Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 360 | 361 | (Page 362) | 363 | 364 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Population Fund
    Country: Nigeria

    2 May 2015. Over 400 women and children held by Boko Haram armed group were reported to have been rescued by the Nigerian army at the end of April. UNFPA country office in Nigeria quickly moved to provide immediate support to the freed women and girls in Borno and Adamawa States - in the North-Eastern - and is strengthening services in anticipation of additional freed hostages as the military steps up its offensive against the insurgents.

    With last week’s influx of rescued women and girls, including the 293 women and girls who were rescued on Tuesday 28 April 2015, UNFPA, the United Nations Population Fund, in close collaboration with the Borno State Ministry of Health further stepped up its support. The trained health workers were mobilized and deployed within 24 hours to the Internally Displaced Person (IDP) camps where they were able to provide psychosocial support counselling to the traumatized women and girls and make referrals for the most complicated cases among them. A majority of the rescued girls who were counselled are pregnant. Additional reproductive health kits and dignity kits were immediately deployed to Borno and Adamawa States for safe delivery to prevent maternal or infant death.

    “Our level of preparedness enabled us to respond almost immediately,” said Mrs Ratidzai Ndhlovu, the UNFPA Representative in Nigeria. “We do not select which rescued girl to support but we support all girls, including Chibok girls, because in UNFPA, everyone counts, she continued”.

    UNFPA in Nigeria has been responding to the crisis since inception and has ensured appropriate personnel are in place -including a psychosocial support expert trainer- and necessary supplies, including kits, are available to meet the physical, emotional, psychological and medical needs of the women and girls on arrival. The humanitarian response program was scaled up in 2014 to cover six States (Yobe, Gombe, Bauchi, Kaduna, Adamawa and Borno,). By the end of 2014, UNFPA had distributed 21,800 clean delivery kits and 17,664 female dignity kits. As a result of these supplies, by the end of the year, 16,350 women had safe deliveries in the Fund supported facilities across the six states. A total of 73 women with complications received comprehensive care, including caesarian sections, at the supported referral centres. There were no maternal deaths.

    As part of the preparedness, some 121 health workers received training on psychosocial support services. Sixty doctors, midwives and nurses were trained on minimum initial service packages for reproductive health in humanitarian settings. In addition, 60 health-care providers were trained on clinical management of rape and-post abortion management and 50 midwives and nurses were trained on providing long-acting re-serviceable contraceptives, which enable these vulnerable women to avoid unintended pregnancies.

    There was significant increase in reporting of sexual violence, with 123 cases reported in security posts and 45 cases in health facilities of Adamawa and Borno State. This jump in reporting is associated with increased awareness of gender-based violence resulting from community sensitization sessions carried out in camps. Also, the increased availability of trained health personnel to provide services and of supplies for treatment at the camp clinics have in turn strengthened the health systems for the continuous provision of sexual and reproductive health services in the Northeast.

    In total, more than 700 traumatized people including the rescued women and girls have received psychosocial support from trained health personnel at UNFPA-supported facilities at the camps for those displaced in Borno State.

    UNFPA Nigeria is preparing to extend its support even further as more women and girls are expected to be rescued in the coming days and weeks as the Nigerian military escalates its offensive to eviscerate the Boko Haram insurgency.

    Boko Haram has been active in north-eastern Nigeria for the past several years, abducting a large number of men, women and girls during this time – most notably, the group of 276 schoolgirls who were seized in Chibok just over one year ago. These victims have been subjected to forced labour, sexual and psychological abuses as well as having to fight on the frontline alongside members of Boko Haram.

    Source: Mrs. Ratidzai Ndhlovu, Representative, UNFPA/Nigeria


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Cameroon, Central African Republic, Côte d'Ivoire, Democratic Republic of the Congo, Guinea, Mali, Morocco, Nigeria, Senegal, Spain, Syrian Arab Republic

    HIGHLIGHTS

    • End of February, the Bureau des Réfugiés et des Apatrides started the regularisation process of the refugees identified through UNHCR’s refugee status determination procedure after September 2013. At the end of March, 28 new refugees had been auditioned by the inter-ministerial Committee on regularisation and all were regularised.

    • UNHCR registered a pick in Syrians approaching the office in January, with 222 persons. In February and March, the trend is back to what it was during the last quarter of 2014 (around 100 persons per month).

    • On March 10, the Ministry of Moroccan residing abroad and of Migration Affairs presented to the donor community its “National strategy for Immigration and Asylum”. The strategy includes 11 sectorial programmes aiming at supporting refugees and immigrants to have access, i.a., to education, health, housing, social and humanitarian assistance and employment. It also includes the creation of a Moroccan Office for Refugees and Stateless Persons.

    • On March 31, the Ministry of Migration Affairs organized the second annual forum on immigration under the theme “Challenges of multiculturalism and integration issues”. The forum was an opportunity to begin a national dialogue on the various dimensions of interculturalism, studying the achievements and limits of integration policies in other countries, focusing on the lessons which should guide public action in the construction of a Moroccan model of cultural integration.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    Executive Summary

    This Special Operation (SO) is established to ensure humanitarian access to north-east Nigeria through the provision of safe and reliable air transport services as well as to provide capacity for possible evacuation of humanitarian staff when required.

    With the escalation of violence due to Boko Haram activities in northeastern Nigeria and neighbouring countries, there is a looming humanitarian crisis as the security situation is worsening and hundreds of thousands of people continue to be displaced. This has necessitated an increase in the humanitarian presence in the country. As UN agencies and other humanitarian organizations scale up their activities for an effective response, there is difficulty to access the crisis-affected areas due to road insecurity and long waiting at checkpoints that are often subject to insurgent attacks.

    Consequently, the UN Resident/Humanitarian Coordinator has requested WFP to establish its United Nations Humanitarian Air Service (UNHAS) in Nigeria with flights to various locations in the North-East in order to provide access to project implementation sites and facilitate humanitarian response to the unfolding crisis. The request follows a WFP Aviation preliminary needs assessment mission in July 2014 and another WFP Scoping mission to Nigeria in February 2015, which coordinated with UNDSS, UN agencies and other stakeholders to identify the air transport gap.

    With a budgeted cost of US$ 3,574,602, SO 200834 will be managed by the WFP West Africa Regional Bureau from 1 May to 31 October 2015 with one fixed wing aircraft. Under the project, the current UNHAS link between Dakar and Accra will also be extended to Abuja periodically to ensure a complete regional network and connect humanitarian activities in Nigeria to those elsewhere in the sub-region.

    Operational routes and fleet review will be determined in consultation with relevant stakeholders and in accordance with prevailing needs of the humanitarian community. The project will be implemented through standard WFP management structures and support systems and regularly reviewed in line with standard procedures in order to minimize risks and ensure operational efficiency.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Guinea, Liberia, Niger, Nigeria, Sierra Leone, Togo

    BURKINA FASO

    160,000 POULTRY EGGS DESTROYED TO PREVENT AVIAN FLU SPREAD

    As a preventive measure against the spread of the Avian Flu epidemic, more than 160,000 eggs were seized and destroyed in Manga, South-Central region. The area had reported the majority of Avian Flu cases in February and March.

    GUINEA

    NEW PROTESTS IN CONAKRY LEAVE MANY INJURED

    At least 14 persons were injured in Conakry on 3 May when opposition supporters, defying a government ban on demonstrations, clashed with security forces. Weeks of protests against the timing of local and presidential elections have left at least three people dead and many more injured. Opposition leaders have called for nationwide protests.

    LIBERIA

    400 SUSPECTED MEASLES CASES, NATIONWIDE VACCINATION

    As of 1 May, the Ministry of Health reported 400 suspected measles cases in 10 Counties; 67 per cent children are under five. Health partners continue to mobilize support for the integrated nationwide measles, polio and deworming campaign scheduled for 8-14 May.

    NIGER

    25,000 FLEE LAKE CHAD ISLANDS

    According to preliminary figures, 25,000 people have arrived in the towns of Nguigmi and Bosso in south-east Niger, fleeing their homes on small islands in Lake Chad. Most displaced families are settled outdoors and their most urgent needs include shelter, water, food and nonfood items. The authorities and humanitarian actors are scaling up their response. Niger authorities last week urged Lake Chad residents to evacuate the islands over security fears, a week after a Boko Haram assault left at least 74 dead.

    252 KILLED IN MENINGITIS OUTBREAK

    The toll of the 2015 Meningitis outbreak continues to worsen. Since January, a total of 3,304 cases have been registered country-wide, resulting in 252 deaths. A mass vaccination campaign is underway.

    NIGERIA

    INTERNAL DISPLACEMENT REACHES 1.5 MILLION

    The number of internally displaced persons (IDPs) in the six north-eastern States has risen to nearly 1.5 million, an increase of more than 300,000 since February 2015, according to the Displacement Tracking Matrix (DTM) produced by the National Emergency Management Agency (NEMA) and the International Organization for Migration (IOM). Maiduguri, the capital of Borno state, now hosts half a million IDPs.

    NEARLY 700 WOMEN AND GIRLS RESCUED FROM INSURGENTS

    On 30 April, Nigerian military announced that about 160 hostages had been rescued from Boko Haram insurgents’ hideout in Sambisa Forest in addition to 200 girls and 93 women freed two days earlier. On 2 May, the military declared another 234 were liberated. Boko Haram has lost ground since February when Nigeria and its neighbours stepped up a counter-insurgency offensive.

    TOGO CONSTITUTIONAL COURT CONFIRMS PRESIDENTIAL VOTE RESULTS

    President Faure Gnassingbe has been sworn in for his third term as President of Togo. The country’s constitutional court ruled he had won 58.77 percent of the votes in the election held on 25 April. The results are contested by the opposition leader Jean Pierre Fabre.

    REGIONAL / EBOLA VIRUS DISEASE CASES PLATEAUING

    A total of 33 new Ebola cases were reported in the week leading up to 26 April. Forecariah in Guinea and Kambia in Sierra Leone, accounted for 25 of the cases reported. Improved community engagement in these areas is required to ensure that all remaining chains of transmission can be tracked and ultimately brought to an end. Liberia has not reported any infections for the fifth consecutive week and could be declared Ebola-free on 9 May.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Guinea, Liberia, Niger, Nigeria, Sierra Leone, Togo

    BURKINA FASO

    160 000 OEUFS DE VOLAILLE DÉTRUITS POUR CONTRER LA GRIPPE AVIAIRE

    Comme mesure préventive contre la propagation de l'épidémie de grippe aviaire, plus de 160 000 oeufs ont été saisis et détruits à Manga, dans la région du Centre-Sud. La majorité des cas de grippe aviaire avait été signalée dans cette zone en Février et Mars.

    GUINEE

    PLUSIEURS BLESSÉS LORS DE NOUVELLES MANIFESTATIONS A CONAKRY

    Au moins 14 personnes ont été blessées à Conakry, le 3 mai, lorsque des partisans de l'opposition, bravant l'interdiction du gouvernement de manifester, ont affronté les forces de sécurité. Plusieurs semaines de protestations contre le calendrier des élections locales et présidentielles ont causé au moins trois morts et de nombreux blessés. Les dirigeants de l'opposition ont appelé à des manifestations à l'échelle nationale.

    LIBERIA

    400 CAS SUSPECTS DE ROUGEOLE, VACCINATIONS A TRAVERS TOUT LE PAYS

    À compter du 1er mai, le ministère de la Santé a signalé 400 cas suspects de rougeole dans 10 comtés du Libéria; 67 pour cent d'entre eux sont âgés de moins de cinq ans. Les partenaires de santé continuent à mobiliser le soutien à la campagne nationale intégrée pour la rougeole, la polio et le déparasitage prévue du 8 au 14 mai.

    NIGER

    25,000 PERSONNES FUIENT LES ILES DU LAC TCHAD

    Selon les chiffres préliminaires, 25 000 personnes sont arrivées dans les villes de Nguigmi et Bosso dans le sud-est du Niger, fuyant leurs foyers sur de petites îles du lac Tchad. La plupart des familles déplacées sont installées à l'extérieur et leurs besoins les plus urgents sont des abris, de l'eau, de la nourriture et des articles non alimentaires. Les autorités et les acteurs humanitaires intensifient leur réponse. Les autorités nigériennes ont exhorté la semaine dernière les habitants du lac Tchad à évacuer leurs îles par craintes pour leur sécurité, une semaine après qu’une attaque de Boko Haram avait fait au moins 74 morts.

    L’ÉPIDÉMIE DE MÉNINGITE CAUSE 252 DÉCÉS

    Le bilan de l'épidémie de méningite 2015 continue d'empirer. Depuis janvier, un total de 3304 cas a été enregistré à l'échelle nationale, entraînant 252 décès. Une campagne de vaccination de masse est en cours.

    NIGERIA LE DEPLACEMENT INTERNE ATTEINT 1,5 MILLIONS

    Le nombre de personnes déplacées internes dans les six Etats du nord-est atteint près de 1,5 millions, soit une augmentation de plus de 300 000 depuis février 2015, selon la Matrice de Suivi des Déplacements produit par l'Agence Nationale de Gestion des Urgences (NEMA) et l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, accueille désormais un demi-million de personnes déplacées.

    PRES DE 700 FEMMES ET FILLES SAUVÉES DES INSURGÉS

    Le 30 avril, l’armée nigériane a annoncé que près de 160 otages ont été secourus dans la forêt de Sambisa, le principal repaire des insurgés de Boko Haram, en plus de 200 filles et 93 femmes délivrées deux jours plus tôt. Le 2 mai, l'armée a déclaré que 234 autres ont été libérés. Boko Haram a perdu du terrain depuis février lorsque le Nigéria et ses voisins ont intensifié une offensive de contre-insurrection.

    TOGO

    LA COUR CONSTITUTIONNELLE CONFIRME LES RESULTATS DES PRESIDENTIELLES

    Le Président Faure Gnassingbé a prêté serment pour un troisième mandat. La Cour Constitutionnelle a statué qu'il avait remporté 58,77 pour cent des voix lors des élections tenues le 25 avril. Les résultats sont contestés par le chef de l'opposition Jean-Pierre Fabre.

    RÉGIONAL/ MALADIE A VIRUS EBOLA (MVE)

    PLAFONNEMENT DES CAS

    Un total de 33 nouveaux cas a été signalé dans la semaine menant au 26 avril. Deux régions,
    Forécariah en Guinée et Kambia en Sierra Leone, représentent 25 des cas signalés. Une amélioration de l'engagement communautaire dans ces zones est nécessaire pour s’assurer que toutes les chaînes de transmission restantes peuvent être suivies et finalement stoppées.
    Le Libéria n'a signalé aucune infection pour la cinquième semaine consécutive et pourrait être déclaré libre d’Ebola le 9 mai.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mauritania, Senegal

    Probabilité d’une période de soudure pastorale prolongée et de faibles opportunités de travail agricole si la saison des pluies est médiocre

    Résumé Les niveaux de production des cultures 2014/15 et les conditions pastorales médiocres contribuent à réduire l’accès alimentaire des ménages pauvres dans les zones agropastorales du centre-sud de la Mauritanie et dans le nord et le centre du Sénégal. Dans les conditions actuelles, environ 1,25 million de personnes devraient faire face à l’insécurité alimentaire de type Crise (Phase 3 de l’IPC) ou pire entre mai et septembre 2015, avec beaucoup d’autres ménages en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC). Plusieurs centres météorologiques (ECMWF, IRI, UK MET) prévoient actuellement une saison des pluies médiocre entre juin et septembre 2015 qui, si ces projections se réalisaient, pourrait avoir un impact négatif sur les opportunités de revenu pour les ménages pastoraux et agropastoraux, et contribuer à aggraver l’insécurité alimentaire. Même si les prévisions des pluies sont encore incertaines, une planification urgente précoce est nécessaire afin d’atténuer les besoins d’aide plus importants d’ici au mois de septembre 2015, selon ce scénario.

    Dans des zones de la Mauritanie et du Sénégal qui avaient reçu peu de pluies l’année dernière, la production agricole 2014/15 a baissé de 30 à 80 pour cent par rapport à la moyenne. Les stocks alimentaires des ménages se sont épuisés plus tôt que d’habitude prolongeant ainsi la période au cours de laquelle les ménages dépendent des achats sur le marché pour satisfaire leurs besoins alimentaires. Des revenus inférieurs à la moyenne provenant de la vente des cultures et une disponibilité réduite du lait limitent également leur accès alimentaire. Pour s’adapter, les ménages vendent du bétail supplémentaire, augmentent les niveaux d’endettement, s’engagent de plus en plus dans le travail salarié, la migration, la pêche et la vente de produits forestiers (charbon de bois, etc.) et réduisent la quantité et la qualité de leurs repas. Même si la prochaine saison des pluies de juin à septembre est relativement normale, les régions affectées seront en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) ou de Crise (Phase 3 de l’IPC) d’ici à la reprise de la régénération des pâturages en juillet dans les zones pastorales et aux premières récoltes des cultures n’auront lieu qu’en septembre ainsi que dans les zones agropastorales. Un petit nombre de ménages très pauvres seront aussi en insécurité alimentaire d’Urgence (Phase 4 de l’IPC), particulièrement en Mauritanie.

    Les résultats des sécurités alimentaires projetées sont, cependant, en partie tributaire de la performance de la prochaine saison des pluies et les modèles actuelles de précipitation saisonnière à moyen terme indiquent que leurs prévisions sont mitigées pour la saison à venir. Plus particulièrement, les prévisions d'avril 2015 de l'Ensemble multi-modèle d'Amérique du Nord (NMME) n’indiquent aucune anomalie, alors que le Centre européen de prévision météorologique à moyen terme (ECMWF), l’UK Met Office, et de l'Institut international de recherche pour le climat et la société de l'université de Columbia (IRI) montrent toute une probabilité accrue de précipitations inférieures à la moyenne. L’UK Met et l’ECMWF, en particulier, indiquent une probabilité à plus de 50 pour cent de précipitations nettement inférieures à la moyenne dans certaines localités (Figure 1).

    Même si ces prévisions sont encore incertaines, un début de saison médiocre pourrait entraîner une détérioration immédiate des résultats de l’insécurité alimentaire entre juin et septembre 2015. Pour les ménages qui dépendent des produits d’élevage pour leur nourriture et leurs revenus, la période de soudure pastorale pourrait se prolonger si les pâturages et les points d’eau ne sont pas régénérés normalement. De même, les possibilités d’emploi pourraient être inhabituellement limitées si des précipitations médiocres perturbent les activités agricoles, conduisant à des revenus moindres pour les ménages agropastoraux pauvres dépendant du marché pour les besoins alimentaire pendant cette période. Dans le contexte de ce scénario, un nombre nettement plus important de ménages des zones agropastorales et pastorales du centre-sud de la Mauritanie ainsi que ceux du nord et du centre du Sénégal pourrait connaitre une insécurité alimentaire de type Crise (Phase 3 de l’IPC) entre juillet et septembre par rapport aux estimations actuels.

    Les distributions gratuites ou subventionnées de denrées alimentaires et d’aliment de bétail, ainsi que des programmes de prévention et de traitement de la malnutrition sont planifiés actuellement pour le Sénégal et la Mauritanie, mais ils pourraient ne pas répondre adéquatement aux besoins prévus entre mai et septembre 2015, même dans le cadre d’un scénario d’une pluviométrie sous régionale normale. Compte tenu de la possibilité d'une saison des pluies inférieures à la moyenne, les organismes d'intervention devraient commencer à élaborer des plans d'urgence pour atténuer les impacts potentiels sur la mortalité du bétail, la sécurité alimentaire et la nutrition. La fiabilité des prévisions saisonnières s’améliorera avec l'approche de la saison des pluies et donc les mises à jour de modèles climatiques actuels doivent être étroitement surveillés.


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Ce matin vers 4h45 à Kidal, le camp de la MINUSMA a été la cible de tirs de mortiers. Au total 6 à 8 obus de mortiers ont été tirés. L’attaque, qui a duré une vingtaine de minutes, n’a pas fait de victimes ni causé de dégâts matériels.

    Vers 6h30, un véhicule civil a sauté sur un engin explosif improvisé ou une mine à 1 km au nord du camp de la MINUSMA. Deux civils ont été blessés. (mise à jour: Trois civils ont été blessés, dont deux grièvement. La MINUSMA assure leur évacuation pour traitement médical à Gao).

    Les Casques bleus de la MINUSMA ont répondu à l’attaque et ont renforcé la sécurité du camp. La Force de la MINUSMA effectue des patrouilles pour localiser le lieu de l’attaque et assurer la sécurité de la population civile.

    Le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies et Chef de la MINUSMA, Mongi Hamdi, condamne avec fermeté ces actes criminels et lâches. Il réitère la forte détermination de la MINUSMA à continuer de s’acquitter de ses responsabilités en appui au Mali, ainsi qu’à son peuple en quête d’une paix durable.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad, Niger

    (New York, 5 mai 2015) : John Ging, Directeur des Opérations d’OCHA a souligné aujourd’hui que le Niger et le Tchad faisaient des efforts héroïques pour faire face à l’impact de l’agitation qui touche la région, mais que la communauté internationale ne remplissait pas sa responsabilité dans le partage de cette charge.

    S’exprimant au retour d’une visite dans les deux pays, M. Ging a noté qu’à eux deux, ils reçoivent plus de 850 000 réfugiés et retournés des pays voisins, la majorité d’entre eux vivant au sein de familles d’accueil.

    « Ces deux pays constituent une île fragile de stabilité dans une région touchée par des conflits. Malgré leur pauvreté, ils nous montrent leur humanité exemplaire en ouvrant leurs frontières à des centaines de milliers de réfugiés fuyant leurs voisins en guerre : le Nigéria, la République centrafricaine, le Mali, la Lybie et le Soudan », a dit M. Ging.

    « Pendant que ces deux pays stagnent au plus bas de l’Index de Développement Humain, ils guident le monde par leur générosité et leur humanité », a dit M. Ging. « J’ai vu de mes propres yeux des gens dans certaines des plus pauvres communautés du monde qui ouvrent leurs foyers et partagent le peu qu’ils ont avec ceux qui sont dans le besoin. C’est une expérience à la fois réconfortante et qui nous montre l’exemple dans un monde où l’humanité a tendance à faire défaut ».

    Minés par une superposition de crises multiples, alimentées par un climat difficile qui se détériore, une pauvreté aigue et des infrastructures minimales, le Niger et le Tchad font maintenant face à des arrivées de populations massives, à des attaques transfrontalières et à l’impact économique de la fermeture des frontières.

    « De tous les pays que j’ai visité ces dernières années, le Niger et le Tchad sont les exemples les plus clairs qui nous montrent qu’une action urgente est nécessaire pour satisfaire les besoins de base et renforcer la stabilité afin d’éviter que ces pays fragiles ne basculent dans la crise », a déclaré M. Ging.

    Le Niger figure à la dernière place de l’Index de Développement Humain de l’ONU, tandis que le Tchad est lui dans les quatre derniers pays. 2,4 millions de personnes au Tchad et 2,6 millions au Niger sont en situation d’insécurité alimentaire. La population du Niger, avec deux tiers de ses citoyens âgés de moins de 25 ans, enregistre une des plus grandes croissances au monde. Cette population qui double tous les 18 ans, devrait passer de 18 millions aujourd’hui à 200 millions en 2050.

    « Alors qu’il est essentiel que l’assistance vitale continue pour ceux qui en ont désespérément besoin, il est également nécessaire de soutenir ces pays en construisant un futur plus optimiste pour ces personnes, en investissant dans l’éducation, la création d’emplois et l’infrastructure publique », a expliqué le Directeur des Opérations d’OCHA. « Cela est important non seulement pour les populations du Niger et du Tchad, mais aussi pour la stabilité à long terme de cette région troublée ».

    Les appels humanitaires lancés pour ces deux pays sont dramatiquement sous-financés, à hauteur de 17 pour cent pour le Tchad et de 25 pour cent pour le Niger, et les contributions sont en train de diminuer années après années.

    « Il est honteux que nous, la communauté internationale, ne faisions rien de plus pour assumer notre part de cette responsabilité », a dit M. Ging. « Dans un monde en crise nous ne pouvons pas nous permettre d’oublier ces deux pays. Que ce soit pour la stabilité de la région, mais aussi pour les populations qui, malgré la souffrance, continuent de démontrer une grande résilience et générosité, il est impératif que nous fassions plus, et de toute urgence ».


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Lagos, Nigeria | AFP | Wednesday 5/6/2015 - 16:17 GMT

    Nigerian troops have rescued 25 more women and children from Boko Haram's northeastern stronghold in the Sambisa Forest, killing a number of insurgents and destroying Islamist camps, the military said Wednesday.

    "Seven additional terrorists camps were yesterday destroyed as more terrorists also died in the ongoing onslaught to flush them out of Sambisa forest," the defence headquarters said in a statement.

    "An additional 25 women and children were rescued in the process," it said.

    According to the military, more than 700 women and children have been saved from Islamist captivity during a weeks long assault on the notorious forest in Borno state

    At least 275 have been taken for rehabilitation to hospitals and camps in Yola, the capital of Adamawa state, which neighbours Borno.

    The military said soldiers in the latest operation had to evade landmines laid by the Islamist rebels before storming the camps.

    "Various weapons including Rocket Propelled Grenades, anti-aircraft guns and a number of vehicles were either captured or destroyed during the operation. Four soldiers were wounded and have evacuated for treatment," it said.

    The military said troops would continue "to search the forests for terrorists, arms and hostages."

    As the military has announced a series of hostage rescues over the last two weeks, the world has anxiously awaited news of the 219 schoolgirls seized by Boko Haram from the town of Chibok in April of 2014.

    So far, none of the rescued girls have been identified as Chibok natives, but the military said nothing could be ruled out until each hostage is screened and their identity is established.

    Many of the rescued hostages have demonstrated signs of severe mental and physical trauma and some said they suffered sexual abuse by Boko Haram gunmen.

    joa/bs/jz

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Fund for Peace
    Country: Nigeria

    The Export Processing Zone (EPZ) is located in the vicinity of Ugborodo Community, Warri South West, Delta State. Also known as the Gas Industrial City Project, the EPZ is a $20 billion initiative by federal and state governments which would house a major industrial gas hub, and petrochemical, methanol, and fertilizer plant facilities. Compounded by intra-communal tensions, a legacy of inter-communal violence, competing political interests, and underlying socio-economic conflict drivers, the project has been fraught with delays and controversy.

    Conflict Drivers
    1. The Intra-Communal Dimension

    The presence of the EPZ initiative has raised the stakes in an ongoing dispute between two Itsekiri factions in Ugborodo Community. The tension stems from a Youth Leader and a Businessman jockeying for leadership of the Ugborodo Community Trust (UCT), which is responsible for redistributing the funds from oil revenue into community development. In August 2012 when the Businessman’s tenure as UCT Chairman ended, the rival Youth Leader accused the outgoing Chairman of misappropriating funds, leading to violent clashes and fatalities.

    1. The Inter-Communal Dimension

    Conflict between two ethnic groups in the region, the Ijaws and Itsekiris, over territory, natural resource revenues, and political representation peaked during the Warri Crisis of the late 1990s and early 2000s in which hundreds were reportedly killed. Simmering tensions have persisted, despite a power rotation agreement which helped to stop the violence in 2004. In the context of this historical ethnic grievance, the EPZ which is located next to the Itsekiri Ugborodo community, has spurred tensions with the neighbouring Ijaw communities in Warri South West who fear that they may not benefit fairly from the project. A major point of contention has been whether to name the project the Ogidigben (Itsekirki) EPZ or to change the name to also include the Ijaw kingdom of Gbaramatu, given its proximity to the site.

    An interface committee established in 2014 comprising stakeholders from both factions of the community and the Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), to mediate issues surrounding the EPZ has yielded limited results. Violent clashes between the Itsekiri and Ijaw ethnic groups in Ugborodo has resulted in fatalities, and with local media reports of stockpiling weapons, contributed to heighted insecurity in the area in the 2015 pre–election period.

    1. Political Dimension

    Amidst the backdrop of the 2015 Federal Election, the EPZ made media headlines and caused political jockeying by incumbent President Goodluck Jonathan, an Ijaw from neighboring southern Bayelsa State, and challenger Muhammadu Buhari. With increased political tensions in the pre-election period, the Chairman of ILR, an Itsekiri political group announced their shifted support to General Buhari, following anger over President Jonathan's delays to perform the ground-breaking ceremony for the of the EPZ. Media sources reported that President Jonathan urged Delta State Governor Uduaghan to broker a peace deal between Ijaw and Itsekiri leaders. A truce was brokered between the ethnic groups in March 2015, before breaking down in April 2015 with renewed clashes. Intervention by the Nigerian Navy to restore order has at times complicated attempts by the government to re-establish peace among the various stakeholder groups.

    1. Socio-economic Dimension

    Ongoing socio-economic pressures contribute to conflict risk in the area. These include high unemployment, displaced community members, poverty, and crime, as well as governance challenges linked to corruption and illegal oil bunkering.


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    The MINUSMA camp in Kidal was targeted by mortar fire at around 4:45 a.m. today. In total, six to eight mortar shells were fired. The attack, which lasted about 20 minutes, did not cause any casualties or material damage.

    At around 6:30 a.m., a civilian vehicle struck an improvised explosive device or mine 1 km north of the MINUSMA camp. Two civilians were injured.

    MINUSMA peacekeepers responded to the attack and reinforced the camp’s security. The MINUSMA Force will conduct patrols to locate the site from which the attack was carried out and to ensure the security of the civilian population.

    The Special Representative of the UN Secretary-General and Head of MINUSMA, Mr. Mongi Hamdi, strongly condemns these criminal and cowardly acts. He reiterates MINUSMA’s strong determination to continue to fulfil its responsibilities in support of Mali and its people in the search for a lasting peace.


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Face à l’escalade de tensions de ces deux dernières semaines dans le nord du Mali dans la région de Tombouctou (Ber, Léré, Dire), la région de Gao (Ménaka), et la région de Mopti (Tenenkou), la MINUSMA a intensifié ses efforts visant à assurer la protection des civils.

    La MINUSMA a ainsi déployé sur la période plus de 5 missions multidisciplinaires composées de chargés des droits de l’homme, de la Police des Nations Unies, de la Force, les chefs de bureaux régionaux, ainsi que d’autres sections de la MINUSMA. Ces missions ont été effectuées les 3, 4 et 5 mai à Menaka, Tenenkou, Ber, Diré, Bintagoungou, Hamdalyé et Léré.

    Elles ont permis d’évaluer la situation des droits de l’homme résultante des hostilités. La MINUSMA pu avoir accès lors de ces missions à des personnes détenues par les groupes engagés dans les récentes hostilités et a exigé leur libération. Elles ont également permis à la MINUSMA d’établir les faits à travers le recueil d’informations de première main auprès des autorités locales, leaders communautaires, parties au conflit, ainsi que d’identifier les besoins des populations affectées en termes de sécurité et d’assistance et en faire le suivi dans la limite de ses capacités.

    Les Casques bleus de la MINUSMA ont intensifié leur action, dans la mesure des moyens de la Mission, dans le but de protéger les populations civiles contre d’éventuelles menaces.

    Dans la région de Tombouctou, la MINUSMA a renforcé la surveillance aérienne et terrestre à Ber, Bintagoungou et Tombouctou, le long des principaux axes routiers. A Léré, une compagnie du bataillon Togolais est présente depuis le 2 mai 2015. Les contacts de la Mission, notamment avec le Gouverneur, ont permis d’apaiser les tensions. Les Casques bleus ont également intensifié leurs patrouilles terrestres à Bintagoungou. La MINUSMA a en outre déployé des troupes à Diabali et Tenenkou. Dans la région de Gao, les Casques bleus ont renforcé leur position à Ménaka et ont intensifié leurs patrouilles dans les villages environnants.

    « La protection des civils est primordiale dans le mandat de la MINUSMA. Compte tenu de la vaste étendue du territoire des régions du nord, des capacités limitées de la Mission, ainsi que de la menace terroriste sévissant dans certaines zones, la MINUSMA ne peut être présente partout pour venir en aide aux populations. Cependant, nous faisons tout ce que nous pouvons pour assurer que les populations civiles soient protégées,» a déclaré M. Mongi Hamdi, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies et Chef de la MINUSMA. « Nous sommes déterminés à travailler de concert avec les autres partenaires internationaux et régionaux pour faire avancer le processus de paix inter-malien et mettre fin à l’insécurité et à l’instabilité dont les civils sont les premiers victimes », a ajouté M. Hamdi.


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Le Représentant Spécial du Secrétaire General et Chef de la MINUSMA M. Mongi Hamdi, accompagné par l’Ambassadeur d’Algérie, chef de file de la Médiation internationale des pourparlers inter-maliens, l’Ambassadeur de France, le chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats Unis au Mali, et des représentants de l’Union Africaine et de la CEDEAO, ont été reçus hier par le Président de la République du Mali, S.E.M Ibrahim Boubacar Keïta.

    La rencontre avait pour objet d’échanger sur les voies et moyens de rétablir l’accalmie dans les régions du nord suite au récent regain de tension et aux violations du cessez-le-feu, et de faire progresser le processus de paix en perspective de la signature de l’Accord de Paix et de Réconciliation Nationale le 15 mai.

    M. Hamdi a assuré le Président du soutien des Nations Unies et de tous les partenaires régionaux et internationaux aux côtés du Mali et de son peuple dans le but d’aboutir à la signature de l’Accord de paix et de Réconciliation Nationale et de les accompagner dans sa mise en œuvre.

    « Nous avons indiqué à M. le Président que nous tenons à la signature de l’Accord le 15 de ce mois et que nous continuons à travailler d’arrache-pied pour faire avancer le processus de paix. Nous multiplions les efforts afin d’assurer la pleine adhésion des parties prenantes maliennes à cet Accord. Je tiens à cet égard à saluer l’ esprit de compromis, de courage et de bonne volonté dont M. le Président a fait preuve encore une fois pour aller de l’avant afin de préparer dans les meilleures conditions la signature de l’Accord le 15 mai », a déclaré M. Hamdi.

    « Je tiens également à remercier M. le Président pour son soutien aux efforts que nous déployons pour conclure un accord solide de cessation des hostilités le plus tôt possible afin de rétablir la situation sécuritaire sur le terrain avant la signature de l’Accord », a ajouté M. Hamdi.

    M. Hamdi a réitéré son appel à toutes les parties de s’engager à signer l’Accord de Paix et à sa mise en œuvre, avec le soutien de la communauté internationale et des Nations Unies. Il a souligné l’importance pour toutes les parties maliennes de saisir cette opportunité d’inscrire le 15 mai comme une date historique dans l’histoire du Mali et de son peuple en apposant leur signature à l’Accord de Paix.

    « Pour sa part, la MINUSMA demeure résolument engagée à aider le Mali et soutenir toute action qui favorise la paix, la cohésion sociale et la réconciliation nationale. Nous sommes là pour accompagner tous les maliens à établir cette paix juste, durable et crédible que tout le monde attend, » a conclu M. Hamdi.


    0 0
  • 05/07/15--11:34: World: Rapport annuel 2014
  • Source: Belgian Technical Cooperation
    Country: Belgium, Bolivia (Plurinational State of), Burundi, Central African Republic, Democratic Republic of the Congo, Ecuador, Guinea, Iraq, Liberia, Mali, Mozambique, Niger, Rwanda, Sierra Leone, Somalia, South Sudan, Syrian Arab Republic, Uganda, United Republic of Tanzania, World

    Le rapport annuel 2014 sur la Coopération belge au Développement est disponible depuis le début du mois de mai, non seulement en ligne et sur papier, mais aussi sous la forme d'applications numériques(BE-COOPERATION) dans l'App Store (iOS) et sur Google Play store (Android).

    Ce rapport annuel répond aux obligations légales de compte rendu annuel uniforme afin de présenter au Parlement fédéral les résultats et activités de la Coopération belge au développement au cours de l'année précédente. Ce rapport s'adresse à quiconque s'intéresse à la coopération au développement.

    La première partie dresse les priorités de la Coopération belge au développement en 2014 : état de la situation, politique cohérente en corrélation avec les objectifs de développement et approches thématiques comme la protection sociale, la croissance durable et équitable, l’agriculture et la sécurité de la chaîne alimentaire.

    La deuxième partie revient dans le détail sur les activités de terrain de la Coopération au développement. L'aide belge officielle dans le contexte budgétaire actuel, les programmes géographiques et l'aide humanitaire y sont présentés ainsi que les activités de sensibilisation, en Belgique, sur le thème du développement.

    Quant à la troisième partie, elle reprend un état des lieux des objectifs du Millénaire et plus particulièrement un aperçu des contributions belges dans "la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme" (OMD 3) et les objectifs qui traitent de la "réduction de la mortalité infantile et l’amélioration de la santé maternelle" (OMD 4 et 5).

    Le rapport annuel 2014 est téléchargeable gratuitement ci-dessous. Un résumé en français, néerlandais, anglais ou espagnol peut être obtenu via ce formulaire.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, REACH Initiative
    Country: Niger, Nigeria


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger, Nigeria

    Faits saillants

    • Au 7 mai, environ 25 700 personnes ont quitté les villages des îles du Lac Tchad à la demande des autorités et 6 000 nigérians ont choisi de retourner dans leur pays.

    • Les besoins prioritaires incluent les vivres, les abris et l’eau.

    • Les premiers efforts d’assistance sont en cours.

    • Le Premier ministre du Niger a effectué une visite à Nguigmi pour mieux soutenir les populations et s’enquérir de la situation des populations nouvellement déplacées.

    • Les autorités régionales et les acteurs humanitaires ont effectué une mission d’évaluation rapide à Nguigmi le 6 mai.


    0 0

    Source: International Committee of the Red Cross
    Country: Nigeria

    Abuja/Geneva (ICRC) - The International Committee of the Red Cross (ICRC) and the Nigerian Red Cross have delivered aid to a group of 275 people, mainly women and children, who had been found in Sambisa Forest, in north-east Nigeria. The group was found during military operations in the region last week.

    The group was taken to a camp in the town of Yola and yesterday received clothing, bed-sheets, jerricans and hygiene articles. The ICRC also provided medical supplies to the federal hospital in Yola to help treat the wounded and sick.

    "The suffering endured during this conflict, especially by women and girls, is tragic. Communities have been torn apart. We hope this group of people can now return to their families and loved ones. They will need continued support into the future," said Beat Armin Mosimann, an ICRC official in Yola.

    The ICRC and the Nigerian Red Cross are engaged in large-scale activities to help the population affected by the conflict in north-east Nigeria. Since December 2014, food has been distributed to more than 200,000 people, clean water has been provided and medical assistance given to the local population.

    For further information, please contact:
    Dénes Benczédi, ICRC Abuja, tel: +234 703 595 4168
    Jean-Yves Clémenzo, ICRC Geneva, tel: +41 22 730 22 71 or +41 79 217 32 17


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Niger, Nigeria

    Violence involving Boko Haram and consequent security concerns fuel new displacement. The World Food Programme is set to provide highly nutritious food to 2,500 children in need displaced at Nguigmi.

    About 25,000 people arrived in the towns of Nguigmi and Bosso in south-east Niger, after having fled their homes on small islands in Lake Chad. Niger authorities urged people living on Lake Chad islands last week to evacuate the islands over security fears following a Boko Haram attack.

    Most displaced families are settled outdoors and their most urgent needs include shelter, water, food and nonfood items.

    The authorities and humanitarian actors are scaling up their response. WFP trucks are on their way to provide highly nutritious food to about 2500 children under five who arrived at Nguigmi.

    Niger hosts over 100,000 Nigerian refugees and returnees. About 50,000 people living in the border areas of Diffa region have also been displaced since the start of the year as cross-border violence intensified in February.

    In areas hosting refugees, returness, IDPs and host communities, people are set to face a gruelling lean season as about 200,000 face an acute food insecurity and livelihoods crisis.

    WFP has been providing life-saving food assistance and nutrition support to over 60,000 people and is scaling up its response to reach 200,000 people in the Diffa region. But without urgent funding, critical nutrition support for pregnant and breastfeeding women will be at risk.


    0 0

    Source: Reuters - AlertNet
    Country: Niger

    NIAMEY, May 7 (Reuters) - At least five people were killed when militants from Nigeria's Boko Haram Islamist group attacked a village in southwestern Niger, two Niger military officers said on Thursday.

    Read the full story


older | 1 | .... | 360 | 361 | (Page 362) | 363 | 364 | .... | 728 | newer