Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 223 | 224 | (Page 225) | 226 | 227 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Mali
    preview



    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Niger, Nigeria

    03/25/2014 03:53 GMT

    by Aminu ABUBAKAR

    KANO, March 25, 2014 (AFP) - Nigeria is facing a possible food supply crisis this farming season, traders say, as the agricultural sector grapples with a predicted shorter rainy season, sectarian violence and greater demand from Niger.

    Food experts have raised the alarm after the country's meteorological agency said this year's rainy season could be shorter than usual, compounding a likely fall in production due to insecurity.

    Nigeria's agricultural sector is heavily dependent on the rains, with the bulk of its produce cultivated in the north and central region.

    But this year, weather forecasters said the rains, which normally come in May, could start a month later and dry up before September, curtailing the planting and cropping season.

    "All these factors put together are a great source of concern on possible food shortage at the end of the rainy season and the lean period when food stocks are usually depleted," said Ya'u Tumfafi, from the Dawanau Grains market in the northern city of Kano.

    Dawanau is reputed to be the largest grain market in West Africa and supplies not only other parts of Nigeria but also Niger, Chad, Cameroon and Mali.

    Traders typically comb towns and villages in northern and central Nigerian states at harvest, sourcing grains and tubers from farmers which are then brought to the market for sale.

    • Violence hitting crop yields -

    The fears over supply have also been stoked by the Islamist insurgency in northern Nigeria, which has claimed thousands of lives and forced farmers to abandon their land since it began in 2009.

    The United Nations estimates that, up until January 1, some 300,000 people had been displaced in the northeastern states of Borno, Yobe and Adamawa since a state of emergency was imposed in May.

    A further 65,000 people have fled Borno and Adamawa since the turn of the year, Nigeria's emergency response agency NEMA has said.

    Residents in remote villages, who depend on agriculture for their livelihoods, have either left for fear of further attacks or depleted all their food stocks.

    Borno state's agriculture ministry believes farms are unlikely to be re-populated any time soon, which will hit this year's crop season.

    Last year, for example, 5,000 hectares (12,355 acres) of wheat and rice were left to rot in the Marte area of Borno near Lake Chad after 19,000 farmers abandoned their farms.

    "We lost 200 metric tonnes of wheat as a result of the exodus," said Abubakar Gabra Iliya, head of the Lake Chad Basin Development Agency, based in the Borno state capital, Maiduguri.

    A 2012 NEMA report said that violence linked to the Boko Haram insurgency has caused 60 percent of farmers to leave the fertile region.

    At Dawanau market, the supply of sorghum (cereals), sesame, beans and millet -- all staple crops grown in the northeast -- has fallen by 35 percent, said grain trader Tumfafi.

    Last year, a bumper harvest of beans and sorghum from southern parts of Katsina state made up the shortfall.

    But there are fears this year that renewed sectarian violence in the area, as well as in the central state of Nasarawa and Benue, in the east, will cut yields.

    • Restore peace, increase aid -

    In the last three years, demand for grain from Niger to the north has increased due to drought-induced food shortages.

    The government in Niamey said in November that about one million people were facing severe food shortages due to poor harvests and required assistance.

    As a result, traders in Kano say their counterparts from across the border have been frantically snapping up stocks.

    "Grain demand from Niger has put serious strain on stock availability here and with the disturbing prospect of low yield this crop season, it will put further strain on available stock after harvest, said Aminu Mohammed, from the Dawanau traders union.

    The Nigerian Meteorological Agency has advised farmers to use early maturing seeds for the shorter crop season.

    But Mohammed said donor agencies needed to increase food aid to Niger at the same time to ease the pressure on supplies from Nigeria.

    "Seeds, no matter how sophisticated, have to be planted by humans to germinate," added Ibrahim Mota, from the Dawanau grain traders union.

    "The immediate restoration of peace in violence-torn parts of the north to allow displaced farmers to return to their homes and cultivate their farms is the best guarantee to good harvests".

    abu/phz/bs/ric

    © 1994-2014 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Mali, Niger
    preview


    Highlights

    • As of 9 March 2014 (week 10), 46,054 children under the age of five benefited from the integrated treatment for Severe Acute Malnutrition (SAM). 11.2% of these cases (5,194) were reported to have severe medical complications and these children were admitted into intensive care/inpatient facilities while 40,854 children were treated as outpatients.

    • Since 2012, the crisis in northern Mali has forced some 50,000 Malians to flee to Niger. Following the presidential elections in July-August 2013, a back-and-forth movement between Niger and the areas of origin in Mali has been observed. UNICEF, in collaboration with UNHCR and partners, continues to provide these refugees with humanitarian assistance.

    • Since January 2014, a total of 95 cholera cases have been registered including 2 deaths which represent a fatality rate of 2.11% in Tillabéry, Dosso, Maradi and Zinder regions. Given that the current Strategic Response Plan is not yet funded, the concerted WASH response for Cholera might be hampered.

    • Since January 2014, the UNICEF Emergency response remains underfunded.
      Therefore, UNICEF and its partners are unable to meet the needs of the expected 356,000 severely malnourished children and the 30,000 Malian refugee children in camps and hosting areas.


    0 0

    Source: UN Human Rights Council
    Country: Central African Republic, Mali, Sri Lanka

    26 mars 2014 Le Conseil des droits de l'homme a été saisi ce matin de rapports sur la situation des droits de l'homme au Mali, en République centrafricaine et à Sri Lanka.

    Mme Navi Pillay, Haut-Commissaire aux droits de l'homme, a présenté le rapport que le Conseil lui a demandé de préparer sur la promotion de la réconciliation et de la redevabilité à Sri Lanka. La Haut-Commissaire a notamment fait part de son trouble face à la poursuite du harcèlement et de l'intimidation des militants des droits de l'homme qui se poursuivent alors même que se déroule cette session du Conseil. Cinq ans après la fin du conflit, le Conseil ne doit pas oublier l'étendue et la gravité des violations qui ont été commises à la fin du conflit et qui a fait plusieurs milliers de morts, de blessés et de disparus parmi les civils.

    Intervenant à titre de pays concerné, Sri Lanka a rappelé que le rapport découle d'une résolution du Conseil des droits de l'homme qu'il a rejetée. Elle a dénoncé des conclusions marquées par des préjugés et la politisation et a fait état de nombreuses erreurs et perceptions erronées dans le projet de rapport, malgré la visite de la Haut-Commissaire dans le pays.

    Lors de la longue «discussion» concernant Sri Lanka, les délégations ont appelé les différentes communautés du pays à se réconcilier sur la base d'un dialogue constructif et les autorités à mener des enquêtes sur les allégations de violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire lors du conflit, afin d'établir les responsabilités et punir les coupables. De nombreuses délégations ont souligné les progrès accomplis par Sri Lanka, tout en relevant que beaucoup reste à faire pour trouver des solutions durables. Certaines délégations ont déploré la poursuite des intimidations et arrestations arbitraires de militants des droits de l'homme. Plusieurs organisations non gouvernementales ont demandé la création d'une commission d'enquête internationale sur la situation à Sri Lanka, conformément aux recommandations de la Haut-Commissaire.

    Les délégations suivantes se sont exprimées lors de la discussion sur la situation à Sri Lanka: Grèce (au nom de Union européenne), Monténégro, États-Unis, France, Irlande, Royaume-Uni, Autriche, Ex-République Yougoslave de Macédoine, Japon, Allemagne, Égypte, Norvège, Suisse, Soudan, Thaïlande, Belgique, Canada, Belarus, Soudan du Sud, Bangladesh, Myanmar, Ouzbékistan, Azerbaïdjan, Danemark, Bhoutan, Ouganda, Bolivie, Nigeria, République islamique d’Iran, Zimbabwe, République démocratique Lao. Plusieurs organisations non gouvernementales ont également pris la parole*.

    Dans le cadre de l'examen des questions relatives à l'assistance technique et au renforcement des capacités, l'Expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali, M. Suliman Baldo, a affirmé que son pays avait accompli des progrès remarquables dans la mise en œuvre de sa sortie d'une crise profonde «ayant débouché sur l'effondrement de l'État». En dépit de progrès, le pays demeure fragile et M. Baldo s'est dit particulièrement préoccupé par les récentes vagues de violence qui se déroulent «entre les différentes communautés ethniques et raciales du Nord». L'expert indépendant a constaté que, dans le contexte actuel, les risques de violations graves des droits de l'homme sont particulièrement importants: «le moindre incident peut mettre le feu aux poudres».

    Le Ministre de la justice du Mali, M. Mohamed Aly Bathily, a souligné Les nombreuses violations des droits de l'homme occasionnées par l'occupation du pays par des bandits responsables de crimes, de meurtres, d'exécutions sommaires, de disparitions forcées ou encore de viols. Le Gouvernement a donc entamé une réforme de la justice afin de juger tous les auteurs de crimes graves. Il a également mis en place une commission des droits de l'homme et une commission vérité, justice et réconciliation. En dépit de ses efforts, le Mali continue de manquer de ressources et lance un appel à la communauté internationale, afin qu'elle l'assiste dans cette tâche.

    Les délégations ont appelé le Mali à lutter efficacement contre l'impunité des auteurs de violations des droits de l'homme, notamment par le renforcement de l'autorité de l'État dans le nord du pays en mettant sur pied des institutions robustes. Plusieurs ont exhorté la communauté internationale à poursuivre son soutien au Mali.

    Les délégations suivantes sont intervenues dans le cadre du débat interactif sur le Mali: Union européenne, France, États-Unis, Australie, Irlande, République tchèque, Autriche, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Burkina Faso, Sénégal, Côte d’Ivoire, Niger, Algérie, Maroc, Égypte, Togo, Espagne, Chine, Royaume-Uni, Soudan, Soudan du Sud, Djibouti. Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance a également fait une déclaration, ainsi que cinq organisations non gouvernementales*.

    L'Experte indépendante sur la situation des droits de l'homme en République centrafricaine, Mme Marie-Thérèse Keita Bocoum a rendu compte de sa première mission en République centrafricaine, qu'elle a effectuée au début du mois. Elle a constaté que de nombreuses violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire sont encore à déplorer. En l'absence de forces de sécurité et de magistrats, la lutte contre l'impunité stagne. La situation est catastrophique mais pas désespérée si l'on agit vite; il faut œuvrer à la réconciliation intercommunautaire, ainsi qu'à la restauration de la paix et de la culture du «vivre ensemble».

    La République centrafricaine, en tant que pays concerné, a réitéré qu'«un plan Marshall est nécessaire si on veut sauver la République centrafricaine du chaos où elle se trouve». L'impunité semble s'établir comme règle et c'est la population centrafricaine qui est la seule et unique victime des violences commises par des groupes armés, des milices armées et des bandits de grand chemin.

    Au cours du débat qui a suivi, les délégations ont appelé la communauté internationale à fournir l'assistance nécessaire aux autorités de transition afin de rétablir la paix et l'état de droit en République centrafricaine. Certaines délégations ont appelé à mettre sur pied un dialogue intercommunautaire inclusif pour renouer les liens entre les différentes composantes de la société centrafricaine. Plusieurs intervenants ont insisté sur l'importance de déployer une opération de maintien de la paix rapidement.

    Les délégations suivantes ont pris part au débat sur la situation en République centrafricaine: Union européenne, Suisse, République tchèque, Norvège, Togo, Lituanie, France, Belgique, Irlande, Espagne, Organisation pour la Coopération Islamique, Djibouti, Tchad, Sénégal, Gabon, Maldives, Algérie, Maroc, Chine, Soudan, Égypte, États-Unis, Australie, Slovaquie, Mexique. Plusieurs organisations non gouvernementales sont également intervenues*.

    À 15h30, le Conseil doit tenir son débat général sur les rapports du Haut-Commissariat et sera saisi dans ce cadre de rapports de la Haut-Commissaire et du Secrétaire général concernant le Guatemala, la Bolivie, la Colombie, Chypre et l'Iran. Il doit par la suite entamer un débat général sur la coopération technique et le renforcement des capacités.

    Examen du rapport sur la situation des droits de l'homme au Mali

    Présentation du rapport

    M. SULIMAN BALDO, Expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali, a rappelé que son mandat avait été créé il y a un an pour une durée de 12 mois. Au cours de cette période, il s'est rendu à deux reprises à Bamako et a bénéficié de la pleine coopération des autorités maliennes. L'Expert indépendant estime que «le Mali a accompli des progrès remarquables dans la mise en œuvre de sa sortie d'une crise profonde et multidimensionnelle ayant débouché sur l'effondrement de l'État». En dépit de ces progrès, «le pays demeure fragile». M. Baldo a noté avec grande préoccupation que les groupes armés djihadistes continuent d'être impliqués dans des violations graves des droits de l'homme dans le nord du pays. Il a dit avoir pu réunir des informations sur des cas de violations graves des droits de l'homme commis par le MNLA, le Mouvement national de libération de l'Azawad. Il a également reçu des informations faisant état de violations des droits de l'homme - exécutions sommaires, disparitions forcées, viols, pillages notamment – perpétrées par les forces armées maliennes contre des populations civiles du Nord, essentiellement des membres des communautés arabes et touarègues des régions de Kidal, Gao et Tombouctou.

    M. Baldo s'est dit «particulièrement préoccupé par les récentes vagues de violence qui se déroulent entre les différentes communautés ethniques et raciales du Nord», notamment entre les Arabes, les Peuls, les Touaregs et les Songhaïs. Selon lui, la prolifération des armes dans différentes communautés, du fait de l'absence d'une présence de l'État en dehors des principales villes du Nord, renforce le risque de violences intra et intercommunautaires. L'Expert indépendant constate que, dans le contexte actuel, les risques de violations graves des droits de l'homme sont particulièrement importants car les actes d'un individu sont imputés à l'ensemble de sa communauté et le moindre incident peut mettre le feu aux poudres.

    L'un des défis les plus importants auxquels les nouvelles autorités maliennes font face est celui de la lutte contre l'impunité sur la base du principe de l'égalité de tous les citoyens devant la loi, a estimé M. Baldo. En effet, l'impunité constitue l'une des causes profondes de la répétition, sous la forme d'un cercle vicieux, des crises dans le nord du pays depuis l'indépendance. L'Expert indépendant a expliqué que le règlement des crises précédentes, notamment les rébellions de 1991 et 1994, avaient privilégié des «arrangements politiques de court terme au détriment d'une vision stratégique sur la durée, fondée sur les principes de justice et d'équité».

    Malgré les «efforts louables» des autorités dans la lutte contre l'impunité, «la justice malienne éprouve d'énormes difficultés dans la poursuite des présumés auteurs des crimes graves» commis par les rebelles comme par les forces armées, a poursuivi L'Expert indépendant. Les enquêtes peinent à progresser de manière satisfaisante car les acteurs de la chaîne pénale impliqués dans la gestion de ces dossiers sont situés assez loin du lieu où les crimes ont été commis et ils n'ont pas les moyens de se rendre sur place. M. Baldo suggère aux autorités de mettre en place des «cellules d'appui judiciaires» et des «centres mobile d'écoute» pour entendre les témoins sur les lieux même des violations. Il estime par ailleurs que les initiatives de réforme de la justice qui sont appuyés par la communauté internationale devraient inclure un soutien des efforts de la lutte contre l'impunité qui visent à renforcer la capacité nationale. Par exemple, ces efforts devraient inclure de l'appui logistique, sécuritaire et financier. Concrètement, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) doit accompagner les efforts du gouvernement dans le soutien aux juges d'instruction et leurs équipes afin qu'ils puissent mener efficacement des enquêtes sur le terrain

    Par ailleurs, M. Baldo note avec préoccupation que la protection des droits des femmes et leur participation au processus de dialogue et de négociations de paix n'ont pas été traitées comme des questions urgentes et prioritaires dans les efforts de consolidations de la paix. Ainsi, la lutte contre l'impunité «a négligé les crimes à caractère sexuel, malgré le caractère généralisé et systématique de ces crimes» commis par les groupes armés pendant leur occupation du nord du pays. M. Baldo estime que ces exactions auront des répercussions négatives sur la situation des femmes et renforceront les pratiques existantes telles que les mariages forcés. Il estime que les femmes devraient être davantage représentées au sein de la nouvelle Commission vérité, justice et réconciliation. M. Baldo ajoute que la Commission «offre un grand potentiel pour aider le Mali fracturé à réparer son tissu social mis à rude épreuve par les conflits répétés et les exactions» des forces de sécurité elles-mêmes.

    En conclusion, l'Expert indépendant a cité ce que lui a confié un réfugié malien à Nouakchott en Mauritanie, auquel il demandait ce qui pouvait l'inciter à rentrer au pays, lui et ses proches. Il a répondu : «Le Mali, c'est notre pays. On va y rentrer même en rampant mais il nous faut d'abord des assurances pour notre sécurité et la possibilité de réclamer nos biens s'ils ont été expropriés pendant notre absence. Nous voulons aussi la justice pour les épisodes passés d'injustice et de punitions collectives subies par les membres de notre communauté».

    Le rapport sur la situation des droits de l'homme au Mali (A/HRC/25/72) examine la situation politique et sécuritaire ainsi que les réformes institutionnelles entreprises au Mali depuis la sortie de la crise profonde déclenchée en janvier 2012. Il fait le point sur les violations des droits de l'homme perpétrées par les forces armées maliennes et les groupes armés dans le pays. Il estime que les protagonistes ont démontré la volonté politique de trouver des solutions durables à la crise et les encourage à persévérer dans la recherche de solutions négociées à leur problèmes internes de gouvernance tout en pressant leurs voisins dans le Sahel et le Maghreb arabe ainsi que la communauté internationale à prendre au sérieux les problèmes de criminalité transnationale et de terrorisme qui menacent de déstabiliser le Mali et toute la région.

    Pays concerné

    M. MOHAMED ALY BATHILY, Ministre de la justice du Mali, a commencé par exprimer ses pensées pieuses pour les familles des personnes éprouvées par la crise malienne, y compris par les ressortissants étrangers du Mali. Il a ensuite fait état des nombreuses violations des droits de l'homme occasionnées par l'occupation du pays par «des narcotrafiquants de toutes sortes, des «bandits» qu'il a accusés de crimes, de meurtres, d'exécutions sommaires, de disparitions forcées ou encore de viols. Aujourd'hui, la situation s'améliore peu à peu, a déclaré le Ministre, qui a ajouté toutefois que le Gouvernement avait hérité d'une situation lourde de défis. Le Gouvernement a donc commencé une réforme de la justice afin de juger tous les auteurs de crimes graves. Il a également mis en place une commission des droits de l'homme et une commission vérité, justice et réconciliation, ainsi qu'une cellule d'écoute judiciaire mobile qui a pour mission de parcourir les zones du pays touchées par le conflit et d'aider les personnes à accéder à la justice. La formation des juges et greffiers permettra en outre et bientôt la mise sur pied d'un tribunal militaire à Mopti afin de rendre justice dans le strict respect des normes internationales, a encore indiqué le Ministre.

    En dépit de ces efforts, le Mali continue de manquer de ressources. C'est pour cette raison qu'il lance un appel à la communauté internationale, afin qu'elle l'assiste dans cette tâche. Dans ce contexte, le Ministre a exprimé sa gratitude à la Cour pénale internationale qui s'est engagée à mener des enquêtes sur les crimes commis dans le nord du Mali, notamment l'exécution de militaires maliens. La même gratitude est allée au groupe des ambassadeurs africains à Genève, ainsi qu'aux autres parties prenantes, dont le Conseil des droits de l'homme dans son ensemble. Le Ministre a assuré que son pays s'appliquera à respecter ses engagements relatifs à la promotion et la protection des droits de l'homme. Il a dans ce contexte demandé que soit prorogé le mandat de l'Expert indépendant.

    Débat interactif

    L'Union européenne s'est félicitée de la qualité de la coopération des autorités maliennes avec l'Expert indépendant. Les élections ont constitué une étape essentielle pour le retour du pays à l'ordre constitutionnel. Des efforts doivent encore être consentis pour consolider l'état de droit, lutter contre l'impunité et la corruption. Seul un dialogue inclusif entre les communautés permettra de trouver des solutions durables à la crise. La France salue l'engagement clair des autorités maliennes en faveur des droits de l'homme et contre l'impunité. Elle se félicite des efforts consentis pour réformer le secteur de la sécurité et rétablir l'autorité de l'État dans le Nord du pays. Elle s'interroge sur les tensions créées par les déplacements internes et sur les moyens d'encourager les personnes déplacées à rentrer dans leur région d'origine.

    Les États-Unis ont déclaré que la situation des droits de l'homme s'est améliorée, en relevant que le Mali reste dans une situation fragile. Les violences intercommunautaires persistantes et la dégradation de la sécurité dans le nord sont préoccupantes. Dans ce contexte, le Mali doit poursuivre la réforme du secteur de sécurité. L'Australie s'est dite préoccupée par les violations des droits de l'homme dont l'expert indépendant fait état dans son rapport et soutient donc le renouvellement de son mandat. La paix au Mali passera par la réforme du secteur de la sécurité et la lutte contre l'impunité. Notant que la Cour pénale internationale pourrait exercer ses compétences s'agissant du Mali, elle a demandé quels devraient être les domaines prioritaires sur lesquels les autorités devraient se concentrer. L'Irlande se sent encouragée par la volonté politique démontrée par le Mali face à la crise qu'il traverse. La situation sécuritaire s'est stabilisée, mais le pays court le risque d'être exposé à des opérations de guérillas dans le nord du pays. La lutte antiterroriste doit être menée dans le strict respect des droits de l'homme. Le Gouvernement doit accorder un accès sans entrave aux procédures spéciales du Conseil et à la Croix-Rouge.

    La République tchèque note que des violations des droits de l'homme ont été commises par toutes les parties au conflit. Les causes profondes du conflit sont liées au fonctionnement des institutions, notamment judiciaires. Le Mali doit donc se doter des outils nécessaires pour restaurer la paix et la démocratie. L'Autriche, qui prend note des progrès accomplis au Mali pour rétablir la sécurité dans le nord du pays et pour organiser des élections justes et libres, constate toutefois elle aussi que les problèmes dans le Nord n'ont pas disparu et que des violations des droits de l'homme ont été commises à la fois par l'armée et les groupes armés. Elle souhaite savoir quels effets le recours à la Cour pénale internationale a eus sur les procédures engagées au niveau national.

    La Belgique encourage le Gouvernement à poursuivre ses efforts tout en étant préoccupée par la poursuite des violences sexuelles et sexistes, notamment utilisées par les groupes armés en représailles. Les auteurs de violences sexuelles doivent être traduits en justice pour garantir la paix et la réconciliation nationale.

    Les Pays-Bas constatent que l'impunité prévaut à large échelle pour les auteurs de violations des droits de l'homme, qu'il s'agisse de membres des groupes rebelles ou des forces armées. Ils jugent essentiel que la justice se saisisse des violations des droits de l'homme commises depuis 2012 et déplorent le manque de capacité du système judiciaire pour poursuivre les responsables d'atrocités. Estimant que le retour à la normalité dans le nord du pays prendra plus de temps que prévu, les Pays-Bas demandent ce que peut faire la communauté internationale pour accélérer ce processus. La Suisse, qui partage les inquiétudes de l'Expert indépendant, lui a demandé quelles mesures la communauté internationale pourrait prendre afin de faciliter le retour de l'état de droit ainsi que la reprise du fonctionnement effectif des institutions étatiques au nord du pays. Comment pourrait-elle agir afin de faire cesser les violences, physiques ou sexuelles?

    Parmi les pays voisins du Mali, le Burkina Faso, qui constate que le processus de sortie de crise et de rétablissement total des institutions pourrait prendre du temps, a néanmoins bon espoir que la dynamique enclenchée se poursuivra. Il exhorte la communauté internationale à continuer d'apporter son assistance et son appui à ce pays frère. Préoccupé par la situation d'insécurité régnant dans certaines parties du territoire malien, le Sénégal en appelle lui aussi à la communauté internationale et l'exhorte à continuer d'accompagner les autorités de Bamako dans leur volonté de renforcer l'ordre constitutionnel et l'état de droit. Il est favorable au renouvellement du mandat de l'Expert indépendant. Tout en saluant la «mobilisation exemplaire de la communauté internationale», la Côte d'Ivoire souhaite la solliciter, et en particulier les Nations Unies, «pour qu'elle donne droit à leurs engagements en faisant barrage à toute velléité de déni de justice, de droits ou de démocratie, afin de permettre au Mali de recouvrer son intégrité territoriale». Le Niger estime que les défis en matière de sécurité demeurent importants pour le Mali comme pour toute la zone sahélo-saharienne, ce qui «nécessite encore plus une coopération soutenue entre tous les pays de la région». Il est favorable à la reconduction du mandat de l'Expert indépendant. L'Algérie réitère son plein soutien aux autorités maliennes dans le parachèvement du processus de stabilisation; elle reste attentive à l'évolution de la situation au Mali et a déjà octroyé de l'aide aux réfugiés maliens.

    Pour le Maroc, la communauté internationale doit soutenir le Mali dans ses efforts pour rétablir l'ordre constitutionnel. La stabilité et la paix permettront au pays de se développer. L'Égypte se félicite de la création d'un Ministère de la réconciliation nationale et du renouvellement du dialogue au sein de la Commission vérité et réconciliation. Elle plaide pour un renforcement du soutien de la communauté internationale au Mali et appelle la communauté internationale à organiser des consultations avec le Mali et les pays voisins. Le Togo se réjouit de la dynamique de retour à l'ordre constitutionnel et de la nette amélioration de la situation sécuritaire, économique et sociale dans le pays. Il juge toutefois nécessaire de restaurer l'autorité de l'État sur l'ensemble du territoire et de lutter contre l'impunité.

    L'Espagne rappelle qu'elle collabore depuis plusieurs années avec le Mali et les pays de la zone sahélienne en général, non seulement de manière bilatérale mais aussi au sein de l'Union européenne. La Chine soutient les efforts des Nations Unies pour préserver l'intégrité territoriale, la souveraineté ainsi que la paix dans le pays; elle a envoyé 395 soldats dans le cadre de sa contribution à la MINUSMA. Elle souhaite que la communauté internationale ne relâche pas son effort car, si la sécurité s'est considérablement améliorée, le pays demeure confronté à de profonds défis. Le Royaume-Uni appelle les autorités de Bamako à donner la priorité au rétablissement des services de base dans le nord du pays afin de répondre aux besoins urgents de la population et de permettre une résilience communautaire à long terme.

    Le Soudan est convaincu que le dialogue et la réconciliation nationale représentent la seule possibilité de parvenir à un règlement durable; il se félicite de la création de la Commission vérité justice et réconciliation. Le Soudan du Sud appelle la communauté internationale à se montrer plus généreuse en matière d'assistance technique et financière dans ses efforts visant à promotion et la protection des droits de l'homme. Djibouti encourage le gouvernement à maintenir un esprit de dialogue, notamment dans le cadre de la Commission vérité et réconciliation. Il estime nécessaire le maintien de l'assistance technique de la communauté internationale.

    Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) appelle à la libération des enfants emprisonnés pour leur enrôlement dans les groupes armés. Il souligne que les violences sexuelles et sexistes restent l'un des problèmes les plus brûlants en matière de protection. Ainsi, l'an dernier, 364 cas de viols ont été enregistrés, dont 12% concernaient des filles de moins de 18 ans.

    Les organisations non gouvernementales qui se sont exprimées ce matin ont exprimé des préoccupations s'agissant de la situation au Mali. Vision Mondiale International, au nom également de l'Alliance internationale d'aide à l'enfance, Conseil norvégien pour les réfugiés, International Rescue Committee et OXFAM, a indiqué que nombre d'enfants impliqués dans le conflit restent prisonniers dans les prisons de Bamako et a demandé leur libération. Femmes Afrique Solidarité, avec d'autres ONG, s'est aussi déclaré préoccupée par la situation sécuritaire dans le nord du pays encore en proie à la violence, y compris aux violences sexuelles et sexistes contre les femmes et les enfants. Il est donc primordial de renforcer le cadre judiciaire, y compris des mesures de réparation pour les victimes. Human Rights Watch s'est pour part félicité de la volonté du Gouvernement de renouveler le mandat de l'Expert indépendant ainsi que de la coopération avec le procureur de la Cour pénale internationale. Toutefois, le Gouvernement doit faire davantage en menant des enquêtes et intenter des procès pour les crimes les plus graves.

    La Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) s'est félicitée de l'inculpation de militaires dans l'affaire dite des bérets rouges, la qualifiant de premier pas. Cependant, les enquêtes relatives aux crimes commis dans le Nord restent faibles et il faut mener des enquêtes sur les crimes commis par les militaires maliens. Le Bureau international catholique de l'enfance a déclaré que le retour des enfants à l'école est essentiel dans le processus de transition, de même que la réinsertion des enfants enrôlés.

    Conclusion de l'expert indépendant

    M. BALDO a estimé que pour le Mali, le défi actuel est de réconcilier les communautés qui se sont depuis des années senties exclues. Mais le processus en cours est encourageant, a-t-il ajouté. L'Expert indépendant a également expliqué que la présence de bandes armées dans la région sahélo-saharienne, qui vivent de rapines et d'enlèvements d'otages, menace tous les pays de la région et représente un vrai danger de déstabilisation. Cette situation mérite un appui de la communauté internationale, notamment de l'Europe, du fait que la drogue qui transite par cette région est destinée à l'Europe.

    Examen du rapport sur la situation des droits de l'homme en République centrafricaine

    Exposé de l'experte indépendante

    MME MARIE-THÉRÈSE KEITA BOCOUM, Experte indépendante sur la situation des droits de l'homme en République centrafricaine, rappelant qu'elle a été nommée en janvier dernier à l'occasion de la session extraordinaire du Conseil consacrée à la situation en République centrafricaine, a fait part de ses préoccupations suite à la mission qu'elle a effectuée en République centrafricaine du 4 au 14 mars derniers. De nombreuses violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire sont à déplorer sur l'ensemble du pays. Elle a aussi souligné la faiblesse de l'autorité de l'État pour protéger les civils. La priorité doit viser à garantir la sécurité des personnes et des biens. Une conférence régionale est nécessaire et des stratégies de lutte contre l'impunité et de réforme du secteur de la sécurité doivent être mises sur pied.

    En l'absence de forces de sécurité et de magistrats, la lutte contre l'impunité stagne. En outre, de nombreux prévenus de violations des droits de l'homme n'en sont pas les instigateurs, lesquels bénéficient d'une impunité intolérable. La situation est catastrophique mais pas désespérée si l'on agit vite. Mme Keita Bocoum invite à œuvrer à la réconciliation intercommunautaire et à la restauration de la paix et de la culture du «vivre ensemble». Des mesures doivent également être prises pour créer une institution nationale des droits de l'homme conforme aux Principes de Paris, notamment en vue de poursuivre les auteurs de violations des droits de l'homme. Les groupes armés doivent cesser immédiatement les violences et les violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire dans les zones qu'ils contrôlent. Dans l'attente du déploiement effectif d'une opération de maintien de la paix, il faut renforcer le Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine, a encore estimé l'Experte indépendante.

    «Pour éviter le chaos en République centrafricaine et dans la sous-région, on ne peut plus se contenter de mesures cosmétiques et de compter les morts», a insisté Mme Keita Bocoum, qui a souligné que le Gouvernement de transition a moins d'un an pour organiser les élections et rétablir la sécurité dans le pays. Sans l'appui de la communauté internationale, les autorités centrafricaines ne seront pas en mesure d'accomplir cette tâche titanesque, a-t-elle averti.

    Le Conseil sera en outre saisi cet après-midi d'un rapport de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme sur l'évaluation des besoins en matière d'assistance technique et de renforcement des capacités République centrafricaine (A/HRC/25/43).

    Pays concerné

    La République centrafricaine a répété ce que a été dit devant le Conseil le 20 janvier dernier : «Il faut un plan Marshall si on veut sauver la République centrafricaine du chaos où elle se trouve», car «l'État centrafricain n'existe que de nom». L'impunité semble s'établir comme règle et c'est la population centrafricaine qui est la seule et unique victime des violences commises par des groupes armés, des milices armées et des bandits de grand chemin. Il faut agir vite pour sauver ce peuple meurtri. Les autorités de transition, malgré leur volonté affichée, ont besoin de moyens pour faire asseoir les attributs de l'État, pour faire régner la justice et éviter l'impunité. Si la République centrafricaine «ne tend nullement une main de mendiant», elle estime que c'est le devoir de toute l'Afrique de lui venir en aide car la position géographique du pays doit être prise en compte si l'on veut «éviter la gangrène qui risque de contaminer toute la région». Pour la République centrafricaine, «à défaut d'une grave crise intercommunautaire – qui, heureusement, n'en est pas une présentement – nous risquons de connaître une crise profonde, c'est à dire régionale si rien n'est fait».

    Débat interactif

    L'Union européenne a déclaré que la lutte contre l'impunité doit revêtir une très haute priorité, autant que le retour de l'état de droit. La réconciliation nationale est également un préalable à un retour de la paix. Pour la Suisse, c'est l'effondrement des systèmes sécuritaire et judiciaire qui favorise ce climat d'impunité; elle a souhaité savoir comment la communauté internationale peut aider la République centrafricaine, notamment s'agissant de la réinsertion sociale des enfants soldats. Soulignant également l'important besoin de renforcement du système judiciaire, la République tchèque a souhaité savoir quelles mesures nationales le Gouvernement envisageait lui-même, sans recours à la communauté internationale. En l'absence de justice, il sera en effet difficile d'envisager la paix et la réconciliation, a prévenu la Norvège, soulignant aussi qu'il revenait d'abord au Gouvernement de transition d'assurer la reddition des comptes.

    Le Togo s'est pour sa part inquiété du statut quo et du manque de perspective politique qui règne dans ce pays, pendant que des bandes armés continuent leurs exactions sur les populations. Dans ce contexte, il a invité la communauté internationale à appuyer davantage la République centrafricaine pour que ce pays puisse relever les défis auxquels il est confronté. Cette situation de violation systématique des droits de l'homme est terrifiante, a renchérit la Lituanie, ajoutant que l'absence de l'État et le règne de l'impunité de droit ne pouvaient durer. C'est pour cela qu'il faut soutenir le plan en six points du Secrétaire général et les initiatives de l'Union africaine, a dit la Lituanie, qui participera à l'opération Sangaris.

    En tant que pays très impliqué dans l'opération Sangaris, la France, s'est également inquiétée du climat d'impunité qui règne dans ce pays effondré. C'est pour cette raison qu'elle se félicite de la décision de la Cour pénale internationale d'ouvrir une enquête préliminaire sur les crimes commis dans le pays depuis septembre 2012. La Belgique a elle aussi souligné l'importance de lutter contre l'impunité, ainsi que sur la réinsertion des enfants soldats. L'Irlande, qui a versé plus de 14 millions de dollars à ce pays depuis 2008 par le biais du Fonds central d'intervention pour les urgences humanitaires de l'ONU, a également appelé à ce que tout soit fait pour empêcher l'implication des enfants dans ce conflit et estimé qu'il fallait se pencher sur les causes profondes de cette crise. La grande faiblesse du pays pour assurer sa sécurité et lutter contre l'impunité préoccupent aussi gravement l'Espagne, qui enverra des troupes dans le cadre de la force de l'Union européenne dénommée EUFOR-RCA.

    L'Organisation de la coopération islamique (OCI) a pour sa part appelé au rétablissement du dialogue entre les communautés religieuses, car pour elle, l'instrumentalisation des religions à des fins politiques est très dangereuse, a prévenu le représentant. Il a également appelé toutes les organisations humanitaires islamiques à apporter leur aide à ce pays, mais aussi aux pays frontaliers comme le Tchad ou le Cameroun qui reçoivent des milliers de réfugiés. Djibouti a également appelé au dialogue intercommunautaire, en tant qu'étape primordiale pour un retour à la paix, a dit son représentant. Pays frontalier et engagé dans l'opération Sangaris, le Tchad a estimé que l'assistance technique dont le pays a besoin doit être conséquente pour répondre aux défis à relever en République centrafricaine, notamment s'agissant de la lutte contre l'impunité.

    Le Sénégal a exhorté la communauté internationale à poursuivre avec détermination sa mobilisation en République centrafricaine pour mettre fin aux violences intercommunautaires et religieuses. Le Sénégal a encouragé les autorités centrafricaines à poursuivre un dialogue de réconciliation nationale inclusif avec toutes les composantes de la société. Le Gabon a salué les avancées positives réalisées dans le processus de restauration de l'état de droit par les autorités de transition. Les fondements d'une paix durable doivent être posés afin d'assurer la promotion et la protection des droits de l'homme à long terme.

    Les Maldives ont constaté que la situation semble plus calme que l'an passé, mais que les violences se poursuivent néanmoins. Le Conseil ne peut pas laisser les massacres se poursuivre. Les liens intercommunautaires doivent être renoués et il faut lutter résolument contre l'impunité. Pour sa part, l'Algérie a noté que la fragilité des institutions de l'État a favorisé un climat d'impunité et la poursuite des violences. Une réaction rapide et appropriée est nécessaire de la part de la communauté internationale et des mécanismes des Nations Unies. Le Maroc a pris note avec intérêt de la proposition de l'experte indépendante d'organiser une conférence régionale au sujet de cette crise. Le Maroc demeure préoccupé par la situation humanitaire et des droits de l'homme en République centrafricaine et la lenteur de la réponse de la communauté internationale.

    Condamnant les attaques contre les civils, la Chine a appelé le Conseil à poursuivre son examen de la situation des droits de l'homme en République centrafricaine. La paix, la stabilité et la sécurité constituent des préalables à la promotion et protection des droits de l'homme. Le Soudan s'est dit préoccupé par l'escalade de la violence en République centrafricaine, en estimant que la réconciliation nationale est fondamentale. Le dialogue politique et social permettra de mettre en place les conditions nécessaires à la restauration de la paix. L'Égypte a réaffirmé sa solidarité avec le peuple centrafricain, avant d'appeler la communauté internationale à s'engager à rester à ses côtés, afin de restaurer l'état de droit dans le pays.

    Les États-Unis ont salué la collaboration entre les autorités transitoires et le procureur de la Cour pénale internationale dans le cadre des enquêtes préliminaires sur les allégations d'atrocités. Il est nécessaire de reconstruire les capacités de la police et des institutions judiciaires pour rétablir l'état de droit au plus vite, ont-ils estimé. En outre, des mesures doivent être prises pour favoriser la réconciliation entre les différentes communautés religieuses. Pour l'Australie, les violences dont font l'objet les civils et la situation humanitaire sont alarmantes. Il faut restaurer l'ordre constitutionnel et l'état de droit au plus vite. Les efforts de réconciliation nationale, la réforme du système judiciaire et du secteur de la sécurité sont essentiels à la paix.

    La Slovaquie a déclaré que la situation des droits de l'homme reste préoccupante, notamment s'agissant de l'accès à la justice et de la lutte contre l'impunité, conditions du retour à la paix. Il faut renforcer le cadre national de promotion et protection des droits de l'homme et mettre en place au plus vite l'institution nationale des droits de l'homme. Le Mexique a exprimé son inquiétude face à l'impact du conflit sur la situation des droits de l'homme dans le pays et a souscrit à la recommandation d'établir une feuille de route pour assurer la pleine consolidation de l'État de droit en République centrafricaine et à assurer la promotion et la protection des droits de l'homme.

    Parmi les organisations non gouvernementales, Femmes Afrique Solidarité s'est alarmée de la situation sécuritaire préoccupante, mais aussi de l'insécurité alimentaire et des violences sexuelles. C'est pourquoi l'ONG appuie la recommandation du Secrétaire général de déployer une opération de maintien de la paix dans le pays. Du même avis, Human Rights Watch a dit qu'en attendant cette opération, Sangaris et Force africaine en Centrafrique (MISCA) doivent continuer de prendre des mesures transitoires pour ramener la paix dans le pays.

    World Evengelical Alliance s'est pour sa part alarmé de la lenteur de l'aide apportée à la République centrafricaine par la communauté internationale. Il faut également s'inquiéter de l'amalgame véhiculé dans les medias et présentant les antibalakas comme une milice chrétienne et les ex-Seleka comme des musulmans, réduisant de fait la crise à un conflit religieux, alors qu'il est essentiellement politique. Pour Confédération internationale d'organismes catholiques d'action charitable et sociale (Caritas), au nom également de la Compagnie des filles de la charité de Saint Vincent de Paul, également, c'est la corruption et la marginalisation qui a précipité ce pays dans la crise et non un quelconque conflit religieux de personnes qui ont toujours vécu ensemble. Il faudrait que les nouvelles autorités veillent à ne pas répéter les erreurs du passé.

    L'Alliance internationale d'aide à l'enfance a insisté sur les capacités très limités de l'État qui font qu'il ne peut venir en aide ni protéger les enfants dans ce conflit. Même constat pour CIVICUS qui a demandé aux forces régionales et internationales en présence de réduire la violence et permettre un accès humanitaire pour les personnes déplacées. L'assistance technique doit également se focaliser sur le renforcement des capacités institutionnelles. La Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) a accusé les deux parties d'avoir massivement violé les droits de l'homme. Dans ce contexte, la lutte contre l'impunité doit être une priorité et l'ONG préconise la création d'une cellule d'enquête en vue de traduire ces affaires en justice.

    Conclusion de l'experte indépendante

    MME KEITA BOCOUM a relevé les efforts déployés par les autorités de transition, qui ont une véritable volonté de restaurer l'État de droit. Il faut aujourd'hui renforcer la sécurité, ainsi que la capacité de la police et du système carcéral. La communauté internationale doit participer au renforcement des institutions et fournir une assistance technique au système judiciaire pour qu'il fonctionne efficacement. Les moyens manquent pour ce faire et il est donc nécessaire de restaurer la sécurité en augmentant les forces de police.

    En ce qui concerne la réconciliation, les efforts devront inclure toutes les communautés, y compris les populations musulmanes. En effet, une implication intercommunautaire dès le début du processus est fondamentale. Par ailleurs, pour ce qui est de la lutte contre le recrutement d'enfants par les milices armées, il faut sensibiliser les parents, relancer les institutions scolaires et punir les milices. Concernant le désarmement, il faut passer au crible les agents chargés de l'application de la loi avant de mener la réforme du secteur de la sécurité, afin d'éviter que des éléments liés aux violations des droits de l'homme ne soient intégrées aux forces armées ou à la police. Le Gouvernement de transition a besoin d'aide logistique et de ressources humaines pour mener à bien les réformes et la communauté internationale doit veiller à appuyer les priorités nationales. Toutes les démarches entreprises devront être inclusives, a-t-elle souligné.

    Examen du rapport sur la situation des droits de l'homme à Sri Lanka

    Présentation du rapport

    MME NAVI PILLAY, Haut-Commissaire aux droits de l'homme, a souligné que le rapport du Haut-Commissariat sur la promotion de la réconciliation et de la redevabilité à Sri Lanka examinait les progrès accomplis s'agissant des recommandations de la Commission sur les leçons tirées et la réconciliation. Ces progrès concernent la reconstruction, la réinstallation des déplacés, les élections au Conseil de la province du nord, ainsi que de certaines recommandations de la Commission, notamment celle ayant trait au trilinguisme.

    Mme Pillay a regretté de ne pas pouvoir relever de grands progrès dans d'autres domaines essentiels, notamment la nécessité d'assurer des enquêtes indépendantes et crédibles dans les violations passées des droits de l'homme et du droit international humanitaire. Le gouvernement n'a pas répondu positivement aux offres répétées d'assistance technique du Haut-Commissariat aux droits de l'homme sur des questions spécifiques susceptibles de permettre la réconciliation et l'établissement des responsabilités. La Haut-Commissaire a fait part de son trouble formes contemporaines d'esclavages à la poursuite du harcèlement et de l'intimidation des militants des droits de l'homme qui se sont poursuivies au cours de cette session même du Conseil des droits de l'homme. Cinq ans après la fin du conflit, le Conseil ne doit oublier l'étendue et la gravité des violations qui auraient été commises à la fin du conflit et qui a fait plusieurs milliers de morts, de blessés et de disparus parmi les civils.

    Le rapport du Haut-Commissariat aux droits de l'homme sur la promotion de la réconciliation et de la redevabilité à Sri Lanka paraîtra sous la cote A/HRC/25/23 (une version préliminaire est disponible en anglais, en arabe et en chinois)

    Pays concerné

    Sri Lanka a rappelé que le rapport découle d'une résolution du Conseil des droits de l'homme que le pays avait rejetée. Elle a dénoncé des conclusions marquées par des préjugés de politisation constants et a fait état de nombreuses erreurs et perceptions erronées dans le projet de rapport, malgré la visite de la Haut-Commissaire dans le pays et bien que le Haut-Commissariat aux droits de l'homme ait eu cinq mois pour contrôler les faits. Les commentaires présentés par Sri Lanka traitent en détail d'un grand nombre de ces erreurs et fausses perceptions. Sri Lanka a notamment dénoncé les références faites au rapport du groupe d'experts sur Sri Lanka, alors que ce groupe est «discrédité». Sri Lanka se dit profondément préoccupée de toutes ces erreurs et s'interroge sur leurs motivations. On aurait pu espérer de la part du Haut-Commissaire aux droits de l'homme une meilleure étude des faits, alors que le rapport néglige les positions factuelles présentées par Sri Lanka. Contrairement aux assertions du rapport selon lequel Sri Lanka n'aurait pas répondu aux offres d'assistance technique du Haut-Commissariat, Sri Lanka reste ouverte aux propositions de coopération technique dans des domaines essentiels de la réconciliation, conformément aux besoins du pays tels qu'ils ont été définis dans son plan national d'action.

    Sri Lanka rappelle que, lors du segment de haut niveau de la présente session, son ministre des affaires extérieures avait présenté une actualisation du processus de réconciliation en cours depuis cinq ans, soit depuis la fin des trente années de terrorisme brutal que le pays a connues. Ces progrès touchent notamment à la redevabilité, à la Commission d'enquête sur les disparitions, au recensement national des morts et blessés et des dégâts causés aux biens, entre autres. Sri Lanka a ensuite fait état de nouveaux progrès récents, comme le lancement d'une procédure visant à l'adoption d'une loi sur la protection des victimes et témoins. Le Département des statistiques et du recensement a en outre publié un rapport intérimaire sur le recensement national des morts et blessés et des dégâts causés aux biens depuis 1982. Par ailleurs, le mandat de la Commission chargée d'enquêter sur les allégations de disparitions dans les provinces du nord et de l'est, qui portait initialement sur la période 1990 -2009 a été élargi à une période remontant à 1983 à la demande de différentes parties.

    Sri Lanka a réaffirmé son engagement à coopérer avec les titulaires de mandat au titre des procédures spéciales. Le Gouvernement a étudié la demande du Groupe de travail sur les disparitions forcées et continuera de maintenir la vigilance face aux indices crédibles d'une résurgence des activités terroristes du LTTE.

    Si Sri Lanka reconnaît que les progrès ont été inégaux selon les secteurs, elle juge très préoccupant le fait que certaines composantes de la communauté internationale continuent de qualifier injustement les efforts du Gouvernement comme étant de peu d'importance, voire distincts du processus de réconciliation. Pourtant, cette même communauté internationale a elle-même noté depuis la fin de la période de conflit que ces mesures étaient de la plus haute importance pour la réconciliation. Sri Lanka a dénoncé les tentatives faites pour la décrire comme un pays dans lequel les violations des droits de l'homme se poursuivent. Si violations il y a, elles sont sporadiques, n'ont rien de continu et ne font pas de Sri Lanka une exception par rapports aux autres pays, en particulier ceux qui sortent d'un long conflit. Par ailleurs, Sri Lanka dispose d'un système juridique solide et son système pénal offre de nombreuses garanties. C'est au vu de cette «attitude déplacée» que Sri Lanka n'est pas en mesure d'accepter l'action du Conseil, qui ne reconnaît pas les progrès très tangibles réalisés en matière de consolidation de la paix et de réconciliation. Sri Lanka estime que le Conseil continue de lui accorder une attention disproportionnée et politiquement motivée. Sri Lanka continuera comme par le passé de rejeter les résolutions proposées par les États-Unis, qui sont fondées sur un mandat et un processus politisé et obtenu sans le consentement de l'État concerné. Sri Lanka rappelle que toute action prise pour la promotion et la protection des droits de l'homme dans un pays doit avoir le consentement de ce pays. Les processus politiques ne peuvent que saper le délicat équilibre du processus de réconciliation en cours au Sri Lanka, ainsi que l'engagement constructif que le pays continue d'entretenir avec le Conseil.

    Discussion du rapport

    La Grèce, au nom de l'Union européenne, a invité Sri Lanka à respecter ses obligations internationales en matière de droits de l'homme. Colombo doit en outre veiller à ce que les militants des droits de l'homme puissent s'exprimer librement. L'Union européenne appelle le Conseil des droits de l'homme à adopter une résolution sur Sri Lanka en faveur de la conduite d'une enquête internationale et appelle ce pays à collaborer avec le Haut-Commissariat. Le Monténégro a félicité Sri Lanka pour la reconstruction et pour la mise sur pied de la Commission sur les leçons à tirer du conflit et la réconciliation mais il convient de faire beaucoup plus en faveur de tous les Sri-Lankais. Il est préoccupant que les medias et les minorités religieuses soient la cible d'attaques. La communauté internationale doit continuer de se pencher sur la situation régnant dans le pays. Les États-Unis ont dit partager un grand nombre de préoccupations de la Haut-Commissaire, notamment en ce qui concerne les attaques contre les lieux de culte appartenant à des minorités religieuses. Ils appellent à la cessation du harcèlement des militants des droits de l'homme, voire des bénévoles engagés dans des actions humanitaires. Sri Lanka est invitée à collaborer avec le Haut-Commissariat.

    La France, qui a dit partager la préoccupation de la Haut-Commissaire s'agissant de la situation des droits de l'homme à Sri Lanka, a rappelé que la lutte contre l'impunité est une condition sine qua non à l'établissement d'une véritable réconciliation nationale. Les autorités doivent faire toute la lumière sur les meurtres odieux dont ont fait l'objet 17 personnels humanitaires d'Action contre la faim à Muttur en 2006. Elle partage l'analyse de la Haut-Commissaire concernant l'insuffisance des enquêtes concernant les allégations de violation du droit international des droits de l'homme et du droit international humanitaire.

    L'Irlande a noté les progrès conséquents mentionnés par la Haut-Commissaire dans son rapport et s'en félicite mais reste préoccupée par le fait que de nombreuses activités ne correspondent pas à celles préconisées par la Commission sur les leçons tirées et la réconciliation ou n'ont pas été menées à bien. La réconciliation ne peut avoir lieu que si l'on respecte les droits de l'homme et si on peut établir la confiance mutuelle. L'Irlande a également condamné les entraves et menaces contre les défenseurs des droits de l'homme qui ont été commis à Sri Lanka à l'occasion de cette session du Conseil. Le Royaume-Uni a souligné que si Sri Lanka a fait des progrès, il reste néanmoins beaucoup à faire; des enquêtes crédibles doivent être menées face aux allégations de crimes de guerre commises par les deux parties au cours du conflit.

    L'Autriche a souligné qu'il appartenait en premier lieu aux autorités de Colombo de prendre des initiatives crédibles et effectives en faveur de la justice pour les crimes commis pendant la guerre civile. Elle est préoccupée par l'absence persistante d'efforts à cet égard jusqu'à présent. Quant aux mécanismes mis en place, ils ont produit peu de résultats. L'Ex République Yougoslave de Macédoine a jugé bien étayé le rapport de la Haut-Commissaire. Il a noté des progrès dans certains domaines mais a regretté l'absence d'enquêtes nationales crédibles sur les exactions commises pendant le conflit, ainsi que les attaques contre des défenseurs des droits de l'homme ou encore contre des minorités. Le Gouvernement doit apporter la justice aux victimes de violations des droits de l'homme et leurs familles, respecter les minorités raciales et religieuses et s'attaquer aux violences sexuelles et sexistes. Le Conseil des droits de l'homme devrait appuyer pleinement le projet de résolution sur Sri Lanka demandant la création d'une commission d'enquête internationale.

    Le Japon s'est lui aussi félicité des progrès enregistrés par Sri Lanka et de sa coopération avec les mécanismes des droits de l'homme. Néanmoins, des questions importantes restent en suspens en ce qui concerne la réconciliation nationale et les droits de l'homme. Le Japon espère que la coopération entre Sri Lanka et la communauté internationale donnera des résultats.

    L'Allemagne a fait part de sa préoccupation en matière de justice et déploré les pressions contre des membres de la société civile, dont certains ont été jetés en prison. Elle a demandé à la Haut-Commissaire de quels moyens la communauté internationale disposait pour permettre la tenue d'une enquête internationale. Si elle se félicite des progrès accomplis, notamment en matière de reconstruction des infrastructures, domaine certes important, la Norvège juge qu'il reste beaucoup à faire pour que le pays parvienne à la réconciliation, à une solution politique et à l'imputabilité des responsabilités. La Norvège est en outre préoccupée par la poursuite des violations des droits de l'homme, dont les intimidations et les arrestations arbitraires de militants des droits de l'homme.

    Le Danemark a dénoncé les attaques aux libertés d'expression, de réunion et d'association, notamment à l'encontre des journalistes et de la société civile en général. L'expérience montre que la justice et la reddition de comptes sont des éléments clés de toute réconciliation; Sri Lanka doit donc mener des enquêtes indépendantes sur toutes les allégations de violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire, afin d'établir les responsabilités et de punir les auteurs d'atrocités. La Belgique estime que si la justice de transition est une question complexe, il n'est pas souhaitable de repousser sa mise en place sine die. Or, la guerre est terminée depuis cinq ans et l'impunité continue de régner. Des enquêtes crédibles et indépendantes doivent se tenir si le pays entend instaurer une démocratie authentique. Le Canada déplore le manque de volonté affiché par le gouvernement sri-lankais de reconnaître ne serait-ce que la nécessité d'enquêtes indépendantes et crédibles. Il appuie par conséquent l'engagement du Conseil en la matière. Le représentant a confié que, lors de sa visite à Colombo en novembre on lui avait affirmé que le pays vivait une dégradation continue de l'état de droit.

    La Suisse partage le constat de la Haut-Commissaire sur le fait que le Gouvernement de Sri Lanka n'a pas réalisé d'enquêtes impartiales et crédibles sur les allégations de violations des droits de l'homme par toutes les parties. Elle soutient donc la proposition d'établir un mécanisme d'enquête internationale. La Suisse attache en outre une importance particulière à la décentralisation du pays et soutient une approche inclusive de la justice transitionnelle. Elle reste préoccupée par les attaques envers des minorités religieuses et par les harcèlements et intimidations à l'encontre des défenseurs des droits de l'homme. Il est indispensable pour la réconciliation nationale que la société civile puisse participer pleinement. La Suisse soutient en outre la recommandation de la Haut-Commissaire concernant l'abolition de la loi sur le terrorisme.

    Le Maroc a pour sa part salué la mise en place par Sri Lanka de la Commission sur les leçons à tirer à tirer et la réconciliation. Il conviendrait toutefois d'élargir le plan d'action national à l'ensemble des 285 recommandations de la Commission. Sri Lanka devrait en outre poursuivre le dialogue avec la Haut-Commissaire et considérer positivement ses offres d'assistance technique. La réconciliation, après 30 ans de conflit meurtrier, n'est pas facile et ne se décrète pas mais il faut capitaliser sur les mesures prises pour établir un climat de confiance et de réconciliation entre les différentes composantes de la nation sri-lankaise. Le Maroc déplore par ailleurs les attaques contre des minorités religieuses par des groupes extrémistes et appelle Sri Lanka à mettre en place une politique de «tolérance zéro» dans ce domaine.

    L'Algérie a pris note des progrès réalisés depuis 2009 pour la réconciliation nationale mais a exhorté Sri Lanka à adopter des mesures supplémentaires, comme celles préconisées par la Commission sur les leçons à tirer et la réconciliation. Tout projet de réconciliation doit inclure les deux piliers fondamentaux du dialogue et de la réparation. L'Algérie estime par ailleurs que le Conseil doit s'abstenir d'approches trop confrontationnelles avec le pays, compte tenu notamment du fait qu'il existe des mécanismes qui permettent de faciliter un dialogue constructif.

    Le Pakistan a rappelé qu'il estimait que les initiatives visant spécifiquement des pays n'étaient pas équilibrées. Ainsi, la recommandation d'établir un mécanisme international d'enquête dépasse le mandat accordé par la résolution 22/1. Pour le Pakistan, Sri Lanka a un excellent bilan démocratique, ayant surmonté avec succès trois décennies de terrorisme brutal de la part d'un LTTE qui bénéficiait de soutiens extérieurs. Cuba a jugé que le rapport présenté aujourd'hui reflétait une fois encore la politisation et l'application de deux poids deux mesures qui se sont enracinés au sein du Conseil. Les conclusions et recommandations de la Haut-Commissaire reflètent le déséquilibre présidant au traitement des situations des droits de l'homme dans les pays du Sud. En dépit de cela, Sri Lanka a démontré un engagement authentique dans la promotion et la protection des droits de l'homme de sa population. Le Venezuela a estimé que le rapport, fruit de la résolution 22/1 imposée par les États-Unis contre Sri Lanka, résulte d'un processus fortement politisé au cours duquel le pays concerné n'a pas été entendu. Or, le pays avance résolument dans son processus de réconciliation, ainsi que le montre le plan d'action national qui applique les recommandations de la Commission sur les leçons à tirer et la réconciliation. La République islamique d'Iran a déclaré que la communauté internationale devrait encourager Sri Lanka plutôt que d'adopter une politique sélective à son encontre. La promotion et la protection des droits de l'homme doivent être basées sur la coopération des États concernés pour qu'ils puissent améliorer leurs capacités et remplir leurs obligations internationales sur le terrain.

    La Fédération de Russie a rappelé qu'elle s'était opposée à plusieurs reprises à une évaluation de la situation à Sri Lanka par le Haut-Commissariat car il n'y a pas de raison de le faire. Sri Lanka est ouvert au dialogue, son Gouvernement continue de collaborer avec le Haut-Commissariat et il a indéniablement réalisé des progrès importants dans la réconciliation nationale. Le processus de réconciliation nationale doit être réalisé par les Sri Lankais et la Russie se prononce contre toute ingérence dans les affaires d'un État souverain comme Sri Lanka.

    L'Égypte se félicite de l'accueil réservé par Sri Lanka à la Haut-Commissaire, qui a reconnu à la fin de sa visite les progrès accomplis par le pays. Il faut encourager les États dans leurs efforts en vue de la promotion et la protection des droits de l'homme. Ces encouragements doivent être acceptées par le pays concerné et être basés sur les principes de coopération et de dialogue. La Thaïlande aussi félicite Sri Lanka pour les progrès dans la mise en œuvre des recommandations de la commission sur la réconciliation et les leçons apprises. Consciente que la réconciliation prendra du temps, elle souhaite que la communauté internationale continue à appuyer Sri Lanka et encourage ce pays à mettre en œuvre pleinement tous les mécanismes de réconciliation nationale.

    Le Bhoutan a félicité Sri Lanka pour les progrès accomplis, ainsi que pour l'accueil fait à la Haut-Commissaire, qui a pu se rendre sans difficulté dans toutes les régions du pays. Ces progrès doivent être reconnus et il faut encourager Sri Lanka à poursuivre ses efforts, sachant que les consultations et le dialogue représentent des éléments fondamentaux mais très délicats. Le Myanmar rappelle que la reconstruction et la réconciliation sont loin d'être faciles à réaliser pour un pays sortant de conflit. Le Bangladesh a félicité Sri Lanka pour sa bonne coopération avec les mécanismes des droits de l'homme. Compte tenus des difficultés que connaît ce pays, il est primordial qu'il dispose de plus de temps pour accomplir ce qui doit être fait. Il est également primordial que les principes de non sélectivité, d'impartialité et d'objectivité continue d'irriguer les travaux du Conseil.

    L'Ouzbékistan estime qu'il faut notamment reconnaître les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations issues de la Commission nationale sur les leçons apprises. Il salue en outre les progrès en matière de déminage et de retour des personnes déplacées. La communauté internationale doit appuyer les efforts du Gouvernement visant à la promotion et protection des droits de l'homme, en prenant en compte les difficultés auxquelles le pays est confronté. Pour l'Azerbaïdjan, qui s'est félicité de la visite du Rapporteur spécial sur les déplacés internes en décembre 2013 à la suite de l'invitation du Gouvernement, tous les problèmes peuvent être résolus sur la base d'un dialogue ouvert et constructif entre Sri Lanka et les mécanismes des Nations Unies chargés de la promotion et protection des droits de l'homme.

    Pour le Nigéria, qui s'est félicité de la poursuite des progrès accomplis par Sri Lanka dans le cadre des recommandations de la Commission de réconciliation et des leçons tirées, surmonter les défis en matière de droits de l'homme après des décennies de guerre civile implique des efforts de longue haleine. Il appelle par conséquent Sri Lanka à intensifier ses efforts pour relever ces défis et encourage la Haut-Commissaire à lui fournir toute l'assistance que le pays pourrait souhaiter.

    Le Soudan du Sud a félicité Sri Lanka pour son engagement envers le Conseil et les mécanismes des droits de l'homme, et pris note des efforts de réconciliation et de réinsertion des anciens combattants et des détenus. L'Ouganda a estimé que Sri Lanka a fait des efforts louables au terme d'un long conflit mené face à l'un des terrorismes les plus sanguinaires que le monde ait connu et dont il est finalement sorti vainqueur. L'Ouganda estime que l'on devrait porter une considération spéciale aux pays émergeant de conflits de longue durée, particulièrement lorsqu'ils montrent une intention évidente de relever les défis qui se posent à eux au terme des hostilités.

    Le Soudan a dit bien comprendre la position justifié de Sri Lanka face à la résolution 22/1 du Conseil des droits de l'homme et estime que la recommandation de la Haut-Commissaire concernant la mise en place d'une commission d'enquête indépendante dépasse son mandat. Le Soudan salue les efforts de Sri Lanka en faveur de la réconciliation nationale, efforts qui doivent naturellement se poursuivre, et estime que le Conseil des droits de l'homme doit éviter toute approche politisée, partiale et subjective. Le Bélarus déplore une politisation grandissante du Conseil et constate que la résolution 22/1 y a contribué; le Bélarus estime que le rapport de la Haut-Commissaire outrepasse son mandat puisqu'il comprend des conclusions et des recommandations qui ne sont pas prévues par la résolution. Le Bélarus déplore les tentatives pour exercer des pressions politique sur le pays, lesquelles n'encouragent pas un dialogue authentique, et constate que Sri Lanka n'a pas refusé pour autant de coopérer avec les Nations Unies. La Bolivie estime elle aussi que les recommandations du rapport outrepassent la résolution relative à Sri Lanka. Le dialogue, l'impartialité, la non-sélectivité et l'objectivité doivent présider aux travaux du Conseil. La Bolivie rejette les décisions prises sans l'accord des pays concernés.

    La République populaire démocratique lao a constaté avec plaisir que Sri Lanka était bien engagé dans la réconciliation. C'est pourquoi une nouvelle résolution sur Sri Lanka ne permettrait pas d'améliorer la situation des droits de l'homme sur le terrain. Seul l'Examen périodique universel peut permettre un tel objectif. Le Zimbabwe, qui a estimé lui aussi que Sri Lanka avait beaucoup progressé en matière de réconciliation et que la Haut-Commissaire était allée au-delà du mandat confié par la résolution 22/1 du Conseil, considère qu'une résolution supplémentaire n'est pas nécessaire, vu l'engagement du Gouvernement sri-lankais

    La Chine a félicité Sri Lanka pour ses réalisations dans les domaines de la promotion et la protection des droits de l'homme et du développement économique. Le Gouvernement a renforcé sa coopération avec les mécanismes onusiens des droits de l'homme. La Chine regrette que le rapport de la Haut-Commissaire ne présente pas de manière objective les progrès et réalisations du Gouvernement de Sri Lanka. La confrontation ne peut que saper les bases de la coopération internationale en matière de droits de l'homme. La Chine appuie Sri Lanka dans la défense de son intégrité territoriale et de sa souveraineté nationale. Il faut donner à Sri Lanka assez de temps pour réaliser son processus de réconciliation interne. Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme doit respecter son mandat et apporter à Sri Lanka une assistance technique qui corresponde aux besoins du pays et avec son assentiment.

    La Namibie reconnaît les efforts déployés par Sri Lanka, y compris la mise en place de la Commission sur les leçons à tirer et la réconciliation. La communauté internationale doit aider Sri Lanka à surmonter les défis de sa politique de réconciliation et de reconstruction du pays. La Namibie invite par ailleurs Sri Lanka à respecter ses obligations internationales. La Sierra Leone a souligné les efforts faits par Sri Lanka, mais regretté que la réconciliation si nécessaire, seule capable d'assurer une paix et une stabilité durables, n'était pas encore en vue. L'expérience de la Sierra Leone démontre que la paix n'est atteignable que par la justice et la réconciliation et a souligné la valeur d'exemple des mécanismes mis en place en Sierra Leone en matière de justice. Le Viet Nam a estimé que les réalisations de Sri Lanka dans le domaine de la réconciliation depuis 2009 méritent d'être encouragées. La visite de la Haut-Commissaire témoigne de sa coopération avec les mécanismes onusiens des droits de l'homme, mais les problèmes ne peuvent être résolus rapidement car les défis à relever sont considérables. Le Viet Nam est prêt à partager avec Sri Lanka son expérience en matière de réconciliation nationale et d'intégration internationale.

    Parmi les nombreuses organisations non gouvernementales qui sont intervenues au sujet de la situation à Sri Lanka, la Commonwealth Human Rights Initiative a déploré que les victimes de crimes de guerre attendent toujours la justice. Les forces armées ne coopèrent pas avec la justice, les procédures manquent d'impartialité et les témoins ne sont pas suffisamment protégés. Le manque de volonté politique à faire la lumière sur les crimes du passé. Cette culture de l'impunité a des conséquences négatives car elle encourage le harcèlement de la société civile.

    Human Rights Watch a affirmé qu'il fallait poursuivre tous les auteurs de violations des droits de l'homme, notamment les responsables du recrutement d'enfants-soldats. L'ONG a dénoncé le harcèlement par les autorités des défenseurs des droits de l'homme et des avocats qui défendent d'autres parties, notamment en diffusant leurs noms et photographies dans les medias. Les Nations Unies ont fait preuve de patience depuis la promesse faite par le Président sri-lankais au Secrétaire général en mai 2009, qui affirmait que Sri Lanka poursuivrait tous les responsables d'atrocité. CIVICUS: Alliance mondiale pour la participation des citoyens est profondément préoccupé par les intimidations visant les citoyens et les militants des droits de l'homme souhaitant communiquer ou s'exprimer au Conseil des droits de l'homme. L'ONG a cité parmi les personnes ainsi ciblées M. Ruki Fernando de l'organisation Inform et le père Praveen, un prêtre catholique. Tous deux ont été arrêtés à la mi-mars en vertu de la loi de prévention du terrorisme, un texte particulièrement liberticide, pour avoir tenté de voir Balendran Vithushaini, un adolescent de 13 ans placé sous tutelle après l'arrestation de sa mère, Balendran Jeyakumari, une militante connue des droits de l'homme poursuivie pour avoir hébergé un ancien membre présumé du LTTE.

    Le Conseil norvégien pour les réfugiés a rappelé le grand nombre de personnes déplacées, cinq ans se sont écoulés depuis la fin du conflit. Un nombre inconnu de personnes déplacées à long terme ne sont plus considérées comme déplacées et n'ont pu bénéficier de solutions pérennes. En outre, le processus de réconciliation ne prend pas en compte les conséquences de la guerre sur certaines minorités, en particulier les Tamouls et les musulmans.

    La Commission internationale des juristes a déclaré que le système judiciaire sri lankais ne fonctionne pas comme une instance indépendante. Les juges et avocats font l'objet de menaces et d'actes d'intimidation ; les juges qui prennent des décisions contraires aux intérêts du Gouvernement subissent des pressions allant jusqu'au limogeage. Cinq ans après la fin du conflit armé, personne n'a été poursuivi pour les violations graves des droits de l'homme commises par les deux parties. Les familles de victimes ont le droit à la justice, à la vérité et à des réparations. La Pasumai Thaayagam Foundation a déclaré qu'au moment où le Conseil examine cette situation, plusieurs personnes sont encore détenues dans les prisons dans le cadre de la loi sur le terrorisme. Depuis 36 ans, cette loi est utilisée pour réduire au silence ou éliminer toute personne critique au Sri Lanka. Le Conseil doit intervenir pour que la justice soit restaurée pour tous dans ce pays.

    Le Forum asiatique pour les droits de l'homme et le développement a réitéré son soutien à un mécanisme international d'enquête pour les crimes commis à Sri Lanka, d'autant que certaines régions du pays sont toujours militarisées et que des graves violations des droits de l'homme sont toujours commises, y compris des exécutions sommaires ou arbitraires et des atteintes à la liberté d'expression. Lawyers' Rights Watch Canada a également appuyé l'appel à la création d'un mécanisme international d'enquête, notamment du fait que Sri Lanka n'a rien fait pour mener des enquêtes sur les violations des droits de l'homme. Au contraire, le pays continue de détenir des personnes dans le cadre de la loi sur le terrorisme, notamment des Tamouls. L'absence de mesures à l'encontre de Sri Lanka ne peut que renforcer l'impunité. France Libertés : Fondation Danielle Mitterrand a déclaré que l'heure a enfin sonné pour faire cesser les mensonges et nommer une commission d'enquête internationale, d'autant que Sri Lanka continue de militariser le nord du pays et de commettre des crimes assimilables à un génocide de la population tamoule. Il faudrait en outre abroger la loi sur le terrorisme et libérer les personnes détenues. United Nations Watch a noté que le Conseil, au lieu de condamner Sri Lanka pour les crimes qu'il commet, a adopté en 2009 une résolution présentée par Sri Lanka elle-même, appuyée par la Chine et dans laquelle le Conseil félicite le pays. Au lieu d'agir ainsi, il faut créer une commission d'enquête internationale pour faire la lumière et faire jaillir la vérité. Pour Amnesty International, le fait que Sri Lanka n'ait pas mené des enquêtes crédibles et indépendantes démontre la nécessité d'une investigation internationale. Amnesty International salue le fait que de nombreuses délégations se montrent soucieuses de protéger les personnes courageuses qui osent s'exprimer malgré les intimidations auxquelles elles sont soumises.

    La World Barua Organisation a rappelé que Sri Lanka est un pays qui sort d'une guerre de 30 ans contre le terrorisme et qui progresse vers la réconciliation. Or, certains pays s'efforcent de perturber ce processus, influencés qu'ils sont par des éléments désireux de discréditer Sri Lanka au sein du Conseil. L'International Buddhist Relief Organisation a demandé où étaient ces bonnes âmes et que faisait l'ONU pendant les trois décennies au cours desquels on voyait le LTTE faire exploser des gens, tuer des femmes enceintes, des bébés et d'innocents moines bouddhistes. Et maintenant que le LTTE est défait, ces bonnes âmes viennent avec célérité exiger des comptes, de la transparence, pour savoir pourquoi cette organisation a été anéantie. L'ONG a dénoncé cette hypocrisie. L'International Buddhist Foundation a déclaré que la paix et la compassion sont nécessaires pour Sri Lanka. Elle a rappelé que les recommandations de la Haut-Commissaire visant à créer un mécanisme international d'enquête ont été rejetées par Sri Lanka. Pourquoi la Haut-Commissaire s'entête-t-elle à réitérer cette recommandation alors qu'elle a pu constater la situation sur le terrain lors de sa visite? Ceci remet en cause l'impartialité des Nations Unies et de la Haut-Commissaire.

    Le Mouvement international contre toutes les formes de discrimination s'est félicité du travail de la Haut-Commissaire, dont le rapport évoque de manière juste les préoccupations que l'on peut avoir en matière de droits de l'homme à Sri Lanka. L'ONG a averti que, sans l'assistance du Haut-Commissariat, le pays glisserait vers la militarisation, l'autoritarisme et l'impunité. Action contre la faim a appuyé les recommandations émises par le Haut-Commissaire, en particulier concernant l'établissement des responsabilités et la reddition des comptes. Les rapports démontrent le manque de volonté de l'État à lutter contre l'impunité et traduire en justice les responsables d'atrocités, notamment les auteurs d'un massacre de travailleurs humanitaires en 2007. Les témoins sont bâillonnés et les enquêtes ne sont pas crédibles, estime l'ONG, qui a d'appelé toutes les parties à agir pour mettre un terme à l'impunité. Libération a pour sa part déploré que le rapport de la Haut-Commissaire néglige la dimension ethnique de ce conflit. La vaste majorité des disparus, des victimes de tortures et de meurtres sont des Tamouls, qui sont confronté à un «génocide». Le peuple tamoul ne peut attendre indéfiniment que l'on vienne à son aide, alors que l'on cherche à l'éradiquer de Sri Lanka. Les victimes ont droit à la justice et le monde doit agir pour que le peuple tamoul puisse vivre en paix à l'avenir.

    World Evangilical Alliance a observé que Sri Lanka se considère comme un pays sortant de conflit, tout en réprimant ceux qui demandent que justice soit rendue et en particulier les minorités. International Educational Development a estimé qu'un génocide se poursuivait à Sri Lanka, l'objectif de Colombo étant de «détamouliser» l'île. La question de la réconciliation est sans objet, la majorité cinghalaise n'ayant nullement l'intention de se réconcilier avec la nation tamoule, désireuse qu'elle est de l'assimiler dans sa vision d'un Sri Lanka bouddhiste cinghalais. En conséquence de quoi, la seule alternative pour les Tamouls de souche est en effet l'exil ou l'assimilation. Le Collectif des femmes africaines du Hainaut a déclaré que la colonisation britannique avait modifié les équilibres existant auparavant à Sri Lanka, menant à la guerre et aux massacres récents. Il ne s'agit pas d'un problème de minorités, mais de colonisation d'une partie de l'île par la population de l'autre partie. Dressant un parallèle avec la situation à Gaza, l'ONG a dénoncé le «génocide des Tamouls», qui constituent une nation et non une minorité. Vivekananda Sevekenda O-Shisu Uddyan a dit sa déception de voir le Conseil aborder la question de Sri Lanka sous l'aspect d'une résolution qui ne donnera pas au Haut-commissariat le mandat de mener des enquêtes sur les crimes, ni sur les mesures à prendre pour empêcher le génocide des Tamouls.

    Le Human Rights Law Centre, dans une déclaration conjointe, a salué le rapport de la Haut-Commissaire en indiquant que les forces de sécurité sri-lankaises se sont livrées à des massacres extrajudiciaires délibérés. Les Tigres tamouls ont pour leur part recruté des enfants-soldats, tandis que des viols et des actes de torture ont été commis par les forces de sécurité. Rien n'a été mis en place pour établir un mécanisme national de reddition des comptes. L'Association of World Citizens a demandé des nouvelles des jeunes personnes entraînées dans les camps du nord pendant trois mois par les Tigres tamouls et qui recevaient une fiole de cyanure. Où sont-elles et comment vont-elles affronter la vie, a demandé l'ONG, qui insiste sur la nécessité de leur fournir des soins, notamment des soins mentaux.

    Organisations non gouvernementales – Débat interactif sur le Mali: Vision Mondiale International (au nom également de l'Alliance internationale d'aide à l'enfance, Conseil norvégien pour les réfugiés, International Rescue Committee et OXFAM ), Femmes Afrique Solidarité, Human Rights Watch, Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) et le Bureau international catholique de l'enfance.

    Organisations non gouvernementales – Débat interactif sur la République centrafricaine: Femmes Afrique Solidarité, World Evangelical Allliance, Confédération internationale d'organismes catholiques d'action charitable et sociale – Caritas (au nom également de la Compagnie des filles de la charité de Saint Vincent de Paul), CIVICUS: Alliance mondiale pour la participation des citoyens, Alliance internationale d'aide à l'enfance, Human Rights Watch et la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).

    Organisations non gouvernementales – Débat interactif sur le Sri Lanka: Commonwealth Human Rights Initiative, Human Rights Watch, CIVICUS: Alliance mondiale pour la participation des citoyens , Conseil norvégien pour les réfugiés, Commission internationale de jurists, Pasumai Thaayagam Foundation, Forum asiatique pour les droits de l'homme et le développement, Lawyers' Rights Watch Canada, France Libertés: Fondation Danielle Mitterrand, United Nations Watch, Amnesty International, World Barua Organization , International Buddhist Relief Organisation, International Buddhist Foundation , Mouvement international contre toutes les formes de discrimination, World Evangelical Alliance, International Educational Development, Le Collectif des Femmes Africaines du Hainaut, Vivekananda Sevakendra-O-Sishu Uddyan, Libération, Action contre la faim, Jubilee Campaign, Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme, Human Rights Law Centre, Association of World Citizens.

    Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

    HRC14/050F


    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Mali

    Posté le mar., mars-25-2014

    Mali - Les régions maliennes de Tombouctou, de Gao et de Kidal accueillent aujourd’hui près de 196 000 rapatriés et 107 000 déplacés internes qui nécessitent une aide humanitaire d’urgence.

    L’accès à l’eau, aux premiers soins de santé, au logement et à des revenus sont des préoccupations majeures.

    Le retour des personnes déplacées par le conflit en 2012 et 2013 exacerbent des ressources déjà limitées. « De plus en plus de gens retournent chez eux et les communautés du nord ont aujourd’hui besoin d’une aide d’urgence immédiate afin d’éviter de nouveaux déplacements », a déclaré Bakary Doumbia, chef de mission de l’OIM au Mali.

    Les données de l’OIM montrent que davantage de déplacés internes du nord rentrent chez eux depuis le sud du pays et le nombre de déplacés internes au nord continue de diminuer. D’autres Maliens rentrent également depuis les pays voisins.

    Les activités de suivi et de contrôle des déplacements peuvent permettre d’anticiper de potentiels déplacements futurs. Elles aident également le gouvernement et les organisations humanitaires à mieux comprendre les besoins des rapatriés et d’intégrer les données d’évaluation des villages dans la planification.

    Les données indiquent que les communautés ont désespérément besoin d’un accès aux services de base. Il est nécessaire de réhabiliter et de construire des points d’eau et d’établir des cliniques mobiles pour fournir des services de santé de base.

    Les kits de construction d’abris, l’aide non alimentaire et les projets de génération de revenus sont également nécessaires pour garantir que les rapatriés les plus vulnérables aient un niveau de vie convenable.

    « L’OIM a besoin de 10 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires au nord du Mali et fournir de l’aide d’urgence aux déplacés, aux rapatriés et aux familles d’accueil », a fait remarquer Bakary Doumbia.

    Pour plus d’information, veuillez contacter

    Juliana Quintero OIM Mali Email: juquintero@iom.int Tel. + 223 90 50 00 13

    Ou

    Stefano Pes Email: spes@iom.int Tel. +223 90 50 00 02

    Analyse :

    L’agitation politique et la violence au Mali se sont atténuées depuis août 2013, ce qui a permis de faire baisser le nombre de déplacés internes. Toutefois, un autre problème émerge pour les acteurs humanitaires : répondre aux besoins urgents des rapatriés, de ceux qui restent déplacés et des familles qui les accueillent au nord du Mali.

    Dans ce contexte difficile, l’OIM continue de rassembler et de partager des informations sur les mouvements de population et sur les besoins de la population touchée, par le biais de sa Matrice de suivi des déplacements (DTM).

    D’après le dernier rapport de la DTM, 85% des déplacés interrogés ont l’intention de rentrer chez eux. Cependant, les infrastructures dans ces zones ont été touchées par le conflit et les ressources sont quasiment inexistantes. Fournir une aide adéquate aux communautés et aux rapatriés est donc essentiel pour éviter de nouveaux déplacements de population.

    Colin Williamson, IOM


    0 0

    Source: Mercy Corps
    Country: Niger

    Hawa Maney emerges from the doorway of her dark, two-room home with a small bowl of lettuce. The shredded leaves are coated with a bit of oil and wilting in the heat — it’s already pushing 100 degrees in northwestern Niger and it’s only February.

    We sit in the shade of the mud walls and Hawa, 35, explains that the lettuce is the only thing she and her six-year-old daughter, Ramatou, have to eat today. Our conversation is punctuated by the rhythmic echoes of women pounding millet throughout the village, and I wonder how long that sound will last.

    Serious food crisis looms

    Drought returned to Niger last year and the lack of rain ruined the staple millet crop across the country. Like Hawa, many families are already rationing out what little grain they managed to harvest; some women told me they’re already down to just one meal a day — and there are seven long months until the next harvest.

    It’s a food crisis that’s just beginning. The government of Niger estimates that 11.7 million people are at risk of food insecurity this year — that’s 66% of the population without enough to eat. And most of them are in hardest-hit Ouallam, where Hawa lives.

    Even before this drought, 13% of children under five years old in Niger were acutely malnourished — considered a serious emergency by the World Health Organization. These youngest children are especially in danger as food shortages grow increasingly severe over the coming months.

    Hawa is lucky to have a small garden where she can grow some lettuce, potatoes and tomatoes with a little water from the village well. But the vegetables are simply not enough without the grain that’s the staple of every meal.

    “We are very hungry. Every day, we will have to eat less if we don’t find food,” she explains as she looks out toward the dry, parched landscape.

    An increasingly vicious cycle — a new way of life?

    Farming is a way of life that has sustained communities in Niger for generations, and they are used to making food last from one harvest to the next — it’s called the lean season. But changing weather patterns and increasingly frequent droughts are wreaking havoc on people’s ability to produce enough to eat.

    “It depends on the year,” Hawa tells me when I ask about the farming conditions here. “Sometimes we have good harvests, so we can survive well. But more and more, the harvest is bad and there are a lot of problems for the village.”

    The most urgent problem, of course, is not having enough to eat. But when that basic need isn’t met, other tragedies emerge: Men, like Hawa’s 20-year-old son Mamoudou, leave the village to look for work in the city. Women are left on their own to feed their families, with few options to make money to buy the food they need. Children drop out of school to help.

    Families can’t build a more stable future when they’re torn apart and have no time for school or for work — when they are focused only on their immediate survival.

    Unfortunately, these circumstances have become just as much the way of life here, as the time between droughts gets shorter and shorter. Just the year before last, in 2012, a widespread food crisis grabbed headlines and devastated millions in Niger. Families are still recovering and were not prepared to cope with yet another blow.

    In early February, the U.N. called attention to the life-threatening situation, appealing for $2 billion to prevent more than 20 million people from starving across the Sahel, including Niger, Mali, Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mauritania, Nigeria and Senegal.

    Addressing immediate needs, protecting progress

    Sitting with Hawa, watching the dust swirl in the bright light of the mid-day sun, such massive needs are distilled into the voice of this single mother — into the wide eyes of her little daughter, Ramatou. When I ask her what she needs, Hawa doesn’t hesitate.

    “We need help, especially food. But we are willing to work,” she says with a small, determined smile.

    During the last crisis in 2012, Mercy Corps provided emergency food assistance and cash-for-work projects that both prepared the land for better cultivation and helped people earn money to buy food during the height of the shortages.

    “When Mercy Corps helped, we even cooked three times a day!” Hawa exclaims when I ask her what that assistance meant to her.

    We also distributed goats and improved seeds designed to withstand the dry conditions. The harvest was better the next year, and women learned how to process the new crops into products they could sell at the market.

    Hawa started a business selling peanut oil, and her two goats gave birth three times. They had enough food to eat and to make a living; for the first time, she was earning an income on her own.

    But another drought, so soon, threatens to destroy the secure foundation Hawa is just starting to build. Now there aren’t enough peanuts to make the oil, and there isn’t enough fodder to keep the goats breeding and producing milk. Without enough time to save money or prepare for another crisis, she is struggling again.

    That’s why another emergency intervention is necessary. We’ve put the tools in place for families to build resilience to these recurring droughts — improved seeds produce crops optimized for the conditions; goats provide new income that’s not dependent on rain; village savings and loans groups create financial safety nets.

    But we need to make sure these advances are not wiped out in the midst of this crisis.

    Our teams asked Hawa and her village — and many more in the region — what they need most to make it through. Right now, it’s cash-for-work to buy food at the market and drought-resistant seeds to replant for a better harvest this coming fall.

    Investing in stronger communities

    That urgent assistance will be provided within our ongoing efforts to help families adapt to the challenging new reality. Our work throughout Niger helps mothers learn about proper nutrition, families learn how to earn better incomes, and communities learn new ways to keep animals healthy, manage new wells and use new farming techniques that make the most of limited resources.

    The goal is that communities can maintain their food security and thrive on their own — the same hope that Hawa has for her own life.

    As we say our goodbyes so she can go fetch her goats from grazing in the fields, Hawa pauses and smiles. “We’re very grateful to Mercy Corps,” she says. “You helped us so we could be stronger.”

    This latest food crisis puts our work to the test, no doubt. But it’s the strength I see in Hawa that makes me believe that long-term change is possible. And it's the strength of our supporters that will help us make sure Hawa and thousands of families get the food they need to survive this season — and have the resources to feed themselves in the future.


    0 0

    Source: HOPE'87
    Country: Burkina Faso

    This humanitarian aid project, financed by the European Commission’s Humanitarian Office (ECHO) aimed at supporting 2.500 poor households in the Région du Centre of Burkina Faso during the lean period between the using-up of last year’s harvest and the new harvest where the households are in a state of extreme food insecurity and especially children are at risk of malnutrition.

    The strategic approach chosen to support these households in bridging the lean season (also called ‘hunger gap’) is assistance via unconditional cash transfers during the months when they are most at risk (July, August, September). In addition, those households with children between 6-24 months receive baby food enriched with nutritional ingredients to reduce the risk of malnutrition of these particularly vulnerable children.

    View the slideshow


    0 0

    Source: Swedish International Development Cooperation Agency
    Country: Mali, Sweden

    When drought hits western Mali, people have difficulties to support for their families. 80 per cent of the households live off agriculture and the poorest residents have very little reserves. Sida supports efforts to give farmers an additional income and access to food, through the purchase of goats and seeds.

    – I was very excited by this opportunity to increase my income and access to grains, as we have been without it for three months, explains Bougouri Keita, a widow and mother of two children, with a big smile.

    Bougouri Keita lives in western Mali, which was hit hard by the recent food crisis of 2012, and where Sweden supports the recovery among vulnerable people. Residents in the municipalities Kita and Banamba receive support to agricultural activities and better access to food, as part of the Sida-financed resilience programme launched by the NGO Action Contre la Faim.

    80 per cent of the population in the area subsists on agriculture and cattle herding, making them highly dependent on access to rainwater. When the rains fail to fall, or become erratic, this leads to severe droughts, creating food shortages more or less every year. The poorest households have the most difficulties to recover and therefore become even more vulnerable to unpredicted events.

    Action Contre la Faim’s support include the recovery of livestock herds, which in reality means the purchase and distribution of goats. Goats and sheep are a good source of extra income and food. They are also cheaper, more durable and easier to raise than cows. The poorest households have also received a highly appreciated training about the benefits of goat farming, including a veterinarian teaching how to best take care of the goats.

    Distribution of refined seed is another important activity, supported by the organisation.

    – This is very good, because the seeds are distributed in time for the new farming season and they are adapted to our climate. For a long time, we have had to buy crops in the market, which has been very difficult for us being eight people in the household, with only one of us working, says a man receiving seed in Sakora village.

    There are no rivers or permanent water bodies in the areas around the towns of Kita and Banamba, which makes desertification a constant problem. Activities that strive to conserve water and soil are therefor important. Villages around these areas have worked to deepen ponds and channels to give cattle access to water, and to increase biodiversity in order to cultivate more variedly over a longer period of the year.

    About the support:

    Action Contre la Faim carries out a project to help households that are most affected by the food crisis in the areas around the towns of Kita and Banamba. There is a total of 150 000 inhabitants in the areas, located in the regions of Kayes and Koulikoro. The goal of the intervention is to support the recovery among vulnerable people at local level, providing support to agricultural activities and improved access to food.

    Sida is the sole donor, supporting the project in 2013 with a total of around 21 million SEK.

    Examples of achieved results:

    • Distribution of goats to 2610 households and of refined seed of sorghum, millet, maize, beans and peanuts to 5718 households in 61 villages.
    • People living the areas have been involved in restoring around 480 000 hectares of land to prevent erosion and around 24,000 m3 have been excavated to deepen ponds and channels to gain access to water for their livestock


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Chad
    preview


    Below-average household cereal stocks in certain areas of the Sahel

    Key Messages

    • Due to below-average cereal production in localized areas, current household stock levels are lower than usual in Wadi Fira, Batha, Bahr El-Gazal (BEG), Kanem, and northern Ouara. Poor households in these areas are currently only able to meet their minimal consumption needs and are facing Stressed (IPC Phase 2) acute food insecurity.

    • In worst affected areas (Wadi Fira and BEG), households are intensifying their off-season activities to atypical levels. However, their ability to increase coping beyond current levels in the coming months will be limited. These households will start facing food consumption gaps starting in April and will be in Crisis (IPC Phase 3) food insecurity.

    • Despite poor cereal production in parts of the Sahel, key markets in the Sahelian zone have average supply due to good production levels at a national level and normal trade flows from the Sudanian zone. However, unlike the Sudanian zone, prices remain above average in the Sahelian zone, limiting food access.


    0 0

    Source: Government of the United States of America
    Country: Mali

    In Mali, women-owned and operated farms for sorghum and millet crops are common, but it is rare to find women managing the companies that transport and process these grains that are staples in Malian diets.

    That is just one reason Danaya Cereals is remarkable among food processors in Mali. Led and largely staffed by women, Danaya has become an industry leader in recent years, creating more income and jobs as demand grows for the company’s popular line of cereal products. At the head of the 36-person firm is Aissata Thiam, who is training her daughter (and Danaya’s current finance and operations manager), Halatou Dem, to eventually take over the family business.

    Since 2009, when a Feed the Future program began working with the company, Danaya Cereals has more than doubled its annual sales. To help meet increased demand, Feed the Future helped the company partner with a wholesaler for the first time, leading to a contract with Keita Cereals that enabled Danaya to aggregate purchases from more than 120 farmers, guaranteeing a more consistent supply of raw material. This grain is also higher in quality – Feed the Future recently financed a new grain blower to help Keita reduce impurities from ten percent to less than one percent.

    Danaya staff are also receiving training in accounting, marketing and supply chain organization, as well as assistance in business negotiation so the company can seek financing from banks.

    “Before working with [Feed the Future’s] business development team, our finances were disorganized and difficult to track. Now, we have a computer and finance software – and I can manage our accounting properly,” Dem says.

    In 2013, Danaya secured a $158,000 loan from Mali’s BICIM Bank to finance completion of a new production plant. With this money and the new space and industrial equipment, the company can now triple its production capacity.

    Productive enterprises like Danaya are critical for growth in Mali’s agriculture sector, since processing companies boost demand for smallholder farmers’ crops and allow them to sell more of their surplus. More revenue for both smallholder farmers and business owners means Malians across the agricultural value chain can improve food security and invest in their families’ futures.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Central African Republic, Ethiopia, Malawi, Mali, Niger, South Sudan

    Africa Solidarity Trust Fund to support ongoing efforts to eradicate hunger, reduce malnutrition and poverty

    28 March 2014, Tunis - A unique, Africa-led fund designed to improve food security across the continent has become a reality for the first six countries slated to benefit from the initiative.

    The Central African Republic, Ethiopia, Malawi, Mali, Niger and South Sudan signed agreements in Tunis with the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) to receive $2 million each from the Africa Solidarity Trust Fund.

    "The Africa Solidarity Trust Fund shows that African countries are ready to step up and work with their neighbours to build a sustainable and food secure region, and to have the future we want," said FAO Director-General José Graziano da Silva.

    The agreements were signed during the FAO Regional Conference for Africa. At the ceremony, Graziano da Silva encouraged other African governments to join the effort and contribute to the Fund.

    The contributions will be used to bolster a wide range of projects to improve food security, nutrition, agriculture and rural development. They include policies and programmes to increase opportunities for youth employment; improve natural resources management and the quality of food production; increase the resilience of livelihoods in conflict-affected areas; and rapidly increase the availability of nutritious food through programmes like cash transfers, school feeding and school gardens.

    The trust fund, which is housed at FAO, was originally proposed in 2012 by President Denis Sassou Nguesso of the Republic of the Congo, during the previous Regional Conference for Africa in Brazzaville.

    The Fund was launched officially in June 2013 with a funding package of $30 million from Equatorial Guinea. Additional funding from Angola ($10 million) and a group of civil society organizations in the Republic of Congo have brought the total amount to $40 million. The governments of Cameroon and Congo have also pledged to add to the fund and other countries are expected to join in the coming months.

    "Thanks to the Africa Solidarity Trust Fund's initial contributors, the political will to end hunger in the region can be transformed into effective action," said Bukar Tijani, Assistant Director-General/Regional Representative for Africa.

    "This will help to increase FAO's cooperation with African governments and other partners to better coordinate their ongoing efforts to help vulnerable families improve their lives."

    Project highlights

    The US$2 million allocated to each country will support projects including:

    Central African Republic: Livelihoods resilience opportunities for conflict-affected rural communities in Central African Republic, such as support in diversifying agricultural production and development of financial services;
    Ethiopia: Enhanced livelihoods and poverty reduction through economic diversification and decent work opportunities for rural communities;
    Malawi: Integrated approaches to building the resilience of vulnerable communities to climatic shocks in one of the most affected districts in Malawi;
    Mali: Improving employment opportunities for young men and women in rural areas, using, for example, FAO's Junior Farmer Field and Life Schools to increase training in agribusiness;
    Niger: Support to the 3N initiative (Nigeriens Nourish Nigeriens). Improving nutrition, supporting natural resources management and increasing access to financial and social protection services;
    South Sudan: Providing information, equipment, seeds and livestock services to protect and restore livelihoods.
    FAO will provide technical assistance for implementation of the projects in cooperation with partners.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Chad
    preview


    L’insécurité alimentaire s’accentue de manière significative dans le Wadi Fira et Barh El-Ghazel

    Résumé

    Les cumuls pluviométriques inférieurs à la moyenne et une mauvaise répartition des pluies pendant la saison des pluies de 2013 ont provoqué d'importants déficits de production agricole dans les régions de Wadi Fira et Barh El-Ghazel. En plus de réduire les stocks et les revenus agricoles, ces conditions pluviométriques ont affecté les conditions pastorales qui sont aussi en dessous de la moyenne. L'augmentation attendue des prix des céréales à un rythme anormalement rapide à partir de février, conjuguée aux stocks des ménages inférieurs à la moyenne et les termes de l’échange du bétail aux céréales défavorables aux pasteurs, limiteront l'accès alimentaire des ménages dans les prochains mois. Actuellement, la plupart des ménages sont encore capables de couvrir leur besoins alimentaires mais les déficits de consommation qui conduisent à l’insécurité alimentaire de niveau Crise (Phase 3 de l’IPC) sont probables à partir d’avril et jusqu’à la fin de la soudure (septembre). Une réponse appropriée et bien ciblée d’assistance aux ménages agro-pasteurs pauvres sera nécessaire pour empêcher les déficits de consommation alimentaire attendus.

    Situation

    Due aux cumuls pluviométriques inférieurs à la moyenne et une mauvaise répartition des pluies de juin à septembre 2013, il y a eu, selon les résultats définitifs de la production céréalière annoncés le 20 mars 2014, un important déficit de production surtout pour le mil et le sorgho de 49 pourcent et 25 pourcent par rapport à la moyenne quinquennale dans le Wadi Fira et Barh El-Ghazel, respectivement. Les récoltes des cultures maraichères en cours seront également inférieures à la moyenne à cause du tarissement précoce des wadis (rivières temporaires). En outre, la faible pluviométrie a engendré une disponibilité en fourrage et en eau atypiquement pauvres et un embonpoint des animaux inférieur à la moyenne.

    Avec la mauvaise production agricole, les ménages commenceront à acheter la nourriture sur les marchés à partir de février, soit deux mois plus tôt qu’en année normale. La forte demande qui s’en est suivie, couplée avec une offre faible, causera une hausse continue des prix des céréales à un rythme anormalement rapide à Biltine et à Moussoro dès maintenant et jusqu'à juillet. Cela contribuera aussi à une détérioration des termes de l’échange du bétail aux céréales pour les ménages pastoraux ce qui limitera l'accès à la nourriture pour les ménages agricoles et pastoraux de ces zones dans les prochains mois.

    En raison de cet accès limité, la soudure commencera tôt cette année, en avril au lieu de juin en année normale. Les stratégies de soudure qui ne sont pas normalement observées au cours de la période de récolte et post-récolte sont déjà employées par les ménages pauvres depuis le mois d’octobre 2013. Les exemples incluent la collecte de céréales sauvages et le creusage des fourmilières à la recherche des céréales (Figure 1). Des ménages ont aussi commencé à migrer en octobre au lieu de février/mars en année normale vers des grands centres régionaux comme N’Djamena et Abéché ou des zones avec plus de cultures de contre saison comme Am-Timan et Sarh à la recherche des opportunités de main d’œuvre. Cependant, le revenu et la nourriture supplémentaires issus de ces activités ne compenseront pas totalement les effets de la mauvaise production agricole et des termes de l’échange du bétail aux céréales défavorables cette année.

    Actuellement, les ménages pauvres de ces deux régions ont des difficultés à assurer leur alimentation sans réduire leurs dépenses non alimentaires essentielles comme les aliments du bétail, les semences, la santé, l’éducation, et le transport. Ils sont de ce fait en Stress (Phase 2 de l’IPC). Par ailleurs, ces ménages ne pourront pas augmenter de manière significative leurs stratégies d’adaptation (les ventes des animaux, la migration) au-delà des niveaux observés actuellement. Ainsi des déficits de consommation conduisant à une Crise (Phase 3 de l’IPC) sont attendus à partir d’avril jusqu’aux prochaines récoltes en octobre.

    Cette année pendant la pic de la période de soudure (juin à septembre), les ménages dans les régions de Wadi Fira et Barh El-Ghazel devront faire face à des résultats de la sécurité alimentaire prévus les plus graves au Sahel de l'Afrique de l'Ouest. En l'absence de l'aide humanitaire projetée, la population du Tchad en Crise (Phase 3 de l’IPC) ou pire seront presque 2 millions de personnes avec environ la moitié de cette population résidant dans le Wadi Fira et Barh El-Ghazel. Cette population en situation d'insécurité alimentaire sera plus importante que le population de l'an dernier (une année agricole exceptionnelle en Tchad) mais similaire à la moyenne quinquennale. Une réponse appropriée et bien ciblée d’assistance sera nécessaire à partir du mois de mars pour empêcher les déficits de consommation alimentaire attendus et pour protéger les moyens d’existence.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Burkina Faso
    preview


    Epuisement précoce des stocks des ménages pauvres au nord du pays

    Messages clés

    • Pour les prochains mois, l’accès des ménages pauvres à l’alimentation va se dégrader dans le nord du pays en raison de l’épuisement précoce des stocks, de la hausse des prix des aliments de base, et de la baisse des prix des animaux. Ces ménages agropastoraux feront face à insécurité alimentaire aiguë sous Stress (IPC Phase 2) à partir d’avril.

    • En particulier dans la zone agropastorale au nord du pays, au moment où la vente du bétail devient le principal recours des ménages pauvres, on assiste à une baisse des prix des animaux par rapport à l’année passée et à une dégradation des termes de l’échange bétail/céréales par rapport à la normale.

    • Dans la plupart du pays, les ménages pauvres sont de plus en plus dépendants des marchés, mais actuellement leur alimentation reste dans l’ensemble normale suite a la disponibilité suffisante de produits agricoles sur les marchés. Même dans la région du Sahel et environnant où les déficits sont enregistrés, ils continuent de vivre une insécurité alimentaire aiguë Minimale (IPC Phase 1) jusqu’a la fin de mars.

    Situation Actuelle

    • Selon le rapport sorti du Comité de prévision de la situation alimentaire (CPSA), la production céréalière définitive de la campagne agricole 2013/2014 est établie au mois de mars à 4,86 millions de tonnes, en hausse de 15 pour cent par rapport à la moyenne quinquennale et stable par rapport à l’année passée. Cette hausse est surtout liée à la bonne production de maïs qui enregistre une hausse de près de 40 pour cent alors que les productions des autres céréales de base (mil et sorgho) sont moyennes.
    • Néanmoins, même dans une année typique 39 à 45 pour cent des ménages ne produisent toujours pas suffisamment pour couvrir leurs besoins pour toute la période de consommation jusqu’en septembre. Cependant, cette situation est plus marquée dans et autour de la région du Sahel, où les stocks propres des ménages très pauvres et pauvres sont faibles ou épuisés, soit deux mois plutôt qu’en année normale. Pour ces ménages l’achat est devenu plus important qu’en année typique.
    • Sur les marchés, la disponibilité de produits agricoles est bonne et les stocks commerçants (47 000 tonnes en fin février pour les grossistes) sont à plus de 50 pour cent supérieurs à la normale. Ces stocks sont généralement constitués en attente des appels d’offre institutionnels en cours. Cependant, la poursuite de la vente de céréales (en particulier le maïs) à prix modéré par le gouvernement contribue à en favoriser l'accès pour les ménages pauvres.
    • De ce fait, les prix des céréales sont dans l’ensemble en baisse de 5 à 10 pour cent par rapport à l’année passée. Par rapport à la moyenne quinquennale, le prix du maïs enregistre une baisse de sept pour cent, par contre celui du mil est en hausse de sept pour cent et celui du sorgho reste stable. Cependant, dans les zones agropastorales au nord (dans et autour de la région du Sahel) où une baisse de production est enregistrée, on note des niveaux des prix plus élevés en hausse moyenne de 11 pour cent pour le sorgho et 12 pour cent pour le mil (céréales de base principales) par rapport à la moyenne quinquennale.
    • En termes de sources de revenu permettant l’accès des ménages très pauvres et pauvres dans et autour de la région du Sahel, on note principalement la vente du bétail, les revenus de l’orpaillage et des transferts de la migration. Les prix des animaux (petits ruminants), du fait de leur mauvais état physique par suite de manque de ressources pastorales, sont en baisse par rapport à l’année écoulée, mais demeurent en hausse par rapport à la moyenne quinquennale : six pour cent pour les béliers et 27 pour cent pour les boucs. Malgré cette hausse, on constate une dégradation des termes de l’échange bétails-céréales de neuf pour cent par rapport à la moyenne des cinq dernières années du fait de la hausse des prix des céréales de base. Les revenus tirés de l’orpaillage sont plus bas que ceux observés depuis les quatre dernières années en raison de la baisse du prix de l’or. Toutefois, la stabilité politique et la réduction des contrôles sur la libre circulation des personnes dans les pays d’accueil des migrants (principalement la Côte d’Ivoire), facilitent l’insertion économique de ces derniers et favorisent les transferts d’argent à leurs familles.

    Suppositions Mises à Jour

    La situation actuelle n’a pas affecté les hypothèses utilisées dans le développement du scenario FEWS NET le plus probable pour la période janvier à juin 2014. Un examen complet du scenario est disponible dans les perspectives sur la sécurité alimentaire de janvier à juin 2014.

    Perspective Estimée Jusqu'en Juin 2014

    La dépendance grandissante des ménages très pauvres et pauvres des marchés pour leur alimentation et les réponses des commerçants aux appels d’offres institutionnels de céréales vont exercer plus de pression sur les marchés et provoquer une hausse atypique du niveau des prix dont la tendance était jusque-là normale. Les revenus des ménages étant limités pendant la période, des déficits de protection des moyens d’existence pourront être observés à partir du mois de mai, surtout pour les ménages très pauvres des provinces du Soum, du Séno et de l’Oudalan. Dans cette région agropastorale, la dégradation des termes de l’échange bétail/céréales va obliger les ménages à réduire les dépenses non-alimentaires essentielles. Par ailleurs, les difficultés alimentaires des animaux entre avril et juin vont entrainer une dégradation de leur état physique et réduire l’accès des ménages à la consommation de lait et aux revenus tirés de la vente du lait.

    Ainsi, dans et autour de la région du Sahel, l’accès des ménages pauvres et très pauvres aux besoins alimentaires fondamentaux sera réduit avec la minimisation des dépenses non-alimentaires essentiels et ceux-ci vont se trouver en insécurité alimentaire aiguë sous Stress (IPC Phase 2) dès le mois d’avril. En l’absence d’autres chocs, cette situation pourrait se maintenir jusqu’en fin de période de consommation, c’est-à-dire en septembre.

    À Propos De Ce Rapport

    Cette mise à jour sur la sécurité alimentaire est un rapport mensuel sur les conditions actuelles et des changements sur les perspectives projetées de l'insécurité alimentaire au Tchad. Il met à jour les Perspectives sur la sécurité alimentaires de FEWS NET. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mauritania

    Des conditions pastorales dégradées affectent certaines zones

    Messages clés

    • La sécurité alimentaire continue de se dégrade dans le nord du Guidimakha ainsi que dans le nord (moughataa de Monguel) et l’est du Gorgol (moughataa de M’Bout) où les ménages pauvres sont, depuis janvier, durement affectés par une absence de stocks alimentaires. Entre avril et juin, leur niveau actuel de Stress (IPC Phase 2) vers une situation de Crise d’insécurité alimentaire aiguë (IPC Phase 3).
    • Dans le reste des zones de cultures pluviales, agropastorales et dans le centre de la vallée du fleuve Sénégal, l’installation progressive d’une période de soudure précoce et la grande dépendance sur les marchés pour les besoins aliments vont aggraver la situation de Stress (IPC Phase 2) et de ménages de plus en plus nombreux ne sont plus en mesure de satisfaire leurs besoins non-alimentaires essentiels.
    • Les revenus saisonniers tirés, par les ménages pauvres, des activités agricoles annexes et de l’exode sont pour le moment plus faible que prévu. Ceux qui proviennent des activités pastorales accusent des baisses par rapport au mois précédent mais restent supérieures à ceux de la même période de 2013 et à la moyenne quinquennale.

    Situation Actuelle

    Les conditions pastorales : Dans le sud de la zone agropastorale, dans la zone de transhumance pastorale, et dans l’ouest et le centre de la vallée du fleuve les pâturages, qui n’avaient pas du reste connu un bon développement en raison d’une pluviométrie irrégulière, sont actuellement dégradés sous les effets combinés d’une surcharge pastorale et des feux de brousse. Cette situation saisonnière mais atypiquement intense affecte principalement les petits et moyens éleveurs obligés de recourir à des achats précoces d’aliment bétail puisqu’ils ne peuvent pas aller en transhumance. Dans le nord du pays et dans l’est des zones agropastorales et de cultures pluviales, les conditions pastorales répondent encore au besoin du cheptel. Les transhumances s’inscriront dans leurs axes et période d’une année moyenne mais tout choc se traduirait par un recours à l’achat de l’aliment bétail plus importante qui va affecter les ménages pauvres qui n’ont pas la capacité de soutenir de nombreuses ventes animales sans risque d’affecter leurs moyens d’existence.

    Prix du bétail: Des prix de ventes d'animaux sont en assez atypique baisse par rapport à ces derniers mois avec l'augmentation des transhumants vus. Bien que les prix des moutons sur les marchés Magta Lahjar et Adel Bagrou sont en baisse de 10 et 4 pour cent, respectivement, les prix restent encore au-dessus des niveaux de l'an dernier et bien au-dessus de la moyenne quinquennale. Toutefois, près de la vallée du fleuve Sénégal le prix du mouton est reparti à la hausse par rapport à janvier 2014, et reste nettement plus élevé que par rapport à la même période de 2013 et à la moyenne des cinq dernières années.

    Stocks de production : Les stocks de production des ménages pauvres étaient déjà épuisés dans les zones de production déficitaires du nord du Guidimaka, du nord et de l’est du Gorgol, du sud-ouest de l’Assaba, et nord-est du Brakna. Dans les zones affectées, les ménages avaient déjà eu recours à l’achat pour satisfaire leurs besoins alimentaires soit deux à trois mois plus tôt qu’en année moyenne.

    Les cultures maraichères : Elles sont en cours, principalement dans l’ouest de la vallée du fleuve (Trarza et au sud-ouest du Brakna) et dans les zones oasiennes de l’Adrar et du Tagant ainsi que le long des cours d’eau temporaires de l’Assaba (principalement dans la moughataa de Kankossa). Bien que fortement concurrencées par les exportations sénégalaises et marocaines, elles continuent de fournir les marchés locaux et parfois ceux de Nouakchott et de Nouadhibou. On s’y attend à des productions et a des revenus au moins égaux à ceux d’une année moyenne.

    Des marchés de consommation: Les marchés sont toujours bien approvisionnés en denrées alimentaires de base (principalement importées) mais les mauvaises productions céréalières locales et la baisse des flux transfrontaliers maliens et sénégalais observées font que l’offre saisonnière en céréales traditionnelles (mil, sorgho, maïs) est nettement moindre que celle d’une année moyenne. Il en résulte des hausses et des stabilités atypiques des prix du sorgho qui ne sont ralenties qu’au moment des récoltes des bas fonds et du walo (figure 1). Le prix du blé, principale céréale de substitution du sorgho, n’a pas connu sa baisse saisonnière car la demande reste stable dans la vallée confirmant ainsi la faiblesse de la production locale de sorgho et celle des flux transfrontaliers sénégalais. Sa hausse dans la zone de cultures pluviales se justifie par la hausse de la demande consécutive au ralentissement et à la faiblesse de l’offre en céréales locales (figure 2).

    Suppositions Mise à Jour

    L’évolution de la situation alimentaire dans les zones de modes d’existence reste conforme aux perspectives projetées pour la période de janvier à juin 2014.

    Perspective Estimée Jusqu'à Juin 2014

    La situation d’insécurité alimentaire aiguë de Stress (IPC Phase 2) qui n’a jusqu’à présent concerné que les ménages pauvres du centre de la vallée du fleuve (moughataa de Boghé, Bababé, M’Bagne et Kaédi), du centre et du nord du Guidimakha (nord de la moughataa de Sélibaby et toute celle de Monguel) ainsi que ceux du nord et de l’est du Gorgol (moughataa de Monguel et de M’Bout) et le nord-est du Brakna (moughataa de Magta Lahjar) pourrait s’étendre, à partir d’avril, à toute la zone de cultures pluviales ainsi qu’à une bonne partie du centre de la zone agropastorale (centre et nord de l’Assaba et du Hodh El Gharbi, Tagant). Bien que le mois d’avril soit généralement le début typique de la période de soudure pastorale d’une année moyenne, à partir de fin mars/début avril cette année il marque aussi un début précoce de la période de soudure agricole qui est accentuée, dans ces zones indiquées, par un plus grand obstacle aux ressources alimentaires familiales. Il en découle, deux mois plus tôt qu’en année moyenne, une dépréciation de l’état des animaux qui conduit à une chute de leur prix et par voie de fait à une régression sensible des termes d’échange bétails-céréales. Dans les régions du nord (Inchiri, Adrar, Dakhlet Nouadhibou et Tiris Zemmour), les revenus saisonniers tirés du travail agricole (maraichage) dans les zones oasiennes et les salaires mensuels devraient permettre aux ménages pauvres d’accéder régulièrement aux denrées commercialisées dans les Boutiques de Solidarité où les prix sont de 30 à 40 pour cent plus bas que ceux du marché formel. Dans les zones les plus affectées par des difficultés à accéder une alimentation, donc le nord du Guidimakha (moughataa de Ould Yengé) et, dans une certaine mesure, l’Aftout (moughataa de Monguel, de M’Bout, de Magta Lahjar), on s’y attend à ce que les ménages pauvres commencer à y vivre des déficits de consommation à partir d’avril et seront en Crise d’insécurité alimentaire aiguë (IPC Phase 3).

    À Propos de ce Rapport

    Cette mise à jour sur la sécurité alimentaire est un rapport mensuel sur les conditions actuelles et des changements sur les perspectives projetées de l'insécurité alimentaire au Tchad. Il met à jour les Perspectives sur la sécurité alimentaires de FEWS NET. Pour en savoir plus sur le travail, clique ici.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Mali

    BAMAKO, 28 March 2014 (IRIN) - Displaced Malians who have recently returned to their homes in the north of the country say they are facing economic difficulty as their businesses, livestock and other forms of livelihood have been wiped out, while those still displaced also say financial assistance is their main need.

    The conflict in northern Mali following the 2012 overthrow of the government in Bamako and an Islamist occupation forced hundreds of thousands of people to flee for safety in the south or in neighbouring countries. More than a year since a French-led intervention dislodged the Islamist insurgents, northern residents have been gradually returning home, but are facing hardship in rebuilding their lives.

    Some 196,000 people have gone back to the north, mainly to Timbuktu and Gao, since June 2013, says the International Organization for Migration (IOM). The government has also helped some to return home, organizing boat and bus convoys; each returning family has been given food supplies to last three months.

    Bakary Doumbia, IOM chief of mission in Mali, explained that the current large numbers of returnees was not anticipated by many and that there was a need to ramp up assistance to help them rebuild their lives.

    “If we don’t reorient our efforts to the north, there’s a risk that those who have returned may leave once more. We fear for a second displacement,” Doumbia told IRN, noting that in 2012 and 2013, donors focused more on southern Mali as access to the north was difficult.

    Most of the returnees have lost all their means of livelihood, with many returning empty-handed to damaged homes and shattered lives.

    “All their needs are priority… They are starting afresh; furniture, utensils, water and electricity connections and so on, while they also have to resume their economic and social life,” said Mamaoutou Thiam, a technical adviser at the Trade, Social and Humanitarian Affairs Ministry.

    The conflict disrupted northern Mali’s economy: As traders fled, markets were starved of supplies; banks and other public services came to a standstill; property was destroyed, and food prices rose significantly.

    “It is very difficult for the economy of the northern region to pick up while emerging from the kind of crisis it suffered. All was lost, businesses were looted, banks ransacked, transport paralysed. In short the economy was annihilated,” said Mamadou Sidibé, a government economist.

    “The government has taken steps to rebuild public administration. Banks are slowly reopening… the displaced are trickling back, traders are waiting for better security. The economic resumption is not going to happen tomorrow,” he said.

    The government in July 2013 launched an initiative to encourage civil servants to return to the north, offering them US$500 grant for transport and resettlement in a bid to revive public services.

    Credit woes

    Adama Maiga, a resident of Gao and tailor who recently returned from Bamako, said: “I need a second sewing machine, but I don’t have the money. I continue to ask well-wishers, the local authority, NGOs who promised to help, but I have received nothing so far. I just depend on the little I sell - women’s and children’s clothes. This is what I’m trying to rebuild bit by bit.”

    However, Gao Mayor Sadou Diallo, said there were small signs of economic recovery, and the local authorities were working on ways to lure back the population and businesses.

    “There is a slight improvement… We launched a huge sensitization campaign for residents and traders to return. We have even scrapped some taxes and levies to spur business and encourage traders. We have also appealed for the banks to return,” Diallo told IRIN.

    Trading licenses have been suspended until the tax and revenue collection department resumes operations. Levies for stall and shop owners have also been abolished, said Diallo.

    In Timbuktu, fish trader Hama Diombana recounted the difficulties he is facing in reviving his business which folded after he fled to Bamako.

    “I have been trying in vain to restart the business. The value chain has been broken. I’ve been going round in circles for the past eight months. I wanted to borrow money from the bank, but I am being asked for a guarantee. What can I do?” asked Diombana, explaining that he recently borrowed 500,000 francs (US$1,000) from another trader, but he needs 3-5 million francs to resuscitate the business.

    Economic hardship in the north is prompting some people to leave for the south, according to IOM. More than 1,000 families moved to the south in December 2013, most citing financial problems linked to the conflict. Other motives were food insecurity or joining family members already in the south.

    A recent IOM survey indicated that nearly half of displaced people said they needed money for food, transport and other basic requirements. Around a quarter said food was their priority and just under 10 percent needed shelter. Some 200,000 Malians are still displaced and around 150,000 others have sought refuge in neighbouring countries.

    IOM’s Doumbia rued the lack of donor support. “There is a lot of work to be done, [but] donors haven’t shown great enthusiasm.”

    sd/ob/cb


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal
    preview



    0 0

    Source: Norwegian Refugee Council
    Country: Mali

    Becky Bakr

    Despite French military and UN peacekeeping interventions that started over a year ago, northern regions of Mali remain highly unstable. Violence within communities, localised tensions, banditry and other armed violence still persists making it unsafe to return home for the many displaced.
    Over 200,000 Malians continue to be displaced inside Mali, and their needs are not being met. Ami Maiga is one of them. The Guardian has made a video report of her story describing how she was forced to flee her hometown and her business two years ago when radical Islamists seized control of Timbuktu in northern Mali. Maiga travelled 900 km south to the capital Bamako where she lives today.

    “They came and they started to destroy everything. They said the next time they caught me they would give me 100 lashes of the whip. I escaped by the backdoor”, she tells The Guardian.

    Even though the Islamists withdrew in January 2013, Maiga has not been able to return to her former life and start up her business again. NRC´s Programme Manager in Mali, Tanya Walmsley describes Maiga´s difficult situation:

    “To find the courage to be able to return, to be able to pick up life again and even to be able to restart her business, will be very difficult for Ami”, Walmsley explains to The Guardian.

    Though thousands of refugees and internally displaced people have returned to the north, other Malians continue to flee violence. Many choose to move for a second time in search of economic opportunities.

    “You are used to a certain way of life, and then you have a completely different way of life enforced upon you and you are humiliated for your way of living”, Walmsley explains.

    The failure to adequately address the ongoing needs of displaced Malians is forcing many dicplaced to move constantly in search of safe shelter. In some cases displaced people feel that they have no choice but to return home prematurely, in spite of persistent insecurity, lack of services and, in many areas, the ongoing lack of state authority. Like Ami, thousands of Malians have nothing to return to.


    0 0

    Source: Inter Press Service
    Country: Burkina Faso, Central African Republic, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal

    By Matthew Newsome

    TUNIS, Mar 28 2014 (IPS) - Still not enough is being done to improve the food emergency in Africa’s Sahel Region as conflict and instability continue to exacerbate any response towards aiding a region where one in eight people suffer from food insecurity.

    “The main problem we have is that food is not reaching conflict areas such as Central African Republic (CAR) because of insecurity. Until now, there has not been enough of a response from the international community, especially given the proportion of the disaster foreseen,” Jose Graziano da Silva, director-general of the Food and Agriculture Organisation of the United Nations (FAO), told IPS at the organisation’s regional conference being held in Tunisa from Mar. 24 to 28.

    Last month, the U.N. appealed for more than two billion dollars to address the needs of 20 million “food insecure” people across Africa’s Sahel, a semi-arid area beset by persistent drought and chronic food insecurity stretching from the Sahara desert in North Africa and Sudan’s Savannas in the south. It is described by the U.N. as “one of the world’s poorest and most vulnerable regions.”

    Countries in the Sahel currently facing food shortages are Mali, Mauritania, the Gambia, Senegal, Burkina Faso, Central African Republic (CAR), Niger, Chad and Nigeria.

    New research by international NGO Action Aid highlights how Nigeria and Senegal are alarmingly unprepared to cope with a worsening food crisis.

    John Abuya, head of Action Aid’s international humanitarian action and resilience team, told IPS: “Disaster preparedness structures at regional and community levels are still weak and need to be strengthened so as to provide the necessary response and resilience in case of an emergency.”

    “Based on early warning signs, it is likely that the Nigerian and Senegalese governments will be overwhelmed if their food crisis escalates. Although Nigeria has a National Emergency Management Authority, its response at state level has been weak and resources have been allocated inadequately by the central government,” Abuya said.

    Food insecurity in the Sahel is set to increase in 2014 by 40 percent compared to 2013 when 11.3 million people had inadequate food and required around 1.7 billion dollars in donor assistance.

    Feeding chronically hungry people in the Sahel has been compromised by regional conflict that has created approximately 724,000 refugees and 495,000 internally displaced persons.

    According to the latest data from the U.N. Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, Chad’s open-door policy has resulted in it receiving 419, 000 refugees (86,000 from CAR, and 333,000 from Darfur, Sudan).

    Out of the 103,000 refugees residing in Mauritania, a majority are from Mali and Western Sahara, while Burkina Faso has received 43,000 refugees from Mali since the crisis there began in 2012.

    Following Mali’s military coup in March 2012, terrorists and criminal organisations exploited the country’s power vacuum and occupied the northern territory creating a huge displacement of the population. It resulted in a refugee outflow into Burkina Faso, Mauritania, Niger, and, to a lesser degree, Algeria and other countries.

    Mali maintains it has the capacity to feed its people but is restricted by poor infrastructure and instability in the north.

    Last year, it produced two million tonnes of cereal in addition to one million tonnes of rice.

    “Mali’s problem is not agricultural, it is a logistical problem about transporting the food to people. The crisis and the instability in the north is not permitting us to use the roads safely. Therefore the food that farmers produce is restricted in its movement because of insecurity,” Issa Konda, head of Mali’s agricultural delegation attending the FAO conference, told IPS.

    Despite efforts to stabilise Mali, including the deployment of a peacekeeping force and presidential elections in mid-2013, very few Malian refugees want to return due to the fragile humanitarian and security situation.

    Niger’s severe food shortages due to recurrent drought have also been compounded by conflict in neighbouring countries. Half of the country’s 17 million people are without adequate food all year round, while one in 10 is unable to feed themselves for three months of the year.

    Conflict in northern Mali, southern Libya, northern Nigeria and CAR has put pressure on Niger’s resources to deal with its food crisis as thousands of displaced civilians take refuge in the country due to its porous borders.

    Since 2012, Malian refugees have regarded neighbouring Niger as a safe haven. According to the U.N. Refugee Agency, over 51,000 refugees (47,000 from Mali and 4,000 from Nigeria) have entered the country as a result of regional conflict.

    Last year’s rainy season in Niger, which lasted from July to October, was disappointing says the country’s Minister in the President’s office for the national strategy for food security and agriculture development, Amadou Diallo.

    “The situation is dire and has not been improving for several years. We are unable to meet the food demand. The problem is that demand is growing from rising population numbers and incoming refugees, in addition to terrible drought our food supply is being compromised,” he told IPS.

    Niger’s refugee crisis escalated last year after neighbouring Nigeria launched a military offensive against Islamist terror group, Boko Haram, causing 10,000 people to flee northern Nigeria into south-eastern Niger and Cameroon.

    Of the 25 countries listed by the U.N. as being vulnerable to becoming failed states, 13 are in the Sahel. Breaking the cycle of recurrent food crises in the region is next to impossible while there is limited security says Gerda Verburg, chairperson of the Committee on World Food Security.

    “In the Sahel we have the solutions. We have the capacity. We have the willingness. However, as long there is insecurity then food production and access to food is at risk. There is not enough reliability and stability for us to adequately address food insecurity in the Sahel,” she told IPS.


    0 0

    Source: Disasters Emergency Committee
    Country: Ethiopia, Haiti, Iraq, Jordan, Kenya, Lebanon, Pakistan, Somalia, Syrian Arab Republic, Turkey, World, South Sudan
    preview


    This year the DEC has launched an extremely important appeal for Syria, and continued its work in three major responses: East Africa, Pakistan and Haiti, each of which was amongst our very largest appeals.

    In East Africa, where a lethal combination of drought, conflict and environmental failure caused the first famine of the 21st century, DEC funded work has reached over 2.3m people. The huge humanitarian effort in the region has been broadly successful but the crisis has highlighted serious issues with the world’s ability to respond to very clear early warnings of disaster.

    In the three years after Haiti’s capital Port-au-Prince was devastated by a massive earthquake in January 2010, the DEC funded work that helped 1.8m people. Haiti was a challenging environment and may be the precursor to further urban disasters which are expected to hit many of the world’s poorer cities in the future. Given the scale of the need we expect most DEC members to continue working in Haiti for many years to come.

    The 2012-13 period also saw the final DEC funded work completed in response to the 2010 Pakistan floods, which helped 1.8m people. The member agencies concentrated on water and sanitation projects, rebuilding homes and improving livelihoods. Pakistan is very vulnerable to disasters so we have also helped people plan and prepare for the next crisis, which is sadly almost inevitable.

    This year sees the 50th anniversary of the DEC. It began in 1963 as a co-ordinating body for a handful of organisations, only finding its present role as a link between humanitarians, the public and mass media in 1966 when a massive earthquake hit eastern Turkey


    0 0

    Source: Government of Burkina Faso, UN High Commissioner for Refugees
    Country: Burkina Faso, Burundi, Central African Republic, Chad, Congo, Democratic Republic of the Congo, Mali
    preview


    Le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Régionale, à travers sa structure rattachée, la Commission Nationale pour les Réfugiés (CONAREF) et la Représentation du Haut-Commissariat pour les Réfugiés au Burkina Faso, (HCR) ont procédé du 19 août 2013 au 20 février 2014, à l’enrôlement biométrique des réfugiés vivant sur le territoire burkinabè. L’enrôlement biométrique a permis d’atteindre les objectifs suivants :

    • Avoir des chiffres fiables et actualisés ;

    • Faciliter l’accès des réfugiés à l’assistance et à assurer leur protection


older | 1 | .... | 223 | 224 | (Page 225) | 226 | 227 | .... | 728 | newer