Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 114 | 115 | (Page 116) | 117 | 118 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: IFRC
    Country: Malawi

    By Horace Nyaka

    It is a hot Friday afternoon in Nsanje, one of Malawi’s border districts in the southern region of the country. For Mervis Windson, the day’s heat is made more bearable with the news that she will receive food rations from the Malawi Red Cross Society.

    For three hours, she stands in line with hundreds of others, waiting to receive supplies from the Red Cross Society. But the 42-year-old grandmother should not even have to line up for relief food aid. “I am a member of an agricultural scheme where we have plots of land for crop production,” she says. “My family has two acres of land which is enough to produce food for the whole year.”

    But this year is different. While Nsanje and its neighbouring district of Chikwawa experience floods every year, this year food is scarce. Malawi is not alone. Other southern African countries of Lesotho, Zimbabwe and Angola are also feeling the hunger.

    The Malawi Red Cross Society, in coordination with the International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies, is distributing food aid to 9,000 people in the two local districts. But both Windson and the Red Cross agree that addressing food insecurity has to go beyond food distribution and conventional disaster management.

    “These two districts have so many water sources that if we look at other ways of reducing the impact of disasters, we can help the people here achieve food efficiency even if annual flooding continues,” says Joseph Ulaya, Disaster Management Manager at the Malawi Red Cross. The National Society will soon start irrigation projects and enhance production of crops that do well despite the region’s harsh weather. This includes a large-scale wind powered irrigation project in Nsanje district, and the introduction of small irrigation pumps for families; interventions which could spread through the Shire valley.

    Windson believes the only way out is to move out of rainy season production. “We got free cassava and sweet potato seeds from the government and planted them, but they have been washed away. If everything was okay, our two acres could produce enough food and even have surplus for sale,” she says.

    Ulaya agrees. “We have to help communities produce outside the rainy season. If they plant in April using irrigation, even using small-scale means, they can produce twice as much by the time the rains start.”

    Ellason Chiwaya, District Irrigation Officer for the neighbouring Chikwawa district, agrees that a complete change of mindset and practice will transform this disaster prone region into a big food producer. “We are encouraging farmers to adopt winter and summer cropping. Although winter cropping is the most viable, we encourage them to maximize production by taking advantage of the summer, and rest when the rains come.”

    For Mervis Windson, implementation can’t come soon enough. “We cannot continue relying on food aid. There is always a limit as to how much organizations like the Red Cross can give,” she says.


    0 0

    Source: ECOWAS
    Country: Mali

    Le président du Comité des chefs d’état-major (CCEM) de la CEDEAO, le général Soumaila Bakayoko, a lancé un appel pour un soutien international intensifié afin de débarrasser le Mali des fléaux du terrorisme et de la criminalité qui représentent un danger non seulement pour le pays, mais aussi la région et le reste du monde.

    S’exprimant lundi 25 mars 2013 à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, à l’ouverture d’une réunion extraordinaire du CCEM sur la transformation de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) en une opération de maintien de la paix des Nations unies, l’officier supérieur ivoirien a fait remarquer qu’en dépit des progrès enregistrés grâce à l’intervention de la France et du Tchad, accompagnés par les forces régionales, il reste encore un long chemin à parcourir pour empêcher la déstabilisation de la région.

    Pour le général Bakayoko, la dynamique engendrée par la mobilisation internationale, qui a abouti en décembre dernier à la résolution 2085 du Conseil de sécurité des Nations unies, en marge des efforts régionaux en faveur d’une intervention militaire au Mali, doit être soutenue en vue de la transformation de la Misma en une opération onusienne associée à un déploiement accéléré, afin de mettre en échec les insurgés terroristes au Nord du Mali.

    Dans son discours, la commissaire de la CEDEAO chargée des Affaires politiques, de la Paix et de la Sécurité, Mme Salamatu Hussaini Suleiman, a déclaré que la réunion de Yamoussoukro devait examiner les résultats de la rencontre des 11 et 12 mars 2013 tenue à Bamako entre une équipe onusienne et l’état-major de la Misma sur le niveau des opérations et le soutien logistique d’un déploiement des Nations unies pour la transformation envisagée de la Misma dans le cadre du Concept révisé des opérations (CONOPS).

    Au nom de la Commission de la CEDEAO, la commissaire, représentée par le chef d’état-major de la Force en attente de la CEDEAO, le général Hassan Lai, a félicité la France, les Etat-Unis, l’UE, l’Union africaine et les Nations unies pour leur compréhension et leur soutien continu en vue de la résolution de la situation sécuritaire au Mali.

    En prononçant le discours d’ouverture de la réunion, M. Paul Koffi Koffi, ministre auprès du président de la République chargé de la Défense, a déclaré que la réunion extraordinaire du CCEM de Yamoussoukro marquait un tournant dans les efforts de résolution de la crise malienne.

    Remerciant les partenaires et collaborateurs, dont les pays contributeurs de troupes et les soldats sur le terrain, M. Koffi Koffi a fait remarquer que la mission visant à sauver le Mali des terroristes et autres criminels opérant sous le couvert de la religion était loin d’être terminée.

    Cette réunion de deux jours à laquelle ont participé, entre autres, le général de corps d’armée Babacar Gaye, conseiller militaire du secrétaire général des Nations unies, le général de brigade Grégoire de Saint Quentin, commandant de la force de l’opération Serval au Mali, le général Brahim Sehid Mahamat, chef d’état-major des armées du Tchad, et le représentant spécial de la CEDEAO au Mali, M. Aboudou Chaka Touré, a permis de faire des recommandations aux autorités de la CEDEAO en vue de la transformation de la Misma en une opération des Nations unies.

    Ont également participé à cette réunion les commandants de la Misma et de la Mission de la CEDEAO en Guinée-Bissau (Ecomib).


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Burkina Faso, Mali
    preview


    FOOD SECURITY SNAPSHOT

    • A record crop was gathered in 2012

    • The food supply situation has improved significantly in 2012/13 compared to the previous year

    • Humanitarian assistance continues to be needed due to the lingering effects of last year food crisis

    • Civil strife in northern Mali is also having a serious impact on food security in parts


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Mali, Mauritania
    preview


    FOOD SECURITY SNAPSHOT

    • A record crop was gathered in 2012 and rangelands have recovered well

    • The food supply situation has improved significantly in 2012/13 compared to the previous year

    • Humanitarian assistance continues to be needed due to the lingering effects of last year food crisis

    • Civil strife in northern Mali is also having a serious impact on food security in parts


    0 0

    Source: World Food Programme, Government of Senegal
    Country: Senegal
    preview


    FAITS SAILLANTS ET PERSPECTIVES

    · La généralisation du battage du mil et du décorticage du maïs améliorent l’approvisionnement des marchés par rapport au mois précédent, sans pourtant atteindre un bon niveau, en dépit de la bonne production de céréales (source: mission CILSS, FAO, FEWSNET, PAM- février 2013).


    0 0

    Source: Geneva Centre for Security Policy
    Country: Mali
    preview


    by Benjamin P. Nickels

    Key Points

    • The demise of Libya’s Muammar Qaddafi unleashed weapons and warriors into the Sahel, where they mixed with terrorists and rebels who seized Mali’s North by routing its military. This helped spark a coup d’État in March 2012, but it also eventually provoked intervention by a French and African coalition in January 2013 that has reclaimed Northern cities and is now hunting down rebels in remote refuges.

    • Mali faces not one but several challenges which, together, form its current, complex crisis. The four principal facets of the Mali Crisis are global, ethnic, governmental and environmental in nature, and these facets are internally fractured and synergistically interrelated.

    • Responses to the Mali Crisis occur at three principal levels, namely the international, the regional and the national, with the last being the deepest and most fundamental. These three levels are internally diverse as well as interconnected, with links visible through both cooperation and disagreement between levels.

    • Given the crisis’ complexity and the response’s variety, the most valuable tools for enhancing responses to the Mali Crisis would be a common vision of the problem and a shared strategy for tackling it.

    • Unity of vision and strategy would help solidify recent military advances, bolster the spread and steadying of Bamako’s sovereignty and legitimacy and stave off potential flashpoints generated by friction between levels of response. Three such flashpoints concern terrorism designations, hostages and Tuareg nationalism.


    0 0

    Source: Guardian
    Country: Mali

    Tuareg rebels are capitalising on fighting in Mali to reacquire former captives whom they regard as their property from birth

    Celeste Hicks in Bamako

    "I haven't heard anything about my brother for more than a year," says Raichatou Walet Touka. She's been living at a safehouse in Bamako, Mali's capital, after fleeing the northern town of Gao following an attack by the National Movement for the Liberation of Azawad (MNLA), a Tuareg rebel group that briefly took over northern Mali in early 2012.

    Read the full article on the Guardian.


    0 0

    Source: IFRC
    Country: Mali

    By Moustapha Diallo, IFRC

    In a camp for people forced from their homes by conflict in northern Mali, 600 people – mostly women and children – live in misery. 30 tents, some kiosks and a makeshift dwelling here and there form a labyrinth within the camp in Sévaré, a town in the region of Mopti. It is now home to 70 families.

    Standing in front of a tent provided by the Mali Red Cross, Nana Traoré, a 52-year-old widow, is preparing breakfast for her eight children. On the menu is half a glass of boiled millet without milk or sugar for each child. “It is not enough but it's better than nothing,” says Nana, who, a few months before her arrival in the camp, wandered the streets of Sévaré, begging for food to feed her family. “I lost my husband who was my sole support during an attack in Kidal," she says. “After his death, I fled with my children. Imagine this long march on foot and in trucks, with eight children.”

    A few feet away, her neighbour, Jaffar Maiga, 56, sings to comfort his two children who have not yet taken breakfast. His smile cannot hide his anxiety. A little more than a year ago, before the outbreak of the crisis, he was a prosperous farmer who lived in the circle of Bourel in the region of Gao. “I was the chief of the village of Derrienne and I had hectares of rice and millet fields which allowed me to feed my family properly," said Jaffar. "Today, with no work and no activity, I am forced to beg to survive.”

    The crisis in northern Mali has displaced thousands of people, including more than 260,000 who have fled to safety in other parts of the country. Many have arrived in their new home on foot, donkey, or by truck. Most arrive with nothing.

    An estimated 40,000 people have sought refuge in the Mopti region, accepting assistance offered by host families or in camps. But the assistance, although well-intentioned, is not enough. They live in very poor conditions. And despite northern cities having been cleared of insurgents by Malian and French troops, people are reluctant to return home.

    “We lost everything during the crisis. I do not even know what happened to my fields and my livestock," said Jaffar. "Returning home means restarting my life from zero. Without money to buy seeds and tools, it is impossible to cultivate my fields. So it is better to stay here."

    Jaffar and his neighbours from the north now survive thanks to aid provided by humanitarian agencies, including the Mali Red Cross. They have received food and essential items including tents, tarpaulins, mosquito nets, soap, and kitchen utensils, as well as medical care. “Security is not guaranteed if we go home,” said Nana Traoré. “At least here we are assisted.”


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Algeria, Egypt, Iran (Islamic Republic of), Israel, Jordan, Lebanon, Libya, Mauritania, Morocco, occupied Palestinian territory, Pakistan, Saudi Arabia, Sudan, Western Sahara, Yemen
    preview


    General Situation during March 2013 Forecast until mid-May 2013

    The Desert Locust situation remained serious during March in the winter breeding areas along both sides of the Red Sea as control operations continued against hopper band and swarms. Locust numbers declined after mid-month due to control operations, dry vegetation and migration to the Nile Valley in Sudan and Egypt, and northwards to the Sinai Peninsula, Israel, Palestine, Jordan and Lebanon. Substantial egg laying, hatching and hopper band formation occurred near crops along a 1,000 km stretch of the Nile in northern Sudan. Swarms could form in May and threaten crops, and a second generation of breeding could take place before the summer. There is also a risk that breeding will occur in the interior of the Arabian Peninsula where good rains fell during March. In Northwest Africa, locust numbers increased in Algeria and Morocco where breeding will occur during the forecast period.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal
    preview



    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger

    Key Messages

    1. The humanitarian situation in Mali remains extremely fragile. Close to three-quarters of a million people need immediate assistance now if we are to prevent a further deepening of the humanitarian crisis. The security situation in the north is volatile with on-going fighting and reports of human rights abuses. Since January some 65,000 people have fled, seeking safety elsewhere in Mali or across its borders. Nearly two-thirds of the 470,000 people displaced since March 2012 are in southern and central Mali, where they and the communities hosting them are still coping with the impact of last year’s regional food and nutrition crisis. Resources are overstretched and people urgently need support.
    2. More than 177,000 people have fled into Mauritania, Niger and Burkina Faso, many taking their cattle with them. A further 10,000 people remain stranded near the Algerian border and need urgent aid. My thanks to neighbouring countries who have kept their borders open and welcomed Malians in distress. The national authorities and humanitarian organizations in those countries need help and funding to meet the critical needs of refugees and host communities alike.
    3. Humanitarian workers need to be able to safely reach all the people in need in Mali, regardless of who or where they are. The dangerous security environment continues to make it especially difficult to reach people in rural areas in the north, slowing down critical lifesaving activities and limiting the ability of humanitarian organizations to prevent and monitor abuses of human rights. It is vital that all parties to the conflict abide by their obligations under International Humanitarian law to protect civilians from the impact of the fighting and from violations of human rights.
    4. The political situation in Mali is complex. It is imperative that humanitarian response efforts remain separate from the broader political and security agendas. Failure to do so would compromise the acceptance that humanitarian organizations have been able to establish so far with parties to the conflict, and endanger aid operations and access to people in need.
    5. The 2013 Humanitarian Plan asks for US$409.5 million to help Malians affected by the crisis. I ask donors to give urgently and generously so that agencies can deliver life-saving aid, including vital security and de-mining measures, and support community recovery.
    6. The lack of a political solution to the crisis in Mali threatens to reverse progress in the Sahel region. Even in years with good rains and crops, millions of people don’t have enough to eat in the Sahel. In 2013, 10.3 million people could go hungry, with 1.4 million children at risk of severe malnutrition. Governments, donors, humanitarian and development partners in the region must invest in community resilience programmes, so that we can reduce vulnerability to future crises.

    0 0

    Source: MSF
    Country: Mali

    APRIL 3, 2013—Following deadly clashes in Timbuktu, Mali, on March 30–31, Doctors Without Borders/Médecins Sans Frontières (MSF) teams working in the city’s hospital treated 21 wounded people, including 11 civilians, two of whom died.

    Sporadic clashes between soldiers and armed groups prevent residents from traveling within Timbuktu, and people have reportedly died from their injuries because of their inability to reach health facilities due to the fighting. MSF calls on all warring parties to respect civilian populations and to facilitate access to medical facilities.

    For more than one year, MSF teams have been providing medical care, including surgery, to patients and wounded persons associated with all parties to the conflict. In recent months, MSF has admitted approximately 40 patients and performed an average of 15 operations per week at the Timbuktu hospital.

    In addition to its work in Timbuktu, MSF is treating malnutrition and malaria in four district health centers and at Niafounké Hospital. To address the medical needs related to the conflict in the northern part of the country, MSF is working in Gao, Ansongo, Douentza, Konna, and Boré, and with Malian refugees in Mauritania, Niger and Burkina Faso. MSF is also providing pediatric care in a hospital and in five treatment centers in Koutiala district in the south of Mali.


    0 0

    Source: MSF
    Country: Mali

    Il faut garantir l’accès aux soins pour les blessés

    Après les affrontements meurtriers des 30 et 31 mars survenus à Tombouctou au Mali, les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) présentes dans l’hôpital de la ville ont pris en charge 21 blessés dont 11 civils. Deux civils figurent également parmi les trois patients décédés après leur admission à l’hôpital de Tombouctou.

    D’après des informations reçues par MSF, d’autres victimes auraient succombé à leurs blessures en raison de l’impossibilité due aux combats d’accéder aux structures de santé. Alors que les affrontements se poursuivent par intermittence entre militaires et groupes armés, et que la peur dissuade les habitants de circuler en ville, MSF demande à tous les belligérants de respecter le sort des civils et de leur faciliter l’accès aux hôpitaux et aux structures de santé.

    Depuis plus d’un an à Tombouctou, les équipes de MSF soignent et opèrent des patients et des blessés provenant de toutes les parties au conflit. Ces derniers mois, MSF a admis chaque semaine une quarantaine de patients et pratiqué en moyenne une quinzaine d’interventions chirurgicales à l’hôpital de Tombouctou.

    En plus de ses projets à Tombouctou, MSF mène également des activités de lutte contre la malnutrition et le paludisme dans les centres de santé de quatre districts, ainsi qu’à l’hôpital de Niafounké. Pour répondre aux conséquences du conflit au nord du pays, MSF intervient par ailleurs à Gao, Ansongo, Douentza, Konna et Boré, ainsi qu’auprès des réfugiés maliens en Mauritanie, au Niger et au Burkina Faso. Enfin, MSF mène des activités pédiatriques dans un hôpital et dans cinq structures de santé du district de Koutiala, au sud du Mali.


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Mali

    Par Katarina Johansson Mekoulou

    Dans une région relativement pacifique du Mali, un nouveau programme lutte contre la malnutrition et le paludisme, deux problèmes persistants.

    OUÉLESSÉBOUGOU, Mali, 27 mars 2013 – La poursuite du conflit dans le nord du Mali a eu de sévères conséquences sur le pays.

    Le Mali affronte également une crise alimentaire et nutritionnelle qu’aggravent l'instabilité politique et les conflits dans le nord. Des écoles ont été fermées, des centres de santé pillés et saccagés, les droits des enfants violés.

    Mais au Koulikoro, une région parsemée de petits villages de huttes aux murs de boue et aux toits de chaume coniques, la vie est restée relativement paisible, malgré le grand nombre de personnes déplacées qui ont trouvé refuge ici.

    Cependant, les enfants d’ici risquent de lutter pour leur survie dans un type de conflit très différent.

    Un type de conflit différent

    Dans les villages du district d’Ouélessébougou, le paludisme est très fréquent et, combiné à la malnutrition chronique qui sévit au Mali, est la principale cause de décès des enfants de moins de 5 ans. Ces décès se produisent souvent à la maison, loin d’un traitement médical qui pourrait sauver la vie de ces enfants.

    Mais un programme énergique financé par l'UNICEF et le Département d'aide humanitaire de l'Union européenne (ECHO) améliore les chances des enfants contre ce fléau.

    « Je ne peux même pas vous donner le nombre de vies qu'ils ont sauvées », affirme le fils du chef du village de Bladier, Salif Samake. Il parle des services de l’Alliance Médicale Contre le Paludisme (AMCP) / ALIMA, qui sont devenus disponibles dans son district en mars dernier.

    M. Samake appelle une jeune femme, qui vient de rentrer de l'hôpital central avec son enfant de 3 ans. La fille était gravement malade du paludisme, dit-il, « à tel point que je pensais qu'elle allait mourir ».

    La mère, dont quatre enfants avaient déjà succombé au paludisme, et sa fille ont été admises à l'hôpital pour des services médicaux gratuits. Dix jours et une transfusion de sang plus tard, elles sont rentrés chez elles, sauves.

    Une passerelle entre le village et les services de santé

    A Ouélessébougou, l’AMCP / ALIMA comprend une équipe de 25 médecins, infirmières, agents de terrain et coordinateurs qui ont réussi à considérablement améliorer les taux de survie de l'enfant dans le district. De jeunes Maliens, équipés de pèse-personnes, de rubans-mètres, d’aliments thérapeutiques et de comprimés anti-malaria, gèrent un programme qui a pour but de rapprocher les villages éloignés des installations de santé de l'Etat, sous-utilisées par les personnes qui ont le plus besoin.

    « Avant le programme, nous avions eu peu d'enfants à l'hôpital, de nombreux traitements étaient interrompus avant terme et il y avait de nombreux décès », explique le directeur de l'hôpital central, le Dr Boubacar Diarra N'Dji.

    Le médecin a fait valoir qu’il y avait peu de familles qui pouvaient financer une hospitalisation, et encore moins qui pouvaient comprendre l'importance de suivre un traitement médical. Mais, depuis le début du programme, des investissements supplémentaires réalisés par ECHO ont permis de supprimer les frais d'hôpitaux et d'assurer le suivi des cas avec des équipes mobiles de médecins.

    La mobilité est au cœur de ce programme. Chaque médecin affecté à 20 villages passe la matinée sur le terrain, à dépister les cas de malnutrition et de paludisme chez tous les enfants de moins de 5 ans.

    Les médecins prescrivent des aliments thérapeutiques et des médicaments antipaludiques et expliquent comment administrer le traitement. Ils orientent les cas présentant des complications vers le centre de santé le plus proche, où les parents peuvent rester gratuitement, où ils sont nourris et où ils reçoivent des conseils tout au long séjour de leur enfant.

    Aussi abordable et accessible que possible

    Souleymane Ba coordonne les opérations sur le terrain de l'équipe d’Ouélessébougou. M. Ba et le Dr Bakary Sidibé, le chef du personnel médical, ont tous les deux fondé le premier programme AMCP / ALIMA au Kangaba, une région toute proche.

    C’est le succès obtenu au Kangaba qui a encouragé ECHO à élargir le programme à Ouélessébougou et à un autre district.

    « Maintenant, de plus en plus de districts nous demandent de venir », souligne M. Ba.

    « Chaque fois que je mets une nouvelle stratégie en place, poursuit-il, vous me trouverez en train de vérifier que mon équipe la met en œuvre, et d’examiner les résultats. Par exemple, quand je me suis aperçu que le faible taux d’admission aux établissements de santé pour les enfants atteints de paludisme grave pouvait être amélioré en associant des tests rapides de dépistage du paludisme avec le dépistage de la malnutrition ».

    M. Ba et trois médecins passeront la matinée du lendemain dans le village de Manadougou, à examiner plus de 100 enfants de moins de 5 ans. En deux heures, ils vont identifier 20 cas de paludisme et trois nouveaux cas de malnutrition.

    Aucun de ces enfants n’aura besoin d'être hospitalisé. Ils seront vus par l'équipe mobile de nouveau dans deux semaines. Ils se seront vraisemblablement rétablis, sans que les familles aient été obligées de se déplacer loin de chez elles pour aller dans un établissement de santé.

    Mais, avant que l’équipe ne parte, le Dr Sidibe explique clairement que si la santé d’un enfant se détériore rapidement, il sera impératif que les parents consultent un médecin. Et grâce à l’AMCP / ALIMA, ils pourront le faire de manière beaucoup plus abordable et beaucoup plus facilement qu’avant.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Chad, Mali, World
    preview


    En Afrique de l’Ouest et au Sahel, la FAO met tout en œuvre pour renforcer la résilience des communautés et réduire leur vulnérabilité aux différents chocs. L’objectif est que les pays de la sous-région assurent leur sécurité alimentaire et nutritionnelle et se concentrent sur le développement de systèmes alimentaires et agricoles durables.

    Dans cette optique, la FAO travaille depuis plusieurs années de concert avec de nombreux partenaires engagés dans la réduction et la gestion des risques de catastrophe dans la sous-région.


    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Angola, Botswana, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibia, South Africa, United Republic of Tanzania, Zambia, Zimbabwe
    preview


    Dry spell continues, compromising yields in several countries

    KEY MESSAGES

    • A prolonged dry spell in the southern half of the region has continued for over 2 months in some areas, resulting in crop yield reductions and dampened harvest expectations.

    • Though prospects remain good in some parts of the region, factors that have compromised expected harvests in other areas include an erratic onset of rains, armyworm outbreaks, input distribution challenges, along with flooding and waterlogging.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    3 avril 2013 – Une réunion rassemblant des représentants d'agences onusiennes, d'organisations intergouvernementales et de la société civile et des universitaires s'est déroulée mercredi à Dakar sur le thème des nouvelles menaces aux droits de l'homme et des perspectives sous-régionales pour la paix et la sécurité en Afrique de l'Ouest.

    Organisée conjointement par le Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest (UNOWA) et le Bureau Politique des Nations Unies au Mali (UNOM), cette rencontre, baptisée « Arbre à palabre », s'inspirait d'un concept emprunté aux traditions africaines.

    Elle s'est voulu une plateforme d'échanges informels sur les questions d'actualité relatives à la gouvernance, l'état de droit, les droits de l'homme, le genre, la paix et la sécurité en Afrique de l'Ouest.

    « L'arbre à palabre représente cet endroit où tous les membres de la collectivité se retrouvaient pour débattre des questions d'intérêt général et de problèmes touchant tout un chacun. En cela, l'arbre à palabre représentait un moyen authentique de participation, et donc de promotion des droits de l'homme », s'est félicité David Gressly, le chef de l'UNOM au Mali lors de la cérémonie d'ouverture.

    L'objectif principal de la rencontre de Dakar était d'amorcer une discussion entre les acteurs clés de la communauté des droits de l'homme à la lumière de la situation au Mali.

    « Les menaces incluent désormais un déficit d'autorité légitime de certains États, la criminalité transfrontalière et le trafic de stupéfiants, le terrorisme, et des extrémismes de toute sorte. Ce qui est désormais en jeu, c'est l'existence et la protection des fondements mêmes de nos États et de nos sociétés, que nous voulons basés sur l'État de droit, les droits de l'homme, les libertés publiques et la justice sociale. C'est pour ces valeurs que nous nous battons, et c'est en leur nom que nous ne cesserons de nous mobiliser pour que les Etats d'Afrique de l'Ouest se renforcent et jouent mieux encore le rôle qui est le leur », a affirmé M. Gressly.

    Les réponses et recommandations formulées au cours des débats inspireront les Nations Unies pour la formulation de leurs actions au Mali et dans la sous-région, en soutien aux efforts collectifs.

    « Cette rencontre est une illustration du partenariat entre UNOWA et UNOM pour accompagner les acteurs maliens et ouest africains dans la recherche de solutions face aux nouveaux défis qui se présentent en ce moment », a conclu Moudjib Djinadou, le chef de Cabinet d'UNOWA.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    3 avril 2013 – Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, a présenté mercredi au Conseil de sécurité les deux options envisagées par le Secrétaire général Ban Ki-moon pour le maintien d'une présence des Nations Unies au Mali, où les groupes islamistes radicaux qui avaient pris le contrôle du nord du pays ont été mis en déroute en janvier dernier par une offensive des forces françaises, à l'appui de l'armée malienne.

    La première option serait « une présence politique intégrée et multidimensionnelle des Nations Unies » aux côtés de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA). Dans ce contexte, l'ONU poursuivrait ses tâches politiques et relatives aux droits de l'homme dans le cadre d'une opération politique renforcée. Les domaines stratégiques porteraient, entre autres, sur un « rôle de bons offices » en vue de soutenir la médiation, les négociations, le dialogue national et les dialogues communautaires; sur une aide aux autorités de transition dans le cadre du processus électoral; sur la promotion du respect des droits de l'homme; ainsi que sur le soutien à la MISMA. Cette dernière serait responsable de la sécurité, à l'appui des Forces de défense et de sécurité du Mali, précise le rapport du Secrétaire général.

    La seconde option impliquerait l'établissement d'une « mission de stabilisation intégrée multidimensionnelle des Nations Unies créée en vertu du Chapitre VII, en complément d'une force parallèle ». Outre son mandat politique, cette mission serait chargée de stabiliser et sécuriser la situation, en axant notamment ses efforts sur la protection des civils et les conditions de la fourniture de l'aide humanitaire et du retour aux déplacés.

    Elle obéirait à des « règles d'engagement fermes » et serait autorisée à utiliser tous moyens nécessaires pour contrer les menaces susceptibles d'entraver l'exécution de son mandat, explique le Secrétaire général dans le rapport que présentait Jeffrey Feltman. À ce titre, elle pourrait notamment mener des opérations seule ou en coopération avec les Forces de défense et de sécurité maliennes. En vertu de cette option, la MISMA serait chapeautée par la mission.

    « Ces deux options peuvent être regardées comme une transition vers une mission de stabilisation des Nations Unies, aux côtés d'une force parallèle », a-t-il ajouté, soulignant qu'elles prenaient toutes deux en compte le fait que l'ONU opère dans un contexte géopolitique et fait face à des menaces inédites dans le cadre d'une opération de maintien de la paix.

    « La situation au Mali demeure incertaine car des éléments extrémistes et terroristes continuent d'y représenter une menace importante à la sécurité des civils et du personnel de l'ONU », a expliqué le Secrétaire général adjoint. Dans son rapport, ce dernier souligne qu'il sera « fondamental d'établir une distinction claire entre les tâches de maintien de la paix qui seraient confiées à la mission de stabilisation des Nations Unies envisagées et les activités d'imposition de la paix et de contre-terrorisme d'une force parallèle ».

    Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques a toutefois noté une amélioration considérable en matière de sécurité. « L'action décisive des Forces françaises et maliennes a permis, dès la fin du mois de janvier, de rétablir le contrôle dans les grandes villes du Nord », a-t-il dit. Les combats avec des groupes armés se poursuivent malgré tout dans les montagnes de l'Adrar des Ifoghas, ainsi que dans la périphérie des centres urbains comme Tombouctou, Goa et Kidal, a-t-il prévenu.


    0 0

    Source: UN Security Council
    Country: Mali

    CS/10966

    6944e séance – matin

    CONSEIL DE SÉCURITÉ: LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT AUX AFFAIRES POLITIQUES PRÉSENTE DEUX OPTIONS POUR LA FUTURE PRÉSENCE DE L’ONU AU MALI

    Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. Jeffrey Feltman, a présenté aujourd’hui aux membres du Conseil de sécurité les deux options envisagées par le Secrétaire général en vue de la transformation de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) en opération de stabilisation et de maintien de la paix de l’ONU.

    La première option, a indiqué M. Jeffrey Feltman, envisage une présence politique intégrée et multidimensionnelle des Nations Unies aux côtés d’une force militaire sous conduite africaine. Celle-ci permettrait à l’ONU de poursuivre ses activités de politique et de développement dont les domaines stratégiques seraient le soutien au dialogue national, au processus électoral et à la promotion des droits de l’homme.

    La seconde option serait une mission de stabilisation intégrée et multidimensionnelle des Nations Unies créée en vertu du Chapitre VII, en complément d’une force parallèle. En plus de son mandat politique, cette mission serait chargée de stabiliser et de sécuriser la situation, en axant ses efforts sur la protection des civils et les conditions de la fourniture de l’aide humanitaire.

    Elle obéirait à des règles d’engagement fermes et serait autorisée à utiliser tous les moyens nécessaires pour contrer les menaces susceptibles d’entraver l’exécution de son mandat. À ce titre, elle pourrait notamment mener des opérations seule ou en coopération avec les Forces de défense et de sécurité maliennes.

    Le Secrétaire général adjoint a en effet prévenu que « la situation au Mali demeure changeante et des éléments extrémistes et terroristes continuent de représenter une menace importante à la sécurité des civils et du personnel de l’ONU ».

    En proposant ses deux options, le Secrétaire général insiste sur la nécessité fondamentale « d’établir une distinction claire entre les tâches de maintien de la paix qui seraient confiées à la mission de stabilisation des Nations Unies envisagées et les activités d’imposition de la paix et de contre-terrorisme d’une force parallèle », a précisé M. Jeffrey Feltman.

    Le représentant du Mali, M. Omar Daou, a d’emblée indiqué que le choix de son pays se penchait vers la seconde option, à savoir la mission de stabilisation intégrée, en complément d’une force parallèle. Aujourd’hui encore, a-t-il déploré, l’objectif de libération totale du territoire national n’est pas encore atteint et la paix n’est toujours pas instaurée ». La seconde option permettrait d’atteindre les objectifs de restauration de la souveraineté de l’État malien.

    La seconde option a également été privilégiée par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui était représentée aujourd’hui au Conseil de sécurité par le représentant de la Côte d’Ivoire. Une opération de stabilisation des Nations Unies dotée d’un mandat robuste avec la présence parallèle serait la formule la mieux adaptée, a dit le représentant ivoirien, pour créer les conditions propices à la mise en œuvre rapide de la Feuille de route de la transition, notamment la tenue des élections présidentielle et législatives prévues, selon son homologue malien, le 31 juillet au plus tard.

    Selon les estimations, a expliqué le représentant ivoirien, il faudra une force de 11 200 militaires et 1 440 policiers. Le Burkina Faso, le Niger, le Togo, le Nigéria, le Tchad, la Sierra Leone, le Sénégal, la Guinée, la Côte d’Ivoire et la Gambie se sont engagés à fournir des bataillons d’infanterie, a-t-il assuré.

    LA SITUATION AU MALI

    Présentation du rapport

    Présentant le rapport du Secrétaire général (S/2013/189)sur la situation au Mali, M. JEFFREY FELTMAN, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, a souligné que l’une des principales évolutions dans le processus politique du pays a été l’adoption d’une feuille de route pour la transition. Celle-ci s’articule autour de deux tâches prioritaires pour le Gouvernement de transition, à savoir le rétablissement de l’intégrité territoriale et l’organisation d’élections justes et libres. En outre, le Gouvernement de transition a mis sur pied une Commission du dialogue et de la réconciliation, laquelle est présidée par M. Mohammed Salia Sokana, ancien Ministre de la défense. Ses deux Vice-Présidents sont Mme Traoré Oumou Touré et M. Meti Ag Mohamed Rhissa. « La nomination d’une femme et d’un représentant touareg à la vice-présidence de cette Commission confirme les assurances sur la fondation plurielle et inclusive de l’avancement du processus politique », a insisté M. Feltman. Il a assuré que les Nations Unies apporteraient toute l’aide possible à cette Commission et continueraient à appuyer les efforts de médiation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

    « Le renforcement des capacités et de la légitimité de l’État et du système politique, et ce à tous les niveaux, demeure la priorité des Nations Unies et des dirigeants politiques au Mali », a poursuivi le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques. Celui-ci a observé que le coup d’État du 22 mars 2012 et la crise au nord du Mali avaient, en grande partie, illustré une crise de gouvernance qui englobe une corruption endémique, une faible capacité de l’État de fournir des services de base et une faible légitimité des institutions publiques et du système politique. M. Feltman a émis l’espoir qu’un processus politique inclusif et large, piloté par les Maliens eux-mêmes, permettra une stabilité politique à long terme et la prospérité économique.

    Il a ensuite précisé que l’accès humanitaire s’était amélioré dans le pays mais que la situation demeurait, toutefois, précaire à Tombouctou et à Gao. Quelque 470 000 personnes et 290 000 autres sont déplacées. Environ 177 000 réfugiés vivent en Mauritanie, au Niger et au Burkina-Faso, a-t-il souligné. Quelque 750 000 personnes ont un besoin immédiat d’aide alimentaire, tandis que 660 000 enfants présentent un risque de malnutrition en 2013, dont 210 000 de malnutrition grave. Par ailleurs, l’accès aux services sociaux de base est limité, en particulier dans le nord, dans les régions de Tombouctou et de Gao, où à peine 50 000 écoliers sur 200 000 ont accès à l’éducation.

    L’ONU suit également de près la situation des droits de l’homme, notamment dans le nord, en particulier les informations faisant état d’exécutions sommaires, d’arrestations illégales, de destructions et des pillages. M. Feltman s’est dit particulièrement inquiet des pratiques de représailles pour des motifs ethniques dans les parties du nord du Mali.

    Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques a ensuite noté une amélioration considérable en matière de sécurité, et ce, à la suite de l’intervention de la France et des pays africains, à l’appui des Forces maliennes, dans les parties du Nord. « L’action décisive des Forces françaises et maliennes a permis, dès la fin du mois de janvier, de rétablir le contrôle dans les grandes villes du Nord », a-t-il dit, notant cependant que, malgré ces progrès, les combats continuent avec des groupes armés dans les montagnes de l’Adrar des Ifoghas, ainsi que dans la périphérie des centres urbains comme Tombouctou, Goa et Kidal. Enfin, il s’est inquiété de l’augmentation de la criminalité autour de Tombouctou et des cas d’infiltration de groupes armés dans les zones urbaines, notamment à Bamako.

    Le Secrétaire général adjoint a ensuite souligné la nécessité d’efforts concertés, qui doivent aller au-delà d’une solution aux menaces en matière de sécurité. « Il faudra s’attaquer en profondeur aux problèmes sous-jacents, à la gouvernance, au développement et aux défis humanitaires », a-t-il ajouté. Dans son contexte, il a expliqué que le Secrétaire général propose deux options à l’examen du Conseil. Dans chacune d’elle, les Nations Unies mettront l’accent sur les aspects politiques et la création de conditions propices à l’organisation des élections.

    La première option serait une présence politique intégrée et multidimensionnelle des Nations Unies aux côtés de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA). L’ONU poursuivrait ses tâches politiques et liées aux droits de l’homme dans le cadre d’une opération politique renforcée. Les domaines stratégiques porteraient, entre autres, sur un rôle de bons offices en vue de soutenir la médiation, les négociations, le dialogue national et les dialogues communautaires; sur une aide aux autorités de transition dans le cadre du processus électoral; sur la promotion du respect des droits de l’homme, en particulier en ce qui concerne les femmes et les enfants; ainsi que sur le soutien à la MISMA. Cette dernière serait responsable de la sécurité, à l’appui des Forces de défense et de sécurité du Mali.

    La seconde option impliquerait l’établissement d’une mission de stabilisation intégrée multidimensionnelle des Nations Unies créée en vertu du Chapitre VII, en complément d’une force parallèle. En plus de son mandat politique, cette mission serait chargée de stabiliser et de sécuriser la situation, en axant ses efforts sur la protection des civils et les conditions de la fourniture de l’aide humanitaire. Elle obéirait à des règles d’engagement fermes et serait autorisée à utiliser tous moyens nécessaires pour contrer les menaces susceptibles d’entraver l’exécution de son mandat. À ce titre, elle pourrait notamment mener des opérations seule ou en coopération avec les Forces de défense et de sécurité maliennes. En vertu de cette option, la MISMA sera chapeautée par la mission. « Ces deux options peuvent être regardées comme une transition vers une mission de stabilisation des Nations Unies, aux côtés d’une force parallèle », a-t-il conclu.

    « La situation au Mali demeure changeante car des éléments extrémistes et terroristes continuent de représenter une menace importante à la sécurité des civils et du personnel de l’ONU », a-t-il encore souligné. Dans son rapport, le Secrétaire général souligne qu’il sera « fondamental d’établir une distinction claire entre les tâches de maintien de la paix qui seraient confiées à la mission de stabilisation des Nations Unies envisagées et les activités d’imposition de la paix et de contre-terrorisme d’une force parallèle ».

    Avant de conclure, il a précisé que M. Ban Ki-moon était satisfait des progrès réalisés jusqu’à présent pour respecter l’intégrité territoriale du Mali et réaffirmait son engagement à utiliser l’outil des Nations Unies en vue de promouvoir la stabilité et la croissance économiques du Mali à travers un processus d’élections mené par les Maliens eux-mêmes.

    Déclarations

    M. OUMAR DAOU (Mali) a indiqué que son Président par intérim, M. Dioncounda Traoré avait souligné, dans une lettre adressée le 12 février 2013 au Secrétaire général, la nécessité de configurer la présence au Mali de la communauté internationale à travers un soutien au rétablissement de l’intégrité territoriale, à la restauration de la paix et à la stabilisation du pays. Aujourd’hui encore, a-t-il déploré, l’objectif de libération totale du territoire national n’est pas encore atteint et la paix n’est toujours pas instaurée.

    Le 21 février, a-t-il précisé, une trentaine de terroristes se sont infiltrés dans le quartier administratif de Gao avant d’y être neutralisés par les forces alliées. Le 20 mars, le village de Dougoumi a été attaqué par des hommes armés faisant une vingtaine de morts et de disparus, s’est inquiété le représentant avant d’ajouter que la ville de Tombouctou a été touchée, le 23 mars par une vague d’attentats terroristes. De violents affrontements y ont par ailleurs opposés, dans la nuit du 30 au 31 mars, l’armée malienne à des djihadistes infiltrés dans le centre ville. Trois autres djihadistes y ont été neutralisés le 1er avril.

    Il va sans dire, en a conclu le représentant, que ces flambées de violence récurrentes entretenus par Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), Ansar dine, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO) et le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) constituent non seulement un obstacle au rétablissement de l’autorité de l’État, au retour des personnes déplacées et des réfugiés et à l’instauration d’un climat serein pour l’organisation d’élections « libres, transparentes et crédibles », entre autres, mais elles représentent aussi une menace à la paix et à la stabilité de toute la région, a averti M. Daou.

    Il a jugé nécessaire d’entreprendre des actions urgentes pour renforcer les capacités opérationnelles des Forces armées et de sécurité du Mali afin de leur permettre de s’acquitter de leurs obligations « régaliennes » de protection des populations et des biens et de défense du territoire national.

    M. Daou a d’emblée indiqué que le Mali porte son choix sur la seconde option, présentée par le Secrétaire général, qui prévoit une force parallèle dont l’objectif sera de mener des combats et des opérations de lutte antiterroriste « d’envergure ». Le Gouvernement du Mali demeure convaincu que ce choix lui permettra d’atteindre ses objectifs de restauration de la souveraineté de l’État malien, a-t-il indiqué. Participe également à cette dynamique, a-t-il estimé, l’adoption à l’unanimité, le 20 janvier 2013 par l’Assemblée nationale, de la Feuille de route de la transition.

    Le représentant a estimé qu’une étape importante avait été franchie le 27 mars dernier avec la nomination du Président et des deux Vice-Présidents de ladite Commission Dialogue et Réconciliation. Le représentant a insisté sur le fait qu’une des priorités du Gouvernement de transition est d’organiser des élections présidentielles et législatives, le 31 juillet au plus tard. En dépit de multiples difficultés et de la complexité de la tâche, il y a lieu d’espérer que les Maliens, grâce à l’accompagnement solidaire des partenaires et de la communauté internationale, sauront relever les défis et ouvrir une nouvelle page de leur histoire.

    M. YOUSSOUFOU BAMBA (Côte d’Ivoire), intervenant au nom de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a souligné que la situation au Mali avait évolué positivement depuis le déclenchement de l’opération « Serval ». La contre-offensive des forces alliées a été décisive et a permis une avancée rapide vers le Nord jusqu’à Tessalit, s’est félicité le représentant pour ensuite indiquer que les efforts actuels consistent à mener des offensives contre les sanctuaires djihadistes dans les Adrars des Ifhogans et dans la bande du Niger.

    C’est pourquoi, a-t-il indiqué, lors de sa Réunion extraordinaire des 25 et 26 mars, le Comité des Chefs d’État-major généraux de la CEDEAO a conclu qu’il est indispensable que la MISMA soit dotée au plus tôt de ressources financières et matérielles nécessaires à « sa montée en puissance » qui lui permettra d’être en mesure de prendre le relais des Forces françaises. La présente transition, a-t-il insisté, est d’une importance critique, particulièrement dans le cadre de la transformation de la MISMA en une opération internationale de stabilisation des Nations Unies, sous le Chapitre VII de la Charte.

    Le représentant a révélé les estimations qui indiquent qu’il faudra une force de 11 200 militaires et 1 440 policiers. Le Burkina Faso, le Niger, le Togo, le Nigéria, le Tchad, la Sierra Leone, le Sénégal, la Guinée, la Côte d’Ivoire et la Gambie se sont engagés à fournir des bataillons d’infanterie. Le taux de déploiement des troupes de la MISMA se situant à 84% des effectifs prévus, un effort supplémentaire devra être fait pour garantir la transformation efficiente de la MISMA en une opération internationale de stabilisation de l’ONU.

    La réalisation effective des objectifs de la résolution 2085 du Conseil de sécurité exige désormais, a prévenu le représentant, d’envisager la transformation rapide de la MISMA en une opération de paix des Nations Unies. Il s’agit là d’une « réalité incontournable ». Le Mali, a-t-il plaidé, a « urgemment besoin » d’une assistance multidimensionnelle couvrant à la fois les aspects de sécurité, de paix, d’assistance humanitaire d’appui aux droits de l’homme, d’appui au dialogue politique et au processus électoral, « toute chose que seule peut apporter une opération de paix des Nations Unies ».

    Pour la CEDEAO, a affirmé M. Bamba, l’option la mieux adaptée serait de transformer la MISMA en une opération de stabilisation des Nations Unies, avec la présence parallèle d’une force dotée de la capacité requise pour déloger rapidement les terroristes et les insurgés. C’est par ce même souci que la CEDEAO insiste sur le besoin de se pencher de façon urgente sur la question du statut du MNLA qui devrait être désarmée. La Commission Dialogue et Réconciliation est le « cadre idéal » pour apporter les réponses aux revendications politiques du MNLA. Pour ce faire, a-t-il ajouté, le déploiement rapide de l’administration civile du Mali pourrait amplement contribuer à renforcer l’état de droit, à lutter contre l’impunité et à installer dans le nord du Mali des interlocuteurs gouvernementaux viables tant pour la communauté internationale que pour la nouvelle mission de paix.

    • *** * À l’intention des organes d’information • Document non officiel

    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    04/04/2013 09:56 GMT

    Par Michel MOUTOT

    GAO (Mali), 04 avr 2013 (AFP) - Dix-sept heures: le soleil devient orange et descend sur le fleuve Niger. Pour les pêcheurs de Gao (nord-est du Mali), enfin libres de repartir jeter leurs filets après deux mois d'interdiction, il est temps de rentrer au port.

    Tout trafic sur le fleuve avait été interdit en février par les autorités, revenues à la suite de l'offensive franco-malienne qui a libéré Gao. Une décision prise après trois incursions de combattants jihadistes qui avaient sans doute pénétré en pirogues dans le centre de la grande ville du Nord malien et s'y étaient battus jusqu'à la mort.

    La semaine dernière, cédant aux suppliques des pêcheurs incapables de nourrir leurs familles, les autorités ont de nouveau autorisé pirogues, barques et pinasses à reprendre l'eau, mais uniquement de 06H00 à 17H00.

    "Il était plus que temps", sourit, assis en tailleur sur une natte dans la cour de sa maison, Mahdi Flabake Traoré, président de l'association des pêcheurs de Gao (près de 1.200 km de Bamako). "Nous avons vécu à crédit auprès des commerçants pendant deux mois, ce n'était plus tenable. Dieu et la France nous ont sauvés, mais ensuite nous n'avions plus rien à manger. Bamako nous avait oubliés".

    "J'allais tous les matin à la caserne supplier les militaires de nous laisser reprendre la pêche", dit-il, en caressant la couverture d'un coran rouge. "Ils ont fini par nous entendre. Nous avons recommencé la semaine dernière, il y a beaucoup de poissons car personne n'a pêché pendant deux mois. Nous travaillons toute la journée, comme des forçats dès le lever du jour: il faut maintenant payer nos dettes".

    Le "capitaine", ici poisson roi, et la quarantaine d'espèces qui peuplent le Niger nourrissent en temps normal les quelque 1.500 pêcheurs de Gao, qui exportent leur production, fraîche, séchée ou fumée, vers Mopti (centre du Mali), la capitale Bamako ou Niamey, au Niger voisin.

    Surveillance jour et nuit

    Avec l'interdiction de naviguer, c'était le principal poumon économique de la ville qui s'était arrêté pendant huit semaines: les transports fluviaux en tous genres, l'arrivée à Gao de bétail ou de fourrage pour les animaux, la venue en ville des habitants des villages isolés.

    Auparavant, de grandes pinasses confortables et bien équipées promenaient aussi des touristes, mais les guides locaux n'en ont pas vu une depuis l'arrêt, en 2009, des vols charters sur Gao de la compagnie française Point-Afrique.

    Aujourd'hui, les balles de "bourgou", cette longue herbe servant de nourriture au bétail, s'empilent à nouveau sur la rive et les pinasses déchargent leurs cargaisons de bois, de chèvres et de moutons.

    "C'était dur, mais le prix à payer pour la sécurité", assure, assis sur sa chaise basse plantée dans le sable au bord du fleuve, le lieutenant Diallo, chef de secteur du quai de Gao. Il a placé des hommes en faction tous les 200 mètres, interdit la circulation automobile sur la berge et affirme assurer une surveillance de fer, nuit et jour.

    "Le fleuve entoure Gao, c'est la plus grande vulnérabilité", explique-t-il à l'AFP, d'un geste circulaire. "Alors nous avons autorisé le trafic et la pêche de 06H00 du matin à 17H00, mais il faut partir et arriver sur un seul quai où nous surveillons tout".

    "Les bateaux, même les plus petites pirogues, sont fouillés au départ et au retour. Nous ouvrons les sacs, cherchons des armes et vérifions l'identité de tout le monde. Les bandits du Mujao ne pourront plus passer par là", ajoute-t-il, en référence au Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest, un des groupes islamistes ayant occupé le nord du Mali en 2012 et qui a revendiqué des incursions de combattants jihadistes dans Gao.

    Le lieutenant Diallo assure disposer, prêt de l'armée française, de deux paires de jumelles à vision nocturne pour ses hommes "postés sur des points hauts". "Ici, c'est le poste le plus vulnérable, celui qui intéresse les bandits islamistes, parce que nous sommes près du grand marché, de la mairie, du palais de Justice. Mais maintenant, avec l'armée française à l'aéroport et les Sénégalais en ville, je ne crois pas qu'ils s'y risqueront à nouveau".

    Il y a certes, près du principal pont, deux hors-bords de patrouille de la gendarmerie fluviale mais, tirés sur le sable, entrailles des moteurs à l'air, ils ne semblent pas prêts d'être remis à l'eau.

    mm/cs/lbx

    © 1994-2013 Agence France-Presse


older | 1 | .... | 114 | 115 | (Page 116) | 117 | 118 | .... | 728 | newer