Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 383 | 384 | (Page 385) | 386 | 387 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Country Team in Chad
    Country: Chad

    Le Système des Nations Unies au Tchad, par la voix de son Coordonnateur Résident, M. Thomas Gurtner, condamne avec fermeté les attentats perpétrés le lundijuin 2015 dans la capitale N’Djaména. L’ensemble du Système des Nations Unies présente ses condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

    Au nom de toutes les agences des Nations Unies présentes au Tchad, M. Gurtner déplore ces actes de violence qui ont eu lieu ce lundijuin 2015 à N’Djamena, et présente ses condoléances les plus attristées au peuple tchadien. Aux personnes blessées, le Coordonnateur Résident témoigne toute sa compassion et leur souhaite un prompt rétablissement.

    Le Secrétaire Général des Nations Unies condamne également ces attaques, et rappelle le courage du gouvernement tchadien dans la lutte contre Boko Haram. Il insiste sur le besoin d’augmenter la collaboration entre les pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre pour combattre la secte avec efficacité. À cet égard, il salue l’initiative de la mise en place d’une Task Force multinationale.

    Le Coordonnateur Résident s’associe au Secrétaire Général pour rappeler aux pays impliqués dans la lutte contre Boko Haram qu’il est nécessaire de faire en sorte que toutes les mesures prises respectent les standards du droit international humanitaire, les droits de l’Homme et le droit des réfugiés.

    Les Nations Unies au Tchad renouvellent leur volonté d’oeuvrer aux côtés du Gouvernement tchadien pour aider les populations selon leurs mandats respectifs afin de contribuer au développement du Tchad.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali, Mauritania

    MESSAGES CLÉS (jan. - avr. 2015)

    1. La sécurisation de l’espace humanitaire, principalement l’axe Tombouctou – Goundam, reste une priorité et les acteurs de défense et de sécurité doivent déployer les efforts nécessaires à cet effet.

    2. Les attaques de plus en plus ciblées contre les acteurs humanitaires dans la région entraînent régulièrement la suspension temporaire des activités et risquent de poser, à terme, un sérieux problème de protection des civils.

    3. La création d’un environnement propice pour permettre l’accès et l’assistance humanitaire aux personnes dans le besoin doit être une priorité de la MINUSMA ainsi que de ses partenaires étatiques.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Mali, Niger

    MESSAGES CLÉS (jan. - avr. 2015)

    1. Le renforcement de la sécurité, dans les zones d’Ansongo et Menaka ainsi que sur l’axe Gao – Gossi, permettra un meilleur accès aux populations vulnérables, et, inversement, celui de ces populations aux services sociaux de base.

    2. À l’approche de la saison des pluies, les acteurs humanitaires en collaboration avec la Direction Régionale de la Protection Civile doivent assurer une bonne préparation aux inondations et à la réponse aux épidémies qu’elles engendrent.

    3. Les communautés d’éleveurs doivent bénéficier d’un soutien urgent pour répondre au déficit fourrager actuel et limiter les risques de forte mortalité du cheptel, de baisse importante des sous-produits de l’élevage et de l’économie rurale dans un contexte de soudure pastorale précoce.


    0 0

    Source: Peace Direct
    Country: Nigeria, Uganda

    June 17 2015:Children born of war face social stigmatisation and other problems as they grow up. Virginie Ladisch explores the consequences of this - and how it can be tackled - in Nigeria, Uganda and around the world.

    With the recent rescue of over 700 young Nigerian women abducted by Boko Haram – of whom 214 were visibly pregnant – immediate concerns over the trauma they had experienced have led to calls for psychosocial support to help them reintegrate with their communities. Yet some community members are already shunning them as ‘Boko Haram wives’. For their children, it will likely only get worse.

    These children, born of war, will almost certainly face the brunt of repercussions and stigma for the rest of their lives. Even the governor of Borno State, where many of the young women were abducted, suggested that those raped by Boko Haram soldiers could give birth to future terrorists and that their children could somehow “inherit their fathers’ ideology“.

    Indeed, short-term psychological support and basic supplies for returning mothers will not be enough. The challenges these young women and children face – and will face – are significant and deserve our full attention. It is instructive to look at examples from two different countries: Nigeria but also Uganda.

    The Lord’s Resistance Army in Uganda

    A cautionary tale highlighting the consequences of overlooking the rights of children born of war can be drawn from Northern Uganda, where the Lord’s Resistance Army (LRA) and other armed groups committed sexual and gender-based violence against thousands of young women and girls over nearly three decades, with devastating effects. As their stories reveal, their children have been rejected by their communities and denied ownership of property, education, and means to earn a living. “My grandmother was raped [by government soldiers]. My mother was raped [by the LRA] and 3 months after I was born she died. She was HIV positive and now I am too. They call me the LRA daughter. I was supposed to be married, but the community told [the groom] I was an LRA daughter and not to marry me,” shares Acanit, a 17-year-old Ugandan girl. She nurses her three-month-old daughter while participating in a group discussion with other children born of war, which was coordinated last month by the ICTJ. She has been warned not to breastfeed for risk of passing on HIV, but she cannot afford to buy formula milk.

    “They would call me ‘daughter of Kony,” echoes another young girl born of conflict in Uganda. Eighteen years old and a single mother of a one-year-old, she told of bitter discrimination at school: “[When lunch was served] even though I had paid, when it was my turn, the teacher listed all the things my ‘father’ stole (cows, crops, and so on) and said ‘you should be satisfied’ and refused to serve me.”

    These young women, born in captivity or as a result of conflict-related sexual violence, continue to suffer the consequences of violations inflicted on their mothers. Many of them, such as a 19-year-old born in the bush who returned when she was six years old, worry about the future: “Because of my background I may not be given the same opportunity as other students… when the time comes for me to enroll in higher education.”

    The Nigerian context: Boko Haram

    These stories have particular significance in light of emerging challenges in Nigeria. They demonstrate that it will be necessary to understand how communities perceive returning mothers and their children born of war as well as the specific obstacles the children are likely to face. There is no easy fix, but if left unaddressed, the short- and long-term consequences for victims and their children will be devastating. Any campaign must work together with communities to devise strategies to overcome stigma, resentment, and denied access to education and land. It also needs to be linked to wider measures to address human rights violations, because, in the absence of meaningful accountability for perpetrators, the children born of war end up serving as scapegoats for unredressed grievances.

    There need to be targeted interventions that address the specific needs of these children and that distinguish and respond to the distinct challenges faced by boys and girls. For example, if – as in Northern Uganda – identity and land access is determined by paternal clan, then reparations could call for special provisions to set aside parcels of land for victims of violations, or for the laws on land ownership to be revised in light of post-conflict realities. Affirmative action programmes should be instituted, giving children born of war access to education.

    The conflict in northern Uganda has largely drifted out of focus, forgotten since the majority of former child soldiers were “reintegrated” in the early 2000s. Yet a decade later, its consequences persist, and the promises of accountability and reconciliation made by the government at the 2006 Juba peace talks have not been fulfilled, leaving children born of war like Acanit with little hope.

    Now that the attention of international media, donors, and humanitarian aid has shifted to these young women in Nigeria, let’s take the time to consider their needs and the needs of their children. Let’s also work with receiving communities to address the violations they suffered, so that they will accept these children and give them a chance at a brighter future – one that does not repeat the cycle of violence, but where they can live in dignity, with their rights recognised and respected.

    The UN Security Council will hold an Open Debate on Children and Armed Conflict on June 18. It will highlight the abduction of children in situations of armed violence.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    Nations unies, Etats-Unis | AFP | mercredi 17/06/2015 - 16:20 GMT

    La force de l'ONU au Mali (Minusma), qui a subi les plus lourdes pertes parmi les missions de l'ONU, n'a pas l'entraînement, la logistique et les capacités de renseignement nécessaires pour remplir au mieux sa mission, a déploré mercredi son commandant.

    "Est-ce que la Minusma est équipée pour opérer dans un environnement asymétrique ?", c'est-à-dire sous la menace de groupes armés, s'est demandé le général de division Michael Lollesgaard.

    "Je dirais: non, pas vraiment", a-t-il ajouté dans un débat au Conseil de sécurité. "Nous avons certaines insuffisances majeures qui nous rendent extrêmement vulnérables".

    Le général danois a déploré des lacunes dans le renseignement, l'approvisionnement des troupes, leur formation et leur sécurité.

    Des 16 missions de l'ONU dans le monde, la Minusma est celle qui a subi le plus de pertes, avec 36 soldats tués et plus de 200 blessés depuis son déploiement en 2013.

    Les Casques bleus sont victimes des groupes armés actifs dans le nord du Mali qui utilisent engins explosifs, attaques suicides, embuscades et tirs de mortiers sur leurs bases.

    Cette opération est la plus coûteuse en vies humaines depuis la Somalie dans les années 1990.

    Le général Lollesgaard lui-même se trouvait dans un convoi de l'ONU visé le 28 mai par une attaque revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

    Pour lui, la Minusma "aurait pu éviter certaines de ces pertes" si ses soldats avaient été mieux formés et entraînés par leurs pays d'origine avant leur déploiement. "Beaucoup de mes soldats ne sont pas assez bons dans les compétences de base" requises, comme repérer des mines ou appeler à l'aide des hélicoptères pour évacuer des blessés.

    La Minusma doit aussi avoir des contacts plus étroits avec la population locale et mieux se protéger des attaques, que ce soit en patrouilles ou de retour à la base. "Nos troupes méritent d'être bien protégées dans leurs camps contre les tirs et les véhicules piégés, ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas", a expliqué le général.

    Les Casques bleus doivent aussi pouvoir compter sur "un degré de confort élémentaire" dans leurs cantonnements, a-t-il ajouté.

    Il a enfin critiqué le recours par l'ONU à des transporteurs privés pour approvisionner la Minusma: "ça ne marche pas dans un environnement hostile comme au Mali. C'est irresponsable de continuer à aller (dans le nord du Mali) avec de vieux camions civils fragiles non protégés et conduits par des gens qui ne sont pas des soldats".

    avz/are


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Kano, Nigeria | AFP | Wednesday 6/17/2015 - 15:00 GMT

    At least 13 people were killed and 53 others injured in northeast Nigeria when an explosive device detonated, a health official and vigilantes helping the military against Boko Haram said Wednesday.

    The device was picked up by one of the vigilantes as they travelled back to the town of Monguno, in Borno state, from a military operation against the Islamists in Marte, 40 kilometres (26 miles) away.

    Salisu Kwaya Bura, chief medical director at the Maiduguri Specialist Hospital in Borno's state capital where the dead and injured were taken, said 13 people lost their lives.

    A total of 53 people were injured, of whom 37 were later discharged, he told Borno state governor Kashim Shettima.

    Vigilante leader Abdullahi Amadu Bukar earlier told AFP that 12 members were killed in what he described as an "accidental explosion".

    "We have brought seven of the dead to Maiduguri this morning (Wednesday) and left five others behind in Monguno," he said.

    The vigilantes had been fighting Boko Haram alongside troops in Marte when one of them picked up the explosive device and brought it back to Monguno.

    It exploded late on Tuesday as the civilian fighters were examining it on the outskirts of the town, said Bukar, whose account was backed up by another vigilante, Awwal Ibrahim.

    Nigeria's military claimed to have liberated Marte and Monguno in February after a ground and air campaign, but Bukar said Boko Haram had returned to Marte once troops withdrew.

    Elsewhere, a military truck accompanying technicians from a Nigerian power company to make repairs in the Damboa district of Borno on Monday hit a roadside bomb believed to have planted by the rebels.

    Three soldiers were killed in the blast, forcing the team to abandon the mission and return to Maiduguri, 86 kilometres away, according to local vigilante sources‎.

    abu/phz/mbx/kjl


    0 0

    Source: National Oceanic and Atmospheric Administration
    Country: Benin, Botswana, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Ghana, Guinea, Kenya, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Somalia, South Sudan, Sudan, Togo, Uganda

    • Despite a recent improvement in rainfall, dryness has persisted over parts of West Africa.

    • Below-average rainfall observed in northwestern Ethiopia and central South Sudan since the start of the season.

    1) An uneven distribution of the March-May rain has adversely impacted crops and ground conditions over the SNNP, central and Belg-producing areas of Ethiopia, eastern Eritrea, and Djibouti. As the March-May season had already ended, recovery is unlikely.

    2) A delayed onset of the rainy season, followed by poorly-distributed rainfall, has led to abnormal dryness across Burkina Faso, the northern parts of Ghana, Togo, and Benin, western Niger, and northcentral Nigeria, The lack of rainfall over the past five weeks has delayed planting and already negatively affected cropping activities over many local areas of the region.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Chad, Guinea, Niger, Nigeria, Sierra Leone, World

    CHAD
    23 KILLED IN SUICIDE BLASTS

    On 15 June, two simultaneous suicide bombings outside the police headquarters and police academy in the capital N’Djamena killed at least 23 people. There was no immediate claim of responsibility, but Boko Haram militants have in the past threatened to attack Chad and neighbouring countries for battling the militant group. The attack is the first of its kind in Chad. Up to now, Boko Haram has mainly targeted Chadian villages on the shores of Lake Chad.

    CELEBRATING THREE POLIO-FREE YEARS On 12 June, Chad celebrated polio-free status for the third consecutive year, marking a vital milestone towards eradicating the Wild Poliovirus in the country. The achievement is due to the continued engagement of the Chadian government and the close collaboration with UNICEF,
    WHO, other polio partners and donors. Strong efforts have been made to maintain rigorous supplementary immunization activities.

    CAMEROON
    BOKO HARAM MAKE MORE INCURSIONS INTO CAMEROON

    Facing military pressure, Boko Haram appears to be making more cross-border raids into Cameroon for food supplies or to escape Nigerian and regional forces. Over the past week, the militants attacked and looted a village near Fotokol border area. They also looted trucks on a key highway. Local authorities believe the militants are now opting for isolated but targeted attacks, which pose great danger for humanitarian missions in remote areas.

    NIGER
    18 MIGRANTS FOUND DEAD IN DESERT

    The bodies of 18 migrants (17 men and one woman) have been found in the desert near Arlit town in northern Niger, IOM said on 14 June. The migrants, mainly West Africans, are thought to have died of dehydration on 3 June after losing their way during a sandstorm. Nearly 50,000 migrants so far this year have been rescued in the waters between Libya’s coast and Italy. The inland journey is no less arduous and many deaths could be going unreported due to lack of systematic information collection or rescue operations.

    NIGERIA
    10 KILLED IN BLASTS, MILITARY HQ MOVED

    On 15 June, 10 people were killed in twin bombings in Potiskum town in the northern Yobe State.
    No one claimed responsibility, but the city has been repeatedly hit by Boko Haram. The attack came a week after Nigeria announced it was moving its military headquarters to Maiduguri city in Borno State, the birth place of Boko Haram. Nigeria has also taken the lead of a joint regional force set up to counter the militants.

    EVD GUINEA/SIERRA LEONE
    DECLINE IN INFECTION STALLS

    The decline in EVD cases seen in April and May has stopped, with 31 cases reported in Guinea and Sierra Leone in the week to 7 June - the second consecutive week that infections have risen.
    The wider geographic area of transmission and the continued occurrence of cases from unknown sources highlight the challenges still faced in finding and eliminating every chain of transmission. In the week to 14 June, 24 new cases were reported (19 in Sierra Leone and five in Guinea), according to preliminary WHO reports.

    WEST AFRICA
    NEED FOR BETTER DISASTER MANAGEMENT

    On 10 June, the Regional Committee on Disaster Management in West Africa (GECEAO) called for better preparedness and anticipation to alleviate hardship faced by communities in the wake of natural or man-made disasters. This year, more than 27 million people are facing food insecurity, among them 4.7 million in need of immediate food assistance. The 8 - 10 June GECEAO consultations in Abidjan agreed to work to harmonise disaster risk management methodologies, make better use of existing data and ensure that information products are simplified.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Chad, Guinea, Niger, Nigeria, Sierra Leone, World

    TCHAD
    23 TUÉS DANS DES ATTENTATS SUICIDES

    Le 15 juin, deux attentats suicides simultanés devant le siège de la police et de l'académie de police dans la capitale N'Djamena ont tué au moins 23 personnes. Il n'y avait aucune revendication immédiate, mais les militants de Boko Haram ont dans le passé menacé d'attaquer le Tchad et les pays voisins en représailles de leur offensive contre le groupe armé. L'attaque est la première de son genre au Tchad. Jusqu'à présent, Boko Haram a ciblé des villages tchadiens sur les rives du lac Tchad.

    TROIS ANS SANS POLIOMYÉLITE CÉLÉBRÉ

    Le 12 juin, le Tchad a célébré la troisième année consécutive sans cas de poliomyélite, marquant ainsi une étape essentielle vers l'éradication du Poliovirus Sauvage dans le pays. L’accomplissement est dû à l'engagement continu du gouvernement tchadien et à leur étroite collaboration avec l'UNICEF, l'OMS, d'autres partenaires de la polio et les bailleurs de fonds. Des efforts importants ont été déployés pour maintenir des activités de vaccination supplémentaires .

    CAMEROUN
    PLUS D’INCURSIONS DE BOKO HARAM AU CAMEROUN

    Face à la pression militaire, Boko Haram semble faire plus de raids transfrontaliers au Cameroun pour l'approvisionnement en nourriture ou pour échapper aux forces nigérianes et régionales. Au cours de la dernière semaine, les militants ont attaqué et pillé un village près de la zone frontalière de Fotokol. Ils ont également pillé des camions sur une autoroute stratégique. Les autorités locales estiment que les militants optent désormais pour des attaques isolées mais ciblées, représentant un grand danger pour les missions humanitaires dans les zones reculées.

    NIGER
    18 MIGRANTS RETROUVÉS MORTS DANS LE DÉSERT

    Le 14 juin, l’OIM a déclaré que les corps de 18 migrants (17 hommes et une femme) ont été trouvés dans le désert près de la ville d'Arlit dans le nord du Niger. On estime que les migrants, principalement de l’Afrique de l’Ouest, sont morts de déshydratation le 3 juin, après s’être égaré au cours d'une tempête de sable. Près de 50 000 migrants ont été secourus cette année entre les côtes de la Libye et l'Italie. Le périple intérieur n’en est pas moins ardu et de nombreux décès pourraient ne pas être signalés à cause du manque de collecte d’informations et d’opérations de sauvetage systématiques.

    NIGERIA
    10 TUÉS DANS DES EXPLOSIONS, QG MILITAIRE DÉPLACÉ

    Le 15 juin, 10 personnes ont été tuées dans un double attentat dans la ville de Potiskum dans le nord de l'État de Yobe. Il n’y a pas eu de revendications, mais la ville a été frappée à plusieurs reprises par Boko Haram. L'attaque est survenue une semaine après que le Nigéria a annoncé qu'il déplaçait ses quartiers généraux militaires à Maiduguri, ville de l'État de Borno, berceau de Boko Haram. Le Nigéria a également pris la tête de la force régionale commune mise en place pour combattre les militants.

    MVE GUINEE/SIERRA LEONE
    RALENTISSEMENT DANS LA DIMINUTION DES CAS

    Le déclin dans les cas de maladie à virus Ébola (MVE) constaté en avril et mai s’est interrompu, avec 31 cas signalés en Guinée et en Sierra Leone dans la semaine allant au 7 juin - la deuxième semaine consécutive où les infections ont augmenté. La zone géographique de transmission plus large et la persistance de la maladie provenant de sources inconnues mettent en évidence les défis encore rencontrés à trouver et à éliminer toutes les chaînes de transmission. Selon les données préliminaires de l’OMS, dans la semaine menant au 14 juin, 24 nouveaux cas ont été signalés (19 en Sierra Leone et cinq en Guinée).

    AFRIQUE DE L’OUEST
    BESOIN POUR UNE MEILLEURE GESTION DES CATASTROPHES

    Le 10 juin, le Comité Régional de Gestion des Catastrophes en Afrique de l'Ouest (GECEAO) a appelé à une meilleure préparation et anticipation afin d’atténuer les difficultés rencontrées par les communautés à la suite de catastrophes naturelles ou d'origine humaine. Cette année, plus de 27 millions de personnes sont confrontées à l'insécurité alimentaire, parmi elles, 4,7 millions ont besoin d'assistance alimentaire immédiate. Lors de la consultation GECEAO, du 8 au 10 juin à Abidjan, il a été convenu d’œuvrer à harmoniser les méthodologies de gestion des risques de catastrophe, faire un meilleur usage des données existantes et garantir que les produits d’informations sont simplifiés.


    0 0

    Source: US Agency for International Development
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria, United States of America

    HIGHLIGHTS

    • Increased displacement due to Boko Haram attacks results in an estimated 1.5 million IDPs in Nigeria as of late May

    • Approximately 700 Boko Haram survivors found in Borno State

    • U.S. Secretary of State John F. Kerry leads a U.S. delegation to the May 29 inauguration of President Muhammadu Buhari, who pledges to defeat the Boko Haram insurgency

    KEY DEVELOPMENTS

    • While new Nigerian President Muhammadu Buhari has reinforced the Nigerian military offensive against militant group Boko Haram, insurgents continue to attack households in northeastern Nigeria, particularly in Adamawa, Borno, and Yobe states, which remain under a Government of Nigeria (GoN)-declared state of emergency. As of late May, Nigeria hosted an estimated 1.5 million IDPs, with significant humanitarian needs among both displaced and host communities, according to the UN.

    • On April 28, Nigerian forces found approximately 700 children and women abducted by Boko Haram in Borno’s Sambisa Forest. Priority humanitarian needs among these individuals include nutritional and psychosocial support.

    • The UN projects that at least 3 million Nigerians will require emergency food assistance between July and September 2015. Areas in Borno, northern Adamawa, and southern Yobe will likely face Emergency—IPC 4—levels of food insecurity by July, the USAID-funded Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET) reports. USAID/FFP recently provided more than $13 million to non-governmental organizations (NGOs) to address urgent food needs among conflict-affected, food-insecure populations.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Mali, South Sudan, Syrian Arab Republic, World

    SC/11930
    7464th Meeting (AM)
    SECURITY COUNCIL
    MEETINGS COVERAGE

    Challenges in protecting civilians, asymmetric threats faced by mission personnel and caveats imposed by troop-contributing countries figured prominently in the Security Council today, as that body heard from the top United Nations peacekeeping official and force commanders on the operational hurdles related to the implementation of peacekeeping mandates.

    Every force commander had a story to tell — a story of courage and determination and also of challenges, Herve Ladsous, Under-Secretary-General for Peacekeeping Operations, told the 15-member body. The three issues chosen for this year’s briefing were relevant to modern-day peacekeeping, which had witnessed unprecedented challenges as well as difficulties.

    Speaking on protection of civilians, Yohannes Gebremeskel Tesfamariam, Force Commander of the United Nations Mission in South Sudan (UNMISS), said that in a conflict where the Sudan People's Liberation Army, opposition and allied forces paid little heed to the laws of war — and directly targeted civilians — peacekeepers struggled to implement their mandate.

    The protection of civilians mandate “presupposes that those charged with protecting civilians have the willingness to take proactive measures to do so”, he said, calling that willingness an operations’ “greatest protection asset”. As the most resource-consuming task in peacekeeping, civilian protection required logistical, financial and human resources, he said, stressing that the limits faced in that respect negatively impacted operations. Success depended on well-trained and well-equipped troops with the mind-set to deter potential aggressors, as well as innovative leaders.

    Michael Lollesgaard, Force Commander of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA), said that his Mission was not really geared to operate in an asymmetric environment, since although it possessed some good assets it also had major shortfalls that made it extremely vulnerable. MINUSMA, he said, had a robust mandate for self-defence and protection of civilians, but could not conduct offensive operations against threats.

    Such a defensive posture required, as priority, enhanced intelligence to understand the environment, for which purpose an All Sources Information Fusion Unit had been put in place along with special operations forces and helicopters, he said. More staffing was needed, however, to gather information on lower levels and make better use of intelligence.

    Michael Finn, Head of Mission and Chief of Staff of the United Nations Truce Supervision Organization (UNTSO), said national caveats were controversial and their impact on United Nations missions had been much discussed. The deteriorating situation in Syria prompted several contributors to UNTSO to impose restrictions on activities of their personnel assigned to Observer Group Golan on the Syrian-controlled side of the ceasefire line.

    Caveats had also limited flexibility to assign officers to other locations where UNTSO operated, including Jerusalem, Beirut, Damascus, and Cairo. “I fully understand what drove the imposition of those restrictions and I share the desire of [troop-contributing countries] to see the risks to your deployed personnel mitigated to the greatest extent possible,” he said. He reassured those countries by stressing the tight coordination between UNDOF’s Field Commander and himself and the provision of contingency planning.

    In the ensuing debate, speakers agreed that civilian protection was at the heart of most peacekeeping mandates and they explored ways to improve performance. New and evolving threats from non-State actors, who used improvised explosive devices, suicide attacks and road mines as war tactics, meant that peacekeepers must be trained and equipped with the assets, technologies and mind-set to ensure their success. Use of modern technologies, stressed France’s delegate, would allow missions to better anticipate “upstream” peaks of violence.

    Speakers expressed differing views on the issue of national caveats — restrictions placed by countries on how the United Nations can use their forces. Some, including the representatives of Angola and the United States, argued that they hampered the chain of command, while others said they could indeed be used as long as they respected the requisite terms. New Zealand’s representative asked whether troop contributors forwarded caveats because of the threats United Nations personnel constantly faced. Jordan’s delegate said command and control lines must be clarified in full consultation with troop contributors.

    A few speakers reiterated that sexual misconduct by peacekeepers was intolerable under any circumstance. They advocated zero tolerance for such abuse. Speedy, impartial investigations for those accused would help establish accountability within operations and ensure that the United Nations credibility was maintained.

    Also making statements today were the representatives of Chad, Chile, China, Nigeria, Russian Federation, Spain, United Kingdom, Venezuela, Lithuania and Malaysia.

    The meeting began at 10:04 a.m. and ended at 1:10 p.m.

    Introduction

    HERVÉ LADSOUS, Under-Secretary-General for Peacekeeping Operations, introducing the briefers, said every single force commander had a story to tell — a story of courage and determination and also of challenges — and deserved everyone’s attention and gratitude. For today’s briefing, it was decided to include three issues of relevance to modern-day peacekeeping: protection of civilians; caveats imposed by troop-contributing countries; and asymmetric threats. Peacekeepers today were working in diverse environments across the globe, which were unprecedented in terms of the scale of challenges as well as difficulties, he said.

    Briefings

    YOHANNES GEBREMESKEL TESFAMARIAM, Force Commander of the United Nations Mission in South Sudan (UNMISS), said that in a conflict where the Sudan People's Liberation Army (SPLA), opposition and allied forces paid little heed to the laws of war — and directly targeted civilians — peacekeepers struggled to implement their mandate to protect civilians. Restrictions on access and freedom of movement hampered even their most basic efforts, negating the principle that authorities were primarily responsible for such work. Given that, the Mission’s “protection of civilian sites” had become targets, notably from 19 to 21 May, when the base in Melut was hit by more than 20 artillery shells and stray bullets.

    The protection of civilians mandate “presupposes that those charged with protecting civilians have the willingness to take proactive measures to do so”, he said, calling that willingness an operations’ “greatest protection asset”. From a military standpoint, command and control was critical to the mandate, which must be delivered in contexts where weeks could pass without contact between commanders and subordinates. The unit commander was a key force enabler, making trust within the chain of command essential. Protecting civilians was about not only providing a “static” location for vulnerable people but also ensuring security and the freedom of movement.

    For its part, UNMISS projected its presence outside its bases, he said. Yet, the United Nations could not ignore that some internally displaced persons were encouraged to stay in protection sites because of the services provided. Since 2013, the sites had grown to serve 136,000 people in seven locations. “We must assess the sustainability of this arrangement,” he said. Various actors perceived as the main threats to safety often violated human rights, restricted peacekeepers’ movement and ignored arrangements. The Council played an important role in holding accountable those who harmed civilians or obstructed peacekeepers’ efforts to protect them. As the most resource-consuming operation, civilian protection required logistical, financial and human resources, he said, stressing that the limits faced in that respect negatively impacted operations. Success depended on well-trained and equipped troops who had the mind set to deter potential aggressors, as well as innovative leaders.

    MICHAEL LOLLESGAARD, Force Commander of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA), said that his Mission was not really geared to operate in an asymmetric environment, since although it possessed some good assets it also had major shortfalls that made it extremely vulnerable. Jihadists, who represented the primary but not exclusive threat to the Mission, employed improvised explosive devices, suicide attacks, road mines, ambushes and shelling. The result was the highest casualties among United Nations operations, with 36 killed and more than 200 wounded since 2013.

    MINUSMA, he said, had a robust mandate for self-defence and protection of civilians, but could not conduct offensive operations against threats. Such a defensive posture required, as priority, enhanced intelligence to understand the environment, for which purpose an All Sources Information Fusion Unit had been put in place along with special operations forces and helicopters. More staffing was needed, however, to gather information on lower levels and make better use of intelligence. Outreach to the population to diminish support for armed groups, now taking the form of public information, had to be coordinated with all action on the ground.

    For those purposes and to protect themselves, he said, troops must be trained for the specific threats they faced before deployment and properly equipped, particularly for movement. Contractors must have the right equipment to be able to transport necessities effectively along difficult supply routes and bases must be secured. All posts must be manned with skilled officers. Acknowledging that much was expected from all stakeholders in such situations, he assured the Council that MINUSMA was working very hard to improve capabilities by stepping up on-site training efforts, new equipment was coming in and courageous soldiers “every day face the threats without shying away”. They needed, however, to be better prepared and supported.

    MICHAEL FINN (Ireland), Head of Mission and Chief of Staff of the United Nations Truce Supervision Organization (UNTSO), said that UNTSO’s military component comprised some 153 unarmed observers. Since the outset of the conflict in Syria, and especially as it spread to the Golan, there had been legitimate concerns over the safety and security of those personnel. Unfortunately, while UNTSO, the United Nations Disengagement Observer Force (UNDOF), the United Nations Department of Safety and Security (UNDSS) and the Department of Peacekeeping Operations (DPKO) sought to improve security and reduce risks, several troop-contributing countries had imposed national caveats restricting where their observers could deploy. Caveats were controversial and their impact on United Nations missions had been much discussed. In March, the heads of the military components of Missions were invited to submit military advice to the Independent High-Level Panel on United Nations Peace Operations. Discussions led to considerable coherence on the advice provided. Among the core issues considered to jeopardize peace operations were caveats.

    It was suggested that troop numbers were less important to effectiveness than unity of command and the removal of caveats, he said. Field commanders strongly believed there must be zero tolerance for hidden caveats, and recommended strengthening consultations between United Nations Headquarters and troop-contributing countries in order to prevent caveats and ensure unity of command, on the basis of “one mandate, one mission and one concept”. The deteriorating situation in Syria prompted several contributors to UNTSO to impose restrictions on activities of their personnel assigned to Observer Group Golan on the Syrian-controlled side of the ceasefire line. Caveats had also limited flexibility to assign officers to other locations where UNTSO operated, including Jerusalem, Beirut, Damascus, and Cairo. “I fully understand what drove the imposition of those restrictions and I share the desire of [troop-contributing countries] to see the risks to your deployed personnel mitigated to the greatest extent possible,” he said. He reassured those countries by stressing the tight coordination between UNDOF’s Field Commander and himself and the provision of contingency planning.

    Under-Secretary-General Hervé Ladsous, Head of DPKO, had continuously stressed the importance that DPKO and all peacekeeping operations placed on the safety and security of personnel in the field, he said. Since September 2014, all UNTSO observers as well as most UNDOF personnel had been relocated to the Israeli-occupied side of the ceasefire line. Nevertheless, seven countries continued to impose caveats; the removal of those remaining caveats remained a priority issue. A recent internal review of UNTSO led by DPKO recommended that UNTSO contributors with caveats be strongly urged to lift them and that DPKO consider options in relation to remaining caveats. Those included reducing the number of military personnel contributed by countries that continued to impose restrictions on their deployment; increasing the contribution of those that did not have caveats; and reviewing the allocation of senior staff officer positions in UNTSO, providing those posts only to countries that had no national caveats on the activities of their military personnel on the Bravo (Syrian) side.

    Statements

    BANTE MANGARAL (Chad) said peacekeepers were sparing no efforts to fulfil their mandates amid adverse conditions. Rejecting the use of force in disregard of national sovereignty, he stressed the need to protect civilians. The United Nations must do better by investing in more robust action, including through early-warning mechanisms, which had been successful in the Democratic Republic of the Congo. While upholding peacekeeping’s basic tenets, when a situation warranted offensive operations must be pursued. He stressed the importance of increasing the number of women in peacekeeping operations, including in leadership roles. The asymmetric threat landscape required an inquiry whether MINUSMA was undertaking a peacekeeping mandate or fighting terrorism, for which it was not equipped. The focus should be on national ownership by Mali’s security and political institutions in keeping with the need to bolster regional peace and stability. The Malian authorities should make all efforts to bring to justice those responsible for attacks on MINUSMA. Peacekeeping was not a risk-free activity and contributors must be ready to adapt to evolving situations. He asked the Force Commander whether a rapid intervention force would be useful to MINUSMA.

    JOÃO IAMBENO GIMOLIECA (Angola) noted the dramatic change in the nature and scope of peacekeeping operations around the world. The personnel mandated to protect civilians were themselves under constant threats. The protection of civilians had become the primary focus of peacekeeping missions but was undermined through repetitive cycles of violence and poor governance. Lack of resources and information, poor governance, and inadequate training were among the factors that must be addressed in order to ensure mission success. On asymmetric threats, he called for an appropriate strategic response that would strengthen the missions’ ability to fulfil their mandates. Caveats hampered mission capabilities, he said, and stressed the need for troop- and police-contributing countries to abide by the established United Nations chain of command.

    CRISTIÁN BARROS MELET (Chile) said the three issues under discussion reflected the changing realities of peacekeeping. The Council and the international community in particular needed to step up efforts on protection of civilians. Personnel should be adequately trained to fulfil their mandates and missions should maintain and exchange information to ensure that those responsible for human rights violations were brought to justice. He asked the UNMISS Force Commander to elaborate further on the key challenges he faced and how the Council could help. The experience in Mali underlined the importance of information in enhancing mission efficiency. Troop- and police-contributing countries had the responsibility to inform in advance what responsibilities their personnel could or could not undertake based on their capacities.

    WANG MIN (China) said the changing peacekeeping landscape around the world required adaptation and innovation, a process the Secretary-General’s review would contribute to. Peacekeeping activities should comply with the United Nations Charter, consent of host countries and other established tenets. At the same time, it was important to devise detailed and practical rules, policies, and mandates in order to enhance relevance and effectiveness. The Council, for its part, should provide political guidance to ensure that mandates responded to needs, making adjustments as needed. Operations should respect the sovereignty of countries and conform to Council mandates and international law. They should also be tailored to specific contexts such as asymmetric threats in full consultation with troop-contributing countries. Noting that China had deployed its first peacekeeping infantry contingent to UNMISS and was sending helicopters to UNAMID, he pledged his country’s continuing commitment to efforts to bolster international peace and security.

    SAMANTHA POWER (United States) said peacekeepers must be trained for the conditions in which they served, noting that the Asymmetric Warfare Group had found that tailored, pre-deployment training for those heading to Mali was the single largest gap. The pool of troop contributors and the kinds of contributions they provided must be expanded. The United States President would host a summit aimed at working with the Secretary-General, troop contributors and supporters so the United Nations could draw on the resources of contributing nations. Planning and support also must improve. Force commanders needed confidence that troops would follow their leadership, trust that was restricted by national caveats. Even open caveats were deeply concerning when they restricted contingents’ ability to carry out mission-critical tasks. Personnel committing sexual abuse must be brought to justice by national authorities. She asked the UNMISS Commander about the training gaps; the UNTSO Commander about the procedure for contingents to inform him of caveats; and the Under-Secretary-General about how to improve support for medical evacuations.

    ANTHONY BOSAH (Nigeria) underlined the importance of enhanced cooperation among the United Nations, troop- and police-contributors and States, asking how to sustain camps for internally displaced persons. Clear civilian protection mandates were essential. Also, peacekeepers must be transparent in their actions. Sexual exploitation of women and children was inexcusable, requiring speedy and impartial investigations, as well as sanctions, which would help establish accountability within operations. Casualties caused by asymmetric attacks had assumed unacceptable proportions, he said, noting that international assistance to peacekeepers and other arrangements that involved anti-terrorist operations could staunch those casualties. The proliferation of small arms and light weapons challenged the implementation of peacekeeping mandates. Denying non-State actors sanctuary was of utmost importance.

    PETR V. ILIICHEV (Russian Federation) said the growing “untraditional” risks to peacekeepers from non-governmental actors placed more responsibility on the Council to devise clear mandates. A population expected support from the United Nations. Inaction by missions — or excessive use of force transcending mandates — negatively impacted the United Nations standing. Cooperation between peacekeepers and national authorities must be forged daily. The Council initially had entrusted UNMISS with a strong civilian protection mandate; however, a shortcoming in analysis and operational planning meant that the Mission was not ready to carry out its tasks. An analysis of the experience, including informing the Council on the ground situation, would positively impact its effectiveness. Effective implementation of mandates would be feasible only when peacekeepers were trained and supplied with modern equipment. He urged an exchange of operational data, with respect for sovereignty.

    JUAN MANUEL GONZÁLEZ DE LINARES PALOU (Spain) urged working together to cover the gap between mandate creation and compliance with them, as well as caution in such work. Adequate training, equipment and resources must be provided to peacekeepers. MINUSMA was operating in difficult conditions that represented “the new paradigm”. Yet, it did not have the training, logistics and intelligence to respond to asymmetric attacks. Casualties were high and the Mission faced enormous difficulties in carrying out its mandate. The major challenge was the gap between diagnosis of a political crisis and the reality of an asymmetrical environment. He urged balancing contingent security and compliance with mandates with an ability to carry out actions in an evolving environment. The transition of UNMISS from a peacebuilding to civilian protection mission had presented enormous challenges. He urged protecting peacekeepers working outside camps and ensuring coordination among all the elements comprising that mission. Troop contributors could place caveats on troop deployment as long as they respected the requisite terms and chain of command.

    GERARD JACOBUS VAN BOHEMEN (New Zealand) said United Nations peacekeepers should not even be targets, much less casualties, in theatres of deployment. Yet the sordid reality on the ground explained why some countries found it difficult to contribute troops and other personnel to United Nations operations. With the total breakdown of political institutions in South Sudan, UNMISS personnel were left to take care of the situation. In that context, the Council must respond to force commanders’ plea that troops and personnel were properly trained to discharge their mandate. He asked whether heavily armoured troops operating in hostile environments were still able to make the local connections necessary to build peace. On caveats, he asked whether troop contributors forwarded them because of the threats United Nations personnel constantly faced.

    MATTHEW RYCROFT (United Kingdom) said force commanders and personnel were at the sharpest edge of the international community’s efforts to maintain international peace and security. The imperative of greater transparency and accountability required honest and open meetings on peacekeeping. During the darkest moments of conflicts, civilians looked to the United Nations for protection. While the principle of protection of civilians was widely accepted, there was not enough clarity on what could be done to ensure that. He asked the force commanders to be honest about their expectations so that the Council could be candid about what it could do. As new challenges emerged, new technology must be deployed, he said, stressing the importance of pre-deployment training. National caveats were a reality that needed to be acknowledged and accounted for, he said, and asked the commanders what steps could be taken to reduce their adverse impact.

    RAFAEL DARÍO RAMÍREZ CARREÑO (Venezuela) said the principle of protection of civilians should focus on those civilians under immediate threat and should be applied in keeping with international law. Political solutions should be the ultimate objective of peacekeeping operations and personnel involved should have rapid-deployment capabilities and appropriate resources. Peacekeeping operations should not be used to impose peace, he said, and stressed the importance of building State capacity. Efforts to protect civilians must proceed on the reality that primary responsibility lay with national Governments. On asymmetric threats, he said it was becoming increasingly common to deploy missions where there was no peace to keep or a process to support. This exposed personnel to threats. Therefore, it was important to set achievable mandates and expectations. Every troop-contributing country had the right to set the parameters in which they could operate in a particular theatre based on their training and abilities. Therefore, the Council needed to consult and engage with such countries more actively.

    MAHMOUD DAIFALLAH MAHMOUD HMOUD (Jordan) said changing political and security environments in host countries had transformed the peacekeeping landscape. Threats to peacekeepers represented a basic challenge, he said, and stressed the need to identify and address the threats posed by non-State actors. Peacekeeping operations therefore must adapt to new realities on the ground. Force was often required to protect peacekeeping mission mandates amid asymmetric threats and the Council must step up consultations with troop contributors on ways of boosting effective responses based on international law. There was also a need to strengthen partnerships between the United Nations and regional organizations. The guiding principles of missions did not cover protection of civilians in a clear way, a gap which the Council must address. As national Governments were primarily responsible for protecting civilians, efforts must focus on building capacities and ownership. National caveats often impacted the chain of command and the United Nations must clarify lines of command and control in full consultation with troop contributors.

    FRANÇOIS DELATTRE (France) underlined the difficulty of carrying out civilian protection mandates, noting the challenge of tailoring peacekeeping operations to be more effective for civilians. The human aspect of such work was of utmost importance and he urged forging close links between peacekeepers and the populations they were charged to protect. More French speakers were needed in peacekeeping. “This is a precondition for operational effectiveness,” he said, expressing zero tolerance for actions that harmed the United Nations standing. Asymmetric environments required trained troops equipped with requisite air, logistical, engineering and other assets, which they currently often lacked. He asked the MINUSMA Force Commander about the status of forces and lessons to be learned. He urged opening peacekeeping to modern technology use, which would allow missions to anticipate “upstream” peaks of violence. He asked commanders about the constraints linked to caveats, as missions could not allow contingents, to avoid following orders for national reasons.

    RAIMONDA MURMOKAITĖ (Lithuania) said that it was of “considerable concern” that an increasing number of host Governments were turning against peacekeeping missions, including by making incendiary comments and demands of premature withdrawal despite dramatic realities facing the civilian protection mandate. In South Sudan, UNMISS had accommodated 120,000 internally displaced persons at its sites. Protecting them posed enormous constraints on the Mission. Better cooperation with the Government was required to secure a safe environment for their voluntary return. Continuous violations of the status-of-forces agreement were a serious concern for future cooperation. She asked if an arms embargo in South Sudan made the Mission’s civilian protection task easier, also seeking elaboration on the impact of status-of-forces agreement violations on the protection mandate. She also wondered how the Council could better enable force commanders to lead the operations in an asymmetric environment, and if the current command structures were flexible enough to operate in such an environment. Troop-contributing countries should adjust posture and mission tasks in line with evolving needs, and should avoid, as much as possible, national operational caveats.

    RAMLAN BIN IBRAHIM (Malaysia) agreed that civilian protection had emerged as a core mandate of contemporary peacekeeping operations. In difficult environments that often lacked infrastructure, peacekeepers were responsible for protecting people over vast areas, but often lacked the equipment to efficiently operate. Peacekeepers must be held to the highest standards. Any allegations of impropriety must be addressed in a timely, impartial and transparent manner, with a view to maintaining the United Nations credibility. A zero tolerance policy in that context must be fully respected. MINUSMA was operating in a context marked by local conflict dynamics, organized crime and jihadism. Some improvements, including mine-protected vehicles, had enhanced peacekeepers’ ability to operate in such environments. Caveats could hamper peacekeeping operations, as they created parallel chains of command. Effective command and control was paramount, he said, stressing the need to include troop contributors in decisions well before the creation of mandates.

    Response

    Responding to questions raised by Council members, Mr. TESFAMARIAM said the major challenges UNMISS was facing were the presence of internally displaced people, paucity of resources and mind-set issues among manpower. The most critical challenge was the ongoing fighting in the country, resulting in continuing displacement of civilians. During the Council’s visit to the country, internally displaced persons sought help through the “silencing of guns”. While UNMISS sought to be proactive in its approach to protecting civilians, the presence of such persons posed a dilemma. Some 4.6 million people needed humanitarian aid as well as protection.

    The Mission was spending time on technical, procedural and legal issues that it could have more effectively deployed towards the people in need, he said. There were gaps in terms of force composition and training relating to protection of civilians. The result was that UNMISS had a dual mission of protecting civilians as well as itself. On caveats, he said divisions within troops impacted the effectiveness of the force. However, there was a need to address the concerns of diverse forces comprising the Mission. UNMISS had undergone a revised mandate based on realities on the ground and it was trying to do its best to fit the situation.

    Mr. LOLLESGAARD said the existing mandate allowed the deterrence — not the prevention — of the asymmetric threats in northern Mali. An intervention brigade would require a mandate that would complicate the Mission. MINUSMA was doing all it could to minimize risks. Intelligence sharing was extremely important in United Nations missions and had resulted in better security. The Mission required more helicopters capable of night operations, he said, adding that efforts were under way to step up training programmes. On caveats, the Council could encourage ways of limiting them. However, if they were fully known beforehand, there were ways to work around them.

    Mr. FINN said UNDOF existed for many years in a benign situation, which all changed in 2012-2013. In that context, countries began putting forth caveats. As the Mission began implementing mitigating measures, some countries began lifting those caveats. Amid the changed reality, UNDOF continued to carry out its mandate as best it could.

    Mr. LADSOUS said the protection of civilians was the core of contemporary mandates. However, a peacekeeper could not be put behind every civilian. In that context, his Department was working on ways of improving missions’ ability to fulfil that mandate. While national Governments were primarily responsible for the protection of civilians, not all Governments were capable of doing so. In such situations, Governments should not be allowed to impede the United Nations. On caveats, troop-contributing countries had legitimate concerns on the use of their personnel. What was important was that the United Nations be aware of those concerns well in advance. It was also important to discourage short-circuiting the force commander by taking orders from the national capitals.

    Continued efforts were required to ensure the safety and security of mission personnel and many proposals were being considered, he said. The challenge of medical evacuation had changed in keeping with the overall shift in the peacekeeping landscape, he said, adding that the Department was working on ways of enhancing efficiency. Any act of sexual misconduct was one too many and the United Nations and Member States alike needed to maintain strict adherence to a zero-tolerance policy.

    For information media. Not an official record.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Mali, South Sudan, Syrian Arab Republic, World

    CS/11930

    7464e séance – matin
    CONSEIL DE SÉCURITÉ
    COUVERTURE DES RÉUNIONS

    Les membres du Conseil de sécurité ont, ce matin, examiné la question des opérations de maintien de la paix des Nations Unies (OMP) en débattant de l’expérience vécue par trois d’entre elles qui sont déployées au Soudan du Sud, au Mali et au Moyen-Orient, avec la participation des commandants de leurs forces respectives. Le débat a notamment mis en évidence la nécessité de dispenser une meilleure formation aux Casques bleus avant leur déploiement et de donner aux missions des capacités suffisantes pour l’accomplissement de leurs tâches, sans oublier le rôle que doivent jouer les pays fournisseurs de troupes et de contingents.

    Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Hervé Ladsous, a jugé intéressant que le Conseil examine les opérations de maintien de la paix en se focalisant sur trois situations au sein desquelles les missions de l’ONU font face à des circonstances et difficultés particulières en matière de protection des populations civiles. Au moment où l’ONU mène un examen complet de ses OMP alors qu’elle s’apprête à célébrer le soixante-dixième anniversaire de sa création, les membres du Conseil de sécurité ont rappelé que le maintien de la paix par l’ONU ne diminuait en rien la responsabilité qui incombe aux États d’assurer la protection de leurs populations civiles, ceci même quand une OMP est déployée sur leur territoire. Tout en soutenant le principe de la protection des civils, des délégations, dont celles du Tchad, du Venezuela et de la Chine, ont cependant tenu à rappeler que l’indépendance politique et la souveraineté des pays accueillant des OMP ou luttant contre le terrorisme ne sauraient être outrepassées ou violées par une interprétation abusive de ce principe. De nombreux pays africains tiennent aujourd’hui à assurer leur sécurité, au vu de la situation créée en Libye, a souligné le représentant du Tchad.

    Au vu de l’évolution des menaces qui se posent aujourd’hui à la sécurité, et qui se caractérisent par leur nature « asymétrique », les capacités des OMP à faire face aux nouveaux dangers doivent être renforcées, ont demandé la plupart des intervenants au débat. « La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) n’est pas vraiment conçue pour évoluer dans un environnement asymétrique », a noté au cours de sa présentation le Commandant de la Force de la MINUSMA, le général de division Michael Lollesgaard. Il a étayé ce constat en énumérant les méthodes meurtrières utilisées contre les personnels de la MINUSMA par les groupes armés et les groupes djihadistes hostiles à la Mission. La MINUSMA est la mission des Nations Unies qui a connu le plus grand nombre de décès parmi ses troupes, avec 36 soldats tués et plus de 200 blessés depuis 2013, a dit le général.

    De son côté, le Commandant de la Force de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), le général Yohannes Gebremeskel Tesfamariam, a expliqué que les sites de protection des civils érigés par cette Mission étaient de plus en plus pris pour cibles par les belligérants parties au conflit. En plus de violer régulièrement les droits de l’homme, les différents acteurs de ce conflit entravent souvent la liberté de mouvement des Casques bleus et ignorent les accords auxquels ils ont pourtant souscrits auparavant. Pour le Commandant de la Force de la MINUSS, la protection des civils exige donc des ressources logistiques, financières et humaines qui conviennent à la mise en œuvre du mandat donné à la Mission, ainsi qu’aux attentes et aux réalités existant sur le terrain. Ce point de vue du général Gebremeskel Tesfamariam a été partagé par les membres du Conseil de sécurité qui ont tous souligné la nécessité de doter les missions des capacités les plus appropriées à l’exécution de leur mandat. Beaucoup ont conseillé une amélioration des capacités des missions en termes de ressources humaines qui pourrait se traduire par l’envoi sur le terrain de Casques bleus mieux entraînés et plus aguerris.

    La délégation du Tchad, qui a rappelé que son pays était l’État fournisseur de contingents qui a payé le plus lourd tribut en vies humaines au Mali, a recommandé de ne pas négliger le recours à des interventions robustes, prenant pour exemple la réussite des opérations menées par la bridage d’intervention de la MONUSCO en République démocratique du Congo. Le Commandant de la Force de la MINUSMA au Mali a reconnu que quand elles sont jugées passives, les forces onusiennes sont perçues par les parties au conflit comme faibles, ce qui ouvre la voie à des comportements agressifs qui eux-mêmes engendrent des risques élevés pour tous les acteurs et la population.

    Il existe une autre façon de renforcer les capacités des missions, et elle consiste à favoriser la compréhension de l’environnement dans lequel elles évoluent, afin de prévenir les attaques, a indiqué le Commandant de la Force de la MINUSMA. Il a, à cet égard, expliqué les mesures prises pour collecter l’information et centraliser le traitement du renseignement. En parallèle, il faut multiplier les efforts de communication qui sont très utiles aux missions, car ils leur permettent de mieux faire comprendre aux populations locales les actions qu’elles mènent, ont noté les intervenants au débat en plaidant en faveur de l’établissement de liens de confiance forts avec la population. Le représentant de la France a rappelé à cet égard qu’il y avait un besoin pressant de doter certaines missions en cours en personnels francophones supplémentaires. Il faut en effet pouvoir communiquer avec la population dans la langue qu’elle pratique.

    Le besoin d’assurer la protection des Casques bleus eux-mêmes a été soulevé avec préoccupation par les officiers supérieurs commandant les forces des missions et par des délégations qui ont évoqué, par exemple, la pose de mines et d’engins explosifs improvisés par les groupes armés sur les routes au Mali. Le Chef d’état-major de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST), le général Michael Finn, a fait part de son inquiétude concernant la sécurité du personnel de l’ONUST au regard du conflit en Syrie, dont la contagion affecte le Golan.

    Certaines délégations, dont celle de la Fédération de Russie, ont aussi souligné la nécessité de disposer d’une structure de commandement claire et efficace dans les forces. Le représentant de l’Angola a souligné l’importance, pour les contingents militaires et de police, de respecter les commandements des forces onusiennes dont ils font partie, au lieu d’accorder la priorité aux ordres venant de leur propre hiérarchie militaire nationale. Le général Finn s’est plaint à cet égard qu’en 2013, 18 sur les 25 pays contributeurs de troupes de l’ONUST avaient imposé des restrictions sur la manière dont pouvaient être utilisés leurs observateurs dans le Golan. Enfin, les abus sexuels signalés dans les missions ont été unanimement et vigoureusement dénoncés par les délégations. Pour y faire face, le représentant du Tchad a proposé d’inclure davantage de femmes dans le personnel des OMP y compris aux postes de responsabilité.

    OPÉRATIONS DE MAINTIEN DE LA PAIX DES NATIONS UNIES

    Déclarations

    M. HERVÉ LADSOUS, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, a reconnu que chacun des officiers présents à cette réunion avait une histoire à raconter et des défis à relever. Il a cependant jugé intéressant de se focaliser sur trois questions, en commençant par une présentation qu’allait faire le général Yohannes Gebremeskel Tesfamariam, Commandant de la Force de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), qui avait auparavant été en poste à Abyei. Le général de division Michael Finn, Chef d’état-major de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve, décrira pour sa part un contexte qui a nettement évolué à partir d’une opération de maintien de la paix classique, qui se heurte en outre à des restrictions imposées aux pays fournisseurs de contingents, a indiqué M. Ladsous. Enfin, a-t-il ajouté, le général de division Michael Lollesgaard, qui a récemment pris le Commandement de la force de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), va attirer l’attention du Conseil de sécurité sur les menaces asymétriques et sur l’environnement difficile dans lequel évolue au quotidien une mission qui a connu le plus grand nombre de pertes au cours des 20 dernières années.

    Le général YOHANNES GEBREMESKEL TESFAMARIAM, Commandant de la Force de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), a souligné que dans le cadre du conflit actuel, où l’Armée populaire de libération du Soudan (APLS) et l’opposition et les forces alliées font peu de cas des lois de la guerre et ciblent directement les civils, les soldats de la paix luttent pour garantir la protection de ceux-ci.

    Il a expliqué notamment que les sites de protection des civils de la MINUSS étaient de plus en plus pris pour cibles par les belligérants parties au conflit. Dans de nombreux cas, les différents acteurs de ce conflit qui ont la responsabilité première de protéger les civils sont perçus comme étant la première menace à la sécurité des civils, a-t-il dit. En plus de violer régulièrement les droits de l’homme, ils entravent souvent la liberté de mouvement des Casques bleus et ignorent les accords précédents.

    Dans certains cas, a ajouté le général Gebremeskel Tesfamariam, leurs forces sont plus mobiles, mieux équipées et plus robustes que celles des forces des Nations Unies. Le Conseil de sécurité, a-t-il estimé, joue un rôle important en tenant pour responsables ceux qui s’en prennent aux civils ou sapent les efforts déployés en vue de les protéger.

    Pour le Commandant de la Force de la MINUSS, la protection des civils exige des ressources logistiques, financières et humaines qui conviennent au mandat donné à la Mission, aux attentes et aux réalités sur le terrain.

    Le général Gebremeskel Tesfamariam a conclu sa présentation en soulignant la nécessité de s’assurer que la protection des civils constituait une responsabilité partagée parmi les acteurs clefs, y compris la communauté internationale et les autorités des pays hôtes. La réussite au niveau opérationnel dépend de la présence et de l’action de troupes bien entraînées et équipées, qui ont l’esprit apte à déterminer des agresseurs potentiels et à réduire le niveau de violence. Des forces passives, a-t-il dit, incitent à l’agression et à la manipulation, et engendrent des risques élevés pour tous. Enfin, le succès de la protection des civils exige un leadership novateur, un leadership qui se traduit en action efficace sur le terrain, a-t-il affirmé.

    Le Commandant de la Force de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), le général de division MICHAEL LOLLESGAARD, a déclaré que la Mission n’est pas vraiment conçue pour évoluer dans un environnement asymétrique. Les groupes armés et les groupes djihadistes hostiles à la Mission ont pour méthode de recourir aux engins explosifs improvisés (EEI), aux attaques-suicide, aux mines enterrées et cachées sous les chaussées des routes, aux embuscades et aux pilonnages des camps de la Mission avec des roquettes et des mortiers. La conséquence est que la MINUSMA est de loin la mission des Nations Unies qui a connu le plus grand nombre de décès parmi ses troupes, avec 36 soldats tués et plus de 200 blessés depuis 2013, a dit le général.

    Il a ajouté que la Mission ne peut pas et n’est pas autorisée à conduire des opérations offensives contre les groupes qui sont à l’origine des menaces qu’encourent ses troupes. Nous sommes obligés de faire de notre mieux pour nous défendre et pour protéger la population. Ceci requiert la maîtrise de trois fonctions. La première est de comprendre l’environnement pour prévenir les attaques, soit en influençant les dirigeants, soit en dissuadant les groupes hostiles. Nous avons aussi besoin d’une forte prise de conscience de la situation pour être en mesure de surveiller le cessez-le-feu dans un pays aussi vaste que le Mali. La deuxième fonction, a poursuivi le général Lollesgaard, est de rassurer et de convaincre la population de croire à un avenir où elle vivrait sans la présence des groupes armés; et la troisième mission que nous devons accomplir est celle de nous protéger nous-mêmes.

    S’agissant de la première fonction, la Mission a mis en œuvre un Groupe de centralisation du renseignement (ASIFU). Le Commandant de la MINUSMA dispose aussi désormais d’unités de Forces d’opérations spéciales et d’hélicoptères. « Je dispose d’un réseau de renseignement solide qui m’aide à comprendre l'environnement », a ajouté le général Lollesgaard. Nous avons besoin de moyens pour obtenir des renseignements au plus bas niveau, c’est-à-dire au sein de la population et, plus important encore, nous avons besoin du personnel nécessaire pour faire un bon usage du renseignement recueilli. C’est une priorité, a ajouté le Commandant de la Force de la MINUSMA.

    Pour rassurer et convaincre, le meilleur moyen de contrer les menaces asymétriques est d’avoir le soutien de la population qui, si elle croit aux alternatives et à la force de maintien de la paix, sera réticente à apporter tout soutien aux terroristes ou aux groupes armés, a indiqué le général. La Mission dispose d’une section chargée de l’information et de la communication avec le public, qui travaille efficacement avec les médias en publiant des communiqués et des notes d’information. Mais nous avons besoin d’un concept sur la manière d’informer sur les opérations qui rassemble tous nos messages de manière coordonnée. Les officiers et les soldats présents sur le terrain devraient communiquer et dialoguer avec la population en lui parlant de ce que nous faisons, et pourquoi nous sommes là. En combinant ce message avec l’exécution de projets économiques à impact rapide et d’autres activités de sensibilisation, nous créerons une perception et une vue positives de la force, a dit le général en précisant qu’il est important de montrer aux populations qu’il y a une alternative à la situation de guerre actuelle.

    Le Commandant de la Force de la MINUSMA a aussi insisté sur la nécessité, pour les personnels de la MINUSMA, de « se protéger eux-mêmes ». Tout déplacement sur une route dans le Nord du Mali doit être protégé contre le danger posé par les mines. Toutes les unités devraient être en mesure de chercher, détecter et éviter les engins explosifs improvisés. Nous avons aussi besoin de protéger les camps de la Mission, en particulier dans les zones contestées où les troupes mènent quotidiennement des opérations risquées en dehors des lieux de garnison, a insisté le général Lollesgaard. Nous avons aussi besoin d’avions pour assurer l'approvisionnement des bases, dont certaines sont dans des lieux isolés, et nous avons besoin de prestataires dotés de l'équipement adéquat pour être en mesure de transporter efficacement les approvisionnements sur des routes difficiles, a conclu le Commandant de la Force de la MINUSMA.

    Le général MICHAEL FINN, Chef d’état-major de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST), a fait part de sa préoccupation concernant la sécurité du personnel de l’ONUST au regard du conflit en Syrie et de sa contagion affectant le Golan. « Malheureusement, alors que la Force des Nations Unies chargée d'observer le désengagement (FNUOD), l’ONUST, le Département des opérations de maintien de la paix et le Département de la sécurité et de la sûreté de l’ONU ont visé à renforcer les mesures de sécurité et à réduire les risques, plusieurs de nos pays contributeurs de troupes ont imposé, à titre national, des restrictions concernant l’usage de leurs personnels, qui restreignent la latitude de déploiement des observateurs », a-t-il dit.

    Il a ensuite indiqué que ces restrictions entravaient de manière significative les efforts des opérations multinationales et élevaient le niveau de risque auquel ces dernières sont soumises. Il a rappelé que les chefs des composantes militaires des missions de maintien de la paix de l’ONU, qui se sont réunis au mois de mars de cette année, ont recommandé un renforcement de l’interaction entre le Siège de l’ONU et les pays contributeurs de troupes afin de prévenir que ces derniers imposent de telles restrictions et de garantir une unité de commandement, suivant le postulat « Un mandat, Une mission, Un concept ».

    Le général Finn a indiqué qu’à un moment donné, en 2013, 18 sur les 25 pays contributeurs de troupes de l’ONUST avaient imposé des restrictions s’appliquant à la manière dont pouvaient être utilisés leurs observateurs dans le Golan. Ces restrictions augmentent le niveau de risque encouru par les observateurs des autres pays, rendent plus difficile le souhaitable mélange des nationalités au sein d’un poste d’observation et entravent la flexibilité opérationnelle de la Mission, a-t-il expliqué. Partageant le souhait des pays contributeurs de troupes de voir les risques que courent leurs troupes réduits au minimum, il a détaillé les mesures prises à cette fin en concertation avec la force de commandement de la FNUOD. « Nous avons notamment renforcé les périmètres de sécurité et fourni aux observateurs des jumelles de vision nocturne afin de mieux anticiper les menaces », a indiqué le général Finn. Il est également procédé, sur une base régulière, à des exercices d’évacuation, a-t-il précisé.

    Le général Finn a indiqué que depuis septembre dernier, en raison de la situation sécuritaire, tous les observateurs de l’ONUST ainsi que la majorité du personnel de la FNUOD avaient été redéployés du côté israélien de la ligne de cessez-le-feu. « Malgré cela, sept pays continuent d’imposer des restrictions à l’usage de leurs personnels », a-t-il regretté, indiquant que l’élimination de telles réserves constituait une question prioritaire. Il a ensuite recommandé que le Département des opérations de maintien de la paix engage les pays contributeurs de troupes afin que ces derniers lèvent leurs restrictions. Le Département a adopté la recommandation visant à réduire le nombre des personnels militaires venant des pays qui imposent de telles restrictions, et à augmenter les contributions des pays qui n’imposent pas de conditionnalités concernant l’usage de leurs troupes, a-t-il poursuivi. « Ces restrictions posent une grave entrave au commandement et à l’efficacité de la mission », a dit le Chef d’état-major de l’ONUST, ajoutant qu’elles creusaient un fossé entre pays contributeurs de troupes et menaçaient les capacités de maintien de la paix de l’ONU. En conclusion, il a jugé crucial de remédier à cet état de choses.

    M. BANTE MANGARAL (Tchad) a déclaré que sa délégation rejetait toute utilisation abusive du principe et de la notion de protection des civils qui voudrait être imposée au mépris de l’indépendance politique et de la souveraineté des États. Le Tchad souligne ce point, sachant que plusieurs pays d’Afrique continuent de souffrir de la situation en Libye. Il a plaidé en faveur d’une compréhension commune de ce concept à tous les niveaux, notamment sur les plans stratégique et tactique. Il faut doter les missions de maintien de la paix de moyens humains suffisants, a-t-il demandé tout en notant que cela n’était pas le cas pour plusieurs missions et en citant à cet égard la MINUSS et la MINUSCA. L’ONU peut et doit mieux faire en s’investissant davantage dans la prévention et la mobilité, a-t-il préconisé, ceci sans négliger des interventions robustes pour protéger la population. L’efficacité de la bridage d’intervention de la MONUSCO a été démontrée en République démocratique du Congo, a-t-il remarqué à cet égard. Il a ainsi recommandé que les opérations de maintien de la paix (OMP), sans porter atteinte aux principes traditionnels comme le non-recours à la force, entreprennent des activités offensives quand les circonstances l’exigent, comme cela a été le cas en République démocratique du Congo (RDC) et au Mali. Face au problème des abus sexuels, il a demandé au Conseil de sécurité et au Département des opérations de maintien de la paix d’accroitre le nombre de femmes dans les OMP, y compris aux postes de responsabilité, et a salué à cet égard la nomination d’une femme au poste de Commandant de la Force des Nations Unies à Chypre.

    Abordant le problème du terrorisme, le représentant du Tchad s’est demandé si la MINUSMA pouvait efficacement lutter contre ce fléau dans le nord du Mali et a demandé aux États qui en ont les moyens de s’investir davantage dans cette mission. Il a également demandé de limiter dans le temps le mandat de la MINUSMA, au profit du renforcement des Forces de sécurité maliennes. Il a en outre demandé aux autorités maliennes de traduire en justice les auteurs d’attaques contre la MINUSMA, rappelant que le Tchad avait payé le plus lourd tribut au Mali et qu’il allait cependant déployer 335 soldats supplémentaires et une unité de police. Enfin, concernant l’Organisme chargé de surveiller la trêve, il a reconnu les risques, qui évoluent, et a regretté que certains pays ne soient pas prêts à s’adapter aux circonstances changeantes. « Que peut-on faire pour améliorer la situation dans le nord du Mali? » a demandé le représentant. « L’idée d’une force internationale rapide du G5 Sahel est-elle bonne? Qu’entendez-vous faire pour minimiser les pertes humaines dans cette mission? » a demandé le représentant.

    M. JOÃO IAMBENO GIMOLIECA (Angola) a relevé que la protection des civils était devenue un des éléments principaux des mandats des opérations de maintien de la paix approuvés par le Conseil de sécurité. Des mesures doivent être prises pour garantir les conditions de succès optimales des missions, a-t-il estimé.

    Le représentant angolais a mis l’accent sur la menace du terrorisme régional, notamment en Afrique. Il est nécessaire d’adopter une approche stratégique face à ces menaces asymétriques, tout en conservant la composante civilo-militaire des missions pour qu’elles puissent s’acquitter de leur mandat, a-t-il préconisé. Il a souligné l’importance, pour les contingents militaires et de police, de respecter les commandements des forces onusiennes dont ils font partie, au lieu d’accorder la priorité à leur propre hiérarchie militaire nationale.

    M. CRISTIÁN BARROS MELET (Chili) a souhaité que la protection des civils assurée par la communauté internationale soit conduite de manière adéquate, par le biais de stratégies intégrées de protection et en prenant compte des intérêts de tous, en particulier les femmes et les enfants. Le Chili, a-t-il indiqué, contribue depuis plus de 10 ans à la formation de contingents, nationaux ou étrangers, dans le Centre conjoint pour les opérations de paix du Chili (CECOPAC). Se disant attaché au respect des droits de l’homme et en particulier au droit international humanitaire, il a souhaité que l’on évite toute impunité et a dit que sa délégation soutenait à cet égard la politique de tolérance zéro appliquée dans les missions.

    En ce qui concerne la MINUSS, M. Barros Melet a demandé des précisions sur les difficultés majeures qu’elle rencontre dans la réalisation du volet de son mandat concernant la protection des civils. « Peut-on dire que le niveau de préparation des troupes dans ce domaine avant leur déploiement est approprié? » a-t-il demandé. Il a souligné à ce propos la nature changeante du contexte, avec aujourd’hui la présence de groupes terroristes et de réseaux de criminalité transnationale organisée. Il a donc recommandé d’utiliser les services de renseignements comme outil de prévention face aux menaces asymétriques, dans un cadre législatif clair. En ce qui concerne la MINUSMA, il a voulu connaître l’expérience acquise par la Mission dans l’utilisation des renseignements et savoir si cela avait permis d’augmenter les niveaux de sécurité des troupes et des civils. M. Barros Melet a aussi attiré l’attention des membres du Conseil sur la nécessité de laisser les pays fournisseurs de contingents fixer eux-mêmes les conditions dans lesquelles leurs hommes seront déployés sur le terrain au moment de signer avec eux les mémorandums d’accord.

    M. WANG MIN (Chine) a estimé que la situation internationale avait profondément évolué, les organisations terroristes représentant aujourd’hui une menace incontournable. La Chine appuie l’initiative du Secrétaire général de l’ONU de procéder à un examen des opérations de maintien de la paix à l’occasion du soixante-dixième anniversaire des Nations Unies. Les principes fondamentaux des opérations de maintien de la paix doivent être inébranlables, a-t-il dit, rappelant qu’ils découlaient de la Charte des Nations Unies.

    De même, les mandats des opérations de maintien de la paix doivent être pratiques et réalistes, le Conseil de sécurité devant notamment faire en sorte qu’ils répondent aux besoins des pays hôtes. Il est essentiel, également, de respecter la souveraineté des pays hôtes, a souligné le représentant. Les pays hôtes doivent, en ce qui les concerne, assurer leur responsabilité première de protéger leurs propres populations, a ajouté le représentant de la Chine. Il a rappelé l’engagement de son pays dans certaines opérations de maintien de la paix, comme la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) ou l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD).

    Mme SAMANTHA POWER (États-Unis) a souligné la nécessité de doter le personnel des missions onusiennes d’une bonne formation, alors que les circonstances dans lesquelles opèrent ces missions sont de plus en plus dangereuses. Elle a noté que la formation spécifique des soldats de la paix avant leur déploiement au Mali représentait le plus grand défi posé à la MINUSMA, selon les conclusions d’une étude portant sur cette Mission. Cette étude peut être transposée à toutes les autres OMP, a-t-elle estimé. Mme Power a poursuivi son intervention en rappelant la nécessité d’élargir le nombre de pays fournisseurs de contingents aux missions de la paix de l’ONU. Le Secrétariat a détaillé dans un document les capacités qui sont nécessaires aux OMP actuellement déployées, a-t-elle noté en appelant à rendre ces opérations plus sûres pour leurs personnels et pour les civils. Mme Power a notamment regretté que le système logistique d’approvisionnement actuel ne soit plus approprié, et a souligné qu’il est indispensable que les soins médicaux dont ont besoin les personnels des contingents leur soient dispensés immédiatement.

    En ce qui concerne les exceptions aux règles d’engagement, Mme Power a estimé que les clauses et réserves secrètes ne peuvent être utilisées et mises en œuvre qu’en cas de crise dangereuse. En ce qui concerne les abus sexuels commis par des membres du personnel des missions, elle a dit que les États-Unis exigeaient que les auteurs soient traduits en justice. Elle a demandé au Commandant de la MINUSS des précisions sur les lacunes qu’il avait constatées chez le personnel de la Mission. Elle a demandé par ailleurs que des détails et des informations complémentaires soient fournis aux membres du Conseil sur les procédures opératoires standards mises en œuvre lorsqu’un contingent a émis des réserves concernant des ordres ou directives qui lui ont été donnés. « Quels sont les changements de procédure qui pourraient être envisagés dans ce genre de situation? » a-t-elle demandé. S’adressant au Secrétaire général adjoint chargé des opérations de maintien de la paix, la représentante des États-Unis a demandé ce que devaient faire les États Membres, le Secrétariat et les missions pour appuyer au mieux les soldats de la paix dans le cas d’une évacuation médicale.

    M. ANTHONY BOSAH (Nigéria) a plaidé en faveur d’une meilleure coopération entre les pays contributeurs de contingents et de polices et les pays bénéficiaires, notamment concernant la formulation et la mise en œuvre des mandats des OMP.

    Les attaques asymétriques contre les Casques bleus, toujours plus nombreuses, génèrent de plus en plus d’inquiétudes, a-t-il dit, citant en particulier celles visant le personnel de la MINUSMA. Le représentant du Nigéria a appelé le Conseil de sécurité à faire montre de davantage de souplesse, par exemple en ajustant les mandats de maintien de la paix sans attendre que ceux-ci n’arrivent à échéance.

    M. PETR V. ILIICHEV (Fédération de Russie) a remarqué qu’il y avait une augmentation des risques non traditionnels qui se posent à la sécurité des Casques bleus. Il a plaidé en faveur du strict respect du droit international humanitaire par les parties à tout conflit. L’inaction de la part des missions et l’usage excessif et non autorisé de la force par les mêmes missions ont un impact sur la réputation de l’ONU, a-t-il regretté. Il a demandé que tout soit fait pour établir des liens de confiance entre les missions onusiennes et l’État qui les accueille. Celui-ci a, en premier, la responsabilité de la protection des membres de la mission et de sa propre population, a rappelé le représentant. Il a parlé de la Mission au Soudan du Sud, qui n’a pas toujours pu accomplir les tâches qui lui ont été confiées. Avoir des ressources supplémentaires à leur disposition peut avoir un impact sur les capacités des missions, a-t-il remarqué à cet égard. Il a aussi noté les menaces asymétriques auxquelles sont soumises les missions et a lancé en conséquence un appel pour que les soldats de la paix reçoivent une bonne formation. L’accomplissement des tâches est impossible sans une structure de commandement claire et efficace, a-t-il également souligné avant de demander qu’une évaluation approfondie soit menée en ce qui concerne les menaces qui pèsent sur le personnel des missions.

    M. JUAN MANUEL GONZÁLEZ DE LINARES PALOU (Espagne) s’est félicité en particulier de la conduite du processus d’examen des opérations de maintien de la paix, lancé par le Secrétaire général à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de l’ONU. Le représentant a souligné également la nécessité de travailler de concert, afin de rapprocher le mandat d’une opération de maintien de la paix et son exécution sur le terrain.

    Le Conseil de sécurité doit être extrêmement prudent au moment de définir le mandat d’une mission, tandis que l’exécution du mandat doit être renforcée, a-t-il préconisé. Il a plaidé en faveur d’un renforcement de la formation et de l’équipement des contingents militaires et de police. Il a en outre exprimé la préoccupation de sa délégation face au nombre de victimes dans les rangs de la MINUSMA, et il a condamné les attaques délibérées qui visent les effectifs de cette Mission. Des moyens coordonnés doivent être mis en œuvre pour prévenir ces attaques et le Gouvernement du Mali doit y collaborer, a-t-il dit.

    M. GERARDUS VAN BOHEMEN (Nouvelle-Zélande) a rappelé que le Groupe indépendant de haut niveau sur les opérations de maintien de la paix avait rappelé, hier, que chaque Casque bleu devait faire tout son possible pour que les civils ne souffrent pas. Il a cependant relevé les difficultés qui se posent à la conduite de ces tâches de protection quand l’autorité des institutions d’un État s’effondre et disparait. Le représentant a également cité les difficultés qui se posent au Soudan du Sud. En ce qui concerne l’environnement asymétrique prévalant dans le nord du Mali, il a soutenu l’appel lancé pour que les contingents envoyés dans ce pays soient au préalable mieux entrainés. Il a demandé au général commandant la force des Nations Unies au Mali si la MINUSMA pouvait mener des campagnes de collecte de renseignements. « Est-ce qu’une force équipée de blindés et autres matériels militaires peut établir avec la population les contacts dont elle a besoin pour établir la crédibilité de mission? » s’est-il par ailleurs interrogé. « Nous n’aimons pas émettre de réserves », a-t-il ensuite indiqué tout en précisant que, quand elles sont émises, les réserves ne doivent pas constituer des surprises pour le commandement de la force. « Au vu des réalités sur le terrain, comment pourrions-nous éliminer complètement toute émission de réserves? » a-t-il demandé.

    M. MATTHEW RYCROFT (Royaume-Uni) a rappelé l’importance de la tolérance zéro à l’égard des abus sexuels commis par des soldats de la paix ou tout autre personnel des missions onusiennes. Tous les pays fournisseurs de contingents doivent donner suite aux allégations émises contre leurs troupes, a souligné le représentant. Il a déclaré l’attachement et l’engagement de son pays à l’égard de la protection des civils.

    Le délégué britannique a également souligné la nécessité d’avoir une discussion plus honnête au sujet des réserves exprimées par les pays contributeurs de troupes. Il a ainsi demandé aux commandants de forces onusiennes ce que, à leur avis, pouvaient faire le Conseil de sécurité et le Secrétariat de l’ONU pour réduire l’impact des restrictions posées et pour souligner l’importance du respect de la chaîne de commandement.

    M. RAFAEL RAMÍREZ CARREÑO (Venezuela) a réaffirmé l’impérieuse nécessité de protéger les civils qui sont menacés de manière « imminente » par une attaque physique, telle que définie par le Comité des opérations de maintien de la paix. Il a aussi estimé que les OMP devaient mettre l’accent sur la prévention de la violence en utilisant leurs capacités politiques de médiation et de négociation avec les parties au conflit. Le représentant a ensuite plaidé en faveur du renforcement de la capacité dissuasive des OMP en matière de protection des civils, expliquant que les Casques bleus devaient pouvoir se mobiliser et se déplacer rapidement dans les territoires des pays d’accueil. Il leur faut pour cela un matériel approprié, a-t-il souligné.

    M. Ramírez a réaffirmé l’importance du respect des principes directeurs du maintien de la paix dans le mandat de protection des civils, notamment le consentement des parties, l’impartialité et le non-usage de la force sauf en cas de légitime défense, ceci dans le respect du mandat donné à la Mission. Il a par ailleurs rappelé que les OMP devaient bénéficier de l’appui des pays hôtes. Enfin, il a prévenu que donner aux OMP un rôle d’imposition de la paix et de lutte contre le terrorisme ne ferait qu’augmenter les risques et les menaces d’attaques asymétriques contre le personnel de ces opérations. En même temps, a-t-il reconnu, il faut que les missions soient dotées des capacités nécessaires à l’accomplissement de leur mandat de maintien de la paix. En ce qui concerne les exceptions aux règles d’engagement, il a souligné le droit des pays fournisseurs de contingents de débattre des buts d’une mission, au vu des risques immenses que prennent leurs hommes. Ces pays doivent participer activement aux processus de prise de décisions du Conseil de sécurité à cet égard, a-t-il estimé.

    M. MAHMOUD HMOUD (Jordanie) a déclaré que les opérations de maintien de la paix avaient connu des changements notoires au cours des dernières années. Le défi principal demeure le traitement à appliquer aux groupes armés non étatiques, qui opèrent souvent en l’absence de règles claires, utilisent la force sans respecter les cadres légaux internationaux, et se cachent parmi les populations civiles, leur commandement étant souvent dispersé et tentaculaire.

    Le représentant de la Jordanie a ainsi souligné la nécessité de s’adapter avec sagesse et souplesse à l’environnement sécuritaire et politique nouveau qui s’impose au monde. Il a exprimé l’espoir de sa délégation de voir le groupe chargé de l’examen des opérations de maintien de la paix parvenir à faire des recommandations qui permettront à l’Organisation d’affronter les défis actuels, qui menacent non pas seulement certains pays mais le monde entier. S’agissant des réserves imposées par des pays fournisseurs de contingents ou de police, il a notamment mis l’accent sur l’importance de prendre en compte la responsabilité légale des Nations Unies.

    M. FRANÇOIS DELATTRE (France) a demandé que l’on ne sous-estime pas la difficulté de la mise en œuvre des mandats « protection des civils », qui implique une action globale qui passe par des efforts de règlement politique de la crise, la prévention, l’appui au rétablissement de l’autorité de l’État et, parfois, l’emploi de la force. Le défi est d’adapter les opérations de maintien de la paix à la mise en œuvre de ces mandats. En l’occurrence, l’aspect humain est capital, a souligné le représentant, en estimant que les missions doivent être capables de tisser des liens étroits avec les populations qu’elles doivent protéger. Il a rappelé que l’on a besoin de plus de personnels francophones dans les opérations en cours, de l’homme de troupe au Représentant spécial du Secrétaire général, ainsi qu’au Siège à New York. Il s’agit « d’assurer une efficacité opérationnelle », a-t-il insisté.

    S’agissant de l’« action dans un environnement asymétrique », le représentant a demandé au Commandant de la MINUSMA de détailler l’état de la force sur ces différents aspects et les leçons à retenir pour d’autres théâtres comme celui de la République démocratique du Congo (RDC) ou celui du Liban, où les mêmes défis se posent. Il nous faut, a-t-il poursuivi, ouvrir les opérations de maintien de la paix à la technologie moderne pour mieux comprendre l’environnement, anticiper, et agir en amont des pics de violence. Le nouveau type de menace qui se pose au monde exige une mobilisation optimale des moyens opérationnels et logistiques, et la marge de manœuvre opérationnelle de la force d’une mission doit pouvoir s’appuyer sur un schéma de déploiement rapide de capacités de soutien et notamment de mesures d’urgence nécessaires aux travaux d’infrastructures.

    Cela rejoint le sujet relatif aux « caveats », a dit le représentant, et cela signifie qu’il faut adapter les modes opératoires des missions à leurs mandats. Il serait utile, a estimé M. Delattre, d’entendre les trois commandants partager leur expérience sur les contraintes liées aux « caveats ». Il faut aussi, a-t-il poursuivi, éviter toute ambiguïté lors de la génération de la force conduite par le Département des opérations de maintien de la paix. « Nous ne pouvons pas nous permettre que des contingents, pour des raisons nationales, n’effectuent pas les tâches qui leur sont demandées par le commandement de la force dont ils font partie ». Aujourd’hui, a rappelé le représentant, 7 800 soldats français sont engagés en opérations extérieures dont 1 000 au service direct des Nations Unies et 6 000 sous mandat des Nations Unies. Depuis janvier 2013, 13 Français ont payé de leur vie cet engagement.

    Mme RAIMONDA MURMOKAITĖ (Lituanie) a jugé extrêmement préoccupantes les attaques verbales lancées contre les opérations de maintien de la paix émanant parfois des gouvernements des pays qui accueillent ces missions. Elle a ensuite indiqué que la mise en œuvre d’un mandat de protection des civils demandait une vision claire, une compréhension aigüe de la situation et des moyens et structures adéquats. La déléguée a reconnu l’énorme contrainte que constitue pour la MINUSS l’accueil, au sein de ses bases, de milliers de personnes déplacées. Elle a ensuite posé plusieurs questions au Commandant de la Force de cette Mission: « La mise en œuvre d’un embargo sur les armes au Soudan du Sud faciliterait-elle la protection des civils par la Mission? Est-ce que les Casques bleus se sentent eux-mêmes en sécurité? Quelles sont les mesures qui devraient être prises pour assurer leur sécurité dans les circonstances actuelles? »

    Se tournant ensuite vers les responsables de la MINUSMA, elle a demandé si les structures de commandement et de contrôle de la Mission étaient suffisamment souples pour faire face à la nature très évolutive de la menace au Mali. « Est-ce que la MINUSMA a les capacités adéquates pour avoir un effet dissuasif? » « Comment peut-on améliorer les capacités de collecte des renseignements de la Mission? » a également interrogé Mme Murmokaitė.

    Enfin, la représentante de la Lituanie a appelé les pays contributeurs de troupes et l’ONU à prendre des engagements mutuels concernant les restrictions nationales imposées à l’usage des contingents, lesquelles peuvent constituer un défi pour l’efficacité des missions. « L’ONU doit faire tout son possible pour assurer la sécurité des soldats de la paix », a-t-elle dit, avant d’inviter les pays contributeurs de troupes à éviter, autant que possible, d’imposer de telles restrictions.

    M. RAMLAN BIN IBRAHIM (Malaisie) a souligné que la protection des civils s’était révélée être un élément crucial des mandats des missions de maintien de la paix. Il a souhaité que les soldats de la paix remplissent les conditions les plus élevées afin de maintenir la crédibilité et l’intégrité de l’Organisation. Il a parlé du conflit au Mali pour souligner les défis compliqués à relever par la Mission déployée dans ce pays. Le déploiement d’une unité de renseignement et la lutte contre les engins explosifs improvisés, ainsi que l’utilisation de véhicules blindés, sont des éléments qui ont permis aux Casques bleus d’agir plus efficacement face aux menaces asymétriques, a relevé le représentant. Une bonne chaîne de commandement est en outre essentielle pour mener à bien les combats, a-t-il ajouté. Le Groupe indépendant de haut niveau sur les OMP a formulé des recommandations à ce sujet et, en tant que pays fournisseur de contingents, la Malaisie attend avec intérêt de discuter de ces questions avec les autres membres du Conseil de sécurité, a dit le représentant.

    Reprenant la parole pour répondre aux questions qui lui ont été posées, le Commandant de la Force de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a souligné que le plus grand problème auquel la Mission était confrontée était posé par la poursuite des combats, qui provoquent des déplacements de populations et des souffrances parmi celles-ci. Il s’agit d’un défi très préoccupant, a-t-il dit. Il a mis l’accent sur la nécessité d’assurer la protection des civils en tenant compte de la réalité sur le terrain au Soudan du Sud.

    Des millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire et de protection, a-t-il ajouté. Il a parlé également des problèmes d’infrastructures auxquels la Mission est confrontée. Il a fait état de cas de détention du personnel de la Mission pendant deux mois par les parties belligérantes. Il a par ailleurs reconnu des lacunes dans le cadre de la formation des Casques bleus concernant les connaissances et la préparation face à la protection des civils. Il faut tenir compte des particularités du mandat et des tâches de la Mission dans ce domaine, a-t-il dit.

    Pour répondre à une question posée par la délégation du Tchad sur les moyens de prévenir les menaces asymétriques dans le nord du Mali, le Commandant de la MINUSMA a reconnu qu’il y avait de réelles difficultés à surmonter, mais qu’il est possible de renforcer la dissuasion. Je ne pense pas que nous sommes prêts à mener un mandat d’intervention et d’imposition de la paix, a-t-il aussi indiqué. Nous faisons de notre mieux pour minimiser les risques et les pertes humaines au sein de la MINUSMA, a-t-il assuré. Répondant au représentant du Chili, il a jugé bonne l’idée de mettre en commun les capacités de collecte de renseignements, mais a expliqué que cela était très compliqué. La capacité d’évacuation sanitaire de la MINUSMA est très limitée, a-t-il aussi indiqué en réponse à la délégation américaine, réclamant à cet égard davantage d’hélicoptères. Concernant la conduite d’une campagne de renseignement, telle que suggérée par le représentant de la Nouvelle-Zélande, il a dit y travailler actuellement. Parlant aussi de la confiance à établir avec la population, il a assuré que les soldats faisaient des efforts pour ouvrir et maintenir un dialogue avec les civils. La formation dispensée par le DOMP aux Casques bleus est bonne, a-t-il poursuivi, tout en suggérant d’établir plus de liens avec les pays fournisseurs de contingent. À la délégation de la France, il a répondu qu’il donnerait des informations sur les besoins de la Mission en termes de formation. Enfin, il a conseillé aux pays fournisseurs de contingent d’éviter de formuler trop de réserves sur la manière dont leurs troupes peuvent être utilisées.

    Reprenant la parole pour répondre aux questions qui lui ont été posées, le Chef d’état-major de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST) a en particulier fait état des mesures d’adaptation prise à partir de 2012 au sein de la FNUOD, qui ont permis à la Nouvelle-Zélande de lever les réserves qu’elle avait exprimées concernant l’utilisation de ses troupes.

    Reprenant la parole, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix a affirmé que la protection des civils était au cœur même du mandat des missions de maintien de la paix, reconnaissant qu’il fallait continuer à améliorer ces efforts tout en gérant au mieux les attentes. Le Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) a élaboré un plan d’action mettant l’accent sur la formation, avant et après leur déploiement, pour que les Casques bleus sachent exactement ce qu’on attend d’eux, a-t-il indiqué. Il a rappelé que la protection des civils incombe en premier aux États hôtes. « Si ceux-ci ne peuvent pas l’assurer, ils ne doivent pas cependant entraver nos efforts », a-t-il demandé. Il a rappelé, à cet égard, ce qui s’était passé au Soudan du Sud: nous avions besoin d’hélicoptères d’attaque et de drones, mais ces demandes ont été rejetées par le Président du pays, et il en a été de même en ce qui concerne la liberté de déplacement des personnels de la MINUSS, refusée par le Gouvernement du Soudan du Sud et celui du Soudan. Le personnel des Nations Unies ne peut même pas prendre de photos sans risquer d’être accusé d’espionnage, a-t-il aussi noté.

    Concernant les réserves et restrictions, M. Ladsous a reconnu le droit des pays fournisseurs de contingents à en faire, mais leur a demandé de les déclarer ouvertement. Il a rappelé que certains États avaient invoqué, pour les justifier, une situation devenue dangereuse sur le plateau du Golan. Ils ont donc refusé le déploiement de leurs soldats sur ce théâtre d’opérations. M. Ladsous a demandé aux pays fournisseurs de contingents de faire preuve de transparence, car le commandant d’une force doit pouvoir gérer la situation à laquelle il fait face en étant conscient des réserves qui lui sont imposées. Il doit pouvoir renvoyer le contingent concerné s’il ne peut plus compter sur ses personnels. Pour ce qui est des menaces asymétriques, M. Ladsous a plaidé en faveur du renforcement de la protection du personnel des Nations Unies, notamment par le biais du renseignement. Répondant à la délégation des États-Unis sur la question de l’évacuation sanitaire, il a souligné l’évolution rapide de la situation. Il a rappelé qu’il n’y a pas si longtemps, au Soudan, un soldat de la paix était mort de ses blessures, car la demande de faire voler un hélicoptère pour l’évacuer avait été rejetée. Il nous faut améliorer les résultats des OMP, a-t-il dit. Il a aussi parlé des abus sexuels inacceptables commis par des personnels onusiens, qui sont dénoncés.

    À l’intention des organes d’information • Document non officiel.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon

    KEY DRIVERS OF THE CRISIS

    • Recurring natural disasters such as droughts, floods, combined with volatility of markets, pushed many households and communities into chronic vulnerability.

    • Conflict in northern Nigeria and CAR continue to displace refugees to Cameroon and causes internal displacements.

    • Poor coverage of sanitation and access to clean water remain the main causes of malnutrition and water-borne diseases.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Chad

    N'Djamena, Chad | AFP | Thursday 6/18/2015 - 09:50 GMT

    Chad said Thursday its warplanes bombed Boko Haram positions in neighbouring Nigeria to avenge twin suicide bombings in the capital this week blamed on the jihadists.

    The government also Wednesday announced it was banning the burqa nationwide in a security clampdown following Monday's attacks in N'Djamena that left 33 people dead and more than 100 wounded.

    Chad's military vowed it would continue its "merciless" pursuit of the Islamist insurgents "so that no drop of spilt Chadian blood goes unpunished".

    "In response to the cowardly and barbaric acts perpetrated by Boko Haram terrorists... the armed forces carried out reprisal air strikes on the terrorists' positions in Nigerian territory on Wednesday," the military said in a statement.

    Six Boko Haram bases were destroyed in the air raids, which caused "considerable human and material losses", it said, without giving further details.

    Monday's attacks on the police headquarters and a police academy in N'Djamena were the first in the capital of the central African country, which has taken a lead role in a regional offensive against the Nigeria-based Boko Haram.

    No group has claimed responsibility but Chad and its allies immediately blamed the insurgents, who have carried out a series of bloody attacks in border areas of countries that share a frontier with northeastern Nigeria.

    'Seize and burn burqas'

    Chad also Wednesday banned the full-face Muslim veil and ordered security forces to seize burqas from markets and burn them.

    "Wearing the burqa must stop immediately from today, not only in public places and schools but throughout the whole of the country," Prime Minister Kalzeube Pahimi Deubet told religious leaders the day before the start of the holy Muslim month of Ramadan.

    Any type of clothing that leaves only the eyes visible is a form of "camouflage" and is now banned, he added, asking religious leaders to spread the message in mosques, churches and other holy places.

    Deubet said security forces in the Muslim majority country had been instructed to "go into the markets and to seize all the burqas on sale and burn them".

    Anyone found wearing a burqa will be "arrested, tried and sentenced in summary proceedings", he added.

    Boko Haram has used female suicide bombers to launch attacks in the past by hiding explosive devices under their clothes.

    Chad's government on Tuesday declared three days of national mourning for victims of the blasts.

    President Idriss Deby said he was "not surprised" Chad has been targeted because of the leading role it is playing in the regional effort to crush Boko Haram fighters.

    'Don't drop your guard'

    "I have continually told the government to not drop its guard," he said, urging the international community to back Chad and its neighbours in their campaign.

    Nigeria, Chad, Niger, Benin and Cameroon agreed last week to set up a regional task force of 8,700 soldiers, police officers and civilians, based in N'Djamena.

    Boko Haram's leader Abubakar Shekau has threatened several times to attack Chad and other countries fighting the militants, whose bloody six-year insurgency is increasingly spilling across Nigeria's borders.

    Security was stepped up in N'Djamena after the bombings, with scores of police and soldiers patrolling the streets and stopping cars for security checks.

    Vehicles with tinted windows have been barred from the streets, and the area around the presidential palace and the police headquarters sealed off.

    The burqa ban was ordered by a crisis committee set up on Tuesday after the president returned from an African Union summit in South Africa. Prosecutors also arrested several people on the same day.

    bur-mc/txw/yad

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    Key messages

    • The six year violent conflict in North-Eastern Nigeria, with brutal and indiscriminate attacks on civilian population, has killed over 20 000 people, displaced 1.5 million within the country and forced over 230 000 to flee to neighbouring Niger, Cameroon and Chad adding a regional dimension to this massive humanitarian crisis. The conflict pits the militant Islamist group Boko Haram against both the army and self-defense groups.

    • The internally displaced (IDPs) live in precarious conditions in informal settlements, schools, courtyards and open fields and around towns. They need shelter, food, water and healthcare. The Commission is focusing on providing immediate assistance to the displaced, and to refugees going to neighbouring countries, to cover their basic needs. However, more action is needed.

    • Few international agencies and organisations are present in the far North, due to the remoteness of the affected areas, the volatility of the situation and the insecurity to operate. The European Commission funds various humanitarian agencies and non-governmental organisations while advocating for an increased humanitarian presence on the ground so that more people in need can be reached.

    • The conflict is exacerbating northern Nigeria’s food and nutrition crisis. Agriculture and trade have been significantly disrupted. Many health facilities have shut down and thousands of malnourished children are not getting the treatment they need to survive. The European Commission funds emergency food assistance and the community management of malnutrition.


    0 0

    Source: International Committee of the Red Cross
    Country: Mali

    Depuis la nuit des temps, la pêche fait la fierté de la commune d'Ansongo, dans la région de Gao (Mali). Le contexte de violence ambiant a toutefois rendu cette activité de plus en plus précaire : de nombreux pêcheurs ont perdu leurs moyens de production, alors même que ceux-ci constituaient leur seule source de revenu. Réunis en association, ils ont sollicité et obtenu l'appui du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

    Ansongo – qui signifie « capitale du poisson » en langue locale – est une zone de prédilection de la pêche, mais cette activité, dont s'enorgueillissaient les habitants, a connu d'énormes difficultés, notamment un manque de matériel, des problèmes liés aux processus de transformation et de conservation du poisson, un rationnement des crédits, etc.

    Les effets négatifs du conflit sur l'agriculture, l'élevage et certaines activités commerciales, qui constituent les principales sources de revenu de nombreux ménages, n'ont pas épargné la pêche. De nombreux pêcheurs ont perdu leurs moyens de production. Or la pêche constitue souvent la principale sinon l'unique source de revenu de la population le long du fleuve Niger. Face à une forte baisse de leur activité, voire sa disparition, les habitants ne pouvaient pratiquement plus subvenir aux besoins de leur famille.

    « J'étais incapable d'assumer mes responsabilités de femme chef de famille. Je ne pouvais plus nourrir convenablement ma famille, ni envoyer mes enfants à l'école ou payer des traitements médicaux », explique Agaichatou Moussa, l'air grave.

    En dépit de ces difficultés, le secteur de la pêche ne recevait pas de véritable soutien, contrairement à l'agriculture et à l'élevage. Faute de moyens pour redémarrer leurs activités, la plupart des pêcheurs d'Ansongo vivaient grâce à l'aide humanitaire ou à quelques activités génératrices de modestes revenus (maraîchage, petit commerce de thé et de sucre, etc.).

    Pirogues, hameçons et filets

    Regroupés en association, les pêcheurs ont sollicité et obtenu l'appui du CICR, qui a décidé de les aider à relancer leur principale activité. Après plusieurs évaluations des besoins, l'institution a procédé à la distribution de matériel et d'équipement à 86 ménages du Cercle d'Ansongo. Ces derniers ont reçu au total 48 pirogues, 430 boîtes d'hameçons et des filets de différentes dimensions.

    « Le matériel permettra à ces familles vulnérables de reprendre la pêche et de générer les revenus dont elles ont besoin pour survivre », explique Jean-Pierre Nereyabagabo, responsable du programme de sécurité économique du CICR. « Grâce à la qualité du matériel distribué, nous comptons que la production moyenne journalière de chaque ménage passera de 250 grammes à 7 kilogrammes. Nous espérons également que le revenu moyen journalier de chacun des 86 ménages de pêcheurs passera de 500 francs CFA (0,80 francs suisses / 0,86 dollars) à 15 000 francs CFA (24 francs suisses / 26 dollars) », précise-t-il.

    Afin de mieux les accompagner, le CICR prévoit également de former ces bénéficiaires à la conservation et à la commercialisation du poisson, ainsi qu'à des techniques de pêche respectueuses de l'environnement.


    0 0

    Source: Global Humanitarian Assistance programme (Development Initiatives), Start Network
    Country: Mali

    On 18 June 2015 we responded to a funding alert in response to internal displacement in the northern regions of Mali – Gao, Mopti and Timbuktu.

    A Peace and Reconciliation Agreement was signed on 15 May 2015 by the Malian government and the pro-government armed groups of the ‘Platform’. The main groups from the Coordination of Azawad Movements are expected to sign the agreement on 20 June 2015.

    Despite the agreement, renewed fighting between armed groups in the Gao, Mopti and Timbuktu areas of northern Mali in the past weeks has led to an estimated 59,000 people fleeing their homes. These newly displaced people join over 43,000 internally displaced persons throughout the country that have not returned to their homes.

    According to the UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA)’s Financial Tracking Service (FTS), donors have committed or contributed US$106.2 million of humanitarian assistance to Mali so far in 2015. The United States is the top donor, having contributed or committed US$38.1 million to the crisis.

    The UN-coordinated Strategic Response Plan for Mali requests US$377 million from donors to respond to the crisis. It is currently 28%; US$0.5 million remains in uncommitted pledges and a further US$34.8 million has been given outside the appeal.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    Bamako, Mali | AFP | jeudi 18/06/2015 - 14:53 GMT

    Le gouvernement malien a levé les mandats d'arrêt lancés contre des responsables de la rébellion à dominante touareg, à quelques jours de la signature prévue par les rebelles d'un accord de paix avec Bamako, a appris jeudi l'AFP auprès des deux parties.

    "Les mandats d'arrêt lancés contre des responsables de la CMA (Coordination des mouvements de l'Azawad) ont été levés à la demande du gouvernement malien. La mesure peut être considérée +comme signe d'apaisement+, à quelques jours de la signature de l'accord de paix par les rebelles", a indiqué à l'AFP une source gouvernementale qui n'a pas souhaité être citée.

    Interrogée sur l'identité des personnes concernées, la même source a répondu: "Ils sont nombreux, les rebelles qui bénéficient de la mesure".

    "Nous confirmons. Pour créer un climat propice autour des négociations, le Mali a très récemment levé les mandats d'arrêt contre quinze personnes de la CMA", a déclaré au téléphone à l'AFP Almou Ag Mohamed, un responsable de la rébellion.

    M. Ag Mohamed a par ailleurs confirmé la présence samedi prochain à Bamako d'une délégation de la CMA pour "l'accord de paix et de réconciliation", déjà signé le 15 mai par le camp gouvernemental et la médiation internationale.

    Le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, dont le pays conduit la médiation internationale dans ces pourparlers, est attendu vendredi dans la capitale malienne en vue de la signature, a rapporté l'agence algérienne APS, citant une source de son ministère.

    L'incertitude persistait néanmoins sur la tenue de cette cérémonie en raison du refus des groupes armés progouvernementaux du nord du Mali de quitter la ville de Ménaka (nord-est). Ce retrait est prévu par un "arrangement sécuritaire" obtenu par la médiation algérienne et la rébellion exige son application pour signer la paix.

    "Conformément aux engagement pris à Alger, les milices de l'armée malienne à Ménaka doivent quitter la ville, et laisser la mission de l'ONU assurer la sécurité des populations", avait dit mercredi Almou Ag Mohamed, affirmant que dans le cas contraire la CMA engagerait des consultations internes concernant l'envoi d'une délégation pour signer samedi à Bamako.

    La prise le 27 avril par les groupes progouvernementaux des positions rebelles à Ménaka, près de la frontière nigérienne, a été le point de départ d'une série d'affrontements qui ont fragilisé le cessez-le-feu.

    sd/sst/tmo


older | 1 | .... | 383 | 384 | (Page 385) | 386 | 387 | .... | 728 | newer