Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 450 | 451 | (Page 452) | 453 | 454 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Mali, Niger

    History

    In May 2012, Tabareybarey camp received refugees who were relocated from Mbeidoum and Gaoudel spontaneous refugee sites situated at the border. The camp has a capacity to host 10,000 people. In April 2013, UNHCR and the Government launched the "Safety Net" programme in the camp with a view to offer a durable solution for Nigeriens who fled the violence in Mali and live alongside Malian refugees in the camp.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger, Nigeria

    Faits saillants

    • Les attaques du groupe Boko Haram auraient occasionné une perte de plus de 19 milliards de Francs CFA (soit environ 32 millions de dollars américains) dans la région de Diffa, selon les autorités régionales.

    • La récente attaque du village de Alla, à 30 km de Diffa, dans la nuit du 26 au 27 octobre a fait 13 morts et de nombreux dégâts matériels.

    • L’attaque du village de Ngourtoua perpétrée dans la nuit du 24 au 25 septembre aurait occasionné le déplacement interne de plus de 12 000 personnes.

    • La scolarisation des enfants en âge d’aller à l’école ou déjà scolarisés vivant sur les sites des déplacés reste une priorité.

    En dépit d’une relative accalmie, le contexte sécuritaire dans la région de Diffa reste volatile. En témoigne la toute dernière attaque d’éléments présumés de Boko Haram dans la nuit du 26 et 27 octobre dans le village de Alla, à une trentaine de kilomètres de la ville de Diffa. Cette attaque a coûté la vie à 13 personnes tuées par balles et causé de nombreux dégâts matériels. Elle fait suite à celles déjà perpétrées dans les localités de Diffa, Baroua, Bosso et le village de NGourtoua situé à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Diffa dans la commune de Chétimari. Ces différentes attaques ont provoqué des mouvements internes de populations de milliers de personnes. Des évaluations sur les différents sites d’accueil permettront de mieux dénombrer les personnes déplacées.

    La région de Diffa subit de plein fouet les conséquences de la crise au nord-est du Nigéria notamment sur le plan économique. Les autorités régionales estiment à 19 milliards FCFA (soit environ 32 millions de dollars américains) les pertes subies par la région depuis le 6 février 2015, date à laquelle les premières attaques de Boko Haram ont été enregistrées sur le territoire nigérien. Cette situation continue de saper la résilience des communautés de la région en proie à une insécurité alimentaire récurrente. Les conséquences de la crise sur la région ne sont pas qu’économiques. Ainsi sur le plan éducatif, de nombreuses écoles restent encore fermées. Des milliers d’élèves et d’enfants en âge d’être scolarisés se trouvent actuellement sur les sites des déplacés et ne peuvent pas aller à l’école alors que la rentrée scolaire a eu lieu en octobre. Les autorités en collaboration avec les partenaires humanitaires examinent les différentes possibilités pour un retour effectif des enfants en classe avant la fin du mois de novembre. Au total 151 écoles devant accueillir 12 631 élèves avaient alors fermé leurs portes dans cette région.

    Les déplacements internes consécutifs aux attaques du groupe Boko Haram sur les villages Nigériens situés le long de la frontière continuent. Suite à l’attaque du village de NGourtoua (commune de Chétimari) dans la nuit du 24 au 25 septembre 2015, des mouvements internes des populations ont été observés notamment en direction des villages de Chétimari, Koublé et Gagamari. Actuellement, deux sites accueillent l’essentiel de ces déplacés à savoir le site de Koublé NGourtoua (commune de Chétimari) et Boudoum (Commune de Mainé Soroa). On estime à plus de 8 000 personnes le nombre de déplacés accueillis au niveau de ces différents sites. Une évaluation conjointe des besoins conduite le 1er octobre 2015 a permis de voir l’ampleur des besoins dont les plus prioritaires restent les abris, l’eau, la santé et la nourriture. D’autres déplacements internes seraient signalés du côté du village de Baroua qui a été la cible d’une attaque dans la nuit du 1er au 2 novembre 2015.


    0 0

    Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies
    Country: Nigeria

    Summary of current response

    Overview of Host National Society From the launch of the EA operation, the NRCS has been involved in responding to the immediate humanitarian needs of 156,660 people located in 12 Local Government Areas (LGAs) in Adamawa, Borno and Yobe States, providing services in health, livelihoods, psychosocial support, relief, shelter, water, sanitation and hygiene promotion, with achievements including:

    • Training of 60 traditional birth attendants to provide support to women in need of maternal and child health services in the affected communities, which have reached 5,500 people.

    • Training of 90 WASH volunteers to conduct sanitation and hygiene promotion in the affected communities, which have reached a total of 31,560 people. Five boreholes were drilled and five latrines constructed, which have benefited a total of 3,500 households.

    • Training of 54 PSS volunteers to provide support to traumatized women and girls in the affected communities, which have reached 10,130 people.

    • Detailed needs assessment for livelihoods was conducted to determine the areas of intervention for this sector.
      A total of 150 households (1,050 people) have benefitted from livelihood interventions.

    • Detailed needs assessment was conducted to identify beneficiaries for shelter and to determine the selection criteria to be used with 30 houses constructed, benefiting 210 people.

    • Procurement and distribution of NFIs has been completed and a total of 300 households (2,100 people) benefited from the items.

    • Capacity building for the NRCS through strengthening of financial, monitoring and evaluation, project management systems for the operation


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger

    WFP Response

    Under a Mali protracted relief and recovery operation, WFP provides immediate food assistance to Internally Displaced Persons (IDPs) and returnees to save lives, promote stability and contribute to achieving the Zero Hunger Challenge. The regional emergency operation addresses the life-saving needs of Malian refugees in Burkina Faso, Mauritania and Niger, who fled the conflict in northern Mali since early 2012. In September, WFP assisted 291,000 beneficiaries in Mali and 133,000 Malian refugees in Burkina Faso, Mauritania and Niger.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Niger

    6 November 2015

    Darey - Joyful villagers sit under a community hangar, smiling broadly. The topic of their conversation? The harvest season. It is raining constantly and the harvest outlook is encouraging, provided that rains do not stop halfway through the season. The villagers are not happy only about the abundant rains. Thanks to the resilience project funded by Food for Peace and implemented by the World Food Programme and FAO, they work to rehabilitate their land for agriculture and are able to cultivate close to home.

    Oumou Mounkaila, a 45-year-old mother of nine, says that she planted millet, maize and groundnuts. She is one of the vulnerable famers participating in the project – working to rehabilitate her land for agriculture and growing crops on the restored plot.

    Before this initiative, Oumou was forced to leave her village and offer her services – like pounding millet in surrounding villages – to make ends meet. She also braided hair for a bit of an extra income. But the income she received from these activities was not enough to allow her to care for her family. Most of the time, she returned home without enough money to feed her children.

    "One day, there was no food at home. I’ve tried all options, but there was just nothing. The children could not go to school because they were hungry," said Oumou. “We were thrilled when my child who left the village to go to the capital would send some cereal. But this did not happen very often. Most times, I would have to live on the unused, low quality millet I could gather after pounding the good millet for others,” she added.

    The WFP-FAO project that Oumou took part in involved creating dams, dykes, zai (small holes) or half-moons to catch water, and stone cribs to rehabilitate land by retaining water and organic manure. In return for her work, she received WFP food rations to feed her family.

    "Before, we were landless. We have been taught how to save our own land which was before unproductive, unusable and abandoned. At the same time, we were getting food assistance to do it. It was extraordinary," she said.

    When work was completed, the land was usable for agriculture. To help her in her next steps, she received technical advice and seeds to plant. She also benefited from training in essential family practices, including breastfeeding and hygienic practices.

    "My plants are growing well and I'm glad. It's a nice feeling to grow my own crops. Plus, I have been able to save some money and buy two goats. Now my children can also go to school. I have more faith in our future,” she said.

    We visited Oumou again as she was harvesting her crops. "I had a very good harvest. I have enough food to take care of my family for many months,” she said, beaming with excitement. When asked if the crops will be enough until the next season, Oumou’s smile said it all.

    "People are regaining their dignity to be able to work and feed their families. These resilience projects implemented with the Government through its flagship project 3Ns (Nigeriens feed Nigeriens) are starting to bear fruit. We are encouraged not only by the testimony of the people we serve, but also by scientific studies carried out by independent institutions, which show that we are on the right track. We must model these projects and scale it up across the country to enable us to achieve our zero hunger objective by 2030," said Benoit Thiry, WFP Representative in Niger.

    In Niger, WFP implements integrated activities in different areas (nutrition, food security, school meals, purchases from small local farmers,) to help the poorest households to be self-sufficient.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad, Nigeria

    Highlights

    • Humanitarian assistance has progressively resumed after a temporary suspension due to attacks which occurred on 10th October in Baga-Sola and Kousseri IDP site (near Baga-Sola).

    • A large part of Kousseri IDP site is now reportedly all but empty of its population of some 6,500 people. These departures are apparently related to the need to resume agricultural activities or to the fear of further incident following the 10th October attacks.

    • It is feared that some additional population movements may occur, following the attacks which took place on 1st November in Kaiga and Mboma (just 25 km North of Tchoukoutalia), two localities hosting IDPs.

    • Updating the Displacement Tracking Matrix remains a priority. As of today, the estimated number of IDPs who arrived since July 21st stands at 52,321, a number which has remained stable since 7 October.

    • Despite the efforts of the humanitarian community, significant needs remain in all sectors: shelter, food security, water hygiene and sanitation, health, and protection. Gaps are of particular concern in IDPs sites, partly because of a lack of resources as well as the volatility of displacements.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad, Nigeria

    Faits saillants

    • L’assistance humanitaire a repris progressivement, après une suspension temporaire en raison des attaques survenues le 10 octobre à Baga-Sola et sur le site de Kousseri (proche de Baga-Sola).

    • Le site de déplacés internes de Kousseri se serait vidé d’une partie de sa population (près de 6 500 personnes). Ces personnes se seraient déplacées pour les activités agricoles et/ou par crainte de nouveaux incidents suite aux attaques du 10 octobre.

    • Des mouvements de population supplémentaires sont à craindre, suite aux deux attaques du 1er novembre à Kaiga et Mboma (à 25 km au nord de Tchoukoutalia), deux localités accueillant des déplacés internes.

    • La mise à jour de la matrice de suivi des mouvements de population demeure une priorité. A ce jour le nombre estimé de déplacés internes depuis le 21 juillet reste de 52 000 personnes, un chiffre stable depuis le 7 octobre.

    • Malgré les efforts déployés, des besoins humanitaires importants restent à combler dans tous les secteurs : abris, sécurité alimentaire, eau hygiène et assainissement, santé et protection. Les gaps sont particulièrement préoccupants en ce qui concerne les déplacés internes, notamment en raison du manque de financements et de la volatilité des déplacements internes.

    52 321 Déplacés internes arrivés depuis fin juillet 2015 Source: DTM OIM/HCR/CNARR/UNICEF (07/10/2015)

    11 000 déplacés internes arrivés entre janvier et juin 2015 Source: profilage OIM (30/06/2015)

    11 593 retournés Tchadiens du Nigéria arrivés depuis janvier 2015 Source: profilage OIM (13/10/2015)

    7 868 réfugiés sur le site de Dar-es-Salam depuis janvier 2015 Source: HCR/CNARR (04/11//2015)


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Niger

    Daraye - Une joie se lit sur les visages des habitants assis sous un hangar communautaire. Ils échangent sur la campagne agricole. Les pluies sont constantes et la campagne s’annonce prospère. Pourvu que ces pluies ne s'arrêtent pas à mi-chemin. Ce qui fait la joie de ces habitants n’est pas tant l’abondance de pluie. Grâce au projet de résilience financé par Food for Peace et exécuté par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies et la FAO, ils ont pu récupérer leurs terres dégradées et cultiver leurs champs.

    Oumou Mounkaila, 45 ans et mère de neuf enfants, est heureuse. Elle a planté du mil, du maïs et des arachides. Elle fait partie des ménages très pauvres qui participent aux travaux de récupération et de mise en valeur des terres dégradées. La vie n'a pas toujours été rose pour Oumou. Pour en arriver là où elle est aujourd’hui, le chemin a été long et semé d’épreuves terribles. Oumou disposait d’un lopin de terre inexploitable et abandonné. Rien ne poussait sur sa terre, donc elle ne pouvait rien cultiver.

    Pour nourrir sa famille, elle a quitté Daraye pour aller piler le mil chez les plus fortunés dans les villages avoisinants. Elle profite aussi pour tresser d’autres femmes moyennant des peccadilles. Ce n’est pas tout les jours qu’Oumou revient à la maison avec de quoi nourrir ses enfants. «Un jour il n’y avait rien à la maison. J’ai fait le tour et je n’ai rien trouvé. Mon mari aussi n’avait rien. Les enfants ne pouvaient pas aller à l’école parce qu’ils avaient faim,» a déclaré Oumou. «Les moments les plus glorieux sont quand mon enfant qui a quitté le village pour partir en exode à Niamey, la capitale, m’envoie un peu de céréale. Là, nous nous régalons mais la plupart du temps je ramassais les sons du mil que je pilais aux gens et je préparais la bouillie pour la famille. C’est notre quotidien.»

    Le projet PAM-FAO auquel Oumou a pris part consiste à récupérer les terres rocailleuses par des techniques simples de construction des demi-lunes, des Zaïs, des cordons pierreux, des murets et des banquettes pour retenir l’eau dans les champs, apporter la fumure organique et favoriser la culture de produits vivriers. En retour, elle reçoit des rations de vivres du PAM pour nourrir sa famille.

    «J’ai participé aux travaux. Ce qui est excellent, c’est qu’on nous a montré comment rendre notre terre productive. Nous avons travaillé pour récupérer et améliorer nos propres terres que nous avions abandonnées parce qu’elles étaient arides et inexploitables. Au même moment, nous recevons de la nourriture pour le faire. C’est extraordinaire.»

    Les travaux de récupération étant finis, Oumou dispose désormais de terre cultivable. Elle bénéficie de la collaboration entre le PAM et la FAO qui lui fournit des conseils techniques, les semences pour développer sa culture. Elle reçoit aussi l’appui technique des services du gouvernementaux du Niger.

    «J’ai semé et mes plantes poussent bien, je suis contente. Ça fait plaisir de savoir que je vais récolter mes propres cultures, avec l’aide de Dieu pour une bonne pluie.»

    Les travaux ont permis à Oumou de se construire des actifs. Elle a pu faire des économies pour se procurer deux ruminants. «Avec ces travaux j’ai pu faire des économies. Le peu d’argent que je gagnais quand je pilais le mil ou je faisais des tresses, j’en ai économisé. J’ai acheté des chèvres qui vont se multiplier. Je peux aujourd’hui envoyer mes enfants à l’école.» Sa confiance est grande pour l’avenir.

    La saison hivernale est finie. C’est la période des récoltes. Nous sommes retournés à Daraye. Oumou est en extase. Le ciel a été clément et ses plantations ont pris. « J’ai eu une très bonne récolte. Je peux m’occuper de ma famille pendant un bon moment de l’année,» a-t-elle déclaré. A la question de savoir si la récolte lui permettra d’avoir de la nourriture jusqu’à la saison prochaine, Oumou a répondu par un grand sourire, et « espère » bien.

    Les populations sont en train de regagner leur dignité en travaillant pour nourrir leur famille. Ces projets de résilience mis en œuvre en partenariat avec le Gouvernement à travers le Haut-commissariat à l’initiative 3Ns (les Nigériens nourrissent les Nigériens) portent leurs fruits.

    « Nous sommes encouragés, non seulement par les témoignages des populations que nous servons, mais aussi par des études scientifiques, menées par des institutions indépendantes, qui montrent que nous sommes sur la bonne voie. Nous devons maintenir le cap, modéliser ces projets pour une mise à l’échelle à travers tout le pays en vue d’atteindre l’objectif faim zéro d’ici à 2030,» a déclaré Benoit Thiry, Représentant du PAM au Niger.

    Le PAM met en œuvre des activités intégrées dans différents domaines (nutrition, sécurité alimentaire, cantines scolaires, achats auprès des groupements de petits producteurs locaux, des travaux à haute intensité de main d’œuvre etc.) pour aider les ménages les plus démunies à s’assurer une autosuffisance alimentaire.

    La France a été un des premiers pays donateurs à soutenir cette approche intégrée multisectorielle (développement rural, nutrition, éducation) et multi acteurs basée sur les communautés. Pour en savoir plus cliquez ici


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid Office, Department for International Development, Swiss Agency for Development and Cooperation, World Food Programme, US Agency for International Development, UN Children's Fund, International Rescue Committee, UN High Commissioner for Refugees
    Country: Niger, Nigeria

    Diffa

    • Le lundi 26 octobre 2015, IRC a organisé une sensibilisation de proximité sur les violences basées sur le genre au niveau du site de Chétimari. L’objectif visé à travers cette sensibilisation était d’améliorer le signalement des cas identifiés, d’informer les participants sur les services disponibles, les avantages de la prise en charge dans les meilleurs délais et les risques qu’encourent les victimes non pris en charge. Les participants ont été édifiés sur l’aspect confidentiel de la prise en charge. Cette séance de sensibilisation a vu la participation de 33 femmes, 12 filles et 3 garçons, tous des réfugiés.

    * Le 26 octobre 2015, IRC a effectué un déplacement sur le site spontané de Gagamari pour, constater les dégâts causés par un incendie survenu le vendredi 23 octobre 2015. Le bilan était de 10 tentes, les provisions en vivre et NFI ravagés par le feu. Il n’a pas été enregistré de perte en vie humaine mais, une personne âgée a légèrement été blessée. Il a aussitôt été évacué au centre de santé pour les soins. Aussi, un appui psychosocial a été apporté aux victimes. Dans les prochains jours, IRC organisera des sensibilisations sur les risques d’incendie en cette période.

    * Le mercredi 28 octobre 2015, IRC avec l’appui financier d’UNICEF a doté les comités d’enfants pairs éducateurs de Gagamari et Chétimari en kits de jeux conformément à leurs doléances. Ce don est composé de 4 ballons, 22 tenues de foot, des jeux de ludo et 3 cartons de savon pour les filles. A chaque remise de ces dons, il a été conseillé aux membres des comités, de bien gérer ces équipements et aussi de privilégier l’esprit de partage avec leurs camarades pour qu’ils puissent tous en bénéficier. IRC a profité de la rencontre pour demander aux comités de redoubler d’efforts et d’ardeur dans le signalement des cas d’abus et d’exploitation d’enfants dans leur communauté.

    * Le 28 octobre 2015, une enquête post distribution (PDM) a été conduite à N’guelkolo auprès de 113 bénéficiaires de transfert monétaire inconditionnel.

    * Le 29 octobre 2015, IRC s’est entretenu avec les groupes de discussion des femmes du quartier Sabon Carré de Diffa sur les violences basées sur le genre. Cette discussion a concerné 60 femmes soit 2 groupes.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria


    0 0

    Source: International Rescue Committee
    Country: Niger, Nigeria

    Date: L’évaluation s’est déroulée du 28 au 30 Octobre 2015.

    Zone d’évaluation: 8 km du village de Tam dans la commune de Mainé, département de Mainé Population: la population de Tam est estimée à 1463 habitants (Service de l’Etat Civil et CSI, Octobre 2015) soit 227 ménages déplacés. Le village Tam est situé à l’Ouest de Diffa d’environ 10 km du chef-lieu de la commune Mainé Soroua. Il est accessible et situé sur l’axe Diffa –Zinder aux abords de la principale route bitumée.

    Chocs: la population a connu deux principaux mouvements durant les six derniers mois
    - Présence des insurgés aux abords de la Komadougou du côté Nigérian en Aout 2015
    - Attaque des insurgés du 15 Octobre 2015 dans un village voisin de Tam (Gremadi)
    - Absence de de Forces de Défense et de Sécurité (FDS) dans la zone

    Méthodologie : L’évaluation RRM est basée sur la méthodologie standard d’évaluation RRM adapté au contexte du Niger par IRC. Elle est organisée autour de la collecte des données quantitatives et qualitatives, à travers des groupes de discussions, des entretiens avec des informateurs clés et une enquête auprès de 90 ménages résidents, déplacés, refugiés et retournés dans la localité de Tam sise dans la commune de Mainé Soroua.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Niger, Nigeria

    Niamey, Niger | AFP | Friday 11/6/2015 - 20:21 GMT

    Some 150 schools with more than 12,000 pupils have been forced to close due to the deadly attacks in Niger's southeast Diffa region, the United Nations said Friday.

    Most of the affected schools are near Lake Chad and on the banks of the Yobe River, which marks the border between Niger and Nigeria, the UN's Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) said in a statement.

    The agency said 151 schools with a total of 12,631 pupils had closed due to "insecurity that has sparked the absence of teachers and panic in the population".

    "The pupils are now at camps for displaced people," the agency said, adding that there are no schools at the camps.

    Citing a source in Niger's government, OCHA also said that 47,000 of Diffa's 500,000 residents had been forced to flee their homes since February, when Boko Haram launched a string of deadly attacks.

    Numerous local schools closed following Boko Haram's first attacks in the country in February, with more following suit following a recent surge in assaults by the Nigeria-based Islamist group, a local official told AFP.

    Thirteen people were killed and three injured in an attack on the Diffa village of Ala last week, local officials said.

    Niger's government has been working with the UN and other partners on a plan intended to allow children to go back to their studies in safer locations by the end of November.

    Boko Haram has carried out several bloody attacks in Diffa, as the army struggles to contain the group's regional advances.

    Cameroon, Chad and Niger have formed a military alliance with Nigeria and Benin to battle the extremists, who this year declared allegiance to the Islamic State.

    Boko Haram has been hit hard by the multinational offensive, losing territory, but it has launched attacks and bombings in response.

    bh/ser/pvh

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: African Development Bank
    Country: Mali, Niger, Zambia

    At their regular meetings on Wednesday, 4 November 2015, the Boards of Directors of the African development Bank (AfDB) approved three loans totaling US$ 94 million to finance a Cashew Infrastructure Development Project in Zambia, a financial reforms and food security support programme in Niger as well an economic governance reform support programme in Mali.

    US$ 45 million for Zambia’s Cashew Infrastructure Development Project

    Under the approvals, Zambia’s Cashew Infrastructure Development Project (CIDP) will benefit from a US$ 45 million AfDB Loan to finance the revival of the country’s cashew sub-sector. This will involve leveraging the cashew value chain through irrigation infrastructure for cashew nurseries and clone gardens, cashew plantation rejuvenation and establishment, and infrastructure for cashew-processing and marketing.

    These activities are expected to revive the sub-sector so that it would help reduce poverty and increase household incomes.

    The project will be implemented over a five-year period by the agriculture and livestock ministry in the districts of Mongu, Limulunga, Senanga, Kalabo, Nalolo, Sikongo, Shangombo, Sioma, Lukulu, and Mitete in the Western Province.

    The 10 Districts were selected on the basis of their high potential for cashew production; less frost-related problems; high incidence of poverty, food insecurity and malnutrition; and vulnerability to environmental degradation and climate change.

    About 60,000 smallholder farmers including 30,000 (50%) women and 7,000 youths are expected to benefit from the project, as each of them is expected to cultivate 100 cashew trees on one hectare. The project will also create about 6,000 full-time jobs (3,000 women, and 1,000 youths) within the cashew value chain from production, processing to marketing.

    The US$ 45 million AfDB loan represents 81.2% of the US$ 55.42 million total cost of the project. The government is expected to provide US$ 8.31 million (15.0%) while the beneficiaries will contribute US$ 2.11 million (3.8%).

    US$ 28 Million for Niger’s Financial Reforms and food Security Support Programme

    The first phase of Niger’s Financial Reforms and Food Security Support Programme (PAREFSA I) is a US$ 42-million general budget support and programme-based operation to be implemented in 2015 (US$28 million) and 2016 (US$14 Million).

    PAREFSA I focuses on building resilience to food insecurity and strengthening governance, particularly natural resources governance in line with the orientations of the Bank’s Country Strategy Paper (2013-2017).

    On completion, the programme is expected to increase tax to GDP ratio from 15.9% in 2014 to 17.2% in 2016; the budget execution rate to 85% in 2016, against an average of 72% during the 2011-2014 period, as well as the establishment of a National Gender Promotion Observatory to ensure compliance with the quotas allocated for women by the Law of 27 October 2014.

    It would also enhance transparency and the fight against corruption. In addition, the programme will restore 1, 200 hectares of degraded grazing land; increase meat and milk production by 20% and 25%, respectively, in addition to a 12% increase in the livestock sub-sector’s contribution to GDP in 2016.

    Other deliverables include better coverage of livestock water points through the construction of 430 cemented wells for livestock, and 43 pumping stations in 2015; and adoption of the agricultural framework law and operationalization of the Niger Small-scale Irrigation Strategy (SPIN) in 2016.

    The Programme is in line with the Bank’s CSP (2013-2017), especially with regards to building resilience to food insecurity and strengthening governance, particularly that of natural resources. It is also consistent with the Bank’s Ten-Year Strategy 2013-2022 for Africa’s Transformation as well as the Governance Action Plan (GAP II 2014-2018), which seeks to strengthen inclusive economic growth and effective public action by improving economic, financial and sector governance in regional member countries.

    US$ 21 million for Mali’s Economic Governance Reform Programme

    The Board approved US$ 21 million Transition Support Facility loan to finance the first phase of two programme-based budget support operations. They aim to consolidate the achievements of previous budget support operations and, sustaining economic growth by enhancing the efficiency of public expenditure and promoting private sector development.

    According to the Bank, economic activities in Mali were boosted following a return to normal cereal production and robust manufacturing sector growth in 2004. However, there is still a need for sustainable improvement of the security situation, continued enhancement of good governance in public management by improving public expenditure as well as achieving strong private sector-driven, economic growth.

    Thus, through major structural reforms, the programme will focus on improving efficiency of public expenditure, through better fiscal decentralization; enhanced public procurement management; and efficient internal control. It will, support private sector development, enable promotion of investments and development of private enterprises, improving the overall business environment.

    The programme is consistent with the governance and private sector development operational priorities of the Bank's 2013-2022 Ten-Year strategy; the governance and inclusive growth concerns of the 2015-2019 Country Strategy Paper as well as the Bank's 2013-2017 Private Sector Development Policy, with regard to improvement of the investment and business climate.

    The Economic Governance Reform Support Programme Phase 1 is also in line with the Bank’s 2015-2019 Mali Country Strategy Paper, which was also approved by the Board on 3 November 2015. It focuses on two pillars; enhancing governance for inclusive growth and infrastructure development to support economic recovery. These pillars group together those areas where the Bank's support is likely to have a positive impact in light of Mali's present situation.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon, Nigeria

    N'Djamena, Tchad | AFP | samedi 07/11/2015 - 11:09 GMT

    Un millier de soldats tchadiens engagés depuis le début de l'année au Cameroun dans les combats contre les islamistes nigérians de Boko Haram sont rentrés samedi à N'Djamena, a constaté un correspondant de l'AFP.

    Les troupes ont défilé dans la capitale en présence du président Idriss Déby Itno.

    "Votre mission en soi n'est pas terminée, mais votre retour se justifie par la prise en compte de votre zone par la force multinationale" chargée de lutter contre les islamistes, a déclaré dans une allocution le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Mbailando Tatola.

    "Votre mission a permis de donner un coup d'arrêt à l'ennemi mais elle a également permis d'exprimer la solidarité avec le peuple du Cameroun", a-t-il ajouté.

    Selon une source sécuritaire, environ 1.500 soldats tchadiens restent déployés dans la zone frontalière entre le Cameroun et le Nigeria.

    Le Tchad a engagé son armée au Cameroun le 17 janvier 2015 face à la multiplication des attaques meurtrières menées par les combattants de Boko Haram qui a depuis rallié l'organisation de l'Etat islamique (EI).

    Pour combattre Boko Haram, les quatre pays riverains du lac Tchad - Cameroun, Nigeria, Niger, Tchad - et le Bénin ont mis sur pied une Force d'intervention conjointe multinationale (MNJTF), avec un quartier général à N'Djamena au Tchad.

    Début septembre, le 1er secteur de cette force a été installé à Mora, dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun.

    Face aux offensives des armées de la région, les insurgés de Boko Haram ont perdu depuis début 2015 la plupart des territoires qu'ils contrôlaient, principalement dans le nord-est du Nigeria.

    Mais ils restent solidement retranchés dans des zones difficiles d'accès - forêt de Sambisa, monts Mandara, îles du lac Tchad - et multiplient les attentats-suicides, au Nigeria, mais aussi au Niger, au Cameroun et au Tchad.

    yas-mc/sba


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    Brussels, Belgium | AFP | Sunday 11/8/2015 - 02:54 GMT

    by Lachlan CARMICHAEL

    A perfect storm of drought, poverty and armed conflict in Africa's Lake Chad basin could fuel Europe's migrant crisis if world leaders fall short at two crucial summits on migration and climate change this year, a UN official warned.

    The two-day EU-African summit in the Maltese capital Valletta which begins on November 11 and the UN COP21 climate conference in Paris at the end of the month must tackle long-festering problems in the region, Toby Lanzer, the UN regional humanitarian coordinator for the Sahel, told AFP this week.

    Both summits address key issues which are keenly felt by countries in the drought-stricken Lake Chad basin, where 2.5 million people have been displaced, some of whom have already crossed international borders to escape the Islamist militant group Boko Haram, he said.

    "Asylum seeking, the refugee crisis, the environmental crisis, the instability that extremists sow -- all of those issues converge in the Lake Chad basin," Lanzer said.

    "So there's a very compelling reason why the international community needs to step up and do more."

    The world must help Lake Chad basin countries Chad, Niger, Nigeria and Cameroon to not only end the militant scourge but also tackle the effects of climate change, he said.

    Vast expanses of the lake have dried up and deprived people of their livelihoods of fishing, livestock farming and trade, he added.

    • 'Going pear-shaped' -

    Britain, France and the United States already work with the four regional countries to tackle the instability caused by Boko Haram.

    But there are growing concerns the unrest could spread due to potential links between Boko Haram and like-minded extremists in places like Libya and Mali, Lanzer said.

    Added to that, economic development and jobs are also badly needed for the region's burgeoning youth population who have few opportunities outside drugs and gun-running, people-smuggling and joining rebel groups.

    "It's quite striking that... all the ingredients of this (are) going pear shaped.

    "It's not only the fact that people are very poor: the fact there is instability, the fact there is tremendous environmental degradation, it's further compounded by a demographic situation," he said, citing the example of the Sahel where the population is seen growing by up to 150 million people over the next three decades.

    With so many problems, it was time for the world to act, "to nip things in the bud" to prevent the situation from deteriorating.

    The expected EU announcement in Valletta of a 1.8 billion euro trust fund for Africa, "is a very concrete and welcome step," he said, expressing hope that other countries such as the United States would join the effort.

    "Valletta is a very important moment. It is a call to action for all of us," he added.

    lc/dk/hmw/hg

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    8/11/2015 - 06:39 GMT

    par Lachlan CARMICHAEL

    Le bassin du lac Tchad, région du Sahel touchée par la pauvreté, la sécheresse et les violences, pourrait devenir une contrée d'exode massif de migrants si la communauté internationale échouait lors de deux sommets cruciaux à venir sur l'immigration et le climat, met en garde l'ONU.

    Le sommet UE-Afrique à La Vallette cette semaine et la conférence internationale sur le climat de Paris fin novembre doivent déboucher sur une action résolue en faveur des quatre pays riverains du lac Tchad - Cameroun, Nigeria, Niger, Tchad - confrontés aux exactions du groupe islamiste nigérian Boko Haram, a estimé Toby Lanzer, le coordinateur humanitaire de l'ONU pour le Sahel, dans un entretien avec l'AFP.

    "Tous ces sujets, les demandeurs d'asile, la crise des réfugiés, la crise environnementale, l'instabilité créée par les extrémistes convergent dans le bassin du lac Tchad", a-t-il prévenu. "Il y a là des motifs irréfutables pour que la communauté internationale intensifie ses efforts et en fasse plus".

    Le conflit avec les insurgés islamistes de Boko Haram a déjà déplacé 2,5 millions de personnes dans la région du lac Tchad, une réserve d'eau douce dont la taille a été divisée par dix en 50 ans, selon certaines études.

    Sa disparition sous l'effet du réchauffement climatique, une hypothèse prise très au sérieux, pourrait priver des millions de personnes de l'eau nécessaire pour survivre grâce à la pêche, l'agriculture, l'élevage et le commerce, dans une région où la natalité est très élevée.

    Dans le Sahel, la population devrait augmenter de 150 millions de personnes dans les trois décennies à venir, a souligné M. Lanzer. Au Niger, classé dernier dans l'indice de développement humain de l'ONU, une femme a en moyenne sept enfants.

    -'Droit à la catastrophe'-

    Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont déjà promis d'aider, y compris militairement, les quatre pays du lac Tchad et le Bénin pour faire face aux violences meurtrières de Boko Haram.

    Mais il est essentiel d'offrir des perspectives économiques, des emplois à la jeunesse de la région, tentée par les activités florissantes que sont le trafic de drogue, d'armes et d'êtres humains, ou de rejoindre les rangs de groupes violents, a plaidé M. Lanzer.

    "Tout les ingrédients sont là pour qu'on aille tout droit à la catastrophe", a-t-il mis en garde. "Dans un monde où les crises semblent se multiplier et croître toujours plus, il faut intervenir avant que cela ne devienne trop grave".

    Quelque 180.000 migrants africains sont déjà arrivés cette année en Europe, a souligné le coordinateur humanitaire de l'ONU pour le Sahel, soit autant que l'ensemble des migrants, toutes origines confondues, ayant rallié le continent européen en 2014.

    Mercredi et jeudi, une soixantaine de dirigeants africains et européens, dont de nombreux chefs d'Etat, doivent se réunir dans la capitale maltaise pour s'attaquer "aux causes profondes" qui poussent tant d'Africains à ne concevoir un avenir qu'en Europe.

    La Commission européenne a mis sur pied un fonds qu'elle promet de doter d'1,8 milliard d'euros pour des projets créateurs d'emplois, de lutte contre les effets du réchauffement et de développement rural, exhortant les Etats membres de l'Union européenne à doubler la mise.

    L'UE espère aussi faire pression sur les pays africains pour qu'ils coopèrent davantage aux retours forcés de leurs ressortissants expulsés.

    lc-axr/sba


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Chad, Nigeria

    08/11/2015 - 10:16 GMT

    Deux personnes ont été tuées et 14 blessées dimanche matin dans la localité tchadienne de Ngouboua dans la région du lac Tchad lorsque "deux femmes kamikaze" du groupe Boko Haram se sont faites exploser, a-t-on appris de source sécuritaire à N'Djamena.

    "Les deux femmes kamikaze et deux civils ont trouvé la mort au cours de cette explosion", a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat cette source, ajoutant que "14 autres personnes ont été blessés" dans cette localité déjà ciblée à plusieurs reprises par des islamistes nigérians de Boko Haram.

    Le 1er novembre, onze civils avaient été blessés dans cette même région dans un attentant suciide attribué par le gouvernement au groupe Boko Haram qui a rallié l'organisation de l'Etat islamique (EI).

    L'attaque la plus meurtrière sur les rives tchadiennes du lac s'est produite le 10 octobre. Un triple attentat à l'explosif commis par des kamikazes à Baga Sola, s'était soldé par 41 morts et 48 blessés, selon le gouvernement tchadien.

    Plusieurs dizaines de milliers de réfugiés nigérians et de déplacés tchadiens ont trouvé refuge dans cette ville, fuyant ces derniers mois les exactions de Boko Haram sur les îles du lac ou au Nigeria voisin.

    Si elle a contenu l'expansion territoriale de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, la coalition régionale militaire des pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger) ainsi que le Bénin n'arrive pas à réduire significativement les activités des islamistes nigérians qui poursuivent régulièrement leurs attaques, notamment les attentats-suicides dont sont essentiellement victimes les civils, musulmans comme chrétiens.

    yas-mc/sba


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon, Nigeria

    08/11/2015 - 09:37 GMT

    par Hervé BAR

    Dans l'Extrême-Nord du Cameroun, la priorité est à la lutte contre les islamistes nigérians de Boko Haram. Mais au-delà de la question sécuritaire, il y aussi l'enjeu humanitaire et du sous-développement de la région, premier terreau de la radicalisation, soulignent les spécialistes de l'aide.

    "Depuis début 2015, il y a eu une intensification des attaques de Boko Haram qui a eu des conséquences catastrophiques pour toute la région", explique Najat Rochdi, coordonnateur humanitaire de l'ONU au Cameroun. "Les répercussions, dit-elle, sont immédiates sur le quotidien des paysans".

    Chassés de leurs fiefs du nord-est du Nigeria par une offensive des armées de la région, les insurgés de Boko Haram multiplient attentats suicide et incursions sanglantes au Cameroun voisin, dans la région de l'Extrême-Nord, où l'armée est déployée en masse le long de la frontière.

    Dans la ville de Maroua, capitale de l'Extrême-Nord en guerre, l'activité parait presque normale, si ce n'est l'omniprésence des forces de sécurité. Motos et mobylettes sillonnent les rues poussiéreuses. Quelques 4X4 se font un chemin entre les trous sur la chaussée défoncée et ensablée, les rues ombragées par de grands arbres nimiers sont les plus animées. La saison sèche commence à peine, les plaines autour de la ville sont encore presque verdoyantes.

    "Ne vous y trompez pas, Maroua fonctionne au ralenti", corrige le responsable d'une ONG locale. "C'est toute l'économie locale qui est sinistrée, dans une région traditionnellement délaissée par le sud depuis des années".

    Sous un climat sahélien semi-aride, l'Extrême-Nord, pourtant l'une des régions les plus densément peuplées du Cameroun, est aussi l'une des plus pauvres, avec peu d'infrastructures, beaucoup de chômage, un faible niveau d'instruction, une forte pression démographique, etc... Les habitants y vivent essentiellement de la petite agriculture, de l'élevage, de l'artisanat, autrefois du tourisme.

    La fermeture des frontières avec le Nigeria "a littéralement asphyxié l’économie déjà très faible", entrainant une hausse des prix des produits de base importés, notait mi-2015 un rapport d'une ONG chrétienne.

    "Les marchés de la région ne fonctionnent plus, vers la frontière les paysans ne peuvent plus cultiver, leur bétail est pillé ou parfois même abandonné, des villages sont désertés, le chômage explose...", énumère la représentante de l'ONU.

    • Inondations - Le transport routier sur l'axe Maroua-N'Djamena, cordon vital qui traverse le Cameroun du sud au nord jusqu'au Tchad, a considérablement baissé, frappant là aussi de plein fouet l'économie locale.

    Selon les derniers chiffres de l'ONU, la région accueille près de 60.000 réfugiés nigérians, dont 49.000 dans le seul camp de Minawao, et 92.000 déplacés internes. Ces déplacés, Camerounais, ont fui pour la plupart l'insécurité sur la zone frontalière, mais aussi les dernières inondations, dont témoigne encore l'immense ouest asséché qui serpente dans la ville de Maroua.

    Les enquêtes montrent que le nombre de personnes vulnérables à l'insécurité alimentaire -chronique dans la région- est passé de 900.000 à 2 millions, avec une malnutrition très nettement en hausse.

    "C'est toute la cohésion sociale qui est mise à mal, ce qui crée un terreau fertile pour le recrutement de Boko Haram", s'alarme Mme Rochdi.

    "L'ancrage de la radicalisation ici n'est pas jihadiste, mais économique et sociale. C'est le désespoir et la pauvreté qui jettent ces gens dans les bras de Boko Haram", ajoute-t-elle pointant le "sentiment d'abandon" des populations ces dernières années face "la faiblesse de l’Etat camerounais dans l’Extrême-Nord".

    "L'approche sécuritaire seule ne résoudra pas le problème", estime la responsable onusienne, qui insiste sur la "nécessité d'une approche intégrée, avec une montée en puissance de l'aide humanitaire".

    Cela passe par des programmes de distributions de semences, de réhabilitation de marchés, de cohésion sociale, de prévention des conflits... "Tout cela permettra de préparer un retour à la normale, c'est le seul gage d'un retour à la stabilité", conclut-elle.

    Au-delà du retour à la sécurité, il s'agit de "recréer de l'économique dans un territoire en faillite", a souligné mardi au cours d'une visite à Maroua la Secrétaire d'Etat française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin.

    La lutte contre Boko Haram "passe par une vraie prise en compte de la faillite économique de cette région et le soutien à sa jeunesse. Il faut épauler les ONGs, redonner de l'activité, des revenus", a plaidé Mme Girardin.

    hba/sba


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Chad, Nigeria

    11/8/2015 - 10:35 GMT

    A twin suicide bombing by women attackers in the flashpoint area of Lake Chad on Sunday killed two people and wounded 14 others, a security source in the Chadian capital N'Djamena said.

    "The two women suicide bombers and two civilians died in the blast," the source told AFP on condition of anonymity, adding that "14 others were injured" in the attack blamed on Nigeria's Boko Haram group on Ngouboua village near the Nigerian border.

    The village has suffered repeated attacks by Boko Haram jihadists since they first launched operations in Chad in February.

    Suicide bombings -- many by women and girls -- are fast becoming Boko Haram's preferred method of inflicting civilian casualties.

    The deadliest attack on Chad's side of the lake took place on October 10, when a triple suicide attack at Baga Sola killed 41 people, according to the Chadian government.

    Since the start of the year, the Chadian army has been on the frontline of a regional military operation against Boko Haram whose attacks have spread from northeast Nigeria, its traditional stronghold, to the neighbouring countries of Chad, Niger and Cameroon.

    Boko Haram, which is affiliated with the Islamic State group operating in Syria and Iraq, has been hit hard by the offensive, losing territory, but has launched attacks and bombings in response.

    yas-mc/ser/ach


older | 1 | .... | 450 | 451 | (Page 452) | 453 | 454 | .... | 728 | newer