Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 106 | 107 | (Page 108) | 109 | 110 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger
    preview


    Faits saillants

    • Malgré l’amélioration de l’accès humanitaire, l’insécurité au nord du pays reste un défi. Des actes de violence ciblant des civils continuent d’être rapportés. Le 7 mars, quatre civils ont été tués dans la région Tombouctou par des hommes armés supposés appartenir à un des groupes armés.

    • De nouveaux déplacements de populations continuent d’être observés. Environ 4 200 personnes se sont déplacées ces dernières semaines dans la zone de Talhandak, région de Kidal, et les évaluations conduites sur le site en fin février et en mars ont révélé que ces déplacés ont des besoins urgents en vivres et en eau et assainissement.

    • Les personnes déplacées internes (PDI) sont maintenant estimées à 271 465. Le nombre de réfugiés maliens dans les pays voisins est estimé à 176 777 dont 75 019 en Mauritanie, 53 841 au Niger et 47 871 au Burkina Faso.

    • Environ 152 millions de dollars sont recherchés pour couvrir pendant trois mois les besoins humanitaires prioritaires identifiés suite à l'escalade du conflit en janvier 2013 au centre et nord du Mali. Quelques projets du CAP sont intégrés dans cette priorisation.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger
    preview


    Highlights

    • Despite improvements in humanitarian access, insecurity in the north remains a challenge. Security incidents, including acts of affecting civilians, continue to be reported. On 7 March, four civilians were killed in Timbuktu by armed men allegedly part of an armed group.

    • New displacements continue to be observed. Approximately 4,200 people have been internally displaced persons (IDPs) over the last several weeks around Talhandak (Kidal region). Assessments conducted on site in late February and March reveal urgent needs in food, water and sanitation.

    • As of 15 March, internally displaced persons (IDPs) were estimated at 271,465. This figure includes IDPs in Talhandak (4,200) and Tin Zaoutin (6,600). Malian refugees in neighbouring countries are estimated at 176,777, including 75,019 in Mauritania; 53,841 in Niger; and 47,871 in Burkina Faso.

    • About $152 million is needed to respond to identified priority humanitarian needs over the next three months. These needs were identified following the escalation of the conflict in central and northern Mali in January 2013 and include some projects excerpted from the CAP.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal
    preview


    POINTS SAILLANTS 2013

    • Malgré les bonnes récoltes de 2012, l’insécurité alimentaire persiste dans le Sahel.

    • 10,3 millions de personnes demeurent dans l’insécurité alimentaire.

    • 1,66 milliard de dollars sont requis pour répondre aux besoins immédiats et renforcer la résilience.


    0 0

    Source: UN Children's Fund
    Country: Mali, Niger

    The long, perilous journey out of Mali exhausted Mariama and all of her children. But for little Ouda, 12 months old, it would prove unbearable.

    27 February 2013: UNICEF correspondent Shushan Mebrahtu reports on how UNICEF is helping Malian refugees in the Niger.

    By Shushan Mebrahtu

    MANGAIZE, Niger, 12 March 2013 – Mariama Sadou and her three young children fled Mali four weeks ago to escape the violence. For 11 days, they travelled under the scorching sun by foot and by donkey until they crossed into the Niger.

    The family settled in Mangaize camp, one of three official camps among the six sites in the Niger hosting 50,000 Malian refugees.

    The long, perilous journey out of Mali exhausted Ms. Sadou and all of her children. But for little Ouda, 12 months old, it proved unbearable.

    Screened for malnutrition

    “It has been 25 days since Ouda is sick,” said a woman speaking on behalf of Ms. Sadou. “When the mother tried to feed Ouda, she keeps vomiting – she has fever every night.”

    “On the road, they ate only once a day, some dough made of millet and oil,” added the woman, a refugee and resident of Mangaize, herself.

    Ms. Sadou brought Ouda to a UNICEF-supported feeding centre in the camp, where all children are screened for malnutrition and given nutritious meals three times a day. Nutritional screening takes place once a month in all three feeding centres in the camp.

    But Ouda refused to eat.

    A nutritionist measured the circumference of Ouda’s left arm. Ouda was suffering from severe acute malnutrition.

    She was immediately referred to the health centre, close to the camp, for further diagnosis and treatment.

    Screened for health

    At the health centre, a nurse evaluated Ouda’s weight-to-height ratio. The baby weighed only 5.8 kg. A child of her height should normally weigh 7.1 kg. An appetite test confirmed that Ouda could not eat on her own.

    She was also suffering from diarrhoea.

    “She is severely malnourished with medical complications,” said Chief of the Mangaize health centre Dr. Issufou Boubay. “She needs to be referred for intensive medical care. Treating her with just therapeutic food is not going to cure her.” Ouda is not the only child suffering from severe acute malnutrition in the camp. “Amongst the 101 severely malnourished children we detected during the course of January, 47 were refugees,” noted Dr. Boubay.

    Referred to rehabilitation centre

    Most of the refugee children suffering from malnutrition receive outpatient care through weekly visits to the health centre for rations of therapeutic food and to monitor their weight and health.

    But children with medical complications, like Ouda, are referred to an intensive nutritional rehabilitation centre (CRENI) to be hospitalized.

    The CRENI where Ouda would go is 45 km from Mangaize camp. Ms. Sadou packed a change of clothes, a plastic mat and a blanket. Mother and daughter travelled by ambulance for one hour to the Ouallam District hospital. Medical staff admitted Ouda to the intensive Phase I nutrition rehabilitation ward to follow her treatment.

    Chief of the Ouallam District hospital CRENI Dr. Himon Boubakar was optimistic about Ouda’s situation. “She will recover, God willing, within a short time,” he said.

    As it turns out, Ouda’s situation is improving, and she has begun the transition phase of the treatment. She is being given ready-to-use therapeutic food and has continued to gain weight.

    Many refugee children like Ouda are receiving urgent healthcare in their host country, the Niger, a country with one of the highest malnutrition rates in the world. This year alone, the Niger expects nearly 290,000 severe acute malnutrition caseloads amongst children under 5 years old.

    In Mangaize camp, UNICEF and its partners are providing wet feeding with daily rations of nutritious hot meals to children, supporting regular nutritional screening activities and referral for treatment, as well as holding awareness-raising sessions for mothers on appropriate child feeding and good hygiene practices.

    UNICEF is strengthening the capacity of health centres and CRENIs throughout the Niger to prevent and treat malnutrition among children and to cope with the increasing number of admissions from refugee camps.

    But more resources are needed to provide medical supplies, drugs, therapeutic food and other life-saving supplies. UNICEF is calling on the international community to intensify efforts and mobilize all means necessary to save the lives of vulnerable children in the Niger.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Mali

    16 March 2013 – The United Nations could have a peacekeeping operation in place in Mali this July, with approval from the Malian Government and the Security Council, a senior United Nations official today said wrapping up his week-long visit to Mali.

    “July could see the transfer of AFISMA to a UN stabilisation mission,” Assistant Secretary-General for Peacekeeping Operations, Edmond Mulet, told journalists in the Malian capital city of Bamako, referring to the African-led International Support Mission in Mali by its French acronym - AFISMA.

    In December 2012, at the request of the Malian Government, the Security Council authorized AFISMA's deployment to support national efforts to recover the north, which had been occupied by radical Islamists. The conflict uprooted hundreds of thousands of people and prompted the Malian Government to request assistance from France to stop the military advance of extremist groups.

    Mr. Mulet was in Mali assessing possible options for a UN presence. Speaking to media today, he stressed that any UN force would be limited and focus on supporting the Malian authorities and protecting civilians.

    “The sovereignty of Mali is the main objective of this international support,” Mr. Mulet said.

    “It is not to create a buffer between the north and the south. The members of the Security Council and the member states are very clear on the need for Mali to extend its authority over all its territory,” he added.

    The 15-member UN Security Council would be required to vote on any UN presence in the country. That authorization is likely to be up for debate following a report from Secretary-General Ban Ki-moon due on 27 March. Following Security Council approval, it would take approximately another two month to deploy a force to Mali.


    0 0

    Source: UN News Service
    Country: Chad

    15 mars 2013 – Le gouvernement du Tchad organise, du 15 au 17 mars, une grande campagne nationale de vaccination contre la polio, combinée à la supplémentation en vitamine A et au déparasitage des enfants de moins de 5 ans. Appuyée par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), vise à atteindre près de 4 millions enfants dans l'ensemble du pays.

    Une attention particulière sera accordée aux populations nomades, faiblement desservies par les services sociaux de base, y compris les services de santé en général et de vaccination en particulier.

    « Cette campagne combinée à grande échelle pourrait représenter pour le pays une avancée significative pour la survie de l'enfant », a déclaré le Représentant de l'UNICEF au Tchad, Bruno Maes. « La supplémentation en vitamine A et le déparasitage sont des interventions à haut impact destinées à améliorer l'état nutritionnel et de santé des enfants. La première offre à l'enfant plus de chance de survie et moins de risque d'être affecté par les formes graves de maladies infectieuses. Le second permet un meilleur état nutritionnel, une rapide croissance et aide à développer les facultés d'apprentissage de l'enfant. »

    Si ces interventions étaient institutionnalisées et systématisées tous les six mois, elles peuvent contribuer à réduire d'un quart (23%) la mortalité des enfants, de moitié (50%) celle liée à la rougeole et de 40% la mortalité liée à la diarrhée.

    Estimées à 350.000 personnes, soit 3,5% de la population totale du Tchad, les populations nomades sont souvent difficiles à atteindre par les services de santé. Par ailleurs, l'analyse des cas de poliomyélite au Tchad montre que les enfants nomades sont touchés de façon disproportionnée. Il s'agit d'un segment de population mal desservi et sur lequel les informations disponibles sont rares.

    « Cette campagne répond à un souci d'équité. L'UNICEF est mandaté pour accorder une attention particulière aux populations les plus vulnérables. Le Fonds et ses partenaires travaillent avec ces communautés afin de développer des stratégies visant à trouver et vacciner leurs enfants. Ce travail innovant avec les nomades commence à donner des résultats au Tchad. Un nouveau cas de polio serait un cas de trop », estime Bruno Maes.

    Le Tchad a réalisé d'immenses progrès vers l'éradication de la poliomyélite. Le pays n'a enregistré que cinq cas en 2012 contre 132 cas en 2011, soit une réduction de 95%. Grâce à l'engagement continu du gouvernement et de ses partenaires, le Tchad s'achemine vers l'éradication de la maladie.

    « La campagne aidera à consolider les acquis au Tchad où aucun cas de polio n'a été enregistré depuis juin 2012 » se félicite M. Maes.

    Cependant, d'immenses défis restent à relever, dans un contexte où les services de vaccination de routine, de même que la demande de ces services, demeurent faibles. L'enquête de couverture vaccinale de 2012 réalisée par le Ministère de la Santé avec l'appui de l'OMS et l'UNICEF, a montré qu'au Tchad, 42% d'enfants de moins d'un an ont reçu trois doses du vaccin pentavalent qui les protègent contre cinq maladies évitables par la vaccination.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    03/16/2013 18:07 GMT

    BAMAKO, 16 mars 2013 (AFP) - L'ONU table sur la "présence complète" de sa "mission de stabilisation" au Mali en juillet pour remplacer la mission africaine Misma et le gros de l'armée française, a déclaré samedi à Bamako Edmond Mulet, sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix de l'ONU.

    "Juillet pourrait voir le transfert de la Misma vers la mission de stabilisation de l'ONU", a déclaré M. Mulet en précisant que ce déploiement devait être précédé par un vote au Conseil de sécurité de l'ONU.

    "Il ne s'agit pas d'une force d'interposition", a déclaré Edmond Mulet à la presse, à l'issue d'une mission exploratoire d'une semaine au Mali qui l'a amené à rencontrer le président par intérim Dioncounda Traoré et son Premier ministre Diango Cissoko, et à se rendre à Tombouctou.

    "Il ne s'agit pas de créer une force tampon entre le Nord et le Sud", a-t-il dit. "Dans d'autres pays en Afrique et dans le monde", des missions de maintien de la paix visaient à "séparer des forces belligérantes mais ce n'est pas le cas au Mali", a précisé Edmond Mulet.

    "Les membres du Conseil de sécurité et les Etats membres sont très clairs pour que le Mali étende son autorité sur tout le territoire du Mali", a dit le responsable de l'ONU. "La souveraineté du Mali est l'objectif principal de cet appui international", a-t-il ajouté.

    La mission d'Edmond Mulet vise à "préparer un rapport spécial que le secrétaire général devra présenter au conseil de sécurité avant la fin du mois". "Basé sur ce rapport, il est probable que le Conseil de sécurité puisse approuver une résolution pour créer une mission de stabilisation des Nations unies au Mali", a précisé M. Mulet qui sera à Paris lundi.

    "Les Nations unies n'auraient ni le mandat ni la capacité d'endiguer la menace sécuritaire qui est posée par les terroristes", a-t-il dit à propos du rôle de cette mission. "Ce sont des actions qui sont entreprises avec beaucoup plus d'efficacité par des partenaires qui en ont la capacité", a-t-il dit.

    Le déploiement de cette mission de stabilisation "se fait en coordination avec les forces françaises", a précisé le représentant de l'ONU.

    "La France a dit qu'elle serait sur le terrain le temps nécessaire et s'il y a encore du travail à faire ils (les forces françaises, ndlr) continueront de le faire", a ajouté M. Mulet en précisant que "l'intention de Serval, comme l'intention des Nations unies, n'est pas de rester pour toujours".

    La France, intervenue seule militairement le 11 janvier au Mali pour en chasser les groupes armés islamistes, avait annoncé mardi un prochain passage de relais à l'ONU avec un probable vote en avril d'une résolution sur une opération de maintien de la paix. Le président français François Hollande a annoncé que le retrait des troupes française commencerait en avril.

    "Nous allons passer du cadre actuel (...) à un nouveau dispositif diplomatique qui est accepté par tous les membres du Conseil de sécurité, une opération de maintien de la paix (OMP), qui devrait probablement être votée au mois d'avril et appliquée deux mois plus tard", avait déclaré Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères.

    La Misma déploie actuellement au Mali environ 6.300 soldats d'Afrique de l'Ouest et du Tchad, auxquels s'ajoutent quelque 4.000 soldats français.

    "La force de sécurisation de l'ONU reprendra la Misma et pourra être étendue à d'autres", a observé Laurent Fabius.

    Elle pourrait mobiliser au total jusqu'à 10.000 hommes. Aux forces africaines actuellement dans la Misma qui inclut depuis peu le contingent tchadien, pourraient s'ajouter d'autres unités, notamment burundaises et mauritaniennes.

    L'idée est d'installer la base principale et logistique de cette mission de stabilisation dans le nord du pays, à Gao, avec une "présence politique et minimale à Bamako".

    sj/stb/jmc

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: Agency for Technical Cooperation and Development
    Country: Mali
    preview



    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    03/17/2013 19:52 GMT

    Par Hademine OULD SADI

    NOUAKCHOTT, 17 mars 2013 (AFP) - La France a annoncé dimanche la mort de son cinquième soldat depuis le début de son intervention armée au Mali, au moment où les pays voisins de la bande sahélo-saharienne s'engageaient à aider au succès de la force africaine (Misma).

    Le cinquième soldat français est mort au combat dans le nord du Mali, a annoncé le président François Hollande dans un communiqué.

    Trois autres soldats français ont été blessés dans l'explosion de leur véhicule "sur un engin ennemi", dont "deux assez sérieusement" lors d'une opération au sud de Tessalit, près de la frontière algérienne, a précisé le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

    C'est dans cette région, plus particulièrement le massif des Ifoghas, que les soldats français et tchadiens mènent depuis plusieurs semaines la traque aux islamistes liés à Al-Qaïda qu'y s'y sont retranchés avec leurs armes depuis leur fuite, fin janvier, des grandes villes du nord du Mali qu'ils occupaient, Gao, Tombouctou et Kidal, reprises par les armées française et africaines.

    Le président Hollande a salué "avec émotion la détermination et le courage des forces françaises au Mali dans l'ultime phase, la plus délicate, de leur mission", exprimant sa "grande tristesse" après la mort de ce caporal d'infanterie, Alexandre Van Dooren. Le président a adressé "à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances et le respect de toute la Nation".

    Plus au sud des Ifoghas, près de Gao, la plus grande ville du nord du Mali qui a subi en février les violences provoquées par les islamistes armés, cinq obus ou roquettes ont explosé dans la nuit de samedi à dimanche, sans faire de victimes, a-t-on appris de sources militaires française et malienne.

    Quelque 4.000 militaires français sont actuellement déployés au Mali, où de violents combats les opposent aux islamistes armés dans le nord-est du pays, près de la frontière algérienne.

    Le président français avait annoncé le 6 mars "une diminution du nombre de soldats" français déployés au Mali "à partir du mois d'avril".

    "Arrangements opérationnels"

    C'est dans ce contexte qu'une réunion internationale sur la sécurité dans la bande sahélo-saharienne entre représentants des pays voisins du Mali, de l'Union africaine (UA), de l'Union européenne (UE) et de l'ONU, s'est tenue au niveau ministériel dimanche à Nouakchott.

    A l'issue de la rencontre, "les participants sont convenus de la nécessité de ne ménager aucun effort pour consolider les avancées enregistrées par la Misma et renforcer la sécurité et la stabilité régionale".

    Ils ont décidé de "renforcer la sécurité aux frontières à travers des mesures spécifiques appropriées pour prévenir et empêcher les mouvements des groupes terroristes et criminels" et d'échanger des renseignements à travers les structures régionales existantes.

    Parallèlement au début du retrait des troupes françaises intervenues pour mettre hors d'état de nuire les islamistes qui occupaient le nord du Mali depuis des mois et menaçaient d'avancer vers le Sud, la Misma doit être remplacée à court terme par une force de stabilisation de l'ONU.

    La Misma déploie actuellement au Mali environ 6.300 soldats d'Afrique de l'Ouest et du Tchad.

    La force de stabilisation de l'ONU pourrait mobiliser au total jusqu'à 10.000 hommes. Aux forces essentiellement ouest-africaines déjà présentes au sein de la Misma qui inclut depuis peu le contingent de 2.000 Tchadiens, pourraient s'ajouter d'autres unités, notamment burundaises et mauritaniennes.

    L'ONU table sur la "présence complète" de sa "mission de stabilisation" en juillet pour remplacer la Misma et le gros de l'armée française, a déclaré samedi à Bamako Edmond Mulet, sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix de l'ONU.

    Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait évoqué un vote au Conseil de sécurité en avril pour un déploiement de la force de l'ONU en juin.

    bur-stb/hba

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: International Telecommunication Union
    Country: Mali

    Fourniture d'équipements de télécommunications d'urgence à des organismes humanitaires des Nations Unies

    Genève, le 14 mars 2013 – L'UIT a fourni à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) des terminaux de satellite pour assurer des services de téléphonie et de données à haut débit, à l'appui des efforts humanitaires déployés par ces deux organisations dans le contexte de crise que connaît le Mali.

    L'UIT a fourni à l'OMS 30 téléphones satellitaires Thuraya pour contribuer aux opérations de secours en matière de santé dans le nord du Mali.

    Comme l'a déclaré Hamadoun I. Touré, Secrétaire général de l'UIT, "Alors que le Mali sort d'un conflit, les habitants des villes et des villages touchés ont un besoin impérieux de l'assistance et du secours que peuvent leur apporter les organismes humanitaires des Nations Unies. L'UIT collabore avec l'OMS et le HCR à la fourniture d'équipements de télécommunications d'urgence – absolument vitaux pour la coordination des opérations de secours aux personnes frappées par cette crise".

    Le Dr Richard Brennan, Directeur du Département de la gestion des risques liés aux situations d'urgence et de l'action humanitaire de l'OMS, a pour sa part déclaré: "Le déploiement d'équipements de communication par satellite contribuera à pallier le manque de ressources dont a besoin le secteur de la santé face à la crise au Mali". Et, a-t-il ajouté, "En période de crise humanitaire, l'OMS a besoin, pour ses opérations, de divers équipements logistiques, dont des moyens de communication pour la gestion de l'information sur la santé, ainsi que pour respecter les mesures de sécurité sur le terrain".

    "Nous prenons très au sérieux les activités humanitaires", a précisé Brahima Sanou, Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT. "En situation extrême, comme c'est le cas au Mali, l'UIT se tient toujours prête à appuyer les organismes humanitaires des Nations Unies dans les efforts qu'ils déploient pour porter secours aux personnes et aux communautés prises dans des conflits, en particulier lorsqu'elles sont frappées par la maladie ou chassées de chez elles et déplacées".

    Il arrive fréquemment que l'UIT déploie des équipements de télécommunications d'urgence dans le monde pour porter secours en cas de tremblement de terre, de cyclone, d'inondation ou d'autres catastrophes naturelles.

    Pour en savoir plus, vous pouvez vous mettre en rapport avec:

    Sanjay Acharya

    Chef, Relations avec les médias et information du public

    +41 22 730 5046

    +41 79 249 4861

    pressinfo@itu.int


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Algeria, Burkina Faso, Mali, Mauritania, Niger
    preview



    0 0

    Source: Famine Early Warning System Network
    Country: Niger
    preview


    La forte demande continue d’entrainer les prix des céréales à la hausse

    MESSAGES CLÉS

    • Suite à la persistance de la forte demande provenant des consommateurs, des privés et surtout des institutions, la hausse des prix des céréales (surtout le mil) observée en février 2013 est la plus élevée des 5 dernières années avec des augmentations variant entre 14 et 40 pour cent par rapport a la moyenne enregistrées sur les principaux marchés. Toutefois, ces prix anormalement élèves ne constituent pas actuellement un facteur limitant significativement l’accès alimentaire des ménages.

    • En ce moment, les ménages pauvres font recours fortement aux marchés pour satisfaire leurs besoins alimentaires. Cependant, l’accès et le pouvoir d’achat permettent de maintenir l’insécurité alimentaire globalement à un niveau minimal grâce à la disponibilité des stocks céréaliers au niveau de certains ménages et à la faveur des revenus de la main d’œuvre, de la vente de cultures irriguées et des animaux.

    • Néanmoins, dans certains départements de Tillabéri les interventions humanitaires du programme social du gouvernement et des partenaires sont nécessaires en mars 2013 pour éviter un déficit de consommation alimentaire


    0 0

    Source: IFRC
    Country: Mali

    Par Moustapha Diallo, FICR

    « J’ai perdu mon unique fils pendant le conflit. Je me retrouve seule maintenant avec mes petits-enfants. Sans toit adéquat et sans argent, nous menons une vie précaire faite de privations à Kati », se lamente Maiga Zeinabou, une sexagénaire qui vivait à Gao, au nord du Mali, il y a quelques mois.

    Cette vieille dame raconte ses déboires depuis la frontière avec l’Algérie où elle s’était d’abord refugiée avant de descendre sur Kati, une ville située à 40 kilométres de Bamako, la capitale malienne.

    Des kilomètres à pied sous un soleil de plomb et quatre jours de voyage dans un camion en piteux état, flanquée de ses deux petits-enfants, Zeinabou dont la force physique n’est plus, est arrivée à Kati, sans ressources et complétement épuisée.

    « Nous sommes arrivés malades à Kati car où nous étions prés d’une centaine de personnes entassées comme des boites de sardines dans le camion» explique t-elle.

    Après l’éclatement de la crise au nord Mali, des milliers de populations se sont déplacées à l’intérieur du pays tandis que d’autres ont fui vers les pays voisins. Au 1er mars, le HCR a dénombré plus de 260,000 déplacés à l’intérieur du pays et plus de 170 000 refugiés maliens au Burkina Faso, Mauritanie et Niger.

    Pour ceux qui ont cherché la sécurité dans le sud du Mali, la plupart ont fini par être accueillis par des familles qui sont déjà débordées et incapables de faire face aux besoins essentiels de leurs hôtes inattendus.

    Ils ont fui le conflit pour retrouver la misère « Nous manquons de tout et dépendons des autres pour subvenir à nos besoins. Nous sommes fatigués de tendre la main dans notre propre pays » s’exclame Zeinabou, très critique envers certaines organisations humanitaires qui sont venues faire des évaluations et qui n’ont pas encore apporter l’aide promise.

    Avec le soutien de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le Comité international de la Croix-Rouge et les Sociétés nationales partenaires, la Croix-Rouge malienne est une organisation humanitaire qui apporte son aide.

    « Seule la Croix-Rouge malienne est venue nous apporter 300 kg de riz que nous avons épuisés en quelques semaines » souligne Zeinab ajoutant qu’elle a été accueillie par sa nièce mariée dans le quartier Hèrèmakono de Kati « Nous sommes plus de cinq familles dans cette concession à avoir fui le conflit au nord Mali »

    Comme des milliers d’autres personnes, Zeinabou envisage un retour dans sa région d’origine, mais prèfère attendre que les conditions de sécurité se soient suffisamment améliorées pour le faire.

    En attendant, Zeinabou essaie de survivre avec sa petite famille dans une miniscule hutte qu’elle a elle-même fabriquée pour se protéger du brûlant soleil. Une habitation de fortune qui risque d’être anéantie par la moindre pluie quand l’hivernage va démarrer dans un peu plus de deux mois.


    0 0

    Source: UN Radio
    Country: Mali

    Écouter

    Tieman Huber Coulibaly, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali est actuellement en visite de travail à New York. Il a rencontré le Secrétaire général des Nations Unies vendredi.

    L'Objectif de la visite du Ministre malien est de faire un point de la situation, du processus politique et des opérations militaires au nord su pays. Le Ministre des Affaires étrangères du Mali doit également tenir des consultations avec les membres du Conseil de sécurité sur la transformation de la Mission Internationale de soutien au Mali (MISSMA), en une Force de stabilisation de la paix des Nations Unies.

    Il entend donner « son appréciation de la situation et de la manière dont il faut procéder pour que la Force des Nations Unies soit déployée, le plus rapidement et efficacement possible ».

    Dans une interview exclusive accordée à la Radio des Nations Unies, Tieman Huber Coulibaly revient en détails sur la situation dans son pays. « Au plan national, les opérations militaires sont en cours pour chasser les terroristes du nord et permettre aux Maliens de pouvoir vivre en paix », a-t-il déclaré. « Une commission de dialogue et réconciliation a été créée et sera opérationnelle prochainement.

    Le Mali tente autant que faire se peut de tenir le délai du 31 juillet, date à laquelle des élections présidentielles et législatives sont prévues ».

    Concernant la résolution 2085 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui a donné lieu à la création de la MISMA, Tieman Huber Coulibaly estime que « la mission a besoin de ressources pour être opérationnelle et que les ressources sont à l'ONU ».

    La création rapide d'une Force de stabilisation au Mali dont le premier mandat sera d'un an, devra donc permettre la reconstruction morale, matérielle et opérationnelle de l'armée malienne et aider -dans les 12 à 18 mois- le Mali à sortir de cette phase triste de son histoire.

    Selon, le Ministre malien, la Force de stabilisation des Nations Unies ne sera ni une mission d'interposition, ni une mission traditionnelle du maintien de la paix. Il ne s'agit au Mali ni d'un conflit ethnique endémique, ni de tensions postélectorales, mais d'une guerre menée contre le terrorisme au nord du pays. « Lorsque ce dernier sera détruit, le mandat de la Force onusienne consistera à stabiliser la paix au nord », explique le Ministre.

    Tieman Huber Coulibaly est confient que la paix sera conquise et consolidée, « parce les Maliens vont détruire les terroristes ».

    Évoquant la réconciliation nationale, le Ministre a souligné qu'elle allait bon train. « Les Maliens peuvent certainement parfaire le système de décentralisation, mener davantage de projets de développement dans le nord, pour que le Mali tout entier puisse mieux vivre », consent le Ministre.

    Réagissant enfin aux préoccupations des Nations Unies concernant les violations des droits de l'homme par des soldats maliens, Tieman Huber Coulibaly a réitéré que « chaque soldat coupable subira les rigueurs de la loi. Nous voulons construire une armée républicaine qui respecte les droits de l'homme et nous ne serons jamais complices d'exactions, mais parlons aussi des massacre d'Aguelhok. 130 soldats maliens ont été égorgés, éventrés leurs cadavres ont été jetés dans le désert. Ceci est inacceptable ».

    Interview : Tieman Huber Coulibaly, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali ; propos recueillis par Maha Fayek


    0 0

    Source: Assessment Capacities Project
    Country: Afghanistan, Angola, Bangladesh, Bolivia, Burkina Faso, Cameroon, Central African Republic, Chad, Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Haiti, Iraq, Jordan, Kenya, Kyrgyzstan, Lesotho, Malawi, Mali, Mauritania, Mozambique, Myanmar, Niger, occupied Palestinian territory, Pakistan, Philippines, Samoa, Senegal, Somalia, Sri Lanka, Sudan, Syrian Arab Republic, Tajikistan, World, Yemen, Zimbabwe, South Sudan (Republic of)
    preview


    As the conflict in Syria entered its third year, intense fighting was reported across the country, in particular in Damascus, Homs, Aleppo, Idlib, and the area stretching between Damascus and the Golan Heights. The number of Syrian refugees continued to rise, amounting to a total of 1,129,019 as of 18 March.

    French and African troops continued their offensive in the Adrar des Ifoghas mountains in northern Mali, where rebels have regrouped. Meanwhile, the risk of reprisal attacks remains high in the main northern towns and aid activities in parts of the north are limited due to insecurity.

    In Central African Republic, an armed faction of the Seleka rebel coalition attacked Gambo and Bangassou, two southern towns on the border with the DRC in a continued breach of the recent peace accord. According to the UN, an estimated 1,500,000 people are estimated to be affected by the current crisis in the Seleka controlled areas, and have been without access to basic services for over two months.

    Floods in Mozambique have cumulatively affected 478,892 people and displaced some 186,238 people as of 11 March, according to OCHA. The number of affected people has thus doubled from 243,671 people as of 22 February since the beginning of the rainy season in October 2012. The majority have been affected since January 2013.

    Global Emergency Overview web interface


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Mali

    DAKAR, 18 mars 2013 (IRIN) - Les travailleurs humanitaires et les experts appellent à accorder davantage d'attention à l'éducation au Mali, où 200 000 enfants ne sont pas scolarisés à cause de la crise et où le financement de projets d'éducation d'urgence se fait toujours attendre.

    Alors que la plupart des écoles du nord du Mali sont fermées ou manquent d'enseignants et que des milliers d'enfants risquent de perdre deux ans de scolarité, les bailleurs de fonds ont encore une fois relégué l'éducation au second plan pour se concentrer sur ce qu'ils considèrent être des activités plus vitales.

    L'appel humanitaire de 2013 pour le Mali demande 18 millions de dollars pour financer les activités d'éducation d'urgence de cette année. Jusqu'à présent, aucune promesse de don n'a été faite. L'appel de 36 millions de dollars pour l'ensemble du Sahel (qui comprend celui pour le Mali) n'a reçu aucune annonce de contribution non plus.

    Dans le cadre des appels d'urgence de l'année dernière pour le Mali, le Tchad et la Mauritanie, l'éducation d'urgence n'avait été financée qu'à hauteur de 6,4 pour cent, 14,5 pour cent et 0 pour cent respectivement.

    L'UNICEF est parvenu à tirer près de trois millions de dollars dans d'autres sources de financement pour ses activités d'éducation d'urgence.

    « La plupart des bailleurs de fonds se sont rétractés après la crise [de 2012]. Nous essayons toujours de rassembler autant de financements que possible », a dit à IRIN Euphrates Gobina, responsable éducation de l'UNICEF au Mali.

    Les défenseurs de l'éducation d'urgence ont tenté pendant des années de mobiliser davantage de moyens et de faire connaître l'importance des activités éducatives dans les interventions d'urgence. Des progrès ont été réalisés, notamment la mise en ouvre des normes minimales pour l'éducation dans les situations d'urgence, mais il est souvent difficile d'obtenir des financements.

    Seulement 0,9 pour cent des fonds humanitaires reçus en 2012 dans le monde étaient destinés à l'éducation.

    Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), des dizaines d'écoles du nord du Mali ont été détruites, pillées, contaminées par des munitions non explosées ou ont tout simplement fermé. L'organisation estime que l'éducation de 700 000 enfants a été interrompue par la crise dans l'ensemble du Mali.

    Dans le Nord, environ cinq pour cent des écoles ont rouvert à Tombouctou, quelques-unes à Kidal et un peu plus à Gao. Fin février, seulement 28 pour cent des enseignants auraient repris le travail dans cette partie du pays, selon l'UNICEF.

    De nombreux enseignants ont trop peur de retourner dans le Nord et les écoles du Sud, déjà en sureffectif, ne peuvent pas faire face à l'afflux d'élèves.

    « L'année scolaire compte trois semestres. Si vous perdez quatre mois, vous perdez l'année », a averti Youssuf Dembélé, qui enseigne aux déplacés du Nord-Mali dans la ville de Mopti, au centre du pays. Débordées, les écoles reçoivent rarement des financements, a-t-il dit. « C'est trop chaotique, pas assez organisé. Ils disent que l'argent va arriver, mais ce n'est jamais le cas. »

    Décalage

    Le problème est que, en situation d'urgence, l'éducation est prioritaire pour les parents et les enfants, mais pas pour les bailleurs de fonds. La crise de 2012 au Sahel était considérée comme une crise de la sécurité alimentaire et de la nutrition et des secteurs estimés comme ne présentant pas un lien direct comme l'eau et l'assainissement, la santé et l'éducation ont été négligés.

    « Les parents sont demandeurs [d'éducation] », a dit Lori Heninger, directrice du réseau international pour l'éducation en situations d'urgence (INEE). « Les sécheresses sont des phénomènes qui évoluent en général lentement et qui ne vont pas disparaître. Comment peut-on dire aux populations touchées par des sécheresses chroniques que nous allons leur donner de la nourriture, de l'eau et des abris ? Que cela signifie-t-il pour le développement de l'enfant et de la société en général ? »

    « S'il existe un moyen d'apprendre à faire bon usage des terres dans un contexte aussi évolutif, cela ne peut se faire que par l'éducation », a-t-elle ajouté.

    De nombreuses données probantes ont été réunies au fil des ans pour démontrer l'importance de la scolarisation pour ces enfants, que ce soit pour leur bien-être psychosocial, pour les protéger lors des crises ou pour permettre à leurs parents de rebâtir une vie normale pendant qu'ils sont à l'école. Ces données semblent cependant n'avoir eu qu'un impact marginal dans les crises à long terme comme celle du Sahel.

    « Cela change lentement », a dit Mme Heninger, « mais étant donné que 80 pour cent de ce que nous appelons des crises sont par nature de longue durée, le fait que seulement 0,9 pour cent du budget humanitaire de l'année dernière ait été alloué à l'éducation est assez effroyable ».

    Un secteur déjà en difficulté avant la crise

    Alors qu'une aide immédiate est nécessaire pour sauver l'année scolaire des élèves maliens, les financements à long terme destinés à l'éducation au Mali ont fortement diminué depuis que les bailleurs de fonds ont coupé leurs aides financières en réponse au coup d'État de mars 2012.

    D'importants donateurs, dont la Commission européenne, les États-Unis, les Pays-Bas et le Canada, ont interrompu leur soutien au gouvernement après le coup d'État. La moitié du budget alloué à l'éducation en 2012 était financé par les bailleurs de fonds.

    Certains pays donateurs, comme les Pays-Bas, ont tenté de trouver une manière de ne pas interrompre leur aide en versant les fonds à des organisations non gouvernementales (ONG) plutôt qu'au ministère de l'Éducation. L'Agence canadienne de développement international a redirigé une partie de ses financements destinés aux fournitures scolaires directement à l'UNICEF.

    Depuis que le gouvernement malien a adopté, en janvier 2013, une feuille de route pour la transition, de nombreux bailleurs de fonds, dont la Commission européenne, ont repris leur versement de l'aide en faisant de l'éducation leur priorité. Mais de graves insuffisances subsistent.

    « Avant la crise, le système éducatif malien était déjà en proie à des difficultés », a dit M. Gobina, de l'UNICEF. « Déjà surchargées, de nombreuses écoles ont dû accueillir des enfants déplacés. Le nombre d'élèves par classe a considérablement augmenté. Les fournitures scolaires sont insuffisantes. L'infrastructure n'était tout simplement pas prête pour ce genre d'urgences. »

    Selon M. Gobina, la leçon à retenir pour l'avenir, c'est qu'il faut intégrer l'éducation d'urgence à la planification du secteur de l'éducation dans son ensemble, surtout dans les pays exposés aux crises.

    Éducation des réfugiés

    Le manque de financement pour l'éducation d'urgence décourage les nombreux enseignants qualifiés qui donnent cours bénévolement à leurs anciens élèves dans des écoles de fortune.

    Masa Mohamed, de Tombouctou, enseigne à beaucoup de ses anciens élèves dans une école du camp de réfugiés de Mbéra, dans l'est de la Mauritanie. Mais il y a de grandes différences : avant, elle avait 30 élèves par classe et maintenant, elle en a jusqu'à 100. « Nous n'avons pas assez d'enseignants. Nous n'avons pas assez d'écoles. Nous nous contentons de faire cours dans une tente. Il n'y a pas de tables et c'est très difficile ». L'ONG Intersos lui verse une faible rémunération, mais la plupart des enseignants ne sont pas payés.

    Ahmed Ag Hamama était directeur d'école à Tombouctou. Son ancienne école a rouvert, a-t-il dit, mais il n'y a plus d'élèves ni d'enseignants. Les 400 anciens élèves de son école sont à Mopti, Ségou, Kayes et Bamako au Mali, ou en Mauritania et au Burkina Faso, a-t-il expliqué.

    Quinze enseignants réfugiés font cours à Mbéra. La plupart d'entre eux sont rémunérés par une petite ration alimentaire. « Ce n'est pas assez, la vie est très chère ici. Les conditions ne sont pas bonnes et il n'y a pas assez de nourriture », a-t-il dit à propos de la ration familiale distribuée par le Programme alimentaire mondial.

    « Un gardien est payé 90 000 ouguiyas [300 dollars par mois], mais un enseignant n'est pas payé », s'est-il plaint.

    Selon des enseignants au Mali et dans les camps de réfugiés du Niger, du Burkina Faso et de Mauritanie, les enfants déplacés montrent des signes de traumatisme. Nombre d'entre eux sont tout simplement « absents », a dit Konaté Souleymane, un enseignant du camp de Goudeba, au nord du Burkina Faso. « Les élèves sont distraits, leur esprit est ailleurs ».

    Selon M. Gobina, l'UNICEF tente de collaborer avec le ministère de l'Éducation à Bamako pour trouver une manière d'inciter les enseignants à travailler dans le Nord.

    Selon M. Hamama, le directeur d'école, qui appartient à l'ethnie touarègue, comme la plupart des réfugiés de Mbéra, deux de ses collègues touaregs ont récemment quitté Mbéra pour aller chercher leur salaire à Bamako, mais ils se sont retrouvés tenus en joue pendant 24 heures.

    « Nous ne pouvons pas rentrer au Mali dans un tel contexte», a-t-il dit.

    aj/cb-ld/amz

    [FIN]


    0 0

    Source: Government of Ethiopia
    Country: Japan, Mali, Somalia, Sudan, South Sudan (Republic of)

    Addis Abeba March 18/2013 Japan provided 540 million USD support for activities being carried out to maintain peace and stability in Africa. Spokesperson of the Japanese Foreign Affairs Ministry, Masaru Sato told ENA that the support will be used to undertake activities to resolve conflict and help refugees and displaced persons. Some 190 million USD of the amount will be used to assist the displaced in West African countries. Some 140 million USD will also be used for similar activities in countries of the Horn of Africa while 60 million USD of this amount will go for maintaining peace and security in Somalia. The Spokesperson said 100 million USD is allocated to support refugees and the displaced in Sudan and South Sudan. Japan has also provided humanitarian support to Great Lakes Region and also contributed to back activities of the African-led International Force in Mali (AFISMA). The Tokyo International Conference on African Development (TICAD) is a forum to support African development.


    0 0

    Source: Government of Finland
    Country: Afghanistan, Democratic Republic of the Congo, Finland, Mali, Myanmar, occupied Palestinian territory, Pakistan, Somalia, Sudan, Syrian Arab Republic, Yemen, South Sudan (Republic of)

    By decision taken by Minister for International Development Heidi Hautala on 15 March, the Ministry for Foreign Affairs has granted its humanitarian assistance funds for the first part of the year, totalling EUR 39.8 million, to people suffering from the world’s crises. This time, Finland targets humanitarian assistance to Africa, the Middle East and Asia. Earlier this year, EUR 3.5 million was already granted for the acute needs of the Syrian crisis. In addition, during the first months of the year, a total of EUR 23 million were paid as general assistance to humanitarian aid organisations.

    The purpose of humanitarian assistance is to save human lives and alleviate human suffering in crisis situations. The aid is provided on the basis of need. Each year, the UN draws up and publishes a joint appeal, which includes country-specific appeals, prioritised on the basis of need. The appeal for this year amounts to USD 8.5 billion. It concerns 16 countries, a majority of which are located in Africa.

    In Africa, the needs are the greatest, for example, in the Sahel region, in western Africa. The armed conflict has created new humanitarian challenges in Mali and the neighbouring countries serving as recipients of refugees from Mali. However, the food security situation improved slightly last year, but still more than 10 million people are estimated to suffer from lack of food security in the region. A total of EUR 8,465 million will be targeted at the area.

    In the Horn of Africa, the food security situation has improved since the famine of 2011, but the situation remains serious. In Somalia, the security situation has improved due to political changes, which has made the relief work somewhat easier. The emergency appeal for Somalia totals USD 1.3 billion, being the largest of the UN appeals. The refugee situation in the Horn of Africa region is massive. A total of EUR 9 million will be targeted at the area.

    In the Great Lakes Region in Africa, the conflicts in the eastern parts of the Democratic Republic of Congo have weakened the humanitarian situation in the entire region. Both the internally displaced persons and those stranded in the middle of the conflict are in need of assistance, of which the situation of children is a special concern. A total of EUR 6,425 million will be targeted at the area.

    In addition, the humanitarian situation of Sudan and South Sudan is still serious and complicated. The disputes between the countries and the internal ones, large numbers of displaced persons, a weak food security situation, and underdeveloped basic services and infrastructure all contribute to the massive humanitarian needs of the countries. A total of EUR 6.46 million will be channelled to the countries.

    In the Middle East, humanitarian needs are found in Syria and the neighbouring countries receiving refugees from Syria. At the beginning of March, the number of Syrian refugees totalled more than a million. Therefore, Finland will now grant additional assistance to the UN Refugee Agency (UNHCR), amounting to one million euro. In the Middle East, a total of EUR 3.31 million of assistance will also be targeted at the occupied Palestinian territories and EUR 2.5 million at Yemen with great humanitarian need.

    In Asia, the needs are primarily in Afghanistan and Pakistan, which both have large numbers of refugees and internally displaced persons. Pakistan is still recovering from the massive floods in recent years. EUR 2 million will be granted to Afghanistan and EUR 1 million to Pakistan. In addition, the situation of the Rakhine State in Myanmar is not only politically difficult, but also very demanding in humanitarian terms. EUR 600,000 will be granted for the operation of the Finnish Red Cross and the international Red Cross Movement in Myanmar.

    The Finnish assistance will be channelled through the UN agencies, the Finnish Red Cross and the International Red Cross Movement, FinnChurchAid and Fida International. Among the UN agencies, the recipients are UNHCR (EUR 16.5 million), WFP (EUR 8 million), UNICEF (EUR 6 million), WHO (EUR 4 million) and FAO (EUR 750,000).

    Additional information: Anna Gebremedhin, Head of Unit for Humanitarian Assistance, tel. +358 40 583 0149


    0 0

    Source: IFRC
    Country: Burkina Faso, Mali
    preview


    Period covered by this Ops Update:

    This Operation Update covers the period from December 2012 to February 2013 and announces a timeframe extension of four months to July in order to finalize activities that have been delayed. The final report will be made available by the end of October 2013.

    Appeal target: CHF 2,093,612

    Appeal coverage: 90% 82% as of 1/2013

    Appeal history:

    • Disaster Relief Emergency Fund (DREF) of CHF 113,532 allocated on 16 December 2011 to address food insecurity to support Burkinabe Red Cross Society (BRCS) in delivering immediate assistance to 5,500 beneficiaries (1,100 families) with food vouchers for two months in Tin Akoff, in the province Oudalan, in the Sahel region.

    • The Emergency Appeal launched on the 16 April 2012 sought CHF 3,952,739 for 12 months to assist 20,000 agro-pastoral households (120,000 beneficiaries) in six out of the ten of the affected regions of Burkina Faso. The operation was to close at the end of April 2013 and a final report available by the end of July 2013.

    • The Emergency Appeal revision issued on 5 December 2012 reduced the budget from CHF 3,952,739 to CHF 2,093,612 and decreased the beneficiaries from 120,000 to 105,000 to include 2,500 families (a total 17,500 families) affected food insecurity; by flood; threatened by epidemic outbreaks and communities hosting refugees from Mali. The revision also reported back on progress during the period This Operation Update announces a timeframe extension of four months to focus on more food voucher distribution starting at the forthcoming lean period. The operation will also focus on meeting the main planting season with the distribution of seeds, tools and fertilizer on time for planting in June Summary: Like most other countries of the Sahel region, Burkina Faso experienced a food crisis in 2012.

    Due to a late start of activities, the Emergency Appeal began in August 2012 responding to the immediate food needs. The activities utilised the twin-track approach of providing emergency assistance whilst building community resilience with the distribution of seeds, tools and fertilizer ahead of the planting season.

    With delays in funding and cash availability, the purchase of seeds and fertilizer could not take place on time for the planting season. The operation therefore initially focused on meeting the immediate food needs of the affected population, involving two distributions of food vouchers; the first took place in September 2012 reaching 11,522 families and the second distribution took place in early February 2012 reaching 10,449 families. At the same time, BRCS is implementing a school based nutritional education campaign.

    The situation in Burkina Faso became complex with the arrival, in early 2012, of Malian refugees, outbreaks of cholera and heavy rains which created flooding in several regions. These new emergencies required BRCS to undertake several assessment missions, causing more delays in implementing the food insecurity activities.

    Despite the mobilisation of assistance to the population that has proved to be timely, well coordinated with other humanitarian actors and the authorities, and a good harvest in 2012; many vulnerable households have not recovered and will remain food insecure.

    The operation intends to focus on more food vouchers to be distributed at the start of the forthcoming lean period, to cover food needs for another three to four months. The exact needs are being identified in a food security assessment which started on 8 March and that monitors the beneficiaries that will still need food assistance. The 2013 planting season has begun with the preparation of land during March to June, with sowing being done when the rains will begin. The operation will now focus on meeting the main planting season with the distribution of seeds, tools and fertilizer on time for planting starting in June (see seasonal calendar below).

    Unfortunately, the support to community vegetable gardens will not take place. The main operational delays have been because of the difficulties in financial reporting faced by BRCS to meet the commitments of the signed memorandum of understanding it has engaged in with IFRC. These delays have affected the implementation of nearly all the planned activities.

    Funding towards this appeal has so far been received from British Red Cross, Finnish Red Cross (from Finnish Government), Japanese Red Cross Society, Red Cross of Monaco, Canadian Red Cross Society, Canadian Government, Netherlands Red Cross (from Netherlands Red Cross Silent Emergency Fund) and from Netherlands Government. The IFRC would like to thank these donors for their contributions on behalf of BRCS.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Mali, Mauritania, World

    By Jaspreet Kindra

    GENEVA, 18 March 2013 (IRIN) - There is quite a leap to be made between a country’s declared intent to draw up a drought policy and actually making it happen on the ground. This was the view of several participants at the recent High-Level Meeting on National Drought Policy in Geneva.

    Drought is the world’s costliest natural disaster, incurring US$6-8 billion in losses every year. And droughts are becoming more common.

    “Droughts are becoming more prevalent and are an almost a permanent phenomenon in parts of Africa, punctuated by floods, leaving no recovery periods for vulnerable households,” said Gideon Galu, a regional scientist based in Africa with the Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET).

    Despite these facts, few countries have drought policies in place.

    After five days of deliberations at the first-ever global conference on drought in Geneva, those in attendance issued a non-binding declaration urging countries to develop and implement national drought policies.

    Niger’s Prime Minister Brigi Rafini told IRIN, “You have to respect countries’ sovereignty. You cannot compel them to implement policies, but at least the conference has created an awareness to move towards prevention [ of the damaging impact of droughts], and delegates have learned about the value of cooperation [across sectors and agencies].”

    The declaration was accompanied by a series of policy options for countries to consider. The policy document recommends a 10-step process roughly modelled on the US government’s drought preparedness plan. The steps are a mix of prevention of the impact of droughts, making countries and communities more resilient, response and science:

    • Appoint a national task force on drought
    • Define the goals of a national risk-based drought policy
    • Hold consultations with everyone, from communities to top policymakers, and resolve water-based conflicts between sectors
    • Get data on the available and required resources to prevent and respond to drought and on which communities are most vulnerable
    • Prepare the key elements of a drought policy: monitoring, early warning, prediction; risk and impact assessments; and mitigation and response measures
    • Identify the research needs and gaps within institutions that deal with drought-related issues
    • Integrate the science and policy aspects of drought management
    • Publicize the policy and build awareness
    • Develop educational programmes for all age groups and communities
    • Evaluate and revise the policy

    The steps focus on taking an evidence-based approach to drought. For example, the impact assessments would help countries plan interventions, such as social protections and technical support - which might include providing drought-resilient seeds, better management of water and soil, or insurance.

    “You need good information on droughts to be able to identify vulnerable areas and communities,” said Bruce Stewart, director of climate and water at the World Meteorological Organization (WMO), the main organizer of the conference.

    Getting the essentials right

    Yet there remains a significant gap between the policies advocated and the capacities of the most vulnerable countries.

    Recent droughts in the Horn of Africa, the Sahel and the US have had massive humanitarian consequences. Drought in the Sahel cut cereal production by 26 percent in 2012, compared with the previous year’s production, according to the UN. The situation remains critical - over 10 million people are still food insecure, and 1.4 million children are at risk of acute malnutrition.

    But countries in the Sahel are struggling to get even their basic drought response mechanisms in order. Most are far from developing the sophisticated inter-sectoral approaches and scientifically based best practices advocated at the conference.

    Birama Diarra, an official at Mali’s national meteorological service, said the country still has to improve its early warning system and its ability to disseminate information to those on the ground.

    People in parts of Mauritania were surprised by the drought’s onset in 2011. Mohamed Elighali Ould Khhtour, head of the country’s meteorological service, says their capacity to implement basic early warning systems and conduct assessments is limited. “We don’t have the resources to do that, and for that we need funds, support of donors and aid agencies,” he said.

    Franz Uirab, chief of Namibia’s meteorological service, says his country has a disaster response plan in place, but it is far from ideal. “We have a drought at the moment in southern Namibia, but we are still rather reactive,” he said. “We will not go into the affected areas to conduct intense [vulnerability] assessments. We do quick surveys to plan our response when a disaster is [going] on. We just don’t have the capacity or the time to plan preventive measures.”

    Delegates like Uirab, Khhtour and Diarra say their take-home message is that they have to focus on crisis prevention and drought response.

    “We will need to align our plans according to the policy framework proposed at the conference, but, of course, modifying it to meet our requirements,” said Uirab.

    WMO’s Stewart says the agency is trying to build capacity by holding workshops and offering online courses for climate scientists and meteorologists regularly. “But we are also constrained by capacity and limited funding,” he said.

    Global partnerships are also playing a role. The Global Water Partnership is helping to set up an Integrated Drought Management Programme, which tries to integrate drought response and mitigation at all levels. The partnership’s Alex Simalabwi says there are existing programmes in several countries. “We hope to build on that,” he said.

    Political will

    Ultimately, implementing the meeting’s drought policy recommendations will require political will, noted WMO’s deputy secretary-general Jerry Lengoasa.

    But political will may be in short supply, if the meeting’s attendance by policymakers is any indication.

    Few senior aid officials or ministers attended the meeting’s High-Level Segment for dignitaries and ministers. Niger’s Brigi Rafini was the only head of state at the meeting.

    William Lacy Swing, head of the International Organization for Migration, was one of a handful of agency heads to attend the High-Level Segment. He noted that drought is the second biggest driver of migration.

    “You can see the kind of problems we are dealing with - drought is not as dramatic a disaster as floods or earthquakes are, so it does not attract that kind of attention,” said Sergio Zelaya Bonilla, a policy and advocacy coordinator for the UN Convention to Combat Desertification (UNCCD). “But anyone who is seriously interested in droughts was here [at the conference].”

    And delegates expressed their commitment to promoting the meeting’s policy recommendations.

    "We will convey everything we have heard, and we hope our governments will listen," said Diarra.

    jk/rz


older | 1 | .... | 106 | 107 | (Page 108) | 109 | 110 | .... | 728 | newer