Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 343 | 344 | (Page 345) | 346 | 347 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees, CCCM Cluster, Shelter Cluster
    Country: Chad


    0 0

    Source: Fund for Peace
    Country: Nigeria

    Published March 28, 2015
    By Ania Skinner
    Fund for Peace – Global Square Blog

    Jamāʻat Ahl as-Sunnahlid-daʻwa wal-Jihād (JAS), known widely as Boko Haram, has employed suicide bombers as a terrorist tactic in their insurgency against the Nigerian government since 2011. As of mid-2014, however, reports began to emerge of an alarming new dimension: the use of young women and girls in suicide missions. The first reported case of a female suicide bomber occurred on June 8, 2014, when a woman detonated her bomb near army barracks in Gombe state of Nigeria.

    Since that time, the rate of suicide bombings carried out by women has steadily increased. In July 2014, there were four instances of female suicide bombings within one week of each other in Kano state, an area which has been heavily affected by the Boko Haram insurgency. Female suicide bombings spiked again in November with three instances, and each month since then has experienced steady numbers of women detonating themselves in places crowded with civilians.

    Perhaps the most disturbing development is the use of young teenage girls and children to carry out these deadly missions. In January 2015, it was reported that a 10-year old girl blew herself up in a busy market in Maidguri, killing 20 people including herself. In February, a girl believed to be as young as seven detonated her bomb at a Sunday market in Potiskum, killing herself and seven others, and injuring 42.

    The majority of these incidents have occurred in the northeastern corner of Nigeria, where Boko Haram has become increasingly active. The insurgency has also gained ground further west in states like Kano, as evidenced by the high number of female suicide bombings carried out in that region. The heat map below shows the concentration of suicide bombings in the past ten months.

    It is not completely clear what the motivation is behind Boko Haram’s use of female suicide bombers. Mia Bloom, Professor of Security studies at the University of Massachusetts – Lowell, suggests in the Washington Post that using women to carry out these missions could be a strategy to increase their success, as women are less likely to be suspected of carrying a bomb, less likely to be searched, and are able to better conceal their equipment. This makes female suicide bombers especially dangerous in crowded markets, transportation hubs, and religious sites, all of which are common targets.

    Other theories include that many of the women who carry out these missions have been forced into doing so, pointing to evidence that men often accompany the female suicide bombers prior to their detonation, especially the younger women. There has been speculation that some women could be victims of the Chibok school girl kidnapping that occurred last April. However, currently there is no evidence to substantiate these claims.

    Although it is highly possible that some women are forced to become female suicide bombers by Boko Haram or are made to feel that they have no other option, it is also possible that others do so on their own initiative. BBC reported that the Nigerian military acknowledged that there seems to be a female component of Boko Haram aimed at recruiting women as spies or wives of insurgents. Other women related or married to Boko Haram insurgents could be motivated by grief over a lost relative or husband, and agree to suicide missions as revenge, as is often seen Chechnya.

    However, the increasing regularity of female suicide bombings has also created an atmosphere of suspicion among the Nigerian public. A Nigerian newspaper, The Nation, reported in December that two women wearing hijabs and carrying big bags were nearly lynched by members of the public who suspected them to be suicide bombers despite their innocence. This incident occurred at the Federal University of Technology at Minna in Niger state, an area which has experienced one female suicide bombing in the past ten months.

    Most recently, The Vanguard reported that a woman wearing a long hijab who refused to be screened upon entering a market was burned to death by an angry mob on March 1 in Bauchi state. It was later learned that the victim was wrongly identified as a suicide bomber.

    Female suicide bombings have developed into a worrying trend and a destabilizing factor in northeastern Nigeria. In order to counter this growing threat, and to prevent more young women and girls from being recruited or forced into committing such brutality, further research is needed to establish the motivations and recruitment methods. Only through a thorough understanding of the root causes driving this new phenomenon, can an effective strategy be deployed for prevention and mitigation that does not result in the loss of more innocent lives.


    0 0

    Source: UN Radio
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria, Somalia

    Écouter / Télécharger

    Le Conseil des droits de l’homme a tenu, ce mercredi à Genève, les travaux de sa vingt-troisième de session extraordinaire, consacrée aux attaques terroristes et aux violations des droits de l’homme commises par le groupe terroriste Boko Haram.

    Les pays du Bassin du Lac Tchad ont ainsi dénoncé les exactions d'un « monstre implacable » et ont appelé la communauté internationale à les aider à lutter contre le groupe islamiste nigérian Boko Haram dont l’insurrection a entrainé la mort d’au moins 15.000 personnes en six ans.

    La Salle des civilisations du Palais des Nations à Genève a été transformée le temps d'une journée en un profond mur des lamentations. Avec en toile de fond, les exactions commises par Boko Haram. Lors de cette session extraordinaire du Conseil des droits de l'homme, les pays aux prises avec ce groupe terroriste nigérian ont dépeint un sombre tableau des graves abus commis sur le terrain, principalement dans les localités du Bassin du Lac Tchad.

    A cet égard, le Tchad qui fait partie des pays touchés, décrit un ennemi implacable qui ne recule devant aucun obstacle pour atteindre ses objectifs de déstabilisation des pays de la région. Ndjamena redoute que les méfaits de Boko Haram s'étendent dans toutes les régions de l’Ouest et du Centre de l'Afrique.

    Mahamat Issa Halikimi, Ministre de la justice et des droits de l’homme du Tchad :

    « Certes le groupe terroriste Boko Haram a pris naissance au Nigeria, mais aujourd'hui, il s'illustre de plus en plus comme un ennemi implacable qui ne recule devant aucun obstacle pour atteindre ses objectifs de déstabilisation de nos pays. Ses méfaits risquent de s’étendre dans toutes les régions de l’Ouest et du Centre.

    Devenu un véritable monstre, au regard de son indicible violence et de ses méthodes barbares, il convient de relever que Boko Haram a prospéré sur le terreau de la pauvreté, de la misère et de l’oisiveté des millions d’hommes et de femmes, particulièrement les jeunes qui sont des proies faciles pour les extrémistes ».

    Même son de cloche pour le Secrétaire permanent du Ministère des affaires étrangères du Nigéria. Selon Danjuma Sheni, ce groupe terroriste profite de la pauvreté et de l’analphabétisme pour prendre de l’ampleur. Abuja insiste aussi sur le droit du Nigéria de déployer ses forces armées pour défendre sa souveraineté et empêcher des crimes contre l’humanité. Mais ces offensives sont souvent entachées d'allégations sur de possibles violations de droits de l'homme commises par les forces de sécurité du Nigeria et d’autres pays engagés dans ce combat contre Boko Haram.

    En réponse à ces accusations, Yaoundé note qu'elle a une armée professionnelle qui respecte les droits humains.

    Pierre Mukoko Mbonjo, Ministre des affaires étrangères du Cameroun :

    « Nous avons actuellement au Cameroun dans nos prisons, plus de mille combattants de Boko Haram. Ceux-ci sont traités avec humanité. Nous avons fait notre choix, c'est malgré ces atrocités inqualifiables commises par Boko Haram, nous sommes engagés à toujours donner l'exemple. Et une seule fois en dix mois, nous avons déploré le décès de vingt-cinq militants de Boko Haram, il y a quelques semaines dans une des prisons. Et immédiatement, le commandant de la Légion de gendarmerie de toute cette région a été relevé de ses fonctions, mis à la disposition de la justice. Une enquête est en cours. »

    En attendant, le Groupe africain a présenté des solutions pour combattre la radicalisation. Il plaide ainsi pour la création de conditions appropriées pour tarir le recrutement de terroristes par une approche qui favorise l’accès à l’information, l’éducation et la sensibilisation des jeunes.

    Boudjemâa Delmi, Ambassadeur de l’Algérie au nom du Groupe Africain :

    « Au titre du partenariat sécuritaire, on devrait mettre en synergie des modèles conceptuels et des mesures opérationnelles par le renforcement des capacités des pays menacés à travers une formation spécialisée, l’acquisition des équipements et le partage des meilleures pratiques de lutte contre le terrorisme ; mais également l’échange d’informations pour les restrictions des déplacements et la destruction de leurs zones refuges; et enfin le tarissement des sources illicites de financement, en particulier le refus de versement de rançons consécutives aux prises d’otages. »

    Cette session extraordinaire sera sanctionnée par l'adoption d'une résolution appelant la communauté internationale à fournir un soutien actif au Cameroun, au Tchad, au Niger, au Nigeria et à tout autre pays affecté par les actions de Boko Haram.

    (Mis en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec des extraits sonores de Pierre Mukoko Mbonjo, Ministre des affaires étrangères du Cameroun, de Mahamat Issa Halikimi, Ministre de la justice et des droits de l’homme du Tchad ; et Boudjemâa Delmi, Ambassadeur de l’Algérie au nom du Groupe Africain).


    0 0

    Source: UN Human Rights Council
    Country: Benin, Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    AFTERNOON

    Requests the High Commissioner for Human Rights to Prepare a Report on Violations and Abuses of Human Rights and Atrocities Committed by Boko Haram

    The Human Rights Council this afternoon concluded its Special Session on Boko Haram after condemning gross abuses perpetrated by Boko Haram, calling for increased collaboration of the international community with the States affected by the terrorist activities of Boko Haram to monitor and dry up all possible sources of financing, and requesting the Office of the High Commissioner for Human Rights to prepare a report on violations and abuses of human rights and atrocities committed by the terrorist group Boko Haram with a view towards accountability.

    In the resolution on atrocities committed by the terrorist group Boko Haram and its effects on human rights in the affected countries, the Council condemned in the strongest terms the gross abuses of international human rights law and violations of international humanitarian law perpetrated by Boko Haram. The Council called upon those who provided support and resources to Boko Haram to put an immediate end to any such support that was contrary to international human rights law, and called for increased collaboration of the international community with the States affected by the terrorist activities of Boko Haram to monitor and dry up all possible sources of financing.

    The Council also called for the perpetrators of heinous crimes committed by the terrorist group Boko Haram to be brought before the competent courts of the affected States to ensure that those responsible for abuses of human rights and violations of international humanitarian law, including attacks targeting civilians, were held accountable. It requested the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights to collect information from affected countries and in close cooperation and consultation with them, in order to prepare a report on violations and abuses of human rights and atrocities committed by the terrorist group Boko Haram in the countries affected by such acts, with a view towards accountability.

    Speakers in the discussion strongly condemned the atrocities committed by Boko Haram and welcomed the initiative of the African Group to place that issue high on the Council’s agenda. It was noted that a sustainable response to terrorism had to go beyond its manifestations in order to address the root causes and to quash the allure of terrorist groups. The crisis generated by Boko Haram was not only limited to affected countries. It entailed wider consequences at the global level, and thus it was important to reduce inequalities, poverty and marginalization in order to increase the participation of everyone and reduce chances for recruitment by extremist ideologies. States were cautioned not to use counter-terrorism measures as a reason to give up their human rights obligations. National authorities had the primary responsibility to uphold respect for human rights and to provide protection and humanitarian assistance to those within their borders.

    Ghana, Ethiopia, Pakistan, France, Brazil, India, Botswana, Mexico, Ireland, Japan, Maldives, Venezuela, Cuba, Viet Nam, Gabon, Republic of Congo, Togo, Czech Republic, Niger, Iran, Australia, Poland, Syria, Turkey, Canada, Switzerland, Austria, Israel, Sri Lanka, Mali, Holy See, Benin, Mozambique, Egypt, Greece, Costa Rica, Chile, Luxembourg, Nepal, Ecuador, Sudan, Belgium, Slovenia, Lebanon, Libya, Malaysia, South Sudan, Iraq, Bahrain, Guinea, Jamaica, Democratic Republic of the Congo, Italy, Djibouti, Uruguay, Senegal, Burundi, Spain, Jordan, Philippines, Mauritania, and Somalia took the floor, as did the Organization of Islamic Cooperation.

    Algeria, speaking on behalf of the African Group, introduced the resolution. Latvia spoke in a general comment on behalf of the European Union. The United States spoke in an explanation of the vote after the vote.

    The following non-governmental organizations took the floor: Human Rights Watch, Caritas Internationalis, International Federation for Human Rights Leagues (FIDH), Organisation pour la Communication en Afrique et de Promotion de la Cooperation Economique Internationale, Rencontre Africaine pour la defense des droits de l’homme, Amnesty International, Tchad Agir pour le Developpément, United Nations Watch, Union of Arab Jurists, Indian Council of South America, and International Movement Against all Forms of Discrimination and Racism.

    The Special Session opened this morning with keynote statements by Zeid Ra’ad Al Hussein, United Nations High Commissioner for Human Rights; Mireille Fanon Mendes France, Member of the Coordination Committee of Special Procedures; and Pierre Buyoya, High Representative of the African Union for Mali and the Sahel; as well as statements by concerned countries delivered by Pierre Moukoko Mbonjo, Minister for Foreign Affairs of Cameroon; Mahamat Issa Halikimi, Minister of Justice and Human Rights of Chad; and Danjuma Nanpon Sheni, Permanent Secretary, Ministry of Foreign Affairs of Nigeria.

    A summary of their statements can be found here.

    This was the twenty-third Special Session of the Human Rights Council. Documentation relating to the Special Session, including the resolution, is available on the Human Rights Council webpage. The twenty-ninth regular session of the Human Rights Council will take place from 15 to June to 3 July 2015.


    0 0

    Source: UN Office for West Africa
    Country: Afghanistan, Burkina Faso, Chad, Côte d'Ivoire, Libya, Mali, Mauritania, Niger, Senegal, Togo

    Editorial: "The Sahel, a threatening and threatened space"

    The Sahel is not a region like any other.

    Long regarded as one of the poorest in the world, the Sahel is now simultaneously faced with the adverse effects of climate change, terrorism, the rise of cross-border organized crime, and the proliferation of weapons and militias, affecting countries lacking the required administrative, economic, military, police and customs capacity to deal with these multiple perils.

    These increasingly complex and recurring challenges make the Sahel a threatening and threatened space.

    Within this framework, only the will of the countries of the region to take control of their destiny, with the coordinated and coherent support of the international community, could resolve the situation in the Sahel.

    The United Nations, having become aware of the current security issues in the Sahel, are working through the implementation of its integrated strategy for the Sahel, together with their regional and international partners to support the States of the region to improve security, governance, livelihood and sustainable development.

    The United Nations and its partners recognize the urgency and imperative of regional stability which dictates a concerted and cohesive action. It is in this context that I have the pleasure to share with you the first issue of Sahel FOCUS which intends to be a source of information and a space for dialogue on the activities of the United Nations, as well as its national, regional and international partners, in the Sahel.

    I wish that Sahel FOCUS contributes to better information sharing, awareness of challenges, as well as efforts being undertaken to address the many problems facing the region. I therefore encourage you to contribute to its development and enrich its content.

    Hiroute Guebre Sellassie
    Special Envoy of the United Nations for the Sahel


    0 0

    Source: UN Office for West Africa
    Country: Afghanistan, Burkina Faso, Chad, Côte d'Ivoire, Libya, Mali, Mauritania, Niger, Senegal, Togo

    Editorial: «Le Sahel, un espace menaçant et menacé»

    Le Sahel n’est pas une région comme une autre. Longtemps considérée comme l’une des régions les plus pauvres au monde, le Sahel se trouve aujourd’hui simultanément confronté aux effets pervers du changement climatique, au terrorisme, à la montée en puissance du crime organisé transfrontalier, et à la prolifération d’armes et de milices, face à des pays dépourvus de capacités administratives, économiques, militaires, policières et douanières adéquates pour affronter ces multiples périls.

    Ces défis de plus en plus complexes et récurrents font du Sahel un espace menaçant et menacé.

    Dans ce cadre, seule la volonté des pays de la région à prendre leur avenir en main, avec le soutien coordonné et cohérent de la communauté internationale, serait dans les mois et années à venir la clé vers un redressement de la situation dans la région du Sahel.

    Les Nations Unies ayant pris conscience des enjeux sécuritaires liés à la situation actuelle du Sahel, œuvrent à travers la mise en œuvre de la Stratégie Intégrée des Nations Unies pour le Sahel, de concert avec leurs partenaires régionaux et internationaux pour soutenir les états de la région à améliorer la sécurité, gouvernance, les conditions de vie des populations ainsi que le développement durable.

    Les Nations Unies et les partenaires régionaux et internationaux reconnaissent que l’urgence et l’impératif de stabilité régionale dictent une action concertée et cohésive. C’est dans cette logique que j’ai le plaisir de partager avec vous le premier numéro de Sahel Focus qui se veut une source d’information et un espace d’échanges sur les activités des Nations Unies ainsi que ses partenaires nationaux, régionaux et internationaux dans le Sahel.

    Je souhaite que Sahel Focus contribue à un meilleur partage de l’information, prise de conscience des défis, ainsi que les efforts en cours pour faire face aux problèmes que connait la région. Je vous encourage donc à concourir à son développement et enrichir son contenu.

    Bonne lecture à toutes et à tous
    Hiroute Guebre Sellassie
    Envoyée Spéciale des Nations Unies pour le Sahel.


    0 0

    Source: International Crisis Group
    Country: Burundi, Colombia, Guinea-Bissau, Myanmar, Nigeria, South Sudan, World, Yemen

    March saw significant improvements in resolving longstanding conflicts, particularly in Myanmar and Colombia. However, Yemen’s political crisis tipped into all-out war, and fighting increased again in South Sudan following suspension of the peace talks. In Africa, election-related tensions worsened ahead of Burundi’s June presidential elections, while renewed international support to Guinea-Bissau gave a lift to political stability and reform. In a significant development for West Africa and beyond, Nigeria witnessed, for the first time in its history, the ousting of a ruling party through national elections, with Muhammadu Buhari’s victory in the 28 March presidential elections.

    Yemen is at war. On 26 March, Saudi Arabia and ten other (mostly Arab) states launched an air campaign against the Huthis and allied military units loyal to former President Ali Abdullah Saleh, with the aim of restoring President Hadi’s government. Since his escape from house arrest in February, Hadi had been cobbling together an anti-Huthi alliance in the southern city of Aden. Clashes are fragmenting the country and could spread, while the regional military intervention is augmenting sectarian divides and diminishing the possibility of a negotiated political solution. In our latest report, we call for a UN Security Council brokered and monitored ceasefire, followed by UN-led peace talks with backing from Western and Gulf Cooperation Council (GCC) allies. In South Sudan, the conflict also worsened. Fighting increased following the early March suspension of peace talks between the warring parties. On 24 March, the UN Security Council threatened sanctions against “senior individuals” responsible for violence.

    On a positive note, Myanmar’s government and ethnic armed group negotiators agreed on the text of an historic Nationwide Ceasefire Accord on 31 March, a significant step in bringing an end to six decades of armed conflict. The text now has to be ratified by the armed group leaders. Several contentious political and military issues have been left for a subsequent political dialogue process, including the shape of future armed forces; there is little time to address these issues before elections scheduled for later this year. The agreement followed a hiatus of almost six months in the talks, and comes despite ongoing serious clashes in the Kokang region between the military and Myanmar National Democratic Alliance Army. In Colombia, the 33rd round of peace talks between the government and the Revolutionary Armed Forces of Colombia (FARC) ended on 7 March with an unprecedented agreement on a joint humanitarian demining effort. On 10 March, President Santos temporarily suspended bombardments on guerrilla camps in a bold move that reinforces the message of conflict de-escalation and helps stabilise FARC’s three-month-old ceasefire.

    Elsewhere in Africa, political tensions over President Pierre Nkurunziza’s potential third term and social discontent rose in Burundi ahead of June presidential elections. Ruling CNDD-FDD party hardliners announced they would use “any means” to secure Nkurunziza’s candidacy, and reportedly launched a terror campaign against those who oppose it. Intimidation and repression of the opposition continued: on 15 March, the wife of opposition leader Agathon Rwasa survived an assassination attempt. In a significant step forward, Nigeria’s 28 March presidential elections resulted in a peaceful transfer of power. Opposition All Progressives Congress (APC) candidate Muhammadu Buhari defeated incumbent President Goodluck Jonathan, in a historic victory that saw the first ousting of a ruling party in a national election in Nigeria’s history. Electoral violence rose as the polls drew closer, but pressure from the international community and President Jonathan’s early acceptance of defeat significantly reduced post-election tensions. The international community together with national leaders will now need to keep stressing that any incitement to post-election violence will not be tolerated.

    In Guinea-Bissau the highly-anticipated 25 March donor conference yielded positive results, as international partners pledged some €1.15 billion in aid over ten years. This influx of financial support prompted renewed optimism regarding the country’s long-needed wide-ranging reforms and economic development (see our new report on security sector reform in Guinea-Bissau).


    0 0

    Source: UN Human Rights Council
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    Le Conseil des droits de l'homme a conclu, cet après-midi, son débat général dans le cadre de la session extraordinaire qu'il consacre aujourd'hui aux attaques terroristes et aux violations des droits de l'homme commises par le groupe terroriste Boko Haram.

    Les délégations ont réitéré leur condamnation catégorique du terrorisme sous toutes ses formes, de même que de toute action qui aurait pour objectif d'appuyer des menées terroristes, appelant la communauté internationale à n'épargner aucun effort pour aider les pays africains touchés par les activités de Boko Haram à préserver la paix et la stabilité régionales. Elles ont souligné que les exactions commises par Boko Haram peuvent constituer des violations des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, et demandé à la communauté internationale de rester «ferme et unie face à la barbarie». Il a aussi été relevé que les attaques commises par Boko Haram, entre autres groupes terroristes, compromettent la survie même des populations touchées.

    Seule une approche globale en faveur d'une bonne gouvernance et des droits de chacun permettra de faire disparaître «le terrain favorable à des groupes tels que Boko Haram», a-t-il également été souligné. Des délégations ont noté que Boko Haram devait être vaincu «sur plusieurs fronts, y compris en confrontant les idées destructrices de ce groupe avec les valeurs de dialogue, de tolérance et de coexistence». L'importance du traitement des causes profondes du terrorisme, telles que la faim, la pauvreté, les inégalités et le manque de développement a été soulignée. Il faut en outre garantir le droit à l'éducation des femmes et des fillettes. Plusieurs délégations ont souligné qu'il fallait déterminer quelles étaient les sources de financement de Boko Haram et prendre les mesures nécessaires «pour lui couper les vivres».

    Plusieurs intervenants ont rendu hommage à l'ambassadeur Yusuf Mohamed Ismail Bari Bari, Représentant permanent de la Somalie à Genève, décédé dans une attaque terroriste commise le 27 mars dernier à Mogadiscio.

    Seize États membres du Conseil ont fait des déclarations cet après-midi: Ghana, Éthiopie, Pakistan, France, Brésil, Inde, Botswana, Mexique, Irlande, Japon, Maldives, Venezuela, Cuba, Viet Nam, Gabon et Congo. Sont également intervenues les délégations observatrices suivantes: Togo, République tchèque, Niger, Iran, Australie, Pologne, Syrie, Turquie, Canada, Suisse, Autriche, Israël, Sri Lanka, Mali, Saint-Siège, Bénin, Mozambique, Égypte, Grèce, Costa Rica, Chili, Luxembourg, Népal, Équateur, Liban, Libye, Malaisie, Soudan du Sud, Iraq, Bahreïn, Guinée, Jamaïque, Organisation de coopération islamique, République démocratique du Congo, Italie, Djibouti, Uruguay, Sénégal, Burundi, Espagne, Jordanie, Philippines, Mauritanie et Somalie.

    Les organisations non gouvernementales 1 qui ont pris la parole se sont notamment demandées comment «un minuscule groupe ténébreux a pu installer l'insécurité et dominer le pays africain le plus puissant», soulignant que les exactions de l'armée nigériane ont fait le jeu des extrémistes et suscité l'hostilité des populations civiles. Elles ont aussi noté que les crimes au regard du droit international qui ont été perpétrés par Boko Haram incluent des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, et que les forces armées nigérianes ont, elles aussi, commis de graves violations des droits de l'homme.

    Le Conseil conclut cet après-midi sa session extraordinaire en se prononçant sur le projet de résolution dont il est saisi. La documentation relative à la session extraordinaire est disponible sur la page internet consacrée à la session.

    Fin du débat sur les attaques terroristes et violations des droits de l'homme commises par le groupe terroriste Boko Haram

    Membres du Conseil

    Le Ghana a appelé la communauté internationale à lutter non seulement contre Boko Haram mais aussi d'autres groupes terroristes en Libye et en Somalie, notamment. Le Ghana félicite le Conseil d'avoir organisé cette session extraordinaire et souligne la nécessité de porter secours aux populations victimes des exactions de Boko Haram. Le Ghana félicite enfin le Nigéria de la tenue d'élections exemplaires.
    L'Éthiopie a souligné que les attaques commises par Boko Haram et les Chabab, entre autres groupes terroristes, compromettent la survie de la population de nombreux pays, de même que la stabilité des États de l'Afrique de l'Ouest, et qu'elles sont un affront aux valeurs communes de l'humanité. L'Éthiopie appelle le Conseil de sécurité des Nations Unies à aider les pays touchés à combattre Boko Haram et à s'en défaire, mais aussi à remédier à la situation humanitaire urgente.

    Le Pakistan a condamné toutes les violations des droits de l'homme, tout en soulignant le fait que le terrorisme était une menace mondiale qui ne saurait être associée à aucune religion non plus qu'à l'exercice légitime du droit à l'autodétermination. Le Pakistan s'associe à la douleur des pays africains et espère que la communauté internationale aidera les pays concernés à lutter contre Boko Haram.

    La France a rappelé que plus de 200 lycéennes avaient été enlevées voici bientôt un an dans la ville de Chibok, au nord-est du Nigéria, certaines mariées de force, d'autres réduites en esclavage. Beaucoup d'autres exactions commises par Boko Haram peuvent constituer des violations des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, a mis en garde la France, demandant à la communauté internationale de rester ferme et unie face à la barbarie. La France appelle aussi les pays concernés à poursuivre en justice les responsables de ces crimes, estimant qu'il s'agit d'un élément essentiel d'une réponse efficace et durable aux crimes de Boko Haram, et à mettre en place des dispositifs de soutien aux victimes. La France estime de plus qu'une mission d'établissement des faits dépêchée par le Haut-Commissariat favoriserait la lutte contre l'impunité. Au-delà de l'action militaire, seule une approche globale en faveur d'une bonne gouvernance et des droits de chacun, du développement équitable sur l'ensemble des territoires concernés, permettra de faire disparaître le terrain favorable à des groupes tels que Boko Haram.

    Le Brésil a estimé que la présente session extraordinaire du Conseil devrait se concentrer sur les mesures effectives visant à répondre aux défis des droits de l'homme dans la lutte contre les actes terroristes et autres violations des droits de l'homme perpétrés par Boko Haram. Comme l'a souligné le Secrétaire général de l'ONU, une approche militaire à elle seule ne suffira pas à contrer l'insurrection de Boko Haram. Le Brésil accorde une grande importance au traitement des causes profondes du terrorisme, telles que la faim, la pauvreté, les inégalités et le manque de développement, et des initiatives particulières doivent être prises afin de garantir le droit à l'éducation des femmes et des fillettes. En outre, tous les responsables de violations des droits de l'homme doivent être tenus pour responsables de leurs actes.

    L'Inde a déclaré que le terrorisme constitue aujourd'hui le plus grave défi lancé à la paix et à la sécurité internationales. L'Inde a rappelé être victime de ce fléau depuis des décennies. Outre que les actes de terreur commis par Boko Haram contre des civils innocents constituent des violations flagrantes et massives des droits de l'homme, l'Inde est convaincue que l'idéologie et les activités de Boko Haram représentent un défi lancé à toutes les sociétés civilisées et tournées vers l'avenir. Le réseautage de Boko Haram avec d'autres groupes terroristes dans d'autres pays témoigne non seulement de ce que les terroristes mènent une guerre asymétrique contre la communauté internationale, mais aussi que le terrorisme a évolué pour devenir un phénomène véritablement mondial. L'Inde estime qu'aucune cause ni aucun grief ne saurait jamais justifier le terrorisme et qu'il convient donc d'adopter une approche de tolérance zéro à l'égard de ce fléau. Une guerre sélective contre le terrorisme est une entreprise illusoire vouée à l'échec, cette menace mondiale exige une réponse mondiale.

    Le Botswana a fermement condamné le non-respect flagrant des droits de l'homme, le meurtre insensé et éhonté de civils, parmi lesquels des femmes et des enfants, ainsi que le déplacement massif de populations au Nigéria imputables à Boko Haram. Des informations laissent apparaître que depuis 2009, plus de 15 000 personnes ont perdu la vie du fait de l'insurrection de Boko Haram; en outre, la situation humanitaire continue de se détériorer, avec plus d'un million de personnes déplacées au Nigéria et plus de 200 000 réfugiés et personnes retournant dans leurs foyers vers les pays voisins. Il est absolument incompréhensible qu'une organisation telle que Boko Haram puisse trouver justifié d'enlever des jeunes filles de leur école pour les utiliser comme esclaves sexuelles et enfants soldats; de telles organisations n'ont pas leur place au sein de la société humaine et ne sauraient être autorisées à prendre racine, a souligné le Botswana. Le terrorisme de Boko Haram sape la sécurité et la paix au Nigéria et dans la région, ainsi que les efforts en faveur du développement. Boko Haram doit être vaincu sur plusieurs fronts, y compris en confrontant les idées destructrices de ce groupe avec les valeurs de dialogue, de tolérance et de coexistence qui favorisent le développement des sociétés.

    Le Mexique a exprimé ses vives inquiétudes face à la situation humanitaire résultant des agissements de ce groupe armé. Le Mexique est aussi d'avis que toutes les mesures déployées doivent être conformes au droit international des droits de l'homme, au droit international humanitaire et au droit international des réfugiés. Dans ce contexte, toutes les parties doivent coopérer avec le Haut-Commissariat.

    L'Irlande a souligné que la sécurité du Nigéria reposait en premier lieu sur son gouvernement et s'est dite encouragée par la volonté du pays de coopérer avec les procédures spéciales des Nations Unies. Compte tenu de la situation humanitaire préoccupante, la communauté internationale doit venir en aide aux pays touchés, a-t-elle poursuivi, indiquant ensuite que son pays a envoyé la semaine dernière une aide humanitaire d'une valeur de 900 000 euros pour un camp de réfugiés situé dans le nord du Cameroun.

    Le Japon s'est dit confiant que la communauté internationale viendra en aide aux pays touchés par les agissements de groupes terroristes, et notamment le Nigéria. Le Japon rappelle que les États ont l'obligation de respecter les droits de l'homme dans la cadre de la lutte contre le terrorisme. Le Japon reste disposé à coopérer avec les pays touchés par les activités de Boko Haram.

    Les Maldives ont fait part de leur vive préoccupation devant la recrudescence des attaques terroristes qui menacent la paix et la stabilité en Afrique. Solidaires des familles des jeunes filles enlevées par Boko Haram dans leur école voici un an, les Maldives condamnent toutes les violations des droits de l'homme commises au nom de la religion. Les Maldives demandent à la communauté internationale d'aider les pays confrontés aux activités terroristes de Boko Haram à les faire cesser.

    Le Venezuela s'est dit consterné par la violence terroriste qui se déchaîne en Afrique aux mains de Boko Haram et d'autres groupes extrémistes et religieux. Le Venezuela espère que la session extraordinaire du Conseil contribuera à l'élaboration d'un plan de paix qui mettra un terme aux actes terroristes. Le Venezuela a souligné que le chemin de la paix passe par la justice sociale et le respect des droits de l'homme.

    Cuba a réitéré sa condamnation catégorique du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations, de même que toute action qui aurait pour objectif d'appuyer des menées terroristes. Cuba condamne les attaques contre la population civile et demande à la communauté internationale de n'épargner aucun effort pour aider les pays africains touchés à préserver la paix et la stabilité régionales.

    Le Viet Nam a indiqué partager les profondes préoccupations de la communauté internationale face aux violations des droits de l'homme commises par le groupe terroriste Boko Haram. Étant donné la nature, l'urgence et l'ampleur des événements actuels sur le terrain, le Vietnam estime que cette question devrait être traitée en tant que menace à la paix et à la sécurité de la région et des pays concernés. Le Viet Nam soutient le rôle du Conseil des droits de l'homme pour ce qui est d'apporter assistance et coopération internationale sur demande et avec le consentement de tous les pays concernés.

    Le Gabon a réitéré sa solidarité avec les peuples du Nigéria, du Cameroun, du Tchad et du Niger qui subissent quotidiennement les attaques du groupe armé Boko Haram. Ces attentats de Boko Haram constituent un facteur de déstabilisation de nos États et donc une menace sérieuse; ces attentats s'attaquent au symbole de la démocratie et de l'état de droit, ainsi que, à travers nos enfants, à l'avenir de nos États, a souligné le Gabon. Face à cette situation, il convient de mutualiser les efforts à tous les niveaux, y compris en matière d'échange de renseignements; il faut notamment déterminer quelles sont les sources de financement de Boko Haram. Le Gabon a par ailleurs indiqué être favorable à la mise en place d'un fonds spécial pour financer le déploiement rapide de la Force multinationale mixte.

    Le Congo a souligné que l'engagement du pays dans la lutte contre Boko Haram se manifeste tant au niveau sous-régional que régional par la sensibilisation des opinions sur les actes horribles de ce groupe et par la campagne de mobilisation des ressources nécessaires à la force mixte africaine. C'est pourquoi, avec détermination et conviction, les Présidents du Congo et de la Guinée équatoriale accomplissent la mission qui leur a été confiée à l'issue du Sommet extraordinaire des chefs d'État et de gouvernement du Conseil de paix et de sécurité d'Afrique centrale, tenu à Yaoundé le 16 février dernier, qui prévoit l'harmonisation avec d'autres communautés sous-régionales africaines des stratégies susceptibles de participer à l'éradication de la secte extrémiste Boko Haram. Les actes terroristes de Boko Haram, outre qu'ils violent gravement les droits de l'homme, impactent les activités socio-économiques du Nigéria, du Cameroun, du Niger, du Tchad et d'autres pays voisins.

    Observateurs

    Le Togo a déclaré que Boko Haram, tout comme les autres groupes terroristes agit sans aucun respect des droits de l'homme et du droit international. Le Conseil doit donc prendre ses responsabilités pour mettre un terme aux agissements de ce groupe. Le Togo salue cependant les initiatives prises par l'Union africaine et les États de la région en vue de lutter contre ce groupe. Il demande en outre aux soutiens financiers et militaires de ce groupe de cesser ce soutien et rappelle que tous les responsables, commanditaires et auteurs de ces violations devront être identifiés et répondre de leurs actes. Le Togo a également souligné la nécessité d'une coordination et d'une synergie des approches pour éradiquer systématiquement ce groupe et tous les autres qui menacent la paix et la sécurité. Le Togo appelle enfin toutes les délégations à adopter par consensus le projet de résolution présenté par le Groupe africain.

    La République tchèque s'est dite effarée par les agissements du groupe Boko Haram, dont les enlèvements, les massacres, des abus sexuels et le recrutement de force. Mais la lutte contre Boko Haram doit répondre aux normes internationales. La République tchèque appelle à la tenue d'enquêtes sur les violations des droits de l'homme et à des poursuites en justice des auteurs de ces actes.

    Le Niger, pays également touché par les attaques de Boko Haram, a déclaré que la situation porte gravement atteinte à toutes les normes internationales des droits de l'homme. Cela exige un soutien de la communauté internationale, notamment dans le domaine de l'assistance humanitaire.

    L'Iran a jugé méprisables les groupes terroristes qui, comme al-Qaida, Daech, Jabat al-Nosra ou encore Boko Haram, sont nés du chaos politique fomenté depuis deux ans pour ne former qu'une seule entité, partager une même idéologie extrémiste et terroriser et déstabiliser les communautés. L'Iran rejette avec autant de force les stéréotypes qui associent le nom de l'islam aux actes sanglants et violents commis par ces groupes.

    L'Australie a fermement condamné les attaques terroristes de Boko Haram contre les civils et s'est inquiétée de leurs effets sur la stabilité régionale. Les femmes et les filles sont particulièrement touchées par la violence de Boko Haram, a souligné l'Australie, condamnant toutes les formes de violence sexiste et contre les enfants.

    La Pologne a condamné les violences infligées par Boko Haram aux femmes et aux enfants. La Pologne a souligné la responsabilité qu'ont les États de protéger les populations et de faire respecter le droit et les libertés, et rappelé qu'ils jouent un rôle central dans les efforts pour mettre un terme à la violence.

    La Syrie a appuyé le projet de résolution que la présente session extraordinaire s'apprête à examiner. Elle a insisté sur la nécessité de traiter des questions du financement et du soutien matériel à Boko Haram. Il faut mettre un terme à l'aggravation du terrorisme représenté par Boko Haram, Daech et le groupe al-Nosra, sans passion et sans égards pour les intérêts étroits de certains pays. Il faut lutter contre l'obscurantisme qui est la source d'inspiration de ces groupes terroristes. Boko Haram a fait acte d'allégeance à Daech le mois dernier, ce qui témoigne qu'il convient de lutter contre le terrorisme en se gardant de toute approche de deux poids, deux mesures.

    La Turquie a rappelé que le terrorisme représentait une menace pour la paix et la sécurité internationales. Elle a aussi souligné que toute tentative de lier le terrorisme à une religion ou à un groupe ethnique était erronée. Les groupes terroristes doivent être contrés par une solide coalition internationale, a ajouté la Turquie, avant de se dire horrifiée par les actes perpétrés par Boko Haram. La Turquie se félicite en outre de la mise sur pied d'une force conjointe multinationale mandatée par l'Union africaine pour lutter contre ce groupe terroriste.

    Le Canada s'est dit profondément préoccupé par les atrocités commises par Boko Haram et par l'impact humanitaire qui en résulte pour les civils au Nigéria et au Cameroun, au Tchad et au Niger voisins. Ces attaques ont exacerbé l'insécurité régionale et entravé l'accès humanitaire aux réfugiés et aux personnes déplacées, dont la majorité sont des femmes et des enfants. Le Canada soutient une ferme coordination entre le Nigéria et ses voisins afin de traiter cette menace pour la sécurité régionale.

    La Suisse a condamné les actes atroces commis sur les populations civiles par Boko Haram, dont des enlèvements, des massacres, abus sexuels ou les mariages forcés. Dans ce contexte, la Suisse appuie les efforts de la communauté internationale pour lutter contre ce groupe. Mais elle estime aussi que la sécurité est la première responsabilité des États. Les pays touchés doivent donc en premier lieu prendre des mesures pour protéger les populations civiles et mener des enquêtes pour que les auteurs soient traduits en justice, tout en respectant le droit international dans le cadre de la lutte contre ce groupe terroriste.

    Pour l'Autriche, il est vital que la communauté internationale envoie un message de condamnation des actes commis par ce groupe, dont des détentions arbitraires, des abus sexuels, des attaques contre des écoles ou le recrutement d'enfants soldats et des enlèvements. Il est important que la communauté internationale parle d'une même voix face à cette situation.

    Israël a déclaré que la signification même de ce groupe, «l'éducation occidentale est un péché» montre le point commun entre tous les groupes extrémistes et le rejet des valeurs des droits de l'homme. Alors que ce groupe commet des actes terroristes depuis des années, la réponse du Conseil est plus que tardive. Cette approche a minima est caractéristique du Conseil dès qu'il s'agit des organisations terroristes, dont les soutiens sont des États qui siègent ici même et en ce moment. Le deux poids deux mesures à son paroxysme, a dit le représentant. Mais considérer Boko Haram comme un problème nigérian ou même africain serait une grave erreur. Car il n'y aucune différence entre Boko Haram, Al Qaeda, le Hezbollah, Daech et le Hamas, a conclu Israël.

    Sri Lanka a dit bien connaître l'impact dévastateur du terrorisme sur le tissu social, pour l'avoir subi lui-même pendant plusieurs décennies. Sri Lanka insiste sur la nécessité d'une coopération internationale pour «couper les vivres» aux organisations terroristes.

    Le Mali s'est dit solidaire du Gouvernement somalien suite à l'attentat terroriste qui vient de le frapper. Le Mali espère que la session extraordinaire permettra de trouver des solutions viables aux exactions barbares commises par Boko Haram. La communauté internationale doit s'unir pour prendre des mesures d'aide aux victimes et pour endiguer la folie homicide de Boko Haram.

    Le Saint-Siège a souligné que les crimes prétendument commis au nom d'une religion ne sont jamais justifiés. Le massacre d'innocents au nom de la religion n'est rien d'autre qu'une manipulation de la religion. Le Saint-Siège encourage la collaboration internationale pour résoudre la crise, endiguer Boko Haram et les autres groupes terroristes et contrecarrer leur stratégie de souffrance et de déstabilisation.

    Le Bénin a exprimé sa vive préoccupation face aux actes terroristes commis par Boko Haram et il a une pensée émue pour toutes les victimes de Boko Haram. Cette situation appelle une mobilisation de tous pour lutter contre ces actes ignobles qui sont d'une extrême violence. C'est pourquoi le Bénin appelle à une adoption par consensus du projet de résolution soumis à la présente session extraordinaire.

    Le Mozambique a indiqué suivre avec consternation les actes terroristes perpétrés par le groupe terroriste Boko Haram à l'encontre de personnes innocentes, en violation flagrante du droit relatif aux droits de l'homme et du droit international humanitaire. Du fait de ces actes terroristes, environ un million de Nigérians ont été déplacés ces derniers mois et des milliers de personnes ont cherché refuge au Cameroun, au Tchad et au Niger. Le Mozambique lance un appel en faveur d'un soutien financier à ces pays. Le moment est venu pour la communauté internationale d'agir face à Boko Haram qui constitue une menace non seulement pour le Nigéria et ses voisins mais aussi pour la paix et la sécurité internationales.

    L'Égypte a souligné que non seulement Boko Haram s'est étendu de l'ouest vers le centre de l'Afrique mais qu'en plus, ses activités ont perturbé la vie socio-économique de communautés entières dans de vastes zones du Nigéria, du Cameroun, du Tchad et du Niger. L'Égypte estime que la nature transfrontalière du terrorisme exige une coopération plus étroite entre toutes les parties concernées, aux niveaux régional et international. Elle a aussi souligné que le terrorisme ne saurait être lié à une religion, une ethnicité, une culture ou une nationalité spécifiques.

    La Grèce a déclaré que les actes commis par le groupe Boko Haram méritent une condamnation mondiale. La communauté internationale doit demander des comptes. La Grèce salue les efforts déployés par les États africains et l'Union africaine et appelle la communauté internationale à appuyer ces efforts. Elle insiste aussi sur la nécessité de respecter le droit international dans tout recours à la force.

    Le Costa Rica est également indigné face aux actes de terrorisme de Boko Haram et exprime son soutien avec les populations touchées. Les responsables devront être traduits en justice et les coupables répondre de leurs actes. Le Costa Rica condamne surtout les parties qui soutiennent ou facilitent les agissements de Boko Haram, y compris en lui fournissant les ressources. Ces derniers sont aussi responsables et devront également répondre de leurs actes.

    Le Chili a également appelé au soutien des pays touchés. Ce soutien ne doit pas être que militaire, mais également aider les pays à assumer leur développement économique et social et ainsi répondre aux causes qui ont créé Boko Haram. Pour le Chili, l'État est le premier garant de la sécurité de ses citoyens. Il doit en outre respecter les droits de l'homme et le droit international.

    Le Luxembourg a rappelé que les actes odieux de Boko Haram ne déchargent d'aucune manière les États concernés de leurs responsabilités principales, à savoir protéger la population civile et respecter le droit international humanitaire et les droits de l'homme. Il incombe à ces mêmes États de veiller au bien-être, au développement socio-économique et à l'inclusion politique de leurs populations.

    Le Népal a souligné que le terrorisme est une menace grave contre la paix et contre la sécurité du développement, qui appelle une action internationale résolue. Le Népal, solidaire de la communauté internationale dans sa lutte contre le terrorisme, demande à la communauté internationale d'adopter une convention internationale contre ce phénomène. Il recommande en outre que la question soit traitée par le dialogue entre les religions et les cultures.

    L'Équateur regrette les nombreuses victimes de la violence de Boko Haram et condamne particulièrement l'enlèvement de femmes et d'enfants. L'Équateur espère que le débat de ce jour favorisera la recherche d'une solution à la violence exercée par Boko Haram.

    Le Liban a pour sa part rappelé qu'il y a des pays qui soutiennent le terrorisme. Ainsi, chacun sait qu'il y a un lien entre Israël et le groupe terroriste Al-Nosra qui se rend coupable de violations des droits de l'homme et du droit international. Le Conseil ne doit pas devenir un forum ou ne s'expriment que des consternations, au risque de ruiner l'idéal des droits de l'homme qui a précédé à sa création; le Conseil doit agir.

    La Libye a déclaré que la menace internationale que représente Boko Haram exige une réponse coordonnée de la communauté internationale.

    La Malaisie a déclaré que la lutte contre le terrorisme doit être abordée de manière globale, impliquant l'approche axée sur le développement qui permet de s'attaquer aux causes premières du terrorisme.

    Le Soudan du Sud a constaté que le terrorisme était un phénomène transnational qui ne saurait être assimilé à aucune religion. Il a appelé la communauté internationale à coopérer à tous les niveaux pour soutenir les pays concernés dans leur lutte contre Boko Haram, y compris au plan logistique et financier; et à accorder une assistance humanitaire aux populations chassées de leurs foyers.

    L'Iraq a constaté que les groupes terroristes étaient aujourd'hui les principaux auteurs de violations des droits de l'homme partout dans le monde, des crimes que l'Iraq subit lui-même du fait de Daech. Le monde ne doit pas rester passif face à la progression du terrorisme au niveau mondial, a mis en garde l'Iraq.

    Bahreïn a souligné qu'il fallait lutter fermement contre la propagation du terrorisme intellectuel. Bahreïn estime que les violations des droits de l'homme commises par Boko Haram sont autant d'affronts à la conscience de l'humanité et vont à l'encontre de tout précepte religieux. La communauté internationale doit adopter une approche unifiée et multidimensionnelle de la lutte antiterroriste.

    La Guinée a condamné le terrorisme sous toutes ses formes et souligné qu'il fallait trouver des solutions idoines pour mettre définitivement fin aux causes de ce terrorisme violent. Au-delà des pays de la ligne de front – Nigéria, Cameroun, Tchad et Niger –, si ces pays ne sont pas soutenus, aucun État ne sera à l'abri de cette idéologie d'un autre âge que défend Boko Haram.

    La Jamaïque a condamné les violations des droits de l'homme et les atrocités commises par Boko Haram, en particulier contre les femmes et les enfants. La Jamaïque a souligné qu'elle condamnait le terrorisme quelles qu'en soient les manifestations; les actes de terrorisme sont criminels et injustifiables, quelle que soit leur motivation. Les activités de Boko Haram ont sapé la stabilité de communautés et de régions au Nigéria et dans les pays voisins; il ne s'agit pas d'un problème régional ou africain mais bien d'un problème mondial. Pour être durable, toute réponse à la menace du terrorisme doit aller au-delà des seules manifestations de ce fléau et traiter de ses causes profondes.

    L'Organisation de coopération islamique (OCI) a rappelé que Boko Haram revendiquait ouvertement et par les armes le droit à l'obscurantisme et à l'ignorance en s'attaquant à l'école, lieu de transmission de la connaissance et en enlevant les jeunes écolières qu'il réduit en esclavage. Se réclamant de l'islam, «dont il a une connaissance tragiquement sommaire, Boko Haram s'acharne à le travestir et à imposer des normes qui lui sont tout à fait étrangères»; «elles sont en fait le produit de sa propre ignorance – une ignorance mortifère, dont les principales victimes sont les musulmans qui pratiquent paisiblement leur religion, en harmonie avec le mot islam qui est porteur d'un message de paix». La lutte contre le terrorisme ne doit pas se limiter au domaine sécuritaire, mais doit s'étendre aux domaines économiques, sociaux et culturels, a souligné l'Organisation; elle doit également tenir compte du respect des droits de l'homme et de la nécessité de dialogue des cultures et des civilisations.

    La République démocratique du Congo a déclaré ne pas tolérer les actes terroristes de Boko Haram, un mouvement qui bafoue les principes essentiels qui régissent l'humanité et entraîne des pertes énormes en vies humaines et hypothèque à coup sûr l'avenir du continent africain. Boko Haram représente une véritable menace pour la sécurité internationale, ce qui justifie une action de la communauté internationale.

    L'Italie a rappelé que la promotion et la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales relèvent essentiellement de la responsabilité des gouvernements. L'Italie condamne sans réserve tous les agissements de Boko Haram, notamment ses actes brutaux et abjects tels que l'enlèvement de 400 femmes et enfants dans la ville de Damasak, il y a quelques jours à peine. L'Italie encourage le Haut-Commissariat de poursuivre son action sur le terrain.

    Djibouti a déclaré que la constitution d'une Force multinationale mixte pour combattre Boko Haram montre que les États africains ont conscience de la gravité de la situation. Le Conseil doit pour sa part se saisir de la question, car le terrorisme a des conséquences sur les droits de l'homme. Si on échoue à mettre une coopération efficace, on court le risque que la stratégie de mise en réseau et de connexion à laquelle on assiste rende la tâche extrêmement périlleuse.

    L'Uruguay a dit que les agissements de Boko Haram montrent son mépris des valeurs que défend le Conseil des droits de l'homme. Cela exige une réponse ferme et adéquate, notamment la traduction en justice des responsables et auteurs de ces actes, en conformité avec les normes internationales.

    Le Sénégal s'est félicité de la marque de solidarité manifestée par la communauté internationale à l'endroit des populations africaines profondément éprouvées par les nombreux crimes et actes odieux perpétrés par Boko Haram. En s'alliant avec «Daech», ce groupe terroriste tente de créer une «internationale du terrorisme», ce qui en fait une grave menace pour la paix et la sécurité internationales. Le Sénégal appelle de ses vœux une coopération internationale plus active pour mettre davantage la pression sur Boko Haram et tarir ses sources de financement et ses approvisionnements en armes.

    Le Burundi s'est félicité de la tenue de cette session extraordinaire, «motivée par la préoccupation collective face aux actes terroristes de Boko Haram et par la détermination de le dénoncer et de l'éradiquer au regard des graves violations du droit international relatif aux droits de l'homme et du droit international humanitaire». La délégation burundaise a indiqué se reconnaître dans le projet de résolution soumis à la présente session et a invité les États membres du Conseil à l'adopter par consensus.

    L'Espagne a estimé que la situation des droits de l'homme dans la région touchée par Boko Haram aurait mérité d'être inscrite à l'ordre du jour du Conseil lors de sessions précédentes. Par ailleurs, le terrorisme ne doit jamais servir de prétexte à des violations de droits de l'homme par des États, a rappelé l'Espagne. Elle s'est dite préoccupée par l'extrême violence des actes de Boko Haram qui constituent une menace pour la paix et la sécurité internationales. L'Espagne tient à exprimer son soutien au Nigéria et aux autres États de la région qui luttent contre Boko Haram. Il convient d'éviter toute identification entre les agissements de Boko Haram et les postulats de l'islam, a en outre souligné l'Espagne.

    La Jordanie a condamné fermement toutes les activités terroristes lâches qui visent des victimes civiles innocentes, y compris les activités de Boko Haram. Il convient de réfuter le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations. La Jordanie estime que la lutte contre les terroristes et leur pensée radicale est une responsabilité commune. La Jordanie a en outre indiqué qu'elle entendait convoquer une séance spéciale du Conseil de sécurité des Nations Unies, qu'elle préside à compter d'aujourd'hui, pour se pencher sur le rôle des jeunes face au terrorisme.

    Les Philippines ont condamné le terrorisme sous toutes ses formes, «un crime odieux qui n'a pas sa place dans le monde civilisé».

    La Mauritanie a souligné que les actes terroristes menacent la sécurité mondiale. Pour faire face à ce danger, la communauté internationale doit collaborer plus étroitement et apporter davantage de soutien aux efforts régionaux contre les groupes terroristes tentaculaires.

    Enfin, la Somalie a remercié les délégations qui ont fait part de leur solidarité après le décès de son ambassadeur, tué dans un attentat à Mogadiscio vendredi dernier, un homme tout entier consacré à la défense des droits de l'homme.

    Organisations non gouvernementales

    Human Rights Watch a déclaré qu'il fallait faire davantage pour protéger les droits de l'homme des populations concernées, au risque de voir la crise s'accentuer. Il faut dans ce contexte que le Conseil envoie une équipe pour faire enquête sur les violations des droits de l'homme commises par toutes les parties. Les dénonciations ne suffisent pas.

    CaritasInternationalis a dit que pour s'attaquer à la question posée par Boko Haram, il faudra s'opposer à tout extrémisme religieux, mais aussi répondre aux cause sous-jacentes de son existence, à savoir les aspects économiques, politiques, sociaux et la mauvaise gouvernance dont souffrent le Nigéria. La communauté internationale doit donc aider tous les pays concernés, allouer davantage de ressources pour répondre aux besoins humanitaires des déplacés et des réfugiés. Il faut également prendre des mesures de contrôle efficace pour arrêter toute forme de financement direct ou indirect des groupes terroristes et notamment Boko Haram.

    La Fédération internationales des droits de l'homme a déclaré qu'au regard de leur ampleur et leur aspect systématique, les actes commis par Boko Haram sont comparables aux crimes de guerre et crime contre l'humanité. Cela exige donc que le Conseil adopte une résolution condamnant ces actes dans des termes plus forts. La résolution devrait également demander au Haut-Commissariat l'envoi d'une mission d'enquête pour faire la lumière sur les violations des droits de l'homme commis par toutes les parties. Le Conseil devrait aussi rappeler au Gouvernement nigérian son obligation de respecter le droit international. Le Gouvernement nigérian devrait également saisir la Cour pénale internationale, qui a par ailleurs déjà ouvert un examen préliminaire de la situation.

    OCAPROCE Internationale a exprimé sa profonde préoccupation face aux massacres de civils et aux enlèvements de filles, de femmes et d'enfants par les terroristes de Boko Haram dans l'extrême nord du Cameroun, au Tchad, au Niger et au Nigéria. La crise du monde actuel n'est pas une crise économique; il s'agit d'une crise de priorité et de confiance, a estimé l'organisation.

    Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (RADDHO) a souligné que la lutte contre le terrorisme ne doit pas être un combat à géométrie variable. En effet, depuis la formation du Califat de Sokoto sous l'impulsion d'Ousmane Dan Fodio, la guerre du Biafra, l'insurrection armée du delta du Niger, l'instauration de la charia dans le nord et avec l'émergence de Boko Haram, le Nigéria est en proie à des violences quasi quotidiennes. «Il reste tout de même à comprendre comment un minuscule groupe ténébreux a pu installer l'insécurité et dominer le pays africain le plus puissant», a ajouté RADDHO, évoquant les ramifications de Boko Haram avec «certains acteurs politiques, les services secrets et l'armée nigériane» et soulignant que les exactions de l'armée nigériane ont fait le jeu des extrémistes et suscité l'hostilité des populations civiles. Compte tenu de la complexité et de la détérioration systématique de la situation des droits de l'homme dans le nord-est du Nigéria, la RADDHO demande la mise sur pied d'une commission internationale d'enquête.

    Amnesty International a affirmé que la situation au Nigéria témoigne d'un cycle de violence où les violations de droits de l'homme perpétrées par le groupe armé Boko Haram et par les forces de sécurité nigérianes alimentent trop souvent de nouvelles violations. Ce cycle doit être brisé, a déclaré l'ONG. Depuis 2009 que Boko Haram a déclenché sa campagne violente contre l'État nigérian, Amnesty International a recueilli des preuves qui laissent raisonnablement penser que Boko Haram et l'armée nigériane ont commis des crimes, au regard du droit international, dans le contexte du conflit. Le conflit s'est aggravé de façon significative ces 12 derniers mois et les preuves récoltées par Amnesty International indiquent que les crimes au regard du droit international qui ont été perpétrés par Boko Haram incluent des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Dans leur réponse à Boko Haram, les forces armées nigérianes ont commis de graves violations des droits de l'homme et pourraient aussi avoir commis des crimes au regard du droit international incluant des crimes de guerre et contre l'humanité. Le Gouvernement nigérian doit rapidement prendre des mesures pour enquêter sur ces crimes commis de toutes les parties et tenir leurs auteurs pour responsables.

    Tchad - Agir pour l'environnement a souligné la précarité de la situation dans les camps de fortune et les abris sommaires où se trouvent les populations déplacées. L'accessibilité à l'eau potable devient extrêmement difficile et le taux de mortalité des enfants ne cesse d'augmenter. Il est donc urgent de mettre en place des structures permettant l'accès aux soins de santé des populations vulnérables et démunies. L'organisation a aussi demandé que les paysans tchadiens victimes de vols de leur bétail par Boko Haram soient indemnisés.

    United Nations Watch s'est demandé pour quelles raisons le Conseil avait mis si longtemps à organiser une session extraordinaire sur Boko Haram, alors que ses exactions remontent à 2010, année où ce groupe tuait 32 personnes dans des églises. De même, une résolution condamnant l'enlèvement de 200 jeunes filles a été retirée à la session de juin 2014. Quand les Nations Unies comptent-elles agir en faveur des victimes innocente de Boko Haram, a voulu savoir l'organisation.

    L'Union des juristes arabes a condamné le lavage de cerveaux auquel se livrent les groupes terroristes dans le monde entier pour appuyer leurs visées religieuses et politiques.

    Le Conseil indien d'Amérique du Sud a exprimé toutes les condoléance de son organisation - et de nombreuses autres qui n'ont pu prendre la parole aujourd'hui - à la famille, aux amis et aux connaissances de l'ambassadeur de la Somalie, M. Mohamed Yussuf Bari Bari. L'ONG s'est ensuite dit du même avis que les autres délégations s'agissant des exigences de la lutte contre Boko Haram et pour l'assistance aux pays touchés.

    Le Mouvement international contre toutes les formes de discrimination a appelé le Gouvernement du Nigéria à lutter plus fermement contre Boko Haram, consulter les familles des victimes et garantir que les auteurs seront traduits en justice.

    1. Organisations non gouvernementales ayant participé au débat: Human Rights Watch; Caritas Internationalis; Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH); Organisation pour la Communication en Afrique et de Promotion de la Coopération Économique Internationale (OCAPROCE Internationale); Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme; Amnesty International; Tchad agir pour l'environment; United Nations Watch; Union des juristes arabes; Conseil indien d'Amérique du Sud; et le Mouvement international contre toutes les formes de discrimination.

    Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso

    Le mil, le maïs et le sorgho sont les produits alimentaires les plus importants pour la consommation ménagère. Le mil est le produit de base des ménages les plus vulnérables, tandis que le maïs et le sorgho contribuent aussi au panier alimentaire de la majorité des autres ménages. Le marché de Sankaryare est le plus vaste et le plus important de Ouagadougou; il approvisionne d’autres marchés du pays et dans la région. Koudougou se trouve dans l'une des régions les plus peuplées du pays, où une majorité des ménages dépend du marché pour son ravitaillement alimentaire. Djibo se situe dans la zone sahélienne, hautement vulnérable. Pouytenga est un marché de regroupement pour les produits du Nigeria, du Ghana, du Bénin et du Togo. Solenzo est un marché rural situé au milieu d’une zone de production excédentaire. Bobo Dioulasso est un important centre tant pour la consommation que pour la production : elle fait office de capitale économique du BurkinaFaso et se trouve dans une importante zone de production céréalière.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso

    Détérioration des moyens d’existence probable dans l’extrême nord du pays

    MESSAGES CLÉS

    • Les ménages très pauvres dans l’extrême nord du pays, en particulier des communes de Nassoumbou, Koutougou et Tin-Akoff, actuellement en insécurité alimentaire aigue Stress (Phase 2 de l’IPC), seront confronté à des écarts de consommation à partir d’avril du faite de l’absence de stocks et de l’insuffisance de revenu pour accéder aux denrées présentes sur les marchés.

    • Les ménages très pauvres et pauvres dans les autres communes de la région du Sahel et environnant, peinent aussi à assurer la protection de leurs moyens d’existence, car doivent mobiliser des revenus au-dessus de la normale pour acheter de la nourriture, mais aussi de l’aliment pour l’entretien du troupeau confronté à un déficit fourrager pour la deuxième année consécutive.

    • Dans le reste du pays, la consommation alimentaire des ménages est normale et favorisée par un niveau d’approvisionnement satisfaisant des marchés et des niveaux de prix similaires ou en-dessous de la moyenne quinquennale.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone

    Augmentation subite de l’insécurité alimentaire dans les zones autour du Lac Tchad

    Messages clés

    • La situation alimentaire se dégrade autour du Lac Tchad suite à de fréquentes escarmouches entre Boko Haram et les forces multinationales qui perturbent les sources typiques des revenus et de nourriture pour des ménages. En l'absence de l'aide humanitaire, 3,5 à 4 millions de personnes au nord-est du Nigeria, dans la région de Diffa au Niger, à l'ouest du Tchad et au nord du Cameroun feront face à une insécurité alimentaire aigue de type Crise (IPC Phase 3) et même urgence (IPC Phase 4) d’ici à Septembre 2015. Dans ces zones, l’insécurité alimentaire sera en perpétuelle dégradation avec une augmentation de malnutrition aiguë au cours des six prochains mois pour les ménages les plus touchés.

    • L’insécurité alimentaire de type Crise (IPC Phase 3) sévit aussi actuellement dans les zones de mauvaises productions de l’ouest du Sahel, (Mauritanie), en Sierra Leone fortement affecté par l’épidémie d’Ebola, et en Centrafrique où l’insécurité civile continue à perturber le fonctionnement des marchés et les moyens d’existence des ménages pauvres. Elle pourra y persister jusqu’en juin.

    • Ailleurs l’insécurité alimentaire est Minimale (IPC Phase 1) ou de type Stress (IPC Phase 2). Elle pourra se maintenir ainsi jusqu’en juin à cause des productions moyennes à supérieures enregistrées en 2014, les récoltes de contre saison en cours et un bon fonctionnement des marchés avec des prix évoluant en dessous ou proche des moyennes quinquennales sur la plupart des marchés. Cependant, l’insécurité alimentaire de type Stress (IPC Phase 2) pourra localement évoluer vers le niveau Crise (IPC Phase 3) au Sénégal et au Tchad si l’assistance alimentaire n’est pas maintenue.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Mali

    I. Introduction

    1. The present report is submitted pursuant to Security Council resolution 2164 (2014), by which the Council extended the mandate of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA) and requested me to report to it every three months on the implementation of the resolution and the progress on the implementation of the Mission’s mandate. The present report covers the period from 17 December 2014 to 19 March 2015.

    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Cameroon, Chad, Niger, Nigeria

    Le conflit limite la disponibilité et l’accès alimentaire des régions riveraines du lac Tchad

    Résumé

    Le conflit avec Boko Haram, qui s’est propagé du Nigeria aux pays voisins, continue à limiter la disponibilité et l’accès alimentaire des ménages au Nigeria, au Niger, au Tchad et au Cameroun. Le conflit empêche les ménages de poursuivre leurs moyens d’existence habituels. Des déplacements de population de plus en plus nombreux continuent à exercer une pression sur les communautés d’accueil. L’évaluation des marchés menée conjointement en février 2015 par le CILSS, les services techniques étatiques, FEWS NET, la FAO et le PAM, confirme que les activités des marchés continuent à être perturbées dans les régions voisines du lac Tchad. Sans assistance humanitaire, 3,5 à 4 millions d’habitants et de personnes déplacées dans le Nord-est du Nigeria, la région de Diffa au Niger, l’Ouest du Tchad et le Nord du Cameroun auront des difficultés pour accéder à des denrées alimentaires adéquates au moins jusqu’en septembre 2015. Des situations de Crise (Phase 3 de l’IPC) et d’Urgence (Phase 4 de l’IPC), avec des niveaux accrus de malnutrition aiguë, sont prévus au cours des six prochains mois pour les ménages les plus affectés.


    0 0

    Source: World Bank
    Country: Mali

    LES POINTS MARQUANTS

    • Les agriculteurs maliens obtiennent difficilement des prêts auprès des banques qui jugent le financement de l’agriculture trop risqué.

    • Les banques commerciales ne proposent pas de produits financiers adaptés aux besoins des agriculteurs, ce qui freine la production agricole.

    • La Banque mondiale appuie aussi bien les producteurs agricoles que les banques maliennes, en fournissant une assistance technique et une formation sur le développement agricole.

    BAMAKO, 31 mars 2015 - Au Mali, un agriculteur se voit refuser un prêt sept fois sur dix car le financement du secteur agricole est considéré comme un investissement à haut risque du fait des contraintes des cycles agricoles, des conditions météorologiques imprévisibles, de la petite échelle de production et des compétences techniques limitées des agriculteurs et éleveurs.

    Par ailleurs, la création d’un dispositif de garantie contre les risques de défaillance de l’emprunteur demeure un défi dans un environnement où le régime foncier est mal défini et le système judiciaire ne prévoit pas ce type de mécanisme. Les produits financiers proposés par les banques maliennes ne sont souvent pas adaptés aux besoins des agriculteurs comme l’illustre le manque de crédit à long terme dont ont souvent besoin les nouveaux producteurs de mangues, de papayes, de bananes ou de noix de cajou. De plus, les financements sont généralement accordés à la fin de la saison agricole lorsque les producteurs en ont le moins besoin.

    « Les banques maliennes sont des banques commerciales et non agricoles. De ce fait, elles peinent à accompagner les activités agricoles dont elles ne maîtrisent pas les spécificités. Cela pose notamment un problème de rythme de remboursement des prêts puisque les banques ne tiennent pas compte des cycles agricoles », constate Moussa Sylvain Diakité, un producteur et exportateur de mangues basé à Bamako.

    Afin de répondre aux besoins des agriculteurs, d’augmenter la production agricole et d’accroître le nombre de petites et moyennes entreprises dans le pays, la Banque mondiale s’est associée au gouvernement malien pour mettre en œuvre le Projet de compétitivité et de diversification agricole (PCDA). Celui-ci vise à soutenir un partenariat entre les producteurs et les banques commerciales pour développer l’agriculture malienne.

    L’objectif principal de ce projet est d’améliorer la chaîne de production de certaines filières agricoles, d’élevage et de pêche pour lesquelles le Mali dispose d’un réel avantage comparatif. Le projet met notamment l’accent sur le développement du secteur privé et des investissements, ainsi que l’accès au financement et aux infrastructures commerciales.

    Pour atteindre ce but, la Banque mondiale fournira une assistance technique et financière aux entrepreneurs qui recherchent un financement. Elle soutiendra également le renforcement des capacités de gestion de ces entrepreneurs et la formation des banquiers pour qu’ils puissent mieux comprendre le développement agricole.

    Le coordinateur du projet, Sory Ibrehima Diarra précise que ce projet est financé par deux fonds qui permettront de garantir les risques liés au crédit à l’agriculture : le Fonds d’innovation et d’investissement (FII) et le Fonds de Garantie (FG).

    « A travers le FII, le PCDA octroiera des financements à coûts partagés selon un système à trois niveaux. Le premier niveau est destiné aux très petites entreprises dont le besoin en investissements est inférieur à 15 millions de francs CFA. Le projet subventionne 75 % de l’investissement et l’apport personnel est de 25 %. Le deuxième niveau finance les petites et moyennes entreprises dont les besoins en investissement sont estimés entre 15 et 50 millions de francs CFA. Dans ce cas, le projet prend en charge 50 % des investissements et le bénéficiaire assure les 50 % restants. Le projet soutient enfin à hauteur de 75 % les grandes entreprises dont le coût des investissements est supérieur à 50 millions de francs CFA sous la forme d’appui technique ou d’expertise avec un plafond de 30 millions de francs CFA », explique M. Diarra.

    Ce système fonctionne de la même façon qu’une banque, où le risque est partagé entre le bénéficiaire du prêt et le projet. Un apport personnel assure un engagement de la part de l’emprunteur à honorer son prêt et le risque qui lui est attaché.

    Un dépôt de 500 millions de francs CFA du Fonds de Garantie du PCDA auprès de deux banques commerciale permet de garantir à hauteur de 50% les risques des financements.

    « Le Projet de compétitivité et de diversification agricole vise à diminuer le risque lié aux investissements dans les activités agricoles grâce à un appui technique, aux nouvelles technologies et à une meilleure connaissance des mécanismes de production et des principaux acteurs du secteur », ajoute Yeyandé Kassé Sangho, expert de la Banque mondiale.

    Le projet soutiendra d’autres aspects de l’industrie agricole tels que la commercialisation et la mise en place d’outils de gestion des entreprises. Les subventions et études techniques produites par le Fonds d’innovation et d’investissement contribueront à mettre en relation les entrepreneurs agricoles et les banques, ainsi qu’à former les exploitants agricoles aux outils de gestion des entreprises et les banquiers aux risques agricoles.


    0 0

    Source: International Committee of the Red Cross, International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies
    Country: Mali, Syrian Arab Republic, Yemen

    Genève / Damas / Sana’a / Bamako – Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est choqué et meurtri par trois agressions perpétrées hier contre des équipes engagées dans des actions humanitaires au Yémen, en Syrie et au Mali. Ces attentats ont coûté la vie à trois de ses collaborateurs.

    Un volontaire de la branche syrienne du Croissant-Rouge palestinien a été tué par balles dans le camp de Yarmouk, près de Damas. Au Yémen, un employé du Croissant-Rouge a subi le même sort alors qu’il portait secours à des personnes blessées dans des affrontements dans le secteur Al-Sulaf de Zubaid, dans le district méridional d’Al-Dhale’. Au Mali, une attaque contre un camion du CICR (an attack on an ICRC aid truck) près de Gao a coûté la vie à un employé du CICR et blessé un membre de la Croix-Rouge malienne.

    «Les agressions envers les travailleurs humanitaires sont absolument inacceptables et nous les condamnons sans appel», a déclaré Yves Daccord, directeur général du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). «Les victimes étaient des individus qui se vouaient à aider les autres dans des conditions extrêmement difficiles et dangereuses. Toutes les parties aux conflits sont tenues de respecter les obligations qui leur incombent aux termes du droit international humanitaire, lequel proscrit toute attaque contre le personnel humanitaire, les hôpitaux et les ambulances.»

    «Il est inadmissible et profondément choquant que des individus soient tués en secourant d’autres personnes», a commenté Elhadj As Sy, secrétaire général de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. «L’espace humanitaire doit impérativement être mis en place et garanti pour permettre aux volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et aux personnels de santé d’assister des populations en détresse et atténuer les souffrances humaines parmi les communautés les plus vulnérables et les plus difficiles d’accès. Nos employés et nos volontaires sont aujourd’hui plus nécessaires que jamais et ils doivent être protégés par tous.»

    Au début du mois, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge avait déjà publié une déclaration (statement) dénonçant de récentes violences contre ses employés et volontaires. Le Mouvement réitère ce message aujourd’hui.

    Pour plus d’informations, s’adresser à:

    Ewan Watson, CICR Genève, tél: +41 79 244 64 70

    Benoit Matsha-Carpentier, FICR Genève, tél: +41 22 730 46 96 ou +41 79 213 24 13

    ou visiter nos sites web: www.icrc.org / www.ifrc.org

    Pour visualiser et télécharger les derniers enregistrements vidéo CICR / FICR en qualité professionnelle :

    www.icrcvideonewsroom.org

    www.ifrcvideonewsroom.org

    Pour savoir ce que fait le CICR pour tenter de mettre un terme aux agressions à l’encontre de travailleurs de santé et de patients :

    www.healthcareindanger.org

    Suivez le CICR sur facebook.com/icrc et twitter.com/icrc

    Follow the IFRC on facebook.com/RedCrossRedCrescent et twitter/Federation


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali


    0 0

    Source: International Food Policy Research Institute
    Country: Malawi

    This paper considers potential strategic options for agriculture and development in Malawi in the context of the country’s current situation and the prospects the country faces. After briefly reviewing current national and sectoral policy and potential roles of smallholder agriculture in economic growth, we set out the current situation in order to consider strengths, weaknesses, opportunities and threats.

    We conclude that a major emphasis is needed on supporting changes that reduce the rate of population growth and promote capacity for adaptation and resilience to climate change. Rapid increases in the productivity of agricultural land and labor and in rural incomes will be critical to this, alongside increased education and empowerment of girls and women. There are, however, difficult potential trade-offs to negotiate (for example, between increased irrigation and reduced inflows into Lake Malawi) and these need further consideration.


    0 0

    Source: UNOSAT
    Country: Cameroon, Nigeria

    This map illustrates satellite-detected shelters and other buildings at the Minawao refugee settlement, Mayo-Tsanaga District, Far North Province, in Cameroon as seen by the WorldView-2 satellite on 10 March 2015. UNOSAT analyzed a total of 5,220 structures (4,027 tent shelters, 903 improvised shelters and 290 administrative buildings) within the 261 hectares of the settlement area. Note that apparently adjoining, contiguous shelters were counted as a single shelter which may thus underestimate total number of shelters. This is a preliminary analysis & has not yet been validated in the field. Please send ground feedback to UNITAR / UNOSAT


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Afghanistan, Benin, Burkina Faso, Central African Republic, Chad, Côte d'Ivoire, Djibouti, Dominican Republic, El Salvador, Ethiopia, Ghana, Guatemala, Guinea, Haiti, Honduras, Kazakhstan, Kenya, Liberia, Malawi, Mali, Mauritania, Mozambique, Nicaragua, Nigeria, Pakistan, Senegal, Sierra Leone, Somalia, South Africa, South Sudan, Sudan, Tajikistan, Uganda, United Republic of Tanzania, World, Zambia, Zimbabwe

    Key Messages

    In West Africa, market availability was adequate in February, with supplies from recent 2014/15 harvests and international rice and wheat imports. Staple food prices were stable or declining, except in areas directly and indirectly affected by the conflict in northeastern Nigeria. The recent opening of borders among Ebola-affected countries contributed to improved trade flows in some areas, following disruptions over the second half of 2014.

    In East Africa, maize markets were well-supplies decline in Tanzania, Kenya, Somalia, and surplus-producing areas of Ethiopia with recent harvests and regional trade flows. Markets were likewise well supplied with in Somalia, Sudan, and Ethiopia. Staple food prices were high and variable in the Greater Upper Nile States of South Sudan. Conflict and insecurity continued to disrupt markets in parts of South Sudan, Somalia, and the Darfur and South Kordofan States in Sudan.

    In Southern Africa, regional staple food stocks continued to tighten in February, but availability remains higher than previous years. Harvests from the 2013/14 production year were well-above average in the region’s surplus-producing countries. Food availability improved in flood-affected southern Malawi as road conditions improved and with increased food assistance.

    Locally produced staple food prices increased progressively throughout Central America and Caribbean as market supplies from the below-average Otoño harvest in Haiti and Postrera harvest in Central America decreased earlier than normal. Imported wheat, yellow maize, and rice availability and prices were stable region-wide.

    In Central Asia, wheat availability remained good in Afghanistan and Pakistan. Prices stabilized in Kazakhstan and Tajikistan after increasing over the last quarter of 2014.

    International maize, rice, and soybean prices were stable while wheat prices declined slightly in February, and all were below February 2014 levels due very well supplied global markets from record or near record global production in 2014. Crude oil prices increased slightly in February, but remained below average.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Cameroon, Central African Republic, Chad, Gambia, Libya, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Sudan

    High levels of chronic vulnerability persist in the Sahel. Early 2015, an estimated 20.4 million people are food insecure in the region. Acute malnutrition is expected to threaten the lives and development of 5.8 million children under five years of age. Violent conflicts and insecurity caused 2.8 million people to flee from their homes, over a million more than early January 2014. Here is how humanitarian teams plan to respond to support the Sahel's most vulnerable.


older | 1 | .... | 343 | 344 | (Page 345) | 346 | 347 | .... | 728 | newer