Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 414 | 415 | (Page 416) | 417 | 418 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: World Food Programme, Food and Agriculture Organization, Food Security Cluster
    Country: Niger

    Lancement de l’outil de gestion de l’information

    Depuis le mois de mai 2015, le PAM travaille, en étroite collaboration avec le Gouvernement du Niger et les partenaires, à la mise en place d’un outil commun et consensuel de gestion de l’information dans le domaine de la sécurité alimentaire.

    Cet outil a pour objectif d’améliorer la coordination entre les acteurs, afin d’éviter les duplications.
    Entre mai et juin 2015, une vingtaine de personnes issues de 17 organisations ont participé à des sessions de formations.

    Le présent bulletin d’information est une synthèse des informations relatives aux interventions des acteurs actifs dans le domaine de la sécurité alimentaire pendant le mois de juin 2015. Les données de 13 acteurs, y compris celles du PAM et du Gouvernement, ont été prises en compte dans le cadre de cet exercice


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali


    0 0

    Source: UN Development Programme
    Country: Mali

    It’s 7:30 in the morning, and already classes have begun at the Soufouroulaye youth camp about 500 km from the Malian capital. For the 60 young women and men who have come from all parts of the country for intensive training in sewing, electrical or mechanics, these courses are a means to develop skills that will lead to gainful employment.

    "Before coming here, I didn’t know what a good cut was, yet it’s the foundation of tailoring, isn’t it?" says Fatoumata, who has been working on her sewing machine for several hours despite observing the Ramadan fast. "I’ve learned many things. The pace of the courses is intense, but when I see all that I can do since arriving here, I want to keep going," she adds.

    In Mali, more than half of the population is young – the fertility rate is the second highest in the world after Niger – and 50 percent of 15- to 39-year-olds are unemployed or underemployed. These young people are often targeted by religious extremists seeking new recruits, a situation that has been exacerbated by the crisis that hit Mali in 2012.

    The training at Soufouroulaye is part of a regional programme to strengthen human security and community resilience in the Sahel implemented by UNDP, the UN Population Fund, UN Food and Agriculture Organization and the International Labour Office.

    Funded by Japan, the programme aims to create quick and temporary jobs for 3,000 young people and promote income-generating activities for about 4,500 youth grouped into associations or economic interest clusters.

    In the mechanics class, two young women are learning a trade often regarded as men’s work.

    "I chose mechanics first of all because I do not think this is a job reserved for men," says Maimouna Kane. "It's all a matter of will. My father was a mechanic on a boat. When I was small, he often took me with him and I would watch him work. He would be proud of me today. With my job, I really hope I can establish my own business and earn a living with dignity."

    At a special ceremony, the young trainees receive start-up kits that will enable them to launch their businesses. “The issue of youth employment is a priority for UNDP and its partners,” Deputy Country Director Jean Luc Stalon says. "Without intervention, a demobilized and idle youth, without real prospects for the future, could be a factor of unrest and conflict aggravation.”

    In a country where conflicts have often had regional and ethnic dimensions, the Soufouroulaye youth camp helps reinforce national unity by demonstrating that youth from all different backgrounds have common concerns and ambitions. "Young people here come from all over Mali," says another participant. “The training is also a space of tolerance and friendship for us.”


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Kano, Nigeria | AFP | Tuesday 8/11/2015 - 18:06 GMT

    by Aminu ABUBAKAR

    Nigerian villagers on Wednesday described the carnage unleashed by a huge blast at a market in jihadist group Boko Haram's northeastern heartland as the death toll rose to 50.

    The blast -- caused by explosives concealed in a crop-spraying backpack -- ripped through the weekly market in the village of Sabon Gari, around 135 kilometres (85 miles) south of Borno state capital Maiduguri, during peak trading on Tuesday.

    The Nigerian military described the attack as a "suicide bombing" although no local authorities have confirmed this and witnesses said the bag had been "abandoned" before it exploded.

    "When the blast happened, people in the market fled in fear. They abandoned their wares. Some managed to return for their wares but some never came back," Samaila Biu, a local trader, told AFP.

    "The market was littered with all sorts of articles. The mobile phone section was a mess with many dead and pieces of flesh and blood splattered all over."

    The explosion occurred around 1:15 pm (1215 GMT), during the market's most busy trading hours when the area was packed with merchants and shoppers, Biu said.

    In the immediate aftermath, officials said 47 people had been killed but upped the toll by three overnight.

    "One more person died from his wounds and two more bodies were later brought to the morgue from near the scene of the blast. Now there are 50 dead and 51 injured," a nurse at Biu General Hospital, around 50 kilometres (30 miles) away, told AFP.

    Yuram Bura, a member of a local vigilante group fighting Boko Haram alongside the army, said the two bodies recovered later had been found in bush land some distance from the market.

    • In shock -

    "We believe they managed to flee the scene with injuries from the explosion but died on the way," he told AFP.

    Dozens of soldiers on Wednesday formed a security ring around the market, which was littered with footwear and clothing and still spattered with congealed blood.

    They were also patrolling the nearby streets.

    "The village is still in shock although most of the victims were from other places far and near who came to attend the market," Bura said.

    "The villagers can be seen in groups talking about the incident while soldiers and vigilantes remain on alert."

    No one has claimed responsibility for the attack but witnesses said the blast bore the hallmarks of Boko Haram, which has previously targeted crowded bus stations, markets, mosques and churches during its bloody six-year insurgency.

    "Those perpetrating these heinous crimes are callous, barbaric and monsters whose activities will soon become a thing of the past," armed forces spokesman Colonel Rabe Abubakar said in a statement.

    "The military is intensifying efforts to continue to break the bones of the terrorists and wishes to re-state and re-assure Nigerians that it is not relenting in its efforts to rid the country of terrorism and any act of criminalities."

    • 'Senseless brutality' -

    Washington condemned the attack and said it would continue to provide "a range of counterterrorism assistance to help Nigeria and its regional partners".

    "We will continue to work closely with the Nigerian government and our international partners to combat Boko Haram and assist the many victims of its senseless brutality," State Department spokesman John Kirby said in a statement.

    Boko Haram has killed more than 15,000 people since 2009, increasing the frequency and intensity of its attacks since President Muhammadu Buhari took the helm on May 29.

    Ryan Cummings, chief security analyst at South African consultancy Red 24, said the attack demonstrated the "reversion of Boko Haram to a traditional asymmetric warfare".

    "By conducting sporadic attacks targeting civilian interests across much of Nigeria, Boko Haram has created the demoralising perception that it is a threat which is omnipresent, capable of inflicting harm on Nigerians in any given place at any given time," he told AFP.

    Cummings said such acts of mass violence helped over-inflate the public perception of the jihadist group's strength while undermining the legitimacy of the government as a guarantor of security.

    "By conducting attacks outside of its primary strongholds, particularly when targeting urban locales, Boko Haram is effectively absorbing and occupying security resources which could otherwise have been used to counter the group in its operational strongholds," he added.

    abu-ft/hmw

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: National Oceanic and Atmospheric Administration
    Country: Benin, Burkina Faso, Chad, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Gambia, Guinea, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Somalia, South Sudan, Sudan, Togo

    - Widespread heavy rain observed across West Africa during the past week.
    - Poor rainfall distribution since the start of the season has led to death in livestock over parts of northeastern Ethiopia.

    1) A premature cessation of rain has increased moisture deficits and negatively impacted crops in the southern parts of Ghana, Togo, and Benin. A delayed onset and irregular distribution of rainfall have led to abnormal dryness across western and north-central Nigeria.

    2) A delayed onset and general lack of rainfall has resulted in abnormal dryness across parts of central and eastern Sudan, northern Ethiopia, and southern Eritrea. Some increase in rainfall is expected along the Sudan-Eritrea-Ethiopia borders during the next week, which should help reduce deficits.

    3) Despite some increase in rainfall over the past two weeks, the much delayed start to the rainfall season has resulted in drought, which has severely impacted ground conditions and already led to death in livestock across parts of north-central and eastern Ethiopia.

    4) Copious amounts of rain have caused flooding, resulting in fatalities over the Ouagadougou and Bobo-Dioulasso provinces of Burkina Faso, inundation over Gao, Segou, Mopti, and Timbuktu of Mali, and the Yobe state of northern Nigeria. The forecast widespread, heavy rain during the next week maintains elevated risks for flooding over many areas of the region.

    5) Heavy downpours have resulted in flooding over the North Darfur of Sudan. Abundant rain is forecast to continue over eastern Chad and western Sudan during the next week, heightening risks for flooding and potential waterborne disease outbreaks.


    0 0

    Source: UN Children's Fund, Save the Children, Education Cluster
    Country: Mali


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Cameroon, Nigeria

    MINAWAO, 12 août 2015 (IRIN) - Il est encore tôt le matin dans la province camerounaise de l’Extrême-Nord, et déjà des centaines de réfugiés nigérians se pressent le long du pont de Gada Mboulo, leurs quelques précieuses possessions en équilibre sur la tête ou serrées entre leurs bras.

    Fuyant les attaques de Boko Haram, toujours plus fréquentes et plus meurtrières, ils se plient aux formalités d’usage avec l’armée camerounaise, avant de suivre une longue route poussiéreuse puis de bifurquer à la recherche d’un foyer temporaire.

    Ils sont nombreux à poursuivre leur chemin jusqu’au camp de réfugiés de Minawao, à quelque 40 km à l’ouest de la capitale régionale, Maroua. Certains trouvent refuge dans des communautés d’accueil à proximité, ou montent provisoirement le camp dans la brousse.

    Ibrahim Okpyeh a expliqué à IRIN la raison de son départ précipité de Gombe, la ville dont il est originaire au Nigéria.

    « Ce pays, c’était l’enfer », a-t-il dit en pointant du doigt le Nigéria, de l’autre côté du pont. « Je n’avais jamais vu d’autant d’atrocités. Ces gens-là [les combattants de Boko Haram] ont tué tout le monde dans notre village. Ils ont brûlé ma voiture, nos maisons et pillé notre bétail. »

    M. Okpyeh a dit qu’il n’avait pas eu d’autre choix que de partir, comme la plupart des personnes marchant à ses côtés.

    Il a fallu plus de deux semaines de marche à Inna Djamilla pour atteindre la frontière camerounaise.

    « Ils ont tué mon mari et mon fils aîné », a-t-elle dit à IRIN. « Que reste-t-il de bon dans ce pays [le Nigéria] qui court à sa ruine. On a été contraints de tout abandonner et de fuir. J’ai dû me cacher plusieurs jours dans la brousse. C’était horrible. »

    Changements de tactique

    Ces dernières semaines, Boko Haram a étendu son périmètre d’action au-delà du nord-est du Nigéria et des régions frontalières du Cameroun pour s’enfoncer à l’intérieur du pays. Alors que les craintes d’attaques portaient sur les villages frontaliers, ce sont des lieux publics très fréquentés de Maroua qui ont été ciblés par une vague d’attentats-suicides.

    Les cinq attentats-suicides qui ont secoué la province de l’Extrême-Nord en l’espace de quelques semaines seulement ont fait plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés. Le gouvernement camerounais a réagi par un renforcement des dispositifs de sécurité, en interdisant le port de la burqa et autres voiles dissimulant le visage, et en introduisant des couvre-feux et des postes de contrôle pour la fouille de véhicules et de bagages.

    Voir : Le Cameroun paie au prix fort son engagement dans la lutte contre Boko Haram

    « La secte [Boko Haram] a opté pour une guerre asymétrique », a dit Mathias Nguini, politologue et maître de conférences à l’université de Yaoundé II Soa, à IRIN. Le refus du Cameroun et du Nigéria de coopérer par le passé a favorisé la progression des islamistes extrémistes, a-t-il ajouté.

    Le président nigérian fraîchement élu, Muahammadu Buhari, a récemment déployé des efforts en faveur d’un rapprochement avec le Cameroun et le Tchad voisin, lui aussi confronté à une recrudescence des attaques de Boko Haram et à une insécurité grandissante. M. Buhari s’est rendu en visite d’État dans les deux pays depuis son entrée en fonction fin mai. Le Nigéria aurait en outre promis un don de 30 millions de dollars à la force régionale de lutte contre Boko Haram.

    « Nous ne pouvons pas combattre Boko Haram sans une [meilleure] coordination entre les États », a dit M. Nguini, en exhortant le Cameroun et le Nigéria à dépasser leurs différends régionaux au sujet du lac Tchad pour s’unir contre les islamistes radicaux.

    Léon Koungou, un autre politologue spécialisé en matière sécuritaire, a établi un lien entre l’émergence de l’État islamique autoproclamé et le recours à des tactiques toujours plus macabres de la part de Boko Haram, qui a désormais recours à des enfants âgés de 10 ans à peine comme bombes humaines avec la mission de faire exploser dans des marchés bondés de civils.

    « Le scénario ressemble assez à celui observé en Irak », a-t-il dit. « Le mouvement a clairement plaidé allégeance à l’État islamique (autoproclamé), et suit la même approche, qui consiste à atteindre non seulement la morale des États se mobilisant contre leur action, mais également les civils, et à construire un territoire aux ressources substantielles. »

    Plus d’attaques, plus de réfugiés

    En réponse à l’insécurité grandissante dont souffrent le nord-est du Nigéria et les régions frontalières ces dernières semaines, le Cameroun connaît un afflux de réfugiés dont la plupart essaient de s’enfoncer à l’intérieur du pays pour fuir la menace de Boko Haram.

    Entre 150 et 300 réfugiés nigérians sont enregistrés chaque jour au camp de Minawao, d’après l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Le nombre de Camerounais fuyant leur foyer a lui aussi augmenté, bien qu’il n’existe pas de chiffres officiels récents pour les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDIP).

    Mahamat Baiwon, un officier du HCR chargé de la protection à Maroua, a décrit la manière dont l’agence pour les réfugiés et les fonctionnaires camerounais interceptent les réfugiés aussitôt après leur entrée dans le pays.

    « Nous voulons savoir où ils veulent aller : s’enregistrer au camp de Minawao, ou retourner dans des régions sûres du Nigéria », a-t-il dit à IRIN.

    La plupart des réfugiés optent pour le camp, où ils espèrent pouvoir bénéficier gratuitement de distributions d’aide alimentaire et d’autres services, mais Minawao est désormais « saturé », a rapporté M. Baiwon.

    Créé en 2013 pour accueillir jusqu’à 20 000 réfugiés, le camp en abrite actuellement plus de 44 000. Rien que ces six derniers mois, le nombre d’occupants a augmenté de plus de 14 000. Les autorités locales estiment à 30 000 le nombre de Nigérians ayant trouvé refuge au Cameroun en dehors du camp.

    Le gouvernement camerounais, ainsi que le HCR et le Programme alimentaire mondial (PAM), estiment qu’il est devenu nécessaire de construire un deuxième camp pour accueillir les nouveaux arrivants, toujours plus nombreux, mais seuls 30 pour cent de l’appel de fonds a été financé à ce jour.

    « Nous attendons encore que les bailleurs de fonds répondent à l’appel », a dit Laurent Eyenga qui travaille au ministère camerounais de l’Administration territoriale.

    Problèmes sanitaires

    Avec moins de 30 puits équipés d’une pompe à main et 280 latrines seulement à Minawao – dont beaucoup ne fonctionnent plus – les responsables du camp jugent que les risques d’épidémie sont importants.

    Le choléra en particulier est source d’inquiétude, depuis que plus d’une centaine de personnes sont mortes d’une épidémie en avril. Le camp est aujourd’hui plus peuplé et plus sale que jamais.

    « Avec l’évolution de la situation démographique, le non-respect des mesures d’hygiène est déplorable », a dit Zra Mokol, le directeur d’une clinique située non loin du camp, à IRIN. « Compte tenu de la situation actuelle, si une nouvelle épidémie de choléra devait se déclarer, ce serait catastrophique. »

    st/jl/ag-xq/amz


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Mali

    Highlights

    • Given the ongoing outbreak in neighboring Guinea, UNICEF Mali continues working on Ebola prevention with UNICEF Guinea and local partners. The 6-month regional and district C4D plans will be implemented in the areas of Sikasso and Kayes starting from July.

    • The increased recurrence of fighting in Northern Mali resulted in a 37% increase in internal displacement between April and June. By 1 June, 59,565 new internally displaced persons had been reported across the regions of Timbuktu (54,441), Gao (3,041) and Mopti (2,083).

    • Several areas of Gao and Timbuktu regions in Northern Mali are confronted with water scarcity that was particularly severe this year (up to 75 % of traditional water point dried up). UNICEF and cluster partners are repairing 50 boreholes in Timbuktu region.

    • By end of May 513,388 children under 5 were administered the polio oral vaccine in the Northern regions. In May, in collaboration with WHO, UNICEF supported the Ministry of Health for the campaign against measles in Kidal, which resulted in vaccinating 24,859 children out of a target of 38,881 (63%).

    • Over 430 schools remained closed at the end of the school year in June 2015. UNICEF is currently providing education assistance to 1,579 displaced students in Gourma Rharous (Timbuktu) to catch up on lost school days during the summer vacation.

    • Since the beginning of the year UNICEF and partners reached 148,063 people, of which 50% youth and children, through Mine Risk Education activities in Gao and Tombouctou regions. 1,319 children were further supported via community-based CP services, referral services and reintegration opportunities.

    • According to the latest nutrition surveys conducted in Gao, the prevalence of GAM and SAM were respectively 11.3% and 2.3%. In the Kidal Region, the GAM and SAM prevalence were respectively 5.7% and 1.0% showing a critical nutritional situation.

    • In May, UNICEF contributed to inter-agency mission of CADRI, Capacity for Disaster Reduction Initiative. The assessment report is currently being prepared and will include recommendations contributing to the development of a national action plan for disaster risk reduction.


    0 0

    Source: Reuters - AlertNet
    Country: Nigeria

    MAIDUGURI, Aug 12 (Reuters) - At least six people have been killed during a raid by Boko Haram militants outside Nigeria's northeastern city Maiduguri in Borno state, a police officer said on Wednesday.

    Read the full article on Reuters - AlertNet


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    Bamako, Mali | AFP | Thursday 8/13/2015 - 01:17 GMT

    A policeman and a civilian were wounded Wednesday night when gunmen opened fire on a police outpost in Mali's capital Bamako, an attack a minister insisted was an "isolated act".

    The attackers arrived at a busy bus station in a taxi before opening fire on the police post, injuring two people, Interior Minister Sada Samake told AFP by phone.

    "This is an isolated act," Samake said. "We have opened an investigation."

    The shooting follows a series of attacks that have been concentrated in northern and central Mali, most recently in the town of Sevare, where a deadly hostage drama at a hotel frequented by foreigners left 13 people dead last week.

    The Sevare attack was claimed by fighters linked to the notorious one-eyed Algerian leader Mokhtar Belmokhtar, the former head of Al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM) who now leads his own extremist Al-Murabitoun group.

    ac-sd-cs/amd/psr/as

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    Bamako, Mali | AFP | jeudi 13/08/2015 - 02:50 GMT

    par Ahamadou CISSE et Serge DANIEL

    Un policier et un civil ont été blessés mercredi soir à Bamako, la capitale malienne, par des hommes armés non identifiés qui ont tiré sur un poste de police, cinq jours après une attaque meurtrière contre un hôtel à Sévaré (centre) revendiquée par des jihadistes.

    Officiellement cependant, rien ne lie les deux évènements, et le ministre malien de la Sécurité, Sada Samaké, a assuré l'AFP que l'opération menée contre le poste de la gare routière du quartier de Sogoniko (sud-est de Bamako), "est un acte isolé".

    En dépit des assurances officielles concernant la fusillade à Sogoniko, une source militaire malienne n'excluait pas une action de jihadistes, qui multiplient depuis des mois les attaques, embuscades, tirs d'obus et de roquettes contre les forces maliennes mais aussi de la France et de la Minusma déployées au Mali depuis 2013.

    D'autant que Bamako a connu, le 7 mars, un attentat à la grenade et à l'arme automatique, le premier y à frapper des Occidentaux, ayant fait cinq morts (trois Maliens, un Français et un Belge) dans et autour d'un haut lieu de la vie nocturne dans la capitale, le bar-restaurant La Terrasse.

    Mercredi à Sogoniko, selon la source militaire, "deux individus enturbannés ont tiré sur le poste de police de la gare routière vers 20H30 (locales et GMT)", lieu habituellement très fréquenté où convergent de nombreux véhicules, passagers et commerçants. Les assaillants ont fui "à moto", laissant derrière eux "un civil et un policier blessés".

    Ce bilan a été confirmé à l'AFP par le ministre Sada Samaké, selon lequel les hommes armés "sont descendus d'un taxi. Ils se sont attaqués à un poste de police" à Sogoniko mais, a-t-il soutenu, "c'est un acte isolé. Nous avons ouvert une enquête".

    • 'Mode opératoire' de jihadistes -

    De source policière, la zone de la gare de Sogoniko, "vidée de ses occupants", était bouclée par les forces de sécurité dans la nuit de mercredi à jeudi. "Des recherches sont en cours pour retrouver les auteurs" de l'attaque, a-t-elle dit.

    "Rien ne prouve formellement que c'est une attaque terroriste, mais la méthode y ressemble. Des enquêteurs sont sur place pour en savoir davantage", a-t-elle avancé.

    La source militaire, elle, a estimé que "le mode opératoire" des assaillants de Sogoniko était celui "de jihadistes", soulignant le recours au turban et à la moto.

    En douze jours, plusieurs attaques revendiquées par des jihadistes ont visé l'armée malienne, notamment dans le nord.

    Ces vastes régions ont été sous la coupe d'islamistes armés de fin mars-début avril 2012, jusqu'au déclenchement en janvier 2013 d'une intervention militaire internationale, qui a chassé en partie et dispersé les jihadistes. Mais plusieurs zones du pays échappent encore au contrôle des forces nationales et internationales.

    Le 1er août, deux militaires ont été tués dans une embuscade vers Nampala (centre). Le 3 août, onze ont péri dans un assaut contre leur base à Gourma-Rharous (nord-ouest), revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) selon l'agence de presse privée mauritanienne Al-Akhbar.

    Le 7 août, des hommes armés ont retenu plusieurs personnes à l'hôtel Byblos de Sévaré, d'où ils ont été délogés près de 24 heures plus tard par les forces maliennes. Bilan: 13 morts. Et le 10 août, trois militaires ont perdu la vie lorsque leur véhicule a sauté sur un engin explosif improvisé dans la zone de Ténenkou, située, comme Sévaré, dans la région de Mopti.

    Ces deux dernières opérations ont été revendiquées au nom des "moujahidine" par Souleyman Mohamed Kennen, cadre jihadiste proche du prédicateur musulman radical malien Amadou Koufa et qui fut combattant en 2012 dans le nord du Mali pour l'Algérien Mokhtar Belmokhtar.

    Jeudi, sur les réseaux sociaux, plusieurs Maliens affirmaient ne plus se sentir en sécurité dans leur pays. Il faut "équiper les forces et (des) mesures vigoureuses pour la sûreté et la tranquillité des populations menacées et exposées", a estimé l'un d'eux sur Twitter, @vieuxmko.

    ac-sd-cs/amd

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Government of Ghana
    Country: Ghana


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Mali, Mauritania

    HIGHLIGHTS

    • In Mberra camp, UNHCR continues to sustain humanitarian assistance, while strengthening refugees’ self-reliance through support to primary education and literacy classes, income-generation activities and access to gardening areas, livestock and energy.

    • Between 20 and 24 July, all refugees in Mberra camp were provided with food (rice, pulses and oil) during the July general food distribution organized by UNHCR through its partner, the Commissariat à la sécurité alimentaire, in cooperation with WFP.

    • In July 2015, UNHCR and the local micro-finance institution Mutuelle Féminine de Solidarité d'Entraide d'Epargne et de Crédit (MFSEEC) renewed their partnership in order to extend self-reliance opportunities for urban refugees in Nouakchott, through access to micro-credit.

    • UNHCR, UNICEF, Ensemble pour la solidarité et le développement, INTERSOS and the Mauritanian and Malian Ministries of Education enabled 111 candidates from Mberra Camp to take part in the 2015 Malian Baccalaureate session. Some 60% of the candidates passed the Baccalaureate exam.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    Abuja, Nigeria | Thursday 8/13/2015 - 13:10 GMT

    Nigeria's President Muhammadu Buhari swore in a new set of military chiefs on Thursday, ordering them to end Boko Haram's bloody six-year Islamist insurgency within three months.

    The jihadist militia, which has pledged allegiance to the Islamic State group, has waged a violent campaign for a separate Islamic homeland in the northeast which has seen more than 15,000 deaths since 2009.

    "You need to brace up and continue to team up with other stakeholders to come up with a well coordinated joint effort which will bring a desired end to these insurgencies within three months," Buhari told the chiefs in the capital Abuja.

    Buhari, who came to power on May 29, quickly replaced the heads of the army, air force and navy as well as the chief of defence in an apparent move to refocus the fight against Boko Haram.

    The insurgency has since stepped up its campaign with a wave of raids, bombings and suicide attacks which have left at least 900 people dead in Nigeria alone, according to an AFP count.

    The Islamists have also carried out deadly attacks across Nigeria's borders into Niger, Chad and Cameroon.

    "The activities of these misguided groups and individuals have resulted in wanton destruction of lives and properties of our citizens and a disruption of social economic lives of millions of Nigerians," Buhari said.

    A five-nation regional force of 8,700 troops from Nigeria and its neighbours has been set up to fight Boko Haram and is expected to deploy imminently.

    The military under Buhari's predecessor Goodluck Jonathan was heavily criticised for poor handling of the insurgency and its failure to free more than 200 schoolgirls abducted from the northeastern town of Chibok in April last year.

    The president urged the armed forces -- who have been accused of widespread human rights abuses in the fight against the insurgency -- to conform with international law.

    "In particular you must protect innocent civilians and respect the rights of combatants," he said.

    ola-joa/ft/txw

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Action Contre la Faim
    Country: Burkina Faso

    Introduction

    Ce rapport synthèse aborde en premier lieu deux questions liées à lřapproche NCA, lřune portant sur la prise en compte dřune participation de dřacteurs partenaires, et lřautre sur les perspectives quřouvrent les résultats dřune enquête vers des actions de plaidoyer et des interventions envisageables de la mission Burkina Faso afin de réduire la malnutrition aigüe des enfants âgés de moins de cinq ans. En deuxième lieu, deux thématiques ressortent de cette enquête. Dřabord, une thématique plus approfondie traitant de la réalité de la ruralité dřune région de lřest du Burkina Faso, plus particulièrement des modes de vie villageoise au rythme des saisons pour la constitution dřune sécurité alimentaire, aux effets de variations de climat (saison chaude, saison pluvieuse) sur la santé des enfants et des mères. Ensuite, par choix délibéré, lřenquête qualitative a tenté dřexaminer les fragilités maternelles et infantiles selon le statut économique. Loin dřétablir des mesures montrant des différences significatives, il a été possible de situer lřeffet de la précarité économique selon les domaines dřinterventions dřACF au Burkina, telles que la sécurité alimentaire, les pratiques de soin maternel et la santé, lřenvironnement, lřeau, lřhygiène, et lřassainissement.

    LES ENJEUX D’UNE APPROCHE PARTICIPATIVE D’UNE ENQUETE EXPLORANT LE CONTEXTE LOCAL

    Dans les premières sections du rapport sont contenues la méthodologie de lřapproche NCA. Nous avons estimé nécessaire de présenter la méthodologie afférente à cette démarche participative. Nous pensons que la participation des acteurs nationaux et locaux constitue une dimension fondamentale, elle permet notamment de rendre interprétables les résultats dřune enquête quantitative. En amont de nombreux acteurs, dont des spécialistes de la mise en œuvre de protocole de recherche, et des représentants et des institutions du monde humanitaire ont participé à la réalisation dřun protocole. Plus spécifiquement, au Burkina Faso, nous avons recherché à prendre en compte les expertises dans différents domaines reliés à la problématique dřune prévalence de malnutrition aigüe sur un territoire. En aval, les populations mises à lřépreuve ont été aussi sollicitées sur cette question. Lřenjeu étant de rendre perméable aux travaux scientifiques les représentations des populations qui sont confrontées à la malnutrition. On trouvera tout au long de ce rapport, leurs participations par la parole et par lřexpertise.


    0 0

    Source: Action Contre la Faim
    Country: Chad

    I. Introduction

    Le Grand Kanem est confronté depuis de nombreuses années à une situation de vulnérabilité alimentaire et nutritionnelle, qui trouve ses origines dans des facteurs à la fois structurels et conjoncturels. Cette situation est naturellement corrélée aux évolutions climatiques qui affectent négativement les campagnes agricoles et pastorales de la sousrégion.

    A une vulnérabilité structurelle – largement décrite dans notre revue bibliographique – des évènements conjoncturels ont, cette année, aggravé encore la situation, conduisant à ce qu’il convient d’appeler une crise alimentaire :

    • des mauvaises récoltes dues à un épisode de sécheresse et à la destruction des cultures par l’invasion des criquets et des oiseaux sont les causes conjoncturelles naturelles de cette crise.
    • des chocs climatiques qui se rapprochent et mettent en péril l’efficacité des mécanismes d’adaptation qui devraient permettre aux habitants de subvenir à leurs besoins alimentaires.
    • conséquemment à la révolution libyenne, beaucoup de familles de la région ont perdu leur première source de revenus avec l’arrêt des transferts d’argent envoyés par leurs proches depuis Benghazi ou Tripoli. Les travailleurs tchadiens ont quitté précipitamment et dans des conditions difficiles le pays dans lequel ils travaillaient et vivaient depuis parfois 15 ans. Rentrés massivement dans leur région d’origine, ceux qui pourvoyaient aux besoins des familles sont aujourd’hui à leur charge.

    Ces différents éléments contribuent à expliquer l’insécurité alimentaire et la pauvreté des communautés. Mais les causes de la malnutrition des enfants sont multiples et complexes. Parmi elles se trouvent des facteurs qui ne relèvent pas de l’alimentation ou de la sécurité alimentaire et se définissent dans un contexte bien précis. Elles relèvent de plusieurs domaines (agriculture, santé, eau et assainissement, faits culturels, contexte politique pour ne citer que les principaux) et se déclinent au niveau individuel, familial ou sociétal. Ce rapport présente les résultats de l’enquête qualitative sur les Causes de la Malnutrition (NCA : Nutrition Causal Analysis) dans le Grand Kanem (Kanem, Bahr El Ghazal) menée en mars 2012 pour la mission Tchad d’Action contre la Faim – France (ACF-F), et financée par la coopération suédoise SIDA.

    L’objectif de cette étude est d’apporter un éclairage sur les causes alimentaires et non alimentaires de la malnutrition à partir d’une réflexion articulée autour de trois étapes :

    • La définition d’hypothèses candidate à partir d’une réflexion collective et transversale avec les experts intervenant localement.
    • Un recueil de données qualitatives visant à infirmer ou confirmer ces hypothèses et à les compléter par celles exprimées par les populations concernées.
    • Une revue bibliographique permettant d’alimenter l’analyse par la littérature existante.

    La période de l’enquête a coïncidé avec des pics d’admissions d’enfants malnutris sévères. Les équipes d’ACF-F alertent sur le taux important d’enfants malnutris modérés qui tombent dans le sévère et sur les taux de guérison assez médiocres dans les centres de santé soutenus dans la zone. Par ailleurs le temps de prise en charge des enfants s’est, lui aussi, allongé anormalement. L’insécurité alimentaire n’explique pas à elle seule le statut nutritionnel des enfants. Mais, paradoxalement, en présence de programmes de prise en charge, l’insécurité alimentaire contribue à modifier les représentations de la malnutrition et surtout de ses traitements ; le sentiment d’urgence transforme ce qui était perçu comme un médicament « le plumpy nut » en ressources alimentaires et les CNA, de traitements médicaux en programme de soutien social. Les mères rencontrées n’ont pas souvent hésité à nous dire qu’elles partagent le plumpy nut avec les autres enfants – voire avec les adultes du ménage -, qu’elles cherchent à ce que l’enfant soit pris en charge le plus longtemps possible : « Les CNA sont devenus des champs à récolter » souligne un superviseur d’ACF-F, puisqu’ils représentent les dernières ressources alimentaires possibles pour les familles – d’autant plus que les rations de protection sont insuffisantes ou simplement stoppées.

    Nous avons donc été témoins des colères ou des détresses que des femmes ont laissé éclater dans les centres de prise en charge à l’annonce de la « bonne santé » de leur enfant qui, n’entrant pas dans les critères d’admission ne pouvaient bénéficier des sachets de Plumpy Nut.

    On comprend qu’en temps de crise, les programmes habituels deviennent inadaptés et qu’il faut s’attendre à des effets pervers de la prise en charge. On verra que les activités de sécurité alimentaire et de pratiques de soins subissent également une perte d’efficacité du fait que l’urgence inhibe les capacités de projection ou d’anticipation. Les enquêteurs ont tenté de prendre en compte ces modifications de perception et de comportement liés à la crise alimentaire actuelle et les ont intégrés dans les entretiens et les analyses présentés ici.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Chad

    13/08/2015

    Zarah Ali Abdoulaye, a forty-year-old widow with three daughters and two sons, worked to feed her family and send her children to school during the 2009 drought in Kanem district, Chad. Despite her best efforts, she was only able to pay school fees for her three oldest children, while the youngest girls stayed at home to help with household chores.

    Early in 2010, FAO and its partners aimed to support the most vulnerable populations in the region, targeting single mothers with malnourished children. Later that year, a market gardening project was initiated by FAO to assist families in strengthening their production capacity in the face of climate change, in order to alleviate its affects on agriculture and increase their resilience. Women were introduced to market gardening to improve their family’s diet and nutritional status. This was especially beneficial for children, who performed better in school as a result of improved nutrition. Surplus vegetable produce was sold for income, enabling beneficiaries to purchase other foodstuffs, especially cereals, to meet their daily food needs. The project also benefited the wider community, as it contributed to the increased market availability of affordable, locally grown vegetables.

    Following implementation of the project, Zarah and 14 other women created the Haire association (Haire means “happiness”). A close friend of Zarah, also a member of the Haire association, noted the impact of FAO’s assistance: “I used the money I earned from selling vegetables to build a house in the village, buy fabrics and goats, and begin livestock production. I now own four goats that have reproduced. In addition, I bought a donkey for my long journeys and to carry vegetables. Now that I am able to buy food at the Mao market, I can return home with rice and dried fish to feed my children when they come back from school.” Today, populations that were formerly vulnerable are contributing to feeding the region. In spite of the threat of drought, these women continue to cultivate the land, and are a crucial pillar in their households and the community at large.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon, Nigeria

    Yaoundé, Cameroun | AFP | jeudi 13/08/2015 - 15:56 GMT

    Dix personnes, dont deux soldats camerounais, ont été tuées dans le nord du Cameroun lors d'une attaque des insurgés islamistes nigérians de Boko Haram, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

    "Des membres de Boko Haram ont fait une incursion hier (mercredi) soir à Blame", une localité de l'extrême-nord proche de la frontière avec le Nigeria et du lac Tchad, a affirmé à l'AFP une source proche des services de sécurité.

    Ils ont "tué deux soldats du BIR (Bataillon d'intervention rapide, unité d'élite de l'armée camerounaise) et huit civils", a ajouté cette source.

    L'information a été confirmée sous couvert d'anonymat par un officier du BIR, déployé en première ligne dans la lutte contre Boko Haram dans le nord du pays.

    Lors de leur incursion, les islamistes ont également incendié plusieurs habitations de Blame avant de se retirer au Nigeria, selon la source proche des services de sécurité.

    Un soldat camerounais avait déjà été tué et deux autres blessés dans la nuit de lundi à mardi lors d'une attaque menée par Boko Haram à Achigachia, autre localité de la région, frontalière du Nigeria.

    L'extrême-nord du pays est depuis deux ans la cible régulière de raids meurtriers et d'enlèvements des insurgés de Boko Haram.

    Mais le groupe islamiste, chassé de la plupart de ses fiefs nigérians par l'intervention d'une coalition régionale lancée en début d'année, recourt désormais également aux attentats-suicides dans la région du lac Tchad.

    Après les cinq attentats-suicide - jusque-là inédits - qui ont frappé le nord du Cameroun au cours du mois de juillet, faisant une cinquantaine de morts, les autorités camerounaises ont considérablement renforcé les mesures de sécurité.

    Fouilles, perquisitions et arrestations se multiplient depuis quelques jours dans différentes villes du pays, afin de prévenir le risque de nouveaux attentats.

    Au Nigeria où est née l'insurrection, le nouveau président Muhammadu Buhari, qui a fait de la lutte contre Boko Haram une priorité lors de son investiture le 29 mai, a donné trois mois à ses forces armées, dont plusieurs nouveaux hauts responsables ont prêté serment jeudi, pour en finir avec les insurgés.

    Les violences du groupe islamiste - qui a prêté allégeance à l'organisation État islamique (EI) - et leur répression par les forces de l'ordre nigérianes ont fait plus de 15.000 morts et 1,5 million de déplacés dans ce pays depuis 2009.

    Une Force d'intervention conjointe multinationale (MNJTF), à laquelle doivent participer le Nigeria, le Niger, le Tchad, le Cameroun et le Bénin, a été mise en place pour mieux coordonner les efforts des différentes armées, qui agissaient jusque-là en ordre dispersé. Elle doit compter 8.700 hommes mais son déploiement annoncé pour fin juillet après plusieurs reports, est toujours attendu.

    rek-cl/fal

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Cameroon, Nigeria

    Yaoundé, Cameroon | AFP | Thursday 8/13/2015 - 15:48 GMT

    Boko Haram Islamists killed 10 people, including two soldiers, and torched several homes during a raid in northern Cameroon, security sources said Thursday.

    Wednesday's attack in the town of Blame, near the Nigerian border, led to the deaths "of two soldiers from BIR (an elite army unit) and eight civilians," a security source said.

    A BIR officer also confirmed the toll.

    The Islamists also burnt several houses in the town, which lies near Lake Chad, before retreating to Nigeria, the security source said.

    A Cameroonian soldier was killed and two others wounded Tuesday in another Boko Haram attack in the north of the country.

    Nigeria's neighbours Chad, Cameroon and Niger, which have all suffered attacks by Boko Haram, launched a regional force earlier this year to end a conflict that has claimed more than 15,000 lives since 2009.

    Many of the insurgents are hiding out in Lake Chad, a shallow, marshy water body dotted with hundreds of islets, and in Nigeria's Sambisa Forest near the border with Cameroon.

    rek-cl/ach/txw

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Benin, Nigeria, World

    Introduction

    Human mobility has been an integral part of the social organization of West African societies since time immemorial. In recent times, migration within West Africa has in part also intensified due to the Economic Community of West African States (ECOWAS) protocol, allowing for the free movement of goods and persons within the subregion. Historically, complex multicausal combinations of economic, sociocultural and environmental factors have served to dictate population movements within the region (Adepoju, 2005; Sow, Adaawen and Scheffran, 2014).

    While the effects of global climatic and environmental changes as well as improved transport may have accelerated mobility within the subregion, it is envisaged that population pressure on scarce natural resources in part also influence these movements (Van der Geest, 2011). Apart from migration in search of fertile farmland (Le Meur, 2006), many other people in West Africa migrate to exploit both marine and inland fishery resources (Njock and Westlund, 2010). Also, pressure and competition for land have been the underlying causes of most land-use tensions or disputes in several parts of the West African subregion (Obioha, 2008; Tonah, 2002).


older | 1 | .... | 414 | 415 | (Page 416) | 417 | 418 | .... | 728 | newer