Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 240 | 241 | (Page 242) | 243 | 244 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: International Committee of the Red Cross
    Country: Mali

    28-05-2014 Point sur les activités

    Les habitants de Kidal et les personnes qui ont dû quitter la ville pour fuir les affrontements entre les forces armées maliennes et les groupes armés font actuellement face à de multiples problèmes. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge malienne leur viennent en aide.

    L’approvisionnement en eau de la ville de Kidal a subitement été interrompu à la suite des dommages causés aux générateurs qui faisaient fonctionner les forages. Par ailleurs, plusieurs centaines de familles ayant trouvé refuge dans la ville de Gao, à environ 350 km au sud de Kidal, se trouvent dans le plus grand dénuement.

    « L’accès à l’eau pour les habitants de Kidal est une de nos priorités. En ce qui concerne les personnes déplacées, leur situation est aggravée par les circonstances de leur départ. La plupart ont dû fuir dans la précipitation, laissant tout derrière elles. Il leur est dès lors difficile de pourvoir à leurs besoins essentiels », explique Christoph Luedi, chef de la délégation du CICR pour le Mali.

    Redonner de l’eau à Kidal

    « Afin de permettre aux habitants de Kidal d’avoir à nouveau accès à de l'eau potable, les cinq générateurs qui étaient en panne ont été remis en état de fonctionnement par nos équipes », indique Abdoule-Karim Diomande, délégué du CICR responsable du programme eau et habitat au Mali. Ceci permet de relancer les forages, qui fournissent environ 300 000 litres d’eau par jour. »

    Assistance d’urgence aux déplacés

    Afin de répondre aux besoins les plus urgents des personnes qui ont fui Kidal pour Gao, la Croix-Rouge malienne et le CICR ont distribué plus de 55 tonnes de vivres à quelque 4 450 personnes. Parmi elles, 1 800 reçoivent également une assistance en biens de première nécessité (bâches, moustiquaires imprégnées, nattes, couvertures, ustensiles de cuisine, seaux, vêtements et articles d’hygiène).

    « Cette assistance permet de répondre aux besoins les plus pressants des déplacés », explique Jules Amoti, coordonnateur des programmes de sécurité économique du CICR au Mali. « Nous préparons également une distribution similaire pour plus de 5 000 habitants de Kidal. »

    Prise en charge des blessés à l’hôpital de Gao

    À ce jour, 69 blessés ont été pris en charge par l’équipe médicale du CICR à l’hôpital régional de Gao. Parmi eux, 11 sont encore hospitalisés et bénéficient de soins chirurgicaux.

    « Il s’agit pour la majorité de blessés par balle dont l’état nécessitait une intervention chirurgicale », explique Kathrine Zimmermann, coordonnatrice santé du CICR au Mali. Pour renforcer notre dispositif à Gao, quatre tonnes de matériel médical arriveront dans les tout prochains jours. Un chirurgien et un infirmier viendront également renforcer l'équipe. »

    Visite aux personnes détenues à la suite des combats

    Les 22 et 23 mai, des délégués du CICR ont visité des personnes arrêtées à la suite des récents affrontements, et détenues à Kidal par le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Des secours d’urgence leur ont été distribués, et celles qui n’avaient pas encore contacté leurs proches ont pu leur téléphoner.

    Ces visites, que le CICR espère pouvoir renouveler dans les prochains jours, sont le moyen pour l’institution de s’assurer que toutes ces personnes sont détenues et traitées avec humanité.

    Informations complémentaires :

    Valery Mbaoh Nana, CICR Bamako, tél. : +223 76 99 63 75

    Wolde-Gabriel Saugeron, CICR Genève, tél. : +41 22 730 31 49 ou +41 79 244 64 05


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Argentina, Bolivia (Plurinational State of), Brazil, Chile, Colombia, Costa Rica, Dominican Republic, Ecuador, El Salvador, Guatemala, Honduras, Mexico, Nicaragua, Panama, Paraguay, Peru, Uruguay
    preview


    Precios de los alimentos en América Latina y el Caribe crecieron 0,9% entre marzo y abril

    Pese a lo anterior, los precios de los alimentos redujeron su ritmo de crecimiento en comparación con lo ocurrido entre febrero y marzo

    Santiago de Chile, 28 de mayo 2014 – El Informe Mensual de Precios de los Alimentos de la FAO señala que los precios de los alimentos en América Latina y el Caribe aumentaron 0,9% entre marzo y abril, aunque su crecimiento fue 0,6 puntos porcentuales menor al ocurrido entre febrero y marzo.

    Según la FAO, los precios generales de la región, por su parte, también redujeron el ritmo con el cual venían creciendo durante los primeros meses de 2014, registrando un alza de 0,7% entre marzo y abril, en comparación con el 1% entre febrero y marzo.

    A nivel global, en abril el índice internacional de precios de los alimentos de la FAO alcanzó 209.3 puntos, lo que representa una caída de 1,6% en comparación con marzo de 2014. Esta baja se explica fundamentalmente por la caída de los precios de los lácteos (-6,3%), el azúcar (-1,6%) y los aceites vegetales (-2,8%). Por el contrario, los precios de los cereales (0,5%) y de las carnes (0,4%) aumentaron levemente.

    América Central, México y el Caribe

    Entre marzo y abril, los precios de los alimentos cayeron en México y El Salvador, con una tasa de inflación alimentaria mensual de -0,2% en ambos países.

    Por el contrario, Costa Rica, Nicaragua y Panamá presentaron alzas en sus precios de los alimentos. En Nicaragua, los precios crecieron un 0,8%, en Costa Rica un 1,3%, y en Panamá un 0,9%.

    América del Sur

    Los precios de los alimentos en Bolivia cayeron por segundo mes consecutivo, con una variación de -0,1% entre marzo y abril. En Uruguay los precios de los alimentos no variaron entre marzo y abril.

    En Argentina, Brasil, Ecuador y Paraguay la inflación alimentaria tuvo una desaceleración, con lo que los precios de los alimentos en dichos países crecieron a una menor tasa entre marzo y abril que entre febrero y marzo, alcanzando 1,1%, 1,2%, 0,6% y 0,7% de inflación alimentaria.

    Los precios de los alimentos en Chile, Colombia y Perú, en cambio, crecieron a mayor tasa que entre febrero y marzo, con inflaciones alimentarias de 0.9%, 0.7% y 0.8% entre marzo y abril.

    Contacto de prensa

    Benjamín Labatut Oficina Regional de la FAO para América Latina y el Caribe Tel: (56 2) 2923 2174benjamin.labatut@fao.org


    0 0

    Source: Redhum
    Country: El Salvador, Guatemala, Honduras

    América Central, 28 de Mayo 2014

    Fuente: Sistema de la Integracion Centroamericana

    El 27 de mayo se celebró la primera Reunión Trinacional de Instancias Coordinadoras en Seguridad Alimentaria y Nutricional (SAN) con el objetivo de conocer las iniciativas nacionales y territoriales en apoyo a la promoción de la SAN en El Salvador, Guatemala y Honduras.

    Al finalizar el encuentro, celebrado en la sede de la Mancomunidad Trinacional Fronteriza Rio Lempa, se acordó plantear una visión conjunta de trabajo y continuar con el diálogo entre los entes gubernamentales, locales y organismos regionales vinculados al tema. Asimismo, se enfatizó que es fundamental desarrollar acciones conjuntas que puedan ser modelo para promoverlas en otros territorios con enfoque territorial - transfronterizo.

    El encuentro, facilitado por el PRESANCA II, fue presidido la Licda. Ana Daisy de Márquez, Directora Ejecutiva del Consejo Nacional de Seguridad Alimentaria y Nutricional de El Salvador; Lic. Mariano Jiménez Talavera, Director de la Unidad Técnica de Seguridad Alimentaria y Nutricional de Honduras; Lic. Luis Enrique Monterroso, Secretario de Seguridad Alimentaria y Nutricional de Guatemala; Licda. Patricia Palma de Fulladolsa, Directora del PRESANCA II, y el Presidente de la Mancomunidad Trinacional Fronteriza Rio Lempa y alcalde del municipio de Sensenti, Ocotepeque, Honduras, señor Ángel Lara.

    La reunión trinacional contó además con la participación del alcalde de Olopa Jorge Lemus, representantes de la Unión Europea de la delegación de Honduras, el gerente de la Mancomunidad Trinacional Fronteriza Rio Lempa, Héctor Aguirre y funcionarios de PRESANCA II.

    El PRESANCA II es un programa de la SG-SICA que cuenta con el apoyo financiero de la Unión Europea, la Agencia Española de Cooperación Internacional para el Desarrollo (AECID), el Programa de las Naciones Unidas para el Desarrollo (PNUD) y el Gobierno de Finlandia. El PRESANCA II busca contribuir a la reducción de la inseguridad alimentaria y nutricional en las poblaciones más vulnerables de Centroamérica, fortaleciendo el Sistema de la Integración Centroamericana (SICA) en el marco de un proceso de concertación de políticas sociales, ambientales y económicas.

    Sinuapa, Ocotepeque, Honduras, 27 de mayo de 2014


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Afghanistan, Central African Republic, Chad, Djibouti, El Salvador, Ethiopia, Guatemala, Haiti, Honduras, Kenya, Madagascar, Malawi, Nigeria, Somalia, Sudan, Uganda, United Republic of Tanzania, World, Yemen, Zimbabwe, South Sudan
    preview


    PROJECTED FOOD ASSISTANCE NEEDS FOR NOVEMBER 2014

    This brief summarizes FEWS NET’s most forward-looking analysis of projected emergency food assistance needs in FEWS NET coverage countries. The projected size of each country’s acutely food insecure population is compared to last year and the recent five-year average. Countries where external emergency food assistance needs are anticipated are identified. Projected lean season months highlighted in red indicate either an early start or an extension to the typical lean season. Additional information is provided for countries with large food insecure populations, an expectation of high severity, or where other key issues warrant additional discussion.


    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Mali
    preview


    Du 18 au 24 Mai, 1116 individus ont effectué un déplacement à partir du nord du pays. Parmi ces personnes 458 se sont rendues dans le sud dont 344 du fait des récents évènements à Kidal. De plus 658 personnes sont déplacées à l’interieur des régions du nord dont 375 suite aux récents évènements à Kidal.

    En parallèle, 617 personnes ont quitté le sud du pays pour se rendre au nord. La plupart de ces personnes se sont rendues à Tombouctou (326 individus) et à Gao (239 individus). Par ailleurs 22 personnes sont arrivées à Tombouctou en provenance de la Mauritanie.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Cameroon, Central African Republic, Nigeria
    preview


    FOOD SECURITY SNAPSHOT

    • Favourable weather conditions at the start of the 2014 cropping season
    • Improved 2013 cereal production
    • Inflation forecast to remain low in 2014
    • A large number of refugees from Central African Republic and Nigeria arrived in northern and eastern regions straining the already limited available resources

    Good prospects for current crops
    The main season maize crops will be harvested from June in the bimodal centre and south. Satellite-based information and analysis indicate that crop growing conditions from March to the second dekad of May 2014 have been generally favourable in most regions following well-distributed rainfall. In some areas, early season dryness in March was followed by adequate rains in April and May, which improved moisture conditions.
    In the unimodal north, where sorghum and millet are predominantly grown, crops are being sown under favourable weather conditions, for harvest from October.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali
    preview



    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Niger
    preview


    2014

    REQUIREMENT 391 millions
    FUNDING (1) 77 millions
    UNMET REQUIREMENT 314 millions


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    29 mai 2014 – Les Casques bleus des Nations Unies au Mali ont une consigne claire : ils doivent s'efforcer de minimiser leur impact sur l'environnement. Et c'est la tâche de Sophie Ravier, chef de l'unité environnement et culture de la Mission onusienne dans ce pays (MINUSMA) de les sensibiliser à cette question.

    « On essaie de modifier les façons de faire et de penser en la matière », explique Mme Ravier dans un entretien au Centre d'actualités de l'ONU à l'occasion de la Journée internationale des Casques bleus.

    L'environnement, cela fait plusieurs années que Sophie travaille dans ce domaine. Elle a rejoint en 2006 le système des Nations Unies à Bruxelles, où elle a travaillé pour le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) puis elle a été embauchée par le Département de l'appui aux missions en 2008 à New York comme chargée de mission sur l'environnement en charge de coordonner la stratégie environnementale et d'aider les missions à la mettre en place. Le Mali est son premier déploiement sur le terrain au sein d'une mission de maintien de la paix.

    La MINUSMA est la première mission de maintien de la paix des Nations Unies à avoir dans son mandat une référence au besoin de prendre en compte les impacts environnementaux de sa présence et de les maîtriser. Cela s'inscrit dans la politique de l'Organisation dite « Greening the blue » (ONU – Du bleu au vert).

    Dans sa résolution 2100, adoptée le 25 avril 2013, le Conseil de sécurité prie en effet le Secrétaire général d'étudier les effets sur l'environnement des activités menées par la MINUSMA et invite cette dernière à maîtriser ces effets et à conduire précautionneusement ses opérations dans le voisinage de sites culturels et historiques.

    Sophie Ravier est arrivée en mai 2013 au Mali, pas très longtemps après l'adoption de la résolution. « C'est la première fois qu'une personne chargée de l'environnement est déployée aussi tôt dans une mission », explique-t-elle. Cela a permis d'intégrer cet élément dans la planification et le budget de la Mission.

    La MINUSMA a très rapidement mis en place deux modules de formation destinés aux Casques bleus déployés en son sein et permettant de sensibiliser les soldats de la paix à la gestion environnementale et à la protection du patrimoine.

    Sophie encourage ainsi les Casques bleus à faire à l'attention à l'usage de l'eau et à faire en sorte que cette consommation ne pèse pas sur la population locale. « On explique que nous sommes là pour aider la population et qu'il est important que notre présence ne rajoute pas une pression supplémentaire surtout dans des endroits où l'accès à l'eau pourrait être source de conflit dans un contexte de désertification et de changement climatique », souligne-t-elle.

    « Si on est amené à prendre trop d'eau et que la population ressent une différence, cela peut créer un problème politique, voire sécuritaire », ajoute-t-elle. « Avec le module de formation, on veut faire en sorte que toutes les troupes et nos collègues aient le même niveau de connaissances et soient au courant de ce que les Nations Unies attendent d'eux par rapport à l'environnement. »

    Concrètement, cela veut dire encourager les Casques bleus à utiliser des toilettes sèches dans certains endroits et encourager le recyclage de l'eau.

    La gestion des déchets est un des projets importants en matière de gestion de l'impact environnemental. « Il s'agit de voir comment on peut créer une gestion des déchets qui permettrait que notre empreinte soit limitée », souligne Sophie. L'objectif est aussi de montrer l'exemple et que le système de gestion des déchets adopté par les camps de la MINUSMA puisse ensuite servir de modèle auprès des autorités locales. L'idée est de créer des sites de gestion des déchets avec des standards internationaux.

    Cette question des déchets lui tient à cœur. « J'aimerais qu'on arriver à trier les déchets, à les recycler et à avoir une bonne élimination des déchets pour que visuellement, on ne voit pas que la MINUSMA était présente. Ce serait une grande victoire », dit-elle.

    Outre la sensibilisation, le travail de Sophie Ravier consiste également à effectuer des visites informelles dans les camps de la MINUSMA et jouer un rôle de conseil sur ces questions environnementales.

    La résolution du Conseil de sécurité a également donné pour mandat à la MINUSMA l'appui à la sauvegarde du patrimoine culturel malien, notamment en aidant les autorités à protéger les sites culturels et historiques du pays contre toutes attaques, en collaboration avec l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

    Sur le terrain, le rôle de la MINUSMA est de soutenir et de faciliter les missions de l'UNESCO. Un projet à impact rapide a ainsi été lancé. Il s'agit de rénover quatre bibliothèques privées à Tombouctou qui ont été endommagées en septembre 2013 lors d'un attentat.

    La MINUSMA essaie également de soutenir les activités culturelles. « La culture est tellement importante au Mali et est commune à toutes les communautés. C'est quelque chose qui peut servir à la réconciliation et à la cohésion sociale », explique Sophie Ravier. La Mission a ainsi soutenu l'organisation d'un festival de musique à Gao lundi 26mai par une association de jeunes artistes. C'est un domaine qui passionne Sophie Ravier. Depuis quelques années, elle a décidé de suivre en parallèle de son travail, des études d'ethnomusicologie et elle est passionnée de musique malienne.

    Sophie Ravier va rester au Mali au moins jusqu'à octobre cette année et espère ensuite être prolongée. Elle aimerait tant voir l'aboutissement de tous ses efforts sur le terrain. « Cela demande du temps à mettre en place », explique-t-elle. « Mais c'est un beau défi. »


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Central African Republic, Democratic Republic of the Congo, Mali, World, South Sudan

    05/29/2014 23:43 GMT

    NATIONS UNIES, 29 mai 2014 (AFP) - L'ONU devrait utiliser davantage de technologie moderne, comme des drones, pour améliorer l'efficacité de ses missions de maintien de la paix et épargner ses Casques bleus.

    S'adressant à la presse à l'occasion de la journée internationale des Casques bleus, leur patron Hervé Ladsous a souligné que 106 d'entre eux étaient morts dans l'exercice de leur mission en 2013 et 36 autres depuis le début de l'année, alors que leur nombre a atteint un record (plus de 116.000, sans compter la nouvelle mission prévue en République centrafricaine).

    "Il est clair que nous ne pouvons pas continuer à travailler au XXIe siècle avec des outils datant du XXe siècle", a-t-il estimé.

    En plus de la République démocratique du Congo où ils sont déjà opérationnels, il a préconisé de déployer des drones de surveillance au Mali, en RCA et au Soudan du Sud.

    Ces engins peuvent remplacer des observateurs militaires pour surveiller un cessez-le-feu ou avertir un convoi humanitaire d'une attaque imminente, a-t-il expliqué.

    "Dans certains cas, la technologie rend moins nécessaire de déployer autant d'hommes sur le terrain et améliore les résultats", a souligné M. Ladsous.

    D'autant plus que les pays contributeurs de troupes sont parfois réticents à envoyer leurs soldats dans des situations dangereuses, a-t-il ajouté. Il a fait part à ce propos de sa "frustration" de constater que les renforts prévus pour la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss), soit 5.500 hommes, étaient "trop lents"à se déployer.

    Il a exprimé l'espoir que le retrait d'Afghanistan des contingents occidentaux incitera des pays membres de l'Union européenne ou de l'Otan à participer désormais à des opérations de l'ONU avec des soldats bien entrainés et équipés. C'est le cas déjà, a-t-il dit, de l'Irlande sur le Golan, et des Pays-Bas et de la Suède au Mali.

    jm/avz/rap

    © 1994-2014 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Terre des hommes Foundation Child Relief
    Country: Burkina Faso, Mali

    The Mogho Naaba, king of the Mossi people (an ethnic group in West Africa found mainly in Burkina Faso) opened up his palace to the pupils of a primary school in Saag nioniogo. In this region of Malian refugee camps, Terre des hommes (Tdh) set up this meeting as a step towards integration.

    The Tdh project “Assistance to refugees and asylum seekers” is taking place in three provinces of Burkina Faso – Ouagadougou (Saag nioniogo camp), Bobo-Dioulasso and Dori (Goudebou camp). Allowing Malian child refugees, who have not attended school since they left their country, to find their way back to school has been one of the priorities of Tdh. On 26th March, Tdh organised a special day with the pupils of the Saag nioniogo primary school, the village of the same name which has been receiving refugees since the start of the crisis in Mali. 178 children, of which 98 were from Mali, met with the Mogho Naaba and had an audience with him.

    This event allowed the children, from both Mali and Burkina Faso, to become immersed in Mossi culture. Familiar with the history of the royal court, the children questioned the Mogho Naaba on the extent of his duties, the number of ministers that guide him and even on their respective roles. The Mogho Naaba was pleased to answer these questions and even gave the children some advice.

    Young people, the future of Mali

    A warm welcome was extended to the Malian children. The king hoped that peace would return quickly. “You are the future of Mali,” he told them, that is why he wanted them to return to their homeland quickly.

    The children performed a traditional dance before the Mogho Naaba and they then shared a meal together. Through his spokesman, the Mogho Naaba gave the children a message of peace: “Do not forget your friends here as it is hand in hand that you will build Africa.”

    The sense of belonging to their adopted home and the cohesion between the children, both those from Mali and those from Burkina Faso, was strengthened by this event. The king expressed his gratitude to both the government of Burkina Faso and to Tdh for the work undertaken to improve the living conditions of the Malian refugees in Burkina Faso.

    Terre des hommes is having a positive effect on the daily lives of more than 2 million children and their families each year. Learn more about our projects in Burkina Faso.


    0 0

    Source: Terre des hommes Foundation Child Relief
    Country: Burkina Faso, Mali

    Le Mogho Naaba, souverain des mossi – peuple de l’Afrique de l’Ouest établi principalement au Burkina Faso - a ouvert les portes de son palais aux élèves d’une école primaire de Saag nioniogo. Dans cette région comprenant des camps de réfugiés maliens, Terre des hommes (Tdh) a initié cette rencontre placée sous le signe de l’intégration.

    Le projet Tdh «Assistance aux réfugiés et demandeurs d’asile» se déploie dans trois provinces du Burkina Faso – Ouagadougou (camp de Saag nioniogo), Bobo-Dioulasso et Dori (camp de Goudebou). Permettre aux enfants réfugiés maliens, déscolarisés depuis qu’ils ont quitté leur pays, de retrouver le chemin de l’école a été une des priorités de Tdh. Avec les élèves de l’école primaire du village de Saag nioniogo, qui accueille les réfugiés depuis le déclenchement de la crise au Mali , Tdh a organisé une journée spéciale, le 26 mars dernier. 178 élèves dont 98 enfants maliens ont rencontré le Mogho Naaba et se sont entretenus avec lui.

    Cet événement a permis aux enfants – maliens et burkinabè - de s’imprégner de la culture mossi. Familiarisés à l’histoire de la Cour royale, les élèves ont questionné le Mogho Naaba sur l’étendue de ses fonctions, le nombre de ministres qui l’accompagnent ou encore sur les rôles respectifs de chacun d’entre eux. Le Mogho Naaba s’est prêté avec plaisir à cet exercice et a donné quelques conseils aux écoliers.

    La jeunesse, avenir du Mali

    Un accueil chaleureux a été réservé aux enfants maliens. Le souverain a espéré que la paix revienne rapidement. «Vous êtes l’avenir du Mali» leur a-t-il dit, c’est pourquoi il leur a souhaité de rejoindre rapidement leur terre natale.

    Les enfants ont effectué des pas de danse traditionnelle devant le Mogho Naaba et ensemble, ils ont ensuite partagé un repas. Au travers de son porte-parole, le Mogho Naaba a délivré aux enfants un message de paix : «N’oubliez pas vos amis restés ici, car une fois adultes, c’est main dans la main que vous bâtirez l’Afrique».

    Le sentiment d’appartenance à leur terre d’accueil mais également la cohésion des enfants, maliens comme burkinabè, ont été renforcés par cet événement. Le souverain a exprimé sa reconnaissance au gouvernement burkinabè et à Tdh pour les actions entreprises à l’égard de l’amélioration des conditions de vie des réfugiés maliens au Burkina Faso.

    Terre des hommes provoque un changement positif dans la vie quotidienne de plus de deux millions d'enfants et de proches chaque année. Apprenez-en plus sur nos projets au Burkina Faso .


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal
    preview



    0 0

    Source: International Committee of the Red Cross
    Country: Mali

    30-05-2014 Operational Update

    People in Kidal and those who had to flee the city to escape clashes between the Malian armed forces and armed groups are facing a number of serious problems. The ICRC and the Mali Red Cross are striving to help them.

    Kidal's water supply was suddenly cut off after the generators that had been running well pumps were damaged. In addition, thousands of people who found refuge in the city of Gao, about 350 kilometres south of Kidal, now find themselves in desperate straits.

    "Restoring the water supply in Kidal is one of our priorities," said Christoph Luedi, head of the ICRC delegation in Mali. "The situation of displaced people has been made worse by the circumstances in which they were forced to leave their homes. Most had to flee quickly, leaving everything behind, and now it's hard for them to meet their basic needs."

    Restoring the flow of water to Kidal

    "To make safe drinking water available again to people in Kidal, our staff restored to working order the five generators that had broken down," said Abdoule-Karim Diomande, in charge of the ICRC's water and habitat programme in Mali. "This will make it possible to resume pumping water from wells that supply around 300,000 litres every day."

    Providing emergency aid for displaced people

    To respond to the most urgent needs of the people who fled Kidal for Gao, the Mali Red Cross and the ICRC distributed more than 55 tonnes of food to around 4,450 people, some 1,800 of whom were also given tarpaulins, insecticide-treated mosquito nets, sleeping mats, blankets, kitchen utensils, buckets, clothing and hygiene items.

    "We're providing what is most urgently needed," said Jules Amoti, who coordinates the ICRC's economic security activities in Mali. "We're also preparing a similar distribution for more than 5,000 residents of Kidal."

    Treating casualties in Gao Regional Hospital

    A total of 69 casualties have so far been treated by an ICRC medical team working in Gao Regional Hospital. Eleven of the patients are still hospitalized and receiving surgical treatment.

    "Most of the patients are victims of gunshot injuries requiring surgery," said Kathrine Zimmermann, in charge of the ICRC's health-care activities in Mali. "To boost our set-up in Gao, four tonnes of medical supplies will arrive within the next few days. A surgeon and a nurse will also be coming."

    Visiting people detained in connection with the fighting

    On 22 and 23 May, ICRC delegates visited people arrested in connection with recent clashes and detained in Kidal by the High Council for the Unity of Azawad or by the National Movement for the Liberation of Azawad. Emergency relief items were distributed, and arrangements were made for detainees who had not yet been able to contact their families to call them by telephone.

    Visits of this kind, which the ICRC hopes to be able to repeat in the coming days, aim to ensure that the people are held and treated humanely.

    For further information, please contact:

    Valery Mbaoh Nana, ICRC Bamako, tel: +223 76 99 63 75

    Wolde-Gabriel Saugeron, ICRC Geneva, tel: +41 22 730 31 49 or +41 79 244 64 05


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali
    preview



    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali
    preview


    Bamako, 30 mai 2014 – Le Coordonnateur de l’action humanitaire au Mali, M. David Gressly, déplore la mort de deux travailleurs humanitaires du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) survenue le 29 mai lors de l’explosion de leur véhicule sur un engin explosif improvisé sur la route de Goundam-Tombouctou dans le nord du Mali.

    « Je tiens à exprimer mes sincères condoléances à la famille et aux amis des victimes, ainsi qu’à toute la communauté humanitaire qui travaille sans relâche pour apporter une aide essentielle à des millions d’enfants, de femmes et d’hommes dans le pays», a déclaré M. Gressly.

    L’ONG NRC, à titre de partenaire opérationel de l’UNHCR, venait notamment de compléter une distribution d’articles de premières nécessité pour les réfugiés récemment rentrés dans cette zone.

    «Il est choquant que des travailleurs humanitaires perdent la vie alors qu’ils tentent de venir en aide aux personnes les plus vulnérables. J'exhorte toutes les parties impliquées dans le conflit dans le nord du pays à assurer la protection des civils et à protéger l’accès et l’espace humanitaire pour permettre aux organisations humanitaires de fournir l’assistance requise», a ajouté M. Gressly.

    Une centaine d’organisations humanitaires nationales et internationales sont présentes au Mali et apportent une aide essentielle en eau, nourriture, soins de santé et abris à des millions de Maliens. L’action de ces organisations est guidée par les principes fondamentaux que sont la neutralité, l’indépendance, l’impartialité et l’humanité. La multiplication des incidents sécuritaires liés au recours aux engins explosifs improvisés dans le nord du pays durant les derniers mois constitue une entrave majeure à l’accès de ces organisations aux personnes dans le besoin.

    Contacts pour les médias :
    Anouk Desgroseilliers, Chargée d’affaires humanitaires, desgroseilliers@un.org, +223 7599 5761
    Diakaridia Dembélé, Chargé de l’information publique, dembele@un.org,+223 7599 5581
    Les communiqués de presse d’OCHA sont accessibles à www.unocha.org et www.reliefweb.int.


    0 0

    Source: International Federation of Red Cross And Red Crescent Societies
    Country: Chad, Sudan
    preview


    1. Who are we?

    The Country Representation of the International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC) in Chad is managed by a Country Representative with expertise in Disaster Management, supported by a Programme Coordinator, regional resource persons, members of the Regional Disaster Response Team (RDRT) and well qualified and trained local staff.

    The Secretariat General of the Red Cross of Chad is composed of 4 technical departments; namely Disaster Management, Community Health, Organizational Development and Communication/Information. These departments are supported by national focal persons for food security (FS), female genital mutilation (FGM), as well as technical services for administration, finance, logistics and support staff. All of these departments and services are coordinated by a national programme coordinator, who in turn reports to the Secretary General of the Red Cross of Chad on the implementation of planned programmes.

    2. Who are our stakeholders?

    Partners within the International Red Cross and Red Crescent Movement (the Movement):

    The International Committee of the Red Cross (ICRC), which supports the capacity building of the Red Cross of Chad in several areas, namely information and dissemination, training and youth as well as the construction of the national society’s local branch offices.

    IFRC, which supports the Red Cross of Chad with capacity building, resources mobilization and coordination. IFRC also supports the National Society (NS) within the framework of emergency response to natural disasters and epidemics, as well as the programmes to assist Sudanese refugees in Chad and the host populations. IFRC support is provided to the Red Cross of Chad thanks to collaboration with its various donors such as the British Department for International Development (DFID), Partner national Societies (PNS) such as the Swedish, Finnish, and Japanese Red Cross.

    The French Netherlands and the Turkish National Societies work with the Red Cross of Chad on a bilateral basis.

    Partners outside the Movement:
    The Government of Chad is the first partner to the Red Cross of Chad.

    United Nations agencies also work with both IFRC and Red Cross of Chad as follows: the Office of the United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) within the framework of the operation to assist Sudanese refugees in Chad; the United Nations Children’s Fund (UNICEF) within the framework of programmes to fight against HIV/AIDS and malnutrition; the United nations World Food Programme (WFP) within the framework of the food security programme, and the International Organization for Migration (IOM) within the framework of the assistance to Chadian returnees from Libya.


    0 0

    Source: Missionary International Service News Agency
    Country: Mali, Nigeria

    Un sommet extraordinaire des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) débutera ce vendredi à Accra, capitale du Ghana. “Une réunion urgente sur la sécurité régionale”, ont signalé des sources de la presse continentale au sujet de cette rencontre convoquée par le Ghana qui exerce actuellement la présidence tournante de l’organisation.

    Les 15 chefs d’État réunis débattront essentiellement de la menace croissante représentée par le groupe armé nigérian de Boko Haram, qui implique le renforcement de la collaboration entre les pays de la région. Le Cameroun, qui a procédé au déploiement de 2000 effectifs à sa frontière commune avec le Nigeria, a été une nouvelle fois frappé par une attaque de ces rebelles nigérians. Le Sommet d’Accra pourrait être l’occasion d’aboutir à des engagements politiques et militaires concrets.

    Les récentes violences à Kidal et le retour de l’instabilité dans le Nord du Mali figureront également à l’ordre du jour de la réunion de la Cedeao dont les États membres appelleront le gouvernement et les rebelles de l’Azawad à relancer les négociations pour une paix définitive et globale. Jeudi, des représentants des groupes armés et des délégués du gouvernement se sont entretenus à Ouagadougou, au Burkina Faso, pour reprendre le dialogue. Cette rencontre, qui était la première à se tenir depuis de longs mois, a vu la participation du Haut représentant du chef de l’État pour le dialogue inclusif, Modibo Keita, de représentants des rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla), du Mouvement arabe de l’Azawad (Maa) et du Haut conseil pour l’unité de l’’Azawad (Hcua).

    (VV/CN)


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Burkina Faso, Mali
    preview


    Highlights

    • A nutritional survey conducted in February to March 2014 enabled the identification of 327 children at risk of severe acute malnutrition in the refugee camps.

    • The same survey reveals that the prevalence of acute malnutrition is low in Mentao and Sag-Nioniogo refugee camps (5.5% and 3.4% respectively) as compared with 10.6% prevalence in Goudebou. The situation in Mentao and Sag-Nioniogo camps is relatively stable compared with data of the first survey in 2013. The reduction of acute malnutrition is very significant in the camp Goudebou: from 24.5% in early 2013 to 10.6% in 2014.

    • The cholera prevention project ended in late April 2014. In total, 61,188 people were sensitized (9,589 households-with 13,966 children under 5) on how to protect themselves against cholera and on the use of hygiene kits. The rehabilitation of 39 water points has been completed, providing access to safe drinking water to concerned communities. An evaluation of Knowledge, Attitudes and Practices following the project showed that 71% of the respondents were able to cite at least three cholera preventive measures. A new cholera prevention project, to reach more villages before and during the rainy season, is being planned in the Sahel region.

    • As of end April 2014, some 32,699 refugees are reported by UNHCR Registration Section, of which 18,240 are children (49% girls) with a total of 1,381 separated children (53% girls) and 0 unaccompanied children in camps.

    • From January to February 2014, UNICEF’s continued support provides access to quality education for 12,243 children and adolescents in refugee camps and surrounding host communities. With the interruption of the school feeding programme by WFP owing to lack of funds many parents have chosen to keep their children at home, hence the overall (20%) reduction in the number of children reached.


    0 0

    Source: Norwegian Refugee Council
    Country: Mali

    Two national NRC-staff were killed in Mali on May 29th when an explosion struck the vehicle whilst travelling. The incident took place on the Timbuktu-road around 4 pm local time. The place of the incident is 15 kilometres west of Douékire in the Timbuktu region.

    • This is a tragic loss for the entire international NRC-family. My thoughts are with the family and friends of our two colleagues. At the same time we are doing all we can to support our colleagues in the Mali-program.

    This is a reminder of the unacceptable risk facing humanitarian workers coming to the relief of civilians in contemporary conflicts, says Secretary General Jan Egeland.

    The road where the incident happened is used daily and there is no indication that NRC was a direct target. NRC is conducting an internal investigation of the incident

    For more information please contact:

    • Rolf A. Vestvik , Director of External Relations, Mob. +47 48 89 33 13

older | 1 | .... | 240 | 241 | (Page 242) | 243 | 244 | .... | 728 | newer