Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 308 | 309 | (Page 310) | 311 | 312 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Mali, Mauritania

    Highlights

    • Mauritania continues to suffer from a multi-dimensional crisis related to food insecurity, the high prevalence of malnutrition, the presence of Malian refugees.

    • From January to December 2014, as a result of the food insecurity and nutrition crisis, over 16,684 severely malnourished children were admitted and treated within 508 supported health facilities. The close collaboration with the Ministry of Health contributed to reinforce the capacity of 141 frontline staff on management of acute malnutrition as well as increase the coverage.

    • At the Malian Refugee camp, following the start of the new academic year on November 1rst, 3,141 students (47% girls) enrolled in primary schools, 185 (20% girls) in secondary school and 768 adolescents (65% girls) are attending literacy numeracy program.

    • The Nutrition survey carried out in November 2014 in the camp shows a significant decrease of both global acute malnutrition (from 11.8 to 9.9%) and severe acute malnutrition (1.4% to 0.8) rates. As of today, UNICEF supported the government nutrition center in the treatment of 444 severe acute malnutrition (SAM) cases and contributed to the treatment of 790 other SAM cases.

    • As part of the Ebola preparedness response, UNICEF is continuing to participate actively to weekly coordination meetings organized by the Ministry of Health, and supporting the government in their mass media campaign on good hygiene practices.

    • As of December, 64% of UNICEF Annual Appeal has been funded; UNICEF would like to acknowledge generous contribution of all donors in support to its emergency programmes, and especially the Government of Japan.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mauritania

    Les déficits céréaliers localises accentuent l’insécurité alimentaire

    MESSAGES CLÉS

    Les déficits céréaliers consécutifs à l’échec des cultures pluviales dans le centre sud du pays et à la baisse des flux transfrontaliers ont intensifié le recours des ménages pauvres de l’ouest de la Zone agropastorale et du centre de la Vallée du Fleuve Sénégal, au marché pour se nourrir, alors que leurs revenus saisonniers ont accusé de fortes baisses.

    Face aux mauvaises conditions pastorales, les éleveurs et agropasteurs ont opéré des délestages avant leur transhumance précoce (novembre). Il en a résulté une suroffre qui a fait baisser le prix des animaux et déprécier les termes d’échange.

    Le niveau actuel de Stress (Phase 2 de l’IPC) dans l’ouest de la Zone agropastorale et du centre de la Vallée du Fleuve Sénégal ne tiendra que jusqu’en janvier dans plusieurs endroits. À partir de février/mars, des régions localisées de sud centre du pays seront en Crise (Phase 3 de l’IPC).


    0 0

    Source: World Bank
    Country: Chad, Côte d'Ivoire, Mali, Mauritania, Niger

    WASHINGTON, December 18, 2014—The World Bank Group’s Board of Executive Directors today approved US$170.2 million for women and adolescent girls to expand their access to reproductive, child and maternal health services in five countries in Africa’s Sahel region and the Economic Community of Western African States (ECOWAS).

    The Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend Project will also help promote regional knowledge and data on proven gender development programs.

    To end poverty across Africa and promote greater prosperity for families, we know that the answer involves improved access to health services for women and educating adolescent girls,” said Makhtar Diop, World Bank Vice President for the Africa Region. “Meeting these objectives is even more critical for countries in the Sahel, which have some of the world’s highest birth rates. Improving access to maternal and child health, and family planning services, will create more economic opportunities for women and girls in the region.”

    Today’s approval comes one year after World Bank Group President Jim Yong Kim visited the Sahel with UN Secretary-General Ban Ki-moon and pledged $1.5 billion for regional development priorities such as social safety nets to help families weather the worst effects of economic adversity and natural disasters, infrastructure development and creating increased economic opportunities for families living in rural areas.

    Africa’s Sahel region suffers from multiple development challenges: too little economic growth and opportunity, a harsh climate, hunger, high fertility rates, and the world’s highest number of maternal and child deaths.

    The Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend Project will work across the sub-region to improve the availability and affordability of reproductive health services, strengthen specialized training centers for rural-based midwives, improve nursing services, and pilot and share knowledge on adolescent girls’ initiatives.

    “High fertility, rapid population growth and poor health services are preventing Sahelian countries from taking advantage of their demographic dividend which could bring greater prosperity. This project supports a much-needed multi-sectoral approach to women and girls’ empowerment and their access to health services. It will work across borders to help overcome barriers to empowering women and girls, and give them the tools to shape their own future,” said Christophe Lemière, Task Team Leader for the project.

    Empowering women and girls means helping them to continue their education, improving their knowledge of Reproductive, Maternal, Neonatal and Child Health and Nutrition, and increasing the number of young women who participate in life-skills programs. Combined, these interventions can reduce fertility rates and child marriage, all factors that contribute to preventing women from prospering and formally contributing to economies, while also increasing demand for and access to family planning services.

    Financed by IDA, the WBG’s fund for the poorest countries*, the new program will be closely coordinated with the United Nations Population Fund (UNFPA), the Bill and Melinda Gates Foundation (BMGF) and other development partners, and will strengthen the West African Health Organization (WAHO), the health arm of ECOWAS, a regional group of 15 West African countries promoting economic integration across the region.

    From the WBG U$170.2-million program, Côte d’Ivoire will receive a US$20-million credit and US$10 million grant; Mali will receive a US$40-million credit; Niger will receive a US$53.5-million credit; Chad will receive a US$26.7-million grant; Mauritania will receive a US$15-million grant; and ECOWAS will receive a U$5-million grant.

    *The World Bank’s International Development Association (IDA), established in 1960, helps the world’s poorest countries by providing grants and low to zero-interest loans for projects and programs that boost economic growth, reduce poverty, and improve poor people’s lives. IDA is one of the largest sources of assistance for the world’s 77 poorest countries, 39 of which are in Africa. Resources from IDA bring positive change for 2.8 billion people living on less than $2 a day. Since 1960, IDA has supported development work in 112 countries. Annual commitments have averaged about $18 billion over the last three years, with about 50 percent going to Africa.

    MEDIA CONTACTS

    In Washington
    Philip Hay
    Tel : (202) 473-1796
    phay@worldbank.org

    Aby Toure
    Tel : (202) 473-8302
    akonate@worldbank.org


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Mali

    By Krystle van Hoof

    In Mali, a recent pastoral crisis, successive droughts and political instability have left many communities in a precarious situation – a situation that could be devastating if another shock hits before they can fully recover.

    Building Resilience

    For WFP, the resilience of a community is measured by its capacity to prevent, resist and respond to unexpected challenges (shocks) and to recover from and adapt to them in a sustainable way. In regions of Mali that are beginning to emerge from the recent series of crises, WFP is working with communities to ensure they have the ability to be resilient in the face of future shocks.

    Many of the resilience projects currently underway in Mali have been made possible thanks to funding from the European Union. The EU and WFP are working together to find the most effective means of building long-term, sustainable solutions to food insecurity and malnutrition in Mali.

    Planning Together

    In the region of Ségou, WFP and its partner, World Vision, have been working with the villagers of Dorolo since February of 2013.

    Before getting to work, WFP and a group of community representatives sat down to discuss the specific challenges facing their community and what sorts of projects would be most effective for them.

    The community told WFP that their main problems were a lack of food and rain. Without sufficient water, they explained, agriculture was difficult and food hard to come by.

    Taking the First Step

    Together, WFP and the community decided that the first step toward building their long-term food security would be to create a grove of fruit trees and a market garden, which would be run mainly by the women of Dorola. To make this project possible, WFP would help them build several water wells, a water pump and a composting area, where villagers would learn to create organic fertilizer for their own use and for sale.

    When we visited in November of 2014, the trees were still too young to bear fruit. However, women had individual plots where they were growing vegetables to feed their families.

    Demouny Diarra, a mother of five, told us that she and her family have really benefited from the garden project.

    "Before this project – I can’t even tell you – there were so many problems. Especially for women – we were so tired. After the harvest, all the women would go to the interior of the country to work as cleaning ladies so they could buy food for their children,” she explains. “But, with the garden, what do we have? Food!” she laughs. “You see that plot of trees and peppers over there?” she asks, pointing. “That’s mine. Since starting this work, I haven’t had to pay anything at the market."

    Multiple Angles

    Building resilience requires attacking the root causes of food insecurity and malnutrition from multiple angles.

    The community of Dorola also told WFP that the villagers had already started building a new, more direct road to make it easier to get to and from the local market. They explained that work was slow going as able-bodied workers also have families to feed and weren’t able to devote much time to the project.

    Food for Assets WFP has seen first-hand how food assistance for assets – using food, cash or vouchers – can result in immediate gains for food security. To support the community in achieving their goal, WFP provided family food rations to those working on the road so that they could complete the project more quickly without having to worry about how they would feed their families.

    On a recent visit to the village, the Mayor, Yaya Traore, told WFP

    We have many challenges here in our community, including a lack of food and rain. This road has helped us deal with our food problems because now we can easily transport food home from the market.

    Mr. Traore also told WFP that the community has created a committee, which is responsible for ensuring the upkeep of the road, and he has set up a fund in the village’s budget to pay for its regular maintenance.

    A Bright and Independent Future

    The project to build resilience in Dorolo began in early 2013 and the community quickly saw the benefits. The following year, the villagers were eager to continue building on their success. In 2014, when WFP and World Vision returned at planting time to continue their support, the women were already in the garden, working.

    Etienne Dembele, one of the community project managers, said these projects have gotten people excited for the future and he let us in on some of the village’s plans:

    “What we’d like to do next is start cultivating rice. We’re thinking of building a dam to block the water, which would give us a pond to grow rice. Being able to grow and eat our own rice – that’s our hope.”

    WFP is currently working with communities similar to Dorola across Mali – helping them build their resilience, improve food security and reduce malnutrition in the process. WFP intends to continue working with and supporting these communities until they can be self-sufficient.


    0 0

    Source: Afrique Verte
    Country: Burkina Faso, Mali, Niger

    Synthèse début décembre 2014 : la tendance générale de l’évolution des prix des céréales est à la stabilité au Niger et au Burkina, et à la baisse au Mali.

    Au Niger: la tendance générale des prix est à la stabilité pour toutes les céréales. Seules 2 situations de hausse ont été observées, l’une sur le riz à Niamey (+3%) et l’autre sur le maïs à Dosso (+7%). Quelques baisses ont été enregistrées pour le mil (-10% à Maradi), pour le sorgho (-17 % à Maradi et -10% à Zinder) et pour le maïs (-3% à Maradi).

    Au Mali: la tendance générale des prix des céréales est à la baisse pour les céréales sèches et la stabilité pour le riz. Les baisses les plus significatives ont été enregistrées : i) pour le mil à Gao (-15%), à Sikasso (-13%) et à Bamako et Tombouctou (-6%), ii) pour le sorgho à Bamako (-13%), Mopti (-12%), Sikasso (-7%) et Kayes (-6%) ; iii) pour le maïs à Bamako (-14%), à Kayes et Mopti (-10%) et à Gao (-7%) ; iv) pour le riz local à Bamako et Mopti (-7%) et pour le riz importé à Sikasso (-9%). Seul le riz importé a enregistré une légère hausse de 2% à Kayes.

    Au Burkina : la tendance générale des prix des céréales est à la stabilité voire à la baisse pour les céréales sèches. Toutefois, des hausses ont été observées sur 2 marchés : i) à Tenkodogo pour les céréales sèches (+15% pour le sorgho, +12% pour le maïs et +3 % pour le mil) et ii) à Ouagadougou avec +3 % pour le mil. Les baisses les plus significatives ont été observées pour le mil à Fada (-9%) et à Kongoussi (-3%), pour le sorgho à Fada (-14%), à Nouna (-11%), à Dédougou (-7%) et à Kongoussi (-6%) et pour le maïs à Fada (-10%), à Nouna et à Bobo (-8%) et à Dédougou (-4%).


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Chad

    La securité alimentaire est stable grâce aux récoltes pluviales qui se poursuivent

    Messages clés

    • Les récoltes pluviales se poursuivent dans la plupart des zones agricoles et certaines zones déficitaires comme le Moyen Chari, le Mayo Kebbi et Sila pourraient se rattraper avec la culture de décrue. La production nationale est légèrement moyenne à supérieure et conduira, d’une manière générale, à une stabilité de la sécurité alimentaire jusqu'à fin décembre 2014.

    • Dans les zones agro-pastorales, l’amélioration des conditions pastorales continue ainsi que les conditions physiques des animaux. Avec l’approche des fêtes de fin d’année (25 et 31 décembre) la demande en petits ruminants et les prix vont augmenter améliorant ainsi le revenu des ménages qui sont en insécurité alimentaire minimale (Phase 1 de l’IPC).

    • Dans la partie sud, zone de culture céréalière et de rente, les récoltes vivrières se poursuivent augmentant les stocks des ménages et améliorant leur consommation alimentaire. La demande en main d’œuvre est plus importante qu’en année normale, améliorant ainsi les revenus des ménages pauvres et très pauvres ainsi que leur capacité d’achat sur le marché.

    • Malgré que la sécurité alimentaire de toutes les zones de moyens d’existence se soit améliorée, et est en phase minimale, certains ménages des zones du Kanem, BEG et Guera verront leur niveau de stock baisser à partir de janvier et feront face à Stress (Phase 2 de l’IPC) jusqu’au moins à mars 2015.

    • Les prix des céréales ont commencé à baisser dans la plupart des marchés à cause des nouvelles récoltes. Certains ménages vendent leurs produits pour payer la main d’œuvre et/ou s’acheter des habits pour les fêtes de fin d’année. On s’attend donc à une augmentation du revenu issu de la main d’œuvre agricole et une amélioration de l’accès aux aliments. Les prix vont commencer à augmenter probablement à partir de janvier/février à cause du niveau de stock qui va baisser dans certaines zones déficitaires.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali

    Insécurité alimentaire de Stress attendue dans les zones lacs du Nord à partir d’avril

    Messages clés

    • La production globale de céréales est en hausse d’environ 11,17 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale ce qui dégage une situation excédentaire de production. Cette production permet une bonne disponibilité céréalière au niveau des cultivateurs et un approvisionnement correct des différents marchés à travers le pays durant l’année de consommation 2015.

    • L’accès des ménages pauvres aux denrées alimentaires s’améliore à cause de la disponibilité de leur propre production, de la baisse des prix des céréales et des paiements en nature dans les travaux de récoltes dans les zones agricoles. Il en est de même pour les ménages pasteurs qui bénéficieront des prix de ventes supérieurs à la moyenne quinquennale durant la période. Les ménages pauvres à travers le pays sont en insécurité alimentaire aiguë Minimale (Phase 1 de l’IPC) d’ici mars 2015.

    • En raison de la baisse importante de leurs productions agricoles et pastorales, les ménages pauvres dans les cercles de Gao, Bourem et dans la zone des lacs de Goundam et le Haoussa de Niafunké auront recours précocement à leurs stratégies d’adaptation pour satisfaire leurs besoins alimentaires. Ils dépendront de l’intensification inhabituelle de la migration, de la main d’œuvre et des emprunts qui réduiront les difficultés d’accès à la nourriture pour les ménages qui seront en situation d’insécurité alimentaire aiguë de Stress (Phase 2 de l’IPC) à partir d’avril 2015.

    • Les cas de maladie à virus Ebola enregistrés dans le pays en octobre n’ont pas encore engendré de grande perturbation sur le plan de l’accès à la nourriture et aux activités économiques. Les flux de personnes et de bien se poursuivent aussi bien à l’intérieur qu’avec la Guinée, ce qui maintient l’approvisionnement régulier des marchés concernés.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Chad, Sudan

    N’DJAMENA - La campagne agricole 2014/2015 est qualifiée de moyenne à bonne par rapport aux statistiques quinquennales au Tchad. Elle est estimée à 2.6 million de tonnes, soit une hausse d’environ 9%. C'est ce que révèle l’Enquête nationale sur la sécurité alimentaire (ENSA) menée sur un échantillon aléatoire de presque 7000 ménages répartis dans la majorité des 67 départements afin d’identifier les zones de vulnérabilité des ménages au Tchad.

    Malheureusement, cette hausse n’implique pas nécessairement une amélioration de la sécurité alimentaire du Tchad à cause du démarrage tardif des pluies dans la zone sahélienne et d’une mauvaise répartition spatiale et temporelle des pluies.

    Concrètement, les résultats indiquent que 20% de la population Tchadienne soit 2,4 millions de personnes sont en insécurité alimentaire dont 3,6% soit 428.000 personnes en situation d’insécurité alimentaire sévère. Ces ménages font face à un déficit de consommation alimentaire important et ont besoin d’une assistance humanitaire d’urgence d’octobre 2014 à mars 2015.

    Comme chaque année depuis 2005, l’étude a été conjointement entreprise et financée par le Système d’information sur la sécurité alimentaire et d’alerte précoce, la FAO et le PAM.

    Pour rappel, la sécurité alimentaire existe lorsque tous les êtres humains ont, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active.

    Les régions les plus touchées sont le Kanem, le Lac et le Barh El Gazal ainsi que des départements du Batha et du Guéra dans le centre du pays. Les facteurs responsables de cette situation sont liés aux aléas climatiques imprévus comme l’arrêt précoce des pluies au Barh El Gazal ou les inondations dans la région du Lac. Parallèlement, l’Est a enregistré une pluviométrie particulièrement abondante. Des inondations ont été signalées dans les régions de Sila et du Salamat.

    L’analyse de ces chocs confirme la forte sensibilité des ménages ruraux tchadiens aux chocs environnementaux. Les discussions avec les ménages mettent en évidence que 70% des agriculteurs subissent une détérioration de leurs cultures à cause des intempéries ainsi que 14% des éleveurs. Environ 50% des ménages confirment qu’ils ne pourraient pas faire face seuls à ces chocs.

    Pour conclure, la situation alimentaire de ces ménages pourrait vite se dégrader si rien n’est fait. Dans certains départements affectés, la soudure pastorale commencerait dès mars 2015, soit trois mois plutôt que d’habitude. Les stocks céréaliers des ménages agricoles s’épuiseraient à partir d’avril; et la soudure commencerait alors deux mois plutôt.

    L’enquête indique que les chocs climatiques sont récurrents pour un grand nombre de ménages. Par conséquent, il est impératif de préparer les communautés rurales à faire face à ces situations de stress c’est-à-dire la vente de biens non productifs ou d’animaux ou emprunter de la nourriture ou de l’argent et à renforcer leur résilience.

    Cette résilience augmente par des aménagements agricoles et halieutiques, des améliorations de route pour accéder aux marchés et même la prévention de la malnutrition chronique. La réponse la plus pertinente du PAM pour améliorer le pouvoir d’achat des ménages passe par l’activité de coupons alimentaires.

    Pour les 6 prochains mois de mise en oeuvre de notre intervention prolongée de secours et de redressement, le PAM a un besoin urgent de 24 millions dollars américains soit 13 millions dollars américains pour les transferts de coupons alimentaires et 11 millions dollars américains pour les produits nutritionnels dans le Sud du Tchad. Et parallèlement à cela, 20 millions dollars américains supplémentaires doivent également être immédiatement trouvé pour couvrir les besoins de pré-positionnement de réfugiés soudanais résidant dans l'est du pays.

    #

    Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d'urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. En 2013, le PAM a apporté une assistance à plus de 80 millions de personnes dans 75 pays.

    Suivez-nous sur Twitter : @wfp_media @wfp_fr

    Pour plus d’informations, veuillez contacter :
    Miguel Tomas, WFP/N’djamena, Mobile +235 66 99 30 20
    Djekorkeme Mbaihilamgue, WFP/N’djamena, Mobile +235 66 20 1541


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network, Agency for Technical Cooperation and Development, World Food Programme, Government of Chad, Food and Agriculture Organization
    Country: Chad

    Points saillants

    . L’approvisionnement des marchés continue de s’améliorer avec le niveau de récoltes qui s’intensifie

    . Les prix restent élevés et des hausses sont toujours observées sur certains marchés malgré la période des récoltes. Les perturbations dans le calendrier agricole, la faible hausse de la production et les spéculations commerciales limitent la baisse des prix

    . Les termes de l’échange restent globalement en défaveur des éleveurs comparés à la même période l’année dernière

    . Le niveau élevé des prix continue de limiter l’accès alimentaire des ménages pauvres malgré les récoltes


    0 0

    Source: UN Mine Action Service
    Country: Mali


    0 0

    Source: World Vision
    Country: Senegal

    During the 15th Francophonie Summit held in Dakar, Senegal between 29-30 November 2015, World Vision Senegal hosted an exhibition of its work at the ‘Village de la Francophonie’. The village was a place set for National Francophonie Governments, businesses, donors, and local & international NGOs to share their work. The World Vision Senegal’s stand was popular with visitors, including school children, members of the general public, businesses, donors, NGOs and members of the visiting Canadian Government Delegation including the Vice Minister of Development Aid and various Canadian Members of Parliament. World Vision Senegal staff were happy to explain to the visitors the work of World Vision to bring ‘fullness of life’ to children, families and communities in Senegal.

    Over the three days, many people visited the World Vision Senegal stand which focused on the fight against malnutrition, food security & economic development and Ebola awareness & prevention.. Visitors could see firsthand the instruments that are used in the field by World Vision to monitor the growth of children - the scale to measure the weight of infants, the measures for children’s height the MUAC (Measuring Mid Upper Arm Circumference) tool and the growth charts to assess overall child health and nutrition.

    The public could also see, touch and feel local processed products used to nutritionally feed malnourished children in addition to posters from the Canadian Department of Foreign Affairs, Trade & Development’s SATISY project. These posters are used to teach communities how to both increase production and income but also to assist aid nutrition, particularly of children. The Canadian Deputy Minister of Aid and other Canadian Members of Parliament commented on the depth of knowledge of World Vision Senegal staff of not just the problems of food security and nutrition but also the solutions.

    Another feature of World Vision Senegal stand, were two large Ebola posters which are used in World Vision Program areas to educate communities on the disease, raise awareness and ultimately prevent the further spread of the virus in Senegal. The public including many visiting school children were particularly interested in this part of the display. World Vision staff reminded visitors to not lower their guard, even if Senegal successfully contained Ebola during August this year. Visitors were given had sanitizer upon entering the stand as a reminder of the importance of washing your hard in preventing Ebola. They were also given a Ebola awareness brochure as the left the stand to reinforce what they learned at the World Vision stand and to take home to their family.

    Mrs Justine Tossou Gomis World Vision Senegal Grant Manager expressed her satisfaction with the event, a first of its kind for World Vision: " After these few days of the "Village de la Francophonie" I realized that, these kinds of events are very important to assist explain our mission to improve the wellbeing of children in Senegal, to the various visitors ranging from school children to donors to senior government ministers from Francophonie countries. It was also an opportunity to teach them about successful development approaches World Vision Senegal is implementing together with communities, government and donors and for them to hear and see the results of this themselves. We hope this will inspire others to become more involved in our work to bring fullness of life to children, families and communities in Senegal.

    World Vision Senegal is the largest NGO in Senegal and has been working in Senegal for nearly 30 years to improve the lives of children, families and communities through programs in health and nutrition, education, economic development, leadership and child protection. World Vision Senegal receives funding from a number of donors, including the Canadian Department of Foreign Affairs, Trade and Development through the SATISFY Grant.


    0 0

    Source: UN Development Programme
    Country: Japan, Niger

    L’ambassadeur du Japon au Niger M. Hiroshi Kawamura et le Représentant Résident du PNUD au Niger Dr. Fodé Ndiaye ont signé un accord visant à appuyer le Niger pour renforcer la paix et la sécurité, pour un montant de 1,7 million de dollars, soit environ un milliard de francs CFA.

    « La paix, la sécurité et le développement sont indissociables. Sans la paix et la sécurité, les communautés ne peuvent pas se projeter dans l’avenir. Et sans développement, sans des conditions de vie décentes pour chaque homme et chaque femme, la paix et la sécurité resteront toujours précaires », a déclaré Dr. Fodé Ndiaye ajoutant que «Notre soutien à la sécurité régionale et communautaire au Niger vise à poser les bases d'un processus de développement communautaire plus durable».

    Abondant dans le même sens, l’Ambassadeur Kawamura a affirmé que «le Niger est entouré de 7 pays et constitue le nœud auquel se rattachent le Sahel et l’Afrique de l’Ouest. A cause de sa situation géographique et des événements internationaux, il est au cœur d’une région ou le crime organisé et les organisations terroristes sont de plus en plus actifs depuis plusieurs années. A ce titre, préserver la paix et la sécurité au Niger devient un impératif pour le Gouvernement du Niger et une priorité pour la stabilité sous régionale.»

    La contribution du Japon permettra l'acquisition de 13 véhicules équipés chacun d’un kit de réseau radio mobile HF pour la patrouille dans les zones désertiques et 70 postes de réseau radio HF répartis dans 7 régions et 63 départements du pays.

    Le projet «renforcement des capacités communautaires et régionales pour l'amélioration de la sécurité au Niger » sera mis en œuvre pour une durée de 18 mois. Le PNUD, en partenariat avec la mission civile de l'Union Européenne au Niger (EUCAP Sahel Niger), appuiera les autorités nigériennes pour équiper et former la police et renforcer la capacité des régions à répondre aux crises.

    Les populations civiles et les forces de l’ordre seront impliquées dans des initiatives conjointes mettant l’accent sur les droits de l'homme et les alertes précoces. Cela va encourager la prévention des conflits, renforcer la cohésion sociale ainsi que la confiance mutuelle entre les communautés et les forces de l’ordre.

    L'appui du PNUD visera également à renforcer la confiance et le dialogue entre les autorités locales, les chefs traditionnels et religieux, les jeunes et les femmes dans les villages situés à proximité des centres de commandement communs. Des comités de paix seront organisés afin d’impliquer les populations et souligner l'importance de la résolution pacifique des conflits. Ces messages seront relayés dans les langues locales par les radios communautaires.

    Le projet s’appuiera sur l'expérience acquise dans le cadre des projets du PNUD financés par le Gouvernement du Japon pour la consolidation de la paix et la gouvernance, le renforcement de la sécurité humaine et la résilience communautaire ainsi que l’adaptation au changement climatique dans le Sahel.

    Pour plus d’informations, contacter le Bureau du PNUD au Niger:

    Email: registry.ne@undp.org

    Tél. + 227 20 731 300 || + 227 20 73 47 00


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Central African Republic, Guinea, Liberia, Nigeria, Sierra Leone

    CENTRAL AFRICAN REPUBLIC (CAR)

    URGENT NEED FOR RELOCATION IN YALOKE

    At least 470 Muslims from the Peuhl ethnic minority in the town of Yaloke are in urgent need for relocation to safer places, according to UNHCR. The group is subject to recurrent threats, verbal and physical aggression and looting. Since February, 42 people among the group have died, many of them children, from malnutrition and other diseases.

    28 KILLED IN VIOLENT CLASHES IN MBRÉS

    Violent clashes on 16 December in Mbrés killed 28 people including an aid worker from the Central African Red Cross. Many families reportedly have fled to the bush. The humanitarian situation in Mbrés remains alarming as the health center has been closed.

    NIGERIA

    32 PEOPLE KILLED, 135 KIDNAPPED IN NORTHEAST

    In northeast Nigeria, violence against civilians is persisting. On 21 December, insurgents attacked the town of Gumsuri, killing 32 people, and kidnapping at least 185 people, including women and children.

    26 PEOPLE KILLED IN BOMBINGS

    On Monday 22 December, two bomb explosions occurred in the cities of Bauchi and Gombe, northeastern Nigeria. In Gombe, the explosion reportedly killed at least 20 people, while the blast at the main market in Bauchi killed six people and injured 25.

    REGIONAL / EBOLA VIRUS DISEASE (EVD)

    19,340 CASES AND 7,518 DEATHS

    As of 24 December, 19,340 confirmed, probable and suspected cases of EVD have been reported in the three most affected countries (Guinea, Liberia and Sierra Leone), with 7,518 reported deaths.

    SAHEL

    19.8 MILLION FOOD INSECURE PEOPLE NEED ASSISTANCE

    Aid organizations in the Sahel on 19 December issued the Humanitarian Needs Overview for the region. An estimated 19.8 million people are currently food insecure, with 2.6 million requiring urgent food assistance. In 2015, it is estimated that 5.8 million children under five could suffer from global acute malnutrition, of whom 1.4 million will suffer from severe acute malnutrition and 4.4 million from moderate acute malnutrition. Moreover, insecurity and conflict across the region have prompted 2.8 million to flee their homes.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger, Nigeria

    Faits saillants

    • Le Premier Ministre Nigérien a lancé, le 10 décembre, un appel à la Solidarité Nationale et Internationale pour l’assistance aux personnes déplacées du Nigéria vivant dans la région Diffa ainsi que les communautés qui les accueillent.

    • Le Ministère de la Santé a déclaré une épidémie de choléra dans la région de Diffa le 13 décembre 2014. Au total 228 cas dont 13 décès ont été enregistrés sur l’ensemble de la région à la date du 22 décembre 2014.

    • Le Gouvernement, en collaboration avec l’UNHCR a décidé d'ouvrir six (6) camps composés de trois (3) camps de transit et trois (3) camps de réfugiés.

    • Des besoins essentiels pour les personnes déplacées et les communautés hôtes restent non couverts dans les secteurs de l’alimentation, de la santé, de la nutrition, de l’éducation, de la protection, des abris et des biens non alimentaires, de l’eau, l’hygiène et l’assainissement et de la logistique.


    0 0

    Source: Agency for Technical Cooperation and Development
    Country: Cambodia, Central African Republic, India, Indonesia, Iraq, Lebanon, Myanmar, Niger, Nigeria, Pakistan, Philippines, Somalia, South Sudan, Syrian Arab Republic, Tajikistan, Thailand, Uganda, World, Yemen


    0 0

    Source: National Oceanic and Atmospheric Administration
    Country: Angola, Kenya, Madagascar, Malawi, Mozambique, Somalia, South Africa, Uganda, United Republic of Tanzania, Zambia, Zimbabwe

    • Needed rainfall was observed across previously dry areas in southern Africa.
    • Dry conditions prevailed across eastern Africa.

    1) Although good rains were observed over the Greater Horn of Africa during late November and early December, the delayed onset of the October- December rainy season combined with an erratic distribution of rains during the season had already negatively impacted ground conditions in northern Kenya and southern Somalia. As the season is coming to an end, a recovery is unlikely.

    2) Insufficient rains since the beginning of October have led to dryness and delayed planting throughout eastern Zambia, northern Zimbabwe, western and central Mozambique, and southern Malawi. Heavy rains are forecast in western and northern Zambia during the next week, which should help partially alleviate dryness.

    3) Prolonged dry spells since October have resulted in large rainfall deficits and below-average vegetation conditions over parts of eastern Zambia, Malawi, western and northern Mozambique. Above-average rains are forecast in eastern Zambia and Malawi during the next week, which should help to improve drought conditions.

    4) While much of South Africa has received adequate rains since the beginning of the Southern African monsoon, the northernmost and eastern parts of the country have accumulated below-average rains, affecting agricultural conditions in the region. Moderate to heavy rains are forecast over the Limpopo province of South Africa during the next week, which should help reduce moisture deficits.

    5) Below-average rains since the start of the rainy season have resulted in large moisture deficits and unfavorable ground conditions in western Madagascar. Moderate rainfall is expected across the central/northern parts of the island during the next week, which could provide some relief to poor ground conditions.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Burkina Faso, Mali

    UNHCR facilitates their transportation back to their country

    OUAGADOUGOU, BURKINA FASO, 23 December 2014 (UNHCR) – In Burkina Faso’s refugee camps, Malian families who voluntarily decide to return to northern Mali now receive assistance for their departure from UNHCR. Since the beginning of the conflict in northern Mali in January 2012, hundreds of thousands of Malians fled their homelands and took refuge in neighboring countries. Burkina Faso currently hosts 33,140 of these refugees. The majority of them reside in two camps in the northern Sahel region as well as in a camp close to the capital Ouagadougou. Those who lost everything while fleeing their homeland benefit from support and protection from the Government of Burkina Faso, as well as from UNHCR and its partners.

    For UNHCR, the volatile situation still prevailing in the northern part of Mali is not yet conducive to promote returns. “Given the current situation, we believe the security conditions do not yet allow for organized return operations,” explains Gogo Hukportie, UNHCR Representative in Burkina Faso.

    The same view is shared by many refugees, who closely monitor the situation through the radio and maintain regular contact with family members in Mali. “Unfortunately, the insecurity that drove us away is still there,” says Idwoual, the head of a household of four children whom he brought to Mentao camp in the beginning of 2012. The camp, which is located 200 kilometres north of Ouagadougou, currently hosts 11,946 refugees.

    Some Malian refugees nevertheless choose to leave Burkina Faso. “The reasons that can lead refugees to go back to Mali are numerous”, explains Olivier Beer, UNHCR Deputy Representative in Mali. “They may decide to return home to cultivate their fields in their village of origin, take care of their cattle or send their children to school”.

    For those people who decide to return home, UNHCR and the Government of Burkina Faso have been facilitating their departure, informing them of the necessary precautions and providing them with financial assistance. “In response to the requests of certain refugees, UNHCR agreed to grant a modest amount to assist refugees in returning home with decent transport,” Gogo Hukportie clarifies.

    “Many refugees are already leaving spontaneously,” adds Marie Louise Kabre, head of Dori’s UNHCR field office, which manages the Goudoubou and Mentao camps. “As the UN agency for the protection of refugees, we must facilitate their voluntary departure.” Overall, 865 Malians have benefitted from a return assistance of 35,000 CFA (USD 70) each since mid-November. This support is vital to those who would have sacrificed their savings and gone into debt in order to return to their homes. “Instead of selling my livestock to pay for the family’s transportation tickets, I would prefer to benefit from this UNHCR assistance,” said a grateful Souleymane who was leaving Sag-Nioniogo camp for Bamako with his family in mid-November.

    Often, it is only after being reassured by former refugees from the same camp of the relative stability in some of their home villages in Mali that communities make the decision to return home and benefit from the assistance offered by UNHCR and its partners. Ahmed is one of these potential returnees who want to return northern Mali. “In my home village, the situation has settled down and my cattle are waiting for me,” he claims, eager to regain his herd and his homeland.

    UNHCR has also been facilitating the return of Malian refugees from Niger. From November 2013 to May 2014, 5,610 persons received the return financial assistance at their point of departure. Return facilitation from Niger was suspended following violent incidents in Mali’s northern region of Kidal in early May, before resuming again last month. As of mid-December, 498 persons had returned to Mali and benefited from the return assistance.

    In total, the Malian Government estimates that over 35,200 refugees have spontaneously returned home from Burkina Faso, Niger and Mauritania since June 2013, 14,356 of whom have been verified by UNHCR Offices in the region (including 6,615 facilitated by UNHCR). Most of them have returned to areas near Gao, Mopti and Timbuktu, in the northern part of the country.

    In addition, UNHCR supports returnees through community-based projects, such as rehabilitating schools, providing medicine to hospitals with medicine, digging wells, distributing shelter kits, organizing self-reliance activities, and assisting vulnerable people with relief items. In order to foster peaceful coexistence in return areas, these projects benefit both host and returnee communities.

    There are still over 143,000 Malian refugees in Algeria (1,330), Burkina Faso (32,082), Mauritania (55,414), and Niger (54,250).


    0 0

    Source: Swiss Agency for Development and Cooperation
    Country: Mali

    Le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Mahamane Baby, a présidé vendredi les travaux de la 2ème session ordinaire du comité de pilotage stratégique du Programme d’appui à la formation professionnelle (PAFP).

    La cérémonie s’est déroulée dans les locaux du département en présence de la directrice résidente de la coopération suisse au Mali, Mme Béatrice Meyer, de la représentante de l’ambassadeur du Danemark dans notre pays, Mme Birte Torp Pedersen ainsi que de nombreux acteurs intervenant dans l’exécution du programme. La rencontre a discuté des résultats d’une visite de terrain effectuée le 6 novembre, du bilan provisoire de l’année 2014 et de l’avenir du programme qui, pour rappel, sera étendu aux régions de Ségou et Tombouctou et au district de Bamako dès janvier 2015.

    Conformément aux exigences de la décentralisation, le pilotage de l’exécution du PAFP est confié aux collectivités territoriales. Lancée officiellement en mars 2014, la 4ème phase du programme a démarré dans les régions de Mopti et Sikasso avec une antenne à Sévaré et trois autres à Bougouni, Sikasso et Kayes.

    Pour la directrice de la coopération suisse, les résultats de cette première année correspondent à de bonnes perspectives en termes d’amélioration des conditions de vie des communautés et d’insertion professionnelle des jeunes et des personnes en recherche d’emploi.

    Le PAFP a formé cette année plus de 10 260 personnes sur 40 000 à l’horizon 2017, dont 57% de femmes, pour un coût de 1,16 milliard Fcfa et un apport de plus de 10% des bénéficiaires. Ces projets de formation concernent à 64% le secteur agro-pastoral, et à 17% autant la conservation-transformation des produits agricoles que l’artisanat. Ces pourcentages situent les secteurs qui se présentent de grands besoins de formation. Mme Béatrice Meyer a estimé que le PAFP devait faire porter ses efforts sur la « croissance verte » et mettre « un accent accru sur l’insertion professionnelle en milieu rural ». Ainsi en 2015, le programme étendra ses activités à la région de Ségou et au district de Bamako.

    La directrice de la coopération suisse a rappelé que le PAFP est une initiative conjointe du Mali, du Danemark et de la Suisse destinée à relever le défi de la formation professionnelle, en occurrence celle des jeunes. Mme Béatrice Meyer a annoncé l’imminence de nouveaux financements et de nouveaux programmes en appui à la formation professionnelle au Mali et au bénéfice de tous les acteurs du secteur.

    Le comité de pilotage, a expliqué le ministre Mahamane Baby, est un cadre d’échanges entre les différents partenaires institutionnels du programme qui définit les grandes orientations stratégiques et assure le suivi des activités qui en découlent. Le ministre a situé le programme dans le droit fil de l’engagement présidentiel de créer 200.000 emplois.

    Le PAFP, relève-t-il, bénéficiant d’un financement de 11 milliards de francs Fcfa sur quatre ans (2014-2017), s’appuie sur les collectivités territoriales, notamment les conseils régionaux, pour installer des dispositifs décentralisés et pérennes de formation professionnelle pour l’emploi et le développement économique local. Les projets inscrits au programme touchent les domaines de l’aviculture, la production de savon artisanal à base de miel et de beurre de karité amélioré, l’aviculture et l’énergie solaire.

    Source : Essor du 10.12.2014


    0 0

    Source: Swiss Agency for Development and Cooperation
    Country: Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Mali, Senegal

    La Direction du développement et de la coopération vient de contribuer à la rénovation du marché transfrontalier de Loulouni. Objectif : contribuer au développement économique local dans la zone transfrontalière Mali, Côte d’Ivoire et Burkina Faso.

    La Suisse vient d’investir plus de 300 millions de FCFA (env.620'000 CHF) pour réhabiliter l’un des plus importants marchés hebdomadaires de la sous-région. D’intérêt public, le marché de Loulouni est situé au sud du Mali (région de Sikasso). Il constitue un haut lieu d’échanges pour les producteurs, les éleveurs et les commerçants du Mali, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire ainsi que du Sénégal et du Ghana. Aujourd’hui, cet ouvrage rénové offre aux commerçants et exploitants un espace de vente aéré et spacieux. Pour commémorer l’événement, les autorités régionales de Sikasso ont organisé, ce jour, une cérémonie d’inauguration présidée par le Ministre de la Décentralisation et de la Ville. Étaient également présents les Présidents des Conseils Régionaux de Sikasso et du Burkina Faso, le gouverneur de la région, les élus locaux ainsi qu’une forte délégation de la Direction du développement et de la coopération DDC.

    Bâti sur une superficie de 4 hectares, ce joyau abrite 46 hangars, 8 magasins et 36 boutiques. Le marché dispose, en outre, d’une boucherie et de 2 hangars compartimentés pour les femmes restauratrices. 400 mètres de caniveaux sont aménagés pour drainer les eaux de pluies. Deux bornes fontaines, un parking et une grande aire de vente de produits agricoles complètent l’ouvrage. A travers cet appui, la DDC entend contribuer à la vision du Conseil régional de Sikasso qui est de faire de Sikasso, une région attractive avec une économie compétitive à l’échelle nationale et sous régionale. En effet, de par sa position géographique, elle pourra impulser les activités économiques d’au moins cinq pays frontaliers.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Afghanistan, Burkina Faso, Cameroon, Central African Republic, Chad, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Gambia, Iraq, Mali, Mauritania, Myanmar, Niger, Nigeria, occupied Palestinian territory, Senegal, Somalia, South Sudan, Sudan, Syrian Arab Republic, Ukraine, World, Yemen

    Résumé analytique

    L’écart entre les besoins humanitaires et les ressources disponibles pour y répondre continue de croître. Ce document énonce les appels inter-agences qui demandent 16,4 milliards de dollars en 2015 pour aider 57,5 millions de personnes à travers 22 pays.

    En 2014, trois crises majeures ayant un impact régional important – la République centrafricaine, le Soudan du Sud et la Syrie – dominent dans les efforts d’intervention humanitaire. Celles-ci, en plus de l’Irak, sont les crises de plus haut niveau déclarées par la communauté humanitaire (L3). Elles continueront à générer des besoins significatifs en assistance humanitaire en 2015.
    En raison du conflit en Syrie, des infrastructures importantes ont été endommagées ou détruites. 191 000 personnes ont été tuées et plus de 12,2 millions ont besoin d’une assistance urgente, dont plus de cinq millions d’enfants.

    Quelque 7,6 millions de personnes sont déplacées internes et 3,2 millions d’autres sont réfugiées dans les pays voisins. Tandis que la recherche d’une solution politique à la crise continue, les organisations humanitaires feront le maximum pour fournir une assistance vitale au plus grand nombre de personnes possible.

    En 2014, le conflit et l’insécurité en Irak ont poussé plus de 2,1 millions de personnes à se déplacer à travers le pays. Quelques 5,2 millions de personnes ont besoin d’une assistance, 2,2 millions d’entre elles sont dans des zones sous contrôle de l’Etat Islamique d’Irak et du Levant (EIIL), où les agences humanitaires ont un accès limité ou inexistant. La violence survenue au Soudan du Sud a poussé 1,9 million de personnes à fuir leurs habitations en 2014. Près de 500 000 d’entre elles se sont réfugiées dans les pays voisins et 1,4 million sont déplacées dans leur propre pays. 1,5 million de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire sévère. En RCA, la flambée de violence a provoqué des déplacements de personnes à grande échelle et une intensification des besoins humanitaires. Le conflit a incité un quart de la population (plus d’un million) soit à se déplacer à l’intérieur de la RCA, soit à fuir dans les autres pays frontaliers.

    En plus des urgences de niveau L3, des crises à long-terme causées par les conflits, la violence et les catastrophes naturelles, notamment les sécheresses et les inondations, font que des millions de personnes à travers le monde auront besoin d’une assistance humanitaire en 2015, y compris en République Démocratique du Congo (RDC), au Soudan, en Afghanistan, en Ukraine, au Myanmar et ailleurs.

    1 Veuillez noter que les appels humanitaires pour le Sahel et celui pour Djibouti seront lancés en février 2015 puisque c’est à cette période que les plans de réponse stratégiques (PRS) de ces pays seront finalisés. Les requêtes pour la crise Ebola ne sont pas incluses dans ce document.
    Néanmoins, le soutien aux pays faisant face aux conséquences de santé publique, aux incidences économiques et sociales, aux effets induits dans le domaine du développement et au plan humanitaire, continuera à exiger l’attention des donateurs en 2015.

    Haïti et les Philippines sont les deux seuls pays inclus dans les appels 2014 à ne pas figurer dans l’appel global de 2015. En Haïti, le gouvernement, avec les Nations Unies et leurs partenaires, prépare un appel de transition (2015 – 2016) pour guider tant l’action humanitaire que le renforcement de la résilience. Aux Philippines, le gouvernement a annoncé, le 4 juillet 2014, la fin de la phase humanitaire de la réponse au typhon Haiyan.

    Alors que les besoins augmentent, les organisations humanitaires continuent d’explorer d’autres voies pour devenir plus effectives et efficaces. Une évaluation et une analyse améliorées des besoins, une planification stratégique et une priorisation ont permis aux organisations humanitaires de concentrer leurs ressources sur les plus vulnérables. Les équipes humanitaires de pays adoptent une approche plus holistique et intégrée pour répondre aux besoins ; par exemple, en examinant les ressources humanitaires et de développement et en les mettant en corrélation. Cette approche a été utilisée dans le Territoire palestinien occupé et en Somalie. Dans les pays où les conflits ou le manque d’infrastructures augmentent le coût des interventions, les organisations humanitaires pré-positionnent des articles ou accroissent les programmes liés aux transferts monétaires. Dans les pays où les crises se prolongent avec une combinaison de défis humanitaires et de développement, les équipes de pays font la distinction entre les besoins humanitaires aigus urgents et les besoins chroniques qui nécessitent des solutions à plus longterme.

    Ils reconnaissent de ce fait, que renforcer le lien entre la préparation et la réponse aux urgences et le développement est essentiel pour renforcer la résilience des personnes affectées par la crise et pour appuyer les gouvernements dans la préparation face aux multiples chocs. En Somalie et en Irak, par exemple, les équipes humanitaires de pays ont développé des plans pluriannuels.
    Mettre les personnes et leurs besoins au cœur de la réponse humanitaire suppose une communication continuelle avec les communautés affectées par une crise. Cette ambition est soutenue par les récents développements technologiques, comme la boîte à outils KoBo.

    Des efforts important sont faits pour s’assurer que les besoins spécifiques des femmes, des enfants et des autres groupes vulnérables sont intégrés dans la réponse humanitaire. Par exemple, au Soudan du Sud, les coordonnateurs de camp et le personnel des ONG locales tiennent des discussions régulières avec les personnes déplacées dans les camps, afin d’identifier les cas de harcèlement et de violence sexuelle. En conséquence, des réponses adaptées pour remédier à ces problèmes de protection ont été incorporées dans les programmes.


older | 1 | .... | 308 | 309 | (Page 310) | 311 | 312 | .... | 728 | newer