Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 456 | 457 | (Page 458) | 459 | 460 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    2074, Chad | AFP | Thursday 11/19/2015 - 11:39 GMT

    Chad's parliament has decided to prolong a state of emergency in the southern Lake Chad region, prey to bomb attacks by the Nigerian Islamists of Boko Haram, a parliamentary source said Thursday.

    The resolution was unanimously passed on Wednesday night by 147 members of parliament and will extend the special powers given to regional authorities until March 22, 2016.

    The Chadian government initially decreed a state of emergency in the region on November 9 after two women suicide bombers killed two local people and injured 14 others at Ngouboua.

    Boko Haram's ruthless insurgency has claimed at least 15,000 lives since it began in neighbouring northeast Nigeria in 2009. Deadly raids have been launched against Chad, Cameroon and Niger as the three countries deployed troops to help Nigerian forces.

    The borders of all four nations converge in the Lake Chad region, which has many inhabitants living on a host of small islands in fishing villages. The area also offers potential refuge to Boko Haram fighters.

    Chad's parliament has empowered the regional governor to ban the movement of people and vehicles in zones of his choice at specified hours. He can also order "house to house searches by day and night under the authority of the Prosecutor of the Republic, and to recover weapons," according to the government.

    Eleven people were wounded when a suspected Boko Haram activist carried out a suicide bomb attack on a Chadian village a few kilometres (miles) from the border with Nigeria on November 1.

    The most deadly attack on the Chadian shore of the lake took place on October 10. Three suicide bombers attacked the town of Baga Sola, a local administrative centre. The blasts killed 41 people and injured 48 others, according to the Chadian government.

    yas-cl/jhd/nb/pvh

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Mixed Migration Hub
    Country: Afghanistan, Algeria, Burkina Faso, Cameroon, Côte d'Ivoire, Egypt, Eritrea, Ethiopia, Gambia, Greece, Iraq, Italy, Libya, Mali, Mauritania, Morocco, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Senegal, South Sudan, Sudan, Syrian Arab Republic, Togo, Tunisia, World, Yemen

    Mixed migration trend report for october 2015 covering mixed migration events in: ALGERIA,EGYPT, ETHIOPIA, LIBYA, MALI, MOROCCO, NIGER, SUDAN, TUNISIA, GREECE AND ITALY.

    MHub works on behalf of the North Africa Mixed Migration Task Force consisting of DRC, IOM, OHCHR, RMMS and UNHCR. It promotes a human rights-based approach to ensuring the protection of people moving in mixed and complex flows to, through and from North Africa.

    MHub produces knowledge on the human rights protection issues faced by people on the move in North Africa for use by policy makers agencies, donors, public and academia, with a view to inform advocacy, policy and program development.

    It fosters collaborative approaches among key stakeholders. Specifically, it holds the secretariat of the North Africa Mixed Migration Task Force.

    Terminology: Throughout this bulletin the terms migrant, refugee and asylum seeker are used together to cover all those comprising the mixed migration flows (included in these complex population movements are refugees, asylum seekers, economic migrants and other migrants such as unaccompanied minors, environmental migrants, smuggled persons, victims of trafficking and stranded migrants, among others). This will be how mixed flows are referenced unless the source specifies the person(s) referenced is/ are of a specific category, in which case the relevant term will be clearly used.

    Sources: Data is sourced from a wide variety of collaborators, partners, international and local organisations, media outlets and individuals in the region. The refugee agency – UNHCR – and migration agency – IOM are frequently the origin of specific refugee or migrant related data. MHub makes its own independent editorial decisions as to what sections and what data is included in this monthly update.


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid Office
    Country: Mali

    When the right information reaches communities, and medical treatment is made available free of charge, people's behaviour towards health care changes, and under-nutrition can be decreased. This is what has happened in Koulikoro region, Mali, where an EU-funded project to prevent and treat under-nutrition is helping better identify undernourished children in the communities, but also prompting families to reach out to health centres spontaneously. Thanks to this, more children are treated and fewer children die.

    Kola community's health centre is a small and modest structure providing basic health care to a group of villages in Dioila district, Koulikoro region, in the South East of Mali. “In 2012, we diagnosed 50 children in Dioila district with under-nutrition. This year, in ten months, until October, we have diagnosed over 3 000,” says Modibo Diallo, the doctor in charge of the centre.

    Has under-nutrition actually increased in the last three years in Kola? According to the medical staff working in Kola and other districts of Koulikoro, the answer to this question is no. The increase in under-nutrition cases has more to do with an increase in fully free access to quality health care for under five-year-old children. In other words, more undernourished children are being identified and then get treatment. This free-of-charge health care is possible thanks to European Commission’s humanitarian aid funding.

    “Before 2013, the treatment of under-nutrition was not free of charge, and we did not have sufficient staff nor resources to do it. The majority of mothers who had their children admitted for under-nutrition abandoned the treatment programme before the patients were cured,” explains Diallo.

    The alarming under-nutrition rates registered in 2012 in two districts of Koulikoro led one of the European Commission’s humanitarian partners, ALIMA (the Alliance for International Medical Action), to open up a project in 2013 targeting six districts of this region. Diagnosis has been improving ever since, and a higher number of children are being treated. 2015, for instance, saw a 19% increase in the number of undernourished children admitted for treatment, compared to the previous year.

    “With the support we have received from ALIMA and the European Commission, we are now at a 0.8% rate of patients leaving treatment. All consultations are free and so is the therapeutic feeding and medical treatment which any child under five receives. We have staff and are being able to follow up cases. The difference is remarkable,” Diallo proudly admits.

    Community agents regularly visit the villages to identify cases of under-nutrition, and spread valuable information about this disease, which also makes parents come spontaneously to the health centres when they see signs that their baby may be suffering from it. Information includes the importance of exclusive breastfeeding until six months of age, the diversification of the diet and extreme attention to safe water and hygiene to avoid diseases that take nutrients away.

    “We’ve seen that under-nutrition is beginning to be accepted as a disease. Before, when a child was losing weight it was attributed to something else,” explains Keita Sory, who coordinates the programme implemented by ALIMA and the Alliance Médicale Contre le Paludisme (AMCP).

    In two districts, the management of under-nutrition is combined with ‘seasonal malaria chemoprevention’. This means giving antimalarial medicine to children during the malaria season in areas of highly seasonal transmission. The objective is to prevent the disease by maintaining antimalarial drug concentrations in the blood throughout the period of greatest risk. “Compared to 2013 figures, we are seeing a reduction in mortality rates due to malaria between 60 and 65%,” says Sory. This is also crucial to fight under-nutrition, as malaria can be its cause as well as an aggravating factor.

    As much as these results are encouraging, there are still many districts of Mali where the local health services have no external support to manage and treat under-nutrition fully free of charge. According to the national protocol, the first consultation is paid, which represents an obstacle for the poorest families.

    The extremely complex humanitarian emergency Mali faces only makes things more difficult. A succession of food crises in the last decade had already significantly weakened the livelihoods of the poorest families. This was further aggravated by the conflict that began in 2012. The last nation-wide nutritional survey shows that the situation in most of the regions remains serious, with an average prevalence of ‘global acute malnutrition’ ranging from 10% to 14% – whereas 15% is the threshold requiring immediate intervention according to the World Health Organization (WHO). The prevalence of ‘severe acute malnutrition’ is at 2.8% (the emergency threshold is 2%). The situation is particularly critical in Timbuktu where the two rates are way beyond the emergency thresholds.

    The EU-funded project is not only addressing the emergency situation but also contributing to increasing the resilience of the poorest and most vulnerable populations. Access to basic social services such as health, water, sanitation and hygiene are key to increasing resilience and reducing the impact of under-nutrition in Mali, and in the whole Sahel region.


    0 0

    Source: US Agency for International Development
    Country: Mali

    In Yarou Plateau, a village in Mali, people used to use any open space for bathroom needs. You can imagine the consequences.

    Flies could easily find fecal matter lying around, and from there land on food, spreading diseases like diarrhea and intestinal worms. Fecal matter in open areas also contaminated the groundwater, which villagers use for drinking and preparing food. In Yarou Plateau, frequent diarrhea was much too common among mothers and children.

    This created a vicious cycle. Diarrhea can worsen malnutrition, and the undernourished already have weakened immune systems — making them more susceptible to intestinal infections and more severe episodes of diarrhea.

    The situation in Yarou Plateau changed two years ago when the village’s chief, Hamidou Samakan, visited the neighboring village of Gouna. Gouna had transformed since Hamidou had last visited; it looked clean, with no noticeable feces and fewer flies. But it wasn’t just the pristine environment that impressed him. Hamidou noticed the villagers there appeared much healthier.

    How did this happen? The people of Gouna had started sweeping their public spaces and building affordable latrines, and as a result fewer villagers were getting diarrhea and fewer children were malnourished. It was then that Hamidou decided to bring better sanitation to Yarou Plateau, too.

    Holding up the village of Gouna as an example, Hamidou motivated the people of Yarou Plateau to improve the sanitation in their village. Now, after almost a year, the village has built over 60 latrines, and rehabilitated ones that had never been used.

    Yarou Plateau is one of 180 villages supported by USAID’s WASHplus project in Mali, and more than 70 percent of them have been certified as free of open defecation. With access to a covered latrine and soap and water for handwashing in every household, villagers are noticing a drop in cases of diarrhea and fewer malnourished children.

    To achieve this, WASHplus took a multi-sectoral approach. The project set out to work with communities in Mali not only to improve water, sanitation and hygiene (WASH) but also to reduce diarrheal diseases and malnutrition. Beyond building latrines, WASHplus works to change behaviors. In villages like Yarou Plateau, people are now using latrines, washing their hands, treating their drinking water, and preparing and storing food safely.

    What is WASH? WASH is everything from handwashing with soap, to safely disposing of adult and child feces, to preparing and storing food safely.

    Today, on World Toilet Day, WHO, UNICEF and USAID are releasing a jointly-produced document with guidelines on integrating WASH into nutrition programs in order to achieve positive gains in the fight against undernutrition.

    The document, called Improving Nutrition Outcomes With Better Water, Sanitation and Hygiene: Practical Solutions for Policies and Programmes, details WASH practices that help improve nutrition and how they can be incorporated into programs focused solely on nutrition. This will springboard global efforts to integrate WASH intro nutrition programming, helping implementing partners and USAID achieve greater results.

    By using WASH in programs that work across sectors to address malnutrition in all its forms, we can help reach the 2025 Global Nutrition Targets and the Sustainable Development Goals and work to end preventable child and maternal deaths.

    Undernutrition is an underlying factor in almost half of all child deaths. Malnourishment significantly increases the risk of a child dying from diseases like pneumonia and diarrhea. When an unhealthy and unsanitary environment leads to frequent diarrhea or other diseases associated with unclean water, this can lead to loss of appetite, nutrients not being absorbed properly, and anemia.

    Villagers like those in Yarou Plateau know first-hand how poor WASH practices can lead to undernutrition. USAID will continue to scale up nutrition and WASH programs to reduce maternal and child deaths in places like Mali and around the world. This document shares best practices to integrate water, sanitation and hygiene practices into nutrition programs to ultimately create a healthier future and bring a higher quality of life to the developing world.

    ABOUT THE AUTHOR

    Merri Weinger is the Environmental Health Team Leader in USAID’s Bureau for Global Health.


    0 0

    Source: Peace Direct
    Country: Nigeria

    Fr. Justine Dyikuk tells the story of how the simple gesture of helping a neighbour in need has led to friendship between a local Muslim farmer and two missionary priests in the town of Miya, setting an example for inter-religious peacebuilding in Nigeria.

    North-Eastern Nigeria has long been a flashpoint of political upheavals and ethno-religious tensions, often leading to conflicts between Christian and Muslim. But stories of leaders of different religions working together in Nigeria show the power of simple gestures for inter-religious peacebuilding. A simple story of inter-religious peacebuilding

    One such story comes from two St Patrick’s Missionary Society (SPS) Priests working in the parish of St Luke’s Miya in Bauchi State, and Baba Usman Mohammed, a local farmer in Miya. The two priests – Fathers Emmanuel Edet (a Nigerian from Cross River State) and Patrick Esekon (a Kenyan national) shared the story of their life-changing encounter with Mohammed.

    The missionaries felt a duty to respond to the needs of their Muslim neighbourIn February of this year, Baba Usman Mohammed – a Muslim neighbour of the priests, was knocked down by a horse whilst riding his motorbike. He sustained multiple fractures on both legs, which was a huge setback for his wife and 5 children who depended on him to put food on the table. Thinking of the question ‘Who is my neighbour?’, the two missionaries felt a duty to respond to the need of their Muslim neighbour. They knew that he could not possibly provide food for his family in the state he was in, and so appealed to members of the church to bring food to give to Mohammed’s family. One Sunday morning after mass, the food items were gathered by the church council and brought to Mohammed. He was most delighted and grateful at the gesture from his Christian neighbours. The priests also learnt that Mohammed could not pay for medical treatment, and so they decided to bring him to Albishir Hospital for proper medical attention. Since July, the priests have been paying for Mohammed’s hospital bill, which includes physiotherapy three times a week. Mohammed is now able to walk with crutches.

    Looking to the future: keeping the doors of friendship open

    The priests are optimistic that the bridge they have built with Mohammed could be used by others for social and inter-religious exchanges. Fr. Edet explains, “‘In my experience in Miya, there abound many opportunities for us as Christians to foster our friendship with our Muslim brothers and sisters. I believe the ideas of Nostra Aetate, of Muslims and Christians working together to promote peace, liberty and social justice could be achieved by each one of us here in the North of Nigeria by finding answer for oneself to this simple question – ‘Who is my neighbour?’/”

    Nostra Aestate is the Vatican Declaration on the relation of the Church to non-Christians, through which the Church has asked Muslims and Christians to forget the tensions of the past and urged that a sincere effort be made to achieve mutual understanding. For Fr. Edet, “when mutual understanding between Christians and Muslims is realized, then together we can preserve and promote peace, liberty, social justice and moral values…”

    Gestures like those made between the priests and Mohammad opens up the doors of friendship between Muslims and Christians. In Miya, the Christians have continued to work towards peace through these simple gestures, opening up their football pitch so that Muslim youths can also play football every evening. The Muslim youths wear football jerseys donated by Fr. Leo Traynor of SPS in Ireland, showing Muslims and Christians embracing each other from far apart. The doors of friendship continue to stay open in Miya, with Muslims and Christians working together to erect a school fence, a dormitory, a toilet and a church in St Luke’s Pastoral Area. They tell how “together we are working to build up the reign of God here in Miya.”

    They work by seeking ways to respond to the needs of a Muslim neighbourTheir work is simple: “We are engaged in dialogue every day with our Muslim brothers and Sisters in Miya only that we do so not with the sophisticated language of ‘inter-religious dialogue, but by seeking ways to respond to the needs of a Muslim neighbour.” Such work reinforces the indispensable role of religious leaders in local peacebuilding.

    All leaders have something to learn from this. A simple evening walk, or the act of sharing a football pitch between Christians and Muslims can open up new avenues to peace. No doubt, the encounter between the two missionaries and Mohammed will remain a mountain from which peace can be proclaimed in North-Eastern Nigeria and beyond.


    0 0

    Source: World Health Organization
    Country: Mali

    Il y a deux ans, Hamidou Samakan, chef du village Plateau Yarou, situé au Sud du Mali, a remarqué d’importants changements dans le village voisin de Gouna. Le village était propre, pas d’excréments visibles dans ses rues...

    Les habitants y construisaient des latrines à un prix abordable, balayaient les espaces collectifs, et traitaient l’eau avec du chlore. Dans le village de Hamidou, les gens déféquaient encore en plein air. Peu de ménages disposaient de latrines, et la diarrhée et la malnutrition étaient monnaie courante.

    Le village de Gouna avait entrepris de mettre fin à la défécation en plein air dans le cadre d’une action conduite par la communauté locale et visant tous les aspects de l’assainissement.

    Le projet WASHplus, financé par l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et dirigé par l'ONG FHI 360 en partenariat avec CARE et Winrock International, travaille avec les communautés du Mali pour améliorer l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH) et réduire les maladies diarrhéiques et la malnutrition.

    Cette approche qui s’appuie des sentiments de honte et de dégoût, a remporté du succès bien au-delà du village de Gouna.

    «Après avoir vu ce qui se passait dans la communauté de notre voisin, nous avons décidé d'améliorer l'état de l'assainissement dans notre village», explique Hamidou.

    En à peine un an, les habitants du Plateau Yarou ont construit plus de 60 latrines et réhabilitées celles qui n’avaient jamais été utilisées.

    Le rôle de l’assainissement en matière de nutrition

    Malgré les progrès réalisés ces dernières années, la défécation en plein air est toujours une pratique courante au Mali. Plus de 1,5 millions de Maliens – soit près de 10% de la population - défèquent en plein air, ce qui contribue à propager les maladies comme la diarrhée et les vers intestinaux

    «Quand les gens défèquaient en plein air dans beaucoup de ces villages, les mouches transportaient les maladies des matières fécales sur les aliments qu'ils mangaient,» explique Sahada Traoré, responsable du projet WASHplus de CARE International au Mali.

    Bien qu’un apport alimentaire inadéquat et la maladie, y compris la diarrhée, sont les principales causes de la malnutrition, le manque d'accès à l'eau potable et à l'assainissement, ainsi que l'absence de bonnes pratiques d'hygiène, sont parmi les causes sous-jacentes de la malnutrition à l'échelle mondiale et en particulier au Mali.

    Lorsque les enfants ont la diarrhée, ils mangent moins et n’absorbent pas correctement les nutriments de leur nourriture. À son tour, la malnutrition les rend plus vulnérables à la diarrhée et ainsi, le cycle se répète.

    Améliorer les résultats en matière de nutrition

    Pour aider à lutter contre ce problème, l'OMS, en collaboration avec l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et l'UNICEF, appelle les programmes de nutrition et d’assainissement à travailler ensemble pour développer et consolider les avancées en matière de nutrition et atteindre les objectifs mondiaux importants.

    Un nouveau rapport intitulé Improving nutrition outcomes with better water, sanitation and hygiene: practical solutions for policies and programmes recommande d’intégrer des interventions en matière d’assainissement, d’eau potable et d’hygiène à fort impact, comme l'amélioration de l'accès à des latrines, aux programmes de nutrition.

    «L’assainissement, l’eau, l’hygiène et la nutrition sont à la base de la prévention primaire. Nous avons maintenant la preuve et des exemples concrets qui montrent que les approches intégrées améliorent la santé des gens», déclare le Dr Maria Neira, Directeur du Département Santé publique, de l'environnement et déterminants sociaux de la santé de l’OMS.

    Il est recommandé notamment d’augmenter l’approvisionnement en eau, de laver les mains avec du savon, de garantir une gestion sûre de l'eau des ménages par le traitement et le stockage, de dépister la dénutrition chez les enfants, de pratiquer l'allaitement maternel exclusif et de diversifier l'alimentation des enfants avec des produits locaux.

    Un village à la fois

    Au Mali, les communautés de 180 villages, soutenus par WASHplus de l'USAID, ont construit leurs propres latrines - plus de 9000 en deux ans. Chaque village a identifié la meilleure façon de réduire la défécation en plein air et a été conseillé pour construire des latrines adaptées à son environnement.

    À ce jour, 128 de ces villages ont été certifiées exempts de défécation en plein air, ce qui signifie que tous les ménages du village disposent d'un accès à une latrine couverte pour réduire les mouches, et de l'eau et du savon pour le lavage des mains.

    «Il n'y a plus de défécation à ciel ouvert dans ces villages, et nous enregistrons une diminution des maladies diarrhéiques ainsi que du nombre des enfants dénutris,» déclare Sahada Traoré.

    Au-delà de la construction de latrines, les comportements ont également changé. Les gens utilisent maintenant les latrines, se lavent les mains, traient et stockent en toute sécurité leur eau potable.

    Une indispensable coopération

    Avant la mise en œuvre de ce projet WASHplus, chaque programme travaillait séparément. Les programmes construisant des points d'eau, le faisaient souvent à côté de champs où les gens déféquaient, et les programmes de nutrition enseignaient essentiellement l'allaitement maternel et la préparation d’aliments riches en nutriments.

    «Personne ne prenait en compte le problème de la défécation à ciel ouvert" explique Sahada Traore. «Les gens de l'approvisionnement en eau ne parlaient pas à ceux des programmes de nutrition quand ils concevaient leurs programmes et les mettaient en œuvre. Nous, on ne voyait aucune diminution des maladies diarrhéiques ou de la malnutrition.»

    «Cela, c’est du passé maintenant», reconnait-il. «Nous travaillons davantage ensemble et nous voyons moins de malnutrition parce que les gens reçoivent les interventions nutritionnelles clés, mais il boivent aussi de l'eau potable, utilisent des latrines et se lavent les mains.»


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger, Nigeria

    L’instabilité au nord-est du Nigéria a (entrainé le déplacement de plus de 212 000 personnes du Nigéria vers la région de Diffa au Niger et à l’intérieur de la dite région. La majorité des personnes déplacées DÉPLACÉS INTERNES (PDI) ont quitté leurs localités d’origine en abandonnant leurs moyens de subsistance et se retrouvent dans une situation de vulnérabilité. La présence des personnes déplacées accentuent la vulnérabilité des communautés hôtes, elles-mêmes confrontées à des défis tels que l’insécurité alimentaire, la malnutrition et l’accès limité aux services sociaux de base.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Algeria, Libya, Mali, Niger, Nigeria


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal


    0 0

    Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies
    Country: Nigeria

    A. Situation analysis

    Description of the disaster

    In Nigeria, the elections were held successfully despite the postponement of six weeks from 14 February - 28 March 2015 for Presidential; and 11 April 2015 for the Governorship Elections by the Independent National Electoral Commission (INEC). The elections were the most contentious in the history of the country. Many international organizations including the United Nations (UN) had predicted violence, unexpectedly too all of these actors, the level of violence was not as envisaged. Generally, the elections were conducted in a peaceful manner as confirmed by international bodies that monitored the elections. According to the human rights commission reports, a number of people were reported killed and many others affected by alleged election related violence however it was difficult to clearly link the incidents to specific activities of the elections since Nigeria was still undergoing conflict in many parts of the country. The new government was inaugurated on 29 May 2015.

    On 24 December 2014, the International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC) released CHF 239,946 from the Disaster Relief Emergency Fund (DREF) to ensure that the Nigerian Red Cross Society (NRCS) was prepared to meet the immediate needs of populations, which were predicted to be affected by election related violence, with activities planned for a period of three months. On 10 March 2015, an Operations Update was issued to extend the timeframe by two months (New end date: 23 May 2015), following the decision of the INEC to postpone the elections until 28 March 2015; and an additional allocation of CHF 55,211 (Total allocation: CHF 295,157) was also made available to extend the activities planned to five states (Benue, Gombe, Ebonyi, Ekiti and Niger).

    The major donors and partners of the DREF include the Red Cross Societies and governments of Australia, Austria, Belgium, Canada, Denmark, Ireland, Italy, Japan, Luxembourg, Monaco, the Netherlands, Norway, Spain, Sweden and the USA, as well as DG ECHO, the UK Department for International Development (DFID) the Medtronic, Zurich Foundations and other corporate and private donors. The IFRC, on behalf of the Nigerian Red Cross Society would like to extend many thanks to all partners for their generous contributions.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    Highlights

    • As the tensions in northern Nigeria continue, the displacement of populations remains ongoing, greatly impacting the ability of border countries to cope with the crisis.

    • In the areas worst affected by the crisis, rates of malnutrition among children under five surpass the World Health Organization’s emergency threshold.

    • In September, WFP reached over 340,000 food insecure people in the Lake Chad Basin, however continued insecurity is making it difficult and costly for WFP to provide lifesaving assistance to the people who need it most. Without additional funds WFP will be unable to scale-up its assistance to meet increasing needs.

    Situation Update

    • Food plays a critical role in mitigating tensions in this type of volatile context, wherein an already vulnerable host population is facing the burden of a population influx combined with a reduction of their own services and livelihoods.

    • Intense military activity across the region has disrupted trade and other income generating activities, laying the ground for an economic crisis which will further compound the humanitarian situation.

    • The crisis has exacerbated the food insecurity of internally displaced persons (IPDs), refugees, returnees, and has greatly impacted the coping strategies of local populations.

    • In September, WFP provided life-saving food rations to over 340,000 people in the worstaffected areas of Cameroon, Chad, and Niger; achieving 68 percent of the month’s target as insecurity continues to hinder access to many beneficiaries.

    • WFP is also providing specialized nutrition products in an effort to stabilise the worsening nutrition situation of the most vulnerable groups. To date, more than 42,000 malnourished children and mothers have been assisted.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    20 novembre 2015 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné vendredi une attaque terroriste contre l'hôtel Radisson de Bamako dans laquelle un nombre indéterminé de civils ont été tués ou blessés.

    M. Ban a dénoncé cette attaque « odieuse », a dit son porte-parole dans un communiqué de presse. Le chef de l'ONU a exprimé ses plus sincères condoléances au gouvernement du Mali ainsi qu'aux familles des victimes et a souhaité un prompt rétablissement aux personnes blessées au cours de l'attaque.

    « La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a soutenu les autorités maliennes dans la gestion de cette crise », a souligné le porte-parole.

    « Le Secrétaire général est préoccupé par le fait que ces attaques se tiennent à un moment où des progrès important sont constatés dans le processus de paix et où les parties signataires de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, plus particulièrement la Coordination des Mouvements de l'Azawad et la Plateforme, étaient présents à Bamako afin d'assister à la sixième réunion du Comité de suivi de l'Accord (CSA) avec le gouvernement malien et les partenaires internationaux », a-t-il ajouté.

    Le Secrétaire général a déploré toute tentative de porter atteinte à la mise en œuvre de l'Accord. « Il exprime son plein appui aux autorités maliennes dans leur combat contre les groupes terroristes et extrémistes. Il se félicite des déclarations des parties signataires réitérant leur détermination à rester pleinement engagées dans la mise en œuvre de l'Accord et réaffirme l'engagement des Nations Unies, à travers la MINUSMA, à soutenir le gouvernement du Mali et les parties à l'Accord à cette étape cruciale du processus de paix », a dit le porte-parole.

    Plus tôt, le Représentant spécial du Secrétaire général au Mali, Mongi Hamdi, avait déclaré que la MINUSMA avait appuyé les autorités maliennes et apporté un renfort sécuritaire, tout en déployant des moyens médicaux sur le site, lors de l'attaque.

    « Le Représentant spécial du Secrétaire général exprime son soutien aux personnes affectées par cet attentat », a déclaré la MINUSMA dans un communiqué de presse.

    Selon la presse, plusieurs otages ont été tués lors de cette attaque par des hommes armés contre l'hôtel Radisson, connu pour accueillir une clientèle étrangère et situé au centre de Bamako.


    0 0

    Source: Government of the United States of America
    Country: Benin, Burkina Faso, Cabo Verde, Côte d'Ivoire, Gambia, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Togo, United States of America

    Goal:

    Enhance food security, economic growth, resilience, and poverty reduction in West Africa through an integrated common market

    Life of Program:

    5/2015 – 5/2020

    Total USAID Funding:

    $5,600,000

    Geographic Focus:

    Benin, Burkina Faso, Cape Verde, Côte d’Ivoire, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone and Togo.

    The Food Across Borders Program (ProFAB) grew out of the USAID-sponsored Food Across Borders Conference in January 2013. Participants agreed on a region-wide technical agenda, referred to as the Accra Agenda, which identified primary barriers to trade in staple agricultural commodities. Public and private sector representatives highlighted five central barriers: road harassment, export restrictions, rules of origin, clarity of sanitary/phyto-sanitary veterinary regulations, and taxation. Hub Rural and CILSS have played an important role in building the foundation for launching ProFAB as part of the Accra Agenda.

    Program Description

    ProFAB increases food security and economic growth by expanding the volume and value of intra-regional agricultural trade. The program supports a variety of activities contributing to a more integrated common market in West Africa. The Economic Community of West African States (ECOWAS) and the West African Economic and Monetary Union (WAEMU) house the ProFAB observatory and incorporate ProFAB results and outcomes into their regional policy efforts. ECOWAS, WAEMU, and USAID led the ProFAB steering committee. Hub Rural contains a coordination unit among the partners, including civil society, research, private sector and producer organizations.

    Program Objectives

    • Formulate and implement effective regional policies and strategies to address primary barriers to regional agricultural trade
    • Expand access to reliable information on cross-border trade data and regulatory requirements
    • Strengthen results-oriented trade advocacy platforms

    Key African Partners:

    ECOWAS, WAEMU, Permanent Intergovernmental Committee for Drought Control in the Sahel (CILSS)

    Key Implementing Partners:

    CILSS, Lead Implementing Partner, with: Hub Rural, Borderless Alliance, Environmental Development Action in the Third World - African Center for Trade, Integration and Development (ENDA-CACID)


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Burkina Faso

    Dans le cadre de son programme de cantines scolaires au Burkina Faso, le PAM distribue du yaourt produit localement pour enrichir les repas des élèves, fournissant ainsi un marché aux petits producteurs vulnérables, et partant un revenu supplémentaire.

    Les élèves de douze écoles de Dori et des environs bénéficient de cette initiative depuis mai 2015, lorsque le PAM a introduit le yaourt dans les repas scolaires. Durant l'année scolaire 2015-2016, cette phase pilote de distribution de yaourt sera étendue à 20 écoles pour atteindre 2.500 élèves. Cette année scolaire, le programme d’alimentation scolaire couvrira plus de 120.000 élèves dans 955 écoles de la région du Sahel où l'insécurité alimentaire est élevée, et les taux de scolarisation faibles. Non seulement les élèves bénéficient de cette initiative, mais également les producteurs de lait et les femmes qui travaillent dans les petites unités de transformation du lait.

    Les unités de transformation du lait

    Dirigées par des femmes, des unités de transformation du lait ont pris l'initiative de produire le yaourt pour les écoles. A Dori, la capitale de la région du Sahel, le PAM travaille avec Kossam N’aï Bodedji (KNB), un groupement de trente femmes qui achète le lait auprès des petits producteurs et le transforme en yaourt pour les élèves.

    Quand le groupement a commencé ses activités en 2010, il transformait seulement 22 litres de lait par jour. Maintenant, le partenariat avec le PAM lui permet de transformer 200 litres par jour.

    Hadiatou Ba Koïta, (deuxième à gauche sur la photo ci-dessus), 36 ans est une mère de cinq enfants. Elle est la présidente du groupement. Elle dit que le début n'a pas été facile. «Nous avions beaucoup de difficultés. Même nos époux ne croyaient pas en cette aventure. Actuellement, KNB nous permet d’être autonomes, de subvenir à nos besoins et à ceux de nos familles. Je devais chaque jour compter sur mon époux pour mes besoins et ceux de mes enfants. Depuis que notre groupement travaille avec le PAM, je suis plus ou moins autonome financièrement. Mon mari me respecte davantage, me consulte avant de prendre des décisions. Nous avons maintenant plus de valeur aux yeux de nos maris et de la société qui nous respectent davantage».

    Grâce à l'expertise du PAM, dit-elle, la production et la qualité du produit se sont beaucoup améliorées.

    Hadiatou espère que KBN va évoluer davantage afin que dans un an, il puisse avoir son propre troupeau de vaches laitières, et un jour, une usine. Les femmes mettent chaque mois une partie de leurs bénéfices de côté pour de futurs investissements dans ce sens.

    « Avec l’exemple de notre groupement qui est un succès, de plus en plus de femmes de la région viennent nous demander conseil ».

    Les enseignants

    Dans un contexte où les familles ont du mal à fournir deux repas quotidiens à leurs enfants, et où les taux de malnutrition sont parmi les plus élevés du pays, les repas scolaires encouragent les parents à envoyer leurs enfants à l'école.

    Estelle Bambara, enseignante de 27 ans à l’école de Kampiti (photo ci-dessous), dit que les repas scolaires ont contribué à améliorer la fréquentation des élèves.

    Pratiquement, trois semaines après la rentrée scolaire 2015/2016 qui coïncide avec la fin de la campagne agricole, environ un tiers des élèves (17 sur 47) sont encore absents. Mais avec la distribution de yaourt, la fréquentation va augmenter très bientôt. L’absence des 17 autres élèves trois semaines après la rentrée scolaire s’explique par le fait qu’ils sont en train d’aider leurs parents dans les champs pour les récoltes. L’effectif actuel est donc de 18 filles et 12 garçons.

    Estelle dit que les parents d'élèves de la région commencent à comprendre l'importance de la scolarisation aussi bien pour les filles que les garçons. Cette année, l’école a enregistré un plus grand nombre d’inscriptions - une centaine.

    «Sansun tel programme, il serait difficile d'amener les enfants à fréquenter l'école dans la région du Sahel," conclut-elle.

    Élèves

    L'importance d’un programme d’alimentation scolaire dans un pays comme le Burkina Faso n’est plus à démontrer. Dans la région du Sahel, les cantines scolaires soutenues par le PAM encouragent la scolarisation et la fréquentation des enfants, en particulier celle des filles. Certaines écoles enregistrent maintenant plus de filles que de garçons ; preuve que de tels programmes contribuent à réduire progressivement les inégalités de genre dans la scolarisation.

    Une de ces filles est Djénéba Hamadou Diallo, 12 ans (photo ci-dessous). Très intelligente, elle est issue d’une famille de neuf enfants. Elle travaille bien à l'école, et est l'une des cinq meilleurs élèves de sa classe. Ses sujets de prédilection sont les mathématiques et la science.

    Comme toutes les 955 écoles de la région du Sahel, l’école de Djénéba, à savoir celle de Kampiti, bénéficie de l’appui alimentaire du PAM dans les cantines scolaires, permettant aux élèves d’avoir un petit-déjeuner à la récréation et un déjeuner à midi. « J’aime l’école parce qu’on y apprend à lire, à écrire et on mange bien. J’aime le repas de midi mais j’aime surtout le yaourt parce qu’il est sucrée», dit-elle avec un grand sourire.

    À la maison, la famille de Djénéba se nourrit habituellement de tô (pâte de farine de maïs ou de mil qui se mange avec une sauce de légumes), la bouillie de mil, du haricot, et occasionnellement, le riz et le lait. Mais le lait qu'elle boit à la maison n’est pas aussi frais et bon que le yaourt à l'école, dit-elle.

    Djénéba reçoit également des rations sèches de vivres à emporter à la maison pour elle et sa famille. Effectivement, le PAM distribue chaque mois des rations de 10 kg de vivres aux filles ; une autre manière d’encourager les parents à inscrire leurs filles à l'école et à les y maintenir. «Mes parentsapprécient bien les vivres que le PAM me donne à l’école. Ils savent que c’est parce que je travaille bien à l’école que j’en bénéficie". Djénéba veut bien réussir à son examen d’entrée en classe de 6ème pour pouvoir fréquenter le lycée l’année prochaine et devenir un jour une enseignante, plutôt que de se marier jeune, comme beaucoup d'autres filles de sa communauté.

    "Mon rêve est de devenir un jour une enseignante pour apprendre à lire, à écrire et à compter aux enfants de mon village", dit-elle.

    REMARQUE: le programme des cantines scolaires du PAM au Burkina Faso doit son existence à la générosité du Canada, du Luxembourg et de la Fondation Cartier.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon, Nigeria

    Yaoundé, Cameroun | AFP | samedi 21/11/2015 - 06:36 GMT

    par Reinnier KAZE

    "Nous sommes en alerte nuit et jour pour protéger notre ville d'attaques kamikazes de Boko Haram", assure Modo, membre du comité de vigilance de Fotokol. Frontalière du Nigeria, cette ville camerounaise est la cible d'incessantes attaques des islamistes nigérians, du harcèlement armé aux attentats-suicides.

    Ici comme dans d'autres localités de l'Extrême-Nord du Cameroun, des groupes de civils s'organisent depuis plus d'un an pour traquer les combattants islamistes. Outre ses raids meurtriers, Boko Haram a perpétré depuis juillet au moins 16 attentats-suicides dans la région, tuant plus de 100 habitants.

    Mais le bilan serait bien plus élevé si, dans certains cas, des membres de comités de vigilance n'étaient pas intervenus à temps.

    Samedi, un nouvel attentat-suicide ayant 5 morts et 10 blessés près de Fotokol, aurait pu faire davantage de victimes sans le concours des habitants, de l'avis d'une source sécuritaire camerounaise.

    Une première kamikaze s'est fait exploser chez un chef traditionnel, le tuant. Trois autres femmes "progressaient vers l'intérieur de la ville" lorsqu'elles ont été repérées par des membres du comité de vigilance, et elles ont fait exploser leur charge sans faire d'autres victimes qu'elles-mêmes.

    Le gouverneur de l'Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari, a salué samedi "l'appui considérable" fourni par les comités de vigilance en matière de renseignement, précisant que certains d'entre eux ont été équipés de détecteurs de métaux pour prévenir de nouveaux attentats.

    Toujours à Fotokol, c'est un  jeune homme de 20 ans, Danna, qui le 9 novembre a permis d'éviter un carnage. 

    "Danna a repéré deux jeunes filles suspectes. Il a essayé de neutraliser, avec ses bras, l'une d'elles, mais elle a déclenché l'explosif qu'elle portait", tuant Danna ainsi que deux autres civils, raconte Modo, contacté par téléphone depuis Yaoundé. "Grâce à lui, les kamikazes ne sont pas arrivées au marché comme elles l'envisageaient".

    Parties de la ville nigériane de Dikwa, située à 70 km de Fotokol, les deux kamikazes avaient passé la nuit avant l'attentat chez une parente, une réfugiée nigériane installée dans la ville camerounaise.

    Depuis 2012, Boko Haram a constitué au Cameroun un réseau de complices qui lui a facilité la planification, dès 2013, de prises d'otages d'occidentaux, et a assuré un trafic d'armes, de véhicules et de marchandises, selon des sources sécuritaires camerounaises. En août 2014, le Cameroun a engagé une guerre pour fragiliser ce réseau, sans pouvoir le démanteler. 

    Aujourd'hui, la porosité de la frontière, le recrutement de jeunes Camerounais, l'appartenance de combattants à des familles exilées au Cameroun et l'infiltration des milieux sécuritaires camerounais notamment permettent à Boko Haram d'organiser des attentats, explique une source sécuritaire.

    Les kamikazes partent généralement du Nigeria: une fois en territoire camerounais, ils trouvent facilement des familles d'accueil qui les logent. Ils ciblent principalement les lieux de fortes concentrations humaines comme les marchés, les buvettes et les alentours des mosquées. 

    Mais Boko Haram est peut-être "en train de changer de stratégie parce que nous avons pris des mesures drastiques pour sécuriser les lieux de forte affluence", notait le gouverneur Bakari après l'attentat-suicide de ce samedi. 

    'Endoctrinement très poussé'

    Selon un officier du Bataillon d'intervention rapide (BIR), unité d'élite de l'armée en première ligne de la lutte contre Boko Haram, les kamikazes passent par "un processus d'endoctrinement très poussé".

    Certains agissent sous l'effet de la drogue: "leurs chefs leur font prendre du Tramol et du chanvre indien avant de les envoyer en mission commandée", explique la source sécuritaire. 

    Le déploiement des groupes de vigilance s'amplifie. Ces civils opèrent généralement avec des armes blanches (machettes, couteaux et lances), et vont au plus près des islamistes, constituant en sorte un "bouclier" local entre djihadistes et militaires camerounais.

    "Nous sommes devenus comme des soldats. Nous traquons les Boko Haram", raconte sous anonymat l'un d'eux, dans le village d'Amchidé. Plus de 200 hommes de la ville sont engagés au sein du groupe de vigilance, surveillant les principaux points d'accès. 

    Située près de Banki, ville nigériane contrôlée durant plusieurs mois par Boko Haram avant d'être reconquise récemment par l'armée nigériane, Amchidé a été l'un des épicentres du conflit opposant les soldats camerounais aux islamistes nigérians. Policiers et gendarmes ont déserté Amchidé depuis plusieurs mois. Depuis, le comité de vigilance occupe commissariat et gendarmerie. 

    Il a arrêté 50 islamistes présumés depuis décembre 2014, après avoir élaboré une liste de plus de 200 membres potentiels de Boko Haram, dont des jeunes de la ville, selon le membre du groupe. Des indices comme "l'accoutrement ou les tatouages" de suspects aident aussi les "vigilants", qui informent et guident les militaires du BIR.

    Mais en retour les comités de vigilance sont devenus une cible privilégiée pour Boko Haram. Quatre "vigilants"ont ainsi été abattus le 13 novembre par des islamistes lors d'une incursion dans la ville d'Assighassia. 

    rek-jpc/cl/de

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative
    Country: Niger


    0 0

    Source: Afrique Verte
    Country: Burkina Faso, Mali, Niger

    Début novembre, la tendance générale de l’évolution des prix des céréales est à la baisse dans les 3 pays, notamment pour les céréales sèches.

    Syntèse par pays

    Niger : la tendance générale des prix est à la baisse pour les céréales sèches locales (mil et sorgho) et à la stabilité pour le riz. L’analyse spatiale des prix classe le marché d’Agadez au premier rang des marchés les plus chers, suivi de Tillabéry, Niamey, Dosso, Zinder et Maradi. L’analyse de l’évolution des prix en fonction des produits indique : i) pour le riz, une stabilité générale, ii) pour le mil, une baisse sur tous les marchés. Comparés à début novembre 2014, les prix sont globalement en baisse ou stables pour toutes les céréales.

    Mali : La tendance générale des prix des céréales est à la stabilité, voire à la baisse sur plusieurs marchés. Seuls 2 cas de hausse ont été enregistrés : i) pour le maïs à Mopti (+6%) et ii) pour le riz local à Tombouctou (+3%). Ailleurs, les prix des produits sont en baisse ou stables. L’analyse spatiale par produit et par marché indique que les marchés les plus chers sont : Kayes pour le riz local, Gao pour le riz importé, Tombouctou pour le mil, le sorgho et le maïs. Comparés à début novembre 2014, les prix sont globalement en hausse.

    Burkina : la tendance générale des prix est à la baisse pour les céréales sèches et à la stabilité pour le riz. Une seule hausse a été enregistrée pour le mil à Bobo (+8%). L’analyse spatiale par marché fait ressortir que le marché de Dori reste le plus cher pour l’ensemble des céréales. Comparés à début novembre 2014, les prix sont globalement stables pour le riz, en baisse pour le mil et en hausse pour le sorgho et le maïs.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon

    Yaoundé, Cameroon | AFP | Saturday 11/21/2015 - 15:21 GMT

    Four female suicide bombers blew themselves up in a flashpoint area of northern Cameroon on Saturday, killing five civilians including a traditional chief, the regional governor said.

    One of the women attackers set off her explosives outside the house of the local chief in a village near Fotokol, a town often targeted by Boko Haram Islamists.

    He and four members of his family were killed, governor Midjiyawa Bakari told AFP.

    The other women blew themselves up but did not kill anyone else.

    rek-cl/txw/kjm

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon

    Yaoundé, Cameroun | AFP | samedi 21/11/2015 - 15:29 GMT

    Quatre femmes kamikazes se sont fait exploser samedi dans les environs de Fotokol, dans l'Extrême-Nord du Cameroun, en proie aux exactions des islamistes nigérians de Boko Haram, tuant cinq civils, dont un chef traditionnel, a-t-on appris de source officielle. 

    Une première femme kamikaze a actionné sa charge explosive dans la maison du chef traditionnel de Leymarie, petit village camerounais situé en périphérie de Fotokol, tout près de la frontière avec le Nigeria, tuant sur le coup avec quatre membres de sa famille, a annoncé à l'AFP le gouverneur de la région de l'Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari.

    Dans les minutes qui ont suivi, trois autres femmes kamikazes ont déclenché leurs explosifs à proximité, sans toutefois faire de victimes, a-t-il ajouté.

    D'après une source sécuritaire camerounaise jointe à Fotokol, les quatre kamikazes étaient "des jeunes filles âgées d'une quinzaine d'années".

    "La première kamikaze s'est fait exploser chez le chef. Les trois autres progressaient vers l'intérieur de la ville de Fotokol lorsqu'elles ont été repérées par des membres du comité de vigilance", groupe d'autodéfense composé d'habitants de la ville, a expliqué cette source.

    Les trois jeunes femmes se sont alors "fait exploser à leur tour, mais aucun civil n'a été tué", a confirmé cette source, qui fait état de 10 blessés lors de la première explosion.

    Le gouverneur assure de son côté que "l'armée s'est déployée très vite dans la zone". "Dès la première explosion, nos militaires (stationnés à Fotokol) ont tiré en l'air. Cela a dû décourager les trois autres kamikazes", estime-t-il.

    D'après M. Bakari, "c'est la première fois qu'une kamikaze se fait exploser dans une chefferie. Nous pensons qu'ils (Boko Haram) sont en train de changer de stratégie parce que nous avons pris des mesures drastiques pour sécuriser les lieux de forte affluence qui étaient ciblés par les kamikazes (écoles, marchés, mosquées et buvettes)". 

    "Nous allons devoir changer de stratégie face à cette nouvelle méthode" qui cible des lieux privés, a-t-il affirmé, précisant que certains comités de vigilance venaient d'être équipés de détecteurs de métaux et fournissaient un "appui considérable" notamment en matière de renseignement.

    Fotokol est régulièrement la cible d'attaques transfrontalières de Boko Haram. Ainsi, le 9 novembre, trois civils avaient été tués au cours de l'attentat-suicide mené par deux femmes kamikazes près d'une mosquée à Fotokol.

    Au total, plus de 100 personnes ont péri dans une vingtaine d'attentats attribués aux islamistes nigérians depuis le mois de juillet.

    L'attaque de samedi n'a pas été revendiquée dans l'immédiat, mais les soupçons se tournent vers le groupe islamiste Boko Haram, qui a régulièrement recours à des jeunes filles pour mener ses attentats-suicides.

    De même au Nigeria, quinze personnes ont encore été tuées et plus de 50 blessées mercredi dans un double attentat à la bombe sur un marché de Kano, la métropole du nord, perpétré par deux jeunes filles kamikazes, dont l'une serait âgée d'une dizaine d'années, selon la police.

    Si elle a contenu l'expansion territoriale de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, la coalition régionale militaire regroupant les pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger) ainsi que le Bénin n'arrive pas à réduire significativement les activités des islamistes nigérians. Ceux-ci poursuivent régulièrement leurs attaques, notamment les attentats-suicides dont sont essentiellement victimes les civils, musulmans comme chrétiens.

    L'insurrection de Boko Haram et sa répression ont fait au moins 17.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009 au  Nigeria.

    rek-cl/dom

    © 1994-2015 Agence France-Presse


older | 1 | .... | 456 | 457 | (Page 458) | 459 | 460 | .... | 728 | newer