Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 167 | 168 | (Page 169) | 170 | 171 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Nigeria

    July 2013: UNICEF correspondent Suzanne Beukes reports on a programme that encourages mothers to give their babies the best possible start in life.

    By Suzanne Beukes

    Sometimes, a nut changes everything. In Nigeria, it might even make a difference between life and death. Though it seems a little nutty to say it that way. But in a country of more than 11 million children younger than 5 years who are stunted – a condition that puts a child’s survival at risk but also diminishes their physical and intellectual growth and development – what is nuts is how so many parents are unaware that so many of the foods at their fingertips could change the world for their children.

    “There are locally available foods that are adequate for their children but they won’t use them,” explains Catherin Anger, a Benue state government nutrition officer managing nutrition interventions for 4.2 million people. They sell those foods, she says, and stick to their traditional diets of yam and maize.

    For their babies, she says mothers want to make their porridge like breastmilk, “smooth and thin”. They make it too watery and don’t understand the importance of adding other foods. “The next moment, you see the baby is malnourished,” says Anger.

    Helen Terwase and her husband are small-scale farmers growing ground nuts along with a few other crops not far from the two rooms they rent in a settlement area on the outskirts of Gre West, in Benue State. She admits it never occurred to her to cook with the ground nuts for her family. The twins she gave birth to seven months ago already show visible small for their age.

    Monotonous diets and lack of education

    The problem of malnutrition starts with a mother’s diet when pregnant, but according to Stanley XX, UNICEF Chief of Nutrition in Nigeria, it takes off in children when solid foods are introduced, at age 6–24 months. “They may get porridge for breakfast, porridge for lunch and porridge for dinner, which doesn’t supply them with the minerals and vitamins they need for optimum growth,” he says.

    Anger attributes much of the country’s malnutrition problem to lack of education. “Often there is a lot of ignorance on good nutrition, especially as many of the mothers don’t have a lot of education,” she says. Though breastfeeding, Terwase has only eaten a few boiled yams, hours earlier. Her three other young children try to distract the constantly crying twins while Terwase makes their evening porridge.

    A woman’s slighter status in the household factors into the problem also, as do taboos linked to superstitions. Eggs and meat, for instance, are prized foods and typically reserved for the “man of the house”. Says Anger, some people believe that “if you give them to children, they will then like the taste and they will become a thief. Because once they taste how good it is, they will steal them.”

    Although breastfeeding is promoted in hospitals and clinics, only 15 per cent of Nigerian mothers exclusively breastfeed their infants, often introducing water, tea and other liquids in the first six months. Many mothers need to be convinced that breastmilk alone has all the vital nutrients needed to prevent diarrhoea and pneumonia, says Anger.

    Mothers’ support groups

    To overcome the ignorance and myths, the Nigerian government, with UNICEF and other partner assistance, is building up a network of community counsellors who have moved health education out of the overwhelmed health centres and into homes and villages to reverse the problem of stunting, particularly in rural areas where three out of ten children are underweight.

    In Gue Went, one of those counsellors, Helen Tyokaw, stands under a large leafy tree before a table filled with food representing the seven food groups and yet what is locally available. She is surrounded by 30 young mothers. With the help of a local government nutrition officer, she explains the importance of each food group for children. A cooking demonstration follows, this one a simple display of making porridge with soya beans and ground nuts, both common to the area.

    Helen Terwase, one of those mothers, admits surprise. Despite the few years now of cooking for her five children, she didn’t realize that using the food she already grows could make a difference in her children’s lives without changing her household budget. “I’ve benefitted from what we have learnt today at the support group especially in the area of complementary food – the pap that was mixed with everything,” she says.

    In each community, the counsellors set up a support group to counsel mothers through each child’s first 1,000 days – from pregnancy until their second birthday – and to help them understand good nutrition. In addition to the group discussions, the counsellors visit each young mother at home to reinforce the messages and navigate the individual household dynamics that may make it difficult for the women to practise what they learn.

    UNICEF is working to expand the community mothers’ groups across the country.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    08/12/2013 01:42 GMT

    by Stephane Barbier

    BAMAKO, August 12, 2013 (AFP) - Malians on Monday awaited the outcome of a presidential election run-off they hope will usher in a new dawn of stability following a military coup which upended one of the region's most stable democracies.

    An electorate of almost seven million had been asked Sunday to choose between former premier Ibrahim Boubacar Keita and ex-finance minister Soumaila Cisse to lead Mali's recovery, following last year's coup that ignited an Islamist insurgency and a French-led military intervention.

    The election, the first since 2007, was crucial for unlocking more than $4 billion in aid promised after international donors halted contributions in the wake of the coup.

    The European Union's election observation mission was to present a report on turnout and voting conditions on Monday.

    On Sunday, torrential rain affected early voting, with fewer polling stations opening on time than in the first round, when a turnout of 48.9 percent was seen as a key sign that the electoral process would be viewed as credible.

    The rain stopped by lunchtime and AFP reporters in the capital Bamako witnessed a steady stream of voters joining queues to cast their ballots in the afternoon, but some polling station managers said their numbers were 50 percent down on the first round.

    A network of some 2,000 independent Malian observers issued a statement welcoming the smooth running of the poll, but it noted that fewer voting booths were able to open on time in Bamako and in the southern towns of Koulikoro and Kayes.

    "The rain is trying to ruin our day. I hope it stops, otherwise they will have to extend the voting hours," said Oumar Toure, one of the few voters who turned up at the opening of a polling station in a city centre school.

    Both Keita and Cisse have declared themselves confident of victory in the run-off, called after none of the 27 candidates in the first round achieved an outright majority.

    The two men separately appealed for calm among the population in Mali's post-election recovery period after casting their ballots in Bamako.

    The rivals have faced off before, losing the 2002 presidential election to Amadou Toumani Toure, who was overthrown by a military junta in March last year as he was preparing to end his final term in office.

    The return to democratic rule will allow France to withdraw most of the 4,500 troops it sent to Mali in January to oust Al-Qaeda-linked extremists who had occupied the north in the chaos that followed the coup, imposing a brutal regime of sharia law characterised by executions and amputations.

    Keita, 68, who is considered the favourite, was more than 20 percentage points ahead of his rival in the first round.

    Cisse, 63, had complained about widespread fraud in the first round, while more than 400,000 ballots from a turnout of around 3.5 million were declared spoiled.

    Mali's Constitutional Court rejected the fraud allegations, however, confirming that Keita had won 39.8 percent, while Cisse attracted a 19.7 percent share.

    Keita claims to have the support of most of the candidates eliminated in the first round and is backed by Mali's influential religious establishment, while Cisse has been endorsed by Adema, Mali's largest political party.

    "My first priority would be the reconciliation of the country," Keita said Friday. "After the trauma that it has suffered, a new start is needed."

    A UN peacekeeping mission integrating more than 6,000 African soldiers was charged with ensuring security on Sunday and in the months after the election. By the end of the year it will have grown to 11,200 troops and 1,400 police.

    The country of more than 14 million remains the continent's third-largest gold producer, but its $10.6 billion economy contracted by 1.2 percent last year. Widespread poverty has contributed to unrest in the north, with several armed groups vying for control in the vacuum left when the Islamists fled.

    The region is home predominantly to lighter-skinned Tuareg and Arab populations who accuse the sub-Saharan ethnic groups that live in the more populous and prosperous south of marginalising them.

    In the northern districts of Gao, Timbuktu and Kidal, polling took place in an atmosphere of calm, with reports of stronger voter turnout.

    but-stb/ft/gk/st

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: ECOWAS
    Country: Mali

    N°: 236/2013

    10 août 2013 [Bamako - Mali]

    La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a déployé une mission d’observation électorale au Mali en vue de la supervision du second tour de l’élection présidentielle prévu le dimanche 11 août 2013 dans ce pays.

    La mission, qui s’inscrit dans le cadre du Protocole additionnel de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, est dirigée par l’ancien président ghanéen John Agyekum Kufuor et vise à s’assurer du bon déroulement du processus électoral en vue d’un scrutin libre, transparent et crédible.

    Elle est appuyée par une équipe d’assistance technique de la Commission de la CEDEAO composée notamment du président de l'institution, M. Kadré Désiré Ouédraogo, de la commissaire chargée des Affaires politiques, de la Paix et de la Sécurité ainsi que du directeur des Affaires politiques de ladite Commission, respectivement Mme Salamatu Hussaini Suleiman et Dr Abdel Fatau-Musah.

    Forte de 150 observateurs d’expertises différentes et variés en provenance de tous les Etats membres de la CEDEAO, à l’exception du Mali, la mission comprend, entre autres, des membres de la Cour de Justice et du Conseil des sages de la CEDEAO, des parlementaires de la Communauté et des Etats membres. On retrouve également en son sein des membres des commissions électorales nationales de la région, des experts du Centre Koffi Annan d’Accra, du Réseau des structures nationales de gestion des élections en Afrique de l’Ouest et des membres de la société civile.

    Les observateurs seront déployés sur l’ensemble du territoire national, mais avec une plus forte concentration dans des régions telles que Sikasso, Bamako, Ségou, Koulikoro, Mopti et Kayes avec pour but essentiel d’observer et de suivre toutes les opérations préélectorales, électorales et postélectorales du scrutin et de se prononcer sur son déroulement.

    Cette observation portera notamment sur la régularité, la transparence, l’équité et le bon déroulement du second tour du scrutin à l’issue duquel la mission exprimera son opinion et formulera, en cas de besoin, des recommandations à l’endroit des différentes parties prenantes au processus électoral.

    Déjà présente au Mali pour l’observation du premier tour de cette élection qui s’était déroulé le dimanche 28 juillet 2013, la mission d’observation électorale de la CEDEAO fera une déclaration préliminaire sur le déroulement du second tour par le truchement de son chef, le président John Agyekum Kufuor, lors d’une conférence de presse prévue le 12 août.

    Ce second tour opposera le candidat du Rassemblement pour le Mali (RPM), M. Ibrahim Boubacar Keïta, communément appelé IBK, arrivé en tête avec 39,79% des voix, à celui de l’Union pour la République et la démocratie (URD), M. Soumaïla Cissé, crédité, lui, de 19,70%, selon les résultats définitifs du premier tour proclamés le mercredi 7 août par la Cour constitutionnelle.


    0 0

    Source: IFRC
    Country: Chad, Sudan
    preview


    Executive Summary

    Overall Project/Programme Status:

    The Chad Development Operational Plan aims at strengthening the capacity of the National Society (NS) in disaster management through the training of volunteers at branch level and mobilizing and pre-positioning of contingency stock to alleviate the suffering of disaster victims nationwide. The plan also aimed at promoting fundamental principles through various projects, carry out sustainable projects for the benefit of vulnerable victims and enhance the management capacities of the Chad Cross of Chad (RCC) at national and local level.

    During the reporting period, inadequate funding prevented the implementation of planned activities. As of 24 June 2013, the Chad DOP was only 10 percent funded. This has however changed to 62 percent funding after the receipt of funding from Finnish RC at the end of June. The Chadian business unit began the year with a fund deficit which caused the contributions from partners like DFID and the Japanese Red Cross Society to be absorbed. This coupled with the late funding meant that no planned activities were carried out during the reporting period.However, with the funding now received; activities are scheduled to begin in July 2013.

    In the first half of 2013, Chad was involved in the implementation of activities mainly related to emergency responses such as floods, food security (flood and food security appeals were launched in 2012 but extended to 2013) and population movement in the east of the country. The NS has distributed NFIs to 3,160 households in Bongor area and surrounding villages and enabled 200 families in the outskirt of Bongor to acquire semi-durable shelters. The flood emergency appeal was mainly funded by DG ECHO and the Swiss Red Cross.

    Food distribution under the food security emergency appeal was finalized in late 2012. However, long-term support such as the distribution of agricultural materials, construction of hand operated water pumps was not carried during the reporting period. A total 80 local initiatives have benefitted from the distribution of agricultural materials and motor pumps enabling them thereby to launch off season cultural activities in marshlands areas. Income-generating activities for local initiatives composed mainly of women were ensured through the distribution of mills. A total of six-hand operated water pump were built in areas identified as extremely vulnerable in terms of water availability. Six villages composed of around 1,200 persons have benefitted from these water points.

    In early February, armed conflict between two Sudanese tribes living in an area near the Chadian border has erupted leading to an influx of 30,000 refugees and 20,000 Chadian returnees into the eastern region of Sila. The Red Cross of Chad and the IFRC country office responded with a Disaster Relief Emergency Fund (DREF) allocation to assist 1,200 families for three months. The DREF enabled the construction of emergency latrines, NFIs distribution and training volunteers for mass sensitization campaigns. It was followed by an emergency appeal for six months targeting 3,000 households.

    Key Issues: Delayed funding has caused a delay in the implementation of planned activities. The Chadian business unit started the year 2013 with a deficit. Receipt of pledges from PNSs who have made soft pledges to the appeal will enable Chad write off the deficit and recover the funds locked by the deficit and implement activities according to plan.

    Key Accomplishments. Notable accomplishments for this reporting period were mainly related to emergency response for disasters such as floods, food insecurity and population movement.

    Plans for next quarter. Activities for the next quarter will mainly focus on the community resilience project funded by the Finnish Red Cross and aimed at providing vulnerable Sudanese refugees with income-generating activities and provide autonomy of water supply system through the installation of a solar panel station. Planned activities with DFID funds like the regional workshop on food security and PMER training will also be implemented. The Japanese Red Cross contribution will support the National Society to carry out health activities in the camps on communicable diseases prevention. An emergency stock for over 3,000 households will be received from Geneva in October. This move will enable the National Society to reduce the time between the disaster occurrence and the response operation (the country is landlocked and transportation costs from the port of Douala to Chad are very expensive).


    0 0

    Source: IFRC
    Country: Gambia

    By Katie Robinson, Canadian Red Cross Society

    For the first time in 15 years, communities in Gambia found themselves without food and income following poor rainfall during the 2011–2012 harvest season. Families were forced to sell their assets and livestock, or survive on charity and foraging.

    The Gambia Red Cross Society – with assistance from the International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC) and the Canadian government – aimed to provide immediate and long-term assistance to vulnerable communities in the North Bank Division and Lower River Region.

    Using a two-pronged approach, the Red Cross provided emergency life-saving interventions whilst also focusing on longer-term community resilience. Distributions of food, quality rice seeds and fertilizer addressed the immediate needs, whilst the longer-term resilience activities concentrated on women-run vegetable gardens. The Red Cross provided these gardens with infrastructure support, training, drought-resilient seeds, proper fencing and new concrete-lined hand-driven wells.

    “Before the Red Cross came to support us, we were struggling to feed our families,” says Funneh Touray, who works in the Sukuta Women’s Community Garden in the Lower River Region. “Thanks to their support we are now able to grow our own food, and are no longer facing hardship.”

    The community gardens are not only thriving, they are generating an income as crops and products like jams and juices are sold to nearby communities. This has allowed parents to send their children to school and pay for health care.

    Touray is very proud of her community and is looking forward to expanding their garden. They currently have two hectares of fencing around the garden, but only half is currently being used. She is looking forward to the day when more seeds will be planted and there will be more crops to look after.

    “I have seen a change in my community and I am very happy,” says Touray. “Many organizations have entered my village, but we have never received assistance like we did from the Red Cross. What the Red Cross has done, nobody will forget. We will maintain this garden and continue to work hard to make everyone who supported us proud.”


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Chad, Mali, Mauritania, Niger, Sudan

    Good rains fall in summer breeding areas

    During the first decade of August, unusually heavy rains fell in the summer breeding areas of Sudan, causing widespread flooding and destruction in North Darfur, North Kordofan, Khartoum, River Nile and Kassala states. Rainfall was heaviest in the central part of the Desert Locust breeding area (North Kordofan and Khartoum). More rain is expected in the coming days. Once floodwaters recede, ecological conditions are likely to remain favourable for breeding for several months. Currently, low numbers of solitarious adults are scattered throughout the above-mentioned areas. Small-scale breeding is likely to be in progress and will cause locust numbers to increase.

    In West Africa, good rains also fell in parts of the summer breeding areas in the northern Sahel. Heavy rains fell on the Tamesna Plains between Menaka, Mali and Tahoua, Niger. Heavy rains also fell in Mauritania near Aioun El Atrous, Kiffa and Atar, and in northeast Chad between Abeche and Fada. Low numbers of solitarious adults have been reported in Mauritania, Niger and Chad, and are likely to be present in northeast Mali.

    Given the likelihood of an increase in locust infestations from summer breeding, national ground surveys should be undertaken in all countries on a regular basis to monitor the situation closely during the next few months.


    0 0

    Source: Armed Conflict Location and Events Dataset
    Country: Egypt, Mali, Morocco, Mozambique, Zimbabwe

    Welcome to the August issue of the Armed Conflict Location & Event Dataset (ACLED) Conflict Trends. Each month, ACLED researchers gather, analyse and publish data on political violence in Africa in realtime. Realtime conflict event data is published through our research partners at Climate Change and African Political Stability (CCAPS) where it is updated monthly.

    In addition, historical data from Volume III of the dataset, covering conflict in Africa from January 1997 to December 2012, is available online at acleddata.com, along with previous Conflict Trends reports, country profiles for key conflictaffected states (including Somalia, Nigeria and DRC), thematic special features, and information on the data collection and publication process.

    This issue includes data and analysis of the escalating crisis in Egypt, which witnessed an intensification of fighting and related fatalities in July; an overview of events surrounding the recent elections in Mali and Zimbabwe; details of Morocco’s conflict profile in historical and regional perspective; and a look at simmering tensions in Mozambique. Elsewhere on the continent (see Conflict Trajectory map), conflict is ongoing in Nigeria and Somalia, and escalating in Ethiopia.


    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Burkina Faso

    Le PAM fournit une assistance alimentaire à des personnes vivant avec le VIH ainsi qu’à des orphelins et aux orphelins et autres enfants devenus vulnérables à cause du sida dans six villes du Burkina Faso. Voici le récit d’une jeune mère ‘Sarah’ qui fait partie des 12 000 bénéficiaires recevant un appui nutritionnel vital du PAM dans le pays.

    par Peter Jourdan

    OUAGADOUGOU- ‘Sarah’ est veuve. Tout récemment encore, elle vivait avec ses enfants, de la vente de mangues au marché de Bobo-Dioulasso, à l’ouest du Burkina Faso. En 2012, elle est tombée malade et s’est rendue à l'hôpital, où elle a appris qu'elle était séropositive.

    Au moment où elle avait appris qu’elle était infectée par le VIH, elle avait perdu beaucoup de poids et était très affaiblie. Les rumeurs avaient déjà commencé à se répandre, et beaucoup de ses proches avaient commencé à l’éviter, la soupçonnant d’être porteuse de la maladie. Son petit commerce en a souffert car ses clients ont cessé d'acheter ses mangues. C’est pour cela même aujourd’hui, elle préfère ne pas donner son vrai nom. «Je ne peux pas révéler mon identité car la stigmatisation qui entoure les personnes vivant avec le VIH est encore trop forte,», dit-elle.

    Parmi les nombreuses activités de son programme d’intervention au Burkina Faso, le PAM soutient quelques 12 000 personnes diagnostiquées récemment comme étant porteuses du VIH, dont 5 000 orphelins et autres enfants devenus vulnérables à cause du sida. Dans ce cadre, le PAM coopère avec des organisations de la société civile et distribue du maïs, du haricot, du CSB (Corn Soya Blend) qui est un mélange de soja fortifié, de maïs et d'huile végétale, afin d'assurer un régime complet et nutritif aux personnes les plus vulnérables atteintes du VIH. Des démonstrations culinaires et des cours d’éducation nutritionnelle sont également prévus pour les bénéficiaires de ce programme.

    Mieux se nourrir et se soigner

    «Le PAM me donne la nourriture dont j'ai besoin pour au moins trois repas par jour. Maintenant, j'ai l'esprit tranquille, sachant que j'ai de quoi me soigner et me nourrir, Ce complément nutritionnel me permet de mieux adhérer au traitement et de combattre plus favorablement l'infection», dit Sarah. Mes enfants ne se battent plus pour la nourriture ; ça me fait plaisir de les voir grandir normalement et aller à l'école."

    Non traitée, l'infection du VIH provoque de graves dommages au système immunitaire et conduit plus généralement à la perte de poids. La stigmatisation, le rejet social, plus les difficultés alimentaires et nutritionnelles ne peuvent que conduire à la malnutrition. Les enfants rendus orphelins par le sida sont souvent pris en charge par les parents des défunts ou d'autres personnes qui elles-mêmes éprouvent souvent des difficultés d’accès à l’alimentation. Ainsi, de nombreux enfants se retrouvent dans la rue.

    La pandémie du VIH en Afrique de l'Ouest montre de grandes variations, dont les plus affectés sont les groupes marginalisés de la société. En 2012, environ 1,6 million de personnes vivant avec le VIH et les orphelins et autres enfants devenus vulnérables à cause du sida ont bénéficié d’un appui nutritionnel du PAM dans le cadre de ses programmes de nutrition à travers le monde. Pour Sarah, la situation est désormais plus claire, avec la bonne nutrition et les soins adaptés, elle a retrouvé ses forces.

    Espérons qu’avec l’appui des programmes d’assistance alimentaire sensibles au VIH, elle pourra un jour être en mesure de reprendre son commerce de fruits au marché, et de soutenir de nouveau sa famille.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger

    Dakar, Sénégal, 12 août (HCR) – Des milliers de réfugiés maliens ont voté en exil pour le second tour des élections présidentielles qui ont eu lieu dans leur pays d'origine, dans l'espoir d'un retour imminent de la paix et de la stabilité.

    Alors que le taux de participation globale au Mali a baissé par rapport au premier tour, le nombre des réfugiés venus pour voter a significativement augmenté grâce à la délivrance de cartes d'identité biométriques, appelée cartes NINA, aux réfugiés dans les pays voisins, et notamment en Mauritanie.

    Pour le second tour, au total 2 084 cartes NINA ont été acheminées par avion pour la MINUSMA, les troupes des Nations Unies pour le maintien de la paix, depuis Tombouctou au nord du Mali vers la Mauritanie pour permettre aux réfugiés maliens de voter. Au total, 3 110 réfugiés dans le pays ont enregistré un vote, contre seulement 811 au premier tour des élections.

    Au Burkina Faso, Ag Moussa, un réfugié malien âgé de 45 ans et déterminé à voter, a voyagé en autobus, un service assuré par l'ambassade du Mali, pour se rendre au bureau de vote où il est inscrit.

    « C'est vraiment bien de pouvoir voter », explique Moussa. « D'une certaine façon, cela me fait espérer que le retour de la paix est proche. » Moussa était l'un des 133 réfugiés maliens qui ont voté au Burkina Faso, un chiffre qui a augmenté de 88 électeurs par rapport au premier tour.

    Comme de nombreux réfugiés, Moussa était convaincu que les élections pourraient signifier le retour à la maison bientôt avec le retour de la paix. « Si tout va bien, je veux rentrer au Mali avant la fin de l'année », ajoute-t-il.

    Au Niger voisin, 862 réfugiés vivant dans quatre camps différents ont voté, alors que seulement 323 électeurs avaient voté au premier tour.

    Au total, quelque 4 000 réfugiés à travers la région ont participé à l'élection. En comparaison, 1 313 réfugiés avaient voté au premier tour. Les élections sont considérées comme essentielles par les réfugiés et les personnes déplacées à l'intérieur pour la stabilité du pays ainsi que pour le retour dans leurs régions d'origine.

    « Les élections présidentielles permettront au Mali de sortir de la période de transition et de se concentrer sur son développement », indique Mohamed, âgé de 26 ans, qui a voté dimanche à Tombouctou après avoir passé des mois avec sa famille en tant que réfugiés en Mauritanie.

    Mohamed a effectué le trajet à pied depuis son village de Teshek, à sept kilomètres de Tombouctou, pour aller voter. Il avait obtenu sa carte NINA à Tombouctou début juillet, après que les autorités l'aient personnellement appelé pour lui faire savoir que sa carte était arrivée. Mohamed est touareg. Il a quitté son village en avril 2012 suite à l'arrivée de groupes djihadistes dans la région de Tombouctou.

    « Je suis parti avec 15 membres de ma famille, nous avons voyagé à dos de chameau vers la Mauritanie car nous ne nous sentions pas en sécurité au Mali. » Depuis le camp de Mbera en Mauritanie, ils sont rentrés dans leur village près de Tombouctou en février 2013, suite à l'intervention militaire par les troupes française et africaine au nord du pays. « Nous n'avons pas eu de problèmes depuis notre retour. Les gens se connaissent et savent qui a fait quoi ou pas. Nous voulons juste la paix. »

    De nombreux réfugiés touaregs et arabes dans les pays voisins restent cependant prudents sur le retour au Mali par crainte de représailles de la part d'autres communautés ou de l'armée malienne. Bien que les retours de réfugiés depuis les camps au Burkina Faso, en Mauritanie et au Niger soient encore timides, les mouvements de retour vers le Mali pourraient se produire très rapidement.

    « Tout dépend de la stabilité et de la sécurité générées par l'action du nouveau Président », explique Baya qui est retourné à Tombouctou depuis le camp de Mbera en Mauritanie il y a un mois. Baya a entendu aux nouvelles et de la part de ses amis qui étaient restés au Mali que le Nord-Mali était désormais sûr. Il a décidé de revenir dans sa ville natale pour s'occuper de son entreprise.

    « Je vais attendre de voir comment les choses évoluent après les élections puis je déciderai si je ramène ou non ma femme et nos 11 enfants depuis la Mauritanie. » Baya appartient à la communauté arabe de Tombouctou. Il remercie ses voisins songhaï d'avoir pris en charge sa boutique depuis son départ de Tombouctou après l'intervention de l'armée française et africaine en janvier dernier. Il a indiqué qu'au moins de 100 Arabes étaient rentrés à Tombouctou.

    Au total, environ sept millions de Maliens étaient éligibles pour le vote aux deux tours des élections. Ces élections sont les premières à avoir eu lieu depuis le conflit qui a éclaté au Mali en janvier 2012 entre les forces gouvernementales et les groupes rebelles. Ce conflit avait ensuite déclenché l'intervention militaire de la France.

    Bien qu'aucun incident de sécurité n'ait été signalé dans les bureaux de vote, de fortes pluies ont dissuadé de nombreux Maliens d'aller voter. Par ailleurs, beaucoup de réfugiés dans les pays voisins ont été confrontés à des obstacles administratifs qui les ont empêchés de participer. Comme au premier tour des élections, les réfugiés devaient avoir la carte NINA et être inscrits sur les listes électorales.

    « Aujourd'hui, j'allais presque exercer mon droit en tant que citoyen, mais j'ai découvert à la dernière minute que ce ne serait pas possible », explique Youssouf Ag Mohamed, un réfugié malien de Tombouctou actuellement au Burkina Faso.

    Youssouf était inscrit sur la liste électorale, mais il n'avait pas pu obtenir sa carte NINA depuis Tombouctou avant le dimanche du vote. Il était déçu.

    « Comme le jour des élections se rapprochait et quand j'ai vu que je ne serais pas en mesure d'obtenir ma carte, ma frustration a grandi. » Youssouf a dit qu'il avait voulu voter pour sentir qu'il a joué un rôle dans le processus de paix et la reconstruction de son pays.

    Le rôle du HCR dans les élections était strictement humanitaire et apolitique. L'Agence a informé les réfugiés sur la procédure électorale, a facilité leur participation et leur a permis d'assurer le caractère volontaire des élections, dans un environnement de sécurité.

    Par Hélène Caux à Tombouctou, au Mali et Kathryn Mahoney à Dakar, au Sénégal. Amaria Belaskri au Niger et Hugo Reichenberger au Burkina Faso ont contribué à cet article.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger

    Dakar, Senegal, August 12 (UNHCR) – Thousands of Malian refugees voted in exile in the second round of the presidential election taking place in their home country in hopes of an imminent return to peace and stability.

    While overall voter turnout in Mali decreased since the first round, the number of refugees participating in Sunday's election's run off dramatically increased thanks to the additional distribution of biometric ID cards, called NINA cards, to refugees in neighboring countries, namely Mauritania.

    In the run-up to the second round, an additional 2,084 NINA cards were flown in by UN peacekeeping force MINUSMA from Timbuktu in the north of Mali to Mauritania to allow Malian refugees to vote. A total of 3,110 refugees in the country cast their vote, against a mere 811 in the first round of elections thanks to the special delivery of the NINA cards.

    In Burkina Faso, 45-year-old Malian refugee Ibrahim Ag Moussa, determined to vote, boarded a bus provided by the Malian embassy to travel to the polling station where he was registered.

    "It feels really good to vote," Moussa says. "In some ways, it gives me hope that peace is near." Moussa was one of 133 Malian refugees in Burkina to vote, a figure that increased from 88 voters in the first round.

    Like many refugees, Moussa believed elections might signal an opportunity to return home to peace soon. "If all goes well, I want to be back in Mali before the end of the year," he added.

    In neighboring Niger, 862 refugees living in four different camps voted, up from 323 voters in the first round.

    In total, some 4,000 refugees across the region participated in the election. In comparison, 1,313 refugees voted in the first round. Elections are considered crucial by refugees and internally displaced persons for the stability of the country as well as to potentially allow a return to their areas of origin.

    "The presidential elections will allow Mali to get out of the transitional period and to focus on the development of the country," said 26-year-old Mohamed, who voted on Sunday in Timbuktu after spending months with his family as refugees in Mauritania.

    Mohamed walked from his village of Teshek, seven kilometres from Timbuktu, to cast his vote. He collected his NINA card in Timbuktu in early July after authorities personally called to let him know it was available. A Tuareg, Mohamed left his village in April 2012 following the arrival of jihadist groups in the Timbuktu region.

    "I left with 15 members of my family, we traveled on camels' backs to Mauritania as we did not feel safe staying in Mali." They returned from Mbera camp, Mauritania, to their village near Timbuktu in February 2013, following the military intervention by the French and African troops in the north of the country. "We have not had any problems since we have returned, people know each other and know who did what or not. We just want peace".

    Many refugees from Tuareg and Arab ethnicities in neighboring countries are still, however, cautious about returning to Mali for fear of reprisals from other communities or the Malian Army. Although returns of refugees from camps in Burkina Faso, Mauritania and Niger still remain timid, movements back to Mali could happen very quickly.

    "It all depends on the stability and security that are hoped to be generated by the new president," says Baya who returned to Timbuktu from Mbera camp in Mauritania a month ago. Baya heard on the news and from friends who had remained in Mali that the north was now safer and decided to return to his hometown to take care of his business.

    "I will wait to see how things evolve after the elections whether to decide to bring back my wife and our 11 children from Mauritania." Baya, who belongs to the Arab community of Timbuktu, praises his Songhai neighbours who took care of his shop after he left Timbuktu following the French and African armies' intervention last January. He said less than 100 Arabs have returned to Timbuktu.

    In total, some seven million Malians were eligible to vote in both rounds of elections, the first since conflict erupted in Mali in January last year between government forces and various rebel groups, which instigated military intervention from France.

    While no security incidents were reported at polling stations, heavy rains deterred Malians from casting their vote, and many refugees in neighboring countries faced administrative obstacles preventing them from participating. As in the first round of elections, refugees needed to have a NINA card and be on the electoral lists.

    "Today I came so close to exercising my right as a citizen, but I found out at the last minute this would not be possible," says Youssouf Ag Mohammed, a Malian refugee from Timbuktu currently in Burkina Faso. Initially, Youssouf was elated to find his name on the electoral list but unable to get his NINA card from Timbuktu before Sunday, Youssouf became discouraged.

    "As the day of the elections grew nearer and I saw that I wouldn't be able to get my card, I became increasingly frustrated." Youssouf said he had wanted to vote in order to feel that he played a role in the peace process and reconstruction of his country.

    UNHCR's role in the elections was strictly humanitarian and non-political. The agency informed refugees about the electoral process, facilitated their participation and helped ensure the voluntary nature of the electoral process in a safe environment.

    By Hélène Caux in Timbuktu, Mali and Kathryn Mahoney in Dakar, Senegal. Amaria Belaskri in Niger and Hugo Reichenberger in Burkina Faso contributed to this article.


    0 0

    Source: Agency for Technical Cooperation and Development
    Country: Mali

    MOPTI [ACTED News] – The health and sanitation situation in Mali is worrying, as health services are waning in the country, which has the third worst rates in terms of under-5 child mortality. ACTED conducted water, sanitation and hygiene activities in six community health centres in the Mopti Circle. Now, each one of those centres has access to safe water, latrines, showers and handwashing facilities, as well as waste collection units. The intervention will help improve hygiene and sanitation conditions in the health centres, to continue waterborne disease prevention and to break the cycle of malnutrition. This project was supported by UNICEF.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    08/13/2013 00:03 GMT

    Par Stéphane BARBIER, Serge DANIEL

    BAMAKO, 13 août 2013 (AFP) - L'ancien Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK est devenu le nouveau président du Mali, son adversaire Soumaïla Cissé ayant reconnu lundi soir sa défaite au second tour de la présidentielle de dimanche.

    "Je suis allé le voir (Ibrahim Boubacar Keïta) pour le féliciter et lui souhaiter bonne chance pour le Mali," a déclaré M. Cissé à l'AFP.

    M. Cissé, 63 ans, ancien ministre des Finances, a fait cette annonce avant même la publication des résultats du second tour, mais des estimations portant sur 2/3 des bulletins dépouillés donnaient une très large avance à Ibrahim Boubacar Keïta, dit IBK, ancien Premier ministre de 68 ans.

    A l'issue du premier tour du 28 juillet, Ibrahim Boubacar Keïta avait obtenu 39,79% des voix, contre 19,70% à son adversaire et partait largement favori au second tour. Il avait obtenu le ralliement de 22 des 25 candidats éliminés, dont la majorité avait obtenu moins de 1% des suffrages.

    IBK, cacique de la vie politique malienne, aura la très lourde tâche de redresser et de réconcilier un pays traumatisé et affaibli par dix-huit mois d'une profonde crise politique et militaire, qui avait débuté en janvier 2012 par une offensive de rebelles touareg dans le Nord.

    Un coup d'Etat militaire le 22 mars 2012 avait précipité la chute du nord du Mali aux mains de groupes jihadistes et criminels, qui ont laminé la rébellion touareg et l'armée malienne, commis d'innombrables exactions, avant d'être en grande partie chassés par l'intervention militaire franco-africaine toujours en cours.

    "Après près des deux tiers des bulletins dépouillés, IBK arrive très largement en tête", avait affirmé lundi à l'AFP une source proche de la Commission nationale de dépouillement, qui centralise les votes de l'ensemble du territoire malien au ministère de l'Administration territoriale (Intérieur) à Bamako.

    Des estimations non officielles, établies de sources sécuritaires maliennes, avaient donné auparavant Ibrahim Boubacar Keïta largement en tête face à son rival du second tour.

    Mais Gouagnon Coulibaly, directeur de campagne de Soumaïla Cissé, avait dénoncé des "fraudes massives" et accusé l'Administration du régime de transition d'être "partisane".

    Malgré son retard du premier tour, Soumaïla Cissé partait du principe que ce second tour était "une nouvelle élection" et comptait, pour rattraper son retard, sur une partie des quelque 400.000 bulletins déclarés nuls au premier tour et sur une mobilisation plus forte encore que celle du 28 juillet. Le taux de participation avait été ce jour-là de 48,98%, un chiffre exceptionnel pour ce type de scrutin au Mali.

    Selon des observateurs maliens indépendants, le taux de participation du second tour a été en baisse par rapport au premier tour, "à environ 45%".

    "Rien de douteux"

    En dehors de fortes pluies qui avaient perturbé le vote dans le Sud, notamment à Bamako, de nombreux électeurs semblent avoir considéré que les jeux étant déjà faits en faveur d'IBK, il n'était pas nécessaire d'aller voter, selon des observateurs.

    En dépit de la menace d'attentats de groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda, qui avaient occupé le nord du Mali pendant neuf mois en 2012, le vote s'est déroulé sans incidents majeurs dans cette région.

    Selon Louis Michel, chef de la mission d'observation de l'Union européenne qui a lui-même surveillé le scrutin dans plusieurs bureaux de vote de Bamako, "il n'y a absolument rien de douteux ou de suspect à signaler, ça s'est déroulé dans de bonnes conditions, dans un climat serein, calme".

    "Celui qui sera élu, sera élu avec la légitimité démocratique, c'est ma conviction", a-t-il ajouté.

    Dans son rapport préliminaire publié lundi, la mission de l'UE évalue "positivement (...) les opérations de vote à hauteur de 99%" des bureaux observés.

    Elle estime que la présidentielle malienne est conforme aux "normes internationales pour l'organisation d'élections démocratiques".

    Le conflit a plongé en 18 mois le Mali dans la récession, accentué la pauvreté, ravivé les tensions entre communautés touareg, arabes et noires, et provoqué un exode massif de population, environ 500.000 déplacés internes et réfugiés.

    Ce sont les soldats français et ceux de la mission de stabilisation de l'ONU au Mali (Minusma) qui, en appui de l'armée malienne se remettant lentement de sa lourde défaite en 2012, ont assuré avec succès la sécurité des deux tours de la présidentielle.

    Les États-Unis ont assuré qu'ils étaient prêts à reprendre leur aide au Mali, suspendue en 2012 après le coup d'État militaire, compte tenu du retour de la démocratie à la faveur de l'élection présidentielle.

    sd-stb/mf

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    12 August 2013 – The United Nations peacekeeping mission in Mali has reported that no major incidents occurred on Sunday during the second round of presidential elections, although heavy rains hampered the smooth conduct of voting operations in many parts of the country.

    In accordance with its mandate, the UN Stabilization Mission in Mali (MINUSMA) provided technical and logistical assistance for yesterday’s run-off as well as for the first round of voting held on 28 July, in addition to support to the Malian security authorities.

    “In a bid to speed up the process, the Mission is also assisting the Malian electoral authorities with the return of result sheets by airlift from areas where it is deployed in Gao, Timbuktu and Kidal,” UN spokesperson Eduardo del Buey told reporters in New York.

    Also, on Sunday, the Secretary-General’s Special Representative and head of MINUSMA, Bert Koenders, visited Kidal accompanied by observers from the European Union, the African Union and the Economic Community of West African States (ECOWAS).

    He visited polling stations in Kidal and then Mopti before returning to see more voting areas in Bamako on his return to the capital.

    The elections are seen as an important step on the path to recovery for Mali, which, since early 2012, witnessed a military coup d'état, renewed fighting between Government forces and Tuareg rebels, and the seizure of its northern territory by radical Islamists.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    12 août 2013 – Selon la Mission de l'ONU au Mali (MINUSMA), aucun incident majeur ne s'est produit dimanche lors du second tour de l'élection présidentielle. Toutefois, de fortes précipitations ont entravé le bon déroulement des opérations de vote dans de nombreuses régions du pays.

    Conformément à son mandat, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a fourni une assistance technique et logistique dans le cadre de ce scrutin, comme elle l'avait fait lors du premier tour, le 28 juillet dernier, parallèlement au soutien qu'elle apporte aux forces de sécurité maliennes.

    « Afin d'accélérer le processus, la mission aide également les autorités électorales du pays à récupérer les feuilles de résultats […] dans les zones où elle est déployée, à Gao, Tombouctou et Kidal », a précisé le porte-parole de l'ONU, Eduardo del Buey, lors d'un point de presse à New York.

    Par ailleurs, dimanche, le Représentant spécial du Secrétaire général pour le MI et chef de MINUSMA, Bert Koenders, s'est rendu à Kidal accompagné par des observateurs de l'Union européenne, de l'Union africaine et de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

    A cette occasion, il a visité des bureaux de vote à Kidal et Mopti, ainsi qu'à Bamako après son retour dans la capitale.

    Cette élection est une étape importante sur la voie du redressement pour le Mali qui, début de 2012, a connu un coup d'État militaire, une reprise des affrontements entre forces gouvernementales et rebelles touaregs et la conquête du nord de son territoire par des islamistes radicaux.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Chad, Mali, Mauritania, Niger, Sudan

    Bonnes pluies dans les aires de reproduction estivale

    Au cours de la première décade d'août, des pluies inhabituelles fortes sont tombées dans les aires de reproduction estivale du Soudan, entraînant inondations et destruction sur de vastes zones des États du Nord Darfour, Nord Kordofan, Khartoum, Fleuve Nil et Kassala. Les précipitations furent les plus importantes dans la partie centrale de l’aire de reproduction du Criquet pèlerin (Nord Kordofan et Khartoum). D’autres pluies sont annoncées dans les prochains jours. Après le retrait des eaux de crue, les conditions écologiques sont susceptibles de rester favorables à la reproduction pendant plusieurs mois. Actuellement, de faibles effectifs d’ailés solitaires sont dispersés à travers les zones précédemment mentionnées. Une reproduction à petite échelle est probablement en cours et entraînera une augmentation des effectifs acridiens.

    En Afrique de l’Ouest, de bonnes pluies sont également tombées dans des parties des aires de reproduction estivale du nord du Sahel. De fortes pluies sont tombées dans les plaines du Tamesna, entre Ménaka, au Mali, et Tahoua, au Niger. De fortes pluies sont aussi tombées en Mauritanie, près d’Aioun El Atrous, Kiffa et Atar, et dans le nord-est du Tchad, entre Abéché et Fada. Des ailés solitaires en faibles effectifs ont été signalés en Mauritanie, au Niger et au Tchad et sont probablement présents au Mali.

    Compte tenu de la probabilité d'une augmentation des infestations acridiennes issue de la reproduction estivale, des prospections terrestres devraient être entreprises sur une base régulière par les équipes nationales dans tous les pays afin de suivre la situation de près au cours des prochains mois.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    08/13/2013 18:22 GMT

    by Stephane Barbier

    BAMAKO, August 13, 2013 (AFP) - Mali's president-elect Ibrahim Boubacar Keita began the daunting task Tuesday of planning the country's recovery from political crisis, a military coup and war after his rival conceded defeat at the polls.

    Official results from the nationwide vote have not been announced, but Somaila Cisse congratulated Keita, 68, on his victory late Monday as he took a commanding lead.

    Mali's first election since 2007 was seen as crucial for unlocking more than $4 billion (three billion euros) pledged by international donors who halted aid in the wake of last year's coup, which ignited an Islamist insurgency and a French military offensive.

    The government has until Friday to make public the result of the run-off vote, called after none of the 27 candidates in the first round on July 28 secured an outright majority.

    One of Cisse's aides told AFP that the former finance minister had decided to admit defeat after it became apparent as early as Monday morning that victory was beyond his grasp.

    "I went to see him to congratulate him and wish him good luck for Mali," Cisse told AFP.

    Keita, who has yet to comment publicly on his victory, has become known for his blunt speech, his refusal to compromise and his reputation for toughness.

    During his campaign, he vowed to unify Mali after its humiliation in having to call on former colonial power France to help repel the Islamist insurgency in the north, where Al-Qaeda-linked movements seized key towns.

    "For Mali's honour, I will bring peace and security. I will revive dialogue between all the sons of our nation and I will gather our people around the values that have built our history: dignity, integrity, courage and hard work," Keita has said.

    Cisse, 63, had complained of widespread electoral fraud before conceding defeat but told reporters Tuesday he would not challenge the result in court "in view of the fragility of the country".

    The European Union observer mission gave a positive assessment of the vote.

    "Whoever is elected will be elected with democratic legitimacy. That is my belief," mission chief Louis Michel told reporters, saying there had been "a leap forward in terms of democracy in this country".

    EU foreign policy chief Catherine Ashton welcomed "a credible and transparent" election, while French President Francois Hollande said the vote was a victory for democracy and vowed France would "stand by" the west African country.

    A source in Hollande's office said he would travel to Mali to attend Keita's inauguration in September.

    "What has happened since the French intervention... up to the election of a new Malian president is a success for peace and democracy," Hollande said.

    The United States has signalled that it was prepared to resume aid to Mali following the election while the United Kingdom's minister for Africa, Mark Simmonds, called on Keita to set an early date for parliamentary elections.

    Keita and Cisse lost out in 2002 to Amadou Toumani Toure, a respected former general who was overthrown by a military junta in March last year just weeks before the end of his final term in office.

    A return to democratic rule will allow France to withdraw most of the 4,500 troops it sent to Mali in January to oust Al-Qaeda-linked extremists who had occupied the north in the chaos that followed the coup.

    A UN peacekeeping mission of 11,200 troops and 1,400 police has been charged with ensuring security in the months after the election.

    Keita's workload will include tackling an economy battered by the crisis, as well as healing ethnic divisions in the north and managing the return of 500,000 people who were internally displaced or fled abroad during the conflict.

    The country of more than 14 million people remains Africa's third-largest gold producer, but its $10.6 billion economy contracted by 1.2 percent last year.

    Widespread poverty has contributed to unrest in the desert north, with several armed groups vying for control in the vacuum left when the Islamists fled.

    The region is home predominantly to lighter-skinned Tuareg and Arab populations who accuse the sub-Saharan ethnic groups that live in the more prosperous south of marginalising them.

    bur-stb/ft/fb


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    08/13/2013 12:08 GMT

    Par Stéphane BARBIER

    BAMAKO, 13 août 2013 (AFP) - Le futur président malien, Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK, va devoir s'atteler à relever et réconcilier un pays meurtri et divisé par 18 mois de crise politico-militaire, mais il est déjà assuré du soutien de la France, qui l'a félicité.

    L'ex-ministre malien des Finances Soumaïla Cissé, qui était son adversaire au second tour de l'élection présidentielle organisé dimanche au Mali, a créé la surprise en reconnaissant lundi soir la victoire de M. Keïta, 68 ans et ancien Premier ministre, sans attendre la publication des résultats provisoires et officiels attendus d'ici à vendredi.

    Le président français François Hollande, dont le pays et son armée ont largement contribué à libérer le nord du Mali de l'occupation islamiste, s'est "entretenu par téléphone avec Ibrahim Boubacar Keïta et l'a félicité pour sa victoire", lui assurant "que la France resterait au côté du Mali", a annoncé mardi la présidence française dans un communiqué.

    Selon l'entourage de M. Hollande, le chef de l'Etat français ira au Mali pour l'investiture de M. Keïta, prévue en septembre. Il s'était déjà rendu quelques heures au Mali, le 2 février, trois semaines après le début de l'intervention des forces françaises dans ce pays. Les semaines suivantes, Paris avait poussé les autorités maliennes de transition pour la tenue de la présidentielle, en dépit de craintes notamment sécuritaires.

    Lundi soir, Soumaïla Cissé est allé dans la discrétion, avec sa femme et ses enfants, au domicile de M. Keïta à Bamako pour "le féliciter et lui souhaiter bonne chance pour le Mali," a-t-il expliqué à l'AFP juste après la rencontre.

    Un déplacement qui est plus "dans la tradition malienne" qu'un simple appel téléphonique, a-t-il indiqué ensuite dans une déclaration à d'autres médias.

    "L'heure n'est plus à la polémique", a-t-il affirmé, alors que son entourage avait dénoncé auparavant dans la journée "des fraudes massives" et une attitude "partisane" du régime de transition en place à Bamako depuis le coup d'Etat du 22 mars 2012 qui avait renversé le président élu Amadou Toumani Touré. Le camp d'Ibrahim Boubacar Keïta n'avait pas encore réagi mardi matin au geste de M. Cissé.

    "Renforcer les institutions"

    Après son investiture officielle, Ibrahim Boubacar Keïta, dont le parti, le Rassemblement du peuple du Mali (RPM), est membre de l'Internationale socialiste, va devoir très rapidement prendre des mesures concrètes pour redonner de la confiance à des Maliens traumatisés et divisés par la profonde crise politique et militaire qu'ils viennent de traverser.

    Cette crise avait débuté en janvier 2012 par une offensive de rebelles touareg dans le nord du Mali, supplantés rapidement par des groupes criminels et islamistes armés liés à Al-Qaïda pour le contrôle de cette région, à la suite du coup d'Etat militaire du 22 mars 2012.

    Les groupes jihadistes ont laminé la rébellion touareg et l'armée malienne, commis d'innombrables exactions, avant d'être en grande partie chassés par une intervention militaire franco-africaine toujours en cours.

    Le conflit a plongé en 18 mois le Mali dans la récession, accentué la pauvreté, ravivé les tensions entre communautés touareg, arabes et noires, et provoqué un exode massif de population, environ 500.000 déplacés internes et réfugiés.

    Ibrahim Boubacar Keïta souhaite mettre en place un gouvernement de large union pour faire face à ces immenses défis. A plusieurs reprises, il a indiqué que sa première tâche serait "la réconciliation", en particulier avec la minorité touareg qui se sent marginalisée.

    Un accord intérimaire signé le 18 juin à Ouagadougou entre des représentants du régime malien de transition et les groupes armés rebelles touareg prévoit l'ouverture de "pourparlers de paix" dans les 60 jours suivant la mise en place du nouveau gouvernement.

    Vivant essentiellement dans le nord du Mali qu'elle appelle l'Azawad, la communauté touareg - quelques centaines de milliers de personnes sur une population totale de 14 millions d'habitants - s'estime mise volontairement à l'écart du développement du reste du pays. Le Mali a déjà vécu plusieurs rébellions touareg depuis son indépendance en 1960.

    Le nouveau président pourra compter sur l'appui de la communauté internationale qui a promis une aide massive de 3,2 milliards d'euros au Mali.

    Pour Corinne Dufka, de l'organisation Human Rights Watch (HRW), la présidentielle malienne "a tenu ses promesses pour le peuple malien" ayant souffert de la crise, mais "il reste malgré tout beaucoup à faire".

    Elle exhorte les nouvelles autorités maliennes à ne plus tolérer d'abus des forces de défense et la corruption et à "renforcer les institutions qui garantissent l'Etat de droit".


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Mali

    BAMAKO/MOPTI, 13 août 2013 (IRIN) - Des milliards de dollars d’aide étrangère sont prêts à être débloqués après l’arrivée au pouvoir d’un nouveau président démocratiquement élu. Mais avant que les bailleurs de fonds n’ouvrent le robinet de l’aide, ils devraient réfléchir à la façon dont cette aide est distribuée au Mali, afin d’éviter qu’une utilisation des fonds à mauvais escient n’exacerbe le conflit.

    Le nouveau président malien va devoir faire face aux difficultés habituelles dans la région en matière de développement, mais les crises politique et sécuritaire ont également mis en avant de nouvelles priorités. Cette période de transition donne au Mali et aux bailleurs de fonds la possibilité de résoudre des problèmes généraux qui ont jusqu’à présent entravé le développement du pays, comme les tensions ethniques, la mauvaise gouvernance et l’assujettissement économique.

    Améliorer les comptes publics

    Le Mali dépend fortement de l’aide étrangère. La suspension de l’aide à la suite du coup d’État de 2012 a dévasté l’économie du pays et contribué à la première contraction de la croissance de son PIB depuis 1993, reflétant ainsi la faible résilience des projets de développement antérieurs.

    Une étude menée en 2011 par la Commission européenne sur l’aide budgétaire directe au Mali a révélé « d’importantes faiblesses en ce qui concerne la gestion de la trésorerie et les comptes publics ». Selon les analystes et les responsables locaux, améliorer la transparence et la redevabilité contribuerait grandement à renforcer la confiance de la population envers ses dirigeants.

    Pendant des années, le gouvernement malien a annoncé des projets d’infrastructure et de développement de grande ampleur dans le Nord, mais les fonds nécessaires sont passés entre les mains des élites locales, qui ne les ont pas investis dans les services publics. « Le gouvernement et les partenaires internationaux n’ont pas fait appel à des associations de la société civile ni aux gouvernements locaux, mais à des individus mal intentionnés qu’ils comptaient dans le cercle de leurs relations personnelles », a dit Mohamed Ibrahim Cissé, responsable local basé à Tombouctou.

    L’acheminement des fonds n’a généralement pas été suivi de manière transparente, ce qui a favorisé la corruption et détérioré la confiance des Maliens envers leurs dirigeants.

    Encourager la réconciliation

    Les tensions ethniques ont été ravivées par le récent conflit. De nombreux Maliens noirs appartenant aux groupes ethniques bambara, songhaï et fulani considèrent avec un dédain à peine voilé les Touaregs à la peau plus claire. À Mopti, dans le centre du Mali, Jaousin Traoré conteste le sentiment d’injustice des Touaregs qui se plaignent d’être mis à l’écart du développement et d’être abandonnés par le gouvernement central. « Cela fait partie de la culture touarègue de se rebeller dès que l’argent de l’aide est épuisé », a-t-il expliqué. « D’importantes ressources ont été envoyées dans le Nord, mais les Touaregs ne veulent pas travailler ».

    À l’inverse, les Touaregs et les Arabes du Nord se sentent persécutés et marginalisés par le gouvernement, qui est contrôlé par des groupes ethniques du Sud. « Pour l’armée malienne, si vous avez la peau blanche, vous êtes déjà coupable, vous êtes déjà suspecté [de trahison] », a remarqué un conseiller municipal de Tombouctou.

    Les affrontements ethniques récemment signalés dans des villes du Nord n’ont fait que souligner ces tensions.

    Avant de commencer le processus de reconstruction et de développement, il faut rétablir la confiance entre ces communautés divisées. Les bailleurs de fonds peuvent agir en ce sens en favorisant le dialogue et la coopération interethniques par le biais de projets communautaires.

    Décentraliser l’aide et son contrôle

    Conséquence de ces crises politique et sécuritaire, la population est déçue par les institutions politiques et les relations interethniques, déjà limitées, sont complètement rompues. Tenir compte du fait que ces problèmes découlent d’un manque de surveillance et de la corruption serait déjà un bon pas dans la voie de la réconciliation entre les communautés.

    Entre 1996 et 2005, l’aide publique au développement représentait 27,6 pour cent du budget général de l’État. « Acheminer l’aide par le biais du gouvernement national implique d’importants problèmes. Ce dernier ne dispose pas de réseaux de distribution bien structurés et ses administrateurs sont mal formés », a confié un chef de projet d’une organisation non gouvernementale (ONG) internationale au Mali.

    Décentraliser la gestion de l’aide permettrait de résoudre ces problèmes. Selon les experts, si la communauté locale se chargeait du contrôle de l’acheminement de l’aide, les bénéficiaires seraient davantage responsables de la bonne distribution des fonds et cela renforcerait leur sentiment d’être réellement partie prenante au développement.

    L’implication du gouvernement central est peut-être inévitable pour les projets de grande ampleur, mais cela alourdit le processus et conduit à la création de structures parallèles.

    Le ministère du Développement français a reconnu ce besoin de suivi local et prévoit de lancer un projet pilote de site Internet exposant l’état d’avancement de tous ses projets au Mali. Chacun pourra alors annoncer tout retard dans un projet par téléphone ou directement sur le site.

    Les besoins en aide d’urgence persistent

    Dans l’immédiat, les organisations internationales doivent continuer à fournir de l’aide humanitaire d’urgence, soulignent les habitants du Nord.

    On compte plus de 350 000 Maliens déplacés à l’intérieur de leur propre pays et 175 000 réfugiés dans les pays voisins. Tous ont besoin de nourriture, d’eau, de soins de santé de base et d’abris.

    Le conflit a fortement perturbé les activités économiques et les prestations de services sociaux de base dans le Nord. De nombreux éleveurs, fermiers et commerçants ont dû abandonner leurs troupeaux, leurs champs et leur activité. Comme beaucoup de ses amis, Mahoumoud Cheibani a fui Tombouctou pour chercher refuge à Bamako. « Certains réfugiés préfèrent rester dans les camps, parce que chez eux ils n’ont rien », a-t-il expliqué.

    À la suite du retrait du gouvernement malien, de nombreux bâtiments publics et services ont été pillés ou détruits. Au cours de l’année 2012, le Comité international de la Croix-Rouge a fourni du carburant pour faire fonctionner des générateurs et des stations de pompage d’eau dans les villes de Gao, Tombouctou et Kidal, mais les services n’ont été maintenus qu’à un niveau minimal. Dans ces trois capitales régionales du Nord, l’eau potable, l’électricité et les services de santé n’ont pas été rétablis au même niveau qu’avant le conflit. Les Nations Unies ont d’ailleurs attiré l’attention sur les énormes besoins humanitaires dans des villes comme Gao.

    Le retour progressif des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays et des réfugiés dans le Nord va ajouter un poids supplémentaire aux services sociaux déjà limités. Le gouvernement malien aura besoin d’aide pour réparer les infrastructures et rétablir les services nécessaires pour répondre aux besoins essentiels des habitants de la région.

    Aide au développement de moyens de subsistance

    Les Maliens vivent avec en moyenne moins de deux dollars par jour. Ceux qui ont été déplacés par le conflit n’ont donc pas les moyens de remettre sur pied une activité de subsistance. Les aider dans cette voie permettrait d’éviter qu’ils soient dépendants de l’aide d’urgence et favoriserait la paix, la stabilité et le développement à plus long terme.

    Dans un camp pour déplacés proche de Mopti, le directeur, Modibo Tounkara, dresse une liste des noms, professions et localités d’origine des résidents en vue de leur réintégration dans leur communauté. Mais leur retour est financièrement difficile, car « ils ont tout perdu », a précisé M. Tounkara. « Ils veulent rentrer. Ils veulent travailler. Mais ils n’ont pas assez d’argent pour tout recommencer. »

    Dramane Diakité, de la Chambre de commerce de Mopti, a conseillé aux futurs partenaires d’adopter une approche favorisant le secteur privé afin de jeter les bases d’une croissance économique durable dans les communautés locales. Il paraphrase ainsi un proverbe bambara bien connu : « au lieu de donner du poisson à un homme, apprends-lui à pêcher ».

    Éviter la bombe à retardement du chômage des jeunes

    Le Mali est également en pleine transition démographique, avec une hausse du nombre de jeunes. Mamadou Coulibaly, du Conseil national de la jeunesse à Bamako, a fait part de son inquiétude concernant les plus de 300 000 jeunes qui entrent chaque année dans la vie active mais ne trouvent pas de travail.

    Selon les analystes, il n’est pas surprenant que les jeunes touaregs et arabes qui ne sont pas intégrés dans l’économie formelle se lancent dans des activités illicites lucratives. Si la marginalisation économique se poursuit, toute avancée en matière de désarmement et de démobilisation sera de courte durée.

    « À Kidal, une personne sans emploi est dangereuse, très dangereuse [...] Tout le monde à Kidal possède une arme », a averti un fonctionnaire touareg de la ville.

    Les habitants du Nord utilisent des armes de petit calibre pour se protéger contre les crimes et contre les intimidations de l’armée. L’afflux d’armes dans la région après la chute du chef de l’État libyen Mouammar Kadhafi et l’introduction d’engins explosifs improvisés par des terroristes liées à Al-Qaida n’ont fait qu’aggraver le problème.

    Fernando Arroyo, chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies au Mali, a par ailleurs fait part de son inquiétude concernant la prolifération de munitions non explosées dans la région, ce qui pourrait représenter un risque permanent pour les populations locales dans les années à venir.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Chad, Gambia, Niger, Nigeria, Senegal

    DAKAR, 13 août 2013 (IRIN) - Depuis longtemps éradiquée dans les pays développés, la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB) – une maladie respiratoire très contagieuse – reste une menace considérable pour la production bovine au Sahel et en Afrique de l’Ouest. Dans cette région, la migration transfrontalière du bétail est une pratique très répandue chez les éleveurs.

    La maladie continue de se propager dans de nombreux pays en voie de développement et est particulièrement fréquente en Afrique de l’Ouest. L’insuffisance des politiques de contrôle régionales, le manque de ressources et de capacités techniques des gouvernements, de même que le manque d’intérêt des donateurs, font qu’elle est difficile à endiguer, d’après les experts.

    « La PPCB est inhérente à la région à cause du perpétuel mouvement de transhumance des personnes et des animaux », a affirmé Gideon Bruckner, qui dirige le département technique et scientifique de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

    « [La maladie] traverse constamment les frontières, suivant les endroits où des points d’eau et des zones de pâturage sont disponibles. Elle se propage aussi dans les points de rassemblement tels que le lac Tchad, où les animaux du Niger, du Nigeria et du Tchad sont tous attroupés et mélangés avant de rentrer dans leur pays. Il y a ainsi un cycle continu de réinfection possible », a-t-il déclaré à IRIN.

    Réinfection

    C’est probablement ce qui s’est passé en 2012 en Gambie, quand la PPCB est apparue pour la première fois depuis 1971 et a tué près de 10 000 têtes de bétail. Bien que la cause exacte de l’épidémie soit inconnue, les experts estiment que la maladie est réapparue en raison du commerce non réglementé de bétail avec le Mali et la Mauritanie, où la PPCB reste un problème.

    En août 2012, 11 bovins ont été testés positifs à la maladie au sud de la région gambienne de Central River. La PPCB s’est ensuite rapidement propagée dans les régions voisines avant d’atteindre la région de Tambacounda, au Sénégal voisin où l’on pensait avoir éradiqué la maladie.

    Les antibiotiques sont parfois utiles, mais le traitement n’est pas recommandé par les vétérinaires, car si un animal traité peut paraître en bonne santé, il peut néanmoins être contagieux. Le seul moyen d’empêcher un animal malade de transmettre la PPCB est de l’abattre, ce que beaucoup de pasteurs font difficilement, car cela représente une énorme perte économique pour eux.

    À la suite des épidémies, les gouvernements sénégalais et gambien, ainsi que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), ont mis sur pied des campagnes publiques de sensibilisation et de vaccination d’urgence.

    Selon la FAO, plus de 340 000 sur environ 400 000 têtes de bétail en ont bénéficié en Gambie. De son côté, le ministère de l’Élevage sénégalais affirme que 300 000 doses de vaccins ont été administrées avec succès.

    Les autorités affirment que l’épidémie semble sous contrôle pour l’instant, car aucun nouveau cas n’a été signalé depuis janvier 2013. Cependant, des équipes spécialisées continuent de sensibiliser les éleveurs et les agriculteurs et de prélever périodiquement des échantillons de sang sur différents troupeaux et des échantillons de viande provenant des abattoirs. Ils affirment que la menace d’une épidémie plane toujours.

    Effort de cinq ans

    « Pour éradiquer cette maladie, il faut le faire [vacciner le bétail] chaque année pendant cinq ans », a déclaré Mariatou Njie, représentante adjointe de la FAO en Gambie.

    « C’est donc le problème auquel nous nous heurtons aujourd’hui. La FAO a pu financer une grande partie de [la vaccination] la première année, lorsque l’épidémie s’est déclarée. Mais pour l’éliminer complètement, nous devons poursuivre [la surveillance et les efforts d’éradication] pendant cinq ans », a-t-elle expliqué.

    Mais continuer à administrer les vaccins ne sera pas facile.

    Selon la FAO, en Gambie, par exemple, il faudra entre 600 000 dollars et 700 000 dollars par an pour poursuivre les efforts d’éradication. Ce montant couvre : les coûts de la vaccination et des campagnes de sensibilisation du public ; l’indemnisation des éleveurs, qui abattent volontairement leurs animaux malades, en reconstituant leur cheptel ; le financement de la surveillance permanente, y compris les analyses d’échantillons de sang ; et la surveillance post-vaccination des troupeaux pour contrôler les éventuels effets indésirables du traitement sur les animaux.

    Si Mme Njie a déclaré qu’il s’agissait d’un petit prix à payer pour garder les animaux en bonne santé et faire en sorte que les éleveurs maintiennent leurs moyens de subsistance, la plupart des gouvernements de la région n’ont pas les ressources financières suffisantes. En outre, de nombreux donateurs ne souhaitent tout simplement pas financer une maladie aussi méconnue.

    « Outre le coût du vaccin, il faut acheter beaucoup de matériel... Des seringues, des glacières pour stocker et transporter le vaccin, des véhicules pour les équipes, et ainsi de suite », a déclaré Mme Njie. « De plus, la logistique est réellement colossale. Pour les localiser [les éleveurs], il faut envoyer les équipes dans des zones reculées – ce n’est vraiment pas facile ».

    Coopération multinationale

    Les vaccins ne sont pas efficaces à 100 pour cent. Les vétérinaires expliquent que, s’ils peuvent réduire les risques d’infection, ils ne peuvent pas empêcher complètement la transmission.

    « La PPCB est une maladie transfrontalière », a déclaré M. Bruckner de l’OIE. « Les pays ne pourront pas arriver à endiguer la maladie à eux seuls. En effet, ils peuvent vacciner leurs bêtes, mais comme ils ne peuvent pas contrôler les déplacements d’animaux [d’un pays à un autre et dans les deux sens], les vaccins ne servent à rien. Les deux doivent aller de pair ».

    Le consultant national en gestion de risques de catastrophes pour la FAO, Essa Khan, a déclaré que la coopération internationale entre le Sénégal et la Gambie était essentielle pour contenir l’épidémie récente de manière rapide et efficace.

    « Il y a eu - et continue d’avoir - une formation commune pour les pays, ainsi qu’un partage des informations », a déclaré M. Khan. « Les autorités de chaque pays se rencontrent régulièrement pour discuter du contrôle et des efforts d’éradication continus ».

    L’OIE encourage désormais la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à développer une approche régionale coordonnée pour lutter contre la PPCB. Mais étant donné les budgets et les ressources limités des pays, ainsi que les frontières poreuses, l’application d’une telle approche peut s’avérer difficile sans aide extérieure.

    « Malheureusement, il est toujours difficile d’obtenir un financement dans ces cas-là », a déclaré M. Bruckner. « Même si l’OIE n’est pas un organisme donataire en lui-même, nous essayons d’être un intermédiaire pour inciter les gens à faire des dons ».

    Une façon d’y arriver et d’amener les gouvernements locaux à investir davantage dans la lutte contre la PPCB, serait de réviser le code de l’OIE sur la maladie et d’y inclure la reconnaissance et l’approbation de programmes nationaux contre la PPCB.

    « Nous espérons que cela poussera en quelque sorte les pays à aller de l’avant en favorisant les contrôles. Ainsi, ils seraient répertoriés par l’OIE comme des pays qui appliquent un programme approuvé dont l’objectif est d’éradiquer [la maladie] », affirme M. Bruckner.

    « Commercialement, ce sera un avantage pour ces pays, car les autres États et partenaires économiques se rendront compte qu’ils veulent contrôler la maladie et, espérons-le, cela aura un effet boule de neige dans le reste de l’Afrique de l’Ouest et parmi les donateurs, et d’autres pays voudront suivre le même chemin ».


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger

    GAO, 13 August 2013 (IRIN) - Despite the victory of Ibrahim Boubacar Keita in Mali's peaceful presidential elections at the weekend, sporadic violence continues in the north, where for months herders have been cut off from accessing traditional routes in search of pasture for fear of attacks by bandits and rebels.

    Sporadic attacks continue in Gao, Timbuktu and parts of Kidal, pastoralists told IRIN.

    Many are also too scared to enter towns which have seen clashes between locals and displaced people who have settled in their outskirts; or they fear rebels might steal their cattle and sheep on market days if they do enter town.

    The rebels include National Movement for the Liberation of Azawad (MNLA) members, mainly in Kidal, but also in some villages north of Menaka in Gao Region. Elsewhere, locals joined one of several Islamist groups or the separatist Tuareg rebels.

    "Some Islamists stayed behind in villages and rural areas following the French-led military intervention, hiding in and among the local populations when they were driven out of major towns," said Capt Traoré with the Malian army in Bamako.

    Keita will have his work cut out to end the insurgency and bring lasting peace to the north.

    Herders in Forgho, 25km north of Gao city, and Bourem in Gao Region on the road to Kidal, told IRIN they had been attacked when they left the market on their way back into the desert with their animals. "They [the rebels] would threaten herders in the bush and stop stockbreeders on their way to the market and steal their cattle," said Aklini Moliomone, a Songhai pastoralist from Forgho.

    Robberies along the road from Gao to Tessalit in Kidal Region have also risen, according to French army communications officer Cyrille Zimmer.

    Violence has also broken out between herders in Mali and displaced people or refugees returning from Niger, Burkina Faso and Mauritania, all of whom are also vying for access to scarce grazing land, according to Malian NGO Tassaght, based in Gao.

    Northern Malian refugees have started to return to Mali from Mbera camp in Mauritania, travelling via Niafunké in Timbuktu Region, to Timbuktu town.

    "The pastoralists from Burkina Faso who used to cross the border into Mali with their animals were not ready to share the limited resources with the displaced," explained Wanalher Ag Alwaly with Tassaght in Gao.

    Last year's rains meant good pasture throughout much of the north, but many of these herders said they were unable to fully take advantage of it. This year rains arrived late in most of the north - coming two weeks ago - and have so far been weak, thus pasture is minimal, say pastoralists.

    Competition for grazing land

    "There is almost no grass and no water, because there are so many herders in this area and only limited grazing land. We have to walk far to find food for our animals," said Moliomone.

    On market day in Forgho, where thousands of herders congregate, 60-year-old herder Moussa Ag Bilal hoped to get a good price for his animals - mostly goats, plus one cow that is so thin that it has stopped producing milk. When a potential buyer approached to inspect the animals, Ag Bilal gently turned it to hide its sticking-out ribs. Afraid of rebels, he told IRIN he is too scared to move his animals to the grazing areas north of Gao.

    While UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA) forces and Malian soldiers are posted in most major towns, rural areas are sometimes left unmonitored.

    According to MINUSMA, in some areas of the region around Menaka, MNLA are still in control, while suspected members of Ansar Dine and the Movement for Unity and Jihad in West Africa (MUJAO) have been spotted in parts of Kidal Region. The road from Gao to Kidal - especially north of Tessalit - has seen an increase in bandit attacks; improvised explosive devices are occasionally used. "Last week a food truck was stopped and the cargo was taken away by rebels," said MINUSMA spokesperson Michel Bonnardeux in the capital Bamako.

    Undetonated explosives and arms left behind by the armed groups, and hidden in the terrain, pose another threat to herders and their animals.

    The tensions just reinforce pastoralists' plight - many had most of their herd of confiscated by rebels or Islamists, or have had to eat their animals to survive, given the high prices and low availability of food across most of the north since the Islamist occupation. "Many [herders] fled without their animals. Others lost their herds when the rebels attacked their villages. They returned with nothing having lost their only source of income", said Tassaght's Ag Alwaly.

    "The months of May, June and July are always hard for Mali's herders," he continued.

    Animals weaker than last year

    "The cattle are starving. This year the Islamist occupation, the following conflict and continued rebel attacks made life extra difficult," Ahmed Ag Algarbi, a Tuareg pastoralist from Teshak, a Tuareg village in Timbuktu Region, told IRIN: "For two years we have had nothing to eat. We were forced to kill our goats to feed our families. Life in the desert is hard. Before, we at least had our animals, now we have nothing."

    Most of the animals IRIN came across were frail and very weak, even more so than the same time last year, according to the International Committee of the Red Cross (ICRC).

    Since January ICRC and the Malian Red Cross distributed roughly 400 tons of animal feed hoping to reach 30,000 herders during the lean season. Tassaght buys meat at above-market value to distribute among families in Gao and nearby villages to boost both livelihoods and food security. According to Gao-based herder Atarouna Abdoulaye, prices for goats and sheep went from US$30 to $6-8 in some markets.

    The Red Cross also vaccinated two million cattle, sheep, goats, camels and donkeys to help restore their health as the rains approached. Often thin and weakened animals succumb to illness or drowning when the rains arrive, according to Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières in Bamako. But between January and July insecurity hampered the ability of NGOs and ICRC to distribute food, seeds, fertilizers and tools in some areas, according to Jean Cimangay, ICRC's project officer.

    Tassaght plans to give returning herders small stocks of around 10 animals each, to help them build anew. "Some pastoralists had herds with over 100 animals. Ten goats is not much but at least it's a start," said Ag Alwaly.


older | 1 | .... | 167 | 168 | (Page 169) | 170 | 171 | .... | 728 | newer