Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

ReliefWeb - Updates

older | 1 | .... | 100 | 101 | (Page 102) | 103 | 104 | .... | 728 | newer

    0 0

    Source: Terre des hommes Foundation Child Relief
    Country: Burkina Faso, Mali

    For the Terre des hommes team in Burkina Faso, the day’s assignment was to get to Inabao (in the frontier zone to Mali) where 600 refugees were staying, to identify the children amongst them and to see to their needs and help with taking them to the camp in Goudebo, further to the south. Inabao is the place where many Malians have taken refuge from the fighting and atrocities. Getting there is complicated and the security situation is delicate, only local personnel can go there. Lacking proper refugee camps (UN standards insist that a camp must be at least 50 km from the fighting zone), the UN High Commission for Refugees (HCR) has all the same been able to establish a transit centre there for registering and looking after the new refugees.

    Dori, in northern Burkina Faso, Sahel region, at 6 a.m. It’s time to leave for Inabao. The convoy consists of a round dozen vehicles. Softly, the long line of dust sinks back into the Burkina Sahel. The atmosphere in the convoy is good-natured. After three hours on the road, there’s a 10 minute stop to pay a routine visit to the military camp of Tin Akof, but once back in their vehicles, the team members realise that the convoy is now ready to go into the danger zone of Inabao: the atmosphere changes and tension can be read on everyone’s face.

    When the convoy reaches Inabao, it is 10 a.m. Police see to safety. In fact, only 18 kilometres away is the notorious lawless zone where non-state armed groups still rule despite the recapture of the large towns in the north. Fully conscious of the danger, the team members want to carry on with the mission to which they are committed. It is 40° in the shade, and there are no buildings around, so registering the refugees is done under makeshift shelters. Mainly from Gossi or Gao, over 100 km from Inabao, the refugees often arrive exhausted, bewildered and marked by what they have gone through. Most of them have had to leave behind all they possessed.

    It is now essential to pre-register the unaccompanied or lost children. Thanks particularly to Tdh and the HCR, a system has been set up to allow the teams to start putting identification bracelets on the little ones. Registering continues in the Goudebo camp where there are already 10,000 Malians, and where the work of Terre des hommes means that children can have access to services for protection and schooling.

    At 2 p.m., the teams are back in the cars with the satisfaction of having done a good job. The anxiety they felt on arrival at Inabao falls away like the grains of sand as the convoy passes. Calm reigns and tiredness comes over them for the rest of the trip. After another four hours on the road, the team is back in Dori. According to Mamadou Aliazi Toure, head of the zone for Tdh in the Sahel region, this trip will leave a mark on the team’s minds: “Having gone all over the Sahel across the refugee camps, having been in close contact with the misery and insecurity of the daily lives of the refugees, there are only two options – to become totally insensitive to the suffering of others or to imagine one’s own life under such conditions, and decide to take action.”

    A wonderful day’s work . . .


    0 0

    Source: Terre des hommes Foundation Child Relief
    Country: Burkina Faso, Mali

    Pour l’équipe de Terre des hommes au Burkina Faso, la mission du jour consiste à rallier Inabao (zone frontière avec le Mali) où se trouvent 600 réfugiés, d’identifier parmi eux les enfants et leurs besoins et de contribuer à leur transport vers le camp de Goudébo, plus au sud. C’est en effet à Inabao que de nombreux Maliens se sont réfugiés afin de fuir les combats et les exactions. L’accès y demeure compliqué et les conditions de sécurité sont fragiles, seul le personnel local peut s’y rendre. Dénué de camps pour réfugiés à proprement parler (les normes des Nations Unies exigeant qu’un camp se trouve à au moins 50km des zones de combat), le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a tout de même pu y implanter un centre de transit pour enregistrer et prendre en charge les nouveaux réfugiés.

    Dori, au nord du Burkina Faso dans la région du Sahel, il est 6h du matin. C’est l’heure du départ pour Inabao. Le convoi est composé d’une dizaine de véhicules. Tout doucement, la longue ligne de poussière s’enfonce dans le Sahel burkinabé. L’ambiance dans le convoi y est bon enfant. Après trois heures de route, arrêt de 10 minutes pour effectuer une visite de routine au camp militaire de Tin Akof, mais une fois remontés dans les véhicules, les membres de l’équipe réalisent que le convoi s’apprête à rentrer dans la zone à risque d’Inabao: l’atmosphère change et la tension se lit sur les visages.

    Lorsque le convoi atteint Inabao, il est environ 10 heures du matin. La police assure la sécurité. En effet, à seulement 18 kilomètres de là se trouve cette fameuse zone de non-droit où des groupes armés non étatiques demeurent présents malgré la reprise des grandes villes du nord. Bien conscients du danger, les membres de l’équipe souhaitent poursuivre la mission pour laquelle il se sont engagés. Sur place, 40° à l’ombre et aucune structure mise à disposition. L’enregistrement des réfugiés s’accomplit sous des abris de fortunes. Issus pour la plupart de Gossi ou Gao à plus de 100km d’Inabao, les réfugiés arrivent souvent exténués, désorientés et encore très marqués par ce qu’ils ont vécu. La plupart d’entre eux ont même dû laisser ce qu’ils détenaient derrière eux.

    Il faut désormais effectuer le pré-enregistrement des enfants non accompagnés et séparés. Grâce notamment à Tdh et au HCR, un dispositif a été mis en place pour permettre aux équipes de procéder à la pose des bracelets d’identification. L’enregistrement se poursuivra au camp de Goudébo où sont déjà réfugiés 10'000 Maliens et ou l’action de Terre des hommes permettra aux enfants d’accéder aux services de protection et d’éducation.

    A 14h, les équipes reprennent la route avec la satisfaction du devoir accompli. L’angoisse lors de l’arrivée à Inabao s’envole comme les grains de sable au passage du convoi. Le calme règne et la fatigue lui succède pour le reste du voyage. Après quatre nouvelles heures de route, l’équipe est de retour à Dori. A l’instar du témoignage de Mamadou Aliazi Toure, chef de zone pour Tdh dans la région du Sahel, ce voyage marquera à coup sûr les esprits: "Ayant parcouru le Sahel à travers les camps de réfugiés, ayant côtoyé la misère et l'insécurité des populations réfugiés au quotidien, deux possibilités s'offrent à soi, devenir totalement insensible à la souffrance d'autrui ou imaginer sa propre vie dans de telles conditions et décider d’agir."

    Belle journée de travail…


    0 0

    Source: Reuters - AlertNet
    Country: Mali
    • 'Winning the peace' as challenging as eradicating rebels

    • France, allies press for inclusive dialogue, elections

    • Revolt, Islamist occupation stirred anti-Tuareg animosity

    • Meddling military could still muddy political scenario

    By Pascal Fletcher

    BAMAKO, March 6 (Reuters) - When former colonial power France sent warplanes and troops to Mali on January 11 in a historic intervention, it did not just halt a menacing advance on the capital Bamako by Islamist rebels allied to al Qaeda.

    Read full report on AlertNet.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal
    preview


    Introduction

    This document represents the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) component of the 2013 Sahel Regional Strategy prepared under the coordination of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) covering five Consolidated Appeals (CAP) - i.e. Burkina Faso, Chad, Mali, Mauritania and the Niger - as well as the humanitarian strategies of non-CAP countries (i.e. Cameroon, the Gambia, Nigeria and Senegal) in the region. In addition, FAO’s response to the livelihood needs of those affected by the conflict in Mali is also reflected in this document.

    In 2012, 18.7 million people were severely affected by food and nutrition insecurity across the Sahel region, and more than one million children under the age of five were at risk of severe acute malnutrition.

    The crisis that emerged was complex and multidimensional, driven by widespread poverty, chronic vulnerability and weakened resilience resulting from recurrent crises, which exhausted the capacities and coping strategies of vulnerable populations to withstand external shocks.

    Although extreme food insecurity was averted and the worst crisis was mitigated last year, the 2013 food and nutrition security situation in the Sahel remains of concern. An estimated 10.3 million people are still at risk of food and nutrition insecurity, and more than 1.4 million children are at risk of severe acute malnutrition.

    In order to respond to the needs of the most vulnerable people across the Sahel countries in 2013,
    FAO is appealing for a total of USD 135.3 million for livelihood interventions. The funding appeal includes USD 93.1 million for CAP countries, USD 17.6 million for non-CAP countries and USD 24.6 million for needs arising from the Malian conflict.

    In 2012, FAO requested USD 122 million to address the food security crisis (including the locust threat);
    USD 58 million (48 percent) were mobilized. With the contributions received, FAO was able to support the livelihoods of more than 5.2 million people through: i) support to food crop and off-season production;

    ii) support to domestic animal protection and production; iii) soil and water conservation and rehabilitation; iv) early warning and preparedness support; and v) desert locust control and monitoring.
    While these funds enabled FAO to support more than 5.2 million people (representing 67 percent of the 7.8 million people targeted by FAO), they represented only 7.5 percent of the funding for the whole food security sector. Important livelihood needs were therefore left unattended.

    Recurring crises in 2005, 2008, 2010 and 2012 have eroded the coping capacities and weakened the livelihoods of the already vulnerable population, further impoverishing them. The majority of the most vulnerable people had not yet recovered from one crisis when the next hit and were unprepared to withstand new shocks such as erratic rains, low agricultural production, persistent high levels of food prices, national and regional insecurity and the threat of a desert locust infestation.

    The ongoing conflict in Mali has aggravated the situation, with serious repercussions in the region.
    The humanitarian and security situation is deteriorating, impacting the living conditions of internally displaced persons (IDPs), refugees and their host families. Supply routes are being disrupted and food stocks diminishing. This mass migration is causing further stress on communities already affected by food insecurity, and is creating competition over scarce resources, including grazing land and water. Access to the regions of combat is restricted, complicating humanitarian interventions and limiting access to information on the actual humanitarian situation and population movements.

    For 2013, FAO has renewed its commitment to zero hunger through rapid scaling-up measures to meet the immediate nutritional needs of those who are at risk, while building longer term resilience by tackling the root causes of hunger.

    Recognizing the need to break the vicious cycle of recurrent crises and emergencies in the region,
    FAO is strongly committed to support the Sahel region through a programmatic approach reflected in its Strategic Response Framework entitled “Urgent Action to Support the Resilience of Vulnerable Populations”. This serves as an overarching umbrella, not only for the humanitarian response, but also for the medium to long-term work of the Organization, including investment, with the overall objective to improve the food and nutrition security of vulnerable populations in the Sahel. FAO’s assistance proposed in the present document, as part of the aforementioned FAO’s resilience programme, is designed to protect and strengthen the livelihoods of the most vulnerable populations.


    0 0

    Source: Fédération Internationale des Ligues des Droits de I'Homme
    Country: Mali

    A la veille de la Journée internationale des droits des femmes, la FIDH, l’AMDH, FEMNET- Mali, WILDAF- Mali, l’APDF, le CNDH Mali et l’UIDH soulignent que la pleine participation des femmes et la protection de leurs droits doivent être au cœur du processus de paix, de reconstruction et de transition démocratique au Mali.

    Lors du conflit qui a ravagé le Nord du Mali depuis plus d’un an, les femmes et les filles ont été particulièrement ciblées par les violences : viols et autres formes de violences sexuelles, mariages forcés, parfois avec plusieurs hommes, flagellations publiques, passages à tabac pour « actes immoraux ». Les groupes islamistes armés qui ont occupé la région se sont attaqués au statut des femmes : entraves à l’accès des filles à l’éducation, obstacles au travail et à la liberté de circulation, port obligatoire du voile... Des milliers de femmes et d’enfants sont parmi ceux qui ont fui les violences et la terreur et qui se trouvent déplacés au sein du pays ou réfugiés dans les pays voisins.

    Aujourd’hui, nos organisations saluent le combat des maliennes et maliens, qui se sont battus pour la démocratie et l’égalité, contre l’obscurantisme et qui ont rejeté l’imposition de la pratique de la charia et d’autres mesures s’opposant aux droits des femmes. Nos organisations soulignent que l’avenir du pays doit être construit avec la participation pleine et entière des femmes à tous les efforts visant à établir une société fondée sur la dignité, la justice et l’égalité.

    La justice est une priorité. La construction d’une paix durable ne peut se faire sans justice pour les victimes. Les responsables de crimes commis à l’encontre de la population civile malienne doivent être poursuivis et jugés en conformité avec les normes internationales. Les crimes commis à l’égard des femmes ne doivent pas rester impunis, pour les victimes d’aujourd’hui et pour éviter la répétition de tels crimes dans l’avenir. A cet égard, nous rappelons que les viols et autres formes de crimes sexuels commis en période de conflit peuvent constituer des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre selon le Statut de la Cour pénale internationale, qui, en janvier 2013, a ouvert une enquête sur les crimes présumés commis sur le territoire du Mali depuis janvier 2012. Nous rappelons également que, selon les Résolutions 1820, 1888 et 1889 du Conseil de sécurité, les auteurs de crimes sexuels ne peuvent être amnistiés en aucun cas. Nous appelons l’État malien, avec le soutien de la communauté internationale, à veiller à ce que des mesures d’assistance juridique, médicale et psycho-sociale soient mises en place au profit des victimes.

    Nous appelons également les autorités maliennes, ainsi que la communauté internationale, à garantir la participation effective des femmes au processus de paix, conformément à la résolution 2085 du Conseil de Sécurité des Nations unies (autorisant le déploiement d’une mission internationale au Mali) ainsi qu’aux résolutions 1325 et suivantes sur les femmes, la paix et la sécurité. La pleine représentation des femmes doit être assurée au sein des nouvelles instances de la transition, notamment de la Commission de dialogue et de réconciliation, qui doit être mise en place prochainement, ainsi que de la Commission nationale de négociation (CNN). Nous demandons à ce que ces obligations soient aussi intégrées au sein de la « feuille de route pour la transition », adoptée par le gouvernement malien qui, en l’état, ne fait aucune mention des droits des femmes.

    La reconstruction du Mali doit se faire sur la base du respect de droits humains de toutes et de tous, conformément à sa Constitution et à ses obligations internationales et régionales. Communiqué de presse conjoint : FIDH - Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme Association malienne des droits de l’Homme (AMDH) FEMNET- Mali WILDAF- Mali Association pour le Progrès et la Défense des Droits des Femmes (APDF) CNDH MALI Union interafricaine des droits de l’Homme (UIDH) La Coalition de la campagne : « L’Afrique pour les droits des femmes : ratifier et respecter ! »


    0 0

    Source: Médecins du Monde
    Country: Mali
    preview


    Depuis janvier 2012, le Mali est touché par une crise sécuritaire, politique, alimentaire et humanitaire d’une ampleur et d’une complexité sans précèdent dans l’histoire du pays, qui affecte un total de 4.290.000 millions de personnes. Au plus fort de la crise et suite à la reprise du conflit armé en janvier 2013, un nombre non négligeable de personnel de santé du Nord s’est déplacé, craignant les bombardements et rendant l’accès plus difficile des populations aux soins de santé primaires tels que les consultations curatives, les consultations pré natales et la vaccination.

    Médecins du Monde (MdM) est une ONG médicale indépendante qui travaille selon les principes humanitaires de neutralité et d’impartialité. Elle est active depuis plus de 10 ans au Mali. Depuis début 2012, les équipes ont travaillé sans discontinuité afin de garantir un accès aux soins de santé et une prise en charge nutritionnelle auprès de plus de 200.000 habitants dans les régions de Gao et de Kidal. Par ailleurs, un accent particulier a été mis sur la surveillance des maladies à potentiel épidémique.

    C’est dans le cadre la surveillance/gestion des maladies à potentiel épidémique, qu’une mission conjointe (CSREF de Gao et MdM-B base Gao) s’est rendue le 4 février 2013 à Tacharane pour une mission d’investigation sur les cas suspects de rougeole signalés dans cette aire de santé depuis le 24 janvier 2013. Durant cette mission, l’équipe s’est rendue sur les 2 principaux sites de provenance des cas suspects enregistrés – N’Tahagwen et Asakfo, situés respectivement à 10 et 12 km du village de Tacharane – où elle a prélevé des échantillons de sang.

    Au total, 8 échantillons ont été prélevés sur ces sites, et MdM-B a assuré leur acheminement à Bamako pour analyse à l’Institut National de Recherche en Santé Publique (réceptionnés le 8 février 2013). Les résultats des analyses de laboratoire ont été positifs sur 3 des 8 échantillons.

    Afin de circonscrire l’épidémie et de limiter son extension, l’équipe du CSREF de Gao, en partenariat avec MdM-B, a entrepris une campagne de vaccination de riposte contre la rougeole non seulement dans l’aire de santé de Tacharane, mais aussi dans les aires de santé limitrophes : Haoussa Foulane,
    Bagoundié (aire de santé non fonctionnelle) et Wabaria. Ce sont donc 4 aires de santé, toutes situées dans le District Sanitaire de Gao qui ont bénéficié des activités de la campagne.

    NB : pour des raisons sécuritaires, l’aire de santé de Djebock initialement programmée, n’a pu bénéficier de la campagne.

    Cette campagne de riposte a reçu l’appui financier de l’UNICEF et d’ECHO.


    0 0

    Source: Agence France-Presse
    Country: Mali

    03/06/2013 19:57 GMT

    BAMAKO, 06 mars 2013 (AFP) - Le conseil des ministres du Mali a annoncé officiellement mercredi la création d'une "Commission dialogue et réconciliation" (CDR) qui était souhaitée par les partenaires étrangers de ce pays en guerre.

    La CDR, qui a pour mission "de rechercher, par le dialogue, la réconciliation entre toutes les communautés maliennes", sera également chargée "de recenser les forces politiques et sociales concernées par le processus de dialogue de réconciliation", précise un décret rendu public par le Conseil des ministres.

    Cette commission sera composée "d'un Président, de deux vice-présidents, et de trente commissaires", qui seront prochainement désignés par le président malien par intérim, Dioncounda Traoré.

    M. Traoré avait déclaré fin janvier qu'au sein de la communauté touareg, "le seul groupe avec lequel nous pouvons envisager des négociations c'est certainement le MNLA (Mouvement de libération national de l'Azawad, rébellion), à condition que le MNLA renonce à toutes ces prétentions territoriales".

    Ce mouvement rebelle, qui estime que les Touareg sont marginalisés et réclame l'autodétermination du nord du Mali, leur région d'origine, avait lancé en janvier 2012 une offensive dans cette région avec des groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda, avant d'en être éliminé par eux.

    Depuis le 11 janvier, une opération militaire franco-africaine est en cours pour chasser les islamistes armés du nord du Mali.

    Outre le volet militaire, la communauté internationale insiste sur la nécessité de la réconciliation entre les diverses composantes de la société malienne, dont les Touareg.

    La CDR aura aussi pour mission d'enregistrer "les cas de violation des droits de l'Homme commis dans le pays du début des hostilités, jusqu'à la reconquête totale du pays".

    Plusieurs associations de défense des droits de l'Homme ont accusé les forces rebelles du nord du Mali, ainsi que des militaires maliens, d'avoir commis de nombreuse exactions.

    sd/stb/mrb/jmc

    © 1994-2013 Agence France-Presse


    0 0

    Source: UN Radio
    Country: Mali

    Ecouter l'extrait sonore

    Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme poursuit ses activités au Mali malgré les nombreux défis posés par l'insécurité dans ce pays. Il justifie cet engagement par les besoins sanitaires considérables à Bamako et ailleurs dans le nord du pays. À cet égard, le Fonds signera de nouvelles subventions d'un montant de 68 millions pour des programmes de lutte contre le paludisme et la tuberculose. L'objectif est de financer cinq millions de moustiquaires imprégnées et d'augmenter de 30% le traitement de la tuberculose.

    Pour le paludisme, l'achat et la distribution de cinq millions de moustiquaires imprégnées permettront de tripler le nombre de moustiquaires déjà distribuées. Concernant la tuberculose, ces nouveaux fonds aideront le Mali à augmenter de 30% le dépistage et le traitement des patients.

    En raison des derniers développements, le Fonds a dû adapter son dispositif pour pouvoir venir en aide aux Maliens qui se sont réfugiés dans les pays voisins. « Notre dispositif sur place s'adapte de manière permanente aux défis qui sont très dynamiques. Nous essayons de nous adapter aux problématiques de chaque pays », souligne le Responsable régional du Département Afrique et Moyen Orient.

    Pour une meilleure transparence de la gestion des fonds remis au Mali, le Fonds mondial a mis en place une série d'éléments de sauvegarde pour garantir que les fonds soient bien utilisés et arrivent aux véritables destinataires. En effet, en 2010, le Bureau de l'Inspecteur général avait relevé d'importantes irrégularités et des utilisations abusives des subventions au Mali. Suite à cette enquête, le Fonds avait demandé à Bamako de rembourser 5,3 millions de dollars US. À ce jour, le Mali a remboursé 300.000 dollars. « Mais c'était avant le coup d'état et le conflit qui ont suivis », précise Lelio Marmora.

    Depuis 2011, le Fonds mondial a donc déployé des mécanismes de gestion et de suivi des subventions, tandis que le PNUD renforçait les mesures de protection contre la fraude et élargissait l'accès du Fonds aux audits internes des programmes qu'il finance.

    Le Fonds mondial finance des programmes au Mali depuis décembre 2003 et a versé, à ce jour, près de 200 millions de dollars US qui ont servi à fournir un traitement antirétroviral à 30 000 patients, à détecter et à soigner 17 000 cas de tuberculose à frottis positif et à distribuer 1,4 million de moustiquaires imprégnées d'insecticide de longue durée au Mali. (Interview : Lelio Marmora, Responsable régional du Département Afrique et Moyen Orient au Fonds mondial ; propos recueillis par Alpha Diallo)


    0 0

    Source: Fédération Internationale des Ligues des Droits de I'Homme
    Country: Mali

    On the eve of International Women’s Day, FIDH joins human rights and women’s rights organisations in Mali and the Coalition of the Campaign “Africa for Women’s Rights: Ratify and respect !” to call for the full participation of women and the protection of their rights to be at the centre of the process towards peace and democracy in Mali.

    During the conflict that has ravaged Northern Mali for over a year, women and girls have been particular targets of violence: rape and other forms of sexual violence, forced marriage, sometimes to several men, public floggings, and beatings as punishment for “immoral acts”. Islamist armed groups occupying the region focussed attacks on the status of women, preventing girls from going to school, preventing women from working and moving freely in public spaces, obliging women to wear the veil... Thousands of women and children are among those who fled the violence and who now find themselves displaced within the country or across its borders.

    Today, our organisations pay tribute to the combat of the Malian people who have struggled for democracy and equality and against obscurantism and who have rejected the imposition of measures violating women’s rights. We underline that the future must be built with the full participation of women in all efforts aimed at establishing a society based on dignity, justice and equality.

    Justice is a priority. Durable peace cannot be achieved without justice for the victims. Those responsible for crimes against the civilian population must be prosecuted in conformity with international standards. There must be no impunity for crimes of violence against women, in accordance with victims’ right to justice and reparation and to deter the commission of future crimes. Our organisations underline that rape and other forms of sexual violence can be qualified as crimes against humanity and war crimes under the Statute of the International Criminal Court, which in January 2013 opened an investigation into crimes committed in Mali since January 2012. As affirmed in UN Security Council Resolutions1820,1888 and 1889, there must be no amnesties for the perpetrators of crimes of sexual violence. We call on the Malian authorities, with the support of the international community, to ensure that victims have access to legal, medical and psycho-social support.

    We also call on the Malian authorities and the international community to guarantee the effective participation of women in the peace process, in accordance with UN Security Council Resolution 2085 (authorising the deployment of an international mission in Mali), as well as Resolution 1325 on Women, Peace and Security. Full representation of women in the new political bodies, including the forthcoming Commission for Dialogue and Reconciliation and the National Commission on Negotiation, must be ensured. We also call for the “Roadmap for the transition”, recently adopted by the Malian government, which currently contains no mention of women’s rights, to be amended into order to integrate these obligations.

    The future of Mali must be built on the foundations of respect for human rights, in accordance with the Constitution and international and regional obligations.


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali, Niger
    preview


    Au sommaire

    • Sécurité alimentaire: Bosso et Goudoumaria sont en vulnérabilité modérée
    • Relèvement: des programmes d’insertion démarrent pour les migrants à Agadez et Zinder

    0 0

    Source: UN General Assembly
    Country: Botswana, Democratic Republic of the Congo, Guinea, Liberia, Mali, Senegal, World

    Assemblée générale
    FEM/1944 Commission de la condition de la femme
    Cinquante-septième session
    5e & 6e séances – matin & après-midi

    « Les stratégies de prévention de la violence à l’égard des femmes et des filles, notamment de la violence sexuelle, en temps de conflit devraient se donner pour but de mettre fin à l’impunité et d’œuvrer en faveur de la tolérance zéro », précise le rapport du Secrétaire général dont était saisie cette semaine la Commission de la condition de la femme. En Afrique, ont souligné de nombreuses délégations ministérielles de pays de la région, au cours de ce troisième jour de débat général, les conflits armés, le taux élevé de prévalence du VIH/sida, la pauvreté ou encore l’impact des pratiques traditionnelles ou religieuses limitent sérieusement l’action des gouvernements.

    « Au Mali, des groupes armés rebelles, terroristes et « narco-jihadistes » sèment la peur dans les régions septentrionales du pays en se livrant notamment à des viols collectifs et à des lapidations à mort. Ils imposent le port forcé du tchador et détruisent les infrastructures sanitaires et scolaires. » C’est le constat qu’a fait la Ministre malienne de la famille, de la promotion de la femme et de l’enfant de ce pays, Mme Ichata Sahi Alwata, en expliquant que les moyens de prévention étaient limités et se résumaient à la diffusion de messages clefs à l’endroit des communautés et à la formation des forces armées et de sécurité sur la sécurité des femmes et des enfants en situation de conflit.

    Intervenant au nom de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), la Ministre des femmes, des enfants et du bien-être social du Malawi, Mme Anita Kalinde, s’est inquiétée du taux élevé d’abus sexuels perpétrés en République démocratique du Congo (RDC). La Ministre du genre, de la famille et de l’enfant de ce pays, Mme Geneviève Inagosi-Bulo Ibambi Kassongo, a reconnu que la RDC continuait à vivre un drame humanitaire dans sa partie est, du fait des conflits armés et de la cohorte des violences. Mettant l’accent sur l’urgence de la prévention dans ce domaine, elle a salué l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, signé le 24 février dernier, qui confirme l’engagement du Président congolais d’œuvrer pour le rétablissement rapide de la paix et de prévenir de ce fait les violences liées à la guerre.

    Au Libéria, les 14 années de guerre civile ont donné lieu à une culture de la violence, a expliqué la Ministre libérienne de la parité et du développement. Malgré les interventions du Gouvernement et de ses partenaires pour prévenir la violence sexiste, il y a encore un nombre très élevé de viols, a-t-elle déploré.

    Les mutilations génitales féminines et les mariages forcés touchent beaucoup les filles et les femmes africaines, ont aussi noté les délégations de ce continent. En Guinée, 96% des femmes et des filles subissent des mutilations génitales féminines, a reconnu la Ministre des affaires sociales, de la promotion de la condition des femmes et de l’enfance, Mme Diaka Diakite. Elle a aussi déploré un taux élevé de mariages précoces, en précisant que 3 filles sur 5 étaient mariées avant l’âge de 17 ans. La Ministre des affaires sociales, de l’enfance et de la famille de la Mauritanie, Mme Moulaty Mint El Moctar, a assuré que son gouvernement n’acceptait en aucun cas les pratiques traditionnelles préjudiciables aux femmes et aux filles. De même, la Ministre des femmes, des enfants et de l’entreprenariat des femmes du Sénégal, Mme Mariama Sarr, a invoqué les dispositions législatives qui interdisent les mutilations génitales féminines et les mariages précoces.

    Beaucoup ont par ailleurs reconnu les graves effets de la pandémie de VIH/sida sur les femmes et les filles. La violence à l’encontre des femmes et le VIH/sida demeurent des défis énormes au Botswana, a indiqué le Ministre du travail et des affaires intérieures, M. Edwin Jenamiso Batshu. Au-delà des questions de santé, cette pandémie empêche les femmes de se développer sur les plans social et familial, a expliqué la Conseillère pour les questions des femmes, de la jeunesse, des sports et des loisirs du Lesotho, Mme Ralebitso Tebello. C’est pourquoi, elle a lancé un appel à la communauté internationale pour accélérer les efforts en vue d’améliorer l’accès à des traitements antirétroviraux abordables.

    Au cours de la table ronde de l’après midi, quatre expertes ont présenté des initiatives de prévention et de traitement de la violence à l’encontre des femmes dans leurs pays: des équipes spécialisées dans la violence domestique en Argentine, des thérapies individuelles et de groupe au Royaume-Uni, la coordination des services intersectoriels en Zambie et un programme de service médicolégal au Timor-Leste. En outre, la Rapporteure spéciale sur la violence contre les femmes, Mme Rashida Manjoo, a présenté des observations sur les améliorations à apporter aux services de police pour qu’ils soient mieux à même d’assister les femmes victimes de violences.

    En début de matinée, la Présidente de la Commission, Mme Marjon Kamara, a adressé ses condoléances au peuple du Venezuela après le décès, hier, du Président Hugo Chavez.

    La prochaine séance plénière de la Commission de la condition de la femme aura lieu demain, jeudi 7 mars, à 10 heures.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Mali, Sudan, Syrian Arab Republic, World

    7 March 2013, Rome - First forecasts for the 2013 wheat harvest point to production increasing to 690 million tonnes - 4.3 percent up on 2012. This would be the second largest crop on record, according to the latest issue of FAO's quarterly Crop Prospects and Food Situation report.

    The production hike is expected mostly in Europe, driven by increased plantings in response to high prices and a recovery in yields in some countries, notably the Russian Federation.

    The outlook in the United States, while less favourable because of earlier drought conditions, has improved somewhat over the last few weeks.

    Meanwhile, the recently lower prices of wheat and, to some extent, maize kept the FAO Food Price Index - also published today -- unchanged at 210 points for the second consecutive month in February. That is 2.5 percent, or five points, less than in February 2012.

    Since November 2012 the Index has moved within a narrow 210 - 212 point range as increases in the prices of dairy products and oils/fats were largely balanced out by declines in the prices of cereals and sugar.

    Too early for global cereals forecast

    At this stage of the season, with the bulk of the coarse grains and paddy crops yet to be planted it is still too early for even a preliminary global cereal forecast for 2013.

    But prospects for the first 2013 coarse grains crops in the southern hemisphere are generally favourable. Rice prospects are also encouraging in several countries below the equator.

    The Crop Prospects and Food Situation report focuses on developments affecting the food security situation of developing countries. In its review of food insecurity hotspots, the report highlights the following countries, among others:

    Syria, where an estimated 4 million people are in urgent need of food and livelihood assistance as severe civil conflict continues. In addition, the Syrian refugees are putting strain on other countries in the region. Some international food assistance is being provided.

    Democratic People's Republic of Korea, where a dry spell in May-June 2012 followed by localized floods in July-August cut crop production and damaged agricultural infrastructure. Chronic food insecurity exists in the country, with 2.8 million severely vulnerable people requiring food assistance during the 2012-13.

    Escalating conflict

    In the Democratic Republic of the Congo escalating conflict has increased the total number of internally displaced people to an estimated 2.7 million. Agricultural activities have been hindered, especially in the eastern areas, while high food prices continue. Nationally, a total of 6.4 million people are estimated to be in a state of food and livelihood crisis.

    Mali, where insecurity in the northern part of the country has disrupted food commodity flows and resulted in large population displacements. This has worsened the already precarious food situation created by drought in 2011.

    Sudan, where about 3.5 million people are estimated to be in need of humanitarian assistance, mainly in conflict areas.

    Regarding international food prices, FAO's Cereal Price Index averaged 245 points in February, down by just less than 1 percent from January but still 8 percent higher than in February 2012.

    The FAO Oils/Fats Price Index averaged 206 points in February, up 0.4 percent from January. The rise was driven by palm oil, mainly reflecting the expected seasonal production slowdown and reduction in inventories from their current high levels.

    The FAO Dairy Price Index averaged 203 points in February, 2.4 percent, or 5 points up from January, representing the most substantial increase since September 2012. The rise was principally a reflection of falling production in Oceania due to hot weather.

    The FAO Meat Price Index averaged 178 points in February, the same as January. Poultry prices were slightly lower and pork marginally higher, while other types of meat remained largely unchanged. The meat index has remained substantially stable since October 2012.

    The FAO Sugar Price Index averaged 259 points in February, down 3 percent, or 8.6 points, from January. Prices declined for the fourth consecutive month, on the expectation of a relatively large world production surplus and improved export availabilities in 2012-13.

    Contact
    Christopher Matthews
    Media Relations (Rome)
    (+39) 06 570 53762
    christopher.matthews@fao.org


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali
    preview


    Dans ce numéro

    • Catholic Relief Services (CRS) aide les personnes déplacées à Bamako à travers un système des cartes de crédit.

    • Assistance alimentaire et nutritionnelle: 12 300 personnes assistées à Kayes et Mopti par SOS Village d‟Enfants.


    0 0

    Source: International Organization for Migration
    Country: Pakistan, Somalia, World

    INTERNATIONAL WOMEN’S DAY, MARCH 8TH, 2013

    GENEVA-- In today’s increasingly mobile and interconnected world, migration has become an integral part of the lives of over 100 million women(1) . At different stages of their lives, a growing proportion of these women leave their familiar surroundings to study, work, marry, reunite with their families or flee a dangerous situation.

    “For many women and girls, migration is a way to fulfil their potential, to develop and to exercise their human rights. But being both a migrant and female also exposes them to risk – the risk of being subjected to violence,” says Ambassador William Swing, Director General of the International Organization for Migration (IOM.)

    Women migrants predominantly work in the informal sector – often in unregulated professions such as domestic work, agriculture or services - which makes them particularly vulnerable to exploitation and abuse. The majority of victims of human trafficking are also women and girls.

    In addition, women tend to be over-represented among the 27.5 million internally displaced people (IDPs) globally(2), and research indicates that in situations of crisis and forced displacement, the break-down of family and social structures exposes them to acute risks of physical and sexual violence.

    “Men - as family members, co-workers, employers, public authorities or even strangers - are the main perpetrators of violence against women. It is therefore of paramount importance to involve them at the community level for effective prevention of violence against women,” notes Swing.

    In Moldova, IOM has been actively supporting the establishment and running of Moldova’s first Centre for Assistance and Counselling of Family Aggressors, opened in December of last year.

    It is the first institution of its kind to provide rehabilitation services to perpetrators of domestic violence in the country, which experiences very high levels of female migration, and is expected to contribute to family and gender equality policies.

    In other countries, such as Vietnam, IOM supports the formation of self-help groups for migrant men to increase their awareness on issues of gender inequality and violence against women. The groups encourage them to adopt and advocate for alternative non-violent models of masculinity and most participants respond very positively.

    Ongoing IOM programmes also work to help victims of violence and abuse linked to human trafficking. In Tanzania, for example, an IOM programme focuses on the reintegration of trafficked young girls and adolescents. The programme aims to reduce the risk that they will be re-trafficked by ensuring that they receive vocational training and life skills programmes to allow them to become self-reliant, once reunified with their families.

    “Empowering victims to take charge of their healing process has proved a successful approach to avoiding further abuse and helping migrant women to rebuild their lives,” says Swing, citing an IOM project in Ecuador, which has provided psychosocial support and family therapy to over 1,500 migrant women who have been affected by violence, including domestic violence.

    As most cases of violence against migrant women still go unreported, IOM believes in the need to build community-based prevention mechanisms, to ensure that the migration process becomes safer for both men and women.

    These can take diverse forms. In Somalia, for example, IOM has developed an innovative partnership with Panasonic to distribute thousands of solar lanterns in IDP camps to improve the safety of women and girls during the hours of darkness. This scheme, and a similar project in Pakistan, have brought about a marked decrease in gender-based violence in IDP camps at night.

    In the Middle East and North Africa, IOM is focusing on building the capacity of governments to better protect migrant workers, especially female domestic workers. It also aims to empower women by helping them to better understand their legal rights and practical steps that they can take to improve their situation.

    “As we celebrate International Women’s Day 2013, I take pride in seeing the many and diverse initiatives IOM colleagues are working on worldwide to eradicate violence against women at every stage of the migration process. Through these innovative, gender-sensitive approaches, migration policies and programmes can be powerful tools to advance women’s empowerment for the benefit of all,” concludes Swing.

    (1) In 2010, at mid-year, the estimated number of female migrants was 104 794 962. Source: United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2009). Trends in International Migrant Stock: The 2008 Revision (United Nations database, POP/DB/MIG/Stock/Rev.2008).

    (2) Norwegian Refugee Council – Internal Displacement Monitoring Centre's (IDMC) Internal Displacement: Global Overview of Trends and Developments in 2010

    ENDS

    IOM
    17, route des Morillons
    CH - 1211 GENEVA 19
    SWITZERLAND
    Tel: +41.22.717 91 11
    Fax: +41.22.798 61 50
    Internet: http://www.iom.int


    0 0

    Source: UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
    Country: Mali
    preview


    In this issue

    • Catholic Relief Services (CRS) supports internally displaced persons through a prepaid card system.

    • Food and nutritional assistance: more than 12,300 people assisted in Kayes and Mopti by SOS Childrens‟ Villages.


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Burkina Faso, Cameroon, Chad, Gambia, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Senegal

    DAKAR, 7 mars 2013 (IRIN) - L'expansion annuelle des programmes humanitaires pour régler les problèmes chroniques des Sahéliens les plus vulnérables montre clairement que les stratégies de développement ne fonctionnent pas. Le Sahel est dès lors au coeur des débats sur la nécessité de développer la résistance aux chocs des personnes vulnérables.

    Les bailleurs de fonds commencent à modifier leur approche, notamment l'Office d'aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) et l'Agence américaine pour le développement international (USAID), qui sont les principaux donateurs humanitaires pour le Sahel. Les bailleurs de fonds pour le développement sont cependant à la traîne et, vu la lassitude des donateurs, les Sahéliens les plus vulnérables risquent de ne pas pouvoir bénéficier d'une aide d'urgence cette année, et encore moins de pouvoir renforcer leur résilience.

    En date du 1er mars, l'appel de 1,66 milliard de dollars pour répondre aux besoins humanitaires et renforcer la résilience dans le Sahel en 2013 n'avait été financé qu'à hauteur de 5 pour cent.

    « Les gens sont clairement distraits. Ils regardent ailleurs ou abordent la situation sous un angle sécuritaire », a dit Elise Ford, responsable de l'action au Sahel de l'organisation Oxfam. « Le défi est de respecter la rhétorique de la résilience. Comment considérer cet appel ? Malgré toutes les discussions que nous avons eues en 2012 au sujet de la résilience, les bailleurs de fonds n'ont pas fait grand-chose pour montrer comment ils comptent financer les efforts dans ce domaine. »

    Des réunions portant sur la résilience dans le Sahel sont organisées un peu partout dans le monde - l'une d'elles a eu lieu à Rome la semaine dernière et une autre est en cours à Dakar -, « mais il semble y avoir un décalage : que se passe-t-il sur le terrain en ce moment ? » a ajouté Mme Ford.

    Les agriculteurs qui souhaitent récolter cette année doivent obtenir de bonnes semences avant la fin du mois de mai. Ce n'est là qu'une question de survie : on est encore loin de la mise en oeuvre d'un plan d'action plus ambitieux sur le développement de la résilience. Selon une étude réalisée par le Programme alimentaire mondial (PAM) au Niger, il faut trois ans aux familles pour se remettre d'un choc lié à la sécurité alimentaire, et ce, à condition que les récoltes soient bonnes pendant trois années consécutives.

    Les organisations ont besoin de plus d'argent, pas moins, pour renforcer la résilience dans le Sahel à partir de 2013, a souligné Jan Eijkenaar, conseiller régional en matière de résilience pour ECHO et coordonnateur d'AGIR (Alliance Globale pour l'Initiative Résilience) au Sahel. Mais au train où vont les choses, « nous n'aurons pas suffisamment de temps pour renforcer adéquatement la résilience cette année », a-t-il dit à IRIN, ajoutant qu'il faudra plusieurs décennies pour développer une véritable résilience à long terme.

    Engagement politique

    Cela dit, de nombreux bailleurs de fonds et gouvernements nationaux ont compris la nécessité de placer le développement de la résilience au coeur des programmes mis en oeuvre dans le Sahel. L'exemple le plus remarquable est probablement l'initiative intergouvernementale et inter-agences AGIR Sahel pour le renforcement de la résilience dans le Sahel. Il s'agit d'un partenariat impliquant toutes sortes d'acteurs, incluant la Commission européenne (qui est à l'origine de l'initiative), la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILLS) et le Club du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest (CSAO).

    « La résilience est aujourd'hui une priorité à cause des lacunes en matière de développement et de gouvernance », a dit M. Eijkenaar. « Nous avons la possibilité de ne pas échouer au cours des vingt prochaines années. La déclaration commune d'AGIR nous donne les outils et la latitude pour y arriver. »

    Au cours des dernières années, les bailleurs de fonds du monde entier ont promu le renforcement de la résilience à grande échelle. Selon le groupe de recherche français Urgence, Réhabilitation et Développement (URD), l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Banque mondiale en font également la promotion depuis qu'elles ont pris conscience que l'impact de leurs investissements en matière de développement était insuffisant.

    Un meilleur contrôle des dépenses d'aide

    L'importance accordée à la résilience a évolué avec la crise financière américaine et européenne en toile de fond. La crise a entraîné un examen plus approfondi de la façon dont l'argent de l'aide est utilisé. La Facilité globale de réduction des effets des catastrophes et de relèvement (Global Facility for Disaster Reduction and Recovery, GFDRR) a analysé des portefeuilles de développement et découvert que certains d'entre eux avaient augmenté les risques et la pauvreté au lieu de renforcer la résilience. En outre, les participants aux quatrième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, qui s'est tenu en 2011, se sont entendus sur une nouvelle approche fondée sur la résilience pour l'engagement dans les États fragiles.

    Dans son état actuel toutefois, l'architecture de l'aide ne permet pas encore d'intégrer parfaitement la résilience. Si certains acteurs ont fait des progrès dans cette direction - on peut notamment penser aux plans d'action humanitaire communs (Common Humanitarian Action Plans, CHAP) des Nations Unies -, une planification beaucoup plus holistique est nécessaire.

    Une planification plus intégrée

    Il est plus facile de parler de planification holistique que de la mettre en oeuvre. Jusqu'à présent, c'est l'USAID qui est allée le plus loin dans ce domaine en mettant sur pied une cellule de planification conjointe (Joint Planification Cell, JPC) composée d'experts en matière d'agriculture, de changement climatique, d'alimentation, de santé et de sécurité alimentaire. Cette cellule travaille à l'élaboration de plans d'action communs afin de déterminer comment encourager le développement de stratégies d'adaptation pour les personnes les plus vulnérables, a dit Chris Tocco, directeur adjoint de l'USAID en Afrique de l'Ouest.

    D'autres bailleurs de fonds, comme ECHO, utilisent des mécanismes de financement plus complexes, ce qui rend beaucoup plus difficile la création de cellules de planification intégrées oeuvrant au renforcement de la résilience. M. Eijkenaar, d'ECHO, reconnaît toutefois qu'il faut « répondre aux besoins sectoriels, institutionnels, culturels et nationaux persistants », comme il l'a déclaré à l'occasion d'une présentation sur l'initiative AGIR organisée en janvier 2013 et lors de laquelle il a encouragé les donateurs et les professionnels à éviter le cloisonnement.

    François Grünewald, président du Groupe URD, fait un parallèle entre résilience et cuisine. « On pourrait comparer l'intégration [de plusieurs approches] à la cuisine thaïe (dans laquelle on peut distinguer les saveurs de chaque ingrédient) et la fusion [en une seule approche] à la cuisine chinoise (dans laquelle toutes les saveurs se combinent en une seule) », a-t-il écrit dans l'édition de février 2013 du magazine Humanitarian Aid on the Move.

    Il déplore cependant la tendance des organisations d'aide humanitaire et des bailleurs de fonds à décrire toute activité comme « axée sur la résilience ». Le terme de résilience circule dans des cercles toujours plus larges et apparaît parfois dans des endroits inattendus. Par exemple, selon le Groupe URD, la sécurité intérieure américaine déclare, sur son site internet, que son principal objectif est la résilience plutôt que la sécurité.

    L'intégration des programmes exige également que les acteurs humanitaires et du développement travaillent main dans la main, ce que l'architecture actuelle de l'aide rend difficile. « Il faudra du temps pour que ces différentes cultures finissent par se comprendre », a dit Sidi Mohammed Khattry, chef de mission pour le Premier ministre mauritanien, lors d'un atelier sur la résilience qui s'est tenu le 26 février à Dakar.

    Différentes approches de la résilience

    Malgré l'existence d'une définition commune de la résilience citée dans la déclaration de l'initiative AGIR (« la capacité des ménages, des familles et des systèmes vulnérables à faire face à l'incertitude et au risque de choc et à y répondre efficacement, ainsi qu'à récupérer et à s'adapter de manière durable »), les acteurs qui interviennent au Sahel ont des approches très différentes. Par exemple, ECHO considère la résilience sous l'angle de la malnutrition ; l'USAID est plus orientée vers la sécurité alimentaire; et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) s'intéresse davantage au développement et à la gouvernance à l'échelle systémique.

    D'autres changements doivent également être mis en oeuvre pour que le renforcement de la résilience puisse fonctionner. Les acteurs du développement doivent notamment revoir leurs priorités et mettre de côté leurs objectifs macro-économiques pour venir en aide aux plus pauvres, qui comptent pour environ 20 pour cent de la population du Sahel. « Jusqu'à présent, les personnes extrêmement pauvres sont demeurées invisibles à leurs yeux », a dit à IRIN M. Eijkenaar. Selon lui, cela s'explique en partie par le fait que les projets de développement se limitent largement aux grandes villes, tandis que les opérations humanitaires ciblent les plus vulnérables, où qu'ils soient.

    Interrogé au sujet de la nécessité de placer l'agriculture parmi les priorités, Peter Gubbels, spécialiste de l'Afrique de l'Ouest auprès du groupe de recherche Groundswell International, a dit à IRIN : « Il faut absolument faire la promotion d'une agriculture qui n'est pas seulement axée sur la productivité, mais qui est aussi multifonctionnelle et permet de répondre aux besoins des plus vulnérables qui vivent dans les zones les plus exposées aux risques, les zones écologiquement fragiles - et non pas dans les zones agricoles à fort potentiel. »

    Par multifonctionnelle, M. Gubbels entend une agriculture qui met l'accent sur la productivité, l'adaptation au changement climatique, la durabilité et qui est axée sur l'alimentation.

    Pour Mme Ford, d'Oxfam, il faut absolument trouver un équilibre entre les programmes privilégiant les approches ascendantes et descendantes. « Il est essentiel d'accorder la priorité aux personnes très vulnérables, mais il faut aussi améliorer la gouvernance afin de permettre la création de l'espace politique nécessaire pour venir en aide aux ménages vulnérables », a-t-elle dit.

    Les acteurs de l'aide humanitaire et du développement doivent s'appuyer sur les travaux déjà réalisés, notamment par les experts du développement durable, de la réduction des risques de catastrophes et de l'adaptation au changement climatique qui planchent depuis des années sur le renforcement de la résilience. Le Cadre d'action de Hyogo pour 2005-2015 pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes est un bon début.

    Même si cela peut sembler évident, les travailleurs humanitaires insistent sur le fait que les efforts de développement de la résilience doivent s'organiser autour des priorités et des atouts existants des communautés affectées. Selon une recherche réalisée par Oxfam qui n'a pas encore été publiée, les communautés mettent elles-mêmes l'accent sur la résilience et ont développé une multitude de stratégies pour faire face aux chocs. Elles espèrent que l'aide qu'elles recevront permettra de renforcer ces stratégies.

    Les gouvernements nationaux ne doivent pas non plus être écartés. Les analystes estiment en effet que davantage de programmes et de fonds consacrés au développement de la résilience devraient être confiés à ceux qui ont la capacité de s'en charger.

    Finalement, il est important de mesurer la résilience et de fixer, parallèlement aux efforts déployés, des critères de réussite permettant de déterminer ce qui viendra après les Objectifs du Millénaire pour le développement pour 2015. Une équipe d'AGIR travaille actuellement à l'élaboration de critères - qui pourraient inclure, entre autres, le taux de malnutrition, le taux de mortalité des enfants de moins de deux ans, l'insécurité alimentaire, le fardeau de l'aide humanitaire, la proportion de la population la moins résiliente, le pouvoir d'achat, le coût de l'alimentation et les scores de diversité alimentaire, a dit M. Eijkenaar. Selon les analystes, le Cadre d'action de Hyogo est un bon outil pour des références à plus grande échelle.

    L'argent

    La répartition du financement pour le développement de la résilience dans le Sahel n'est pas claire pour l'instant. En 2012, la direction générale de la Commission européenne pour le développement et la coopération (DEVCO) a mobilisé 164,5 millions d'euros pour la crise au Sahel. Une partie de cet argent sera utilisée pour améliorer la résilience cette année et l'an prochain, a dit M. Eijkenaar. ECHO a déjà fait une place à la résilience dans son approche de l'aide, dit-il. L'organisation a notamment adapté et intégré ses interventions aux programmes nationaux et tente de pratiquer un ciblage rigoureux en fonction de la vulnérabilité des populations.

    L'USAID annoncera bientôt les fonds qu'elle compte consacrer aux programmes de développement de la résilience ; le Département britannique pour le développement international (DFID) n'a pas été en mesure de fournir aux journalistes d'IRIN des chiffres précis à l'échelle mondiale ; et l'initiative AGIR Sahel n'a pas encore fourni de montants détaillés même si elle a promis de mettre en place un nouveau mécanisme de financement.

    La Banque mondiale a refusé d'accorder une interview aux journalistes d'IRIN.

    Selon Mme Ford, il faudra au moins autant d'argent que l'an dernier pour renforcer la résilience et faire face aux conséquences de la crise dans le Sahel. « C'est encore une année de crise [...] les plus pauvres n'ont pas récupéré d'un coup grâce aux bonnes récoltes de cette année. [...] L'extrême pauvreté n'est pas un piège auquel vous pouvez échapper en l'espace d'une année », a dit Cyprien Fabre, chef du bureau régional d'ECHO en Afrique de l'Ouest.

    La répartition des fonds est cependant plus importante que la somme allouée. En effet, la résilience pourrait coûter moins cher à long terme si les sommes d'argent qui y sont consacrées sont bien utilisées. Selon les résultats des recherches réalisées par le DFID en Éthiopie et au Kenya, il en coûterait 64 pour cent de moins pour prévenir les crises que pour y répondre. « Atténuer l'impact des catastrophes naturelles permettrait d'économiser de l'argent, de sauver des vies et de protéger les moyens de subsistance, en particulier pour les pauvres », a dit le porte-parole du DFID John Levitt.

    aj/cb- gd/amz

    [FIN]


    0 0

    Source: IRIN
    Country: Somalia, World

    JOHANNESBOURG, 7 mars 2013 (IRIN) - Malgré l'alerte précoce annonçant la grande sécheresse de 2011 dans la Corne de l'Afrique, les organisations humanitaires ont mis du temps à se mobiliser. Ce retard a fait des dizaines de milliers de morts dans la région et causé une famine dans certaines zones de Somalie.

    Une équipe de recherche dirigée par Daniel Maxwell, expert en aide alimentaire et professeur au Centre international Feinstein (FIC) de l'université Tufts aux États-Unis, a rédigé un article intitulé Response Analysis and Response Choice in Food Security Crises: A Roadmap, décrivant les facteurs sous-jacents à la réponse des organisations d'aide humanitaire en cas de crise alimentaire. Publié cette semaine, l'article souligne la nécessité de réaliser des analyses fiables pour éclairer les décisions des organisations humanitaires et des dirigeants, afin non seulement de répondre à ces crises, mais également d'éviter qu'elles se reproduisent.

    Toutefois, selon les auteurs - M. Maxwell, Heather Stobaugh et John Parker du FIC et Megan McGlinchy de Catholic Relief Services - « il existe peu de données factuelles démontrant ce qui fonctionne le mieux selon les circonstances ».

    Analyse préventive

    L'analyse des interventions devrait non seulement permettre de garantir que l'aide soit apportée à temps à ceux qui en ont besoin, mais elle devrait également aider à éviter l'insécurité alimentaire chronique et à rompre le cercle vicieux de la dépendance vis-à-vis de l'aide.

    « L'analyse des interventions est appropriée et nécessaire, que l'on parle d'urgence extrême ou de programmes de résilience à plus long terme. La palette des possibilités peut être différente, mais les processus d'analyse sont similaires », a dit M. Maxwell à IRIN dans un courrier électronique.

    « Une meilleure analyse des urgences telles que les sécheresses récurrentes et les crises alimentaires, que certains signes permettent souvent de prévoir jusqu'à neuf mois en avance, donnerait lieu à des programmes reposant sur une meilleure compréhension des risques et des causes sous-jacentes de vulnérabilité. Cela a été prouvé dans des cas de faim chronique dans des régions comme le Sahel », a dit Laura Taylor, responsable des stratégies d'intervention de l'organisation non gouvernementale (ONG) Tearfund.

    C'est également l'avis de Graham Farmer, coordonnateur mondial du nouveau Groupe sectoriel Sécurité alimentaire, un mécanisme des Nations Unies ayant pour mission de coordonner les interventions des organisations humanitaires en matière d'aide alimentaire.

    « L'analyse des interventions est un élément fondamental de la préparation et de la planification d'urgence [...] Une telle préparation nous permettra d'intervenir plus rapidement et de manière plus efficace et plus ciblée », a-t-il dit à IRIN par courrier électronique.

    Selon les auteurs de l'étude, plusieurs types d'informations devraient être collectées avant une crise. Une étude de marché devrait notamment être réalisée et inclure le nombre et le type de commerçants de denrées alimentaires, l'historique des prix des produits de base, l'évolution de la production, la demande des consommateurs, l'accès aux marchés, la qualité des aliments, les politiques publiques, ainsi que les faiblesses et les goulots d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement en denrées alimentaires. Les organisations devraient également connaître les mécanismes d'adaptation habituels et le fonctionnement détaillé des foyers.

    Toutes ces informations permettraient aux organisations de savoir quelle population cibler et quelle sorte d'intervention garantirait une meilleure résilience face aux chocs.

    Décalage

    Bien que d'importants efforts aient été déployés pour améliorer les évaluations, les auteurs de l'article estiment qu'un certain décalage demeure entre les informations fournies et celles qui seraient nécessaires pour la planification des interventions humanitaires.

    Les évaluations donnent par exemple souvent un aperçu des besoins existants au moment où survient la crise alimentaire, alors que les besoins humanitaires changent au fil des saisons. Dans l'idéal, les évaluations devraient donc comprendre des prévisions pour l'avenir immédiat, afin de concevoir les programmes en conséquence.

    L'étude a par ailleurs révélé que les analyses ne prennent pas souvent en compte les préférences des bénéficiaires. Lorsque c'est le cas, celles-ci sont généralement relevées pour justifier le mode d'intervention d'une organisation plutôt que pour orienter les prises de décision.

    Les auteurs ont par ailleurs remarqué que les organisations humanitaires ne basaient pas leurs interventions uniquement sur les informations disponibles et leur analyse. D'autres facteurs entrent en compte, comme les capacités des organisations, l'expérience personnelle de leurs employés et les contraintes financières et politiques.

    « Elles doivent donc souvent s'appuyer sur des suppositions - plutôt que sur des analyses - lorsqu'elles décident de leurs interventions d'urgence dans le domaine de la sécurité alimentaire. La nécessité d'un processus de prise de décisions fondé sur des données factuelles est donc plus urgente que jamais », ont dit les auteurs.

    Dans la plupart des cas, ce sont les capacités des organisations qui déterminent leurs interventions. L'évaluation nutritionnelle effectuée par une organisation va ainsi se traduire par la mise en place de programmes nutritionnels. Cela peut donc conduire à des interventions trop focalisées dans des situations d'urgence complexes.

    La coordination : un élément essentiel

    Le rapport souligne que lorsque les organisations humanitaires analysent les interventions, elles doivent garder à l'esprit la façon dont leur travail va affecter le contexte humanitaire dans son ensemble. Elles doivent donc prendre en compte ce que font les autres organisations, les gouvernements et les communautés locales pour résoudre le problème de l'insécurité alimentaire.

    Une organisation peut par exemple lancer un programme de subventions en se fondant sur une évaluation qui conclurait qu'un tel programme n'affecterait pas les marchés locaux. Mais si plusieurs organisations mettent sur pied des programmes similaires, les effets cumulés pourraient être préjudiciables.

    Selon les auteurs, l'intervention dans la Corne de l'Afrique lors de la crise de 2011-2012 a donné lieu à un travail collaboratif, « mais dans la pratique, de telles approches restent une exception plutôt que la règle ».

    Un mécanisme de coordination est nécessaire pour s'assurer que toutes les parties prenantes sont au courant des interventions menées et c'est d'ailleurs la mission du nouveau Groupe sectoriel Sécurité alimentaire.

    « Ce que nous recommandons principalement, c'est que ce genre d'analyses soit effectué à l'échelle du groupe sectoriel, pour que les interventions suivent une stratégie générale », a dit M. Maxwell à IRIN.

    La collaboration entre les organisations permet de mobiliser chacune en fonction de ses points forts, a dit M. Farmer. « L'approche par groupes sectoriels [...] devrait apporter un environnement sûr - dépourvu d'interférences dues à des facteurs extérieurs tels que les priorités des organisations - pour développer des analyses de données factuelles et des programmes [d'intervention] », a-t-il dit.

    « Cela permet d'augmenter l'efficacité [des interventions] et, grâce aux efforts des partenaires nationaux du groupe sectoriel, d'augmenter les distributions et la redevabilité envers les populations touchées. »

    Rassembler les programmes

    Dans l'idéal, les programmes et interventions dans le domaine alimentaire et nutritif qui ciblent les sources de revenus devraient être intégrés, estime M. Maxwell.

    Selon M. Farmer, la communauté humanitaire progresse dans cette direction. « Nous avons créé, à l'échelle mondiale, un groupe de travail rassemblant les groupes sectoriels de sécurité alimentaire et de nutrition en cherchant à éviter les redondances et à accroître la synergie. À l'échelle nationale, les bénéfices des collaborations entre groupes sectoriels sont clairement visibles. »

    Selon M. Farmer, des discussions ont également été entamées au sein du Comité permanent interorganisations « concernant la modification de notre conception [...] de questions transversales comme le genre, l'âge, l'environnement, etc. Ce travail pourrait notamment nous aider à mieux cibler les bénéficiaires grâce à des évaluations poussées ».

    Selon Mme Taylor, de Tearfund, ce qui serait déterminant, ce serait que « les bailleurs de fonds soient plus flexibles lorsqu'ils financent les budgets. Les programmes ne devraient pas être gravés dans le marbre. Ainsi, si une crise se développe dans le temps, les ONG pourraient adapter leurs interventions en fonction des dernières analyses réalisées dans la région touchée et éviter d'être coincées avec des budgets prédéterminés. »

    jk/rz -ld/amz

    [FIN]


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Afghanistan, Burkina Faso, Burundi, Cameroon, Central African Republic, Chad, Congo, Côte d'Ivoire, Cuba, Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Djibouti, Eritrea, Ethiopia, Gambia, Guinea, Haiti, Iraq, Kenya, Kyrgyzstan, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritania, Mozambique, Namibia, Niger, Senegal, Sierra Leone, Somalia, Sudan, Syrian Arab Republic, World, Yemen, Zimbabwe, South Sudan (Republic of)
    preview


    HIGHLIGHTS

    • FAO’s first forecast for world wheat production in 2013 stands at 690 million tonnes, about 28 million tonnes up from 2012 and the second largest crop on record. The increase is expected mostly in Europe, driven by an expansion in area in response to high prices, and in some countries due to an expected recovery in yields from last year’s below-average levels.

    • The international cereal prices in recent months have followed mixed trends with rice prices rising and wheat declining, while maize prices remaining generally steady.

    • Aggregate cereal import requirements of LIFDCs for 2012/13 are expected to decrease following generally bumper local harvests in 2012 and an overall favourable outlook in 2013.

    • In the Near East, food security in the Syrian Arab Republic has further deteriorated with 4 million people (about 17 percent of the total pre- crisis population) now estimated to be food insecure.

    • In Central Africa, the recent escalation of civil conflict in the Central African Republic has increased population displacement and resulted in disruption of agricultural and marketing activities. A large number of people are estimated to be in need of food assistance.

    • In Western Africa, the overall food security situation has improved significantly in the Sahel following an above-average 2012 cereal harvest. However, a large number of people are still affected by insecurity and the lingering effects of last year’s food crisis.

    • In Eastern Africa, food security has generally improved as new harvests have replenished household stocks and supplied local markets. However, concerns remain in some areas, mainly due to conflict, floods or past poor production.

    • In Southern Africa, prospects for the 2013 cereal crops are generally satisfactory. However, flood damage, particularly in southeastern areas, and an army worm outbreak in several countries are expected to lower harvest in affected areas.

    • In the Far East, prospects for 2013 wheat crop are generally favourable with the output expected to reach record levels in China and Pakistan. However, a slight decline is expected in India.

    • In South America, prospects for the 2013 maize crop currently being harvested are generally favourable in the main producing countries – Argentina and Brazil.

    • FAO’s latest estimates indicate that 36 countries around the world are in need of external assistance for food as a result of crop failures, conflict or insecurity, natural disasters, and high domestic food prices.


    0 0

    Source: Food and Agriculture Organization
    Country: Democratic People's Republic of Korea, Democratic Republic of the Congo, Mali, Sudan, Syrian Arab Republic, World

    7 mars 2013, Rome - D'après les premières prévisions, en 2013 la récolte de blé atteindrait 690 millions de tonnes, soit une progression de 4,3 pour cent par rapport à 2012. Le blé s'établirait ainsi comme la deuxième céréale la plus produite au monde, selon le dernier rapport trimestriel de la FAO Perspectives de récoltes et situation alimentaire.

    Cette hausse de la production interviendrait surtout en Europe, du fait de l'accroissement des surfaces cultivées en réponse aux prix élevés. On devrait aussi observer une reprise des rendements dans certains pays, notamment en Fédération de Russie.

    Les perspectives concernant les États-Unis, moins favorables en raison d'une sécheresse précoce, sont un peu plus encourageantes depuis quelques semaines.

    Parallèlement, sous l'effet de la récente contraction des prix du blé et, dans une certaine mesure, du maïs, l'Indice FAO des prix des produits alimentaires - également publié aujourd'hui - s'est maintenu en février à 210 points pour le deuxième mois d'affilée. Ce niveau est inférieur de 2,5 pour cent, soit cinq points, à celui de février 2012.

    Depuis novembre 2012, l'Indice a varié très légèrement, entre 210 et 212 points, la hausse des prix des produits laitiers et des matières grasses et des huiles ayant été largement contrebalancée par le recul des prix des céréales et du sucre.

    Production céréalière mondiale: des prévisions en suspens

    À cette époque de la saison, l'essentiel des céréales secondaires et du paddy restant encore à semer, il est trop tôt pour tenter de prévoir, même dans les grandes lignes, les tendances mondiales de la production céréalière 2013.

    Mais les perspectives pour les premières céréales secondaires de l'année dans l'hémisphère sud sont plutôt favorables. Les perspectives concernant le riz sont également encourageantes dans plusieurs pays au-dessous de l'équateur.

    Le rapport Perspectives de récoltes et situation alimentaire porte essentiellement sur les évolutions relatives à la sécurité alimentaire des économies en développement. Parmi les États connaissant une grave insécurité alimentaire localisée, le rapport attire l'attention sur les pays suivants:

    La Syrie, où selon les estimations 4 millions de personnes nécessitent d'urgence une aide alimentaire et des moyens de subsistance alors que la guerre civile se poursuit. En outre, les réfugiés syriens mettent sous pression d'autres pays de la région. Une aide alimentaire internationale est fournie.

    La République démocratique de Corée, où un épisode de sécheresse en mai-juin 2012, suivi d'inondations localisées en juillet-août, a réduit la production végétale et endommagé les infrastructures agricoles. Le pays connaît une insécurité alimentaire chronique, 2,8 millions de personnes très vulnérables nécessitant une aide alimentaire en 2012/13.

    Intensification des conflits

    La République démocratique du Congo, où l'intensification des conflits a multiplié le nombre total de déplacés à l'intérieur du pays, le portant d'après les estimations à 2,7 millions de personnes. Les activités agricoles sont entravées, surtout à l'est du pays, tandis que les prix des aliments restent élevés. À l'échelle nationale, on estime à 6,4 millions les personnes nécessitant d'urgence une aide alimentaire et des moyens de subsistance.

    Le Mali, où l'insécurité qui règne au nord du territoire a interrompu les échanges de produits alimentaires, provoquant des déplacements massifs de population. La situation alimentaire, déjà précaire suite à la sécheresse de 2011, a empiré.

    Le Soudan, où environ 3,5 millions de personnes, selon les estimations, nécessitent une aide humanitaire d'urgence, surtout dans les zones frappées par le conflit.

    S'agissant des prix des aliments au niveau international, l'Indice FAO des prix des céréales avoisinait 245 points en moyenne en février, ce qui représente un fléchissement d'à peine moins de 1 pour cent par rapport à janvier mais une progression de 8 pour cent par rapport à février 2012.

    L'Indice FAO des matières grasses et des huiles s'élevait en moyenne à 206 points en février, soit une hausse de 0,4 pour cent par rapport à janvier. Cet affermissement est dû à l'huile de palme et reflète pour l'essentiel le ralentissement attendu de la production saisonnière et l'amenuisement des stocks, actuellement élevés.

    En février, l'Indice FAO des prix des produits laitiers représentait en moyenne 203 points, soit 2,4 pour cent (ou 5 points) de plus qu'en janvier, la plus forte hausse depuis septembre 2012. Cette progression s'explique principalement par la chute de la production en Océanie du fait d'épisodes de chaleur.

    L'Indice FAO des prix de la viande se montait en moyenne à 178 points en février, comme en janvier. Les prix des volailles se sont légèrement contractés, ceux du porc ont un peu augmenté, tandis que les prix d'autres viandes sont restés sensiblement inchangés. Cet Indice reste stable depuis octobre 2012.

    En février, l'Indice FAO des prix du sucre atteignait une moyenne de 259 points, soit 3 pour cent (ou 8,6 points) de moins qu'en janvier. Les prix ont reculé pour le quatrième mois consécutif, en raison d'un excédent relativement important attendu dans la production mondiale et de meilleures disponibilités à l'exportation en 2012/13.


    0 0

    Source: Global Polio Eradication Initiative
    Country: Afghanistan, Burkina Faso, Chad, Democratic Republic of the Congo, Kenya, Mali, Mauritania, Niger, Nigeria, Pakistan, Somalia
    • In the Democratic Republic of Congo, all samples from 2012 AFP cases have now been fully cleared, and confirm that the country has not reported a WPV case in over one year (the last reported WPV case had onset of paralysis on 20 December 2011).
    • Islamic scholars call for urgent action to complete polio eradication in Muslim communities: “Crippled children lead to a crippled Muslim Ummah” warned the Grand Imam of Al-Azhar, at a meeting in Cairo this week of Muslim scholars from several countries. As Muslim communities and countries everywhere have eradicated polio, the scholars reaffirmed their resolve to support the people, health workers and governments of the three remaining countries – Afghanistan, Nigeria and Pakistan. More at http://www.emro.who.int/media/news/polio-eradication-in-muslim-communiti....

older | 1 | .... | 100 | 101 | (Page 102) | 103 | 104 | .... | 728 | newer