASSER-KING, Ministre Délégué aux Affaires Etrangères et à la Coopération Internationale de la République de Sierra Leone

    3 Ont également pris part à ce Sommet en qualité d’observateurs, Mme Nkosazana Dlamini Zuma, Présidente de la Commission de l’Union Africaine et Dr Mohamed Ibn Chambas, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest.

    4 Par ailleurs, S.E.M. Yakubu Gowon, Ancien Président de la République Fédérale du Nigeria, d’anciens Secrétaires Exécutifs et Présidents de la Commission ainsi que d’éminentes personnalités et des représentants de différentes organisations internationales, organisations socio-professionnelles et organisations de la société civile, de même que des Autorités religieuses et coutumières ont participé à la Célébration du 40e anniversaire qui a suivi les travaux du Sommet.

    5 Au cours de leur Session, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont pris acte du Rapport annuel 2015 du Président de la Commission ainsi que des Rapports de la 75ème Session Ordinaire du Conseil des Ministres, de la 35e Réunion du Conseil de Médiation et de Sécurité de la CEDEAO et de la 14e Session Extraordinaire du Conseil des Ministres sur les réformes institutionnelles et l’expiration des mandats des fonctionnaires statutaires. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont également procédé à un échange de vue sur le thème paix et sécurité : les nouvelles menaces transfrontalières dans l’espace CEDEAO.

    (extrait)


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    REGIONAL OVERVIEW

    Violence in northern Nigeria and across the Lake Chad Basin has intensified in 2015. Many people fleeing widespread attacks on civilians are seeking safety in neighbouring countries, but the spillover of terror and economic instability is compounding the refugee crisis, and the humanitarian situations in Cameroon, Chad and Niger continue to deteriorate. In 2015, the terrorist group Boko Haram expanded its attacks across the region and has continued to commit indiscriminate attacks against civilians, including numerous suicide bombings, looting and abductions, which have fuelled fear, mistrust and suspicion among the affected populations and led to the harassment and stigmatization of certain groups. They have further led to the scaling-up of military operations in all affected countries and continued tightening of security measures resulting in further forced displacement and a considerable number of Nigerian nationals who were returned to their home country. UNHCR and other humanitarian actors have repeatedly emphasized with Governments that such return operations may even constitute an act of refoulement.

    The Lake Chad Region is characterized by a harsh living environment, extreme poverty, weak public services and food insecurity. Intensified insecurity and displacements across the region have disrupted trade, fishing and farming, laying the ground for an economic crisis, and further exacerbating the humanitarian situation The Nigeria 2016 RRRP aims to provide protection and humanitarian assistance to 230,000 Nigerian refugees in Cameroon, Chad and Niger, including Niger nationals who returned to Niger, as well as to more than 284,000 IDPs and members of impacted host communities in these countries. It promotes the transition from emergency assistance to more durable solutions by supporting respective national development plans.

    The RRRP is a coordinated effort by 24 organizations - UN agencies and nongovernmental organizations (NGOs) - and also serves as a joint platform for advocacy and fundraising for all actors involved.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Niger

    Niamey, Niger | AFP | Thursday 12/17/2015 - 21:13 GMT

    Niger's government has "foiled" a coup plot, resulting in a number of arrests, President Mahamadou Issoufou said in an address broadcast on national radio and television Thursday, adding that the situation was "under control".

    "The aim of these individuals, driven by an unknown motivation, was to overthrow democratically elected institutions", he said, notably through the use of "aerial firepower".

    bh-pgf/mfp/kjl

    © 1994-2015 Agence France-Presse


older | 1 | .... | 468 | 469 | (Page 470) | 471 | 472 | .... | 728 | newer