Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 351 | 352 | (Page 353) | 354 | 355 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Acción contra el Hambre
    Country: Niger, Nigeria

    • El salto a Níger del conflicto en el norte de Nigeria agrava la situación humanitaria y ejerce una gran presión sobre la población de acogida y los recursos disponibles.

    • Más de 100.000 personas, nigerianos y nigerinos, necesitan asistencia en las regiones al sur del país, en la frontera con Nigeria.

    • Acción contra el Hambre pone en marcha una intervención de emergencia en la región de Diffa para cubrir necesidades de agua y saneamiento de poblaciones desplazadas y de acogida.

    Madrid, 16 de abril de 2015

    “La situación es muy preocupante. A los refugiados nigerianos y los regresados nigerinos, que se habían establecido en Nigeria en busca de prosperidad y que ahora regresan huyendo a sus lugares de origen, se une un nuevo grupo entre los desplazados, la propia población autóctona de la región de Diffa”, señala Montse Escruela, Coordinadora de Salud y Nutrición de la Unidad de Emergencia de Acción contra el Hambre, recién llegada del país tras reforzar la evaluación de Acción contra el Hambre lanzada el pasado mes de febrero, tras un recrudecimiento del conflicto que extendió los ataques a las ciudades de Diffa y de Bosso en Níger.

    Estas evaluaciones revelan en efecto problemas de disponibilidad de alimentos, de acceso al agua y al saneamiento, así como la falta de servicios de salud, consecuencia del cierre de mercados, la paralización de los intercambios comerciales, el cierre de centros de salud o la huida de personal sanitario y humanitario. Estos factores agravantes afectan especialmente a los más vulnerables, niños, mujeres embarazadas y lactantes, y añaden el riesgo de epidemias. “La falta de cobertura en estructuras de saneamiento entraña un riesgo muy elevado de transmisión de enfermedades como el cólera”, apunta Montse Escruela.

    Si la situación nutricional era preocupante en el mes de noviembre, -según los resultados de la evaluación del Programa Mundial de Alimentos (PAM), el 23,5% de los niños de 6 a 23 meses padece desnutrición aguda-, amenaza ahora con degradarse. En la región de Diffa se observa el mayor porcentaje (69%) de personas en riesgo de inseguridad alimentaria, y la falta de alimento está obligando al 40% de los hogares a reducir sus raciones diarias.

    La región de Diffa, al sureste de Níger, es una zona que tradicionalmente ha tenido que hacer frente a grandes desafíos humanitarios tales como la inseguridad alimentaria y la desnutrición. Una situación que se ha visto gravemente acentuada con la llegada, desde 2013, de flujos de población que huyen de los ataques perpetrados en el norte de Nigeria por el grupo armado Boko Haram.

    Actualmente la región se mantiene en estado de emergencia, declarado por el gobierno nigerino el 10 de febrero, y se estima que entre 500 y 1.000 personas continúan atravesando cada semana la frontera hacia Diffa por temor a nuevas acciones del grupo terrorista. La dinámica de violencia generada por las acciones de Boko Haram y la respuesta militar de la coalición formada por cinco países de la zona (Nigeria, Níger, Camerún, Chad y Benín) alimenta los desplazamientos de población con cada ola de ataques.

    Población y recursos bajo presión

    Desde que comenzaran los movimientos de refugiados desde Nigeria, éstos han sido acogidos con gran solidaridad por la comunidad local. Sin embargo, la presión que supone esta gran densidad de población ha terminado por desbordar los servicios básicos de abastecimiento de agua, de alimentos y de acceso a las estructuras de salud, ya de por sí limitados.

    La respuesta de Acción contra el Hambre

    En un contexto difícil, en el que la mayor parte de las organizaciones humanitarias han suspendido temporalmente sus actividades y reducido su personal sobre el terreno, el objetivo de Acción contra el Hambre es hacer frente a las urgentes necesidades, dando respuesta humanitaria en Agua, Higiene y Saneamiento a las poblaciones refugiadas, desplazadas y de acogida en la región de Diffa.

    La respuesta, financiada por Cooperación Española y respaldada con fondos propios provenientes del apoyo de donantes particulares, llegará a más de 15.000 personas con actividades dirigidas a la construcción, seguimiento y desinfección de puntos de agua, sesiones de promoción de la higiene y distribución de kits de higiene.

    Acción contra el Hambre trabaja en territorio nigerino desde 1997, donde lleva a cabo programas con vistas a tratar y reducir la desnutrición, en las regiones de Maradi y Tahoua. En 2014, nuestras intervenciones en nutrición, seguridad alimentaria y agua, saneamiento e higiene llegaron a más de 275.000 personas.​

    Acción contra el Hambre es una organización humanitaria internacional e independiente que combate la desnutrición infantil a la vez que garantiza agua y medios de vida seguros a las poblaciones más vulnerables. Intervenimos en más de 45 países apoyando a más de nueve millones de personas. Nuestra visión es un mundo sin desnutrición; nuestro primer objetivo, devolver la dignidad a quienes hoy viven amenazados por el hambre.

    Más información y entrevistas con portavoces: Departamento de Comunicación Acción contra el Hambre-España 91 771 16 63www.accioncontraelhambre.org


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Central African Republic, Chad, Niger, Sudan

    La faim est un sérieux problème au Tchad. Aidez-nous à sensibiliser à ce problème en partageant les 10 choses à savoir sur la faim dans ce pays:

    1. Le Tchad est classé 73ème sur 78 pays dans l'Indice de la faim dans le monde (IFM) et 184ème sur 187 pays dans l'Indice de Développement Humain (IDH) du PNUD.

    2. 87% de la population rurale du Tchad vit sous le seuil de pauvreté.

    3. En 2015, plus de 2,4 millions de tchadiens en zone rurale sont passés en situation d'insécurité alimentaire, dont 428 000 classés en situation d'insécurité alimentaire extrême.

    4. Cette année, dans les régions du Lac, de Barh el Gazel, et de Kanem, les fermiers devront faire face à une saison maigre plus longue que les années précédentes (de février à septembre au lieu de juin à septembre habituellement).

    5. Des pluies particulièrement imprévisibles, des sécheresses périodiques, des infestations de criquets, et des pratiques agricoles non durables affectent négativement la production de céréales à travers le pays.

    6. Pour lutter contre la malnutrition, le PAM utilise une approche à deux volets qui met l'accent sur la prévention pendant les 1 000 premiers jours de l'enfant, fenêtre cruciale, en fournissant un traitement à 200 000 enfants de moins de 5 ans et à 20 000 femmes enceintes et allaitantes qui souffrent de malnutrition aigüe modérée.

    7. 360 000 réfugiés soudanais, 100 000 rapatriés et réfugiés centrafricains, et 20 000 réfugiés nigériens ont fui leurs foyers pour arriver au Tchad.

    8. La combinaison entre le manque d'infrastructures, des ressources humaines limitées, et l'insécurité alimentaire a entravé l'accès à l'éducation de base dans un pays où seulement 1/3 des adultes sont alphabétisés et 2/3 des enfants en âge d'aller à l'école sont inscrits dans un établissement scolaire.

    9. En 2015, avec un budget de 28 millions de $US, 580 000 personnes recevront une aide alimentaire via des bons alimentaires.

    10. Avec 4 avions et 17 destinations, les opérations de l'UNHAS (service aérien humanitaire des Nations Unies) au Tchad sont essentielles: de janvier à décembre 2014, elles ont transporté 45 600 travailleurs humanitaires, et effectué de nombreuses évacuations médicales.


    0 0

    Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies
    Country: Cameroon, Nigeria

    Yaoundé, le 15 avril 2015: Depuis bientôt deux ans, le Cameroun a été témoin de l’arrivée des dizaines de milliers de réfugiés déversés au niveau de ses frontières, à mesure que les gens fuient l'instabilité persistante au Nigeria voisin. Actuellement, 34 996 nigérians ont trouvé refuge au Cameroun, avec 2 670 nouveaux réfugiés dans le pays, au mois de janvier. Par ailleurs, 30 000 hommes, femmes et enfants ont été identifiés comme étant déplacés à l'intérieur du Cameroun à la suite du débordement des violences transfrontalières.

    Ces populations vivent dans des camps ou des communautés d'accueil dans la région de l'Extrême- Nord, avec peu d'accès aux minimums vitaux nécessaires pour leur survie, comme la nourriture, l'eau potable, les soins de santé, et des installations sanitaires adéquates.

    «Il est urgent d’apporter à ces familles le soutien dont elles ont désespérément besoin», déclare Daniel Bolaños, coordonnateur de la gestion des catastrophes pour l’Afrique à la Fédération Internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). "Avec l’arrivée massive et continue de personnes à travers les frontières du Cameroun, il est probable que la situation s’empire au lieu de s’améliorer. Nous devons agir maintenant ».

    Des données récentes indiquent que la région de l'Extrême-Nord connaît des problèmes de malnutrition chronique de 46,1 pour cent chez les enfants de moins de cinq ans. Près de 18 pour cent de la population est en situation d'insécurité alimentaire ( enquête SMART ). En outre, la saison des pluies n'a pas été favorable à l'agriculture cette année et la crise alimentaire devrait se détériorer en 2015. La région de l’Extrême-Nord est également sujette à des épidémies telles que le choléra, la méningite et la poliomyélite.

    «Ces familles sont comme vous et moi, désirant toutes les mêmes attentions», ajoute Bolaños, "de la nourriture sur la table, de l'eau potable à boire, un toit pour s’abriter, et la possibilité de vivre en paix. J’ai été dans la région de l'Extrême-Nord au Cameroun et je peux confirmer que ces populations se battent pour se maintenir en vie".

    Les communautés d'accueil subissent également le poids de l'afflux de réfugiés et de personnes déplacées. Les ressources locales et les établissements hospitaliers ont atteint leurs limites et sont incapables de faire face à la pression croissante de la situation.

    La FICR a lancé un appel de fonds d’un montant de 1,7 millions de francs suisses pour aider la Croix-Rouge Camerounaise à soutenir 25 000 personnes parmi les plus vulnérables de la région de l'Extrême-Nord. Les interventions seront axées sur la fourniture de soins médicaux d'urgence, de l'eau, l'assainissement, des abris, de la nourriture, et la réduction des risques liés aux catastrophes. Les activités en cours comprennent la formation de 200 volontaires de santé communautaire et des équipes de réponse aux catastrophes de la Croix-Rouge, sur la façon d’évaluer l’environnement de santé, décrivant les risques immédiats pour la santé. La Fédération Internationale a déployé un membre de l’équipe régionale de réponse aux catastrophes pour soutenir la Société Nationale dans la mise en œuvre de ces activités.

    Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) organise actuellement une formation en premiers secours pour les volontaires de la Croix-Rouge Camerounaise en plus d’un accompagnement sur les activités de regroupement des enfants et des personnes séparés.

    « Nous ne devons pas tourner le dos à ces personnes qui ne sont pas responsables de leur situation", poursuit Bolaños. «Nous avons la responsabilité humanitaire d’assister les plus vulnérables et d’alléger leurs souffrances au cours de cette catastrophe silencieuse qui perdure.»

    La Fédération Internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) est le plus grand réseau humanitaire fondé sur le volontariat dans le monde, portant assistance à 150 millions de personnes chaque année à travers ses 189 Sociétés Nationales membres. Par ailleurs, la FICR agit avant, pendant et après les catastrophes et les urgences sanitaires pour répondre aux besoins et améliorer la vie des personnes vulnérables. Elle le fait en toute impartialité de nationalité, de race, de sexe, de religion, de conditions et opinions politiques. Pour plus d'informations, visitez www.ifrc.org Vous pouvez également communiquer avec nous sur Facebook, Twitter, YouTube et Flickr.

    Pour plus d’informations ou pour des entretiens, merci de contacter:

    A Yaoundé:

    Mirabelle Enaka, regional communications officer, IFRC central Africa
    Mobile: +2376 77 09 31 18
    E-mail : mirabelle.enaka@ifrc.org

    A Ethiopia/Nairobi:

    Katherine Mueller, communications manager, IFRC Africa
    Mobile: +251 930 03 3413 / +254 731 688 613
    E-mail : katherine.mueller@ifrc.org

    A Geneva:

    Benoit Carpentier, team leader, public communications, IFRC
    Mobile : +41 79 2132413
    E-mail : benoit.carpentier@ifrc.org


    0 0

    Source: Internal Displacement Monitoring Centre
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    Despite a relative lull in attacks since the March 2015 presidential elections, the insurgency by militant group Boko Haram in north-east Nigeria is far from over and needs continue to rise. Violence perpetrated by the group is the primary driver of a reported 1.2 million people fleeing to other parts of the country. Mass abductions of women and girls, such as the Chibok schoolgirls in 2014, has become a trademark tactic. During the second half of 2014 and early 2015, internal displacement at the hands of Boko Haram was also reported within neighbouring Cameroon, Chad and Niger. These three countries now have roughly the same number of IDPs –nearly 200,000– as they do Nigerian refugees.

    These trends, along with Boko Haram’s declaration of a caliphate in 2014 and their recent pledge of allegiance to the Islamic State (also known as ISIL) in March 2015, send clear signals that their agenda goes well beyond Nigeria. While military interventions in recent months seem to have reversed some of the territorial gains made by the militant group, internal displacement triggered by Boko Haram is expected to continue across the region.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Niger

    Niamey, Niger | AFP | jeudi 16/04/2015 - 15:00 GMT

    Une épidémie de méningite qui sévit depuis janvier au Niger a fait 75 morts, dont plus de la moitié dans la capitale Niamey, selon un nouveau bilan officiel annoncé jeudi.

    A la date du 13 avril, "75 décès ont été notifiés au niveau national" sur un total de 697 cas, "soit une létalité de 10,30%", a affirmé le ministre de la Santé, Mano Aghali, à la télévision d'Etat.

    Un précédent bilan officiel faisait état de 45 décès sur 345 cas de méningite entre le 1er janvier et le 29 mars.

    Toutes les régions du pays sont touchées, à l'exception de Diffa, dans le sud-est, proche du Nigeria, a indiqué le ministre.

    Niamey est la zone la plus frappée avec plus de la moitié des décès, soit 41 sur 279 cas, a-t-il relevé.

    Des campagnes générales de vaccination seront entreprises "dès la semaine prochaine" dans les zones "très touchées", a assuré M. Aghali.

    L'actuelle épidémie est provoquée par des souches "plus virulentes" de la méningite que celles qui ont été à l'origine des précédentes vagues au Niger, selon un expert.

    Le Niger, Etat sahélien aride et l'un des pays les plus pauvres au monde, est régulièrement frappé par des épidémies de méningite en raison de sa position au sein de "la ceinture de la méningite", qui s'étend du Sénégal à l'ouest jusqu'à l'Éthiopie à l'est, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

    Très contagieuse, la maladie se manifeste par une montée brutale de température, de violents maux de tête, des vomissements et une raideur du cou.

    bh/pid/jf/tmo

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Internal Displacement Monitoring Centre
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Niger

    Niamey, Niger | AFP | Thursday 4/16/2015 - 16:46 GMT

    A meningitis epidemic that broke out in January in Niger has killed 75 people so far, the health minister said on Thursday.

    The total number of nationwide cases currently stand at 697, the minister Mano Aghali said on state television.

    More than half of the deaths have occurred in the capital Niamey but the epidemic has spread to all regions of the country, with the exception of southeastern Diffa near the Nigerian border, he added.

    A previous report showed that the epidemic had affected 345 people between January 1 and March 29, with 45 fatalities.

    A vaccination campaign will begin next week in the most affected zones, said Aghali. Authorities have already distributed 13,500 doses of the vaccine.

    Niger, one of the world's poorest countries, is frequently prone to meningitis epidemics because of its position in the "meningitis belt" that stretches from Senegal in the west to Ethiopia in the east, according to the World Health Organization (WHO).

    The disease -- an inflammation of the lining around the brain and spinal cord -- can cause death within hours. It is usually bacterial or viral and occasionally is due to fungal infections, although almost any microbe can cause it.

    It is highly contagious and symptoms include a sudden rise in temperature, a stiff neck, severe headache and vomiting.

    bh/jf/sb/pvh

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Mali

    Highlights

    • Although Mali has been declared Ebola free on January 18th, 2015, UNICEF has continued advocating on the importance of prevention efforts, especially in the neighboring districts with Guinea where new cases have been recently confirmed. Social mobilization, together with WASH interventions and reinforcement of the health systems will be of paramount importance also to counter the spreading of other epidemics in the future.

    • The Education Cluster, co-led by UNICEF, organized a strategic workshop to restore education in the Kidal region, where children have been out of school for more than three years, gathering more than 70 actors in Gao to develop community-led intervention strategies and activities.

    • Social workers of Child Protection Sub Cluster and the COU (Centre Operationnel d`Urgence) staff reached 5,226 children with awareness messages related to Ebola and availability of psychosocial support. UNICEF and partners reached 48,241 of which 50% youth and children through Mine Risk Education activities in Gao and Timbuktu. 290 survivors of Gender Based Violence (GBV) were provided psychosocial support in Gao, Mopti and Bamako.

    • Two regional nutrition surveys conducted with SMART methodology in Kidal and Gao have shown that the nutrition situation in these two regions has not significantly changed since 2011. The prevalence of GAM and SAM in Gao were respectively 11.3% (C.I 9,7 – 13,2) and 2,3% (1,6-3,1). In the Region of Kidal, the GAM and SAM prevalence were respectively 5,7% (C.I 4,1 – 7,9%) and 1,0 (C.I. 0,5-1,9%), showing a critical nutritional situation.

    • In February 2015, 5,187,646 children 6-59 months received Vitamin A supplementation.

    • UNICEF took the lead of the polio vaccination in the Northern Region, where 513,388 children under 5 were administered the oral vaccine.


    0 0

    Source: Internal Displacement Monitoring Centre
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Nigeria

    Abuja, Nigeria | AFP | Thursday 4/16/2015 - 23:40 GMT

    ​Nigerian President Goodluck Jonathan on Thursday told the United Nations his country would not need the help of an international force in the fight against Boko Haram.

    The outgoing leader said in a statement he wanted the UN to focus instead on helping to rebuild communities and assist those affected by the six-year Islamist insurgency.

    Jonathan made the remarks after meeting with the special representatives of the UN secretary-general for west and central Africa, Mohammed Ibn Chambas and Abdoulaye Bathily, the statement said.

    The UN refugee agency has said that 1.5 million people have been displaced by Boko Haram violence in northern Nigeria, while more than 13,000 people have been killed.

    Jonathan said that with the support of troops from Chad, Niger and Cameroon, the Nigerian military had in recent months regained most of the towns and villages seized by the Islamist militants in the northeastern states of Borno, Adamawa and Yobe.

    The Nigerian military has "commenced a final push to take the last stronghold of the insurgents in Sambisa Forest" in Borno state, the statement quoted him as saying.

    It is believed that most of the 219 schoolgirls abducted by Boko Haram from Chibok in Borno state a year ago are being held in the forest.

    Chambas, a former head of west African regional bloc ECOWAS, told Jonathan that the UN team was visiting the countries affected by the Boko Haram insurgency, which also includes Chad, Cameroon and Niger.

    He reaffirmed the UN's readiness to support the ongoing efforts by Nigeria and its neighbours to end the insurgency.

    ola-ade/mfp

    © 1994-2015 Agence France-Presse


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Niger

    By Vigno Hounkanli — 16 April 2015

    More than 18,000 impoverished, landless households, will have access to farmable land during the next winter season, thanks to a land redistribution project proposed by the World Food Programme and the Food and Agriculture Organization, with the support of USAID.

    Tahoua – Hoe in hand, Binta Issah, a 40-year-old mother of eight, works the soil with a group of women. The smile on her face contrasts with the harshness of the land. The soil in the Alakaye area is rocky, but the World Food Programme is organizing a rehabilitation program to make it usable for farmers in the area.

    “The soil here has never been worked – it is degraded and stony. But people want to recover it and use it,” explained Zayaba Ango, with WFP in Tahoua.

    Binta has helped build half-moons, stone bunds, and walls to retain water in the fields and create a better environment for producing food staples. She is one of the people that WFP has reached through its cash distribution projects for producing assets, like the half-moons, during the pre-winter season when the granaries are empty.

    “I am relieved. Previously, I had to search for wood to sell or pound millet for others in hopes of feeding my family. But with the money that I receive now, I am at ease – I can provide at least two meals per day for my children,” said Binta.

    Bineta has never owned her own land. Each year, she cultivates land for others, but must in return give them part of the harvest. Now, she has found a better solution. Part of the rehabilitated land will be given to her for free to cultivate for five years.

    “We have discussed and signed agreements with local authorities and landowners for the land benefits,” explained Benoit Thiry, WFP representative in Niger. "The innovation of the project is that the rehabilitated land will be redistributed to poor households for five years. They should benefit from their work."

    The partnership between WFP and FAO will allow the households also to benefit from the aid of FAO, who provides the seeds, fertilizer, and technical support necessary for agricultural output.

    For Binta, now water is the only concern. She is thankful that the rains have been abundant. With the financial aid from USAID, projects like mini-dams will be constructed so that water can penetrate the soil, allowing the people to cultivate vegetables as well. This will help to diversify their diets and provide an additional source of income.

    This project is taking places in communities where together a set of integrated programmes – school meals, nutritional care, and food security projects – have been put in place to strengthen people’s resilience

    Author: Vigno Hounkanli

    Vigno Houkanli works as a Public Information Officer at the WFP Office in Niamey, Niger.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal


    0 0

    Source: UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali
    Country: Mali

    Faits saillants

    • Approbation du plan 2015 de la “Commission Réhabilitation des Zones Post-Conflit”

    • Retraite des PTF

    • Rencontre avec le Forum des Organisations de la Société Civile au Mali (FOSC)

    • S&R briefe le Groupe d’étude sur les opérations de maintien de la paix en visite à Gao

    • Missions conjointes de terrain à Tombouctou et Mopti

    • Nouveaux QIPs lancés dans les régions du nord et à Bamako


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, Food and Agriculture Organization
    Country: Burkina Faso

    FAITS SAILLANTS

    • A la date du 14 avril 2015, quatre régions et cinq provinces sont affectées par la grippe aviaire : le Kadiogo dans la région du Centre, le Sanguié et le Boulkiemdé dans la région du Centre Ouest, le Houet dans la région des Hauts Bassins et le Poni dans la région du Sud ouest.

    • Mortalité à la date du 13 avril 2015: 200 000 poules, 2000 pintades, et 55 canards et dindons.

    • Tenue d’une réunion d’information entre le Gouvernement et les Partenaires Techniques et Financiers le mardi 14 avril 2015 à la Direction Générale de la Coopération (DGCOOP).

    • Soumission par le Gouvernement aux Partenaires Techniques et Financiers des plans de lutte contre la grippe aviaire (plan de riposte, plan de surveillance, plan de communication, esquisse de plan de relance du secteur avicole).

    • Révision du budget de la réponse suite à la découverte de nouveaux foyers: le budget actuel est de 3 253 714 743 FCFA.


    0 0

    Source: Médecins Sans Frontières
    Country: Mali

    On Wednesday, a suicide bomber attacked a camp of the United Nations mission in Mali (MINUSMA) in the outskirts of Ansongo town, killing three civilians – two children and one adult – and wounding 16 people, most of them UN peacekeepers. A Médecins Sans Frontières (MSF) team was immediately deployed to the area and referred five wounded children to the Ansongo referral hospital, where the organisation has been working since 2012.

    Due to the severity of the wounds, one of the children was referred to the hospital in Gao, the capital of the region. The other four children are being treated for trauma wounds in Ansongo. “As an emergency organisation our priority is to respond as quick as possible to this kind of event as we know that civilians are too often caught between clashes of different armed groups in the North of Mali”, says Côme Niyongabo, MSF Head of Mission in Mali.

    MSF has been working in the Gao region since November 2012 providing medical care to the populations affected by the armed conflict. In 2014, MSF concentrated its activities in Ansongo referral hospital and in several health initiatives in the communities. The organisation also collaborated to ensure screening for child malnutrition and seasonal malaria chemoprevention (SMC) in Gao region. More than 40,000 children received antimalarials to guard against the disease through the malaria peak season.

    Médecins Sans Frontières (MSF) is an international, independent, medical humanitarian organisation that delivers emergency aid to people affected by armed conflict, epidemics, exclusion from healthcare and natural disasters. MSF offers assistance to people based on need and irrespective of race, religion, gender or political affiliation. MSF’s actions are guided by medical ethics and the principles of independence and impartiality.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Nigeria


    0 0

    Source: Armed Conflict Location and Events Dataset
    Country: Cameroon, Democratic Republic of the Congo, Egypt, Libya, Mali, Nigeria, South Africa, Sudan, Tunisia, World

    Welcome to the April issue of the Armed Conflict Location & Event Data Project’s (ACLED) Conflict Trends report. Each month, ACLED researchers gather, analyse and publish data on political violence in Africa in realtime. Weekly updates to realtime conflict event data are published through our research partners at Climate Change and African Political Stability (CCAPS) and also on the ACLED website.

    This month’s issue focuses on the intervention of French Military Forces in West Africa, Islamist Militancy and Counter Insurgency strategies in North Africa, an analysis of violence surrounding the recent elections in Nigeria, and student-led protests in South Africa and targeted violence against foreign nationals. A special focus topic explores the targeting of children in conflict zones.

    Elsewhere on the continent, the Democratic Republic of Congo witnessed a slight spike in conflict events and on-going violence continued in Kenya after Al-Shabab militants carried out a deadly assault on Garissa University. Fatalities decreased in Cameroon in March and fighting with Islamic State affiliates renewed across Libya.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Guinea, Liberia, Niger, Nigeria, Sierra Leone

    HIGHLIGHTS

    • USD$ 28 million allocated from UN Central Emergency Fund to assist people affected by Boko Haram’s insurgency.

    • Boko Haram, insecurity exert misery in Cameroon’s Far North Region.

    • Millions of people in Ebola-affected countries risk serious food shortages during the June-August lean season.

    • Significant drop in EVD cases recorded in March.


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Central African Republic, Chad

    PROTECTION
    MARIAGE DES ENFANTS
    ENGAGEMENT AU PLUS HAUT SOMMET DE L’ETAT
    LE TCHAD S’ENGAGE POUR ZERO CAS DE MARIAGE DES ENFANTS D’ICI 2020

    C’est à travers une cérémonie organisée dans la matinée du 14 Mars dernier au palais du 15 janvier que la Première Dame Hinda Deby Itno, Présidente de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour la riposte au VIH (OPDAS) a lancé officiellement la campagne nationale « mettre fin au mariage des enfants. Cette campagne a été placée sous le thème « Tous ensemble mettons fin au mariage des enfants » en présence du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence M. Idriss Deby ITNO et du Chef du Gouvernement, Son Excellence M. Kalzeubé Payimi DEUBET et les partenaires du Système des Nations Unies. Le Chef de l’Etat a opté pour 0 mariage des enfants d’ici 2020. Il a aussi saisi cette occasion pour signer une loi interdisant le mariage des enfants et fixant ainsi l’âge officiel à 18 ans. La nouvelle loi punit d’un emprisonnement de 5 à 10 ans et d’une amende allant de 500.000 F CFA à 5 millions F CFA, toute personne, toute autorité civile, religieuse ou traditionnelle qui contraint, par quelque moyen que ce soit, un mineur au mariage.

    Le mariage des enfants est une violation des droits de l’homme pour les filles aussi bien que les garçons, mais il constitue la forme la plus répandue de maltraitance sexuelle et d’exploitation des filles. La séparation avec la famille et les amis, l’exclusion sociale et communautaire et la restriction des possibilités d’éducation figurent parmi les conséquences négatives de ces mariages. Le mariage des enfants peut également conduire au travail sous contrainte et à l’esclavage, à l’exploitation sexuelle à des fins commerciales et à la violence. Parce qu’elles ne peuvent refuser d’avoir des relations sexuelles ou exiger l’utilisation de préservatifs, les jeunes filles mariées courent souvent de graves risques sur le plan de la santé, comme des grossesses précoces, des infections sexuellement transmissibles comme le VIH/SIDA.

    Au Tchad,selon la synthèse de l’enquête réalisée dans le Mandoul, le Ouaddai et la Tandjilé sur le mariage des enfants, 2 filles sur 3 sont mariées avant l’âge de 18 ans, soit 68% des enfants de ces régions-là. Le phénomène est profondément ancré dans les traditions et les mœurs de nombreuses familles et communautés. Si plusieurs facteurs peuvent expliquer l’enracinement de ce phénomène dans la société tchadienne, les pesanteurs socioculturelles, la pauvreté, les conflits et les inégalités basées sur le genre en constituent les causes principales. Lors de la cérémonie, trois filles mariées très jeunes ont témoigné à visage découvert : Deux d’entre elles ont été victimes de fistule obstétricale suite à l’accouchement et la troisième s’est retrouvée porteuse du VIH. Face à ces témoignages, la Première Dame du Tchad d’interpeller : « Il est établi que l’émancipation qui permet aux jeunes filles de réaliser tout leur potentiel, est bénéfique pour les familles, les collectivités et le pays tout entier.

    Malheureusement, nous relevons qu’en dépit des progrès réalisés pour les protéger et assurer leur bien-être, les jeunes filles continuent d’être privées de leurs droits à une éducation et à des soins de santé de qualité. Elles courent même le risque de souffrir de malnutrition et d’être victimes de violence. Pendant cette cérémonie, tour à tour les grandes institutions de la République, les acteurs de la société civile, les leaders religieux ont clamé haut et fort leur engagement pour mettre fin au mariage des enfants.

    Le Gouvernement du Tchad, à travers le Ministre de l’Information et de la Communication,
    Porte-Parole du Gouvernement, s’est engagé à intensifier l’éducation des citoyens au respect des nouvelles mesures en rapport avec l’interdiction du mariage des enfants, adoptés par le Conseil des Ministres du 12 mars 2015. Le Président de l’Assemblée Nationale, s’est engagé à adopter et faire appliquer des lois réprimant le mariage des enfants, à favoriser la scolarisation des filles au primaire et au-delà. Quant aux autorités traditionnelles et coutumières du Tchad elles se sont engagés à mener des actions et plaidoyer auprès des décideurs politiques et de l’Assemblée Nationale pour l’adoption et l’application des lois réprimant les violences basées sur le genre, notamment le mariage des enfants.

    Les Organisations de la Société Civile se sont engagées à organiser des rencontres communautaires et à utiliser les fêtes traditionnelles et autres circonstances pour sensibiliser les populations contre le mariage des enfants et s’impliquer dans les activités de programmes et projets visant l’éradication du mariage des enfants. Les leaders religieux musulmans et chrétiens à leur tour, se sont engagés à organiser des activités de communication (prêches, sermons, prières, campagne d’information et de sensibilisation) afin de sensibiliser les fidèles dans leurs communautés afin que l’avenir des enfants du Tchad ne soit mis en danger par des mariages précoces aux conséquences terribles pour le pays. Suite aux divers engagements, le Président de la République du Tchad, Idriss Deby Itno a invité les acteurs à prendre leurs responsabilités: « Nous devons tous nous engager ici : pères de famille, leaders d’opinion, religieux, hommes politiques, membres de la société civile ; il ne suffit pas de dire simplement que nous nous engageons, il faut d’abord être convaincu de la nécessité de s’engager dans cette lutte.» Le Président de la République de poursuivre : « les nations doivent s’activer à éradiquer cette pratique d’ici 2020. L’Union Africaine parlait d’atteindre cet objectif en 2063.

    Mais entretemps, combien de générations aurons-nous sacrifié ? Je dis non, le Tchad doit atteindre cet objectif avant 2020 et conformément à tous nos engagements internationaux, sous régionaux, et régionaux. ». Lançant officiellement la campagne nationale contre le mariage des enfants, la Première Dame, Mme Hinda Deby Itno et actuelle Présidente de l’OPDAS (Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le Sida) a salué la présence du Président de la République qui a œuvré sans relâche pour l’éradication du mariage des enfants au Tchad. Selon elle, il faut une mobilisation à différents niveaux. Mme Hinda Deby Itno propose qu’un accent particulier soit mis sur l’éducation et aussi sur l’application de la loi afin d’amener les communautés à changer de comportement. Cela passe nécessairement par la mobilisation des parents et une campagne soutenue d’information et de sensibilisation à l’endroit des filles elles-mêmes.

    Elle a déclaré : «Nous battre contre les pratiques rétrogrades et dégradantes, créer un environnement propice qui encourage le changement des mentalités, travailler avec les filles pour qu’elles puissent développer des projets de vie en accord avec leur propre désir. C’est ainsi que nous pourrons opérer un changement de comportement durable et à grande échelle », a insisté Mme Hinda Déby ITNO.


older | 1 | .... | 351 | 352 | (Page 353) | 354 | 355 | .... | 728 | newer