Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 159 | 160 | (Page 161) | 162 | 163 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Chad, Sudan

    LES TITRES:

    · Tchad: les entrants et les sortants du remaniement gouvernemental (Tchadinfos, 24/07/13)

    · Chad Faces Severe Hunger Crisis with Girls under Age Five Particularly at Risk; International Medical Corps Calls for Increased International Support (IMC, 22/07/13)

    · Mutilations génitales féminines : 30 millions de femmes en danger (UNICEF, 22/07/13)

    · Darfur in 2013 Sounds Awfully Familiar (NY Times, 20/07/13)

    · Children make up many of Chad’s returnees (SOS Children’s Village, 19/07/13)

    · Tchad: deux directeurs de publications devant la justice (Tchadinfos, 24/07/13)


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Mali, Niger
    preview


    Operational Highlights

    The security situation remained largely calm. The operation focuses on the following areas: guarantee the security and physical integrity; ensure that all refugees are duly registered; secure access to basic assistance and services; ensure an active participation and close involvement of refugees in programmes and activities that affect their lives; bolster coordination and cooperation with all other stakeholders


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Libya, Niger

    FAITS SAILLANTS

    • L’épidémie de choléra se poursuit dans la région de Tillabéry, 900 000 dollars vont être consacrés à des actions d’urgence.

    • Le pâturage reverdit à la faveur de la pluie.

    • Des migrants de plus en plus nombreux de de la Libye.


    0 0

    Source: International Food Policy Research Institute
    Country: Bangladesh, Ethiopia, Kenya, Mali, World

    Insights from practitioners’ survey in Bangladesh, Ethiopia, Kenya, and Mali

    This report provides some reflections and insights on the level of awareness, practices, and organizational and institutional issues being faced by countries as they adapt to climate change, based on interviews with 87 practitioners working in government agencies, local organizations, international organizations, and think thanks reporting involvement in climate change adaptation. Data were collected in Bangladesh, Ethiopia, Kenya, and Mali using both an e-survey platform and face-to-face interviews.

    Responses reveal active work within these organizations on climate change adaptation and emphasize their important role in the countries’ efforts to address and adapt to climate change. Responses also reveal strong awareness among these organizations of different aspects of climate change adaptation along the different stages in a climate change adaptation project cycle, which may be a reflection of the active discussions and awareness campaigns during NAPA development in these countries. However, despite the awareness and presence of national strategies and action plans, there seem to be no explicit and clearly defined policy and strategy within these organizations outlining their role in and contribution to the national and collective efforts and, more importantly, no explicit and measurable targets and monitoring and evaluation (M&E) system to track progress and outcomes over time. Reported capacity gaps can be grouped into two categories: training needs and institutional challenges.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Lesotho
    preview


    Minimal food security outcomes expected through December

    KEY MESSAGES

    • Minimal (IPC Phase 1) acute food insecurity is projected to prevail throughout the outlook period as poor households continue to access food from own produced stocks and through market purchases. Market-dependent households are relying on multiple sources of income, including casual labor, livestock herding, remittances, and beer brewing in order to access food.

    • Despite a number of challenges experienced by farmers during the 2012/13 cropping season, cereal production is significantly higher than last year’s below average harvest and the five year average. This increased cereal availability continues to improve household food insecurity outcomes.

    • In general, adequately supplied local markets and stable fuel prices are contributing to affordable maize meal prices and facilitating improved food access among poor rural households. Some poorer households also continue to benefit from humanitarian assistance programming.


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Mali, Mauritania
    preview


    Highlights

    • A revised total of $20,222,932 is required to respond to the humanitarian needs of children in Mauritania in 2013. A further $9,492,632 is needed to fill the funding gap of 47% to save the lives of children affected by the Malian refugee crisis and malnutrition.

    • Mauritania is the largest recipient of refugees fleeing the conflict in Mali. 75,261 refugees* are living in the Mbéra camp, a remote desert location on the border with Mali with significant security challenges. 58% of the refugees are children and many have been in the camp for over a year, resulting in overlapping emergency and medium term needs.

    • UNICEF, in coordination with UNHCR and partners, are providing formal and non-formal education in the camp for 7,166 children (49% girls) in six schools and psychosocial stimulation for around 5,000 children at six child friendly spaces. In 2013, 2,019 children have been treated for Severe Acute Malnutrition (SAM) by UNICEF and other nutrition actors. More funds are urgently needed to get all children back to school in the new academic year.

    • Communities hosting the refugees are very poor and suffer high levels of food insecurity and malnutrition. UNICEF is helping to reinforce basic services, including malnutrition treatment.

    • In 2013, the expected national caseload of Global Acute Malnutrition (GAM) is 122,719 children under five years, including 23,901 cases of SAM. Preliminary results from the July SAMRT survey will be available shortly.

    • Preventative blanket feeding, cash transfers and programmes to build longer term resilience are being implemented alongside life-saving nutrition interventions providing therapeutic food and medicines.

    • A multi-sectorial package of services is being scaled up from 291 to all 488 nutrition centres.
    This includes health and ‘WASH in Nut’ interventions to reinforce nutrition outcomes.


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Burkina Faso, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal

    0 . MAJOR CHANGES SINCE PREVIOUS VERSION OF THE HIP

    Following a thorough assessment of the proposals received, the proposed selection, based on compliance with our strategy and quality of proposals, implies a shift between the two budget lines. A reinforcement of the humanitarian budget line associated with a decrease of the food aid budget line is required. This is partly explained by the fact that a significant number of projects are multi-sectoral and can therefore not be considered under the food aid budget line.

    Changes introduced with the HIP modification n°1 dated 07/06/2013

    The level of food insecurity of the most vulnerable households in the Sahel is of great concern with the situation expected to deteriorate over the coming months as the lean season approaches and the spillover of the crisis in Mali and continuing instability in northern Nigeria. Prices of staple foods are already very high in northern Mali, Niger and Burkina Faso and are eroding the purchasing power of the poorest. Prices of millet in Niamey and Maradi are 34 and 53% above the five year average respectively. This is abnormal in a year of good production. This can be partly explained by the replenishment of the national reserves and by pressure on cereal markets from neighboring Nigeria whose markets play a critical role in supplying other markets across the region.

    A recent evaluation in Nigeria has shown that the damage caused by severe flooding (July-October 2012) is more severe than initially expected, thus reducing the availability of food at regional level and limiting capacities to export food to neighboring Sahel countries. Cereal production in Nigeria is estimated to be 26% below the five year average. Considering that Nigeria is the main supplier of cereal in the West Africa region, this shortfall considerably reduces the positive impact of good harvests in most other Sahel countries. According to Dispositif Régional de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (PREGEC) consolidated data (March 2013), cereal production in the region is only 1% above the five year average while the population keeps increasing and hence also the demand for cereal.

    Niger and Chad are likely to bear the brunt of this disruption as they depend heavily on cereal imports from Nigeria. With operations to replenish national stocks and seasonal trends, prices are only expected to rise. This is of great concern as the poorest people in the Sahel are dependent on food purchases in local markets to survive. As well as struggling to access staple foods, the level of debt among the poorest - a carryover of the 2012 crisis - is reported to be particularly high. For example in Burkina Faso, it is estimated that 40% of households are highly indebted. It is also evident that the conflict in Mali, regular terrorist attacks in northern Nigeria and the overall climate of insecurity are reducing economic activities and therefore day labour opportunities in many parts of the region and further aggravating the socio-economic difficulties of the most vulnerable populations, already weakened by repeated food crisis.

    According to available data and some estimates (Nigeria), more than 15 million of people are food insecure of which 7.6 million are in need of emergency food assistance. These figures could increase dramatically as a function of the evolution of the situation in northern Nigeria which needs to be monitored very closely.

    The nutrition situation remains alarming across the region. Severe Acute Malnutrition (SAM) rates surpass emergency thresholds in the Sahel band of Chad, in four regions of Niger, in Sokoto State in Nigeria, in the south east of Mauritania and in north east of Senegal. In 2012, a record number of children (926,880 under five years of age) suffering from SAM were treated in nutrition therapeutic centres as a consequence of the considerable scale up in 2012 of humanitarian aid operations in the Sahel. This is the highest caseload of SAM children worldwide being treated.

    For 2013, UNICEF is warning that 1.42 million children under five will probably suffer from severe acute malnutrition when 1.08 million children are targeted for treatment in nutrition therapeutic programmes. The scale up of such interventions remains a challenge in Mali, Senegal, Gambia, Burkina Faso, northern Nigeria and northern Cameroon.

    In the first months of 2013, the number of SAM children treated in therapeutic centres is 20% above the number treated at the same time last year and 52% above the number of children treated in 2011 at the same period. In Burkina Faso and Mali, the increase of admissions (respectively 39% and 102%) can be explained by the scaling up of nutrition activities but in Niger where humanitarian agencies have been active for several years the increase is a signal of alarm.

    Based on the above reported needs, DG ECHO has decided to allocate an additional 43 MEUR under this HIP to meet outstanding needs described above.


    0 0

    Source: UN Women
    Country: Mali

    « Les organisations féminines ont été des actrices impuissantes devant tout ce que nos sœurs ont subi. Nous sommes désormais dans une refondation nationale, je pense que celle-ci doit se faire de manière participative et inclusive, ce qui nous motive à nous impliquer dans le processus électoral » a dit Traoré Nana Sissako, juriste et présidente du Groupe Pivot droit et citoyenneté de la Femme (GP/DCF), qui cherche à impulser la participation politique des femmes du Mali.

    Depuis mars 2012, le Mali a connu une des crises sécuritaires et politiques les plus graves de son histoire, marquée par l’occupation de trois de ces principales régions (Kidal, Tombouctou, Gao) et un coup d’état. Les efforts conjugués au niveau national, sous régional, régional et international ont permis la récupération progressive de l’ensemble des régions sous occupation, le retour des populations déplacées et de l’administration.

    L’élection présidentielle du 28 Juillet permettra au Mali d’amorcer le processus de réconciliation et de reconstruction. Au total, 27 candidats, dont une femme, se présentent à l’élection présidentielle. La campagne porte principalement sur la consolidation de la paix, le rétablissement de l’État, la reprise économique et l’emploi, surtout des jeunes, l’établissement d’une bonne gouvernance, la réforme du secteur éducatif, le développement du secteur de la micro-finance et enfin la mise en œuvre d’une politique de santé pour tous. L’autonomisation des femmes et les questions d’égalités sont également évoquées à travers la mise en place de fonds spécifiques pour les femmes, l’attention portée aux femmes rurales et enfin, le positionnement stratégique des femmes dans les organes de gestion. Au Mali, les femmes ne représentent que 10 pour cent du parlement et seulement 8 pour cent des élues/s locaux. En 2007, lors des dernières élections présidentielles, le Mali a enregistré pour la première fois une candidature femme qui a obtenu moins de 1 pour cent des suffrages exprimés.

    ONU Femmes a appuyé le gouvernement malien dans l’élaboration d’une stratégie et d’un plan d’action « Genre et élection ». Cette stratégie, lancée par le Premier ministre en Mai 2013, vise la participation et la représentation accrues des femmes aux élections générales sur la période 2012-2015. L’objectif est d’améliorer le niveau de représentativité des femmes dans les instances politiques nationales. Quatre séries d’initiatives sont en cours de mise en œuvre par les organisations féminines de la société civile, le Ministère en charge du Genre en vue d’une plus forte participation des femmes au processus électoral avec l’appui d’ONU Femmes et de ses partenaires que sont le Pays-Bas, le PNUD et l’Union Européenne. Ces initiatives visent à inciter les femmes à voter sur la base d’une analyse « genre » des programmes de société des candidats. Près de 2 millions de femmes et de jeunes vont être touchés avant les élections par l’ensemble de ces actions aussi bien directement que par les médias.

    ONU Femmes a soutenu la mise sur pied d’une plateforme de veille des femmes pour des élections sans violence et équitables au Mali. Inspirée principalement de ce qui s’est fait au Sénégal et en Sierra Leone, la plateforme est tout d’abord un espace d’échange et d’information pour les électrices maliennes. Chaque jour, des conférenciers viennent débattre à leurs côtés, sur une série de thèmes cruciaux tels que : l’importance du vote féminin, l’impact de la violence électorale sur le vote des femmes, le rôle de la jeunesse en période électorale, le rôle des médias dans la préservation de la paix, etc. L’aspect pratique des élections est également évoqué. Le processus de distribution des cartes d’électeurs NINA (Numéro d’Identification National) est passé en revue tout comme les différentes étapes du vote et du scrutin (dépouillement, compilation, etc.).

    La plateforme est active au Mali depuis juillet et a déjà accueilli près de 2.500 femmes et jeunes. Un site web consacré spécifiquement aux activités de la plateforme, a été lancé le 23 juillet. Mis à jour quotidiennement, il va inclure un forum de discussion et sera mis à disposition des internautes pour les impliquer aux débats.

    Nana Sissako, présidente de la plateforme, indique que cette initiative donnera pour la première fois l’opportunité aux femmes de s’imprégner des programmes de société des différents candidats. « C’est quelque chose qui, avant, ne se faisait pas. Elles vont pouvoir exprimer leurs préoccupations aux candidats pour qu’ils puissent éventuellement revoir leur programme en fonction des besoins exprimés. Les femmes ne voteront plus pour des t-shirts ou du thé mais pour des programmes, elles voteront « utile et responsable »

    Chaque candidat à l’élection présidentielle est invité à la plateforme pour exposer son programme en matière d’équité de genre et d’autonomisation des femmes. Moussa MARA, du parti « Yelama », est le premier candidat à être passé par la plateforme de veille et a déclaré : « Si je suis élu, mon gouvernement comportera 30 pour cent de femmes ». Madame Djourté Fatimata Dembélé – participante à la plateforme de veille des femmes pour des élections sans violence et équitables, dira aussi : « C’est important pour moi de voter car je veux quelqu’un qui a en souci le devenir de ce pays, le développement durable de ce pays. Ce dernier ne peut pas se concevoir sans qu’on prenne en considération les préoccupations des femmes, la participation des femmes d’une manière active à la vie politique, à la vie du pays à tous les niveaux. C’est pour ça que je vais aller voter ! » En complément à la plateforme de veille, la caravane nationale des femmes et des jeunes pour la paix va permettre d’enrichir le dialogue électoral. La caravane parcourra, entre les deux tours de l’élection présidentielle, l’ensemble du Mali pour appeler à des élections pacifiques. Soutenu par des personnalités publiques, notamment issues du monde artistique, ainsi que des femmes en provenance d’autres pays comme la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Sénégal, la caravane permettra l’organisation de débats communautaires sur la nécessité d’avoir des élections apaisées, sans violence post-électorale.

    En termes de soutien aux femmes candidates, le réseau panafricain « Women in Law and Development in Africa » WILDAF – partenaire d’ONU Femmes – est mobilisée pour l’unique candidate à l’élection présidentielle au Mali, Mme Haïdara Aïchata Cissé dite « Chato ». Députée élue à Bourem de la région de Gao. Egalement femme d’affaires et syndicaliste, elle donne une place prépondérante aux femmes dans son programme. Elle veut faciliter l’accès des jeunes, des femmes et du monde rural au financement de leurs activités économiques. Elle souhaite également mettre en place une bourse d’entraide sociale pour les mères des familles les plus défavorisées et les encourager à maintenir leurs enfants à l’école tout en renforçant et améliorant la couverture sociale.

    « Il n’y a pas de fatalité aux inégalités de genre », dit-t-elle, « C’est une question de priorité politique … il est impossible d’emprunter résolument le chemin de la prospérité sans les femmes. Ce sont elles en fin qui traduisant le niveau de développement d’un pays. Mon axe central porte sur le développement et la place des femmes. C’est deux aspects sont liés. C’est le même défi à relever. » La campagne « Femme : le vote est ton premier droit » a été lancée début juillet, par Madame la Ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme Alwata Ichata Sahi. La campagne s’est déjà déroulée dans deux régions du Mali en présence de plus de 5.000 et va être mise en œuvre dans l’ensemble des régions du Mali.

    Selon Rachelle Mian, Directrice d’ONU Femmes au Mali l’engagement des femmes durant ce processus électoral est encourageant: « J’ai été agréablement surprise du succès de la plateforme auprès des femmes et de l’engouement pour prendre part aux débats. … Les débats m’ont permis d’avoir une certitude : le vote des femmes sera bien mesuré et ira là ou leurs besoins pratiques et stratégiques seront prises en compte. En un mot, le vote des femmes sera « utile » pour elle et pour leur famille. »


    0 0

    Source: Christian Aid
    Country: Mali

    Friday 26th July 2013 - With Mali about to go to the polls in the first round of Presidential elections, Christian Aid urges all parties involved in the process to work towards ensuring the ballot passes peacefully.

    It warns that any outbreaks of violence will have a serious impact on the humanitarian work that is providing a crucial lifeline to communities in both the north and south of the country.

    Yacouba Kone, Christian Aid’s country director in Mali, said: ‘We are already struggling to operate normally due to the prevailing insecurity. Any violence around the election will make matters far worse.

    ‘Most NGOs here have already drawn up contingency plans to put into operation if violence does occur, but movement will be limited and supplies may not reach those in most need.

    ‘The north is still reeling from the conflict of the past year, so people there are less likely to take to the streets. But tensions are already running high in the capital Bamako, and other cities such as Kayes, Sikasso and Mopti may well be more volatile.

    ‘At worst, we could see our existing operations disrupted, with many more people needing help if fighting does break out.’

    The elections were scheduled to take place last year but were delayed after an insurgency and subsequent military coup.

    If you would like further information please contact Claire Meeghan on +44 (0)20 7523 2318 or the 24 hour press line 07850 242 950.

    Notes to editors:

    1. Christian Aid works in some of the world's poorest communities in around some 50 countries at any one time. We act where there is great need, regardless of religion, helping people to live a full life, free from poverty. We provide urgent, practical and effective assistance in tackling the root causes of poverty as well as its effects.

    2. Christian Aid’s core belief is that the world can and must be changed so that poverty is ended: this is what we stand for. Everything we do is about ending poverty and injustice: swiftly, effectively, sustainably. Our strategy document Partnership for Change www.christianaid.org.uk/images/partnership-for-change-summary.pdf explains how we set about this task.

    3. Christian Aid is a member of the ACT Alliance, a global coalition of 125 churches and church-related organisations that work together in humanitarian assistance, advocacy and development. Further details at http://actalliance.org

    4. Follow Christian Aid's newswire on Twitter: http://twitter.com/caid_newswire

    5. For more information about the work of Christian Aid visit http://www.christianaid.org.uk


    0 0

    Source: UN High Commissioner for Refugees
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger

    DAKAR, Sénégal, le 23 juillet (HCR) – Dans le cadre du premier tour des élections présidentielles au Mali prévu ce dimanche, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) poursuit les préparatifs avec les autorités maliennes et les états voisins pour permettre aux réfugiés qui se trouvent hors du pays de voter. Le Burkina Faso, la Mauritanie et le Niger accueillent quelque 173 000 réfugiés maliens qui ont fui leur pays lorsque le conflit a éclaté en janvier 2012.

    Le rôle du HCR dans ces élections est de faciliter la participation des réfugiés et de veiller à la nature volontaire du processus électoral dans un environnement sécuritaire. « Notre rôle est uniquement humanitaire et non politique », explique le porte-parole du HCR, Adrian Edwards, ajoutant qu'en juin, le Haut Commissariat a mené des enquêtes officielles et non officielles dans les principales régions où se trouvent les réfugiés au moyen de groupes de discussion.

    « Les conclusions de ces enquêtes ont montré que les réfugiés sont généralement favorables à la participation aux élections, qu'ils sont bien informés de la situation au Mali et que certains estiment que ces élections contribueront à amener la paix et la stabilité – un élément essentiel pour de nombreux réfugiés dans leur choix de revenir ou non dans leur pays », explique-t-il.

    Les équipes du HCR présentes au Burkina Faso, au Niger, et en Mauritanie rencontrent les communautés de réfugiés pour leur expliquer clairement le rôle du Haut Commissariat visant à faciliter la participation et à respecter la neutralité. Le HCR a contribué au transport de matériel lié à l'élection. Toutefois, le transport des documents sensibles, comme les cartes d'électeur ou les bulletins de vote, incombera aux autorités électorales maliennes et aux pays d'asile.

    En juin, les autorités maliennes ont visité les camps de réfugiés et d'autres sites au Burkina Faso, en Mauritanie et au Niger afin de déterminer la volonté des réfugiés de voter. En tout, 19 020 réfugiés se sont volontairement inscrits pour participer à l'élection sur les 73 277 réfugiés en âge de voter (dès 18 ans). Leurs noms ont ensuite été vérifiés avec le registre civil biométrique qui a été mis à jour pour la dernière fois en 2011 et a été utilisé pour établir les listes électorales.

    Le HCR s'inquiète toutefois du fait que seul un petit nombre de noms de réfugiés qui souhaitent voter a été trouvé dans le registre. Au Burkina Faso, les équipes d'inscription maliennes ont indiqué avoir trouvé dans le registre civil 876 personnes sur les 3 504 réfugiés inscrits; en Mauritanie 8 409 personnes ont été trouvées sur les 11 355 inscrites, et au Niger 932 sur les 4 161 inscrits. En d'autres mots, la moitié seulement des réfugiés qui se sont portés volontaires pour participer à l'élection ont jusque-là été identifiés dans le registre.

    Certains rapports sont également préoccupants, en effet ils indiquent que peu de cartes de vote NINA (numéro national d'identification) ont jusque-là été délivrées aux réfugiés par les autorités maliennes au Burkina Faso, en Mauritanie et au Niger. Au Burkina Faso, par exemple, seules 32 cartes NINA ont été délivrées à la représentation malienne à ce jour. Le retard d'émission et de distribution de cartes NINA n'est pas spécifique aux réfugiés, et il a également des répercussions sur les citoyens maliens au Mali et à l'étranger.

    « Il est important que les autorités maliennes rendent publiques les listes d'électeurs et accélèrent la distribution des cartes électorales au Burkina Faso, au Niger et en Mauritanie. Cette condition est particulièrement importante, car les camps et les sites de réfugiés sont situés dans des endroits reculés, où l'accès peut s'avérer difficile maintenant que la saison des pluies a commencé. Les autorités maliennes nous ont informés qu'elles envisageaient des alternatives pour permettre aux réfugiés de voter en cas de retards supplémentaires.

    Plus de 173 500 Maliens ont trouvé refuge dans des pays voisins depuis le début du conflit en janvier 2012, dont 49 975 au Burkina Faso, 48 710 au Niger, 74 907 en Mauritanie et 1 500 en Algérie. Et selon la Commission de Mouvement de Population au Mali, environ 353 000 personnes sont également déplacées à l'intérieur du pays.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger

    DAKAR, 26 July 2013 (IRIN) - Malians are slowly returning from refuge in neighbouring Burkina Faso, Mauritania and Niger as stability improves more than a year after a military coup and an insurgency shook the West African country.

    Some 8,148 people who returned on their own were registered between 25 June and 12 July in Mali’s Gao, Mopti and Timbuktu regions. It is the most significant number of returnees since reports emerged of spontaneous returns, said Anouk Desgroseilliers, an information officer with the UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) in Mali.

    “There are still explosive remnants of war, robberies in some regions as well as a sense of wariness, but the lull in violence over the past three months, and the presence of the army, the authorities and the local administration is encouraging returns,” said Boni Mpaka, OCHA’s deputy head of office in Mali.

    More than 175,000 Malians are still living in refuge and 353,455 others have been displaced within the country since the outbreak of violence mainly in northern Mali following the March 2012 coup.

    “We are not encouraging any returns at the moment. But we are assessing the needs the returnees will have,” Desgroseilliers said. Aid groups voice worry about high malnutrition rates in northern Mali’s Gao Region, which they say could worsen with the spontaneous return of refugees. The global acute malnutrition rate is 13.5 percent, slightly below the 15 percent emergency threshold.

    The country’s elections set for 28 July are also encouraging returns, said Lucien Simba, a humanitarian affairs officer with OCHA in Dakar. “People hope things are going to change.” The authorities have set plans for refugees in neighbouring countries to vote.

    “Search for pasture, the end of the school vacation, the upcoming elections, people coming to inspect their homes - there are several reasons why people are returning now,” Alberta Santini, a protection coordinator with the Danish Refugee Council (DRC), told IRIN.

    In Boni area in central Mali, 39 families returned from refugee camps in Burkina Faso in May and June, according to a joint aid agency assessment. In Timbuktu, Mali’s fabled city in the north, 30 families returned to their village in mid-July, bringing to 5,028 the number of people who have returned (a third of the village’s population), DRC said.

    However, the returnees lack sufficient food, and need to be helped to rebuild their homes and restock their animals. Children have also missed school and the region’s economy has been devastated by the unrest, DRC said.

    cr/ob/cb


    0 0

    Source: European Commission Humanitarian Aid department
    Country: Malawi

    According to the annual MVAC (Malawi Vulnerability Assessment Committee) Report, a total of 1 461 940 people in the country are in need of 57 346 MT of maize equivalent to meet their food requirements until March 2014.

    The Government and key international partners agree on the need for an early humanitarian response to avoid any deterioration of the current situation. WFP has issued a preliminary appeal for USD 61 million for humanitarian operations, starting from October 2013, to cover the lean period.


    0 0

    Source: Guardian
    Country: Algeria, Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger

    Majority of Malians who fled war in the north fail to receive voters' cards, leaving them without a voice in Sunday's polls.

    Read the full report on the Guardian.


    0 0

    Source: Fédération Internationale des Ligues des Droits de I'Homme
    Country: Mali

    A l’issue d’une mission à Kidal, Gao, Mopti Segou et Sévaré, et à quarante-huit heures de l’élection présidentielle, la FIDH et l’AMDH appellent à la tenue d’un scrutin libre, transparent et apaisé permettant la mise en place de nouvelles autorités légitimes qui devront garantir la sécurité de toutes les populations, œuvrer résolument pour la justice et la lutte contre l’impunité ainsi que permettre une réelle réconciliation nationale alors que persistent des tensions notamment à Kidal, Tessalit et Menaka.

    Au terme d’une mission d’observation et d’enquête d’un mois notamment à Segou, Mopti, Gao et Kidal, la FIDH et l’AMDH ont pu évaluer le processus de préparation de l’élection présidentielle. Alors que la campagne électorale s’achève officiellement ce vendredi à 00h, plusieurs points positifs sont à noter parmi lesquels les conditions satisfaisantes d’expression politique de tous les candidats, la tenue de meetings sur l’ensemble du territoire, l’engouement réel de la population pour l’élection et le taux de distribution des cartes électorales. Ainsi, selon les dernières estimations disponibles, près de 80% des cartes Nina auraient pu être distribuées. Dans les régions du Nord du pays, la situation est plus contrastée avec plus de 75% à Gao mais seulement 33% à Menaka ou encore 10000 cartes distribuées sur les 33000 prévues dans la région de Kidal. Pour autant, plusieurs inconnus demeurent à propos du scrutin comme le taux de participation généralement faible au Mali (36% à la dernière élection présidentielle), le bon déroulement des opérations de vote et notamment la possibilité pour les électeurs de trouver le bon bureau pour voter, la gestion d’un éventuel contentieux électoral et la reconnaissance des résultats par les candidats. Ces derniers se sont néanmoins engagés en adhérant à un code de bonne conduite. La FIDH et l’AMDH leur ont adressé 10 engagements à souscrire en faveur des droits humains. Il faut noter que dans les régions du Nord du pays, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) s’est engagé à ne pas perturber les opérations de préparation et de vote du scrutin de dimanche.

    « Le scrutin est une occasion historique pour un nouveau départ pour le Mali. Malgré les difficultés d’organisation, de temps et de sécurité qu’il ne faut pas ignorer, les populations doivent aller voter et les candidats doivent faire preuve de responsabilité pour donner aux nouvelles autorités du pays la légitimité nécessaire afin de reconstruire un pays plus démocratique » a déclaré Karim Lahidji, président de la FIDH.

    L’acceptation des résultats et le cas échéant l’activation des recours légaux et du juge électoral constituent le socle fondamental d’une élection démocratique et apaisée dont le Mali a aujourd’hui besoin.

    Sécurité au Nord et enjeu de l’élection

    L’un des enjeux de l’élection demeure la situation sécuritaire dans les régions du Nord du pays et notamment dans celles de Gao et Kidal. La ville de Gao n’a pas connu d’épisode de violence depuis l’attaque du mois d’avril 2013 ce qui constitue une réelle amélioration. La mission de la FIDH et de l’AMDH sur place n’a pas constaté d’événements de nature à remettre en cause la tenue du scrutin dans des conditions de sécurité acceptable, l’attention devant cependant être maintenue en particulier dans la zone de Ménaka.

    La région de Kidal a par contre connu plusieurs événements sécuritaires depuis l’accord de Ouagadougou : l’enlèvement pendant 48h de 5 agents électoraux et un élu local à Tessalit, des échauffourées qui ont fait au moins 1 mort et plusieurs blessés entre le jeudi 18 et samedi 20 juillet 2013 dans la ville de Kidal et une altercation armée entre les Forces armées maliennes (FAMA) et un véhicule du MNLA au marché de Kidal le 25 juillet au soir. Ceci démontre que la situation demeure tendue dans la ville de Kidal bien que les grandes lignes de l’accord de Ouagadougou sont respectées par les parties avec des patrouilles limitées des FAMA en ville et un cantonnement dans l’ensemble respecté par le MNLA. La mission de la FIDH et de l’AMDH présente à Kidal a pu se rendre compte que les entorses à l’accord politique instaurant un équilibre déjà fragile sont propices aux incompréhensions et aux défiances réciproques qui peuvent rapidement déraper. Ainsi, les patrouilles des FAMA en l’absence d’éléments de la MINUSMA, la circulation en ville de véhicules identifiés du MNLA, contenant parfois des armes à leur bord, ou la présence à Kidal d’éléments de l’armée malienne ayant été impliqués dans la crise ont été les principaux déterminants des épisodes de violence ou de tension des dernières semaines.

    L’altercation du 25 juillet au marché de Kidal, entre une patrouille FAMA et un véhicule du MNLA, rassemblerait, selon les premières constatations, tous ces ingrédients. Si aucun blessé n’est à déplorer, cet incident aurait pu avoir de lourdes conséquences.

    Pour prévenir de nouveaux épisodes de tensions, nos organisations préconisent donc non seulement un strict respect des engagements par l’ensemble des parties mais aussi des actes allant dans le sens de l’apaisement. En premier lieu, la MINUSMA devrait au plus vite accentuer sa présence militaire aux côtés des FAMA à Kidal, de jour comme de nuit pour garantir dans les faits la conduite de patrouilles conjointes. En second lieu, compte tenu des besoins en matière de maintien de l’ordre, le gouvernement malien devrait renforcer la présence des FAMA par des éléments de la gendarmerie et, dans un esprit d’apaisement, s’assurer que le détachement des FAMA à Kidal soit exempt d’éléments suspects d’implication dans des violations des droits humains permettant ainsi le strict respect du droit international humanitaire par l’armée malienne, tel que stipulé par l’accord de Ouagadougou. Également, le MNLA devrait veiller strictement au contrôle de ses éléments en garantissant pleinement leur cantonnement et en prévenant des exactions contre les populations civiles, et contribuer ainsi à l’apaisement. Enfin, les forces de la MINUSMA et avec elle de l’opération Serval devraient maintenir leur présence effective et jouer pleinement leur rôle sur le terrain en ce qu’elles constituent, avec l’assentiment de toutes les parties à l’accord de Ouagadougou et dans l’attente d’un accord définitif, un réel garant pour la sécurité des personnes et des biens.

    Un besoin urgent de justice

    La FIDH et l’AMDH ont entendues des dizaines de victimes de violations des droits de l’Homme perpétrées pendant la crise par toutes les forces en présences. Les témoignages recueillis retracent les grandes étapes du conflit, depuis l’offensive des groupes armés en janvier 2012 aux attaques suicides d’avril 2013. Plusieurs centaines de personnes ont été victimes d’exactions et de violations graves des droits humains au cours de cette période et sur l’ensemble du territoire y compris à Bamako dans le cadre de cette triple-crise : l’offensive rebelle du MNLA, la crise institutionnelle et le coup d’Etat puis l’émergence des groupes armés djihadistes et leur contrôle d’une large partie du territoire. Les combattants se sont livrés à de nombreuses violations du droit international humanitaire et des droits de l’Homme qualifiables de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité. La FIDH et l’AMDH avaient déjà recensé ces crimes dans son rapport « Crimes de guerre au Nord-Mali » en juillet 2012. Les enquêtes complémentaires menées depuis lors ont confirmé la réalité et l’ampleur des exactions commises et celles perpétrées depuis lors. Exécutions sommaires, actes de tortures, violences sexuelles et pillages ont caractérisé la crise sans être l’apanage exclusif d’une des parties.

    Pour autant, l’occupation des groupes armés djihadistes a profondément marqué les populations par leurs méthodes expéditives, et des pratiques telles que les mariages forcés qui constituaient souvent une « légalisation » des viols, parfois collectifs. L’ampleur des crimes sexuels est l’une des caractéristiques de ce conflit. Ainsi pour la seule région de Gao, au moins 150 cas de viols ont ainsi été commis dont les éléments du MNLA et les groupes djihadistes seraient les principaux auteurs. Les femmes victimes de ces exactions sont aujourd’hui largement stigmatisées par une société où ces crimes demeurent taboue malgré l’importance de ce phénomène. Il est urgent aussi que la justice malienne et internationale puisse garantir à ces femmes les conditions d’un accès effectif à la justice. Le prochain président devra dans le cadre d’une nécessaire réforme de la justice garantir l’adoption de mesures spécifiques de protection des victimes et témoins de ces crimes.

    Les personnes rencontrées soulignent toutes l’urgence de voir une justice efficace et impartiale œuvrer au Mali. Encore absente d’une large partie du territoire national comme à Gao, Kidal, Tombouctou et la plupart des régions du Nord, l’institution judiciaire doit pouvoir être présente et agir.

    « La justice doit être au même titre que la sécurité une priorité du prochain président car c’est non seulement une affirmation de la présence de l’État mais pouvoir saisir un juge indépendant est aussi une protection face à tous les arbitraires » a déclaré Me Moctar Mariko, président de l’AMDH.

    La justice malienne a par ailleurs ouvert des procédures à l’encontre de présumés responsables de crimes commis pendant la crise. Près de 170 personnes ont été inculpées et sont en détention dans le cadre de ces procédures. 28 autres mandats d’arrêt ont été délivrés sans avoir été exécutés à ce jour. Les enquêtes menées tant par la FIDH et l’AMDH que les autres ONG ou institutions internationales ou nationales doivent alimenter les procédures de la justice malienne et contribuer à une justice impartiale dans des délais raisonnables. Tous les interlocuteurs rencontrés ont souligné la nécessité d’établir la vérité et de rendre justice aux victimes dans un pays ou l’impunité a souvent été la règle.

    La vérité comme outil de justice pour une réconciliation nationale

    Alors que le pays souhaite un nouveau départ, des centaines d’entretiens réalisés avec des victimes, des témoins, des responsables politiques, des associations, des militaires, des représentants diplomatiques et d’organisations internationales émerge le besoin d’éclairer l’histoire à la lumière de la vérité et de la justice. Ce passé occulté semé de violations des droits humains, d’impunité pour leurs auteurs, de mal développement, de corruption et d’arrangements politiques ont largement constitué le terreau de la crise, l’implantation de mouvements armés religieux extrémistes, la multiplication de milices qui ont plongé le pays dans la violence. Afin de ne pas reproduire les erreurs du passé, les populations souhaitent aujourd’hui se réapproprier leur histoire, témoigner de leur vérité et voir émerger une justice effective qui permette la sanction des responsables plutôt que leur promotion ou leur maintien en fonction.

    Le renforcement du processus de réconciliation nationale doit ainsi être une priorité du prochain président, et de la prochaine assemblée nationale pour tous les maliennes et les maliens. La mise en place d’une structure d’écoute, d’enquête et de proposition pour réformer l’État et les institutions devrait garantir le droit des victimes à la vérité, à la justice, à la réparation et à la garantie que l’État ainsi réformé soit un véritable protecteur de leur droits avec des recours effectifs en cas de violations.

    La FIDH et l’AMDH recommandent au futur gouvernement de consulter la population sur les termes, les conditions et les personnes chargées de mener un processus effectif de réconciliation nationale basé sur la vérité, la justice, la réparation des préjudices subis et les réformes institutionnelles permettant la non-répétition des crises et des violations des droits humains.

    Le prochain président pourrait ainsi mettre en place, à la suite de la Commission Dialogue et Réconciliation, un mécanisme de suivi chargé du processus de réconciliation nationale sur la base des consultations populaires menées, avec pour mandat l’écoute de toutes les victimes des violations des droits de l’Homme du passé, l’établissement des responsabilités, le rétablissement des victimes dans leurs droits y compris à la réparation et la mise en place des conditions d’une réconciliation entière et durable par la modernisation et la réforme de l’Etat afin de prévenir la récurrence des violations des droits de l’homme et des conflits en éliminant leurs causes structurelles.

    « Dans les pays qui ont connu des violations massives et répétées des droits de l’Homme depuis des décennies, les processus de vérité, de justice et de réconciliation constituent une nécessité pour la Nation mais aussi pour chaque famille endeuillée qui ne saurait trouver de repos tant que le sort de ses parents tués n’aura pas été éclairci et reconnu. C’est par ce chemin que le Mali pourra construire son unité dans sa diversité et dans la paix » a déclaré Me Drissa Traoré, vice-président de la FIDH.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal
    preview



    0 0

    Source: World Food Programme
    Country: Gambia

    EXECUTIVE SUMMARY

    The combined effects of the 2011/2012 Sahel Crisis and heavy flooding in July/October 2012 have eroded vulnerable households’ coping mechanisms and resulted in protracted food insecurity in pockets of the country and persisting acute malnutrition.

    Despite a recovery in cereal production from the 2012/2013 harvest, access to food continues to be constrained by high food prices and the lingering effects of last year’s food crisis. Two thirds of households face food insecurity, particularly during the annual rainy season, of which 5.5 percent suffer from ‘moderate’ or ‘severe’ food insecurity. Global acute malnutrition at the national level is 9.9 percent and stunting prevalence reaches over 30 percent in one region.

    This protracted relief and recovery operation aims to: (i) support the treatment and prevention of acute malnutrition among children under 5 and pregnant and lactating women in targeted regions (Strategic Objective 3); (ii) restore and rebuild the livelihoods of the most vulnerable population and support their transition to recovery (Strategic Objective 3); and, (iii) support the national disaster risk reduction agenda and enhance government and community capacity in emergency preparedness and response (Strategic Objective 2).

    Food assistance for all asset-creation and training activities will be through cash transfers based on beneficiary preference, functionality of markets and the low cost of cash transfers relative to in-kind food distribution.

    The PRRO is fully aligned with the Government’s national priorities as defined in national and sectoral plans and the latest national nutrition protocol, as well as with WFP Strategic Objectives 2 and 3. It contributes to Millennium Development Goals 1, 4, and 5 and supports the United Nations Development Assistance Framework (2012–2016).


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    26 July 2013 – Secretary-General Ban Ki-moon today encouraged all Malians to cast their ballots in Sunday’s presidential election, a vital step to restoring constitutional order in the crisis-hit country, and to ensure that the polls are free and fair.

    “The Secretary-General reiterates his call for a peaceful, credible and transparent process in line with the aspirations of the Malian people. He calls on all concerned to ensure that the electoral process takes place in an orderly manner,” Mr. Ban’s spokesperson said in a statement.

    “The Secretary-General notes the importance of this election for the restoration of constitutional order and national dialogue and reconciliation in Mali,” the statement added.

    The 28 July election will be an important step on the path to recovery for the West African nation that, over the course of last year, witnessed a military coup d’état, renewed fighting between Government forces and Tuareg rebels, and the seizure of the northern part of the country by radical Islamists.

    Mr. Ban reaffirmed the UN’s continued support for the Malian peace and stabilization process. The world body is providing support through its Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA), which became operational earlier this month.

    He also cited the need to ensure that any post-election disputes are resolved through peaceful and legal means.


    0 0

    Source: UN Development Programme
    Country: Mali

    26 juillet 2013

    A quelques jours des élections présidentielles au Mali, l’école de Torokorobougou, un quartier de la ville de Bamako, a été prise d’assaut par des résidents venus retirer leur carte d’électeur appelée ici carte « NINA ».

    Après une longue attente, Fata Ouattara, ex-employée d’une compagnie aérienne, a enfin récupéré le sésame qui lui permettra de participer au choix du futur Président du Mali : « Surtout il faut s’armer de courage. Notre seule arme ce sont nos cartes Nina. Ne permettons à personne de nous enlever ce droit, » dit-elle.

    Fata, qui a perdu son emploi il y a quelques mois, a suivi les évènements dans son pays avec amertume : « La prise des régions du Nord par les groupes armés, le coup d’Etat, les affrontements… nous avons pensé que cela n’arrivait qu’aux autres, et bien non ! »

    Pour elle, cette élection est l’occasion de participer au rétablissement d’un certain ordre: « Ce vote est historique. Un jour on pourra dire, oui, après tout on a voté même si c'est un vote blanc, c’est un choix. C'est le seul moyen de se faire entendre. N’acceptons pas que notre voix soit inaudible. »

    Au travers du projet d’appui au processus électoral (PAPEM), le PNUD gère les contributions de plusieurs partenaires - l’Union Européenne, le Luxembourg, le Canada, la Suisse, la Belgique, les Pays-Bas, le Danemark et la Norvège - et apporte un support matériel et financier à l’organisation des élections.

    C’est ainsi, par exemple, que la Direction Générale aux élections a bénéficié d’un financement pour l’établissement d’un système de consultation instantanée et individuelle du bureau de vote par SMS ou à travers un site web.

    Après une campagne de sensibilisation menée par les structures impliquées dans le processus électoral pour encourager la participation de la population au vote, le Gouvernement malien annonçait déjà un taux national de retrait des cartes d’électeurs de l’ordre de 82 pour cent au 22 juillet.

    Carte en main, Fata sait qu’elle pourra voter ce 28 juillet. A son instar, un peu plus de dix mille réfugiés maliens répondant aux critères du vote et recensés dans les pays d’accueil grâce au financement du PNUD, seront également en mesure d’aller aux urnes.


    0 0

    Source: UN Development Programme
    Country: Mali

    26 July 2013

    In the run-up to Mali’s presidential election, Torokorobogou school, in a neighborhood in the city of Bamako, has become a magnet for hosts of city-dwellers who have come to collect their polling cards, known in Mali as "NINA" cards.

    Having waited for some time, Fata Ouattara, a former airline company employee, can finally boast that she now possesses the documentation that she needs to cast her vote for the next president of Mali. "In the end it is our courage that will win the day. Our NINA polling cards are the one and only resource at our disposal. And we will not allow anyone to deprive us of this right," she says.

    Fata, who lost her job a few months ago, has followed recent events in Mali with dismay: "The seizing of regions in the north of the country by armed groups, the military coup d'état, the confrontations that took place....we had imagined that these were events that could only happen to others, but in the end they happened to us."

    Taking into account such a backdrop, this election provides the people of Mali with an opportunity to play a vital part in re-establishing order in their country. Fata continues, "This is an historic vote. One day we will be able to say that the people of Mali were free to cast their votes, and even if people ended up casting blank votes, it was a democratic choice. Such a ballot is the only way for me and other citizens to make our wishes known. And we will not allow the voice of the people to be ignored."

    Through the Electoral Process Support Project (PAPEM), the UNDP manages the contributions of a number of stakeholders—the European Union, Luxembourg, Canada, Switzerland, Belgium, the Netherlands, Denmark and Norway—and also provides material and financial support in regard to organizing elections. It is within the context of such support that the General Elections Directorate obtained financing that facilitated the establishment of an individual and instantaneous consultation system for voting by SMS or through a website.

    After an education campaign spearheaded by a cluster of organizations involved in the electoral process, and with a view to encouraging the electorate to cast their votes, as of July 22nd 2013, the government of Mali was in a position to announce that 82 per cent of Mali’s prospective voters had collected polling cards.

    With her own polling card in hand, Fata can bask in the certainty that she will be eligible to vote on July 28th. And taking their lead from her, more than 10,000 Malian refugees who were included in the census, thanks to UNDP funding, and who meet the country’s electoral pre-requisites, will also be in a position to cast their votes in the country’s forthcoming election.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Burkina Faso, Mali

    BAMAKO, 27 July 2013 (IRIN) - Malians vote on 28 July in the first ever polls since a military coup and an insurgency 16 months ago, but complaints of missing voting cards and worries that the elections are rushed have marred the run-up to the ballot.

    Some 6.8 million Malians have been registered to vote. Two days to the poll, electoral officials scrambled to issue voting cards amid complaints of disorganization. Other voters nonetheless looked to the elections hoping they will set the country back on the path to recovery.

    "Mali has suffered political and military instability these past months," said Aboubacar Hamidine, a refugee in neighbouring Niger. "I am going to vote to end this instability."

    Forty-year old Hamadikane Maiga, who was also forced to seek refuge in Niger told IRIN: "We hope that these presidential elections will bring lasting peace to our country. This will usher a new era in Mali."

    According to Mariam Sangaré, a teacher in the Malian capital, Bamako, "The top priority for the new president must be the reconciliation between all Malians, because we are divided, south versus north and vice versa."

    While Bamako shop-keeper, Oumar Oulk Mammouny, stressed the economy must come first. "The economy is in pieces. Everything has stopped...the new president has to give us confidence that we'll be able to eat three times a day."

    Malian authorities have made plans for refugees in next-door Burkina Faso, Mauritania and Niger to take part in the election. However, only 19,000 registered to vote out of 73,000 refugees of voting age, the UN refugee agency (UNHCR) which is helping with voting in the camps said. The delay in issuing voters cards has affected many within Mali as well.

    “I was here two weeks ago. I waited for two hours, before I gave up,” said Mariam Guindo, who had gone to Bamako to pick up her card. “I hope I will have my card today so I don’t have to come back a third time.”

    France, which sent troops in January to beat back Islamist militants who threatened to march onto Bamako from Mali's north, has pressed for the vote to be held. Observers have raised concern over the timing of the elections, arguing that while they are important in helping Mali back on its feet, their credibility were as equally critical.

    A UN peacekeeping force is currently rolling out in Mali, taking up from African troops who have been in the country for some months, but have largely been off the combat scene.

    Tiébilé Dramé, a former minister and chief negotiator between Mali's interim government and Tuareg rebels, termed the elections preparations "disastrous". He recently withdrew from the presidential race after his attempt to have the courts move the election date was rejected.

    "Organizing elections without the full participation of the population in the [northern] region of Kidal, and possibly Gao and Timbuktu will only deepen the divide between the north and the south and possibly lead to new rebellions," he said.

    "What other country would accept an imperfect vote. If this is only to have an elected government in Bamako, why not wait two, three months until the situation has stabilized," said Ousmane Maiga, who was displaced from his home in Mali's northern Gao region and is now living in Bamako.

    Disgruntled troops overthrew then president Amadu Toumani Touré in March 2012 on charges that his government had failed to tackle a Tuareg rebellion in the north. The coup however, eased the way for the Tuaregs to seize swathes of territory before being ousted by Islamist rebels, some linked to Al-Qaeda, who imposed strict Islamic law during their occupation of the northern half of the country.

    The violence has and insecurity has left more than 175,000 Malians still living in refuge and 353,455 others displaced within the country, according to UNHCR.

    In Mauritania and Burkina Faso only about five percent of the refugees had received voting cards.

    “We made lists of all refugees who are eligible to vote and sent them Bamako. Out of 4,161 names on our list, the authorities could only identify 932 people," said UNHCR's Charlotte Arnaud.

    "We were registered in Bamako in 2010 and I should be having my card, but I don't," said Ousmane Ag Dalla, the head of Tuareg refugees in Burkina Faso. "Things have been rushed and people are not ready.

    "Mali is not ready to hold proper elections, but it's better to do it because we will never be ready as there are so many problems. We from the north are hoping to have a president so that the underlying problems can be tackled by a legitimate president," he said.

    kh/bb/bo/ob/aj/oa


older | 1 | .... | 159 | 160 | (Page 161) | 162 | 163 | .... | 728 | newer