Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 165 | 166 | (Page 167) | 168 | 169 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali
    preview


    Faits saillants

    • Le service aérien humanitaire des Nations Unies (UNHAS) a besoin d’urgence de 2,8 millions de dollars pour continuer ses opérations jusqu’en décembre 2013

    • 65 pour cent des structures sanitaires sont partiellement ou non fonctionnelles dans les zones anciennement occupées par les groupes armés comparativement à 17 pour cent à l’échelle nationale.

    • Des programmes d'étude accélérés sont en cours dans 588 écoles dans les régions de Gao et Tombouctou.

    • Entre mars 2012 et juillet 2013, les engins non explosés et les restes explosifs de guerre ont fait au moins 77 victimes dans les zones affectées par le conflit.

    • L’appel de fonds humanitaire (CAP) pour le Mali est financé à 32 pour cent. Plus de 152 millions de dollars sont mobilisés sur la requête d’environ 477 millions de dollars.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Angola, Botswana, Comoros, Lesotho, Madagascar, Malawi, Mauritius, Mozambique, Namibia, Seychelles, South Africa, Swaziland, United Republic of Tanzania, Zambia, Zimbabwe
    preview


    Madagascar:

    The release of the new list of presidential candidates by the restructured Special Electoral Courts is scheduled for 20 August 2013.
    Most of the funds required to start the locust eradication campaign have been received, including $5 million provided by the Central Emergency Response Fund (CERF)

    Namibia:

    The Drought Response Plan is expected to be approved by Government this week.

    Malawi:

    According to the 2013 annual Malawi Vulnerability Assessment Committee Report, a total of 1,461,940 people in the country are in need of 57,346 MT of maize equivalent to meet their food requirements until March 2014. The Government and key international partners agree on the need for an early humanitarian response to avoid any deterioration of the current situation.

    Mozambique:

    Mozambican President Armando Guebuza has announced that general elections will be held on 15 October 2014


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Mali
    preview


    HEADLINES

    • In the run-up to Presidential elections held on 28 July, UNICEF provided candidates with a brief on the situation of children and women in Mali and facilitated the signature of a memorandum on the respect and promotion of children’s rights in Mali.

    • UNICEF continues to support the resumption of social services in the North by providing material and infrastructure aid for health centres and nutritional units, water networks, schools, and administrative offices.

    • As part of the Back to School initiative for the 2013 – 2014 academic year, UNICEF in collaboration with partners supports 500,000 school-aged children affected by the recent crises get back to the classrooms.

    • Results from the SMART nutrition survey in Gao have highlighted a ‘serious’ nutritional situation. In the next six months, 22,730 children are expected to suffer from acute malnutrition, including 5,461 children with acute severe cases.

    • In support of the cold-chain and to prepare for vaccinations in the next year, UNICEF is providing solar-powered and regular refrigerators to health centres in the North and has rehabilitated the cold room in Mopti. UNICEF is targeting more than 60,000 children under 1 with routine vaccinations and over 307,000 children under 5 for routine measles and polio vaccinations.

    • UNICEF has updated requirements for Humanitarian Action for Children, increasing the overall amount needed by about US$10 million, up to $91.9 million. So far, only 35 per cent of the required funding has been received.


    0 0

    Source: UN Radio
    Country: Mali

    Écouter

    Cette semaine dans Voix de femmes, coup de projecteur sur la violence sexuelle suite au conflit au Mali.

    Depuis le début de l'insurrection dans le Nord, peu après le coup d'État militaire de mars 2012, le HCR, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a relevé presque 2 800 cas de violences sexuelles ou basés sur le genre. On estime cependant que les chiffres réels sont bien plus élevés. La plupart des cas étaient des viols, d'autres concernaient des mariages forcés et du commerce sexuel.

    Nous écouterons le témoignage de « Fatoumata » une fille de 16 ans d'un quartier défavorisé de Mopti. Ses ennuis ont commencé, il y a un an, lorsque les rebelles ont pris sa ville.

    (Reportage : Cristina Silveiro ; extraits sonores Fatoumata Traoré, témoin ; Aïssata Cissé, chargée de la sensibilisation à l'ONG Family Care International ; et David Moussa Ntambara , Chef de la protection des enfants à l'UNICEF)


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Djibouti, Ethiopia, Kenya, Somalia
    preview


    Key messages:

    • The overall food security situation has improved but remains very fragile;

    • Emergency conditions persist in Somalia;

    • Security is an issue in Somalia and in refugee camps in Kenya and Ethiopia. Access to vulnerable people in border areas is restricted;

    • Apart from delivering emergency aid, the main challenge for governments and international community is to jointly contribute to building resilience to drought and tackling the underlying structural weaknesses.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Lesotho
    preview


    FOOD SECURITY SNAPSHOT

    • Significant recovery of cereal production in 2013
    • Maize price remain stable
    • Food security conditions improve, benefiting from larger maize harvest

    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department, International Organization for Migration, US Agency for International Development
    Country: Mali
    preview


    Eléments clés

    • 47,064 ménages (334,550 personnes) enregistrés et évalués par l’OIM à Bamako, Mopti, Koulikoro, Kayes, Sikasso, Ségou, Gao, Tombouctou et Kidal sur les 47,101 ménages (342,033 personnes) estimés par la Commission Mouvement de Populations à la date du 25 juillet 2013 .

    • La commune de Bamako accueille le plus grand nombre de ménages déplacés : 9,660 ménages.

    • La majorité des déplacés enregistrés viennent des régions Tombouctou (51% des ménages) et de Gao (38% des ménages enregistrés).

    • La majorité des déplacements ont eu lieu entre mars et avril 2012.

    • Pour 97% des ménages enregistrés, la cause majeure de déplacement est le conflit et la violence.

    • 92 % des ménages ont exprimé avoir au moins un besoin.

    • 74 % des ménages désirant rentrer chez eux établissent l’amélioration des conditions de sécurité comme le premier facteur nécessaire à leur réinstallation.


    0 0

    Source: International Institute for Environment and Development
    Country: Mali

    A second round of elections will now have to be held following a “calm” first vote. Challenges to be overcome include poor voter turnout in the north and heavy rains.

    Mali's Presidential poll has gone to a second round, as no single candidate gained 50% of the total vote. The results of the first round were announced five days after the vote, the maximum time allowed under the constitution. Former Prime Minister Ibrahim Boubacar Keita, commonly referred to as IBK, and ex-Finance Minister Soumaila Cissé will contest a second round on 11 August.

    The elections have won praise from foreign monitors, including the European Union and the International Republican Institute. Catherine Ashton, the EU's foreign policy chief, said the voting had been “calm”. They were the first presidential elections since an army coup to overthrow the government and an ethnic Tuareg uprising in the north, later supported by al Qaeda-linked extremists. An EU-backed French offensive against rebels restored an uneasy order, but foreign donors have insisted on the elections before aid is resumed to Mali.

    IBK, 68, a former Prime Minister and head of the Rally for Mali (RPM), which he founded in 2001, has a clear lead, the government has said. Long-time rival Soumaila Cissé, 63, a former Finance Minister, and President of the Commission of the West African Monetary Union (UEMOA) is in second place.

    These results won't surprise many, since Cissé and IBK have run against each other before and know each other's form. Last time it was Cissé ahead of IBK.

    The largely unknown candidate of the Alliance for Democracy in Mali (Adéma-PASJ) party, Dramane Dembélé, trails in third place. A former mining official, Dembélé was Mali's Director-General of Geology and Mines from 2005 to 2010. Dembélé’s party, Adéma-PASJ, had been the leading political force under Alpha Oumar Konaré, the President of Mali for two terms, after the re-establishment of a democratic system in 1992. But it has since lost much support through splits and charges of complicity with corruption.

    Nation divided

    While the media have reported few problems with the elections in Mali's south, where about 90% of the nation's population of 15 million live, turn out in the north is a different matter.

    With a second round ahead, more needs to be done to increase turnout in the North, especially in Kidal, a small town in northern Mali where voter turnout appeared light amid alleged intimidation Sunday.

    The hope of the separatists has been to show up the presidential poll as flawed and thus not legitimate. The northern separatist rebels, the National Movement for the Liberation of Azawad (MNLA) could then argue for a separate state in the north, no longer subject to Bamako, Mali’s capital city located in the south of the country.

    Staging election polling in remote northern desert regions is challenging at the best of times, but the elections are also happening at the height of the rainy season. Outside Bamako voter turnout has also been affected by the heavy rains that hit the country in July and August when farmers need to seize every opportunity to sow and weed while there's damp in the soil. It’s also Ramadan, so people are tired by the long days of fasting.

    IBK: a firm hand?

    IBK has been presented as a strong firm hand, and is known to be the favourite of key constituencies – the army, the French, and the High Council of Islam, the most senior Islamic body in the country.

    But while these attributes are seen as assets by some, for others they are grounds for concern. Many argue that the Presidency holds far too much power already and a top priority for the incoming administration will be to get greater accountability and checks on decisions made, by shifting constitutional power to the national assembly. Too close a relationship with the military also rings alarm bells for those who fear a prolonged presence in the wings of power by the 2012 coup leader Captain Amadou Sanogo.

    Equally, Mali has remained a firmly secular state under the constitution, so the spread of Islamic influence in the corridors of Koulouba, the Presidential palace, raises serious worries. Finally, being the darling of France, Mali’s former colonial power, is a mixed blessing, despite strong acclaim for the French military in pushing back the jihadist armed groups earlier this year.

    IBK played on the fact that Malians felt humiliated by having to call for France's military assistance to prevent a north-south split in their country by running his campaign under the banner of ''For Mali's honour''.

    Candidates to look out for

    What matters now is how the remainder of the vote is distributed, and how the disappointed candidates will position themselves vis-a-vis the front runners IBK and Cissé. And with a total of 27 candidates (with only 1 woman amongst them), there are many with just a sliver of support to trade. There will be those desperate to play what cards they have for access to office. But others will play a longer game, showing themselves more concerned to maintain some integrity than cut a quick deal.

    I would watch Moussa Mara, a 38-year old mayor of a commune in Bamako and a chartered accountant. He’s the head of Yéléma, a political party he set up in 2010; Yéléma means change in Bambara, one of the local languages spoken in the country. Mara is one of the next generation of politicians with a reputation for being an effective mayor and scrupulously honest.

    Tiébilé Dramé head of the Party for National Renaissance (Parti pour la renaissance nationale, PARENA) and chief negotiator and peace broker for the Malian government with the MNLA separatist rebels ruled himself out of the race after Mali's top court didn’t respond to his legal request to have the vote delayed. He declared the election was taking place in breach of constitutional provisions, due to the limited preparation of electoral lists and distribution of voter ID cards. But while he has no votes behind him this time, he has numerous supporters amongst both the political classes and donor governments.

    This next week offers a good opportunity to push the two finalists to clarify their respective positions, since there is little ideological ground that divides them. What will each promise on constitutional reform, the urgency of national reconciliation and dialogue, getting the army back to barracks, and building a sustainable economy that offers jobs and prospects for all Malians?

    Amadou & Mariam sing “Dimanche a Bamako c'est le jour de mariage” – translated roughly as Sunday in Bamako is the day for attending marriages. But you can be sure the mobile networks were buzzing on Sunday with the courtship between front-runners and the rest of the pack.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Mali
    preview


    Rainfall deficit in the south affects cropping activities in production zones

    KEY MESSAGES

    • In spite of the slight lag in seasonal progress following rainfall deficits in crop-producing areas, forecasts for the 2013/2014 crop year are still predicting average cereal and cotton harvests. Seed assistance furnished by the government and its partners and the high likelihood of continuing rainfall into October according to current weather forecasts are supporting harvest prospects.

    • Security conditions are improving in the Timbuktu and Gao regions, though reports of localized disturbances in Kidal continue. Overall, the re-establishment of stability is encouraging IDPs and refugees to return to their homes with the resumption of economic activity and the delivery of humanitarian assistance programs. As of late June, 14,015 IDPs and refugees had returned to Gao (Agency for Social Development).

    • Market supply is adequate and cereal prices are generally down from last year despite the tightening of supplies with the late start of the rains in crop-producing areas, which made farmers reluctant to unload their crops. As a result, prices have edged upwards by approximately five percent for the first time since January. Millet prices are still five to 20 percent above-average and, thus, unaffordable for most poor pastoralists in the north.

    • IPC Phase 3 Crisis food insecurity outcomes observed in northern pastoral areas and IPC Phase 2 Stress among agropastoral households improved in July following the scale-up of large-scale humanitarian assistance programs underway since March. However, declining seasonal income and slow economic recovery continue to limit the purchasing power of poor pastoral households emerging from the lean season and among agropastoral households for whom the lean season is just beginning. These populations will remain Stressed (IPC Phase 2) through September, when the availability of wild plant foods, milk, and early crops should help reduce food insecurity to Minimal levels (IPC Phase 1) between October and December.


    0 0

    Source: World Food Programme, Food and Agriculture Organization
    Country: Burkina Faso, Chad, Ghana, Guinea-Bissau, Mali, Niger, Nigeria
    preview


    Key Points

    • Late start of the growing season due to the late onset of rains

    • Increasing number of refugees in Nigeria, of IDPs in Guinea and return of IDPs in Mali

    • Worrisome food situation in Guinea Bissau due to the failure of the cashew nut agricultural campaign

    • Unusually high millet prices in Niger


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Mali

    BAMAKO, 7 août 2013 (IRIN) - Outre les ralentisseurs et les postes de contrôles où les commerçants locaux se pressent autour des véhicules qui s'attardent, il existe peu d'infrastructures visibles sur les 635 km de route séparant Bamako, la capitale du Mali, de la ville de Mopti, dans le centre du pays. La brousse est parsemée de panneaux rongés par la rouille et de bannières aux couleurs passées de bailleurs de fonds internationaux annonçant des projets de développement abandonnés depuis longtemps ou jamais entrepris.

    En voyant la pauvreté et le dysfonctionnement qui règnent actuellement au Mali, il est difficile d'imaginer le succès des projets de développement entrepris par toutes sortes d'organisations multilatérales et d'organisations non gouvernementales (ONG) avant le conflit et le coup d'État. Jusqu'à l'évincement du président Amadou Toumani Touré en mars 2012, cet État d'Afrique de l'Ouest était la coqueluche de la communauté humanitaire et était salué pour avoir accumulé les réussites en matière de transition démocratique depuis 1991.

    Mais les statistiques dressent un tableau bien différent.

    Selon les analystes et les observateurs, l'aide destinée au Mali a été, au mieux, inefficace du point de vue du développement économique et institutionnel. Elle a favorisé la corruption, sapé la volonté et la capacité du gouvernement à générer des revenus grâce à la production et aux impôts et exempté l'État du devoir de rendre des comptes à la population. Au pire, ces conditions ont été une cause directe du conflit dans le Nord et de la crise politique à Bamako.

    De l'argent pour rien

    Le Mali est l'un des pays les plus pauvres d'Afrique subsaharienne. L'indice de développement humain (IDH) de 2012 le place au 182e rang sur 186 et son PIB par habitant de 2012, exprimé en parité de pouvoir d'achat, le situe à la 34e place sur les 45 pays d'Afrique subsaharienne. Il enregistre par ailleurs une croissance réelle du PIB négative.

    Le pays dépend donc fortement de l'aide internationale. En 2008, l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) estimait que les bailleurs de fonds participaient à hauteur de 60 à 80 pour cent au budget spécial d'investissement du Mali.

    Si le pays a enregistré de fortes augmentations de son PIB après 1990, cela n'a pas suffi à améliorer la qualité de vie des Maliens. Selon un document de travail de l'Institut mondial de recherche sur les aspects économiques du développement de l'Université des Nations Unies, cette croissance était vraisemblablement davantage due à la dévaluation de la monnaie et aux exportations d'or qu'à une réelle production économique.

    En outre, selon des données empiriques, le Mali est en quelque sorte entré dans un cercle vicieux concernant l'aide humanitaire. Celle-ci crée de l'emploi lorsque les dollars affluent, mais n'instaure pas les conditions nécessaires à une croissance économique durable, à la réduction de la pauvreté et au développement institutionnel.

    « Lorsque les ONG [organisations non gouvernementales] sont parties, l'impact a été double », a dit un défenseur des droits des jeunes de Mopti au sujet du retrait des bailleurs de fonds après le coup d'État de 2012. « Les projets humanitaires étaient bien sûr importants, mais les conséquences sur l'emploi ont été encore plus graves, [car] près de 30 pour cent des jeunes travaillaient pour des organisations humanitaires. »

    Cette situation économique ne peut pas être imputée aux responsables du coup d'État, aux séparatistes touaregs ni aux milices islamistes. Le pays stagne au bas de l'échelle de développement depuis bien avant 2012 et même avant la première publication de l'IDH en 1990.

    Crise de confiance

    Le Mali ne se porte guère mieux en matière de développement institutionnel politique et du secteur public.

    Entre 2003 et 2011, la population a toujours qualifié de médiocre l'intégrité du secteur public, classant le pays dans la moitié la moins bien lotie d'Afrique subsaharienne en la matière. Il est particulièrement révélateur de constater que la seule véritable hausse de confiance de la population (de 21,4 pour cent) a été enregistrée après le coup d'État de 2012.

    Par ailleurs, entre 1992 et 2007, le Mali s'est généralement situé derrière tous ses voisins du Sahel en matière de participation électorale, que ce soit pour les législatives ou les présidentielles.

    Selon un sondage d'opinion réalisé au Mali en février 2013, les deux raisons les plus citées pour expliquer les différentes crises traversées par le pays sont « le manque de patriotisme chez les dirigeants » et « la faiblesse de l'État » (31 pour cent et 16 pour cent respectivement). Soixante-seize pour cent des personnes interrogées ignoraient le nom de leurs représentants politiques.

    Aide et redevabilité

    Selon les analystes, passer par le gouvernement d'un pays en proie à une corruption endémique à tous les niveaux pour acheminer l'aide humanitaire corrompt la structure incitative de l'État. Cela exempte le gouvernement du devoir de rendre des comptes aux investisseurs étrangers, les bailleurs de fonds, en l'occurrence, qui ont participé en toute connaissance de cause à la corruption. Cela supprime également la nécessité pour le secteur public de mettre sur pied des institutions gouvernementales de base, qui représentent le « lien vital de redevabilité entre l'État et les citoyens», selon Jonathan Glennie, auteur et spécialiste de l'aide humanitaire. Sans cette redevabilité, les citoyens sont exclus du processus politique et les élites sont libres de soutirer et exproprier les biens de l'État sans retenue, créant les conditions idéales pour la défaillance de l'État et le conflit.

    Cette absence de redevabilité et de surveillance se manifeste dans le détournement de l'aide. « Nous ne sommes pas pauvres à cause d'un manque d'aide, nous sommes pauvres parce que l'aide ne parvient pas aux populations visées », a dit Mahmoud Cheibani, enseignant dans une école secondaire de Tombouctou.

    Cette situation est particulièrement problématique dans le Nord.

    Selon le responsable d'une ONG malienne qui a ouvré dans le Nord pendant la crise et l'occupation par les islamistes, « à Tombouctou, le président du Haut Conseil Islamique s'accorde la part du lion. À Gao, c'est le maire. À Kidal, c'est la famille Intallah [chefs touaregs ifoghas]."

    Aide et conflit

    À l'échelle locale et sous-régionale, l'argent de l'aide a parfois clairement alimenté les conflits ethniques au Mali.

    L'exemple le plus frappant est un projet désastreux du Programme des Nations Unies pour le développement. Des millions de dollars investis dans le désarmement, la démobilisation et la réintégration des anciens combattants après la rébellion de 1990 ont été distribués de manière disproportionnée à un groupe ethnique, les touaregs ifoghas. Ces derniers ont directement utilisé ces fonds pour acheter la fidélité de la population et consolider leur pouvoir aux dépens de leurs rivaux, les touaregs imghad.

    Il est plus difficile de mettre en évidence le lien de cause à effet entre l'aide et le conflit à plus grande échelle, mais ce lien a été confirmé au Mali par plusieurs études rigoureuses.

    Selon ces études, l'aide humanitaire favorise les conflits dans les pays qui pâtissent d'un faible degré de développement institutionnel et d'un pouvoir exécutif incontrôlé, ce qui engendre une concurrence pour les recettes non fiscales parmi les élites. Pour résumer, le Mali est victime d'un pouvoir exécutif disproportionné, renforcé par l'aide étrangère qui est principalement acheminée par cette branche du gouvernement aux dépens d'autres institutions, ce qui creuse encore plus l'écart entre les citoyens et les dirigeants et fait de cet argent l'objet de concurrences.

    Dans leur ensemble, ces données semblent démontrer que ce sont les institutions maliennes qui sont à l'origine des problèmes du pays. Elles corroborent également les affirmations de certains experts selon lesquelles le coup d'État, la rébellion touarègue, la forte présence d'Al-Qaida et la corruption du gouvernement seraient tous des symptômes d'un même dysfonctionnement institutionnel. Rien n'a fondamentalement été fait pour résoudre les défaillances en matière de redevabilité et de contrôle et pourtant, plus de quatre milliards de dollars d'aide au développement sont prêts à être distribués au terme de l'actuelle transition politique.

    À un point aussi critique dans le développement du Mali, les bailleurs de fonds potentiels feraient bien d'étudier de nouveaux modèles et de changer leurs priorités pour garantir l'efficacité, la durabilité et la valeur des projets de développement.

    Toute aide n'est certainement pas contreproductive, et ces données ne concernent en aucun cas tous les efforts d'assistance humanitaire. L'intervention d'urgence des organisations multilatérales et des ONG locales et internationales a été essentielle dans l'atténuation de la crise alimentaire de 2011-2012 au Sahel, par exemple. Mais, finalement, doter le Mali d'institutions fortes, capables de prendre les rênes de ce genre d'interventions, serait la manière la plus efficace et la plus durable de conduire le pays vers la prospérité.

    fm/ew/ob/rz-ld/amz


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal
    preview



    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Benin, Burkina Faso, Chad, Côte d'Ivoire, Eritrea, Ethiopia, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Liberia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone, Sudan, Togo
    preview


     Heavy and above-average rains fell in Sudan, causing flooding and infrastructure damages.

    1) A poor start of the rainfall season across northwestern Ethiopia, southern Eritrea, and bordering areas in Sudan has begun to negatively impact cropping activities, including planting. Above-average rains are, however, forecast during the next outlook period, which could provide some relief to dry conditions throughout the region.

    2) An increase in rainfall since the late period of mid-July has led to accumulated rainfall surpluses across many areas of the far western West Africa. Heavy and above-average rains are forecast over the region during the next seven days, which increase the chance for localized flooding.

    3) Since July, both suppressed and poorly-distributed rainfall has led to large negative rainfall anomalies across some bimodal and unimodal areas along the Gulf of Guinea. This has led to reduced maize yields in Ghana and southern Togo and deteriorated ground conditions in west-central Nigeria. The forecast limited rains during the next week may worsen ground conditions.

    4) Heavy and above-average rains since the beginning of August have caused fatalities, infrastructure damages, and displaced people in several states of Sudan, including the Khartoum, River Nile, Blue Nile, North Darfur, and Red Sea. Above-average rains are forecast to continue during the next outlook period, increasing the risks for inundation and potential waterborne disease outbreaks.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Angola, Botswana, Democratic Republic of the Congo, Lesotho, Madagascar, Malawi, Mozambique, Namibia, South Africa, Swaziland, United Republic of Tanzania, Zambia, Zimbabwe
    preview


    Overview 2012/13 Crop Production Season

    • Regional cereal harvest increased by 0.2% from 35.02 million tonnes in 2012 to 35.11 million tonnes in 2013 and is 5% above the five year average;

    • Compared to 2012, all countries experienced an increase in cereal production except Namibia, South Africa, Zambia and Zimbabwe;

    • Production of non-cereal food crops (roots and tuber crops, bananas, plantains and pulses) continue to increase in Angola, Malawi, Tanzania and Zambia.

    Key Findings:

    • The number of food insecure population in the region has increased in all countries except Lesotho, Malawi and Mozambique

    • The regional food insecure population is up 19% compared to last year for the 10 countries that have comparable data

    • Some affected areas have remained the same for a long period indicating chronic vulnerability and high levels of poverty

    • Compared with last year, the biggest increases in the number of food insecure populations has been recorded in Namibia (11 fold increase), followed by Zambia (233%) and Swaziland (151%).

    • Percentage of food insecure population exceptionally high in Botswana at 49% of the total rural population

    •Child malnutrition levels especially stunting a sign of chronic food nutrition insecurity are high to very high in the region. This indicates higher vulnerability of children to shocks such as drought, floods, food prices increases that some countries in the region face.


    0 0

    Source: Refugees International
    Country: Burkina Faso, Chad, Mali, Niger, Nigeria

    Les chocs récurrents liés au climat dans la région Ouest-Africaine du Sahel ont des impacts conséquents sur les populations vulnérables. De plus en plus, ceux qui n’ont pas les capacités de se nourrir ou de nourrir leurs familles n’ont d’autre option que de quitter leurs villages, en ayant recours à de nouvelles formes de migration auxquelles sont associés d’important risques en matière de protection. De nouvelles initiatives de résilience lancées par des organismes régionaux, les Nations Unies, et les bailleurs de fonds pourraient s’attaquer aux causes profondes de la vulnérabilité de ces populations. Cependant, un manque de cohérence et de coordination menace considérablement l’efficacité de ces initiatives. Leur mise en œuvre en étant encore à son stade initial, il est encore temps de remédier à ces déficiences avant que ne soient pris des engagements significatifs en temps et en ressources.

    Contexte

    Le Sahel est un ruban semi-aride de terres et d’arbustes qui borde le désert du Sahara. On y trouve un grand nombre de pays figurant parmi les plus pauvres du monde, et les taux de malnutrition dépassent fréquemment le palier d’urgence de 15 pourcent dans de nombreuses régions. Au Burkina Faso, au Niger, au Mali et au Tchad, presque la moitié des enfants âgés de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique. La fragilité écologique de l’environnement Sahélien contribue à renforcer l’insécurité alimentaire de sa population, dont 80 pourcent dépend de ressources naturelles pour sa subsistance. La croissance démographique explosive se traduit par un doublement de la population de 100 millions d’individus au Sahel en 25 ans. En outre, les pays Sahéliens traversent fréquemment des périodes de troubles politiques, l’insurrection séparatiste et le coup d’état au Mali en étant l’exemple le plus récent. Par ailleurs, les routes de commerce historiques qui sillonnent la région se sont révélées très vulnérables aux réseaux terroristes et criminels qui posent des risques sécuritaires régionaux et mondiaux.

    Bien que la région du Sahel soit exposée aux sécheresses, des changements marqués dans le régime des pluies ont émergé au cours de la dernière décennie. Les pluies sont devenues plus irrégulières en quantité et en étendue géographique, et moins prévisibles dans le temps, donnant lieu à des sécheresses et à des mauvaises récoltes plus fréquentes. Ces changements, à leur tour, ont des effets considérables sur les éleveurs de bétail (communautés pastorales) et les agriculteurs qui dépendent de leurs cultures pour nourrir leurs animaux (communautés agropastorales), étant donnée leur dépendance à l’égard des pluies pour assurer leurs moyens de subsistance. Cela est d’autant plus vrai pour les communautés agropastorales, pour lesquelles une prévision précise du moment de l’arrivée, de la localisation, et de la quantité de pluie est cruciale pour l’ensemencement.

    En 2012, de faibles pluies combinées à des prix élevés des denrées alimentaires à travers le Sahel ont provoqué une crise alimentaire – la troisième en sept ans – qui a privé 18 millions de personnes de nourriture suffisante et a risqué de faire mourir de faim un million d’enfants. Parallèlement, les phénomènes d’inondation sont devenus plus sévères. En 2012, de graves inondations au Niger et au Tchad ont déplacé plus d’un million de personnes tandis qu’au nord du Nigéria, des inondations ont déplacé plus de 6 millions de personnes. De nombreux experts en climatologie ont attribué ces changements dans le régime des pluies au changement climatique, et il y a un fort consensus sur le fait que dans les décennies à venir, le changement climatique aura pour conséquence un climat plus imprévisible accompagné d’une augmentation de la température allant de 2,5 à 3,5ᵒ Celsius avant 2050. En Juin 2013, Refugees International (RI) s’est rendu dans deux des pays les plus pauvres du Sahel, le Burkina Faso et le Niger, et a rencontré des communautés pastorales et agropastorales vulnérables.

    Chacune d’entre elles était pleinement consciente des changements anormaux et néfastes de la température et de la pluviosité, qui compromettaient de manière directe leur capacité à nourrir leurs familles. Village après village, le refrain était le même : “Les pluies ne sont plus prévisibles.” “Elles viennent trop tôt et finissent ensuite trop tard.” “Il y a trop de pluie, ou pas assez.” Dans un village dans la région du Centre Nord du Burkina, les villageois ont expliqué qu’en 2012, il n’y avait pas assez de pluie. Ensuite, en 2011, des précipitations soudaines sont arrivées plus tôt que prévu, causant des inondations massives qui ont détruit des maisons et des écoles – une expérience que personne n’avait jamais vécue avant là-bas. Mais par la suite, les pluies ont largement diminué et les récoltes étaient mauvaises.

    Ces chocs répétés ont précipité les ménages les plus démunis dans une spirale descendante, car ils n’ont pas suffisamment de temps pour se relever avant que la prochaine crise ne frappe. Durant une mauvaise année, ils sont contraints à avoir recours à des mécanismes d’adaptation négatifs, tels que de se nourrir moins, de vendre leurs actifs de production qui sont en nombre limité (par exemple leur bétail), et de s’endetter, augmentant d’autant plus leur vulnérabilité et affaiblissant leur capacité à résister à des chocs futurs. Un homme dans le village mentionné précédemment, qui a été contraint de vendre son bétail durant la crise alimentaire de 2012 afin d’acheter de la nourriture pour sa famille, a expliqué que cela lui prendrait au moins un an pour économiser suffisamment d’argent pour acheter une seule vache. Une analyse récente des tendances relatives à la sécurité alimentaire conduite par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) au Niger a conclu que deux ans après les mauvaises récoltes de 2009, les ménages pauvres du Niger ne s’étaient toujours pas relevés, en dépit de récoltes meilleures que la moyenne en 2010. Pire encore, dans un tiers environ des communes, les niveaux de résilience (mesurés selon le degré auquel les ménages ont eu recours à des stratégies d’adaptation négatives telles que de se nourrir moins, d’emprunter, et de vendre des actifs) étaient encore plus bas en 2010 qu’en 2009. En un mot, cela prend plus d’un an aux ménages les plus pauvres pour se relever d’une sécheresse ou d’une autre crise, et les effets négatifs d’une seule crise peuvent continuer de les affecter au-delà d’une seule saison de culture.

    La variabilité accrue du climat, combinée à des facteurs structurels tels que la taille réduite des parcelles, les prix constamment plus élevés des denrées alimentaires, et la croissance démographique, résulte en un nombre significatif de ménages pauvres se trouvant contraints de quitter leur village pour trouver des sources de revenus alternatives. Quitter son foyer est devenu un mécanisme d’adaptation négatif – une forme de “migration de détresse”. Selon le directeur d’une ONG implantée de longue date dans la région, les sécheresses récurrentes et les crises alimentaires ont poussé jusqu’à un tiers des familles à quitter complètement leur village.

    Dans les villages frappés par l’insécurité alimentaire au nord et au centre du Burkina Faso, cette “migration de détresse” contraint souvent les personnes à chercher du travail dans les mines d’or. Presque chaque famille avec laquelle RI s’est entretenu dans les régions burkinabés du Centre Nord et du Sahel comportait au moins un membre de la famille qui était parti travailler dans une mine. Bien que cela ne soit pas documenté dans ce rapport, les conditions dans un grand nombre de sites d’orpaillage sont extrêmement dangereuses et posent des risques graves pour la santé et la sécurité. Le travail des enfants est répandu : selon un représentant des Nations Unies au Burkina, jusqu’à 600 000 enfants travailleraient dans les mines. RI a rencontré de nombreuses familles dont les enfants âgés d’à peine 12 ans travaillaient dans des sites miniers locaux.

    Au Niger, pays voisin, un phénomène similaire est apparu. Les familles pauvres se trouvent sans autre choix que de quitter leur village. Dans ces cas, les membres de la famille ne peuvent financer leur migration internationale vers des pays qui pourraient leur offrir des opportunités telles que de développer de nouvelles compétences ou de percevoir des salaires plus élevés. Au lieu de cela, en dernier recours, ils migrent vers des centres urbains pour se livrer à du petit commerce, ou dans les pires des cas, à la mendicité. Cette migration de détresse est particulièrement répandue durant les années de crise. Le représentant d’une ONG au Niger avec qui RI s’est entretenu estime que durant la crise alimentaire de 2005, 80 à 90 pourcent des personnes se trouvant dans certaines régions frappées durement par la crise ont été contraintes à quitter leur village afin de survivre.

    Mais il n’est pas clair combien exactement de personnes migrent, ni pour combien de temps ils partent. En outre, il n’existe pas suffisamment d’analyses relatives à la corrélation qui existe entre les tendances migratoires et les chocs climatiques, ni sur la destination de cette migration - vers les centres urbains, vers les mines d’or, ou vers d’autres zones agricoles. Une autre lacune cruciale dans les données est relative aux impacts positifs ou négatifs sur ceux qui migrent et ceux qui restent, et particulièrement, les nouveaux risques en matière de protection qui découlent de ces mouvements. D’une manière générale, à ce jour, il n’existe pas d’estimations globales du nombre de personnes déplacées par les catastrophes qui progressent plus lentement, telles que les sécheresses ou les crises alimentaires, et qui peuvent évoluer au cours de plusieurs années, car il n’existe pas de méthodologie largement acceptée pour faire ces estimations. Les estimations annuelles du nombre de personnes déplacées par les catastrophes naturelles, compilées par le Centre de Surveillance des Déplacements Internes (IDMC), ne prennent pas en compte les individus déplacés par des catastrophes qui progressent plus lentement, telles que les sécheresses ou les changements plus progressifs liés au réchauffement climatique.

    Initiatives de résilience – promesses et enjeux

    Les sécheresses plus récurrentes, les crises alimentaires, et les urgences humanitaires complexes qui ont frappé le Sahel au cours des dernières années ont entraîné une vaste reconnaissance par les gouvernements nationaux, les institutions régionales, les bailleurs de fonds, et les agences humanitaires et du développement, du fait que davantage d’efforts doivent être déployés pour renforcer la résilience des ménages chroniquement vulnérables, afin qu’ils soient capables de résister aux chocs et de se relever plus rapidement.

    Ceci a mené à l’adoption d’un large ensemble d’initiatives et de stratégies pour renforcer la résilience au Sahel. La principale d’entre elles est l’Alliance Globale pour l’Initiative Résilience – Sahel (AGIR), lancée en 2012 et adoptée par des gouvernements Sahéliens et Ouest-Africains, des organisations régionales, des agences des Nations Unies, et autres parties prenantes. AGIR représente une “conception partagée de la résilience” parmi ses membres pour soutenir et accélérer la mise en œuvre du programme régional de l’Afrique de l’Ouest sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, avec l’objectif général d’atteindre “zéro faim” au bout de 20 ans en se basant sur les agendas régionaux et nationaux préexistants. Dans le plus court terme, AGIR vise à renforcer la résilience au sein des communautés vulnérables afin de les rendre capables de résister aux futurs chocs alimentaires. L’impulsion politique incombe à la CEDEAO (Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest), tandis que le CILSS (Comité pour le Contrôle de la Sécheresse au Sahel) fournit l’assistance technique nécessaire à la mise en œuvre du projet. Au début de l’année, AGIR a établi une feuille de route qui servira de base pour formuler les priorités nationales de résilience. Ces priorités nationales, à leur tour, sont censées définir le cadre opérationnel relatif au financement, à la mise en œuvre, au suivi, et aux évaluations. L’Union Européenne a été un soutien clé d’AGIR et elle s’est engagée à investir 1,6 milliards d’euros dans la stratégie au cours des six prochaines années.

    Les agences des Nations Unies opérant dans la région ont également adopté une approche de résilience. L’année dernière, elles ont adopté la Stratégie Commune des Nations Unies pour Renforcer la Résilience en Afrique de l’Ouest, qui fait maintenant partie de la Stratégie Intégrée des Nations Unies pour le Sahel adoptée par le Conseil de Sécurité en juin 2013. En plus d’améliorer la gouvernance et les capacités régionales pour faire face aux menaces sécuritaires, la Stratégie Intégrée des Nations Unies cherche à intégrer les interventions sur le plan de développement et les interventions sur le plan humanitaire pour renforcer la résilience.

    Les principaux bailleurs de fonds ont également adopté leurs propres stratégies et projets de résilience.

    Par exemple, le Département pour le Développement International du Royaume-Uni (DFID) a publié un document de cadrage intitulé “Définir la Résilience aux Catastrophes” et s’est engagé à renforcer la résilience dans tous ses programmes-pays avant 2015. Le DFID soutien également les “Political Champions for Resilience”, une initiative au niveau mondial qui a pour but de produire un ensemble de plans pilotes au niveau national, dont un pour le Niger. En mars 2012, l’Union Européenne a adopté une stratégie pour la sécurité et le développement au Sahel ayant pour but de s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté dans la région. Et au début de cette année, l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID) a sollicité des propositions de ses partenaires pour mettre en œuvre un nouveau projet s’élevant à 70 millions de dollars pour une durée de cinq ans, nommé Résilience et Croissance Economique au Sahel – Résilience Améliorée (REGIS-ER). REGIS-ER est l’un des trois nouveaux projets USAID qui cibleront des régions du Burkina Faso et du Niger dans lesquelles les moyens de subsistance sont précaires.

    Au Sahel, le concept de résilience est particulièrement pertinent car il traite de l’incapacité des actions pour le développement à réduire la vulnérabilité chronique, qui à son tour contribue à rendre les urgences humanitaires plus récurrentes et à compromettre les avancées sur le plan du développement. Un représentant de haut niveau des Nations Unies a présenté le problème de la manière suivante: “La réponse à la crise alimentaire de 2012 a été perçue comme une amélioration car les alertes précoces ont donné lieu à une prise d’action précoce par les agences humanitaires, qui ont atténué les effets de la crise. Cependant, les bailleurs de fonds continuent de dépenser plus d’un milliard de dollars en coûts de réponse humanitaire,” (le gouvernement américain seul a dépensé plus de 400 millions de dollars).

    “Dans l’avenir, la longue période de relèvement des ménages vulnérables implique qu’il y a de grandes chances pour qu’une nouvelle urgence humanitaire frappe d’ici un ou deux ans”. S’ils sont correctement mis en œuvre, les programmes de résilience pourraient atténuer les urgences humanitaires en contraignant les acteurs du développement à cibler les plus vulnérables, tout en contraignant les acteurs humanitaires à voir plus loin que l’intervention d’urgence immédiate et à faciliter un relèvement durable. Néanmoins, la mise en œuvre d’AGIR et de la Stratégie Intégrée des Nations Unies pose d’importants défis qui doivent être relevés pour que ces programmes remplissent leurs objectifs. Le premier obstacle est le nombre même de différentes initiatives et projets, ce qui mène à une grande confusion sur le terrain. Le problème est amplifié par le fait que les nombreux programmes de résilience sont menés par des entités différentes (par exemple des organismes régionaux, des agences/envoyés/représentants spéciaux des Nations Unies, des bailleurs de fonds, des institutions financières) qui ont des définitions quelque peu différentes de la “résilience”, ainsi que des envergures (régionale ou nationale) et cibles (population seules ou populations, gouvernements, et systèmes) différentes. Plutôt que d’être reliées les unes aux autres de manière intégrée, elles sont reliées à d’autres initiatives, acteurs, et programmes. Par exemple, AGIR est reliée à un ensemble d’initiatives nationales portant sur la sécurité alimentaire et la sécheresse, tandis que la Stratégie Intégrée des Nations Unies inclut un ensemble d’objectifs et d’initiatives portant sur la sécurité et la gouvernance. Comme l’a reconnu un représentant de haut niveau des Nations Unies, “C’est une source de confusion pour nous tous. Essentiellement, c’est en train d’être résolu à l’heure même où nous parlons.”

    Le manque de propriété nationale ou d’adhésion à ces initiatives de haut niveau en ralentit également la mise en œuvre. Une partie du problème provient du fait qu’il n’existe aucune formule ni consensus concernant la manière dont AGIR doit être mise en œuvre au niveau national, ou concernant la désignation du chef de file. Alors que certains ont suggéré que les Coordinateurs Résidents/Humanitaires des Nations Unies au niveau régional et national devraient mener le jeu, les Nations Unies ont pris le parti de n’assumer aucun rôle officiel au sein d’AGIR. Certains pays possèdent des programmes nationaux relativement avancés pour lutter contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition (par exemple l’initiative les Nigériens Nourrissent les Nigériens, plus connue sous le nom de 3N), qui pourraient servir de base à partir de laquelle développer AGIR. Cependant, selon les représentants avec lesquels s’est entretenu RI, nombre de pays n’ont pas la capacité ou la volonté politique de mettre en œuvre les objectifs d’AGIR qui suivent une approche descendante, et dans certains pays la confusion demeure quant à la désignation des représentants gouvernementaux ou des ministères responsables.

    Un troisième défi connexe est celui de la coordination. Chacune de ces initiatives appelle à la coordination, mais cela à travers des mécanismes et des ensembles d’acteurs différents. En bref, il n’existe aucun cadre unifié ni aucune vision pour une coordination entre les différentes initiatives de résilience, et dans certains cas pour la coordination au sein même des initiatives de résilience. Par exemple, la Stratégie Intégrée des Nations Unies propose une “plateforme de coordination” à travers laquelle les principaux bailleurs de fonds multilatéraux se réuniraient tous les six mois (commençant en septembre 2013) afin d’assurer la satisfaction des besoins et d’éviter tout chevauchement. AGIR appelle à l’établissement de mécanismes de coordination au niveau mondial (même s’ils ne sont pas encore définis) et au niveau des pays, afin que les mécanismes de coordination soient établis en se basant sur “des mécanismes préexistants des partenaires techniques et financiers de l’Alliance,” qui varieraient d’un pays à l’autre. Comme l’a fait remarquer le représentant d’une ONG au Niger en commentant sur les initiatives de résilience, “En théorie, c’est une bonne idée. Mais en pratique, c’est inextricable.”

    La plupart des bailleurs de fonds et des agences des Nations Unies avec lesquels s’est entretenu RI reconnaissent qu’au niveau du pays, les gouvernement nationaux devraient servir de chef de file pour la coordination des différentes initiatives de résilience, et cela transparaît dans les différents documents stratégiques. Cependant, alors même que la propriété nationale est essentielle, il serait irréaliste de supposer que les gouvernements nationaux du Sahel, qui sont confrontés à d’immenses défis humanitaires, budgétaires, et sécuritaires, auraient la capacité de coordonner ce large ensemble d’initiatives. Etant donnés les flux financiers considérables prévus pour les programmes de résilience (s’élevant potentiellement à des milliards de dollars), le vaste éventail d’acteurs impliqués, et la capacité financière et humaine limitée des organismes régionaux et des gouvernement nationaux, une coordination efficace est essentielle.

    Plutôt que de mettre en place plusieurs initiatives de résilience de manière indépendante et de s’attendre à ce que les gouvernements nationaux les coordonnent, une approche bien meilleure et plus rationnelle serait de rendre le Coordinateur Résident/Humanitaire des Nations Unies dans chaque pays responsable de la coordination des différentes initiatives de résilience. Les Coordinateurs Résidents/Humanitaires auraient pour responsabilité de collecter les informations des autres agences des Nations Unies, des bailleurs de fonds, des organismes régionaux, et des institutions financières internationales (IFI) telles que la Banque Mondiale, pour ensuite collaborer avec le gouvernement national en vue de produire un plan unique de résilience au niveau national. En outre, les Coordinateurs Résidents/Humanitaires identifieraient ou développeraient un mécanisme ou une plateforme pour coordonner la Stratégie Intégrée des Nations Unies avec AGIR et avec les autres initiatives menées par les bailleurs de fonds ou les IFI.

    Cette approche est similaire à celle qui fut adoptée par le Comité Permanent Inter-Organisations (IASC) à travers le Cadre Commun pour la Préparation, qui fait partie intégrante du Programme de Transformation (TA). L’un des objectifs du TA est de renforcer la capacité globale pour la préparation aux catastrophes, une composante importante de la résilience. A cette fin, le Cadre Commun établit un procédé pour soutenir la capacité nationale pour la préparation aux catastrophes “d’une manière cohérente en utilisant une approche systématique au niveau du pays qui évalue collectivement la capacité et les besoins, utilise cette évaluation pour développer des programmes et plans de manière conjointe, et met ces programmes et plans en œuvre de manière cohérente pour améliorer la préparation.” En plus de reconnaître le besoin de planifier et de coordonner conjointement, le Cadre Commun met l’accent sur le rôle clé que les Coordinateurs Résidents/Humanitaires pourraient jouer en “soutenant le leadership du gouvernement et en coordonnant, notamment les entités onusiennes, mais aussi en recherchant la cohérence entre un large nombre d’acteurs pertinents.” Il paraîtrait logique que la même approche soit utilisée pour coordonner les stratégies de résilience au niveau national en Afrique de l’Ouest, ainsi que pour les relier au Cadre Commun et au TA.

    Les initiatives de résilience menées par les bailleurs de fonds ont également besoin de soutien. Il est vrai que l’approche de renforcement de la résilience adoptée par REGIS-ER n’est pas radicalement différente de celle présente dans les programmes actuels financés par USAID, tels que les Programmes d’Assistance Alimentaire de Développement du Titre II (DFAP) (projets hors urgence se déroulant sur plusieurs années, basés sur des dons en espèces, qui ciblent les causes profondes de la faim et de la malnutrition, par exemple en diversifiant les revenus des ménages et en renforçant la production agricole). Par ailleurs, il est encore trop tôt pour savoir si l’objectif de REGIS-ER d’améliorer la résilience “en renforçant, en approfondissant, et en élargissant la portée pour les adaptations résilientes et les innovations qui sont déjà en cours” s’avèrera transformationnel. Néanmoins, USAID mérite d’être crédité pour avoir développé avec succès de nouveaux procédés de planification intersectoriels et conjoints (Cellules de Planification Conjointe), qui abattent les cloisonnements existants entre les actions humanitaires et les actions pour le développement. En outre, le bassin de financement de REGIS-ER, qui inclut divers acteurs humanitaires et du développement, représente une approche de la programmation considérablement améliorée et plus complète, qui paraît logique pour des pays qui sont confrontés à des urgences humanitaires récurrentes. Les efforts déployés par USAID pour dupliquer cette approche dans d’autres pays/régions qui sont confrontés à des urgences humanitaires récurrentes sont tout à fait louables. En outre, étant donné qu’une grande partie du financement pour les programmes visant à renforcer la résilience est actuellement canalisée par les programmes hors urgence du Titre II autorisés par la loi agricole (par exemple, les DFAP), le Congrès Américain devrait soutenir le financement robuste des programmes hors urgence du Titre II en accord avec la loi sur les appropriations agricoles du sénat pour l’exercice 2014, et adopter un projet de loi agricole (Farm Bill) qui inclurait l’autorisation des projets hors urgence visant à renforcer la résilience.

    La portée géographique limitée de la stratégie de USAID constitue néanmoins l’une de ses faiblesse. Le projet REGIS-ER est restreint à certaines zones du Burkina Faso et du Niger dans lesquelles USAID est déjà en train de mener des initiatives relatives à la sécurité alimentaire, et le projet est géré par le bureau USAID Régional pour l’Afrique de l’Ouest, qui est basé à Dakar. D’autres pays Sahéliens ne sont pas inclus, tels que le Tchad, la Mauritanie, le Sénégal et le Nigéria – ce dernier étant un acteur crucial au niveau des marchés, de la migration, et de la sécurité, en particulier dans ses pays voisins, le Niger et le Burkina Faso. Par exemple, les inondations et le conflit qui ont frappé le Nigéria au cours de la dernière année ont eu des effets négatifs sur les prix des denrées alimentaires et sur le commerce transfrontalier du bétail au Niger, augmentant ainsi l’insécurité alimentaire dans le pays. Afin de rendre la région résiliente à long terme, USAID doit élargir sa stratégie Ouest-Africaine de résilience afin d’y inclure d’autres pays, en particulier le Nigéria.

    Etablir le lien entre résilience et migration de détresse

    Les projets de résilience doivent offrir aux ménages vulnérables des moyens de subsistance plus sûrs qui limiteraient le recours à la migration de détresse. Ces projets doivent inclure des activités qui permettent de mieux suivre et de mieux surveiller la migration en tant que stratégie d’adaptation négative, ainsi que d’établir des mesures pour atténuer ses effets négatifs sur les ménages vulnérables. Enfin, le succès d’un projet doit être évalué, en partie, sur le degré auquel les activités du projet contribuent à la réduction de la migration.

    Le projet REGIS-ER de USAID reconnaît le rôle de plus en plus prééminent que joue la migration économique en tant que stratégie de survie pour les ménages vulnérables. Le projet souligne les risques que les pratiques actuelles de migration économique posent aux ménages les plus vulnérables, dont les risques d’exploitation, d’extorsion, de maladies sexuellement transmissibles (MST), et de violence basée sur le genre (VBG), ainsi que leur potentiel à affaiblir les liens et la cohésion familiaux. REGIS-ER vise à atténuer les risques en facilitant l’accès aux documents d’identification nationale, en développant les compétences des travailleurs afin de les faire correspondre aux compétences qui font l’objet d’une plus forte demande, et en améliorant l’accès à l’information sur les opportunités d’emploi. Des mécanismes de soutien sont également prévus dans le but de minimiser les effets négatifs de la migration économique sur les femmes et sur les familles, tels que la VBG, pour les migrants comme pour ceux qui restent.

    Cependant, dans les régions du Burkina et du Niger ciblées par REGIS-ER, il existe actuellement très peu de moyens de subsistance alternatifs. Bien que les activités identifiées puissent freiner quelque peu la migration et le déplacement liés au changement climatique, il est très peu probable qu’elles permettent d’endiguer complètement le flux migratoire. Ainsi, en plus d’atténuer les risques liés à la migration, REGIS-ER et les autres programmes de résilience doivent intégrer le besoin de mieux protéger les individus qui ont recours à la migration de détresse en réponse aux chocs climatiques. Pour ceux qui sont contraints à fuir vers les villes pour se livrer au petit commerce, il faut développer un meilleur système de suivi et améliorer les services et la protection.

    Au Burkina, cela se traduit par un soutien aux gouvernements nationaux et locaux afin de s’attaquer aux terribles conditions de travail dans les sites miniers et de faire appliquer de meilleures lois sur la santé, la sécurité, et le travail des enfants. A ce jour, le Département Américain du Travail finance un projet d’assistance technique s’élevant à 5 millions de dollars sur une période de quatre ans pour soutenir les efforts visant à réduire le travail des enfants dans la culture du coton et dans l’orpaillage artisanal. En plus de dispenser l’enseignement aux enfants et de leur assurer des services de protection sociaux, le projet cherche à offrir des alternatives quant aux moyens de subsistance et des activités génératrices de revenus pour les familles qui envoient leurs enfants travailler dans le but d‘assurer leur propre survie économique. Les projets de résilience mis en œuvre par USAID devraient établir des liens entre ces projets ainsi que de les élargir.

    De la même façon, les autres bailleurs de fonds, les agences des Nations Unies, et les gouvernements nationaux devraient reconnaître le lien existant entre les chocs climatiques récurrents et la migration ou le déplacement involontaires en tant que stratégies d’adaptation négatives, et intégrer la protection contre les risques associés au déplacement dans leurs stratégies visant à renforcer la résilience.

    Enfin, les projets de résilience doivent intégrer le besoin de renforcer les capacités du gouvernement afin de mieux gérer des niveaux croissants de déplacement lié au climat. La Convention de l’Union Africaine sur la Protection et l’Assistance des Personnes Déplacées Internes (PDI) en Afrique (Convention de Kampala), entrée en vigueur à la fin de l’année 2012 et ratifiée par le Niger comme par le Burkina Faso, constitue un mécanisme important pour la réalisation de cet objectif. La convention de Kampala étend la protection à ceux qui ont été déplacés au sein de leur propre pays à cause de conflits ou de catastrophes naturelles. Elle procure également aux acteurs humanitaires et du développement un cadre important fondé sur les droits, qui permet de développer des programmes visant à limiter le déplacement résultant de catastrophes naturelles et à protéger les personnes déplacées en améliorant l’accès au logement, aux services de base, et en multipliant les opportunités de développer des moyens de subsistance, diminuant ainsi la pauvreté. Les Nations Unies, avec le soutien des bailleurs de fonds, devraient fournir leur assistance technique aux gouvernements nationaux qui appliquent la Convention de Kampala et garantir la protection des personnes déplacées par des chocs liés au climat.

    Conclusion

    La nouvelle attention portée aux menaces complexes qui pèsent sur le Sahel est certainement la bienvenue, tout comme le sont les initiatives visant à renforcer la résilience qui reflètent une compréhension mieux ajustée des causes profondes de la vulnérabilité. Mais de la même façon que le renforcement de la résilience requiert que l’on se concentre sur les causes profondes de la vulnérabilité, cela requiert également une compréhension plus nuancée des changements liés au climat en tant que moteurs de nouvelles formes de déplacement et de migration, qui ne s’inscrira pas nécessairement dans les définitions ou classifications existantes. Au vu des risques conséquents en matière de protection et résultant de la migration de détresse, bien plus de recherche et de ressources doivent être dédiées à un meilleur suivi et à une meilleure surveillance. En outre, les Nations Unies, les bailleurs de fonds, et autres acteurs doivent agir vite afin de relever les défis majeurs, tel que celui que pose la coordination, auxquels est confrontée la mise en œuvre efficace des nombreuses initiatives de résilience existant dans la région. Enfin, il sera impossible d’inverser le déficit croissant de résilience au Sahel sans s’attaquer à la croissance démographique et au changement climatique galopant qui constituent des forces compensatrices. Le renforcement de la résilience ne doit pas faire oublier aux Etats-Unis et aux autres principaux émetteurs de gaz à effet de serre le besoin urgent de ralentir et d’inverser la machine du changement climatique avant qu’il ne soit trop tard, tout en atténuant ses effets dévastateurs sur les populations, telles que celles du Sahel, qui sont les dernières responsables.

    Alice Thomas s’est rendue au Burkina Faso et au Niger en Juin 2013 afin d’évaluer la situation des ménages vulnérables touchés par des sécheresses et crises alimentaires répétées, et de collecter des informations sur la mise en œuvre des nouvelles initiatives de résilience conduites par les Nations Unies et les bailleurs de fonds.

    POLICY RECOMMENDATIONS

    Les Nations Unies: Dans chaque pays qui met en place des initiatives de résilience, le Coordinateur Résident/Humanitaire de l'ONU doit assurer un rôle de chef de file pour coordonner les différentes initiatives de résilience.En se basant sur les contributions de l’équipe de pays de l'ONU, des bailleurs de fonds, des organismes régionaux, et des institutions financières internationales, il/elle devra développer un plan unique de résilience au niveau pays ainsi qu’un mécanisme de coordination, en coopération avec le gouvernement national, avec lequel les initiatives peuvent se lier.

    Avec le soutien des bailleurs de fonds, les Nations Unies devraient fournir leur assistance technique aux gouvernement nationaux afin de mettre en œuvre la Convention de Kampala sur la Protection des Personnes Déplacées Internes et en vue d’assurer la protection des personnes déplacés par des chocs liés au climat.

    L'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID):

    Exiger des programmes de résilience qu’ils suivent et surveillent la migration de détresse qui résulte de chocs climatiques récurrents, et identifier et faire face aux risques en matière de protection posés aux migrants comme à ceux qui restent.

    Etablir des liens entre les programmes de résilience au Burkina Faso et les programmes qui répondent aux risques alarmants en matière de santé, de sûreté, et de conditions de travail des enfants dans les sites d’orpaillage.

    Le Congrès des États-Unis:

    Soutenir un meilleur financement pour les programmes hors urgence du Titre II en adoptant un projet de loi agricole (Farm Bill) qui inclurait l’autorisation de programmes hors urgence visant à renforcer la résilience.


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Ethiopia, Somalia
    preview



    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Ethiopia, Somalia
    preview



    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Italy, Somalia

    08/08/2013 10:26 GMT

    ROME, August 8, 2013 (AFP) - More than 300 migrants have been rescued in the Mediterranean and taken to Italy but two perished during the perilous journey, Italian officials said Thursday.

    A naval patrol boat late Wednesday picked up 103 Somali migrants, including 29 women, off Sicily after a fishing boat had taken them on board when their vessel began to sink.

    The Somalis, exhausted and dehydrated, were taken to the Italian island of Lampedusa where they told rescue services a seven-year-old child and another passenger had died in scorching heat during the long crossing.

    A further 200 migrants, including two new-born babies, packed into a large boat were rescued off Syracuse in Sicily. Mostly from sub-Saharan Africa, they had paid large sums to people traffickers.

    Hundreds of thousands of migrants from Africa have braved the seas in dangerously ill-equipped vessels operated by traffickers to get to Italy and other parts of the European Union in recent years, many paying with their lives.

    jlv/bm/lc

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: IFRC
    Country: Benin, Côte d'Ivoire, Ghana, Liberia, Nigeria, Sierra Leone, Togo
    preview


    1. Executive Summary

    Overall Project/Program Status:

    This report covers January to June implementation providing progress on the annual plan for IFRC’s technical support to seven National Societies (NS) in West Coast region; Benin, Côte d’Ivoire, Ghana, Liberia, Nigeria, Sierra Leone and Togo. In line with the LTPF business lines, West Coast Regional Representation (WCRR) project’s overall objective is to increase technical support on institutional strengthening to the seven National Societies (NS) aimed to improve the quality of service delivery to the most vulnerable people in respective countries. The populations in the region are recurrently affected by disasters, effects of climate change, diseases, poverty and other socio-economic challenges.

    Since the beginning of the year, the WCRR has made remarkable progress in supporting the NS development through the enhanced human resource capacity that assists with change processes, emergency operations and organizational development.


    0 0

    Source: IFRC
    Country: Burkina Faso, Cape Verde, Chad, Gambia, Guinea, Guinea-Bissau, Mali, Mauritania, Niger, Senegal

    1. Executive Summary

    The Sahel Regional Representation, based in Senegal, supports National Societies in ten countries: Burkina Faso, Cape Verde, Chad, Gambia, Guinea Bissau, Guinea, Mali, Mauritania, Niger and Senegal. It is part of the larger IFRC Secretariat present in Africa and reports to the Africa Zone office. The Sahel Regional Representation also acts as an operational support hub, providing technical programme support on request to IFRC and National Societies throughout West and Central Africa. The Sahel regional office addresses both established and emerging vulnerabilities. Therefore, a particular attention is paid to the technical support in Disaster Risk Management (DRM) which encompasses the entire cycle, including hazards and risk mapping, early warning, contingency planning, disaster risk management, development of tools and standard operating procedures, dissemination of policies, standards and guidelines. During the reporting period Food Insecurity and Health programmes were given priority.

    Regarding Food Insecurity, IFRC’s activation of large scale emergency response led in 2012 to the launching of seven Emergency Appeals across the region (in Mauritania, Mali, Senegal, Niger, Gambia, Chad and Burkina Faso). A twin-track approach was used during a three phased approach that has provided life-saving interventions whilst simultaneously focusing on long-term resilience building solutions.

    Most of these Emergency operations have been completed during this 2013 half-year period. Yet, it remains still relevant for the Sahel Region to support its National Societies to develop preparedness and response plans to similar future crisis and encourage Red Cross Societies for a regional commitment on long-term food security and nutrition programmes. Despite a good humanitarian response to the food crisis and an overall better than average agriculture harvest in 2012, food insecurity will continue to affect vulnerable communities unable to build resilience in the Sahel. During the emergency, a larger focus was on food aid rather than on longer-term programming, meaning that support to building the resilience of communities was only minimally achieved in certain specific regions of the seven countries. The overall IFRC operational success beyond saving lives has been in the recovery and support to livelihoods are to be found mainly in Gambia, Mali and Mauritania, where support to mostly women-led community gardens have improved the nutrition intake and income generation for families.

    As far as health is concerned, tremendous results in the Global Polio eradication initiative have been achieved in the Gambia since 2000. From 17 to 27 May 2013, the Gambia Red Cross Society (GRCS) worked in close collaboration with the Ministry of Health and Social Welfare to sensitize parents and care givers on the importance of vaccinating children against polio. Although the country is declared polio free, there still exist emerging wild polio viruses within the sub region. The emerging risk of infection made health authorities continue to join neighboring countries of the sub region to participate in the synchronized approach to mass vaccination against the Polio virus.

    The Sahel Organizational Development (OD) department continues to work closely with National Societies by using the results of ongoing Organizational Capacity Building and Certification (OCAC) evaluations to elaborate capacity building plans. The Senegalese Red Cross Society (SRCS) is well under way as a plan is drafted based upon the findings of their evaluation to improve financial controls and adherence to policies and procedures. The OD department is also working with the Senegal Red Cross Society to review their youth and volunteer policies. The Gambia Red Cross Society held its OCAC workshop and is expecting the results. The Red Cross Society of Guinea (RCSG) and the GRCS have shared their draft Strategic Plans and received guidelines from IFRC on strategic plan review scheduled for the second half of the year. GRCS General Assembly is planned for end of 2013 and the National Society has requested technical and financial support from the IFRC.

    After the joint mission conducted by ICRC and IFRC heads of delegation and Cooperation/OD delegates, terms of reference have been developed for a resource person to be deployed to support the NS’s organizational development. The recruitment process is completed and an experienced consultant has been identified. Discussions are ongoing regarding contract conditions and IFRC/ICRC joint funding process.

    Regarding the Mali crisis support in capacity building, due to the scale of activities being undertaken by the Mali Red Cross (MRC) and the number of Participating National Societies operating in the country, the IFRC Sahel Representation is supporting MRC to strengthen its institutional response capacities and ensure effective coordination and partnership within the Movement. An effective response has required emergency systems and procedures to streamline decision making processes. The International Federation deployed a Delegate to Mali to coordinate the response to improve the emergency systems and procedures of the National Society through technical advice, recruitment of temporary staff, training of additional volunteers and staff and material support to have effective and operational departments. With the support of the International Federation, the Mali Red Cross has finalized its response master plan to the conflict including different interventions of Movement partners in the field. An operational plan is also developed and presented to all Movement components to harmonize the various activities of each actor.

    Regarding OD support, Mali Red Cross has been supported to review their finance, administration and logistic procedures Manual for a better response to emergency situations since all partners in the field have pointed out very slow pace procedures and administrative bottlenecks delaying implementation of emergency activities.

    Given that the Mali Red Cross General assembly will be held in December 2013, the NS statutes have been revised and the last version submitted to the Joint Commission for statutes review in Geneva. A workshop was held from 25 to 28 June for a mid-term review of the Mali Red Cross Strategic Plan for 2010-2014 to assess the level of implementation of planned activities and the organizational process in place. This exercise was possible thanks to the technical support of the IFRC, and the contribution of all Movement partners present in Mali and technical departments of the Ministries of Health, Humanitarian and Social affairs.


older | 1 | .... | 165 | 166 | (Page 167) | 168 | 169 | .... | 728 | newer