Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 197 | 198 | (Page 199) | 200 | 201 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    12/17/2013 21:59 GMT

    BAMAKO, December 17, 2013 (AFP) - The party of Mali's President Ibrahim Boubacar Keita and its allies have won the west African nation's parliamentary elections, according to provisional results announced by the government on Tuesday.

    The Rally for Mali and its junior partners have 115 of the 147 seats in the national assembly following a second round of voting on Sunday, Minister of Territorial Administration Moussa Sinko Coulibaly said on state television, with the exact breakdown still to be worked out.

    Turnout in the second round reached 37.2 percent, a further drop on the 38.6 percent achieved in the first round, which was deemed disappointing.

    The election marked the completion of Mali's return to democracy after it was upended by a coup last year and then had its northern half occupied by Islamists linked to Al-Qaeda before being then liberated by a French-led military intervention launched in January.

    sd/stb/ft/dh

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Reuters - AlertNet
    Country: Benin, Burkina Faso, Cameroon, Chad, Côte d'Ivoire, Guinea, Mali, Niger, Nigeria

    Source: Thomson Reuters Foundation - Tue, 17 Dec 2013 12:59 PM
    Author: Elias Ntungwe Ngalame

    YAOUNDE, Cameroon (Thomson Reuters Foundation) – West African states in the Niger River Basin are seeking to tackle climate risks and reduce poverty by constructing three hydropower dams in the next five years.

    Read the full article.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Eritrea, Gambia, Guinea, Liberia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone

    Despite commendable efforts by leaders of West African countries, the region remains fragile and continues to require ongoing support from the United Nations and the international community, particularly to stem the rise of organized crime, a UN envoy today [told])http://www.un.org/News/Press/docs/2013/sc11220.doc.htm) the Security Council.

    Briefing the 15-member Council, Special Representative of the Secretary-General for West Africa, Said Djinnit, reiterated “the need to assist countries in the region and their regional institutions to better understand the causes of their vulnerability to terrorism, and the factors feeding this growing threat.”

    This point was emphasized at a brainstorming session organized by his office (UNOWA) last September, with participation of other UN agencies, the Economic Community of West African States (ECOWAS), the African Union, and partners.

    Mr. Djinnit also stressed the importance of coordinating any activities among the various regional and international actors to achieve “a practical, effective and concerted action” to deal with terrorism.

    Highlighting three areas of weakness identified in the region, the Special Representative noted developments related to the Sahel, the Mano River region and the Gulf of Guinea.

    The Sahel, which Secretary-General Ban Ki-moon recently visited with World Bank President Jim Yong Kim, stretches from Mauritania in the west to Eritrea in the east, has undergone three major droughts in less than a decade and is home to more than 11 million people at risk of hunger and 5 million children under five who are at risk of acute malnutrition.

    In light also of its complex security and political challenges, the Council recently reaffirmed its request to the Secretary-General to ensure early progress is made on the UN Integrated Strategy for the Sahel, implementation of which, he said, is being helped by positive momentum within the Organization.

    Turning to the Mano River Basin, Mr. Djinnit said “significant progress” has been in implementing Council resolutions 2062 (2012) and 2066 (2012) calling for a trans-boundary security strategy in the area. The Heads of State of the Mano River Union adopted a strategy for cross-border security, working in close cooperation with ECOWAS. The process of implementing that strategy through in-depth consultations with civil society was underway, he added.

    Meanwhile, piracy and armed robbery at sea in the Gulf of Guinea continue to constitute threats.

    UNOWA, in partnership with the UN Office in Central Africa, ECOWAS, the Economic Community of Central African States (ECCAS), the Gulf of Guinea Commission (GGC), and partners, including the G-8, are “ensuring adequate monitoring” of decisions made in June at the Summit of the Gulf of Guinea Heads of State and Government on maritime safety and security, which took place in Yaoundé, Cameroon.

    Among them, the “Code of Conduct concerning the Prevention and Repression of Piracy, Armed Robbery against Ships, and Illegal Maritime Activities in West and Central Africa,” which defines the regional strategy and paves the way for a legally binding instrument.

    Among other topics cited in his briefing, the Special Representative noted that UNOWA continues to use its good offices to propel the demarcation process between Cameroon and Nigeria.

    In June 2006, the two countries signed the UN-backed Greentree Agreement setting the terms and timeframe for the implementation of the 2002 ruling of the International Court of Justice (ICJ), which transferred the Bakassi Peninsula from Nigeria to Cameroon. Nigeria formally ceded the territory in 2008, and since then a transitional phase has been in place to give full sovereignty of the territory to Cameroon.

    “Beyond this significant achievement in preventive diplomacy, I am pleased that trust and cooperation have gradually been established between the two states,” Mr. Djinnit said, adding that Nigeria is now Cameroon’s largest trading partner.


    0 0

    Source: Organisation internationale de la Francophonie
    Country: Mali

    À l’invitation des autorités maliennes, Abdou Diouf a dépêché une mission d’information et de contacts à l’occasion du 2nd tour des élections législatives, le 15 décembre 2013. Quel bilan ses membres tirent-ils de ce scrutin ?

    Conduite par l’ancien ministre marocain des droits de l’Homme Mohamed Auajjar, la mission était composée d’une dizaine de personnalités issues de 9 Etats et gouvernements de l’OIF, déployées le 15 décembre dans les régions de Bamako, Koulikoro, Ségou, Sikasso, Tombouctou et Gao, pour observer les opérations de vote. Ses membres ont également eu des entretiens avec les autorités et institutions maliennes en charge de l’organisation et du contrôle du scrutin, des représentants de partis politiques et de la société civile, ainsi que les partenaires internationaux présents sur le terrain.

    PARTICIPATION

    La mission de la Francophonie n’a pas constaté d’amélioration de la mobilisation par rapport au premier tour, mais elle note que celle-ci est légèrement supérieure aux taux habituellement constatés au Mali à l’occasion de scrutins législatifs.

    DE BONNES CONDITIONS D’ORGANISATION

    La mission relève les bonnes conditions d’organisation que reflètent particulièrement :

    • un bon fonctionnement des bureaux de vote

    • le professionnalisme des présidents et membres des bureaux ;

    • une représentation notable des femmes et des jeunes parmi les agents électoraux ; (...)

    DES RECOMMANDATIONS

    Quelques dysfonctionnements ont été relevés. Les membres de la mission recommandent notamment : • d’approfondir la réflexion visant à la rationalisation du cadre légal et organisationnel ;

    • de prendre les mesures en vue d’inscrire sur les listes tous les Maliens en âge de voter ;

    • de poursuivre le renforcement des capacités des acteurs impliqués dans l’administration et la supervision des élections (...)


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Cameroon, Guinea, Mali, Mauritania, Nigeria, Togo, World

    17 décembre 2013 – « Au cours des six derniers mois, l'Afrique de l'Ouest a continué à progresser sur la voie de la stabilisation », a affirmé, mardi, devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest, qui a toutefois fait part de la menace posée par la criminalité organisée dans la région.

    « La montée d'une criminalité organisée polymorphe qui tire parti de la porosité des frontières et de la faiblesse des institutions nationales est, à mon sens, la menace la plus grave », a confié Saïd Djinnit. Selon lui, il faut lutter efficacement et de manière coordonnée contre la corruption, renforcer l'état de droit et mettre fin à l'impunité, autant de brèches dans lesquels s'engouffre la criminalité organisée sous une forme ou une autre.

    M. Djinnit s'est d'abord attardé sur la crise au Mali, où « l'ordre constitutionnel et l'intégrité territoriale ont été rétablis » et où, depuis l'élection du Président Keita et le déploiement de la Mission multidimensionnelle intégrée de l'ONU (MINUSMA), « le processus de dialogue et de réconciliation est en cours », a-t-il affirmé.

    Saïd Djinnit a cependant reconnu la persistance, dans ce pays et à l'échelle régionale, de défis majeurs en matière de sécurité et de stabilité. À cet égard, il s'est félicité de ce que les dirigeants ouest-africains aient décidé de créer une force de réaction rapide pour doter l'Afrique de l'Ouest de la capacité requise pour répondre efficacement aux crises et autres menaces collectives.

    Le Représentant spécial a par ailleurs attiré l'attention sur l'accalmie politique prévalant au niveau sous-régional, des élections ayant pu se tenir dans le calme au Togo, en Guinée et en Mauritanie. Le Bureau de l'ONU dans la région a d'ailleurs contribué au dialogue entre le gouvernement du Mali et les rebelles du Nord du pays et au soutien aux processus électoraux au Togo et en Guinée. « J'ai encouragé les parties guinéennes à poursuivre le dialogue sur les réformes nécessaires pour consolider les institutions démocratiques et à œuvrer à son enracinement dans l'espace politique du pays », a-t-il précisé.

    Par ailleurs, le processus de démarcation de la frontière entre le Cameroun et le Nigéria a été marqué par la signature, le 22 octobre 2013, à Genève, d'une déclaration conjointe stipulant qu'à compter du 14 août dernier, le Cameroun exerçait désormais pleinement ses droits de souveraineté sur la totalité de la zone de Bakassi. Le Représentant spécial a salué « ce succès important dans la diplomatie des Nations Unies », notant que la coopération et la confiance s'étaient progressivement instaurées entre les deux pays dans le cadre de processus de mise en œuvre de la Cour internationale de justice sous les auspices de l'ONU. « Le Nigéria est devenu ces dernières années le premier partenaire commercial du Cameroun », s'est-il encore félicité salué.

    Saïd Djinnit s'est penché sur les différentes zones de tension en Afrique de l'Ouest. Pour ce qui est du Sahel, il a déclaré que la récente visite du Secrétaire général avait contribué à créer une plus grande mobilisation en faveur des pays concernés. À la demande du Conseil de sécurité, son Bureau a mis en place une plateforme de coordination pour accélérer la mise en œuvre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel. « Nous devons, dans les prochaines semaines, nous atteler, sous l'autorité de la présidence malienne de la plateforme et en concertation avec l'Union africaine, à la mise en œuvre de la plateforme établie lors de la réunion ministérielle de Bamako, le 5 novembre 2013 », a-t-il indiqué.

    M. Djinnit a également noté avec satisfaction l'adoption de la Stratégie pour la sécurité transfrontalière au sein de l'Union du Fleuve Mano, lors du Sommet de la CEDEAO qui s'est tenu à Dakar le 25 octobre. « Nous avons déjà enclenché le processus de mise en œuvre de la cette stratégie en organisant des consultations approfondies avec la société civile, à Freetown, du 11 au 12 décembre », a-t-il fait savoir.

    Quant à la lutte contre la piraterie dans le Golfe de Guinée, il a déclaré que les efforts se poursuivaient pour appliquer le cadre stratégique adopté à l'occasion du Sommet de Yaoundé des 24 et 25 juin, via notamment l'établissement du Centre de coordination interrégional qui sera basé au Cameroun.

    « Les pays de la région poursuivent leurs efforts en matière de lutte contre le trafic de drogue et la criminalité organisée », a poursuivi le Représentant spécial pour l'Afrique de l'Ouest. Il a ainsi cité le plan d'action pertinent de la CEDEAO, appuyé par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), et les activités du Comité politique de l'Initiative ouest-africaine. Il s'est de plus réjoui de l'organisation par la France d'un débat du Conseil, demain, sur le trafic de drogue et le crime organisé dans la région. « Ce problème est bien une menace à la stabilité régionale », a-t-il souligné. Face au terrorisme, M. Djinnit a par ailleurs préconisé de renforcer la coordination des multiples initiatives en cours, afin d'agir de manière véritablement concrète, efficace et concertée contre cette « menace grandissante ».

    Enfin, le Représentant spécial du Secrétaire général s'est dit heureux d'informer le Conseil de sécurité que 12 des 16 pays que compte l'Afrique de l'Ouest ont adopté des plans d'action en faveur de la mise en œuvre de la résolution 1325 (2000) sur les femmes, la paix et la sécurité. « Dans cet esprit, nous nous employons à recourir, chaque fois qu'il est possible, aux services de femmes ayant bénéficié d'une formation en médiation organisée par notre Bureau en collaboration avec ONU-Femmes », a expliqué M. Saïd Djinnit.


    0 0

    Source: DARA
    Country: Cape Verde, Gambia, Ghana, Guinea, Niger, Senegal
    preview


    THE CHALLENGE

    Disasters often grip the imagination, particularly those that are of high intensity and low recurrence, such as the 2004 Indian ocean tsunami, the 2010 earthquake in Haiti or the 2011 tsunami and nuclear disaster in Japan. While disasters of this scale hardly go unnoticed, others are of a ‘slow’ (or ‘hidden’) character, such that they barely attract attention from the international community – mainly donors and the media. these are often of a more recurrent nature, such as droughts in the Horn of Africa or floods in West Africa or Pakistan.

    What many of these recent disasters have in common is that while much could have been done to save lives and economic resources, few initiatives have had sufficient time-span and sectoral breadth to adequately prepare populations to face natural hazards or to help prevent the occurrence of significant losses.

    Today disasters cause ever more severe economic losses (even in OECD countries) and for some vulnerable countries disasters can significantly hamper economic progress and erode hard-won development efforts.

    While mortality rates associated with low recurrence, weather-related hazards have decreased globally, extensive losses are increasingly concentrated in low-income countries, where risk management capacities remain low.

    Evidence shows a correlation between lowincome countries and low governance capacity to deal with risk management, amongst other risk factors. The result is that many of these vulnerable low-income countries have only very limited resources to mobilise in order to prevent hazards from turning into disasters.

    Vulnerable populations are those that suffer the most from these events, particularly women and children. Recurrence of events means that coping mechanisms are often stretched and social-nets - be they clan or ethnic relations or community support structures - can no longer support those affected.
    Responses to such challenges are complex and there is a growing recognition that effective risk management is most successful when interventions are designed to include multiple sectors and to cover a geographical scope that is sufficiently wide and accurately defined in terms of risk type. There is nonetheless a tendency for many interventions to be either focused on a specific sector or of a limited geographical area (i.e. municipality or district administration). They also often remain uncoordinated, and thus may not address the multiple factors that are often related to risk.

    These challenges are to some extent captured in the Hyogo Framework for Action 2005-2015: Building the Resilience of Nations and Communities to Disasters (HFA), a framework adopted by 168 countries at the World Conference on Disaster Reduction in 2005. Under its fourth priority for action, the HFA highlights the need for more integrated actions to address the so-called underlying risk factors. While this is a recognised challenge among a wide range of organisations working in the field of disaster risk reduction (DRR) and climate change adaptation (CCA), the vast majority of field interventions have yet to employ more integrated approaches.

    DARA’s Risk Reduction Index (RRI), Phase II :

    West Africa The Risk Reduction Index (RRI) provides in-depth analysis, carried out within geographically well-defined risk prone areas, of the existing conditions and capacities that either hinder or enable local and national actors to carry out effective risk management.

    It identifies aspects of development processes and institutional structures that need to be addressed and engaged in risk management. The RRI aims to influence development processes and promote better integration of DRR into development and poverty reduction strategies and policies.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Mali
    preview


    BESOINS PRIORITAIRES

    **1. Insécurité alimentaire **

    A l’issue de la campagne agricole 2013-2014, le Burkina Faso a enregistré une production céréalière nationale brute provisoire de l’ordre de 5.125.769 tonnes, soit une hausse respective de 4, 64% et de 21,40% par rapport à l’année précédente et à la moyenne quinquennale. Toutefois, il convient de signaler que ces bons résultats ne couvrent pas la totalité du territoire avec des disparités en termes de couverture des besoins céréaliers (9 provinces déficitaires) et de populations vulnérables. Selon les résultats prévisionnels de cette année, on estime que plus de 54% des ménages agricoles burkinabè n’arriveront pas à couvrir leurs besoins céréaliers avec leur propre production. L’évaluation de la deuxième session du Comité de Prévision de la Situation Alimentaire (CPSA) 2013 relève vingt-neuf (29) communes à risques d’insécurité alimentaire situées dans neuf (9) provinces de cinq (5) régions. Selon le plan de résilience et de soutien aux populations vulnérables, élaboré par le gouvernement, le nombre de personnes en insécurité alimentaire est estimé à 1.330.382 personnes composées de populations pauvres et très pauvres en 2014.

    2. Malnutrition

    Selon la SMART 2013, le nombre d’enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë est estimé à 417.000 enfants dont 127.000 enfants malnutris sévères et 290.000 enfants malnutris modérés en 2014. Selon les données provisoires de la dernière enquête nutritionnelle nationale de 2013, la prévalence de la malnutrition aiguë globale est de 8,2% dont 1,7% de forme sévère. La prévalence de l’insuffisance pondérale est de 21.0% dont 4.5% de forme sévère.
    Les prévalences nationales cachent de fortes disparités entre régions et parfois à l’intérieur d’une même région. Selon les résultats provisoires de l’enquête nutritionnelle nationale 2013, aucune région ne semble présenter une prévalence de malnutrition aigüe atteignant 10% (seuil critique de l’OMS). Au cours des dix dernières années, la prévalence de la malnutrition a continuellement baissé.
    Néanmoins, la situation de la malnutrition aiguë au Burkina Faso reste préoccupante même en dehors des périodes de crises humanitaires.

    3. Impacts du conflit malien

    En 2013, le Burkina Faso a accueilli 49.975 réfugiés maliens, dont 90% dans la région du Sahel. La plupart des réfugiés sont regroupés dans trois camps officiels où ils reçoivent de l’assistance et de la protection. La crise des réfugiés a donc mis beaucoup de pressions sur les populations. Le cheptel des réfugiés aussi exposé au risque de crise alimentaire a été estimé à 48.000 têtes. En 2014, la priorité du HCR sera le rapatriement volontaire des réfugiés et l’intégration socio-économique pour ceux qui, pour le moment, préfèrent l’exil. Le HCR prévoit un chiffre de planification de 35.000 réfugiés à prendre en charge.


    0 0

    Source: International Fund for Agricultural Development, Food and Agriculture Organization
    Country: Benin, Burkina Faso, Cameroon, Ghana, Mali, Nigeria, Senegal
    preview


    West Africa has potential to strengthen its agricultural sector

    Food security in the region could improve with targeted policy support

    18 December 2013, Rome – Boosting productivity, fostering competitiveness and ensuring that small-scale farmers have greater access to markets are key to West Africa realizing its full agricultural potential, according to a new study released today by FAO and the International Fund for Agricultural Development (IFAD).

    The publication, Rebuilding West Africa’s Food Potential, presents a range of successful case studies since the region stepped up investments in agricultural development in the wake of the world food crisis in 2007-2008.

    But the book argues that countries could benefit significantly from policy support that targets broader agricultural development and greater coordination among producers, private industry and the public and financial sectors.

    “Although some West African countries in the region are doing better than others, the region has lagged behind other parts of Africa in terms of basic infrastructure, investments, research and development and agricultural processing,” said FAO Senior Economist Aziz Elbehri, who edited the publication.

    Staple food crops

    The book reasons that the region should direct greater efforts to develop its staple food crops, which in the past have been sidelined in favour of a few export commodities.

    Maize and cassava, two of the main pillars of West Africa’s food security, could form the backbone for a thriving agro-industry given their multiple market applications, the publication suggests.

    There is a huge production deficit in rice in the region, which currently imports an unsustainable 70 percent of what it consumes.

    And yields of sorghum and millet – critically important for the food security of 100 million people in the Sahel – could double or triple with the help of improved seed varieties and fertilizer.

    But providing farmers with the means to boost the yields of staple food crops is not enough, the book stresses.

    “Farmers have little incentive to increase production if they can’t sell their crops because of cheaper and easily accessible imports,” said Elbehri. “Policy and market incentives are needed to improve the competitiveness of locally grown crops and increase their share in the consumer market.”

    The book also underscores the importance of continued investment in export crops such as cotton, coffee and cocoa, which play a significant role in generating income and employment, and flags tropical fruit and vegetables and other emerging niche products like sesame and cashew nuts as another viable area for export growth.

    Intraregional trade

    Tapping unexploited trade potential, particularly within the region, is critical for agricultural development, the publication says.

    For example, countries could be trading significantly more locally grown maize than is currently the case. Just three percent of the maize grown in West Africa was traded within the Economic Community of West African States (ECOWAS) region between 2005 and 2009, according to FAO figures.

    “The real challenge for West Africa is learning how to unlock the intraregional trade potential but this is a tall order as it requires overcoming a number of constraints,” Elbehri said.

    Among the hurdles that governments need to address are poor transport networks, excessive regulation and conflicting trade policies among different countries, all of which result in costly delays on West African trade routes.

    Inclusive systems

    Innovative solutions involving both the public and private sectors are required to improve access to credit and markets for small-scale farmers, according to the publication.

    It underlines that countries need to prioritize credit and resources for women, who have a central role in the staple food value chains of the region.

    “Whether rice parboiling in Burkina Faso, cassava production in Cameroon or small-scale oil palm processing in Ghana, much of the staple food production and processing in West Africa is carried out by women,” said Elbehri.

    “They need specific support to improve access to labour-reducing equipment and credit for post-harvest processing and marketing, and to strengthen their technical and organizational capacity.”

    The publication also highlights the importance of strengthening farmers’ organizations, which put farmers in a stronger position to negotiate arrangements with suppliers and buyers and play a critical role in advocacy and policy dialogue.

    The publication’s key recommendations are aimed at helping to accelerate implementation of the region’s national agricultural investment programs under the Comprehensive African Agricultural Development Programme (CAADP).

    [PR 2013/ 165 en]


    0 0

    Source: ECOWAS
    Country: Mali

    La mission d’observation de la CEDEAO qui a suivi le second tour des élections législatives du Mali le 15 décembre 2013 a félicité les Maliens pour le comportement pacifique qui leur a permis de boucler avec succès la période de transition politique qui tourne la sombre page de la crise politique et sécuritaire qui y a éclaté l’année dernière.

    Dans une déclaration liminaire en 14 points publié au lendemain du scrutin, cette mission des 50 observateurs dirigée par le Pr Amos Sawyer, ancien président par intérim du Libéria, estime que ces «élections libres et transparentes» se sont déroulées «dans des conditions acceptables».

    Elle a ajouté avoir relevé des incidents mineurs dans quelques bureaux de vote, soulignant que le faible taux de participation n’a pas eu d’impact sur la tenue de ces élections qui se sont déroulées de façon conforme aux normes internationales. «Je suis optimiste, car le Mali est sur la bonne voie», a indiqué le Pr Sawyer lors d’une conférence de presse.

    L’ancien président par intérim du Libéria a décrit les élections comme «une autre pierre angulaire pour le rétablissement des institutions démocratiques», en prônant le dialogue et la réconciliation nationale. Il a assuré le gouvernement malien du soutien constant de la CEDEAO, qui a toujours exhorté la communauté internationale à intervenir au Mali, ce qui se fait de façon satisfaisante, a-t-il ajouté.

    Dans la déclaration lue par l'ancien diplomate burkinabé Léopold Ouédraogo, membre du Conseil des sages de la CEDEAO, la mission appelle la Communauté internationale à poursuivre son engagement de fournir des ressources et les moyens nécessaires en cette période post-conflit pour aider le gouvernement dans ses efforts de reconstruction et de stabilisation du pays.

    La mission d'observation a également exhorté les Maliens à «maintenir et consolider le processus démocratique» tout en invitant le gouvernement à poursuivre les efforts en cours pour la réconciliation nationale et la cohésion sociale du Mali.

    Elle a félicité le médiateur de la CEDEAO pour la résolution de la crise malienne, le président Blaise Compaoré du Burkina Faso et son co-médiateur, le président Goodluck Jonathan du Nigeria, dont les efforts ont, à travers le dialogue, permis d’instaurer une transition apaisée dans le pays.

    Reconnaissant que la situation sécuritaire du Mali demeure fragile dans le Sud malgré l’accalmie, et très volatile dans le Nord de plus en plus secoué par des attaques terroristes dans les régions de Tombouctou et Kidal, la mission d'observation de la CEDEAO a toutefois noté que les efforts conjugués des forces armées et de sécurité du Mali, de la Minusma et des soldats français ont permis pacifier le pays.

    Elle a cependant invité les forces alliées à redoubler d'efforts pour la poursuite de la guerre contre le terrorisme afin d’assurer la stabilité et le développement du Mali.

    Le second tour des législatives a permis l’élection de 127 députés à l’Assemblée nationale du Mali qui compte au total 147 membres. Lors du premier tour du scrutin, seuls 20 députés avaient été élus.


    0 0

    Source: World Food Programme, Food and Agriculture Organization
    Country: Burkina Faso, Chad, Côte d'Ivoire, Gambia, Ghana, Liberia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal
    preview


    • Selon les résultats du Cadre Harmonisé, 13 millions de personnes sont en insécurité alimentaire (Burkina Faso, Gambie, Niger, Sénégal, Mauritanie, Côte d’Ivoire et Tchad) et ce malgré des récoltes moyennes.

    • En plus, 4,5 millions d’enfants de moins de cinq ans sont touchés par la malnutrition aiguë en Afrique de l’Ouest.

    • Des déficits fourragers localisés risquent d’entraîner une période de soudure pastorale précoce.

    • Les prix des céréales sur les marchés baissent mais restent supérieurs à la moyenne quinquenale au Burkina Faso, au Niger, au Nigéria et au Tchad.

    • La situation acridienne reste menaçante en Mauritanie.


    0 0

    Source: Tearfund
    Country: Ethiopia

    by Mark Lang

    Almaz Santa has come a long way since drought in Ethiopia two years ago pushed her to the edge of survival.

    Back then she would walk miles every day in a desperate search for firewood to sell to earn money to feed her children.

    ‘I used to cry out to God as I thought he had forgotten me,’ recalls the mother of six children aged between four and 15.

    Thanks to supporters of Tearfund’s emergency appeal for East Africa, our partner the Wolaitta Kale Heywet Church brought Almaz back from the brink.

    They enrolled her in a cash-for-work programme which provided vital income, enabling her to buy a goat and some seeds for new cassava, maize, beans and sorghum crops.

    ‘I was so very happy that I shed tears of joy. I never believed that my life could turn around and have some hope in it,’ she said. ‘I cannot tell you what this project did to my life.

    ‘I’m a completely changed person and I’m very thankful for everybody who put in effort to make sure we were assisted.’

    Tearfund partners have been using a variety of ways to help people affected by the food crisis in Ethiopia, including teaching improved farming methods.

    Alemayehu Anjulo has learnt about conservation farming which requires less tilling of the land and reduces the need for intensive labour as well as costs, such as for fertiliser.

    He’s planted beans, cassava, sweet potatoes, maize and bananas on his farm and is expecting a good harvest.

    ‘The results have been tremendous,’ he says. ‘Many people now come to my farm to see what I’ve done and I’m always ready to help them so that the problems of food security in our area can be eradicated.’

    Another way Tearfund has helped the drought-affected is by providing food directly to the most vulnerable, people like Chu’u Dheera, 60, and his six children.

    The drought meant Chu’u’s cows, sheep and goats soon deteriorated due to the dwindling pasture and he was forced to sell some to buy food.

    ‘The help came just in the nick of time, and I thank God for it,’ he says of the food provided by WKHC.

    During the three months that the food was being distributed, the situation improved enough for Chu’u to plant quick maturing vegetables and other crops that ensured his family had food even after the three months elapsed.

    ‘This year is promising to be a bit better. We’re very grateful for all the help we received. It was very important for me and brought a new lease of life.’

    Tearfund’s work through WKHC is also looking to the long term, enabling Ethiopians to secure their own food futures.

    Our partner is introducing farmers like Zano Dolato, 55, to a crop called arrowroot, known locally as taro, which is more drought resistant, doesn’t require a lot of water to mature and produces good harvests.

    ‘I’m happy that I’ve been given this improved variety of seed and I’m positive it will yield well,’ says Zano, who nearly lost everything when the rains failed. ‘I’m rebuilding my life, and thanks to this initiative, my life will be different.’

    Selling surplus taro has enabled him to buy three cows and seven chickens which ensures his children get milk and eggs.

    But he’s not the only one to benefit from this project, as each participating farmer has to give 50kgs of their harvest to another farmer so they can start growing taro, following training from WKHC. ‘I don’t have words enough to say thank you for the good work you have done for us,’ Zano says. ‘I pray God may help you have even more energy and resources to help others just as you have helped me.’


    0 0

    Source: International Monetary Fund
    Country: Mali

    Press Release No. 13/524
    December 18, 2013

    The Executive Board of the International Monetary Fund (IMF) today approved a new arrangement under the Extended Credit Facility (ECF) for Mali for an amount equivalent to SDR 30 million (about US$ 46.2 million or 32 percent of quota). The approval enables the immediate disbursement of an amount equivalent to SDR 6 million (about US$9.2 million).

    The authorities’ program is designed to reduce balance-of-payments vulnerabilities and lay foundations for stronger, more inclusive growth. Reform efforts are focused on tax policy and revenue administration, public financial management and improving the business environment.

    The new Fund-supported program builds on the success of the authorities’ policies supported by disbursements under the Rapid Credit Facility in 2013

    Following the Executive Board’s discussion, Mr. Min Zhu, Deputy Managing Director and Acting Chair issued the following statement:

    “Mali’s authorities have succeeded in maintaining macroeconomic stability in very difficult circumstances. The economy is recovering and the outlook is improving with the resumption of donor support and a gradual return of investor confidence. However, significant challenges remain. Against this background, a new Fund-supported arrangement under the Extended Credit Facility will help support the authorities’ economic program to sustain growth, maintain fiscal sustainability, and reduce poverty.

    “Higher domestic revenue mobilization and increased efficiency of public spending will create fiscal space for needed development spending. Limited government recourse to domestic bank borrowing will safeguard credit to the private sector. Improved public financial management will ensure that donor funding is put to effective use, and improved internal expenditure controls will help prevent the accumulation of domestic arrears. More broadly, a prudent debt management centered on concessional borrowing will be needed in the period ahead.

    “Far-reaching reforms will help improve the business environment, promote economic diversification, and boost Mali’s growth prospects. Priority areas include increasing financial development, combating corruption, streamlining tax procedures, improving infrastructure, and increasing labor productivity through improved education and health spending. Well communicated reforms in the production and pricing of energy are also important for fostering durable growth and reducing poverty.”

    Annex

    Recent economic developments

    Mali is emerging from the most serious security and political crisis in its recent history.

    The recent arrival of a UN security force (MINUSMA) is helping the government restore law and order in the north. Political normalization is well under way with the successful presidential and parliamentary elections. International financial support has been successfully mobilized: in May 2013, at the international donor conference in Brussels, donors pledged €3.25 billion ($4.4 billion) in financial assistance.

    In the meantime, the economy is recovering and inflationary pressures have abated. After a 0.4 percent GDP decline in 2012, the improvement in the security situation and the resumption of donor assistance has helped revive business confidence. Activity is picking up in the service sectors hardest hit by the crisis (commerce, hotels, and restaurants). Favorable rainfall has boosted agricultural production. Average inflation declined from 5.3 percent in 2012 to negative 0.1 percent by October 2013 as food prices declined following the good harvest.

    Prospects for the remainder of 2013 and for 2014 are generally favorable. The nascent recovery should gather strength as donor support builds up and credit to economy picks up. Real GDP is projected to increase by 5.1 percent in 2013 and 6.6 percent in 2014 supported by the rebound in agricultural output, the establishment of a third mobile phone operator, recovery in the service sector, and restart of construction projects. After 2014, growth is projected to settle in the 5–6 percent range. Average inflation is projected to remain close to zero in 2013 and reach 2 percent in 2014, below the 3 percent West African Economic and Monetary Union’s (WAEMU) ceiling.

    The positive outlook is subject to several risks. Agricultural output is vulnerable to adverse weather conditions. Because of strong export concentration on gold (70 percent of the total) and cotton (15 percent of the total), export revenues depend to a large extent on volatile international gold and cotton prices. The security situation remains fragile despite recent improvements. Any setbacks in peace consolidation could weaken consumer, investor, and donor confidence and derail the incipient recovery. On the other hand, Mali is not significantly exposed to negative risks in the euro area because its exports are inelastic toward traditional trade partners’ growth. The banking sector is mostly financed by local deposits and is not directly exposed to the ongoing deleveraging of European banks.

    Program Summary

    The authorities’ programs aims at promoting policies that: (i) maintain macroeconomic stability, while allocating sufficient resources to poverty-reducing and other priority spending, including in the North; (ii) mobilize more government revenue;

    (iii) strengthen public financial management; and (iv) improve the business environment, including by implementing anti-corruption measures.

    Public spending will support national reconciliation, growth and poverty reduction. Budgetary allocations will be in line with the Growth and Poverty Reduction Strategy (G-PRSP) and the Plan for Sustainable Recovery (PRED). To that end, the authorities are committed to giving priority social spending—health, education and social development.

    To increase tax revenue and lighten the administrative burden on the taxpayer, the Government will implement ambitious tax policy and administration reforms. Transparency will be used to build political support for a reduction of tax exemptions. In that context, the authorities intend to reform fuel pricing. Starting in 2013, the budget law has begun presenting estimates of the cost to the budget of the failure to adjust fuel prices to international oil price movements. To stem, and ultimately reverse, the erosion of tax revenue from petroleum products, the authorities will abandon the practice of setting the administrative value (used for tax calculation) below the market value. In order to improve the business climate, the government will take steps to address the most problematic factors for doing business. Investors consider access to financing, corruption, poor infrastructure (including electricity), tax regulation are key ingredients. The state electricity company will be reformed with the view of putting it on a sound financial footing.

    The authorities have also stated their deep commitment to combating corruption. They will put in place concrete actions, one of which is a systematic follow up of all recommendations of varying control agencies, with regular reports on judicial or administrative actions taken. Another is the publication of judicial decisions.

    Given the early stage of Mali’s recovery from the recent political and security crisis, reforms will be implemented progressively. The initial phase—through mid–2014—focuses on strengthening institutional capacity and developing strategies to address the most pressing issues. The following phases of the program will involve rolling out policy actions in these areas. These actions will be specified at the time of the first and subsequent reviews of the arrangement.

    IMF COMMUNICATIONS DEPARTMENT

    Public Affairs
    E-mail: publicaffairs@imf.org
    Phone: 202-623-7100

    Media Relations
    E-mail: media@imf.org
    Phone: 202-623-7100


    0 0

    Source: International Monetary Fund
    Country: Mali

    Communiqué de presse n° 13/524

    Le 18 décembre 2013

    Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé aujourd’hui un nouvel accord en faveur du Mali au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) pour un montant équivalant à 30 millions de DTS (environ 46,2 millions de dollars EU, soit 32 % de la quote-part). L’approbation ouvre la voie au décaissement immédiat d’un montant équivalant à 6 millions de DTS (environ 9,2 millions de dollars).

    Le programme des autorités vise à réduire les facteurs de vulnérabilité de la balance des paiements et à créer les conditions d’une croissance plus vigoureuse, dont les bienfaits soient plus largement partagés. Les efforts de réforme sont axés sur la politique fiscale et l’administration des recettes, la gestion des finances publiques et l’amélioration du climat des affaires. Le nouveau programme soutenu par le FMI s’appuie sur les bons résultats obtenus par les autorités grâce aux décaissements effectués en 2013 au titre de la facilité de crédit rapide. Après les délibérations du Conseil d’administration, M. Min Zhu, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante :

    «Les autorités maliennes ont réussi à maintenir la stabilité macroéconomique dans des circonstances très difficiles. L’économie se redresse et les perspectives s’améliorent avec la reprise du soutien des bailleurs de fonds et le retour progressif de la confiance des investisseurs. Cependant, des difficultés considérables demeurent. Dans ces conditions, un nouvel accord soutenu par le FMI dans le cadre de la facilité élargie de crédit aidera les autorités à appliquer leur programme économique visant à soutenir la croissance, à maintenir la viabilité des finances publiques et à réduire la pauvreté.

    «Une meilleure mobilisation des recettes intérieures et une efficacité accrue des dépenses publiques créeront un espace budgétaire permettant d’effectuer les dépenses de développement nécessaires. Le recours limité de l’État aux emprunts bancaires intérieurs préservera l’accès du secteur privé au crédit. Une meilleure gestion des finances publiques garantira que les financements des bailleurs de fonds soient utilisés à bon escient et l’amélioration du contrôle interne des dépenses empêchera l’accumulation d’arriérés intérieurs. Plus généralement, une gestion prudente de la dette centrée sur les emprunts concessionnels sera nécessaire au cours de la période à venir.

    «De vastes réformes contribueront à améliorer le climat des affaires, à promouvoir la diversification de l’économie et à rehausser les perspectives de croissance du Mali. Parmi les mesures prioritaires figurent le développement de l’accès aux services financiers, la lutte contre la corruption, la simplification des procédures fiscales, l’amélioration des infrastructures, et l’accroissement de la productivité de la main-d’œuvre grâce à une hausse des dépenses d’éducation et de santé. Des réformes bien expliquées dans le domaine de la production d’énergie et de la fixation des prix énergétiques sont aussi importantes pour favoriser une croissance durable et réduire la pauvreté.»

    Annexe

    Évolution récente de l’économie

    Le Mali émerge de la crise sécuritaire et politique la plus grave de son histoire récente. L’arrivée récente d’une force de sécurité des Nations Unies (MINUSMA) aide le gouvernement à rétablir l’ordre public dans le Nord du pays. La normalisation politique est bien engagée et des élections présidentielles et parlementaires ont pu avoir lieu. Un soutien financier international a pu être mobilisé : en mai 2013, à la conférence internationale des bailleurs de fonds de Bruxelles, ceux-ci ont annoncé l’octroi d’une assistance financière de 3,25 milliards d’euros (4,4 milliards de dollars).

    Pendant ce temps, l’économie se redresse et les pressions inflationnistes se sont atténuées. Après une baisse de 0,4 % du PIB en 2012, l’amélioration des conditions de sécurité et la reprise de l’aide des bailleurs de fonds ont aidé à susciter un regain de confiance parmi les entreprises. L’activité s’accélère dans les services les plus touchés par la crise (commerce, hôtellerie et restauration). Des pluies favorables ont stimulé la production agricole. L’inflation moyenne est tombée de 5,3 % en 2012 à -0,1 % en octobre 2013 sous l’effet de la baisse des prix alimentaires consécutive à la bonne récolte. Les perspectives pour le reste de 2013 et pour 2014 sont généralement favorables. La reprise naissante devrait s’accélérer avec la montée en régime du soutien des bailleurs de fonds et l’augmentation du crédit à l’économie. D’après les projections, le PIB réel devrait progresser de 5,1 % en 2013 et de 6,6 % en 2014 grâce au rebond de la production agricole, à l’établissement d’un troisième opérateur de téléphonie mobile, au redressement du secteur des services et au redémarrage de projets de construction. Après 2014, la croissance devrait s’établir entre 5 % et 6 %. L’inflation moyenne devrait rester proche de zéro en 2013 et atteindre 2 % en 2014, restant ainsi en dessous du plafond de 3 % fixé par l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

    Plusieurs risques pèsent toutefois sur ces perspectives positives. La production agricole est vulnérable à des conditions climatiques défavorables. L’or et le coton constituant l’essentiel des exportations (70 % et 15 % du total, respectivement), les recettes d’exportation sont largement à la merci de la volatilité des prix internationaux de ces deux produits. Les conditions de sécurité restent précaires malgré une récente amélioration. Tout revers dans le processus de consolidation de la paix pourrait affaiblir la confiance des consommateurs, des investisseurs et des bailleurs de fonds, et faire dérailler la reprise naissante. Par contre, le Mali n’est pas très exposé aux aléas négatifs de la zone euro, car ses exportations sont inélastiques par rapport à la croissance des partenaires commerciaux traditionnels. Le secteur bancaire est financé surtout par des dépôts locaux et n’est donc pas directement concerné par le désendettement en cours des banques européennes.

    Résumé du programme

    Le programme des autorités vise à promouvoir des politiques axées sur les objectifs suivants : i) maintenir la stabilité macroéconomique tout en allouant suffisamment de ressources à la réduction de la pauvreté et à d’autres dépenses prioritaires, notamment dans le Nord du pays; ii) mobiliser davantage de recettes publiques; iii) renforcer la gestion des finances publiques; et iv) améliorer le climat des affaires, notamment en prenant des mesures de lutte contre la corruption. Les dépenses publiques soutiendront la réconciliation nationale, la croissance économique et la réduction de la pauvreté. Les affectations budgétaires seront conformes à ce que prévoit le document de stratégie pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (DSRP-C) et au Plan pour la relance durable du Mali (PRED). Dans cette optique, les autorités sont déterminées à donner la priorité aux dépenses sociales, dans les domaines de la santé, de l’éducation et du développement social.

    Afin d’accroître les recettes fiscales et d’alléger les lourdeurs administratives pour le contribuable, le gouvernement mettra en œuvre d’ambitieuses réformes de la politique et de l’administration fiscales. La transparence sera utilisée pour susciter un soutien politique en faveur d’une réduction des exonérations fiscales. À cet égard, les autorités ont l’intention de réformer le mode de fixation des prix des carburants. En 2013, la loi de finances a commencé à présenter une estimation du coût budgétaire du non-ajustement des prix des carburants en fonction de l’évolution des prix internationaux du pétrole.

    Pour arrêter puis, à terme, inverser l’érosion des recettes fiscales provenant des produits pétroliers, les autorités mettront fin à la pratique consistant à fixer la valeur administrative (utilisée pour le calcul des taxes) en dessous de la valeur de marché. En vue d’améliorer le climat des affaires, le gouvernement prendra des mesures pour remédier aux principaux obstacles qui empêchent l’exercice d’une activité économique. Aux yeux des investisseurs, l’accès aux financements, la corruption, la mauvaise qualité des infrastructures (y compris le réseau électrique) et la réglementation fiscale sont les principaux éléments à prendre en considération. La compagnie d’électricité publique sera réformée, le but étant de lui assurer une assise financière solide.

    Les autorités ont aussi fait part de leur ferme volonté de lutter contre la corruption. Elles prendront des mesures concrètes, en instituant notamment un suivi systématique de toutes les recommandations des diverses agences de contrôle, avec des rapports périodiques sur les mesures judiciaires ou administratives qui ont été prises. Une autre mesure consistera à publier les décisions judiciaires. Étant donné que la reprise économique du Mali n’en est encore qu’à son tout premier stade après la récente crise politique et sécuritaire, les réformes seront mises en œuvre de façon progressive. La première phase, qui durera jusqu’au milieu de 2014, sera axée sur le renforcement des capacités institutionnelles et l’élaboration de stratégies pour traiter les questions les plus urgentes. Les phases suivantes du programme comporteront la mise en place d’actions stratégiques dans ces domaines. Celles-ci seront précisées au moment de la première revue de l’accord et des revues suivantes.

    DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

    Relations publiques
    Courriel : publicaffairs@imf.org
    Télécopie : 202-623-6220

    Relations avec les médias Courriel : media@imf.org Télécopie : 202-623-7100


    0 0

    Source: Organisation internationale de la Francophonie
    Country: Mali

    Du 12 et 13 décembre 2013 s’est tenu à l’hôtel Azalaï-Salam de Bamako un atelier de concertation sur le thème : "Prévention de la torture au Mali : le rôle du Protocole facultatif à la Convention contre les torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (OPCAT)".

    Co-organisé par le Ministère de la justice du Mali et la Direction de la paix, de la démocratie et des droits de l’Homme de l’OIF, l’atelier visait à formuler des recommandations permettant au Mali de se doter d’un Mécanisme national de prévention de la torture (MNP) conforme aux prescriptions de l’OPCAT.

    Il a réuni une quarantaine de participants dont les membres de la Commission nationale des droits de l’Homme du Mali, des régisseurs d’établissements pénitentiaires, des représentants de la police et de la Gendarmerie, des ONG de défense des droits de l’Homme, des experts du Sous-Comité pour la prévention de la torture (SPT) des Nations Unies et du monde universitaire, ainsi que des institutions homologues du Sénégal et du Maroc.

    L’atelier a formulé une série de recommandations relatives à la composition d’un MNP efficace au sein de la Commission nationale malienne des droits de l’ Homme et recommandé la publication du Rapport de la visite effectuée par le SPT au Mali fin 2011.

    L’OIF envisage de réunir les MNP francophones, en collaboration avec le SPT, à l’occasion d’une rencontre internationale prévue à Paris en juin 2014.


    0 0

    Source: International Fund for Agricultural Development
    Country: Bolivia, Djibouti, Kyrgyzstan, Mali, Nicaragua, Nigeria, Rwanda, Viet Nam, Yemen

    Rome, 16 December 2013 – The International Fund for Agricultural Development (IFAD) approved US $88 million in grant financing for climate change adaptation efforts in 9 vulnerable countries. At the 110th session of its Executive Board, IFAD endorsed a new generation of agricultural investment programmes which dedicate concessional loan and grant financing to actions that manage growing climate risks. This is funded by IFAD’s new Adaptation for Smallholder Agriculture Programme (ASAP), which channels climate finance to smallholder farmers so that they can improve their resilience to climate change.

    “This is a great way to end ASAP’s first year of operations. In 2013 IFAD committed US$110 million from ASAP to support 11 new projects, leveraged US $770 million of regular IFAD and other funding, and won a UNFCCC Momentum for Change Award last month in Warsaw. On top of this we are starting to make headway in putting smallholders on the map of climate change through an active advocacy effort in climate and agriculture debates worldwide,” said Elwyn Grainger-Jones, Director of IFAD’s Environment and Climate Division (ECD).

    These ASAP-supported projects will benefit poor rural communities in Bolivia, Nicaragua, Mali, Nigeria, Rwanda, Djibouti, Yemen, Kyrgyzstan and Viet Nam. They join the Climate Adaptation and Livelihood Protection project in Bangladesh that passed IFAD Executive Board review in September, and the Pro-Poor Value Chain Project in Mozambique, which is currently under implementation.

    “ASAP financing benefits small farmer households who live on marginal environments in some of the most vulnerable regions of the world. The climate risk appraisals IFAD has undertaken during the project designs will enable these projects to reduce exposure to climate hazards and diversify income opportunities which will be viable years from now,” said Gernot Laganda, Programme Coordinator.
    ASAP is made possible by the generous contributions of five donor countries: Belgium, Canada, the Netherlands, Sweden and the United Kingdom.

    Press release no: IFAD/63/2013

    The International Fund for Agricultural Development (IFAD) works with poor rural people to enable them to grow and sell more food, increase their incomes and determine the direction of their own lives. Since 1978, IFAD has invested over US$15 billion in grants and low-interest loans to developing countries through projects empowering more than 410 million people to break out of poverty, thereby helping to create vibrant rural communities. IFAD is an international financial institution and a specialized UN agency based in Rome – the United Nations’ food and agriculture hub. It is a unique partnership of 172 members from the Organization of the Petroleum Exporting Countries (OPEC), other developing countries and the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD).


    0 0

    Source: International Fund for Agricultural Development, Food and Agriculture Organization
    Country: Benin, Burkina Faso, Cameroon, Ghana, Mali, Nigeria, Senegal, World
    preview


    West Africa has potential to strengthen its agricultural sector

    Food security in the region could improve with targeted policy support

    Rome, 18 December 2013 –Boosting productivity, fostering competitiveness and ensuring that small-scale farmers have greater access to markets are key to West Africa realizing its full agricultural potential, according to a new study released today by FAO and the International Fund for Agricultural Development (IFAD).

    The publication, Rebuilding West Africa’s Food Potential, presents a range of successful case studies since the region stepped up investments in agricultural development in the wake of the world food crisis in 2007-2008.

    But the book argues that countries could benefit significantly from policy support that targets broader agricultural development and greater coordination among producers, private industry and the public and financial sectors.

    “Although some West African countries in the region are doing better than others, the region has lagged behind other parts of Africa in terms of basic infrastructure, investments, research and development and agricultural processing,” said Senior FAO Economist Aziz Elbehri, who edited the publication.

    Staple food crops

    The book reasons that the region should direct greater efforts to develop its staple food crops, which in the past have been sidelined in favour of a few export commodities.

    Maize and cassava, two of the main pillars of West Africa’s food security, could form the backbone for a thriving agro-industry given their multiple market applications, the publication suggests.

    There is a huge production deficit in rice in the region, which currently imports an unsustainable 70 percent of what it consumes.

    And yields of sorghum and millet – critically important for the food security of 100 million people in the Sahel – could double or triple with the help of improved seed varieties and fertilizer.

    But providing farmers with the means to boost the yields of staple food crops is not enough, the book stresses.

    “Farmers have little incentive to increase production if they can’t sell their crops because of cheaper and easily accessible imports,” said Elbehri. “Policy and market incentives are needed to improve the competitiveness of locally grown crops and increase their share in the consumer market.”

    The book also underscores the importance of continued investment in export crops such as cotton, coffee and cocoa, which play a significant role in generating income and employment, and flags tropical fruit and vegetables and other emerging niche products like sesame and cashew nuts as another viable area for export growth.

    Intraregional trade

    Tapping unexploited trade potential, particularly within the region, is critical for agricultural development, the publication says.

    For example, countries could be trading significantly more locally grown maize than is currently the case. Just three percent of the maize grown in West Africa was traded within the Economic Community of West African States (ECOWAS) region between 2005 and 2009, according to FAO figures.

    “The real challenge for West Africa is learning how to unlock the intraregional trade potential but this is a tall order as it requires overcoming a number of constraints,” Elbehri said.

    Among the hurdles that governments need to address are poor transport networks, excessive regulation and conflicting trade policies among different countries, all of which result in costly delays on West African trade routes.

    Inclusive systems

    Innovative solutions involving both the public and private sectors are required to improve access to credit and markets for small-scale farmers, according to the publication.

    It underlines that countries need to prioritize credit and resources for women, who have a central role in the staple food value chains of the region.

    “Whether rice parboiling in Burkina Faso, cassava production in Cameroon or small-scale oil palm processing in Ghana, much of the staple food production and processing in West Africa is carried out by women,” said Elbehri.

    “They need specific support to improve access to labour-reducing equipment and credit for post-harvest processing and marketing, and to strengthen their technical and organizational capacity.”

    The publication also highlights the importance of strengthening farmers’ organizations, which put farmers in a stronger position to negotiate arrangements with suppliers and buyers and play a critical role in advocacy and policy dialogue.

    The publication’s key recommendations are aimed at helping to accelerate implementation of the region’s national agricultural investment programs under the Comprehensive African Agricultural Development Programme (CAADP).

    Press release no: IFAD/65/2013

    Contact

    David Florentin Paqui
    IFAD
    Communications division
    Tel: +39 06 5459 2213
    d.paqui@ifad.org


    0 0

    Source: ECOWAS
    Country: Mali

    The ECOWAS Commission is to hand over 410 tons of rice valued at US$500,000 to the Government of Mali to help ameliorate the sufferings of citizens affected by the country’s political and security crises.

    The locally produced rice, procured with the assistance of the World Food Programme (WFP), will be presented on behalf of the Commission by the Commissioner for Human Development and Gender, Dr. Adrienne Diop, on Thursday 19th December 2013.

    The donation, which is within the framework of the implementation of the ECOWAS Humanitarian Assistance Plan for Mali, which includes the deployment of an ECOWAS Emergency Response Team (EERT) and the secondment of an EERT officer to assist the Office of the ECOWAS Special Representative in the country.

    The EERT officer will help coordinate field operations and support the activities of other EERT members to enhance the country’s emergency response capacity and facilitate the delivery of ECOWAS assistance to the affected Malian population.

    The food donation will be received by the Malian Ministry of Labour, Humanitarian and Social Affairs, while the ECOWAS delegation is also expected to meet with Malian officials on strategies for boosting ECOWAS presence and support to the country.

    The humanitarian assistance complements ECOWAS’ diplomatic and political initiatives to help Mali out of crisis through a political transition programme facilitated by the regional bloc, which has led to recent successful presidential and legislative elections in the country.


    0 0
  • 12/19/13--12:56: Niger: Le CICR au Niger
  • Source: International Committee of the Red Cross
    Country: Libya, Mali, Niger, Nigeria

    19-12-2013 Introduction

    Au Niger, le CICR vient en aide aux personnes qui ont fui les conséquences de conflits au Mali, au Nigéria et en Libye, et aux populations résidentes qui pâtissent de celles-ci. Le CICR porte également assistance aux victimes des aléas du climat dans des zones antérieurement touchées par des violences armées et des tensions intercommunautaires. .

    Assistance aux déplacés, aux réfugiés et aux migrants en détresse

    La région de Diffa, limitrophe du Nigéria, accueille des milliers de déplacés, ainsi que des réfugiés. Avec le soutien de la Croix-Rouge nigérienne, le CICR leur fournit des vivres et des produits de première nécessité. Il s’emploie également à améliorer l'accès à l'eau potable et à rétablir les liens entre membres de familles dispersées.

    Des centaines de migrants se retrouvent parfois livrés à eux-mêmes dans le désert nigérien. À Dirkou, dans l'extrême nord-est du pays, les volontaires de la Croix-Rouge nigérienne leur permettent de contacter leur famille en leur offrant de téléphoner gratuitement. À Agadez, le CICR et la Société nationale mettent à leur disposition un abri temporaire, où ils peuvent recevoir des soins, prendre un repas et joindre leurs proches par téléphone.

    Soutien aux populations résidentes

    Agriculteurs et éleveurs des régions d'Agadez et de Tillabery sont durement touchés par les effets conjugués de la sécheresse et de situations de violence passées. Le CICR leur vient en aide en leur distribuant des semences et en renforçant les capacités des banques céréalières. Il apporte en outre son appui à des campagnes de vaccination et de déparasitage du bétail, qui ont permis de traiter cette année quelque 4,5 millions d'animaux.

    Activités en faveur des détenus

    Le CICR visite les détenus pour s’assurer qu’ils sont traités avec dignité et humanité. Dans certains lieux de détention, il remet en état les systèmes d'approvisionnement en eau et d'assainissement et fournit des articles d'hygiène.

    Soins de santé et réadaptation physique

    Dans des régions où l'accès aux soins est difficile, le CICR soutient certaines structures de santé en les approvisionnant en médicaments et matériel médical.

    Un partenariat avec l'Hôpital national de Niamey a permis la mise en place d’un centre d'appareillage, où les victimes de mines et blessés de guerre, du Niger et de la région, bénéficient de soins orthopédiques et d’une réadaptation physique.

    Promotion du droit international humanitaire

    Afin de promouvoir le droit international humanitaire (DIH) et les principes humanitaires, le CICR a des échanges réguliers avec les autorités politiques et militaires, les acteurs de la société civile, les milieux universitaires et les médias. Il appuie également l'incorporation du DIH dans la formation et l'entraînement des forces de défense, ainsi que dans les cursus universitaires.

    Coopération avec la Croix-Rouge nigérienne

    Partenaire stratégique du CICR au Niger, la Croix-Rouge nigérienne est présente dans toutes les régions du pays. Le CICR s’emploie à renforcer ses moyens humains et techniques pour lui permettre de répondre aux défis humanitaires relevant de son mandat.

    Le CICR est présent depuis les années 90 au Niger, où il dispose d'une délégation à Niamey, d'une sous-délégation à Agadez et, depuis avril 2013, d'une antenne à Diffa, dans l'extrême sud-est du pays.


    0 0

    Source: Government of France
    Country: Bolivia, Burkina Faso, Chad, Colombia, Comoros, Congo, Lao People's Democratic Republic (the), Lebanon, Mali, Mauritania, Niger, Senegal, Tunisia, United Republic of Tanzania, Viet Nam, World

    Le Comité spécialisé du Conseil d’Administration de l’AFD pour l’appui aux initiatives des ONG s’est réuni le 17 décembre 2013. Il a approuvé l’attribution de 15 subventions.

    AIDES - Accès à la prévention et aux traitements du VIH/sida en Afrique et dans les Caraïbes

    Subvention de 912 175 euros sur 3 ans à Aides pour un projet visant à améliorer l’accès à la prévention et au traitement du VIH/Sida et des hépatites des groupes les plus vulnérables face à l’épidémie dans 10 pays d’Afrique et de la Caraïbe. Hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, transgenres, usagers de drogue injectable, travailleurs/ses du sexe… Ces populations se retrouvent très souvent en dehors des dispositifs de prise en charge en raison des discriminations dont ils sont victimes et de la criminalisation de leurs pratiques. Le projet prévoit de renforcer les capacités de plaidoyer et de sensibilisation des associations partenaires de lutte contre le sida ainsi que de travailler sur l’environnement juridique qui entrave l’accès aux traitements et la prévention du VIH.

    Eau vive - Accès à l'eau potable et à l'assainissement au Mali

    Subvention de 331 575 euros sur 3 ans à Eau Vive pour un projet visant à améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans 4 communes de la région de Koulikoro, située à 100 km au Nord de Bamako. Adossé à une contribution du Lions Club, le projet comprend la construction de forages, de points d’eau et de latrines et des actions de sensibilisation à l’hygiène auprès des populations. Il prévoit aussi un accompagnement des autorités locales, compétentes en matière d’eau et d’assainissement dans le cadre de la politique malienne de décentralisation. Un volet « sécurité alimentaire » permettra d’appuyer 5 groupements d’agriculteurs pour développer des activités maraîchères. 112 300 habitants bénéficieront à terme du projet.

    CCFD-TS - Accès à l'information et renforcement des acteurs non étatiques au Tchad

    Subvention de 504 000 euros sur 2 ans au CCFD-Terre solidaire pour un projet d’accès à l’information et de renforcement des capacités des acteurs non étatiques et des autorités locales dans 17 régions du Tchad. Monté en partenariat avec le Groupe de recherches alternatives et de monitoring du projet pétrole Tchad-Cameroun (GRAMP-TC), le projet vise à impliquer les populations de manière effective dans la gestion des budgets publics et communaux, notamment en ce qui concerne les ressources issues de l’exploitation pétrolière. A terme, 16 conseils municipaux et leurs personnels techniques se verront dotés d’outils leur permettant de s’impliquer plus efficacement dans la bonne gestion des fonds publics et l’élaboration des plans de développement locaux. 500 travailleurs des industries extractives seront informés sur la gouvernance de leurs entreprises.

    Plan international France - Eradiquer le travail des enfants en Tanzanie

    Subvention de 180 000 euros sur un an et demi à Plan international France pour un projet visant à éradiquer le travail des enfants dans 11 circonscriptions minières de la région de Geita en Tanzanie. L’enjeu est d’assurer un meilleur suivi de l’application des lois et des politiques sur le travail des enfants. Le projet prévoit de sensibiliser les jeunes, leurs parents et les exploitants du secteur minier à la situation du travail des enfants et ses conséquences. Il renforcera aussi des associations villageoises d’épargne et de crédit pour améliorer la sécurité économique de 4 500 foyers vulnérables. A terme, le projet permettra de former 60 élus à cette question et de réintégrer 12 000 enfants âgés de 5 à 13 ans dans un parcours scolaire.

    GRET - Microprojets communaux et associatifs au Congo Brazzaville

    Subvention de 300 000 euros sur 3 ans au GRET pour un projet visant à donner aux acteurs locaux de 4 arrondissements défavorisés de Brazzaville des outils pour améliorer l’accès aux services urbains de base. Il s’agit de renforcer la capacité des acteurs locaux à agir de façon partenariale et de permettre aux mairies d’arrondissement de mieux piloter le développement de leur territoire. Le projet gère un fonds d’appui aux initiatives d’aménagement, l’animation d’espaces de concertation et propose un important plan d’accompagnement à tous les niveaux. Il bénéficiera à une quarantaine d’agents des mairies d’arrondissement, à une trentaine d’organisations de la société civile, à une vingtaine d’entreprises ou bureaux d’études, pour permettre à 600 000 habitants un meilleur accès aux services urbains de base.

    Inter Aide – Renforcement des exploitations familiales agricoles en Afrique subsaharienne

    Subvention de 1 671 339 euros sur 3 ans à Inter Aide pour la poursuite de la convention-programme portant sur le renforcement des capacités des exploitations familiales agricoles et la structuration de services mise en œuvre dans des zones rurales défavorisées d’Ethiopie, de Madagascar, du Malawi et de la Sierra Leone. Ce projet appuie le déploiement et la structuration des dispositifs d’appui-conseil et des filières semencières dans les zones rurales concernées, en vue d’accroître la résilience des exploitations familiales agricoles. Cette convention-programme bénéficie à environ 13 000 familles, soit 66 000 personnes.

    CCFD Terre solidaire – Faire émerger un dialogue politique concerté sur la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest

    Subvention de 804 163 euros sur 3 ans au CCFD - Terre Solidaire pour un projet de structuration du monde associatif visant à faire émerger un dialogue politique concerté sur la sécurité alimentaire dans deux zones transfrontalières de la Mauritanie, du Sénégal, du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Il s’agit d’améliorer les connaissances des organisations professionnelles et des collectivités locales sur les politiques publiques de sécurité alimentaire et de renforcer leurs capacités de dialogue afin qu’elles participent activement à leur élaboration. 298 organisations professionnelles et 45 collectivités locales seront mobilisées dans le cadre de cette initiative qui impactera deux zones frontalières comptant un million d’habitants.

    AVN – Développement d’une offre d’habitat rural en Afrique de l’Ouest

    Subvention de 680 000 euros sur 3 ans à l’Association de la voûte nubienne (AVN) visant à renforcer les capacités des organisations d'Afrique de l'Ouest pour développer un marché de bâtiments construits en voûtes nubiennes adaptés localement aux besoins économiques, sociaux et environnementaux de la région. Ce programme repose sur un concept : la voûte nubienne ; un métier : l’artisan-maçon spécialisé dans ce type de construction ; une méthode : la promotion régionale du marché de voûtes nubiennes. Le projet permettra d’accompagner la création de 2 500 voûtes nubiennes qui assureront l’hébergement de 20 000 personnes dans des conditions de confort améliorées par rapport aux maisons courantes construites en tôle et en béton.

    Initiative développement - Diffusion d'unités de distillation à foyer économe aux Comores

    Subvention de 240 422 euros sur 3 ans à Initiative développement pour un projet visant à diffuser des unités de distillation plus économes en bois auprès des producteurs d’ylang ylang, une huile essentielle produite sur l’île d’Anjouan et très prisée de l’industrie cosmétique. L’objectif est de réduire la consommation de bois grâce à des unités de distillation plus durables et de structurer et améliorer les revenus des petits producteurs. Le projet s’appuie notamment sur une valorisation des réductions d’émissions via la finance carbone. Il bénéficiera à au moins 200 petits producteurs distillateurs et indirectement à l'ensemble des acteurs impliqués dans la filière, notamment les femmes en charge de la cueillette.

    FERT – Education au développement dans l’enseignement agricole

    Subvention de 267 600 euros sur 3 ans à FERT pour un projet visant à ancrer durablement l’éducation au développement au sein de l’enseignement agricole en France. L’objectif est d’accroitre la sensibilisation aux enjeux du développement des personnels de l’enseignement agricole ainsi que des jeunes scolarisés dans les établissements et de leurs familles. Développé sur 18 régions françaises, il est monté en partenariat avec le Conseil national de l’enseignement agricole privé (CNEAP), l’Institut formation enseignement agricole privé (IFEAP) et le ministère de l’Agriculture. Le projet qui implique des acteurs diversifiés (professionnels du monde agricole, réseaux éducatifs et réseaux régionaux) permettra de toucher à terme 5 000 éducateurs et 50 000 jeunes et leurs familles.

    Batik international - Insertion socio-économique des femmes au Vietnam

    Subvention de 220 000 euros sur 3 ans à Batik international pour un projet d’amélioration des conditions de vie des femmes dans deux zones industrielles du Nord Vietnam. Il s’agit d’améliorer leurs conditions de travail, de logement, de prise en charge sanitaire, ainsi que leur insertion économique, en les aidant à mieux connaître leurs droits, à s’organiser pour les faire respecter et à développer leurs compétences. Le projet prévoit de créer des instances de dialogue entre acteurs locaux et de renforcer les services sociaux. Il permettra la formation de 60 « femmes-leaders », la création de 30 « clubs de femmes » auto-gérés et la participation de plusieurs entreprises à l’amélioration des conditions de travail. 960 femmes seront touchées directement dans les deux provinces.

    GERES - Structuration des ONG françaises sur la question du climat

    Subvention de 368 247 euros sur 3 ans pour un projet de structuration des ONG françaises, porté par 8 organisations membres de la Commission climat-développement de Coordination Sud. Dans le contexte des négociations mondiales sur le climat, en vue d’établir un régime climatique global pour la période post-2020, ce nouvel appui permettra de poursuivre des actions de production intellectuelle, d’échanges de savoirs, d’amélioration des pratiques des ONG et de plaidoyer. Il contribuera au renforcement des capacités des ONG françaises sur les thèmes du risque climatique, de l’atténuation, de l’adaptation, du financement du climat, des liens avec l’agriculture, etc. Dans la perspective de la 21ème Conférence des Parties sur le climat organisée à Paris en 2015, ce projet devrait aboutir à une meilleure structuration et visibilité des acteurs français engagés sur cette question.

    Quartiers du Monde – Renforcement d’un réseau d’entrepreneuses solidaires en Afrique et en Amérique Latine

    Subvention de 659 000 euros sur 5 ans à Quartiers du Monde pour le renforcement d’un réseau d’entrepreneuses solidaires entre le Mali, le Sénégal, le Maroc, la Bolivie, la Colombie et la France. Cette initiative contribuera à l’amélioration de la vie de 400 femmes et de 2 000 membres de leurs familles et de leur entourage par la création ou la transformation d’entreprises économiques sociales et solidaires. Le projet mettra l’accent sur la thématique du leadership féminin ainsi que sur la sensibilisation des hommes aux questions de genre et de d’égalité femmes-hommes.

    Handicap international - Contribuer au développement économique et social via la réduction de la menace des mines au Liban et Laos

    Subvention de 1, 5 millions euros sur 2 ans à Handicap International pour poursuivre les activités de déminage et de réduction de la menace liée aux mines et autres engins non explosés menée depuis plusieurs années au Liban et au Laos en partenariat avec les centres nationaux de coordination du déminage. La dépollution de sites minés et la prévention des risques permettront à terme la relance d’activités sociales et économiques dans les zones concernées : la région de Batroun dans la province du Nord Liban et les districts de Nong, Sepon et Vilabuly dans la Province de Savannakhet au Laos. Cette intervention bénéficiera directement à plus de 30 000 personnes.

    Force Ouvrière – Projet de coopération technique syndicale en Tunisie

    Subvention de 236 000 euros sur 3 ans à un projet de coopération technique syndicale visant la modernisation du système d’information et de communication du partenaire. Le projet, qui s’inscrit dans le cadre de la politique d’appui à la consolidation de l’Etat de droit et de renforcement des capacités de la société civile en Tunisie, aura pour objectifs d’informatiser le service d’adhésion et le service comptabilité, d’améliorer la lisibilité et la gestion des adhésions, de fluidifier la communication interne. Le projet souhaite mettre en place un logiciel unique qui automatisera les données relatives aux coordonnées des adhérents, permettra une meilleure maîtrise et organisation des charges et des dépenses, modernisera le système de gestion des adhésions et de la comptabilité interne, recensera l’ensemble des informations sur les syndicats affiliés et les unions départementales.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Côte d'Ivoire, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Sierra Leone, Togo, World

    Introduction

    1. Dans une lettre datée du 20 décembre 2010 (S/2010/661), la Présidente du Conseil de sécurité a approuvé la prorogation du mandat du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA) jusqu’au 31 décembre 2013 et m’a prié de rendre compte au Conseil, tous les six mois, de l’exécution du mandat révisé du Bureau.

    2. Le présent rapport, qui porte sur la période allant du 1er juillet au 31 décembre 2013, donne un aperçu des faits nouveaux qui se sont produits en Afrique de l’Ouest, dans différents pays mais également sur le plan transversal et transfrontière, et décrit les activités menées par le Bureau en matière de bons offices, de diplomatie préventive, de médiation politique et de renforcement des capacités régionales face aux menaces et aux difficultés qui compromettent la paix et la stabilité de la région.
      Il traite également de la coopération du Bureau avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union du fleuve Mano et l’Union africaine en faveur de la paix et la stabilité dans la région. Comme demandé dans la déclaration de la Présidente du Conseil de sécurité en date du 16 juillet 2013 (S/PRST/2013/10), le rapport dresse un bilan actualisé des efforts entrepris par le Bureau en vue d’appuyer la mise en œuvre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel. Il propose en outre des recommandations relatives à la prorogation du mandat du Bureau.


older | 1 | .... | 197 | 198 | (Page 199) | 200 | 201 | .... | 728 | newer